On the road again

« Dans mon esprit, le quinquennat c’est deux quinquennats. Parce que cinq ans, c’est trop court ». Ne mésestimons pas Giscard d’Estaing. Il a enflammé les jeunes années politiques de ma mère. Il est mon premier souvenir politique. Après que le RPR l’eût tué, il fut l’objet de discordes familiales durant les premières années 80. Non pas l’unique certes, rendons au Général la place qui lui revient de droit. Aussi, s’il dit que, dans son esprit, le quinquennat c’est dix ans, c’est une éventualité à prendre en compte.

« Il faut que le peuple s’exprime et qu’on soit obligé de l’écouter. Alors un système de dix ans avec des élections au milieu a pour avantage de donner une durée raisonnable ». Cette conception hautement démocratique est toute à son honneur. Elle est peut-être datée toutefois. Datée d’une époque où l’on ne faisait pas un usage intensif du sondage, de sorte que le peuple n’est pas seulement écouté mais ausculté, lorsqu’il ne s’agit pas de le circonvenir. Et, lorsque les élections nationalisées se succèdent à échéances successives d’un an, les occasions – manquées ou saisies – d’entendre le peuple ne manquent pas.

Après seulement trois ans et demi de mandat, nous y voilà de nouveau. Avec son « gouvernement de combat », Nicolas Sarkozy s’est mis en ordre de marche. Le doute, artificiel, sur sa candidature n’est plus guère entretenu.

Avec son cambriolage, Ségolène Royal entre vraiment en campagne. Allez savoir pourquoi, on aurait voulu la déstabiliser. Pourquoi pas avant sa déclaration de candidature ? Pourquoi si longtemps avant les échéances, internes et nationales ? Pourquoi, alors que cela ne l’a manifestement pas déstabilisée les fois précédentes ? Pourquoi, alors que chacun sait le parti qu’elle en tire – plus immédiat cette fois que les fois précédentes : « fric-frac, c’est kodak ! » ? Pourquoi, quand la menace qu’elle représente ne peut être surévaluée ? Pourquoi elle, et jamais les autres ? Après l’interpellation de la visiteuse, elle a souhaité qu’on lui demande « éventuellement qui est à l’origine de cette demande ». Souhaitons que les investigations soient larges (après tout, son mentor organisait des sauteries d’un autre calibre : ce ne serait qu’une adaptation à l’époque) ou que les enfants ferment la porte-fenêtre.

Et nous, dans tout ça ? Nous… Va-t-on rêver que les sujets-de-fond soient abordés ? Prier pour que la faisabilité des programmes soit étayée ? Implorer un projet qui serait à la fois ambitieux et réaliste ? Demandera-t-on du rêve, ou des raisons d’y croire ? Saurons-nous surtout nous frayer un chemin de raison entre piques, polémiques et postures ? Garder un cap et la tête froide quand viendront la cristallisation, les soupçons et les appels au ralliement ?

On the road again, donc. En espérant que ces présidentielles qui s’annoncent soient plus une opportunité qu’une épreuve.

credit photo : Larry & Flow

Author

Tête de pont ®, résolument à mon compte, quand j'y réfléchis bien.

41 comments

  • « Après que le RPR l’eut tué », sans accent circonflexe sur « eut ».

    Je me présente moi-même en 2012 avec un programme simple: défendre l’usage de l’indicatif après « après que ».

  • Sur le fonds de l’article, ça fera quand même dix ans en 2012 que la même équipe est au pouvoir, indépendamment de l’identité du président.

    Je trouve le PS nullissime mais je voterai pour eux: l’heure est à l’alternance. Faut pas laisser ces braves gens s’incruster dans leurs privilèges.

    Ce sera l’alpha et l’omega de mon analyse politique pour la présidentielle. Je vais me recoucher en attendant 2012.

  • FC a écrit : :

    « Après que le RPR l’eut tué », sans accent circonflexe sur « eut ». Je me présente moi-même en 2012 avec un programme simple: défendre l’usage de l’indicatif après « après que ».

    Bonne idée.

    FC a écrit : :

    Sur le fonds de l’article

    Pour moi, ce sera l’orthographe. On fait un ticket ?

    FC a écrit : :

    Je trouve le PS nullissime mais je voterai pour eux: l’heure est à l’alternance. Faut pas laisser ces braves gens s’incruster dans leurs privilèges. Ce sera l’alpha et l’omega de mon analyse politique pour la présidentielle. Je vais me recoucher en attendant 2012.

    Vous m’avez convaincu !

  • Une autre raison de ne pas mesestimer giscard, c’est que 30 ans après son départ de l’élysée, on bénéficie encore des projets qu’il a initié : le TGV et le nucléaire .

    Depuis, qu’a t’on fait de bien? de mieux? d’aussi durable et porteur ?

    Pendant ce temps, le combat des égos reprend de plus belle.

    La seule personne au monde qui ait plus d’ego que notre president -en ayant encore moins de vue à long terme – est également le seul socialiste qui perdrait au deuxieme tour face à sarkozy si il avait lieu le 5 decembre 2010. Enfin la seule socialiste devrais-je dire, puisque je parle bien sur de madame Royale (honnetement, vous ne l’aviez pas reconnu?).

    Mais c’est pas grave, plutot que de laisser la place a quelqu’un de plus qualifié, de plus sérieux, de plus crédible, elle se jette dans la bataille, en esperant pouvoir inverser les choses, a force de communication, d’opération marketing et d’apparitions dans les médias.

    Voila où l’on en est.

    Après avoir eu le choix entre la peste et le choléra en 2007, j’aimerai en 2012 avoir au moins un candidat au deuxième tour qui ne soit ni incompétent ni imbu de lui même. Depuis longtemps, je craignais qu’il n’y en ait au plus qu’un seul(au deuxième tour) qui ait ces qualités : le président actuel a de très bonnes chances de passer le premier tour.

    Et voila madame Royale qui vient tout faire pour qu’en fait il n’y en ait pas.

    Une opportunité plutot qu’une épreuve, dites vous. J’aimerais que ca soit le cas. Et je n’y crois pas. Pas par poujadisme, mais car de nombreux éléments montrent qu’on n’en prend pas la voie.

  • J’attends avec impatience de savoir pour qui tu vas voter aux primaires organisées par le parti socialiste. Ben oui, pourquoi se priver? tout le monde pourra voter (même les sans-papiers, je crois) pour la modique somme de 1€.

  • Maintenant c’est un des sponsors de la brave dame, M. Berger, qui subit les mêmes avanies. http://www.liberation.fr/societe/01012305968-pierre-berge-cambriole

    Lui aussi a des portes-fenêtres sur jardin.

    Tiens tiens.

    C’est louche, ces séries de cambriolage de rez-de-jardin via porte-fenêtres.

    Je n’oserais imaginer que des cambrioleurs, des vrais, soient si paresseux et opportunistes qu’ils ne veulent plus mériter leur héroïque et proverbial surnom de « monte-en-l’air ».

    Et pourtant.

    Alors, j’y vois, tellement gros que ça crève les yeux, donnez moi du collyre :

    • la marque claire du Sarkozysme et de l’appât corollaire de l’argent facile (pourquoi braquer un cinquième étage de pauvres, alors qu’il est si facile de braquer moins haut pour gagner plus cher, dans un appart sur jardin de riches ?), et, partant, un signe de plus de la dictature du gain rapide du capitalisme débridé des libéraux qui nous manipulent et nous gouvernent tout ça (ai-je besoin d’en rajouter, alors que vous pouvez vous référer aux déclarations récentes de vrais politiques courageux pour la suite des arguments);

    • voire la preuve d’une véritable conspiration vraie : j’en veux pour indice le fait que les cambrioleurs « seraient » des étrangers. Qui a des fichiers sur les étrangers, hein, qui les connait et les gère ? Je dis ça, je dis rien.

    Cette dernière hypothèse crédiblement avérée me semble vraiment réalistement possible. Songez-y, d’une pierre, deux (voire trois) coups: on peut pointer du doigt l’insécurité liée aux étrangers, récupérer des papiers compromettants sur les plans de Mme Royal de proposant un programme de grand chantier de Rafales électriques motorisés par Heuliez, et, bonus extra-ball, incliner ces mêmes cambriolés à envisager le vote UMP, voire FN, pour en finir avec les incivilités lassantes (Certes, avant, avec le statut de je-peux-pas-être-riche-je-suis-de-gauche-j’aime-les-pauvres, ils connaissaient moins tout ça)

    Si je ne craignais attirer sur mon logement (un premier étage bourgeois) l’intérêt de ceux qui nous manipulent, je songerais avancer que ce sont ces deux hypothèses qui sont vraies simultanément ; d’ailleurs j’espère bien, que, déférant à la demande de Ma’ame du Poitou, on va torturer ces immondes nervis du capitalisme qui viennent jusque dans nos apparts pour y égorger nos petites culottes et nos iPads, pour qu’ils nous conduisent jusqu’à leur chef, que j’imagine facilement petit et manipulateur, voire de droite. S’ils peuvent encore marcher après la Question, ah ah.

    Je ne poste pas ce commentaire ici, par peur de me faire moi aussi cambrioler et intimider, je veux rester libre et fier, comme Ségo, mais vous pourrez le retrouver sur WikiLeaks (si vous en connaissez la nouvelle adresse IP, chut).

  • On the road again, peut être, mais elle est encore longue la route…

    Par exemple, il faudrait plus expert que moi en politique américaine pour en parler mieux, mais chez eux, une composante essentielle de la campagne des primaires n’est elle pas la gestion du calendrier ? Vu comme ça, le fait que Royal caracole en tête du troupeau médiatique aussi loin du poteau serait plus la confirmation qu’elle est grillée et qu’elle joue son va-tout… Donc, je veux bien me chagriner avec vous tous du phénomène « Royal 2″, mais j’aurais peur de gaspiller ma salive, quand même. Ensuite, pour ceux pour qui taper sur Royal est une gaterie et qui ont envie de s’en payer tant qu’il y a en rayon, je comprend, mais reconnaissez que c’est de la gourmandise…

    Mais bon, avec mes histoires de timing, j’oublie qu’ils ne font jamais rien comme tout le monde au PS, et surtout rien comme aux USA. En particulier, ils n’ont pas l’air d’avoir compris cette histoire de primaires ne serait jamais aussi bonne que le calendrier et le mode choisi pour les organiser. Et que les calendriers, c’est comme les programmes: il vaut mieux encore en avoir un mauvais que pas du tout…

  • « FC a écrit : :

    Sur le fonds de l’article"
    

    Mais non, mais non, je parlais bien évidemment d’un fonds « Article 39″ pour financer ma retraite chapeau.

    Aie, mes fesses. La branche n’a pas tenu.

  • La prétention et l’immense orgueil de Giscard m’agaceront toujours. Je me demande comment ce type a pu être élu à la présidence de la République. Cela reste un mystère pour moi! S’il n’y avait pas eu en face une truffe comme Chaban, il aurait été laminé.

  • @ nicolas:

    Oh, z’etes vache là: d’abord c’est notre cher Pompidou le TGV. Et depuis, on a tout de même récupéré : une pyramide qui coûte un bras en lave-vitres, une bibliothèque en verre (encore ?) qu’il aura fallu doubler en bois, un opéra avec des sièges inconfortables pour pas s’y endormir, un stade pour regarder le foute et même un musée pour ranger les statuettes cadeaux que la françafrique nous faisait accumuler à l’Élysée depuis cinquante ans. C’est superbe, tout ça, non ?

  • Tout ceci ne ménage pas beaucoup de suspense, la candidature de Royal et celle de Sarkozy sont loin d’être des surprises … Je trouve la vision de Giscard un peu optimiste : elle implique la réélection d’un président pour un deuxième quinquennat. Et quel que soit ce président, il faut qu’il soit très fort pour survivre au raz-de-marée d’électeurs qui ont invariablement le réflexe « il est au pouvoir depuis 5 ans et il reste encore des problèmes, c’est une honte, élisons le camp d’en face ». Sur ce le camp d’en face accède au pouvoir et défait tout ce qui avait été fait par les précédents.

    Je ne prends pas ici parti pour un camp politique ou un autre. Je dis juste que le quinquennat favorise l’alternance et la stagnation politique. Il est suffisamment long pour que le pouvoir en place ait le temps de désillusionner les Français (non, tous les problèmes ne sont pas réglables pendant les 100 jours de l’état de grâce), et suffisamment court pour qu’il soit difficile de mettre en place quoi que ce soit de vraiment durable. Une réforme ? Avant que ses effets à long terme aient été observés, le pouvoir aura changé de main et la barre aura été tournée à 180°.

    Après, des doubles mandats, on en a déjà vu, certes. Mais les élections de « mi-mandat » ressemblaient moins à un plébiscite de la politique en cours qu’au fait que les camps de l’opposition s’entre-annihilaient.

  • @bzavier (et réclamation en passant au patron) On peut pas « liker » ou « RT » certains commentaires sur ce blog ?

    Sinon, RAS sur l’article. C’est le tour de chauffe. On sent le Koz politique prêt à démarrer une deuxième campagne. Même si semble poindre la lassitude du vétéran pour la petite politique… Ce sera intéressant de comparer les articles avec ceux de 2005-2007 ;)

  • Quand on voit à quel point les sujets de fond sont soigneusement évités dans les débats médiatisés en période normale, on sait déjà à quoi ressemblera cette campagne qui commence. Les médias prendront toute leur part dans cette télé-réalité interminable…

    Sur les « Pourquoi » concernant l’actualité de Ségolène Royal, qui remonte comme par harsard dans les sondages, je pense que ma note d’hier « Le coup du lapin » concernant un câble diplomatique diffusé par wikileaks apporte un certain éclairage.

    http://duborddemafenetre.blogspot.com/2010/12/le-coup-du-lapin.html

  • @ Nicolas: le TGV c’est Pompidou, et le nucléaire aussi. Les racines de ces deux projets remontent plus loin encore, bien sûr.

    @ Chafouin: mais votre commentaire s’applique tout aussi bien (mieux, en fait) à l’un des successeurs de Giscard – je sais, c’est facile, mais c’est irrésistible :-)

    @ Vivien: je suis d’accord avec l’hypothèse du va-tout. Comme souvent, Mme Royal improvise pour tenter de passer par surprise. On commence à connaître le truc. Pour ce qui est du calendrier des primaires aux États-Unis, vous avez raison quant à son importance. Les partis américains ont un gros avantage sur le PS: leurs primaires existent depuis longtemps et leur calendrier, fixé par la tradition, ne bouge pas facilement. Il y a aussi une différence de culture politique: les candidats peuvent se déclarer aussi longtemps à l’avance qu’ils en ont envie, mais personne ne s’intéresse à eux avant que les primaires ne soient en vue.

    Sur le billet lui-même: sans aller jusqu’à vouloir passer les deux prochaines années au lit comme FC, je reconnais qu’il va être plus dur de se passionner pour cette élection que pour la précédente. La droite est coincée avec Sarkozy. Le PS est coincé avec son trop-plein de candidats et leurs grenouillages divers pour décrocher la place.

    Un espoir de voir des idées plus intéressantes être mises en avant serait que la popularité de Sarkozy descende durablement assez bas pour l’obliger à renoncer. Cela ouvrirait le jeu, mais c’est quand même improbable.

  • Bonjour,

    pour moi, le sujet le plus important de l’élection présidentielle est de savoir si le PS nommera quelqu’un de sérieux (Dominique Strauss Kahn ou Emmanuel Vals par exemple), ou s’il glissera dans la démagogie d’extrême gauche. Je pense que si le candidat de gauche est sérieux, le niveau s’élèvera naturellement. Nicolas Sarkozy est en effet entouré d’une équipe de jeunes conseillers que l’on ne connait pas très bien, mais qui ont du répondant, notamment sur l’économie.

    Sinon, Nicolas Sarkozy pourra sans doute jouer la carte de la crédibilité et gagner presque seulement avec cela. Un autre point qui pourrait l’aider est la sortie probable de scandales liés à de la gabegie, ou des opérations illégales, dans toutes les collectivités locales gérées par la gauche, et qui sont beaucoup moins contrôlées que le gouvernement national. Il pourrait aussi être aidé par une légère reprise de l’activité économique, même si c’est moins sûr: il y a un autre scénario qui prévoit une seconde récession arrivant avec la rigueur généralisée l’an prochain.

    Par contre, je ne vois pas très bien comment la droite religieuse, qui est une petite minorité, parviendra à ce que l’on discute ses thèmes, puisqu’il y a un consensus assez large du reste de la population sur le « statu-quo » sur ses sujets préférés. Tu t’ennuieras donc peut-être.

  • bzavier a écrit : :

    Je n’oserais imaginer que des cambrioleurs, des vrais, soient si paresseux et opportunistes qu’ils ne veulent plus mériter leur héroïque et proverbial surnom de « monte-en-l’air ».

    Ne sois pas si primaire. Ce n’est pas parce que la porte-fenêtre était ouverte que ce n’est pas un complot sarkozyste. D’autant qu’on est dans une ville de droite, à Boulogne-Billancourt. Cette affaire doit au moins prouver l’échec de la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy ou je ne m’appelle plus Ségolène Royal !

    Vivien a écrit : :

    Vu comme ça, le fait que Royal caracole en tête du troupeau médiatique aussi loin du poteau serait plus la confirmation qu’elle est grillée et qu’elle joue son va-tout… Donc, je veux bien me chagriner avec vous tous du phénomène « Royal 2″, mais j’aurais peur de gaspiller ma salive, quand même.

    Probable mais en même temps, de cette façon-là, elle réduit au silence les petits, du genre Montebourg, qui espéraient mettre à profit la période pendant laquelle les gros se regardent en chiens de faïence pour prendre la parole. Néanmoins, il est clair qu’elle va se faire allumer pendant plus longtemps.

    Henry le Barde a écrit : :

    C’est le tour de chauffe. On sent le Koz politique prêt à démarrer une deuxième campagne. Même si semble poindre la lassitude du vétéran pour la petite politique… Ce sera intéressant de comparer les articles avec ceux de 2005-2007

    Oui, c’est une façon de prendre date. A partir de maintenant, je considère que c’est lancé. Amusant d’ailleurs de constater la coïncidence de calendrier pour Royal entre 2005 et 2010. Après, oui, en effet, difficile de se mobiliser pour la petite politique. Et en même temps, je crains de me laisser entraîner, tant il y a des choses qui m’agacent : je n’ai pas fait tout mon billet sur le cambriolage de Ségolène Royal, mais j’aurais pu. Nous verrons. En revanche, quand on pense à certains politiques, qui sont dans la bisbille politicienne permanente depuis des années, c’est assez affligeant.

    Aurélien a écrit : :

    Quand on voit à quel point les sujets de fond sont soigneusement évités dans les débats médiatisés en période normale, on sait déjà à quoi ressemblera cette campagne qui commence. Les médias prendront toute leur part dans cette télé-réalité interminable…

    Yeap. Ca va être difficile de ne pas se laisser prendre, d’autant que les medias écrasent facilement le reste de l’actu.

    Joyeux Acier a écrit : :

    Par contre, je ne vois pas très bien comment la droite religieuse, qui est une petite minorité, parviendra à ce que l’on discute ses thèmes, puisqu’il y a un consensus assez large du reste de la population sur le « statu-quo » sur ses sujets préférés. Tu t’ennuieras donc peut-être.

    « Ses thèmes » ne se limitent pas à la défense de la vie, loin de là. On pourrait même trouver des convergences surprenantes. Quant aux thèmes des autres candidats, rien n’empêche d’avoir un regard chrétien sur ce qu’ils contiennent.

    Mais oui, en effet, il est bien peu probable que la droite chrétienne, de la démocratie-chrétienne à d’autres courants, parvienne à se faire entendre. Une initiative est née, Audace2012 pour tenter de peser sur les présidentielles mais (i) je n’en partage pas toutes les idées et combats, et (ii) un coup d’oeil sur leur site et ce qu’ils prétendent être un blog est atterrant. C’est un DesirdAvenir-like. Presque aussi moche et ringard. Il y a pourtant de bonnes volontés dans le milieu pour le bâtir un truc qui ait un minimum de gueule. Je ne suis pas certain que cette initiative aide.

  • Koz a écrit : :

    Yeap. Ca va être difficile de ne pas se laisser prendre, d’autant que les medias écrasent facilement le reste de l’actu.

    Plusieurs solutions:

    1- Faire comme certains ici : dormir pendant 18 mois.

    2- Faire ce que je fais : ne pas regarder les infos TV, survoler les grandes lignes de la presse écrite et/ou web, le tout en priant le ciel que le fameux programme pour l’égalité réelle -82% des militants PS qui ont pu voter malgré les intempéries l’ont approuvé, faut le faire!- ne soit pas mis à exécution. Sinon, selon le bon principe du « La France tu l’aimes ou tu la quittes », eh bien je la quitte …pour aller où, je ne sais pas encore, mais j’y réfléchis.La Suisse me tente assez. Qu’on soit d’accord ou non avec les résultats de leurs votations, au moins il faut reconnaître que la démocratie est respectée!

  • Tara a écrit :

    Sinon, selon le bon principe du « La France tu l’aimes ou tu la quittes », eh bien je la quitte …pour aller où, je ne sais pas encore, mais j’y réfléchis.

    Tara,

    pour ce que cela vaut, je suis parti, et revenu. Voici quelques éléments de réflexion: j’ai trouvé plus difficile que je l’avais pensé de me séparer de certaines petites choses du quotidien (du bon saucisson aux deux ou trois émissions que j’ai l’habitude de regarder àt la télé française), j’ai trouvé également difficile d’être très éloigné de ma famille (j’étais en Asie). De plus, notre pays dispose de paysages, d’un climat et d’un patrimoine (culturel et gastronomique) de très bonne qualité. Je peux te dire qu’après sa première mousson, ou son premier hiver danois on regrette sa douce France. Enfin, on n’est pas toujours très bien accueilli à l’étranger (essaie de te faire des amis en Suisse par exemple !)

    De plus, le rapport service reçu / impôts en France n’est pas si mauvais que cela si l’on regarde dans le détail: parmi les mauvaises surprises quand on part à l’étranger, il y a l’absence de quotient familial (donc une famille de la classe moyenne paiera souvent plus d’impôts même dans pays dits « low tax »), la couverture maladie aléatoire (accouchement = sortir 10.000 Euros ou plus en cash) et des coûts incroyables de prestations médicales (consultation baclée à 100 Euros), des systèmes de retraites encore moins viables que le système français (par exemple aux US ou au Japon) qui obligent à faire des économies soi-même. Enfin, dans certains pays (en Asie par exemple), on reconstruit systématiquement les appartements tous les 40 ans, donc ton appartement ne vaut plus rien à la fin.

    Nous voyons les gros défauts de notre système social (et ils existent), mais la plupart des autres pays ont leur problème qui vont d’une démographie ingérable (pour tous les pays industrialisés sauf les US, les pays scandinaves l’Irlande et la France je crois) à une absence de maitrise des dépenses de santé (US et Asie en particulier), en passant par des syndicats plus puissants que les syndicats français (US, Allemagne), et qui ont un vrai pouvoir de nuisance. Si j’avais à faire un classement, je mettrai les pays scandinaves devant, suivi par l’Allemagne (qui a tout juste à part sa démographie / la Hollande / le Canada et j’hésiterai beaucoup sur l’ordre entre les US, la France et le Royaume Uni, qui ont chacun leurs problèmes: je mettrai sans doute le Royaume Uni devant car il est le plus capable de réformes douloureuses. Par contre, je pense que la France est en meilleure position que l’Europe du Sud ou les pays riches asiatiques, à l’exception peut-être de Singapour et Hong-Kong qui peuvent compenser leur démographie catastrophique par une immigration ethniquement homogène de chinois continentaux. Je pense aussi que la Suisse, où le coût de la vie est parfois surprenant, est globalement un peu moins bien placé que la France, en tout cas pour la classe moyenne.

    Alors, finalement, où vas tu ?

  • Joyeux Acier a écrit : :

    Alors, finalement, où vas tu ?

    J’ai encore 18 mois pour réfléchir ;-)

    Mais la Suisse me plaît assez: je la trouve agréable, même si nous nous sommes souvent perdus sur les autoroutes, mais les douaniers, sympas, nous ont toujours remis sur le bon chemin (en grommelant que les français ne savent pas lire les panneaux routiers, mais c’est vrai quoi : les verts correspondent aux autoroutes, les bleus aux routes! De quoi s’y perdre, non?) et même si, effectivement, la vie est chère.

    Ceci dit, j’ai deux enfants et des cousins en Californie. Le temps est magnifique, les gens sympathiques. Certes l’immobilier est cher, mais pas plus qu’à Paris. Et puis je serais en famille. Je peux aussi retourner dans le pays de mon père (il est en bonne position dans votre classement…)

    (Au fait, en ce qui concerne les retraites : il semblerait, d’après mes enfants que le système US soit plus intéressant que le système français, car il n’y a pas de décote. Ceci dit, il faut cotiser. C’est une évidence! Mais ici, j’aurai cotisé toute ma vie pour toucher quasi rien, du fait que je fais partie des multi-caisses -donc décote maxi partout!)

    Bref, j’ai un peu de temps devant moi. Et je vais l’utiliser à lire, me promener, rencontrer des amis et tenter (tenter, mais vais-je y réussir?) de ne pas me laisser envahir par une politique de caniveau , basée sur les cambriolages d’appartement, les affaires qui ressortent 10 ou 20 ans après pour faire tomber le concurrent d’ en face, les petits mots déstabilisants et salissants, les vrais-faux programmes (et les faux-vrais programmes!), les mots qui sont à la mode et qu’il faut impérativement prononcer, et ceux qui ne doivent pas être dits (et qu’on remplace par des périphrases), les copinages malsains, les bidouilles… Tout ça fait par du « beau monde »!

    Maintenant, c’est le moment de penser à Noël, avec tout ce que cette fête peut apporter d’espoir. On verra plus tard!

  • Mon plan pour ne pas perdre la raison d’ici 2012 consiste à me tenir le plus loin possible des mass media (je n’achète pas de journaux, comme tout le monde et je n’ai pas de télévision, comme peu de monde, donc je suis avantagé) et me répéter que de toute façon tous les candidats qui ont la moindre chance de faire plus de 1% sont aussi catastrophiques sur les problèmes importants pour un chrétien, donc il n’y a pas de raison de s’inquiéter outre mesure de ce qui va arriver.

  • jean316 a écrit : :

    je n’ai pas de télévision, comme peu de monde, donc je suis avantagé

    Je partage à moitié votre avis: certes, vous êtes avantagé mais nous sommes de plus en plus nombreux!

  • Ah je vois les choses comme Jean moi z’aussi.(et je n’ai pas la télé, mais je lis Koz!)

    A lire, dans l’ »homme nouveau », le bilan de la XIII eme législature, un petit classement des députés en fonction de leur vote sur 16 projets de Loi ou amendements concernant la famille.

    Pas très encourageant.

    Et si on prenait chacun un député, un sénateur en ligne de mire pour envoyer quotidiennement une rafale d’Ave Maria :) à son intention? trouver 577+ 348+74 (faut pas oublier l’Europe, beaucoup de choses s’y décident qui influent nos élections)= 999 bonnes volontes pour tenir la distance d’une dizaine de chapelet quotidienne….

  • Ah oui, moi aussi j’aime cette course de cochons. D’autant plus qu’en élargissant l’illustration ainsi zoomée , on aurait pu voir au centre de la piste le coq chantant sur son tas de fumier

    et en dézoomant encore un peu, on aurait pu voir les spectateurs asiatiques dans les tribunes se tapant les cuisses de joie.

    Et en reculant encore on aurait pu voir les organisateurs de courses se préparer à faire passer la France en division Club Med

    Ah non, mauvais rêve je m’étais endormi en regardant les infos à la télé

  • Bonsoir à tous,

    Tout d’abord, merci à Koz pour ce billet politique polémique. Merci également à tous pour vos commentaires qui font avancer la réflexion sur la politique française.

    A mon tour d’apporter ma pierre à l’édifice. Jeune citoyen de 23 ans, je partage avec vous ce désenchantement du politique. Face à l’offre politique actuelle et face aux nombreux échecs du gouvernement actuel, je me pose beaucoup de questions quand à mon engagement politique. Il semblerait que la politique d’aujourd’hui ne repose plus sur un programme et sur une responsabilité vis-à-vis des électeurs. Les programmes d’aujourd’hui ne sont que démagogie, guéguerres entre opposants (avec leurs lots de scandales amplifiés, déformés par les médias traditionnels). La France, malgré tous ses atouts indéniables, va droit vers le mur dans différentes problématiques (la dette publique, le chômage, la recherche & développement, la réduction des différentes fractures). Le problème, c’est que peu de politiciens s’en rendent compte et mettent en oeuvre des mesures dans ce sens. Et comme les Français en général ne veulent rien lâcher de leur acquis sociaux, peu de réformes (à l’instar des retraites) ont la chance d’aboutir sans être constamment contestées par la société civile. En agissant de la sorte, cela casse les liens inter-générationnels de la population active. Comment voulez-vous expliquer à un jeune diplômé que vous préférez vous accrocher à vos « privilèges » plutôt que de réfléchir à son avenir et à son futur bien-être ?

    J’en arrive à la deuxième partie de mon post sur le rôle des jeunes dans le politique. Les partis politiques sont généralement aux mains de la vieille garde et ne participent nullement à l’émancipation politique des jeunes en leur confiant des responsabilités importantes. Quel parti à organiser des état généraux de la jeunesse pour comprendre les inquiétudes des jeunes et tenter de trouver des solutions avec eux? Les jeunes sont l’avenir de chaque pays et ils ont le droit d’être écouté et de parler. Ils s’inquiètent du chômage qui les touche (j’en parle en connaissance de cause), de la hausse du niveau de vie (et de leur précarité associée). De plus, les medias accentuent cette sinistrose par l’image qu’ils reflètent de notre société.

    J’aspire à une conception du politique véritable, telle que développée par Monsieur Fromantin dans l’un des précédents billets de Koz Toujours.

    J’aimerai avoir votre avis sur cette charte du renouveau politique que propose le site Liberté Politique : http://www.libertepolitique.com/images/pdf/2010/charte-fll2.pdf

    Merci d’avoir pris le temps de lire mon commentaire et au plaisir d’en discuter avec vous.

    Bonne soirée,

    Henri

  • Hm, pas sûr que ce soit une si bonne idée que ça, les primaires ouvertes du PS.

    Il reste le risque d’avoir pas mal de militants de droite qui se pointeront pour voter pour le (ou la, en l’occurrence…) moins crédible des candidats, dans l’espoir de maintenir Sarko en place. La primaire ouverte, ça aurait pu le faire si c’était le cas pour tous les partis, à condition qu’une même personne ne puisse voter qu’une fois en tout (pas une fois au PS et une fois à l’UMP, par exemple).

  • Pas facile de trouver une bonne raison de revoter Sarkozy, hein ? Je compends… Pourtant il faudra bien y arriver. Vous n’allez quand même pas voter à gauche, pour « les socialo-communistes, complices de Staline, de Mao et de Pol Pot » ? C’est sûr, ce sera plus facile si c’est Royal en face. Vous vous voyez déjà en train de dire : « Je n’ai pas voté pour Sakozy, j’ai voté contre Royal, nuance. Je n’allais quand même pas laisser mon pays aux mains d’une cruche hallucinée ». Et si c’est Strauss-Kahn (« un dilletante menteur et obsédé sexuel »), Aubry (« la dame des 35 heures qui ont plongé le pays dans la crise pour plusieurs générations ») ou Hollande (« il n’aime pas les riches, ce gros flamby »), vous trouverez bien quelque chose. Certains me semblent déjà impatients de retrouver ce bon vieux clivage des campagnes. Ne vous inquiétez pas, l’Elysée distribuera des éléments de langage.

  • Ça nous ferait de la peine de vous détromper, Jeff.

    Jor, le coup du vote aux primaires, je n’y crois pas. On soulève cette idée à chaque fois mais, de fait, les « militants de droite » ont autre chose à faire. Si certains votent, leur part doit être négligeable.

  • @jor

    On notera que l’idée du « vote-sabotage » est aussi invoquée pour les élections proprement dites. En 2002, Libé avait fait un court article (à Neuilly…) sur des électeurs bien à droite votant Royal pour éviter un duel Bayrou-Sarkozy que leur champion aurait perdu. Donc on s’en sort pas… Bon dans les faits, la vague Royal au premier tour à Neuilly, on l’attend toujours, du moins dans des proportions qui auraient changé le cours de l’élection.

    Dans le cas des primaires socialistes, ça parait d’autant moins probable, que même un militant de droite est capable de se rendre compte que vu la faiblesse de Sarkozy, sa victoire n’est assurée contre aucun candidat du PS, même le pire. Le militant UMP n’a donc peut être pas envie de jouer avec le feu, hein?

    Sinon, oui, il y aura des gens « de droite » pour voter aux primaires socialistes si elles sont vraiment ouvertes. Genre ma pomme. C’est même le principe des primaires ouvertes. Si au PS on trouve qu’on sent le caca, il faut s’en rendre compte avant d’organiser des primaires ouvertes.

    @Jeff

    Ils sont cons ces gens de droite, hein? Heureusement que la gauche peut compter sur un troupeau symétrique prêt à voter pour n’importe quel idiot(e) qui battrait Sarkozy avec une étiquette PS, ca équilibre les forces en présence… Allez, les moutons, faites moi deux rangs propres, c’est pour la tonte.

    16 mois, c’est long, mais ça va l’être encore plus avec des procès d’intention à 2 balles dans ce genre…

  • @jor

    On notera que l’idée du « vote-sabotage » est aussi invoquée pour les élections proprement dites. En 2002, Libé avait fait un court article (à Neuilly…) sur des électeurs bien à droite votant Royal pour éviter un duel Bayrou-Sarkozy que leur champion aurait perdu. Donc on s’en sort pas… Bon dans les faits, la vague Royal au premier tour à Neuilly, on l’attend toujours, du moins dans des proportions qui auraient changé le cours de l’élection.

    Dans le cas des primaires socialistes, ça parait d’autant moins probable, que même un militant de droite est capable de se rendre compte que vu la faiblesse de Sarkozy, sa victoire n’est assurée contre aucun candidat du PS, même le pire. Le militant UMP n’a donc peut être pas envie de jouer avec le feu, hein?

    Sinon, oui, il y aura des gens « de droite » pour voter aux primaires socialistes si elles sont vraiment ouvertes. Genre ma pomme. C’est même le principe des primaires ouvertes. Si au PS on trouve qu’on sent le caca, il faut s’en rendre compte avant d’organiser des primaires ouvertes.

    @Jeff

    Ils sont cons ces gens de droite, hein? Heureusement que la gauche peut compter sur un troupeau symétrique prêt à voter pour n’importe quel idiot(e) qui battrait Sarkozy avec une étiquette PS, ca équilibre les forces en présence… Allez, les moutons, faites moi deux rangs propres, c’est pour la tonte.

    16 mois, c’est long, mais ça va l’être encore plus avec des procès d’intention à 2 balles dans ce genre…

  • Les spécialistes des sondages disent qu’il y a tout de même un petit engouement en ce moment pour les primaires organisées par le PS. Il y aurait un nombre non négligeable de Français non sympathisants du PS qui disent aujourd’hui qu’ils ont l’intention de voter aux primaires. Cela ne veut pas dire que ce sera vraiment le cas. Cela représenterait le double des 3 millions de votants que le PS estime pour le plus optimiste des scénarios.

  • Les primaires au PS sont un processus intéressant et novateur qui peut faire émerger un candidat qui axerait son discours sur autre chose que l’anti-sarkozysme.

    A lire certains commentaires, on a cependant le sentiment que beaucoup au PS ne veulent pas abandonner cette martingale qui leur a si bien réussi par le passé.

  • Le problème du vote sabotage aux primaires du PS, c’est que ces primaires comptent tellement de candidats cruches que le vote sabotage des UMPistes va s’éparpiller et devenir ineffectif…

  • Attention également aux votes Le Pen et Mélenchon. Vu l’impopularité record de Sarkozy, le manque de différenciation et d’attractivité du PS, le nombre de candidats et le ras-le bol qui monte encore dans le pays, on pourrait avoir des surprises…

    @ Koz : je sais bien que vous ne me détromperez pas (c’est bien pour cela que je pense que les sondages actuels n’ont pas grand sens et que Sarkozy peut malheureusement être réélu).

    @ Vivien : les gens de droite ne sont ni plus ni moins cons que ceux de gauche, mais comme eux, quand le clivage est exacerbé par une campagne électorale, ils retrouvent leurs vieux réflexes, même si leur candidat est carbonisé (Sarkozy ou Royal).

  • Le Tout Sauf Sarko ne me semble pas plus idiot dans son principe que le Tout Sauf Royal.

    Pour ce qui est des primaires, j’espère que vous avez tous raison, parce que ce serait pas le pied d’avoir Royal comme présidente, ou de rester avec Sarko pour cinq ans de plus. Berk…

  • @Jeff

    Si c’est bien ce que vous dites, on est presque d’accord… Excusez mon irritation, je trouvais que votre commentaire avait une vision un peu orienté de l’esprit partisan. En particulier, le « vous trouverez bien quelque chose ». Ca faisait un peu: « pendant que « vous » trouvez quelque chose, « nous », on fait barrage à Sarkozy pour sauver le pays, rien à voir! ».

    Tel que c’e'st parti, je risque effectivement de me retrouver à devoir glisser à un moment un bulletin Sarkozy dans une urne (je ne m’abstiens jamais). Si je ne le fais pas, il y a peu de chance que l’alternative choisie me transporte d’enthousiasme non plus. Ca m’emmerde suffisament comme ça sans que l’on ne m’instruise un procès facile en aveuglement ou en hypocrisie.

  • @ Vivien C’est justement cet « emmerdement » que j’ai ressenti à la lecture de nombreux posts et du billet de Koz. Ce qu’un commentateur traduit par : « la droite est coincée avec Sarkozy ». Pour beaucoup d’électeurs de droite désenchantés (et on les comprend), la prochaine campagne se résumera donc à se trouver des raisons de revoter Sarkozy. Et cela passera nécessairement par la caricature du candidat de gauche, quel qu’il soit. C’est écrit d’avance. Car, comme Koz, je ne crois pas une seconde au basculement à gauche d’électeurs ayant toujours voté à droite (même si c’est Strauss-Kahn en face et même si c’est pour reprendre cinq ans de Sarkozy).

  • @ Jeff : Autant j’ai trouvé votre premier com très désagréable dans le ton, autant je tombe d’accord avec vous sur le fond. Les électeurs qui ont voté à droite toute leur vie n’arriveront que difficilement à mettre un bulletin Royal, Aubry ou DSK dans l’urne, même s’il y a toujours des exceptions. Ce phénomène est explicable parce que le vote fait partie de l’identité personnelle de chacun, comme l’explique ce très intéressant article (en anglais).

    On peut par contre penser qu’il y en aura pour voter blanc. Et d’autres pour participer aux primaires ouvertes, non pas pour saboter, mais bien pour choisir le meilleur candidat possible pour le pays (ou le moins mauvais, si on n’en apprécie vraiment aucun). Par exemple, ma pomme… comme souvent, je me retrouve dans les commentaires de Vivien. Bon, moi j’ai déjà voté contre Sarkozy la dernière fois, donc je reconnais que ma pomme ne représente pas grand-chose de l’électorat de droite.

Comments are closed.