• Au nom du plus petit

    Au nom du plus petit

    Pour mieux « trianguler », ils ont sorti les « marqueurs ». Au risque de l’incohérence. Et nous leur répondons au nom de notre cohérence, et du plus petit. Jusqu’où ?

  • La liberté de conscience n’est pas négociable

    La liberté de conscience n’est pas négociable

    La liberté de conscience est notre meilleure alliée, dans une période de crise qui devrait nous apprendre à nous défier de la perte de la distance critique, de l’alignement des consciences et du silence imposé.

  • Les bénéfices de l’infidélité

    Les bénéfices de l’infidélité

    Gleeden. La Justice n’est pas aveugle, elle est borgne. Elle ouvre un œil, pour voir de chimériques adultères acceptés et ferme l’autre, sur la réalité crue du business. L’exception scelle le sort de la règle.

  • Faut-il brûler le pape ?

    Faut-il brûler le pape ?

    Dans la foulée des dubia et autres tartuffes suppliques, des « théologiens et universitaires reconnus », le pape utiliserait des ornements et objets LGBT et sataniques. Faut-il le brûler ?

  • Nous sommes Notre-Dame

    Nous sommes Notre-Dame

    Qui n’a pas vu, à travers cette cathédrale souffrante, sa propre Église ? Qui n’a vu sa charpente ruinée et sa flèche, main tendue vers le Ciel, emportée ? Qui ne s’y est vu, le cœur et l’esprit ravagés par la fournaise ? N’avons-nous pleuré que sur Notre-Dame, ce lundi-là ?

  • Des lions menés par des ânes

    Des lions menés par des ânes

    Ne serait-ce une inclination chrétienne persistante, je succomberais tout entier aux délices d’un sentiment antibritannique de bon aloi que les mauvaises performances du XV de France ne font qu’aviver, et à la joie coupable de voir projeté sur les falaises de Douvres le drapeau européen frappé d’un SOS