Combien de temps faut-il…

à un socialiste pour brandir l’excuse d’une manipulation des chiffres ? A un socialiste, et à François Bayrou, ça va de soi. Mais ça aurait alourdi la phrase.

Mardi, un résultat était donné. Pas un mince résultat. Et pas sur un mince sujet. Il n’a pas fait les gros titres. Question de priorité.

Le nombre de bénéficiaires du RMI a diminué de 8%.

Le nombre de bénéficiaires du RMI a diminué de 8%.

Le nombre de bénéficiaires du RMI a diminué de 8%.

La répétition ne me semblait pas de trop.

Le nombre de bénéficiaires du RMI a, notamment, baissé de 8%1 en raison de la bonne situation du marché de l’emploi. Le chômage, comme vous le savez, a atteint son plus bas niveau depuis 20-30 ans (-9,3 % en 2007). Et les créations d’emploi ont atteint le « nombre important » de 300 000 en 2007. Le nombre de chômeurs non indemnisés, allocataires potentiels du RMI, a également baissé de 10,4 % en 2007.

Il est également dû à l’efficacité des systèmes d’aide à la reprise d’activité. Mais le nombre de RMIstes ne bénéficiant d’aucune mesure d’intéressement diminue également (-3,2%).

Comme on dit, « on ne le répètera jamais assez » : ces chiffres recouvrent une réalité et l’unité de compte est une personne.

Ce chiffre, pourtant, n’a guère été repris. Et, grands dieux de la politique, il n’a même pas été exploité avant le scrutin de dimanche !

Brice Hortefeux disait, en début de semaine, qu’il fallait probablement faire « plus de pédagogie ».

C’est pas con.


  1. et de quatre []

Billets à peu près similaires

55 commentaires

  • A l’évidence, il s’agit là du résultat différé des courageuses réformes entreprises par le gouvernement Jospin il y a 6 ans.

  • Merci, Libéral ! Encore un peu, avec cette présentation honteusement tronquée de Koz, on aurait pu croire que la droite avait de bons résultats.

    Plus sérieusement, je suis réellement étonnée que Sarkozy n’ait pas compris que, face au déferlement de boue et de propagande médiatiques, il fallait expliquer, prouver et rabacher… Le boulevard qu’il laisse en permanence à la démagogie socialiste, ça me sidère !

  • Mais non, Koz, vous n’avez rien compris. ;-(
    Pourquoi le nombre de RMIste a t il baissé de 8%?
    Parce que cet état contre les plus pauvres a renforcé son épuration. Il a ainsi supprimé, volontairement le RMI à des pauvres gens sans ressources pour des motifs fallacieux.
    Cette baisse est tout simplement artificielle.
    Ainsi, on supprime , sans scrupule aucun, le RMI à des gens qui en ont besoin, mais qui ne peuvent pas défendre leurs droits parce qu’ils n’en ont pas les moyens.
    Le chômage a baissé ? Mais non, voyons, c’est un trucage pour faire remonter la cote de NS. on a supprimé nombre de chômeurs de la liste pour des raisons aussi farfelues qu’inégalitaires : non acceptation d’un travail proposé ( parce que, non conforme à leurs désirs légitimes, tant sur le poste que sur la rémunération, et en plus à 500m de chez eux, et ils n’ont pas les moyens de s’acheter des chaussures , les pauvres !)
    Parce qu’on ne compte plus les mi temps, temps partiels ou travail précaire. parce qu’on a crée des stages de formation bidon pour limiter le nombre de chômeurs…
    Voilà les vraies raisons de la baisse du chômage et des RMIstes : encore plus d’inégalité, encore plus d’injustices…

    Bon , je fais dans l’humour noir.
    Ceci dit, dans mon commentaire acide, il y a des choses qui ne sont pas fausses, à savoir que quelquefois, on vous propose un travail de 2h/jour tous les jours à 180km de chez vous : ça m’est arrivé ! Cependant, les coachs de l’ANPE ne sont pas stupides et dans ce cas, ils ont convenu que la proposition était inacceptable.

    Mais vous allez voir que mon argumentaire sera repris avec encore plus d’exagération par les syndicats et toutes les gauches.

  • C’est la raison pour laquelle je ne me suis pas contenté du seul chiffre d’une baisse de 8% des allocataires du RMI. Evidemment, certains vous répondront qu’il faut voir quel travail a été proposé à ces personnes. Effectivement, il faut voir. Et rien ne permet de présumer que le travail en question ne soit pas « correct ». Ensuite, c’est une conception de la vie, et de la vie en société : est-il préférable de rester allocataire du RMI dans l’attente, en exagérant un peu, d’un CDI à plein temps ou peut-on considérer, d’une part, qu’il est préférable que chacun s’assume seul dès lors que c’est possible, et qu’une remise au travail est aussi un pied à l’étrier ?

    C’est aussi là que le dispositif que Hirsch met petit à petit en place paraît intéressant : la remise au travail ne doit effectivement pas être pénalisante, parce qu’il y a des situations dans lesquelles on ne peut pas se permettre un quelconque sacrifice supplémentaire.

  • Ceci dit, que cette nouvelle ne soit pas diffusé ne devrait surprendre personne. Les résultats sur le front de l’emploi étant bons depuis quelques temps déjà, les médias ont décidé (et les français ont largement suivi) que l’emploi n’intéressait plus le peuple, qui voulait désormais du pouvoir d’achat. Sûr que si le pouvoir d’achat se mettait à augmenter dans les mois à venir (peut-être un résultat de la loi TEPA et des fameux milliards pour les riches… ), nos médias décreteront que les français ne se soucient pas de pouvoir d’achat mais veulent…. je ne sais pas, des stock-options pour tous et des distribution de chocolat suisse dans les rues…

    Bref, la presse aux ordres de Sarkozy semble interpréter ses ordres à l’envers, ou bien vient les prendre à l’adresse suivante :
    Nicolas Sarkozy,
    10 rue de Solférino
    75333 Paris cedex 07

  • Fais gaffe Koz, tu vas réveiller les blogueurs surveillés 🙂

    « Pédagogie » est un mot que j’ai employé moult fois depuis 6 mois dans des coms’, je serais heureux s’il devenait – enfin – une réalité…

  • et puis, vous oubliez l’argument massue qui accompagne en général la diffusion de chiffres concrétisant une action en faveur de l’emploi: le vieillissement de la population. Notre bon François Hollande en tête, ne manque jamais une occasion de rappeler ce fait incontestable. Il faut croire que cette fine analyse, remplit d’aise celui qui n’aime ni les riches ni l’effort qu’obligerait une objectivité constructive.

  • Un autre chiffre n’ a pas non plus trop remué les foules : le milliard et quelques millions de bénéfice de la SNCF.
    Tous ceux qui hurlent contre l’ hyper-libéralisme débridé de nos gouvernants n’ ont pas remarqué que ce n’ est certainement pas à des méthodes dérivées de l’ économie administrée que l’ on doit ce résultat. Et, même si c’ est une goutte d’ eau dans l’ océan, surtout ne pas dire que c’ est bon pour le budget de l’ Etat, c’ est à dire nous.

    (Pardon pour pour la digression).

  • Dans notre belle démocratie d’opinion il suffit de suivre les sondages pour savoir quels futurs slogans la gauche va sortir et marteler avec l’aide des médias jusqu’à ce que tout le monde en soit bien convaincu.
    La gauche est mieux organisée et relayée dans nos médias pour amplifier des frémissements d’inquiétude apparus dans les sondages. Elle est championne de la désinformation en transformant des mesures prises par le gouvernement pour soutenir l’activité économique en « cadeaux aux riches », des statistiques présentées en « manipulation des chiffres », des améliorations en « inégalités sociales » etc. etc.

    A ce sujet je mets en garde l’UMP sur une nouvelle campagne qui se prépare au sujet de la RGPP
    http://www.rgpp.modernisation.gouv.fr/ et la RGPO.

    Médiapart, ce nouveau site de désinformation, a commencé son travail de sape. Préparez vous, ça va enfler et monter en crème fouettée d’autant plus vite qu’il s’agit d’un sujet assez compliqué qui sera difficile à expliquer et pourra facilement être réduit par les maîtres de la désinformation en mesures anti-sociales et cadeaux aux riches.

    Il faut devancer les slogans qui se préparent et non pas courir pour rattraper ensuite. Le salaire de NS et la loi TEPA sont des exemples frappants de la nullité de communication du gouvernement et de l’UMP.

  • 1. c’est bien.
    2. c’est grâce à qui? à la conjoncture internationale et/ou à Chirac et Villepin?
    3. y’a pas eu récemment des actions de radiation, pour évincer des profiteurs? (j’espère qu’ils étaient pas 8% quand même ce serait vraiment énorme)
    4. ça fait quand même vachement plaisir.
    5. Est-ce que ces gens sont sortis de la pauvreté? L’objectif de Hirsch est de lutter contre la pauvreté. Sûrement que son dispositif jouera favorablement ET sur le nombre de RMistes ET sur la pauvreté. Pour le moment ça ne joue pas sur les chiffres publiés.

  • Ce sont des chiffres encourageants. Sont-ils le résultat de la politique de NS ou la conséquence de la pyramide des âges, les jeunes arrivant sur le marché du travail ne compensant pas le départ de leurs aînés à la retraite ?
    Je n’ai pas la réponse, mais je pense que c’est un peu des deux.
    Ceci expliquerait sans doute pourquoi l’UMP ne s’est pas appuyé sur ces bons chiffres lors des municipales.

  • La baisse du déficit de la sécurité sociale a-t-elle fait les gros titres de la presse et des médias ?
    Non, bien sûr, juste un simple bandeau défilant (c’est pas trop voyant, ça suffit bien !!!)

  • Lisette, tu illustres parfaitement la question que je posais d’entrée de jeu. Une grande partie des réponses à tes questions figure dans le billet et les articles liés. Il me semble préférable que tu te donnes la peine de les chercher. Sinon tes questions peuvent avoir un petit air d’opposition systématique et politicienne.

    Quant à ceux auxquels on peut attribuer le bénéfice du résultat, j’ai dans l’idée qu’un mauvais résultat aurait été attribué sans aucune difficulté à la « politique antisociale » de Nicolas Sarkozy.

  • bien entendu que c’est une bonne nouvelle, quelque soit le gvt responsable de cette progression.
    je n’ai par contre pas bien compris ton introduction qui semble etre sans rapport avec la suite de cette intéressante note.

  • Oui Koz, ça fait penser au bon mot du Maréchal Joffre : « Je ne sais qui a gagné la bataille de la Marne, mais je sais qui l’aurait perdue »

  • François Bayrou pourra se prononcer sur ce chiffre après un certain temps, histoire de faire une analyse précise du chiffre avec des travailleurs sociaux diplômés en fonction du retour d’expérience sur le terrain.

  • Les municipales sont un enjeu local, blah blah blah donc pourquoi avancer les statistiques économiques. Et d’ailleurs, l’UMP ne présentait personne, ils avaient tous planqués le sigle.

    Sinon, je ne comprends pas un truc :
    Le chomage est à 8%, les RMIstes ont disparu comme le montre cette étude, bref tout va bien mais alors pourquoi le français n’a pas le moral et va voir en masse les chtis comme thérapie de groupe ???
    Par extension, il n’y a plus de chomeur, plus de rmiste, donc ça doit faire des cotisants en plus et de l’activité en plus alors pourquoi la croissance est en berne ? et pourquoi les déficits se creusent ?
    Il y a des trucs bizarres mais je ne suis pas économiste.

  • Gasper, je parlais des réactions de Lisette et Olivc2. Au niveau politique, effectivement, l’information à semble-t-il été ignorée.

    Buzzcocks, vous opposez des faits à une question de « moral ». Vous paraît-il aberrant de penser que les français pourraient même ne pas avoir le moral dans une situation encore meilleure ?

    Par ailleurs, inutile de caricaturer : tout ne va pas bien, mais certains choses vont mieux. C’est certain que ce n’est pas en refusant de le voir qu’on redonnera ce fameux moral au français.

  • le nombre de chômeurs indemnisés baisse, le nombre d’allocataires du RMI aussi, c’est incontestablement une bonne nouvelle…
    à la lecture directe des articles en lien je ne sais pas séparer
    les causes: la démographie y est certainement pour quelquechose, la création d’emplois (la plus forte depuis jospin en 2001) aussi, mais il faut toujours quelques mois pour que l’INSEE analyse les composantes et la cohérence des chiffres…
    par ailleurs, franz en faisait par avance grief à la gauche de changer de thème en fonction des résultats: c’est vrai qu’elle peut apprendre sur ce point de la droite: lorsque le chômage a largement diminué sous jospin, chirac a porté le débat sur l’insécurité….

  • pour l’instant FB a d’autres chats à fouetter, il veut gagner la mairie sur tapis vert, pardon koz pour le hs je repond juste à pepito

  • Perso, ce qui m’intéresserait, ce serait de voir surtout l’évolution des créations d’emploi (dans le privé de préférence) sur les 7-8 dernières années.
    On sait aussi qu’il y a beaucoup de départs à la retraite, alors la baisse du chômage…à quoi l’imputer exactement…Je ne serais pas aussi affirmatif. Itou pour la baisse du nombre d’allocataires du RMI.

    Cela dit, en soit, évidemment, tant mieux si le nombre baisse.

  • Il me semble d’abord que la conjoncture économique entre l’ère Jospin et l’actuelle est différente… donc à comparer ce qui n’est pas comparable… Je sais bien que l’immaculée du Poitou aurait attiré littéralement la croissance…
    Ensuite imaginez deux minutes une gauche au gouvernement, quel battage aurait été réalisé par le parti socialiste dans les mêmes circonstances… malgré les forces « médiatico-sondagères » à la botte de Sarko!?
    Pendant la campagne municipale et maintenant dans la course à l’échalote de premier secrétaire, les « secrétairisables » vont s’acharner à qui mieux mieux pour incarner le PS et la gauche…
    Il faudrait une « contre-opposition » (à l’instar du gouvernement fantôme qui l’est d’ailleurs resté!) de l’UMP et du gouvernement pour rétorquer à chacune des incantations… Cela fait partie aussi de la pédagogie (la répétition!).
    Par ailleurs, je suis aussi assez d’accord pour dire que l’UMP a été plutôt mauvaise dans sa stratégie (?) lors des municipales… Courage fuyons!

  • « Itou pour la baisse du nombre d’allocataires du RMI. »

    La stagnation, voire l’augmentation des allocataires au RMI était un des arguments principaux de la gauche avant les présidentielles pour « expliquer » qu’en fait le chômage ne baissait pas, voire même que les chômeurs n’étaient plus chômeurs parce qu’ils devenaient RMIstes. Entre 2005 et aujourd’hui, vous n’allez quand même pas prétendre que la population a soudainement vieilli quand même, si ?

    « lorsque le chômage a largement diminué sous jospin, chirac a porté le débat sur l’insécurité…. »

    Ouai… le fameux bilan de Jospin a pris beaucoup de plomb dans l’aile lorsque le chômage est reparti à la hausse dans les derniers six mois de son règne sans qu’il ne puisse y faire quoi que ce soit.

  • C’est un des principaux reproches que je ferais au gouvernement : peu de pédagogie et peu d’utilisation des chiffres positifs. Le paquet fiscal, la réforme des universités sont autant de sujets qui aurait demandé des débats autre que « Sarkozy est il dangereux ? » »Sarkozy et le SMS invisible » »Sarkozy à St Tropez » » »Sarkozy et les extraterrestres ». Sur ce coup, j’accuserai un peu la droite de fanfaronner et de trouver cela indigne de se servir de leurs réussites éventuelles. En face, ce sont pas des bisounours et on voit bien que le travail de sape marche !

    En même temps (attention, tarte à la crême) : combien d’émissions politiques parlent technique ? C’est peut être chiant, mais disons que si on a une télévision de service public, ce n’est pas uniquement pour reprendre les fadaises que l’on voit sur les blogs ou les journaux en voie de pipolisation.

  • Le nombre de bénéficiaires du RMI baisse de 8% ? C’est à l’évidence la conséquence de la prodigieuse croissance française en 2007 et 2008, résultat du remarquable « choc de confiance » créé par le non moins remarquable paquet fiscal.

  • J’aime beaucoup ce type de réactions. Au moins démontre-t-elle que même avec toute la bonne volonté possible, il est difficile de contester ce chiffre.

  • « Entre 2005 et aujourd’hui, vous n’allez quand même pas prétendre que la population a soudainement vieilli quand même, si ? »

    Hum…. 2005-60=1945 ?

    Plus sérieusement, la raison pour laquelle le gouvernement ne fait pas trop de bruit là-dessus est vraisemblablement qu’en 2007, l’action de Sarkozy n’y est pas pour grand chose, et que si on cherche des causes « politiques » il faudrait peut-être reconnaître alors que Villepin n’était pas si nul que ça, non ? Ce qui ne cadre pas vraiment avec la « rupture ».

  • C’est assez magnifique ce billet. De grands moments d’opposition. Voilà Tom Roud prêt à créditer Villepin d’une efficacité quelconque. Ah ce qu’il ne faut pas faire pour contrer Sarkozy…

  • C’était un résumé de ce qui précédait, et je vois pas ce que ça a d’un discours d’opposition. Je commence par dire que c’est bien, et je le répète ensuite. En même temps, des fois je me dis que dès que tu vois « Lisette », tu penses « Bayrou », et du coup « pouic ». Ne sais pas si c’est flatteur.
    Un résumé des propos de gens « positifs » comme toi, et qui à mon sens répondait à la question de l’article : pourquoi pas de réaction…

    En revanche, j’ai pas lu les tous derniers messages là.

  • Si je pouvais suggérer, entre autres formes de communication possibles bien évidemment, de faire de la com régulièrement dans tous les grands médias, 5 minutes de communiqué gouvernemental sur toutes les antennes à l’heure de grande écoute, une page complète régulièrement dans tous les grands quotidiens et hebdos présentant les résultats obtenues, des explications sur ce qui a été fait, de ce qui est en cours de réalisation et ce qui est prévu. Toutes les grandes boites et organismes font ce genre de communication. Pourquoi le gouvernement ne le ferait-il pas lui aussi ?

  • Alors là Margit je me demande si c’est du lard ou du cochon. TU es sérieuse?
    Le président fait des conférences de presse, ses conseillers, le gouvernement, tout le monde en fait tout le temps, on a le meilleur politique communiquant de tous les temps à l’Elysée.
    L’annonce dont parle Koz, perso, je l’ai vue en gros chiffre au JT de 20h, avec tous les commentaires positifs qui seyaient à une telle nouvelle.
    Sur le coup, bête comme je suis, j’avoue que je ne voyais rien à ajouter ou à retirer au discours de PPDA…

  • « Voilà Tom Roud prêt à créditer Villepin d’une efficacité quelconque. Ah ce qu’il ne faut pas faire pour contrer Sarkozy… »

    Oh vous l’aurez compris, je vous taquine un peu. Sinon, vous croyez vraiment que les gens de gauche pensent que tous les gouvernements de droite sont des salauds aux ordres du capital, dont le but est d’appauvrir les masses laborieuses ? Moi j’aimais bien Villepin, j’aime bien le côté « vrai gaulliste », avec un vrai sens de l’Etat et de l’intérêt général, même si je ne partage toujours pas certaines recettes économiques. Car maintenant, pour être tout à fait honnête, on pourrait discuter longuement de la notion d' »efficacité ». N’est-ce pas Sarkozy lui-même qui envisageait de remplacer le PIB par d’autres indicateurs ? Je me méfie des chiffres bruts, sans explication, sans recul; vous mêmes dans un billet précédent avez longuement disserté sur la différence entre « supérieur » et « supérieur ou égal », donc je m’estime tout à fait incompétent pour discuter tous ces chiffres (qu’ils soient bons ou mauvais d’ailleurs).

  • Margit avait raison, malheureusement. Un nouvel appel à la vigilance est lancé à propos de la RGPP et de la RGPO :
    Sur Agoravox,
    sur le Post et sur Marianne (mais je ne mets pas le lien pour ne pas passer en spam)
    Que ça vienne de ces sources n’a rien d’étonnant. Par contre, il est navrant que la droite n’ait toujours pas de contre-feux médiatiques.

    Au fait, combien de socialistes faut-il pour changer une ampoule ?
    On ne sait pas encore, la décision sera prise lors du prochain congrès.

  • Oui, Tom, mais si vous prenez tous les chiffres que j’ai cités, si vous lisez les dépêches que j’ai linkées, le chiffre brut devient moins brut.

  • @ Koz :
    j’ai lu suffisamment de conneries dans des papiers scientifiques pour ne pas interpréter des dépêches qui reprennent des collections de chiffres.

    Sur ce problème précis, et sans être économiste, si Villepin et Sarkozy ont réussi à créer significativement de l’emploi sans croissance forte, ils ont, je pense, réussi une première historique et méritent probablement le prix Nobel en plus de nos suffrages (d’ailleurs au passage j’aimerais bien savoir quelle est la mesure phare qui a entraîné ces si bons chiffres). Comme j’ai l’esprit mal tourné, j’ai quelques petits doutes; a priori je croirais plus à l’entraînement de la pyramide des âges, mais j’attends d’en lire plus chez les blogs spécialistes de la question.

  • Oh zut, j’avais fait une blague avec des balises dans mon poste précédent avec la première phrase, qui apparaît du coup complètement pompeuse (même si elle résume bien mon sentiment face au déluge de chiffres).

  • @ Lisette
    Les infos de 20 h de TF1 sont parmi les rares, si pas les seules, à mentionner des nouvelles positives, des petits reportage et exemples optimistes. Sur toutes les autres antennes on remue le pessimisme érigé en ligne éditoriale. Dans la presse écrite c’est encore pire.
    Et les confs de presse et autres interviews trop brefs et ne permettent pas de bien expliquer des mesures, lois et projets parfois compliqués.
    Il me semble que la droite à depuis longtemps un problème de communication à la portée de tout le monde. L’UMP doit mettre en route une équipe de communication tous azimuts, offensive, qui ne se cantonne pas uniquement à mobiliser lors des élections présidentielles et législatives, qui doit être permanente et devancer les slogans concoctés par la gauche et contrer sa désinformation sans attendre qu’elle s’incruste dans les esprits.

  • Un peu de pédagogie que diable, c’est brice qui l’a dit ( et il sait de quoi il parle :))

    En consultant le lien, on découvre que cette baisse du nombre de personnes au RMI était déjà amorçée en 2006, après 4 ans de hausse continue.
    2006, année des mesures d’accompagnement pour la reprise d’acitivité, et sur ces 100000 personnes sortis du RMI, 90000 bénéficiaient de ces mesures.
    Je suis ravi de voir ici applaudir aux emplois ‘aidés’.

    327000 demandeurs d’emplois en moins,
    7,5% de la population active, en fait c’est 8,3% avec les DOM-TOM ( 8,8% en 2006 ).
    70% de CDD, par contre si quelqu’un sait combien d’emplois taux plein celà représente ?
    Le chômage n’a-t-il pas augmenté en Janvier ?

    Record en 2007, hausse de 5% des défaillances d’entreprises.

  • @epominus
    « Ahh ! Au moins un sursaut d’honnêteté ! »
    Donc vous qui avez la science infuse expliquez moi pourquoi avec moins de chômeurs, moins de rmistes et j’avais oublié les heures sups qui explosent grâce aux mesures prises cet été (dixit lagarde), la croissance française est en berne, les déficits ne se comblent pas.
    Je ne suis donc pas économiste mais pour moi, basiquement, si il n’y a plus de chomeurs ni de rmistes, c’est qu’ils retravaillent, avec en prime, des usines (ou entreprises) qui non seulement embauchent le trop plein de chômeurs (rmistes) mais leur font faire pleins d’heures sups.
    Bref, ça carbure à plein régime mais pas de croissance et pas de cotisations pour combler les trous. Et à priori, pas de pouvoir d’achat puisque c’est le sujet à la mode. Et enfin, un déficit commercial … on produit donc avec nos chômeurs et nos rmistes disparus pleins de biens, qu’on ne vend pas !!!
    Mais bon, Epominus, vous allez éclairer ma lanterne…. parce que vous, vous êtes un costaud.

  • Quinze jours en arrière la « gauche-le-couteau-entre-les-dents » demandait où était le bilan de Sarko (9 mois!).
    Aujourd’hui ils nous expliquent sérieusement que les bons résultats datent d’au moins deux ans… Alors si j’ai tout compris, les mauvais résultats c’est la faute à Sarko et les bons c’est tous ceux qui étaient avant… En veux tu en voilà, de la crédibilité!

  • Il y a eu création d’emplois cette année, cumulée avec les effets du plan Borloo et de l’expérimentation RSA = moins de chômeurs et de rmistes (en plus du vieillissement de la pyramide des âges).

    Il reste encore beaucoup à faire pour que le travail ne soit pas précaire (temps partiel, intérim). On estime qu’il y a en France 7 millions de travailleurs pauvres, c’est énorme.

  • Un petit lien sur la baisse du RMI : http://www.lesechos.fr/info/france/4702152.htm

    Un extrait que je choisi : « L’amélioration continue de la situation sur le marché du travail depuis la mi-2005 se poursuit au cours de l’année 2007, souligne la DREES. En juin 2006, le nombre d’allocataires du RMI avait culminé à 1,269 million, soit près de 200.000 de plus qu’en 2002. Le gouvernement et les départements, qui gèrent le RMI, ont donc encore du pain sur la planche pour revenir, à tout le moins, à ces niveaux antérieurs. »

    Deux éléments : la situation s’améliore depuis mi-2005 (bien avant NS) et il y a encore du pain sur la planche pour retrouver le niveau de 2002 (sous Jospin donc)…

  • Vous ne vous souvenez pas, Praxis : Nicolas Sarkozy étant au gouvernement depuis 2005, il doit tout assumer. On lui attribuait même le pouvoir de dicter leur politique à Villepîn et Chirac…

    Par ailleurs, je suis étonné qu’avec sa politique antisociale, Sarko n’ait pas tout mis à bas.

    Votre avant-dernier commentaire est amusant, en tout cas : comme prédit, vous nous expliquez que quitter le RMI c’est pas suffisant, regardez, y’a du travail précaire ! C’est le syndrôme du « un CDI à plein temps, sinon rien ». La reprise d’activité me semble pourtant souhaitable à bien des égards.

    FRK : les emplois aidés ? Bah, c’est bien la droite qui va faire le RSA…

  • Koz,

    1. Non, je ne me souviens pas de ça…
    2. La politique de Sarko n’est pas, à proprement parler, antisociale, elle est plutôt injuste et inégalitaire.
    3. Je ne dis pas que la sortie du rmi n’est pas une bonne chose. Je ne parle pas d’un CDI sinon rien, je dis qu’il y a des travailleurs pauvres et que le travail ne s’arrête pas à une baisse de 8% du nombre de rmistes. De plus, j’ai bossé 4 ans dans l’insertion pro, je sais que la sortie du rmi, sans les dispositifs aidés et un accompagnement social, ça n’existe pas pour la moitié des bénéficiaires du dispositif.

    So what ? Je me réjouis de cette baisse, car jusqu’à présent, pour moi la baisse des chiffres du chômage ne voulait rien dire (justement parce qu’en parallèle augmentait les chiffres du rmi et que le travail précaire ne cesse d’augmenter). Mais je pense que ce serait dommage de s’arrêter là, de dire que tout va bien et qu’aucun problème ne persiste.

  • @Praxis

    « Mais je pense que ce serait dommage de s’arrêter là, de dire que tout va bien et qu’aucun problème ne persiste. »

    Mais qui diable a dit ça ????

    Et avec une politique de gauche toute, « aucun problème n’aurait persisté » ?

  • bah zut, Epominus n’est pas capable de m’expliquer dans quel domaine bosse ces chomeurs et rmistes disparus et pourquoi ils ne génèrent ni prestations sociales, ni croissance, ni pouvoir d’achat. Je suis déçu, je pensais cotoyer un cador de l’économie sur ce blog.

  • Le travail précaire ne cesse d’augmenter, ainsi que les temps partiels.
    Il faudrait peut être, Buzzocks penser aussi à ceux…et surtout à celles qui n’ont pas envie d’un CDI à plein temps.
    Sans doute suis je anormale , mais , i je ne peux pas m’imaginer faire le même travail au même endroit toute ma vie,ii mon boulot, difficile mais choisi, ne me permet pas de travailler à plein temps ( je ne suis pas devenue une sainte et j’ai besoin de me ressourcer, grâce à un temps partiel )
    Il est vrai que mon salaire horaire me permet ce choix.

    Néanmoins, je rencontre nombre de femmes qui sont heureuses de travailler à temps partiel pour cause d’enfants ou tout simplement pour le plaisir du temps choisi.
    Alors pourquoi la baisse des chômeurs ne génèrent pas de prestations sociales ? parce que, les gens comme moi (au chômage une partie de l’année, afin d’avoir un statut entre les vacations et autres temps partiels) ne sont cependant plus répertoriés , parce que i travaillant, ii touchant plus que le RMI, iii ne touchant pas d’allocations chômage, iiii n’ayant pas besoin d’une couverture sociale payée par la collectivité.
    C’est la grande différence entre les vacataires « ordinaires » et autres « travail partiel » et les « intermittants du spectacle », par exemple.

    Dans quel domaine travaillent des chômeurs disparus ?
    Dans tous les domaines, cher monsieur: cela va de la secrétaire, à la garde d’enfants, en passant par les nombreux formateurs en formation continue, les praticiens hospitaliers contractuels dans le domaine que je connais particulièrement.
    Et bien d’autres, très certainement.

    Ils génèrent peu de croissance ( mais un peu tout de même, car ils permettent un apport complémentaire au foyer familial : ce sont pour beaucoup des gens en couple ) et peu d’augmentation de pouvoir d’achat ( j’adore ce couplet, surtout lorsque je me ballade dans les magasins : tellement surprise de voir des personnes sans moyens financiers se précipiter samedi sur les tomates, fraises, raisins et haricots verts en mars…passons sur la folie de nos concitoyens )
    Mais en contre partie, ils reçoivent peu ou pas de prestations sociales, ce qui permet de diminuer le déficit de l’état.
    Certes tous et toutes n’ont pas comme moi , choisi cet état de fait.
    Néanmoins, je pense que c’est une bonne chose de travailler, fusse à temps partiel, pour retrouver le gout du travail, des responsabilités, de la vie.
    Et en cela, le RSA , défendu par M Hirsh, sous le gouvernement Sarkosy est à mon sens une bonne chose.
    Aussi bien pour les finances de l’état (et l’état c’est nous) que pour les finances des peu aisés, que pour leur moral.
    Et si il n’y avait pas des gens pour leur seriner à longueur de journées qu’ils doivent revendiquer, qu’ils sont malheureux , qu’on les exploite, peut être verraient ils la vie à travers un verre à moitié plein, plutôt qu’à travers un verre à moitié vide?

  • @Buzzcocks

    C’est juste long de répondre à un raccourci simpliste.

    Tara l’a fait mais en partie. Il existe bien d’autres raisons à chacun de vos points. Par exemple :

    Parce que c’est tout simplement faux en matière de Sécu.

    C’était même l’argument de Villepin pour contrer la contestation sur les chiffres de la baisse du chômage en indiquant qu’il suffisait justement de prendre les cottisations pour s’appercevoir qu’elles augmentaient. Maintenant, est-ce que le trou de la Sécu est uniquement du à la faiblesse du nombre de cotisants, évidement pas. Néanmoins, le déficit prévu est justement revu à la baisse de 11,7 à 9 du fait justement de la reprise de l’emploi et d’autres mesures. Preuve que l’impact est fort malgré tout même si cette baisse des prédictions n’est pas uniquement du à l’emploi.

    Ils générent évidement du pouvoir d’achat. La baisse largement commentée est due à l’inflation de certaines matières premières et à la stagnation des salaires depuis les 35 h. Je ne vois pas en quoi la reprise du travail de certains pourraient impacter sur les indices, même si on revenait au plein emploi. Mais que ceux qui bossent maintenant aient plus de pouvoir d’achat qu’avec le RMI c’est une évidence surtout dans le cas des salaires bien supérieurs au SMIC.

    Idem pour la croissance. Les impacts sont bien trop indirects, internationaux et complexes pour faire le raccourci que vous faites.

    Encore plus pour les exportations que vous mentionnez. Qu’est ce que ça à avoir avec moins de RMIstes ?

  • « Et si il n’y avait pas des gens pour leur seriner à longueur de journées qu’ils doivent revendiquer, qu’ils sont malheureux , qu’on les exploite, peut être verraient ils la vie à travers un verre à moitié plein, plutôt qu’à travers un verre à moitié vide? »

    En parlant de raccourci, celui-ci est mirobolant ! J’ai été travailleur social Tara et ce que vous dites ne correspond pas à la réalité des travailleurs sociaux que j’ai connu et dont la majeure partie du boulot consiste justement en la responsabilisation des personnes. Mais, franchement le RMI pour 10% de ceux qui en bénéficient est un horizon difficilement surpassable, ou alors au prix d’un boulot d’accompagnement de très longue haleine, qui inclura des soins, une remise au travail progressive avec les outils de l’insertion (chantiers d’insertion, contrats aidés, etc.) et un logement…

    Si vous faites du temps partiel choisi : bravo, je suis content pour vous. Permettez-moi tout de même de vous dire que vous faites partie d’une minorité (on peut aussi compter les infirmiers, infirmières qui font de l’interim car ça rapporte plus, les horaires sont presque choisis, etc.). Dire que le travail précaire progresse parce que c’est un choix, ou le sous-entendre, est très très loin de la réalité.

    Eponymus, quant à mon commentaire, je suis désolé, mais au bout d’un moment, de ne lire que des commentaires positivement ravis de l’action du gouvernement alors que la réalité pour beaucoup c’est misère and co. ça fini par me lasser, alors je repositionne.

    Et je ne le fais pas de manière partisane : que ce soit à droite ou à gauche, j’aime la critique, la contradiction et je vais la chercher où elle se trouve, toujours. (Enfin, c’est mon impression.)

Les commentaires sont fermés