Tout le monde joue au Jeu du Front National

mmlp Elle aurait l’air bien seule, là-haut, sur son banc et pourtant, tout le monde veut jouer avec elle. Avec elle et avec sa tante. Tout le monde fait le jeu du Front National, ou est suspecté de le faire.

Manuel Valls joue le jeu du Front National. Il le joue, avec la rigueur de l’Ibère, provoquant l’animal de quelque coup de menton, le flattant et l’attirant, certain que, ne pouvant être le candidat de la gauche, son avenir ne passe que par une reconfiguration dont il serait le maître. Jean-Christophe Cambadélis le joue sommaire. Sa physionomie est une allégorie de ses subtilités stratégiques. Il est l’homme d’une époque : le passé, et il pousse les derniers feux des stratégies socialistes éprouvées,  dans leur stérilité, à coup de déclarations outrancières. Nicolas Sarkozy, lui, s’est peut-être lassé du jouet, à force. Mais qu’il est loin, le temps où il était question de siphonner les électeurs. A l’aveugle, je ne distinguerais pas toujours l’un de ses discours d’un de ceux de la nièce. Pierre Gattaz ? Allez, Gattaz dans le lot, parce qu’au jeu du FN, c’est pile, tu perds, face, il gagne : alors, quand il souligne que le programme économique du FN ressemble furieusement au programme commun de la gauche qui a planté la France au début des années 80, les grands esprits sont de sortie : il faut critiquer le programme du FN, oui, mais pas lui. A se demander s’ils ne jouent pas le jeu du Front National. François Hollande ? Il le joue, au minimum par défaut car personne ne sait bien à quoi il joue. Mais par inexistence et par incompétence aussi.

Car les événements étroitement imbriqués aux hommes se sont mis de la partie. La coupe était pleine, ils en jettent encore. Les migrants jouent le jeu du Front National. Et Daech ? Daech joue le jeu du FN. Explicitement, délibérément, ils cherchent à frapper la France mais aussi, bonus, à monter les Français contre les musulmans. Les attentats ? Jouent le jeu du FN. Combien de temps à garder son drapeau dans la poche ? Combien de temps à fustiger ce drapeau trop rare dont l’exposition vous condamnait aux affres du fascisme ? Drapeau ressorti en hâte au Trocadéro. Les attentats, qui ont requis la fermeture des frontières. Nécessaire fermeture, quoique probablement illusoire et dans la plus stricte application des accords de Schengen. Mais comme son annonce a dû être suave pour Marine Le Pen….

Et l’économie. Hollande voulait être jugé sur le taux de chômage, il est au plus haut depuis dix-huit ans. Et non ce n’est pas la conjoncture qui veut cela. C’est la politique économique du gouvernement. Pour la première fois depuis huit ans, les courbes du chômage dans la zone euro et en France se croisent. Au-delà de ses conséquences politiques, c’est avant tout des hommes et des femmes atteints dans leur dignité, des hommes et des femmes qui ne voient pas le bout du tunnel, dans cette France que l’on croirait en crise depuis 40 ans, et qui n’en finit plus de redouter ou de vivre le déclassement.

Les medias ? On ne va pas les laisser au bord de la cour. Ils y jouent, les medias, par l’omniprésence du FN, installé comme l’unique enjeu de ces élection, parce que quelque déclaration bien sentie du FN ou contre le FN assure la dramaturgie qui les fait vivre. Et nos medias en ligne, biberonnant aux réseaux, fondant en escadrille sur toute déclaration d’un responsable FN pour y débusquer les heures les plus sombres, ignorent que la dérision qui leur vaudra les palmes de leurs confrères sur Twitter suscite le rejet chez l’électeur.1

Alors voilà, sur les derniers jours, cela s’agite. Le niveau d’alerte FN passe de panique à affolement, ou l’inverse. Mais il est bien tard et, sauf surprise, il faudra boire la coupe, et jusqu’à la lie : aussi déplaisant cela soit-il, se retirer au profit d’une liste concurrente par « désistement républicain »… ferait le jeu du Front National. Il faudra l’affronter, à la loyale mais ne pas, ne surtout pas, donner le sentiment qu’il est écarté par quelque manœuvre de partis, ne pas, ne surtout pas donner l’impression que gauche ou droite c’est pareil, et qu’il est la seule alternative. Ne pas, ne surtout pas donner aux électeurs l’impression que leur vote est confisqué. Ou ils choisiront la prochaine échéance pour se faire entendre, et plus fort encore.

Mais comment ne pas comprendre la désillusion, la colère, la désespérance ? D’où viendrait l’espoir, aujourd’hui ? La grandeur, l’idéal, la fierté ? La France est dans une crise profonde et globale, une crise de confiance, une crise de régime, une crise existentielle. On cherche un enthousiasme qu’on ne trouve pas et, à défaut, un coup de balai. Mais ce n’est que cela, un coup de balai, un accès de rage. Car non, pas plus que la grandeur et l’idéal, l’avenir ne peut venir du Front National. Je ne dis pas qu’hier n’a rien pour me plaire, et j’aurais une tendresse pour les nostalgiques, mais personne n’a jamais construit l’avenir à l’image du passé. Il ne peut venir de ceux qui, pour construire demain, poursuivent des chimères, celles d’hier et même encore celles d’avant-hier. Construire un demain qui soit comme avant. Quand nous avions nos frontières, le franc, la retraite à 60 ans, l’industrie nationale, la planification étatique et le contrôle des prix2. Emporté dans ses rêves de passé, Robert Ménard n’a pas craint d’appeler de ses vœux le retour absurde de la France de Charles Martel, quand Béziers était sous la domination du califat de Cordoue. Chimère des frontières quand Marine Le Pen expliquait qu’elle se fichait bien que des djihadistes quittent le pays, et se fichait donc qu’ils massacrent ailleurs, qu’ils s’endurcissent, s’entraînent et s’aguerrissent, croyant candidement qu’elle les empêcherait de revenir.

Une phrase m’accompagne spécialement ces derniers mois : « il ne suffit pas de refuser l’erreur pour penser juste«  (Mgr Honoré, Introduction à la pensée de John Henry Newman). La tristesse, le désarroi, la désespérance face au pays actuel ne sont pas des raisons qui peuvent justifier de se jeter dans les bras d’une autre erreur.

Et parce que je vois un peu parmi mes lecteurs ceux que ce vote peut tenter : je n’ai pas attendu le Front National pour aimer mon pays, aimer le drapeau (2010), me dire fier d’être Français (2006). Je n’ai pas attendu le FN pour m’engager publiquement sur la défense de la vie, de son commencement à sa fin, et avec bien plus de constance que lui, qui abandonne ces thèmes au fur et à mesure qu’il voit le pouvoir approcher.

Mais je ne souillerai pas mes idéaux dans des marigots saumâtres. Vous refusez les compromissions, dites-vous ? Je refuse celle-là. Je refuse en tant qu’homme, et bien plus encore en tant que chrétien évidemment, de mêler ma voix à celles qui prônent odieusement « l’éradication de l’immigration bactérienne », qui cumulent les amitiés coupables, les propos et attaques racistes chez des responsables locaux que chaque fois on prétend isolés, les escadrilles de haine et d’insultes à chaque mise en cause (déjà expérimenté personnellement et que j’expérimenterai encore), détournent ma foi en outil d’exclusion. Je ne serai pas de ceux qui feront demain conseiller régional un Vardon, un Navarrane ou un Axel Loustau, mis en examen et provocateur de fin de manif, allant jusqu’à frapper des membres du service d’ordre de la Manif Pour Tous. Les meilleures valeurs se dissolvent dans certains compagnonnages.

Je ne joue pas.


  1. Marion Maréchal Le Pen déclare-t-elle qu’en France, on ne vit pas en djellaba – bref qu’à Rome, on fait comme les Romains, comme il est de mise depuis plus de vingt siècles – et l’on s’offusque, sûr que l’on a trouvé un angle, mais négligeant le divorce que leur réaction suscite – bien sûr, on me soutiendra que l’inacceptable dans le propos est de poser une condition au fait d’être français, mais que retient vraiment le Français, sinon qu’elle a dit ce qu’il pense et qu’on lui tombe dessus ? []
  2. On m’expliquera d’ailleurs comment pratiquer le retour de l’industrie avec des charges plus lourdes : j’imagine qu’il faudra forcer par la loi les Français à acheter ces produits plus chers. []

Auteur

Monoépoux, multipère, et fidèle à plusieurs titres. Également avocat (associé fondateur BeLeM Avocats) et auteur de Ca ira mieux demain (Sept. 2015, éd. du Cerf)

Billets à peu près similaires

29 comments

  • Merci, c’est bien analysé. Je ne joue pas non plus, même si par moments j’ai pu être tenté. Le vote va être difficile avec Les Républicains qui ont éliminé les candidats « trop cathos » de leurs listes !

  • Merci pour cette rébellion, Nous pouvons tous agir en nous mobilisant pour voter et faire voter pour des listes qui rejettent le FN. Merci de ne pas avoir cité le MODEM dans les partis qui « joue » le FN car en effet François Bayrou ne rentre pas dans ce jeu là

  • Tu n’es pas le premier à la faire, mais cette observation est très juste: par les temps qui courent il est impossible de ne pas faire le jeu du FN. L’ignorer, c’est lui laisser le terrain libre. En parler, c’est lui faire de la pub. Le contredire, c’est alimenter son argumentaire « seul contre tous ». Reprendre ses propositions même sous forme allégée, c’est le justifier. Etc, etc. Il ne semble pas y avoir de porte de sortie. Sauf, peut-être, s’appuyer exclusivement sur les faits, une approche tentée par la Voix du Nord. Il n’est pas sûr que cela suffise, tant les esprits se laissent facilement emporter par les sentiments au détriment de la raison.

    Le FN représente des sentiments, et uniquement des sentiments négatifs: colère, anxiété, méfiance, ressentiment, peur de l’avenir, regret du passé, lassitude à l’égard des autres offres politiques. Il est humainement compréhensible, mais jamais bon, ni utile (et, pour ceux que cela concerne: ce n’est pas chrétien non plus), de voter sur la base de mauvais sentiments. Je comprends ceux qui le font, mais j’espère que la majorité saura repousser cette tentation, même en ces temps difficiles.

  • J’approuve votre billet en cette veille d’élections régionales. A votre passage sur la crise que traverse la France, j’ajouterai que l’offre politique est en crise. Le Souverain cher à Rousseau ne peut plus se faire entendre. Le dernier référendum date de 2005 et a été contourné par la classe politique. La première et dernière pétition citoyenne a été mise à la poubelle sur ordre du premier ministre et depuis l’état d’urgence, les manifestations sont interdites. Il reste le vote. Plus de 50 % d’abstention à prévoir pour les régionales et ces statistiques édifiantes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abstention_lors_d%27%C3%A9lections_en_France

    Le taux d’abstention ne fait que croître. L’offre politique ne convient pas aux Français et la classe politique s’en accommode très bien car notre régime politique est une oligarchie mâtinée de ploutocratie. Le vote FN n’y changera rien. On aura juste un profiteur de plus dans l’auge.

  • @ BG : je ne pense pas qu’on puisse le dire indifféremment dans toutes les régions. Je subodore que vous visez la liste Centre Pays de la Loire, qui a connu des remous avec le PCD. Je ne me suis pas assez penché sur le sujet pour me prononcer. Je note tout de même qu’avec Retailleau en tête de liste, on a vu pire.

    @ Gregoire Lainé : François Bayrou a des côtés qui me crispent mais, sur certains aspects, je reconnais qu’il avait plutôt raison sur des points sur lesquels je ne le suivais pas. Je n’en dirais évidemment pas autant de son choix d’entre-deux-tours en 2012, mais passons. Non, en effet, je ne pourrais pas prétendre que le Modem joue le jeu du FN, et n’y ai pas songé.

    Gwynfrid a écrit :

    Le FN représente des sentiments, et uniquement des sentiments négatifs: colère, anxiété, méfiance, ressentiment, peur de l’avenir, regret du passé, lassitude à l’égard des autres offres politiques

    Je modulerais. Comme je le disais ce matin à une journaliste, j’ai en mémoire un ami auquel je conserve toute mon estime, et qui ne me semble pas mû par ce type de sentiments. En revanche, comme je l’ai écrit et spécialement en pensant à des gars comme lui, « les meilleures valeurs se dissolvent dans certains compagnonnages ». Cela dit il représente pour moi la face fréquentable et un tout petit milieu parmi les électeurs du FN, milieu catho mili – ce qui ne fait pas grand monde au final. Et un milieu qui occulte délibérément toute une réalité du FN qu’il refuse de voir.

  • Je ne voterai jamais FN, mélange écoeurant d’étatisme corporatiste et de rejet de l’autre en tant que autre. Que du négatif, en effet.

    Mais l’UMPS fait partie du problème. En France, la droite dite républicaine n’est pas une alternative à la gauche dite républicaine. Au-delà de quelques marqueurs symboliques, quelles différences réelles entre la politique de Chirac ou Sarkozy et celle de Jospin ou Hollande ?

    Des impôts, encore des impôts, et une logorrhée de textes de loi…

  • Bonne analyse, mais concrètement , on vote pour qui ? Parce que le vote c’est simple, brutal, binaire, sans nuance. Je ne suis pas dans l’Ouest ou à Paris ou mon vote pourrais eventuellement s’accommoder de quelques concessions. En plus et pour agraver mon cas, Je crois au choc salutaire qui remettra le réel au coeur du jeu un choc qui ferait justement qu’ils arrêtent tous de jouer. Les Républicains n’ont pas de chefs, pas d’idée, pas d’unité, peu de principes et un courage en berne…ils sont inaudibles ! (Je vous ferai grâce de l’affaire des crèches ) Donc dimanche je voterai comme sur un ring de boxe pour mettre un bonne droite et espérer que ça remettra quelques idées en place et qu’ils arrêteront tous de jouer. Sinon nous finirons tous …KO!

  • Koz, merci pour cette contribution même si la charge sur Amaury Navaranne n’est pour moi pas très fondée (lire l’article, ce dernier s’est justifié et n’a pas de casseroles).

  • Mon espérance juvénile en la politique s’est effondrée quand j’ai reçu les tracts jeudi. Les deux principaux concurrents du FN s’étaient contentés d’un discours. À défaut de pouvoir les juger objectivement sur leurs actes, impossible de les juger aussi sur leurs promesses. Ils n’ont pas exposé leur programme. Une liste de droite et centre. Une liste de gauche. Qui comptent sur leur image de parti seulement pour être élus… Pitoyable. Les élections vécues par les candidats comme une suite et rarement comme un nouveau départ. Espérons que ce mépris pour l’électeur n’aura pas les dramatiques conséquences entrapercues…

  • Au vu du niveau de nos politiques, de leurs idées, projets et propositions on a le sentiment que les élites ont désertés la scène politique pour se consacrer à des secteurs plus porteurs et plus protégés (Finance, Industrie et Audiovisuelle). Ce manque de vision et de volonté encourage une politique à courte vue qui favorise les effets d’annonce mais ne semble pas tenir dans la durée. Ne semble pas, car de toute façon on ne laisse aucun temps aux réformes, tout doit agir dans l’heure ou être oublié dans la journée. Peu convaincus par leur propre programme ou vision, les partis traditionnels refuse d’argumenter en détails et en profondeurs leurs différences face à l’amateurisme FN. En dehors de l’idéologie nauséabonde que la famille LePen a entretenue savamment depuis 50 ans, sachant surfer sur les vagues de peur et de jalousie qui sont le quotidien d’une part trop importante de la population, il n’ont rien à proposer, ne croyant sans doute pas à la réelle possibilité de les voir prendre des responsabilités. Je vis en Finlande, j’ai vu les populistes arriver au pouvoir, je constate les méfaits de leur amateurisme et surtout leur transformation en politicien en oubliant ceux qui les ont portés au pouvoir. Au moment de se justifier, c’est toujours les mêmes rengaines: la faute à l’Europe qui impose et qui empêche, la faute à tout ces immigrés qui refusent de s’intégrer mais profitent du système et qu’un pouvoir laxiste a laissé s’installer, la faute à … certainement pas la leur! Doit-on voir dans toute l’Europe surgir d’un autre temps ces réflexes de peur et de haine qui ne font que reporter notre attention, nos efforts et notre argent vers des moyens et des mesures sans impact positif pour l’emploi et notre pouvoir d’achat? Ou sont les figures de proue de nos démocratie? Les visionnaires capables de faire accepter des étapes et des délais pour jouir des bénéfices de politiques sociales et économiques ambitieuses, novatrices et surtout positives? On a le sentiment d’être paralysé par les tenants de privilèges désuets, de ne pas pouvoir bénéficier intelligemment et de façon équitable des formidables avancées dont nous avons bénéficiées ces 60 dernières années. Oui! La radicalité m’attire parce qu’elle remet en cause un jeu politique sclérosé et muet dans un climat ou la voix et l’intelligence sont plus que jamais nécessaire. Non! La fermeture, le repli, le retour, l’exclusion, la régression ou encore la manipulation ne sont pas radicales. Ces recettes (qui ne sont pas que l’apanage du FN) sont tristement traditionnelles et ont certainement été observées dans toute leur barbarie partout depuis le vernissage de Lascaux. Merci de tes commentaires et éclairages, j’apprécie ton équilibre et ton engagement. Amitiés, Mathieu

  • Dans votre dernier paragraphe, vous dites : « Mais je ne souillerai pas mes idéaux dans des marigots saumâtres. Vous refusez les compromissions, dites-vous ? Je refuse celle-là. Je refuse en tant qu’homme, et bien plus encore en tant que chrétien évidemment, de mêler ma voix à celles qui prônent odieusement « l’éradication de l’immigration bactérienne « . Alors, j’espère que vous ne voterez pas car si pour vous le FN prône « l’eradication de l’immigration bactérienne », les autres que ce soit les partis des Républicains et ou des socialistes sont des partisans de l’éradication des plus fragiles par l’euthanasie ou par l’IVG.On pourra noter les reactions qui sont venues de la droite républicaine comme de la gauche, après la proposition de Marion Le Pen de de ne plus subventionner le planning familial.

    Entre souiller ses idéaux avec une idéologie raciste et souiller ses idéaux avec une idéologie mortifère, je ne vois pas trop la difference. Relisez le commandant de Saint -Marc, vous verrez qu’il n’y a pas de compromission acceptable. J’ai arrêté de voter pour ne plus être acteur de mon déshonneur.

    Enfin, vous êtes vous déjà posé la question de savoir si vos interventions sur la blogosphère ne participaient dans une petite mesure, à faire le jeu du front national ?

  • @ Jesberger : pour tout dire, mon propos sur Amaury Navarrane est plutôt soft, pour une charge. Certes, il fréquente l’église mais j’ai lu bien des articles à son sujet avant de m’autoriser cette faible allusion. S’il ne reconnaît pas avoir été membre de l’Oeuvre Française, il semble avoir organisé un ou des événements pour Jeune Nation, qui lui est liée. Surtout, il reconnaît parfaitement sa proximité avec Yvan Benedetti, qui se dit « président envers et contre tout de l’Oeuvre Française » groupuscule dissous. L’Oeuvre Française est un mouvement authentiquement fasciste, qui défile en uniforme avec chemises de couleur, dont les membres ont été plus d’une fois pris en photo faisant le salut fasciste et qui ne rechigne jamais devant un hommage à Mussolini. Benedetti a créé avec Alexandre Gabriac les Jeunesses Nationalistes, qui compte parmi ce que l’on peut faire de pire comme mouvement d’extrême-droite, le Gabriac lui-même ayant été viré du FN pour avoir été pris en photo à l’Oeuvre Française faisant ledit salut (fasciste ou nazi). Tout ceci me paraît en contradiction frontale avec l’enseignement de l’Eglise et il ne me paraît pas imaginable d’entretenu ces deux proximités à la fois. En dehors même de l’Eglise, la proximité idéologique avec de tels mouvements est pour moi évidemment inacceptable.

    @ Aristote: je trouve un peu dommage d’employer l’acronyme UMPS inventé par le FN pour entretenir l’idée d’une collusion entre eux. Et puis, tu ne vises que l’économie., qui ne peut pas être le seul prisme d’analyse.

    @ Feureux : manifestement oui, pour vous, le vote c’est brutal. Pour moi, ce n’est pas un défoulement.

    @ Elodie : dans ma région, ce n’est pas le cas. Je ne vais pas faire semblant d’imaginer voter pour Bartolone, mais en ce qui concerne Valérie Pécresse, sa profession de foi comporte bel et bien des propositions.

    @ lionel : il n’y a pas, il est vrai, de listes qui recouvrent très exactement l’intégralité de mes convictions, c’est une évidence. Mais je ne suis pas de ceux qui laissent aux autres le soin de décider à ma place par leur vote. Je vote pour ceux qui sont les plus proches de moi, faute d’être moi. Votre ligne de partage n’en est pas une, d’une part parce qu’il y a sur la liste des Républicains des personnes qui partagent tout à fait mes positions (et d’autres non), d’autre part parce que le FN a bel et bien largué en cours de route ces positions que vous énumérez – avec des déclarations claires de Wallerand de Saint Just et de Marine Le Pen, sans parler de Philippot. Les réactions d’Estrosi et de sa porte-parole sont d’une grande stupidité mais Estrosi n’a jamais brillé par sa finesse. Enfin, ce que je reproche au FN est dans son ADN, il est structuré depuis son origine autour de ces convictions que je rejette. Les Républicains ou l’UDI, ou le Modem, comptent des personnes avec lesquelles je suis en vraie opposition sur les sujets que vous évoquez, mais ce n’est pas le coeur de leur doctrine. On peut en être membre sans partager ces idées, on ne peut pas être membre du FN sans adhérer à la doctrine que je rejette.

    @ Mathieu : merci pour votre commentaire. Je suis navré, je dois partir à l’instant, mais je l’ai lu et pris en compte.

  • Bonjour Koz,

    je suis convaincu que le seul gros problème de notre pays est le chômage, et qu’il s’agit principalement de quelques réglages sur les dépenses de l’état, le code du travail, et quelques autres réglementations.

    Je pense qu’il y a un risque à trop répéter que notre époque est décadente et que l’on va dans le mur. Parce que, quand vient l’heure du vote, si on veut « changer d’époque », le seul vote utile est le front national, et celui-ci est assez habile pour être suffisamment ambigu pour que tout le monde puisse se retrouver dedans (en tous cas tous ceux qui passent moins de temps sur la politique qu’un blogueur semi-pro). Pour être clair, pour moi, un épisode comme « la manif pour tous », en fin de compte, fait le jeu du front national.

    je ne suis pas sûr qu’un épisode front national (où ils prendraient quelques régions) soit complètement négatif. Je pense que le monde politique a besoin d’un électrochoc pour faire la recomposition qui s’impose depuis la mort du communisme soviétique, et la fin du gaullisme, et nettoyer quelques arrangements entre amis. Autre avantage, en prenant des responsabilités, le front-national fera forcément des erreurs, et pourra de moins en moins prétendre au discours facile d’opposant. Évidemment, les électrochocs, il faut qu’ils soient bien dosés, et je n’ai aucune idée du bon dosage.

  • J’en arrive à penser que ce besoin compulsif d’exceptionnaliser le FN procède d’une profonde lâcheté. La France refuse de se regarder dans le miroir, de voir sa sale gueule. Alors elle louvoie, trouve une cause extérieure, comme toujours. Cette laideur ce n’est pas moi, c’est le FN.

    La terrible réalité que nous refusons d’admettre, c’est que le FN est un parti normal. Normal pour la France de 2015. Normal quand on le compare aux autres partis.

    L’actualité nous livre maintenant quotidiennement son lot de situations scandaleuses à un rythme tellement soutenu qu’on n’a plus la force de se révolter.

    Etat d’urgence permanent; surveillance généralisée; Valls qui soumet la liberté à la sécurité; mise au pas de la presse, journalistes virés parce qu’ils s’écartent de la ligne officielle (Verdier, Guénolé), subventions supprimées à Valeurs Actuelles pendant que Mediapart se fait voter par ses potes députés une ristourne fiscale personnalisée, perquisitions chez Valeurs Actuelles (encore eux, ça me coûte de devoir les défendre) pour violation du secret de l’instruction quand c’est open bar chez Mediapart ou Le Monde; à peine la déchéance de nationalité proposée (c’était fasciste il y a un mois) qu’un député PS propose de l’appliquer aux évadés fiscaux; la COP21 maintenue alors qu’elle fait courir un risque aux franciliens (sinon pourquoi la préfecture de police a-t-elle recommandé de ne pas prendre le métro lundi?); le fisc qui veut rémunérer la délation; un conseil constitutionnel qui passe tout et qu’il suffit de court-circuiter si on va tellement loin qu’il pourrait dire non; Taubira qui twitte sur les colibris pendant que l’état de droit s’effondre; Pellerin qui file 50 millions aux salles de spectacles qui chouinent à cause de la baisse de fréquentation; des militaires partout qui s’emmerdent dans le metro alors qu’on n’a plus de bombes en Syrie (remarque, comme on ne sait pas très bien ce qu’on bombarde…); des rapports de la cour des comptes accablants qui restent lettre morte; et pas assez de moyens paraît-il pour staffer les équipes anti-terroristes… Ah, j’allais oublier, chômage record quand il recule chez presque tous nos voisins et certains l’ont carrément éradiqué, des jeunes qui ne trouvent aucune place dans cette société verrouillée et qui ont le choix entre le chômage, la délinquance et l’exil. Et les affaires DSK, Balkany, Thévenoud, Cahuzac etc…

    Autoritarisme, corruption, incompétence, poudre aux yeux, mépris souverain pour les citoyens, voila les valeurs de notre classe politique de droite comme de gauche. Et jamais, jamais, jamais l’ombre d’une remise en question. Au contraire : Hollande gagne 20 points dans les sondages à chaque fois qu’il échoue à protéger les français. Sur tous les sujets la même recette : de la politique, des effets d’annonce, du spectaculaire; et pas de travail, de réflexion, de compréhension, de prise à bras le corps d’un sujet complexe.

    En quoi le FN dénote-t-il dans tout ceci? Il joue sur les peurs nous dit-on? Au moment où on connaît le plus grand recul des libertés depuis Vichy sous le coup des attentats, où le premier ministre balance au public qu’il faut craindre une attaque chimique, qu’on nous assomme de prédictions cataclysmiques sur le climat? Il joue sur le rejet? Mais Sarkozy fait ça aussi. Et Cazeneuve se vante d’avoir fermé plus de mosquées que lui. Et combien de perquisitions musclées, vaines, sans le contrôle d’un juge chez des arabes ces derniers jours? Son programme économique est absurde? Ben oui, c’est un mix de Marchais et Mitterrand en 1981. Il a des amitiés inavouables? Mais combien de socialistes ont des amis trotskistes? Combien sont d’anciens trotskistes? Combien sont toujours trotskistes?

    Toutes ces réactions hystériques envers le FN sont contre-productives. On le voit aujourd’hui où le PS a passé en urgence toutes ces dispositions réclamées par le FN depuis des décennies et qu’on présentait comme fascistes il y a seulement un mois. Le seul résultat de ces gesticulations est de conférer au FN un badge anti-système qui est la principale raison pour laquelle les gens votent pour lui. Soit par espoir (qui sera déçu) qu’il améliore les choses. Soit par espoir qu’en retirant leur fromage aux parasites UMPS ça fera sauter le système (je n’y crois pas une seconde, ils partageront le fromage avec les parasites FN)

    Le pouvoir corrompt. Un pouvoir gigantesque (plus de la moitié de la richesse nationale), sans contre-pouvoir, sans supervision, sans compte à rendre corrompt extraordinairement. Je pense sincèrement que notre classe politique est la lie de la société, des pervers-narcissiques, menteurs pathologiques; à l’exception de très rares individus qui ne dépassent presque jamais le poste de maire. Fait révélateur, le ministre qui inspire le plus confiance est un banquier de Rothschild; la banque d’affaires est moins décrédibilisée que la politique…

    On ne s’en sortira qu’en revenant aux fondamentaux de la philosophie politique. Le pouvoir corrompt, il faut se méfier de ceux qui recherchent le pouvoir sur leurs contemporains. Le pouvoir politique doit donc être restreint aux domaines où il est indispensable et doté de contre-pouvoirs solides qui émanent du peuple souverain. On n’en prend pas le chemin, particulièrement depuis 1 mois, et le FN n’est qu’un épiphénomène.

    Je ne joue plus.

  • @ Lib: Terrible constat. La République peut-elle s’effondrer comme jadis la monarchie? Dans tout ce que vous avez écrit je sens les raisons de l’engrenage guerrier dans lequel nous sommes entraînés… 🙁

  • comme souvent quand on fait de la statistique ,on twiste .La courbe du chomage ne précise pas qu’une certaine crise mondiale est intervenue pendant le quinquennat de la droite

  • @ Uchimizu: Uchimizu a écrit :

    mort du communisme soviétique, et la fin du gaullisme,

    et j’ajouterai, parce que j’ai 62 ans, fin du socialisme et du radical socialisme tel que je l’ai connu enfant, adolescent et jeune homme. Peut-être vivons nous aussi la fin de la pax americana?

  • Koz a écrit :

    Je modulerais. Comme je le disais ce matin à une journaliste, j’ai en mémoire un ami auquel je conserve toute mon estime, et qui ne me semble pas mû par ce type de sentiments. En revanche, comme je l’ai écrit et spécialement en pensant à des gars comme lui, « les meilleures valeurs se dissolvent dans certains compagnonnages ». Cela dit il représente pour moi la face fréquentable et un tout petit milieu parmi les électeurs du FN, milieu catho mili – ce qui ne fait pas grand monde au final. Et un milieu qui occulte délibérément toute une réalité du FN qu’il refuse de voir.

    J’ai un certain respect pour la famille de pensée qu’on appelait autrefois « vieille France », car malgré son aspect de nostalgie mal placée, elle représente aussi des valeurs dont je partage une partie, celles pour lesquelles se sont battus des hommes comme Hélie de Saint Marc.

    Mais le FN, ce n’est pas la vieille France: Jean-Marie Le Pen n’en avait gardé que les symboles et les scories. Quant à sa fille, c’est en évacuant le peu qu’il restait de cet héritage qu’elle a pu progresser. Je comprends et apprécie qu’on souhaite être fidèle aux valeurs catholiques et patriotes de sa famille; mais le faire au travers du FN est un terrible aveuglement, qui se termine forcément dans la dissolution de ces mêmes valeurs, comme tu le dis toi-même.

    Lib a écrit :

    J’en arrive à penser que ce besoin compulsif d’exceptionnaliser le FN procède d’une profonde lâcheté. La France refuse de se regarder dans le miroir, de voir sa sale gueule. Alors elle louvoie, trouve une cause extérieure, comme toujours. Cette laideur ce n’est pas moi, c’est le FN.

    Je vois pas pourquoi ce serait extérieur? Le FN fait partie de la France, c’est un fait regrettable, mais incontestable.

    Etat d’urgence permanent; surveillance généralisée; Valls qui soumet la liberté à la sécurité; […] ; à peine la déchéance de nationalité proposée (c’était fasciste il y a un mois) qu’un député PS propose de l’appliquer aux évadés fiscaux; […] ; un conseil constitutionnel qui passe tout et qu’il suffit de court-circuiter si on va tellement loin qu’il pourrait dire non

    Entièrement d’accord avec toi sur ces points au moins: cette évolution est effrayante. Mais elle se fait, précisément, sous la pression et la menace du FN. Si le FN était à 5%, Manuel Valls ne se sentirait pas obligé de l’imiter. Le fait qu’il le fasse reflète son absence de principes, et c’est odieux. Mais, surtout, cela reflète l’influence des « idées » du FN, c’est-à-dire des sentiments de désespoir et de peur de la société française aujourd’hui.

    Dans cette situation, considérer que ce sont tous les mêmes relève de la politique du pire. Si Valls prend des libertés scandaleuses avec la Constitution, c’est le signe qu’on irait plus loin, ô combien, avec Mme Le Pen, M.Philippot, M.Briois et consorts.

  • Koz a écrit :

    Et puis, tu ne vises que l’économie., qui ne peut pas être le seul prisme d’analyse.

    Non, la logorrhée de textes de lois ne concerne pas que l’économie. En matière sociétale, la droite, à l’exception de quelques personnalités, se veut aussi « moderne » que la gauche. Le FN de Marine n’est d’ailleurs pas en reste…

  • Le plus triste, c’est qu’il y a des gens pour croire que voter FN c’est voter catho, à cause d’un certain nombre de déclarations… et malgré le fait que la petite Marion reste bien seule à continuer de vouloir défendre la vie, contre l’avis des têtes de son partie. Le FN n’est pas chrétien, il instrumentalise les chrétiens ! Les cathos qui votent FN ne sont pour Marine Le Pen que des idiots utiles, dont elle se débarrassera quand elle n’en aura plus besoin, avec moins de scrupule encore (si tant est qu’elle en ait eu un soupçon) qu’elle n’en a eus pour se débarrasser de son père, à qui elle doit tout.

    Et je doute que la proximité des attentats avec les élections soit fortuite: le 13 novembre, Daech a voté FN. Parce que l’attitude et les propos de celui-ci va jeter une foule de musulmans hésitants dans les bras de Daech.

    On est mal ! reste la foi.

    Et puis j’espère que la vue du FN à l’oeuvre ouvrira les yeux de ceux qui s’obstinent à espérer tout de lui. Si ça pouvait se faire avant qu’il n’y ait trop de dégâts ! En plus, le FN tient un peu du mouvement sectaire. impossible de discuter sereinement et intelligemment avec ceux qui y sont embrigadés, et voient des ennemis partout. Car il entretient la paranoïa chez les militants (plus encore que dans les discours ad extra): non seulement la France est infiltrée par les musulmans, mais le Vatican l’est par les francs maçons (ben oui, le pape est franc maçon: la preuve, c’est qu’il a manifestement autre chose que du mépris pour les migrants. Il veut notre mort, c’est sûr! 😉 ), et puis les juifs tirent les ficelles de tout ça… ça en fait, des 5es colonnes !!! que bien sûr, seule Marine peut contrer !

  • Quelle ambiance…Dites, l’espérance ça vous dit quelque chose? Quoi, voilà plus d’un demi-siècle que l’atonie économique due à des contraintes énergétiques rend difficile l’action des deux forces politiques qui alternent au pouvoir en France, et nous devrions paniquer parce qu’il est possible qu’une troisième force parvienne au pouvoir? Et en plus elle n’y arrive pas! Depuis 1984, le FN se heurte, encore à cette élection, à l’hostilité de près des trois quarts des votants et donc de 9 Français sur 10 (abstentionnistes et non-inscrits ne votent pas FN par définition) alors que rien ou presque n’a changé depuis le deuxième tour de 2002 en dépit des échecs cinglants de Chirac, Sarkozy et Hollande, pour libérer les plus faibles de la délinquance et la précarité. A chaque élection majeure, rien à faire, ça ne passe pas pour plus des trois quarts des gens (demain ce sera sans doute les deux tiers, la belle affaire! c’est comme si Mussolini ou Hitler n’étaient toujours pas ou pouvoir en 1964!). En outre, l’incapacité du FN à parvenir au pouvoir s’accompagne pourtant d’une dilution de son message au point que la division interne est plus formidable que jamais.

    Parlons du fameux ADN (image qu’on ferait mieux d’éviter s’agissant d’une idéologie, sauf à tomber dans un naturalisme essentialiste que j’ai vu ici critiquer avec pertinence s’agissant de l’Islam) il est tellement peu un ADN qu’il a muté déjà pas mal : l’actuel programme du FN (qu’on doit de toute façon relativiser parce que ça change tout le temps y compris dans ce domaine, c’est le problème des partis ouverts à tous les « anti »!) est pour un solde migratoire positif de 10 000 personnes par an là où en 1984 encore il était question du renvoi pur et simple des étrangers . Les autres possibilités de virage en épingle sont innombrables qu’il s’agisse des questions relatives à l’étatisme économique, à la légitimité de la religion chrétienne ( entre paganistes et cathos tradi…) ou à la prise en compte des homosexuels ou de la réglementation des avortements ( on l’ a encore vu avec la divergence entre la tante et la nièce sur les subventions au planning familial).

    Dès lors on doit se demander si pour un chrétien, la question la plus difficile n’est pas tant de se positionner sur ce qui serait le soi-disant coeur doctrinal dont en 1971 le fondement n’était pas le refus de l’immigration (et il n’était pas du tout question de combat contre l’Islam alors qu’aujourd’hui, la figure de l’ennemi est en train de glisser de l’immigré au musulman) comme noyau dur mais un des compromis boiteux entre poujadistes et nationaux révolutionnaires. La seule constante idéologique de ce parti est le bonapartisme, que les concurrents du parti gaulliste ont longtemps empêché de décoller (notamment avec le programme sur l’immigration de Chirac en 1990). Mais il ne se confond pas avec lui.

    Le conflit entre droite bonapartiste et droite orléaniste fait rage sous nos yeux, la force du FN est d’avoir capté une bonne part du courant bonapartiste (seul Dupont-Aignan fait bande à part) mais le courant orléaniste l’emporte de plus en plus à la fois à l’ex-UMP mais aussi au PS qui est de plus en plus celui d’Emmanuel Macron et quasiment plus celui d’Henri Emmanuelli. Nous allons vers un bipartisme en France entre orléanisme et bonapartisme.

    Pour un catholique, les positionnements envers ces deux courants ne sont pas si évidents. Sauf sur un point décisif que curieusement ne pointent ni koz, ni l’archevêque de Lille dans sa récente sortie : la pratique de la peine de mort en temps de paix. Il s’agit pourtant là d’un noyau qui est devenu complètement spécifique et qui fait partie des divergences avec les courants souverainistes hors FN (dont encore une fois l’aspect poujadiste contredit régulièrement la défense étatique, ça a toujours été le problème des bonapartistes). Ce qui doit poser problème à tout chrétien, c’est la possibilité de tuer par erreur ainsi que le refus possible de tout rachat, de toute conversion du pécheur. Cette posture là n’est pas l’ADN en ce sens que le FN pourrait un jour changer d’avis. Mais il ne serait sans doute plus le même en effet. Il deviendrait une force d’espérance, ce qui lui est très difficile.

    Recentrer la question de la lutte contre le FN en combattant la pulsion de mort qui est la sienne, et qui est plus grave que les pulsions de morts des autres partis parce que tuer est irréparable, alors que les effets des autres lois morbides ne le sont pas, est difficile notamment parce que l’avortement nous divise (meurtre ou pas?). C’est pourtant à mon sens la raison suffisante et unique qui m’interdise comme chrétien de voter FN. Parce que le décalogue ça c’est un fondement. Et un gros. Sur le reste la critique de koz est pertinente mais je ne la trouve pas décisive pour un chrétien.

  • Ok C.C. bien lu votre post…je suis un idiot utile, donc je solicite votre avis, dimanche en région Languedoc Midi-Pyrénées je fais quoi ? Votre LR pour un candidat pro GPA PMA Europhile- béa, vote socialiste, ou vote FN ? (Ceci est une vraie question). Je pense pour ma part que le choc de la situation devrait conduire la vieille garde de droite à passer la main ou, au moins, les conduire à avoir un vrai projet ! Tant qu’ils n’auront pas le dos au mur ils ne feront rien ! La preuve: le contrôle des frontières, impossible hier, possible aujourd’hui …la liste pourrait être très longue. Je vous épargne la polémique sur les crèches et le planning familial. Dans l’attende de vos conseils pour dimanche☺.

  • @ Feureux: Parce que vous vous figurez réellement que le candidat FN défend les crèches pour l’amour de Dieu, et s’oppose à la GPA (en paroles) parce que FN est vraiment contre?

    Le bon catholique ! Il est marié à l’église avec Mme Le Pen, dites? il est profondément catholique, et pratiquant?

    Il se moque de vous, et de la GPA, il veut votre voix, voilà tout. Vous avez sans doute raison de penser que le candidat LR n’est pas très catholique, mais il ne fait pas semblant, au moins. en gros, il se paie moins ouvertement votre tête. Et il s’est dernièrement engueulé avec Taubira à propos du jeune Nicolas, emprisonné pour opposition au mariage gay. Après, il n’est peut-être pas parfait. mais personne ne l’est. relisez donc ce que dit Koz de la compatibilité du FN avec la foi catholique. Bonne analyse !

  • Si je suis votre résonnement il y a les gentils et les méchants, les sincères et les autres …mais là n’est pas mon propos, je pense que nous devons être exigeant avec notre personnel politique, nous devons exiger d’eux de la clarté, de l’intégrité (je vous invite à suivre des dernières prises de position d’un Estrosi http://www.lepoint.fr/politique/elections-marion-marechal-le-pen-est-une-ennemie-des-femmes-previent-estrosi-08-12-2015-1988263_20.php). Je pense que la perte d’une ou plusieurs région produira un juste effet salutaire pour la vie politique Française (quitte à démontrer l’échec du FN d’ailleurs). Il y a des gens honnêtes sincères et Catholiques au sein des LR ET au sein du FN. Nous avons tous nos lignes rouge, pour ma part le soutien au planning familial en est une, et je reconnaitrais toujours le courage de ceux et celle capable d’affronter ce tabou Français. En cette année de Miséricorde soyez indulgent aussi avec les cathos du FN…bon vote !

    (Concernant la Manif pour tous et de mon expérience vécue, les coups, les gaz , les gardes à vue et les drapeaux Français confisqués c’était plutôt la police de Manuel Valls).

  • Feureux a écrit :

    Nous avons tous nos lignes rouge, pour ma part le soutien au planning familial en est une, et je reconnaitrais toujours le courage de ceux et celle capable d’affronter ce tabou Français.

    Vous faites votre choix de bulletin de vote sur la seule foi d’une déclaration d’une responsable de second rang, sur un sujet particulier, sur laquelle son influence sera de quelques centaines de milliers d’euros à tout casser? Permettez-moi de douter que cela soit là le seul et unique critère, l’alpha et l’omega du devoir électoral…

    Et ne craignez pas que l’on manque de miséricorde à votre égard. Vous ne risquez pas de jugement moral; tout au plus, un désaccord profond sur ce que signifie être chrétien. Les chrétiens en ont vu d’autres, et de bien plus féroces.

  • @ Gwynfrid: Le problème n’est pas les quelques milliers d’euros, la question est importante, moralement… Le problème est que, comme vous le soulignez, la proposition émane d’une responsable de second rang… et que c’est précisément sur ce point que la réaction de ses « chefs » est révélatrice: dans le fond, cette question importante pour les chrétiens, ils s’en soucient en réalité comme d’une guigne, ce qui leur importe, c’est de séduire et d’avoir les voix des gens assez naïfs pour croire qu’effectivement la question du respect de la vie est importante pour le FN !

  • Je n’ai pas dit que c’était l’alpha et l’oméga, c’est simplement un petit plus personnel visant à « différencier » les personnalités politiques entre elles. Il y a des personnalités politique aux RL au PCD et même au FN de qualité dont les orientations sur « plus » catho compatibles (l’inverse est aussi vrai). Pour être clair, pou moi dans certaines regions la question du vote FN ne se pose pas. Mon argument principal reste tout de même l’ électrochoc nécessaire, nécessaire pour que le personnel politique bouge vraiment, arrête d’avoir peur de son ombre et retrouve une ligne lisible…si ils ne perdent pas une ou deux régions ils ne le feront pas, voire ils feront l’inverse. (Chirac en 2002). Et au delà de nos apreciation différentes. ..merci pour cet échange .

  • Pingback: Le nouveau malaise français (2) : L’insécurité culturelle | Thomas More

Les commentaires sont fermés