• Comme l’air qu’on respire

    Comme l’air qu’on respire

    Nous nous voulons libres comme l’air ? L’air nous rappelle qu’il est notre ultime lien commun. Cet air nous chante qu’il n’est guère de choix individuels qui n’aient de conséquence collective.

  • Fin de vie en République – sortie le 6 janvier

    Fin de vie en République – sortie le 6 janvier

    « Livre-courage » ? Je crois que nous sommes bien plus nombreux que cela à ne pas être favorables à l’euthanasie et qu’il ne s’agit pas tant d’avoir le courage de parler que de ne pas avoir la faiblesse de se taire.

    Je peux aider. Le livre sort en librairie demain, 6 janvier.

  • En notre humanité

    En notre humanité

    Par quel détour, alors que l’on célèbre l’innocent et divin enfant, le chroniqueur en peine d’esprit de Noël trouve-t-il une lumière dans l’évolution du porno ?

  • Crise de l’hôpital, faillite d’humanité

    Crise de l’hôpital, faillite d’humanité

    Notre hôpital s’affaisse, ne garantit plus le soin, et pourtant les uns n’évoquent que suppression de postes quand les autres, dits « progressistes », veulent nous faire croire que ce retour vers le passé hospitalier serait dans le sens de l’Histoire. Il faut sauver l’hôpital public, et notre humanité avec lui.

  • Celui qui ne prend pas sa croix

    Celui qui ne prend pas sa croix

    Certains ne se sentent pas responsables. C’est oublier surtout que l’Eglise n’a qu’un seul patrimoine : la parole. La Parole, d’abord, qui fait de nous les gardiens de nos frères (Gn 4, 1-12) et qui fonde la nature de l’Eglise : celle-ci n’est pas précisément un syndicat ou un club, elle est un corps et « si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance » (1 Cor 12, 26). Nous ne sommes pas juridiquement responsables, nous sommes fraternellement engagés.

  • A paraître | Fin de vie en République

    A paraître | Fin de vie en République

    Je me suis réveillé groggy le 9 avril. Le texte n’était pas passé mais nous avions clairement passé un cap. Demain, nous pourrions euthanasier des personnes dépressives. Nous pourrions euthanasier Mamie, qui pense qu’elle est un poids pour ses enfants et ses petits-enfants et qui est fatiguée, aussi. Alors, j’ai vaincu mes dernières réticences et je me suis mis au travail.

PAN!

16 février 2007 42 commentaires sur PAN!

Après les SNLE, les PAN. Sarko en veut… deux ! Comme ma fille. Ségo gère son complexe familial : elle