J'ai parlé avec la voix du Pape

rvC’était à la fin, certainement provisoire, de la dernière tourmente médiatico-religieuse. Alors que la prochaine n’est pas encore connue, mais pourrait évidemment venir de la visite prochaine du Saint Père en Israël. Bon, revenons, donc : j’ai été interrogé par le Père Lemessin pour Radio Vatican, « la voix du Pape et de l’Eglise en dialogue avec le monde« , autour de la question de l’utilisation du « buzz » par l’Eglise.

Disons-le d’emblée : j’ai développé une aversion particulière pour ce terme de « buzz« . Certains s’en souviennent peut-être, il y a près de dix-huit mois, je poussais mon cri dans la campagne (présidentielle) : je ne suis pas un champignon. Comme d’autres, je recevais en effet pendant la campagne une lettre d’information intitulée « le journal du buzz« . Je recevais même parfois des infos directement destinées aux « buzzers« . Or voilà, j’avais un mal fou à me considérer à l’image du champignon de « Questions pour un champion« .

Si le sujet m’irrite déjà, appliqué à la politique, lorsque vous le rapportez à la foi, à la religion, le risque est plus grand encore. Comment trouver plus antinomique que le message que veut transmettre l’Eglise et le « buzz » ? Comment trouver plus opposé que le message d’une Eglise qui ne cesse d’appeler au silence, qui chérit l' »invitation au désert » et le « buzz« , que l’on pourrait traduire en « bruit » ? L’interview est lancée par le rappel de Prêtres Academy. L’intiative fut moquée par les arbitres des élégances sur du Net, mais elle a fait son chemin, à force d’authenticité. C’est aussi que l’Eglise doit composer avec cet impératif : le message doit être sincère, transparent. Il ne peut être ni superficiel ni clinquant, ni bien évidemment trompeur.

Est-il alors condamné à être ignoré, dans une société du spectacle ? Je n’en sais rien. Certains passeront peut-être simplement à côté. Un temps, ou définitivement. D’autres cliqueront, comme on peut aussi pousser la porte d’une église, sans raison ni décision particulière.

Ne voulant pas trop théoriser, je me suis permis de reprendre mon exemple, et je livre l’interview à votre appréciation, à vos critiques1. Interrogé sur la question de l’évangélisation, j’avoue que je ne me sens aucunement dans ce rôle. A tort peut-être, je ne me sens pas capable d’être de ceux-là. Trop bardé de doutes, malgré quelques certitudes, et une grande espérance. Je me conçois donc strictement comme un simple témoin, comme le porte-parole d’une voix qui me semble trop peu présente.

Je n’ai pas créé ce blog avec une intention déterminée et encore moins avec l’intention d’y aborder des questions religieuses. J’y suis venu parce que telle est ma conception du blog. Si je n’y aborde pas ma vie privée, je dis ce qui me constitue, notamment parce que la sincérité est nécessaire à ma pratique du blog. Parce que je n’ai jamais aimé gérer un personnage. Parce que le mensonge est décidément trop compliqué. Aussi parce que vous êtes trop nombreux à pouvoir vous souvenir de ce que j’ai écrit il y a trois semaines, six mois, ou trois ans. Je dois pouvoir tout assumer. Avec le moins de contradictions possibles.

Place à l’itw :

[dewplayer:audio/web10-LeBuzz.mp3]
addendum : le blog de l’interviewer

  1. mollo, hein, toutefois, sinon je vous en colle une []

Billets à peu près similaires

53 commentaires

  • très bien cette interview, je n’ai pas envie que tu m’en colles une, non mais! 🙂
    mais :
    – Même si je vois l’intérêt d’internet et des blogs, je ne suis pas sûre que cet outil soit utilisé par beaucoup de personnes autres (et encore en petite partie) que celles qui lisent déjà des journaux. Pour moi c’est un outil complémentaire des journaux traditionnels.
    – Le peu que j’ai vu lors des derniers événements, c’est que le fiel de certains envers l’Eglise s’exprime plus que la volonté de découvrir ce qu’il y a derrière les mots.
    – A propos d’évangélisation, j’ai découvert, qu’outre la bible en BD qui existe depuis un moment, celle-ci existe en manga.
    Il n’y a pas de doute l’Eglise se met au parfum
    Bonne semaine !

  • La blogosphère catho n’attire peut-être pas beaucoup de non croyants, encore que probablement plus que les (excellents) sermons de mon curé le dimanche.

    Mais je ne suis pas clivé. C’est le même Aristote qui blogue et qui est amené à avoir quotidiennement des rencontres avec son prochain. Et la qualité de la discussion sur un blog comme celui-ci m’ouvre à des questions, des approches qui m’aident beaucoup quand le hasard de ces rencontres me donne l’occasion d’entrer en dialogue avec quelqu’un qui s’interroge.

    L’intérêt d’un blog ne se limite pas à ce qui se passe sur le blog stricto sensu.

    Bien à vous.

  • Je ne peux pas écouter l’interview de là où je suis (ça sera peut-être pour ce soir), alors pardon d’avance si ce qui suit fait redite.

    Koz a écrit:

    Interrogé sur la question de l’évangélisation, j’avoue que je ne me sens aucunement dans ce rôle. (…) Je me conçois donc strictement comme un simple témoin, comme le porte-parole d’une voix qui me semble trop peu présente.

    Mais n’est-ce pas précisément la définition de l’évangélisation ? Etre simplement témoin du Christ ?

    Regardons-nous nous-mêmes : sommes-nous chrétiens parce qu’on nous a fait rentrer la Bonne Nouvelle dans le crâne à grands coups de boule, ou parce que nous avons rencontré sur notre chemin des témoins, par qui nous avons rencontré le Christ ?

    Là est la clé de l’Evangélisation me semble-t-il : avoir l’humilité et la simplicité de n’être, à notre tour, que les instruments de l’Esprit Saint (les témoins du Christ), qui LUI est à l’œuvre.

    Ce qui qui requiert, comme condition préalable, une conversion personnelle. Vaste programme… 😉

  • Hippo a écrit:

    Mais n’est-ce pas précisément la définition de l’évangélisation ? Etre simplement témoin du Christ ?

    Il y a probablement de cela et je t’avoue que je ne suis pas tout à fait en mesure de faire une distinction claire entre le témoignage et l’évangélisation. Il me semble qu’il y a une différence en ce sens que je ne suis pas dans une démarche active tandis que certains seront davantage portés à strictement annoncer l’Evangile. Je ne cherche pas à convertir. Non que j’ai quoi que ce soit contre le fait d’envisager la conversion de l’autre, mais c’est juste pas un truc dans lequel je me sens à l’aise. Si je peux contribuer à une chose, plus modestement, ce serait à rectifier l’image que certains ont des cathos. Il me semble d’ailleurs que certains commentateurs sont arrivés ici avec des idées relativement hostiles et, au bout de quelque temps, sont davantage dans une volonté de dialogue.

    Quant à être « témoin du Christ« … c’est chaud. Plus de bourre-pifs, alors ?

    Thaïs a écrit:

    – Même si je vois l’intérêt d’internet et des blogs, je ne suis pas sûre que cet outil soit utilisé par beaucoup de personnes autres (et encore en petite partie) que celles qui lisent déjà des journaux. Pour moi c’est un outil complémentaire des journaux traditionnels.

    Je n’ai pas de réponse à ça mais il est très probable qu’il y ait une complémentarité, sur ce sujet comme sur d’autres. J’aurais peut-être le sentiment que des blogs cathos sont susceptibles d’être vachement « complémentaires » à une certaine presse.

    Thaïs a écrit:

    – Le peu que j’ai vu lors des derniers événements, c’est que le fiel de certains envers l’Eglise s’exprime plus que la volonté de découvrir ce qu’il y a derrière les mots.

    C’est vrai : sans curiosité du lecteur, sans un peu de bonne volonté, il a toutes les chances de ne rencontrer que des blogs qui relaient l’opinion générale (si je pense aux dernières polémiques).

    La difficulté, qui me guette, c’est aussi de ne pas devenir un blog « catho ». J’ai envie d’avoir un blog généraliste. Mais quand je vois si peu d’autres blogs venir donner un contrepoint à ce que transmettent les medias, ben, je m’y colle.

    Aristote a écrit:

    L’intérêt d’un blog ne se limite pas à ce qui se passe sur le blog stricto sensu.

    Fort heureusement !

  • Koz a écrit:

    je ne suis pas tout à fait en mesure de faire une distinction claire entre le témoignage et l’évangélisation.

    Précisément je n’en vois pas, de distinction. Evangéliser c’est témoigner, et vice-versa.

    Je ne suis pas dans une démarche active (…). Je ne cherche pas à convertir.

    Tout dépend de ce qu’on entend par « être actif ». S’il s’agit de prétendre « convaincre » l’autre du bien-fondé de notre foi, il me semble que c’est faire fausse route. Etre témoin actif, c’est accepter d’être l’instrument du Saint-Esprit : ce n’est pas nous qui agissons, c’est Lui à travers nous. Mais que peut-Il faire si on ne se laisse pas « utiliser » par Lui ? Etre actif, c’est s’efforcer d’être le marteau dans la main du forgeron, plutôt qu’un bâton de guimauve. 😛 Mais ça veut dire aussi ne pas prétendre être le forgeron (humilité !). Pour paraphraser Saint Jean (3,8), « le forgeron tape où il veut »…

    Si je peux contribuer à une chose, plus modestement, ce serait à rectifier l’image que certains ont des cathos.

    Ben c’est pas contradictoire au contraire. Le forgeron il n’utilise pas qu’un marteau, mais aussi un four, un soufflet, une enclume… Je veux dire, il y a plein de façons d’être l’instrument du Saint-Esprit. Toi c’est (entre autres ?) « rectifier l’image que certains ont des cathos » via ton blog, moi, euh… je cherche toujours… 😛

    Quant à être “témoin du Christ“… c’est chaud. Plus de bourre-pifs, alors ?

    Ben, a priori ça ne me paraît pas la meilleure solution en effet. 😉 Cependant, quand on entend Guy Gilbert parler de « balancer son poing évangélique dans la gueule de quelqu’un », ça paraît efficace. Mais bon, tout le monde n’est pas Guy Gilbert hein…

  • Bien sûr que les bourre-pifs font partie de la panoplie du bon chrétien. Le christianisme n’est pas un pacifisme! il nous force à voir la vie avec réalisme, et à ne pas mythifier les réactions par trop humaines que nous pouvons avoir face à des événements douloureux. A commencer par l’utilisation de la violence.

    Si le message de l’Eglise veut recevoir un plus grand écho il doit plus s’ancrer dans le réel, le charnel. Un évèque devrait par exemple se lever et dire: cessons de trouver des excuses marxisantes aux racailles. S’ils se comportent en voyous cruels, ils doivent être punis et très fermement, bien plus que le misérable laxisme actuel. Mais punis sans cruauté, sans désir de vengeance. Si un évèque disait cela, non seulement il se comporterait en authentique chrétien mais en plus redonnerait le goût du Christ et des Evangiles à un très grand nombre. Il remplirait les églises.

  • Hippo a écrit:

    Précisément je n’en vois pas, de distinction. Evangéliser c’est témoigner, et vice-versa.

    Je ne peux pas parler à la place de Koz, mais je vois une distinction de taille : la volonté première.
    Il ne me semble pas que Koz ait commencé à bloguer pour témoigner de sa foi ou remettre les pendules à l’heure par rapport aux média traditionnels concernant les sujets « cathos ». J’ai cru comprendre qu’il avait eu envie « d’ouvrir sa gueule » sur plusieurs sujets, en particulier la politique après le fiasco du référendum sur l’Europe (source, le « ? » là, en haut).

    Koz étant Koz, ses préoccupations, ses réflexions, ses doutes composent peu à peu l’histoire de ce blog au fil des billets. Et il n’y a pas de raison qu’il laisse ses convictions au placard.
    A mon sens, le témoignage catholique de Koz est un corollaire des sujets qu’il aborde dans ce blog, et non un principe fondateur de celui-ci.

    Je n’ai jamais vu dans ce blog une intention d’évangélisation (malgré les nombreux sujets pouvant avoir une tonalité religieuse) mais plutôt la démarche d’un homme de foi, certes, mais surtout d’un homme qui s’interroge et nous entraine à travers ce blog, à nous interroger nous-mêmes. Très loin donc de l’idée que je me fais d’un « évangélisateur » qui avant tout veut transmettre un message clairement défini et forcément immuable.

    Je comprends le rapport entre Koz et ses lecteurs/commentateurs comme étant « juste » celui de nous faire réfléchir, réagir, interagir et parfois, bien se marrer.

    C’est déjà beaucoup et je suis heureuse qu’il n’en soit pas autrement.

  • @Koz: C’est drôle comme le terme Evangélisation est mal compris!
    Surtout par manque de temps de tous de consulter les textes de référence! 🙂

    En fait on pourrait distinguer trois types d’évangélisation.
    L’annonce explicite active où on va vers les gens, le témoignage quand on nous questionne, et le témoignage de vie qui est premier et primordial, et est simplement le fait de vivre en cohérence avec ce que l’on pourrait dire…
    En effet comment dire par exemple qu’on croit en un Dieu amour si dans sa vie quotidienne on n’aime pas?

    Bon sinon au niveau des définitions sur http://www.anuncioblog.com/,tu devrais en trouver des plus précises, regarde surtout à la source à savoir le CEC…
    http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_P24.HTM#3S5 art 905:

    « Leur mission prophétique, les laïcs l’accomplissent aussi par l’évangélisation,  » c’est-à-dire l’annonce du Christ faite par le témoignage de la vie et par la parole « . Chez les laïcs,  » cette action évangélisatrice (…) prend un caractère spécifique et une particulière efficacité du fait qu’elle s’accomplit dans les conditions communes du siècle  » (LG 35) :

    Cet apostolat ne consiste pas dans le seul témoignage de la vie : le véritable apôtre cherche les occasions d’annoncer le Christ par la parole, soit aux incroyants (…), soit aux fidèles (AA 6 ; cf. AG 15). »

  • Je dois dire qu’en lisant ce blog je suis devenu très au courant d’un certain nombre de sujets et relativement expert en questions concernant l’église catholique. Je dis expert parce que j’ai eu en face de moi des interlocuteurs assez ignorants, c’est-à-dire des gens normaux qui lisent les journaux et écoutent les nouvelles à la télévision comme tout le monde. Je ne parle jamais de religion dans le cadre de ma vie professionnelle, mais en l’espace de deux semaines on m’a demandé par deux fois ce que je pensais de l’intégration par le pape des évêques de la FSPX dans l’église catholique. Ils ont eu pour un quart d’heure d’explications et de détails (parfois de droit canon) qui les ont laissés admiratifs de ma connaissance du dossier😉

  • Philo a écrit:

    Très loin donc de l’idée que je me fais d’un “évangélisateur” qui avant tout veut transmettre un message clairement défini et forcément immuabl

    Le Christ était-il un « évangélisateur » ? Et pourtant, il avait clairement quelque chose à dire…

    Bien à vous.

  • Philo a écrit:

    Il ne me semble pas que Koz ait commencé à bloguer pour témoigner de sa foi

    Ah oui pardon, dans mon commentaire précédent je ne parlais pas spécifiquement du blog, mais de la vie du chrétien en général. Or, la foi chrétienne embrassant tous les aspects de la réalité, on peut (on doit) avoir une attitude chrétienne/évangélisatrice dans tous les aspects de sa vie : là aussi c’est la même chose, être chrétien implique témoignage de vie – vous savez, l’histoire de la lumière sous le boisseau.

    Un ami m’a dit un jour : « les chrétiens ne font pas des choses différentes, ils les font différemment« . Un boucher chrétien n’a pas choisi ce métier dans l’intention première d’évangéliser. Je ne vais pas en boîte avec l’intention de convertir tous les gens qui s’y trouvent (tu parles d’une prétention ! 😛 ) Mais il peut y avoir une façon chrétienne d’exercer le métier de boucher, d’aller en boîte, de bloguer, etc…

    Entre-temps, j’ai lu le billet dont le lien apparaît en bas de page, et j’en ai notamment retiré cette phrase de Saint Pierre :

    “Dans la transmission de l’Evangile, la parole et le témoignage de vie vont de pair. Le témoignage de sainteté est requis avant tout pour que la lumière de la vérité rayonne sur tous les hommes. Si la Parole est en contradiction avec la conduite, elle est difficilement accueillie. Mais le témoignage seul ne suffit pas non plus :” il faut “donner les raisons de son espérance” (1 P 3, 15)

    Ce que je comprends, c’est que l’évangélisation (« la transmission de l’Evangile ») est en fait la combinaison de 2 types de témoignages : témoignage de vie (ici, l’attitude chrétienne du blogueur) et Parole (certains billets et commentaires spécifiquement portés sur le christianisme).

    (J’ai été interrompu pendant la rédaction de ce commentaire, mais il me semble que celui de Blogblog, posté entre-temps, exprime mieux et complète ce que j’essaie de dire ici. Mais tant pis, je poste quand même 😉 )

  • @ Koz:
    J’aime bien ce blog, on peut y aborder des questions de fond, religieuses, échanger avec des personnes ayant une grande culture sur la religion catholique.

    J’aime bien provoquer, vous l’avez déjà remarqué, c’est une manière pour faire avancer la réflexion alors je me pose deux questions sans doute idiote:

    Pourquoi ce blog passe-t-il une publicité présentant une très jolie jeune femme avec l’annonce suivante : « Pour la première fois les femmes expliquent aux hommes comment leur parler et comment les séduire »

    Est-ce que les habitués de ce blog seraient particulièrement sensibles à ce type de messages publicitaires ?

    Qu’en pense radio Vatican ?

  • « Est-ce que les habitués de ce blog seraient particulièrement sensibles à ce type de messages publicitaires ? »
    Oui. Charlotte, 27 ans, célibataire, intelligente et de la conversation là où il faut, ça me convient. Quoique, s’il y a la même avec 2 ou 3 ans de moins, c’est encore mieux.
    Il y a SUREMENT une façon chrétienne de s’inscrire sur Meetic.

  • Hervé, quand on s’inscrit à Goodle Adsense, on ne choisit pas les pubs qui vont passer. Je bloque les pubs qui sont trop contraires à l’esprit de ce blog : pubs pour des sectes, pubs pour des avortements de surcroît hors délais légaux… mais pour le reste, mon visiteur est un grand garçon / une grande fille. Et à vrai dire, ce décalage éventuel, comme d’autres, m’amuse.

  • En tant que représentant permanent du Grand Complot Athée Mondial affecté au blog de Koz, j’apprécie particulièrement le fait que celui-ci ne nous tanne pas avec des convictions qui seraient tombées du ciel (sic) et assenées ex cathedra. Tout au contraire je trouve qu’il met bien en lumière et identifie comme telles, lorsque ces sujets sont abordés, ces quelques valeurs-clé qui fondent sa vision du monde et qui basent ses prises de position.

    Nombre de ces valeurs sont à mes yeux essentiellement humanistes et me parlent directement. Pour les autres, relevant plus de la foi, et alors que je récuse pour ma part toute révélation et toute transcendance, elles me paraissent clairement, honnêtement posées : je n’y vois donc pas de tentatives d’évangélisation, qui éveilleraient d’ailleurs sans doute mes instincts trollesques.

    Une foi sereinement assumée et affichée comme base de ligne de vie, mais avec le recul et le discernement qui permet de ne pas tout mélanger, de ne pas tenir ces convictions comme un bloc indissociable pour tous, voilà ce qui permet selon moi le dialogue et l’échange.

    Tant que je suis toléré ici, je renouvelle donc mon abonnement.

    PS : je dois dire que pour moi les « cathos » sont des êtres assez étranges, je ne sais jamais jusqu’à quel point je peux aller sans les heurter : la notion de blasphème m’est assez difficile à concevoir et j’ai du mal à trouver un parallèle dans le champ de mes propres convictions.

  • @ Koz:

    Cette réponse ne me surprend pas et me convient tout à fait. J’aime bien aussi le décalage.

    Pourquoi ne lit-on pas ou trop peu sur ce blog les propos d’adeptes d’autres religions que le catholicisme : des protestants, juifs, musulmans, bouddhiste ?

    Comme N. Sarkozy, je pense que les religions sont en général un facteur civisationnel. J’écris en général car malheureusement il y a des extrémismes et de l’intolérance. Nous vivons tous encore, chrétiens ou athées sur la lancée d’une civilisation chrétienne. Je crains la déchristianisation des esprits dont les effets se font sentir progressivement.

    Alors bravo pour ce blog qui participe à maintenir la flamme !

  • Yogui a écrit:

    PS : je dois dire que pour moi les “cathos” sont des êtres assez étranges, je ne sais jamais jusqu’à quel point je peux aller sans les heurter : la notion de blasphème m’est assez difficile à concevoir et j’ai du mal à trouver un parallèle dans le champ de mes propres convictions.

    Il me semble que le blasphème a d’abord une dimension intentionnelle, avant d’avoir un contenu. Le blasphémateur croyant, cela existe, cherche à provoquer Dieu en l’insultant. Le blasphémateur athée vise à blesser le croyant dans ce qu’il a de plus cher.

    Mais tant que vous restez dans la perspective d’un dialogue de bonne foi, aucune de vos opinions n’est un blasphème en tant que telle. Un exemple : comme athée, vous ne croyez pas à la naissance virginale du Christ, conçu de l’Esprit Saint et vous me dites toutes les raisons qui vous font penser que Marie a eu des relations sexuelles normales pour concevoir l’enfant Jésus. Je vous écoute. Pour exprimer les mêmes réserves, et sans le début du commencement d’une preuve, vous réalisez un téléfilm mettant en scène une Marie prostituée auprès des troupes romaines. Vous êtes dans le blasphème.

    Bien à vous.

  • @ Yogui:
    On pourrait aussi imaginer avoir une discussion à connotation religieuse, sans avoir à aucun moment besoin de se demander ce qui est un blasphème ou pas. De même qu’il est possible de parler de Sarkozy sans prédire l’avènement d’une dictature, de Royal sans se lancer des accusations de sexisme à la figure, de libéralisme économique sans le préfixe « ultra »…

  • @ Yogui: je dois avouer que tu es l’un des plus parfaits exemples de commentateurs qui me semblent être arrivés plutôt hostiles et qui continuent de penser ce qu’ils pensent et de dire ce qu’ils disent, hein, mais avec un œil différent. Et je t’en remercie.

    Quant au « blasphème », j’y vois pour ma part une déclinaison du simple respect. Certaines illustrations sont évidentes. Pour d’autres, cela dépendra de la sensibilité du croyant concerné.

  • Pour revenir sur la notion d’évangélisation telle que tu l’évoques dans l’interview, je ne suis pas vraiment d’accord avec toi. Ton évocation d’Anuncioblog, notamment, est un peu curieuse… Avec tout le respect et l’amitié que j’ai pour JBM, son blog n’est pas à proprement parler un « blog d’évangélisation », mais un blog sur l’évangélisation. Ce qui ne l’empêche pas, de temps en temps, de publier des articles à portée évangélisatrice, mais clairement ce n’est pas le fond de sa ligne éditoriale et il ne touche qu’un public essentiellement catho.

    De ce point de vue, je crois que tu évangélises beaucoup plus, ou en tout cas beaucoup plus directement… puisque tu t’adresses à un public plus large et que tu as, de ce fait, l’occasion de témoigner avec une portée bien plus nette au-delà des lignes de la petite citadelle catholique. (Je dis « petite citadelle » affectueusement, mais c’est vrai que parfois on apprécie de voir certains s’aventurer de l’autre côté des murailles !)

    Mais ton point de vue est intéressant quand tu dis que tu ne te perçois pas comme ça. Est-ce que tu penses à d’autres blogs qui te paraissent à proprement parler « d’évangélisation » ? (Est-ce que, par exemple, tu classerais le mien dans cette catégorie ?)

  • @ Edmond Prochain:Eh Edmond depuis le billet initial et les commentaires divers et variés je pense que Koz a évolué sur sa notion d’Evangélisation… 🙂

  • Comme personne ne l’a fait jusqu’à maintenant (où sont passées les Koz girls?), je me permets de féliciter Koz pour sa prestation, comme on dit, sur la voix du pape « en dialogue avec le monde ».

    Par ailleurs, j’ai été un peu déçu que Radio Vaticanus, sur la liste des nombreuses langues exotiques, émette en espéranto et pas en latin.

  • @ Blogblog : Certes (je sais lire !), mais j’avais quand même envie d’interroger Koz sur la notion de « blog d’évangélisation », au-delà du seul concept d’évangélisation au sens large.

    Et pas seulement pour l’emmerder ! 😀

    (By the way, je trouve que tu t’améliores en causage dans le poste, ô Maître des lieux.)

  • Thank you Pepito. Et Gracias Edmond : à vrai dire, cela dépend aussi beaucoup de l’interviewer, et du climat de confiance. Non que je me sois défié de Couve mais ma première intervention était un peu faite dans la précipitation.

    Pour ce qui est du « blog d’évangélisation« , il n’y a pas véritablement de « notion » dans ce que j’ai dit. Je n’ai pas théorisé ces choses-là. Simplement, si l’on me parle d’un rôle d’évangélisation, je pense davantage à Anuncioblog, dont je veux bien t’accorder qu’il est peut-être plutôt un blog sur l’évangélisation, qu’à Koztoujours. Que pourrait- être un « blog d’évangélisation » ? Probablement un blog dont la finalité soit d’annoncer la Bonne Nouvelle, de porter l’Evangile, précisément.

    En ce qui concerne le tien, je ne suis pas certain que je le considèrerais comme tel. C’est un blog catholique, certes, mais dans sa démarche vis-à-vis de ses lecteurs, il ne me semble pas être un blog dont la finalité serait stricto sensu de porter la Bonne Nouvelle.

    Maintenant, si l’on reprend les passages cités par Hippo, on peut s’interroger sur ce que signifie « donner la raison de son espérance« . S’agit-il seulement de ne pas se contenter d’être (enfin d’essayer de l’être) « quelqu’un de bien« , mais de dire au nom de quoi ?

    On est peut-être dans la distinction entre les deux attitudes : sel de la Terre ou lumière du monde ?

    J’ai l’impression d’être là plus dans le ressenti que dans une catégorisation rigoureuse.

  • Je ne sais pas quel est le Schéma Stratégique d’Evangélisation retenu par l’Eglise Catholique, mais un large maillage Internet paraîtrait utile, où chacun aurait son rôle à jouer.

    Dans une approche assez classique « en entonnoir » (Funnel-Like Structure), on peut avoir des « postes avancés » comme Koztoujours, qui s’avancent assez profondément en territoire vierge/hostile, pour démythifier la marque/le concept/la promesse client, et jouer un rôle de rabatteur vers des sites plus spécialisés comme Edmond Prochain. Ceux-ci ont alors un rôle plus didactique, permettant de préparer la réception du Message et de canaliser le flux de prospects vers les sites centraux du (Saint) Siège, qui devraient intégrer une fonction de conversion en ligne.

    Si l’Eglise fait appel à Mc Kinsey ou équivalent, ils lui expliqueront tout ça en détail. Accenture pourra ensuite faire la conduite du changement et bâtir la structure de coordination opérationnelle « click and mortar » entre la présence web et les agences de représentation locale.

  • Autant que je sache, il n’y a pas vraiment de schéma stratégique global… je crois que ça m’effraierait un peu. Il y a autant de manières d’évangéliser que de chrétiens…

    ‘faudrait inclure dans votre structure le fait que les agences de représentation locale ont par ailleurs, parfois, leur propre site internet, avec sermons en ligne, qui peut cohabiter avec de l’annonce en porte-à-porte.

  • Bon je fais mon relou et me répète, mais le Cathéchisme de l’Eglise Catholique est clair , pas besoin de Mc Kinsey! ?
    Y a la définition du terme selon l’Eglise Catholique et la description des formes que çà peut prendre, que dire de plus?
    http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_P24.HTM#3S5
    art 905:“Leur mission prophétique, les laïcs l’accomplissent aussi par l’évangélisation, ” c’est-à-dire l’annonce du Christ faite par le témoignage de la vie et par la parole “. Chez les laïcs, ” cette action évangélisatrice (…) prend un caractère spécifique et une particulière efficacité du fait qu’elle s’accomplit dans les conditions communes du siècle ” (LG 35) :Cet apostolat ne consiste pas dans le seul témoignage de la vie : le véritable apôtre cherche les occasions d’annoncer le Christ par la parole, soit aux incroyants (…), soit aux fidèles (AA 6 ; cf. AG 15).”

    En fait on pourrait distinguer trois types d’évangélisation. L’annonce explicite active où on va vers les gens, le témoignage quand on nous questionne, et le témoignage de vie qui est premier et primordial, et est simplement le fait de vivre en cohérence avec ce que l’on pourrait dire.
    Après chacun dose comme il veut et peut…

  • Koz, je te rassure (ou pas, d’ailleurs) : je n’ai pas non plus trop d’avis sur ce qu’est un « blog d’évangélisation », et encore moins sur la classification dans laquelle je rentrerais mon mien
    A vrai dire, dans ton cas comme dans le mien, je pense qu’on pourrait davantage considérer une évangélisation (éventuelle) comme un « effet secondaire ». Blog politique, blog catholique, je suis assez d’accord avec ces dénominations, car elles reflètent assez bien la réalité : leurs auteurs y témoignent, à leur façon et selon les circonstances, sans réelle stratégie. Alors, « blogs au service de l’évangélisation » ? L’expression me paraîtrait plus appropriée, finalement, pour peu qu’on admette que ce ne soit pas leur seul « service » !!

    Si ça ne t’ennuie pas, je prends le sel de la terre. La lumière du monde est à toi ! 😉

    Quant @ Yogui, attention : l’Église n’a pas de « schéma stratégique »… juste des « légions du pape » (les fameuses) !!

  • Yogui, tu te méprends, toi, là, tu vois l’Eglise hiérarchisée, disciplinée, tout ça mais rentre toi bien ça dans le crâne : l’Eglise, c’est le bordel !

    Bon, allez, non, pas tant que ça, mais elle laisse la place à l’initiative individuelle.

    Cela étant, j’aime bien ton plan d’action. Parce que bon, y’a un moment, va falloir que l’Eglise s’y remette. France, Terre de mission, c’est pas pour les chiens. On va reprendre le flambeau des moines missionnaires, à la sauce actualisée et putain, on va te la ré-évangéliser cette Europe, je te dis que ça. Ca va y aller, à grands moulinets de goupillon. On va commencer par s’approprier les fêtes païennes : je propose de remplacer la Fête des Mères par une fête de Sainte Marie Mère de Dieu, on gicle aussi toutes ces journées du souvenir-à-la-con et on les remplace par un truc plein de sens. On fait comme Saint-François-D’assise : on se fout à poil (si je peux, tout de même, garder mon ordi et une connexion Internet). Et on fustige la décadence du monde.

    Convertissez-vous mes frères, car le Royaume de Dieu est tout proche (et en plus avec la grippe prétendument porcine mais en fait mexicaine, y’a urgence : tiens, d’ailleurs, ça me fait penser qu’il faudrait qu’on dramatise ce truc-là).

  • Blogblog a écrit:

    Bon je fais mon relou et me répète, mais le Cathéchisme de l’Eglise Catholique est clair , pas besoin de Mc Kinsey! ? Y a la définition du terme selon l’Eglise Catholique et la description des formes que çà peut prendre, que dire de plus?

    Je crois qu’on ne s’est pas bien compris. J’ai étudié le site du Vatican que vous pointez : vous me croirez si vous voulez mais les termes « web 3.0 », « viral marketing », « community blogging », « On line Brand Enforcement » ou « Rich Content Media » n’apparaissent pas ! Des central hooking points comme Facebook ou YouTube, des pure players comme Google ou e-Bay ne sont même pas mentionnés !! Le site ne propose ni goodies à télécharger, ni programme de fidélisation, ni chat avec le Pape ou Jésus …
    C’est bien simple : on croirait que ce programme date du siècle dernier, voire d’avant JS (*) !

    Je ne vois pas comment une stratégie sérieuse de conquête du marché peut s’appuyer sur ces bases.

    (*) Java Script

  • @Yogui: Peut être que y a pas de stratégie de conquête de marché car la bonne nouvelle est gratuite? C’est une hypothèse fort prrobable! 🙂 Cà sens le troll là, faut que je fasse gaffe à pas partir au quart de tour! 🙂
    Sinon faut pas étudier tout le cathéchisme (quoi que vous pouvez si vous voulez çà nuit pas à la santé hein!), j’avais extrait du site la définition du terme Evangélisation et sa mise en application concrête:

    « Leur mission prophétique, les laïcs l’accomplissent aussi par l’évangélisation, ” c’est-à-dire l’annonce du Christ faite par le témoignage de la vie et par la parole “. Etc…

    Sinon d’accord avec Koz on est pas aux guignols de l’info avec le commandant Sylvestre! L’Eglise c’est un peu le bordel en terme d’organisation, mais c’est bien car çà laisse de l’espace à L’Esprit Saint! On serait super carrés, on aurait plus besoin de lui! 🙂

  • M’enfin, Blogblog, c’est même pas du troll, c’est du pastiche, de l’humour, du titillage. Franchement, que le terme « viral marketing » n’apparaisse pas sur le site du Vatican, tu penses que c’est une critique sérieuse de la part de Yogui.

    Pimprenelle : je propose alors la Fête de la Très-Sainte-Marie-Mère-de-Dieu.

  • J’ai assisté hier soir à une conférence à Nantes d’Henry Quinson le « Moine des cités ».
    Brillant, simple, captivant, très fort !
    Voilà un témoignage d’ouverture de tolérance, d’amour et de spiritualité qui fait chaud au cœur !
    Seule petite déception, il n’y avait que peu de jeunes dans l’assistance.

  • Koz a écrit:

    M’enfin, Blogblog, c’est même pas du troll

    De la part de Yogi, c’est même une reconnaissance, mâtinée d’une pointe d’admiration contenue, que l’Eglise ne cède pas aux penchant consuméristes et buzzistes du Web tout en y étant visible. Venant de lui ça sonne comme un hommage (presque 😉 ).

  • @Koz: pardon chef!
    @Yogui: ‘scuse moi, hein? Je t’ai traité implicitement de troll, je le referai plus…
    Pour ma défense je plaide la méconnaissance, je t’ai pas assez lu pour voir quand tu es sérieux ou pas! Sorry! 🙂
    Passque des malades du marketing, j’en connais hein, et là tu les caricaturais à peine! 🙂

  • Pastiche et titillage? Hum… Etes-vous si certains qu’un esprit malin ne souffle pas dans l’air et ne vous conduise à considérer que, finalement, à revoir objectivement la question, quelques recettes marketing dernier cri pourraient éventuellement…

    Pas envie de ressortir du Chemin, moi.

    Je l’ai quitté à l’âge de 10 ans consécutivement à un choc traumatique causé par l’empilage horizontal massif de statuettes en plastique de Bernadette, sur le sol de boutiques dans les ruelles de Lourdes.

    J’y suis doucement revenu 30 ans plus tard par l’effet d’exemplarité silencieuse d’amis, qui m’ont tout d’abord rassuré sur la totale compatibilité entre foi catholique et possibilité de continuer à admirer la silhouette passante d’une jolie fille ou celle de s’autoriser parfois à lâcher des grossièretés…

    Encore que finalement, à bien y réfléchir, sillonner les rues en rollers vêtu d’une robe de bure fluo en proférant des imprécations et en distribuant des flyers renvoyant à fréquenter, pour sauver son âme, une cathédrale virtuelle dans Second Life…

  • Koz a écrit:

    Convertissez-vous mes frères, car le Royaume de Dieu est tout proche (et en plus avec la grippe prétendument porcine mais en fait mexicaine, y’a urgence : tiens, d’ailleurs, ça me fait penser qu’il faudrait qu’on dramatise ce truc-là).

    Tu as raison.

  • Pour les téléchargements sur le site du Vatican, je propose des fonds d’écran avec Jésus ou Marie, et un chapelet virtuel. ‘pis faudrait remanier la mise en forme du code de droit canonique pour le rendre moins austère.

    Un peu plus sérieusement, si « stratégie marketing » et « Eglise » ne me semblent pas aller bien ensemble, en revanche, attirer l’auditeur en utilisant un langage qui lui est familier, parce que beaucoup employé autour de lui (il me semble que ça a été évoqué dans l’interview) me semble aller de soi. Si je connais relativement bien la Bible, depuis un certain nombre d’années, c’est avant tout parce que ma grand-mère possédait « la bible en bd ». Et ensuite, j’ai eu envie de creuser…

  • Yogui a écrit:

    Si l’Eglise fait appel à Mc Kinsey ou équivalent, ils lui expliqueront tout ça en détail.

    J’ai été plus de dix ans partenaire et cinq ans directeur du bureau de Paris d’un « équivalent » bien connu. Je me suis posé ces questions. Non, cela ne marcherait pas.

    Pour une raison fondamentale : l’approche marketing n’est pas optimisée pour le bénéfice du client, mais pour celle de l’entreprise. Bien sûr il faut rendre un vrai service pour capturer sa part de gras, donner peut-être un peu plus que le concurrent, mais toujours donnant-donnant. Et en cas de conflit irréductible à vue humaine, c’est l’entreprise avant le client et, soyons lucide, ma carrière avant l’entreprise.

    L’Église ne peut remplir sa mission si elle n’est pas prête à tout donner pour le salut de la brebis. Bien sûr qu’il lui faut apprendre à utiliser intelligemment les moyens du bord, ne pas le faire est une faute contre l’Esprit. Mais jamais « pour faire du chiffre ». Dieu ne sait compter que jusqu’à un.

    Bien à vous.

  • Yogui a écrit:

    Bah l’interview de Koz n’a-t-elle pas été réalisée dans le cadre du “Internet Evangelism Day”, qui tombait bien le 26 avril cette année ?

    Ben, en fait, non. Elle a été réalisée il y a un mois, et elle est passée il y a plus d’une semaine et ton machin n’est même pas catho.

  • @Koz : Déjà je te prierais de laisser mon machin en dehors de tout ça, et ensuite la coincidence avec la date de publication de ton billet était vraiment trop tentante 🙂 !

  • Comme il est précisé dans mes liens précédents : Heureux les losers car ils seront les winners au royaume des cieux ! 😉

  • Blogblog a écrit:

    En fait on pourrait distinguer trois types d’évangélisation. L’annonce explicite active où on va vers les gens, le témoignage quand on nous questionne, et le témoignage de vie qui est premier et primordial, et est simplement le fait de vivre en cohérence avec ce que l’on pourrait dire. Après chacun dose comme il veut et peut…

    Si vous voulez bien, on peut regrouper vos trois types d’évangélisation en deux axes, à la lumière des passages du Catéchisme de l’Eglise que vous citez : 1. Le témoignage de vie 2. la Parole.

    Le témoignage de vie (1er axe), en ceci qu’il est une attitude différente de beaucoup de nos contemporains, peut amener ceux-ci à se poser des questions : « mais pourquoi il est comme ça celui-là ? » Et si ces questions nous sont posées directement, alors arrive le 2e axe, la Parole : « donner la raison de son Espérance » comme le dit Koz. (Nous avons là les 2 derniers types proposés par Blogblog)

    Mais on peut commencer par la Parole, par « l’annonce explicite active où on va vers les gens » (premier type proposé par Blogblog), par exemple en sillonnant les rues en rollers vêtu d’une robe de bure fluo », comme suggéré par VW (c’est plus court… 😛 ). Mais là les personnes rencontrées exigeront un témoignage de vie pour vérifier la véracité de cette Parole, ou du moins la sincérité de celui qui la porte.

    Bon je sais c’est super théorisé, mais vous avez déjà dû remarquer que j’ai tendance à compliquer… J’espère que c’est au moins compréhensible, parce que le but (pour moi en tous cas) est de progresser dans notre compréhension de l’évangélisation.

    Koz a écrit:

    “donner la raison de son espérance“. S’agit-il seulement de ne pas se contenter d’être (enfin d’essayer de l’être) “quelqu’un de bien“, mais de dire au nom de quoi ?

    C’est comme ça que je le comprends oui.

    Encore que « être (enfin d’essayer de l’être) ‘quelqu’un de bien' » me paraît assez subjectif : c’est quoi « être quelqu’un de bien » ? Exemple pratique (et véridique) : l’homme, s’il est galant (un homme bien donc), aura tendance à tenir la porte à une dame. Une femme, si elle est très féministe, aura tendance à lui foutre une gifle pour cette méprisante condescendance (un macho quoi). Lui croyait faire bien, elle s’est offusquée. Voilà, « être quelqu’un de bien » me paraît subjectif, variable suivant les cultures. Ce qui me paraît objectif, c’est « suivre le Christ », c’est aimer. Et c’est là que ça se complique…

    Pimprenelle a écrit:

    attirer l’auditeur en utilisant un langage qui lui est familier

    Et Yogui a écrit:

    Comme il est précisé dans mes liens précédents : Heureux les losers car ils seront les winners au royaume des cieux !

    Ya pas mieux comme langage familier, comme résumé clair ! Je propose Yogui évangélisateur en chef ! 😉

  • Merci à Blogblog pour sa mention d’Anuncioblog et à Edmond pour sa précision sur la charte éditoriale de ce blog animé par mes soins!

    Anuncioblog est en effet un blog sur l’évangélisation, mais il est aussi un blog d’évangélisation parce que pas mal de non-cathos visitant le site se prennent un coup de bambou en constatant que les auteurs n’ont pas honte de vouloir annoncer leur foi un peu partout ! Eh oui, ça existe encore !

    Cela me rappelle cette réflexion d’une jeune fille d’origine musulmane : « vous les cathos, vous avez à évangéliser, c’est votre job ». Donc forcément, quand on est à peu près bien dans son rôle, ça interpelle… Je pense aussi à l’un des athées du blog (un habitué, non-baptisé) répondant récemment à un catho qui demandait s’il faudrait aussi évangéliser… les athées : « tu connais un mec et une jeune fille qui pourraient aller ensemble ? tu les présentes, après libre à eux de s’engager ou pas ; l’évangélisation, c’est un peu pareil : tu cherches à faire rencontrer Dieu ».

    Maintenant je ne pense pas qu’il y ait 36 évangélisations possibles : il y en a qu’une même si les méthodes peuvent varier.

    Comment évangéliser pour de vrai ? L’exhortation apostolique du pape Paul VI Evangelii Nuntiandi (1975) sur l’évangélisation dans le monde moderne précise très bien toutes les modalités, peut-être même pour les blogs et Internet avec le paragraphe sur les mass media.

    Mais surtout, Paul VI explique que le témoignage de vie est inséparable de l’annonce explicite (§22) :

    « Le plus beau témoignage se révélera à la longue impuissant s’il n’est pas éclairé, justifié — ce que Pierre appelait donner “ les raisons de son espérance ” (1 P 3, 15) —, explicité par une annonce claire, sans équivoque, du Seigneur Jésus. La Bonne Nouvelle proclamée par le témoignage de vie devra donc être tôt ou tard proclamée par la parole de vie. Il n’y a pas d’évangélisation vraie si le nom, l’enseignement, la vie, les promesses, le Règne, le mystère de Jésus de Nazareth Fils de Dieu ne sont pas annoncés. »

    Donc pour évangéliser, il faut annoncer le kérygme, c’est un passage obligé. On en reste sinon au niveau du vernis. Or l’évangélisation est la mission première des chrétiens…

  • Ouais, et moi, je prends soin de mentionner Anuncioblog sur Radio Vatican et j’ai même pas un merci ? C’est dégueulasse ! 😉

  • Ah, désolé Koz !! Merci à toi, car j’ai vu mes connections grimper sans raison ! (Je t’avoue que je n’avais pas encore écouté l’interview quand j’ai posté mon commentaire.)

  • @ Koz : Purée, arrête de toujours tout ramener toi ! Pour une fois qu’on avait droit aux féloches et à un petit bout de ta gloire ! zut !! S’pèce de… de… de « blogueur influent », tiens ! :-p

    @ JB Maillard : le « master » a parlé. Et plutôt bien, comme à son habitude. Pas mal du tout, ton image de l’entremetteur en relations amoureuses ! Je la note pour plus tard. (A l’occasion, si tu peux me retrouver l’adresse URL du commentaire concerné, ça m’intéresse !)

Les commentaires sont fermés