Le vide

hollandeC’est le vide au sommet de l’Etat. Dans un mois, on tirera le bilan d’une année de présidence Hollande. Et si le mois qui vient n’apporte pas un contredit très improbable aux onze mois qui auront précédé, il sera sans appel. Le pouvoir a montré plus d’intérêt à défaire ce qu’avait établi le pouvoir précédent qu’à construire quoi que ce soit. Aujourd’hui, malgré la succession d’interventions télévisées censées permettre au capitaine supposé de « fixer le cap » – selon l’expression employée avec une répétition anxiogène – nul ne sait où va le pouvoir, et je m’abstiendrai d’insister sur les seuls points sur lesquels il semble vouloir avancer. Après un an seulement, certains évoquent déjà une « odeur de fin de règne« , quand d’autres se surprennent à imaginer que François Hollande ne termine pas son mandat.

L’affaire Cahuzac est même venue annihiler la légitimité morale dont croyait sans rire pouvoir se parer le parti qui voulait porter DSK au pouvoir. On reste d’ailleurs sans voix devant la farce offerte par le parti socialiste, qui s’empresse d’évincer Jérôme Cahuzac à l’unanimité, tandis qu’un Jean-Noël Guérini, un Jean-Pierre Kucheida, une Sylvie Andrieux en restent membre… sans oublier René Teulade, auquel notre président se disait encore récemment « lié par une fidélité corrézienne« . Le comble du Grand Guignol est atteint par le fait que l’éviction de Jérôme Cahuzac ait été supervisée par un Premier Secrétaire lui-même condamné pour recel d’abus de biens sociaux !

Face à cela, François Hollande s’est (com)plu à se présenter « implacable« , « intraitable« . Il ne fait que dévaluer davantage sa parole.

Les mesures annoncées sont tellement indigentes que l’on aimerait pouvoir en rire. Au vu des mesures annoncées, il est dramatiquement risible de lire que « sa rage est à son maximum« . Il en serrerait ses petits poings, le Président Implacable.

Qu’on en juge :

  • Déclaration des patrimoines :  sans intérêt. Je ne dis pas : on a bien ri sur Twitter, avec les déclarations de patrimoine des ministres. Mais il faut arrêter la blague : Jérôme Cahuzac avait lui aussi rempli une déclaration de patrimoine. Il avait également signé la charte de déontologie des ministres. Las, il semblerait qu’il ait omis de déclarer ses comptes occultes. Que les ministres déclarent leur patrimoine sur leurs blogs ou sur Twitter est certainement divertissant, mais chacun sait que le problème n’est pas dans ce qui est déclaré, mais dans ce qui ne l’est pas;
  • Création d’une haute autorité chargée de contrôler les déclarations de patrimoine et d’intérêts : déjà fait. C’est Françoise Fressoz qui le rappelle de façon cinglante, dans un billet au titre ravageur pour le Président Implacable : « s’indigner, et après ?« . Elle le souligne : les enjeux étaient déjà pointés par la « commission de rénovation et de déontologie de la vie publique » mise en place par le Président Intraitable l’été dernier, sans qu’il n’en tire aucune conséquence. Surtout, une « commission pour la transparence financière de la vie politique » existe depuis près d’un quart de siècle, mais n’a jamais reçu les moyens financiers et procéduraux pour remplir sa mission. Plutôt que de trouver un nouveau nom à un machin similaire, il aurait simplement fallu doter cette commission des moyens nécessaires;
  • Création d’un parquet financier et un office central de lutte contre la fraude : déjà fait. Je pratique peu le pénal, mais les rares fois où je suis allé consulter un dossier, c’était au pôle financier, boulevard des Italiens. C’est un bon indice du fait qu’il existe déjà. Et il a déjà une compétence nationale. Quant à l’office en question, il ferait doublon avec l’office central de la répression de la grande délinquance financière, qui existe depuis 22 ans. Au demeurant, on ne peut pas dire que la Justice connaisse des dysfonctionnements – qu’ils demandent aux socialistes précités s’il veut l’avis de camarades – ou en ait connu dans l’affaire Cahuzac, loin de là;
  • Incompatibilité de certaines professions : le coup de pied de l’âne. Il est bien compréhensible et assez légitime d’attendre d’un parlementaire qu’il se consacre pleinement à son mandat. Mais il est assez odieux de voir comme cette préoccupation est détournée pour ne viser que des professions du privé, et des professions libérales en particulier, François Hollande visant les médecins, et Pierre Moscovici, les avocats. Quoi que l’on pense du fait que M. Copé ait mené cette activité en tant que parlementaire, il est pitoyable de l’entendre clamer que l’on ne trouvera pas sous le gouvernement actuel de « députés qui ont été en même temps avocats d’affaires » alors que ce gouvernement a hébergé en connaissance de cause un ministre  très fortement soupçonné d’avoir monnayé son influence. S’il s’agit vraiment de prévenir les conflits d’intérêt, que ce gouvernement aille au bout de sa logique et déplaise donc aux camarades du parti, en exigeant que tout fonctionnaire démissionne de la fonction publique avant de se présenter… comme cela se passe aux Etats-Unis en application du Hatch Act de 1949, ou en Grande-Bretagne.
François Hollande, c’est le Verbe désincarné. A l’opposé de celui qui produit effet par son seul énoncé, lui a parlé pour ne rien dire sur un sujet d’une gravité rare. Les mesures annoncées, marketées en « annonces fortes » n’ont aucune consistance, ou ne constituent que des exploitations politiciennes d’une crise morale. Alors que le sens même de l’engagement politique est mis en cause, il y a de très bonnes raisons de penser qu’en fait de mesures fortes, Hollande s’est contenté d’une manoeuvre tactique de diversion.

Auteur

Monoépoux, multipère, fidèle à plus d'un titre. Avocat (associé fondateur BeLeM Avocats), auteur de Ca ira mieux demain (Sept. 2015) et de Identitaire - Le mauvais génie du christianisme (Janv. 2017)

Billets à peu près similaires

48 comments

  • Il terminera son mandat pour la simple raison que, d’une certaine façon, peu importe ce qui se passe à la tête de l’État qui n’a plus guère de pouvoir ou de marge de manœuvre… Il faut voir ou revoir le film L’exercice de l’État (et non du pouvoir !!!) de Pierre Schoeler. Sinon, en passant, je suis pour l’exclusivité des fonctions parlementaires (avec moins de parlementaires, mieux payés avec plus de moyens) ET la démission des fonctionnaires élus.

  • Je suis d’accord avec toi : je ne vois pas par quelle circonstance il pourrait ne pas terminer son mandat. Tout le monde n’est pas Benoît XVI. Et il n’y a pas de moyens de l’évincer. Tout au plus pourrait-il y avoir une dissolution, qu’il n’est pas assez stupide pour provoquer et, même dans ce cas, il cohabiterait ce qui le soulagera probablement et lui permettra de se prendre pour Mitterrand. Mais là où je trouvais utile de le relever, c’est dans le fait que l’idée puisse suelement traverser l’esprit, malgré sa très grande improbabilité.

    En ce qui concerne l’exclusivité des fonctions parlementaires, je l’ai un peu dit : ça me semble légitime, mais j’attends de voir si elle est pleinement appliquée ou si elle sert uniquement de moyen – comme c’est le cas pour le moment – de fustiger des adversaires politiques, tout en ménageant son propre camp.

  • Redoutablement, dramatiquement, lamentablement vrai… Et le déballage de patrimoines plus ou moins crédibles que nous subissons actuellement n’a aucun sens. Il n’ira nourrir que le populisme et la démagogie.

  • Vous ne le voyez pas encore, mais le gouvernement va aussi détricoter une partie des avancée de la loi de 2005 en faveur des personnes handicapées. A Paris, en particulier, on voit très peu d’enfants handicapés, les commentateurs majoritairement parisiens ne verront donc pas quel séisme réel ces « ajustements » vont entraîner:

    • Dans ses explications au Sénat, Vincent Peillon explique clairement que dans le contexte budgétaire actuel, on ne peut pas tout faire et il faut faire des choix, à ce sujet…. Comme le ministre a besoin de moyens d’actions, il en supprime d’autres.

    • Le « plan autisme » de Madame Carlotta sent aussi la même idée de réduire les frais en faveur des personnes handicapées: pour les non-connaisseurs, les « CAMSP » mis en avant sont une version low-cost de l’accompagnement des enfants handicapés, par rapport aux « SESSAD ». En particulier les CAMSP n’ont aucune légitimité dans leur positionnement par rapport aux écoles.

      • Rajoutons la simplification administrative, et hop !

    L’environnement des personnes handicapées est austère et plein de sigles, de querelles de chapelles, difficile à comprendre et maîtriser même pour les parents concernés, ce qui facilite aussi ce détricotage.

  • « François Hollande, c’est le Verbe désincarné. A l’opposé de celui qui produit effet par son seul énoncé, lui a parlé pour ne rien dire sur un sujet d’une gravité rare. » Belle trouvaille! Ce ne serait pas un sujet si grave, je rigolerais bien… Et le premier commentaire m’apprend la fin des internats d’excellence et me laisse sans voix… Mais quel est leur but, à part tout démolir? A bien réfléchir, je n’ai plus du tout envie de rire, même devant une formule heureuse…

  • S’il est vrai que l’efficacité des dispositifs mis en place dépendra des moyens qui leur seront donnés (et qu’il est donc trop tôt pour juger), je pense que vous allez un peu vite en sous-entendant que tout cela existe déjà et/ou ne sert à rien. Sinon comment expliquer les réticences de ceux qui pensent que cela va trop loin ? Si un véritable contrôle des déclarations de patrimoine des élus se met effectivement en place, avec de réels moyens d’investigation, et un pouvoir de sanction, comme l’a annoncé François Hollande, je pense que nos représentants y réfléchiront à deux fois avant de tricher, surtout après l’affaire Cahuzac. On verra comment l’opposition se positionnera par rapport à ce texte de loi…

    Pour la lutte contre la fraude fiscale et la délinquance financière, on jugera sur pièce, en fonction des résultats. Et pour « l’éradication » des paradis fiscaux, cela reste effectivement aujourd’hui un voeu pieux, formulé également en son temps par Nicolas Sarkozy. Et cela ne dépend pas que de la France. Mais les choses semblent commencer à bouger…

    Quant à votre lecture du bilan de la première année de Hollande, qui n’aurait fait que défaire ce qu’a fait son prédécesseur, il n’est pas objectif. Je pense que certains (notamment à gauche) pensent plutôt le contraire : que sa politique n’est pas très différente de celle de son prédécesseur (ou de celle qu’il aurait menée s’il avait été réélu ; il paraît même que certains ex-ministres de droite reconnaissent en off qu’ils n’auraient pas pu faire beaucoup plus ni très différemment en matière de réduction des déficits, de compétitivité des entreprises ou de marché de l’emploi). Ce bilan orienté sert le procès en illégitimité toujours recommencé de la droite vis-à-vis de la gauche au pouvoir, qui n’en finit pas de rêver, contre l’évidence et les institutions, d’un mandat écourté.

    Oui, les temps sont durs, les mesures prises impopulaires et la popularité des dirigeants politiques au plus bas. Mais le bilan, pour les présidents de la République, il se fait tous les cinq ans (rappelez-vous, c’est ce qui s’est passé pour le précédent). Et l’on ne peut qu’espérer, pour notre pays et pour nous, qu’au final, il ne sera pas si mauvais. Et le critère suprême, bien entendu, ce sera l’emploi.

  • Tiens, Koz, en cadeau, une jolie image de plus pour illustrer ton excellent article auquel je souscris : http://h16free.com/wp-content/uploads/2013/02/nollande.jpg

    🙂

    (au passage, Hollande lui-même doit lui aussi, clairement, faire la lumière sur son propre patrimoine et la relation avec sa compagne ; la récente plainte la visant est fondée et mérite qu’on en parle un peu plus, je trouve – j’ose en toute immodestie te pousser mon dernier billet, à tout hasard)

  • @ Jeff : la parole est à la défense, et c’est légitime. Vous ne serez pas surpris en revanche de ne pas me convaincre.

    Si vous jugez que je tire un bilan trop tôt, vous accordez des satisfecit très prématurés. Tout votre développement est accompagné de « si » et d’hypothèses. Je n’ai psa entendu, ni lu, dans la déclaration de François Hollande qu’il prévoie de dter la « Hautre Autorité » de moyens financiers et de sanction. On ose espérer que ce soit le cas mais le plus efficace aurait simplement été de doter la commission existante des moyens en question.

    En ce qui concerne le bilan, il va falloir s’habituer à ce que l’on se penche sur l’action du président. C’est même, autant vous le dire tout de suite, assez inévitable et somme toute plutôt démocratique. Prier pour qsue l’on attende encore 4 ans pour nous demander s’il est vraiment aussi inefficace et inconsistant qu’on le pressent ne prendra pas. Il est parfaitement légitime de s’interroger, après un an, sans que cela ne signifie pour autant qu’on oublie que certaines actions nécessitent du temps.

    Par ailleurs, si mon sentiment qu’ils passent plus de temps à défaire qu’à construire ne vous convient pas, libre à vous de m’apporter des exemples inverses, autrement que par des « il paraît que » non sourcés.

    Car non, ce n’est pas la faute de la méchante droite qui instruirait un procès en illégitimité de la gauche. La victimisation et la complainte ne sont pas des défenses bien honorables.

    Pour ce qui est du succès de la France, figurez-vous que, dans ma situation d’indépendant travaillant pour des entreprises, j’ai un intérêt direct à ce que ce soit le cas. Mais je ne vois aucun indicateur qui pourrait me le laisser espérer.

    @ h16 : il est vrai que la situation de la dame est d’autant plus surprenante qu’à l’inverse d’autres, elle se prive pas d’intervenir politiquement, et qu’elle accompagne très régulièrement son compagnon dans ses déplacements politiques.

  • Koz a écrit ::

    je découvre qu’au rang des « détricotages » idéologiques, le gouvernement vient de mettre fin aux « internats d’excellence ».

    Nous comptons sur vous pour ne pas céder au réflexe pavlovien de critique immédiate du gouvernement, et pour laisser une place à l’étude des arguments.

  • Moi ce que j’aime bien dans cette idée de déclaration des patrimoines, c’est qu’elle est publique. Ca a deux conséquences très intéressantes.

    La première c’est que ça va affaiblir un messages très toxiques qui pollue notre « débat » politique : l’argent c’est mal. On va se rendre compte que la plupart de nos dirigeants sont riches voire très riches. Moi je m’en fous complètement, je n’ai aucun problème avec l’argent des autres. Mais tous ceux qui capitalisent sur la jalousie vont avoir du mal à poursuivre dans cette voie. Voir Méluche se tortiller pour ne pas avoir à révéler son patrimoine est franchement rafraîchissant.

    La deuxième c’est que le contrôle de la probité de nos élus va être démocratisé. Jusqu’à présent, on était très dépendant de la presse pour faire la chasse aux fraudeurs. De temps en temps, ils nous sortaient un scandale sur un bénéficiaire d’HLM, une mission un peu trop rémunératrice, un appart de fonction en peu trop grand, une transaction un peu trouble… Et quand la cible de ces déballages sautait, on refermait le couvercle de la marmite. Cet article de Causeur sur Offshore Leaks illustre bien ce tri sélectif réalisé par nos organes de presse. Si les déclarations sont publiées, ceux qui ont balancé des patrimoines bidons, risquent de se préparer de sérieuses séances de rétropédalage.

    Le pouvoir est en mode panique, il commet des erreurs.

    Jeff a écrit ::

    Oui, les temps sont durs, les mesures prises impopulaires et la popularité des dirigeants politiques au plus bas.

    Angela Merkel a 68% d’opinions favorables après 7 ans de pouvoir. Et elle a fait passer des vraies mesures d’austérité. Peut-être le secret serait-il d’arrêter de mentir aux gens.

    Tiens Cahuzac aurait déclaré au Canard :

    On me dit que j’ai menti sur ma situation personnelle. Cela veut dire quoi ? Qu’il y aurait des mensonges indignes et d’autres qui seraient dignes ? A ce compte-là, j’ai menti devant l’Assemblée sur la possibilité de réaliser les 3% de déficit en 2013

    Priceless.

  • Le coup de « il ne finira pas son mandat », je l’ai entendu au sujet de chaque président depuis que je suis en âge de comprendre la politique (soit depuis Mitterrand).

    L’opposition rêve tout haut, c’est dans sa nature, qu’elle soit de droite ou de gauche.

  • @ Logopathe : bon, je me répète – mais il va falloir lire commentaires qui précèdent 😉 – mais je n’y crois pas davantage. Et je ne pense pas que l’auteur du tweet concerné y croie non plus. Ce n’est pas un perdreau de l’année, c’est Ludovic Vignogne, (ex) chef du service politique de Paris Match. Si je le signale, c’est que justement, cela a un peu plus de sens venant de sa part que de celle de Raymond, du PMU.

    @ Lib : je suis heureux de te voir si optimiste. Mais je n’y crois guère. Ce n’est pas parce que les politiques vont remplir une déclaration que les citoyens vont pouvoir la contrôler. D’autant que rien ne garantt qu’elle sera exacte. Nous continuerons donc de dépendre de l’éventuelle Commission / Autorité en charge ainsi que des journalistes. Le seul point positif est que les politiques bien dotés mais honnêtes n’auront pas envie de se placer en situation de mensonge.

  • FH a fait très fort, par ces dernières mesures il a réussi à détouner l’attention. Mosko a t il cherché à protéger Cahu et si oui était-il informé de la fraude? Cette question est passée à la trappe. J’espère que l’enquête parlementaire saura le dire.

    Sur le fond, il est sain qu’un organisme s’assure qu’il n’y a pas de conflits d’intérêts chez les politiques et dans la haute administration, mais de grâce, pas d’exhibitionisme.

    J’ajouterais aussi dans le scope les journalistes. Quand un journaliste défend un point de vue, le fait-il dans le cadre d’un lobbying rémunéré directement ou pas, tout est possible. Combien gagne et qui paye un JMA qui a un pouvoir d’influence bien plus grand qu’un député lambda ?

    N’avez-vous pas remarqué par exemple qu’aucun journaliste ne défend la cause d’un désarmement nucléaire ?

  • Logopathe a écrit ::

    Le coup de « il ne finira pas son mandat », je l’ai entendu au sujet de chaque président depuis que je suis en âge de comprendre la politique (soit depuis Mitterrand). L’opposition rêve tout haut, c’est dans sa nature, qu’elle soit de droite ou de gauche.

    C’est vrai. Mais je ne crois pas que ceux qui le font y croient vraiment. C’est juste une façon d’exprimer une opposition qui va jusqu’à dénier la légitimité du Président. Les partisans purs et durs sont comme ça. Ça leur donne des petits frissons de plaisir dans le dos, j’imagine, qui compensent un peu la déprime d’avoir perdu les élections.

    Par ailleurs, je suis d’accord avec ce billet : mesurettes déguisées en actions d’éclat, création révolutionnaire de trucs qui existent déjà… ben alors, je croyais Sarkozy parti ? Le changement, ce n’est pas maintenant. Mais la communication gouvernementale est tellement paniquée et confuse qu’on peut toujours rêver un peu: tout ceci ne représente pas grand-chose pour le moment. À tête reposée, ils parviendront peut-être à faire un ou deux changements valables (je suis moi aussi un incurable optimiste).

    Lib, pas d’accord sur la déclaration de patrimoine: certes, le premier effet que tu décris pourrait être utile, pour donner une vision plus réaliste de l’argent. Le second, je n’y crois pas une seconde: en quoi es-tu renseigné par un patrimoine du genre de celui publié par un Laurent Wauquiez (« un PEA de 120 euros, 500 euros d’assurance-vie, et 577 euros sur un CEL »… « deux Peugeot : une 3008 quasi neuve et une 307 achetée d’occasion en 2009… », c’est vraiment trop mignon) ? Le citoyen de base n’aura jamais les moyens d’enquête nécessaires.

    De tout façon, les avantages que tu avances ne sont que des effets de bord. Pour ce qui est de l’intégrité des dirigeants politiques (c’est quand même ça le sujet, s’pas) , ça n’a aucune pertinence. C’est Authueil qui a raison: ce qui compte, c’est de déclarer les intérêts, pas le patrimoine.

  • Koz a écrit ::

    Ce n’est pas parce que les politiques vont remplir une déclaration que les citoyens vont pouvoir la contrôler. D’autant que rien ne garantt qu’elle sera exacte.

    Bien sûr. Mais le gros intérêt de la déclaration publique, c’est qu’on ne peut plus la changer. Donc dès qu’un quidam tombe sur un élément de patrimoine omis dans la déclaration, il peut faire sauter le ministre.

    Imaginons que Mosco ait « oublié » de mentionner dans sa déclaration une riche propriété à l’étranger. Un jour, dans un mois, un an, quatre ans, un citoyen lambda visite le coin et un commerçant local lui dit : « Ah, vous êtes français, savez-vous que la maison que vous apercevez là-bas appartient à votre ministre des finances? »

    Avant la déclaration publique, le citoyen se dit « ah bon tiens c’est marrant, y se fait pas chier » et s’empresse d’oublier tout ça. Aujourd’hui, il se dit : « attends, Mosco c’est bien celui qui nous a expliqué qu’il n’avait qu’un petit appart de 200000€ à Montbéliard ? » Il prend des photos avec son iPhone et balance ça sur Twitter.

    On verra.

  • François Hollande restera mordicus au pouvoir jusqu’à la fin de son mandat. Quand j’y pense, je me dis que la France n’a jamais été aussi bien symbolisée que par son coq : Même sans tête, elle continue de courir…

  • @ Koz

    Pour les moyens de contrôle et de sanction de la Haute autorité, ils sont une condition évidente de la crédibilité de cette structure, sous-entendus et évoqués par ailleurs (même s’ils ne figurent pas explicitement dans les propos de FH). Concernant l’Office central de lutte contre la fraude et la corruption, il est dit clairement par contre que « des outils exceptionnels de procédure comme d’investigation seront confiés à cet office. Quant aux sanctions, si elles doivent intervenir, elles seront renforcées en matière de fraude fiscale ». Comme vous, je demande à voir, mais je ne veux pas croire qu’il s’agirait simplement de dire (maintenant) sans faire (demain). Toujours mon incorrigible optimisme.

    La critique du président, tout au long de son mandat, est tout à fait démocratique. Et il y a à l’évidence toujours matière à critique. La seule chose qui me semble indispensable, c’est de garder une certaine cohérence. On ne peut pas dire en même temps « il ne fait rien » et « il prend de mauvaise mesures », il faut choisir. De même pour « il ne fait que détruire ce qu’a fait Sarkozy » et « il copie Sarkozy ».

    Côté « construction », voici trois exemples, parmi d’autres (trois séries de mesure qui auraient d’ailleurs pu être prises par un gouvernement de droite, soit-dit en passant) :

    • plan de réduction des déficits (2/3 d’impôts / 1/3 de réduction des dépenses publiques) représentant 1,5 point de PIB (un effort inconnu depuis des décennies) ;
    • mesures de compétitivité (ajustement de taux de TVA et crédit impôt compétitivité) ;
    • réforme du marché de l’emploi sur une orientation de flexisécurité, approuvée par le Medef et la CFDT.

    Quant au rêve sans fondement de voir le mandat de François Hollande écourté, sans qu’il soit ici question d’une quelconque victimisation, je persiste à penser qu’il est bien le signe de l’éternel procès en illégitimité de la droite à la gauche au pouvoir.

    Comme si tout ceci n’était pas normal, qu’il était là par hasard, par un concours de circonstances, parce que DSK a explosé en vol, parce que Sarkozy a été mal jugé, parce que les Français se sont laissés avoir par ses mensonges, parce qu’il manquait quelques jours de campagne, parce que… Mais tout cela ne peut pas durer, ce n’est pas possible, la France va à la catastrophe… Et s’il y avait une dissolution ? Une démission ?

    Pour le fameux « putain, encore quatre ans ! », qui a le mérite de la lucidité, je compatis, je l’ai vécu il n’y a pas si longtemps. Mais je vous rassure : à la fin, si le bilan n’est pas approuvé par les Français (et ils sont plutôt râleurs et difficiles), on change de président. Ce serait qui, déjà, l’alternative ?

  • Je suis incapable de deviner ce qui va se passer. Mon sentiment est que moins on va régler les problèmes en cours plus le ton va monter partout. Au bout de 200 ans la monarchie s’est effondrée. La République peut-elle s’effondrer? Il me semble que nous aurions besoin d’un gouvernement mondial. Dans notre longue histoire l’Europe n’a jamais duré longtemps. Le réveil des nationalismes ne m’enthousiasme pas. Les divisions au sein de notre pays non plus. Wait and see?

  • Je suis très content de lire ce billet et apprendre que les mesures annoncées par Hollande sont en effet du vide.

    En ce qui concerne l’incompatibilité de certaines professions à l’Assemblée Nationale, on se croirait dans un régime communiste. Là, le gouvernement va se ridiculiser à fond. Va-t-il faire une liste verte des professions autorisées, ou une liste noire des professions pestiférées ? D’une manière ou d’une autre, c’est du n’importe quoi. Qu’est ce qui est incompatible avec le mandat de député, le fait d’être avocat ou médecin de profession, de l’avoir été dans le passé ou d’exercer sa profession pendant le mandat ? Cette mesure s’appliquera-t-elle au prochain quinquennat ou va-t-on l’appliquer tout de suite ?

    Prenons les députés qui siègent à l’heure actuelle à l’Assemblée. La moyenne d’âge est de 55 ans et quatre mois. 70% des députés ont plus de 50 ans. Ils ont déjà fait leur carrière. Est-ce qu’on va demander à certains députés de partir parce que leur profession officielle n’est pas bonne ? Va-t-on les laisser continuer leur mandat mais à condition qu’ils démissionnent de leur emploi, de fermer leur étude ou de prendre leur retraite ? Va-t-on décider au cas par cas, ou va-t-on faire une liste exhaustive des professions et des situations qui sont incompatibles avec le mandat de député ?

    Il s’avère que dans la plupart des professions, de l’agriculteur au cadre supérieur, en passant par les professions libérales, journalistes et les médecins, la répartition des députés de gauche et de droite est très équilibrée. Par contre, si l’on considère les enseignants, les fonctionnaires de catégories A et B et les permanents politiques, ceux-ci représentent 22% des députés dont 85 % sont de gauche. Je peux vous garantir que le gouvernement Hollande ne va pas leur demander de démissionner pour être députés.

    Et puis que fera-t-on des 5% de députés sans profession déclarée ?

    Les avocats représentent 6% des députés, 66% de droite et 34% de gauche. Comment va-t-on trier les bons des mauvais ?

    On a le droit de se poser la question si le gouvernement manque un peu d’intelligence et de bons sens.

  • Bonsoir,

    François Hollande a fait des erreurs. Il a fait des promesses intenables. Il a dans ses équipes des gens plus ou moins honnêtes, ce qui n’est pas surprenant dans un pays où la fraude fiscale est sport national. Il a mené quelques combats inutiles se mettant à dos une partie de l’opinion publique pour pas grand chose. Il gouverne proche du centre… Comme tous les présidents de la république récents.

    Et comme tous les présidents récents, il traverse une étape où tout le monde lui en veut, la « crise de confiance ».

    Rien de surprenant,

  • @ Logopathe: Moi, je ne l’avais jamais entendu ( bon, peut-être que je n’écoutais pas assez…), et surtout jamais dit… mais faut dire que là, on a un tel sentiment de vide et d’incompétence, et de tels scandales le fait que Cahuzac serve de bouc émissaire n’est à mon avis pas le moindre, tout le monde n’est pas dupe de ces airs horrifiés de ses ex-copains…)… Franchement, on se demande! Bon, c’est vrai, Chirac, à la fin de son second mandat, il était totalement inexistant (au point qu’il m’est arrivé de me demander, l’espace d’une demie seconde: C’est qui, déjà, le président?), mais bon, on n’avait pas, ce me semble, un tel sentiment que c’est vraiment un beau bordel à la tête de l’État, et que personne ne gère plus rien (il y a bien Valls qui se donne des allures de gars actif et compétent, et qui se maintient dans les sondages, mais quand on pense à son sans-gêne dans la manière de compter les manifestants et de les réprimer, on se dit que ça va finir par lui exploser aussi à la figure!) Non, décidément, là, maintenant, j’ai des doutes sur la capacité de Hollande à aller au bout… et je n’en ai jamais eu pour aucun président avant!

  • La demission de Hollande n’est pas completement impossible. Tout depend de ce qu’on apprendra eventuellement dans l’affaire cahuzac : si 15M€ il y a, d’où proviennent-ils? Si connaissance il y avait tout en haut, ce qui est objectivement tres probable (sinon a quoi ca sert d’etre president de la Republique…), qu’avait Cahu sous le coude pour etre maintenu a son poste ? A rapprocher de l’incroyable culot de vouloir revenir a l’assemblée et des propos plus qu’etranges tenus recemment sur le fait qu' »il est le seul a payer » : petite remise en pression de ses anciens amis?

    Si on ajoute tous les mensonges accumulés qui petent a tour de role a la figure de Hollande (pas de crise, ah si tiens, la tva sociale injuste et inefficace mais on la fait finalement, le monde de la finance internationale est un ennemi que connait tres tres bien mon tresorier, la droite bafoue les droits de l’homme des roms et au PS on fait tout pareil, Sarko clivant et moi President apaisant qui met des millions de personnes dans la rue, la justice independante sauf pour Martine Aubry…) qui alimentent un fond de rage grandissante.

    Bref, c’est bien sur de la fiction pour le moment, mais a ce niveau d’impopularité et avec les années 2013 et 2014 qui s’annoncent et qui ne vont semblent-ils pas ameliorer les choses (les USA viennent de degrader leurs pronostics de croissance), un bon (encore plus) gros scandale pourrait bien pousser mémé dans les orties… Inedit en France, pas aux USA ni en Italie.

  • L’interdiction de l’exercice de certaines professions aux parlementaires risque de faire un nouveau flop.

    Rejet probable par les instances de contrôle constitutionnel tout comme le malus énergétique…

  • Quand on pense qu’entre 1995 et 2012 (17 ans), les deux présidents qui se sont succédés ont été cernés par les affaires les concernant directement (ce qui n’est pas à ce jour le cas du président actuel) et qu’ils se sont maintenus à leur poste, on imagine mal FH démissionner à cause de l’affaire Cahuzac. Faut pas rêver.

    N’oubliez pas non plus que le président garde sous le coude pas mal de cartouches. Compte tenu du contexte, il prendra sans doute une belle rouste aux municipales. Il pourra alors changer de premier ministre pour se donner de l’air (s’il n’a pas dû le faire avant) : Valls ou Sapin pour continuer la même politique et maintenir le cap tout en enclenchant une nouvelle dynamique ? Aubry pour donner un (petit) coup de barre à gauche ? Voire Bayrou pour un gouvernement d’union nationale par-delà les clivages partisans (surtout si l’UMP a passé des alliances locales avec le FN) ?

    Mais évidemment le plus important n’est pas là (dans le théâtre de la Ve République). La seule question qui vaille, c’est : où en seront la croissance et l’emploi en 2014 ? en 2015 ? en 2016 ? en 2017 ?

  • La situation s’annonce déjà difficile pour Hollande concernant le dévoilage du patrimoine des parlementaires. A partir de lundi 15 avril, les ministres devront rendre public leur patrimoine. Ils n’ont pas le choix. Il y a tout de même le risque que cette mesure soit complètement imprévisible et dévastatrice. Le déballage médiatique et le voyeurisme que cela va sans doute générer va finir par convaincre tous les parlementaires de droite comme de gauche que cette mesure est une très mauvaise bonne idée. La droite peut facilement s’opposer car elle est dans l’opposition. Si suffisamment de parlementaires de gauche s’y opposent, la loi ne pourra pas passer malgré la confortable majorité de la gauche à l’Assemblée. Hollande va de nouveau passer pour un amateur incapable de gouverner, car gouverner, c’est prévoir.

  • Il me semble un peu hasardeux, pour tirer un bilan, de se concentrer sur la sémantique et les techniques de com. Il est aussi assez bizzare de faire subitement de l’affaire Cahuzac le problème central de la France. Serait-ce un problème fondamental, d’ailleurs, il faudrait plutôt féliciter le pouvoir actuel de laisser faire la justice et d’adopter une attitude sans ambiguité vis à vis du contrevenant.

    Le soit-disant « cap », je n’ai jamais trop compris ce que c’était. je suppose donc que c’est superflu.

    A part se demander s’il y a exploitation politicienne d’une crise morale, peut-être qu’un bilan nécessite aussi de regarder des choses un peu plus concrêtes. Ca peut-être?: http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=0202290550660

    Il vaut mieux avoir les poches vides que pleines d’orties. Vis à vis du pouvoir précédent c’est un vrai changement. La fréquence des nouvelles catastrophiques a sérieusement diminué, à défaut de recettes miracles et de lendemains qui chantent.

  • niamreg a écrit ::

    Je serais quand même curieux de savoir ce que ce gouvernement a défait de ce que le précédent avait fait.

    Bon , ben apparemment rien.

  • @ niamreg: Un peu de patience, ce n’est pas parce qu’on ne vous répond pas en quelques heures que personne ne vous a lu, il y a une vie en dehors des blogs.

    Alors si ça vous tient à coeur: la fin de la revalorisation annuelle du minimum vieillesse et de l’allocation handicapés lesquels, on vous l’a dit plus haut, sont priés finalement de ne pas rentrer dans les classes « normales » d’une présidence normale sans l’accord des établissements scolaires. Des décisions en tout cas très sociales…

    Il y a, plus défendable à mon sens, la fin des heures sups défiscalisées, peut-être le seul acte courageux car F Hollande a pas mal frappé ainsi les enseignants plutôt bien disposés à son égard. La suppression des jurés en correctionnelle faute de moyens. La suppression des internats d’ excellence faute de moyens (koz vous l’a dit).

    Par ailleurs, je pardonnais beaucoup à N Sarkozy parce que je le sentais plein de vie (parfois trop). Quand il parlait même quand je n’étais pas d’accord, j’avais envie de l’écouter, et quand il exagérait, justement, il exagérait c’est à dire qu’il en disait ou faisait trop. Ce que koz reproche très justement à F Hollande, ce n’est pas de ne pas être un saint (encore que l’envolée du « moi président je » était d’une vantardise rarement atteinte), c’est de ne pas exister. Il ne dit au fond rien de véritablement scandaleux, c’est seulement insipide ou incohérent. Churchill promettait du sang de la sueur et des larmes, mais au moins il était vivant.

  • et maintenant,Pépère se lâche en mettant la surmultiplieé sur le mariage des homos ( sur l’adoption par des homos ). C’est sûr dans la crise que nous vivons ,il faut savoir faire preuve de determination, de fermeté , et s’attaquer avec vigueur et en priorité à ce qui résoudra,on le comprends tous les vrais problèmes des français .Je suis totalement attéré de voir à quel point on se moque du monde. Mitterrand que je ne porte pas dans mon coeur avait eu plus d’intelligence . Pépère pingouinou vient de se couper de la France ,il n’est pas le président des français ,il est sectaire ,près à diviser pour régler ses problèmes familiaux . C’est freudien !!!!!!!! .On ne le trouve que sur des problèmes sociétaux décalés .J’ai honte pour mon pays .A part taxer les riches qu’il déteste ( il va falloir qu’il vire Touraine et bien d’autres ) qu’a t il fait d’ intelligent. On nage dans la médiocrité ,Pépère n’a pas le calibre ,la stature ,la compétence pour ce poste Il n’est pas « normal  » il est simplement inadéquate

  • Et combien ont voté Hollande en réaction au caractère « clivant » de Sarkozy !!!

    Sur le mariage, Hollande clive en risquant la violence pour essayer de faire oublier le reste. Sarkozy a trouvé son maître.

  • @ azerty 2: Je vous en prie, calmez-vous! vous êtes tellement énervé que c’est bourré de fautes, ce que vous écrivez 😉 C’est mauvais pour la santé, et Hollande ne mérite pas que vous vous rendiez malade à cause de lui (bon, je parle pour moi, aussi!). En plus, c’est une calomnie pure que de dire qu’il divise: à 70% d’opinions défavorables, jamais, à ma connaissance, un président n’aura été aussi près de faire l’unanimité! Pour J.-L.Touraine, mon député bien aimé(!!!), je ne serais pas fâchée de le voir viré, en effet…

    Mais pour ça, il faudrait qu’il dise une fois la vérité!

    Car, -l’a-t-on remarqué?- ce n’est en réalité pas d’avoir menti qui est reproché à Cahuzac, malgré toutes les déclarations dans ce sens, mais bien d’avoir avoué: jusque là, c’était pas vu, pas pris. Est-ce qu’on songe à exclure un Guérini, un Désir? non, eux, ils n’ont pas songé un instant à se déclarer ouvertement et hautement coupables, mettant ainsi le gouvernement en situation inconfortable (vrai crime de Cahuzac!!!)

  • Quel plaisir de vous lire… Quel plaisir d’entendre ces anti-mariage pour tous hurler au déni de démocratie, d’entendre des parlementaires et hommes politiques de droite harceler le gouvernement pour le faire démissionner tout en lui reprochant son immobilisme !

    Oui, FH à tord de vouloir légiférer dans l’urgence, surtout en proposant des solutions qui, pertinentes ou non, n’ont aucun lien avec le problème d’origine, et n’empêcheront en aucune façon que cela ne se reproduise.

    La seule mesure utile, ce serait une lutte efficace contre les paradis fiscaux, mais je croyais que le problème avait été résolu par la majorité …

    Les mesures proposees, tout a cote de la plaque qu’elles soient, et s’il n’y a pas d’urgence, c’est peut etre l’occasion enfin de les appliquer : publication du patrimoine, pour qu’on accepte qu’on peut etre de gauche et « riche », et de droite et « modeste », et que c’est bien ainsi (si notre conscience politique n’etait liee qu’a notre compte en banque, il ne servirait a rien de voter) , et vrai (on peut rever) travail sur les conflits d’intérêt.

    Mais je suis toujours ( naïvement) étonne par le comportement de l’opposition : au lieu d’aider le gouvernement à faire une politique acceptable selon ses critères ( réduction du coût du travail, relance par l’investissement et non par la consommation) l’UMP pousse le gouvernement pour qu’ilse radicalise à gauche ! Alors ça à du sens politique (plus le gouvernement est à gauche, plus on voit la différend avec eux, et plus ils ont des chances d’êtres élus) mais au prix de renoncer à ce que leurs idées soient appliquées ! Étrange, non ! Surtout que certaines de es idées qu’ils réclament , que ne l’ont ils fait plus tôt, quand ils étaient aux manettes, si c’est ça la solution….

  • @ Psam: @ Psam, Bonsoir, Sur le vote du « mariage pour tous », je ne sais pas comment vous appelez le fait que les sénateurs aient voté à main levée (contrairement aux votes des amendements) et que l’hémicycle était à moitié vide au moment du vote ? Ce n’est pas comme cela que je conçois la démocratie au XXIème siècle (Je tiens à préciser que les Grecs de l’Antiquité n’auraient pas vu notre système politique comme une démocratie, d’après mon professeur d’histoire grecque…). De plus, les votes groupés utilisés pour faire voter les articles ont inclus dans les ayant voté pour le texte au moins un sénateur socialiste opposé au texte (http://www.rolandpovinelli.fr/mariage-pour-tous-precision-dimportance/ la liste des votants de cet articles sur le site du Sénat : http://www.senat.fr/scrutin-public/2012/scr2012-148.html). La « droite » a peut-être aussi utilisé des méthodes semblables (que je désapprouve formellement), mais là il s’agit des socialistes… La démocratie est, à tout le moins, biaisée dans cette affaire (peut-être par erreur, certes, mais cela est assez inquiétant). Sur ce, je vous souhaite une bonne nuit !

  • Ah oui, absolument d’accord avec C.C., la faute de Cahuzac est bien d’avoir avoué. Même les coupables condamnés par la justice sont moins soumis à la vindicte (et Koz souligne à juste titre que l’exclusion d’un présumé innocent par un coupable condamné a quelque chose de « grotesque »). Je note d’ailleurs qu’il ne semble pas y avoir de différence de ce point de vue entre les politiciens, les médias, et les gens (en tous cas, ceux qui sont autour de moi). Est-ce vrai partout? Qu’est-ce que cela veut dire sur notre société? Est-ce qu’un catholique, pour qui on connait l’importance de la reconnaissance de son propre péché, a un regard particulier sur ce point?

  • @ niamreg: niamreg a écrit ::

    Est-ce qu’un catholique, pour qui on connait l’importance de la reconnaissance de son propre péché, a un regard particulier sur ce point?

    Pour moi, la réponse est essentiellement là: « Si vous étiez du monde, le monde aimerait son bien ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, puisque mon choix vous a tirés du monde » (Jn, 15, 19) et là: « Mon royaume n’est pas de ce monde. » (Jn, 18, 36). J’entends par là que les valeurs du « monde », (la société, si vous voulez) sont en opposition avec les valeurs chrétiennes. Et il est faux de croire que c’est récent: cela a toujours été le cas: Jésus a été crucifié, et, dans des sociétés pourtant très marquées par le christianisme (au moins en façade) , certains saints ont eu des problèmes parce qu’ils voulaient vivre radicalement l’Évangile ( je crois que Saint Jean-François Régis a été tabassé, c’était au XVIIe s…): s’afficher chrétien, ça peut être facile, et en apparence en accord avec « le monde », l’être, c’est toujours compliqué! Pour le cas de Cahuzac, en tant que chrétienne, je suis prête à lui pardonner (ce qui ne veut pas forcément dire qu’il ne doit pas assumer sa faute, et la réparer autant que possible, c’est dans son intérêt même), mais je constate que ses » amis » politiques, qui ont tout fait pour le couvrir tant qu’il n’avouaient pas, le rejettent maintenant: sont attitude révèle leur propre faiblesse, et et peut-être, en conscience, savent-ils qu’il serait juste qu’ils en fassent autant… mais ils ne voudront pas l’admettre, et c’est là où le bât blesse!

  • Pour ce qui est de la loi sur le mariage homo, je la trouve mal faite, mais pour le coup je pense qu’on a raison d’en hâter l’inévitable vote. La plaisanterie a assez duré. La droite prend des manières gauchistes qui commencent à me fatiguer.

  • Quelques surprises tout de même concernant les déclarations de patrimoine des ministres. Personnellement je me demande à quoi ressemble la maison de 700 mètres carrés de Michel Sapin et quel est le revenu annuel de ses 433 hectares de terres agricoles et forêts. Hollande a bien fait, afin de préserver l’ordre public, de ne pas demander de publier les déclarations d’impôt sur le revenu des ministres.

  • @ niamreg: Je vais vous proposer une réponse entièrement différente de celle de C.C., avec laquelle je ne suis que très partiellement d’accord: ce qu’elle dit des valeurs du monde par opposition aux valeurs du Christ est très juste mais ne me semble pas, ici, spécialement pertinent. Le monde ne valorise pas la fraude fiscale, le Christ non plus.

    Ma réponse est la suivant: l’aveu étant une première étape vers la rédemption, le réflexe chrétien serait, au contraire, de le valoriser. Mais il n’y a pas de paradoxe, car je ne souscris pas à l’hypothèse de départ: non, ce n’est pas son aveu que la société française reproche à Jérôme Cahuzac. Cette impression erronée résulte du bruit médiatique: avant l’aveu, la grande majorité des gens s’en fichaient un peu, ou bien ils attendaient simplement que les accusations de Mediapart soient prouvées ou réfutées avant de se faire un avis. L’aveu est un déclencheur, mais le reproche fait est, tout simplement, que M.Cahuzac a fraudé de le fisc alors même qu’il était dans le rôle du Père la Rigueur, chassant les fraudeurs et appelant le pays aux sacrifices nécessaires pour alléger le fardeau de la dette.

    Toutes proportions gardées (et je suis conscient de ce que cette analogie a d’excessif) l’affaire Cahuzac rappelle celle des prêtres pédophiles: ceux-là même qui étaient censés représenter la vertu violent les valeurs morales qu’ils sont chargés de défendre. Ils sont donc l’objet de la réprobation la plus vive, ce qui me semble normal.

Les commentaires sont fermés