Oh mon Dieu, il va "en" parler ?

Le Président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux peut-il seulement faire erreur sur le message qu’entend délivrer Benoît XVI aux catholiques français, et au-delà ? Le cardinal Tauran, puisque c’est de lui qu’il s’agit, affirme que le voyage du Pape sera l’occasion de « mettre les pendules à l’heure » sur la question de la laïcité. Rien de moins. Si tel est bien le cas, le voyage du Pape sera tout sauf un petit « coucou » pépère, et chacun doit profiter de cette semaine pour se reposer : il va falloir assurer le Service Après Visite.

Remarquez, les divers groupes « folkloriques » habituels rameutaient déjà leurs adhérents pour que la visite du Pape soit pleinement conforme à la tradition française. Libre-penseurs et ligues laïques s’élèvent déjà. La Fédération Anarchiste organise une « manif’ Anti-Pape« . Et, pour que le tableau soit complet, voilà que Jean-Luc Mélenchon se mobilise tout entier contre la calotte. Son billet du 4 septembre est ainsi titré : « Le Pape arrive : jours de deuil« . Si, si.

Passons sur les quelques plaisants griefs exotiques et sud-américains qu’il contient, et concentrons-nous sur la partie française. Jean-Luc dénonce ainsi Benoît XVI comme « l’homme de la « laïcité positive »«  et rappelle : « c’est l’Eglise [j’ai rétabli la majuscule à « Eglise », que le sénateur a dû omettre] qui sans cesse, comme cette fois encore, harcela la République et non l’inverse » , citant notamment l’encyclique Vehementer Nos de 1906… Enfin, Jean-Luc, certes, certes, les relations entre l’Eglise et la République furent empreintes d’une défiance réciproque, en cette lointaine fin du XIXème, mais on ne peut pas non plus décemment oublier qu’à l’époque, « la patrie de la liberté de conscience » – comme il la nomme lui-même – envoyait la troupe expulser les congrégations, et fichait les officiers catholiques.

Et Jean-Luc Mélenchon de citer Aristide Briand, selon lequel non seulement il y aurait «une incompatibilité radicale entre l’Eglise traditionaliste et l’Etat démocratique», mais il faudrait engager «une libération totale et définitive». Et s’il faut citer Aristide, que l’on me permette, en donnant mes sources – le Parti Communiste et le CNDP – de rappeler aussi ceci : « il est sage, avant tout, de rassurer la susceptibilité éveillée des « fidèles » en proclamant solennellement que non seulement la République ne saurait opprimer les consciences ou gêner dans ses formes multiples l’expression extérieure des sentiments religieux, mais encore qu’elle entend respecter et faire respecter la liberté de conscience et la liberté des cultes« .

Ne pas gêner, dans ses formes multiples, l’expression extérieure des sentiments religieux, voilà déjà a minima une résolution dont certains « laïcistes » pourraient s’inspirer ces prochains jours. Mais progressons un peu… D’après notre sénateur, la laïcité positive selon Benoît XVI, « c’est-à-dire [le] droit pour la religion d’entrer dans la sphère publique et d’y être reconnue comme partie prenante [est] donc le contraire de la laïcité définie en France depuis la troisième république notamment par la loi de 1905« .

Si je suis bien un citoyen français, je comprends que Briand comme Mélenchon me reconnaissent une « liberté de conscience« . C’est bien aimable à eux, mais me la reconnaître sans me reconnaître le « droit d’entrer dans la sphère publique« , c’est une fausse reconnaissance, un présent illusoire : là, dans mon for intérieur, ma conscience, est déjà libre, et elle le reste, sans que j’aie besoin de qui que ce soit pour me le reconnaître, et encore moins me l’autoriser.

Certains doivent donc consentir enfin l’effort d’un bond de 103 ans, et cesser de répondre à l’Eglise de nos arrière-arrière-grand-parents. Un siècle, c’est un bout de chemin, pour la République et pour l’Eglise. Et il serait regrettable que les héritiers de ceux qui reprochaient à l’Eglise de la fin du XIXème d' »opprimer les consciences » oppriment celles des chrétiens de ce jour.

Pour autant, il ne faut pas se laisser entraîner dans un affrontement par le fait de quelques-uns. Oui, certains réussissent le tour de force de contester à l’Eglise, au nom de la tolérance et de la liberté de conscience, le droit de prendre des positions publiques, mais que représentent-ils ? Comme le souligne Monseigneur Vingt-Trois dans Le Monde, « il faut donc raison garder et ne pas faire le jeu de ceux qui crient au loup et ne voient même pas combien ce cri révèle leur fragilité plus qu’un risque réel d’interventionnisme religieux« . La situation en France a déjà frémi et, depuis les discours du Président de la République au Latran et à Ryiad, « la République n’a pas vacillé sur ses bases. Elle continue de fonctionner« . Que les partisans d’une laïcité intransigeante cessent donc de se faire peur. D’autant plus qu’ils se plaisent, dans le même temps, à décrire l’affaiblissement de l’Eglise.

Quant à cette dernière, elle ne peut que répéter sereinement qu’il est vain d’attendre d’une religion de l’incarnation qu’elle se retranche dans quelque évanescence spirituelle. Pleinement partie prenante de notre société, il n’est simplement pas concevable qu’elle se taise. D’ailleurs, comme en témoigne Monseigneur Vingt-Trois dans le même entretien, l’évolution de nos sociétés rend encore plus légitime sa voix, sur les questions éthiques, « de moeurs » certes – et comme il le dit, « il est de notre devoir de nous exprimer, quand bien même nous serions en contradiction avec une vision majoritaire et même commune » – comme sur les sujets économiques, ou de société – « Acceptons-nous, ou non, que les sociétés ne soient plus gouvernées que par des compromis entre groupes particuliers ? » – sur lesquels l’Eglise a véritablement une voie à proposer.

Reste à voir si, et comment, le Pape entend « remettre les pendules à l’heure« .

*
Comme indiqué précédemment, je ferme provisoirement les commentaires ici, et vous invite à débattre en utilisant le formulaire de commentaires du même billet sur le blog Un pape, un blog. Je reproduirai ensuite ici les commentaires postés là-bas.

Billets à peu près similaires

One comment

  • Allez, je commence à rapatrier les commentaires initialement postés là.


    posté par Koz le 9 sept 2008 à 18:26

    Permettez-que je m’auto-commente. C’est peut-être narcissique, mais c’est une habitude que j’ai développée chez moi, et je ne vois pas pourquoi je changerais.

    Je voulais juste noter, à l’heure où s’ouvre ce blog auquel je suis heureux de participer, la réaction de Monseigneur Vingt-Trois à l’expression du Cardinal Tauran :

    “Je n’imagine pas Benoît XVI venant en visite apostolique dans un pays, que ce soit les Etats-Unis, l’Australie, l’Autriche, l’Allemagne ou la France, en retroussant ses manches et en disant: je vais remettre les pendules à l’heure. Je ne crois pas que cela corresponde tout à fait au style du pape”.

    C’est .

    Peut-être le mot du Cardinal Tauran était-il celui d’un membre de la Curie agacé par l’image que donne son propre pays à Rome, si l’on en croit Isabelle de Gaulmyn.

    La réaction de Monseigneur Vingt-Trois est peut-être davantage celle d’un cardinal bien implanté dans la société française, et qui anticipe le Service Après Visite que j’évoquais.

    Mais à vrai dire, pour ce que je connais de notre Pape, je le vois mal également arriver à Paris et ponctuer sa descente de l’avion d’un “suffit de déconner, maintenant“.

    Pour autant, il faut peut-être aussi entendre ce que disent ceux qui ne sont pas trop pris dans nos petites précautions nationales…


    3 posté par N… le 9 sept 2008 à 19:33

    Nous sommes heureux de constater , Koz, que votre style est toujours aussi “rafraichissant” même quand vous êtes en si respectable compagnie. Nous avons connu un déchainement terrible de tout ce que la France comptait d’anti-cléricaux lors de la visite de Jean-Paul II à Reims mais à part Monsieur Mélanchon qui demeure une référence-petit-père-combiste, il y a de fortes chances pour que les medias restent plus neutres, et même si certains compareront ,à tord, l’affluence avec celle des JMJ, pour mieux s’apitoyer sur le triste état de l’Eglise de France, c’est à nous de leur donner tord ! L’initiative de ce blog dont il faut diffuser l’adresse va dans ce sens !


    4 posté par Koz le 9 sept 2008 à 19:46

    Effectivement, on ne peut pas ne pas entendre les protestations de certains, mais il serait idiot de se déterminer en fonction de la majorité bruyante.

    Je reste assez surpris par l’attitude de ceux qui voudraient précisément interdire d’expression l’Eglise. Face à d’autres mouvements politiques, ils s’opposent. Là, ils réclament le silence (et se parent parfois du combat pour la liberté de conscience, ce qui est, au final, divertissant).

    C’est paradoxal. Un autre paradoxe, c’est que ces mouvements ont aussi une certaine tendance à souligner la désaffection des églises. Mais alors, si tel est le cas, quel est donc la menace que l’Eglise, et le Pape, font peser sur les consciences citoyennes ?

    J’aime assez ce qu’a dit le Cardinal Bertone :

    “aujourd’hui, l’Etat est conduit à prendre en compte le fait que, malgré l’avancée de la sécularisation, beaucoup de citoyens ont une vie spirituelle qui a un retentissement dans la vie sociale, et qu’il n’est ni juste ni fécond que l’on veuille bâtir le bien commun en dehors de toute considération pour ce qui est, à la lumière du bon sens, une réalité sociale”

    Même si certains se “plaisent” à croire l’inverse, l’Eglise en France ne réclame pas une place particulière, elle ne réclame pas une prise en compte spécifique de ses propos. Juste que l’on prenne en compte la simple réalité sociale qu’elle représente et qui, pour une réalité sociale, touche tout de même plus de monde que l’Amicale des Boulistes de Châtenay-Malabry.


    5 posté par Lennob le 9 sept 2008 à 21:14

    Salut Koz,

    heureux de te retrouver sur ce nouveau blog. Le billet de Mélanchon est tellement “mélanchonesque” qu’il se caricature lui-même. Il y a cette drôle d’impression de connaître le contenu de la ligne suivante… avant même de l’avoir lue. Ce qui me frappe le plus, au-delà du sectarisme légendaire du bonhomme est cette manière de tout voir sous le prisme de ses propres fantasmes politiques. A le lire, Benoît 16 serait “le pape de Sarko!”Quand on sait que le discours du Latran itself a été accueilli avec une certaine circsonspection à Rome (on n’est pas dupe sur le bonhomme quand même…), les lignes de Mélanchon me font doucement rire! Enfin j’ai quand même un peu les boules devant une si “grande étroitesse”d’esprit.

    Je regrette bien de n’être pas à Paris en fin de semaine. Mais peut-être aurai-je la chance de me rattraper ailleurs 😉


    6 posté par Tara le 10 sept 2008 à 8:45

    Je n’attends rien de particulier de la venue de Benoît XVI, n’étant pas catholique. Et pourtant en y réfléchissant, en tant que chrétienne, si finalement, j’en attends beaucoup. J’en attends, précisément, un éclaircissement sur la définition de la laïcité en France, pays où il est de bon ton de réclamer le silence des chrétiens, de leur demander de ne pas afficher leur foi, mais où il est aussi de bon ton de clamer haut et fort la liberté de conscience, la liberté d’afficher sa foi, lorsque, précisément, on n’est pas chrétien, par souci, semble t il, de tolérance envers autrui.

    Monseigneur Jean Vingt trois a dit :“il est de notre devoir de nous exprimer, quand bien même nous serions en contradiction avec une vision majoritaire et même commune”. Il me semble que, néanmoins, les chrétiens (toutes sensibilités confondues, à savoir : catholiques, protestants et orthodoxes) soient encore majoritaires dans ce pays, même si le nombre de croyants est en diminution constante. N’oublions pas, précisément, le sondage de IFOP/La Croix (2006) qui indiquait : 1 ” -Le catholicisme demeure largement majoritaire, même s’il connaît, en proportion, une baisse sensible depuis les années soixante-dix. 65 % des Français se déclarent catholiques, alors qu’ils étaient, au début des années soixante-dix, plus de 80 % à le faire et 90 % en 1905. ” 2 “– Le protestantisme demeure stable en nombre, mais varie en composition. Représentant environ 2 % de la population” 3-”– Les chrétientés historiques (environ 750 000 personnes) connaissent un élargissement notable, tout en gardant une représentation éclatée. À l’Église orthodoxe (estimée à 300 000 membres), et à l’Église apostolique arménienne (même ordre de grandeur), il faut ajouter les fidèles que comptent les diverses Églises orientales indépendantes ou unies à Rome (copte, syriaque, chaldéenne, maronite, etc.).” (Parallèlement l’Islam ne représente que 6% de la population tous courants confondus, et le bouddhisme, dont on a beaucoup parlé ces derniers temps avec la venue du Dalaï Lama concernerait environ 400 000 français, selon le même sondage)

    Ce qui fait, à n’en pas douter , un certain nombre-je dirais même un nombre certain- de français, qui doivent être heureux, qu’enfin, on reconnaisse leur foi en Jésus Christ.

    Les médias, à force de parler des religions minoritaires – même si elles sont en forte progression – finissent par nous faire croire que c’est nous, chrétiens qui sommes les minoritaires et que nous devons par conséquent nous taire et accepter notre “débâcle”.

    C’est une des raisons pour lesquelles j’apprécie la visite de Benoît XVI en France. Il représente une figure, une image de la chrétienté , qui même pour une non catholique, a un sens.

    Peut être est ce aussi cela, remettre les pendules à l’heure? Montrer , aux français, à la France, que leurs racines sont judéo chrétiennes, que ce pays est toujours habité par une majorité de chrétiens, et que sa sensibilité profonde est marquée par les Evangiles et l’Amour qui s’en dégage. Montrer, comme le dit Koz , que les français ont besoin “Juste que l’on prenne en compte la simple réalité sociale qu’elle représente et qui, pour une réalité sociale, touche tout de même plus de monde que l’Amicale des Boulistes de Châtenay-Malabry.”


    7 posté par Rédaction La-croix.com le 10 sept 2008 à 11:49

    @Lennob : Merci de rester courtois et respectueux dans vos commentaires. Vous pourrez continuer à exprimer votre opinion sur ce blog si vous respectez ces règles de courtoisie.

    8 posté par Koz le 10 sept 2008 à 12:37

    Tâchons effectivement de faire part de notre désapprobation fraternelle envers les positions développées par certains, et faisons preuve de mesure à leur place. Je n’aurais peut-être pas dû “personnaliser” ces positions, quoique Jean-Luc Mélenchon ait l’avantage de les argumenter.

    Thaïs, je lisais tout à l’heure sur le site de La Croix une dépêche qui peut aussi nous amener à mettre à leur juste place les manifestations d’hostilité (ce qui emporte comme conséquence de ne pas, nous-mêmes, nous focaliser dessus) :

    “52% des personnes interrogées souhaitent que le catholicisme soit présent tel qu’il est actuellement dans la société d’aujourd’hui, 25% qu’il le soit plus et 20% moins.”

    Cela fait, globalement, 77% de français qui n’ont pas de problèmes spécifiques avec le catholicisme. Certains diront peut-être qu’il devrait s’exprimer plus haut et qu’alors, les pourcentages varieraient mais c’est déjà un signe intéressant.


    9 posté par Yogi le 11 sept 2008 à 2:51

    Bigre ! Si le commentaire débonnaire de Lennob s’attire déjà les foudres divines, c’est bien que nous sommes en pleine messe ici !

    Surtout pas de bruit, pas un mot plus haut que l’autre … Bon, comme d’habitude en ces occasions, je m’en retourne à pas feutrés, ferme doucement la double porte, et m’éloigne dans la rue ensoleillée tandis que s’atténue le lointain écho des chants liturgiques …


    10 posté par Redaction La-croix.com le 11 sept 2008 à 10:06

    @ Yogi : Le commentaire de Lennob portait sur le billet de Jean-Luc Mélenchon critiquant fortement la visite du pape en France. Vous conviendrez qu’on était loin de la messe et des chants liturgiques… Notre rappel aux simples règles de courtoisie n’était pas destiné à administrer la bonne parole. Il était destiné à amener les internautes à un débat ferme, s’il faut, mais respectueux, toujours.


    11 posté par Yogi le 11 sept 2008 à 11:07

    @Redaction : J’entends bien. Ma comparaison avec la messe n’était qu’allégorique. Il me semblait à moi que d’une part débattre de la position de Mélenchon sur la visite du Pape avait parfaitement sa place dans un blog consacré à … la visite du Pape, et que d’autre part les termes utilisés par Lennob étaient dans les justes limites d’un débat certes vigoureux mais qui restait convenable.

    Mais en fin de compte c’est vous bien sûr qui jugez et des sujets, et du ton, que vous souhaitez voir respectés sur ce site.


    12 posté par Koz le 11 sept 2008 à 12:35

    Yogi, je me permets d’appuyer la décision de la rédaction, dans le sens où le ton a vite fait de s’emballer. Lennob n’était pas fondamentalement insultant mais un petit rappel courtois permet d’éviter les dérapages ultérieurs. Tu ne seras d’ailleurs pas surpris que je vois les choses comme ça.

    Et puis, si la rédaction avait estimé le commentaire insupportable, elle aurait tout aussi bien pu ne pas le publier du tout.


    13 posté par Lennob le 11 sept 2008 à 14:01

    Il y a certaines réactions qui sont hélàs en France encore trop “pavloviennes”, surtout quand il s’agit de parler de l’Eglise, c’est ce que j’ai trouvé dans ce billet de mauvaise humeur de Mélanchon qui m’ a mis… de mauvaise humeur, j’en suis désolé pour “l’hygiène” de ce blog. Notre sénateur a certes le mérite d’argumenter mais la caricature à outrance ne nuit-elle pas justement à l’argumentation? Bon, je ne veux pas ouvrir ici un débat philosophique hors de propos…

    Recentrons nous sur cette visite, donc. Je pense qu’au delà de tous les discours, la figure du pape devrait apparaître comme celui d’un pasteur humble, un serviteur. C’est d’ailleurs tous le sens du chemin jubilaire que le pape parcourera à Lourdes au milieu des pèlerins par milliers. (N’oublions pas qu’il vient d’abord pour cela et Paris a été rajouté dans le programme…)

    J’ai été frappé d’entendre Ingrid Bétancourt, qui l’a récemment rencontré, parler de sa rencontre avec le pape. Elle a été extrèmement touchée par cette humilité, elle a évoqué avec émotion ce “scrutateur des âmes”.

    J’ose faire le pari que c’est ce qui ressortira (aussi) de cette visite, et que le B16 à “l’intelligence froide” et “remonteur de bretelles” sera moins la substantifique moelle d’une grande part des articles de nos journaux.


    14 posté par Philo le 11 sept 2008 à 18:10

    Je cite, pour en garder trace, l’intro et la conclusion de l’édito du Monde

    Le pape, qui se présente en “messager de paix et de fraternité”, est à la fois le chef de l’Etat du Vatican et le chef d’une religion qui reste, même si sa pratique est en baisse, la première de France.

    […]

    A la veille de sa visite, le pape a loué la “généreuse tradition d’accueil et de tolérance” de la France. Il serait dommage qu’il soit démenti par des manifestations sectaires témoignant d’une vision étriquée de la laïcité. Les religions ont leur place dans la société. Mais la République est neutre.

    La neutralité de la République, bien que devant être réaffirmée, ne me paraît pas mise en danger par la seule visite du Pape, pas plus que par celle du Dalaï Lama ou de la Reine d’Angleterre (dont un des titres est “défenseur de la foi”). C’est quand même faire bien peu de crédit à nos institutions, à leurs représentants et aux français que d’imaginer que quelques jours de visite papale, aussi enthousiasmants soient-ils, pourrait déstabiliser les fondements même de notre démocratie, ces fondements fussent-ils chrétiens.

    Je n’ose en déduire que pour certains il ne s’agit que de gesticulations médiatiques pour exister un peu (plus) dans les médias.

    Je retiens aussi la notion de “vision étriquée de la laïcité”. J’ai parfois l’impression que certains défenseurs du “zéro religion” s’en font une mission… sacrée.


    15 posté par Koz le 11 sept 2008 à 20:18

    J’avoue avoir été surpris par cette expression dans les colonnes du Monde. Mais il y a lieu de s’en réjouir. Ah, si l’on pouvait effectivement avoir une vision épanouie de la laïcité… Tiens, on devrait peut-être lancer ce terme-là, la “laïcité épanouie”… ?

    J’ai toujours du mal, tout de même, à comprendre la menace que ressentent certains de la part de l’Eglise. Il y a bien évidemment quelque chose d’irrationnel, c’est une banalité de le dire. Certains imaginent des actions occultes, des finalités obscures. Comment les convaincre d’abandonner ces fantasmes ???


    16 posté par Yogi le 11 sept 2008 à 22:51

    @Koz : “J’ai toujours du mal, tout de même, à comprendre la menace que ressentent certains de la part de l’Eglise” : ce débat a déjà été abordé chez vous, et ce n’est certes pas ici le lieu de le poursuivre 🙂 … Allez en paix !


    17 posté par tatiana le 12 sept 2008 à 16:34

    (je reposte mon commentaire ici, car suite à une fausse manipulation, il était dans un autre billet)

    Shalom Koz,

    Je voulais juste te dire que tu es un très bel exemple d’homme de foi et de tolérance. Si tous les croyants étaient comme toi, il n’y aurait pas de place pour les guerres de religion.

    Je saisis l’occasion pour souhaiter la bienvenue à “ton” cher Benoît XVI, et adresser mes amitiés aux catholiques que j’imagine dans la joie et l’allégresse à l’idée de sa venue !

    PS : J’entends, à cet instant, les chants de joie en bas de chez moi, car je suis à deux pas du collège des Bernardins. C’est émouvant et très joli.

Les commentaires sont fermés