35 h : François Hollande me donne le vertige

Hier, lors de la plénière vespérale de l’Université d’Eté du Medef, Martin Hirsch (ici au micro de Natacha, probablement bientôt en vidéo , avec un bout de Vincent Ducrey, qui a obtenu que Martin Hirsch nous consacre quelques minutes) revenait sur la méthode nécessaire pour instaurer des « solidarités actives« .

On sait en effet que le choix a été fait de privilégier l’expérimentation du Revenu de Solidarité Active et ce, sur 25% du territoire. Avec quelque humour et férocité, Martin Hirsch disait ceci :

« Avant la politique consistait en la généralisation, d’emblée, des contrats divers puis, au bout de trois ans, on demandait à la Cour des comptes une évaluation, pour comprendre pourquoi la réforme avait coûté très cher, pourquoi elle n’avait pas marché et pourquoi, en fin de compte, on ne pouvait même pas l’évaluer puisque une autre réforme était intervenue entretemps. »

A la lecture de la dernière déclaration, vertigineuse, de François Hollande – merci Felysk de l’avoir signalée en chat – on se prend à rêver qu’une telle méthode ait été retenue pour l’élaboration des 35 heures.

D’après L’Express, François Hollande a en effet déclaré lors d’un dîner avec des journalistes, avant l’Université d’Eté du PS :

« On ne peut pas dire: on va rétablir les 35 heures. Il faut réfléchir sur la durée du travail sur toute la vie (…) la France, globalement, doit travailler plus, mais en s’organisant autrement « 

Ce n’est pas « travailler plus pour gagner plus » mais on se demande tout de même jusqu’où ira la contagion du sarkozysme.

Ne peut-on s’inquiéter un peu de la cohérence de François Hollande et du Parti Socisliate, anciennement favorable à la généralisation des 35 heures ? Souvenons-nous, c’était dans le Projet socialiste pour la France, intitulé Réussir ensemble le changement, et qui proclamait solennellement :

« Nous relancerons la négociation sur le temps de travail, pour étendre le bénéfice des 35 heures, avec création d’emplois, à tous les salariés. Si la négociation n’aboutit pas, la loi interviendra. Nous rétablirons par la loi les rémunérations des heures supplémentaires et les plafonds horaires comme ils l’étaient avant leur remise en cause par la droite. »

Mais ce n’est pas tout. Voilà le diagnostic que François Hollande a établi, toujours selon l’Express :

« Il a rappelé que, sous le quinquennat de Jacques Chirac, le nombre d’heures travaillées n’avait pas dépassé le volume global de travail atteint pendant les cinq années du gouvernement Jospin de 1997 à 2002, malgré l’instauration des 35 heures. « 

Où donc est passé le temps des affirmations catégoriques selon lesquelles la diminution du temps de travail relevait, tout bonnement, du sens de l’Histoire ?

Imaginer le bouleversement incroyable imposé à l’économie française, en pure perte, pour imposer une telle réforme pour que, quelques années plus tard, le Première Secrétaire du Parti Socialiste en vienne à affirmer ce qui est encore fustigé comme une injure ultra-libérale et obscurantiste, « la France doit travailler plus« , ça vous prend à l’estomac, ça vous coupe les jambes, ça vous flanque le vertige.

Quel dogmatisme, quels calculs politiques, quelles synthèses improbables ont-ils amené les socialistes à proclamer fortement ce que, visiblement, ils ne croyaient pas ? Les français ne sont pas des veaux, là, ce sont des pions !

François Hollande ne s’est pas arrêté en si bonne voie. Voilà ce que retranscrit, également, l’Express :

« Affirmant par ailleurs que les socialistes ont accepté depuis longtemps l’économie de marché, François Hollande a souhaité que la « déclaration de principes » du PS soit revue. « Ce n’est pas simplement le marché qu’on doit accepter, mais aussi la mondialisation, parce qu’elle est là« , a-t-il dit, en précisant qu’il ne s’agissait pas d’accepter « la mondialisation libérale ». »

Je discutais hier soir avec Laurent Gasser, au parcours notable, qui a passé dix-huit ans hors de France et qui, à son retour, trouve qu’elle a changé, qu’elle bouge – ce qui est assez agréable à entendre. Lorsque l’on lit de telles déclarations, on mesure la vitesse du changement ! Envisageait-on seulement d’entendre François Hollande déclarer, il y a seulement trois mois, qu’il fallait accepter la mondialisation… comme l’évidence qu’elle est. C’est à peine si, en ce temps-là, on ne se prenait pas pour un iconoclaste à l’affirmer. Surtout, ne le dites plus : dans quelques jours seulement, vous serez définitivement has-been d’imaginer seulement que cela vaille la peine d’être énoncé.

Vous dirais-je encore que Manuel Valls a déclaré, en substance, à l’Université d’Eté du Medef, que la gauche avait sous-estimé la nécessité de favoriser la création de richesse avant d’envisager la redistribution !?

Alors, on se félicitera, bien sûr, de l’aggiornamiento auquel trois claques électorales présidentielles semblent enfin contraindre le parti socialiste mais quelle pétoche on chope lorsque l’on pense aux ravages du dogmatisme… de tous bords.

Billets à peu près similaires

48 commentaires

  • Je trouve que c’est une excellente nouvelle.

    Je comprends (et partage) ton ironie mordante mais je trouve qu’on devrait plutôt saluer Hollande (et Valls, et Gorce et…) pour avoir le courage de dire cela aujourd’hui.

    Car il en faut du courage! Pour s’exposer aux accusations de sans-coeur et d’ami des riches. Pour abandonner un certain confort idéologique. Pour reconnaître ses erreurs publiquement. Pour lacher la bouée et se jetter à l’eau.

    Bref, j’ai plutôt envie d’encourager ceux qui à gauche envisagent de franchir le pas plutôt que de me foutre de leur gueule, les humilier et donner des armes aux orthodoxes.

    Accessoirement, je vois là également une opportunité pour une forme de réconciliation nationale. Ca ne va pas faire plaisir à Jean-François Kahn, mais on risque de pouvoir faire de la politique dans notre pays sans se traiter de salauds.

    Je suis peut être exagérément optimiste, mais je commence à me dire que je pourrais peut-être voter à gauche (pour une élection nationale) avant de mourir. Ca peut paraître idiot, mais une telle idée me paraissait absurde il y a 3 mois.

  • J’ai le même sentiment que toi à bien des égards, et je me disais exactement ce que tu dis en écoutant Manuel Valls hier : enfin, on pourrait envisager de travailler ensemble…

    Mais sans me foutre de leur gueule – ce n’était pas mon but, à peine un bénéfice accessoire – comparer les déclarations sur un sujet si essentiel, qui a bouleversé l’économie française, à trois mois d’écart me donne, effectivement (ce n’est pas une figure de style) le vertige.

  • Seconded Liberal !

    D’ailleurs je viens de mettre un post commentant la toute fraiche déclaration de François Hollande sur un blog d’une antenne du PS et ce n’était pas pour me moquer d’eux, loin de là, mais pour les encourager à poursuivre sans ironie, leur proposant même de lacher Fabius (en pature ?) à la mega-LCR que veut monter Besancenot !

    Je souffre des confrontations violentes avec les idéologies de gauche, je préfèrerai nettement qu’ils s’épanouissent en regardant le monde sans tabou, qu’ils arrêtent de caricaturer les candidats de droite en extrémistes, qu’ils soient moins sectaires. Laissons ça aux communistes et à Besancenot, pour qui le fond de commerce est de regarder le monde avec des oeillères de toute façon !

    Accessoirement, les discussions avec les bobos du boulot seront moins difficiles, depuis le temps que je leur dit que le PS doit éclater ! 🙂

  • [quote]« On ne peut pas dire: on va rétablir les 35 heures. Il faut réfléchir sur la durée du travail sur toute la vie (…) la France, globalement, doit travailler plus, mais en s’organisant autrement »
    « Il a rappelé que, sous le quinquennat de Jacques Chirac, le nombre d’heures travaillées n’avait pas dépassé le volume global de travail atteint pendant les cinq années du gouvernement Jospin de 1997 à 2002, malgré l’instauration des 35 heures. »
    Ce n’est pas « travailler plus pour gagner plus » mais on se demande tout de même jusqu’où ira la contagion du sarkozysme.[/quote]

    Si ça vous donne tant que ça le vertige, vous êtes probablement en retard d’une guerre. Ou que vous confondez la quintessence de la pensée de gauche avec les synthèses du PS qui ne sont que la quintessence des problèmes d’appareil (problèmes d’organisation, intimidation des gardiens du temple, instrumentalisation de la parole par les « courants » aka les écuries présidentielles, confère Gaëtan Gorce)

    En effet, comme le rappele Hollande, près de 2 millions d’emplois supplémentaires ont été créés sous Jospin ce qui fait que globalement « on » (le pays) « travaillait plus » en 2002 qu’en 1997. Et en effet cet objectif est bien plus pragmatique et utile que la diabolisation entretenue envers les 35h00 – assimilée à l' »oisiveté » – par les gouvernants de droite depuis 2002 pour masquer leurs échecs économiques. (Loin de moi cependant l’idée de nier les erreurs commises dans la mise en place des 35h00)

    Car en effet comme le dit Hollande, cet objectif permet de penser et de comparer les alternatives dans « l’organisation » du travail :

    Exemple : d’autres pays n’ont pas fait les 35h00 mais ont développé de façon massive le temps partiel (44,0% de temps partiel aux Pays-Bas par exemple).

    Est-ce mieux ou moins bien ? Ça vaut la peine d’être débattu en tous cas.

    Du coup voici la durée moyenne travaillée par pays. Et surprise, ça donne en 2005 :

    France 36,3 h
    Italie 36,2 h
    Suède 36,1 h
    Danemark 35,1 h
    Allemagne 33,6 h
    Espagne 33,2 h
    Grande Bretagne 31,7 h
    Usa 33,8 h
    Pays-Bas 29,2 h

    Méthode : on prend le nombre total d’heures travaillées et on divise par nombre total de salariés ayant travaillé et ce quel que soit leur type de contrat : CDI, CDD, interim, partiel ou temps complet. Sachant qu’on prends en compte la durée effective (réelle) de travail, en tenant compte de l’ensemble des heures travaillées, normales et supplémentaires (payées ou non) (car non Sarkozy n’a pas inventé les heures supplémentaires). Comme l’a montré l’INSEE, depuis plusieurs années, la durée effective dépasse la durée affichée de trois heures environ par semaine.

    Deuxième exemple : comme le dit François Hollande au lieu de penser simplement la durée de travail par semaine, il faut penser à sa répartition sur toute la vie. On peut avoir des périodes où on travaille plus intensément (au début de sa vie active, quand sa boîte se lance), mais alternés avec des périodes de formation (quand on perd son ancien emploi dans un secteur en crise et qu’on désire se réorienter dans un secteur plus porteur), des périodes où on prend du temps pour soi (pour élever ses enfants notamment). Et notamment il y a la question du travail des séniors. On vit longtemps, on peut travailler plus longtemps mais l’affaire Guy Roux est là si besoin est pour détruire l’illusion sarkozyste qu’on peut travailler autant à 68 ans qu’à 35. On pourrait par exemple imaginer qu’à partir de 55 ans, on travaille 100h00 de moins chaque année (1500 heures à 55ans, 1000 heures à 60 ans, 500 heures à 65).

    Ou que vous confondez la quintessence de la pensée de gauche avec les synthèses du PS qui ne sont pas la quintessence des problèmes d’appareil (problèmes d’organisation, intimidation des gardiens du temple, instrumentalisation de la parole par les « courants » aka les écuries présidentielles,

  • @jmfayard

    Vous pouvez vous moquer de Guy Roux, mais il a 8 ans de plus que l’age de départ en retraite, ce qui représente 1/5 des 40ans de cotisation requis, par ailleurs il s’est arrêté quand il l’a décidé, ce qui est le souverain bien, et avec beaucoup de réalisme et d’humilité.

    Par ailleurs si nous sommes d’accord pour laisser les gens libres, parfait. Le problème n’est pas tant les 35h en elles-mêmes (la valeur de vos chiffres et de leurs sources est à approfondir) mais l’idéologie qui les a accompagné…à savoir ne travaille surtout pas plus que 35h sinon tu piques du travail à ton voisin, cupide ! Ceci ayant été fait dans une vision égalitariste primaire !

  • Deux millions d’emploi créés sous Jospin ? Il faudra penser à féliciter les entreprises ! Dans un tel environnement, quelle perf’ !

    Sinon, puisque vous êtes en verve, j’imagine que vous m’expliquerez, aussi, pourquoi donc François Hollande dit que la France doit travailler plus si l’on s’aperçoit à la lecture de vos chiffres que, surprise, la France serait le pays où la durée moyenne de travail est la plus élevée.

    En tout cas, j’admire toute l’exégèse des propos de François Hollande dont vous êtes capable.

  • Moi ça me laisse quand même un sentiment de malaise, d’écoeurement… ces options qui ont motivé le vote de 47% des électeurs ct quoi ??? ces joutes verbales saignantes sur le sujet des 35 h (je me souviens d’un face à face saignant entre Royal et Parisot dans un France Europe Express), du flan absolu ? quand tu parles de trois mois, certaines déclarations de l’ancien tonneau sont encore plus récentes…

    Travailler ensemble avec des gens qui ont le mensonge chevillé au dogme à ce point, ça n’inspire pas confiance.

    Mais bon, évidement sur le fond c’est une bonne nouvelle. Ca évitera peut être une explosion syndicale en septembre ou un peu plus tard sur des sujets visiblement autrefois très sensibles.

  • [quote comment= »42646″][Méthode : on prend le nombre total d’heures travaillées et on divise par nombre total de salariés ayant travaillé et ce quel que soit leur type de contrat : CDI, CDD, interim, partiel ou temps complet.[/quote]
    Et si on prend en compte les chômeurs, ça donne quoi? De même, votre 2e exemple désavoue votre 1er. Si on veut vraiment faire une comparaison internationale pertinente, il faudrait comptabiliser pour chaque pays les nombre total d’heures travaillées sur l’ensemble de leur vie par l’ensemble des personnes valides.

    En France on exclut des stats tous ceux qui ne travaillent pas du tout (et qui sont exceptionnellement nombreux, jeunes, vieux, chômeurs) pour éviter qu’ils ne plombent la moyenne. C’est un peu la même chose pour les stats de productivité. La productivité des travailleurs français est très élevée, non pas parce que les Français sont des surhommes, mais simplement parce que tous ceux qui ne sont pas assez productifs ne travaillent pas.

    La seule chose qu’établit les stats que vous citez est que notre pays est extrêmement inégalitaire en matière d’accès au travail. Et les 35h sont effectivement la quintessence de la pensée gauchiste : pour réduire les écarts, retirons du travail à ceux qui en ont le plus, c’est plus facile que d’en donner à ceux qui n’en ont pas.

  • [quote comment= »42648″]@jmfayard

    Vous pouvez vous moquer de Guy Roux, mais il a 8 ans de plus que l’age de départ en retraite, ce qui représente 1/5 des 40ans de cotisation requis, par ailleurs il s’est arrêté quand il l’a décidé, ce qui est le souverain bien, et avec beaucoup de réalisme et d’humilité.[/quote]

    Loin de moi l’idée de critiquer Guy Roux, personnage roublard et bien sympatique à la vie professionelle exemplaire. Simplement son come-back avorté alors qu’il devait servir de symbole du « travailler plus longtemps » montre que la nature a ses lois.

    [quote comment= »42648″]Par ailleurs si nous sommes d’accord pour laisser les gens libres, parfait. Le problème n’est pas tant les 35h en elles-mêmes (la valeur de vos chiffres et de leurs sources est à approfondir) mais l’idéologie qui les a accompagné…à savoir ne travaille surtout pas plus que 35h sinon tu piques du travail à ton voisin, cupide ! Ceci ayant été fait dans une vision égalitariste primaire ![/quote]

    En tout cas la statistique que l’américain actif moyen travaille en moyenne 33.9 heures (2006) est tout à fait officielle.

    [quote comment= »42649″]Deux millions d’emploi créés sous Jospin ? Il faudra penser à féliciter les entreprises ! Dans un tel environnement, quelle perf’ !

    De deux choses l’une, soit le gouvernement est pour quelquechose dans le bon état de l’économie, soit il n’y est pour rien.

    [quote comment= »42649″]Sinon, puisque vous êtes en verve, j’imagine que vous m’expliquerez, aussi, pourquoi donc François Hollande dit que la France doit travailler plus si l’on s’aperçoit à la lecture de vos chiffres que, surprise, la France serait le pays où la durée moyenne de travail est la plus élevée.
    En tout cas, j’admire toute l’exégèse des propos de François Hollande dont vous êtes capable.[/quote]

    Merci !
    La réponse à vortre question est que le taux d’activité lui est inférieur en France par rapport à d’autres pays. Donc ce que ferait un Hollande premier ministre serait par exemple d’améliorer l’emploi chez les séniors.

    [quote comment= »42658″]Si on veut vraiment faire une comparaison internationale pertinente, il faudrait comptabiliser pour chaque pays les nombre total d’heures travaillées sur l’ensemble de leur vie par l’ensemble des personnes valides.[/quote]

    cf ma réponse à Koz.
    L’utilité de ces statistiques est de tordre le cou à un certain nombre d’idées reçues pas utiles :
    * les 35h00 seraient en soi une hérésie et aucun pays n’aurait réduit la durée du travail (alors que si mais selon d’autres modalité, exemple le travail à temps partiel massif au Danemark)
    * les français seraient des fainéants
    * …

  • [quote comment= »42661″]Merci !
    La réponse à vortre question est que le taux d’activité lui est inférieur en France par rapport à d’autres pays. Donc ce que ferait un Hollande premier ministre serait par exemple d’améliorer l’emploi chez les séniors.[/quote]

    Mais alors, pourquoi diable parle-t-il des 35 heures, enfin. Puisque cela n’a rien à voir. Pourquoi affirmer : « on ne peut pas dire : on va rétablir les 35 heures » et « il faut que la France travaille plus », puisque cette dernière affirmation n’a rien à voir avec la première.

    Vu comme ça, c’est étonnant, on dirait qu’il fait le lien entre la durée du travail et le « nombre total d’heures travaillées à l’échelle d’un pays » (il paraitrait que je confonds, alors je m’applique à utiliser les termes).

    Vous qui étiez à table avec lui et savez ce qu’il a voulu dire mais n’a pas dit, vous allez me l’expliquer, aussi, je pense.

  • Ah vous devez confondre. Malade, je ne peux rien avaler, et je ne suis pas à la Rochelle mais dans une ville voisine de celle où se tient l’université du Medef.

    Je me suis contenté de lire son discours, intéressant pour une fois qu’il sort de la cuisine interne.

    « 1) Le numéro un socialiste a pronostiqué que, « dans dix ans, le débat ne portera plus principalement sur le chômage, mais sur le taux de précarité », du fait de l’arrivée de générations moins nombreuses sur le marché de l’emploi. »
    “2) On ne peut pas dire: on va rétablir les 35 heures. 3) Il faut réfléchir sur la durée du travail sur toute la vie (…) 4) la France, globalement, doit travailler plus, 5) mais en s’organisant autrement “
    “6)Il a rappelé que, sous le quinquennat de Jacques Chirac, le nombre d’heures travaillées n’avait pas dépassé le volume global de travail atteint pendant les cinq années du gouvernement Jospin de 1997 à 2002, malgré l’instauration des 35 heures.

    S’il faut traduire, allons-y :

    4) l’important, c’est le nombre total d’heures travaillées (je suis sûr que vous comprenez la différence avec le taux de chômage ou avec le taux horaire légal) car c’est ça qui permet de financer les systèmes sociaux coûteux.

    6) la gauche n’a pas à rougir en ce domaine

    2) les 35 h00 ne sont pas un dogme. Pourquoi ?

    parce que la situation a changé 1) En 1995, on était au fond du trou du désespoir face au chômage de masse qu’une bonne politique économique semblait ne pouvoir qu’entamer, pas faire disparaître. D’où l’idée volontariste d’une baisse rapide, massive, générale du temps de travail moyen qui crérait un choc de pénurie de main d’œuvre faisant baisser structurellement le chômage et parallèlement la conquête du temps libre. Finalement ce ne fut qu’un succès relatif (60% des français estimant que les 35h00 avaient amélioré leur vie, quelques centaines de milliers d’emplois) et complémentaire avec d’autres aspects de la politique économique de la gauche (emplois jeunes, euro faible, boom nouvelle économie, réforme fiscale, …)

    Aujourd’hui 1) le chômage de masse s’estompe, il y a un contre-choc démographique et le nouveau défi majeur sera peut-être de maîtriser la précarité.

    Conclusion de François Hollande : 2) ni rester dans la solution de 1997 5) ni céder à une résignation qui n’aurait aucun intérêt, mais 3) il faut pen au-delà des 35h00 et penser la répartition du temps de travail tout au long de la vie. Vaste programme dont j’ai cité quelques pistes plus haut.

  • @Koz : encore un petit effort et Hollande va se demander si l’Histoire a encore un sens après tout.

    @jmfayard :
    vous avez écrit plus haut :[quote post= »447″]

    Et en effet cet objectif est bien plus pragmatique et utile que la diabolisation entretenue envers les 35h00 – assimilée à l’”oisiveté” [/quote]

    Je crois que loin de parler d’oisiveté on parle plutôt de cadences infernales dans les usines où on doit faire en 35h ce qu’on faisait avant en 39h. Les socialistes sont bien discrets là-dessus. Cela leur a pourtant aliéné une grande partie du vote ouvrier. Les 35h ont surtout été vues comme une mesure prise par les bobos pour les bobos.

    Quant à la statistique qui donne le français comme celui qui travaille le plus, elle est sujette à caution. Je me demande comment un pays comme les USA où les gens prennent deux semaines de vacances, quand ils en prennent, peuvent arriver derrière la France pour le nombre d’heures travaillées, sauf à faire dire tout et n’importe quoi aux stats.

  • [quote post= »447″]Merci !
    La réponse à vortre question est que le taux d’activité lui est inférieur en France par rapport à d’autres pays. Donc ce que ferait un Hollande premier ministre serait par exemple d’améliorer l’emploi chez les séniors.

    Liberal a écrit plus haut :

    Si on veut vraiment faire une comparaison internationale pertinente, il faudrait comptabiliser pour chaque pays les nombre total d’heures travaillées sur l’ensemble de leur vie par l’ensemble des personnes valides.

    cf ma réponse à Koz.
    L’utilité de ces statistiques est de tordre le cou à un certain nombre d’idées reçues pas utiles :
    * les 35h00 seraient en soi une hérésie et aucun pays n’aurait réduit la durée du travail (alors que si mais selon d’autres modalité, exemple le travail à temps partiel massif au Danemark)
    * les français seraient des fainéants
    * …[/quote]

    Effectivement les 35h sont une hérésie et ont généré du chômage. Le temps partiel n’a rien à voir (en général un mi temps n’est pas payé du tout comme un temps plein et on peut cumuler deux mi-temps).

    *Les français sont effectivement parmi les gens qui travaillent le moins dans l’OCDE.
    http://dx.doi.org/10.1787/174615513635

    [img]http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/5/5a/Yearly_working_time.jpg[/img]
    Peut-être que ceux (rares) qui travaillent travaillent beaucoup les (rares) semaines où ils travaillent… Cela ne veut certainement pas dire que les français travaillent beaucoup.

  • jmfayard, vous êtes gonflé. La stat que vous citez est taillée sur mesure pour obtenir le résultat souhaité. Si on trouvait un job à 20h par semaine à chaque chômeur français, le nombre d’heures par actif diminuerait drastiquement.

    Rien n’indique que les Danois ont réduit leur temps de travail par recours massif au temps partiel, il est plus vraisemblable qu’ils ait fait exactement ce que je décris plus haut : trouvé un emploi à temps partiel à leurs chômeurs sans baisser les heures des actifs.

    Quant au contre-choc démographique, n’y placez pas trop d’espoirs. Comme vous le dites plus haut, il va falloir trouver un job aux seniors, et il va y en avoir de plus en plus…

  • Je suis surprise d’apprendre que les américains ne travaillent « que » 33h par semaine !
    l’un de mes enfants, expat aux USA n’a que 3 semaines ( le plus souvent 15 jours ) de vacvances, qu’il ne peut prendre que lorsque son travail ( missions ) est fini, et certainement pas aux dates qu’il désire !
    De plus le minimum hebdo est de 40h – sachant qu’il en fait largement 48, voire 50 !

    Sans doute tous les américains ne travaillent pas autant, mais nombre de « mi – temps  » font deux voire trois boulots.
    Et lorsqu’on voit que même les SDF travaillent – à ramasser cannettes vides, et vieux cartons – ( j’en suis sûre, « je l’ai vu de mes yeux vus  » ) , pour les revendre aux entreprises de recyclage, on se pose des questions sur le nombre d’heures travaillées par nos propres SDF et l’état des rues de Paris, par exemple…

    Mais sans doute ces heures ne comptent elles pas..
    Ou bien on ne comptablise pas les deux ou trois mi temps comme des « temps plus que complets », mais comme des mi temps « uniques  » ?

    Il me semble avoir lu , de plus que les USA étaient arrivés à 4% de chômage…
    Ne serait ce pas moitié moins qu’en France ?

    Dans tous les cas, l’image que donne un français aux USA est une image de flemmard…. malgré les chiffres de jmfayard.

  • Mais Tara, ignoriez-vous donc que les affreux pays ultra-libéraux sont aussi ceux où il fait bon vivre pour les travailleurs ?? Parce que travailler 31 heures en GB pour un salaire deux fois plus élevé qu’en France, c’est cool non ? Merci Maggie (une crypto-socialiste sans doute elle aussi).

    Enfin, moi je crois dur comme fer aux stats cités par JMF et j’encourage (comme Libéral) les socialistes à s’inspirer des réformes économiques des US et de la GB des 25 dernières années, parce que sans rire, Sarko et son gvt sont en train de virer chavezien en diable 😉 😉 😉

  • J’adore les stats, on peut leur faire dire tout et n’importe quoi 🙂

    Allez JM, continue à nous faire rire!

    Selon mes stats, les pigeons volent plus vite que les faucons, si on calcule la vitesse totale par pigeon sur la totalité de leur population par rapport à la population fauconnière mondiale.
    ça me parait juste comme façon de calculer 🙂

    Tiens encore des stats :

    http://www.journaldunet.com/management/repere/temps_travail_europe.shtml

    -> la France est la dernière du lot dans cette étude.
    Perso je préfère prendre le journal du net comme référence qu’un site perso sur voila.fr 🙂

    Avec des chiffres bien choisis, on peut sans sourciller dire que les français travaillent plus que les américains, la preuve en image avec le père JM

    C’est beau le socialisme ça fait voir la vie en rose même les deux pieds dans la boue.

  • Tiens, j’apprends que c’est un discours. Pour moi, il ne s’agissait que d’un article. Dont vous tirez des enseignements exceptionnels.

    Dng, Liberal, ne remettez pas les statistiques de jmfayard en question, elles sont issues d’un site appelé http://travail-chomage.site.voila.fr qui, comme le dit jmfayard, est certainement des plus officiels, et dont la page d’accueil ne laisse pas du tout imaginer qu’elles soient taillées dans un dessein particulier.

    Jmfayard, avec votre explication, vous ne faites que taxer les socialistes d’avoir un raisonnement à courte vue. Ainsi donc, il fallait créer en 97 un choc de pénurie de main d’oeuvre, dans un contexte très spécifique qui n’a plus cours, du fait notamment de l’évolution démographique…

    D’une part, je note lees explications évolutives des 35h que l’on reçoit, d’autre part, vous avez beau vous désolidariser – lorsque ça vous arrange – du PS, cela n’enlève rien au fait que le projet socialiste proclamait encore récemment la généralisation des 35 h (vous me dîtes que ce n’est que le produit des synthèses d’appareil ? Fort bien : relisez mon billet, c’est bien ce que j’écris).

    Et voulez-vous nous dire que les socialistes ont été surpris par la pyramide des âges ? « Diantre, d’un seul coup, tous ces gens qui partent à la retraite, mais c’est effarant, vous saviez qu’ils étaient là, vous ? »

    Voilà que l’on prend donc une mesure structurelle aussi lourde que les 35 heures pour un objectif de court/moyen terme ?!

    Il n’y avait donc d’autres moyens de combattre le chômage que de parier sur un accroissement des offres d’emploi parce que l’on diminuerait le temps de travail. On a un gâteau et, parce que l’on coupe plus de tranches, il va bien falloir que le gâteau grossisse pour que chacun puisse manger autant qu’avant ? Messieurs les entrepreneurs, à vous de jouer, nous on a fait notre part.

    Un « choc de pénurie de main d’oeuvre » ?! Ah. Parce que le chômage doit probablement être dû aux patrons qui veulent pas embaucher. Alors, on va les mettre en situation de pénurie, et ils seront bien obligés de le faire ?

    Depuis votre premier commentaire, vous soulignez qu’il y a d’autres moyens d’amélriorer le taux d’emploi – fort bien, pourquoi avoir choisi le plus lourd, le plus structurel – et vous tentez de masquer l’abandon de la religion des 35h par le PS, et cette incroyable mue qui montre bien une chose : le PS était encalminé dans la préhistoire, courant après sa gauche, frémissant à la seule idée de penser que l’on pourrait « accepter la mondialisation », tenant un discours gauchisant dont nombre de ses dirigeants ne pensaient pas un traître mot mais que des gens comme vous défendaient consciencieusement (je comprends que ça agace de devoir retourner sa veste au coup de sifflet).

    S’ils se mettent à tenir un discours conforme à ce qu’ils pensent sincèrement, alors, on pourra probablement se mettre de nouveau à discuter et on pourrait même avoir de vrais débats politiques.

    Damoclès, tu rates le meilleur… Bouge pas.

  • Pingback: » Du P[as]S[é] faisons table rase

  • Merci Koz de ce que tu as dit concernant M.Hirsch. Je ne sais pas si le temps des interventions permettaient un réel développement. Le RSa est en test dans plusieurs régions mais quand on lit cela :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20070831.OBS2827/martin_hirsch_sindignede_lindifference.html

    on est en droit de s’interroger sur le contenu exact des discussions.Il ne s’agit sans doute pas que du RSA.
    Mais je vais chercher…

    merci en tous cas de tes comptes rendus

  • Encore un excellent billet, Koz ! J’adore quand tu es taquin comme ça ! 😉

    Je me demande maintenant combien de temps s’écoulera avant que ce propos de dîner soit démenti ? Ou au contraire qu’il devienne un discours et que la rue ne hurle contre cet ultra-libéral de Hollande ?

    Ce matin, la blogosphère bo-bo n’avait pas l’air particulièrement enflammée, il faudrait peut-être lui répéter ces odieux propos plus forts ?

  • la justification des 35 h n’était pas seulement d’améliorer le taux d’emploi (et il est vrai qu’on a vu en même temps que l’introduction des 35 h une croissance remarquable du volume d’heures travaillées en France).

    la justification des 35 h était aussi de partager les gains de productivité. suivant les promoteurs de cette réforme, la France connaissait depuis plusieurs années des gains de productivité importants, chaque salarié produisait de plus en plus de richesses, et pourtant les salaires stagnaient. réduire le temps de travail aurait ainsi été une manière de partager cette richesse accrue, que les employeurs ne partageaient pas par le biais d’augmentations de salaire.

    il me semble que vous ne pouvez pas juger les 35 h sans rencontrer aussi cet argument, qui ne paraît pas, prima facie, dépourvu de pertinence (il semble que la part des salaires dans la richesse nationale ait en effet fortement décru ces dernières années).

    reste une question : si les 35 h sont ringardes et archaïques, qu’elles constituent un désastre pour l’économie française, et en plus qu’elles sont massivement rejetées par l’opinion publique française, comment se fait-il qu’elles existent encore au bout de plus de 5 ans de gouvernements de droite ?

  • Il faudra le temps que l’on voit ce que ça donne dans l’opinion publique! Si c’est payant politiquement parlant ou pas.
    Les socialistes sont encore en train de se demander pourquoi ils ont échoué et comment rassembler des troupes. Ils ne peuvent pas admettre qu’en mai 2007, ils ont été, tous, d’une cécité absolue envers le citoyen indécis, tous occupés à partager un fromage qui déjà leur passait sous le nez. Se contentant de réunir des militants déjà convaincus et oubliant ce citoyen lambda qui était en train de leur échapper.

  • Les stats de Jmfayard agrègent les contrats à temps partiel et les contrats à temps plein, et ne traitent que des personnes ayant un emploi d’où votre surprise. Ces stats sont connues et n’ont rien d’étonnant en soi d’ailleurs. (comme vous le fait remarquer jm fayard, elles ne traitent que des actifs ayant un emploi, et donc ne tiennent pas compte du faible taux d’emploi par ailleurs). L’intérêt de ces stats est qu’elles permettent d’évacuer le discours actuel qui consiste à corréler systématiquement augmentation du temps de travail effectif des salariés en poste, d’une part, et baisse du chômage, d’autre part (enfin c’est comme cela que je le vois); ça ne veut pas dire que les français travaillent plus (cf taux d’emploi). Bizarre comme on doute ou déforme des stats quand elles démentent un cliché, et comme on critique par ailleurs l’extrême gauche quand elle refuse de regarder les réalités statistiques…

  • [quote comment= »42743″]Les stats de Jmfayard agrègent les contrats à temps partiel et les contrats à temps plein, et ne traitent que des personnes ayant un emploi d’où votre surprise. Ces stats sont connues et n’ont rien d’étonnant en soi d’ailleurs. (comme vous le fait remarquer jm fayard, elles ne traitent que des actifs ayant un emploi, et donc ne tiennent pas compte du faible taux d’emploi par ailleurs). L’intérêt de ces stats est qu’elles permettent d’évacuer le discours actuel qui consiste à corréler systématiquement augmentation du temps de travail effectif des salariés en poste, d’une part, et baisse du chômage, d’autre part (enfin c’est comme cela que je le vois); ça ne veut pas dire que les français travaillent plus (cf taux d’emploi). Bizarre comme on doute ou déforme des stats quand elles démentent un cliché, et comme on critique par ailleurs l’extrême gauche quand elle refuse de regarder les réalités statistiques…[/quote]

    Certes, mais c’est assez étonnant que les statistiques que j’ai données (direct-link depuis le site de l’OCDE, que je redonne: http://dx.doi.org/10.1787/174615513635 ), annualisées, sur la population et sur les actifs en poste (donc le plus neutre possible aux « choix d’organisation du travail ») fournies par l’OCDE (organisme hautement douteux, bien sûr, certainement plus qu’un site « voila ») soient en absolue contradiction avec les chiffres de jmfayard, dont la source est un peu moins « sûre »…

    Mais bon, l’OCDE est aux ordres du grand Satan Américain, et donc du diablotin Sarkozy, pour nuire aux vrais progressistes qui eux savent que la France est le pays qui travaille le plus, le plus riche, le plus développé et où il y a le moins de pauvreté au monde… Bref le pays que tous les pays développés envieraient s’ils savaient la vérité que seul le PS et ses amis connais… 😉

  • « mais quelle pétoche on chope lorsque l’on pense aux ravages du dogmatisme… de tous bords. » écrivez-vous

    Pas seulement la pétoche.

    Mais aussi des entreprises écroulées, des régiments de précaires et de très pauvres, des solidarités humiliantes, des parcours professionnels qu’il faut reconstruire à 40, 50 ans.

    Les dogmatismes et leurs conséquences, les immobilismes, ont alimenté tout ça. Et plus encore.

    Le désintérêt pour le marché, la méconnaissance du monde de l’entreprise, l’inculture économique, la diabolisation de la mondialisation chez nos élites ont également fait que pour les plus vulnérables, le montant de cette facture a explosé.

    J’aime bien votre note. J’aime bien le ton de votre blog.

    Mais, c’est curieux.

    Votre note m’inspire de la colère.

  • [quote comment= »42734″]reste une question : si les 35 h sont ringardes et archaïques, qu’elles constituent un désastre pour l’économie française, et en plus qu’elles sont massivement rejetées par l’opinion publique française, comment se fait-il qu’elles existent encore au bout de plus de 5 ans de gouvernements de droite ?[/quote]

    Ne faites pas le naïf. Le pb des 35 heures, c’est aussi la difficulté politique qu’il y a à revenir dessus. Allez donc reprendre aux gens leurs RTT…

    [quote comment= »42759″]Votre note m’inspire de la colère.[/quote]

    Oh, ça passe… Mais moi aussi, ces déclarations de Hollande me soulagent, m’amusent et m’agacent.

    Agacé par toutes ces vérités, à droit comme à gauche, que l’on met sous le boisseau pour des raisons électorales.

  • Foutez donc la paix aux centristes infiltrés au PS : leur travail de sape aura été bien plus profitable à l’UMP que toutes les contorsions de Sarkozy.

    Et vous voudriez casser un système en or ?

  • [quote comment= »42658″]
    En France on exclut des stats tous ceux qui ne travaillent pas du tout (et qui sont exceptionnellement nombreux, jeunes, vieux, chômeurs) pour éviter qu’ils ne plombent la moyenne. C’est un peu la même chose pour les stats de productivité. La productivité des travailleurs français est très élevée, non pas parce que les Français sont des surhommes, mais simplement parce que tous ceux qui ne sont pas assez productifs ne travaillent pas.[/quote]

    Il est vrai que la France est aussi un des pays occidentales ou le moins de personnes travaillent, seulement 41 pour cent de la population si ma mémoire est bonne.

  • [quote comment= »42778″]On dit pas « centriste », on dit « social-traître ».[/quote]

    Non, aujourd’hui on dit Le Pen lite. Véridique.

  • Pingback: » BLOGUEURS A L'UNIVERSITE D'ETE DU MEDEF - BILAN DE VINCENT DUCREY » Blog Page 2007

  • Pingback: BLOGUEURS A L'UNIVERSITE D'ETE DU MEDEF | NICOLAS SARKOZY 2007-2012

  • weemee écrit…

    « Il est vrai que la France est aussi un des pays occidentales ou le moins de personnes travaillent, seulement 41 pour cent de la population si ma mémoire est bonne »

    non!

    sur ce site on peut constater que le taux d’activité en france est proche de la moyenne européenne, plus de 62%
    http://abc.economie.free.fr/gratuit/activiteeuropemai04.html

    le taux en france est faible chez les vieux, les jeunes, mais plutôt fort chez les femmes…
    et le nombre moyen d’heures travaillées par personne au travail plus élevé que la moyenne, comme signalè plus haut…

    malgé tout cela l’image d’une france paresseuse, assistée,
    continue à constituer le présupposé de nos libéraux, hommes politiques, économistes, bloggeurs de droite…

  • @mfayard
    Lu ce matin dans la presse :

    « Les Etats-Unis se maintiennent à la tête de la productivité mondiale, creusant l’écart avec les autres pays développés, alors que l’Asie de l’est a doublé en dix ans sa production par travailleur, selon le Bureau international du travail (BIT) dans un rapport publié dimanche. En effectuant le plus grand nombre d’heures de travail au monde, les Américains caracolent toujours en tête des travailleurs les plus productifs en 2006, indique le BIT, suivis de loin par l’Irlande, le Luxembourg, la Belgique et la France.
    (Avec AFP).  »

    Ceci ne correspond pas tout à fait à vos stats, mais correspond beaucoup mieux à ce qui me semblait être la réalité.

  • [quote comment= »42900″]weemee écrit…

    sur ce site on peut constater que le taux d’activité en france est proche de la moyenne européenne, plus de 62%
    http://abc.economie.free.fr/gratuit/activiteeuropemai04.html

    le taux en france est faible chez les vieux, les jeunes, mais plutôt fort chez les femmes…
    et le nombre moyen d’heures travaillées par personne au travail plus élevé que la moyenne, comme signalè plus haut…

    malgé tout cela l’image d’une france paresseuse, assistée,
    continue à constituer le présupposé de nos libéraux, hommes politiques, économistes, bloggeurs de droite…[/quote]

    Comme l’ont écrit les précédents commentateurs, on peut faire dire ce qu’on veut aux statistiques.

    Je remarque en reprenant les statistiques que vous citez :

    > que la France est en-dessous de la moyenne

    > que les pays qui ont la réputation d’être les plus sociaux (Pays Bas, Danemark, Suède) ont des taux d’activité plus élevés que la France d’environ 10 %, ce qui est énorme. (ben oui, je préfère prendre en exemple la Suède plutôt que la Grèce).

    > enfin, cette histoire de taux d’activité ne peut cacher que la production est répartie sur une bande d’âge étroite (25-55 ans), c’est vrai femmes incluses.

    Alors, oui, il y a deux France : une France qui travaille et une France assistée, paresseuse, comme vous dites. Evidemment, en agitant bien les statistiques, on masque l’une avec l’autre.

  • merci de remarquer que les pays les plus sociaux sont ceux
    qui ont le taux d’activité le plus élevé….
    c’est bien ce modèle qui me semble le plus intéressant…
    diagnostic partagé aussi sur la difficulté à traiter les extrémités de notre pyramide…les jeunes et les plus âgés…

    il y a effectivement une france qui travaille, une autre qui aimerait travailler, une troisième qui ne peut travailler,
    je vous laisse volontiers le repérage d’une france paresseuse…

  • Pour info, et pour « croiser » les liens ;-), puisque personne ne me semble l’avoir fait : on lit chez Ceteris Paribus, ce post « destiné d’abord à Koz, qui a visiblement du mal à comprendre la différence entre durée du travail hebdomadaire et nombre total d’heures travaillées à l’échelle d’un pays. Et encore davantage qu’il puisse être possible de voir le second augmenter alors même que la première baisse. »

    A lire ici : http://ceteris-paribus.blogspot.com/2007/08/le-graphique-du-jour.html

    Je dis ça, je ne dis rien 😉

  • Aggiornamento, pas si sûr : Hollande a, lors de la même Université d’été, dit que les 35h avaient été nécessaires pour lutter contre le chômage de masse…

    Il faut travailler plus parce que Sarko a gagné en le disant, mais on voit toujours le travail comme une denrée rare à partager… Avec ça, la modernisation du PS a encore du boulot devant elle!

    C’est bien dommage car avec l’ouverture de Sarko, le PS inexistant et Bayrou muet, Sarko a un tel boulevard devant lui que, alors que rien ne vaut la concurrence, le risque est grand qu’il ne finisse par ne faire -en gros- que de la comm’ et du « je donne à ceux dont la voix porte et je serre la ceinture aux sans voix…
    C’est ici notamment l’enjeu de la présidence Sarko : s’il lui paraît évident qu’il n’a pas besoin de trancher au coeur des problèmes structurels qui se posent toujours à notre pays pour rester devant, il ne risquera pas les foudres de certains corporatismes et conservatismes… La France aura moins de chômeurs pour cause de vieillissement de la population et ça suffirait à sa réélection vue l’absence d’opposition et la « fraîcheur » de style tant attendue par les Français et que Sarko apporte assurément.

    Vive la concurrence! Avec elle, on est obligé d’avoir des résultats…

  • en même temps carolus le chomage est pas la seule donnée, je vois plutot le déficit public et la croissance comme indicateurs, parce que si on ne fait rien, on aura peut-être moins de chomage « naturellement » – quoique j’en doute-, mais sans accroissement de l’activité du pays on va toujours droit dans le mur, vu que tes chomeurs en moins « naturellement » ce sont des nouvelles retraites à payer, donc des coûts supplémentaires.
    Avec le système tel qu’il est, sans accroissement d’activité ça va juste creuser le déficit, même s’il y a une baisse du chomage.

    Donc de toute façon, qu’il soit seul ou pas, il est obligé d’agir, parce qu’il se bat contre 25 ans de n’importequoitisme économique… et s’il ne bouge pas concretement ça va se voir!
    Donc j’ai plutot confiance pour l’instant 🙂

  • Je m’alarme évidemment un peu vite. Car j’en attends tant! Aujourd’hui, je vois surtout une comm’ parfaite. Sur les sujets essentiels (autonomie des universités, service « minimum », non remplacement des fonctionnaires…), je note des reculades.
    D’où mes craintes. Chat échaudé…

    Felysk, ça se saurait si les Français prenaient en compte le niveau du déficit des comptes publics pour déterminer leur vote! La croissance, idem. Ce ne sont « que » des chiffres, trop éloignés de la réalité directement observable. Ce qui n’est pas le cas du chômage, LE mal que les politiques annoncent vouloir combattre en priorité depuis déjà 15 ans au moins…

    Wait n see, mais si les oppositions demeurent aussi insignifiantes, si la seule force alternative est le gloubi-glouba anti de Besancenot, je le sens très moyen en termes de changements réels, structurels.

  • Ouais, la concurrence villepinienne pour mettre une saine pression à Sarko, j’y crois à mort.

    Et puis c’est vrai quoi, les barons de la mafia continuaient d’être des barons même en prison…

Les commentaires sont fermés