Eh bien qu’ils crèvent

En partant de l'esplanade des droits de l'Homme, c'est cette phrase que je garde en tête : "nos frères qui souffrent en Irak ont besoin des images de votre solidarité". Qu'ils ne comptent pas sur le système médiatique français pour cela. Dans le cortège, un chrétien syriaque d'origine turc laissait éclater sa colère face au silence opposé à la manifestation d'hier à Bruxelles. Que dit-il ce soir ? Que dira-t-il demain ?

C'est vrai que ce soir, l'actualité était comble. Les chrétiens d'Orient jouent de malchance. Il ne faut pas se faire massacrer en période de remaniement. Il ne faut pas manifester le jour de l'annonce du nouveau gouvernement. C'était prévisible, c'était prévu. Et la magnifique Laurent Delahousse a ainsi meublé les quinze premières minutes du JT de France2 avec des spéculations d'une totale inutilité puisque l'annonce du gouvernement véritable était imminente. Le remaniement passé, France2 consacre quelques images aux inondations à Maroilles. Et c'est au tour de l'interview enregistrée du jour.

Voilà la question qui doit occuper quelques-unes des précieuses minutes d'un JT : "Bruce Willis, bonsoir, est-ce que vous vous sentez bien quand vous êtes à Paris ? ».

Non, le petit cercle politico-médiatique n'est pas dans l'obligation de prendre les français pour des cons. Non, il ne faut pas leur parler de Bruce Willis parce que ça intéresserait davantage le Français moyen. Pour ma part, j'en ai hautement rien à foutre de savoir s'il est à son aise, comme de son avis misérable de superstar friquée sur l'Amérique d'Obama. Dans les medias, comme en politique, tentez donc le coup de prendre les Français pour des gens intelligents.

C'est vrai, c'est vrai que Catherine Deneuve n'était pas là, qu'Emmanuelle Béart était ailleurs, que Josiane Balasko s'en fout, que Cali, Cologero et Bénabar ne se déplaceront pas pour les chrétiens, que Mouloud Aounit n'a pas levé le petit doigt, qu'Amnesty International ne dit pas un mot sur son site des chrétiens d'Irak, pas plus qu'elle ne consacre une ligne aux chrétiens du Pakistan et en particulier à Asia Bibi, condamnée à mort pour avoir prétendument blasphémé, mais moins médiatique que Sakineh. A l'exception de la Licra, représentée par Réné Guitton, auteur de "ces chrétiens qu'on assassine" et Monseigneur Stenger, président de Pax Christi, personne, personne. Comme l'écrivait Jacques Julliard avant même la tuerie de la Toussaint, "quand il s'agit des chrétiens, les professionnels des droits de l'homme se défilent ». Pas de têtes d'affiche, pas de figures pour motiver les caméras. Venez donc me refaire le coup de la solidarité sélective. Elle est là, la solidarité sélective : dans le silence, le mépris, opposés aux chrétiens d'Orient.

On se mobiliserait pour une menace, on ne se mobilise pas pour un massacre véritable. Est-ce qu'il fallait leur plonger le nez dans le sang et les chairs répandues ? Allons-y, alors :

"Peu avant cinq heures et demie, nous avons entendu des cris près de l'autel, l'église était pleine, près de 200 personnes. Je suis venue à la messe du soir avec mes parents, ma soeur, mes deux frères et leurs enfants. Puis des coups de feu ont retenti, nous nous sommes tous jetés sur le sol. Ils ont commencé à crier et à nous insulter: “Chiens de chrétiens, vous allez tous mourir car vous être des infidèles, vous irez en enfer et nous au paradis ! Allah Akbar!” Ils ont tué tout de suite les personnes du premier rang, puis le prêtre a tenté de s'interposer pour les calmer et il a été exécuté aussi. J'avais quatre de ces terroristes en face de moi. Je voyais leur haine dans leur regard (...) Un seul était irakien, les autres étaient syriens et égyptiens. Au bout d'une heure, ils ont commencé à tuer tous les hommes puis les enfants, mon frère a été emmené puis mitraillé contre le mur. Ils riaient en continuant à nous insulter ! Puis, ils ont pris les femmes, dont ma mère, et les ont enfermées dans la sacristie, il y avait peut-être 40 personnes, et ont jeté des grenades par paquet à l'intérieur, nous avons tous hurlé et ils se sont mis à tirer dans le tas. Je pensais mourir aussi. Puis, l'un deux voyant que mon père n'était que blessé, il l'a achevé. Il tentait de protéger mon neveu de 3 ans sous son corps, ils ont pris l'enfant et lui ont tiré une balle dans la tête... Une vieille femme, blessée au ventre, suppliait à côté de moi qu'on l'achève. “Tu dois sentir la douleur car tu es une infidèle”, lui a répondu le Syrien..."

"Nos frères qui souffrent en Irak ont besoin des images de votre solidarité". Non, désolé : il n'y avait pas une minute, pas trente secondes entre l'alerte orange de la météo et le médiocre Willis  pour en présenter une, une seule. D'ailleurs, les télés ont-elles seulement jugé utile d'envoyer une caméra ?

René Guitton dit aussi fortement qu'il faut d'urgence que cesse "l'épuration ethnico-religieuse" et "que cesse notre silence", pointant "d'autres silences, de sinistre mémoire". Une représentante du collectif Van disait : "nous le savons tous ici, c'est le silence des nations qui engendre les crimes ».

Il serait trop facile de renvoyer tout cela à la folie des hommes. Trop facile d'évoquer des affrontements interconfessionnels, se cantonner à une responsabilité partagée, diluée. Une voix d'homme dans la foule a crié : "c'est quand, que les chrétiens ont massacré des musulmans ?!". Les persécutions sont anciennes. Un intervenant le rappelait : "il y avait 1.000.000 de chrétiens assyriens syriaques en Irak au début des années 90, ils sont 400.000 aujourd'hui. Que faut-il attendre ?! ». Et Hubert Debaasch, PDG de Babel Tours, PDG de Témoignage Chrétien, présent à Bagdad le jour de la tuerie et présent aux funérailles, posait la question des complicités ou des négligences qui l'ont rendue possible. Il faut passer plusieurs contrôles pour parvenir dans le quartier sécurisé où se trouve la cathédrale, nous disait-il : comment ces hommes armés sont-ils passés ?

Ces questions-là ne pouvaient-elles pas être posées ? Etait-il impossible d'en "faire" une actualité ? Non, je ne suis pas surpris. Nous revenons d'un rassemblement dans lequel des familles scandent "justice, paix, et protection ! Non, non, non à l'extermination" et l'on n'en dira pas un mot. Pas surpris. Ecoeuré, mais pas surpris. C'est le très piètre niveau de l'actu-spectacle que l'on nous sert. Si c'est minable, ce n'est pas nouveau, mais ce n'est pas une raison pour en prendre acte, l'admettre, s'y résigner. Mes intérêts, mes "combats" ne sont pas ceux du monde, mais je n'ai pas envie de m'y faire.

"Nous le savons tous ici, c'est le silence des nations qui engendre les crimes". Votre silence d'aujourd'hui prépare les meurtres de demain. Si, lorsque les chrétiens auront disparu de leur terre de Mésopotamie, quelqu'un se décide à dresser la liste des responsabilités, le silence des medias ne sera probablement pas évoqué. Il y aura pourtant sa part.

*

PS : vous pouvez, aussi, lire et transmettre ce témoignage de Petites Soeurs de Bagdad

Author

Tête de pont ®, résolument à mon compte, quand j'y réfléchis bien.

93 comments

  • Oui, les médias. Et tous ceux qui se taisent. Y compris tant de chrétiens. Ne sommes-nous pas un seul corps, pourtant ? Nous étions bien peu de chrétiens français, cet après-midi. Si la moitié des chrétiens de Paris était venue, les médias auraient bien dû en parler. Encore plus si les musulmans étaient venus aussi. Et les autres, avec ou sans confession, les êtres humains avec un coeur qui signifie compassion et courage.

  • Rien à ajouter… C’est triste, faut peut être penser à faire du coup médiatique avec un peu d’originalité, çà marche mieux apparemment!

  • Pingback: La responsabilité des médias dans la disparition des chrétiens de Mésopotamie | Observatoire de la christianophobie

  • Vous touchez du doigt la réalité : la question des chrétiens d’Irak n’est pas vendeuse alors que le remaniement ou Bruce Willis, voilà des sujets qui vont laisser les français dormir tranquillement un dimanche soir ! Je discutais avec une journaliste française de passage à Beyrouth il y a quelques temps, elle a déjà publié un livre sur le sujet et je lui demandais si elle avait d’autres projets semblables. Elle m’a répondu que oui mais que cela n’intéressait aucune maison d’édition. En blaguant, je lui ai répondu qu’un nouveau conflit armé arrangerait tout cela, elle m’a dit que non même une nouvelle guerre civile au Liban n’intéresserait personne. Les chrétiens d’Irak vivent cette horreur depuis le début du conflit en Irak, ils arrivent à Damas, à Beyrouth, à Aman dans des conditions difficiles dans l’attente d’un hypothétique visa pour le Canada ou les USA. Ils vivent de p’tits boulots souvent illégalement. La politique américaine ne veut plus de chrétiens dans la région pour une redivision tranquille des terres entre sunnites et chiites. Et la diplomatie française ferme les yeux.

  • Ce n’est pas nouveau, les chrétiens d’où qu’ils soient peuvent bien subir toutes les humiliations possibles, toutes les insultes, crever au détail ou par paquets, les membres de l’establishment s’en foutent. Et quelque part c’est de notre faute à tous. On a laissé entrer, laissé faire, laissé dire des gens qui n’ont pas d’autre but que de détruire tout ce qui fait sens. C’est bien d’être ouvert à l’autre, tolérant, et tout le tintouin, mais lorsque cela se retourne contre soi il est généralement utile de détourner le canon qui est tendu vers soi au lieu de rester dans la ligne de mire. Comme on ne peut revenir sur ce qui a été fait, j’aimerais savoir ce que vous proposez pour aider les chrétiens d’orient. Je veux dire concrètement, parce que manifester, ouvrir des pétitions c’est bel et bon lorsqu’on est gauchiste, on dispose de tous les relais. Protester devant les ambassades ? Allons ! Comme si ces massacres pouvaient gêner les musulmans « modérés » qui sont débarrassés de ces infidèles sans avoir à se salir les mains.

  • Vous ne parlez pas de Tarek Aziz. Ce n’est pas un bon chrétien. En tous cas, avant que les bons chrétiens d’amérique déversent des tonnes de bombes sur ce pays en racontant plein de mensonges pour se justifier, les chrétiens d’Irak vivaient en paix dans un pays laïc. Allez y comprendre quelque chose !

  • Quand tu as dit que tu allais « manifester » pour les Chrétiens d’Irak, je me suis dit que quand j’aurai regardé les images à la télévision je t’aurai cherché dans la foule (ha, ha). Je comprends que dimanche soir, les médias étaient obsédés par l’annonce du remaniement du gouvernement, mais je ne me suis jamais imaginé qu’aucune caméra de télévision ne s’est déplacée pour cet évènement qui était tout de même assez « médiatisable » avec ces drapeaux et banderoles inédites et ces croix en bois. Sans l’aide des médias, il va être encore plus long pour que ce petit ruisseau de soutien aux Chrétiens d’Irak et d’autres pays musulmans, devienne un fleuve vigoureux. Malheureusement, le temps n’agit pas dans le bon sens.

    P.S. @Koz et la Licra, +1

  • Certes, un exode et des persécutions qui n’émeuvent pas tellement, on dirait. On ne parle pas plus des Coptes, très malmenés en Egypte. On ne parle plus du tout des Maronites qui continuent à quitter le Liban ou la Turquie. Je ne sais pas si les médias en sont responsables, seuls. Des personnalités politiques devraient prendre la parole, non pas en aparté comme l’a fait Coppé chez Demorand, mais de manière active. Et la parole devrait être portée plus haut et plus fort, par une France qui sait très bien donner des leçons mais de manière sélective, par l’Europe, et au-delà.

  • J’oubliais: choqué aussi par pas mal de réactions pendant la manif sur les réseaux sociaux. En gros les chrétiens ne valent pas une manif et on peut ironiser sur un massacre…dégoûté.

  • Merci d’avoir fait connaître cette manifestation en tout cas, c’est grâce à vous que je me suis déplacée. Elle a au moins eu le mérite d’exister, et j’ai trouvé qu’il y avait pas mal de monde pour une cause de ce type.

  • Koz, Merci pour ce post, et pour le livetweet d’hier, qui m’a permis, sans doute avec d’autres, de suivre cette manifestation par procuration.

    @hortus Votre propos est peut-être ironique. Si tel n’est pas le cas, lisez donc le livre de Joseph Fadelle, Le prix à payer qui vous éclairera sur le concept irakien de laïcité selon Saddam. La dhimmitude et la laïcité ne sont pas tout à fait la même chose.

  • Les chrétiens, tranquilles sous Saddam Hussein, à voir.

    Les tyrans font de la politique et ils savent qu’ils ont le plus souvent intérêt à s’appuyer sur un personnel issu des minorités, qui dépend entièrement d’eux. Assad Père&Fils font de même en Syrie, ainsi que tous les conquérants. Les Nazis ont eu la même politique. Tarek Aziz était dans la main de Saddam. Rien à voir avec des convictions « laïques » !!!

    Si le vent tourne, on abandonne le minorités à leur sort. Saddam, sur la fin, endossait cyniquement un positionnement de bon musulman.

    Et même si ce n’est qu’une proportion infime des minorités concernées qui « collabore », la fin du tyran, ou le départ de l’occupant, met ces minorités dans une situation très inconfortable.

  • Ca, ce n’est peut-être pas le plus malin :

    « c’est quand, que les chrétiens ont massacré des musulmans ?! »

    Réponse : en 2002 et sans vraiment discontinuer depuis, en Côte d’Ivoire. Ca ne fait pas non plus la une des JT.

  • J’étais à la manifestation. J’ai quand même été surpris de la faible mobilisation de l’Église catholique de Paris. Que 23 n’y soit pas, passe encore, c’est son choix de ne jamais manifester. Mais pas d’annonce de mon curé, rien dans le bulletin paroissial, aucun réseau pour attirer l’attention du peuple catholique. Je me reproche de ne pas en avoir fait plus…

  • @ Gatien

    Et les chrétiens massacrent ou ont massacré des chrétiens, par exemple au Rwanda. Le simple fait d’être baptisé ne garantit pas le pacifisme !

    Il y a quand même une différence : au Moyen-Orient les chrétiens n’ont aucun pouvoir, ils ne sont pas menaçants. Installés là depuis des millénaires, on n’est pas dans la problématique d’une immigration plus ou moins contrôlée (cas de la Côte d’Ivoire). Ils sont massacrés du seul fait de leur foi. En Côte d’Ivoire, le conflit est d’abord d’ordre économique, politique et tribal avant d’être d’ordre religieux.

  • Je regrette de ne pas être venu, d’autant plus que j’étais sur Paris avec toute ma famille, mais c’est dur de motiver une femme enceinte et 5 enfants de 3 à 10 ans à marcher sous la pluie pour une cause difficile à expliquer. J’ai quand même expliqué aux plus grands et nous étions en union de prière. Merci pour le livetwitt.

  • Pourquoi faudrait-il, toutes proportions gardées, se mobiliser davantage pour quelques milliers d’irakiens en particulier parmi les centaines de milliers de victimes de la guerre ?

  • Pingback: L’épuration qui passionne les médias et l’opposition « Le crépuscule des consentants

  • @ Alina Reyes: oui, Alina, et être présent aurait peut-être ouvert les yeux de certains. Je peux comprendre qu’on ne se mobilise pas de façon systématique, ou que l’on puisse à certains moments aspirer à un peu de paix. Personne ne peut rester sur la brèche en permanence. Mais côtoyer un peu ces chrétiens présents lors de la manifestation permettrait peut-être à certains chrétiens d’ici de se montrer moins regardants sur leur soutien.

    @ blogblog: c’est vrai, et nous avons noté un certain amateurisme des organisateurs. Nous avons défilé dans l’île aux cygnes, où personne ne risquait de nous voir, pour enchaîner ensuite sur des ruelles dont j’ignorais l’existence dans le 16ème. Nous avons dû perturber légèrement la circulation pendant un peu moins d’1/2 heure avenue Michel-Ange. Et encore, on nous a demandé de marcher plus vite. En même temps, j’imagine bien qu’ils n’ont pas eu les autorisations nécessaires pour faire davantage. On m’a rapporté aussi l’existence de pressions politiques sur le curé de la paroisse Saint-Ephrem pour que les chrétiens ne fassent pas trop de vagues. Et puis, cet amateurisme montre aussi ce qu’il faut pour qu’ils sortent, et que cette fois la situation l’exigeait.

    Enfin, oui, il faut savoir être un peu original d’un point de vue médiatique pour compter. Mais je note que nombre de rassemblements pas plus originaux ont davantage de répercussion. Hier, en faisant une recherche sur cette manif, je tombe sur une photo que j’ai prise pour une photo de la manif. C’était sur lexpress.fr. Mais non, c’était pour Sakineh. Ils étaient 300.

    Zélie a écrit : :

    La politique américaine ne veut plus de chrétiens dans la région pour une redivision tranquille des terres entre sunnites et chiites. Et la diplomatie française ferme les yeux.

    Je n’avais pas entendu cette hypothèse jusque là. A suivre.

    @ Harald: oui, on connaît vos solutions, à vous. Solutions qu’au passage vous vous abstenez de clarifier, tout en critiquant l’action des autres et en réclamant qu’ils fassent des propositions. Votre solution, c’est effectivement « retourner le canon ». Votre solution, c’est de considérer que le christianisme, c’est naïf, dépassé, et qu’il faut l’abandonner quand ça devient difficile, pour un bon vieux retour à la loi du talion. C’est une position classique : il y a les mêmes, en face.

    Pepito a écrit : :

    Je comprends que dimanche soir, les médias étaient obsédés par l’annonce du remaniement du gouvernement, mais je ne me suis jamais imaginé qu’aucune caméra de télévision ne s’est déplacée pour cet évènement qui était tout de même assez « médiatisable » avec ces drapeaux et banderoles inédites et ces croix en bois.

    Oui, je comprends moi aussi parfaitement que le remaniement occupe la majeure partie du journal. Mais que l’on ne me dise pas qu’il n’y avait pas de place entre deux sujets insignifiants. Et comme tu le soulignes, pour peu qu’on le veuille un minimum, il y avait tous les ingrédients d’un bon sujet.

    @ romain blachier: par chance, mes interlocuteurs sur twitter et facebook n’ont pas osé le faire avec moi, mais j’imagine, oui.

    @ Gatien: outre la réponse d’Aristote, vous pardonnerez, je l’espère, à un chrétien irakien, de parler de l’Irak. Quant à la Côte d’Ivoire, ma source est certes catholique, mais elle laisse entendre que la situation est peut-être un peu moins simple que vous ne l’exposer.

    Aristote a écrit : :

    J’étais à la manifestation. J’ai quand même été surpris de la faible mobilisation de l’Église catholique de Paris. Que 23 n’y soit pas, passe encore, c’est son choix de ne jamais manifester. Mais pas d’annonce de mon curé, rien dans le bulletin paroissial, aucun réseau pour attirer l’attention du peuple catholique. Je me reproche de ne pas en avoir fait plus…

    Je partage tout à fait. J’aurais aimé que Mgr Vingt-Trois soit là. Peut-être avait-il d’autres engagements, peut-être considérait-il que Mgr Stenger représentait l’Eglise de France (comme il l’a dit). Mais en effet, il vaut mieux que les laïcs se débrouillent tous seuls pour faire connaître ces évènements. Chez moi, à la messe, une intention de prière un peu générale, aucune information, aucune annonce, rien dans le bulletin paroissial. Pourtant, mon curé – que j’aime bien par ailleurs – n’a pas eu de mal à évoquer l’actualité dans son homélie.

    @ Nicolas: nous avions déposé les enfants, et ma femme n’est pas enceinte (à notre connaissance). On ne peut pas toujours être présent (moi-même, je n’étais pas à la messe pour les victimes dites à Notre-Dame la semaine précédente), mais nous avons maintenant quelques moyens de diffusion de l’information. En joignant les petits ruisseaux, les grains de sable, ou les gouttes d’eau, selon la métaphore qu’on préfère, on peut maintenant faire quelque chose.

    @ [Enikao]: oui, clairement. Peu de relais, et une diplomatie française guère motivée. La réponse de Bernard Kouchner à Jean Dionis du Séjour, montrait bien qu’au-delà de quelques messages de circonstances, elle laisserait passer.

    Je croise de temps en temps Michèle Alliot-Marie, aux bras de Patrick Ollier, au marché… Si elle continue de venir, maintenant qu’elle est Ministre des Affaires Etrangères, je pourrai peut-être lui demander si elle reste sur cette ligne.

  • article qui tranche de le vif, j’aime. Les rares médias qui en parlent mettent l’accent sur la non stigamsation de l’islam qui arrive généralement à la deuxième si ce n’est pas à la première ligne. Je pense et j’espère que chacun pourra faire la part des choses,mais il me semblerait plus approprié de parler de la situation des chrétiens d’Orient en général plutôt que d’appeler à la non stigmatisation,stigmatisation qui serait d’ailleurs assez peu pertinente vu le manque d’unité de l’Islam. Pour cela je vous conseille ce petit documentaire où un jésuite, qu’on ne pourra donc point taxer d’extrémisme, ni de raciste (il est égyptien)…, décrit ce qu’il pense de la situation actuelle. révoltement vôtre,

  • Pingback: Oups (2) : Fillon III et alors ? « Thomas More

  • On ne peut qu’être indignés devant ce qui se passe en Irak, évidemment.

    Mais ce qui est encore plus ecoeurant et qui explique probablement le manque de réactions est, qu’au fond, on s’habitue à ces massacres et ces morts, qui ont malheureusement lieu régulièrement, dans toutes les parties du monde, et pas que contre les chrétiens.

    Les commentaires idiots sur les réseaux sociaux viennent du fait que cette manif’ est perçue comme une réaction purement communautaire, je pense. Cela pose d’ailleurs la question de l’universalisme dans l’ indignation : en fait, c’est horrible à dire, mais il semble parfois qu’on est plus touché quand ce sont ceux de sa communauté qui sont massacrés (ne serait-ce que parce qu’on en entend davantage parler).

    En tous cas, vu votre communication efficace sur twitter, si j’avais été sur Paris, je pense que je serais venu.

  • OUI en France sous prétexte de laïcité on souffre de christianophobie, René Guitton l’explique bien dans son livre. Aussi le silence de certaines associations pourtant portées comme référence en matière de droits de l’homme est criant…d’indifférence.Pourtant le seul joker que l’on pourrait leur accorder est que cette sale guerre est celle de Bush et qu’avec Saddam Husseïn, l’Irak connaissait une certaine pratique dela liberté religieuse… ce dont témoignent avec discrétion les réfugiés irakiens que nous accueillons dans notre diocèse de Bourges.. Manifester, pétitionner, je préfère la prière et le faire savoir.Pour autant je ne pense pas qu’il faille transposer ce problème irakien en France. Le dialogue interreligieux est indispensable et ce massacre est un sujet à aborder comme les autres milliers de morts musulmans dans ce même pays à cause du même fanatisme..Dieu est grand !!!

  • @ Aristote Oui, silence radio un peu étonnant. Dans ma paroisse de petite couronne parisienne, nul mot à ce sujet. J’en ai parlé un peu, à midi sur le parvis, et pas mal de gens seraient venus s’ils avaient été informés plus tôt et de façon plus institutionnelle.

  • Billet de colère, une colère juste.

    Je n’ai qu’une mince consolation à offrir: moi, j’ai appris l’existence de cette manifestation sur ce blog, ce qui m’a permis d’être avec les marcheurs, en pensée sinon en personne. Alors que le JT n’est plus pour moi une source d’information depuis déjà pas mal de temps. Suis-je seul dans ce cas ? Pas sûr.

  • Je suis chrétien (pratiquant occasionnel il est vrai) et pourtant comme Gwynfrid je n’ai pas entendu d’appel pour cet évènement. Pour le coté médiatisation de ce dernier, cela fait longtemps que le traitement de l’information à la télévision est fait selon des critères privilégiant l’audimat au détriment des sujets. Les sujets traités ne sont d’ailleurs bien souvent que survolés et mal traités (voir maltraités). Les autres presses suivent le même modèle car (soit disant) il en va de leur survie… Il est vrai que cet attentat laisse en suspens beaucoup d’interrogations, que la situations des chrétiens dans les pays musulmans est méconnue du grand public (et pour en avoir visité plusieurs, j’aurais vraiment aimé pourvoir manifester car les chrétiens sont souvent réduit a vivre dans des enclaves utra surveillées et un geste de soutien leur apporterait surement beaucoup). En dehors de la manifestation, il y avait moyen de faire « un sujet ». Heureusement encore une fois, le web et ses petites contributions permet de pallier aux défauts du fleuve de l’information. Chemin plus long et malheureusement d’une audience moindre. Je ne sais pas quels ont été les moyens employés par les organisateurs pour médiatiser cette manifestation (aussi bien l’appel que son déroulement) mais ils ne semblent pas avoir été efficace. Il y a certainement des choses à revoir la aussi. en tout cas cela m’a permis de découvrir votre site et j’y reviendrais je pense.

  • J’étais à la messe de soutien aux chrétiens d’Irak, dimanche 7 novembre, à l’église Saint-Éphrem à Paris. Le prêtre syriaque a fait un long sermon improvisé, magnifique jaillissement du coeur, comme on en entend bien peu par chez nous. Il a tenu à dire d’abord avec force que “toutes les religions du monde sont innocentes des terrorismes”. Il a eu ce mot puissant : “les terroristes ont peur, ils ont peur de regarder Dieu dans les yeux”. Eh bien, j’ai le sentiment que pour nous qui sommes censés être un seul corps, le corps du Christ, et qui pourtant restons à peu près sans réaction à la persécution massive de nos frères, nous pourrions dire aussi que le Christ est innocent de nos absences de compassion et de courage. Et de notre peur de regarder Dieu dans les yeux, c’est-à-dire de regarder la vérité, et le devoir qu’elle implique de chercher par amour la justice. Cette même peur qui conduit non seulement à la violence mais aussi à la tiédeur, à la passivité, à la paresse mentale qui préparent et gouvernent toutes les périodes sombres de l’histoire, où les violents perpétuent et étendent leurs crimes avec l’aval muet de ceux qui tiennent avant tout à leur confort.

  • Sur le net catholique italien, on pose la question de la responsabilité de la police locale, pour le massacre de la Toussaint. Il est suggéré qu’elle a attendu que les terroristes soient à cours de munitions avant d’intervenir…

    Plus ça va, plus nos frères Irakiens me font penser à ce que disait Takashi Nagai, dans Requiem pour Nagasaki, à propos des catholiques tués par la bombe H : qu’il fallait un sacrifice de victimes innocentes pour expier les horreurs de la guerre et obtenir la paix, en union avec celui du Christ, et que ses amis, sa femme étaient ces victimes.

  • J’ai été davantage choqué par la réaction des idiots habituels sur twitter que par le silence des médias hier soir sur la manifestation parisienne.

    Je crois que tu es un peu dur. J’ai entendu beaucoup de réactions, des reportages fouillés, des comptes-rendus de la situation des chrétiens d’Orient lors du synode des évêques de l’Eglise d’Orient à Rome. Et les médias ont largement parlé du massacre de la cathédrale de Bagdad. Les choses ne sont pas aussi caricaturales que tu le dis, même si tu as été légitimement agacé d’avoir le sentiment de défiler « pour rien », puisqu’il n’y avait pas de compte-rendus dans les médias dominants.

    Je m’émeus plus du silence des leaders d’opinion. Ce sont eux qui peuvent agir. Les médias, eux, ont besoin de sensationnel. Et en Irak, Dieu sait que 60 morts, ça n’a rien d’extraordinaire… Malheureusement.

  • Assez consternant de voir le problème inversé! Au contraire les premiers chrétiens d’Irak ont été rapatriés par [le Gouvernement modifié par Koz : faut pas déconner]…une idée soufflée par ses gentils lobbies. http://www.lepoint.fr/monde/des-dizaines-de-chretiens-d-irak-trouvent-refuge-en-france-09-11-2010-1260045_24.php

    En revanche, un irakien qui aurait la malchance de ne pas être chrétien, mais quand même sous la menace, n’aura strictement aucune chance d’être rapatrié.

    Alors par pitié, n’inversez pas les discriminés et les discriminations.

    En revanche, entièrement d’accord sur le programme pathétique du JT de France 2

  • @ cpolitic:

    Le problème n’est pas de « rapatrier » les chrétiens d’Irak, il est de leur laisser la possibilité de vivre en Irak, sans y être ciblés du seul fait qu’ils sont chrétiens. Ils savent bien qu’il leur faut subir la violence « ordinaire » de l’Irak d’aujourd’hui, ils nous disent qu’ils sont visés par une violence toute particulière.

  • Quand on parle de « rapatrier » un Irakien de l’Irak vers un pays étranger, on gagne un point novlangue? Pas que l’on manque de mots forts pour décrire ce genre de choses en d’autres circonstances, pourtant : exil, populations réfugiées, nettoyage ethnique…

  • Koz, je peux accepter d’endurer des brimades, des insultes, je le fais quotidiennement dans l’exercice de mon métier de flic nécessairement fasciste et bien évidemment raciste (sinon pourquoi faire ce boulot, hein !). Qu’importe si je porte secours, si je me démène pour aider des gamins à se sortir de la spirale de la voyoucratie, si j’aide des sdf à trouver un foyer, des aides sociales et pour certains logement et formation, aux yeux de beaucoup je reste une ordure en uniforme. Cela ne me gênerait pas d’avoir à endurer la même chose parce que je suis chrétien (protestant pas catholique). Mais là nous parlons de vies d’hommes, de femmes d’enfants, de vieillards supprimées de la pire des façons, d’une volonté affirmée d’éradiquer du dar al islam tout ce qui est mécréant.

    A 48 ans j’en ai signé des pétitions et j’ai vu le grand effet que cela a sur nos dirigeants, et a fortiori sur les régimes en place en orient. Vous pouvez toujours croire aux vertus démocratiques du dialogue, de la négociation. On sait ce que valent quelques milliers de vies lorsque dans la balance il y a des contrats de plusieurs millions ou milliards d’euros à la clef ou bien des considérations géostratégiques plus ou moins fumeuses. D’où ma question. A laquelle vous n’avez d’ailleurs pas répondu.

  • Pingback: Le gouvernement italien se mobilise pour les chrétiens persécutés… Si ça pouvait donner des idées à d’autres… « Lemessin

  • Comment peut-on à la fois critiquer les pourfendeurs des solidarités « dirigées » et souligner lourdement l’absence de certains, fussent-ils des droits de l’hommiste professionnels?

  • Assez d’accord avec le billet. Il me semble qu’un massacre est plus important qu’un remaniement, quand à B. Willis je n’en parle même pas…

    Malheureusement, cela fait un certain temps que les grands médias ne donnent pas l’importance réelle aux informations. Ils diffusent ce qui est supposé intéresser le téléspectateur. Après tout le « journal » de TF1 est de loin celui qui fait le plus d’audience.

    Je suppose que des journaux un peu plus sérieux, comme celui d’Arte, en auront parlé en gros titre, mais l’audience reste réduite.

    Maintenant je ne suis pas sûr que les médias (et les associations et autres acteurs de l’humanitaire) ignorent plus ces massacres parce qu’il s’agit de chrétiens. Pour donner un exemple, ça m’a fait penser à cet article que j’ai lu récemment. C’est à propos des tortures que subit la population Papou par des soldats indonésiens.

    Qui en avait entendu parler ?

  • Merci pour votre article Koz, dont je comprends la véhémence. Il faut cependant bien remarquer qu’il s’est produit quelque chose à la triste occasion de cet horrible attentat. Lorsqu’on écrivait il y a quelques années ou même il y a seulement quelques mois pour dénoncer le sort des chrétiens d’Irak, il se trouvait beaucoup de braves gens, presque tout le monde en fait, pour ignorer qu’il eût un problème spécifique lié à leur confession et pour ne voir qu’une simple et répréhensible solidarité « comunautariste » dans le souci d’un chrétien occidental pour ses frères chrétiens d’Orient. Avant l’attentat de Notre-Dame du Perpétuel Secours de Badgad, une manifestation comme celle d’hier aurait été impensable ou aurait été considérée comme l’initiative méprisable de quelques extrémistes excités. Alors si l’on veut bien entendre avec moi ce tout petit murmure médiatique sur le sujet que je veux entendre, l’on admettra peut-être qu’un mur du silence a malgré tout été abattu, ou au moins ébranlé.

  • Si les médias étaient impartiaux, cette manifestation aurait du se retrouver au JT.

    Seulement, les médias sont partiaux. Par ailleurs, je me demande si, dans le cas improbable où ils auraient parlés de l’incident en Irak, il aurait été traité avec la réserve et la décence nécessaire. Les journalistes ont tendance à traiter l’information sous l’angle du sensationnel. Il est triste de constater à quel point les massacres sont traités sous l’angle sensationnel. Comme il n’y avait probablement pas de caméras de sécurités dans l’église, il n’y a pas d’images du massacre proprement dit à montrer, donc rien d’intéressant (du moins pour un journaleux). Pis ça se passe à quelques milliers de kilomètres de nous, donc pourquoi en parler en France ? Non non franchement, il est même possible que la dépêche de l’AFP relatant le massacre soit partie directement au classement vertical.

    Quand à parler d’une manifestation d’une minorité (euh je parle à la place d’un rédacteur en chef quelconque là hein, tirez pas trop fort), vous n’y pensez pas, le reste du pays s’en fiche.

    Bon OK, moi personnellement, je me fous complètement du remaniement ministériel, je me contrefous de Bruce Willis, et je n’ai pas de TV.

    N’empêche, malgré tous les sites d’informations sur lesquels je surfe, apprendre ce massacre en lisant ce blog, ça me fait mal …

    Et ça fait réfléchir sur la gestion de l’information en France. La première arme actuellement étant l’information. Maintenez le peuple dans l’ignorance ou alors agitez la main droite, il ne verra pas ce que fait la gauche ? Ca laisse réveur.

  • @Aristote, Koz,

    Installés là depuis des millénaires, on n’est pas dans la problématique d’une immigration plus ou moins contrôlée (cas de la Côte d’Ivoire). En Côte d’Ivoire, le conflit est d’abord d’ordre économique, politique et tribal avant d’être d’ordre religieux.

    Il y a des dioulas en RCI depuis toujours. D’autres sont arrivés ensuite, certes, mais c’est une autre histoire. La persécution des dioulas a commencé avant la rébellion de 2002, évoquée dans le lien de Koz (j’y étais, je peux le confirmer), et en est d’ailleurs un élément explicatif.

    Est on bien certain qu’il n’y a dans la persécution des chrétiens irakiens aucun enjeu tribal (ce serait étonnant vu l’influence des tribus dans cette région?), aucun enjeu politique (ne subissent t’ils pas un peu le contre-coup de la « croisade » de Bush?), aucun enjeu économique (appropriation de quelques resources)?

    Il ne me semble pas nécessaire d’invoquer une quelconque spécificité pour soutenir les chrétiens d’Irak.

  • Gatien a écrit : :

    Il y a des dioulas en RCI depuis toujours. D’autres sont arrivés ensuite, certes, mais c’est une autre histoire. La persécution des dioulas a commencé avant la rébellion de 2002, évoquée dans le lien de Koz (j’y étais, je peux le confirmer), et en est d’ailleurs un élément explicatif.

    Si vous y étiez, confirmez-vous les chiffres mentionnés dans le lien fourni par Koz selon lesquels les musulmans représentent environ 30% de la population ivoirienne, à parité avec les chrétiens?

    Si oui, comment pouvez-vous ne pas voir la différence fondamentale avec la situation des chrétiens d’Irak passés d’un million (3% de la population) à 400.000 en 20 ans?

  • Pour ma part, j’ai été un peu déçu par le nombre de chrétiens mobilisés pour la manif… Peut-être est-ce parce que pour une fois, j’y étais ?

    A défaut de médias traditionnels, il faut continuer d’informer et de mobiliser les français, sur la blogosphère.. Faisons ce qui est en notre pouvoir !

    PS/ Ce blog fait du bon boulot.

  • Peut être que quelques vitrines cassées, l’un ou l’autre véhicule brulé, une ambulance, un car de CRS ou un camion de pompier caillassé aurait réveillé la torpeur journalistique. Certains s’en sont fait la spécialité, la presse les suit…

  • Bonsoir Koz,

    il n’est à mon avis pas rare que les médias français se trompent de priorité, et parlent de sujets sans intérêts. Par contre, les publications anglo-saxonnes que je consulte, et qui, en général, en se trompent pas trop, n’ont pas spécialement couvert l’évènement, si ce n’est pour le signaler comme un parmi plusieurs attentats tout aussi affreux perpétrés en Irak cette semaine-là.

  • @Lib

    Si vous y étiez, confirmez-vous les chiffres mentionnés dans le lien fourni par Koz selon lesquels les musulmans représentent environ 30% de la population ivoirienne, à parité avec les chrétiens?

    30% à peut prêt. Ce n’est un secret pour personne et il n’est pas nécessaire d’être aller en RCI pour le vérifier. Pour arriver à ces 30%, on mélange des ivoiriens « de souche multiséculaire » et des immigrés récents. Les régions du nord sont traditionellement à majorité musulmane. Les persécutions ont été organisées par des dirigeants chrétiens, parfois proches d’évangélistes illuminés. Principalement dans le sud et dans la capitale, où les musulmans sont largement moins de 30%.

    Si oui, comment pouvez-vous ne pas voir la différence fondamentale avec la situation des chrétiens d’Irak passés d’un million (3% de la population) à 400.000 en 20 ans?

    Des différences, s’il faut en trouver, on en trouve toujours. Je vous propose de d’étudier les déplacement de population et la démographie des dioulas dans la partie sud de la Côte d’Ivoire depuis 10 ans, d’observer qui sont les cibles privilégiées des escadrons de la mort, de vous demander si les sentiments des musulmans sub-sahariens envers leurs « frères » ivoiriens sont très différents de ceux des chrétiens français envers leurs « frères » irakiens, et de me dire si les uns méritent fondamentalement plus de soutien que les autres.

  • @Koz

    Cette idée n’est pas nouvelle. Dès la guerre civile libanaise, les américains ont mis à disposition des chrétiens libanais qui le souhaitaient des bateaux en vue d’une émigration définitive. On voit dans la presse de temps à autre circuler un projet américain de réorganisation totale de la région par une redivision religieuse des états mais ou les chrétiens disparaitraient grace une très généreuse offre pour l’émigration. La question des terres est fondamentale et pendant longtemps la loi libanaise ne permettait aux étrangers d’acheter des terres au Liban ou de manière limitée. Depuis le 1er ministre Fouad Siniora, la loi a été assouplie et désormais bon nombre de saoudiens et autres achètent des terres dans la région de Jounieh avec l’aide de leurs amis sunnites libanais. La conférence des évêques maronites a d’ailleurs publié un rapport en juin dernier sur la question, mettant en évidence le changement des propriétés dans les régions traditionnellement chrétiennes. Au sud du Liban, c’est une question sensible (discours de Michel Aoun du 26-09-2010). Dans la région de Jezzine, bastion chrétien du sud, peu à peu des quantités impressionnantes de terres ont été rachetées par un sunnite du coin qui systématiquement renchérit et offre des propositions de rachat que l’on ne peut refuser. Il est financé par la famille Hariri (originaire de Saida) qui prépare des terres pour les palestiniens dans le cas d’un accord régional (et américain) pour attribuer le sud Liban aux palestiniens sans terre ! Pour finir, la question des terres fut aussi abordée lors du synode d’octobre notamment lors de l’intervention de l’ancien archevêque de Zahlé qui demandait d’aider les jeunes chrétiens à conserver leurs terres et à construire des projets économiques locaux pour éviter une émigration massive des jeunes générations.

  • Il m’est arrivé de débattre avec vous… donc de ne pas être d’accord. Aujourd’hui, en lisant ce texte plein de colère et de compassion, bref, plein d’humanité, je ne peux que vous approuver. Et le partager, modestement, avec mes amis sur les réseaux sociaux.

  • Avant de vous donner quelques éléments de réponse (enfin, de ce que je considère comme une réponse), je me permets de vous donner ces petites infos : plus de 6.000 visites ici hier, 67 tweets et près de 600 partages sur Facebook. Je l’ai également publié sur Le Post, qui l’a publié en Une et en haut de colonne et donc repris sur Google News et Yahoo Actualités. Tout ça parce que (i) vous pouvez vous demander légitimement si le blog que vous fréquentez est lu ou non et que je pense que ça ne vous est pas indifférent, même si je ne vais pas faire des billets sur mes stats et (ii) ça me semble important de souligner que le message est diffusé.

    Ceci étant dit, plusieurs choses…

    D’une part, on évoque malgré mon avertissement solennel (pfff, aucune discipline) le caractère sélectif ou communautaire de cette mobilisation. Alors, bon,

    • en ce qui me concerne, je ne vais pas nier que je me mobilise d’autant plus que je partage la même foi que les chrétiens d’Irak, et qu’ils sont persécutés au nom de ce en quoi je crois. La question qui se pose serait d’ailleurs plutôt celle-ci : quelle sorte d’homme serais-je si je ne me mobilisais pas pour eux ?
    • je suis plus que dubitatif sur les raisons profondes de ce reproche. Ceux qui le font veulent-ils me faire croire qu’ils se mobilisent prioritairement pour ceux qui ne leur sont pas proches ? Oui, bien sûr, on se mobilise d’abord pour ceux qui nous sont proches : notre famille, nos amis, notre pays etc. Ceux qui me le reprochent le font également et cela me semble non seulement naturel, mais impératif. Dès lors, me reproche-t-on vraiment une mobilisation sélective ou serait-ce plutôt le sujet de la mobilisation qui gêne certains aux entournures ? Sans compter, mais je le dis de façon incidente, que j’aimerais que ceux qui m’ont opposé cet argument m’apportent la démonstration de leur mobilisation effective pour les Ouïghours, les Papous ou les Dioulas.
    • sans vouloir entrer dans des comparaisons avec d’autres massacres, voire des génocides, faudrait-il dire aux chrétiens d’Irak qu’ils ne sont, en fait, pas les seuls à se faire assassiner alors bon, hein, on ne peut pas s’occuper de tout le monde ? Ceux qui prétendent vouloir s’occuper de tous s’occupent-ils réellement de quelqu’un ?
    • si l’on est incapable de se mobiliser pour ceux qui nous sont proches, pour ceux qui partagent quelque chose avec nous, le fera-t-on pour ceux qui sont loin de nous ?
    • oui, je pense que la France a un lien particulier avec les chrétiens. Je ne renierai pas les Lumières, mais le christianisme est également fondateur de ce pays (sans entrer ici dans les développements de ceux qui soulignent les liens entre les deux). Cela ne signifie évidemment pas qu’il faut ignorer les autres, et la France ne le fait pas, mais elle doit agir pour les chrétiens persécutés. Il me semble qu’il n’y a guère que les occidentaux et, en particulier les Français, pour cultiver cette sorte de complexe qui les amène à surtout minorer leur mobilisation pour « leurs proches ». En Irak ou au Liban, en revanche, on crève en regardant vers la France et en attendant une main tendue, pays que l’on croit sensible à ses racines chrétiennes et ça, ça me rend malade.
    • ce blog a pratiquement commencé, dans la première semaine de son existence et sur l’injonction bienvenue d’ »Azraël » en évoquant le sort des Hmongs. Le premier billet a disparu, celui-ci est encore accessible. Si j’estime que nous avons là aussi une dette particulière à leur égard, je ne sais pas s’ils sont chrétiens. Voyez que (i) je ne me mobilise pas que pour les chrétiens et (ii) si l’on veut jouer à qui-connaît-un-peuple-en-péril, je peux jouer avec vous. Mais je ne crois pas que ce soit le sujet. Il me semble aussi avoir évoqué d’autres situations, durant ces années de blog, notamment via ces trois billets sur la Birmanie (ou encore sur l’Iran) qui ne sont pas liées à la religion des personnes concernées. Donc museau.
    • à ceux qui ont eu le bon goût de mobiliser leur antisarkozysme pour fustiger la politique de la France accueillant les chrétiens d’Irak blessés : avez-vous songé une seule seconde à protester lorsque la France, par la voix du même Eric Besson, a accueilli des blessés d’Haïti comme on le fait assez fréquemment, d’ailleurs ? Ne vous sentez-vous pas terriblement indécents de faire manifestement prévaloir des considérations de politique politicienne (oh mon Dieu, si les catholiques pouvaient, de fait, voter Sarko par gratitude) dans ce sujet ?
    • les chrétiens sont-ils menacés ? J’imagine bien que la réponse d’un chrétien vous paraît un peu orientée. Alors, tenez-vous bien, parce que ça n’arrive pas souvent, je vais citer Bernard Henri-Lévy qui, depuis quelque temps, soutient fortement les chrétiens (qu’il en soit remercié et que l’on – que je – sache s’en souvenir). Dans un édito intitulé SOS Chrétiens !, il écrit : « Et j’affirme, en revanche, que, face à ces persécutions massives de chrétiens, face au scandale, en Algérie par exemple, des femmes kabyles et chrétiennes mariées de force ou emprisonnées, face à l’élimination lente mais sûre des derniers vestiges – Benoît XVI a dit, empruntant le mot à la Bible juive, «les derniers restes» – de ces églises chrétiennes d’Orient qui ont tant fait pour la richesse spirituelle de l’humanité, il n’y a soudain plus personne. »

    En ce qui concerne la réaction des médias : non, effectivement, je ne dirais pas qu’ils sont muets sur le sujet. Mon pearltree en témoigne. Il est toutefois limité à la presse en ligne. Mais mon billet faisait référence à ce rassemblement et, lorsque je vois que l’on consacre 3 minutes aux inondations, 5 minutes à Bruce Willis, que l’on envoie des caméras à Maroilles mais pas une seule au Trocadéro, pour ne serait-ce qu’une évocation d’une minute (car le problème, là, n’est pas que cela a été traité en deux secondes, mais que cela ne l’a pas été du tout), oui, ça m’horripile. Comme je l’ai écrit, non ça ne me surprend pas. Oui, j’ai déjà participé à d’autres évènements dont on ne parle pas, à tort. Oui, je constate moi aussi souvent qu’un JT n’est pas ce que je voudrais qu’il soit. Mais comme je l’ai écrit aussi, ce n’est pas parce que c’est déjà arrivé que je vais m’empêcher de le dire.

    Par ailleurs, j’évoquais aussi les personnalités qui ne font pas le déplacement, comme l’ont relevé à la fois Jacques Julliard et Bernard Henri-Lévy, et je n’ai pourtant pas fini ma liste.

    Cela étant, oui, Florentin, ce massacre a probablement contribué à faire un peu bouger les lignes et c’est une bonne nouvelle. Tenez, par exemple, je note l’existence de cet article d’un journal arabe signalé par Zenit, Asharq Al-Awsat, dont l’auteur écrit notamment :

    The idea that there is a pure untainted national identity with its own unique characteristics is a form of intellectual naivety. However the most dangerous thing about this is that it is an idea that resonates with the instincts of the general public who are looking for a demon to blame for society’s ills.

    ou encore

    Christians are an essential part of this region. Jesus Christ himself was born in Palestine, and baptized in the River Jordan. Arabs should coexist with one another and protect all national minorities, particularly the Christians. Pluralism is a protection against ignorance and intolerance. What is truly required, as Archbishop of Mosul George Qas-Moussa previously stated commenting on the Iraqi government’s preparations to restore and repair the Church that was attacked is not simply a « restoration of the church » but a « restoration of our conscience. »

    Je ne peux pas terminer cette longue réponse (presque un billet) sans mentionner deux initiatives, dont l’une a été signalée ici par certains de ses initiateurs, et qui mérite de l’être de nouveau :

  • j’aimerais que ceux qui m’ont opposé cet argument m’apportent la démonstration de leur mobilisation effective pour les Ouïghours, les Papous ou les Dioulas.

    Relisez ma première intervention. Je n’ai pas reproché à des chrétiens de se mobiliser pour des chrétiens, et je ne le ferai pas. Je m’en réjouis, plutôt. C’est la mise en concurrence des victimes qui me dérange. Par ailleurs, je n’ai rien à démontrer.

    Ma remarque est la suivante : n’importe qui peut arriver avec une cause à défendre, prétendre (souvent avec raisons) qu’elle est insuffisament évoquée dans les médias, montrer que cette cause est fondamentalement plus importante que d’autre, que ses victimes à lui sont bien plus à plaindre, et finalement reprocher aux autres (Amnesty, les personnalités « qui ne font pas le déplacement », etc.) de ne pas en faire assez. C’est là que ça devient un peu gênant.

    Ce n’est absolument pas constructif. Avec une démarche similaire, je pourrais m’indigner que le sort des dioulas ivoiriens (qui parlent notre langue et regardent les chaines de télé françaises, eux, pas comme ces lointains irakiens – excusez, je ne suis pas chrétien) parraisse une question secondaire pour ceux qui m’ont répondu. Je pourrais sortir un article généraliste sur le conflit irakien pour dire que tout ça est « un peu plus compliqué ». Conclure que les plus à plaindre sont donc les musulmans ivoiriens, puisqu’il ne méritent NI entrefilet dans la presse NI billet chez Koz. Eux ne sont pas chrétiens donc on s’en fiche? Ou bien asséner que si vous vous mobilisez pour les uns et pas pour les autres, c’est le signe d’un sectarisme.

    On peut toujours reprocher aux autres de ne pas en faire assez. Ce n’est nécessaire pour se mobiliser et relayer des initiatives.

  • Eh bien, cela bouge, bravo. Le problème avec BHL c’est que l’on ne sait pas s’il défend les chrétiens ou s’il se sert de cette cause pour s’en prendre toujours plus aux musulmans. Il oublie de mentionner la persécution des chrétiens par Israël. Voir ici : http://www.ism-france.org/news/article.php?id=6067&type=analyse&lesujet=Nettoyage%20ethnique et là : http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9670

    Nous savons bien, et l’Église le sait, qu’il n’y aura pas d’apaisement possible au Proche Orient tant que la paix ne sera pas faite en Israël, en Palestine.

  • Quand Jacques Julliard et Benard Henri-Lévy, qui ne passent ni l’un ni l’autre pour des grenouilles de bénitier, relèvent qu’il n’y a personne pour défendre les chrétiens, ça commence à ressembler, pour moi, à un élément objectif.

    Pour le reste, en mixant les divers points précédents, vous avez ma réponse.

    @ Alina: ne brisez pas mes dernières illusions, Alina, je veux rêver encore un peu ;-) Plus sérieusement, c’est possible, de même que la défense de Sakineh a un petit goût de « plombons l’Iran ». Cela étant, BHL a pris la défense de Benoît XVI à deux reprises : dans le cadre de la béatification de Pie XII et dans le cadre de la crise de la pédophilie. Dans ces deux cas, je ne pense pas qu’on puisse relier ça à une attaque implicite des musulmans. Et, dans les deux cas, il a pris de vrais risques d’image.

  • @ Koz. C’est juste ! Et c’est vrai aussi qu’on ne peut pas combattre l’islamisme, mais aussi les violences dont sont victimes selon les cas les chrétiens, les musulmans, les juifs, sans considérer la question première de la paix à réaliser en Terre Sainte.

  • « Mise en cause » n’est pas exactement ce que je souhaitais faire. Mais, entre vous, Jor, et un certain alphoenix sur twitter qui m’opposait les Ouïghours, l’argument me paraissait assez similaire, avec quelques variantes. Bref, l’idée qu’il y ait des populations dont on parle encore moins que les chrétiens d’Orient est certainement exact – tiens, a-t-on parlé des Karens ? – mais la réponse consistant à dire : « non, c’est pas d’eux dont on parle, y’a encore pire », me semble en fait un peu dérisoire.

  • Cher Monsieur Koz, je me suis permis d’écrire un petit mot sur mon blog en renvoyant sur votre présent article. Je n’arrive pas moi-même à écrire sur le sujet, et j’adhère parfaitement à ce que vous en dites… Merci !

  • Merci Koz , je voulais seulement rappeler que votre « mairesse »- ministre des affaires étrangères, a dans son ministère, une branche :  » religion », crée par son prédécesseur ! Par ailleurs, le nombre de visites sur votre site , prouve tout de même un frémissement. Pour être une grenouille fidèle, je peux témoigner que souvent j’ai été exaspérée par les sermons « déconnectés » mais au  » jour du Seigneur » comme dans notre paroisse, le massacre a été rappelé plusieurs fois par les fidèles comme par l’officiant ; Merci aussi pour le témoignage dramatique fait par cette jeune femme qui a vu sa famille non seulement tuée mais littéralement massacrée, apparemment aussi par des « étrangers » syriens et égyptiens ! Tous ceux qui voudraient que l’on « mégote » notre émotion devraient le relire ! N…

  • je viens de rentrer hier soir. Effectivement, de ma chambre d’hôtel dimanche soir tard, je n’ai vu dans les médias télévisés que des supputations sur les choix de Fillon/Sarkosy , et les manipulations des esprits sur la place du Centre dans ce nouveau gouvernement, avec le départ de M Borloo en boucle, dès la diffusion des passations ,que j’ai vue après ma longue journée de labeur(a t il payé les médias?) .

    Mais rien sur cette manifestation – à laquelle je ne pouvais être présente en live, mais que j’ai suivie par la pensée.

    Gatien a écrit : :

    Je n’ai pas reproché à des chrétiens de se mobiliser pour des chrétiens, et je ne le ferai pas.

    Ah oui? Alors excusez moi, j’ai mal compris votre réponse sur le billet précédent et je vous prie de m’excuser pour la susceptibilité que j’ai ressentie bêtement:

    @Tara Si tous ceux qui ont une petite place pour accueillir ces frères d’Orient [...] tentaient de le faire, ne serait ce pas formidable? Non, ce serait assez pitoyable.

    Je crois -peut être à tort, que tout ceci est politico économique et qu’on voudrait bien que nous acceptions un changement culturel et religieux pour éviter des affrontements -inévitables- dus aux menaces terroristes qui existent et surtout permettre de combler nos besoins énergétiques considérables, la « manne céleste  » se trouvant aux mains de ceux qui -majoritairement- massacrent les chrétiens.

    Sans compter que le Pouvoir, la Puissance et la Gloire d’un homme politique nommé,la perte des trois pour ceux qui ont été priés de sortir ou l’espoir d’anéantir un rival en 2012, valent bien « l’oubli » de quelques milliers de chrétiens massacrés dans le monde. Alors, dans ce contexte, un baril de pétrole et une bombe en moins dans le métro + une chance supplémentaire de conquérir le pouvoir en 2012 à coups de couleuvres médiatiques valent bien quelques chrétiens massacrés.

    Bon c’est vrai, je deviens cynique. Mais je vis très mal cette discrimination « négative » qui fait qu’un chrétien vaut moins qu’un autre en 2012, de par le monde.

    Alors bravo, Koz, continuez. Les chrétiens d’Orient valent qu’on se battent aussi pour eux : sans compter que l’Orient est le berceau du christianisme, ce que chacun essaie d’oublier largement, dans notre monde médiatique.

  • En effet, une bonne partie des médias et toute la clique bien-pensante du show-bizz n’ont que faire du sort des chrétiens d’Irak. Comme si, finalement, dans une société où l’on voit le communautarisme se développer, seuls les catholiques devaient s’indigner des persécutions subies par des Chrétiens. Alors que tout le monde, chrétiens ou non, devrait briser le silence face à ce qui ressemble de plus en plus à un génocide, paradoxalement, on n’entend guère ceux qui ont pourtant l’habitude de défendre les minorités et font l’apologie d’une société multiculturelle. En Espagne, puisque c’est ici que je vis, l’attaque de la Cathédrale de Bagdad a été vite éclipsée dans les médias par les manifestations organisées lors de la venue de Benoît XVI. Les habituels collectifs homosexuels et autres partisans du préservatif s’étaient mobilisés et scandaient sans complexe leur haine de l’Église. Une haine qui leur interdit de manifester pour les Chrétiens d’Irak. Et l’ironie, ici, finalement, c’est que ceux qui se taisent aujourd’hui à propos des persécutions subies par les chrétiens d’Irak sont les mêmes qui reprochent (à tort) le silence de l’Église pendant la seconde guerre mondiale.

  • Indignation sélective mais reprocherait-on à une famille de se préoccuper plus du sort de ses enfants, frères, sœurs, que celui de personnes qu’elle ne connait pas ? On ne peut reprocher à l’Église (j’entends par là ses membres) d’avoir une réaction plus émue, plus forte, plus personnelle, pour le sort de ses membres que pour celui d’autres. Certes, si elle ne se préoccupait que de ses membres, si elle appelait elle même au massacre des musulmans, des juifs, des roms, ou de n’importe qui en fonction de son appartenance religieuse ou ethnique on pourrait légitimement lui demander de se taire, il ne me semble pas que ce soit le cas dans l’histoire contemporaine. A la question de savoir si la France, en raison de son passé ou de la présence majoritaire des catholiques doit avoir une attitude plus compatissante à l’égard des catholiques que des musulmans je pense que l’on répondre que la France est un pays, et un pays se doit de ne pas fonctionner à l’émotion. L’indignation semble d’ailleurs ici plutôt inversement proportionnelle à la proximité religieuses des victimes avec la majorité de la population. Le vrai problème semble être le piège inextricable dans lequel nous prennent les terroristes en s’attaquant aux chrétiens en tant que chrétiens. Soit nous les laissons tomber, ce qui prouverait bien que les chrétiens sont des chiens d’infidèles, et le christianisme un religion qui n’a plus de sens (et en plus ils continueront à être massacrés). Soit nous les aidons, et là nous démontrons l’équation : chrétien = occidental = bush = colon. Alors aux chrétiens de hurler, aux médias de parler, et à la France de s’occuper du sort des chrétiens d’Irak et du monde comme du sort de tous les persécutés. Finalement, paradoxalement, c’est bien la Laïcité qui pourrait et devrait sauver les chrétiens d’Irak.

  • @Tara

    Si tous ceux qui ont une petite place pour accueillir ces frères d’Orient [...] tentaient de le faire, ne serait ce pas formidable? Non, ce serait assez pitoyable.

    Il suffit de me citer intégralement pour comprendre. Ce serait pitoyable parceque ceux qui font les lois dans ce pays ont prévu tout un arsenal de mesures pour que celà n’arrive pas. Quelle que soit la bonne volonté de ceux qui souhaitent accueillir la misère du monde, ils ne le peuvent pas. C’est ce que j’ai écrit.

  • Pour en revenir à l’Irak et à un chrétien déjà cité sur les commentaires de ce billet, Tarek Aziz devrait échapper à la cravate de chanvre grâce à la mobilisation de la diplomatie internationale qui a poussé le président Irakien à refuser de signer son acte de condamnation à mort.

    /thumbs up ! Un pas de plus vers une « normalisation » des institutions irakienne ?

  • Gatien a écrit : :

    Des différences, s’il faut en trouver, on en trouve toujours. Je vous propose de d’étudier les déplacement de population et la démographie des dioulas dans la partie sud de la Côte d’Ivoire depuis 10 ans, d’observer qui sont les cibles privilégiées des escadrons de la mort, de vous demander si les sentiments des musulmans sub-sahariens envers leurs « frères » ivoiriens sont très différents de ceux des chrétiens français envers leurs « frères » irakiens, et de me dire si les uns méritent fondamentalement plus de soutien que les autres.

    Répondez à vos propres questions. Si les gens dont vous parlez sont ultraminoritaires au milieu de chrétiens, sont persécutés exclusivement par des chrétiens en raison de leur religion et on vu leur nombre divisé par 2,5 en 20 ans, alors les situations sont comparables.

    Gatien a écrit : :

    Ce serait pitoyable parceque ceux qui font les lois dans ce pays ont prévu tout un arsenal de mesures pour que celà n’arrive pas. Quelle que soit la bonne volonté de ceux qui souhaitent accueillir la misère du monde, ils ne le peuvent pas.

    Vous avez remarqué? Impossible d’accueillir la misère du monde sans la faire supporter par toute la collectivité. Seule est tolérée la générosité obligatoire.

  • Merci koz Il est parfaitement légitime de se mobiliser pour un groupe du seul fait qu’on a un lien avec lui. Inutile de polémiquer avec Gatien qui ne peut en tant que non chrétien ressentir ce lien. Il regarde ce sujet, si ce n’est froidement, à minima purement logiquement (« pourquoi eux et pas ceux-là, moi pas comprendre »). L’expression communion de prière lui est étrangère et le fait même probablement sourire, alors…

  • C’est une histoire et un destin bien terrifiants que subissent ces chrétiens d’orient : ils sont chez eux mais vus comme des étrangers et, pire, comme des ennemis par leurs voisins qui ne voient plus en eux qu’un christianisme qu’on amalgame avec celui supposé des envahisseurs occidentaux. Ils sont vus malheureusement aussi comme des « autres » en occident … « Ben oui, ils ne sont pas comme nous, ces gens, et puis ma brave dame, l’Irak, c’est loin, et puis, qui me dit qu’ils sont comme nous ? »

    Piégés entre différents fantasmes, ils servent de défouloirs là bas dans l’indifférence, ici. Et quand ce n’est pas de l’indifférence, c’est souvent pire, car certains se servent de leur tragédie pour essayer de faire progresser leurs propres combats souvent bien éloignés d’un intérêt sincère pour cette minorité religieuse.

    Mais, au delà des manifestations de soutiens et des angoisses ressenties et exprimées pour leur avenir, que faire ? Nous avons abandonné la politique de la canonnière – et c’est tant mieux, elle n’a jamais produit de résultats positifs durables – que pratiquait la France coloniale, et la république laïque ne peut plus se déclarer protectrice des lieux saints et du catholicisme en terre d’orient …

    Que faire alors, à part demander, encore et encore, que se rétablissent à la fois la vérité historique et un dialogue entre les cultures et entre les religions ? Cet objectif est épouvantablement difficile car il demandera, pour sa réalisation, des remises en questions peu agréables de part et d’autre, mais je crois -je n’ose dire je crains – que ce ne soit la seule voie possible qui offre une chance de survie à ces communautés chrétiennes en terres majoritairement d’Islam. Toute confrontation entre occident et orient les écrasera immanquablement entre les deux blocs. Tout oubli ou négligence de leur sort amènera à la même conclusion.

    Or, ce christianisme d’orient n’est pas seulement une forme ancienne, d’une richesse culturelle et cultuelle exceptionnelle, il est aussi un pont, un lien qui nous unis avec ce moyen orient vers lequel nos regards se tournent, même quand on ne le souhaite pas.

    Je ne suis pas catholique et malgré mon prénom, je n’ai pas de racines byzantines, mais je sais la nécessité de ce combat sans violence qui doit être mené par les pacifiques des deux bords, faute de quoi la confrontation sera aussi mortelle qu’inéluctable.

    Saurons nous le faire ? Là est le vrai nœud du problème, je crois.

    Manuel Atréide

  • Pingback: Revue de Blogs : les chrétiens persécutés « Lemessin

  • Répondez à vos propres questions.

    J’ai déjà répondu. Oui, les sentiments exprimés ici sont transposables.

    Seule est tolérée la générosité obligatoire.

    En l’occurence, c’est plutôt l’égoïsme qui est obligatoire… sous peine de poursuite pour aide au séjour irrégulier.

  • L’évènement a pourtant été bien plus médiatique que les 7 brulées du foyer Sonacotra.

    Vous voulez quoi ? Que l’on en parle encore plus ? Que l’on fasse croire au Chrétien d’Irak qu’il sont plus proche de nous que de leur voisin, et donc donné une raison de plus pour les fanatiques de s’acharner sur eux ? Vous voulez les faire immigrer pour prouver définitivement que des chrétiens ne peuvent vivre en paix à coté de musulmans ? Quelle image défaitiste !

    Vous voulez des représailles ? Que l’on massacre encore quelques autres innocents mais de la conféssion des fanatiques ?

  • Je suppose que cela a été déjà signaje nlé, parce que évidemment je n’ai pas tou lu : l’excellent livre : « Le prix à payer » de Fadelle – de son nom d’origine Mohammed Moussaoui. Sans rapport avec les extrêmistes sunnites irakiens qui posent les bombes et envoient leurs kamikazes tuer les chrétiens et surtout de shi’ites, ce livre montre l’état d’esprit de la haute classe (noble) musulmane shi’ite vis à vis des chrétiens irakiens de souce. Un mépris, une détestation sans mélange qui explique le repli et la crainte de ces chrétiens. Ce musulmans s’ait fait rejeter des Eglises auxquelles il s’adressait pendant de nombreuses années alors qu’il demande le baptême ! Les chrétiens semblent vivre en Irak depuis de nombreuses années dans une sorte de ghetto au moins social et culturel, sinon géographique. C’est la cloison étanche qui a été posée entre les communauté qui donne une illusion de tolérance. D’après ce que dit le livre ce n’était pas mieux sous Saddam.

  • @ Roque:

    Je suis toujours choqué lorsque je lis les mots « martyr » ou « kamikaze » utilisés dans la presse à propos des assassins suicidaires fanatiques qui s’en prennent à des personnes civiles quels que soient les motivations et le courage qui les poussent à commettre ces actes.

    Les kamikazes étaient de jeunes militaires japonais qui attaquaient sur ordre d’autres militaires alors que leur pays était en guerre et en passe d’être envahi. Ils ne s’en prenaient pas à des civils.

    Les martyrs, dans l’acception traditionnelle de ce mot n’ont jamais tué personne, ils se laissaient torturer à cause de leur foi, ce qui impressionnait beaucoup leurs bourreaux. Alors, s’il vous plait, pas de confusion.

  • Il est assez clair aujourd’hui que les manifestations publiques n’intéressent pas les médias si elles ne sont pas accompagnées de gestes provocateurs ou de violences. Si vous aviez menacé de brûler des corans ou de démonter une mosquée, vous auriez eu toutes les télés du monde à votre suite.

    Il suffit d’observer comment ont été couvertes les manifestations contre la réforme des retraites. On a plus parlé des querelles sur le nombre de manifestants , de flashball, de jets de bouteilles et de casseurs que de projections du COR et d’alternatives possibles.

    On peut d’ailleurs noter que les seules manifestations publiques à faire l’objet d’un traitement médiatique poussé sont les manifs en marge des réunions des « grands de ce monde », et c’est en général pour montrer le dispositif policier mis en place et qui sera justifié plus tard par quelques images de types en noir qui balancent des cailloux sur des flics. Comme vous le dites, Koz, c’est de l’info spectacle. Dans ce contexte, quelques chrétiens qui défilent dans le calme c’est aussi excitant qu’une rediffusion de Derrick après la blanquette un jour de pluie.

    Mais il y a aussi derrière tout ça, je le crois sincèrement, une tentative de discréditer les actions publiques populaires et spontanées. Il s’agit d’en faire des menaces systématiques contre la tranquillité publique. Sarkozy n’a-t-il pas déclaré mardi vouloir « apaiser » la France ? Comment faut-il le comprendre ? Qu’il considère que la France est inquiète ou qu’elle commence à s’agiter un peu trop ?

    Donc, dans le fond, ce n’est peut-être pas si mal que le microcosme médiatico-politique ne se soit pas saisi de votre action. Il l’aurait sans doute trahie.

  • sous le choc encore du témoignage de cet irakien… sous le choc encore de cette diffusion médiatique si peu diffuse…

    mais finalement peu être que le silence est la seule manière à répondre à cette pauvreté culturel, et peu être que les « cris » médiatique donnerai de l’espoir au chrétiens d’Irak !

    Une seule solution à été vérifier celle du silence médiatique, qui à contrario aurait pu peu être trahir la vérité comme l’a dit Seb !

    Je suis agnostique, et non hâté !

    Je pense que ces actions sont la preuve que la pauvreté culturel est bien présente dans cette région du monde ! et dans bien d’autre aujourd’hui… nous sommes à l’aube d’un bouleversement Géologique mais à l’aube aussi d’une guerre de religion et non économique…

    alors je compatis à cette douleur et surtout je hurle contre cette connerie de religion car n’oublions pas que les catholiques aussi ont tué au nom de dieu pendant des siècles…

  • Je suis écoeuré. Je vous remercie de votre billet. Nous sommes faits, tout ce que je rumine à longueur de temps à savoir que la civilisation chrétienne est en train de disparaître y compris en Europe parce qu’elle ne se défend pas, trouve confirmation dans ce silence assourdissant devant ces témoignages hallucinants de cruauté et de haine. Ni cette rage islamique, ni ce silence des athées, ne sont des hasards ou des épiphénomènes. La situation ne se renversera pas « comme cela », il va falloir se battre et souffrir beaucoup pour regagner du respect. Si Dieu le veut encore.

    Koz, je souhaiterais savoir s’il existait à votre connaissance, une façon de se renseigner quant à l’aide que l’on peut apporter aux quelques chrétiens irakiens réfugiés en France. Comme par exemple, héberger une famille. A qui s’adresser? l’archevêché?

    Nous manquons de structures laïques indépendantes d’un Etat qui ne nous veut pas du bien, pour nous organiser un minimum. La communauté catholique de ce pays n’est pas encore péparée à se défendre comme elle va devoir y être obligée bientôt. Ca urge.

  • Pingback: Pour nos frères d’Irak et du Pakistan… « Pensées d'outre-politique

  • La comparaison que j’ai faite dans mon commentaire, et que j’ai peut-être mal exprimé, portait uniquement sur les médias, et sur le traitement médiatique de ce massacre.

    Je réagissais simplement à ce genre de phrase: « quand il s’agit des chrétiens, les professionnels des droits de l’homme se défilent ».

    L’idée était que les médias ne sont pas nécessairement anti-chrétiens, et qu’ils n’ont pas « zappé » ce massacre pour cette raison. Ils l’ont fait parce qu’ils pensent simplement que ça ne leur fera pas assez d’audimat. Ce qui n’est guère mieux.

    Par contre je ne vois pas comment je pourrais vous reprocher votre engagement. Au contraire, je souhaite que vous puissiez les aider autant que possible. J’aimerais juste que d’autres causes bénéficier d’un tel soutien.

  • @ Hervé : faute de mieux ces gens qui se donnent la mort pour en tuer d’autres sont des « kamikazes ». As-tu un meilleur mot ? Mais il ne sagit pas de « martyrs » contrairement à la terminologie utilisée par les extrêmistes.

    @ Kevin : « la religion un connerie ? » …. certes tout aussi « conne » que la raison d’état, les querelles politiciennes partisanes, les chocs socio-économiques et culturels auxquels la religion est de façon constante et souvent volontairement mélangée (Cfr la récupération des thèmes catholiques par l’extrême droite française actuellement). Il faut reconnaître qu’il y a des periodes de l’histoire où les religions chrétiennes (pourquoi seulement le catholicisme ?) se sont montrées sous des aspects particulièrement ténébreux, abject.

    Cependant …  » Et il [Jésus] les enseignait et leur disait:  » N’est-il pas écrit: Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations ? Mais vous, vous en avez fait une caverne de bandits  » (Mc 11.17). Mon propre frère athée convaincu n’a jamais voulu envisager la « religion » que comme une supercherie, une imposture. Essentiellement parce que cela conforte sa propre conviction. D’après ce que je comprends, l’athéisme n’a pas de véritable « contenu » en dehors la négation et Dieu et de la critique des religions (Cfr Michel Onfray). En somme, une immense vacuité …

    @Kevin, toujours, si des musulmans tuent des chrétiens, c’est encore d’après toi « un méfait des religions ». Mais les millions de morts induits par le communisme est-ce toujours une manifestation de la nuisance des « religions » ? Un canevas d’analyse un peu plus subtil ne serait-il pas approprié ?

  • Comprend rien à vos histoires d’agnostiques patients. Moi, je serais agnostique, je serais pressé de savoir, quand même. Mais bon, la géologie ça n’a jamais été trop mon truc non plus, alors… C’est un peu comme la tecktonik, mais en plus religieux, c’est ça?

  • @ Roque:

    Je suis d’accord Roque, il n’y a pas de mot.

    Je voulais juste appuyer sur la différence qu’il y a entre tuer des civils au hasard, uniquement parce qu’ils sont américains, chrétiens, juifs, sunnites ou chiites et pour un militaire mettre hors de combat d’autres militaires dans le cadre d’une guerre. Dans un cas on tue en vertu d’une idéologie extrême des innocents dans l’autre par loyauté vis à vis de son pays.

    (J’ai lu le récit d’un des rares kamikaze qui s’en est sorti, son avion est tombé en panne).

  • Bonjour Koz,

    je pense que la France a toujours un lien particulier avec les chrétiens d’Orient: elle a accueilli certains blessés chez elle, alors qu’elle ne le fait pas pour les autres victimes d’attentats en Irak. Je crois qu’il est également plus facile pour un chrétien d’Orient d’avoir un visa en France, et aussi aux Etats-Unis et au Canada: sauf erreur de ma part, la majorité des arabes aux Etats-Unis sont chrétiens. Dans ces pays qui ont beaucoup de difficulté, l’immigration est un rêve très répandu, c’est donc loin d’être négligeable. La France a aussi une attention particulière pour le Liban, où je crois qu’elle maintient encore des casques bleus dans le pays, alors qu’à part cette sympathie pour les chrétiens d’Orient, ce très beau pays n’est pas forcément stratégique pour nos intérêts.

    On trouve toujours que l’on n’est pas assez aidé, mais il me semble que la France ne peut pas faire beaucoup plus: d’abord parce qu’elle doit d’abord composer avec les grands pouvoirs d’une région stratégique (l’Arabie Saoudite, l’Iran, Israel, l’Egypte…) pour défendre ses intérêts, et puis parce que, dans une république laïque avec une forte minorité musulmane et juive, il n’est pas forcément bon pour la cohésion sociale que le gouvernement soit vu comme un gouvernement de chrétiens.

    J’ai eu la chance, Koz, de vivre dans des pays qui sont ouvertement nationalistes, comme nous pouvions l’être en Europe dans les années 30. Il y a une rhétorique assez au point qui consiste à peindre dans des détails horribles tous les accidents dont sont victimes les gens de son pays, et à ignorer complètement les souffrances des personnes des autres nationalités, avec en général derrière un discours idéologique tout prêt pour expliquer comment la nation en question est l’affreuse victime des barbares qui l’entourent. On peut transformer un simple accident de voiture en un récit xénophobe et nationaliste qui ne résout pas grand chose. Et pourtant, un accident de voiture, c’est effectivement affreux, et passer le reste de sa vie en chaise roulante à cause de cela n’est pas amusant. Mais je pense qu’il faut prendre aussi un peu de recul.

    Dans une certaine mesure, je retrouve dans ta défense des chrétiens d’Orient, et ton indignation devant le fait que le monde ne se mobilise pas spécialement pour cette cause, la même saveur que les récits évoqués ci-dessous.

  • Bon d’accord vous n’aimez pas trop les « chaînes de prière » peut-être allez-vous être séduit par un concert ?

    SOLIDARITE AVEC LES CHRETIENS D’IRAK

    nous avons tous ressenti une immense émotion suite au terrible attentat de l’église Notre du Salut de Bagdad le 31 octobre 2010. 52 blessés graves sont soignés dans les hôpitaux parisiens, 120 personnes de leurs familles sont auprès d’eux. Ils sont complètement démunis. Le Comité franco-libanais « merci la France » présidé par Antoine SAFAR rassemble des membres de toutes les confessions et organise un concert pour venir en aide aux victimes et a leurs proches dans la douleur et l’exil.

    CONCERT LE 20 DECEMBRE 2010 A 20H30 EN L’EGLISE NOTRE-DAME DU LIBAN 15 – 17 RUE D’ULM 75005 PARIS

    Programme :

    LA CHORALE NOTRE – DAME DE CHALDEE Roula SAFAR, MEZZO SOPRANO entourée de Nahla JAJO-LEGRAND et Jérôme LEGRAND, VIOLONS Clara SAURON, MEZZO SOPRANO et Laurent SAURON, ORGUE ENTREE LIBRE

    Venez nombreux, votre présence et vos dons, même modestes, apporterons un peu de chaleur et de réconfort aux victimes et à leur proches. En cas d’empêchement, vous pouvez manifester votre soutien en envoyant un chèque établi à l’ordre de : l’association d’Entraide aux Minorites d’Orient (AEMO) à Antoine Safar sis 7 rue du Laos 75015 Paris.

  • Non, effectivement, et j’aime autant aussi, quelle que soit ma sensibilité à ce sujet, que l’on s’abstienne d’utiliser le formulaire de commentaires pour faire des annonces.

  • Bonjour,

    Koz, merci pour cet article !

    Etant donné que vous avez omis de préciser les noms des organisateurs (pour la plupart des jeunes issus de l’immigration des chrétiens d’Orient en France notamment chaldéenne et syriaque), je vais citer ci-dessous les associations organisatrices :

    -Institut Assyro-Chaldéen-Syriaque - Association Franco-Syriaque - Association des Araméens de Paris - Collectif Van -les églises Syriaques Orthodoxes et Catholique (Montfermeil, Coubron et Paris) - Les associations coptes -Mouvement pour la paix et contre le terrorisme -European Syriac Union

    Dans le mois de novembre 2010, il ya eu simultanément dans le monde au sein de la diaspora assyrienne chaldéenne syriaque une cinquantaine de manifestations aux Etats-Unis, Canada, Australie, Irak, Iran, Nouvelle-Zélande, Caucase, Russie, et en Europe où la mobilisation a été la plus forte notamment en Suède (20.000 personnes), en Belgique (10.000 personnes) et en France (5.000 personnes).

Comments are closed.

La publication d'un commentaire implique l'acceptation des conditions d'utilisation