Mauvais plan

Dans un futur proche, un gouvernement japonais décide de régler le vieillissement de sa population en promouvant l’euthanasie pour les plus de 75 ans, perçus comme une charge inutile. Partout, dans le pays, des agents recrutent les volontaires à l’euthanasie, qu’une prime de 100.000 yens vient récompenser. On retrouvera les critiques effarées du film Plan 75 dans les mêmes médias qui promeuvent ordinairement la légalisation de l’euthanasie en France.

Par quel aveuglement volontaire notre pays ne comprend-il pas que cette dystopie est la sienne ? Il y avait 1.000 centenaires en France en 1970, il y en aura 270.000 en 2070. Notre société ivre de beauté, de jeunesse et d’autonomie souffre d’âgisme prononcé, notre hôpital public est en crise et la gestion du grand âge patauge largement, quand ce ne sont pas les journalistes qui révèlent les scandales de maisons de retraite pourtant dispendieuses. Qui ne voit qu’il ne sera même pas besoin de prime pour nous convaincre, vous et moi, de ne pas peser sur les plus jeunes et sur les finances, et de mourir dans la dignité ?

Au Canada en 2017, une équipe de l’université de Calgary publiait une étude chiffrant à 140.000.000$ les économies permises par la légalisation de l’euthanasie. Interrogé, l’auteur de l’étude expliquait : « dans un système aux ressources limitées, le coût doit faire partie de la discussion ». Un an plus tard, l’euthanasie était légalisée au Canada.

Chez nous, les questions d’argent sont entourées de plus de pudeur. Mais, ce 8 septembre, lors du congrès de la Mutualité Française, regroupant les mutuelles (qui, donc, remboursent les soins) un étrange débat parfaitement unilatéral s’est tenu. En l’absence de soignants français et de contradicteurs, la Mutualité – dont le président s’était déjà déclaré favorable à ce que les mutuelles créent des lieux dédiés à l’euthanasie – a soutenu la légalisation de l’euthanasie. Le président de la MGEN, enseignant de profession, a répété l’antienne habituelle : « euthanasie et soins palliatifs ne s’opposent pas ». C’est si vrai qu’il n’y a que ceux qui ne les pratiquent pas pour l’affirmer. Interrogés par la SFAP, 96% des soignants de soignants palliatifs rejettent l’euthanasie, dont ceux des établissements gérés par la MGEN elle-même. Que ne les a-t-il consultés ? Car ils s’opposent. Aussi sûrement que s’opposent gestion comptable et gestion humaniste de l’hôpital, accompagnement et abandon.

Chronique du 13 septembre 2022 (oui, à la bourre)

Photo by Sigmund on Unsplash

4 commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Koz, tes propos sont prophétiques, il est bon de les proclamer meme si ce peuple semble sourd et aveugle et peu nombreux sont ceux qui entendront.

    « Certainement mon peuple est fou, il ne me connaît pas; ce sont des enfants insensés, dépourvus d’intelligence; ils sont habiles pour faire le mal, mais ils ne savent pas faire le bien ».

    Néanmoins: « Annoncez ceci à la maison de [Jacob / Clovis], publiez-le en [Juda / France], et dites: Ecoutez ceci, peuple insensé, et qui n’as point de coeur! Ils ont des yeux et ne voient point, Ils ont des oreilles et n’entendent point. Ne me craindrez-vous pas, dit l’Eternel, Ne tremblerez-vous pas devant moi? C’est moi qui ai donné à la mer {*} le sable pour limite, limite éternelle qu’elle ne doit pas franchir; Ses flots s’agitent, mais ils sont impuissants; Ils mugissent, mais ils ne la franchissent pas »

    Extraits du livre de Jérémie, qui kozera toujours, aux chapitres 4 et 5.
    {note: la mer est souvent en contexte biblique une allégorie de la mort}

    Répondre
  • Euthanasie ou pas, le chiffre de 270000 centenaires en 2070 est totalement illusoire. Les crises énergétiques et environnementales ne font que commencer et vont aller en s’empirant, réduisant l’accès aux ressources (nourriture, eau potable, chauffage ou climatisation, soins et médicaments). L’espérance de vie va décroître et les conditions de vieillissement redevenir de plus en plus précaires. Sans parler de l’insécurité et des migrations qui vont augmenter.
    Il est d’autant plus important de travailler à une société qui protège les plus vulnérables.

    Répondre
  • Pour une fois je d’ accord avec vous , le basculement civilisationnel, culturel, moral , philosophique … a eut lieu. je crois qu’ il est trop tard pour l’instant pour faire marche arrière nous avons tué Dieu maintenant nous tuons les hommes d’ abord les âges puis les infirmes….C’ est à pleurer .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.