Tout peut (re)devenir possible

On a pas mal glosé, brodé, sur une expression utilisée dans la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy, la « rupture tranquille »… Mauvais slogan, mauvaise imitation de la « force tranquille » de Mitterrand… J’écrivais ici que je n’avais pas encore vu d’affiches de campagne, et sur d’autres blogs que j’étais sceptique.

Or, il se trouve qu’il y a une autre formule sur laquelle personne n’a jugé bon de s’arrêter.

Quel contenu donnez-vous à cette nouvelle relation ? Faire de la France le pays où «tout peut devenir possible». Et cela pour tout le monde, mais d’abord pour ceux qui ont connu des épreuves, se sentent fragiles ou qui pensent que «rien n’est jamais pour eux». Quand tout sera redevenu possible, quand la promotion sociale, le droit à la propriété, une meilleure école pour ses enfants, un meilleur salaire pour soi, une réelle égalité entre hommes et femmes, seront des objectifs réalisables pour chacun, alors les Français retrouveront le goût de vivre ensemble. Et la nation française sera à nouveau un exemple pour le monde.

Je n’ai pas connaissance que cette formule ait été relevée. Pourtant, le soir même, lors de l’émission « A vous de juger », il la reprend :

« Alors vous dites c’est l’affirmation d’une ambition en fait ou c’est la bataille de toute une vie, c’est une ambition personnelle, non ? Bien sûr qu’il y a un projet et ma grande ambition, j’aime mon pays, je ne me résous pas à l’idée que tous ceux qui veulent s’en sortir se disent que les choses sont figées dans mon pays. Je voudrais que chacun comprenne que si le matin en se levant il peut enfin se dire tout est possible, tout peut devenir possible, je ne parle pas de celui qui gagne, je ne parle pas des champions, je ne parle pas des vainqueurs, je parle de celui qui pense que ce n’est jamais pour lui. De celui que la vie a cassé, de celui que la vie a brisé, de celui qui a mis un genou à terre. Je veux lui dire, tout peut devenir possible. Il y a eu une fracture, une brisure en France, il y a 30 ou 40 ans, pour nous tous les enfants des années 60, l’avenir, c’était une promesse, l’avenir est devenue une menace. Tout peut redevenir possible en France, c’est mon ambition« 

C’était un entrefilet dans Les Echos, hier : il semble bien que le slogan de campagne retenu soit « Tout peut devenir possible » ou « Tout peut redevenir possible« , ou encore « Tout peut (re)devenir possible« .

Cela reste un slogan de campagne, mais avouez que cela aurait un peu plus de gueule que l’impossible oxymore qu’est « la rupture tranquille ».

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).