Question innocente

On reproche à Ségolène Royal d’être superficielle. On lui a reproché d’être people : Laurent Fabius disait ainsi qu’avec elle ce n’était pas « voici mon programme mais mon programme c’est voici« . Est-il donc vraiment malvenu de penser que ce n’est pas un one-man-show frisotté qui compensera ses manques ? Le communiquant, derrière ce Zénith, est-il bien plus visionnaire que je ne serai jamais ?

Ou est-ce une truffe ?1


  1. voyez que je persiste à sombrer dans la polémique quotidienne, quand cela s’impose []

Billets à peu près similaires

103 comments

  • c’est le dernier one woman show de qui, déjà? de la rhétorique, des effets de style… ça donne pas envie d’être intelligent. Même les réactions sont préenregistrées. Désolé du côté lapidaire de ce premier commentaire… mais c’est un peu hallucinant, formellement!

  • ce n’est pas une truffe, qui est un met de roi, non c’est une gourde, objet qui sert à boire , et dans son cas le vin jusqu’à la lie

  • Le ridicule n’a jamais tué, c’est vrai. Je dois avouer avec honnêteté que SG a du ressors, moi qui la croyait peut-être un peu vite enterrée. On peut au moins mettre cela à son crédit.Elle a quand même pris des coups. Avouons aussi qu’elle quand même plus sexy qu’Alliot-Marie. Pour le reste, je n’arrive pas à comprendre vraiment ce qu’il y a dans ce relooking, dans ce show façon comique troupier (Et puis pardon pour ceux qui étaient au zénith, mais c’est quoi ce public de débiles mentaux? qu’est ce que c’est que cette manière d’ânoner en troupeau, nananère et tout…non, l’écoute était vraiment pénible)

    Bref, j’aurais tendance à dire Koz, que la réponse juste était juste dans ta question. Mais ça n’engage que moi.

  • Moi, j’aime bien effets de stromboscopes de la fin, quand Segolene salue les militants: pour une fois qu’elle brille en public… M’enfin c’est sur, ca ne vaut pas Madonna au Stade de France !

  • Financement : elle a son association, je crois, les places étaient payantes et les artistes sont venus gratos. Et sinon, pour répondre à ta question sur le caractère visionnaire de ses communiquants et ton (notre) éventuelle incapacité à reconnaître son talent. Moi si devais parier sur mon sens politique ou le tien contre celui de Royal, je serais pas fière. C’est une grave erreur de la sous-estimer, sous prétexte qu’elle se la joue girly.

    Je rappelle quand même qu’en 2006 elle a pris la candidature au nez et à la barbe de tout le monde. Cette femme est extrêmement intelligente et, comme tous les gens qui font de la politique à ce niveau, malade d’ambition.

    Jouer de la séduction, de l’affichage d’amis « en vue » et de déclarations tonitruantes pour se faire remarquer, tout en jouant en franc-tireur dans son propre camp suffisamment tôt pour resserrer les rangs le moment venu : il ne vous semble pas que ça ressemble à une stratégie qui fut déjà gagnante?

  • @ Lisette

    « Financement : elle a son association, je crois, les places étaient payantes et les artistes sont venus gratos. »

    Excellent Lisette ! Tu as vraiment un humour extraordinaire parfois ! J’avoue que j’apprécie cette façon de blaguer à froid, l’air de rien. Là vraiment bravo ! Tu as failli m’avoir, j’ai même pensé connement à un moment que tu pouvais être sérieuse.

  • Je doute fortement qu’un tel show star-ac lui assure la tête du PS – nous ne sommes plus en 2006 où, étonnamment, on pouvait nous la présenter comme une perdrix de l’année – et, si elle pense vraiment pouvoir conquérir l’Elysée sans le PS, je crains qu’elle ne s’illusionne beaucoup.

  • Trois remarques : 1) On a reproché aux éléphants leur manière de « flinguer » la Royal lors des primaires. Finalement je pense qu’ils étaient visionnaires 🙂 2) Imaginez que le 53-47 eu été inversé ! Elle aurait eu la mallette nucléaire dans les mains !!! Au secours !!!!!!!!!!!!! 3) On rigole des USA pays où des acteurs musclés arrivent a être gouverneur mais franchement maintenant nous ne pouvons plus nous moquer d’eux !

    PS : Je suis certain que quelques grands hommes politiques aujourd’hui disparu doivent se retourner dans leurs tombes.

  • On a dû lui dire de bouger. Un stage peut-être ? Bon, le tortillement un peu déguingandé manque de souplesse mais l’idée est là. Exit le blanc vespéral collé à ces cuisses de Madone , qui finissait par lui hiératiser démarche. On donne à présent dans la nuisette simple et sans chichis , recyclage de bure moniale dans le sexy coincé. Une camisole de travail probablement , bleu-vert-pastel indéfinissable, au décolleté audacieusement échancré.

    Le lien qu’elle tisse avec ses supporters, probablement la partie la moins idéologisée des sympathisants PS, est surprenant tant il est proche d’une sorte d’infantilisation amniotique, spontanée et sans calcul.

    Il y a quelque chose de touchant et pathétique dans ces efforts ridiculement amateurs, ces maladresses qui ne se cachent pas et laissent découvrir une candeur étonnante . De loin, ça pourrait décourager toute velléité de critique malveillante. Mais les gens sont méchants.

    Donc, une espèce de sauterelle qu’on lit comme un livre ouvert, résistant avec une vigueur surprenante et digne de considération au lent étranglement du petit serpent Bertrand . Tiens elle serait bien capable de jouer Martine pour faire trébucher celui ci, dans la succession à ce chapon d’Hollande.

  • Je suis très mal à l’aise pour juger de cette prestation. Cette femme m’a tellement déçue et irritée que je ne suis forcément pas la mieux placée pour avoir un jugement neutre.

    Personnellement, ce show m’a beaucoup choquée. Si elle laisse tomber la politique, OK, qu’elle aille se mettre en scène au Zenith ou à Bercy, ça ne m’intéresse pas. Mais si, ça, c’est sa vision d’une campagne politique, alors c’est monstrueux.

    J’ai plus que déploré l’attitude de Sarkozy face aux pécheurs ou au Salon de l’Agriculture, par exemple, mais si j’ai trouvé qu’il perdait en dignité (euphémisme), je n’ai pas trouvé qu’il perdait en crédibilité. Il ne m’a pas paru moins capable de faire face à Poutine ou Bush ou de présider l’Union Européenne. Royal ne m’en a jamais paru capable et ce n’est pas ce show qui va me faire changer d’avis. Au contraire même !

    La seule chose qui me rassure un peu, c’est que les médias ne la suivent pas autant qu’avant.

  • Après une semaine sans médias, ni internet, ni TV, ni radio, je n’avais pas vraiment envie de regarder Ségolène. Mais l’article du figaro encensant la belle (« Une candidate qui avait visiblement travaillé ce rassemblement. Tunique bleue, jeans, cheveux ondulés, mais aussi gestuelle plus relâchée que d’habitude, Ségolène Royal, équipée d’un micro-cravate sans fil, a arpenté la scène du Zénith pour un discours de 45 minutes qui tranchait avec ses postures figées de 2007. ») et la vidéo proposée par Koz m’a finalement décidée à regarder cette vidéo.

    j’ai été surprise. D’abord, parce que, moi, je la trouvais jolie Ségolène en photo au Zénith sur le figaro! Ben oui, je me disais qu’avec seulement quelques années de plus, je faisais bien vieille! Et puis, « fraternité », ça sonne beau. Tout ceci sans une once d’ironie!

    Et ce matin, après avoir regardé la vidéo, j’ai ouvert des yeux ronds! Franchement, je n’imaginais pas cette « gestuelle relâchée » comme cela : en fait des mouvements de danse stéréotypés, presque académiques mais sans aucun naturel. Sa coiffure qui lui va bien, mais qui ne paraît pas non plus naturelle! La façon de se vêtir qui paraît bien curieuse pour une future présidente : du « bling bling » à l’envers, donnant une image encore plus people qu’un vrai clinquant!

    Le ton de la voix n’a pas changé, le sourire non plus! Maintenant, j’ai lu que la moyenne d’âge était de 60 ans. Franchement non! ou alors tous avaient imité C Goya et/ou J Halliday avec leur amour du bistouri!

    Avec le recul, je me dis qu’on a véritablement évité le pire en 2007! Imaginez la belle en visite en Russie ou en Géorgie, voire en Afghanistan, attifée de la sorte! Imaginez la, scandant « fraternité » aux USA pendant les réunions de travail sur la crise financière….

    Tiens au fait (et hors sujet), je cherchais un lien sur le figaro sur les réunions de travail de Sarkosy sur la crise financière. j’ai regardé sur « politique » A ma grande surprise, j’ai trouvé 2/3 d’ articles sur le PS (19 sur 29 ). Après cela « on » dira que la presse est à la botte de Sarkosy. (j’ai bien retenu la leçon : « on » est un C.. »)

  • Un qui savait très bien y faire dans ce genre de show de télévangéliste, c’était Le Pen. Ce n’est assurément pas une référence idéologique, mais comme communiquant il était carrément doué, il faut l’admettre, et donc ce n’était pas forcément une idée stupide d’essayer de l’imiter. Mais il y aurait fallu plus de talent ou plus de naturel, ou même, à l’extrême rigueur vu que tout le monde s’en fout aujourd’hui, plus d’idées et de convictions. Bien essayé… mais c’est presque complètement raté. Mais je suis d’accord avec l’un des commentaires précédents: si la vedette était très médiocre, le public était vraiment en-dessous de tout (et en particulier en-dessous du public habituel d’un meeting socialiste, ce qui n’est pourtant pas mettre la barre bien haut).

  • Lisette, Libération ne semble pas d’accord avec toi sur le prix des places :

    C’est bien en icône glamour, coiffure minivagues et longue tunique sur jeans, qu’elle se présentait à quelque 4 000 adeptes (moins qu’espéré pour ce raout gratuit).

    Mais peut-être sont-ils mal informés.

    Sinon, j’adore Jean-Louis Bianco, impayable : « _Jean-Louis Bianco, la larme en l’œil en racontant l’after :«On s’est simplement fait des sourires, entre nous.» _ »

  • « Je doute fortement qu’un tel show star-ac lui assure la tête du PS – nous ne sommes plus en 2006 où, étonnamment, on pouvait nous la présenter comme une perdrix de l’année – et, si elle pense vraiment pouvoir conquérir l’Elysée sans le PS, je crains qu’elle ne s’illusionne beaucoup »

    en voila une bonne question: était-ce vraiment le meilleur moment pour se désolidariser aussi nettement du PS? je ne met pas en doute l’excellent sens tactique de Royal, mais là, j’avoue, que son calcul m’échappe.

    sur le style du show: rien à redire. De la politique Broadway’s style. Pourquoi pas. La mise en scène était remarquablement réussie.

    sur le fond: la par contre, j’ai plus de mal a suivre. Même si SR a consacré la majorité de son discours aux questions de politique, elle a de nouveau jugé utile de revenir sur le feuilleton de sa vie de candidate (parviendra t-elle un jour à tourner la page?) et de femme (et là, par contre, c’est simplement inacceptable). On peut tjs reprocher à la presse de n’avoir repris que ces passages, mais SR ne pouvait pas ignorer qu’il en serait ainsi. dommage… La posture du « martyr debout » a vécu. Il serait temps de passer à autre chose.

    Ceci est un lancement de de campagne, j’espère sincèrement, et de façon un peu provocatrice (en ces lieux), qu’elle mettra autant d’énergie et de talent à faire valoir ses qualités de femme politique de premier plan pendant les semaines qui nous séparent encore du congrès.

  • J’avais lu le texte, j’avais entendu les extraits à la radio, mais c’est en regardant cette vidéo que j’ai été stupéfié. Pendant quelques secondes j’ai pensé à un gag, olé ! à un montage vidéo, olé ! à une très bonne parodie, olé ! Je me suis dit que ce n’était pas possible que ce soit Ségolène Royal…

    J’ai trouvé que c’était presque insupportable à regarder tellement c’était kitsch. Par contre, je me réjouis de cette tournure des événements qui impliquent une guerre ouverte entre Ségolène Royal et le PS, ce qui affaiblira ce dernier et divisera les électeurs qui ont voté socialiste aux présidentielles.

    Ca va être amusant de suivre ce mélodrame politico-burlesque.

    Quant à la santé mentale de Ségolène, je me questionne sérieusement.

  • Ne rigolons pas trop, ces pantins, de droite comme de gauche, c’est nous qui les avons mis là où ils sont, que ce soit en indiquant un choix ou en étant passifs. Ces têtes, de droite comme de gauche, je le répète, c’est ce que voient les autres pays, c’est sur elles qu’ils nous jugent. Comment pouvons-nous être pris au sérieux ?

  • extrait de la note du jour d’Aphatie:

    « Pendant ce temps, Ségolène Royal cherche à réinventer la politique, du moins ces formes. Ca fait jaser, ce matin, dans les gazettes et sur les radios. C’est vrai que surprennent les discours douloureux, la maternité courageuse, le « moi » encombrant sur l »a scène, car c’est de cela, finalement, qu’il s’agit.

  • « Si elle pense vraiment pouvoir conquérir l’Elysée sans le PS, je crains qu’elle ne s’illusionne beaucoup. »

    Tu as sorti la phrase clé – les trois mots clés dirais-je : « sans le PS ».

    C’est bien de cela dont il s’agit. Personne ne veut vraiment le voir, encore moins le dire, mais toutes ses déclarations ce week-end portent vers un seul but, se résument en une phrase : « je serais candidate en 2012 que le PS le veuille ou non – avec ou SANS LE PS ».

    Ce n’est pas une stratégie de reconquête, c’est une stratégie de rupture. Tout depuis le début de ce show l’indique. Le fait d’avoir envoyer des cartons d’invitation à chaque élu – le fait qu’aucun, absolument aucun, hors ses soutiens directs, n’est venu ne serait-ce qu’en touriste – le fait d’avoir consacré la moitié de ses attaques « aux gentilles critiques, aux aimables trahisons, aux sympathiques coups bas » est une déclaration de guerre. C’est même déjà une tentative de débauchage transversale visant le militant qui se noie dans le « marais » du PS.

    Seulement, il y a un problème avec Royal. Pour paraphraser Fabius à propos d’une de ses anciennes déclarations clairvoyantes à propos de Le Pen, « le propre d’un leader populiste, c’est de poser les bonnes questions mais d’apporter les mauvaises réponses ». Voire dans ce cas, de ne pas apporter de réponses du tout. Pourquoi ? Parce que c’est un leader populiste justement.

    C’est populaire un leader populiste. Il faut se souvenir, qu’à SON Zenith à lui, Poujade pouvait rassembler jusqu’à 150 000 personnes sur son nom – le double du stade de France. Il séduisait même certaines franges du PCF de l’époque. Mais bon, une fois que l’on a dit que le capitalisme c’est pas super de la balle et que les petites gens on les écoute plus et que le petit artisan et le petit commerçant qui triment, sont bouffés par des gros sans scrupules, et tout ça. Ben on a pas dit grand chose. Après , on fait quoi ?

    On se la joue girly et populaire, (stratégique, allez, soit) de façon relativement facile. Mais c’est juste que l’on utilise pas les mêmes armes que ses adversaires qui, eux, font la même analyse, mais qui, au moins, essayent d’apporter des réponses, voire même, essayent d’apporter des réponses sensées aux bonnes questions.

    En matière de communication, les choses ont évoluées. Poujade voire Le Pen, ont pu jouer un temps sur des stratégies consistant à occuper des vides, à poser les bonnes questions auxquelles personnes n’osaient répondre, mais ils se sont écroulés quand les électeurs ont réalisé que les réponses insensées ne peuvent pas tenir bien longtemps et que les non réponses n’avaient aucune chance de résoudre quoi que ce soit.

    Le propre d’un leader populiste de nos jours, face à une communication hyper accélérée, c’est de pouvoir monter de l’évènementiel capable d’avoir encore plus d’impact qu’auparavant, mais c’est aussi de se faire contrer plus rapidement qu’il n’a le temps de composer. Les gens communiquent plus, réfléchissent plus. Les gens là, ils en n’ont plus grand chose à battre de l’autre déboussolée qui arpente la scène du Zénith en fustigeant les auteurs (sans jamais citer un nom) « d’attaques abominables » contre sa petite personne. Les gens là, ils surveillent leur banque et leurs portefeuilles en priant que les leaders réellement au pouvoir de l’autre côté de l’Atlantique ne fassent pas trop de conneries.

    Le salmigondis un peu « extrême gauchisant » qu’elle nous a servi ce week end (je résume : le capitalisme, c’est pas bien ; il nous faut trouver autre chose ; et je serais là pour apporter les réponses… demain »), emballe peut être ses idolâtres béats et abêtis (tiens, pour ressortir une formule à la Fabius, « c’était même plus le bébête show hier, c’était le show bébête ») mais n’a pas causé une révélation susceptible d’entraîner les foules et encore moins des politiciens aguerris dont elle aurait besoin. Même problèmatique que pour les présidentielles : ses sondages ont commencés à chuter quand elle a essayé de fournir des réponses. Non, mauvais. Un leader populiste ne s’appuie jamais sur la réflexion, mais sur la réaction.

    Sauf qu’hier en termes d’évènementiel, en se la jouant « grande soeur », « gourou inspirée », « paranoïaque victimisée », « socialiste girlscout », « soixante huitarde attardée », « éducatrice de MJC », « nostalgique reliftée », « médicalement consultante de Chaillot », titubant à moitié sur scène, saoulée par ses propres propos, grimaçante d’amertume contenue, proférant des allusions à deux balles, utilisant des techniques d’institutrice de CP qui veut intéresser son public qui fait des « ohhh !!! » et qui fait des « ahhh !!! » à chaque phrase, j’ai bien peur qu’elle ne réussisse à captiver que les 4 000 grognards du ségolinisme ou ceux que son expérience électorale, revivifiante dans une certaine mesure, a frustrés et qui ne voudraient pas que le jeu s’arrête, que ça continue juste encore un peu, au moins. A ses anciens amis, « elle leur fout la honte » comme dise les jeunes, « elle fait pitié ».

    Quand au reste – à ses pairs comme au public français hyperpolitisé, sa théâtralité de troupe d’amateurs risque fort de ne lui attirer que sarcasmes, rires étouffés, silences gênés et révéler les preuves de sa fébrilité, la confirmation de son amateurisme, l’évidence de sa marginalité et enfin la mise à jour d’une certaine forme de dérangement intérieur et d’une certaine forme de vulgarité. Pas celle des gros mots, celle qui consiste à exhiber sa propre bêtise.

    Elle qui aurait pu reconquérir le PS par la base, fédération par fédération, (face aux dernières tentatives de sauvetage molles de Delanoé, Aubry et consorts), en jouant le jeu, (comme Sarko l’a fait avec l’UMP), elle a perdu gros en sortant l’atout de la « rupture frontale », du « malgré tout », du « aller tous vous faire foutre » déguisée en Guignol.

    Elle aurait pu utiliser l’argent de ses bailleurs de fonds et son positionnement innovant pour jeter les bases d’un renouveau solide, calculé, en phase avec les défis que rencontre l’opposition. Ben non…. le propre d’un leader qui choisit la carte du populisme, c’est bel et bien d’être populiste ; c’est bel et bien d’éviter d’apporter des réponses sensées ou, du moins, qui essayent de l’être et se contenter d’agiter des esprits simplistes.

    C’est aussi s’enfermer dans ses certitudes, son égo, sa paranoïa, sa folie dont le germe finit par monter en graines. A défaut de créer un mythe, c’est se comporter comme ces papillons mangeurs de laine, qui se crament tout seuls les ailes en approchant trop près des lampes.

    Bye, bye Royal.

  • Stupeur! oui c’est bien de cela qu’il s’agit en regardant cette vidéo. Nous sommes en plein théâtre et c’est d’ailleurs Ariane Mnouchkine qui signe la mise en scène d’après les Echos. Bertrand, Martine et consort n’ont pas de soucis à se faire , en revanche florence Foresti…

  • Pour le financement, il me semble avoir entendu que les places étaient gratuites mais qu’un don volontaire serait bien accueilli (10 € prix conseillé).

  • Ouais c’est vrai que c’est un peu bizarre son show… enfin c’est une idée comme une autre d’essayer de faire des meetings politiques d’une autre manière, elle a au moins le mérite d’essayer (après tout n’est pas d’une certaine manière l’intuition du PCF avec la fête de l’huma ???)

    Mais c’est vrai que cela tourne de plus en plus à l’auto-caricature et que le peu de fidèles encore présent, les sondages en baissent indiquent qu’elle ne va pas pouvoir encore longtemps continuer à surfer sur son « succès » de l’élection présidentielle.

    Pour bien comprendre comment elle en arrive là aujourd’hui, il faut regarder du côté de son staff… de moins en moins de politiques, de plus en plus de professionnels de la com’ et de l’artistique dont Dominique Besnehard, l’un des plus gros agents d’acteur et qui s’occupe beaucoup actuellement de Ségolène Royal (c’est lui si je ne m’abuse qui a fait le « casting » du Zénith.).

    Je pense que la seule chose qu’il faut retenir de son message c’est :

    • désormais je ne ferais plus jamais de Meeting classique
    • avec ou sans le PS, je suis déjà candidate en 2012
    • j’ai une nouvelle coupe de cheveux

    et donc que la droite n’a vraiment aucun soucis à se faire pour l’instant.

  • au moins, dans ces temps troublés, j’ai bien ri en lisant vos commentaires ! Je suppose que Koz a pensé à l’ouverture de la chasse pour « la perdrix de l’année » ? Je suis triste pour Ariane… et j’espère que ce n’est pas son idée, cette symbolique pseudo-religieuse hyper Lourde(s).. Le bleu céleste, les bras en croix, le vocabulaire.. comme le souligne aimablement PaSidupes, on est entre Chantal Goya et les télé-évangélistes… Quel dommage que nous n’ayons plus Desproges ou les inconnus ; mais comme le dit Pepito, c’est déjà du gag en soi, donc difficile à caricaturer !

  • Sr, admettons que dans un instant de folle générosité, les 4 000 participants aient payé 10€ (hypothèse super improbable, mais j’ai dit « admettons »), cela fait un total de 40 000 €. La salle à elle seule coûte 13 000 euros.

    Avez-vous une idée du coût de l’organisation et des techniciens nécessaires pour ce show ? Les 40 000 € sont largement explosés ! Une hypothèse très basse, où elle aurait payé son coiffeur elle-même et emprunté sa robe, tournerait aux alentours des 100 000 euros.

    Alors, sachant que les 4 000 participants n’ont pas tous payé, la question du financement se pose.

  • @ Eponymus:

    Oui je crois désormais que l’hypothèse du populisme de Ségolène Royal est de loin la plus évidente. Cette femme a volontairement choisi cette voie pour mobiliser son électorat (reste a voir si la manœuvre sera efficace). Car comme le fait très justement remarquer Lisette, il ne faut sous-estimer ni sa pugnacité, ni sa qualité politique, ni a fortiori son intelligence propre qu’elle insulte pourtant avec le discours simplissime d’hier ou l’extraordinaire « rendez l’argent » après la fraude de la Générale il y a 6 mois. C’est donc qu’elle a choisi cette voie de la flatterie en pleine connaissance de cause pour parvenir a ses fins, continuer a exister, entre martyre et messie, dans le vide de la gauche actuelle…

    Mais a bien y réfléchir (et je m’amuse de la provocation) si la forme est différente, sommes-nous si mieux lotis a droite ? Nous avons tous lu le discours de Nicolas Sarkozy jeudi (dont Authueil fait d’ailleurs un excellent billet) et ou est la différence ? Je pense au passage sur le « désordre des monnaies » et entend avec impatience l’action possible pour faire bouger la Chine sur le sujet. Je pense a Christine Lagarde qui a du manger son chapeau si souvent ces derniers mois en matière de projections budgétaires optimistes. Bref, dans les deux cas, nous avons des hommes politiques qui préfèrent l’incantation aux actes ou aux discours rationnels… Les truffes dans l’histoire, n’est-ce pas nous qui continuons a écouter ?

    Je rêve d’un politicien qui ferait sien un mouvement d’humilité pour rappeler a ses électeurs son absence de toute-puissance, dire que « l’état ne peut pas tout » et l’assumerait jusqu’au bout, en tirerait les conséquences, et nous demanderait a nous, les électeurs, ce que nous devons privilégier comme action publique puisqu’il nous faut faire des choix. Des choix de gauche ou des choix de droite. Mais des choix et non des shows.

    Sinon, « A ses anciens amis, “elle leur fout la honte” ; comme disent les jeunes, “elle fait pitié”. » Tres tres bon.

  • Ce qui m’ insupporte le plus, au-delà de cette mise en scène sans talent, c’ est ce nombrilisme perpétuel et exacerbé. Ne parler que de soi, tout ramener à soi et surtout éviter d’ énoncer des idées. Comment peut-on s’ adonner au culte d’ une personnalité aussi creuse, le « moi je » dont le programme semble n’ être que de trouver des « scandales » partout.

  • « Seulement, il y a un problème avec Royal. Pour paraphraser Fabius à propos d’une de ses anciennes déclarations clairvoyantes à propos de Le Pen, “le propre d’un leader populiste, c’est de poser les bonnes questions mais d’apporter les mauvaises réponses (…) le propre d’un leader qui choisit la carte du populisme, c’est bel et bien d’être populiste ; c’est bel et bien d’éviter d’apporter des réponses sensées ou, du moins, qui essayent de l’être et se contenter d’agiter des esprits simplistes. »

    Difficile de nier, en toute bonne foi nier, le coté populiste de Royal. N’oublions pas pour autant que c’est aussi une condition sine qua non pour accéder au rang de chef d’état. La preuve ? Sarko est aux manettes. Avoir mis Sarkozy au pouvoir, et dénoncer les méthodes démagogiques de ses opposants, c’est faire preuve de schizophrénie.

    Quant à la qualité des réponses, à quelques exceptions près, 18 mois après l’accession de Sarkozy au pouvoir, je continue de croire que les socialistes auraient fait des choix plus judicieux, en matière fiscale, en matière économique, en matière d’immigration.

    « Le salmigondis un peu “extrême gauchisant” qu’elle nous a servi ce week end (je résume : le capitalisme, c’est pas bien ; il nous trouver autre chose ; et je serais là pour apporter les réponses… demain”) »

    En lisant ces premières lignes, j’ai sincèrement cru qu’il s’agissait du discours de Sarkozy prononcé à Toulon…

  • C’est vrai qu’il est amusant de constater que quasiment tous les commentaires peuvent très facilement s’appliquer également à Nicolas Sarkozy.

    Ces deux-là sont très semblables finalement et il est très dommage comme je l’ai écrit plus haut que nous les ayons mis là où ils sont.

    Il y a énormément de talents (même à droite, si, si :o) ) qui sont effacés à cause du degré de médiatisation de ces deux comédiens et des idôlatres réciproques dont ils sont dotés.

  • Oui, Eponymus, j’abonde dans votre sens lorsque vous parlez du vide de son programme. Cette absence de préoccupation trouve son explication dans sa starification qui n’est intervenue qu’ au cours de l’année et demi précédant les élections , sur la base de sa personne et pas d’un programme réel. En difficulté, elle essaie donc , un peu mécaniquement, de recréer ce phénomène.

    Mais en faire un leader populiste sur cette base là est à mon avis une erreur d’analyse, même si elle risque, à terme de finir dans le même néant. Car elle a néanmoins derrière elle tout un corpus de bric à brac programmatique où elle peut piocher éventuellement et qui lui lui sert de socle implicite, par défaut.

    Je dirais même que cette liberté par rapport aux pesanteurs programmatiques de gauche, figures obligées de tous leader rose , lui permet une liberté de ton et d’idée. Le problème c’est qu’il n’y a ni méthode d’action , ni l’indispensable maturité ou ‘profondeur’ qui fait un homme d’Etat .

    Autres différences notables dans la forme : même si elle se victimise elle ne fustige pas une catégorie contre une autre, elle ne joue pas la peur, ni le ressentiment. Enfin, même si elle joue la ‘rupture’, c’est une rupture au sein du PS, donc rien à voir avec le populisme dans son aspect anti-parti , c’est même un scénario qu’on déjà joué tous ceux qui ont essayé de faire bouger le PS …

    Sauf que là on a affaire à une femme jusqu’au-boutiste, qui a un compte à régler, et qui donc peut entrainer le PS dans des dégâts considérables. Elle va leur donner du fil à retordre, la fofolle.

  • Claudius, il ne faut pas charrier. Quand c’est qu’on a vu une pantomine pareille de la part de Sarko? Il faut rendre justice à Royal, c’est la première fois qu’on voit un tel spectacle d’une personnalité politique.

  • je ne suis pas sûr qu’elle ai le soucis du PS. Elle n’a pas prononcé le mot de socialiste durant son meeting lui préférant « la gauche ». Je crois plutôt qu’elle cherche à se différencier d’un parti « un peu » inaudible en ce moment et qui ne fait pas preuve de cohésion. Le chemin est long d’ici 2012 et comme dit Lisette « C’est une grave erreur de la sous-estimer ».

  • Oui alors le financement est basé sur : euh…

    Le Zenith coute 27000€, les artistes 0€, les techniciens 0€.

    L’entrée est gratuite.

    Le badge coute 10€ (si 4000 badges vendus,a lors ça lui a rapporté 40,000€). Les participants pouvaient donner à la cause en plus.

    On fait le décompte et le Zenith devient rentable.

  • @ DelphineD

    Je me moque éperdument (et c’est peu dire) de la façon dont a pu être financé ce cirque, j’apportais seulement un élément de réponse au commentaire (n° 17) de notre hôte sur la possibilité d’organiser un meeting gratuit et payant à la fois.

  • @Claudius Je rejoins Pepito. Sarkozy a certes, comme Royal, usé à outrance des moyens de communication à sa disposition. La seule différence étant que Sarkozy avec une Rolex au poignet, ça sonne vrai. Il est tel qu’en lui même. Royal en Hare Krishna… ça sonne beaucoup plus faux à mes oreilles…

  • “C’est une grave erreur de la sous-estimer”.

    C’est aussi une grave erreur de sous-estimer les Français et plus particulièrement ceux de gauche. Vouloir croire, encore, que les 17 millions de voix se sont portées sur SA personne, et croire que cela peut se reproduire, quelle illusion!

    Prochaine étape, la danse du ventre devant les locaux du modem.

    Libre adaptation:

    Moi Ségolène, femme libre, je vous appelle à Me rejoindre, pour qu’ensemble dans la fraternité et le rassemblement, nous apportions la lumière et la joie au peuple de France. Amis du Modem, rejoignez-Moi. Créons ensemble, en Mon nom, une nouvelle force de progrès et d’espérance. Retrouvez-Moi pour que, transcendés par les épreuves du passé, nous construisions en cœur, un avenir de promesses, un avenir de désirs. Faisons se lever la vague du changement, poussée par le vent de l’indignation. Enfants du Modem, vous avez fait la moitié du chemin vers la libération de l’emprise pervertie de la droite, continuez votre route jusqu’à Moi, qui vous accueille dans la grande famille des 17 millions de Françaises et de Français qui ont rejeté la politique de la haine et de la division. Venez-à-Moi. Je vous guiderai avec passion et humilité vers la victoire de la France qui veut autre chose, de la France qui chante, de la France qui n’a pas peur. N’ayez pas peur. Retrouvons-nous, retrouvez-Moi. Portez-moi vers le firmament de ma destiné comme je vous porte en mon cœur et notre victoire sera la Mienne. Sœurs et frères du Modem, unissez-vous à Moi.

  • Tu m’étonnes… Il aurait fait le quart de ce qu’elle a fait hier, on aurait eu droit à un flash spécial avec interruption des programmes sur CNN.

    Sinon @ Henri et Opposum, ceux qui ont allumé le feu et qui lancent des cailloux sur les pompiers parce qu’ils sont débordés devraient pas trop la ramener sur le sujet de la crise actuelle et des solutions envisagées, à moins d’apporter eux-mêmes un manuel d’extinction, une lance, de la mousse, des systèmes de sécurité et autres babioles qui pourraient se révéler utiles en ce moment. 😉 Sans vouloir faire de la provoc non plus hein, c’est pas mon genre…

    1. curepipe83 | 29 septembre 2008, 8:34 lien Je suis certain que quelques grands hommes politiques aujourd’hui disparu doivent se retourner dans leurs tombes.

    On prétend que les sismographes ont commencé à tracer des cycloïdes dans la région de Colombey. Au Panthéon, le pendule de Foucault danse le ulahop.

  • J’avais entendu à la radio les réactions effarées de ses camarades du PS, qui se chargent désormais ouvertement de lui régler son compte à la place de l’UMP, sur ses habits dignes d’une secte.

    Mais je ne me doutais pas que les habits, c’était le moins pire.

  • Hé hé, plus la politique de Sarkozy patine, plus ses supporters ont besoin de se rassurer en disant « on a évité le pire en 2007 », « imaginez avec la malette nucléaire », « elle aurait scandé « fraternité » pendant les réunions de travail sur la crise financière »[1] …

    [1] à propos c’est pas Sarkozy qui disait « la France est trop endetté, les français pas assez » et voulait doper la croissance à crédit en développant le crédit hypothécaire ? … comment ça se traduit cette politique en américain ? Ah oui : « subprime ».

    Vous avez bien raison, je ferais pareil à votre place, tout le monde a besoin d’une grosse ficelle pour évacuer la déception 🙂

  • C’est étrange. Finalement, peu importe ce qu’elle fait, elle n’est pas au pouvoir. Pourquoi s’agacer autant ? Nicolas Sarkozy, lui, est président. Pourtant, on ne demande pas le coût du meeting inutile de Toulon. Là, le financement est simple, participation militante, et mécénat. Pas un sou du PS donc pas un sou des militants ou des contribuables. Pour l’instant, il ne s’agit pas d’une élection nationale mais d’une élection interne: laissons là choisir son style. Que la droite laisse donc tranquillement les militants socialistes choisir et ne s’énerve pas, il va falloir tenir encore un très grand mois. Personnellement, je pense qu’elle joue les bonnes cartes. Elle connait les militants et chacune de ses phrases avant-hier était à double sens, même sa tenue correspondait à une attente. Delanoe, Aubry, Strauss Kahn ne répondent plus à l’espoir de la base socialiste. La droite peut le regretter parce qu’elle les connait bien et saurait les affronter, mais c’est ainsi, en plus les Delanoe et Strauss Kahn sont trop liés au Président et à ses amis, la tribune de Michel Rocard n’aidera pas Delanoe en ce sens. Quant au populisme, il ne faut rien exagérer, elle n’a quand même pas rassemblé 40 000 personnes et à lire les critiques qui pleuvent, on peut penser que si populisme il y avait, il demeurait plutôt élitiste…Mais franchement, j’ai bien ri en voyant et imaginant les vieilles barbes s’indigner et éructer : d’ailleurs c’était aussi le but recherché…

  • C’est vraiment amusant de voir comme les champions de l’égalité/on est tous pareils/on est tous des potes/fraternité peuvent avoir un traitement différent des comportements selon qu’il s’agit d’un être de lumière (c’est à dire de gauche) ou d’un être des ténèbres (c’est à dire du parti qu’on ne doit pas nommer).

    Si le PS est tellement inaudible, c’est probablement parce que ni ses dirigeants, ni ses membres, ni ses sympathisants ne joignent le geste à la parole.

    Allez, les gens de gauche, puisque vous êtes des êtres de lumière, éclairez-moi, s’il vous plait. Ça fait deux ans que je me demande ce que Sarkozy a bien pu vous faire pour que vous le haïssiez à ce point ? Que vous bashiez la droite, c’est le jeu. Mais Sarkozy, c’est plus du bashing, c’est du lynchage. Alors, qui m’explique ?

    Non, parce que vous disiez que c’était un salaud d’extrême-droite, sauf qu’il a fait une magnifique ouverture à la gauche. Vous disiez que c’était un tyran absolu et voila-t-y pas qu’il fait voter une réforme pour perdre du pouvoir et augmenter celui de l’opposition !

    C’est peut-être parce que je suis de droite que vos discours et vos jugements me paraissent ténébreux, mais je ne demande qu’à être éclairée. 🙂

  • Koz, oui. Ce sont des bénévoles socialistes de Désirs d’Avenir… C’est encore mieux que les intermittents du spectacle. Pour le badge à 10€, c’est ce qui était écrit dans la newsletter!

  • sarko a fait voter une réforme pour perdre du pouvoir et augmenter celui de l’opposition?

    il fallait le dire!

    mais népotisme, agressivité, mépris de l’interlocuteur,mensonge

    il ne faudrait pas le dire!

  • @ jm

    « Vous avez bien raison, je ferais pareil à votre place, tout le monde a besoin d’une grosse ficelle pour évacuer la déception. »

    Je te retournerais bien le propos, mais j’avais décidé d’arrêter avec mes cruautés.

  • « Elle connait les militants et chacune de ses phrases avant-hier était à double sens, même sa tenue correspondait à une attente. »

    Même sa tenue ? Eh ben, on est pas dans la merde….

  • Au prix où sont les tongs UMP, un badge à 10 euros, c’est pas cher. Je n’ai acheté aucun des deux. Pour Delphine, pour les gens « de gauche » comme tu le dis, je ne sais pas, pour ma part, aucune haine envers Nicolas Sarkozy, tout juste un léger mépris.

  • Francis : Puis-je vous/t’inviter à relire les excellents billets et commentaires concernant la réforme que le PS (à l’exception de Lang) a refusé de voter ? Oui, oui, il a perdu du pouvoir et en a donné à l’opposition.

    Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, dit le proverbe.

    Pour Claudius, je ne pensais pas à toi dans mon commentaire. 😉

    Koz : il est épatant ce plugin pour éditer son billet ! o/

    Rectification : il serait épatant s’il ne me bouffait pas un bras. : D

  • J.M. Fayard,

    Non, « prêt hypothécaire, c’ est « mortgage » en anglais. « Subprime », c’ est l’ emprunteur qui n’ est pas … « prime » c’ est à dire parfaitement solvable. Ne pensez-vous pas que les « bas-de-laineurs » professionnels français sont plutôt de la première catégorie ?

  • @ Delphine

    Laisse va, laisse…

    Il a plus réformé avec des mesures impopulaires, plus innové en un an et demi que dans les 20 dernières années, tous gouvernements confondus, mais la nouvelle accusation, c’est « n’a jamais rien fait »…

    Ils peuvent être contre, il peuvent haïr… mais en arriver à dire que ce qu’ils haïssent et sont contre n’existe plus, c’est pas seulement de la schizophrénie, c’est ajouter amnésie et cécité à leur handicap.

    Laisse va… Laisse…

  • Le texte est affligeant, et en plus, elle est très-très mauvaise actrice. Ce qui m’inquiète le plus, c’est d’imaginer que ceux qui ont conçu ce truc n’en sont peut-être pas, des truffes. Peut-être que ça marche vraiment sur, disons, quelques millions de francais. Le militantisme conduit parfois à des sommets d’aveuglement.

    @DelphineD

    Je ne suis pas très sûr d’être de gauche, mais enfin, si vous cherchez ce que l’on peut reprocher à Sarkozy, regardez – par exemple – du côté de la politique du chiffre en matière de reconduite à la frontière. Les préfets, sous pression, en vienne à découper des familles et à expulser des gens sans histoire, qui ont un travail et paient leurs impôts. Tout çà pour afficher un chiffre à la fin du mois, sans aucun respect des personnes. Il n’y a pas besoin d’être de gauche pour trouver ça choquant.

  • Gatien : Donc, c’est le contrôle dur de l’immigration qui vous choque ? Parce qu’il n’y a pas de respect des personnes (c’est vrai) ?

    Personnellement, j’ai été très choquée par les politiques ou plutôt les absences de politique d’immigration des gouvernements socialistes qui ont poussé des milliers de personnes en détresse dans des embarcations qui ne pouvaient pas tenir la mer. Ces mirages perdurent auprès de ces malheureux, de nouveaux se noient chaque jour. Ca me choque aussi profondément, mais ça ne me pousse pas à la haine. Et vous ? Logiquement, ça devrait…

    Epo : Tout à fait d’accord avec toi, c’est un point acquis et on le répète comme un mantra. : (

  • @delphine j’ai lu avec attention les billets et commentaires sur la réforme de la constitution elle donne des droits nouveaux au parlement mais pour l' »opposition »,je n’ai pas vu plutôt au groupe parlementaire majoritaire et en donne aussi à l’exécutif: ministres et président…

    mais, vous savez, la haine, puisque c’était votre question, c’esttoujours chez les autres qu’on la perçoit elle me paraît sur ce blog largement distribuée…

  • Erick : merci pour ces précisions linguistiques, mais mon propos était plutôt de dire que faire exploser la dette privée pour acheter à crédit la croissance des arbres qui montent jusqu’au ciel, c’est cela ce fameux « modèle américain » que Sarkozy voulait imiter.

    Quand on sait que la dette privée représente 330% du PIB aux US (et beaucoup moins en France), on mesure l’hémiplégie idéologique ou – au choix – faculté à nous prendre pour des imbéciles des monomaniaques de la dette publique.

    — Pour ceux qui ont la mémoire courte, un extrait du programme du candidat Sarkozy http://www.u-m-p.org/propositions/index.php?id=credit_hypothecaire

    Crédit hypothécaire – Logement

    Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d’Europe. Or, une économie qui ne s’endette pas suf¬fisamment, c’est une économie qui ne croit pas en l’avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C’est pour cette raison que je souhaite développer le cré¬dit hypothécaire pour les ménages

    Sarkozy n’avait donc rien compris au film, même si on peut espérer pour lui qu’une partie des électeurs, pensant que la crise n’a qu’une dizaine de jours, sera séduit par son discours de Toulon à la tonalité tout à fait opposée.

    La bonne nouvelle pour nous, c’est que Sarkozy est certes fasciné par des politiques ringardes, mais heureusement, il l’est à contre-temps. En 2007, le modèle américain à la Greenspan prenait déjà l’eau de tous côtés ; en 2008, tout le monde s’en est rendu compte.

    Après mai 2007, Fillon et d’autres vantaient leur victoire comme étant « le mai 1981 de la droite ». Une référence dont on appréciera toute l’ironie étant donné comment 1981 s’était terminé :

    La crise (multiple) actuelle (prévisible et prévue) sera t’elle comme c’est probable le mars 1983 du néolibéralisme ?

  • JM Fayard, votre commentaire 47 est spectaculaire : il accrédite la relation de cause à effet entre la politique de l’Etat américain (incitation à devenir propriétaire, taux d’intérêt bas…) et la crise des subprimes. Bravo, vous êtes l’une des rares personnes en France à accepter de voir que s’il y a quelque chose à réguler ici-bas, ce sont surtout les décisions de l’Etat et pas uniquement l’économie de marché.

  • je ne sais pas si je m’égare en donnant le lien ci dessous. http://www.lefigaro.fr/debats/2008/09/27/01005-20080927ARTFIG00174-il-faut-une-remise-a-plat-totale-du-systeme-financier-.php

    Simplement pour expliquer que je ne suis pas sûre que notre « gouroue » nationale ait eu les compliments de ce spécialiste!

    Cependant, lorsque je vois les adeptes hurler « fraternité » – cette vidéo m’a tellement surprise que je n’arrive pas à réaliser qu’elle puisse être vraie- cela me rassure. Tous les français ne sont pas KO devant la plus grosse magouille financière depuis de nombreuses années, qui consiste à affoler le plus de monde possible pour pouvoir s’en mettre plein les poches une fois revenue l’accalmie!

    Un conseil d’experte en voyance financière (enfin presque, parce que je ne suis ni Madone, ni gouroue, ni socialiste, ni spéculatrice, ni investisseuse ): précipitez vous sur tous les titres qui chutent en ce moment! Vous allez faire fortune à court terme, au pire à moyen terme! (et peut être pourrez vous vous offrir le Zénith, la tunique indienne et les jeans de marque qui vont avec! et même pourrez vous payer les techniciens…)

    Enfin un truc (pour continuer le HS) que vous voudrez bien expliquer à la gourde que je suis : je croyais qu’avec l’hypothèque (fut elle rechargeable), lorsqu’on ne pouvait pas rembourser, la banque vous piquait votre bien hypothéqué et donc ne risquait pas grand chose, alors que dans le cas de subprimes, « y avait » plus rien en cas de non remboursement?

    Et non, je n’ai pas besoin de corde ni de grosse ficelle pour me rassurer. Contrairement à beaucoup, je suis confiante dans l’avenir : des crises politiques et financières, j’en ai déjà vécues , mes parents ont vécu 1936. Nous avons tous survécus,même en 2005 (le figaro titre en gros : « la bourse de Paris à son plus bas niveau depuis 2005 ») et pourtant nous ne faisions vraiment pas partie des privilégiés!

    Aussi, je n’ai pas besoin de me rassurer en me faisant peur avec des « si Ségolène »! C’est une certitude pour moi! on a eu de la chance de ne pas l’avoir à la tête du pays. Une tunique et des incantations n’ont jamais aidé dans les crises financières. Le pragmatisme, si!

  • Francis, je n’ai pas commencé. Dès le #31, Sarkozy s’en prenait plein la tête. Dès qu’on s’interroge sur Royal, boum ! Sarkozy en prend plein la tête !

    Puisqu’il ne semble pas possible que vous émettiez la moindre réserve sur Royal, dites-moi au moins ce qui motive cette haine envers Sarkozy. Qu’on ne partage pas ses idées, je le conçois parfaitement, je ne le suis pas à 100% moi-même, alors qu’on soit en total désaccord avec lui, ok, c’est concevable. Mais entre un désaccord et la haine, il y a plus qu’un fossé.

    Gatien me parle d’immigration. C’est beau, c’est humaniste, mais ça ne tient pas la route si on y regarde avec attention comme je l’expliquais plus haut.

    Jmfayard part dans une histoire de subprime à la française. Ca suffit à justifier la haine, ça ?

    Si Koz trouve que c’est trop hors sujet, je cesserais sur le sujet et je garderais mes interrogations pour moi. Mais, je suis sérieusement et réellement intéressée par la raison de cette haine. Peu importe que ce soit Sarkozy, si c’était Royal ou Jospin ou Rocard, je m’interrogerais tout autant. Je le répète, le désaccord, je peux parfaitement comprendre, le mépris aussi, pourquoi pas ?, mais la haine ???

  • à Addis (64) : (rapidement parce qu’il parait qu’on est HS)

    Ah mais moi, contrairement à la vielle gauche et aux néo-libéraux, je suis agnostique sur la question « Etat ou Marché ? ». C’est les finalités de l’utilisation de l’Etat ou du Marché que je juge bonne ou mauvaises.

    Historiquement, les écologistes n’ont jamais eu de préférence particulière soit pour le productivisme de l’Est avec ses mers d’Aral et autres Tchernobyl ; soit pour le productivisme de l’Ouest avec Bhopal, l’agriculture productiviste, la crise énertiquo-climatique, ….

  • jmf (61), ne sois pas si binaire.

    On peut juger que le niveau d’endettement privé des Français est trop bas sans vouloir le monter à 330% (si ce chiffre exorbitant est confirmé). On peut juger que l’endettement public du pays est trop élevé sans vouloir le réduire à zéro.

    Homme de paille, quand tu nous tiens…

    Sinon, ce qui est amusant dans ce billet c’est qu’on a beau partir de Royal, c’est un sujet tellement chiant qu’on se retrouve tout de suite à parler de Sarkozy.

  • Non je me suis planté sur le chiffre (ne me rappelant plus, j’ai cherché ça vite et mal sur google …)

    Par contre, sur l’évolution, il n’y a aucun doute : voir ce graphique dans l’aritcle cité plus haut. L’augmentation de la dette privée aux Etats-Unis est bien, comment dire, considérable ; c’est ça qui a permis de faire tourner la machine de la consommation alors que la majorité des ménages américains ont vu leur pouvoir d’achat très peu ou pas du tout augmenter (par contre les actionnaires ont été globalement à la fête ; je sais : il n’y a bien évidemment aucun lien de cause à effet car une croissance infinie est possible dans un monde fini et viendra donc régler le problème).

    Je vous ai déjà dit que j’aimais bien Lipietz ? Ah oui, donc tant pis, j’assume –> http://lipietz.net/spip.php?article2260

  • @DelphineD

    Ce qui me choque, ce n’est pas que les contrôles soient « durs » ou « mous » (encore que… il y a à redire sur ce qui se passe dans les centres de rétention), c’est que leur seule finalité devienne le chiffre, de sorte qu’on finit par expulser des gens même quand ce n’est dans l’intérêt ni de la France ni des personnes en question. Cette politique du chiffre à tout prix fait des dégâts dans bien d’autres domaines, et en particulier dans celui de la sécurité (enquêter sur des assassins et des voleurs, c’est long, et le résultat est plus incertain que quand on verbalise pour stationnement).

    Je ne comprends pas pourquoi vous parlez des socialistes, votre question portait sur Sarkozy. Et si vous croyez vraiment que ce sont les socialistes francais qui poussent des gens dans des barques, alors là… je ne sais plus très bien quoi vous répondre… moi qui croyait que c’était la pauvreté!

    Pourquoi parlez-vous autant de « haine » Delphine?

    Bon d’accord, je suis complètement hors sujet, mais comme il n’y a aucun supporter de Royal parmis les lecteurs de ce blog, je ne vois pas vraiment d’intérêt à l’enfoncer plus qu’elle ne s’enfonce déjà elle même..

    Là où j’ai plus de mal à suivre, c’est quand on cherche à démontrer que Royal aurait été pire que Sarkozy. Différent, sûrement, mais pire… en quoi? Je reste dans l’incertitude sur ce point. En matière de populisme, de brossage d’électeurs dans le sens du poil, de sophisme, de rhétorique creuse, et de bilan liliputien, l’une valait bien l’autre, au départ. Et comme on ne pourra jamais comparer les résultats (je l’espère!), vous ne prenez pas grand risque à affirmer que votre champion est le meilleur.

    @Tara, Sarkozy pragmatique face à la crise financière? Qu’a t’il fait pour mériter cet éloge? Réclamer d’illusoires sanctions contre d’hypothétiques « responsables » de la crise? C’est du pragmatisme? Je suis persuadé que Royal aurait fait aussi bien!

  • @DelphineD

    Je n’avais pas lu votre dernier billet au moment d’écrire. Vous me laissez perplexe. D’abord, je ne vois pas ce qui ne tient pas la route dans mes propos. Ensuite, décrédibiliser quelqu’un parceque son discours est humaniste… voilà bien une rhétorique typiquement sarkozienne! Cette inversion des valeurs me déplaît chez cet homme, au cas où vous chercheriez une raison de plus.

  • Je parle de haine parce que, par exemple, son petit garçon a été menacé de mort et que certains ont dit que c’était « bien fait » et « normal ». Qu’un enfant de 10 ans soit menacé de mort directement n’a rien de normal ou de juste. Seul un sentiment aussi passionnel que la haine peut faire dire ce genre de bêtise.

    Pour en revenir à l’immigration, ce sont les régularisations massives qui poussent les gens à monter massivement dans des barques. L’effet d’appel d’air a été assez largement commenté pour qu’on comprenne la stupidité des régularisations massives et, surtout, leurs conséquences abominables.

    Le pire étant que le drâme des immigrés ne s’arrêtent pas lorsqu’ils atteignent leur destination. Ils auront encore le droit de passer des années à rembourser leur passeur, à vivoter dans des taudis insalubres et, souvent aussi, à bosser pour de véritables exploiteurs.

    Je n’aime pas Hortefeux, je n’aime ni l’homme, ni ses méthodes, mais une politique d’immigration responsable me paraissait urgente depuis des années. Je regrette sincèrement et profondément que de très nombreux immigrés soient les premières victimes de cette « correction », mais s’ils ont naturellement le droit d’en vouloir à Sarkozy et/ou Hortefeux, qu’ils n’oublient pas les gouvernements précédents qui ont préféré la démagogie irresponsable des portes ouvertes à la sagesse humaniste d’une immigration raisonnée.

  • Indeed. Finalement, c’est pas forcément plus mal quand je ne parle ni de Sarko ni de Royal. Ca fait moins de commentaires, mais c’est pas plus mal. 😉

  • Mes confuses : livraison express, paquet cadeau, joli ruban dessus.

    Au fait, il faut que j’avoue un truc : je n’ai pas regardé la vidéo. Le peu que j’ai vu aux infos, l’autre jour, m’a amplement suffi. Si quelqu’un me dit le timing de son interprétation de Bécassine, je regarderais le passage. Sinon, non.

    (smiley qui part à reculons en saluant et en faisant des moulinets avec son chapeau)

  • C’est fou : entre le discours de Sarkozy à Toulon qui ressort exactement les mêmes discours sur les parachutes dorés et le meeting très personnel de Ségolène, qui suscite exactement les mêmes réactions que d’habitude, j’ai l’impression d’assister à une très mauvaise parodie de la campagne de 2007, comme si tout était en train de bugger avec la crise financière et la montée du chomage.

  • @ Tom Roud: Tout juste. Cette impression de déjà vu se ressent aussi à la lecture des commentaires, à chaque fois que Koz sort un billet avec Royal et/ou Bayrou en sujet principal. En comparaison, la campagne présidentielle américaine est bien plus intéressante. Mais peut-être est-ce en raison de son exotisme ?

  • « on a beau partir de Royal, c’est un sujet tellement chiant qu’on se retrouve tout de suite à parler de Sarkozy. » quelle belle reflexion, c’est l’effet mirroir ?

  • @ Gwynfrid : la campagne américaine est effectivement plus intéressante; il faut dire que les enjeux sont de taille, y compris pour nous autres francais. Et puis, je ne sais pas si je suis objectif, mais en regardant le débat l’autre soir, je me suis dit qu’Obama volait bien plus haut que Sarkozy, Royal et toute la classe politique francaise : des paroles simples, des idées justes, une belle maitrise de soi, la classe en plus … et pas cette impression de jeu de bonneteau perpétuel typique de la classe politique francaise.

  • Je ne sais pas si Faudel et Enrico Macias aux Invalides célébrant la victoire du meilleur dirigeant 2008 (sic) a fait l’objet d’une billet sur ce blog. Je pose donc la question ? Trust, ça a même fait bander cette burne de Martinon, c’est quand même autre chose que Barbelivien !

  • @ Tom : la comparaison entre le débat Sarkozy-Royal de 2007 d’un côté, et le débat Obama-McCain de l’autre, n’est effectivement pas du tout à l’avantage de la France.

    Cependant, je suis un peu moins enthousiaste que vous: le coup des bracelets, les petites piques compréhensibles uniquement par les initiés (à propos des commissions du Sénat, de l’invitation ou pas du premier ministre espagnol, etc.) tout ça ne volait pas toujours si haut que ça. Il en ressort tout de même une impression générale que les deux candidats sont des types sérieux, capables de tenir le poste sans faire sauter la planète, ce qui est tout de même rassurant.

    Purée, Koz va nous fiche dehors pour hors sujet éhonté, là 🙂

  • @DelphineD

    Je ne connaissais pas cette histoire de menaces de mort. S’il s’agit d’expliquer pourquoi certains s’en réjouissent, je n’ai pas trop d’idée, sinon que sur 60 millions d’habitants on trouvera toujours des gens pour débiter de telles énormités. Pas sûr que ce soit spécifiquement lié à Sarkozy…

    Pour revenir au sujet… 😉

    Je n’ai pas parlé de régularisation massive, pourquoi cette diversion? J’ai parlé d’une politique du chiffre contre-productive, démagogique, et sans respect de la personne humaine. Hortefeux n’y est pas pour grand chose et ne m’est pas particulièrement antipathique. Le problème, c’est plutôt l’objectif débile qu’on lui à fixé, et qu’il s’efforce d’atteindre de peur de passer pour un mauvais élève. Ses collaborateurs, font la même chose, puis les préfets, et ainsi de suite. Sans discernement aucun.

    Ici, le résultat est qu’on expulse un tas de gens sans histoires, les plus faciles à attraper. Avez vous vu le nombre de villages où des gens manifestent pour éviter l’expulsion d’une famille, ou de quelques individus? Vous vous rendez compte? Il y a des français qui manifestent pour garder leurs voisins! Ils ne doivent pas être si mal intégrés. Ils sont la depuis 5, 10, 15 ans, connus de tout le monde, et là d’un coup, parcequ’il faut faire du chiffre, on les expulse.

    La priorité n’est elle pas plutôt de démanteler les filières clandestines? Ah oui, mais si il n’y a plus d’immigration clandestine Hortefeux pourra plus faire des bons chiffres. C’est bête, on n’y avait pas pensé au moment de faire les grilles d’évaluation…

    Bref. C’est à peu près aussi débile que de décréter que 80% des bacheliers auront le bac, et l’impression donnée n’est pas ce qu’on fait de mieux pour que les francais d’origine immigrée se sentent les bienvenus.

    Vous dites : « leurs conséquences abominables… le drâme des immigrés ne s’arrêtent pas [là], vivoter dans des taudis insalubres […] bosser pour de véritables exploiteurs. »

    C’est savoureux de la part de quelqu’un qui se moquait de l’humanisme et de la bonne conscience, parceque ça ressemble fort à des larmes de crocodile. Ouvrez les yeux : ils viennent quand même! Vous ne ferez pas leur bonheur contre leur gré en les en empêchant. Vous vous protégerez vous, c’est tout (ce qui est respectable).

    Et puis çà : « les gouvernements précédents qui ont préféré la démagogie irresponsable des portes ouvertes »

    C’est très exagéré. Aucun gouvernement récent n’a ouvert les portes à une immigration massive. Du coup la question devient : « étaient-elles trop ouvertes? » Ou plus simplement : « y a t’il trop d’immigrés en France? »

    Je suppose que nous n’avons pas la même réponse, mais c’est une autre discussion, et nous ne tomberont pas d’accord ici.

  • Gatien : je ne me suis pas moquée de votre humanisme, je ne me le permettrais pas, et mon empathie pour les immigrés dans une misère totale sur le sol français n’a rien de feinte. J’ai juste dit que si la sympathie envers les immigrés était le motif de la haine anti-Sarkozy, alors il faudrait aussi être haineux envers ceux qui ont trop ouvert les portes sans se soucier des dégâts.

    Je n’ai pas relevé la même solidarité que vous dans la population française pour les immigrés expulsés. J’aurais aimé mais vraiment, à part quelques rares initiatives, rien de notable. Et non, je ne lis pas que le Figaro, ne me faites pas ce procès-là aussi.

    Vous dites qu’il n’y a pas eu de régularisation massive récente ? Vous oubliez le gouvernement Jospin et le gouvernement espagnol !

    Pour le reste, puisque vous partiez du principe que j’étais hypocrite, vos propos ne tiennent pas et je n’y répondrai pas.

  • Les français n’ont pas le moral, ce qui pèse sur la croissance, et n’est pas très bon pour la santé mentale des gens et la santé du pays. Alors le week end dernier, il vallait mieux ?

    1/ Aller au spectacle de Royal, se marrer, écouter Trust, mater sa jolie coupe de cheveux ? 2/ Voir la trombine sinistre de Fillon dire que la France est au bord du précipice et qu’il va continuer les réformes en taxant les barres chocolatées ?

  • Vallait mieux le point 2. plutot que de participer à cette hallucination collective, qui plus est, en se gavant de barres chocolatées, mais bon, chacun est libre de faire ce qu’il veut le week end.

    Pour ce qui est de se marrer, on a toujours pu le faire en visionnant la vidéo, le lundi. Et pour le moral, de voir son public se pâmer et faire ses hoooo et ses haaaa, et penser qua ça risque de représenter peut être la principale force d’opposition en France, voire pire, le parti derrière la future présidence, ça serait plutôt ça qui ferait chuter mon moral.

  • Le show au Zénith était une revue de SR interprétée par elle même pour la fête d’anniversaire de ses 55 ans qu’elle a eu le 22 septembre. En plus, elle ne les fait pas et elle est ravissante avec son nouveau look. Le bleu (royal ?) lui va à merveille. Super! J’espère que son association a pu couvrir les frais et les dons demandés à ses sympathisants ont été au rendez-vous.

    Mais quelle est sa stratégie ? Continuer sur se modèle, un show tous les 6 mois, jusqu’aux présidentielles, pour espérer lancer une candidature indépendante ?

  • Je la voie bien à la tête d’un parti populiste, dénonçant le système « UMPS », comme peut le faire Le Pen, Besancenot, et même dans une moindre mesure Sarkozy, avec sa « rupture ». Les discours anti-élites et les tables rases du passé, ça a toujours du succès.

  • Rajoutons Bayrou. Pour Sarko, je parlais évidemment du passé. Vous n’allez quand même pas me dire qu’il dénonçait « assez peu » l’UMP et tous ses prédécesseurs avant d’être élu.

  • Il y a quelque chose de profondément choquant dans cette mise en scène totalement décalée : pendant que le monde entier se bat avec des difficultés financières et économiques graves une femme politique aspirante aux plus hautes responsabilités se complait à jouer la starlette midinette débutante ! SR a montré un manque de discernement ahurissant tel qu’il me semble inimaginable qu’elle puisse s’en relever un jour.

  • Vous avez le lien pour l’article de Christophe Barbier Delphine ? J’aimerais bien savoir ce qu’il pense de ce qu’elle a dit.

    Merci d’avance.

  • Gatien, compte tenu du contexte (affaire Clearstream), je pense au contraire que Sarkozy a fait preuve d’une retenue assez exemplaire dans sa critique publique de ses prédecesseurs UMP. Sarkozy a réussi à défendre la « rupture » sans critiquer durement Chirac. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu sa victoire. S’il s’était aliéné les chiraquiens, il était perdu.

    Quand on voit les coups bas que s’envoient les socialistes sur la place publique en ce moment alors que l’enjeu est insignifiant, quand on se rappelle les scuds que se distribuaient allégrément Royal et les pontes socialistes pendant la campagne présidentielle, ça laisse rêveur.

  • Merci Delphine.

    Comme le faisait remarquer Mélenchon : « mais s’il doit y avoir un problème à toute force, c’est plutôt de devoir constater qu’elle a parlé une demi-heure et que ce qu’elle a dit n’est relaté nulle part. »

    J’ai écouté Christophe Barbier. Le seul moment où il parle du fond, c’est pour prétendre que Ségolène Royal prône « comme Olivier Besancenot » l’interdiction administrative des licenciements, ce qui comment dire… est une caricature, la preuve de son incapacité à parler de sujets de fond ? Certes, ce n’est pas le seul. Libé pour ne pas le citer est de plus en plus creux.

Les commentaires sont fermés