La « droite populaire » est-elle républicaine ?

Les membres du Collectif La Droite Populaire ne sont pas stupides. La prudence et une forme d’éducation chrétienne m’interdisent de le supposer. Ils perçoivent donc les implications de leurs initiatives, et les assument. La question du républicanisme se pose dès lors aujourd’hui et elle se pose à l’UMP.

L’UMP a toujours mis en avant le caractère non républicain du Front National pour rejeter l’idée d’alliances avec cette formation : est-ce pour en couver un ersatz en son sein même ?

Cette question doit aussi inquiéter ceux qui se sentent ou ont pu se sentir naturellement représentés par l’UMP, parce qu’il est lassant autant que sidérant de voir la première formation politique du pays, le parti majoritaire, être pris en otage par un groupuscule identitaire, et sommaire.

L’image ci-contre est le communiqué de presse envoyé à toutes les rédactions françaises afin de célébrer le premier anniversaire de ce funeste collectif. La Droite Populaire y convie la presse à un « apéritif saucisson vin rouge afin de fêter dignement la fête nationale ».

Chacun aura fait le lien avec les opérations saucisson pinard goûtées par les identitaires et autres extrémistes.

Cette opération-là prend une dimension odieuse par son association avec la fête nationale. Elle est finalement anti-nationale. J’aurais même tendance à penser qu’elle va jusqu’à souiller le drapeau si présent dans leur invitation.

Ne croyez pas que j’aie un souci avec l’identité nationale : nos côtes, nos vallons, nos clochers coulent dans mes veines en même temps que le saucisson et le pinard. Je n’ai aucune leçon à recevoir à cet égard, mais je n’ai pas l’identité exclusive.

Que faut-il donc comprendre par cette invitation ? Qu’il convient de boire du vin rouge et manger du saucisson pour « fêter dignement la fête nationale » ? Qu’un vrai français boit du vin rouge et mange du saucisson ? Bref, qu’un musulman n’est pas un vrai français…

Si cela ne vous convainc pas, reprenons la scène : que doit comprendre un journaliste musulman invité à cette conférence de presse ? Manifestement, le buffet ne lui est pas ouvert. Manifestement, avec la Droite Populaire, il ne lui est pas permis de « fêter dignement la fête nationale ». A supposer qu’il soit seulement digne de fêter la fête nationale. Bref, ce sont des députés de la Nation qui excluent symboliquement des Français de la Nation, en raison de leur religion1. Il faut que cette invitation soit le pas de trop.

Il y a en effet de l’ordre à faire à l’UMP, mais l’UMP le veut-elle seulement ? Après tout, elle s’est tendue son propre piège.

On ne peut pourtant pas imaginer que toute l’UMP ait aujourd’hui soudainement adopté les thèses de La Droite Populaire, dont je peine à distinguer ce qui les différencie du Front National, malgré leurs dénégations. Certains, tels Lionel Tardy, s’agacent de cette prééminence et du bruit médiatique qu’il génère. De fait, les autres courants de l’UMP sont comme tétanisés, réduits au silence, et la Droite Populaire semble tenir le parti à sa main.

Comment comprendre, et comment accepter, que la démission de Lionnel Luca ait suffi à faire revenir Jean-François Copé sur sa décision, et à organiser une convention sur la binationalité ? Faut-il donc que ce sujet, surgi presque de nulle part, c’est-à-dire de la Fédération Française de Football, ait son débat à lui seul, conduit de surcroît par Lionnel Luca, alors que l’UMP achève à peine une convention sur l’immigration ? L’UMP n’en a-t-elle pas marre de faire prévaloir l’islam, le voile, l’identité nationale, l’immigration, la binationalité, sur l’ensemble des enjeux cruciaux qui se posent à la France ?

Lionel Tardy affirme dans LeMonde.fr : « leurs opinions ne sont pas celles de la majorité du groupe, et pour beaucoup de députés de base, ça commence à bien faire ». Tant pis pour les turbulences : il est temps que ceux-là se réveillent et, à leur tour, qu’ils se décomplexent.

La droite décomplexée, c’est aussi une droite qui sait être elle-même, sans complexe par rapport au FN !


  1. Faut-il d’ailleurs leur préciser que les juifs ne seront pas davantage bienvenus à leur apéritif ? []

Auteur

Monoépoux, multipère, fidèle à plus d’un titre.

Avocat (associé fondateur BeLeM Avocats), auteur de Ca ira mieux demain (Sept. 2015) et de Identitaire – Le mauvais génie du christianisme (Janv. 2017)

Billets à peu près similaires

172 commentaires

  • Effectivement la proximité Droite Populaire/Fn peut déranger. Cependant je remarque 2 choses :

    D’une part que dans un grand parti il est normal qu’il y ait une pluralité de courant qui s’expriment et débattent ensembles, cela se retrouve dans biens dans grands partis ailleurs qu’en France. Cela dit cela n’implique pas une domination (genre les ex RPR à l’UMP) mais bien une émulation.

    D’autre part c’est peut être le moyen trouver pour tenter maladroitement de re-siphoner les voies du FN et là je dois avouer que cela me parait très difficile au vu de la déception qu’a engendré le style Sarkozy et certaines de ses actions. L’UMP a sans doute plus à perdre qu’à y gagner

  • ça, c’est bien senti! Moi aussi, j’en ai ras-le-bol d’entendre cette poignée de députés phagocyter le débat public. Au départ, je trouvais que leur initiative était bonne : ne pas laisser au FN certains thèmes que la droite comme la gauche leur avaient abandonnés pour ne pas « faire son jeu ». Et puis finalement, ils sont entrés dans une concurrence avec ce parti à mesure que Marine Le Pen marquait des points dans l’opinion.

    Ce dont ils ne se rendent pas compte, c’est que au final, ils ne sont que les idiots utiles du FN.

    Cette invitation me dégoûte profondément.

    Ceci étant dit, je ne sais pas ce qui est « républicain » ou non. la République est un mode d’organisation de la vie politique. Pas un corpus de « valeurs ».

  • Simplement ajouter, que le saucisson n’exclut pas que les musulmans mais aussi les juifs et certaines religions indiennes végétariennes, même si pas naïve, je me doute que les musulmans sont la première cible. Mais pas naïve aussi, on peut se poser la question de l’antisémitisme de cette droite populaire qui renoue avec les fondamentaux de celle de l’entre-deux-guerres.

  • @Enée

    Très juste. Hier, Vanneste a dit à l’Assemblée au sujet de la nouvelle carte d’identité sur laquelle existe des soupçons de fichage : « ce n’est pas parce que Vichy l’a fait qu’on ne peut pas protéger les gens honnêtes ». Tout est dit…

  • @ Condé : d’aucuns me disent naïf – tant pis – mais j’ai accepté cette stratégie pendant la présidentielle, pensant qu’il fallait accepter de mettre un peu les mains dans le cambouis, pour éviter le 21 avril. J’ai pensé que Sarko mettrait la pédale douce là-dessus par la suite. C’est le contraire qui s’est produit, et comme le dit Le Chafouin, cette stratégie s’est muée en compétition avec le FN. Ca se fait avec l’assentiment ou l’indulgence de Sarko, qui tente parfois de remettre un poil d’équilibre.

    On a parfois l’impression qu’ils sont là pour occuper la galerie, pendant que les ministres bossent, mais ils insufflent un climat délétère dans le pays, et ils occultent le reste des sujets.

    le chafouin a écrit : :

    Ceci étant dit, je ne sais pas ce qui est « républicain » ou non. la République est un mode d’organisation de la vie politique. Pas un corpus de « valeurs ».

    D’une certaine manière, oui, mais la République Française est fondée sur un certain nombre de principes développés dans la Constitution :

    Article 1er

    « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »

    Article 2

    La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

    De fait, la République Française est indissociable de ces valeurs.

    @ Enée : raison pour laquelle je vise les juifs en note de bas de page. Il me semble évident que ce ne sont pas eux qui sont visés, mais ça illustre malgré tout comme un manque de jugeotte.

  • Bonsoir,
    Je trouve la réaction un peu violente, souiller le drapeau, allons.
    Un repas quiche lorraine – kir l’aurai été tout autant.

    Rien ne dit dans l’affiche que le vin n’est pas cacher et n’est pas du saucisson d’âne hallal.

    Rien n’interdit d’amener sa nourriture.

    Sommes nous choqué de manger chinois en chine ? Personne ne se pose la question.

    Faudra t’il interdire aux bretons de faire des galettes, c’est trop régionaliste et cela exclut les non bretons ?

    Enlever le pain parce que l’on exclut les allergiques au gluten.

    De grâce un peu de bon sens.

    Et attention au diktat communicant des minorités, je parie que 99% des personnes qui critiquerons cette affiche n’auront probablement jamais envisagé ne serait ce un instant d’aller à cet apéro avec ou sans saucisson-vin.

    Je crois qu’il est vain d’y voir rouge 😉

  • Super. C’est une conférence de presse. Les journalistes doivent donc apporter leurs propres sandwichs (mais attention, que les musulmans : pour les autres, y’a c’qu’il faut) ? Question bon sens, vous repasserez.

  • N’étant pas journaliste, je ne fréquente que rarement les conférences de presse. Aussi avec ma petite expérience, il me semble que les journalistes courent rapidement de conférence de presse en conférence de presse et ne se préoccupent que rarement du buffet, plutôt du dossier de presse, des photos et des interviews.
    Et je n’ai jamais vu de buffet explicitement cacher, hallal, végétarien sauf à des réunions confessionnelles ou identitaires où cela était l’objet précis.
    Quoi de plus multirégional que du pain, du vin et du saucisson/saucisse ?

  • C’est aussi un fort signe de mépris pour les citoyens de Mayotte et leurs représentants parlementaires alors qu’ils ont décidé par référendum de devenir le 101ème département du pays … C’est aussi une belle gifle infligée à une bonne part des Français de l’étranger pour lesquels le pouvoir a pourtant créé 11 députés VIP et un non moins select secrétaire d’Etat (qui se soucie plus des affaires de son ancienne circonscription – cf. la prise d’otages à la centrale de Poissy ce matin – que de sa lettre de mission) …

  • Alex a écrit : :

    N’étant pas journaliste, je ne fréquente que rarement les conférences de presse. Aussi avec ma petite expérience, il me semble que les journalistes courent rapidement de conférence de presse en conférence de presse et ne se préoccupent que rarement du buffet, plutôt du dossier de presse, des photos et des interviews.

    Détrompez-vous! Les journalistes manquent rarement un buffet… Enfin en tout cas, moi, je ne les loupe à aucun prix 🙂

  • Koz a écrit : :

    De fait, la République Française est indissociable de ces valeurs.

    Pas faux. Tu as raison, il y a de grands principes sur lesquels nous nous sommes entendus. Mais je suis assez hostile à qualifier de non-républicain qui remet en cause un de ces principes. Surtout que personne n’ira dire qu’il est contre le préambule de la constitution… Mais bon, c’est du détail, j’agrée à l’intégralité de ton propos. Et spécialement sur ton dernier commentaire où tu dis à juste titre que ces gens-là installent un climat « délétère ». On a le sentiment qu’à une poignée, ils pèsent bien plus que le FN du fait qu’ils ne sont pas ou peu contredits par la « droite » dans son ensemble, sur laquelle ils font pression constamment. Je ne comprends pas pourquoi la majorité se laisse aussi facilement bousculer en permanence…

  • Belle analyse, belle défense de la République et beau coup de griffe mérité pour cette sinistre « droite populaire » qui, effectivement, semble installer le FN à l’UMP, avec l’aval de Sarkozy et de Copé. Espérons que ce ne sera pas une stratégie électorale gagnante…

  • Briavel Gouëdic a écrit : :

    C’est aussi un fort signe de mépris pour les citoyens de Mayotte et leurs représentants parlementaires alors qu’ils ont décidé par référendum de devenir le 101ème département du pays … C’est aussi une belle gifle infligée à une bonne part des Français de l’étranger pour lesquels le pouvoir a pourtant créé 11 députés VIP et un non moins select secrétaire d’Etat

    Etes vous français de Mayotte ? Les guadeloupéens sont ils insultés par l’absence de banane plantin dnas un buffet parisien ? Allons un peu de sérieux.
    Etant à mi temps français de l’étranger, je trouve cela ridicule de filtrer tout aliment,tout buffet selon le critère de nationalité ou non. Vu de l’autre hémisphère, c’est un épiphénomène.

  • Bien vu, Koz. La Droite Populaire importe des États-Unis une technique politicienne bien rodée, qui consiste à envoyer des signaux codés à l’opinion. Ceux à qui cela s’adresse en comprennent parfaitement le sens, qui est ici, comme tu le dis: « musulman = pas français ». Et si quelqu’un s’indigne, il est très facile de répondre: mais non,voyons, pourquoi penser à mal ? Vous avez quelque chose contre le saucisson ? Ça marche à tous les coups. Les commentaires d’Alex sont un excellent exemple de ce mécanisme.

    En tant qu’expatrié je ne suis pas directement concerné par le menu de l’apéro, mais par contre le bruit qui est fait autour de la double nationalité est pour moi une menace directe et personnelle. Il s’agit de dire que les Français qui ont des liens avec un pays étranger sont suspects de déloyauté. Il va de soi que j’apprécie cela à sa juste valeur.

  • Un régime politique qui pratique la peine de mort et qui ne permet pas aux femmes de voter peut-il être qualifié de républicain ?

    Non penserez-vous! Et ben si, pour preuve ouvrez un livre d’histoire au chapitre IIIème République (Française) !

    Tout ça pour dire que prétendre que le FN ou la Droite Populaire ne sont pas des partis républicains relève pour moi de la manipulation.

    Alors pourquoi employer et ressasser ces faux arguments pour contrer les thèses de ces deux partis ?
    Dans mon esprit non militant, cela affaiblit la thèse.

  • Gwynfrid +1.

    Hervé : avez-vous conscience de ce qu’est l’Histoire ?

    Alex, ne jouez pas au plus con.
    Tous mes apéros sont -entre autres- « sauc’pif », parce que c’est comme ça, une habitude, une tradition. Mais quand j’invite des potes à un apéro, je n’écris pas en gros le menu, et des amis ne mangeant pas de saucisson et ne buvant pas d’alcool ne le prendront pas mal.
    Écrire en gros le menu est un MESSAGE, qui s’adresse donc à une CIBLE choisie, et en exclut une autre bien reconnaissable.
    Première chose.

    Autres choses -aggravantes :
    – Ce carton n’est pas une invitation à un apéro, mais à une conférence de presse. Le buffet est donc totalement secondaire (même si on apprend à l’école que donner une conf sans buffet est un manque de savoir vivre), et son menu encore plus. Pourquoi l’écrire en gros, alors ?
    – D’autres groupes fortement marqués idéologiquement ont déjà lancé de telles initiatives sauc’pif. Ne me faites pas croire que les députés ici concernés n’ont pas fait exprès de reprendre l’idée : ce serait prendre quelqu’un pour un con, eux ou nous.

    C’est marrant, cette attitude qui est la vôtre. C’est l’attitude miroir de ceux qui prétendaient que la campagne « osez le clito » luttait contre l’excision.

  • Koz a écrit : :

    La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

    Bonsoir Koz,

    il me semble qu’il serait préférable de qualifier les principes dont tu parles de « démocratique » que de « républicain ». La république, c’est le choix d’un état qui n’est pas incarné par une famille régnante. Si la monarchie n’est pas la panacée, je ne suis pas encore convaincu qu’un état non incarné soit idéal. Il y a de toute façon des républiques racistes (l’Afrique du Sud était une république, comme les Etats-Unis au moment de la ségrégation), et certains des pays les plus démocratiques (la Hollande par exemple) dont des monarchies.

    Ce qui me gène aussi avec ce terme de républicain, c’est qu’il renvoie à l’histoire de la république française comme un exemple alors que la France a eu depuis 220 ans une histoire plutôt plus chaotique que celle d’autres pays comparables. Je pense ainsi qu’il n’y a plus grand chose à salir au sujet des symboles de la révolution française, qui est pour moi un des premiers fascismes de l’histoire. Toutes ses contradictions se retrouvent pour moi dans la devise « Liberté, Egalité, Fraternite » qui est vaguement contradictoire et interprétée pour justifier tout et n’importe quoi.

  • Je suis végétarienne.

    Néanmoins je ne vois pas ce qui serait plus choquant d’ un apéritif saucisson – vin rouge qui semble ressembler au peuple français (droite populaire, populaire : de « peuple ») , que l’un des deux restaurants d’entreprise d’Air France à Roissy à 100% halal, ou d’un salami halal obligatoire dans un centre culturel (Annecy) – ce genre d’obligation étant de plus en plus fréquent.

    D’un côté, comme de l’autre, cela exclut une grande partie des gens. Avec deux petites différences tout de même, :1/ le vin et le saucisson sont, depuis des lustres, donnés comme image du français du peuple….C’est en tous cas, l’impression d’une française non de souche, comme on dit——-2/ faire ce genre de réflexion : « Servir des repas halal ne gêne pas les non-musulmans qui ne le savent pas, car cela ne change pas le goût et lorsqu’on l’on va au Mac Do on ne se rend compte de rien » (lu sur un forum) est de la pure hypocrisie, puisque c’est du domaine de la croyance et que, si les chrétiens et les juifs voulaient respecter leurs croyances, ils ne devraient pas en manger. Le leur cacher est donc minable. ( Corinthiens 8 pour les chrétiens)

    Pour le reste, je ne vois pas ce qui m’empêcherait, moi, végétarienne et ne buvant pas d’alcool, d’aller à une conférence de presse où il y a de du saucisson et du vin rouge au buffet. Il m’est ouvert. Je peux discuter, il y a toujours de l’eau en général, et du pain, quoiqu’on dise! Et je ne me sens pas stigmatisée

    Que je sache, la nourriture non sacrificielle ne saute pas dessus comme la pauvreté sur le monde

    …J’ai par ailleurs une quantité assez phénoménale d’amis juifs, c’est ainsi. Ils viendraient à une telle conférence et parleraient autour du buffet. Ils n’auraient absolument pas peur que le porc les rende impurs rien qu’en approchant de la table. Il faut arrêter de délirer.

    Il faudrait peut être aussi arrêter le délire de la stigmatisation. La stigmatisation, ici,existe en filigrane, c’est certain et ceux qui prétendraient le contraire nieraient l’évidence..

    Mais la stigmatisation de ceux qui ne veulent pas manger halal ou cacher existe aussi ( et là on leur demande d’accepter par tolérance! Un comble!).

    Alors pourquoi jeter l’anathème sur l’un et pas sur l’autre? Au principe de quoi?

    Ce qui me gêne dans ces histoires, c’est le principe de la tolérance à sens unique, avec, comme argument massue le risque de se FNiser, genre, « pacte avec le Diable ».

    Or, je me demande, sans doute bêtement, en quoi les idées d’extrême droite -dont je ne fais pas partie- ( reprises par nombre de gens de gauche, d’ailleurs) seraient elles plus diaboliques que les idées de certaines croyances religieuses .

    Quant à Mayotte (en référence à B Gouédic), ce que je trouve scandaleux, c’est qu’il n’y ait pas eu de référendum des métropolitains pour savoir s’ils étaient d’accord pour accepter un nouveau département qui augmenterait encore le gouffre de la dette, et donc des prélèvements fiscaux en tous genres, alors qu’on nous rabâche que nous n’avons même pas les moyens d’aider nos propres Anciens…

    Ah un petit point d’une française de seconde génération : qu’y a t il de choquant à ce qu’il soit demandé de choisir sa nationalité, de demander une intégration à la société du pays où on a choisi de vivre et non pas une bi nationalité automatique?
    Autrefois il fallait choisir et mon père ne s’est pas senti « stigmatisé »!
    Mon fils qui a quitté la France pour un autre pays (chez nous, ça va , ça vient… 😉 ): il doit déposer un dossier compliqué, et attendre. Et alors? Il ne se sent pas non plus stigmatisé et trouve cela normal.

    « Si tous les gars et les filles du monde voulaient se donner la main »…. Même si certains ne sont pas du même sexe, sont homos, hétéros, trans ou autres, croyants, pas croyants, rouges, blancs, noirs, ont touché de la viande impure ou non, boivent de l’eau ou du vin, sont de droite, de gauche, du centre…. ne croyez vous pas que cela tournerait mieux?…Mais voilà! Il faudrait pour cela qu’il n’y ait plus ces genres de critères, moins de certitudes – dogmes- et surtout moins de communautarisme!

    –Et vu les demandes impératives de certains et certaines, allant à l’encontre de l’acceptation des modes opératoires traditionnels français, foi de soignante, ce n’est pas gagné, on peut le constater tous les jours à l’hôpital.

  • Je partage cette impression de prise d’otage du parti majoritaire de droite par une petite bande de députés aux qualités intellectuelles somme toute discutables ( dans mon coin, nous devons supporter l’inénarrable Meunier) ; ceci est fait tellement maladroitement que le soit disant syphonage ne fonctionnera pas cette fois et amène clairement une réflexion sur une nécessaire scission de l’UMP… En tout cas, Copé ne finit plus de me décevoir….

  • Depuis 1792 (et en particulier depuis 1871 et encore plus depuis 1905 et peut être plus que jamais depuis les affaires de foulard islamique dans les écoles dans les années 1980), « républicain » est en France essentiellement synonyme de « anti-religieux », « violemment favorable à l’élimination de toutes les religions en France (et ensuite dans le monde), surtout la religion catholique mais aussi, de plus en plus, la religion islamique ».

    Cela est, certes, en complète contradiction avec les prétendues « valeurs » de la République française et, surtout, avec le droit positif (les articles 10 (liberté de religion) et 11 (liberté d’expression des opinions religieuses) de la Déclaration de 1789, l’article 1er de la Constitution (« La République respecte toutes les croyances »), les innombrables traités et conventions internationales auxquelles la France est partie et qui garantissent la liberté de religion et son expression en public comme en privé, l’article 1er loi de 1905 (« La République assure la liberté de conscience et garantit le libre exercice des cultes », etc) mais les « républicains » n’ont eu de cesse, de 1792 à 2011, de violer les valeurs de la République, d’ignorer le droit positif ou de souhaiter le modifier afin de pouvoir bouffer du saucisson, du curé et du musulman en toute tranquillité.

    Donc, oui, en ce sens, la Droite Populaire est très républicaine. Le FN de Marine Le Pen aussi, du reste. Et le Front de Gauche tout autant que le Front de Droite. Et l’immense majorité des dirigeants de l’UMP et du PS pratiquement autant.

  • Sauf que républicain le Front National l’a toujours été. Dans ce qu’il avait de pire d’ailleurs, Le Front national est et reste un parti nationaliste, antifédéraliste, antirégionaliste, antieuropéen, jacobin. Mes positions sur tous ces points sont à l’opposé des siennes.

    Au sein de la Droite (que j’entends au sens large, à savoir ceux ne se définissant comme ni de gauche, ni au centre) seules deux organisations ont effectué un travail de remise en cause des présupposés républicains : l’Action Française et le GRECE dans ses premières années. On peut discuter du contenu de l’un et de l’autre, mais leur anti-républicanisme ne me semble pas discutable.

    Mais je pense que les objectifs de la droite populaire sont beaucoup plus « terre à terre » : il s’agit d’un groupe de député qui a -j’ose dire- enfin compris certaines méthodes basiques de lobbying, à savoir que l’on est plus efficaces en groupes que séparés. Oui l’UMP est diverse et pour y être passé il y a quelques années je pourrais en témoigner. Qu’ils fassent « du bruit » en ce moment ne doit pas occulter le fait que jusqu’ici c’était l’aile « gauche » que l’on entendait beaucoup. Ce que vous percevez comme un « coup de barre » ou une « droitisation » dont il faudrait se méfier est en fait un rééquilibrage.

    Et bon cet apéro est-il national ou anti-national? La nation ça s’invente… Vous saviez pas, du moins c’est ce que l’on dit ? Cela ne se reçoit pas des siècles la nation. Cela se décrète ! Un beau matin en 1789… Ce qui permettra, un autre matin, de décréter que en 2011, dorénavant, la nation ce sera aussi ceux-ci… Puis ceux-là…

    Donc au fond que l’on choisisse l’une ou l’autre réponse….

  • @ jean316:
    Avec un Président de la République qui vante les mérites du prêtre par rapport à l’instituteur et un Premier Ministre qui affiche son catholicisme, il me semble que vous vous approchez du délire victimaire.

  • Gwynfrid a écrit : :

    En tant qu’expatrié je ne suis pas directement concerné par le menu de l’apéro, mais par contre le bruit qui est fait autour de la double nationalité est pour moi une menace directe et personnelle. Il s’agit de dire que les Français qui ont des liens avec un pays étranger sont suspects de déloyauté. Il va de soi que j’apprécie cela à sa juste valeur.

    @Pmalo donc le contenu du buffet ne vous gène pas.

    Pour moi le bruit autour de la double nationalité comme le bruit autour du menu coloré de cette invitation à cette conférence de presse à laquelle aucun de nous ne se rendra sont vains.
    @Gwynfrid Comme l’a admirablement synthétisé , Maitre Eolas nous n’avons ni vous ni moi pas grand chose à craindre pour la double nationalité.

    Et pour ce menu c’est faire trop d’honneur à l’auteur de ce carton que de lui faire un billet car on en sert ni la France, ni la droite, ni les minorités. Et c’était en filigrane, le sens de mon premier commentaire il vaut parfois mieux ne pas relever que de donner de la visibilité à des choses minimes a moins de se laisser entrainer comme les autres à faire du buzz et du SEO 😉

    Je vais peut-être pas me faire un ami de l’auteur de ce blog mais au moins je l’ai dit clairement.

  • Drôle de pays qui parvient à se déchirer violemment autour de l’idée de saucisson et de vin rouge… Au moins les Anglais ont ça qu’avec leur tea time composé de muffins, scones, marmelade, toasts aux haricots-ketchup et eau chaude, ils ne risquent pas la polémique.

    En revanche nos cousins germains doivent être encore plus embarrassés que par chez nous…

  • Mais on s’en fout, du menu !
    Ce qui compte, c’est le MESSAGE implicite qu’il comporte.

    Le saucisson-pinard, c’est une tradition, je n’ai aucun souci avec ça, c’est même positif. En revanche, quand la tradition est instrumentalisée, quand elle devient un objet contondant, une revendication, ça me gêne. La tradition exprime mon identité, ce que je suis ; mais comment, pourquoi, par quels mécanismes « ce que je suis » devient une arme ? Là est la vraie question, et les réponses sont à chercher dans les profondeurs de notre histoire, de notre philosophie.

    Tout cela exprime un problème d’identité, existentiel, essentiel, bref métaphysique, très profond et très grave. Nous sommes encore et toujours dans le même sujet : crise systémique civilisationnelle.
    Rien d’étonnant : annoncez la fin de la métaphysique, elle revient au galop -et dans les gencives- quelques siècles plus tard…

  • Il est chaud mon Pmalo, il est chaud 🙂

    Donc effectivement ici le procès est d’intention, tout le monde est d’accord. Il n’est d’ailleurs pas illégitime de se poser la question des intentions, parce que le problème moral est bien dans ce cas précis situé dans l’intention des auteurs. Mais alors il faudrait interroger les impétrants eux-mêmes sur ce point, ça me semble la moindre des choses avant de partir sur de grandes théories.

    De la à faire du saucebak-pif un objet de la métaphysique, c’est y aller un peu fort… Je me demande si, le tout venant ayant été piraté, on s’est pas aussi risqué sur le bizarre à l’apéro…

  • @ Enée:

    Vous avez raison (comme Koz et tant d’autres) le saucisson exclue !
    D’ailleurs, il y a tant de cantines où la nourriture est halal.

    Bref, nous, chrétiens sommes prêts à tout pour faire place à la diversité.

    Pourvu que nous ne le regrettions pas !

  • Courtlaïus, je n’ai jamais dit que le sauc’pif était métaphysique, n’extrapolez pas trop… Bravo quand même pour la subtile référence. 😉

    René, votre commentaire est un parfait exemple du malaise dont je parle.
    Et si, au lieu d’en rester au malaise, à son ressenti et à son expression – tout à fait légitimes et nécessaires, on réfléchissait un peu ?

    Permettez-moi de rebondir : quand le conseil musulman fait une conf de presse, il est je crois compréhensible et normal que le buffet soit (aussi) hallal. Mais faut-il l’écrire en gros sur le carton d’invitation ?
    Quitte à me répéter, TOUT ce qui est écrit sur un communiqué de presse (et a fortiori quand ce n’est pas une information a priori nécessaire, comme le menu du buffet dont tout le monde n’a que foutre) fait partie du message que l’on veut faire passer, donc procède d’une intention exprimée et consciente, comme l’a bien dit Courtlaïus.
    Si la discussion métaphysique sur l’identité n’intéresse personne, on peut aussi creuser par là : les intentions des auteurs.
    Mais je crains que ça ne vole pas bien haut…

  • @ PMalo:

    C’est avec retard que j’ai lu les commentaires jusqu’au bout

    D’accord avec vous. Ce qui me choque, ce n’est pas de proposer du saucisson et du pinard (c’est notre culture), mais de ne proposer rien d’autre. Et ce qui me choque au plus haut point, c’est la politique d’abandon de notre « savoir-vivre » au profit de l’invasion (aïe, aïe …).

    j’ai raconté ailleurs ma prime expérience du « vendredi maigre » : alors que ma mère me laissait à la voisine lors de son pèlerinage à Lourdes, je (7 ans) m’enquis de l’attitude à tenir en cas de présence de viande au repas; « l’abstinence du vendredi, c’est pour les riches … contente toi de ne pas offenser ton hôte … mais ne te gave pas ! »

  • D’ici combien de temps n’aurons-nous plus le droit de manger du saucisson ? Si ça ne vous plait pas, m’sieur cause-toujours, z’êtes pas obligé d’y aller. Et bon kebab.

  • Je vais passer pour le râleur de service, mais est-ce que ce n’est pas Sarkozy lui-même qui a encouragé et a souhaité encourager cet état d’esprit ?

    J’ai l’impression qu’à droite on veut croire que le Président serait en train de « subir sans broncher » les dérives de ladite Droite Populaire. Or c’est Sarko lui-même qui a, plus d’une fois, encouragé et soutenu ce type de discours.

    Depuis sa campagne présidentielle de 2007, où il s’appropriait déjà les thèses du FN (mais ceux qui dénonçaient ça était traités d’anti-sarkozystes primaires à l’époque…), jusqu’au « gros rouge qui tâche » du débat sur l’identité nationale, et aujourd’hui aux « dérapages » de Guéant qui ne sont jamais recadrés par le chef de l’état (un dérapage ça va, c’est quand il y en a plusieurs qu’on peut se demander s’il s’agit encore de dérapages).

    Je n’ai pas dit que Sarko était raciste. Par contre il est clairement opportuniste, et s’il recadre de temps en temps, c’est uniquement quand il se rend compte que sur tel sujet ils sont allés trop loin. Pas trop loin par rapport à ses convictions, hein, mais par rapport aux réactions de l’opinion.

    Il y a un refus de la droite « républicaine » d’ouvrir les yeux sur le personnage de Sarkozy, et d’admettre qu’il est le principal architecte de cette « descente aux extrêmes » de l’UMP.

  • Alex a écrit : :

    Comme l’a admirablement synthétisé , Maitre Eolas nous n’avons ni vous ni moi pas grand chose à craindre pour la double nationalité.

    Je suis un lecteur régulier de Maître Eolas et j’avais déjà vu le billet auquel vous faites référence. Toutefois, l’expérience montre que notre gouvernement ne se sent pas nécessairement obligé de tenir compte de ses excellents raisonnements juridiques, même s’il se prend claque sur claque du côté de la CEDH (voir l’interminable feuilleton de la garde à vue). La possibilité que l’UMP légifère sur la double nationalité me paraît donc très réelle.

    @ Tara: Ce qui est pratique avec votre développement sur le saucisson, c’est que Koz, PMalo et moi-même y ont déjà répondu. Pas un mot de plus à ajouter.

    Tara a écrit : :

    Ah un petit point d’une française de seconde génération : qu’y a t il de choquant à ce qu’il soit demandé de choisir sa nationalité

    Ceci: l’État français n’a pas à se mêler de mon éventuelle autre nationalité. Si je souhaite demander par exemple la nationalité canadienne, il est du ressort de l’État canadien de décider s’il me l’accorde ou non. Symétriquement, si un étranger souhaite prendre la nationalité française, la France n’est pas obligée de l’accorder, mais elle n’a pas à se mêler de sa relation avec son État d’origine.

    Tara a écrit : :

    Autrefois il fallait choisir et mon père ne s’est pas senti « stigmatisé »!

    Vous êtes sûre qu’il a dû choisir ? Autant que je sache, l’acceptation de la double nationalité est en France une tradition presque aussi ancienne que la notion de nation, et l’abandon de la nationalité d’origine n’a jamais été une condition.

    Autrement, au-delà de la question de savoir si c’est « choquant », on peut se demander si interdire la double nationalité est dans l’intérêt de notre pays. Évidemment, si on souhaite absolument que la France ait le moins d’amis possible, le moins d’influence possible et le moins de prospérité économique possible, on peut larguer les Français de l’étranger. J’espère pour ma part plus de bon sens que cela de la part de nos gouvernants.

  • J’aime le saucisson Hallal, la viande Hallal, pourtant je ne suis pas musulman et mange aussi du saucisson de cochon, suis-je encore un bon Français ?

  • Cette tentation populiste n’est pas exclusive à la France. Elle est européenne.

    On aurait tort de croire qu’elle s’ancre dans un passé, vu qu’il s’agit d’un nouveau populisme, un populisme patrimonial qui est lié à une crise identitaire née des crises successives. comme l’indique Dominique Reynié, dans son livre.

    Mais il faut faire attention, ce populisme patrimonial est une affaire récente s’appuie aussi sur un conservatisme républicain et entend utiliser la laïcité à son avantage, faute de mieux.

    Nous sommes là dans une mode propre à notre évolution, un phénomène tout récent, mais qui ne représente en rien une continuité historique,comme souhaiterait le faire croire La Vie dans son récent dossier sur le FN, vu que même à gauche, chez les laïcs agnostiques de la République, l’utilisation radicale de la laïcité pour marquer défensivement un territoire est à l’ordre du jour.

    cf. mon récent billet de blog :
    http://netsansdetour.blogspot.com/2011/07/lecture-sur-le-populisme-pourquoi-en.html

  • Addendum: Il y a donc bien une continuité républicaine dans l’interrogation sur l’identité. Ce n’est pas parce que le FN détecte la force politique d’un package d’idées radicales s’appuyant sur les valeurs laîques de la République et se l’approprie à la hâte, tout comme des éléments la « droite populaire », que nous sommes hors de la République, bien au contraire.

    Un des seuls moyens serait de revenir à un discours politique libéral qui seul, pour l’instant, est en mesure de proposer une diversité décomplexée, face aux erreurs du multiculturalisme qui fait reculer les libertés individuelles (notamment la critique de la religion).

    Mais qui (quel électeur) va écouter ce discours libéral lorsque la demande de protection étatique et de conservation des intérêts acquis est à l’ordre du jour ? Ce n’est pas simple de suivre l’appel au changement lorsque ses propres intérêts sont en jeu.

  • La montée de la droite populaire et du FN est un symptôme, tout comme à gauche cette idée de démondialisation prônée par Montebourg. Mettre en évidence ce symptôme est une chose intéressante, comprendre la cause de la maladie pour tenter de la contenir en est une autre. Alors, d’où vient cette peur nouvelle de l’étranger, est-elle raisonnable, est-elle fondée, peut-on la contenir ?

  • J’ai lu un extrait de ce billet sur Fdesouche. Je voulais lire le reste. Je pensais que le texte avait été tiré d’un site musulman. Je m’aperçois qu’il provient de chez Koz !…

    Quand des chrétiens en viennent à tenir le même discours que, non pas même les musulmans, mais les islamistes, il est franchement temps de s’inquiéter…

    Note 1 : de nombreux musulmans mangent du saucisson et boivent du vin rouge. Quant aux autres, s’ils sont invités à cette conférence de presse et s’ils ont le moindre sens de ce que signifie la courtoisie en Occident, ils regarderont les autres manger, et ils se tairont sans faire la moindre remarque.

    Que je sache, des journalistes juifs, il y en a des paquets, ils n’ont théoriquement pas le droit de manger du saucisson non plus, et depuis qu’on sert du saucisson dans les buffets, je n’ai en jamais entendu un crier au scandale et au racisme pour ce motif, pas plus que les cathos de gauche votant Sarkozy n’ont pris leur défense sous ce prétexte…

    C’est curieux qu’il faille, désormais, rappeler les règles de savoir-vivre les plus élémentaires, y compris sur un site qui prétend à une certaine tenue. On voit à quel point l’immigration musulmane a asservi les esprits…

    Note 2 : « être républicain » ne veut rien dire, sinon « être de gauche » et « être pro-immigration ». En tous cas, « être républicain » n’a jamais voulu dire « il faut faire des buffets hallal aux conférences de presse ». « Etre républicain », en réalité, veut dire : on est dans un pays libre, et si un parti veut inviter des journalistes à manger du chien bouilli, des tripes de kangourou, des couilles d’âne ou à plus forte raison du saucisson, eh bien il a parfaitement le droit de le faire, les journalistes sont parfaitement libres d’accepter cette invitation, et ils sont aussi parfaitement libres de la refuser.

    Vous semblez avoir oublié ce que voulait dire le mot « liberté ». C’était pourtant la première raison de l’instauration de la République française. Républicain ne signifie pas dhimmi, même si de nombreux musulmans tentent de nous en convaincre.

  • Je ne suis pas sociologue, politologue, spécialiste quelconque de la vie politique française. Je livre simplement ici et maintenant mon opinion de simple citoyen qui vote encore. Si jusqu’à un passé récent j’ai voté à gauche c’est surtout parce que je n’aime pas et je ne me reconnais pas dans un certains discours de droite. Le problème maintenant pour moi c’est que je ne me reconnais pas non plus dans un certains discours de gauche. Je crois qu’il n’y a pas dans notre pays de gauche et de droite mais des gauches et des droites. Je laisse aux lectrices et lecteurs de ce blog le soin de faire ou non l’inventaire des diverses gauches. Pour ce qui est des droites il y parfois des prises de position des unes et des autres que je ressens personnellement comme du néo-pétainisme. Je crois qu’il y a dans notre pays des nostalgiques de la période Pétain, qu’il y a des jeunes qui reprennent le discours de leurs parents et de leur grand-parents en l’adaptant à la situation d’aujourd’hui. Mon père, 90 ans dans quelques mois, trouve que l’époque présente ressemble beaucoup à 1937. La peur du communisme a été remplacé par la peur de l’islamo-fascisme. Le juif au nez crochu par l’arabe kebab. Etc… Etc… Etc… Mais tout cela n’est en fait possible que parce que nous n’arrivons pas à régler trois problèmes: 1, un emploi, 2 un emploi correctement payé, 3 un emploi correctement payé pour tout le monde. Ensuite dernière remarque qui vaut ce qu’elle vaut: avant la première guerre mondiale nous sommes avec l’Angleterre les premières puissances mondiales. Deux guerres mondiales plus loin , plus la guerre d’Indochine et la guerre d’Algérie, nous ne le sommes plus. Les deux guerres mondiales n’auraient pas été gagnées sans la souffrance, la mort, le sacrifice de tant et tant d’hommes des bataillons d’Afrique. En 1940 nous n’avons pas seulement perdu la guerre nous nous sommes aussi égarés sur le plan moral et politique. Il en reste des traces encore aujourd’hui dans les esprits. Les difficultés économiques, les difficultés de vie en ville, réveillent les vieux démons pas vraiment morts eux. C’est ma vision de la situation présente. Je suis prêt à la corriger en fonction des commentaires on non à venir.

  • Mais la droite populaire n’est qu’un ersatz de l’UMP, dont l’utilité première est de servir Sarkozy en évitant que ses électeurs un tantinet ‘raides » ne s’enfuient ailleurs…
    La droite populaire est bidon et ne doit pas vous faire peur, elle est pathétique et n’empêchera pas la vraie droite d’arriver au second tour des élections présidentielles.

  • Les cantines scolaires proposant… pardon, imposant, des menus hallal, ne cherchent-elles pas à exclure les non-musulmans bien plus que cette petite sauterie ?

    Après tout, un musulman peut toujours manger lors de ses repas habituels, alors qu’un enfant athée, chrétien, zoroastrien ou que sais-je encore, restera le ventre vide.

    Vous n’êtes as très crédible. Je pense que vous êtes simplement profondément raciste : Dès qu’une initiative n’est pas coranique, vous crachez dessus.

    Raciste.

  • Bon. Je suis un électeur FN. Depuis très (très) longtemps ( Tu as mon IP, va me dénoncer…). Je considère que l’islam n’a pas sa place en France. Si vous ne comprenez pas pourquoi, je ne peux rien faire pour vous.
    C’est l’islam qui se met à part avec ses interdits ( nombreux et variés pour séparer les musulmans des non-musulmans). Ce sont eux les derniers arrivés, et les indigènes devraient, par politesse, ne pas pouvoir se comporter comme avant l’islam ?
    C’est ça que vous nous dites, en gros ( je schématise, hein…)

    Vous savez comment on dit ça d’autre autre manière, quand un peuple ne peut plus être lui-même ,
    On appelle ça une invasion.
    Je vous laisse méditer sur ces propos…

  • Pour les naifs (ou ceux qui font semblant), on rappele à toute fin utile que la Droite Pop n’a pas inventé l’usage politique de l’apéro saucisson pinard. Cette géniale idée nous vient du Bloc Identitaire, pour sa Reconquista de la Rue Mhyrra, et allez y montrer c’est qui qu’il est chez lui d’abord. Le tout dans un contexte légèrement dramatisé par mme Le Pen, pour qui lrs musulmans priant rue Mhyrra ou les allemands défilant sur les Champs, c’est pas pareil, mais ça reste de l’occupation.

    Maintenant, et pour un moment encore, tout usage politique simultané des termes « apéro », « saucisson », et « vin rouge » renverra à cet exploit initial. Vous aimez le saucisson, le vin rouge, la convivialité, mais aussi les musulmans et la politique? Bah c’est pas de bol alors… Soit vous faites gaffe ou vous mettez les pieds, soit vous vous plaignez au Bloc Identitaire et ses amis.

  • Et alors? Demandez a n’importe quel etranger,
    ce qu’il espere manger en allant en France?
    Il vous dira, vin, Fromage saucisson baguette…
    L’etranger est donc un faciste??
    Et comment il voit les francais??
    Donc, le pinard Et le saucisson sont ce qui fait la France.
    Que ces personnes ne viennent pas pleurer quand la France deviendra le Liban. Essayez de reflechir un peu sur la question, au lieu d’essayer de couper des cheveux en quatre.

  • @KOZ:« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »

    Je ne vois pas en quoi ça engage des députés autrement que dans leur activité législative. Article par ailleurs largement malmené lorsqu’il s’agit de faire des politiques de redistribution en faveur des « quartiers ».

    Ensuite, PERSONNE ni aucune loi n’interdit à des musulman de prendre du vin et du saucisson, ça ne relève que du choix personnel au même titre que les végétariens, et nombre d’entre eux s’en contrefoutent, mangent ou vendent de la nourriture « impure ». On n’est pas obligé de ramener tout musulman aux pratiques des communautés musulmanes les plus militantes.

    Devrait-on aussi dans les banques ne pas proposer de crédit à un musulman de peur de l’offenser ?

    Bref ce poste est ridicule, la loi n’interdit pas encore les buffets avec de la charcuterie et de l’alcool, c’est encore heureux ? Pourquoi pas s’indigner de la présence de viande de vache aux cas ou il y aurait des journalistes hindous, ou de l’absence de nourriture casher pendant qu’on y est ?

  • Je suis Breton, je mange du porc, et ma religion m’interdit de manger des animaux sacrifiés à des idoles, donc la viande Halal ou Casher m’est interdite en raison de mes convictions religieuses.

    Un musulman ne mange pas de Casher ni de porc en raison de ses convictions religieuses.

    Un juif ne mange que du Casher en raison de ses convictions religieuses.

    Un végétarien ne mange pas de viande.

    Etc etc, je continue ?

    En gros la république, c’est quelque soient vos opinions et croyances, cela doit rester du domaine privé, et l’état n’a pas à s’adapter à l’une ou l’atre des croyance. Faire l’inverse en proposant du Halal par exemple ou en ne proposant plus ce que ne mange pas certains est anti-républicain.

  • Il y a quand-même une différence, à savoir que tout le monde peut manger Hallal sans même s’en apercevoir, c’est d’ailleurs souvent le cas lorsque l’on va manger un couscous dans un restaurant tenu par des musulmans d’Afrique du Nord.

  • Pour le fun, j’ai validé une pelletée de commentaires venant tout droit de chez fdesouche… Soyons clair : je ne ferai pas ça tous les jours.

    Je précise à toutes fins utiles que les commentateurs de leurs auteurs resteront soumis à validation et que, pour la bonne tenue de ce blog et pour m’éviter des pertes de temps inutile, je n’ai aucune intention d’entretenir une polémique inutile avec ceux qui disposent de tant de sites pour célébrer leur obsession anti-musulmane.

    Je précise aussi que là, ça va, c’est bon, on a compris la tonalité. Que les autres ne perdent pas inutilement leur temps à poster la même chose. Ca vaut pour les deux derniers, rédigés pendant que j’écris ce com’, et qui ne seront pas validés.

    Je n’entends pas davantage perdre mon temps à répondre à ceux qui jouent aux cons. Je doute qu’ils se convainquent eux-mêmes et j’imagine donc qu’ils ne se font pas d’illusion sur le fait de me convaincre.

    Je remercie notamment Gwynfrid notamment (Vivien aussi) de faire mon job…

    L’avantage de certains de leurs commentaires est toutefois de signifier suffisamment à d’autres que ce sont bien les musulmans qui sont visés, même si la référence était limpide. Il ne s’agit pas d’un buffet où, malheureusement, certains produits ne pourront pas être consommés par les musulmans, mais d’organiser d’office et à dessein un buffet dont ils seront exclus.

    Et non, il n’est pas usuel d’annoncer le menu sur une invitation à une conférence de presse, non, ce n’est pas non plus habituel de faire du saucisson-pinard et oui, il est évident que ce menu fait référence aux précédents apéros saucisson-pinard.

    Il s’agit donc bien de nouveau de viser les musulmans et de leur signifier qu’ils ne font pas partie de la Nation.

    Ceci étant (re)dit, je ne vais pas y revenir puisque, comme dit plus haut, jouer au con fait partie de la manœuvre.

    Suis-je pour autant un fan de l’islam ?

    Tout d’abord, il n’est pas nécessaire de se renseigner longtemps pour comprendre qu’il n’y a pas un islam. Se dire favorable à « l' »islam ou rejeter « l' »islam est de façon similaire une façon de brader le raisonnement pour ceux qui n’arrivent pas à faire face à la nuance.

    Lorsque je vois arriver, toutes voiles au vent, une femme en hijab dans le couloir de l’école de mon fils, ou à l’arrêt de bus, ça me hérisse. C’est pour moi une volonté de manifester un rejet de ce que la France représente. Mais je connais aussi des musulmans parfaitement intégrés. Je n’ai pas de raison de penser que les premiers représentent davantage l’islam que les seconds. Et non, je ne souscris pas non plus à l’idée qu’un musulman pacifique soit un musulman hypocrite. C’est trop facile, et il me suffit de penser à Ahmed ou à Sarah pour m’en convaincre.

    Il y a donc des comportements de musulmans qui posent problème (cf. aussi les islamistes dans les cités) mais non, ce ne sont pas « les » musulmans qui posent problème. Vis-à-vis de ces problèmes posés, ok, il faut être intraitable, mais il ne faut pas brader non plus ce que sont nos valeurs en tombant dans la discrimination religieuse et l’amalgame. Ou alors c’est nous-mêmes qui trahissons notre « identité nationale ».

    @ jor : c’est, malheureusement, un peu ce que je veux dire lorsque j’écris que l’UMP s’est tendue elle-même son propre piège. Concernant Nicolas sarkozy, je l’ai déjà dit dans d’autres billets mais oui, malheureusement, il a initié, légitimé et entretenu ce mouvement. Je me suis trompé en 2007 en pensant qu’il ne s’agissait que d’un mouvement stratégique temporaire, alors qu’il n’a cessé d’utiliser ce levier depuis.

    Sinon, pour ce qui est du républicanisme, voir ma réponse à Chafouin.

  • @Yogui : Ce n’est pas très gentil. Délire peut être, mais « victimaire », non 😉 (sans rire, c’est un peu injurieux quand même, trouvez pas ?).

    Sérieusement, en réponse à votre argument : ha, ha. Excusez-moi, mais :

    1) je ne crois plus un mot de ce que dit Sarkozy depuis environ le 6 mai 2007 à 20h01 (vous comprenez que je suis un « déçu du sarkozysme » qui a voté pour lui avant de constater que « croire un mot de ce que je raconte » n’était pas sa qualité principale). Le coup du discours du Latran : je pense qu’il n’a pas compris 90% de ce qu’il racontait et je pense qu’on a mal compris ce passage, sorti de son contexte. Et ces « paroles, paroles » ont été suivies de 4 ans de politique anti-religieuse (loi sur la burqa,etc), anti-famille et anti-vie (dernière loi bioéthique), sans compter le festival du carême 2009 où tous les ministres (à part MAM) et les barons du RPR (Juppé, notamment) ont tenu à exprimer leur volonté de voir le Pape démissionner et être jugé devant la CPI ;

    2) Fillon « affiche son catholicisme ». Ah bon ? Vous m’apprenez quelque chose, et pourtant je suis un « political junkie ». Vous pouvez me renvoyer vers la moindre page internet relativement fiable où Fillon « afficherait son catholicisme » ?

    Et par ailleurs, si Fillon « affiche son catholicisme », permettez-moi de supposer qu’il s’agit sans doute d’un « cafeteria catholicism » comme disent les anglo-saxons : Fillon est, au mieux, autant catholique que Nancy Pelosi : en dirigeant ce gouvernement, il soutient implicitement (et, j’en suis sûr, explicitement) le « droit à l’avortement », le PACS (et bientôt le « mariage » gay comme Juppé, également prétendumment catholique), la recherche sur l’embryon, la théorie du genre en SVT, etc, bref autant d’éléments condamnés par l’Eglise qui devrait lui valoir d’être exclu de la communion par son évêque. Ce n’est pas un jugement, c’est un fait.

    3) Pour affirmer que l’UMP-PS et bien d’autres partis de gouvernement et les autres sont favorables au fait d’aller au delà du droit positif actuel pour combattre la religion, je me base sur des faits, comme la loi sur la burqa, inacceptable atteinte à la liberté de religion, précédée d’une résolution justifiant cette interdiction par la « laïcité » ce qui n’a aucun sens puisque la laïcité n’impose aucune obligation aux individus, uniquement à l’Etat et aux personnes publiques, et garantit au contraire la liberté de religion aux individus ; Claude Guéant se déclarant favorable à l’interdiction du port de signes religieux aux usagers des services publics , ce qui reviendrait à interdire aux prêtres, aux religieuses, aux rabbins, et à moi (je porte une croix autour du cou) de prendre le métro ; ou encore la récente résolution de l’UMP censée être sur la « liberté religieuse » mais affirmant à nouveau que la liberté de religion est limitée par la laïcité (c’est faux), résolution votée par l’UMP mais rejetée par le PS, le PCF et le centre qui affirmèrent alors leur refus de la liberté religieuse (sic, vérifiez vous-mêmes : http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion3397.asp. L’Eglise catholique est pour la liberté religieuse (cf. Nostra Aetate), la gauche et le centre sont contres).

    Donc oui, tous les dirigeants des partis politiques ou presque sont terrorisés par les religions, auxquelles ils ne comprennent rien. L’islam leur fait particulièrement peur, mais le catholicisme demeure toujours aussi effrayant (et plus facile à attaquer). Leur réaction varie entre espérer la paix par le communautarisme (Sarkozy jusqu’au début de son mandat mais depuis il a laissé tomber) ; vouloir contraindre les religions (particulièrement celles qui refusent de jeter le grain d’encens sur l’autel de la post-modernité cool, gender-blind, préservatividolâtre (TM) et gay-friendly : catholicisme, protestants évangéliques et islam) à se limiter à « l’espace privé » (Copé, Zemmour, Bertrand, la gauche et le centre), ce qui violerait le droit positif ; chercher leur soumission à l’Etat (Le Pen) ; ou leur élimination (Mélenchon).

  • @ Koz:
    « Je me suis trompé en 2007 en pensant qu’il ne s’agissait que d’un mouvement stratégique temporaire, alors qu’il n’a cessé d’utiliser ce levier depuis. »

    Je peux comprendre, après tout la politique est une affaire de compromis, par définition… Cependant le FN me fait toujours peur, et j’avoue que même l’idée d’y goûter « temporairement » me refroidirait un peu, même s’il ne s’agissait que d’une stratégie.

    Aussi, il y a cinq ans, j’aurais peut-être voté Sarko dans l’hypothèse d’un duel avec le FN au deuxième tour, aujourd’hui je voterais blanc… Je crains cette hypothèse pour 2012, mais not’ Président donne l’impression de la souhaiter, voire carrément de tout faire pour la provoquer, en faisant monter intentionnellement le FN tout en concentrant les attaques de l’UMP sur la gauche « modérée » uniquement (le PS donc). J’espère que c’est juste un peu de paranoïa de ma part.

    Sinon d’accord avec vous quand aux idéaux républicains.
    Et bonne chance pour la modération, si votre billet a été cité sur fdesouche…

  • @ Guy Liguili:

    Incroyable, mais quel est cet argument, ma religion m’interdit de manger Halal vous comptez me forcer à en manger sans me le dire, et au nom de quoi ma religion est elle moins importante que la religion musulmane ?

    Sans compter que manger Halal, c’est financer un culte religieux au travers de la taxe religieuse reversée aux mosquées. Donc non seulement vous voulez m’imposer un choix contraire à ma religion, mais vous voudriez en + que la république finance une religion.

  • Hormis les cultes avec pratiques végétariennes, je ne connais aucune religion qui interdit de manger Hallal !

  • Je suis comme Alex et Tara, où est le problème ?

    Durant des dizaines années, on a fêté le beaujolais nouveau dans ma boîte avec de la charcutaille. On s’amusait bien, c’était sympa Tout le monde s’aimait bien !
    Maintenant c’est pus possible ! Ben merde !! Fais chier !
    Le pinard et la charcutaille, c’est juste ma culture. Mais bon ma culture faut la faire disparaître. Ma religion aussi. Du reste, ma religion, y a des pays où on la massacre. Maintenant, c’est dans mon propore pays qu’on massacre ma culture.

    Pauvre Koz ! Quand allez-vous nous prôner qu’en France, il ne faut plus fêter Noël ? Faur dire « bonnes fêtes » et surtout pas « Joyeux Noël »! Mon dieu quelle horreur, on pourrait exclure quelqu’un.
    Et Pâques ? Quand allez-vous nous assassiner Jésus une deuxième fois ?
    Jésus ? Non ! Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom ! Quelle horreur ! Si on prononce le nom de Jésus, il doit bien y avoir un sinistre personnage qui le prendra très mal. Ne prononçons plus le nom de Jésus. Du reste, cet abominable Jésus a transformé de l’eau en VIN ! Du VIN, quelle abomination !

  • @Florence: »Durant des dizaines années, on a fêté le beaujolais nouveau dans ma boîte avec de la charcutaille. On s’amusait bien, c’était sympa Tout le monde s’aimait bien ! Maintenant c’est pus possible ! Ben merde !! Fais chier ! Le pinard et la charcutaille, c’est juste ma culture. »

    +1

    @: »Jésus ? Non ! Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom ! Quelle horreur ! »

    ça c’est bon on pourra le dire, mais à condition de préciser que c’est juste un prophète, et non le fils de Dieu. Dans le cas contraire pour un militant des croyances du guerrier bédouin d’il y a 1400 ans, c’est un blasphème.

    @Koz: »Il y a donc des comportements de musulmans qui posent problème (cf. aussi les islamistes dans les cités) mais non, ce ne sont pas « les » musulmans qui posent problème. »

    Tout à fait, et bienvenu aux musulmans qui mangent de la charcuterie, du vin, et qui n’emmerdent pas ceux qui le font.

  • En tous les cas, je refuse de me prosterner devant un dieu qui ne s’occupe que de ce bouffent les gens, de la longueur du voile qui couvre la tête des femmes, de la teneur d’alcool dans la boisson, de la longueur de la barbe des hommes, de la couleur du tapis ou je ne sais quoi d’autre aussi minable.

    Mon Jésus est un libérateur, il ne se préoccupe pas si je mange du saucisson ou de la viande qui a été tuée suivant le rite halal, cacher ou je ne sais quoi. Il se fiche si mes cheveux sont libres. Il ne mesure pas la longueur de mon voile. Il ne me veut pas cloîtrée sous une bâche . Il s’en balance si je me prosterne 5 fois par jour en direction de La Mecque, si mon mari est rasé de près ou si sa barbe est longue. Il ne se préoccupe pas de m’enfermer dans un rite qui me tiendrait prisonnière. Mon Jésus entre dans une grande colère contre les marchands du temple.
    Mon Jésus n’a pas la moindre once de compromission. Mon jésus est courageux.
    Mon Jésus ne s’occupe que de mon âme. Il lit dans mon coeur.

  • @noReply
    oui, fêter le beaujolais nouveau est un acte social. Rien de religieux à la lettre.
    Mais bon, on va me crucifier pour blasphème !

  • Aïe, Koz épinglé par Fdesouche, c’est le début de la « gloire » dans la réacosphère et c’est aussi le début des emmerdes. Difficile avec les rétroliens en pagaille vers FdS de contester « l’évidente réactitude » de ce blog.

    Sinon, sur l’affiche de la Droite Populaire, j’ai envie de dire « la DP, combien de divisions ? »
    N’est-ce pas leur faire de la réclame et rentrer dans leur jeu, que d’épingler cette affiche et de faire monter la mayonnaise ? Ces gens ne représentent personne, ils n’ont pour l’instant pas d’électeur. Leur seule façon d’exister, c’est la pub, le clash, les discours limites, les propositions sottes et l’attention des médias. Le web est un formidable vecteur d’information, mais c’est aussi un catalyseur qui, à l’instar d’un processus chimique, accélère la réaction et en augmente les effets. C’est ce qui risque d’arriver avec cette proposition de la DP dont personne n’avait entendu parler.

    On peut aller plus loin, et penser qu’ils sont en service commandé pour les présidentielles; que le grand (!) patron leur a demandé de ramener au bercail les brebis égarées au FN. Ils peuvent compter sur les « indignés » du web.

  • @Koz : « Tout d’abord, il n’est pas nécessaire de se renseigner longtemps pour comprendre qu’il n’y a pas un islam »… Cette phrase m’a fait sourire, elle me rappelle le très bon livre du père François Jourdan, « Dieu des chrétiens, Dieu des musulmans » ; je le cite : « Dans un studio de radio ou sur un plateau de télévision, quel que soit le sujet de la discussion, celui qui a gagné la partie est le premier qui prend un air pénétré pour asséner doctement : ‘il n’y a pas un X, il y a des Xs’, sous les hochements de tête approbateurs de l’assistance. »

    Et de poursuivre : « J’ai souvent envie, quand j’entends l’accusation d’essentialisme, de raconter une parabole. Un chimiste s’était spécialisé dans l’étude du cobalt. On l’accusa d’être essentialiste, et même de rêver, puisqu’on ne trouve pas de cobalt natif. ‘Il n’y a pas un cobalt, lui expliqua-t-on, mais des oxydes, des carbonates de cobalt, etc.’ Certes, répondit-il, mais il me faut bien connaître les propriétés du cobalt pour expliquer comment il se comporte lorsqu’il est combiné avec l’oxygène, le carbone, ou d’autres substances… »

    À part cette boutade et un coup de pub à un livre qui le mérite bien, tout à fait d’accord avec vous sur le fond. Qu’on soit catho de droite ou de gauche, un minimum d’honnêteté intellectuelle consiste à ne pas refuser de voir que les musulmans sont visés. Pas l’islam, les musulmans. Et ça, c’est inacceptable. Chrétiennement du moins. « Républicainement », je n’en sais rien (et à vrai dire, je m’en moque).

  • Eh beh. Tu t’attendais à ce déluge en écrivant ce billet ?

    La stratégie de l’invitation est classique : une allusion tout à fait limpide, mais inattaquable juridiquement, et qu’on peut toujours s’amuser à comprendre uniquement au premier degré, comme font très bien pas mal de commentateurs. Mon fils fait ça très bien aussi (mais pour d’autres sujets, heureusement), il prend un air ingénu et fait semblant de ne pas comprendre, alors qu’il est loin d’être idiot. Il sait que ça m’agace…

    Belle illustration en tout cas du « climat délétère [insufflé] dans le pays » dont tu parlais dans une de tes réponses !

    De Gaulle avait bien raison, lorsqu’il avait un jour répondu « vaste programme » à un quidam qui l’apostrophait…

    Vive la République, vive la France ! Nous en partageons visiblement la même conception, j’espère plus répandue que ce que les commentaires à ton billet pourraient laisser croire.

  • Koz,

    Si tu penses que le FN ou que la « droite populaire » n’est pas républicaine sous prétexte que ces mouvements ne respecteraient pas les « valeurs » de la République (« valeurs » sur lesquelles on pourrait discuter, on rigolerait), qu’attends tu pour militer pour leur interdiction ? Sachant que l’argument que ça pourrait les victimiser encore davantage ne tient pas une seconde, soit tu penses qu’ils ne sont pas républicains, qu’ils n’ont rien à faire dans le jeu électoral, et donc qu’il faut en tirer les conséquences qui s’imposent, soit tu mets ces arguments en veilleuse. Mais dans tous les cas, sois cohérent.

    Sachant qu’effectivement si être républicain, c’est être suspecté de viol et d’agression sexuelle, baiser tout ce qui passe, tromper sa femme, alors il est possible que le FN ne soit pas sur la bonne ligne, je te le concède aisément.

  • Avant de se poser la question si c’est républicain ou non, légal ou non : est-ce que cette initiative est légitime ?

    Parce qu’argumenter sur le non-républicanisme ça détourne juste de la bonne question. La république est une idéologie fondée sur un texte, modifiable et qui n’a pas de caractère sacré ou universel.
    La république ça devient une loi gayssot, ça modèle toutes les réflexions et tous les actes de façon absolutiste, ça impose l’Histoire.

  • Depuis quelques semaines, je lis ce blog passionnant et les commentaires (sur Pie XII, l’affiche féministe etc). Sur la « droite républicaine », je suis un peu étonné de la profondeur de votre commentaire par rapport à l’importance de l’évènement……….!
    Ce communiqué de presse s’adresse, que je sache, à un cercle très étroit…
    Ensuite, je comprends bien votre exégèse sur « le saucisson et le rouge ». Mais franchement je n’ai jamais vu qu’un apéritif se fasse au vin rouge et au saucisson. Un casse-croûte, oui, pas un apéro. Sur un carton d’invitation, le mot apéritif figure mais je n’ai jamais vu saucisson et vin rouge. Un apéritif au saucisson et au vin rouge,ça n’existe pas.
    Ensuite, chacun sait que l’UMP est un conglomérat de sensibilités du centre à la « droite républicaine ». Sans doute cette sensibilité trouve, sans doute, un écho auprès de l’opinion publique. Il ne me semble pas que la stigmatisation de cette sensibilté, cousine du F.N soit de nature à faire avancer les choses.
    Merci en tout cas de la richesse de ce blog……qui, lui, peut faire évoluer l’opinion…je pense.

  • L’on peut être populaire sans pour autant faire populo et comme disent nos journalistes, franchouillard. Laissons ce rôle à Madame Le Pen.
    Par ailleurs cette droite que je suis de près car notre député en fait partie et nous adresse ses commentaires, soulève souvent des remarques de bon sens, à contre-courant de ces UMP qui veulent plus se protéger ou défendre d’autres causes !
    Elle est très vigilante, sur la famille, la drogue et il est vrais en ce qui concerne le comportement de certains immigrés : ceux qui joueraient les gendres , les pièces rapportées dans une famille et expliqueraient que dorénavant ce sera LEUR façon de vivre qui devra être adoptée, certains se soumettent d’autres protestent, encore faut-il le faire avec élégance ! Notons aussi qu’un certain nombre de « gendres » jouent vraiment le jeu, alors il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Ceux qui se sentent français et le prouvent ne doivent pas se sentir rejetés. Autant le tout Allal (ortho ?)parce que « c’est plus commode » n’est pas acceptable autant reprendre une initiative populiste est contre-productif !
    Cela vient d’ailleurs en contradiction avec ce que certains de la DP demandent qui me semble plus raisonnable et profond, que le choix de notre nationalité soit demandé clairement et non automatique et pour certains considéré comme imposé ! Ceux qui en auraient fait la demande se sentiraient plus responsables et leur intégration non contestable !
    Les soit-disant visites répétées d’un ministre algérien qui aurait fait fermer des églises en Algérie et « bénirait » des mosquées (entre autre à Torcy accompagné du maire Roland Fuchet) me semblent devoir être pris plus au sérieux (à commencer par être vérifiées !) que ces saucissonades !
    La Droite Populaire se dit là pour dire tout haut ce que les élites, les bobos, … ne disent jamais( parce qu’ils n’en subissent pas les conséquences, parce que cela pourrait compromettre leur carrière où il est de bon ton de faire ouvert et « in ») elle prétend vouloir dire (traduire ?) ce que beaucoup de français qui ne sont pas de féroces frontistes pensent mais n’osent pas, ne savent pas dire !
    Bref, l’on ne peut pas dire que la Droite Populaire ne soit pas républicaine mais non seulement cette
    initiative n’est même pas d’eux à l’origine mais elle est tellement plouc et sectaire qu’elle ne grandit pas leurs idées ! N…

  • Effectivement, cette droite populaire imite le Front National sur son terrain favori : la négation d’un des principes fondateurs du droit, à savoir l’égalité de traitement

    Dès le code d’Hammourabi il y a 3800 ans, l’idée d’appliquer les mêmes principes à tout le monde est inscrite dans le droit. Tout État de droit, qu’il soit républicain ou non, qu’il pratique une monarchie tempérée ou une démocratie débridée est bâti sur ce principe qu’exècrent les dirigeants du Front national
    Ceux là préfèrent leur fille à leur nièce et celle ci à ses voisins;
    http://verel.typepad.fr/verel/2006/12/eloge_de_la_dif.html

    la tentation du favoritisme envers ses proches est permanente chez l’homme; La logique du clan ruine aujourd’hui les efforts des pays africains pour sortir de la misère. En France, nous avons le plus grand mal à empêcher les parlementaires de se doter d’un régime de retraite spécifique, les Michel Noir, Balkany ou Mellick à abuser des pouvoirs qui leurs sont confiés. mais on y arrive à peu près

    Dans le système du FN, l le favoritisme n’est pas une dérive à combattre : il est au cœur du projet politique
    Le résultat est logique : le népotisme le plus débridé, tel qu’on a pu le voir à Vitrolles ou à Orange, et bien sûr à la direction même du parti. le régime de ben ali en Tunisie a montré jusqu’à quelles extrémités pouvait aller cette logique de favoritisme et de népotisme
    ce n’est surement pas ce qu’attendent les français
    et une fois de plus, c’est radicalement contraire à ce qu’est un État de droit

    Maintenant, que des gens qui se disent chrétiens , donc fidèles à une tradition qui a toujours insisté sur l’accueil des étrangers, puissent être sensibles à de tels discours d’exclusion m’a toujours paru incompréhensible

  • On peut très bien être républicain en tant que partisan d’un système de gouvernement issu démocratiquement du peuple, et souhaiter voir évoluer certains articles de la Constitution française ou de ses lois dans le cadre d’un débat.

    La France est agitée par des peurs de nature diverses, fondées ou infondées, mettre un couvercle dessus n’arrangera rien, les attiser non plus.

  • azerty a écrit : :

    ceux qui joueraient les gendres , les pièces rapportées dans une famille et expliqueraient que dorénavant ce sera LEUR façon de vivre qui devra être adoptée, certains se soumettent d’autres protestent, encore faut-il le faire avec élégance ! Notons aussi qu’un certain nombre de « gendres » jouent vraiment le jeu, alors il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Ceux qui se sentent français et le prouvent ne doivent pas se sentir rejetés.

    La réalité est à mon avis entre les deux. Si une famille reçoit une « pièce rapportée » d’une autre culture, le résultat sera forcément un mélange, où la famille d’accueil reçoit et adopte aussi quelques coutumes de l’autre culture. J’ai quelques exemples directs dans ma famille sur plusieurs générations, et cela se passe plutôt bien si tout le monde fait preuve de bonne volonté et d’un peu de tolérance.

    Mais la culture résultante, au grand dam des puristes des deux côtés, ne sera ni la pure culture française (à supposer que cela existe au passage), ni la pure culture étrangère. La réalité, c’est qu’avec 15 ou 20% de la population de culture musulmane, les rites musulmans font partie de l’identité française contemporaine. Une entreprise doit gérer l’absentéisme pendant le ramadan, comme elle doit d’ailleurs le gérer pendant une coupe du monde de football, là-encore, le pays réel est sans doute en avance sur celui des politiques et des intellectuels.

    Sans tomber dans les délires du tout halal, il n’est pas très compliqué de faire un repas sans alcool et sans porc quand on reçoit un musulman. Je peux vous assurer que c’est plus simple à gérer que de recevoir un végétarien (et il y en a) ou un américain (qui laissera l’assiette pleine dès que l’on sort des patates et du poulet grillé).

  • Polydamas a écrit : :

    Si tu penses que le FN ou que la « droite populaire » n’est pas républicaine sous prétexte que ces mouvements ne respecteraient pas les « valeurs » de la République (« valeurs » sur lesquelles on pourrait discuter, on rigolerait), qu’attends tu pour militer pour leur interdiction ?

    Je suis assez d’accord: le front national est pour moi un parti légal en France: il ne prône pas la désobéissance civique, et il me semble même qu’une grande partie de son programme serait constitutionnel, et pourrait être assez proche de ce qui se fait dans certains états très républicains aux US. Pour moi, ils sont par exemple en cela plus « républicains » qu’une partie de l’extrême gauche qui a une relation ambigüe à la démocratie, et au droit, fondamental, à la propriété privée.

    Après, je pense que c’est un parti plus populiste et plus démagogique que l’UMP, et que le parti socialiste. Mais on peut tout à fait imaginer un scénario où l’UMP explose, le centre devient inexistant (là, ce n’est pas la peine d’imaginer, c’est déjà le cas), le FN devient le parti de droite de gouvernement et se « centrise » au contact du pouvoir et de toutes les contraintes (notamment européennes) qu’il aurait pour gouverner. Le résultat, ce serait un FN qui ferait à peu près la politique du gouvernement actuel, rotomontades sarkozistes comprises. Ce ne serait pas très grave, même si cela casserait le rêve de nombreux de ses militants.

  • @ Condé:

    Bonjour Koz.

    Je vous lis régulièrement avec plaisir. La plupart de vos billets sont cependant moins épidermiques et prennent généralement en compte les points de vue opposés.

    Certes vous n auriez pu écrire ces lignes il n y a ne serait-ce que 5 ans plus tôt, la droite pop et ses initiatives – je vous le concède quelques peu raccoleuses n existait pas, mais les revendications alimentaires, cultuelles, culturelles ou vestimentaires d une partie croissante de nos frères et concitoyens musulmans n existaient pas non plus. Ni la discrimination positive, ni les propos également anti républicains de NKM sur la préférence/priorité donnée aux immigres vis a vis de l emploi, les obligations de diversités dans les médias publics, pour les entreprises publiques soumissionnant aux appels d’ offre de la ville de Paris, etc…

    Il y a 5 ans, les buffets des conférences de presse de tout bord proposaient déjà du vin rouge et du saucisson, mais personne ne le relevait.

    Ces crispations sont le fait de deux « parties »

    Pour faire bonne mesure, J attend votre billet « scandalisé » sur les revendications identitaires d’ un islam de France politique dont le projet de charria est encore moins républicain que ce buffet.

  • Joyeux Acier a écrit :
    « Sans tomber dans les délires du tout halal, il n’est pas très compliqué de faire un repas sans alcool et sans porc quand on reçoit un musulman. Je peux vous assurer que c’est plus simple à gérer que de recevoir un végétarien (et il y en a) ou un américain (qui laissera l’assiette pleine dès que l’on sort des patates et du poulet grillé). »

    Dans le genre « idées toutes faites », c’est assez fort !
    J’ai connu des juifs et des musulmans qui mangeaient du jambon, j’ai connu des musulmans qui buvaient du vin, j’ai connu des Américains très fins gourmets, j’ai connu des végétariens qui mangeaient le même plat que les autres, la viande en moins.
    Tous ceux que j’ai reçus se sont sentis très honorés que je leur fasse connaître les trésors de la cuisine française. Quand je reçois un Américain, je ne lui fais pas un hamburger, je n’emmène pas une Chinoise en visite chez moi au restau asiatique du coin de la rue. Cela me semble la moindre des politesses. Et pour finir, « musulman », ce n’est pas pas une nationalité, mais une religion.

  • Quel est le pourcentage exact de musulmans en France ? Pratiquants ( par conviction ou certain par opposition ?)
    Je n’en sais rien, je voudrais que ce soit dit ici, si quelqu’un le sait véritablement !
    Ah, autre chose, je suis Sarkozyste et plus en 2011 qu’en 2007 parce que je l’ai vu au travail.
    Je fais ce coming out parce que cela se trouve rarement dit sur les blogs ! N…

  • Ce que ça prouve aussi, c’est qu’aujourd’hui il est interdit de faire quoi que ce soit sans l’autorisation des minorités… Et surtout des bien-pensants. Se faire un apéro à l’ancienne, comme on le fait depuis si longtemps, c’est aujourd’hui raciste. Oui. Il faut tout filtrer. Qui d’entre vous viendrait se plaindre en cas d’apéro Pakistanais halal ? Et bien non, mon bon monsieur, c’est différent, c’est l’occasion de découvrir une autre culture… Mais aussi : mais ça a le même gout ! Pourquoi en faire toute une histoire ? Ou encore, sans la moindre honte : mais c’est pour LEUR Fête nationale, un peu de tolérance…

    D’ailleurs vous devriez vous faire toutes les fêtes de village et surtout la féria, où l’on ne mange pas halal et où l’on boit des litres d’alcool… Oh mon dieu ! Et les pauvres minorités !? N’ont elles pas le droit de faire la fête elles aussi ?! Et pensez à prendre une caméra. Vous y verrez beaucoup de vos minorités, qui parfois sont musulmanes avec, ou surtout sans, modération, si vous voyez ce que je veux dire.

    Arrêtons d’être hypocrite.

  • @ azerty:
    Si je me trompe et si je fais fausse route les lectrices et les lecteurs de ce blog me corrigeront mais je pense que l’on ne peut pas savoir combien il y a de musulmans en France ni de catholiques ni de protestants ni de Témoins de Jéhovah. La mention religion n’est pas portée sur une carte d’identité ou un permis de conduire ou une feuille d’impôt. Et je ne crois pas qu’il y ait eu des enquêtes, des sondages, des études pour le déterminer. Est-ce vraiment important d’ailleurs de le savoir?

  • Florence a écrit : :

    Dans le genre « idées toutes faites », c’est assez fort ! J’ai connu des juifs et des musulmans qui mangeaient du jambon, j’ai connu des musulmans qui buvaient du vin, j’ai connu des Américains très fins gourmets, j’ai connu des végétariens qui mangeaient le même plat que les autres, la viande en moins.

    Bonjour Florence,

    oui, j’ai fait quelques généralités, mais sur une vingtaine de connaissances américaines (certes pas représentatives, mais plutôt dans le haut de l’échelle sociale comme ils ont voyagé), environ les trois quarts ont un vrai problème d’éducation à la variété culinaire. Et je ne parle pas de tablier de sapeur ou de boudin, mais d’une simple aubergine au four. La différence est flagrante par exemple avec le Japon, où l’on force les enfants à goûter à tout à l’école.

    J’ai aussi fait des généralités sur les musulmans, ils ont une attitude plus ou moins flexible à la religion, toutefois, la plupart de mes connaissances musulmanes raisonnablement pratiquantes non-françaises (du Maghreb, d’Inde, de Malaisie et du proche orient) ne mangent pas de porc, et ne boivent pas de vin (en tout cas pas en public), mais s’arrêtent en général là quand ils voyagent.

    J’ai l’impression que l’on fait tout un plat sur cette histoire, mais pour moi, cela ne me semble pas très compliqué à gérer. Il me semble également la moindre des courtoisies de prévoir une option « sans alcool » à tout évènement social: entre les antibiotiques, les femmes enceintes, un certain nombre de maladies et certaines personnes qui ont une allergie à l’alcool (il y a notamment un gène très répandu dans la population asiatique qui provoque cela), c’est de toute façon nécessaire. Il me semble aussi que l’alcoolisme social n’est pas l’aspect le plus brillant de notre société, et que si l’arrivée de musulmans en France contribue à toujours proposer une option sans alcool, ce sera une bonne chose.

  • @azerty et jfsadys,
    Débarrassez-vous de l’idée comptable sur les musulmans.
    Les musulmans ne sont pas, comme les Témoins de Jéhovah, une religion au sens que nous concevons ce concept marqué par une culture chrétienne : l’Islam est un combat -même si tous les combattants ne sont pas nécessairement féroces- et ce combat (jihad) est imposé à tous quelle que soit leur sentiment à l’égard d’Allah.

    A titre d’exemple, si votre nom est Mouloud, essayez de boire un verre d’eau en public en période de Ramadan, … sur conseil de Koz allez jeter un oeil sur FDS.

    @ Robert Marchenoir,
    le chrétien (que je suis) souscrit au point de vue de l’athée que vous êtes.
    Avec quelques bémols toutefois.

    @Florence
    « musulman n’est pas pas une nationalité, mais une religion. »
    Je ne soucris pas. (Cf. plus haut).
    Si plusieurs musulmans sont présents (et sont étrangers entre eux) leur comportement collectif en sera changé. J’ai été étonné lors d’un colloque par des muzz pakistanais … et INGÉNIEURS.

  • Retour sur l’affiche :
    Il est pour le moins peu courant d’annoncer le menu lors d’une conférence de presse. Au mieux, on a l’habitude pour certains rassemblements de lire « pique-nique tiré du sac » ou « buffet champêtre » ou bien « verre de l’amitié » ou que sais-je encore et ce, en petit caractère et non gras ; or, sur l’affiche, le saucisson –pinard est de ce point de vue bien mieux mis en valeur que les intervenants eux-mêmes ; à croire qu’il a le statut d’invité d’honneur. Cela laisse à penser que cet apéro est en soi porteur d’un message.
    D’où ma gêne devant le mot « dignement ». Admettons que tel est le menu et qu’il fait partie de l’affiche ; j’aurais plutôt choisi « afin de fêter de façon conviviale ». Tant qu’à fêter dignement la fête nationale, autant servir du champagne !! Plus sérieusement, « dignement » veut bien dire selon ce qui convient eu égard au mérite, à la valeur intrinsèque de quelque chose ou quelqu’un et donc au respect que cela induit envers cela, ici la nation française. A côté du message que semble porter le saucisson-vin rouge, ce « dignement » est un oxymore !

  • Bon courage ! Sinon, je croyais que la france etait le pays des 100 et quelques fromages et de la haute couture avant toute chose….ah lala !
    En tout cas, tout cela m a definitivement degoutee du saucisson. 2n plus quand on connaît la realite de l’elevage industriel des porcs, gaves de medoc et carrement tortures….

  • Joyeux Acier
    A tous les pots auxquels j’ai été conviée dans ma vie, il y a toujours eu l’option sans alcool. Dans tous les groupes, il y a toujours quelqu’un qui ne boit pas d’alcool pour tout un tas de raisons possibles. Même pour fêter le beaujolais nouveau, du Perrier, des jus de fruits et autres boissons sans alcool étaient toujours proposées. Je n’ai jamais connu la moindre exception.

  • D’accord avec klara…

    Et puis bon, autant le vin rouge me semble « représentatif » de la France, autant le saucisson ne me semble pas si « typique » que cela !

    Frometon/baguette, cela me semble plus franchouillard… pourquoi mettre l’accent sur une charcuterie dont on sait qu’elle provoquera la division, plutôt que sur un produit laitier qui sera rassembleur ?

    Pourquoi, dans l’intitulé de ces « apéros », met-on en avant le saucisson et oublie-t-on le fromage ?

    Et puis

  • Un bon poulet aux herbes de Provence, des crottins de Chavignol, des tomates, des légumes crus (chou fleurs, carottes) avec des sauces pour tremper, des toasts d’anchoïade, tapenade, tzatziki, hoummous, du vin blanc pour ceux qui boivent, des jus de fruits pour les autres et tout le monde est content.

  • Sans vouloir vous offenser, Koz, une bonne partie des beaufs votent UMP. Je ne trouve pas anormal qu’une branche de ce parti s’adresse à eux dans leur langage. Bien sûr, c’est assez vulgaire, et c’est communautariste. Mais je ne vois pas pourquoi on devrait davantage monter sur ses grands chevaux pour les manifestations de communautarisme beauf que pour les celles des autres communautarismes.

    Pour ceux qui n’auraient pas encore compris, le communautarisme ne réside pas dans le menu lui-même, mais dans le fait de le claironner fièrement.

    Par ailleurs, pour ce qui est du halal à la cantine, il est vrai que cela pose le délicat problème du subventionnement de fait d’un clergé par de l’argent public.

    Tout ça est en fait difficile à penser, parce que nous sommes chrétiens, et que nous devons accueillir, y compris ceux qui excluent; cela pose le problème de l’attitude à adopter face aux communautarismes exclusifs, comme ceux des beaufs sauc’pif ou des musulmans pratiquants. Car, de même qu’il faut être aveugle pour ne pas voir que l’affiche ci-dessus vise à exclure les musulmans pratiquants (ou plutôt à les amener à s’exclure eux-mêmes), il faut être sourd pour refuser de comprendre que les interdits alimentaires visent à créer des barrières communautaires.

    Et j’avoue, pour ma part, que ces interdits, qu’ils soient d’origine juive ou musulmane, m’ont toujours posé un peu problème. D’abord ils sont parfaitement irrationnels (à la différence des interdits végétariens), et ils sont anti-universalistes. Le fait d’accepter des pratiques particularistes au nom de l’universalisme peut, à terme, poser problème.

    Ma religion n’est pas faite sur ce sujet.

  • J’ai détesté ce billet. Je ne suis pas fan de la droite populaire, que je crois être une manoeuvre pour attirer à l’UMP des gens qui n’ont rien à voir avec la démagogie de ce parti majoritaire. Nonobstant, je ne trouve pas problématique que qui que ce soit convoque à un apéro saucisso-pinard et je n’ai pas votre dévotion pour la république, forme de gouvernement qui n’entraîne a priori aucune option de fond en tant que telle.

    La république est cette forme de gouvernement qui a légalisé l’avortement, spolié les catholiques de leurs biens et, quelques dizaines d’années auparavant, massacré des centaines de milliers de Vendéens parce qu’ils étaient fidèles à leur foi. Permettez-moi de ne pas la considérer comme l’alpha et l’oméga de notre pays.

    Avec ce billet, vous incarnez une France bourgeoise de l’Ouest qui ignore coupablement le destin d’un pays en proie à l’illusion du multiculturalisme. J’ai appris à m’en méfier.

  • Il y a quand même une certaine hypocrisie : si je fais une réunion ail et crucifix en plein soleil et que je dis que les vampires ne sont pas visés, je suis le roi des faux-culs !

  • Joyeux Acier a écrit : :

    Sans tomber dans les délires du tout halal, il n’est pas très compliqué de faire un repas sans alcool et sans porc quand on reçoit un musulman. Je peux vous assurer que c’est plus simple à gérer que de recevoir un végétarien

    Oh, je n’avais pas l’impression d’être si difficile à inviter. Je mange les légumes, je laisse la viande dans le plat. C’est simple et n’oblige pas la maîtresse de maison à faire un plat différent (ce que font parfois mes amis pour me faire plaisir, je vous l’accorde)

    @ Florence. Relisez mon commentaire. J’y écrit :
    Tara a écrit : :

    La stigmatisation, ici,existe en filigrane, c’est certain et ceux qui prétendraient le contraire nieraient l’évidence..

    @Gwinfrid : Si, mon père a du choisir. C’était pendant la guerre de 39-40. Il ne m’a jamais parlé de double nationalité.

    Il est vrai que nous sommes des gens à ne pas nous poser autant de question que cela. Et nous en parlions peu. La première fois que je m’en suis rendue compte, c’est en primaire, parce que la maîtresse faisait un cours sur la France et les français, qu’elle disait que beaucoup n’étaient pas français d’origine (déjà à l’époque 😉 ) et m’a citée en exemple à cause de mon nom de famille. Persuadée qu’elle mentait, j’ai demandé la vérité à mon papa et à ma maman. Ils m’ont expliqué et ça a été fini.

    Nous avons appris à ne pas nous sentir stigmatisés: la victimisation n’est pas une pratique familiale. Elle ne sert à rien, empêche le véritable dialogue et amène à des conduites d’évictions qui ne vont pas dans le sens de l’humanisme qui a pétrit mon enfance. Et surtout, nous avons appris à tenter de nous intégrer -avec succès je pense, peu de personnes connaissent mon nom de jeune fille et comme j’ai épousé un français au nom français, je suis certaine que la plupart de mes interlocuteurs ne se posent pas de questions quant à mon origine-.

    Contrairement à ce qui se dit au Café du Commerce, le jugement sur le faciès est beaucoup moins courant qu’on peut croire en France (Le jugement sur les signes ostentatoires, si.). Le peuple français est beaucoup plus agréable et accueillant qu’on le dit, si on ne lui impose pas nos propres coutumes, ce qui me semble normal. NON?

  • Tout à fait d’accord avec Koz.
    Je ne comprends pas les commentaires ( naïfs??) portant sur les habitudes culinaires. Il est clair que la question n’est pas là.
    Je partage aussi le premier commentaire de Jor.
    Dans les années 90, quelques personnes et moi avions proposé et organisé dans notre petite ville, un cycle de conférences ou tables rondes inter-religieuses au cours desquelles un thème ( la prière, la violence, la conscience individuelle, la tolérance etc …) était décliné suivant les religions protestante, musulmane, juive , catholique et aussi la philosophie bouddhiste. Nous invitions des personnalités ( notamment le regretté Jean-Yves Calvez), représentant chaque religion dont les audiences étaient appréciées et attendues par un large public. L’atmosphère actuelle, comparée à celle de ces années où se faisait sentir un désir de dialogue et de reconnaissance de l’autre, me semble lourde et comme cadenassée.
    Question nationalité, je me permets de donner mon exemple:quand ma belle-fille a épousé mon fils, elle avait une double nationalité . Quelques années après leur mariage, elle a désiré acquérir la nationalité française. Elle a donc trois nationalités.

  • Je partage pleinement les propos de KOZ. Je suis non croyant depuis plus de 25 ans mais j’ai été enfant de choeur jusqu’à l’âge de 18 ans.

    Ce texte m’interpelle particulièrement car Jean Paul Garraud est le député de la circonscription de Libourne qui comprend plusieurs communes. Libourne étant la ville où je réside et où je suis né en 1960. Jean Paul Garraud est aussi le rapporteur de la loi sur le foulard islamique. (Je suis contre cette loi)

    Libourne est une commune limitrophe de Fronsac, Saint-Emilion, Pomerol. Une partie du vignoble qui pousse à Libourne est commercialisée sous les appellations Saint-Emilion et Pomerol. Jean Paul Garraud a donc électoralement intérêt à promouvoir le vin rouge.

    Je pense que le problème soulevé est le respect d’autrui. Tant que des politiques penseront que dénigrer les musulmans peut contribuer à leur victoire électorale ils le feront. C’est donc en faisant évoluer l’opinion publique qu’il est possible des rétablir la popularité des valeurs républicaines. Cela m’a conduit à écrire « Respecter autrui pour être respecté » http://www.orvinfait.fr/respecter_autrui_pour_etre_respecte.html

    Jean Paul Garraud prépare sa campagne pour 2012 comme député voir :
    http://www.bernarddebre.fr/presse/libourne_le_d__put___revient_dans_la_ville_centre_

    En face les socialistes locaux préparent la leur à leur manière et tout est bon pour faire parler d'eux. Gilbert Mitterrand (maire de Libourne) a inauguré en juin 2011 la mosquée de Libourne.  voir: L’inauguration de la mosquée de Libourne sur TV7 Bordeaux
    

    http://www.infos-bordeaux.fr/2011/actualites/l%E2%80%99inauguration-de-la-mosquee-de-libourne-sur-tv7-bordeaux-1368

    Nous pouvons y lire entre autres : Pourtant, la devise de l’UOIF, dont dépend son association est : « Le Coran est notre constitution « 

    L’association qui gère la mosquée de Libourne est bien membre de l’UOIF
    http://www.portail-religion.com/islam/union-des-organisations-islamiques-de-france-uoif.html

    Pourquoi Gilbert Mitterrand a-t-il intérêt à promouvoir l’UOIF?
    
  • C’est assez déplaisant : je ne pourrai plus dire, à l’avenir, que je ne supprime quasiment pas de commentaires. J’ai du y aller à la hache. Il est hors de question de laisser ce blog partir à la dérive avec les interventions des commentateurs identitaires. Je ne parle pas des insultes, évidemment, qui ne prêtent même pas à discussion.

    Comme dit plus haut, nombre de ces nouveaux commentateurs jouent aux cons, et inversent la situation. Ne pas proposer de saucisson et de vin rouge, ce serait se soumettre aux islamistes. Passons sur ce merveilleux symbole de résistance qui nous est proposé : demain, on défile avec saucisson et vin rouge…

    L’essentiel, c’est que, dans cette affaire, il ne s’est pas agi de déférer à la demande d’un musulman quelconque qui aurait exigé que l’on fasse disparaître du buffet vin rouge et saucisson. Non, ici, ce sont bien les députés qui ont fixé un menu dont ils savaient, en toute connaissance de cause et à dessein, qu’il excluerait les musulmans.

    On m’oppose qu’il y a des musulmans qui mangent du saucisson et boivent du vin rouge. Mais, d’une part, qu’est-ce que j’en ai à cirer dans la mesure où le message adressé par la Droite Populaire est évident ? D’autre part, je connais des catholiques qui ne vont pas à la messe et ne suivent pas l’enseignement de l’Eglise. S’il faut ça pour être un bon catholique, ou manger du porc pour être un bon musulman, cela va compliquer l’analyse, c’est certain.

    Par ailleurs, les cantines hallal… J’ai déjà demandé, sous un autre billet, que l’on me fournisse le nom d’un établissement public dont les cantines seraient hallal. Je n’ai pas eu de réponse. Sans que ça ne dissuade qui que ce soit de continuer à l’affirmer.

    Une fois encore, on peut s’opposer aux dérives islamiques / islamistes, sans verser dans l’anathème, l’amalgame, la stigmatisation.

  • En tant que daltonien, je me sens fortement discriminé par les couleurs du drapeau national… je propose de les remplacer par un motif universel et reconnaissable, n’impliquant pas l’utilisation de couleurs – un croissant sur fond uni par exemple?

  • @ Tara: évidemment, si vous me parlez du régime de Vichy… J’imagine sans peine que la loi était quelque peu différente pendant cette période (j’ai cherché une source parlant spécifiquement de la législation de l’époque en matière de naturalisation, sans succès). Je n’accuserai pas ces messieurs de la droite « populaire » de prendre leurs références de ce côté: ce ne serait ni très malin ni très juste.

    Vous avez toujours cherché à vous intégrer, je vous en félicite. Je me félicite aussi que vous ayiez vécu une période où nul politicien ne cherchait à vous en empêcher. Si je réagis fortement face aux idées géniales de MM. Meunier, Luca et consorts, c’est parce que je souhaite qu’il en soit toujours ainsi.

  • Sans compter, Tara, que si c’est à cause de votre patronyme que l’on devinait votre origine étrangère, cela semble signifier que ce n’est pas à cause de votre « faciès » et que l’enjeu de l’intégration n’est pas exactement le même lorsque l’on combine patronyme étranger et « faciès ».

    Difficile, dans ces conditions, de tirer un enseignement sur l’accueil des immigrés en général à partir de votre exemple.

  • Pingback: Pas de cantine pour les enfants de ces fainéants de chômeurs | Pensées d'outre-politique

  • Effectivement, ma remarque sur les cantines halal n’a d’intérêt que s’il existe réellement de telles cantines, ce qu’à vrai dire j’ignore totalement.

  • Un tel billet a l’avantage de prouver à ceux qui en doutaient encore la formidable capacité de mobilisation du lectorat de certains blogs. Mais à part montrer que tous copient-collent le même argumentaire tournant autour de « pas touche à mon saucisson/halte à l’invasion barbare », ça ne met pas en valeur la capacité à comprendre pourquoi cette invitation est scandaleuse, à moins, effectivement, que tous jouent aux cons.

    Sinon, c’est rafraîchissant de lire un tel billet tellement les gesticulations de la Droite Populaire nous envahissent de partout. Personnellement, je parlerais plutôt de Droite Populiste: ma pomme d’abord, le reste du monde après.

  • Ce billet suscitant l’ire d’une partie notable de la fachosphère / réacosphère [ben oui, quoi, comment peut-on être de droite et catholique et prendre la défense d’autrui ?!], je me permets de reprendre un commentaire placé ailleurs, à l’usage de certains que la logique n’étouffe pas, et qui ressassent la même réponse.


    Il semble que certains aient des problèmes de perspective pour ajuster leur raisonnement.

    Prenons deux cas.

    Dans l’un, un collectif de députés convie des journalistes à célébrer l’anniversaire de sa création et propose un apéritif à l’issue de la conférence, pour célébrer dignement la fête nationale. Arrive un journaliste musulman qui s’indigne qu’il n’y ait que de l’alcool et que l’on serve de la charcuterie.

    Dans l’autre, un collectif de députés convie des journalistes à célébrer l’anniversaire de sa création et propose un apéritif à l’issue de la conférence, pour célébrer dignement la fête nationale. [ATTENTION, C’EST LA QUE CA CHANGE – FAUT SUIVRE]. Le menu est inhabituellement mentionné d’emblée et il se trouve qu’il s’agit de saucisson et de vin rouge, choses dont on sait bien qu’un musulman observant ne consomme pas. En outre, cette invitation fait directement suite à d’autres apéros saucisson-pinard ainsi qu’à de multiples débats entretenus par les mêmes députés dont le point commun est d’être dirigé contre une certaine partie de la population.

    Dans le premier cas, j’aurais été de ceux qui auraient envoyé balader le journaliste musulman en lui faisant remarquer qu’il est en France et que, malgré tous mes égards pour toute personne humaine (oui, oui, même musulman, c’est fou, hein…), eh bien en France, c’est assez classique.

    Dans le deuxième cas, je constate une démarche d’exclusion a priori.

    Je la trouve d’autant plus stupide qu’elle brime indistinctement tous les musulmans, intégrés ou non (je sais que nous aurons une divergence là-dessus, mais je crois en avoir rencontrés et j’ai bien fait le tour, je n’ai pas vu le grand poignard ensanglanté qu’ils sont censés tenir dans leur dos malgré tout).

    Les Français musulmans étant Français, que des députés de la Nation les excluent a priori me choque, en effet.


    @ Logopathe : tout ce que je connais, ce sont les cantines qui proposent un plat alternatif lorsqu’il y a du jambon ou des côtelettes de porc. Faut-il absolument contraindre les enfants juifs et les musulmans à ne pas manger de plat principal ces jours-là, parce qu’on est chez nous, bordel ? C’est pas vraiment ma conception. Et si je maintiens que j’ai du mal à supporter les hijabs tout autant que les barbus-djellabas que je croise parfois, j’ai aussi du mal – allez savoir pourquoi – avec les vexations religieuses. Peut-être bien que je me fais le même raisonnement que ceux, dans l’Eglise qui, en vue de Vatican II, ont pensé qu’il était vain d’exiger d’autrui la liberté religieuse, si on ne la garantit pas soi-même ? Outre le fait qu’être catholique, c’est être artisan de paix, et que l’alternative à la liberté religieuse partout, c’est la brimade partout. Et ça, c’est pas glop.

    J’ai bien noté que vous ne disiez pas le contraire. Mais je n’ai toujours pas eu de confirmation de l’existence effective de cantine hallal. Or, je ne crois pas, contrairement à ce que l’on entend ici ou là, que la France soit spécialement indulgente ou soumise à l’égard de l’islam : (i) les expériences d’horaires de piscine réservés aux femmes ont fait long feu, (ii) avant la loi sur la burqa, nous avions la loi sur les signes religieux (qui a touché tout le monde, mais était destinée aux musulmans etc.

  • @ René de Sévérac:
    Personnellement je suis totalement débarrassé « de l’idée comptable sur les musulmans. » Je croyais que cela coulait de sens à me lire. Quand je lis vos remarques ou celles d’autres intervenants sur ce blog j’ai l’impression de ne pas vivre dans la même France que vous. Je crois d’ailleurs de plus en plus et ce n’est sans doute pas nouveau qu’il n’y a pas la France mais des Frances. Et que le souci des Rois de France et des Républiques a été de maintenir l’unité d’un pays qui est toujours prêt à se diviser et se chamailler. Pour en revenir à un autre aspect de votre commentaire il y a parmi les relations de mes enfants des Mouloud et des Aïcha qui boivent de l’eau en public pendant le Ramadan et même de l’alcool quand il y a fête pendant le Ramadan. Tous les Mouloud et Aïcha de notre pays ne sont pas musulmans. Tous les Pierre et Jacques de ce pays ne sont pas catholiques. Après je ne discuterai pas de l’Islam car je n’ai aucune culture religieuse musulmane. J’ai toutefois la nette impression que nous leur avons fait plus souvent la guerre qu’ils ne nous l’ont faite. Et je me demande souvent si la guerre d’Algérie n’a pas laissé un côté « Alsace Lorraine » chez certains de nos compatriotes? Mais c’est sans doute un autre débat…

  • La France a été longtemps une terre d’accueil, non pas parce qu’elle est naturellement généreuse mais par peur d’être dominée numériquement et militairement par l’Allemagne. Cette menace ayant disparu, la peur aujourd’hui change de nature. C’est celle de voir se développer une France hétérogène, divisée, sans projet en perte d’identité, communautarisée, ingouvernable. C’est comme cela que j’interprète l’affiche « saucisson vin rouge ». Nier cette évolution, nier cette peur, c’est faire le lit du FN qui sait très bien l’exploiter.

    Continuer l’accueil, pourquoi pas, s’il est souhaité et assumé par la majorité des Français. Une république, pour en revenir au titre, c’est en premier lieu un régime démocratique!

  • Ca va bien avec le côté : il ne faut pas nier la peur. Qui la nie ?! Mais ce n’est pas en se contentant de l’agiter, en l’entretenant, et en prospérant électoralement dessus qu’on apporte la moindre réponse.

    *

    Béatrice, Hugues, merci.

  • Site affligeant de bien-pensance et de méconnaissance des réalités françaises : visiblement les commentateurs de ce blog aiment la « diversité » mais n’ont aucune intention de vivre avec ; c’est tout juste bon pour ces « racistes » venant des classes populaires …
    On comprend purquoi Koz s’enfonce toujours plus profondément dans sa bassesse et s’abstiens de répondre à ses contradicteurs sur Atlantico puisqu’il a tant à faire ici en roucoulant sous les éloges de ses risibles courtisans, négationnistes des réalités sociales et autres donneurs de leçons de savoir-mentir …

  • @Koz: oui, je suis d’accord avec tout ça. Et le fait de proposer un choix de menu alternatif ne me paraît pas gênant. C’est le halal ou le casher qui me poserait problème, puisqu’il y aurait participation de l’argent public à une parafiscalité communautaire.

    @jfsadys:
    « J’ai toutefois la nette impression que nous leur avons fait plus souvent la guerre qu’ils ne nous l’ont faite. »

    Là franchement, vous trouvez que Koz ne reçoit pas encore assez de commentaires de chez Fdesouche?… Il faudrait relire un peu l’histoire quand même; c’est bien de regarder la poutre qu’on a dans l’oeil plutôt que la paille dans celle du voisin, mais faut pas non plus tomber dans l’excès inverse… Le rejet de l’autre et son idéalisation sont les deux facettes d’un même processus de violence symbolique auto-alimenté.

    L’Islam a eu dans son histoire, et a encore, aussi, une dimension guerrière qu’il serait vain de nier. Tout autant qu’il serait vain de nier la dimension guerrière de l’évangélisation chrétienne et humaniste.

  • Félicitations à Lothaire, qui a lu tout le site. Bon, j’ai approuvé celui-là, c’est déloyal puisqu’il est plutôt mauvais et qu’il en vient directement à une prise à partie personnelle. Or, comme le savent ceux qui fréquentent ce blog, c’est la limite de ce que j’accepte, et en six ans, c’est ce qui a permis à ce blog de ne pas devenir le déversoir de bile que sont devenus nombre de blogs.

    Ce com’ est une illustration de ceux que j’ai refusé de valider. Franchement, est-ce que j’en ai des scrupules ? Ben non.

    Mais pour montrer à Lothaire à quel point je m’abaisse et m’enfonce dans ma bassesse, je lui réponds, d’une part que, certains pourront en témoigner, la contradiction je l’accepte, mais que je n’ai pas l’intention d’ouvrir la porte à tous les commentateurs de la fachosphère. Et, d’autre part, que j’ai répondu, une fois, sur Atlantico mais que, pour le reste, j’ai aussi une vie. Compte tenu en outre du caractère profondément répétitif des commentaires qui me sont opposés (quand ils sont argumentés), je considère que cette fois-là, et les réponses que l’on trouvera ici, suffisent.

  • Que de commentaires vindicatifs ! Comme quoi, cette question ne laisse pas indifférent et il serait intéressant d’en creuser davantage les causes.
    Qu’importe. Koz, je vous vois répondre avec patience et pédagogie sur les sites qui reprennent et commentent votre article (et les droits d’auteur ?). Je pense que c’est peine perdue, on ne convainc personne sur le web et en répondant vous vous exposez encore davantage (ainsi que votre employeur qui n’aimerait pas j’imagine se voir associer à la réacosphère). Les chiens aboient mais la caravane passe.
    Bon courage et que la Force soit avec vous.

  • Hum,

    En lisant certains commentaires, j’ai cru un instant m’être retrouvé sur le site du Figaro… Koz, finalement, je préfère quand tu filtres…
    Il est évident que ce collectif reprend à son compte des idées du bloc identitaire. Ce qui est tout de même assez scandaleux pour des députés de la Nation (rappelons qu’elle est depuis 1792 une et indivisible).
    Honte à eux, ils récolteront ce qu’ils ont semé.
    Merci Koz pour cet article. Pas toujours d’accord avec toi mais 100% aujourd’hui

  • Très bon billet. J’ai eu un moment d’inquiétude devant la pluie de commentaires alliant mauvaise foi la plus crasse (mais heu… Ils n’y avait aucune mauvaise intention) à une défense maladroite du patrimoine français.

    Il n’est pas né celui qui m’empêchera de manger du sauç’, mais je ne fait pas de ce goût pour la charcuterie une valeur philosophique à porter en étendard. Et je trouve malsaine toute tentative d’instrumentaliser cette excellente charcuterie pour des besoins de propagande politique.

  • En tant que régulier lecteur de gauche (tendance « à mi-chemin entre Melenchon et Montebourg ») ce qui m’inquiète AUSSI dans cette « décomplexion » soit-disant populaire de l’UMP, c’est la transformation de la droite en une bouillie d’idée provocatrice et trollesque. Je ne discute que rarement avec les personnes de droite sur le net, notamment les Pro-UMP (et ne parlons que des Pro-FN) et généralement, c’est pour me moquer de leurs idées réductrices.
    La dernière affaire de Guéant contre la cour des comptes m’a fait lire de la part de ceux-là que la cour des comptes étaient un ramassis de gauchistes staliniens, qui tapent injustement sur la droite pour faire oublier l’affaire DSK. Et encore, on ne parle que d’un truc « moins grave » que le vote d’une loi sur le fichage à l’age de 15 ans ou le patron de la Cimade (on parle d’une association qui a protégé des juifs pendant la guerre) qui se fait huer par des militants UMP., où là, je suis tellement atterré que je n’en parle plus qu’auprès des gens qui sont de mon avis politique.

    Il est VRAIMENT temps pour les gens qui se disent de droite et républicain de se sortir de ce que deviens l’UMP, car, ça n’est ni les Sarko, Buisson, Guéant ou Copé qui feront machine arrière: le cap est mis sur le FN et il n’est pas question d’en sortir. De 2001 à 2007 environ, il m’arrivait souvent de discuter avec des gens de l’UMP : avoir un autre point de vue, même non partagé ou que je trouve discutable, est toujours utile. Depuis quelques années, soit ils vont sortir une remarque télécommandé, soit ça sera une réponse du niveau « Benjamin Lancar » : tellement stupide qu’on a même pas envie de s’abaisser pour y répondre.

    Et ça me fait peur.

    Du reste, j’avais une engueulade sur un autre forum où des gens qui ne boivent jamais d’alcool (pour raison de gouts, ou médicales) nous reprochaient à moi et certains camarades « buveurs » d’être relous dans les fêtes et de les regarder avec condescendance.

    D’où cette question ; si être français c’est boire du pinard et bouffer du saucisson, dans quel pays devra t’on virer les végétariens sous antibiotique ?

  • Comme Béatrice et Hugues… : bravo Koz pour tes articles, celui-ci y compris.
    Je n’ai pas vraiment le temps de lire tous les gentils commentaires postés (grand Dieu, ils sont nombreux !!)
    Il n’y a pas plus têtu que le borné et que celui qui ne veut pas comprendre. C’est dommage, toutes ces personnes qui s’excitent ont l’occasion d’ouvrir un peu les yeux et les oreilles (et l’esprit) sur les êtres humains qui nous entourent. Ils préfèrent visiblement vivre en autarcie, sans différence avec le voisin.

    Bon courage pour la modération !

  • « Quel est le pourcentage exact de musulmans en France ? Pratiquants ( par conviction ou certain par opposition ?) »

    Entre 4 % et 6% selon les enquêtes : Par exemple, ce sondage IFOP :

    Personnes se déclarant : 1987 2001 2009
    Catholiques 75% 69% 64%
    Protestants 1% 2% 3%
    Autres religions 3% 6% 5%
    Sans religion 21% 23% 28%

    J’avais les chiffres du Quid, de façon très précise, mais je n’arrive pas à remettre la main dessus.

  • Lionnel Luca fustige les « petits procureurs soviétiques« . Mais problème, il semble qu’il y en ait au sein de son propre collectif :

    « Pourtant, au sein même du collectif, certains s’inquiètent des dérives portées par une poignée de députés. « Non, là, on fait vraiment du Front national. Ça va trop loin », assure-t-on en coulisse au Point.fr. « Ce qui est dommage, c’est qu’il y a trois ou quatre députés sur les quarante qui nous tirent sur ce terrain, qui sont partout dans la presse, comme avec leur obsession sur la suppression de la binationalité, par exemple. Il faut garder notre liberté de penser, mais sans virer à la droite réac beauf. » « 

    Manifestement, le message ne semble pas si abscons – y compris au sein de la Droite Populaire – que certains commentateurs veulent le laisser croire.

  • houlala ca dérape, il est temps de siffler la fin de la récré !

    hisser le saucisson et le gros rouge en emblemes nationaux pour regarder les chars passer
    même Bidochon n’avait pas osé …
    allez, j’me sauve acheter un melon & du rosé

  • « Manifestement, le message ne semble pas si abscons – y compris au sein de la Droite Populaire – que certains commentateurs veulent le laisser croire. »

    Je suis aussi allé voir les commentaires sous la reprise de ton billet sur le site des paladins du saucisson (ça aussi je ne le ferai pas tous les jours). En fait, là-bas, ils ont l’air d’avoir plutôt bien compris le message. Un commentaire sur deux vise à dire qu’effectivement, c’est bien ce qu’il faut comprendre, qu’un musulman ne peut pas être un français. D’autres s’indignent que la Droite Pop ait pu piquer leur idée. C’était une simple vérification, juste pour si j’avais encore un doute sur le fait que nos nouveaux amis nous prennent pour des jambons.

    N’empêche, on a beau savoir que le web n’est pas la population générale, et qu’il n’y a pas besoin de tant de monde que ça pour faire du boucan, la « puissance de feu » de ces abrutis fait peur à voir.

  • La droit populaire pas républicaine? Allons bon, elle est surtout démagogue, car rien n’indique qu’elle ne serait pas favorable au maintien de la république, et de la République Française qui plus est. Elle s’égare juste si elle pense réduire le débat politique à une histoire purement alimentaire, et c’est vrai qu’elle passe à côté de quelques enjeux cruciaux.

    A titre personnel, pour faire une vraie fête républicaine, en appeler aux mânes des grands anciens et tout le reste, j’aurai fait mon petit truc du côté de Valmy, cela aurait eu du sens, et plus d’allure que de découper des tranches de saucissons et les arroser de pinard dans le 7ème arrdt de Paris.

  • La question de « la pratique religieuse » n’a pas vraiment de sens en soi, pas plus que la notion de musulman modéré ou extrémiste. Non pas que tous les musulmans soient extrémistes.. ou modérés. Mais on applique un adjectif relevant de l’idéologie (notion séculière par excellence) à une foi. La foi ne compose pas. Ceci dit les opinions politiques non plus si l’on y réfléchit bien mais ce n’est pas vraiment la question ici. Alors Musulman modéré? comme gauche modéré ou droite modéré? Et considérer que tous les individus sont interchangeables. Ce dont je doute fortement.

    L’important, à mes yeux, n’a jamais été la question du découpages et de savoir « où » réside la ligne de fracture. Mais réside dans le fait indubitable que l’appartenance, même fantasmée, à une civilisation est un point de repère particulièrement important dans la vie de bien des êtres humains habitant cette planète. Nos nationaux et les nationaux de l’étranger, si j’ose dire, y font sans cesse référence. Et pas seulement eux. La rue aussi. Et les opinions publiques comme on dit aujourd’hui.

    C’est surtout qu’après avoir lu les commentaires, je n’ai lu aucun argument pouvant justifier l’interdiction du repas en question.

  • Je compatis sincèrement, Koz (merci Atlantico !).

    Passons sur la provocation « saucisson-vin rouge » qui est clairement, comme le disent très bien notre hôte et certains commentateurs, un message identitaire, un clin d’oeil entre « vrais Français » (le saucissson et le vin rouge n’étant pas, évidemment, attaqués à titre « personnel »). Mais qu’est-ce qui explique la place si importante prise à droite par cette fraction la plus extrême et la plus beauf de l’UMP ?

    On a d’un côté, sur le terrain, des élus dont les territoires sont généralement caractérisés par le haut niveau électoral du Front national. Perméables depuis des années aux idées du FN, certains se sont fait une spécialité des propos flirtant avec le racisme, l’homophobie ou l’hystérie sécuritaire. Aujourd’hui, ils se sont regroupés, parlent fort et se sont lancés dans une véritable surenchère concurrentielle avec le FN, alors que dans le même temps la vitrine du parti d’extrême droite s’emploie à se dédiaboliser… Si bien que les frontières paraissent de moins en moins étanches. Certains des commentaires lus ici en attestent.

    On a de l’autre côté des « stratèges » (Sarkozy et Copé) qui adhèrent clairement à la thèse du conseiller Buisson sur la droitisation de l’électorat en Europe, sur la montée des préoccupations identitaires et des problématiques d’immigration et d’insécurité. Sarkozy a utilisé avec succès cette martingale en 2007 pour siphonner le tiers de l’électorat du FN dès le premier tour, ce qui a fortement contribué à conforter sa dynamique. Et comme on ne change pas une tactique qui gagne, c’est parti pour la même danse du ventre en 2012. De toute façon, face à un candidat de gauche, il a absolument besoin de ces voix au second tour. Sarkozy a ainsi été, à l’occasion des dernières cantonales, le premier président de la Ve République à refuser de choisir en cas de second tour FN – PS (une transgression passée presque inaperçue)… Et en 2017, Copé pourrait bien être l’homme qui, pour gagner (ou tenter de gagner) fera alliance avec le FN. Ce sont pas des xénophobes, simplement des ambitieux opportunistes, dont le coeur de métier est de gagner les élections. Et de ce point de vue, malheureusement, peut-être ont-ils raison… Je ne l’espère pas néanmoins, car ce petit jeu attise la haine et la division, sape les bases du vivre ensemble et de la cohésion sociale, sans lesquelles rien n’est possible.

  • PMalo a écrit : :

    Il me semble que personne n’a parlé d’interdire le buffet…

    Il ne me semble pas non plus.

    Mais il semble qu’il y ait une victimisation ambiante qui conduit à inverser le raisonnement. Sous leurs airs martiaux, en fin de compte, certains sont vraiment chouineurs.

    En l’occurrence, même s’ils joueront néanmoins l’ouverture, s’il y a un groupe qui interdit le buffet à un autre, c’est bien la Droite Populaire.

    Jeff a écrit : :

    Je compatis sincèrement, Koz (merci Atlantico !).

    Merci. Néanmoins, je sais qu’il est de bon ton de se cogner Atlantico – pensez donc, un site d’info qui a l’outrecuidance de se situer à droite – mais Atlantico n’y est pour rien. Les commentateurs y sont venus via fdesouche, novopress etc.

  • @ Jeff:

    « la montée des préoccupations identitaires et des problématiques d’immigration et d’insécurité » (en Europe),

    Jeff, vous y croyez à cette montée ou vous pensez qu’il s’agit d’une illusion ?

    Si vous-y croyez, que faudrait-il faire, mettre sous le tapis cette préoccupation ou alors expliquer qu’elle est infondée ? Mais alors comment ?

  • Après avoir lu tous les commentaires à la suite (au boulot, honte), je suis soudain envahi d’une profonde lassitude. Est-il Dieu possible d’être demeuré à ce point ?

    Je parle évidemment des bonnes âmes qui absolvent d’emblée les créateurs de cette affiche, le pauvres, ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient.

    Certes, ce commentaire n’apporte rien, mais je tiens juste à faire entendre la voix de ceux qui n’ont rien à rajouter, simplement parce qu’ils sont complètement d’accord.

  • @ Koz
    Je n’ai rien contre Atlantico (d’autant que mon ami Hugues y est éditorialiste) mais je constate que les commentaires y sont souvent « gratinés », plus d’extrême droite que de droite, et c’est sans doute via cette exposition et ces connexions que vous avez reçu tant de visites « inhabituelles »…

    @ Hervé
    Je ne nie pas la nécessité de réguler l’immigration, de lutter fermement contre l’insécurité (en particulier les violences aux personnes) et d’être ferme sur la laïcité. Mais cela doit se faire sans stigmatiser les étrangers présents sur notre sol, ni la religion musulmane, ni les Français issus de l’immigration, etc. On peut avoir une identité forte et néanmoins évolutive et ouverte sur le monde. Il me semble que les valeurs de la France le permettent et même l’exigent. Et l’on est aussi en droit d’attendre de nos hommes d’Etat qu’ils ne se laissent pas aller à flatter les bas instincts d’une partie de l’électorat pour se faire élire.

  • Ah ah ! Il parait que personne n’a prouvé à Koz l’existence de menus halal dans les cantines.

    Comme c’est drôle, moi en saisissant cantines halal sur un moteur de recherche j’ai mis 10 seconde pour trouver ceci :

    Quatre types de repas sont proposés aux choix des familles et des enfants :
    – un repas standard,
    – un repas standard sans porc,
    – un repas halal,
    – un repas végétarien.

    Source : http://www.strasbourg.eu/enseignement/direction_education/accueil?ItemID=1712697010

    Comme par hasard, maitre Koz n’a pas pu faire de lui-même ce simple effort de recherche, mais il est vrai que c’est encore plus simple de censurer en qualifiant de fasciste les contradicteurs et de rester entre soi pour échanger d’aimables mensonges.

  • Hervé, cette préoccupation est réelle, objective.
    Mais, face à un sentiment, qu’il soit légitime ou non, on tente de réfléchir, de comprendre les causes et d’agir en conséquence.
    Le problème avec les acharnés des deux bords, qu’ils le nient ou qu’ils l’attisent, c’est qu’ils exploitent ce sentiment, pour différentes raisons (aveuglement idéologique, vues électorales, naïveté, cynisme, etc) mais avec le même résultat : une exacerbation du phénomène (quantitatif) et un ancrage dans l’affect, dans l’épidermique (qualitatif).

    Le mécanisme, ensuite, est simple et bien rodé : ceux qui tentent de réfléchir, qui refusent d’en rester à ce stade épidermique, qui essaient d’élever le débat en reposant le sujet dans un cadre plus global et en refusant la simplification caricaturale des extrêmes (in medio stat vertus), sont taxés par les adeptes des deux camps opposés d’être de l’autre bord.
    Koz est ainsi accusé d’être un dangereux fasciste par les tenants du « no problem » et inversement d’être un gaucho par les tenants du réductionnisme obsessionnel migratoire : la discussion devient très vite impossible.

    Ça marche à tous les coups, et pour tous les sujets. C’est un peu de la psychologie de base (distinction et équilibre entre affect/intelligence/volonté, les manœuvres de mobilisation des masses, les mécanismes d’extrémisation du discours et de ridiculisation de l’adversaire), qu’il est surprenant de devoir rappeler.

    A la lumière de tout cela, votre commentaire « Jeff, vous y croyez à cette montée ou vous pensez qu’il s’agit d’une illusion ? Si vous-y croyez, que faudrait-il faire, mettre sous le tapis cette préoccupation ou alors expliquer qu’elle est infondée ? Mais alors comment ? » me semble tout à fait hors de propos…

  • Je suis assez d’accord avec Hervé. Ce n’est pas en pathologisant les opinions de ceux qui ne pensent pas comme nous qu’on fait avancer le schmilblick. Et répondre « ce sont eux qui ont commencé » le fait franchement reculer.

    Ce pays a énormément changé en une ou deux générations. L’espace symbolique dans lequel vivaient nos grands-parents s’est profondément modifié. Que fait-on de ceux qui refusent tout ou partie de ces changements? On les exécute?

    Alors certes, le message véhiculé par cette invitation n’est pas d’une grande finesse, et n’élève guère le débat. Déjà que je ne suis pas particulièrement attaché à « l’identité française », ce n’est pas par une telle reductio ad sauciflardum que je vais me laisser convaincre. Mais le fait que des gens éprouvent le besoin de se réfugier là-dedans exprime quelque chose, une souffrance. Et si on refuse obstinément d’entendre la souffrance de l’autre, il n’est jamais capable d’entendre la nôtre. Au plus intelligent de commencer. Et quand les positions sont incrustées comme elles le sont, ça peut prendre du temps, du tact et de la patience.

  • Jeff a écrit : :

    c’est sans doute via cette exposition et ces connexions que vous avez reçu tant de visites « inhabituelles »…

    De fait, non, même si certains commentateurs sont en effet gratinés, comme sur pas mal de sites d’infos. Les arrivées que j’ai constatées viennent de liens direct depuis fdesouche, novopress, bivouac-id, lesalonbeige etc.

    Jeff a écrit : :

    Je ne nie pas la nécessité de réguler l’immigration, de lutter fermement contre l’insécurité (en particulier les violences aux personnes) et d’être ferme sur la laïcité. Mais cela doit se faire sans stigmatiser les étrangers présents sur notre sol, ni la religion musulmane, ni les Français issus de l’immigration, etc. On peut avoir une identité forte et néanmoins évolutive et ouverte sur le monde. Il me semble que les valeurs de la France le permettent et même l’exigent. Et l’on est aussi en droit d’attendre de nos hommes d’Etat qu’ils ne se laissent pas aller à flatter les bas instincts d’une partie de l’électorat pour se faire élire.

    On se retrouve là-dessus.

    PMalo a écrit : :

    Hervé, cette préoccupation est réelle, objective. Mais, face à un sentiment, qu’il soit légitime ou non, on tente de réfléchir, de comprendre les causes et d’agir en conséquence. Le problème avec les acharnés des deux bords, qu’ils le nient ou qu’ils l’attisent, c’est qu’ils exploitent ce sentiment, pour différentes raisons (aveuglement idéologique, vues électorales, naïveté, cynisme, etc) mais avec le même résultat : une exacerbation du phénomène (quantitatif) et un ancrage dans l’affect, dans l’épidermique (qualitatif).

    C’est exactement ça. Le « sentiment » est utilisé pour être exacerbé, invoqué pour justifier ses propres dérives. Je ne vois pas en quoi des initiatives telles que celles prises par la Droite Populaire sont de nature à apporter des solutions. Bien au contraire, elles se bornent à attiser les tensions. En outre, elles disqualifient aussi les musulmans tolérants/ouverts/modérés, en poussent certains dans les bras des moins tolérants, et contribuent aussi à ce que l’on ne puisse pas invoquer la France sans passer pour un nationaliste ou un identitaire. Je ne vois pas le bénéfice.

    @ mcm : dont acte. En revanche, sur le mensonge, vous aurez noté que je n’ai pas dit que les cantines hallal n’existaient pas mais que personne ne m’avait jamais apporté la preuve contraire. Mais je doute que l’esprit de nuance vous obsède.

    **

    Dernière chose : certains, à la Droite Populaire, ne se sont pas non plus trompés d’interprétation. Mariani se désolidarise, Vanneste qualifie l’opération de provocation.

    Mais certains continueront à soutenir que, non, non, non, faut pas voir à mal.

  • Logopathe : « Ce pays a énormément changé en une ou deux générations. L’espace symbolique dans lequel vivaient nos grands-parents s’est profondément modifié. Que fait-on de ceux qui refusent tout ou partie de ces changements? On les exécute? »

    +1

    Je crois même qu’on peut -qu’il faut !- aller plus loin sur cette piste qui me semble la seule à même de nous permettre de comprendre un tant soi peu ce qui arrive. Et, pardon pour le hors-sujet, je rejoins le début de débat lancé sur la technique dans un post précédent.
    « Ce pays a énormément changé en une ou deux générations. L’espace symbolique dans lequel vivaient nos grands-parents s’est profondément modifié. »
    Je crois même qu’il y a eu rupture consommée et croissante entre notre espace symbolique et le monde dans lequel nous vivons. L’espace symbolique évolue très lentement, il est couramment admis qu’il faut au moins deux générations pour qu’une situation soit acceptée de fait et fasse partie de l’imaginaire collectif, de l’identité : des jeunes naissent et grandissent dans un espace symbolique que leurs parents ont déjà connu, assimilé, et leur transmettent (Un exemple concret : faire de l’Afghanistan une démocratie en 5 ans quand il en faudrait THÉORIQUEMENT au moins 50 : techniquement impossible, sans parler de ce que représentent effectivement 50 ans aujourd’hui et du cas particulier et des multiples particularités de ce « pays » qui n’en est pas un -conglomérat de tribus. Mais revenons à nos moutons.)
    Ce rythme naturel est totalement mis à mal depuis plusieurs décennies, car le monde concret, quotidien, technique, est bouleversé de plus en plus fréquemment et violemment à cause des progrès techniques de plus en plus rapides qui bouleversent profondément notre mode de vie. (NB : ceci dit sans aucun jugement de valeur sur ces progrès techniques, ce qui serait un autre sujet ; il s’agit juste d’une observation factuelle.)
    Cette situation de décalage, de rupture, est totalement neuve dans l’histoire. On NE SAIT PAS/PLUS expliquer notre monde et ce qu’il devient, parce que nous n’avons pas les concepts qui permettent de le rendre intelligible. Nos concepts actuels, modernes, datent en gros des Lumières, et sont quelque peu dépassés par les résultats concrets, par le monde qu’ils ont eux-même permis de faire éclore.
    Ce que d’aucuns appellent « post-modernité ».

    Prendre conscience de cela permet de comprendre pas mal de choses. (Du moins me permet de comprendre pourquoi on ne comprend plus rien au monde dans lequel nous vivons 😉 )
    Comme par exemple ce qu’on appelle « la fin des idéologies » (ou leurs derniers et violents sursauts…), dans un registre assez général ; dans le cas qui nous préoccupe ici, cela me permet de comprendre ces sentiments et ces réactions que nous voyons s’exprimer ici face aux phénomènes migratoires.
    Nos concepts issus des Lumières finissent par se retourner contre eux-mêmes (l’exemple de « la tolérance », bien mis en évidence par Courtlaïus quelques commentaires plus haut), ce qui explique l’engouement accru envers les thèses dites « réactionnaires ».
    Cette perte de repères généralisée, cette incompréhension fondamentale, est à la source de cette souffrance, de cette peur dont parle Logopathe juste au dessus : « Mais le fait que des gens éprouvent le besoin de se réfugier là-dedans exprime quelque chose, une souffrance. »

    Alors, que faire ? Déjà, prendre conscience des causes de cette peur et de cette souffrance, causes que j’ai tenté maladroitement de mettre en lumière juste au-dessus : la rupture croissante entre nos outils conceptuels et notre monde quotidien, ceux-là ne permettant plus d’appréhender celui-ci de manière convaincante, et donc encore moins de se projeter efficacement vers l’avenir.
    Cette peur est légitime, parce que nous sommes dans un bulldozer en accélération constante vers un monde inconnu et inconnaissable, et que les commandes sont muettes.

    Ceci fait, ce diagnostic posé, tout reste à faire 😉
    Personnellement, je trouve ça passionnant. Et je me sens obligé d’ajouter que sans l’Espérance chrétienne, c’est effrayant, parce qu’à vue simplement humaine…
    La seule bouée à laquelle se raccrocher est l’enseignement magistériel et traditionnel de l’Eglise « experte en humanité », car, comme dit aussi plus haut (par Koz), l’homme n’a fondamentalement pas changé depuis 6000 ans. Revenir à une anthropologie saine, ouverte sur la transcendance et la Vérité, voilà l’avenir. Le seul !

  • « Si on ne peut plus parler de saucisson et de pinard, sans être taxé de fascisme… On a voulu apporter chacun ses spécialités et les députés du Rhône ont proposé de la charcuterie et du vin, voilà. » L. Luca.

    C’est à hurler…
    On peut décerner une médaille « faux-cul de platine », pour un truc pareil, non ?

  • @Hervé, je pense que la « montée des préoccupations identitaires et des problèmes d’immigration et d’insécurité  » en France a été « fabriquée  » à partir des années 80 quand Le Pen est sorti de l’ombre.
    Dans nombre de pays européens, la montée de l’extrême-droite est assez importante , je crois, pour mériter d’être soulignée. Ces divers mouvements sont peut-être différents mais ils s’appuient tous sur le populisme et le nationalisme. On retrouve chez chacun d’eux les thèmes liés à la xénophobie et insécurité, l’ultra-libéralisme « mélangé  » à du protectionnisme, un rejet des élites et des intellectuels.
    Pourquoi ces thèmes trouvent-ils un écho auprès d’une partie des populations? Méfiance vis-à-vis des politiques, d’où crise de la représentativité démocratique? Peur de l’Europe? Brouillage des repères balisant les différents milieux sociaux?

  • mcm,

    Ce que vous avez prouvé est l’existence de menus hallal dans les cantines, autrement dit d’une possibilité de choix, pas celle de cantines hallal où la viande hallal serait imposée à tous.
    C’est pas pareil.

  • @ Else : rien ne peut être « fabriqué » que sur du vent.
    Il y a au départ un réel malaise, un réel questionnement face au monde que nous créons, qui ensuite est instrumentalisé, ce qui par voie de conséquence entretient et accentue ce malaise tout en empêchant de le prendre à bras le corps.

    Votre raisonnement tient à nier l’appréhension de départ, et donc, en réaction, à l’attiser. Ce faisant vous justifiez les réactions outrancières que l’on a pu lire ici même. 😉

    Il est nécessaire de réfléchir aux causes du malaise, pas de le discréditer en le prétendant totalement construit. Il est nécessaire de faire la part des choses entre le ressenti et l’instrumentalisation qui en est faite, certes à partir des années 80 avec le FN et tout le jeu politique qui l’entoure.

    cf mon long commentaire précédent sur les causes profondes du malaise.

    @ Guiliguili : une mention du genre « apéritif avec produits artisanaux de nos terroirs pour fêter dignement… » eût été beaucoup moins attaquable sur la forme. Sur le fond, je n’en sais rien, cela dépend des intentions des auteurs ; mais quand on lit ce que peut dire le sieur Lucas, on peut hélas en douter…

  • Si je suis votre raisonnement, il faudrait donc fêter la fête nationale à coup de khebabs-thé à la menthe d’un côté, et/ou de vins kashers de l’autre côté? Comme ça tout le monde sera content (sauf éventuellement le français non « communautarisé », mais bon on va non plus en faire tout un plat…). Comment? Je pousse le bouchon un peu loin? C’est possible, mais je crois que le message de cet apéro est bien de montrer le ras le bol général des communautarismes.
    Quand j’entends ensuite Lionel Luca faire son mea culpa à coup de « j’aime beaucoup manger des khebabs »dans le Point, j’hésite vraiment entre rire ou pleurer. Tout ça est réellement navrant, à commencer par le fait qu’un apéro saucisson pinard puisse faire un scandale en France.

  • Non.

    Voir plus haut, comme expliqué 100 fois. Si vous ne vous donnez pas la peine de lire, comment espérer que vous vous donniez la peine de comprendre ?

  • @Else,

    Je ne partage pas votre analyse, la peur n’a pas pu être complètement « fabriquée », elle est la fille de la crise et de la montée du chômage. Celui qui perd son emploi ou qui craint pour celui de ses enfants ne comprend pas que la France reste une terre d’accueil comme elle a pu l’être quand il y avait le plein emploi. Cette peur est exacerbée et exploitée par certains, j’en suis d’accord.

    @Jeff,

    Je suis d’accord avec « Je ne nie pas la nécessité de réguler l’immigration, de lutter fermement contre l’insécurité (en particulier les violences aux personnes) et d’être ferme sur la laïcité. Mais cela doit se faire sans stigmatiser les étrangers présents sur notre sol, ni la religion musulmane, ni les Français issus de l’immigration, etc. On peut avoir une identité forte et néanmoins évolutive et ouverte sur le monde. »

    Mais il ne faut pas se raconter d’histoires, réguler l’immigration cela veut dire accepter de faire des choses « moches »: expulser les clandestins, définir des quotas pour faire en sorte que les nouveaux entrants s’intègrent…

    A ce sujet, et compte tenu du chômage, il me semble a priori logique pour l’instant de réduire l’immigration de travail. (Cela devrait pouvoir se discuter sans invectives).

  • @ Gwalarn:
    Il existe suffisamment de façons neutres de convier à un buffet républicain que le fait de préciser vin et saucisson est évidemment dirigé contre les musulmans (et les juifs par la même occasion).

  • lambertine dit :
    12 juillet 2011 à 16 h 33 min
    <> | Répondre | Citer

    Ce que vous avez prouvé est l’existence de menus hallal dans les cantines, autrement dit d’une possibilité de choix, pas celle de cantines hallal où la viande hallal serait imposée à tous. C’est pas pareil.

    Ah pour suppléer à votre phobie de la recherche par soi-même, voici après 10 secondes de recherche avec la phrase clé cantines 100% halal, le titre d’un site musulman : « Cantine 100% halal et voile autorisé dans un lycée de Roubaix » : http://www.no-mejliss.com/showthread.php?2749-Cantine-100-halal-et-voile-autoris%E9-dans-un-lyc%E9e-de-Roubaix

    Extrait : « Dernier symbole du consensus : tout le lycée mange halal à la cantine, y compris les non-musulmans. Il était plus simple d’adopter cette préparation rituelle de la viande, que les autres confessions peuvent tolérer. »

    puis après 10 autres secondes de recherche « Air France : repas 100 % halal pour le personnel salarié » Source : http://www.lepost.fr/article/2011/07/08/2544236_air-france-repas-100-halal-pour-le-personnel-salarie.html

    Extrait : »le syndicat majoritaire, qui a expliqué de manière « agressive » que servir des repas halal « ne gênerait pas les non musulmans, qui ne le savent pas, car cela ne change pas le goût » »

    Un p’tit dernier pour la route, si vous me pardonnez cette expression raciste, même les CRS se plaignent : « Il lui signale que les CRS, de passage en région parisienne et cantonnés à Pondorly (Val-de-Marne), mangent de la viande halal au mess et ceci à notre insu ». Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/04/28/97001-20100428FILWWW00491-crsviande-halal-indignation-syndicale.php

    Franchement, c’est assez incroyable quand même que je trouve tout seul en une minute ce que vous ne trouvez pas après des journées de palabres, je vais finir par croire, à l’instar des français, que vous y mettez beaucoup de mauvaise volonté.

  • @Koz: Je me suis donné la peine de lire, en revanche vous marquez dans un point dans le sens où je pense nos points de vue sont probablement irréconciliables tout simplement parce que nos conception de la France sont différentes. Je répète cependant ce que j’avais dû écrire dans un commentaire sur un sujet précédent: je ne suis bien souvent pas d’accord avec vos prises de partie mais elles prêtent cependant toujours intelligemment à réfléchir, raison pour laquelle je continue à lire ce blog!
    @Guy: Je suis entièrement d’accord qu’il s’agit d’une provocation, je pensais d’ailleurs l’avoir fait transparaître dans mon commentaire. Reste à en tirer les conclusions qui vont bien!
    @ Koz:

  • @ mcm : il y a donc des cantines qui proposent aussi des menus hallal.

    En revanche, si vous aviez eu 10 secondes de plus pour votre recherche, histoire d’aller au-delà de ce que fdesouche vous dit, vous auriez lu sur le forum musulman dont vous parlez que les faits relatifs au lycée Lavoisier sont anciens. Un commentaire mentionne un article dans Libé, et en effet, Libé en parlait… en 1999. Contrairement à ce que veulent nous faire croire les prophètes de l’apocalypse, le mouvement ne semble pas correspondre à une généralisation.

    Pour le reste, je considère également qu’une entreprise ou une administration n’a pas à proposer un menu tout-halal. Je m’en tiens à ce que fait l’établissement des enfants : un menu alternatif sans porc lorsqu’il y en a au menu.

    @ Gwalarn : en l’occurrence, ce n’est pas un problème de conception de la France. Même avec une conception de la France différente, on peut aboutir à la même conclusion logique que moi. Après, soit on assume le fait que ce buffet passait un message anti-musulman, soit on joue au couillon et on s’insurge parce qu’ils vont quand même pas nous interdire de manger du cochon, merde alors.

  • Quand on voit une partie des commentaires qui ont été validés, il semble plus prudent de ne pas chercher à imaginer le contenu de ceux qui ont été retenus…

    Merci pour le billet, et continuez !

  • Hervé a écrit : :

    « Je ne nie pas la nécessité de réguler l’immigration, de lutter fermement contre l’insécurité (en particulier les violences aux personnes) et d’être ferme sur la laïcité. Mais cela doit se faire sans stigmatiser les étrangers présents sur notre sol, ni la religion musulmane, ni les Français issus de l’immigration, etc. On peut avoir une identité forte et néanmoins évolutive et ouverte sur le monde. »
    Mais il ne faut pas se raconter d’histoires, réguler l’immigration cela veut dire accepter de faire des choses « moches »: expulser les clandestins, définir des quotas pour faire en sorte que les nouveaux entrants s’intègrent…
    A ce sujet, et compte tenu du chômage, il me semble a priori logique pour l’instant de réduire l’immigration de travail. (Cela devrait pouvoir se discuter sans invectives).

    Merci Hervé. Je suis d’accord avec vous.

    Ce n’est pas stigmatiser les étrangers que de reconnaitre nos limites dans l’accueil, de vouloir transmettre à nos enfants un pays en paix, prospère et respectueux des droits de l’homme.

    Les pauvres veulent venir en France parce qu’ils savent qu’ils recevront beaucoup de nous et ils ne se trompent pas.

    Rocard disait déjà le 24 août 1996: « la France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part. »

  • @koz : L’émergence ou la multiplication des revendications communautaristes plutôt que l’existence de menus hallal dans les cantines scolaires me semble plus pertinente pour observer le phénomène. Je suis plutôt critique quant à cette initiative médiocre. Comme si la droite populaire ou les identitaires créent un tabou alimentaire par défaut pour différencier le pur de l’impur, exactement comme les principes hallal/haram. Je n’ai pas l’impression que dans l’histoire française (disons depuis la Révolution) des tabous alimentaires aussi stricts et répandus aujourd’hui que le hallal ont existé. Et puis bon, ce sont quand même des politiciens. Critiquer l’organisation d’un tel évènement revient à nier la nature même de la politique et du marketing. Autant s’indigner des barbecues hallal organisés par les écoles ou les municipalités. Ma crainte principale est de laisser plutôt les us&coutumes les plus conservatrices devenir le dénominateur commun de la vie en société. Si vous avez la chance d’assister à un mariage entre un(e) musulman et une personne issue d’une autre religion, vous observerez que les rites musulmans dictent plutôt les festivités : d’après mon expérience, par exemple, soit l’alcool était banni des repas, soit les familles musulmanes et non-musulmanes étaient séparées , pas de vin d’un côté, vin de l’autre. Pour parler franchement, étant gourmand & gourmet, je me suis fait chier comme un rat mort…

  • Je reprends ici un commentaire de Gwynfrid, placé par erreur sous un autre billet :

    D’après Authueil, la Droite Populaire n’est plus si populaire que ça ni à l’Élysée, ni à l’Assemblée. Peut-être un peu optimiste… intéressant en tout cas de voir que beaucoup de membres du collectif, notamment M.Vanneste, se sont fait discrets.

    Quand on voit qu’ils se désignent eux-mêmes comme des « Gaulois », reprenant une fois encore les marqueurs de l’extrême-droite…

    [NB : non, je ne validerai pas les commentaires indignés contre le fait qu’on ne puisse plus se dire « Gaulois » en France, putain, mais c’est un monde]

  • « Ça fait 25 siècles qu’il y a du vin en France ! On ne va pas empêcher les gens de boire un coup de rouge, c’est aberrant, c’est du terrorisme intellectuel ! », s’exclame Jacques Myard.

    La distribution de médailles peut continuer.

  • La peur d’une islamisation larvée est infondée parce que nous sommes partie prenante d’une république qui a su jusqu’à présent faire valoir avec force ses principes de laïcité.

    Par contre, la peur d’une dilution du sentiment national et des repères identitaires et culturels me semble légitime. Une meilleure intégration des populations immigrées serait à même de calmer cette inquiétude, ce qui suppose une nécessaire régulation des entrées.

    Brandir le saucisson et le vin rouge est à la fois habile et pernicieux car ces symboles en appellent confusément à ces deux peurs.

    Alors merci Koz d’avoir dénoncé cette manœuvre.

  • J’aurais même tendance à penser qu’elle va jusqu’à souiller le drapeau si présent dans leur invitation.

    Est-il possible pour un citoyen de porter plainte pour outrage au drapeau, depuis qu’une loi idiote existe à ce sujet (défendue probablement par les mêmes)?

  • @Gwynfrid

    Merci pour l’info. Que les Droite Pop défendent plus ou moins heureusement leur initiative, c’est logique sinon intelligent. Que Christian Jacob s’y mette est beaucoup plus emmerdant. Le boulot de Jacob est l’unité du groupe mais il a plus d’un outil à sa disposition: le recadrage, le silence géné, le mépris, le bottage en touche…

    J’avais été le premier à défendre Jacob quand on lui avait fait un procès en antisémitisme pour ses propos sur DSK, mais si le terroir à la Jacob, c’est ça, effectivement, ça peut déraper vers le puant.

  • Hervé a écrit : :

    La peur d’une islamisation larvée est infondée parce que nous sommes partie prenante d’une république qui a su jusqu’à présent faire valoir avec force ses principes de laïcité.

    Le «risque» existe, ou la «chance» selon ses convictions. On ne connait pas l’avenir. Les politiques ont le rôle de prévoir.
    J’ai lu dans le livre de la démographe Michèle Tribalat « Les yeux fermés » P 155: «en 1999, près de 14 millions de personnes étaient d’origine étrangère, soit 24% de la population recensée en métropole. source INED»
    Je mets en lien le pedigree de cette dame pour que vous vérifiez sa crédibilité non fascisante: http://fr.wikipedia.org/wiki/Mich%C3%A8le_Tribalat

    90% de l’immigration est d’origine musulmane, surtout maghrébine.
    Voici d’autres chiffres dans un article de Malika Sorel: « officiellement, il y a 200 000 entrées nouvelles en France chaque année. S’y ajoutent 80 000 à 100 000 clandestins par an. « La proportion de jeunes issus de l’immigration atteint 37 % en Île-de- France, 23 % en Alsace, 20 % en Rhône- Alpes », selon Mme Tribalat. »
    http://www.valeursactuelles.com/dossier-d039actualit%C3%A9/dossier-d039actualit%C3%A9/malika-sorel-quotsur-l039int%C3%A9gration-france-fait-trop-de

  • @ elkana:
    Vu l’histoire de la France, je pense que le chiffre des Français d’origine étrangère est plus proche de 55 millions, si on veut être précis. Car pour Mme Tribalat, à combien de génération doit-on remonter pour ne plus être qualifié « d’origine étrangère ». De plus, on parle toujours des immigrés qui rentrent mais jamais de ceux qui s’en vont.

  • Guy Liguili a écrit : :

    Car pour Mme Tribalat, à combien de génération doit-on remonter pour ne plus être qualifié « d’origine étrangère ».

    Ce chiffre de 14 millions correspond aux personnes qui ont un parent ou un grand-parent immigré.

    elkana a écrit : :

    90% de l’immigration est d’origine musulmane, surtout maghrébine.

    Oh la belle affirmation non sourcée, et qui ne risque pas de l’être, à moins de ficher les entrants selon leur religion… Mais on peut tout de même facilement trouver une source qui montre que ce chiffre est hautement fantaisiste.

  • Il me semble que le terme de « Gaulois » provient du langage des enfants d’immigrés extra-européens de « banlieue », comme on dit. On est donc bien dans un processus d’identification mimétique. Qui est en lui-même la marque d’un problème d’intégration (quelles qu’en soient les causes).

  • Gwynfrid, Michèle Tribalat a écrit son livre « Les yeux fermés » pour dénoncer l’aveuglement statistique qui règne depuis plus d’une dizaine d’années en ce qui concerne l’immigration. Elle montre dans son livre que votre source, l’INED n’a plus aucune crédibilité. La dernière statistique crédible de l’INED remonte à 1999. C’est vrai qu’elle chiffre les français d’origine étrangère jusqu’au grand-parents. Mais cela nous donne une idée de l’énorme changement de peuplement qu’a connu notre pays depuis 30 ans.

    Pour ce qui est des proportions comme quoi 90% des entrants en France sont musulmans, j’ai entendu Robert Ménard le dire à Guy Arcizet, Grand Maître du Grand Orient de France. Personne ne l’a contredit depuis. J’ai vu ce chiffre confirmé depuis mais je n’ai pas noté cette source, je vous le diffuserai dès que je la retrouverai.

    Je ne comprends pas comment les contastations de visu et les chiffres les confirmant ne vous pousse pas plutôt à réfléchir à l’avenir et aux choix à faire dans notre société. Je ne suis pas inquiet mais conscient des enjeux. Je pense vraiment que les français doivent pouvoir s’exprimer sur l’accueil dans leur territoire. Pourquoi ce choix serait-il confisqué par les pouvoirs bourgeois. L’impact des choix des politiques en matière d’immigration rejoint directement les français, surtout les plus pauvres, dans leur quotidien.

    Je suis en train de lire le livre de Malika Sorel « Le puzzle de l’intégration » qui alimente ma propre expérience depuis 17 ans en banlieue, classée « violence ». Je ne suis plus un naïf. Je préfère chercher un chemin de paix pour mon pays. Les personnes qui dénient les difficultés liés à l’immigration, aveuglés par leur désir de vivre tranquille, ayant peur d’avoir peur, pacifistes de notre époque, sont tout aussi dangereux que les fachos qui ne respectent pas la liberté religieuse. Ces 2 extrêmes nous préparent un nouveau Liban. Les premiers, par leur passivité, en permettant l’avènement des conditions d’un grave conflit, les seconds en pensant sauver leur culture en se basant sur des principes injustes.

    Je vous recopie un extrait du livre de M. Sorel (je vous conseille les Ch 1 et 3): « Aujourd’hui, les Français ont peur. Ils se sentent en insécurité quant au respect de ce qui fonde leur identité? A leur défense de tout ce qui participe de cette identité, on attribue désormais l’étiquette de « raciste ». Les français ne se sentent plus protégés ni par les institutions, ni par leur classe politique…. Refuser de décrypter les causes de leur comportement et ne pas travailler à les rassurer les pousse à se refermer chaque jour davantage sur eux-mêmes. … Le jour où les Français se sentiront à nouveau protégés, la situation évoluera pour le plus grand bonheur de tous ceux, issus de l’immigration récente, qui aspirent à ce que les français les adoptent. »

  • « « Aujourd’hui, les Français ont peur. Ils se sentent en insécurité quant au respect de ce qui fonde leur identité? »

    Les français ont TOUJOURS eu peur. Franchement, donnez-moi un moment où les français n’ont pas eu « peur » de masses d’étranger en train d’arriver ? Ca fait 40 ans qu’on cultive la peur des maghrébins (parce qu’il faut arrêter de se voiler la face, derrière le mot « musulman » se cache le fait que des gens arrivent du maghreb. Personne n’a jamais parlé de menace de Pakistanais arrivant en France) mais avant on avait la peur du rital, celle du Polonais, celle du Portugais, celle de l’allemand, celle du juif, etc… etc…

    « 90% des entrants en France sont musulmans » :
    Je ne savais pas que musulman était un pays. Ils arrivent, et ils disent cash « salut, je suis musulman » avant de décliner leur nationalité. Et ils disent s’ils sont sunnite ou chiite aussi ? (La plupart des gens qui parlent de la menace des musulmans sont d’ailleurs en règle générale incapable de faire la différence entre les deux, alors qu’il y a une différence de culte grande comme celle qui sépare un mormon d’un juif sépharate.)

    Ayant bossé pour la Cimade, j’ai vu des arabes, des noirs, des mongols, et des tas de gens venant de pays très très nombreux, pas plus musulman qu’autre chose, souvent arrivés dans ce pays illégalement. Preuve que les statistiques, c’est bon pour faire peur aux 65% de chrétiens qui ont « peur » ou « le sentiment » d’être envahi par 7% de musulmans. D’ailleurs, la plupart des gens qui viennent dans ce pays le font pour manger, ou pour trouver une autre qualité de vie. Faire du prosélytisme pour leur religion, ils s’en foutent un peu.

    Sinon, à quand une affichette de la Droite Populaire avec écrit : « On enverra des cailloux à tout les bronzés qui oseraient venir » et comme défense contre les gens indignés : « depuis quand les cailloux sont interdit dans ce pays ? »

  • elkana a écrit : :

    Pour ce qui est des proportions comme quoi 90% des entrants en France sont musulmans, j’ai entendu Robert Ménard le dire à Guy Arcizet, Grand Maître du Grand Orient de France.

    Ah ben là évidemment il ne me reste plus qu’à m’incliner, devant la force de faits aussi irréfutables.

    Bon, je vais résister à la tentation de poursuivre sur la voie de l’ironie, car je vois bien que vous cherchez à débattre de façon sérieuse. Malheureusement, j’ai un peu de mal à vous suivre. Je voulais simplement souligner le peu de crédit qu’on peut accorder à des chiffres comme celui de 90% de musulmans, de toute évidence sorti d’un chapeau. Sur le fond, je ne sais pas quels sont les vrais chiffres, surtout si vous considérez que ceux qui viennent des organismes de l’État ne sont pas fiables. Comment comptez-vous faire alors ? Consulter uniquement les experts qui renforcent vos « constatations de visu » ? C’est là la solution choisie par ceux qui ne croient pas au changement climatique parce qu’il a neigé devant leur porte cet hiver, ce qui leur a donné envie de lire Claude Allègre…

    Mais, plus profondément, je crois que les chiffres et les faits n’ont aucune importance réelle dans cette discussion. Si vous croyez que l’on prépare un nouveau Liban, il faudra sûrement plus que des statistiques pour changer d’avis. OK, je ne doute pas de votre sincérité. Seul le futur pourra valider ou non votre sentiment.

  • @ Mad-Dog:

    « Les français ont TOUJOURS eu peur. Franchement, donnez-moi un moment où les français n’ont pas eu « peur » de masses d’étranger en train d’arriver ? »

    J’ai l’impression et peut-être que je me trompe, qu’autrefois l’arrivée d’étrangers pouvait générer des peurs mais pas celle de voir l’identité de la France menacée.

    Et cela tient plus au fait de l’affaiblissement de la place de la France dans le monde. Autrefois l’immigrant était perçu comme pouvant renforcer cette spécificité française, valorisant une fierté patriotique, alors qu’aujourd’hui il serait perçu négativement de ce point de vue. L’immigrant serait ainsi la victime, le bouc émissaire, de la dilution du sentiment national dans un espace mondialisé, sans en être la cause.

    Cette perte de confiance dans la nation étant néanmoins préoccupante pour la cohésion sociale et le dynamisme interne, l’immigration doit être analysée et maîtrisée.

  • Azouz Begag corrobore les chiffres de Michèle Tribalat et Malika Sorel. On ne peut le traiter de « facho » ou de « raciste », on peut par contre le prendre pour un « couillon ».
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Azouz_Begag

    Il dit qu’il y a 15 à 20 millions de musulmans en France sur le plateau de France Ô en mai 2011. Les invités rigolent.
    http://www.dailymotion.com/video/xiwsnc_arithmetique-migratoire-azouz-begag-il-y-a-15-a-20-millions-de-musulmans-en-france_news

    Donc, son estimation est d’environ 15 millions de musulmans, soit 25% de la population. Cela peut apporter les valeurs positives de l’islam à l’avenir de la France. Ils peuvent aussi prendre ce qu’il y a de bon dans la culture française, comme la liberté de conscience.

    Mais, on ne peut nier la forte influence des islamistes dans la communauté musulmane, cf Dalil Boubakeur: « Il y a une stratégie, des actes, la genèse d’une identité meurtrière qui est en train de submerger et de faire croire que ça serait ça l’Islam, alors que ce n’est pas ça du tout. » (propos tenus sur RMC le 3 janvier 2011), cf Azzedine Gaci, président du CRCM de Lyon, disant son inquiétude devant la violence de certaines prédications dans les mosquées.
    http://lyon.catholique.fr/?L-islam-est-compatible-avec-les

    Et les émeutes de novembre 2005 pourraient de nouveau avoir lieu mais en plus destructeur, car le discours victimaire a été exceptionnellement alimenté pour attaquer Sarkozy.

    La résolution de ces problèmes afin d’intégrer la population immigrée et de rassurer les français a plusieurs réponses:

    1) immigration régulée, pas de naturalisations automatiques, reconduite à la frontière des clandestins avec des dérogations possibles pour des situations humaines exceptionnelles,…

    2) déculpabilisation des français, reconnaissance des efforts faits par la France, respect des valeurs françaises (laïcité, liberté de conscience, égalité homme-femme,..),

    3) responsabilisation des jeunes issus de l’immigration, non-justification de la violence par des responsables politiques partisans ou associatifs, patience et persévérance des accompagnements sociaux et éducatifs des banlieues, arrêt des discours de victimisation des jeunes de banlieue,

    4) permettre la pratique décente du culte aux musulmans,

    mais surtout pas de réguralisations collectives, ni de droit de vote aux étrangers (risque de perte de contrôle politique sur des territoires),…

  • Si je vais sur le site copains d’avant, je prends ma photo de classe de 4eme :

    Moi : Silli avec mon copain Riccetti. Ma voisine De Castro, Troglic, Nyznick, Nebig, De Gouveia, Kostur, Jaoucha, Jaouani, Dolata, Ukropina …. Voilà le meting pot d’une classe d’un collège d’un bassin sidérurgique de Lorraine. Menard devrait un peu voyager au lieu de dire des conneries.

  • « Donc, son estimation est d’environ 15 millions de musulmans, soit 25% de la population. « 

    C’est quoi ce chiffre tout pourri ? Depuis tout les recensement fait dans ce pays, les musulmans n’ont jamais dépassé les 10% de la population, même avec les statistiques du ministère de l’intérieur qui comptabilisent de façon assez malhonnête que si une personne est originaire du maghreb, on la compte comme musulmane. (Un type comme Eric Besson compte pour musulman, par exemple..)

    Si les gens se mettent à balancer des statistiques totalement irréelles, tu m’étonnent qu’après ils se mettent à avoir peur que « l’identité de la France soit menacée » : a force de recouper des statistiques floues, couplées à des faits divers bancals (et parfois réexagéré par le bouche à oreille) les gens se font peur.

  • « On ne peut pourtant pas imaginer que toute l’UMP ait aujourd’hui soudainement adopté les thèses de La Droite Populaire »

    Si si on peut…

  • Je viens répondre à ces accusations par une vérité oubliée : les français ont cohabité avec les musulmans en Algérie, en Tunisie, au Maroc, au Moyen Orient, depuis des siècles et mon père, qui était militaire dans un Régiment de Spahis Algériens, m’a raconté la vie des soldats, français et algériens. En ce temps-là,(1939- 1959) les militaires français étaient catholiques croyants et les algériens, musulmans croyants. Et contrairement à ce qu’on entend et lit partout, ces problèmes n’existaient pas. Personne n’obligeait les musulmans à manger du porc et les musulmans n’obligeaient personne à manger hallal. Et il y avait du respect et de l’amitié, détruits par la guerre civile et ses conséquences.

    Ces histoires insensées datent de l’immigration en France depuis que la gauche – qui a la cafetière en ébullition – donne sans arrêt des leçons de tolérance, mais toujours aux mêmes !

    Donc faire un scandale planétaire pour cet apéritif, c’est une tempête dans un verre d’eau.

  • @ Mad-Dog:

    Quand j’étais petit, un musulman, c’était dans ma représentation des choses juste quelqu’un qui avait une religion différente de la mienne. Aujourd’hui, musulman évoque au-delà d’une religion, l’appartenance à un monde structuré et différent qui a connu son émergence dans les médias à partir des années 70 avec la crise du pétrole. J’écris cela, je ne sais pas si c’est pertinent, pour essayer de comprendre cette crainte irraisonnée de voir notre identité modifiée, crainte qui ne peut pas s’expliquer ou se combattre uniquement avec des statistiques.

  • @ Thomas:
    La politique n’est pas tant une question de conviction que de carrière. S’il faut appeler à éliminer la moitié de l’humanité pour que les électeurs votent pour lui, le politique va se sentir un peu coupable (et encore, pas certain) mais il va faire, c’est son salaire et son avenir qui est en jeu. La Droite Populaire n’est qu’une poignée de politicards qui ont senti que le vent est au fascisme et qui n’ont pas peur de se salir les mains, si ça peut les faire réélire.

  • Rapidement ( parce que je ne voudrais pas ennuyer Koz et les lecteurs du blog), mais je voudrais répondre à Hervé et PMalo pour leur dire que oui, je suis d’accord avec eux pour objecter que les peurs et autres xénophobies n’ont pas été réellement « fabriquées » Le Pen, mais j’aimerais souligner tout de même la portée ( même si cela remonte à une trentaine d’années, c’est cela aussi l’Histoire) des résultats des élections municipales de Dreux en 1983. Car , c’est la première fois qu’il y a eu alliance pour une liste RPR-FN ( contre l’avis de Jacques Chirac, Simone Weil n’avait pas eu son mot à dire mais a spécifié qu’elle se serait opposée à cette union face à une liste union de la gauche). Cette liste est sortie victorieuse suite à une campagne anti-immigrés. C’est à partir de là que tout s’est déclenché, que Le Pen est sorti de sa boîte ( si je peux m’exprimer ainsi), est devenu incontournable. Il disait lui-même à cette période qu’ il faudrait à partir de cette date, compter avec son parti, comme 3ème composante de l’opposition anti-marxiste . (Ce sont ces mots , site INRA .). Les médias, je ne sais plus qui a dit que la barbarie fascinait, se sont lâchés et jetés sur le phénomène. Je me souviens des élans de colère que je retenais intérieurement. Ça commençait à ce moment à « sentir mauvais »…
    Voilà, à part cela, entièrement d’accord avec le commentaire de Mad Dog 13 juillet 22h36.
    Encore un petit mot:dans ma région, certains villages viticoles qui ne voient jamais d’immigrés , qui n’ont pas à faire face aux problèmes de chômage, qui ont peu de pauvres (Champagne), votent à 20% extrême-droite.
    Je ne comprends pas très bien ces peurs irrationnelles, illogiques,imaginaires .
    J’aimerais bien aussi qu’ « on » me donne une définition précise de « l’identité »…
    Je crois, pour finir, qu’il y aussi beaucoup d’égoïsme ( on l’est tous ) dans les réactions. Et je termine par cette phrase de Raphaël Enthoven dans « Le philosophe de service et autres textes Gallimard ):
     » L’égoïsme, c’est peine perdue. Etre égoïste, c’est rendre les rames à la peur, c’est choisir le dédain pourtant, à terme, plus dur à vivre que la solidarité. L’égoïsme est sans pitié pour quiconque s’y soumet. Toute âme close est un coeur à l’agonie. »

  • le chafouin a écrit : :

    Ce dont ils ne se rendent pas compte, c’est que au final, ils ne sont que les idiots utiles du FN.

    Je crois qu’ils sont aussi les idiots utiles de tous ceux qui ne veulent surtout pas qu’on parle d’immigration. Voila des mecs bien cons, bien lourds, bien provocateurs… une aubaine si on souhaite imposer le message : critique de l’immigration = fascisme. D’où le tintamarre médiatique assourdissant et totalement disproportionné autour de cette triste initiative.

    Toujours ça de gagné pour retarder encore et rendre encore plus malaisée toute discussion de fond sur l’immigration. Moi j’attends toujours qu’on ait le droit de discuter autour de données statistiques robustes (cessons d’interdire la connaissance) et de quelques idées simples :

    • La politique d’immigration doit d’abord et avant tout avoir pour objectif l’intérêt du pays d’accueil,
    • Le principal vecteur d’intégration, c’est le travail,
    • A Rome fais comme les Romains,
    • La meilleure façon d’intégrer des gens à un groupe, c’est d’être exigeants avec eux.

    Notre modèle d’intégration a très bien fonctionné jusqu’à ce qu’on le noie dans les postures victimaires et la culpabilisation. Comme le dit très bien Tara, c’est inutile et contre-productif : « Nous avons appris à ne pas nous sentir stigmatisés: la victimisation n’est pas une pratique familiale. Elle ne sert à rien, empêche le véritable dialogue et amène à des conduites d’évictions qui ne vont pas dans le sens de l’humanisme qui a pétrit mon enfance.« 

    Quelques mots sur cette affiche. Il s’agit clairement d’une provocation qui fait clairement référence au bloc identitaire. Pour autant, je crois cette provocation davantage dirigée contre le « lobby immigrationniste » que contre les musulmans. Et d’ailleurs, ça n’a pas loupé, tout ce que notre pays compte de journalistes, blogueurs, commentateurs antifascistes s’est empressé de nourrir le troll et de faire le buzz de Lionnel Luca (illustre inconnu dont j’ignorais l’existence il y a 6 mois).

    Les musulmans, pourtant victimes officielles de cet ignoble apéro, on ne les a pas beaucoup entendus. Ca ne me surprend pas. La dernière fois que j’ai vérifié, les musulmans étaient des êtres humains comme moi et pas des bulles de savon. A ce titre, ils ont une capacité à résister aux innombrables agressions de leur milieu naturel tels les courriers de l’administration, les cognages de petit orteil dans le montant du lit, ou les politocards de deuxième ordre qui ne les aiment pas.

    Enfin, puisqu’on parle de fête nationale. Je suis tombé sur un étrange édito de Claude Askolovitch dans le dernier JDD. J’apprécie plutôt Asko. Pas toujours d’accord avec lui, mais il est largement au dessus de la moyenne en matière d’ouverture d’esprit et ses raisonnements sont souvent bien argumentés. Là, il fait la retape du concert de SOS Racisme du 14 juillet. Ca donne ça : « Mais il reste bon que l’on fasse nombre et que l’on s’agglutine au Champ-de-Mars, dans une fête qui sera vraiment nationale, la fête des moins blancs et des non-hétéros, des moins riches et moins gaulois, et de tous les autres… (graissage par mes soins)

    Moi j’appelle ça un bon gros dérapage raciste. En édito, dans un grand journal national. Ca craint un peu, non? Moi je suis pour la liberté d’expression, le JDD peut écrire ce qu’il veut. Mais je m’étonne que cette évolution de leur ligne éditoriale n’ait pas été commentée. Une recherche Google sur le passage que j’ai graissé donne exactement zéro hit. Aucun journaliste, aucun commentateur, aucun blogueur n’a relevé que dorénavant le JDD pense que pour être vraiment Français, il faut avoir la bonne couleur de peau.

    Le contraste avec la médiatisation des pitreries de Luca est édifiant.

  • @ Judith : je ne suis pas sûr que votre commentaire illustre bien votre propos. Pour moi, qui ait des exemples du même genre en tête, il illustre surtout que la cohabitation est possible. Qu’est-ce qui a changé, alors ? Et pourquoi nous dit-on que la cohabitation avec les musulmans serait par hypothèse impossible ?

  • Lib a écrit : :

    Je crois qu’ils sont aussi les idiots utiles de tous ceux qui ne veulent surtout pas qu’on parle d’immigration. Voila des mecs bien cons, bien lourds, bien provocateurs… une aubaine si on souhaite imposer le message : critique de l’immigration = fascisme.

    Plutôt d’accord. Les deux extrêmes se renforcent mutuellement, au détriment de la réflexion. Il devient difficile de défendre, comme tu essaies de le faire plus loin, une position équilibrée (oserai-je dire « centriste » ?). Plutôt que de parler de l’intérêt de la France et des conditions de l’intégration, on préfère s’étriper sur des concepts abstraits comme l' »identité nationale » ou la « diversité ». C’est intellectuellement moins fatigant, ça ne risque pas de coûter des sous, et ça permet de se différencier politiquement. Pendant ce temps,les vrais problèmes peuvent attendre.

    D’accord aussi pour réclamer des données robustes, sans lesquelles il est bien difficile d’avancer. Le temps passé à discuter de la crédibilité des sources est pris sur celui du vrai débat de fond.

  • J’ai essayé de vous dire que la cohabitation actuelle est très dificile à cause des mentalités, des états d’esprit, des mensonges historiques auxquels croit la majorité.
    La France n’a pas un casier judiciaire colonial historique contrairement à ce qui est affirmé sans arrêt depuis des décennies. Et on rencontre cette accusation, cette condamnation, cette opprobre, du matin au soir. Et les immigrés les ont reprises pour pointer du doigt les français de souche ou de quelques générations, comme si les immigrés étaient tous des saints et les français, tous des impies. Je veux vous dire que la publicité faite à cet apéritif est démesurée par rapport à d’autres évènements plus graves.

  • Comme indiqué dans le billet suivant et compte tenu du… potentiel de ce billet, et de mes vacances, je ferme les commentaires sous ce billet.

Les commentaires sont fermés