Mon Ségur de l'environnement

Elle avait raison : ce ministère n'investit plus et les étages inférieurs dépourvus de faux plafonds laissent pendre les ampoules. Je me rendais pour la première fois dans un ministère et là, je dois le dire, pour ce qui est des "ors de la République", eh ben, quequette.

Mais c'est vrai, Madame le Ministre, il a du charme, ce bâtiment des années 30, qui n'a jamais été l'hôpital militaire qu'il aurait dû être. D'ailleurs, pour l'heure, nous sommes dans un salon du 6ème étage, que nous avons atteint en passant entre les chiottes et une étonnante tapisserie de Vasarely, et le fond de la pièce est garni d'une autre oeuvre, sorte de "porte des étoiles" à la base duquel brûle un vrai feu de cheminée garni de vraies bûches en vrai bois.

Je me suis rendu à cette rencontre avec Nathalie Kosciusko-Morizet (tout le monde se permet un NKM dont la tonalité banlieue-rap lui sied à ravir) en novice, quelque un peu ingénu que je suis, comme nombre de français, somewhere préoccupé d'écologie et d'environnement mais somewherelse, il faut bien l'avouer, pas des masses aware.

Pis que ça, je suis "d'inspiration" de droite et l'imbécile polarisation a fait de l'écologie une idée essentiellement "de gauche" conduisant certains à n'accorder qu'une attention discrète à une thématique chère aux feignasses empapaouteuses de chèvres dans le Larzac et qui ne ferait que faire gagner des voix aux vilains du camp d'en face.

Blogueurs, nous étions évidemment invités dans l'optique de relayer l'action gouvernementale et, plus spécifiquement, le Grenelle de l'Environnement. Plus profondément, NKM insistera plusieurs fois, au cours de cette réunion, sur la nécessité pour le gouvernement, les associations et, en fin de compte, l'écologie, de mesurer l'implication des français, mesurer leur adhésion aux propositions.

"S'il ne se passe rien au niveau du public, certaines propositions ne sortiront pas"

C'est que la politique de l'environnement a ceci de malaisé à mettre en oeuvre qu'elle bouleverse les habitudes et pourtant, ne peut se permettre d'être purement coercitive, devant susciter l'adhésion pour être efficace... quand le bouleversement des habitudes recueille pourtant rarement l'adhésion spontanée (et c'est pas gagné).

Au demeurant, il m'a semblé qu'il était encore difficile d'identifier des propositions véritablement sorties du Net. Interrogée à cet égard, NKM cite la proposition de placer en regard du prix d'achat d'un produit, son prix écologique... pour préciser ensuite qu'elle vient d'une chaîne de distribution. Les quelques propositions citées - pollution visuelle, sonore, protection animale... - certes légitimes, font assez pâle figure au vu de l'urgence à agir dans d'autres domaine.

Une préoccupation revient régulièrement dans les quesitons : l'international. Quelle efficacité peut-on avoir, si l'on agit seul ? Comme un leitmotiv (ou un gimmick ?) la question est revenue plusieurs fois alors même que, si elle est légitime, NKM avait fort justement répondu qu'elle état trop souvent un alibi à l'inaction. A quoi cela servirait-il donc que la France agisse si les Etats-Unis ne bougent pas, si la Chine construit encore une centrale thermique par mois (chiffre cité par un participant) ? Mais les autres, hum, les autres, doivent-ils s'entre-regarder en se demandant qui va commencer ?

Ce n'est pas que l'international soit négligé par la France. A titre d'exemple (et si j'ai bien saisi), NKM citait une proposition française visant, en prenant en compte les aspirations au développement des pays émergents, à élaborer des "normes de bonnes pratiques" pour la production de divers bien, comme par exemple, une tonne d'acier. En-deçà de cette norme, le pays obtient des crédits d'émission. On peut penser que l'effet s'annule. On peut aussi imaginer que cela puisse créer un cycle vertueux.

Surtout, une remarque de NKM m'a paru mériter d'être retenue, à savoir penser que le changement climatique sera l'un des déterminants géopolitiques majeurs, des plus grands enjeux, du XXIème.

On connaît déjà l'impact stratégique de l'eau, on observe aussi la progression de la sécheresse (voir, parmi d'autres pays, l'Australie), on imagine effectivement bien les menaces géopolitiques - via, potentiellement, des mouvements de population ou des affrontements pour les accès à l'eau - que peut susciter le changement climatique.

Cette question ne sera donc plus une option, une éventualité, mais un élément incontournable du siècle. Aussi, et je poursuis la réflexion de NKM, s'il faut convaincre Etats et entreprises de la nécessité de mettre en place des comportements écologiques, ne faut-il pas clairement, au lieu de s'exonérer, du fait de l'inaction des plus gros pollueurs, constater qu'il y a là un gisement d'investissement, de technologie, d'innovation, et que les entreprises, les pays, qui agiront maintenant prendront de l'avance sur les autres ?

Poursuivons, malgré tout, sur l'international. On a parlé de l'Europe par les projets. On a parlé de ce manque de projet commun pour l'Europe. NKM souligne que l'environnement, le développement écologique, pourrait tout à fait être la "Nouvelle Frontière européenne", une nouvelle raison de s'associer. Et, de fait, entre des Etats-Unis réticents et des pays émergeants qui renâclent, n'y aurait-il pas là une nouvelle et moderne voie européenne ?

Puisque nous parlons Europe, profitons d'une autre réflexion pour revenir au niveau local. NKM évoquait en effet la possibilité de mettre en place une action récursoire de l'Etat contre les collectivités, afin de les responsabiliser, en cas de non-respect des obligations françaises et de condamnation européenne. "Action récursoire" ? Il s'agit simplement de prévoir la possibilité pour l'Etat de se retourner financièrement contre les collectivités. Une sorte de pollueur-vrai payeur.

Autre proposition : faire évoluer la Dotation Globale de Fonctionnement, versée par l'Etat aux collectivités, en fonction de critères environnementaux, en plus des critères sociaux d'ores et déjà pris en compte.

Enfin, un argument qui m'a semblé asse furieusement frappé au coin du bon sens, concernant les objectifs affichés. Ainsi, à une intervenante qui s'interrogeait sur le manque d'ambition d'un objectif de retour en 2020 au taux d'émission de 1990, NKM répond qu'il est préférable d'afficher de l'ambition dans les moyens mis en place que dans les objectifs, l'affichage d'objectifs élevés étant un exercice gratifiant mais souvent d'une certaine vacuité...

Une soirée fertile - que ceux qui n'y ont pas assisté n'ont pas apprécié (à cause du texte de l'invitation...) - donc, peut-être davantage encore pour ceux qui comme moi - et vous ? - ont encore bien des choses à découvrir sur ce plan, et qui donnerait la motivation nécessaire pour se plonger dans les rapports des différents groupes mis en place. Ou à tout le moins leurs synthèses, à l'image de la synthèse du groupe portant sur la lutte contre les changements climatiques.

    • *Pour ceux qui veulent poursuivre, notamment ces videos :

La Porte des Etoiles de l'Avenue de Ségur :

43 comments

  • Il y a un avantage certain à parier sur le pire : on ne peut qu’être favorablement surpris. C’est une disposition d’esprit.

    [quote comment="51053"]Bon, d’accord, mais sérieusement Koz, t’es où sur les photos ?[/quote]

    Cherche bien : je suis grand, blond, cheveux longs, yeux bleus, et j’ai une verrue sur la paupière gauche.

    J’ai fait un petit ajout : sur l’ambition dans les objectifs. Je n’avais pas mon carnet, hier soir…

  • Sur le climat-scepticisme, je m’interroge souvent sur la part de ces climat-sceptiques de snobisme, de « on nous cache tout, on nous dit rien, ils vous mentent », de conspirationnisme, de pantouflage etc… Ce serait tellement mieux si on pouvait se convaincre que tout ça, c’est des menteries, qu’on peut continuer comme avant et que c’est pas les gauchistes qui vont nous emmerder, n’est-ce pas « cathotradi » ?

    Dernièrement, une conférence réunissant la quasi-totalité des experts en la matière a confirmé la réalité du réchauffement climatique. Mais ce doit être un complot international. En fait, tout va bien.

  • Très ignorante et incompétente en ce qui concerne l’écologie, mais de bonne volonté ( je me coltine le tri selectif et les bouteilles qui éclatent joyeusement dans le bac adequat de ma cour ) je suggère cependant que certain(e)s intervenant(e)s des médias cessent d’utiliser un vocabulaire infantile du style  » baissez votre chauffage d’un degré, c’est bon pour votre santé et pour la planète  » La planète en question a existé pendant des milliards d’années sans nous et elle peut continuer sans nous. L’ impact de l’activité humaine est surtout problématique pour l’avenir de l’espèce humaine, je trouve un peu ridicule de parler de la terre comme d’une vieille dame qu’il faudrait ménager. Par contre, si un jour, vous faites un billet sur la manière dont notre société humaine développée traite les vieilles dames  » pour de vrai  » qui se retrouvent dans des établissements pour personnes dépendantes, j’ aurai un peu plus à dire…

  • Pour l’instant le débat souhaité sur l’environnement est un peu mou je trouve, on perd notre temps sur des polémiques quotidiennes sur l’ADN ou l’ouverture aux informations. Ce serait dommage si l’idée de la vignette bonus/malus évoquée dans l’article de Yahoo serait vraiment abandonnée. Pour les collectivités publiques ou l’Etat, le principe des amendes me laisse circonspect. Et je l’apprends en direct : Al Gore prix nobel de la Paix. Le climat reste au centre des préoccupations.

    [quote comment="51092"]Cherche bien : je suis grand, blond, cheveux longs, yeux bleus, et j’ai une verrue sur la paupière gauche.[/quote]

    Après tant d’années, on l’a enfin retrouvé. Avec des chansons écrites par Barbelivien, pas étonnant qu’il fasse un blog sarkozyste aujourd’hui !

  • J’attends avec impatience les commentaires des plus connaisseurs sur ce sujet. Ceci dit, je ne crois pas qu’il soit vain que la France se bouge même si nous ne représentons qu’une infime part du problème. Il s’agit d’un grenelle de l’environnement, pas d’un grenelle du réchauffement climatique. C’est-à-dire que c’est sur l’ensemble des rapports entre l’homme et l’environnement et vice-versa que nous avons l’occasion de réfléchir et de progresser. Or, si sur le réchauffement climatique, j’ai tendance à croire -et j’ai peut-être tout à fait tort- que ce sont surtout les progrès scientifiques, technologiques qui pourront nous permettre de réduire de manière significative les émissions de gaz à effet de serre, j’ai en revanche, sur l’environnement en général, la conviction que cela dépend de chacun. Ne serait-ce que parce que plus il y aura de pays dits développés qui essaieront, qui testeront, qui éprouveront de nouveaux comportements, de nouvelles techniques, plus ces derniers s’affineront, seront simples à appliquer et donc se répandront sur toute la planète, y compris chez les pays émergents.

  • Bonjour,

    Un groupe d’entrepreneur indépendant s’est constitué pour recueillir les opinions des entrepreneurs sur les moyens de relancer la croissance en France, en général et dans leur activité en particulier, en vue de la publication d’un rapport complémentaire à celui de la Commission Attali.

    En effet, la Commission Attali est surtout composée de personnalités de l’establishment (hauts fonctionnaires, CAC 40, professeurs) plutôt que d’hommes et femmes de terrain.

    Exprimez-vous sur http://www.librecroissance.com/questionnaire.php – le petit questionnaire est rempli en 10 minutes et votre opinion sera prise en compte !

    PS: Koz, je sais que ce commentaire n’est pas vraiment à sa place par rapport au post – tu devrais écrire un post sur la Commission Attali!

  • [quote comment="51103"]Et je l’apprends en direct : Al Gore prix nobel de la Paix. Le climat reste au centre des préoccupations.[/quote]

    Cool, merci de l’info, ça ça fait plaisir !

    [quote comment="51096"]Allez donc faire un tour sue le site http://www.climat-sceptique.com, vous découvrirez peut-être que tout ceci pourrait bien être sous-titré « Beaucoup de bruit pour rien »…[/quote]

    Vous, vous êtes mur pour rentrer avec Claude Allègre au sein de la Flat Earth Society

    [quote comment="51108"]Un groupe d’entrepreneur indépendant s’est constitué pour recueillir les opinions des entrepreneurs sur les moyens de relancer la croissance en France, en général et dans leur activité en particulier, en vue de la publication d’un rapport complémentaire à celui de la Commission Attali.

    En effet, la Commission Attali est surtout composée de personnalités de l’establishment (hauts fonctionnaires, CAC 40, professeurs) plutôt que d’hommes et femmes de terrain.

    Exprimez-vous sur http://www.librecroissance.com/questionnaire.php – le petit questionnaire est rempli en 10 minutes et votre opinion sera prise en compte ![/quote]

    keuf keuf, ça ressemble furieusement àa de la… démocratie participative ?

    à Koz :

    Merci de ce compte-rendu sur les agissements de cette sympatique NKM, je ferai une réaction détaillée après le boulot.

  • A votre avis qu’attend NKM des « bloggeurs influents » ? Qu’ils popularisent le Grenelle de l’environnement, ou qu’ils fassent remonter les commentaires de leurs lecteurs ? Et vous Koz comment concevez vous votre rôle?

    Pour en venir à l’écologie. Il y a celle des grands principes sur lequel tout le monde est d’accord, surtout s’il n’est pas directement concerné: C’est de la faute des USA, des chinois, des OGM etc. Puis il y a l’écologie de tout les jours quand le citoyen voit son environnement se dégrader. Celle que Voynet avait négligé « Comparer une petite marée noire aux problémes de la planéte ! ». Pour prendre un probléme concret : Les pouvoirs publics s’appréte à dégrader durablement la vie des habitants de Conflans Ste Honorine en faisant passer un autoroute urbain coupant la ville en deux et ceci a proximité de 6 groupes scolaires et installations sportives. Ceci au pretexte de boucler l’A 104, objectif qui ne sera même pas atteint par cette solution aberrante.

    Les associations ont proposé d’autres solutions équivalentes en coût et plus respectueuses de la population, mais en vain. Alors que faire pour être entendu? http://aphsc.zeblog.com/246310-lettre-aux-ministres-06-09-2007/

  • [quote comment="51108"]PS: Koz, je sais que ce commentaire n’est pas vraiment à sa place par rapport au post [/quote]

    En effet.

    [quote comment="51109"]keuf keuf, ça ressemble furieusement àa de la… démocratie participative ?[/quote]

    « Démocratie participative », ce n’est qu’un nouvel emballage pour une pratique ancienne. Il s’agit de dialogue, voire du travail d’une commission, à laquelle des parties tierces entendent apporter leur contribution. Ségolène Royal, pour sa part, c’était plus les « jurys citoyens »…

    [quote comment="51103"]Pour l’instant le débat souhaité sur l’environnement est un peu mou je trouve, on perd notre temps sur des polémiques quotidiennes sur l’ADN ou l’ouverture aux informations. [/quote]

    Oui, je suis assez d’accord. Je n’ai pas le sentiment que cela ait vraiment pris et, surtout, je crains que les medias ne trouvent pas cela suffisamment sexy à leur goût (enfin, je peux difficilement juger : je ne vois plus les infos TV depuis près de 10 jours).

    [quote comment="51103"]Et je l’apprends en direct : Al Gore prix nobel de la Paix. Le climat reste au centre des préoccupations.[/quote]

    Nobel de la Paix. A première vue, pas forcément le plus directement concerné mais, si l’on pense effectivement que l’environnement et le changement climatique seront un déterminant géopolitique majeur du siècle, on voit mieux le lien. Quoique.

    [quote comment="51103"]Après tant d’années, on l’a enfin retrouvé. Avec des chansons écrites par Barbelivien, pas étonnant qu’il fasse un blog sarkozyste aujourd’hui ![/quote]

    J’ai même survécu à ma chanson.

    [quote comment="51111"]A votre avis qu’attend NKM des « bloggeurs influents » ? Qu’ils popularisent le Grenelle de l’environnement, ou qu’ils fassent remonter les commentaires de leurs lecteurs ? Et vous Koz comment concevez vous votre rôle?[/quote]

    Il y a, bien sûr, la volonté de faire parler de l’initiative gouvernementale, montrer que le gouvernement agit. Ca fait partie des considérations normales.

    Au-delà, comme je l’ai dit, je pense qu’il y a aussi une volonté de faire du bruit autour du Grenelle pour susciter les réactions sur le site internet.

    Faire remonter les commentaires des lecteurs, pourquoi pas, bien sûr, mais j’en doute un peu, quoiqu’à coeur vaillant, rien d’impossible.

    Mon rôle ? Si rôle il y a – car je vous avoue que je commence par être motivé à l’idée d’assister à une rencontre potentiellement intéressante ? Eh bien, j’avoue que, au-delà d’être un maillon supplémentaire pour évoquer ces sujets, je vois aussi, comme je l’ai dit dans mon billet, le fait que la droite, même s’il a été vraiment active sur le sujet, n’a jamais semblé s’en emparer. Le résultat, c’est qu’une partie de la population française, celle qui se reconnaît le plus en elle, est peut-être trop distante sur ces problématiques. Là, nous avons une personne compétente, en charge du dossier technique, qui donne l’occasion d’impliquer l’ensemble de la population. Il me semble que c’est nécessaire. Et, dans la mesure où je suis « de droite » (guillemets parce que je n’aime pas le caractère « fixant », sclérosant, et falsificateur de l’étiquette), je ne trouve pas inutile de faire partie de ceux qui s’adressent notamment aux personnes proches de mes idées pour leur dire de se bouger aussi.

  • Koz, je ne veux pas être classé négationniste (ça ferait beaucoup pour moi politiquement à moins de deux semaines du mot « détail »), mais :

    Steven McIntyre a démontré que les modèles mathématiques aboutissant à la fameuse courbe des températures en J étaient faux. La fameuse « crosse de Hockey », que le GIEC a depuis discrètement fait disparaître de ses références, a prouvé que l’interprétation des mesures de températures moyennes aux USA pour ces 20 dernières années comportaient de graves erreurs méthodologiques (non prise en compte de l’urbanisation autour des stations). La NASA avait annoncé il y a quelques mois à grand renforts de sonneries de trompette que 7 des 10 années les plus chaudes des 100 dernières années auraient été observées aux USA depuis 1990, avec un record de chaleur en 1998. Or, Après les corrections de S.McIntyre, il se révèle que l’année la plus chaude du dernier siècle a été… 1934, et que 5 des 10 années les plus chaudes du siècle étaient antérieures à 1950, les années 30 ayant été la décennie la plus chaude »

    Le Groupement Intergouvernemental d’Etude du Climat (GIEC) a fait une erreur embarassante dans son Résumé à l’Intention des Décideurs publié le 2 février dernier. Il s’est trompé d’un facteur 10 dans l’estimation de la fonte des glaces du Groenland et de l’Antarctique. Les vrais chiffres montrent que cette contribution est négligeable (environ 4 cm de hausse par siècle !).

    « il n’existe pas d’effet de serre atmosphérique et, en particulier, d’effet de serre dû au CO2, ni en physique théorique ni en thermodynamique. Il est donc illégitime d’en déduire des prédictions destinées à proposer des solutions aussi bien pour l’économie que pour la politique intergouvernementale » Gerlich et Tscheuschner (Institut allemand de la physique mathématique, Juillet 2007)

    Une petite citation pour la route :

    « Si la tendance actuelle se poursuit, le monde sera confronté en 1990 à un refroidissement moyen des températures d’environ quatre degrés, et même de onze degrés d’ici l’an 2000… C’est environ le double de ce qui serait nécessaire pour nous plonger dans un nouvel âge glaciaire » (Kenneth E.F. « Watt on Air Pollution and Global Cooling, Earth Day », 1970).

    Ma conviction : il y a bien un réchauffement climatique, c’est un point d’accord entre les scientifiques, depuis 1990, car de 1960 à 1980, c’était une période de refroidissement. Mais la corrélation entre activité humaine et modification du climat n’est pas prouvée. A défaut d’être convaincu, je veux bien faire des efforts mais il serait sans doute utile de pas nous prendre pour des billes.

    Voilà, je suis prêt à recevoir la foudre :-)

  • Ceci dit, je pense qu’il y a un avantage stratégique à lancer le débat sur les ressources naturelles, les sources d’énergie, dans un contexte d’émergence de pays comme la Chine ou en Afrique. La raréfaction crée de la dépendance et on a tout intérêt à développer des énergies alternatives. Si l’instrumentalisation du débat sur le climat peut déboucher sur une nouvelle économie et un partage des denrées plus équilibrées, j’applaudis des deux mains. Mais le fait que l’on mette l’Europe hors jeu alors que Barroso s’est engagé dans la voie que souhaite prendre la France me semble bizarre (honnêtement, NKM botte en touche sur cette question). Un simple oubli ou une volonté stratégique qui ne dit pas son nom ?

  • [quote comment="51121"]Voilà, je suis prêt à recevoir la foudre :-)[/quote]

    Je ne suis pas scientifique. Ni très au fait de ces questions. Mais je relève d’une part, que, en ce qui me concerne, l’envie de nier la corrélation entre le réchauffement climatique et l’activité humaine prend sa racine dans un désir personnel profond qu’on ne m’emmerde pas, et de ne pas changer mes habitudes, et je m’en méfie. Je note d’autre part que si, comme d’autres, j’aurais aimé que le Nobel de la Paix revienne plutôt à des personnes qui luttent véritablement pour la paix, l’académie des Nobel n’a pas trouvé le GIEC si indigent. Et que le GIEC a rassemblé tout de même de nombreux experts. Le nombre ne fait pas toujours la vérité, mais il peut en donner une petite idée toutefois.

    Par ailleurs, il ne me semble pas que NKM mette l’Europe hors jeu. Lors de la soirée, elle a effectivement estimé que, vu le fonctionnement des institutions, envisager un Grenelle européen serait peut-être difficile. Mais elle a aussi estimé que l’environnement pourrait être une vraie nouvelle raison de rassembler les européens. Pas la seule, bien sûr, mais une bonne raison, pourquoi pas ?

  • Sur son blog, Gérard Gachet évoque deux faits : 1) En Grande-Bretagne, la justice a obligé le gouvernement à assortir la diffusion du film d’Al Gore dans toutes les écoles du royaume, d’une mise en garde précisant que : – le film est une oeuvre politique qui ne montre qu’un seul point de vue – les enseignants doivent le signaler clairement aux élèves sauf à risquer d’ être accusés d’endoctrinement politique – la liste de onze contre-vérités ou affirmations non démontrées scientifiquement doit être portée à l’attention des écoles 2) Dans un discours, le Président Tchèque met en doute un consensus scientifique sur le réchauffement climatique et propose deux GIEC parallèles qui publieraient deux rapports concurrents. Je trouve exemplaire la décision de justice britannique qui refuse qu’un point de vue soit présenté à des enfants comme une vérité. Par ailleurs, existe-t-il un véritable consensus scientifique ou le Président Tchèque a-t-il raison de mettre en doute l’objectivité du CIEC ? Il y a d’une part les alarmistes et d’autre part les relativistes. Les alarmistes ont une bonne image dans la population, et quand ils sont américains et anti-Bush, ils deviennent  » chevaliers blancs  » et prix Nobel de la paix. Les relativistes sont moins présents ( chez nous, nous avons Claude Allègre que pour ma part, je trouve confus…) et ils sont soupçonnés souvent de défendre les intérêts des grands groupes industriels. Pourquoi ne pas évoquer publiquement ces différences de constats et de prévisions ?

  • Un catho de droite n’est pas censé écrire « quéquette » ou « chiotte ». Décidément, tous les repères se barrent en couille.

  • Mouais…pas forcément convaincu par la réponse de NKM sur l’Europe. Par contre, je suis assez d’accord avec toi pour y voir l’occasion de faire – enfin – une vraie politique européenne. Sinon, en ce qui concerne mon comportement, j’adopterai plus le principe de précaution ou une approche économique : réduire ma facture EDF, ma facture d’eau, ma facture d’essence, etc… Et à défaut de consensus, et dans le doute, autant jouer le jeu.

    En ce qui concerne le débat sur le réchauffement climatique, je me retrouve dans la même position que toi, Carredas.

    Je mets en lien la vidéo d’un programme de Channel4, chaine anglaise, qui fait contrepoint au documentaire de Al Gore. Attention, c’est aussi un doc d’opinion et à prendre avec mesure car il a fait également débat en Angleterre (cf. wiki : Global warning swindle). Il ne remet pas en cause les autres formes d’écologie que sont la biodiversité, l’appauvrissement des ressources, etc… Il ne s’attaque qu’au dogme du réchauffement climatique du à l’activité humaine.

    Voici : http://video.google.fr/videoplay?docid=-4123082535546754758

  • A part ça, j’étais assez dubitatif concernant la commission Attali pour la croissance, mais elle a fait une excellente proposition: ôter de la Constitution le scélérat principe de précaution, prétendu principe qu’on n’aurait jamais dû y mettre, et pas davantage inscrire dans la loi ni même dans les esprits.

    Voilà une proposition fondamentale, un véritable objet de débat. Voilà un vrai clivage, par opposition aux étiquettes politiques artificielles qui masquent les intérêts et les enjeux dont dépend notre avenir (droite-gauche, ultralibéral-altermondialiste, etc)

  • Qu’il y ait réchauffement climatique est incontestable, et ce depuis 1990 . Cependant, il y a eu et il y aura encore des cycles de réchauffement et de refroidissement. A ce sujet, je me rappelle, dans les années 1960, combien , petite fille, j’avais peur du bourrage de crâne que l’on faisait à l’époque sur l’arrivée d’une petite période glaciaire – due, eh, tiens donc, comme par hasard – à l’activité humaine. J’imaginais mon jardin envahi de dinosaures et j’ai fait de nombreux cauchemards !

    Il ne faudrait pas oublier que le Groenland fut une prairie fertile un jour il y a bien longtemps et que ma province du fin fond de la France avait des airs de Palm Beach !

    Que l’activité humaine n’arrange pas les choses, soit ! Mais il faudrait arrêter de penser que l’homme peut tout maîtriser ! C’est d’un égocentrisme démesuré.

    Travailler sur la pollution est légitime. Mais il faudrait calculer le bénéfice/risque des énergies renouvelables ! Ainsi , il est calculé ( je n’ai plus les références en tête ) que les panneaux solaires diminuent l’impact du rayonnement solaire ( il n’arrive plus à la Terre ) et provoqueront à terme une diminution de la température du sol…ce qui laisse supposer un refroidissement… On sait déjà – et c’est un problème qui commence à émerger -que ceux qui ont un jardin et ont installé un chauffage à base de géothermie, voient le dit jardin beaucoup moins productif…pour cause de refroidissement de la terre dudit jardin ( ce qui paraît au demeurant logique ). Nous discutions de cela avec mon mari et je disais : oui, mais avec les éoliennes, pas de risques. Ce à quoi il m’a répondu que les éoliennes modifiaient le trajet et la force du vent. En petit nombre, no problem. En grand nombre : baisse de la force du vent et surtout modification du trajet des courants du vent…avec la problématique écologique qui en découlera logiquement.

    Sa conclusion? Si on veut que la nature reste intacte – de toute façon le climat change périodiquement, sans qu’on y puisse quoique ce soit, l’histoire de la planète le prouve – il faut se croiser les doigts en priant… Avec un résultat fort risqué. Si on veut préserver la planète autant que faire se peut, il n’y a qu’une solution : éliminer le genre humain.

    C’est vrai que sa solution est expéditive ! Mais sans aucun doute la plus efficace !

    Il y a des années que j’éteinds le robinet lorsque je me lave les dents, que je prends une douche et non un bain en fermant l’eau pendant que je me savonne, que nous utilisons des ampoules basse consommation et tout le tintoin dont on nous rabâche les oreilles ! Nous recyclons même le papier usé en « briquettes  » que l’on fait brûler dans notre insert pour nous chauffer, entre deux morceaux de bois ! ( et il suffit de voir la suie que l’on enlève chaque année pour avoir un doute sur la véritable propreté du chauffage au bois ) Notre jardin est utilisé et cultivé de façon bio, parce que mon père, mon beau père et leurs parents avant eux utilisaient le compostage, les pratiques évidentes de roulement des cultures -plantes qui doivent être plantées après la récolte d’autres , par exemple… Les « vieux » pratiquaient ces « trucs » bien avant l’écolomania ! Et connaissaient le manque d’eau potable !

    A ce propos, je pense que vous avez fait le calcul de l’eau qu’il faudra utiliser pour faire pousser les plantes qui nous fourniront de l’énergie verte à mettre dans nos voitures ! Un défit écologique largement aussi important que le risque de famine due au détournement des dits végétaux vers une fabrication de combustible au détriment de l’alimentation ! ( sans compter sur l’augmentation de l’utilisation des pesticides et des engrais ! )

    C’est pourquoi je me méfie des grenelles de l’environnement et de toutes ces rencontres… N’y aurait il pas une raison économique à tout ce verbiage ministériel et mondial ? Combien vont rapporter les changements de chaudière « économiques », la pose de panneaux solaires, la vente d’éoliennes, la remise aux normes des installations pour qu’elles soient écologiques, le changement des véhicules, la vente de composteurs… Sans compter le renouveau de l’agriculture ?

    Et si je suis une écolo – de droite – convaincue et pratiquante ! je n’aime pas qu’on me raconte des craques ! J’ai besoin de logique et non pas de bourrage de crâne.

  • [quote comment="51252"]Un catho de droite n’est pas censé écrire « quéquette » ou « chiotte ». Décidément, tous les repères se barrent en couille.[/quote]

    en couilles, le borgne, en couilles.

    [quote comment="51255"]A part ça, j’étais assez dubitatif concernant la commission Attali pour la croissance, mais elle a fait une excellente proposition: ôter de la Constitution le scélérat principe de précaution, prétendu principe qu’on n’aurait jamais dû y mettre, et pas davantage inscrire dans la loi ni même dans les esprits.

    Voilà une proposition fondamentale, un véritable objet de débat. Voilà un vrai clivage, par opposition aux étiquettes politiques artificielles qui masquent les intérêts et les enjeux dont dépend notre avenir (droite-gauche, ultralibéral-altermondialiste, etc)[/quote]

    J’étais assez d’accord et foncièrement allergique à un principe qui me paraît donner une optique inhibante à totue activité et puis, j’en suis un peu revenu.

    Faudra que j’y revienne. Plus longuement.

    [quote comment="51292"]Que l’activité humaine n’arrange pas les choses, soit ! Mais il faudrait arrêter de penser que l’homme peut tout maîtriser ! C’est d’un égocentrisme démesuré.

    Travailler sur la pollution est légitime. Mais il faudrait calculer le bénéfice/risque des énergies renouvelables ![/quote]

    Il semble toutefois incontestable que l’industrialisation massive a un impact sur l’environnement, non ? Sur l’état du Rhône, par exemple, c’est certain. Sur le réchauffement climatique, c’est probable.

    Quant au calcul du bénéfice et des risques, il ne m’a pas sembléz que ce soit ignoré, même si tu as raison d’en souligner la nécessité. Ainsi sur les bio-carburants, les associations écologistes ont eu tôt fait de souligner que, pour avoir une production valable, il faudrait une surface énorme et que, s’agissant d’un produit issu d’une agriculture intensive, les conséquences sur les terres seraient également désastreuses…

    Mettre son énergie, son intelligence, dans le développement de solutions propres me paraît assez judicieux.

  • [quote comment="51099"]Sur le climat-scepticisme, je m’interroge souvent sur la part de ces climat-sceptiques de snobisme, de « on nous cache tout, on nous dit rien, ils vous mentent », de conspirationnisme, de pantouflage etc… Ce serait tellement mieux si on pouvait se convaincre que tout ça, c’est des menteries, qu’on peut continuer comme avant et que c’est pas les gauchistes qui vont nous emmerder, n’est-ce pas « cathotradi » ?

    Dernièrement, une conférence réunissant la quasi-totalité des experts en la matière a confirmé la réalité du réchauffement climatique. Mais ce doit être un complot international. En fait, tout va bien.[/quote]

    Non tout ne va pas bien, mais il n’est pas scientifiquement certains que ce soit le CO2 qui provoque le réchauffement … Comme d’aucun savent en jouant avec les analyses statistiques, les calculs de corrélations entre des séries de chiffres pour prouver leur interdépendance est un « jeu » aléatoire… et parfois surprenant quant aux résultats. Un certain nombre de scientifiques sérieux (je crois) pensent , avec eux aussi des observations établissant des relations (sur des siècles et même milénaires) entre les éruptions solaires et les changements climatiques – qui ne nous ont pas attendus pour perturber notre bonne vieille planète- que ce sont les cycles et les intensités des éruptions solaires qui provoquent ces changements climatiques importants…. Il est remarquable de revisiter les prévisions et les alertes (dans les années 70) annonçant un refroidissement extrème du climat. Ces prévisions étaient là encore fondées sur les observations scientifiques – souvent des mêmes penseurs catastrophiles qui nous annoncent un réchauffement climatique intense aujourd’hui -. Cette « observation » (peu scientifique je vous l’accorde) peut nous permettre quelques questions sur les certituds actuelles . Voir le site http://www.pensee-unique.fr/ et d’autres sites « mal pensants », pas forcément « snobs » .

    Ce qui est amusant, c’est que si la théorie « solaire » est exacte, nous devrions enregistrer un refroidissement sérieux du climat – c’est à dire sans avoir besoin d’un thermomètre précis au dixième de degré pour le mesurer – dès les 2 ou 3 années qui viennent ! il est intéressant de prendre date…

    En revanche, l’épuisement des ressources naturelles est un vrai problème à terme si on ne sait pas les remplacer et/ou modifier nos modes de vie … , et/ou limiter la population terrestre… et/ou… la consommation de ces ressources par chacun. A+

  •  » non tout ne va pas très bien, mais il n’est pas scientifiquement certain que ce soit le CO2 qui provoque le réchauffement… »

    Il y a en effet une différence entre constater la diminution des ressources fossiles, l’impact de l’industrialisation sur les fleuves, la raréfaction de certaines espèces animales, et considérer comme un fait acquis la corrélation entre l’activité humaine et les changements climatiques. Certains scientifiques affirment que la corrélation existe ( à travers des courbes et autres statistiques hors de portée du citoyen lambda ), d’autres affirment que le lien activité humaine-climat n’est pas scientifiquement prouvé ( ce qui ne signifie pas qu’il n’existe pas, juste que le fait ne s’impose pas comme une vérité ) Or, ce réchauffement climatique du à l’activité humaine, il en est question comme d’une évidence dans la plupart des discours politiques, une évidence à connotation alarmiste, et des stratégies économiques futures en dépendent. La moindre des choses serait une confrontation ouverte et accessible au public des points de vue divergents des scientifiques dont la parole n’est pas sacrée… Le doute n’empêche pas de décider, il permet la réflexion, l’appréciation des risques et le choix éclairé.

  • Je suis d’accord que la plupart des raisonnements scientifiques passent au dessus de la tête du citoyen lambda, d’autant qu’il sont bien souvent contradictoires. Par ailleurs chaque « solution » est souvent pilotée par un lobby.

    Par contre il y a des constatations que chacun peut faire et établir par lui même une relation cause-effet. Le meilleur exemple est la pollution de l’air dans les grandes villes. Il n’y a plus de rapport entre le Pékin ou je suis allé il y 20 ans, alors que le vélo était le véhicule de base et le Pékin actuel avec ses multiples autoroutes.

    Si la conscience écologique s’ouvre en Californie, c’est bien la polution au-dessus de L.A. qui fait prendre conscience aux politiques qu’il faut trouver des solutions. Solutions technique ou changement de comportement. Nous ne réagirons que si cela touche d’une manière perceptible notre santé ou notre portefeuille.

    Pour le portefeuille cela peut être une décision politique « écotaxe », mais le pouvoir sera toujours soupçonné de chercher des prétextes à des ressources nouvelles, ou par l’épuisement et donc la rareté des énergies fossiles. Imaginons que le prix du pétrole, énergie sans équivalente pour le transport, soit multiplié par 10, il faudra bien devenir imaginatif.

    Un avantage à ce débat par internet, il ne consomme pas d’énergie.. ou alors si peu.

  • Je trouve que la plus grande difficulté de ce grenelle de l’environnement, c’est la diversité des champs de compétence qu’il implique et la densité des propositions et j’espère que l’écho qui en sera fait sera à la hauteur de l’enjeu et non un simple étalage des mesurettes présentées comme des contraintes pour chacun.

    Même si j’adhère à la forme que prend ce débat, j’ai des doutes sur son véritable apport : - Le débat via internet ou en région ne va-t-il pas être investi que par les lobbies ou groupes politiques ? - J’ai peur que ce débat ne soit étouffé par la diversité et la quantité des sujets mis sur la table actuellement (justice, croissance, université, SS,…). Même s’il reflète la volonté de changement et le dynamisme du gouvernement, je ne sais pas si les débats seront clairs et sereins.

    En ce qui concerne le contenu de ce grenelle , je n’ai lu que la 1ere partie de la synthèse du 1er groupe (je n’arrive pas à suivre avec toutes les infos sur tous les sujets) mais devant toute proposition, je garde à l’esprit deux choses : - la mesure proposée à l’instant T est-elle assez fiable pour être crédible à l’instant T 1. (La récente polémique sur les biocarburants est un exemple) - je me méfie toujours dans n’importe quel domaine de l’évidence. par exemple, on parle souvent de journaux recyclés. A priori c’est bien mais ce journal recyclable est-il recyclable lui-même ?

    Et le problème c’est que pour être clair et choisir en connaissance de cause, il faudrait pouvoir voir et calculer tous les avantages et les inconvénients de chaque mesure et l’articulation entre elles. Et là, moi toute seule je ne peux rien faire. C’est le domaine des scientifiques… Je trouve que ce débat est frustrant car à la fois très proche de nous puisqu’il touche à la survie de notre existence et à celle de nos enfants et à la fois il me semble très lointain, inaccessible car peu de prise sur le sujet

  • je suis complètement en faveur de ce travail qui est train de se faire. Ceci dit j’ai vraiment l’impression que ce Grenelle (pourquoi grenelle d’ailleurs) n’est qu’un faire-valoir pour la promesse du candidat-president faite à Nicolas Hulot.

    En espérant que quelque chose reste en pratique, et qu’une commission machin-chose ne prenne pa le relai de cette belle initiative.

    j’en viens à ma question Koz, que pense-tu de la proposition pour relancer la croissance de supprimer le principe de précaution ?

    Une commission propose de supprimer un acquis pour l’autre commission. cela fait un peu schadocks tout cela.

  • C’est même plus qu’un « acquis pour l’autre commission », c’est le fruit d’une longue bataille pour une ministre. NKM, lorsqu’elle était députée a été rapporteur de la Charte pour l’environnement, si je n’m'abuse.

    Maintenant, en ce qui me concerne, ma position a un peu évolué, sur ledit principe. Cela mérite probablement un billet pour mieux lancer le débat car je suis passé d’une franche hostilité à une relative neutralité.

    [quote comment="51421"] Je trouve que ce débat est frustrant car à la fois très proche de nous puisqu’il touche à la survie de notre existence et à celle de nos enfants et à la fois il me semble très lointain, inaccessible car peu de prise sur le sujet[/quote]

    D’accord avec toi. L’un des problèmes est l’absence de véritables certitudes. Mais il faut faire avec. Les mêmes qui marquent des réticences vis-à-vis des choix à opérer sont souvent ceux qui vantent le rôle du chef d’entreprise, qui choisit, dans un monde de risques.

    Et pour boucler la boucle avec le principe de précaution, ne pas agir, ne serait-ce pas aussi adopter ce principe dans ses seules effets pervers ? N’ayant pas de certitude sur le réchauffement climatique, sur le bienfait des éoliennes, sur…, alors « ne bougeons pas » ?

    Bon mais… laissez-moi le temps de rédiger mon billet, ok ? ;-)

  • Comme toujours vos billets ont un tel succès que je renonce à lire tous les commentaires… je vais donc peut-être répéter ce qui a déjà été dit. La France a la réputation de donner beaucoup de leçons, nous voyons tout de même que le prix Nobel ayant été remis à Al Gore, les problèmes d’environnement ne sont pas qu’une énième façon de se donner bonne conscience pendant que les autres penseraient surtout à leurs intérêts économiques. Nous n’avons pas les moyens de faire « des cadeaux » mais cela peut devenir un investissement bien compris !

  • Le réchauffement climatique n’existe pas c’est une conspiration gauchiste.

    hum…

    http://www.meteo.fr/meteonet/actu/archives/dossiers/machine_climatique/tmoy_hemis_nord.htm

    D’ailleurs la Terre est plate c’est bien connu, allons allons.

    Ceci dit, j’ai noté un des commentaires très juste disant qu’on présente souvent l’écologie comme un mouvement visant à sauver la Terre des méchantes activités humaines. Ça c’est effectivement une vision bien gauchiste. La réalité est bien plus simple et moins poétique : la terre mettra peut-être 100.000 ans à se remettre de nos activités, mais pour elle c’est une bonne grippe et 2 jours au lit, pas de quoi fouetter un chat. Par contre l’humanité va morfler sec.

    Il faut sortir du discours pseudo-écolo qui nous raconte ce qu’on doit faire pour la planète, elle s’en fout. Par contre, il serait temps de se demander ce qu’on peut faire pour la prochaine génération d’humains.

    Ou alors, on peut aussi se dire « après moi le déluge ». D’ailleurs je préfère un mec qui me dit « je sais que je pollue comme un porc et je m’en fous » qu’un mec qui me sort « oui mais je vais rien faire pour changer mes habitudes parce que le risque est pas prouvé », parce que ça c’est 100% hypocrite.

  • Felysk,

    Qui a parlé de conspiration ? et pourquoi gauchiste d’ailleurs ?

    Ensuite, ton graphique est faux : http://en.wikipedia.org/wiki/Hockey_stick_controversy)

    Attention à l’hystérie Felysk et à l’outrance. Personne n’a remis en cause le réchauffement climatique (depuis 1990). Ce sont les causes du réchauffement qui sont à étudier car les conclusions du GIEC étaient inexactes. Et on ne remet pas en cause les conséquences de la pollution (gaz d’échappements, souillure des eaux) sur l’homme et le problème de l’extinction des ressources.

  • Outrance? Marrant.

    Dire « je ne veux rien faire parce que 3 pequenots disent que les activités humaines n’ont pas d’influence sur le climat planétaire » ça me semble un peu outrancier. Non, tu as raison, c’est surement les 3 pequenots en question qui ont raison, d’ailleurs « mon » graphique est faux je viens de le faire sous photoshop :)

  • Felysk… tu te trompes sûrement de blog car les intervenants ici n’ont jamais dit qu’ils n’avaient pas changé leurs comportements ou n’avait pas l’intention de la faire en l’absence de preuves tangibles… Pour les trois pequenots, je te laisse juge. Tout au plus, je te dirais d’essayer de comprendre et de voir les points faibles de ce graphique (qui n’a pas pris d’ailleurs en compte l’urbanisation autour des sondes qui sont un biais pourtant évident…par ailleurs y a t’il réchauffement sur chaque endroit du globe ? Le plus pédagogique c’est de te laisser chercher…). C’est dommage que tu veuilles clore un débat par certitude alors que la question est scientifique avant d’être politique ou médiatique.

  • Ce qui se passe surtout, c’est qu’on commence a s’apercevoir que cet histoire de rechauffement climatique est un bon pretexte pour nous taxer plus, en esperant qu’on dise merci en plus.

    Un aspect m’a toujours surpris. Jusqu’a tres recemment, on en parlait peu du rechauffement. Et pourtant, il promet cataclysmes, pestilence, guerres et je ne sais quoi d’autre dans un avenir proche. Et ce sont ces memes abrutis qui maintenant detiennent la verite, alors qu’ils ne l’ont pas vu venir ?

    Quand aux commentaires traitant ceux qui doutent de membres de la « Flat Earth Society », ils sont vraiment typiques. Il n’y a qu’une verite et c’est la mienne. C’est devenu la nouvelle dictature.

  • Que l’activité humaine soit responsable ou non du réchauffement climatique m’était jusqu’à présent relativement indifférent. Il y a, de toute façon, tant d’excellentes raisons de maîtriser notre consommation d’énergie (pollution, finitude des énergies fossiles, non- développement/grande pauvreté d’une part importante de l’humanité, etc…), que l’origine du mal me semblait accessoire tant convergent les efforts à faire, les solutions à trouver. Cependant, j’ai regardé ce documentaire que London a mis en lien sur l’origine du réchauffement climatique. Je l’ai regardé en suivant les consignes de prudence, tout comme ‘y faut. Et…ça change tout. Ca change tout d’envisager le développement de l’Afrique selon que l’on considère qu’elle peut s’industrialiser ou pas. Ca change tout (ça peut paraître plus anecdotique) de réaliser les bouleversements dans la survie du peuple Inuit selon que l’on considère que le réchauffement est dû au solaire ou à l’humain (nobelisable de la paix oblige). Ca change tout de demander au peuple français, à l’occasion de ce ‘grenelle’, de se mobiliser sur l’environnement en général ou exclusivement sur l’émission de gaz à effet de serre. Ca change tout de concevoir le progrès scientifique, et l’économie au sens large qui en découle, comme levier du mieux-être de l’humain ou comme fossoyeur du vivant. Ca change tout de laisser de l’espace à la lucidité envers la pollution ou au contraire de se lancer marketing-baissé vers le ‘tout-pour-faire-descendre-la-température. Et plus que tout encore, cela risque de tout changer pour nos enfants, nos petits-enfants, d’être aujourd’hui courageux et lucides ou au contraire d’initier une nouvelle période d’obscurantisme.

    Je n’ai pas les connaissances scientifiques pour trancher entre ces deux extrêmes et savoir qui a raison ou tort. Mais, quand je lis d’une part, un questionnement sur l’origine des modifications climatiques et d’autre part, ‘arf, et la terre est plate, mais bien-sûr !!’, je m’inquiète pour mon fils et sa descendance…ceux pour qui, la réalité ne sera ni nos blagues foireuses, ni nos idéalismes détachés et absolus.

  • [quote comment="51499"]Et ce sont ces memes abrutis qui maintenant detiennent la verite, alors qu’ils ne l’ont pas vu venir ?[/quote]

    Des noms ! Des noms !

    [quote comment="51616"]Ca change tout de demander au peuple français, à l’occasion de ce ‘grenelle’, de se mobiliser sur l’environnement en général ou exclusivement sur l’émission de gaz à effet de serre.[/quote]

    Ce qui n’est pas le cas, tu l’auras remarqué.

    [quote comment="51616"]Je n’ai pas les connaissances scientifiques pour trancher entre ces deux extrêmes et savoir qui a raison ou tort. Mais, quand je lis d’une part, un questionnement sur l’origine des modifications climatiques et d’autre part, ‘arf, et la terre est plate, mais bien-sûr !!’, je m’inquiète pour mon fils et sa descendance…ceux pour qui, la réalité ne sera ni nos blagues foireuses, ni nos idéalismes détachés et absolus.[/quote]

    Je n’ai pas non plus ces connaissances. Mais :

    1. il me semble toujours plus difficile d’alerter sur un risque à venir que d’émettre des doutes sur sa réalisation.

    2. on rejoint l’autre billet, sur la précaution : il n’y a peut-être pas de certitudes établies que le réchauffement soit dû à l’activité humaine. Il y a en tout cas des scientifiques d’une certaine envergure qui l’estiment plausible. Dès lors, on a, aujourd’hui, l’occasion de se dire : il est plausible que le réchauffement soit du à l’activité humaine, agissons… ou de ne pas agir, pour s’apercevoir dans quelques années, quelques dizaines d’années, que c’était ces scientifiques-là qui avaient raison. Entretemps, on aura simplement fait le choix d’une croissance plus respectueuse de l’environnement, ce dont on peut difficilement se plaindre.

    3. et je voudrais, pour ma part, être certain que les réticences à ce sujet ne sont pas dues à une part enfouie en nous-même qui aimerait mieux que tout cela ne soit pas vrai.

  • Koz, alerter sur le risque du réchauffement climatique est devenu la chose la plus facile qui soit ! Emettre des doutes sur son origine et par conséquence ses solutions est devenu extrêmement compliqué ! Personne de censé ne nie que l’on doit modifier nos façons de faire. Il y a juste des scientifiques d’une certaine envergure qui disent, attention !

  • L’alerte paie son succès ? Lorsque ceux qui la sonnaient étaient minoritaires, on ne l’entendait pas, mais c’était trendy, maintenant qu’on l’entend, ce serait trop facile ?

  • Non, bien-sûr. Mais aujourd’hui il est devenu très facile de déclarer que le réchauffement vient de l’activité humaine. En revanche, les scientifiques qui pensent que l’origine du réchauffement est autre ont toutes les difficultés à se faire entendre. Or, cela nuit toujours au débat de ne pas pouvoir entendre les théories différentes.

  • Admettons que l’on ait des doutes sur l’origine du réchauffement de la terre et que les activités humaines n’en soient pas la cause mais qu’il s’agisse d’un cycle.

    Deux sujets devraient faire l’unanimité: - La pollution de l’air et de l’eau sont bien la conséquence des activités de l’homme. En ce qui concerne l’air, il y a bien l’activité des volcans et l’incendie des forêts quand il est d’origine naturelle. Par contre pour l’eau j’ai du mal à croire que c’est de la responsabilité des poissons.. - L’épuisement prévisible des ressources fossiles par surconsommation.

    Si nous avions un consensus pour trouver des solutions à ces deux problémes, peut être que par surcroit nous ralentirions le réchauffement de la terre

  • [quote comment="51774"]Admettons que l’on ait des doutes sur l’origine du réchauffement de la terre et que les activités humaines n’en soient pas la cause mais qu’il s’agisse d’un cycle.

    Deux sujets devraient faire l’unanimité: - La pollution de l’air et de l’eau sont bien la conséquence des activités de l’homme. En ce qui concerne l’air, il y a bien l’activité des volcans et l’incendie des forêts quand il est d’origine naturelle. Par contre pour l’eau j’ai du mal à croire que c’est de la responsabilité des poissons.. - L’épuisement prévisible des ressources fossiles par surconsommation.

    Si nous avions un consensus pour trouver des solutions à ces deux problémes, peut être que par surcroit nous ralentirions le réchauffement de la terre[/quote]

    J’imaginais qu’il y avait un consensus sur le fait que la pollution de l’air et de l’eau étaient bien une des conséquences des activités humaines ( hormis les volcans, les incendies, etc…) et que l’épuisement des ressources en énergies fossiles étaient bien dues à leur surconsommation. Me suis je trompée?

    Malheureusement il n’y a pas de consensus pour résoudre ces deux problèmes. Ensuite, on ne sait pas s’il y a corrélation entre ces deux problèmes et le réchauffement climatique.

    Maintenant, il ne reste que l’équivalent du pari de Pascal : a t on tout à gagner à croire qu’il est dû à l’activité humaine et par conséquent à tenter de résoudre ces deux problèmes, sans en provoquer un troisième ( de problème ) pire que ceux évités ? ( pour ce qui est de la pollution, l’éviter – au minimum la réduire -me semble primordial )

  • Pingback: Koztoujours, tu m’intéresses ! » Martin Guerre “la lutte contre la pauvreté est un combat”

Comments are closed.

La publication d'un commentaire implique l'acceptation des conditions d'utilisation