• Contre le fanatisme, la Sorbonne. Toute la Sorbonne.

    Contre le fanatisme, la Sorbonne. Toute la Sorbonne.

    Si l’ennemi est bien le fanatisme, et non le musulman ou le croyant, alors nous devons dépasser les slogans et les caricatures, répondre avec les merveilles que la civilisation occidentale a su produire, et oser réinvestir ce champ méprisé qu’est la théologie.

  • Nucléaire : le pape lâche une bombe dans un nid de lobbyistes.

    Nucléaire : le pape lâche une bombe dans un nid de lobbyistes.

    Un groupe d’experts anonymes est venu mettre en cause le pape François, qui ferait primer sa subjectivité sur l’enseignement de l’Eglise. Penchons-nous donc sur les intérêts de ces universitaires supposés.

  • IVG : quand les bornes sont franchies…

    IVG : quand les bornes sont franchies…

    Par dogmatisme et pour l’effet d’affichage, des députés ont voté l’allongement du délai légal pour l’avortement. C’est non seulement négliger le développement de l’enfant mais répondre à côté du sujet. Par facilité et par paresse.

  • D’un soupir écolo

    D’un soupir écolo

    Il est facile de fustiger ces ces écolos peine-à-jouir… alors qu’il y a tant de façons de jouir : dans le soupir d’une voluptueuse ou le râle du pornographe, la contemplation du monde ou la soumission de la nature.

  • Face à la mort, la volonté

    Face à la mort, la volonté

    Alain Cocq a fait un choix personnel, libre : refuser initialement les soins palliatifs et la prise en charge que permet cette loi. Son choix est respectable, mais il ne saurait contraindre la société.

  • Mascarade

    Mascarade

    Le masque est désormais obligatoire en extérieur sur tout le territoire de plusieurs villes… en l’absence de fondement scientifique et de rigueur juridique. La précaution sanitaire doit-elle donc prévaloir sur toute autre considération ?

A Marin, mon frère

A Marin, mon frère

17 mai 2018 3 commentaires sur A Marin, mon frère

Tu avais vingt ans, la vie devant toi, une petite amie, de bonnes études. Tant d’autres ne vivent que dans la poursuite de leur seul et petit bonheur. Alors pourquoi es-tu intervenu ce soir-là, pour défendre ce couple qui s’embrassait ?