Ouverture & Dialogue

Huit jours, donc. Huit jours depuis l’élection de Nicolas Sarkozy et, si cela bouge et tressaute beaucoup au PS ou au MD, difficile de se faire une opinion fondée sur les premiers actes de Nicolas Sarkozy. Volonté affirmée, réelle, ou affichage ? A ce jour, les partisans du Président privilégieront la première option, et ses adversaires, classiquement, la seconde, sans que personne ne puisse se fonder sur autre chose que sur une simple perception personnelle, une intuition.

Seul le temps permettra de les confirmer ou les infirmer. Alors, faute de pouvoir, à ce jour, prédire l’avenir avec certitude, intéressons-nous aux faits établis.

Nicolas Sarkozy tente de constituer un gouvernement d’ouverture, ouvert à des personnalités de gauche, qui pourraient occuper trois ministères. Cela fait grincer quelques dents à droite compte tenu du nombre limité de ministres que souhaite Nicolas Sarkozy. C’est bien compréhensible, celui qui partage les convictions du Président élu et a produit les efforts nécessaires à la victoire pouvant s’estimer au moins aussi qualifié que celui qui ne partage pas ces convictions… sauf à le récompenser pour sa contribution à la défaite de l’autre (réflexion à accompagner d’un rire sardonique).

On pourra faire crédit à Nicolas Sarkozy de ne pas craindre l’impopularité, même parmi ses propres amis, et de ce qu’il n’attribue pas les ministères comme autant de gratifications pour services rendus, quand certains évoquaient un homme de clan. D’autres, dans les mêmes occasions, savaient se constituer ainsi une liste d’obligés.

Si Nicolas Sarkozy parvient à constituer un tel gouvernement – « avec » son Premier Ministre – ce sera l’application d’une conception de l’ouverture et de la pratique politique, que j’apprécie : s’ouvrir, après avoir présenté un programme doté d’une orientation lisible.

Parmi les personnalités pressenties, si je ne suis guère convaincu par Bernard Kouchner, si je ne connais pas Anne Lauvergeon, j’apprécie Hubert Védrine et certains se souviendront peut-être de l’épisode du camembert – image de Martin Hirsch – lors du débat participatif rueillois auquel j’avais participé. D’ailleurs, si le sujet n’avait pas été l’éducation, j’aurais poussé le bouchon jusqu’à leur dire également tout le bien que je pensais – et pense toujours – de sa proposition de Revenu de Solidarité Active, qui illustre une certaine capacité à s’affranchir de potentiels tabous pour apporter des solutions concrètes.

Malheureusement, à ce jour, seul Bernard Kouchner semble véritablement prêt à intégrer le gouvernement. La guigne. Les autres réservent-ils leur réponse pour ne pas paraître trop empressés, pour obtenir davantage (comme il semble être le cas d’Hubert Védrine) ou en raison du « contrat de gouvernement » qui leur est, semble-t-il, proposé ? Hubert, Anne, Martin, si vous me lisez, vous seuls pouvez nous répondre…

En tout état de cause, comme le fait remarquer Claude Guéant, cette ouverture même serait une rupture. On se souvient en effet que Chirac l’a refusée aux balladuriens en 95 et, de façon probablement plus grave, à la gauche, en 2002. Pour ce qu’il a fait du pouvoir qu’il a ainsi voulu absolument conserver… S’engager dans une démarche d’ouverture en position de force serait en tout état de cause plus chargé de sens.

* * *

Vis-à-vis des partenaires sociaux, rencontrés aujourd’hui, cette démarche, si peu de temps après son élection, et l’annonce de nouvelles rencontres dès son entrée en fonction a été remarquée comme constituant une première, par François Chérèque. Bernard Thibault, lui, a relevé la « volonté politique d’écoute » de Nicolas Sarkozy.

Comme il le souligne lui-même, tout ceci ne pourra être véritablement apprécié que lorsque ces signes positifs se traduiront, ou non, en actes. La méthode… Ah, la méthode… Noeud gordien de la politique ?.

Je me souviens d’un Premier Ministre, dernièrement qui, se prenant pour Alexandre, a au moins eu le mérite de tester l’idée. Peut-être toutefois la conjonction de l’élaboration de la réforme en solitaire, le passage à l’Assemblée via le 49-3, et le peu de considération marquée encore dans la gestion du conflit pour les partenaires sociaux donne-t-elle une tonalité un peu outrancière à ce cas d’école. On notera toutefois que ledit hussard n’avait, toutefois, pas la légitimité d’une élection, et en particulier, pas celle de l’élection présidentielle.

Jules, de What’s Next, relève la proposition inverse de nos bien-aimés voisins de Sunday Times. C’est le coup de la grenouille dans l’eau bouillante, cher aux anglo-saxons puisque Al Gore s’en servait pour illustrer le problème du réchauffement climatique. En bref : si vous jetez une grenouille dans l’eau bouillante, elle s’échappe, mais si vous laissez chauffer l’eau progressivement, c’te sotte s’en rend pas compte… Bref, pour le Sunday Times, c’est ainsi qu’il faudrait cuisiner les français.

Cette proposition paraît toutefois assez aléatoire pour Nicolas Sarkozy. Quelque chose me dit que nombreux sont ceux qui ont l’intention de se muer en thermomètres pour les années à venir. Pour alerter les froggies.

J’ai fondé quelque espoir sur les capacités de Nicolas Sarkozy à mener le dialogue avec les partenaires sociaux, à l’encontre de ceux qui pronostiquaient – et prédisent encore – une méthode faite de brutalité. François Fillon, de son côté, est l’un des rares à avoir su faire passer certaines réformes sensibles.

Selon une dépêche de l’AP :

« La France du XXIe siècle exige de nouvelles synthèses. Elle suppose des synergies sociales inédites », a estimé M. Fillon. Il a cité en exemple les entretiens que Nicolas Sarkozy tenait lundi et mardi avec les partenaires sociaux. « Il les écoutera attentivement, mais ceux-ci devront aussi respecter sa résolution car sa légitimité émane du peuple », a-t-il prévenu.

Ainsi est posée cette question délicate de la légitimité comparée des uns et des autres. Claude Guéant se faisait encore plus précis en rappelant que les syndicats ne représentent que 8% des salariés, quand Nicolas Sarkozy a été élu par près de 54% des électeurs français (avec un taux de participation de 85%).

Peut-être cela devrait-il relancer la question des critères de représentativité des syndicats ? Pour un renouveau du syndicalisme français, à supposer que les uns et les autres, syndicats et exécutif, en veuillent véritablement…

* * *

A ce jour, nous sommes encore en situation de wait and see. La volonté d’ouverture et la volonté de dialogue sont affirmées, haut et fort. Encore une semaine à guetter les échos, en les espérant quelque peu fondés, et l’on aura une première réponse quant à la traduction de la première. Pour la seconde, nous en saurons davantage à l’automne.

Il reste à attendre, et espérer.

Billets à peu près similaires

92 comments

  • Un gouvernement sans Hortefeux et Devedjian, j’ai du mal à croire que cela puisse être celui de la victoire de Sarkozy.

    Décidément, je suis mauvais aux pronostics, que ce soit dans le « qui va où » des formations de gouvernements, ou pour le reste. Après tout, je voyais pas Sarkozy vainqueur.

    Et malgré ce que j’ai tendance à croire, peut être arrivera-t-il à faire passer ces réformes sans mettre tout le monde dans la rue. Pendant la campagne, il a montré qu’il voyait mieux les choses que ceux qui étaient dubitatifs de son action, donc bon…

  • Parmi les multiples choses entendues, j’ai entendu qu’Hortefeux était tout de même pressenti à l’Intérieur. Vu son soutien indéfectible depuis trente ans, et vu qu’il a, semble-t-il, été plutôt bon dans ses dernières attributions ministérielles, ce serait tout de même bienvenu.

    Je suis d’accord, aussi, sur ton dernier paragraphe : Sarko a fait mentir tant de mauvais augures (« il est parti trop tôt », « il ne saura pas rassembler », « jamais les sortants n’ont été reconduits », « une élection se gagne au centre » etc) que j’en viendrais presque à le soupçonner de ne pas être mauvais politique.

  • Kouchner vendrait son âme pour être ministre. Je ne suis pas sûr que la recrue soit de taille. A tout prendre l’ouverture doit se justifier par la qualité et les compétences des personnalités et non leur popularité supposée. Un autre test important sera le poste réservé à Rachida Bati. Inventer un ministère de l’intégration pour elle serait une erreur. Une véritable intégration des compétences issues de l’immigration passe à mes yeux par sa nomination à un poste existant. On dit que De Gaulle avait hésité à nommer le docteur Sid Cara à la santé en 1958. Il renonça et se contenta de nommer sa soeur, Nafissa Sid Cara, qui fut probablement la première femme musulmane à devenir ministre. Le seul problème c’est qu’elle fut nommée à un poste ministériel inventé pour elle, ce qui ne pouvait avoir le même impact. Sarkozy devrait oser être moins timoré que De Gaulle.

  • Si j’étais méchant, je dirais que c’est bien la peine de faire une campagne à droite toute, pour tout laisser tomber une fois arrivé au pouvoir.

    Au fait, son programme, il a l’intention de l’appliquer ou il veut mettre en oeuvre celui de Royal ?

    Bon sinon, si on avait cogné sur Bayrou et son gouvernement d’union nationale, c’est bien parceque lorsqu’on est dans deux camps opposés, il est difficile de travailler ensuite ensemble sans crise majeure…

    Je pense que la parité dans le gouvernement est une stupidité, car elle l’empeche d’avoir les meilleurs à chaque poste. Et il devrait aussi promouvoir certains dans son camp.

    J’ai plus l’impression que si il met en oeuvre cette tactique, c’est pour couper court à toute idée de successeur. Les manoeuvres pour l’après-Sarko commencent maintenant. Il cherche donc à se protéger par exemple, en n’ayant pas de successeur à la tête de l’UMP, de peur d’avoir bientôt un nouveau Sarko sur sa route…

    Je ne suis même pas sûr que ce soit une bonne idée de ne pas récompenser les Devedjian et consorts, car ils chercheront à répliquer, et ne lui pardonneront rien à sa première faiblesse…

    Déjà la première semaine, et la droite est déjà divisée.

    Ça promet pour la suite.

  • Je partage la mefiance exprimee a l’egard de Kouchner. Beau parleur et grand moralisateur devant l’eternel. Ca sent la nomination mediatique, ledit Kouchner etant tout de meme parmis les personalites politiques les plus populaires…Mais qui dit nomination mediatique dit ministre mediatique, d’autant plus prompt a s’eriger « conscience du gouvernement » qu’il aura a affronter la foule haineuse de ses ex-camarades qui vont s’etrangler de rage et l’accuser d’aller « a la soupe » (quelle moche expression, by the way). Bof bof, je suis sceptique!

  • Un bon billet, Koz. Agréable à lire et bien construit. Bientôt journaliste politique ? ;-

    Bon par contre, si je n’en suis pas à imaginer comme Polydamas Sarkozy traçant des plans sur la comète, je pense néanmoins que l’idée d’ouverture trouve ses origines bien loin de l’UMP. Je me trompe peut-être mais il me semble que l’idée vous paraissait bien moins séduisante il y’a encore quelques semaines.

    Parfait, mais comment concilier, par exemple, les vues du parti socialiste et celles de l’UDF sur un enjeu majeur, les retraites ? Faut-il comprendre, et comment pourrait-il en être autrement, que le programme de François Bayrou sera soumis à renégociation ? N’est-ce pas quelque peu gênant aux entournures de revenir, sous les ors des ministères, sur un programme censé avoir été approuvé par le peuple ?

    Alors certes, vous n’êtes pas spécialement enthousiaste à l’idée de Sarkozy mais je tire ça d’un billet (www.koztoujours.fr/?p=174)dans lequel vous n’aviez pas de mots assez durs contre la démarche de Bayrou. Quelque chose à ajouter peut-être ?

  • J’aime bien le « quelque chose à ajouter peut-être » final…

    Alors, puisque vous m’y invitez gentiment, oui, quelque chose à ajouter.

    Dans ce cadre, comme dans d’autres, j’aime quand le dialogue est fondé sur une identité assumée. Au hasard, par exemple, ça me fait penser à mon blog. Sur lequel j’aime à discuter avec des personnes aux convictions bien ancrées, et sur lesquelles j’affirme les miennes.

    J’aime, aussi, quand l’ouverture part d’une ligne claire.

    J’aime lorsque l’on propose un choix, un vrai.

    J’aime que l’on place le fond avant la méthode. Quand on ne confond pas la méthode et la solution.

    Les ministres de gauche (tiens, jb, y’aura aussi des UDF) qui seront éventuellement nommés savent à qui ils s’adressent. Ils connaissent son orientation, ils savent où il veut aller.

    Pour moi, c’est ainsi que ça fonctionne : on dit qui l’on est, on l’assume, on demande aux français de trancher sur la base de son identité assumée, et ensuite, on ouvre. C’est une perspective assez différente de celle de François Bayrou, effectivement.

    [quote comment= »22175″]J’ai plus l’impression que si il met en oeuvre cette tactique, c’est pour couper court à toute idée de successeur. Les manoeuvres pour l’après-Sarko commencent maintenant. Il cherche donc à se protéger par exemple, en n’ayant pas de successeur à la tête de l’UMP, de peur d’avoir bientôt un nouveau Sarko sur sa route…[/quote]

    Je n’y crois pas. Sarko a 52 ans. Dans deux ans, il sera le président sortant. Bref, il n’a pas grand-chose à craindre d’un « nouveau Sarko » avant 7-8 ans (en cas de ré-élection).

    Par ailleurs, je ne vois pas en quoi le fait d’ouvrir le gouvernement à des personnalités du centre et de la gauche permettraient de « couper court à toute idée de successeur »… pas plus que le fait de recevoir les syndicats d’ailleurs 😆

    [quote comment= »22175″]Déjà la première semaine, et la droite est déjà divisée.

    Ça promet pour la suite.[/quote]

    Certains rechignent. Mais de là à parler de division, attends un peu avant de rêver tout haut.

    [quote comment= »22174″]Un autre test important sera le poste réservé à Rachida Bati. Inventer un ministère de l’intégration pour elle serait une erreur. Une véritable intégration des compétences issues de l’immigration passe à mes yeux par sa nomination à un poste existant..[/quote]

    Tiens, on n’en parle plus beaucoup de ce ministère-là… En même temps, je ne le réclame pas. Mais il me semble qu’elle a dit clairement qu’il était hors de question pour elle d’être « l’arabe qui s’occupe des arabes ». Et je suis parfaitement d’accord avec toi : cela aurait du sens de la placer à un ministère qui ne soit pas directement lié à l’immigration, aux cités etc. Cela dit, il faut aussi qu’elle ait une compétence à faire valoir dans le domaine. Même si elle est magistrate, je doute qu’elle soit Garde des Sceaux.

    [quote comment= »22176″]Mais qui dit nomination mediatique dit ministre mediatique, d’autant plus prompt a s’eriger « conscience du gouvernement » qu’il aura a affronter la foule haineuse de ses ex-camarades qui vont s’etrangler de rage et l’accuser d’aller « a la soupe » (quelle moche expression, by the way). Bof bof, je suis sceptique![/quote]

    D’accord avec Dang et toi. Comme dit dans mon billet, je ne le « sens » pas, Kouchner. Et comme tu le dis, son côté médiatique me parait trop imprévisible. Et puis, pour les Affaires Etrangères, tout de même…

  • Je suis d’accord avec Polydamas concernant la parité homme-femme au gouvernement.

    Avec cette promesse, il s’est de facto refusé à prendre les meilleurs. Même s’il y a des femmes de talent dont la compétence n’est plus à prouver, il est face à un sacré dilemme : Soit nommer une femme moins compétente qu’un homme à certains portefeuilles pour respecter la parité et alors adios le critère de compétence, soit nommer à chaque fois le plus compétent et alors adios la parité.

    Dans tous les cas, je pense qu’il ne respectera pas l’une de ces 2 promesses.

    En plus, admettons que Kouchner, Védrine et Hirsch acceptent, cela voudrait dire qu’il restera 4 portefeuilles disponibles pour l’UMP et l’UDF. Je l’aurais assez mauvaise en tant qu’UMP ou UDF l’ayant soutenu même si Sarko n’a jamais caché son envie de faire un gouvernement de compétence et non d' »amis ». Et comme les coups bas sont légion en politique…

    Bref, j’aimerais pas être à sa place maintenant.

    HS: Tiens, ai-je rêvé ou Bayrou a bien dit qu’il était prêt à discuter avec Sarko?

  • Un petit truc à la rien à voir concernant la photo d’illustration avec Thibault : Mon homme regarde par dessus mon épaule et me dit  » Quoi, même Renaud est prêt à discuter avec Sarko maintenant?? » 🙂

    C’est vrai que sur cette photo, il y a une certaine ressemblance.

  • [quote comment= »22180″] Certains rechignent. Mais de là à parler de division, attends un peu avant de rêver tout haut. [/quote]

    Je ne rêve de rien du tout, tant mieux si Sarko parvient à appliquer et à vraiment mettre en oeuvre son programme, la défaite du FN n’aura pas été inutile de ce point de vue.

    Sinon, Kouchner ne me dit rien qui vaille non plus…

    Mais bon, on a bien eu Mickey d’Orsay, pourquoi pas le sac de riz ? 😀

    [quote comment= »22180″]Je n’y crois pas. Sarko a 52 ans. Dans deux ans, il sera le président sortant. Bref, il n’a pas grand-chose à craindre d’un « nouveau Sarko » avant 7-8 ans (en cas de ré-élection).

    Par ailleurs, je ne vois pas en quoi le fait d’ouvrir le gouvernement à des personnalités du centre et de la gauche permettraient de « couper court à toute idée de successeur »… pas plus que le fait de recevoir les syndicats d’ailleurs 😆 [/quote]

    Si, en empêchant les ambitions légitimes de son parti de s’exprimer au sein de son gouvernement, il essaye de couper l’herbe sous le pied de tous ses futurs dauphins potentiels. Je sais bien qu’il est parti pour 10 ans, mais ça ne m’étonnerait pas qu’il pense à sa succession aujourd’hui.

    Regarde ce qu’il fait de la direction de l’UMP…

    L’article du Monde, qui en parlait il y a trois mois, n’est plus disponible qu’ici mais je te donne quand même la fin…

    [quote]S’il l’emporte, Nicolas Sarkozy, leur aîné, a de toute façon l’intention d’élargir le « cheptel » de renouvellement de la droite pour dissoudre les ambitions. Avec des femmes, comme Valérie Pecresse ou Nathalie Kosciusko-Morizet, et des trentenaires déjà prometteurs, comme Laurent Wauquiez ou Luc Chatel. « Un jour, il y aura un duel Anquetil-Poulidor, mais ce temps-là n’est pas encore dans notre horizon », relativise Renaud Dutreil.[/quote]

  • Oui, Bayrou est prêt à discuter avec Sarko, ça ne date pas d’hier il le dit depuis le début du moi de février.

  • Toujours pas compris au nom de quoi la proposition d’ouverture était fondée sur du vide lorsque Bayrou la proposait par avance, et axée sur sur plein quand c’est Sarko qui la met en oeuvre au dernier moment, à la déconfiture de ses amis, et éventuellement au détriment de la compétence (si pour justifier de l’existence d’un pôle de gauche il faut Kouchner aux affaires étrangères plutôt qu’Alliot-Marie ça me pose un gros problème. MAM à mon avis, a été la ministre la plus compétente du précédent gouvernement, et avec les missions les plus difficiles)

    Bon, mais sur le principe, l’ouverture, c’est bien…

  • Je reste dans l’idée de Polydamas, qui dit que tout celà est stratégique. Mais quelle est réellement la stratégie? A mon avis, cette idée de gouvernement ouvert doit servir à la prochaine présidentielle. Ca évite ainsi d’avoir l’étiquette de candidat sortant et UMP. Avec un gouvernement ouvert contenant des gens de gauche et de droite, on ne peut plus faire retomber la faute uniquement sur le parti UMP en lui même. Si jamais il y a échec, il est de la faute à « tous »! Mais peut être que je me projette un peu loin et que tout ceci n’est que spéculation…

  • [quote comment= »22191″] Mais peut être que je me projette un peu loin et que tout ceci n’est que spéculation…[/quote]

    Sarko sait que sa stratégie a fonctionné et va tout mettre en oeuvre pour éviter qu’elle ne se reproduise. On est d’accord que c’est tôt, mais en 2002, tout le monde évoquait déjà les plans et combinaisons de 2007, et Sarko, à l’époque, était déjà sur les rangs.

  • Pour Hortefeux on parle de lui pour assurer l’intérim à la tête d’une direction collégiale de l’UMP. Fidèle parmi les fidèles il saura mieux que n’importe qui conduire le parti en soutien à N.Sarkozy.

    Pour Devedjian on parle de lui pour reprendre la place de N.Sarkozy à la tête du conseil des hauts de seine.

    Pour MAM on parle d’elle pour prendre le ministère de l’intérieur. Un poste au poil pour elle d’autant plus que ce serait l’occasion de reprendre la responsabilité sur la gendarmerie !!! 😉

    Pour H.Vedrine, j’aimerais qu’il reprenne la diplomatie en charge. Il y excellait sous Jospin. C’était le seul que j’appréciais à l’époque.

    Pour Kouchner, j’avoue ne pas être chaud. Il a la larme facile et le verbe un peu haut. Pour la diplomatie ça me semble un peu fragile. Même s’il serait selon certains analystes assez proche des idées de N.Sarkozy sur l’approche internationale à l’entrée de la Turquie dans l’Europe près, mes doutes persistes …

    Pour Anne Lauvergeon, il semble qu’elle ait fait ses preuves dans l’industrie.

    Pour M.Hirsch, je le verrais bien au ministère de l’intégration et de l’identité nationale. Ces interventions montrent que ce sujet semble sinon le au moins un de ses thèmes privilégiés. Son approche adoucirait l’image que l’on se fait de ce ministère.

    Voilà pour ceux là ! 😉

  • Bravo à Sarkozy pour son ouverture à gauche, après avoir eu constamment le courage de ses convictions pendant toutes ces années. C’est le rassemblement sans compromissions et sans démagogie.

    Bravo à Claude Allègre, qui vient de se dire à la gauche de Ségolène Royal (j’ignore si c’est vrai, et à vrai dire, je m’en fous), tout en refusant un ministère parce qu’il faut faire place à la nouvelle génération (je ne me rendais pas compte qu’il avait 70 ans…), mais en acceptant une mission d’aide à la réforme de l’université, à condition que des moyens importants y soient affectés.

    Parfait. Rien à dire.

    Et je pense que c’est de très bon augure vu les convictions du bonhomme. Sarko et Allègre ont dû penser tous les deux qu’il était trop grillé auprès des enseignants du primaire et du secondaire pour aller à l’Education nationale, mais que sa stature de scientifique, alliée au fond de ses positions sur l’éducation, constituaient le bon cocktail pour l’université.

    Enfin! De l’air frais! Du nouveau! Du concret! De la dignité! Du courage! Du pragmatisme! Un vrai souci du bien public!

    Et les propositions faites à Védrine, Kouchner et Lauvergeon sont très intéressantes. Là aussi, du nouveau, de l’ouverture, même avec 53%. Même si ça ne se concrétise pas.

    Voilà qui me paraît autrement plus révélateur que le lieu de vacances de Sarkozy et ses histoires de cul, qui m’intéressent assez modérément.

    Les vraies difficultés risquent de commencer avec le monsieur qui est derrière le président sur la photo.

    Je vous invite à lire les scandaleuses déclarations qu’il vient de faire au Sunday Telegraph, pensant sans doute que les Français ne lisent pas un torchon néo-libéral publié dans l’enfer blairiste:

    « If Sarkozy does what he said he would do, we could have a battle and strikes against his proposals. »

    « Mr Sarkozy and his entourage are wrong to imagine the influence of unions is based just on the number of members. We can mobilise. We can organise many big strikes and enormous demonstrations, as we have shown. »

    « Nobody contests the fact that Nicholas Sarkozy was elected president of the Republic with a very sizeable turnout of 85 per cent. This does not signify that voters agreed with all the measures he proposed. »

    On ne saurait exprimer plus clairement que la CGT se fout ouvertement du vote, de la démocratie et de la volonté des Français.

    De telles paroles prouvent, tout simplement, que la CGT est une organisation subversive, violente, vouée au combat contre la démocratie.

    Le dialogue et l’ouverture, c’est très bien.

    Mais il y a un moment où il faudra choisir entre la démocratie, la liberté, le droit d’une part, et la loi de la jungle et des mafias d’autre part, représentée par monsieur Thibault et ses amis.

    J’espère que Sarkozy ne décevra pas ses électeurs sur ce point.

  • Je pense que l’ouverture est réelle. Au-delà des noms que tu as cités pour le gouvernement (et il en manque quelques uns), il faut rappeler que Sarkozy a su susciter l’estime et la sympathie de personnalités du centre et de gauche : Glucksmann, Todd, Gallo, Minc, Charasse, Allègre, Notat… Sans vouloir tirer sur l’ambulance, on serait bien en mal de trouver une seule personnalité de droite ou du centre qui ait manifesté son estime ou sa sympathie envers Ségolène Royal.

    En réponse à Lisette et Polydamas, la différence avec l’ouverture à la Bayrou est justement que le programme a été défini avant de discuter des personnes. Et ce programme est fondamentalement très modéré que ce soit économiquement ou socialement. Il paraît révolutionnaire en France parce que nous sommes gouvernés depuis 30 ans par une alternance de droite molle et de gauche dure (les 35h, c’est plus à gauche que tous les pays occidentaux, les prélèvements obligatoires à 51% du PIB c’est plus à gauche que tous les pays occidentaux sauf 3)

    Je pense qu’un homme de la compétence et de l’expérience internationale d’Hubert Védrine ne trahirait pas ses convictions de gauche en rejoignant un tel gouvernement. Je ne pense pas qu’il s’offusquerait de voir achevée la réforme des retraites ou entamée la réduction des dépenses publiques. On peut s’entendre avec des hommes, même issus du PS, sur un tel programme de gouvernement. Il est en revanche totalement impossible de s’entendre avec le PS sur ces sujets.

  • Je ne suis pas d’accord avec Liberal : François Bayrou avait bien dit qu’il était prêt à accueillir des personnalités de droite comme de gauche, mais sur la base de son propre programme… Exactement ce que vient de faire Nicolas Sarkozy. Je n’apprécie pas N. Sarkozy, mais il n’y a pas de raison de faire deux poids deux mesures : une proposition que je jugeais bonne émanant de F. Bayrou l’est également de notre nouveau président. Je vois donc plutôt d’un bon oeil cette initiative; maintenant nous verrons bien ce qu’il en adviendra.

  • Pour Kouchner, le simple fait que cette opportunité existe et occupe les médias pendant quelques jours est un bon coup de communication dans la perspective des législatives. Cela dit, cela me paraît de toute façon fort mal engagé pour le PS.

  • [quote comment= »22175″]Je pense que la parité dans le gouvernement est une stupidité, car elle l’empeche d’avoir les meilleurs à chaque poste. Et il devrait aussi promouvoir certains dans son camp.[/quote]

    [quote comment= »22181″]Je suis d’accord avec Polydamas concernant la parité homme-femme au gouvernement.

    Avec cette promesse, il s’est de facto refusé à prendre les meilleurs. Même s’il y a des femmes de talent dont la compétence n’est plus à prouver, il est face à un sacré dilemme : Soit nommer une femme moins compétente qu’un homme à certains portefeuilles pour respecter la parité et alors adios le critère de compétence, soit nommer à chaque fois le plus compétent et alors adios la parité.[/quote]

    C’est peut être avec ce type de raisonnement que Ségolène Royal avait renoncé à ses engagements sur la parité et l’intégration de personnes handicapées dans son équipe de campagne !

    Vous pensez donc que MAM serait moins compétente que M.Vaillant ?

    Vous pensez alors que V.Pécresse serait en dessous JC.Gayssot ?

    Vous estimeriez que R.Dati serait inférieure à Y.Cochet ?

    Quant à N.Kosciusko-Morizet, elle serait certainement moins bien d’après vous que JL.Mélenchon ?

    … et bien d’autres encore …

    Ségolène Royal a bâti toute sa campagne autour du machisme et de la misoginie. N’inversez pas les rôles svp.

  • pas grand chose à ajouter à quelques bons commentaires, sinon que le fait de proposer des postes importants est très bien et donne une belle image de la politique nouvelle en France et (i) s’ils acceptent cela permettra de mener une politique non pas de parti mais d’intérêt national et (ii) s’ils refusent permettra de montrer aux Français que ce n’est pas la faute de la droite mais de cette gauche qui se veut pour le progrès pour l’ouverture etc alors qu’elle se cache derrière des manoeuvres de parti d’un autre temps alors que c’est l’intérêt national qui est en jeu.

  • La représentativité syndicale devrait être fondée sur les votes aux élections professionnelles. Pour ne pas favoriser les listes déjà en place celles ci devraient se faire au scrutin uninominal à l’échelle locale. Il faudrait séparer complètement les syndicats du public et du privé et favoriser le développement de ces derniers

  • Effet d’annonce, choix stratégique destiné à endormir l’opposition ou encore écoute d’une volonté de changement dans l’action politique porté notamment par François Bayrou. Pour ma part et comme Sébastien j’observe avec intérêt les démarches de Nicolas Sarkozy. De toute façon seul le temps révèlera la sincérité de l’ouverture et surtout si les résultats sont là. Souhaitons que cette rupture avec les habitudes partisanes porte ses fruits ce qui n’empêche pas la vigilance.

  • @ Boun:

    Maintenant que je vous ai sous la main, est-il possible de commenter sur votre blog sans s’inscrire à Vox ?

    Sinon, sur le sujet:

    Non, MAM est bien meilleure que Vaillant, ce n’est pas le problème. Le problème est que prendre des hommes de gauche au gouvernement nécessite que vous preniez des femmes à droite pour compléter, et que celles-ci (mises à part Mam, dont le cas est un peu différent) n’ont pas forcèment la carrure d’un Devedjian, d’un Lellouche, d’un Darcos, d’un Barnier, d’un Dutreil, etc.

    Donc, si vous préférez que tous ces quadras, hors du gouvernement, flinguent toutes les fautes du gouvernement parcequ’ils en ont été exclus, c’est votre problème, mais je maintiens que ce n’est pas la meilleure façon d’aborder un mandat….

    @ Liberal:

    Je sais bien qu’il est modéré, sinon je ne voterai pas ce que je vote… 😉

    Accueillir un Vedrine ne me pose pas plus de problèmes que cela, c’est juste que Sarko va devoir imposer une main d’acier pour calmer ses troupes, c’est tout.

    Et tout cela me parait vaguement hypocrite (ou tactique, comme vous voulez), quand on sait que les discussions et négociations avec les syndicats terminées, il faudra décider et imposer à la rue des lois dont elle ne voudra pas. Sarko a raison de prôner la négociation, et de se réclamer de sa politique d’ouverture, mais il sait aussi bien que tout le monde qu’elle ne fera que retarder l’échéance du rapport de force.

    Et c’est face à la rue qu’on le jugera, qu’il aura besoin de ministres solides, prêts à en baver. Et je vois peu de socialistes, ou de vrais centristes, prêts à remplir cette dernière tâche, à le suivre quand ça commencera vraiment à chauffer.

  • [quote comment= »22191″]A mon avis, cette idée de gouvernement ouvert doit servir à la prochaine présidentielle. [/quote]

    Pfiou. La prochaine présidentielle, c’est demain mais aussi le siècle prochain.

    [quote comment= »22195″]Je vous invite à lire les scandaleuses déclarations qu’il vient de faire au Sunday Telegraph, pensant sans doute que les Français ne lisent pas un torchon néo-libéral publié dans l’enfer blairiste:

    « If Sarkozy does what he said he would do, we could have a battle and strikes against his proposals. »

    « Mr Sarkozy and his entourage are wrong to imagine the influence of unions is based just on the number of members. We can mobilise. We can organise many big strikes and enormous demonstrations, as we have shown. »

    « Nobody contests the fact that Nicholas Sarkozy was elected president of the Republic with a very sizeable turnout of 85 per cent. This does not signify that voters agreed with all the measures he proposed. »

    On ne saurait exprimer plus clairement que la CGT se fout ouvertement du vote, de la démocratie et de la volonté des Français.[/quote]

    Ca vaut la peine d’être mentionné, tant ça contraste avec les déclarations du jour du même homme !


    Bon, sinon, j’ai rallumé mon ordi, ce soir, surtout parce que j’avais oublié de mentionner un élément fondamental dans mon billet : si Kouchner est ministre, quid de France Europe Express ???

  • Il y a parmi les personnalités mentionnées quelques uns que j’apprécie particulièrement : Notat, Minc, Allègre et Védrine. J’ai toujours pensé qu’ils étaient trop intelligents, fins et pragmatiques pour faire de la basse politique politicienne. Je les verrais donc bien dans l’équipe de NS. Martin Hirsch aussi a apporté maintes fois la preuve qu’il était au-dessus des sectarismes de bas étage. Pour Kouchner je partage votre scepticisme, sans pouvoir pour autant apporter un argument valable contre lui. Par contre les rumeurs sur une nomination de Hervé Morin me posent problème. J’estime que ce monsieur a manqué singulièrement de finesse pendant la campagne électorale…

  • [quote comment= »22208″]@ Boun: Maintenant que je vous ai sous la main, est-il possible de commenter sur votre blog sans s’inscrire à Vox ?[/quote]

    Malheureusement non. RdV dans le chat pour en parler rapidement.

    [quote comment= »22208″]Non, MAM est bien meilleure que Vaillant, ce n’est pas le problème. Le problème est que prendre des hommes de gauche au gouvernement nécessite que vous preniez des femmes à droite pour compléter, et que celles-ci (mises à part Mam, dont le cas est un peu différent) n’ont pas forcèment la carrure d’un Devedjian, d’un Lellouche, d’un Darcos, d’un Barnier, d’un Dutreil, etc.

    Donc, si vous préférez que tous ces quadras, hors du gouvernement, flinguent toutes les fautes du gouvernement parcequ’ils en ont été exclus, c’est votre problème, mais je maintiens que ce n’est pas la meilleure façon d’aborder un mandat…. [/quote]

    Il semble que N.Sarkozy veuille renforcer le rôle et les compétences du conseil présidentiel. Par ailleurs si on veut renforcer le pouvoir du parlement il va falloir qu’il y ait des présidents de commissions à la hauteur. On parle depuis le début de la campagne présidentielle de faire de la politique autrement et d’organiser des contre pouvoirs. Ces deux voies me semblent aller dans ce sens en plus de donner des responsabilités à l’opposition.

  • [quote comment= »22210″]Par contre les rumeurs sur une nomination de Hervé Morin me posent problème. J’estime que ce monsieur a manqué singulièrement de finesse pendant la campagne électorale…[/quote]

    Je pense que nous avons tous du mal à mesurer la quantité d’opportunisme qu’il y a dans sa démarche …

  • Sarkozy a été un mauvais ministre de l’intérieur, dangereux pour le pays et spécialiste du clivage. Sa campagne pour les présidentielles, adroitement menée, n’inspirait pas non plus une confiance démesurée dans la capacité du bonhomme à pouvoir rassembler et apaiser la société française (jusqu’au fameux ministère de l’identité nationale et de l’immigration). Dans son programme, il y a d’un côté une politique de contrôle en direction des chômeurs, des précaires et, d’un autre côté, une politique favorable aux hauts revenus (sans réelle justification, mais j’en ai déjà parlé maintes fois ici), bref une politique dans l’ensemble inégalitaire et dynamique. Et puis, de suite après son discours, « je serai le président de tous les français », il passe la soirée au Fouquet’s, se barre dans un yacht (le tout fleurant le clientélisme, bref)…

    Tous ces éléments ne sont pas pour me rassurer. Mais j’avais déjà émis cette hypothèse : une fois au pouvoir, il est possible que Sarko, avec son ambition dévorante, tente de devenir le meilleur président, celui qui réussira à rénover le pays en empruntant la voie du dialogue, du rassemblement, de l’ouverture.

    La constitution de son gouvernement, pour l’heure, semble aller dans ce sens. Je trouve que c’est encourageant, et je le dis. Sans problème.

    Je serais heureux si Sarko laisse tomber ses dérives autoritaires, sa technique du clivage, et s’il parvient effectivement à rénover le pays, tout en maintenant la cohésion sociale, en faisant que la croissance profite à tous et qu’elle soit équitablement répartie.

    Pas de préjugés donc, maintenant est une ère nouvelle, avec un nouveau président. Il faudra juger sur les actes, et même oublier les erreurs du passé (ce que je fais).

    Wait and see comme tu dis Koz…

  • face à Thibau et « sa » CGT, je pense que la seule carte jouable pour N.S est celle de la popularité , il a été largement élu et surtout en grande partie sur sa personne , en jouant l’ouverture ( réelle à mon avis) au centre , et à gauche, en pronant la souplesse du dialogue avec la fermeté du but à atteindre avec les partenaires sociaux , il renforce son image . je veux pas être dans un délire mais un « sarko-kennedy » ca peut largement botter en touche une CGT encartée au PC qui ne veut pas laisser avancer la France.

  • Il me parait difficile d’avoir le beurre et l’argent du beurre : Alors que Védrine promène de salon feutrés en congrès une critique de l’ireal-politik qui confine parfois au cynisme, Kouchner est quand même le promoteur du droit d »ingérence.

    C’est pourquoi je m’interroge sur le fait que ces 2 personnes si différentes aient été approchées par NS; cela traduit pour moi un certain flou dans l’orientation qu’il souhaite donner à la diplomatie francaise; ou bien a-t-il au contraire une idée claire et ne cherche-t-il qu’une ouverture de façade.

  • @Praxis Tout d’abord sur le ton, il serait plus agréable de vous lire si vous formuliez vos phrases envers N.Sarkozy non comme l’affirmation de vérité mais comme votre opinion que nous ne sommes pas obligés de partager.

    Sur le fond, N.Sarkozy en tant que ministre de l’intérieur avait pour rôle d’affirmer l’autorité de l’Etat. C’est le poste qui veut cela et le fait qu’il endosse ce rôle avec ferveur n’a vraiment gêné que ceux qui avaient à le craindre. Les agitations sinon excitations de la gauche sur son caractère sont lamentables et n’avaient pour vocation que de monter une population contre une autre.

    Si vous avez souffert de la campagne de N.Sarkozy, c’est peut-être parce qu’il était le seul à avoir un vrai programme détaillé qu’il défendait avec passion. Vous avourez si vous êtes honnête que ce qu’il dit aujourd’hui il le disait et le répétait déjà depuis le début de sa campagne. Vous vous réjouissez de décrouvrir son attitude d’ouverture aujourd’hui. Nous en sommes heureux et espérons que vous arriverez à faire disparaître vos doutes au profit d’une ambition partagée.

    En espérant vous voir passer de Sarkoseptique à Sarkoptimiste 😉

  • Sont ce des jobs d’un mois, histoire de perturber un peu plus le PS pendant qu’il se déchire pour mieux écraser les socialistes aux législatives qui auraient entre 50 et 100 députés ? Je crains que cette tactique n’énerve ctte partie de l’UMP qui a rejoint NS à contre coeur. Comment résoudra t-il le problème de la parité s’il donne 3 à 5 places à des mâles de gauche et de l’UDF alors qu’il prévoit quinze ministres ? Et quelle place fera t-il aux quadras s’il embauche des crocodiles de la politique ? Nous attendrons certainement juin pour mieux connaître ses intentions réelles. L’UMP n’aura plus de président : les statuts sont donc modifiés en fonction des circonstances. Sarkomm Ier entre en fonction demain !

  • A propos de la CGT

    Il est certain qu’elle acceptera le dialogue à condition qu’aucune réforme ne soit faite sur le service minimum, les retraites. Il y a la majorité présidentielle mais il y a la majorité syndicale comme l’a précisé un leader syndicaliste de la CGT. 8 % de syndiqués auraient un poids démocratique supérieur à 85 % d’électeurs : le marxisme n’est pas mort même si le PC l’est.

    Il ne faudra rien attendre d’eux sinon des grèves à la rentrée pour mettre la pression.

    L’action en justice sur l’affaire du Comité d’Etablissement d’EDF reprendra t-elle une fois l’affaire Clearstream « terminée » ? Il serait temps de voir les vrais visages de la CGT et du PC !

    La seule solution pour ramener les syndicats à la réalité est de démocratiser l’élection de ses représentants.

  • Il y a 6 organisations syndicales REPRESENTATIVES + les autres… Tout cela pour ne réussir à représenter que 8,5% des salariés, et encore en comptant les fontionnaires, assimilés et salatiés d’entreprises publiques, type SNCF, par exemple. Dans le privé on tombe à 4,5%. Il y a une question à se poser, pourquoi la France est-elle le pays où les nombre d’adhérents à un syndicat est-il le plus faible ? Ne serait-ce pas dû au fait que ces « organisations représentatives », ne représentent et ne sont , pour la plupart, que des courroies de transmission de la gauche. Qu’elles n’ont pas plus avancé dans leur idéologie que la gauche en général, que leurs revendications sont comme les idées de la gauche, archaïques, hors du monde du travail actuel et de la mondialisation. Que le seul argument qu’elles connaissent est de défiler pour montrer « leur force ». Il y a un exemple qu’elles devraient copier, c’est celui des syndicats Allemands, qui sont autrement plus puissants, sans être obliger de descendre dans la rue pour un oui ou pour un non. Ils se réunissent une fois par an avec les patrons des branches concernées, ils discutent des sujets à traiter, chacun amenant ses idées, trouvent des compromis, signent, on se revoit l’année suivante, mais pendant un an on travaille. La discussion avec les syndicats français, c’est certainement une bonne chose, mais j’ai peur que cela ne serve qu’à enliser les sujets et des solutions, si il y en a, ne sortiront que dans 2 ans et très amputées, comme pour les retraites. Je suis peut-être pessimiste, mais je n’ai pas confiance dans les qualités d’ouverture au dialogue constructif des syndicats français, ils sont trop politisés, surtout à gauche et ne pensent qu’à une chose, faire le maximum de bruit pour récupérer un maximum de voix lors des élections syndicales.

  • [quote comment= »22226″]@Praxis Tout d’abord sur le ton, il serait plus agréable de vous lire si vous formuliez vos phrases envers N.Sarkozy non comme l’affirmation de vérité mais comme votre opinion que nous ne sommes pas obligés de partager.[/quote]

    Je ne vous demande pas de partager mon opinion. Ni de me dire comment est-ce que je dois écrire et formuler mes interventions ici, sur ce weblog.

    Savez-vous que l’histoire jugera Sarkozy même sur sa période au ministère de l’intérieur et que le bilan retenu ne sera certainement pas très glorieux ? (sauf en ce qui concerne la sécurité routière – et je ne crois pas que cette hypothèse : les agitations de la gauche sur son caractère pour monter les uns contre les autres, sera retenue – d’ailleurs il me semble que NS lui-même a reconnu que le bilan à l’intérieur était mauvais)

  • [quote comment= »22227″]Excusez mon ignorance sur Hubert Vedrine, mais qu’est-ce que l’episode camembert ?[/quote] L’épisode du camembert concerne Martin Hirsch et non Védrine. Le camembert est un modèle conceptuel de carte scolaire, inventé par M. Hirsch, mais amélioré et proposé en débat participatif par Koz pour être intégré dans le pacte présidentiel de Mme Royal. Malgré le fait que Ségolène avait dit qu’elle écouterait les Français, elle s’en ait complètement fichu de l’avis de Koz et n’a jamais pris en compte cette proposition. Les mauvaises langues disent que toute proposition émanant de quelqu’un habillé un peu comme quelqu’un de droite serait ignorée dans les débats participatifs et ne serait consignée dans le procès verbal.

  • [quote comment= »22240″]Malgré le fait que Ségolène avait dit qu’elle écouterait les Français, elle s’en ait complètement fichu de l’avis de Koz et n’a jamais pris en compte cette proposition. Les mauvaises langues disent que toute proposition émanant de quelqu’un habillé un peu comme quelqu’un de droite serait ignorée dans les débats participatifs et ne serait consignée dans le procès verbal.[/quote]

    Euh… on ne revient pas en arrière sur le passé, mais vous savez qu’il est impossible de prendre en compte toutes les décisions de tous les français participant au débat. Donc, si la proposition du camembert avait été repris en force, plusieurs fois, cela aurait fini par remonter aux oreilles des dirigeants PS (oups, pardon : de SR). Après les débats, il y a ce que l’on appelle une synthèse, donc un choix circonstancié. Et puis, il ne faut pas être naïf, il y avait déjà, avant les débats participatifs, une certaine idée du programme…

  • Sébastien, Ok pour le rassemblement autour du programme. Mais l’autre point de différence avec Bayrou tient. Sarkozy fait appel à quelques personnalités de gauche et on voit les résistances et fortes pressions qui émanent du PS. Bayrou aurait eu besoin du soutien du PS, pas seulement de quelques personnalités hors normes.

  • Si Sarkozy manque de femmes de gauche pour boucler son gouvernement paritaire d’ouverture, il devrait créer un « Ministère du Raccompagnement des Femmes Fonctionnaires à la Maison ». Ségolène Royal ne pourra pas refuser 😀

  • Sinon, Rachida Dati s’est prononcée pour le ministère de la rénovation urbaine à coup de karcher, NS ne pourra pas refuser… 🙂

  • Nicolas Sarkozy est un excellent « politique ». Il faut dire que ça fait 30 ans qu’il est dans le métier. Il joue aujourd’hui très bien pour les législatives où il va falloir s’attendre à un carton de la part de la droite. Il a participé à la mauvaise ambiance qui règne au PS (il n’est pas le seul, ils réussissent à se faire des croche-pieds tout seuls au PS, finalement c’est peut-être un bien que ce parti ne soit pas au pouvoir en l’état actuel des choses). Son coup Kouchner/Védrine pour un même poste est un coup de maître, les deux n’ayant pas la même vision de la politique étrangère et étant très populaires; le fait de recevoir Nicolas Hulot est très bien joué aussi; l’entreprise de séduction des syndicats (sans leur faire de promesse) désamorce une bonne partie de la grogne.

    Vraiment, chapeau l’artiste.

    [quote comment= »22181″]Je suis d’accord avec Polydamas concernant la parité homme-femme au gouvernement.

    Avec cette promesse, il s’est de facto refusé à prendre les meilleurs. Même s’il y a des femmes de talent dont la compétence n’est plus à prouver, il est face à un sacré dilemme : Soit nommer une femme moins compétente qu’un homme à certains portefeuilles pour respecter la parité et alors adios le critère de compétence, soit nommer à chaque fois le plus compétent et alors adios la parité.

    …[/quote]

    Cette réflexion est un monument de machisme et de mépris pour les capacités féminines. Un gouvernement composé uniquement d’hommes est aussi aberrant qu’un gouvernement composé uniquement de femmes. il faut éviter de confondre « compétent » et « connu ».

  • Comment se fait il que tout ke monde tombe a bras raccourci sur les représentants syndicaux des travailleurs et jamais sur les représentant du patronat ? Vous croyez vraiment que ceux ci sont plus pret à négocier, a fairedes pas vers l’autre ? Quand on lit dans la presse que le Medef compte faire de l’ostruction pour obliger le gouvernement, qu’il pense de son coté, a legiferer, c’est le signe de relations sociales apaisées ? Pour négocier il faut être deux et l’histoire montre que la difficulté à négocier est bien partagée. Si NS peut changer cet état d’esprit des représentants des forces économiques, rien que celaserait un grand changement. A écouter les rapports par les média on a l’impression que l’économie ce n’est que l’exploitation de l’un, capital ou travail, par l’autre, travail ou capital, jamais la coopération entre les deux. Et on s’étonne que l’économie semble aller mal…

  • [quote comment= »22249″]Comment se fait il que tout ke monde tombe a bras raccourci sur les représentants syndicaux des travailleurs et jamais sur les représentant du patronat ? Vous croyez vraiment que ceux ci sont plus pret à négocier, a fairedes pas vers l’autre ? Quand on lit dans la presse que le Medef compte faire de l’ostruction pour obliger le gouvernement, qu’il pense de son coté, a legiferer, c’est le signe de relations sociales apaisées ? Pour négocier il faut être deux et l’histoire montre que la difficulté à négocier est bien partagée. Si NS peut changer cet état d’esprit des représentants des forces économiques, rien que celaserait un grand changement. A écouter les rapports par les média on a l’impression que l’économie ce n’est que l’exploitation de l’un, capital ou travail, par l’autre, travail ou capital, jamais la coopération entre les deux. Et on s’étonne que l’économie semble aller mal…[/quote]

    Hehehe enfin d’accord avec un homme de gauche sur le constat…

    Les patrons détestent discuter avec des représentants syndicaux qui ne représentent qu’une toute petite minorité du personnel et qui transforment leurs propos comme le fait libé ou l’humanité pour NS. Alors ils préfèrent comme la grande majorité malheureusement silencieuse des ouvriers une discussion directe qui est très difficile à mettre en oeuvre de part les blocages des syndicats qui se veulent les seuls interlocuteurs et qui organisent des sortes de lynchage (rumeurs, commentaires,..) des ouvriers qui osent prendre la voix et parfois la voie du bon-sens dans une réunion. Et je crois que si l’on veut discuter du problème il faudrait distinguer les très grosses boites et les entreprises grosses, moyennes et petites car le problème est tout autre.

  • Puis-je rappeler une évidence? Ce n’est pas avec des personnalités qu’on fait un gouvernement d’ouverture, mais avec des dialogues et des compromis. L’ouverture, c’est rechercher la compatibilité des points de vue et des intérêts. Je n’ai pas bien compris la campagne de Nicolas Sarkosy sur ce point (entre autres 🙂 !): il a dit à plusieurs reprises qu’il irait vers des gens « qui n’avaient jamais été ses amis » et en même temps expliquait que son programme était un tout sur lequel il n’y a pas de négociation possible, la clarté, la cohérence, et même son idée de la confiance étant à ce prix. Alors que sont ces gens de gauches? De fidèles serviteurs de la politique de « droite décomplexée » que notre président entend mettre en oeuvre? Ce sont donc des gens de droite qui s’ignorent? De même, ce n’est pas parce qu’on prend un café avec les dirigeants syndicaux avant d’être officiellement aux responsabilités qu’on les considèrera comme des partenaires au moment d’engager des réformes. Encore une fois, je trouve tout ça plutôt très bien dans l’intention (sauf Kouchner à la place de MAM, c’est vraiment du gâchis). Mais il n’y a pas de quoi tirer des plans sur la comète.

  • [quote comment= »22248″]Cette réflexion est un monument de machisme et de mépris pour les capacités féminines. Un gouvernement composé uniquement d’hommes est aussi aberrant qu’un gouvernement composé uniquement de femmes. il faut éviter de confondre « compétent » et « connu ».[/quote]

    Oui. Et non. Il y a aussi une question de nombre, donc de choix. Il y a, malgré tout, moins de femmes en politique que d’hommes. Et le recours à la société civile a ses limites.

    [quote comment= »22240″]L’épisode du camembert concerne Martin Hirsch et non Védrine. Le camembert est un modèle conceptuel de carte scolaire, inventé par M. Hirsch, mais amélioré et proposé en débat participatif par Koz pour être intégré dans le pacte présidentiel de Mme Royal. [/quote]

    J’avais en effet apporté une amélioration significative, qui fait honte à Martin Hirsch : j’avais précisé qu’il fallait voir un camembert de Trivial Pursuit…

    [quote comment= »22249″]Quand on lit dans la presse que le Medef compte faire de l’ostruction pour obliger le gouvernement, qu’il pense de son coté, a legiferer, c’est le signe de relations sociales apaisées ?[/quote]

    Quelle presse ?

    [quote comment= »22206″]La représentativité syndicale devrait être fondée sur les votes aux élections professionnelles. Pour ne pas favoriser les listes déjà en place celles ci devraient se faire au scrutin uninominal à l’échelle locale. Il faudrait séparer complètement les syndicats du public et du privé et favoriser le développement de ces derniers[/quote]

    Je suis assez d’accord avec ça. Et je persiste à penser que les syndicats ne devraient pas y être réfractaires : si cela impliquerait pour eux plus de responsabilité, puisqu’ils auraient à affronter des élections – et donc potentiellement un désaveu – mais qu’est-ce que cela accroitrait leur légitimité ! Et ce ne serait pas nécessairement à l’avantage du pouvoir politique que de devoir négocier avec des interlocuteurs qui auraient une légitimité concurrente.

  • @ Claudius, qui a écrit :

    « Il a participé à la mauvaise ambiance qui règne au PS… Son coup Kouchner/Védrine pour un même poste est un coup de maître, les deux n’ayant pas la même vision de la politique étrangère et étant très populaires; le fait de recevoir Nicolas Hulot est très bien joué aussi; l’entreprise de séduction des syndicats (sans leur faire de promesse) désamorce une bonne partie de la grogne. Vraiment, chapeau l’artiste ».

    Vous oubliez aussi la manière dont il a imposé aux Français avec brio une nouvelle façon de vivre « décomplexée » (Fouquet’s, Jet privé, yacht…), où la réussite (par le travail, le mérite et le lever tôt) n’a plus à se cacher, dans un nouveau monde où les vieux relents marxistes de mai 68 et la fameuse « haine des riches » n’ont plus droit de cité. Chapeau, l’artiste.

    Dommage qu’il débute avec une cote de popularité de 57%, la plus faible pour un président de la 5e République fraîchement élu après celle de Chirac en 2002… Combien de points de plus avec l’effet « Kouchner » ?

  • Etonnant comme l’actualité souligne les transformations de la représentativité et de la citoyenneté provoquées par la modernité économiques dans nos sociétés politiques: s’opposent aujourd’hui (ou s’opposeraient ) une légitimité issue de l’élection démocratique et une légitimité syndicale issue du seul monde du travail, ou plutôt d’une fraction de celui-ci car les taux de participation aux élections syndicales et de syndicalisation dans les PME ne sont pas très élevés. Faut-il accepter de voir se réduire la conduite de la vie de la nation à ce seul horizon, et faire de tous ceux qui ne sont ainsi pas représentés des exclus de la décision ? Faut-il accepter de lier citoyenneté et travail ? Pourtant les enjeux actuels ( retraite, service minimum, santé… ) concernent le pays entier, actifs et inactifs, jeunes et vieux, salariés du privé et fonctionnaires… Laisser cette dichotomie se développer c’est accepter le règlement par l’insurrection des défis publics, ce qui a déjà trop tendance à se faire. Finalement, et de manière provocante, faut-il penser qu’il faille pour permettre réellement le dialogue et la concertation, limiter le jeu des syndicats? En France, le « dialogue » tourne toujours à la décullottée.

    Cette question sensible est perturbée par le jeu du capitalisme, et de l’intérêt catégoriel, mais il me semble qu’elle doit être rappelée avec force afin de ne pas permettre la progression de la fracture civique, et le retour du désintérêt et de l’apathie d’une frange de la population qui a cru manifestement qu’avec N.S les choses pourraient changer. Pour cette France, les élections politiques sont le seul terrain d’expression.

  • (désolé de la fausse manip, je remets mon post, cette fois-ci complet)

    Bonjour Koz,

    Ayant très souvent lu votre blog sans y participer (on ne peut pas participer partout tout le temps !), il me plait tout d’abord de vous dire que votre blog est l’un des plus intéressant et agréable. Soyez en félicité !

    Sur d’autres blogs ou sites je signe habituellement « Gogolène » mais ce pseudo quelque peu satirique est maintenant bien obsolète…! Je reviens donc à un pseudo plus académique.

    Ensuite, concernant Kouchner et Védrine, je suis surpris que l’ensemble des commentateurs et journalistes les supputent au poste de Ministre des affaires étrangères, les positionnant ainsi implicitement en concurrents sur ce poste. Cette option est bien sûr possible; Mais ce n’est pas la seule;

    Dans la volonté politique de Sarkozy d’ouvrir à d’autres sensibilités et aussi dans son voeu de faire des politiques nouvelles, ne pourrait-on pas assister à des surprises … elles aussi nouvelles ?

    Je pense particulièrement à une possibilité : un Védrine aux affaires étrangères et un Kouchner positionné à un « nouveau poste » de type « ambassadeur spécial » ou « plénipotentiaire » dont le rôle serait éminent autant que nouveau : agir spécifiquement sur les problèmes humanitaires réels tels le Darfour, les infirmières hongroises etc… Eventuellement avec un statut ministériel mais peut-être tout autre… en relation, évidemment, avec le Ministre des AE et avec le Président.

    Bref, une surprise de ce genre pourrait pourquoi pas arriver …

  • Par rapport à la représentativité des syndicats.

    Les syndicats comptent comme adhérents 8 % des actifs… ce qui est supérieur aux pourcentages des partis politiques…

    Comparons des données semblables. Les élections, les adhérents…

  • [quote comment= »22267″]En France, le « dialogue » tourne toujours à la décullottée.[/quote]

    Quant on lit les déclarations de Bernard Thibault au Sunday Telegraph, signalées plus haut par Robert Marchenoir, on peut effectivement s’interroger sur la volonté de dialoguer. Mais je crois que je vais en faire un mini-billet…

    [quote comment= »22267″]Cette question sensible est perturbée par le jeu du capitalisme, et de l’intérêt catégoriel, mais il me semble qu’elle doit être rappelée avec force afin de ne pas permettre la progression de la fracture civique, et le retour du désintérêt et de l’apathie d’une frange de la population qui a cru manifestement qu’avec N.S les choses pourraient changer. Pour cette France, les élections politiques sont le seul terrain d’expression.[/quote]

    Je suis bien d’accord avec vous, BS. La concurrence de légitimité a ses limites. Et spécialement vis-à-vis des non syndicables .

  • @ Claudius :

    Vous lisez ce qu’on écrit ou il faut répéter ?

    A partir du moment où vous décidez de vous imposer des contraintes d’ouverture au centre et à gauche, d’un gouvernement resserré, et d’une moitié de femmes, il ne faut pas s’étonner si construire un gouvernement relève de la quadrature du cercle…

    D’autant que des femmes de la carrure de Mam, il n’y en a pas des masses à droite, que cela vous plaise ou pas…

    Je ne serais pas aussi optimiste que vous sur « ses coups de maitre ». Attendons le gouvernement pour commenter.

    @ egdtp:

    Il faut rappeler également que les syndicats ne représentent pas les travailleurs, et que bien souvent, ceux-ci sont d’un avis différent de leurs soi-disants représentants dès qu’il s’agit de parler conditions de travail.

    Ce n’est pas le Medef qui est contre le service minimum, ce n’est pas le Medef qui bloque la France, etc.

  • @ Pas perdus:

    Vous voulez qu’on compare les militants politiques et les votes aux élections professionnelles?

    Et les élections, elles servent à quoi ?

  • [quote comment= »22269″]Par rapport à la représentativité des syndicats.

    Les syndicats comptent comme adhérents 8 % des actifs… ce qui est supérieur aux pourcentages des partis politiques…

    Comparons des données semblables. Les élections, les adhérents…[/quote]

    Je ne vois pas comment on peut comparer en conscience les adhésions aéux syndicats ou aux partis politiques et le résultats des urnes surtout lorsque le taux de participation est de 85 %;[quote comment= »22273″]@ Pas perdus:

    Vous voulez qu’on compare les militants politiques et les votes aux élections professionnelles?

    Et les élections, elles servent à quoi ?[/quote] Je rejoins tout à fait cette réflexion.

  • Pingback: » Théâtre d’illusions ?

  • [quote comment= »22258″]@RozoteBat : Et quand il te fout à la porte car tu « coûtes trop cher » ?[/quote]

    Il ouvre sa propre boîte … 😉

  • D’abord la parité. Il n’est pas question à travers ce terme de voir un homme/une femmen un homme/une femme… C’est un état d’esprit qu’il faut adopter… Et je ne pense que pas qu’un équilibre hommes/ femmes au gouvernement mette en jeu les compétences de celui-ci… sans tomber non plus dans l’absude et vouloir un gouvernement qui serait un « échantillonnage » de la population (homosexuels (avec parité!), professions libérales, handicapés, etc…). Et puis l’objectif premier de ce gouvernement est de gagner les élections législatives. Il sera sans doute remanié et élargi après (en fonction des résultats qui ne sont pas acquis!). Enfin, je crois que NS a compris que pour réformer au-delà des corporatismes et des égoismes, il lui fallait un minimum de consensus politique et une très grande légitimité populaire! Ma foi, il y a des femmes compétentes (sauf « elle » bien sûr!) il y a des hommes de gauches compétents (plus ancrés dans des valeurs universelles que dans une doctrine archaique) et il y a des incompétents de droite également (je pense pas voir Debré au gouvernement…) Pour réformer, toutes les bonnes volontés seront les bienvenues… surtout si elles sont compétentes (une flêche de Parthe pour Kouchner). Alors je suis content que il y ait du changement alors même que NS ne soit pas entré en fonction! Bon présage…

  • [quote comment= »22248″] Cette réflexion est un monument de machisme et de mépris pour les capacités féminines. Un gouvernement composé uniquement d’hommes est aussi aberrant qu’un gouvernement composé uniquement de femmes. il faut éviter de confondre « compétent » et « connu ».[/quote]

    Je suis une femme et donc ça m’etonnerait très fort d’être mysogyne ou méprisante à l’égard des capacités féminines.

    Je vais essayer d’expliquer ma position et pourquoi je trouve que forcer la parité homme-femme n’est pas une bonne idée:

    On a fait une loi en Belgique justement sur la parité homme-femme et lors des dernières élections municipales (communales: chaque parti présente une liste avec autant d’hommes que de femmes), des hommes motivés et compétents se sont vus retirer des listes pour laisser la place à des femmes débauchées dans la rue (véridique!) qui n’étaient pas spécialement intéressées par occuper de telles responsabilités. Du coup, on les a mises en fin de liste* pour être sur qu’elles aient peu de chance d’être élues mais dans le même temps, on s’est passé d’hommes motivés. Sans parler du manque de légitimité pour celles qui ont été élues grâce à cette loi et le fait que les hommes ne les considèrent plus d’égal à égal.

    *En gros, on vote pour une liste et ce sont les premiers de la liste qui sont élus sauf si vous cochez le nom d’une personne en particulier. Généralement, on vote pour la liste dans son ensemble ou pour les premiers cités (on peut cocher plusieurs cases).

    Tout le monde, femmes y compris, a trouvé cette loi absurde et le législateur n’a pas osé pousser cette loi jusqu’aux membres du gouvernement.

    On a eu plus de femmes dans notre gouvernement qu’en France (Ce n’est pas très compliqué ceci dit) et cela s’est fait naturellement. On a eu une femme vice-1ère ministre, une présidente du sénat, une présidente de la communauté française. Sur les 4 partis traditionnels francophones, deux sont dirigés par des femmes. Et elles sont toutes reconnues pour leurs compétences et ont pleine légitimité.

    Dans un des pays scandinaves, je crois que c’est la Finlande, il y a plus de femmes que d’hommes au gouvernement et cela est venu naturellement.

    Bien sur qu’il existe des femmes compétentes connues ou non. Je n’ai jamais dit ou sous-entendu le contraire.

    Bien sur qu’il faut plus de femmes au gouvernement mais je reste persuadée que pour que cela soit efficace et qu’elles restent au gouvernement plus de 3 mois, il faut que cela se fasse naturellement. Qu’on leur donne un coup de pouce oui mais pas directement jouer sur la parité.

    Si sur 14 portefeuilles à pourvoir, il y en a 9 qui pourraient être pris par des hommes car ils ont plus de connaissances et de compétences en la matière, vous allez devoir vous passer de 2 d’entre eux pour respecter la parité. On pourrait aussi partir d’une situation inverse. S’il y a 9 femmes parfaites pour le gouvernement, on va devoir en éjecter 2 pour la parité. Passez moi l’expression mais je trouve cela très con.

    Mais aujourd’hui, on ne peut que constater qu’il y a plus d’hommes que de femmes en politique et qu’on a plus de chances de trouver plus d’hommes compétents pour les différents portefeuilles que de femmes.

    Ce n’est pas du machisme ou de la mysogynie, c’est un constat et je vois le problème d’une manière différente de la vôtre.

    J’espère que vous avez pu comprendre pourquoi je n’étais pas pour forcer la parité.

  • Il me semble que par dogmatisme on parle ici des syndicats de salariés sans aucune nuance.

    01 La CGT ce n’est pas les syndicats. Il règne un pluralisme et l’on est libre d’adhérer selon ses convictions. La CFTC et la CFDT sont apolitiques et rejettent uniquement le vote d’extrême-droite. J’ai toutefois connu des délégués qui votaient pour le FN.

    02 L’élection du Président de la République n’est pas la délégation des pleins pouvoirs à un homme. Fort heureusement il existe des contre pouvoirs. Les syndicats ont la légitimité pour défendre des intérêts dans la sphère de l’entreprise ou de la Fonction publique.

    Enfin, plus généralement, il arrive que des cadres ou des employés qui tenaient des propos définitifs, découvrent soudainement que leur univers s’effondre, que le monde de l’entreprise n’est pas ce conte de fée auquel ils ont bien voulu croire. Le plus simple alors c’est de prendre contact avec un syndicat, et par exemple de demander avec quels avocats ils travaillent. C’est toujours étonnant de découvrir combien celui qui était arrogant et méprisant avec les syndicats s’avère reconnaissant.

  • @ Lucas Clermont [quote post= »310″]Le plus simple alors c’est de prendre contact avec un syndicat, et par exemple de demander avec quels avocats ils travaillent. C’est toujours étonnant de découvrir combien celui qui était arrogant et méprisant avec les syndicats s’avère reconnaissant.[/quote]

    Ah oui ? Eh bien j’ai l’exemple d’une très bonne amie, enseignante, qui, ayant eu des démêlés avec sa hiérarchie, a cru pouvoir se tourner vers les délégués syndicaux pour obtenir de l’aide. Làs ! Elle n’était pas assez « godillot »… Total, elle s’est retrouvée complètement seule et isolée, sans pour autant avoir été « arrogante » ni « méprisante » avec les syndicats. En tous cas, elle ne leur a pas été « reconnaissante », loin de là, et elle a juré de ne JAMAIS se syndiquer.

  • je suis sans doute tres naif mais qui peut m expliquer comment en france on en arrive a battre tous les records d europe en matiere de journees de greve avec une telle representation syndicale i.e. 8 p.cent quand nos voisins europeens notamment du nord reussissent a regler leurs conflits avec un taux de representation syndical qui depasse les 80 p.cent ?

  • @ Lessien

    Vous présentez un cas isolé qui peut traduire soit que la démarche de votre amie était infondée, soit que ces interlocuteurs n’étaient pas compétents (les syndicalistes ce sont des travailleurs bénévoles, pas des avocats professionnels), soit qu’elle ne s’est pas adressée à la bonne personne.

    Bien entendu on ne peut généraliser à partir d’un cas. Néanmoins votre témoignage illustre la nécessité du pluralisme syndical : si on a un différend avec une organisation syndicale, personne n’interdit d’aller en voir une autre.

    P.-S. Observez quand même qu’un syndicat, c’est un ensemble de bénévoles (de surcroît mal vus par la direction), pas un guichet où l’on vient se servir quand on a besoin sans jamais avoir fait aucun effort. Qu’on est mal fondé à se plaindre de l’inaction d’un syndicat quand on n’a jamais rien fait collectivement pour les travailleurs.

  • La promesse de Sarkozy sur la parité hommes-femmes au gouvernement était, bien entendu, très imprudente.

    Il y a évidemment un manque de compétences disponibles. Quand la parité en politique a un retard aussi important qu’en France, il n’est pas possible de rétablir l’équilibre d’un seul coup. On ne devient pas ministrable au jour au lendemain. L’expérience ne s’acquiert pas d’un seul coup. Pour nommer 50% de ministres femmes, il faut pouvoir taper dans un vivier qu’on ne peut pas inventer, qui se constitue au fil des années, des élections, de l’exercice des responsabilités, de l’ascension des uns et des autres. Il faut une masse critique.

    C’est tout le problème de la discrimination positive. Le même phénomène s’observe avec les immigrés. Ce n’est donc pas machiste que de dire cela, c’est simplement constater une réalité.

    Enfin… Si cette promesse a été le coup de pouce qui a permis de faire élire Sarkozy en rééquilibrant la démagogie féministe de Ségolène Royal, on pourrait la considérer comme un moindre mal…

  • Je ne crois pas que l’agitation sociale même noyautée par la gauche et les syndicats trouvera une oreille favorable de la majorité de la population car : la France a changé Peut-être que la grâce qu’a eu NS est de l’avoir compris contrairement à la gauche enfermée dans ses oukases idéologiques, et interprétant les événements de la dernière décénie au travers du prisme de la bonne conscience. Il est drôle de voir des politiques de gauche affirmer aujourd’hui que cette même gauche aurait du tirer des leçons de la défaite de 2002. Non seulement aucun n’avait pris la mesure de cette défaite mais ensuite tous les événements politiques majeurs : Non à l’Europe, CPE, mouvement des banlieues, SDF… ont été interprété par eux comme une demande de plus d’intervention de l’état dans les affaires des citoyens ( donc plus de gauche), ils n’ont pas vu, sûr de leur prérogative morale, que le fameux citoyen devant sa télé lui relatant les événements était passé de la commisération à la colère, lui qui allait tous les matins au boulot pour un peu plus du smig.Il en avait marre des grêves des trains, il savait que la gare du Nord était le lieux de rendez-vous des dealers de shit, le canal St Martin devenu un lieu de violence et d’alcoolémie, bref il voyait que ce qu’il constatait, par rapport à la victimisation qui en était fait dans les médias, ne correspondait plus, et il avait l’impression d’être pris pour un imbécile. On peut tromper 1 personne 1000 fois, on peut tromper 1000 personnes 1 fois, mais on ne peut pas tromper 1000 personnes 1000 fois (A. Berberian) Il me semble que les syndicats et certains élus de gauche commencent à comprendre qu’une page est tournée, et que les grêves risquent fort de voir de moins en moins de soutien populaire et comme ils tiennent à leur bifteck plus qu’à l’idéologie, on n’a pas fini de voir les vestes se retourner!

  • [quote comment= »22293″]P.-S. Observez quand même qu’un syndicat, c’est un ensemble de bénévoles (de surcroît mal vus par la direction), pas un guichet où l’on vient se servir quand on a besoin sans jamais avoir fait aucun effort.[/quote] Les syndicalistes sont rémunérés par l’entreprise qui les emploie, leurs activités syndicales sont prises sur les heures de travail. Par ailleurs, la loi protège les délégués syndicaux et il est à peu près impossible de les virer, ça reste très difficile même en cas de faute grave avérée. Loin de moi l’idée de nier la bonne volonté de nombreux syndicalistes, mais force est de constater qu’en général les syndicats français sont mal vus par les directions ET par les salariés; alors que leurs comparses européens sont bien vus par les directions ET par les salariés. Renvoyer dos à dos les patrons et les syndicats au sujet de la piètre qualité du dialogue social en France, c’est ignorer cette méfiance que les syndicats ont suscitée chez les salariés, qu’ils sont censés défendre.

  • Je suis d’autant plus d’accord avec Liberal que mon père est syndicaliste…

    Cependant, Liberal, il y a aussi une certaine hypocrisie à ne pas vouloir payer les syndicalistes à leur juste prix, notamment, quand ils occupent de hautes fonctions.

    Par exemple, des présidents de caisse de retraite, issus des syndicats ne perçoivent aucune rémunération supplémentaire pour ce travail. Même si ils sont payés par leur syndicats respectifs, le bénévolat n’a qu’un temps.

  • Polydomas, je vous aime bien.

    Un pragmatisme énervé, comme il en faudrait tout le temps.

    Et Mendès seul sait que, franchement, je suis en désaccord avec vous sur 95 % des sujets.

  • Pour revenir à l’ouverture de NS, Jean Michel Baylet en sortant de chez Sarko, a décidé, dixit Le Monde, de se rapprocher de Borloo afin d’unir les radicaux de gauche et les radicaux de droite dans un seul grand parti du centre radical. Voilà peut être un centre dans lequel pourrait s’inscrire les Morin’s and Co.

    Par contre, j’en connais un au PS dont le caramel va monter au nez ! Déjà Kouchner, si en plus Baylet se barre… Et Bayrou, il va faire quoi ?

    Finalement, je commence à bien la sentir, moi, cette ouverture.

  • Mais comment pouvez-vous affirmer que de nommer 7 ou 8 femmes ministres est un handicap. La droite actuelle n’a pas dans ses rangs une dizaine de femmes capables de faire face à des responsabilités ministérielles ? Si c’est le cas, pauvre droite.

    On voit très nettement qu’il y a un blocage de votre part et qu’il vous faut des noms que vous connaissez. Il y a, dans tous les partis, de gauche comme de droite, des personnalités qui ne sont certes pas au premier plan, qui ne paradent pas dans les médias, mais qui sont certainement aussi capables, voire plus, que les figures médiatisées.

    On aura réellement fait un grand pas lorsqu’on nommera une femme premier ministre ou ministre des finances.

    Pour ce qui est du syndicalisme, vous trouverez toujours bien sûr des brebis galeuses; il n’y a pas de problème, il y en a partout, c’est devenu un lieu commun de le dire.

    Voilà 40 ans que je fréquente le monde du travail sans jamais avoir été syndiqué mais en ayant été compagnon de route de plusieurs syndicats au fur et à mesure des combats que je jugeais juste; si mon expérience signifie quelque chose, je peux vous dire que la grosse majorité des délégués syndicaux avaient fait l’impasse sur leur carrière, sur leur temps libre, voire sur leur vie privée pour se battre pour des gens qui parfois n’en valaient pas la peine. Et comme le dit un des intervenants plus haut, combien de cadres, qui se pensaient à l’abri et méprisaient leurs collègues qui préféraient s’investir dans le syndicalisme plutôt que de faire carrière, sont venus ‘consulter » lorsque le ciel de la réalité leur est tombé sur la tête.

  • L’ouverture risque finalement de se résumer à Kouchner… (+ un secrétariat d’Etat pour ce pauvre M. Besson + une mission spéciale pour l’inénarrable Claude Allègre). Avouez que la pêche serait un peu maigre…

  • Qu’attendent les 22 députés UDF pour créer un nouveau parti : Le PSD pour « s’approprier » le label Social-Democrate et l’apporter dans la corbeille de mariage ?

  • Commentaire d’un proche de Kouchner, dans Libé : « Le Quai d’Orsay ? C’est son rêve… Bernard a 67 ans. Quel est son avenir ? Il aurait été un très bon directeur de l’OMS, mais il a été battu… ».

    Rappel d’un membre du PS, toujours dans Libé : « Kouchner parlait de Sarkozy comme d' »un homme qui n’éprouve aucune honte à pêcher dans les eaux de l’extrême droite ». Le présentant aussi comme « singulièrement dangereux, voire complètement irresponsable » quand il commentait ses propos sur la pédophilie.

    Ainsi va la vie…

  • [quote comment= »22346″]Il est aussi dit dans l’article que tu cites que si le PS ne l’avait pas de tout temps méprisé et ostracisé, il n’en serait peut-être pas là. Ainsi va la vie…[/quote]

    J’ai pensé aussi à Bockel, un homme extraordinaire, pour la gauche c’était seulement un vague ministre de tourisme. Il a presque 60 ans … un talent gâché.

  • [quote comment= »22348″]J’ai pensé aussi à Bockel, un homme extraordinaire, pour la gauche c’était seulement un vague ministre de tourisme. Il a presque 60 ans … un talent gâché.[/quote]

    C’est vrai qu’à 60 balais on est rapé, fini. P’tin, moi qui en ai 50, je vais vite me prendre ma vervaine, j’ai un p’tit coup de mou là.

  • Les ors de la République valent bien quelques reniements. 🙂

                        *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*
    

    Je trouve bizarre ce manque de confiance que vous avez envers la gent féminine. Vous pensez réellement qu’il ne se trouve pas dix femmes à droite capable d’assumer les fonctions ministérielles ?

    Il y a certainement une foule de gens capables que vous ne connaissez pas parce qu’ils ou elles ne sont pas médiatisés. Le peuple veut des noms, les journalistes veulent des noms, on leur en balance donc en pâture.

    Je croyais que Nicolas Sarkozy voulait privilégier la compétence pour la distribution des ministères. Si c’est le cas, vous ne devriez pas connaître les noms ou très peu. Les compétents ne sont pas souvent médiatisés. Ceux qui sont médiatisés ce sont les parleurs, les orateurs, ceux qui assurent un spectacle. Ce n’est peut-être pas la garantie d’une compétence.

  • [quote comment= »22349″][quote comment= »22348″]J’ai pensé aussi à Bockel, un homme extraordinaire, pour la gauche c’était seulement un vague ministre de tourisme. Il a presque 60 ans … un talent gâché.[/quote]

    C’est vrai qu’à 60 balais on est rapé, fini. P’tin, moi qui en ai 50, je vais vite me prendre ma vervaine, j’ai un p’tit coup de mou là.[/quote]

    C’est vrai que l’on a accepté un peu vite la perte pour la gauche de 2012 … 😉

    Et non, on n’est pas vieux même à 70, mais qui que ce soit qui commence une carrière à 65 ou 70 ans n’a que peu de temps pour développer ses talents.

  • [quote comment= »22350″]

    Je trouve bizarre ce manque de confiance que vous avez envers la gent féminine. Vous pensez réellement qu’il ne se trouve pas dix femmes à droite capable d’assumer les fonctions ministérielles ?

    Il y a certainement une foule de gens capables que vous ne connaissez pas parce qu’ils ou elles ne sont pas médiatisés. Le peuple veut des noms, les journalistes veulent des noms, on leur en balance donc en pâture.

    Je croyais que Nicolas Sarkozy voulait privilégier la compétence pour la distribution des ministères. Si c’est le cas, vous ne devriez pas connaître les noms ou très peu. Les compétents ne sont pas souvent médiatisés. Ceux qui sont médiatisés ce sont les parleurs, les orateurs, ceux qui assurent un spectacle. Ce n’est peut-être pas la garantie d’une compétence.[/quote]

    Pas sûr que ce soit une règle d’airain…. :/

  • [quote comment= »22291″]je suis sans doute tres naif mais qui peut m expliquer comment en france on en arrive a battre tous les records d europe en matiere de journees de greve avec une telle representation syndicale i.e. 8 p.cent quand nos voisins europeens notamment du nord reussissent a regler leurs conflits avec un taux de representation syndical qui depasse les 80 p.cent ?[/quote] Peut-être parce qu’en France les syndicats sont politisé à gauche voir même PC , même ceux qui se disent apolitique ont des tendances flagrantes. Dans les autres pays ou les relations entre gouvernment-syndicats-employés-employeurs sont largement moins tendues , les syndicats sont tout simplement beaucoup moins politisé et plus representatifs des travailleurs. En France on à l’impression que les syndicats ne representent qu’une partie des travailleurs , d’ou la mefiance des travailleurs eux-même pour ces syndicats et les chiffres d’adhesion si bas.

  • [quote comment= »22276″][quote comment= »22258″]@RozoteBat : Et quand il te fout à la porte car tu « coûtes trop cher » ?[/quote]

    Il ouvre sa propre boîte … ;-)[/quote]

    Bien vu naja mais s’il continu de poser les mauvaises questions et donner les mauvaises reponses cela risque d’être douloureux le vrai monde sans l’assistanat des peres syndicés pour le protéger

    car en clair

    Notion fausse tu ne coutes jamais trop cher, la bonne version est que tu ne rapportes pas assez par rapport à ce que tu coutes donc l’intérêt de te garder est à vérifier pour décider si cela est amené à changer dans le bon sens ou non en fonction pas seulement de toi mais aussi du secteur, du marché, des perspectives…je sais c’est pas gai, c’est pas très humain mais il vaut parfois mieux en licencier quelques uns que laisser la boite faire faillite par sentimentalisme. Le procédé n’est inhumain que quand il n’y a pas par après pour cette personne de structure efficace pour assurer le reclassement, la reformation, l’assistance temporaire, etc de cette personne.

  • Il me semble qu’il y a une différence notable entre les syndicats Francais et Allemands c’est que les syndicats Francais gerent l’argent des impots alors que les syndicats allemand gerent les cotisations syndicales.

    cad en Allemagne il n’y a pas de taxe unique décidé par les organismes paritaires et reversée à l’unedic. Chaque syndicat à son propre fond d’assurance chomage. Si vous voulez avoir une assurance chomage vous devez cotiser à un syndicat. Et chaque syndicat a ces regles, son taux etc.

    J’ai bon ou je suis completement à coté?

  • @pexi et naja : Ok je décide de ne plus vendre mon travail et de me recentrer sur la satisfaction de mes besoins. Je produit ma bouffe, je cesse d’utiliser l’electricité, bref je ne consomme plus. Multipliez mon attitude par beaucoup et où va la société ? Notre économie est une économie d’échange, ceux qui la dirigent semblent parfois l’oublier. Les salaires sont le pouvoir d’achat des clients, comme les achats sont les commandes des entreprises. Mais je crois que ma vision de l’économie est biaisée par mes présupposés politiques. Que chacun bosse pour sa pomme, et n’échange quand cas de surplus, et nous verrons si l’ensemble se porte mieux, c’est bien ce que vous proposez ?

  • [quote comment= »22458″]@pexi et naja : c’est bien ce que vous proposez ?[/quote]

    Euuhh… non c’est même plutôt le contraire… ouvrir sa boîte est justement commencer à ‘vendre son travail’, et à ‘satisfaire les besoins’ des clients.

    Multiplier cette attitude par beaucoup permettrait à ceux ‘qui osent’ d’avoir la possibilité par leur travail et leur mérite de s’en sortir…

    En effet, le salaire d’un employé est le pouvoir d’achat d’un client d’une autre entreprise. Et c’est à ce pouvoir d’achat que l’on s’adresse lorsque l’on crée sa boîte. On espère pouvoir en profiter d’une partie pour que l’entreprise soit un succès, que cela permette au patron de prendre un risque énorme, le plus grand de tous au vu des conséquences: embaucher à son tour afin de donner à d’autres du pouvoir d’achat.

  • Si, évidemment, le cas particulier de Rozotebat ne peut être généralisé à tous, puisque tout le monde ne peut « créer sa boîte », j’ai du mal à comprendre ce qui fait passer edgtlp du fait de créer son entreprise à l’invocation de l’auto-suffisance alimentaire. Prenons l’exemple, au hasard, d’un designer web, peut-on sérieusement évoquer le fait qu’il pourrait faire pousser son propre blé, construire son propre moulin et pétrir son propre blé, sans compter la réfection de ses propres canalisations, la construction de sa propre machine à laver… Bref, je ne vois absolument pas en quoi le fait de créer sa boîte s’opposerait d’une quelconque manière à la « société des échanges ». Sauf, effectivement, au nom de quelque présupposé politique.

  • Pour revenir sur la composition du futur gouvernement et de l’ouverture, deux remarques: Le traitement destine aux femmes est tres choquant je trouve, aussi bien sur certains commentaires de cette liste que dans les medias. On fait le compte: alors, sept poste pour des femmes, deux pour des UDF, reste cinq postes pour les politiques de droite, et de disserter sur le theme, quel dommage quand meme, tant d’hommes de talent qui n’auront pas de postes! Comme si les ministres feminins comptaient blanc! Et on pare cette mysoginie d’une pseudo-objectivite, du style il faut bien admettre qu’il y a peu de femmes politiques de premier plan…C’est le serpent qui se mord la queue! Evidemment, car qui dit femmes politiques de premier plan pour les medias et le commun des mortels dit femmes ayant eu des responsabilites de premier plan qui les ont fait connaitre! C’est un peu l’histoire du premier job pour lequel il faudrait deja avoir de l’experience…Je salue Sarkozy pour son volontarisme, qui ose mecontenter ses amis politiques pour donner leur chance a des femmes qui n’attendent que de pouvoir prouver leur valeur. Petite anecdote qui parait absurde mais pas tant que ca: Quand on decrete un quota de 40% de chansons francaises a la radio les programmateurs etaient epouvantes: mais on va passer qui, johnny en boucle? Quelques annees plus tard la chanson francaise n’a jamais ete aussi pleine de vitalite et riche en jeunes talents, nouveaux groupes…Ils existaient deja, mais il etait plus facile de passer en boucle les blockbusters testes et approuves outre-atlantique que de les faire connaitre. Je parie que ce sera la meme chose pour les femmes politiques dans quelques annees.

  • Euh deuxieme remarque (je me suis laissee emporter par la premiere!) je viens d’ecouter le discours de Hollande suite au premier discours du President: quelle imparable mauvaise foi! Pas une seule chose positive (ou au moins, neutre), a dire! Meme Buffet s’est felicitee qu’il rendre hommage a Guy Moquet, sans l’accuser de « recuperer une figure de gauche », ce qui m’a etonne (en bien)! Comme Segolene Royal, Hollande n’a qu’un mantra a la bouche depuis quelques jours, qu’il debite quel que soit le sujet: ne pas laisser a Nicolas Sarkozy le « pouvoir absolu », c’est « l’enjeu des legislatives!  » Au passage, ceux qui cherchaient le programme du PS pour le legislatives l’ont trouve. Le TSS II – le retour ! On lui souhaite le meme succes qu’au premier! Comme par miracle, le fonctionnement normal des institutions de la Veme, un president, un parlement elu et un gouvernement de la meme couleur politique (la cohabitation est une exception aberrante, non la norme souhaitable) devient un danger pour la democratie! J’enrage devant tant d’hypocrisie et de mepris pour la verite et l’intelligence des francais. La seule chose qui me console c’est qu’avec une telle plateforme, rendue encore plus ridicule par la presence desormais quasi-certaine de ministres socialistes au gouvernement, on peut esperer que la vague bleue des legislatives sera un tsunami qui, a defaut de noyer le parti socialiste (les baudruches pleines d’air ont tendance a flotter), le fera hoqueter pour longtemps sur le sable humide de la defaite. (Oui, les partisans de Nicolas sarkozy, en plus de filer des metaphores mediocres jusqu’au ridicule, ne sont que des mechants violents, qu’on se le dise dans les chaumieres de Mougins)

  • [quote comment= »22492″]Prenons l’exemple, au hasard, d’un designer web, peut-on sérieusement évoquer le fait qu’il pourrait faire pousser son propre blé, construire son propre moulin et pétrir son propre blé, sans compter la réfection de ses propres canalisations, la construction de sa propre machine à laver… [/quote]

    Historiquement, la vie dans les villes, donc la civilisation (mot qui vient du latin civitatis, cité), n’a pu exister qu’au moment ou la technologie (celle de l’irrigation à Babylone) permettait de dégager des surplus, surplus qui permettait des personnes de ne pas travailler aux champs, et donc de faire autre chose. Des sites web par exemple.

    En gros la croissance et les profits permettent la vie civilisé …

Les commentaires sont fermés