De moins en moins sceptique

J’étais juré, hier soir…

Eh oui, c’est avec un peu de retard que j’écoute les émissions de radio. Hier soir, rentrant chez moi, je me suis installé dans le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Invité de dimanche dernier ? François Bayrou. De la même manière que je vais me cogner Projet d’espoir pendant les vacances, je me suis dit que, décidément, puisque ce sera notre prochain Président de la République, il fallait que je fasse plus ample connaissance.

Il est passé, le temps des indulgences. Parce que les sympathies qu’il m’inspire sur quelques sujets laisse de plus en plus le pas devant un agacement certain face à son positionnement et à ses mises en scène.

Acharnement de ma part ? J’ai hésité à publier ce billet, aujourd’hui tout au moins, compte tenu de celui d’hier. Mais c’est que, voyez-vous, je ne suis qu’un homme, pas très grand, pas très fort, pas très résistant. Je suis prisonnier des vieux réflexes, des vieux schémas, du jeu traditionnel, et aussi, en prime, je suis la victime du jeu médiatique. Or, comment échapper à François Bayrou, aujourd’hui, lorsqu’il est en Une de Libération, que L’Express s’interroge, en Une encore, « François Bayrou, Président ? » et que le Nouvel Obs, en Une toujours, répond « Et si c’était moi ? » ?

Donc, sans même que personne ne m’y contraigne, j’ai passé ma soirée en compagnie de François Bayrou, Jean-Michel Aphatie, Pierre-Luc Séguillon et Nicolas Beytout. Or, voyez-vous, il m’a agacé. Ben oui. Agacé. Je ne devrais pas le dire comme ça. Je devrais faire le mec objectif et impartial. Neutre, l’observateur…

La mise en scène, face au système médiatique. Bayrou est face à trois journalistes modérés de la presse et de la télévision, trio animé par Jean-Michel Aphatie qui dit lui-même qu’il est soupçonné de sarkozysme par Jean-François Kahn, de gauchisme par Nicolas Sarkozy… et qui est visiblement jugé inféodé à l’establishment politico-médiatique par François Bayrou. Pas l’archétype de journalistes staliniens, ou de fonctionnaires de l’ORTF.Et pourtant, François Bayrou n’a de cesse de leur prêter des arrières-pensées. « Je sais très bien où vous voulez me mener », « Ca, c’est ce que vous voulez faire croire aux français » ou encore « dans le monde de la pensée unique dans lequel vous êtes » etc… C’est, régulièrement, la mise en cause même des journalistes dans leur intégrité professionnelle. Ca recommence, d’ailleurs, dans l’interview qu’il donne au Nouvel Observateur : « C’est l’angle d’attaque d’une partie de la droite à laquelle se joint « le Nouvel Observateur ».J’ai admiré le sang-froid professionnel du trio d’interviewers…Ainsi, François Bayrou, habile, certes, met-il en scène un monde médiatique – qui ne se montre pourtant pas spécialement sévère à son encontre – unanime dans sa prétendue volonté de lui faire barrage. Pensez donc, un centriste ! De quoi susciter une levée de boucliers.

Par la même occasion, François Bayrou se met en scène : agressant les medias, il se dépeint, en retour, en victime et seul rempart du système médiatique dont il accrédite lui-même l’idée qu’il chercherait à lui nuire… ce qui, en ce jour de triple Une, apparait guère crédible. Le procédé, habile, et qui lui aura permis d’arracher l’audience qu’il souhaitait, devient systématique, et quelque peu surjoué.

La mise en scène, face au système politique. Il reste une donnée difficilement contournable pour François Bayrou : il est en politique depuis 25 ans, lorsque, en 1982, il a été élu conseiller général1. S’il est là aujourd’hui, c’est après avoir toutes ses classes dans ce qu’il présente aujourd’hui comme « le système ». Il n’en a pas été le moins illustre, puisqu’il a tout de même été quatre ans ministre de l’Education Nationale, qu’il a été président du CDS en 1994, puis de l’UDF en 1998…Durant ces 25 années, et à ses fonctions, on peut penser qu’il a eu le temps de mener sa réflexion politique, surtout lorsque l’on est l’héritier du centrisme. On peut penser que la question du dépassement du clivage droite/gauche qui revient comme une antienne depuis des années l’a effleuré.Pourtant, lorsque Nicolas Beytout lui rappelle une déclaration faite en 2002 dans laquelle il s’affirmait comme faisant partie du « camp de Jacques Chirac« , François Bayrou fait cette réponse hallucinante : « c’était là la réaction de quelqu’un qui n’avait pas encore suffisamment réfléchi ».

Nicolas Beytout ne lui rappelait pourtant pas un engagement de jeunesse. Né en 1951, François Bayrou avait 51 ans en 2002, quelques heures de vol en politique, dont quelques années à la présidence de formations politiques de premier ordre, et il était, déjà, candidat à la fonction présidentielle.Une observation ironique : François Bayrou pense-t-il, aujourd’hui, avoir suffisamment réfléchi ? Suffisamment « mûri » ? Ou compte-t-il nous servir une nouvelle vision institutionnelle en 2012, désormais convaincu des vertus d’un système bipolaire ?

Une autre observation : François Bayrou a pris toute sa part de ce qu’il dénonce aujourd’hui comme un système nuisible. S’il a raison sur le « système », une telle absence de lucidité politique pendant 25 ans n’a rien pour rassurer. En tout état de cause, se présenter aujourd’hui comme un perdreau de l’année manque de crédibilité.

Populisme et opportunisme. François Bayrou a une autre déclaration lors de ce Grand Jury. Selon lui, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal n’ont pas compris que ce n’étaient pas les hommes politiques qui faisaient le mouvement, mais le peuple. Dans son esprit, évidemment, il s’agit de souligner son écoute, et sa proximité des français.C’est aussi l’aveu de deux choses : son positionnement n’est pas le fruit d’une réflexion, mais d’une adaptation opportuniste aux baffes de 2002 et 2005.Son positionnement n’est pas un volontarisme politique, mais l’application de ce qu’il perçoit comme une demande populaire.Voyant le « système » contesté, il s’est coulé dans la peau du candidat anti-système qu’il n’a jamais été. Et comme le soulignait involontairement Jean-Louis Bourlanges dans Matin Plus aujourd’hui, voilà François Bayrou en réceptacle des mécontentements. Pour un candidat républicain, on pourrait avoir de plus hautes ambitions.
Suffisance, et insuffisances. C’est quelque chose de diffus, en arrière-plan du discours Bayrouiste. Du sien, et de ses partisans. Cette façon de dépeindre leurs adversaires comme des imbéciles, des ringards, des hémiplégiques prisonniers de vieux réflexes, structurellement incapables de produire une idée neuve, comme d’en reconnaître une. Alors, quand Riri a dit blanc et que Loulou a dit noir, Fifi arrive, et il dit : « les choses ne sont pas si simples… Voyez, il y a le blanc, il est blanc. Bon, et le noir, noir, oui, mais il y a le gris, aussi« . Idiot que vous êtes : il y aura toujours une voie médiane, entre deux positions.Insuffisance, parce que les trois quart de l’émission sont une fois de plus consacrées à la dénonciation du système et aux jeux de partis. Tout comme l’intégralité de l’interview dans Libération. Tout comme celle du Nouvel Observateur.Insuffisance, parce que, s’il consacre encore ses interviews à jouer de l’anti-système, il persiste, après des éclats de rire appuyés, dans un refus obstiné – flagrant durant le Grand Jury – de répondre aux questions des journalistes sur la faisabilité du bouleversement qu’il promet.

Le 7 février dernier, L’Express écrivait : « au fur et à mesure qu’il progresse dans les sondages, François Bayrou se doit de passer de la posture à la proposition ». Nous sommes le 15 mars, François Bayrou est peut-être à son étiage – ou l’atteindra-t-il prochainement, en étant optimiste – et il serait temps de dépasser définitivement la facilité de la posture. Sa campagne, son personnage, sont installés, qu’il parle du fond, désormais !

Allons-y, donc, sur le fond. Car on enchaîne sur l’immigration. François Bayrou commence par une constatation avec laquelle je suis parfaitement d’accord : aucune loi ne fera obstacle à la volonté des immigrés de rejoindre des pays tels que le nôtre. Lorsque l’on voit le désespoir de personnes qui tentent la traversée Sénégal / Canaries, en étant conscientes des risques importants qu’ils courent de ne pas en réchapper, on comprend nécessairement que ce n’est pas un texte de loi dans un coin qui va les dissuader.

Soit.

La suite des positions exprimées par François Bayrou relève davantage pour moi de l’anti-sarkozysme de principe, du bon sentiment, et de l’inefficacité.

Ainsi déclare-t-il qu’il est opposé à ce que l’on expulse des enfants scolarisés… Toujours cette bouillie de gauche. Quelqu’un peut-il assimiler que, sauf à ce que l’on envisage d’expulser les parents sans les enfants, l’expulsion d’enfants scolarisés n’est que la résultante d’une politique « généreuse » de la France consistant à scolariser les enfants quelle que soit la situation de leurs parents ?

Jean-Michel Aphatie lui sert l’argument opposé : il suffit donc dès lors d’avoir un enfant en âge d’être scolarisé pour avoir un titre de séjour… Réponse de François Bayrou : il est peut-être possible de vérifier tout ça avant l’inscription à l’école. A quoi cela rime-t-il ? En quoi est-ce d’une inhumanité manifeste d’expulser un enfant scolarisé, mais admissible de l’expulser à l’inscription ? Placer face à une contradiction, on voit ce que le positionnement tactique produit.

Vient ensuite le cas des 18 maliens de Bretagne, expulsés alors qu’ils étaient intégrés. François Bayrou, d’une voix bonhomme, empathique, nous dit : « j’aime bien quand l’Etat se montre humain ». Révélation ! A l’inverse, combien sommes-nous à préférer le monstre froid, implacable et administratif ? On comprend qu’il rassemble avec de tels propos. Alors, soit, face à une situation inextricable2, moi aussi, j’aime que l’Etat se montre humain. Mais si l’on veut vraiment se montrer à la hauteur d’une certaine conception de l’Etat, on n’oubliera pas non plus de relever que l’édiction de lois, de règles, et leur strict respect, c’est aussi le meilleur rempart contre un monstre : l’arbitraire. Celui du commissaire de police ou du préfet local.

Insuffisance encore, parce qu’il tire argument de son absence de propositions, ce qui est pour le moins remarquable. Ainsi, lorsqu’il annonce que la seule stratégie qui vaille est le co-développement. Pierre-Luc Séguillon lui demande comment accroître le budget de l’aide à l’Afrique alors que nous sommes, comme il le souligne, si endettés. Réponse de François Bayrou, en substance, après un autre de ses éclats de rire : « je ne fais pas de promesses chiffrées. Toute ma campagne est basée là-dessus (…) ». Est-ce, vraiment, un argument, que de ne pas faire de promesses chiffrées ?

 

J’étais, donc, hier soir, indirectement membre du Grand Jury. La décision est mise en délibéré au 22 avril prochain, avec une possibilité de prorogation au 6 mai. Mais, sauf évolutions notables de l’un ou de l’autre3, ce ne sont pas des rendez-vous de cet acabit qui bouleverseront mon jugement.

 

ps 1 : inutile de me dire que je suis sympa, je le sais.

ps 2 : les citations sont faites de mémoire.

 


  1. encore faut-il tenir compte du fait que l’on ne devient pas conseiller général sans être entré précédemment en politique []
  2. car toute politique d’immigration, aussi peu restrictive soit-elle, impose un jour de renvoyer quelqu’un dans son pays []
  3. non, pas d’évolution possible de « l’une » qui puisse modifier ma position []

74 comments

  • Il faut reconnaître que les refrains du type « je vois ce que vous voulez me faire dire » sont redondants et agaçants. Il faut reconnaître aussi que pour quelqu’un qui ne sait rien des antécédents entre Bayrou et certains journalistes, il peut paraître agressif. Mais Apathie n’est pas n’importe quel journaliste, il est sincère à mon sens lorsqu’il se dit neutre mais c’est un défenseur de la bipolarité et il a déjà volé dans les plumes de Bayrou (ou l’inverse). Dans ce sens c’est un adversaire politique de Bayrou. Il est donc normal que ce dernier soit méfiant et incisif à son égard.

    Après qu’un sarkozyste vienne critiquer Bayrou sur sa relation aux médias…

  • Un bon libéral vous dirait certainement préférer l’absence de promesses à un catalogues de mesures, de gauche comme de droite, qu’importe.

    à la limite, moins un candidat en promet à tous les lobbys de France et de Navarre, plus on peut espérer ne pas avoir à payer de nouvelles danseuses pendant cinq ans !

    Ne vient-il donc jamais à l’esprit de qui que ce soit la contradiction qui peut exister à prétendre aimer ses enfants dun côté tout en leur laissant de l’autre les traites de deux porte-avions, un réacteur nucléaire, un accélérateur à roulettes de particules nobiliaires, des airbus, un crédit lyonnais, quelques musées, des souvenirs de gloire en Afrique, une école maternelle que le monde nous envie, etc, etc, etc

  • [quote comment="7345"]Après qu’un sarkozyste vienne critiquer Bayrou sur sa relation aux médias…[/quote]

    Au moins Sarkozy ne s’en prétend pas victime. Quant à Aphatie, je n’ai jamais remarqué ce que vous dites, et pourtant je l’écoute souvent. Peut-être suis-je insuffisamment sensible à ce thème… Et Bayrou se montre « incisif et méfiant », si c’est ainsi qu’il faut caractériser son comportement, avec Aphatie, Séguillon, Beytout, le Nouvel Obs’ etc etc…

    [quote comment="7346"]Un bon libéral vous dirait certainement préférer l’absence de promesses à un catalogues de mesures, de gauche comme de droite, qu’importe.[/quote]

    Eh bien, je salue les bons libéraux.

    En revanche, cela n’aide pas à savoir ce que Bayrou ferait, s’il avait l’argent pour le faire.

  • Ce serait bien que tu mettes dans le billet la vidéo en question, avec des références précises. Car on ne va pas manquer de dire que tu surinterprètes, etc.

    J’écoutais hier de Sarnez sur France Inter. Question : sur le pouvoir d’achat, que proposez-vous? Marielle : « c’est un problème important, en effet. Nous devrons songer à réfléchir à une fiscalité pesant moins sur le travail. Nous devrons réfléchir tous ensemble à ce sujet. » Sur chaque question, réponse rassemblement, ça a trop duré, faut que ça change fort.

    Bidon. Chaque jour qui passe, et alors que je suis pas un fan de Sarko surtout ces derniers temps -qui que soit mon patron-, alors que j’ai voté Bayrou en 2002, je vois qu’il se « contente » du rôle d’un Le Pen acceptable. Ca m’enrage contre cet imposteur narcissique, ça m’attriste pour les gens attirés, ça m’attriste pour ce que ça révèle, encore une fois, de la pauvreté de l’offre politique.

    J’aimerais bien connaître la réponse de FB à l’Appel du Net.

  • Disons que comme Bayrou n’aura pas davantage l’argent pour le faire que quelqu’autre candidat et se propose par ailleurs d’inscrire dans la Constitution l’interdiction d’en avoir, la question ne se posera pas pour le plus grand bonheur des finances publiques, pour peu que l’opinion le somme de mener ses projets à leur terme.

  • [quote comment="7350"] J’aimerais bien connaître la réponse de FB à l’Appel du Net.[/quote] Etonnant comme remarque. On dirait que le texte a justement été écrit par un bayrouiste pour mettre en évidence les défauts de la candidature de Royal et Sarkozy… Pour y répondre, je pense que la quasi totalité des problèmes soulevés par l’appel trouveront réponse dans son livre, pas trop difficile à lire, en 5-6 heures…

  • On peut trouver l’émission ici. Je ne crois pas qu’il y ait de vidéo. De toutes façons, le grief de sur-interprétation, on peut me le faire. Et on me le fera probablement.

  • 100% d’accord. Vous dites beaucoup mieux ce que j’ai essayer de dire au vol sur un des billets de – me semble t il – votre blog.

    Je rajouterais, sur la suffisance, que ni Royal ni Sarkozy ne pourraient se permettre de parler avec une telle suffisance (arrogance ?) a des journalistes, sans se faire crucifier par la blogosphere (et un peu plus).

  • Vous avez écouté Bayrou ce soir sur Culture dans « le rdv des politiques »? Il devait y être plus à l’aise, et terriblement convaincant. Je ne suis pas du tout bayrouiste, et je ne voterai pas pour lui même après être impressionné ce soir par le personnage, mais je pense que pour décider vous devriez mieux écouter celle-ci.

  • [quote comment="7351"]Disons que comme Bayrou n’aura pas davantage l’argent pour le faire que quelqu’autre candidat et se propose par ailleurs d’inscrire dans la Constitution l’interdiction d’en avoir, la question ne se posera pas pour le plus grand bonheur des finances publiques, pour peu que l’opinion le somme de mener ses projets à leur terme.[/quote]

    L’UMP (pas encore repris dans le programme non formalisé de Sarko) cette interdiction du déficit de fonctionnement. Proposition de toutes les façons inopératoire : quoi de plus facile, comme me l’a montré éconoclaste, que de faire passer des dépenses de fonctionnement pour de l’investissement dans les méandres du budget d’un Etat (d’ailleurs, je te rappelle que le vote sur l’éxecution de la loi de finances n’intéresse hélas personne et a lieu en général un an ou plusieurs années après ladite exécution…) ?

    [quote comment="7355"] Etonnant comme remarque. On dirait que le texte a justement été écrit par un bayrouiste pour mettre en évidence les défauts de la candidature de Royal et Sarkozy… [/quote] L’Appel du Net demandait des projets de société. C’est quoi, le projet de société (ne me réponds pas sur le champ de l’échiquier politique et des institutions, pliz) de Bayrou?

    Celui de Sarko se résume en : travailler plus et faire émerger du leadership. Qu’on aime ou on aime pas, il est identifiable, c’est le moins qu’on puisse dire (c’est en tous cas comme ça que je le conçois, en gros).

    Celui de Royal, moins évident puisque l’axe fort de sa campagne est une litanie de propositions. J’ai surtout retenu les circuits courts, les régions, la conditionnalité, la dépense publique pour stimuler la croissance…

    Mais alors celui de Bayrou… Je lirai son livre pour m’éclairer.

  • [quote comment="7359"] L’Appel du Net demandait des projets de société. C’est quoi, le projet de société (ne me réponds pas sur le champ de l’échiquier politique et des institutions, pliz) de Bayrou?

    Celui de Sarko se résume en : travailler plus et faire émerger du leadership. Qu’on aime ou on aime pas, il est identifiable, c’est le moins qu’on puisse dire (c’est en tous cas comme ça que je le conçois, en gros).

    Celui de Royal, moins évident puisque l’axe fort de sa campagne est une litanie de propositions. J’ai surtout retenu les circuits courts, les régions, la conditionnalité, la dépense publique pour stimuler la croissance…

    Mais alors celui de Bayrou… Je lirai son livre pour m’éclairer.[/quote] Je ne vais pas répondre à tout les points ce soir alors qu’il y’a lui même répondu dans son livre. Je te renouvelle donc mon conseil même si tu semble l’avoir entendu. Royal qui dit qu’il na pas de programme à l’instant alors qu’il est le seul a avoir édité un livre-projet contrairement aux promesses de Royal…France2 c’est pire que le café du commerce ce soir…

  • carolus: vos objections me semblent recevables. Sur le fond, je trouverais bien entendu souhaitable d’obliger l’état à présenter un budget en équilibre, ce à quoi aucun candidat n’ose s’engager. Mais faute de merles, on se contente de ce que veut bien proposer le plus sensible à l’intérêt public des candidats crédibles. Donc, oui, mon vote ira au candidat qui prendra les engagements les plus à même de garantir l’existence d’une société pacifique et prospère pour mes enfants : donc, piorité absolue à la réduction de la dette, secondaire à l’envirionnement, troisième à l’éducation et la recherche.

  • Pingback: Jusqu'ici, tout va bien

  • Sur les questions des journalistes : il y a ce sempiternel angle d’attaque sur la « majorité introuvable » sur lequel il me semble normal que Bayrou mette en accusation les journalistes, puisque le même problème se pose aux autres candidats, mais on ne pose cette question qu’à Bayrou !! Et le pire : on continue à lui poser la question : qui soutiendrez-vous si vous n’êtes pas au 2e tour ?

    Sur Bayrou dans le camp de Chirac en 2002 : c’était avant la présidentielle, avant que Chirac refuse un gouvt d’union. En ce sens oui, ça a pu être une révélation pour lui, à 51 ans.

    Il suffit de voir aujourd’hui à quel point plein de gens ne peuvent raisonner qu’en termes de conflit bipolaire.

    Sur l’immigration des enfants scolarisés : Sarkozy a eu quasiment la même position, que voulez-vous il n’y a jamais de débat honnête sur l’immigration (je signale que je suis personnellement pour une régularisation beaucoup plus simple)

  • Koz,

    Votre post est sincère habile , interessant . Et révélateur d’une partie de vous. Mais ne me convainc pas, loin de là. Et même au contraire . Quand on vous passe , vous , à la même moulinette que vous utilisez pour F.B. , le résultat est édifiant.

    -> Oui il vous agace, F.B. alors forcément vous n’aimez pas sa mise en scène, sa façon de ne pas se laisser imposer une question . A présent, il faut être sérieux et , “puisqu’il progresse dans les sondages, François Bayrou se doit de passer de la posture à la proposition” … Avant non , c’était pas utile … Avant il n’a rien dit, ni proposé . Non . Il prenait des postures . Bien sûr , personne ne disait « Tiens F.B. il prend des postures  » . Mais maintenant sa progression (un peu rapide donc facile, probablement le fruit d’une confusion, bref illégitime) , l’oblige à quitter les postures . Et à faire 10 fois le catalogue Ségo, avec 10 fois plus de chiffres que Sarko. Sinon c’est pas sérieux. Sinon c’est l’im-posture.

    -> Sur la question de l’aide à l’Afrique et sa formulation si finaude de Séguillon soulignant qu’on était fort endetté, … Il aurait alors du repondre  » Oui je vais accroitre le déficit de … » et sortir un chiffre précis. Mais Bayrou n’a pas le droit de contourner le panneau à sa façon … (comme l’aurait Sarko d’une autre façon) Non ! pas le droit . Il devrait dire , tout de suite , là, -très important- , à combien devrait se chiffrer le surplus de l’aide à l’Afrique. C’est tout : comme cela on aurait bien compris qu’il voulait augmenter la dette. Oui parce que le chiffre c’est mieux. Et s’il n’a pas le chiffre il doit l’avouer , et alors on lui pardonne un peu .

    -> Pour les Sarko/Ségo une large couverture médiatique est un fait tellement ‘naturel’ qu’il n’est plus discutable, ou du moins que c’est une banalité crasse de le rappeler . Quand à Bayrou, pour vous Koz , il utilise un  » … procédé, habile, et qui lui permet d’arracher l’audience qu’il souhaitait  » . Il arrache , le cuistre !

    -> Et il ose se victimiser , alors que cette semaine il fait trois ‘Une’ . A la fois . (C’est énorme quand on y pense !) L’ingras. On parle tout de même avec lui , et pan! il ose ‘attaquer’ la presse ? L’insolent.

    -> Bien entendu lorsqu’il refuse de se faire dicter la formulation des questions, il ‘agresse’ en permanence les journalistes . Là aussi ce n’est pas correct de sa part ! En fait c’est le sang-froid des interviewers sur lequel il faut compatir !

    -> Avec l’aide de Bourlanges , vous pensez épingler F.B. avec le scoop selon lequel il serait le  » réceptacle des mécontentements » . La aussi il n’a pas le droit . C’est mal élevé , quasiment anti-républicain, en tout cas peu digne d’un républicain. Ce n’est pas ni Sarko ni Ségo qui utiliseraient le mécontentement des français pour gagner des électeur.

    -> Enfin très important . Il refuse de parler de la ‘faisabilité de son gouvernement’ . Pourtant on lui pose la question , et façon innocente !!! et bien non ! Parce que s’il était sérieux il connaitrait DEJA les resultat des législatives ! Il aurait du , en tous cas, prévoir TOUS les cas de figure ! Et tous nous les décrire ! Tres important ! Parce qu’on manque d’analyse dans la bloghsohère en ce moment. Il aurait donc du accepter une discussion piège assez stérile ou tout et son contraire peuvent -être dit.

    -> Terminons par le « meilleur » . Avoir des doutes sur l’expulsion des enfants scolarisés, c’est de la bouillie de gauche ! (Si F.B. est « arrogant » avec son ‘pas blanc-pas-noir-gris’ … Vous l’êtes tout autant en nous prenant pour des demeurés -glissons , comme disait mon père- ) … Oui monsieur ! En fait il s’agit d’une EXPULSION « GENEREUSE » (C’est magique comme un raisonneur ‘retourne’ les choses !)

    Je vous concède, Koz que la réponse maladroite sur la vérification de la situation avant l’inscription à l’école n’est pas brillante . Mais elle dit une chose au fond pas inintéressante : « Lorsqu’aucun lien humain n’est encore crée , expulser quelqu’un n’ a rien avoir avec expulser au bout de 5 ans, des personnes qui ont fait un bout de leur vie en France, avec nous « . Votre ironie à ce sujet n’est pas celui de Voltaire mais d’un ratiocineur !

    Même cette chose , comme les morts de la traversée Sénégal/Canaries ne suscite au fond chez vous qu’un aveu clinique commençant par :  » … constatation avec la quelle je suis d’accord  » et qui se termine par « soit » . Pour poser et dire qu’on est pas raciste ou xénophobe , il y a plus enthousiasmant . Mais c’était un dédouanement de principe -qu’on vous aaccordait sans problème- !

    Et du moment qu’on doute la dessus (l’expulsion d’enfant scolarisé) , on est sommé d’avouer qu’en fait, on est quasiment , logiquement, pour l’immigration. C’est évident. Il y a un enchainement implacable que nos pauvres petites tetes ne perçoivent pas . D’ailleurs dire « j’aime bien quand l’Etat se montre humain” c’est avouer qu’on est pour « le monstre froid de l’arbitraire » .

    EN CONCLUSION , pour moi : Votre billet , Koz, est bien troussé dans le genre « voyons ensemble ces petits détails subjectifs qui m’on passablement agacés chez notre ami F.B -mais je ne suis qu’un petit homme pas sûr de lui- , petits détails pourtant objectivement révélateurs de la triste vérité profonde de F.B. « 

    Mais en fin de compte, ce ton patelin et raisonneur, cet humour imposant discrètement une complicité obligée, ne mènent qu’à une insignifiance ‘bien vu’ mais totalement réversible (celui qui n’aime pas Sarko vous écrira 10 tartines du même genre – en moins habile ok-) et nous emmènent de plus jusqu’à des positions de fond bien ‘froides’.

    Passons sur vos choix politiques . Chacun les siens exprimés à sa façon. Les vôtres sont plus modérés et raffinés et discerts que dans bien des blogs qui balancent entre la grossière analyse partisane pataude et la nuance de la nuance de l’écume des choses (et de la grosse buée sur mes lunette) de ma fine pensée d’observateur averti à qui on ne la fait pas.

    Mais c’est consternant, cette pseudo objectivité orientée, ce faux retrait, cette aisance intellectuelle mis au service de cet rationnalisme ratatiné et de ce raisonnement rabougri, cette petitesse dans la générosité . (Et je ne parle pas de la générosité mécanique ou angélifiée, ni de l’indignation sélective et interessée, de la gauche bien-pensante, style bouillie , en effet)

    Pardonnez le ton inhabituel et désordonné du billet qui n’attaque pas votre personne , bien entendu. C’est une réaction un peu épidermique à votre façon de marier les sophismes et le sens du détail pour démolir un individu , et finalement l’individu . Il y a quelque chose d’insidieux dans votre raisonnement. C’est juste ma réaction à ça. Bon cela ne sert pas à grand chose ok.Si toutefois des visiteurs-butineurs avaient cette même réaction , je les lirai avec interet.

  • J’ai ADORE ce post. C’est normal que Bayrou t’agace, tu n’es pas d’accord avec lui, et il se défend drôlement bien. Moi c’est Sarkozy ou Royal qui m’agacent quand ils se défendent bien. Je n’ai pas vu cette émission, mais je vois très bien comment il a été : bon.

    C’est le jeu. Les postures, c’est le jeu. Les réponses des journalistes, c’est le jeu. A une élection présidentielle, il faut montrer qu’on a de la volonté, qu’on saura résister. Qu’on peut rester calme et plaisanter même quand on se fait agresser. C’est comme ça. Les gens ne s’intéressent à un programme que s’ils sont séduits par la personnalité.

    Ouais, continue comme ça François.

  • manip ,manip ou comment faire de la mousse pour vendre du papier ,1 ere et principal objectif de nos medias Pourquoi ce matin c Barbier consacre sa chronique sur LCI à l’eventualité d’un proces CHirac dont tout le monde se fout ,alors que Sego a hier chez A Chabot annoncé qqchose d’important  » je reprends ma liberté,vis a vis du parti ». C’est la preuve qu’elle ne fait plus vendre assez.

  • Assez d’accord avec Muleta. C’est un fait réel qu’avant qu’il ne tape sur les media, Bayrou n’était jamais cité dans les articles de la presse de référence, alors que hier le papier du Monde sur la défense citait royal, sarko et bayrou. Cela n’aurait pas été le cas il y a deux mois.

    Libé, encore hier, arborait sur son site quatre titres hésitants entre le ridicule et le méprisant :

    «Bayrou, c’est un gaz dont s’enivrent les sondés» Bienvenue dans le Bayrouland Catalyseur de la gauche errante? Saut dans l’inconnu

    Sur le vote protestataire, s’il n’y a que les « satisafaits » qui ont le droit de s’exprimer, autant rétablir le vote censitaire.

    Bref, ce billet certes bien tourné, plaisant etc…, n’évoque en rien le fond et sent plutôt l’agacement et le début de panique à bord perceptible au PS.

  • L’avantage de Bayrou actuellement c’est que plus il reste sur des généralités, moins il risque la contradiction, et il ne choque personne.

    En effet, pour le moment, il est sauvé par ses faiblesses. Sa façon de travailler, un peu artisanale, désorganisée, semblant touours être un peu dans l’urgence, il préfére les généralités aux détails, cela lui épargne les notes préparées qu’il aurait l’air de réciter.

    Il évite de parler d’un catalogue de mesures, ce qui lui permet, encore pour un temps, de prendre une certaine hauteur qui à l’air présidentielle.

    Il fixe les objectifs, cela il sait faire, par exemple que tous les enfants doivent savoir lire et écrire à l’entrée au collège.

    Un autre exemple, il veut réaliser 5 milliards d’économies dans le budget de l’Etat, combien d’emplois de fonctionnaires il va supprimer.

    Pour plus de précision : s’adresser au gouvernement …

    Lui il a les idées et c’est le gouvernement qui les fait voter et appliquer.

    Quel gouvernement, avec quelle majorité !!!…

  • Les prestations de F.B. sdans le grand Jury et celle de M.de Sarnez sont très révélatrices de l’ »illusion Bayrou » , sorte de bouillie béarnaise fédératrice de tous ceux qui n’ont pas trouvés de place hors les strapontins.

    Lorsque les Français auront compris que le seul projet de F.Bayrou est de s’assoir sur le trône et pas sur les strapontins, nous y verrons peut-être un peu plus clair.

    Fassent les dieux de la démocratie qu’il ne soit pas trop tard !

  • Je me permet ici de félicité Muleta qui a, avec beaucoup de talents, exprimé mon sentiment à la lecture de certains billet de notre hote. Car ce que je ressens à la lecture de l’analyse de prestation de personnes qui me sont proche politiquement est du même ordre de ce que je ressens à l’écoute de prestation de celui qui recueil l’adhesion de notre hôte. Je regrette que la clairvoyance que Koz apporte à l’analyse des propositions adverse ne s’applique pas aux propositions de NS. Et donc nous avons dans un cas une critique et dans l’autre une adhesion. Comment discuter ? Mais ceci est humain et compréhensible, c’est pourquoi je viens avec toujours autant de plaisir chez Koz. Je pense que nous savons tous que les propositions des hommes politiques engagent d’autant pus ceux qui y croient quelles sont précises. C’est ce que je trouve de bon dans la proposition de FB face à SR. En quoi le fait que deux des 3 « fréquentables » s’appuient sur un parti leur assure une majorité pour gouverner ? Oui, ils ont déjà des alliances en pointillé, mais les mots doux volent entre formations de la « gauche plurielle ». La majorité pour gouverner sera décidée en juin par les électeurs et le président devra faire avec, pas se soumettre, ou se démettre. Ceci est plus facilement envisageable mais pas plus sur pour SR et NS. En quoi cela dévalorise t il la proposition de FB ? Oui son choix est un pari. Mais qu’avons nous a perdre ? Les autres solutions ressemble fort pour moi a des refontes de choses déjà essayées ici ou ailleurs. Certaines me semblent moins douloureuses pour la communauté que d’autres. Alors que vaut il mieux : un risque inconnu avec des possibilités de réussites et de recomposition ou de continuer dans des chemins connus qui se sont révélés peu productifs jusqu’à aujourd’hui ? En quoi Bayroux n’aurait il pas le droit de changer depuis 2002 quand Sarkozy proclame partout qu’il n’est plus l’atlantiste libéral qu’il était il y a seulement 3 mois ?? Merci de votre attention et de ta patience, cher hote.

  • à glc: En même temps, on parle de candidature à l’élection présidentielle… On exige d’un président qu’il fixes les priorités et les objectifs, pas de faire un catalogue de propositions non financées et extravagantes. Sarkozy a choisi la sécurité/immigration et l’emploi, Royal l’emploi et l’environnement (sic) et Bayrou l’éducation et l’Europe/réforme des institutions. A chacun de faire son choix. Je simplifie mais tout de même.. En remarque, j’ajouterai que – pour moi – c’est Bayrou qui semble faire le moins d’impasses.

  • [quote comment="7414"]Je regrette que la clairvoyance que Koz apporte à l’analyse des propositions adverse ne s’applique pas aux propositions de NS. Et donc nous avons dans un cas une critique et dans l’autre une adhesion. Comment discuter ? Mais ceci est humain et compréhensible, c’est pourquoi je viens avec toujours autant de plaisir chez Koz.[/quote]

    C’est amusant comme chacun oublie immédiatement les critiques que je peux adresser aussi à Nicolas Sarkozy. En moins grand nombre, certes et cela rejoint ce que vous dit : oui, il y a ici une critique et vis-à-vis de Nicolas Sarkozy plutôt une adhésion : putain, c’est un scoop, Koz a des opinions !

    Ben oui, si je suis idéologiquement proche des deux, j’ai plus tendance à adhérer au discours de Sarkozy (excepté les sorties qu’il adresse à d’autres qu’à moi) qu’a celles de Bayrou.

    Egdltp, faites-moi une faveur : analysez-vous une seconde, et demandez-vous si vous êtes un observateur froid et sans préférences personnelles.

    [quote comment="7414"]Oui son choix est un pari. Mais qu’avons nous a perdre ? [/quote]

    5 ans d’immobilisme, quand on est déjà encalminé depuis 12 ans.

    [quote comment="7414"]En quoi Bayroux n’aurait il pas le droit de changer depuis 2002 quand Sarkozy proclame partout qu’il n’est plus l’atlantiste libéral qu’il était il y a seulement 3 mois ??[/quote]

    Parce que c’est vous qui le qualifiez d’atlantiste libéral. Les exemples ne manquent pas pour démontrer que c’est un pragmatique, un libéral raisonné. Lui-même le disait il y a bien longtemps : face à un problème, il ne se demande pas ce qu’aurait fait Keynes ou Ricardo, il agit.

    Quant à Bayrou, il ne se contente pas dire qu’il a changé, mais de dire que, sur le sujet sur lequel il fonde l’intégralité de sa campagne, en 2002, soit à 51 ans, ses déclarations étaient celles de quelqu’un qui n’avait pas suffisamment réfléchi…

    On ne peut pourtant pas dire que la question du clivage droite/gauche soit d’une originalité fondamentale. Elle est remise en cause périodiquement depuis des dizaines d’années.

    [quote comment="7411"]Assez d’accord avec Muleta. C’est un fait réel qu’avant qu’il ne tape sur les media, Bayrou n’était jamais cité dans les articles de la presse de référence, alors que hier le papier du Monde sur la défense citait royal, sarko et bayrou. Cela n’aurait pas été le cas il y a deux mois.[/quote]

    Avant qu’il ne tape sur les medias, l’hypothèse de sa présence au second tour était des plus improbables. Il a très habilement – et je ne le lui reproche pas – transformé ce qui n’est que le fonctionnement habituel des medias en hostilité personnelle à son encontre, et en connivence media/politique. C’est extrêmement bien joué mais ce n’est qu’un renversement de perspective.

    [quote comment="7383"]Il refuse de parler de la ‘faisabilité de son gouvernement’ . Pourtant on lui pose la question , et façon innocente !!! et bien non ! Parce que s’il était sérieux il connaitrait DEJA les resultat des législatives ! [/quote]

    Non, la question n’est pas innocente, mais elle est légitime. Pour ce qui est du résultat des législatives, vous me permettrez d’espérer qu’entre les présidentielles et les législatives, il aura pris le temps de constituer un gouvernement.

    [quote comment="7383"]Même cette chose , comme les morts de la traversée Sénégal/Canaries ne suscite au fond chez vous qu’un aveu clinique commençant par :  » … constatation avec la quelle je suis d’accord  » et qui se termine par « soit » . Pour poser et dire qu’on est pas raciste ou xénophobe , il y a plus enthousiasmant . Mais c’était un dédouanement de principe -qu’on vous aaccordait sans problème- ![/quote]

    Et c’est moi le ratiocineur, quand vous vous amusez à introduire le soupçon, pour prétendument l’évacuer ensuite. Vous avez raison : attaquez-vous à la personne…

    [quote comment="7383"]Et du moment qu’on doute la dessus (l’expulsion d’enfant scolarisé) , on est sommé d’avouer qu’en fait, on est quasiment , logiquement, pour l’immigration. C’est évident. Il y a un enchainement implacable que nos pauvres petites tetes ne perçoivent pas . D’ailleurs dire « j’aime bien quand l’Etat se montre humain” c’est avouer qu’on est pour « le monstre froid de l’arbitraire » .[/quote]

    Muleta, avant de vous précipiter, vous devriez prendre le temps de comprendre ce que vous lisez.

    Evidemment, non, je n’ai pas écrit qu’avoir « un doute » sur l’expulsion d’enfants scolarisés, c’est être favorable à l’immigration. Ce qui d’ailleurs en soi ne veut rien dire, être « favorable à l’immigration ».

    Evidemment, je n’ai pas écrit non plus que que dire qu’on aime que l’Etat se montre humain, c’est avouer qu’on est favorable à l’arbitraire.

    Je ne pense pas utile de contester. Je vous invite juste à relire les passages concernés.

    [quote comment="7383"]Pardonnez le ton inhabituel et désordonné du billet qui n’attaque pas votre personne , bien entendu. [/quote]

    Et faux-cul, avec ça. Assumez donc tous les qualificatifs que vous avez employé.

    ps : Muleta, c’est une vache, pas un taureau

  • @ lisette Juste pour vous dire que vos impertinences semi-naïves sont au centre de la cible avec beaucoup plus d’élégance et d’efficacité que ma besogneuse et lourde réaction qui precède la votre.

    @ egdltp. Merci. Cela dit, moi aussi je reviendrai chez Koz. Je viens de lire son truc sur l’euthanasie . Pas mal vu, -encore que rien de très pratique et concret ne soit proposé- . Mais son ironie finale sur ‘… n’a fait que son devoir’ , son odieuse -ou lamentable plutôt- précision sèche qu’il ne « s’acharne » pas sur ces 2 infirmières, gâchent tout.

  • Moi ce que j’attend d’un président c’est qu’il modéle une image de société, qu’il fixe des principes fort (laicité, immigration, modéle social, Europe, Institutions, famille etc..) je n’attends certainement pas un catalogue à la prévert qui de toute façon devra s’adapter aux circonstances économiques et sociales.

    Je n’attends pas non plus d’un président qu’il me sise d’avance quel sera son gouvernement: tiens à propos pose t’on la question a ségo ou sarko de qui ils prendront comme premier ministre ? DSK, Fillon … ben non la question ne concerne que FB … comme par hazard.

    Tiens à ce propos, SR a dit qu’elle se libérait du PS … mon dieu avec qui va t’elle gouverner ??? Sans PS .. le monde ne tourne plus …

    A titre personnel la france telle que je la vois par candidats:

    1- Sarko: Agressive, pressée, divisée, économique, identitaire et communautaire à la fois, autoritaire, peu de dialogue volontarisme sans souci d’approbation, un mélange national économique, anti fonctionnaire et anti syndical, atlantiste, personnalisation du pouvoir autour d’un président omniprésent etc.. clientélisme et réseau. Institution : Président partout, PM insignifiant ou aux ordres. Quand on vote sarko on vote pour le premier ministre et le president en même temps.

    Gouvernement on connait on a les mêmes depuis 5 ans (si si il y a pas de rupture).

    2- Ségo: PS, régionalisme, Keynésianisme, Europe juste un peu, présidente sous influence PS, crise d’autorité par moment recul à d’autres, contradictions (gauche centre gauche), laïcité matinée de compromis clientéliste et communautaire (influencé par tiers mondisme tiéde). République Floue…; Establishment. Clientélisme.

    Gouvernement: On connait, mais plus de cohérence que sous Jospin car les verts et l’EG etait plus forte à l’époque (Gauche pluriellle), aujourd’hui ce n’est plus le cas. PS plus présent, le probléme c’est la cohérence politique du PS.

    3- Bayrou: Europe, famille traditionnelle, VIeme république plus parlementaire mais gardant une approche majoritaire, décentralisation maintenue, école et laïcité réaffirmée, Economique sociale libérale axée sur PME et solidarité par subsidiarité, moins on est isolé moins il y a de solidarité et inversement. Budgétaire: conservateur et monétariste. Euro maintenu. Modéle social .. Retraites réformées .. Risque d’immobilisme car concertation sociale (syndicats + référendum). Mais opportunité de réforme sans confrontation .. Pari sur l’avenir (Dialogue au dela idéologie possible en france ?)

    Gouvernement: On en connait certains mais cela se décide aux Législatives pas aux présidentielles. 3 possibilités; Pari majorité présidentielle réussi, politique de l’UDF .. PM Centre gauche UMP prépondérante: Politique de droite, modéré par Bayrou sur certains aspect. PS prépondérant: PM courant strausskahnien et dominante social démocrate.

    Voilà comment je vois les choses: Pour moi le vote Bayrou est une assurance que l’on aura pas une droite « dure » et une politique de centre gauche (catho de gauche) ou Social démocrate. Et si le PS l’emporte aux législatives (ce que je crois), il sera obligé de faire son come out social démocrate.

  • Finalement est-ce que la conclusion n’est pas sque nous avons deux candidats présidentiels « à l’ancienne », et un candidat « president-premier-ministre-jack-of-all-trades »?

    Je n’ai pas entendu ni vu FB mais SR a adopté la même posture hier soir, à savoir celle d’un président qui propose une feuille de route, un objectif et qui laisse à ses ministres le soin de trouver les moyens..

    Je ne saurai déterminer laquelle des deux postures est la plus pertinente, ce que j’estime toutefois, c’est que celle de NS est physiquement impossible à tenir.

    Michel Rocard le disait, Matignon est un poste éreintant, je crois donc qu’y ajouter l’élysée c’est vouloir exploser en vol…

  • Merci à Koz de me renvoyer à mes propres errements. Je ne vous reproche pas votre prise de position, mais simplement j’ai l’impression que si vous êtes pret à discuter des faiblesses des autres programmes, vous ne rebondissez que peu sur les faiblesses que d’autres intervenants trouvent au programme de NS. Ainsi je trouve un peu fort d’encenser le pragmatisme « a posteriori » et traiter le pragmatisme « a priori » de manque de conviction ou de contenu. Car pour moi le pragmatisme est de réagir en fonction des réactions des autres. Une manière de faire est de commencer par donner la parole sur le sujet aux autres et ensuite de proposer ses actions, quitte a reboucler plusieurs fois afin de trouver un consensus. Par contre faire et reculer ensuite face aux premières conséquences, quelque fois même AVANT la mise en oeuvre des actions et donc a forsiori avant leurs effets, me semble plus un réel manque de force de caractère. Soit on a confiance en ses actions et on les assumes jusqu’au bout, cf Tatcher qui a quand même quelques morts à son actif, soit on ne fait pas et on cherche un consensus plus large que celui sur lequel on s’appuyait. A oui, cela demande de parler avec ceux d’en face… Voilà la cause de ma reticence face à NS et à l’UMP. Ce parti politique avait tout en mains pour faire passer ses réformes, et sa conscience de sa représentativité (?) a fait qu’il a reculé. Mais il n’a jamais cherché, selon ma perception de la legislature qui vient de s’achever, a trouver un concensus sur les problèmes de la France. Alors pourquoi 5 ans de plus de cette gestion du pays ? Pourquoi ne pas essayer quelqu’un qui propose de discuter puis d’agir ensuite et ce sans limitations partisanes ? PS plus de catcha ?

  • [quote comment="7422"]Cela dit, moi aussi je reviendrai chez Koz. Je viens de lire son truc sur l’euthanasie . Pas mal vu, -encore que rien de très pratique et concret ne soit proposé- . Mais son ironie finale sur ‘… n’a fait que son devoir’ , son odieuse -ou lamentable plutôt- précision sèche qu’il ne « s’acharne » pas sur ces 2 infirmières, gâchent tout.[/quote]

    Il va falloir vous calmer sur ce genre de propos. Ca n’a pas cours, chez moi.

    [quote comment="7426"]Je n’attends pas non plus d’un président qu’il me sise d’avance quel sera son gouvernement: tiens à propos pose t’on la question a ségo ou sarko de qui ils prendront comme premier ministre ? DSK, Fillon … ben non la question ne concerne que FB … comme par hazard.[/quote]

    Voyez-le comme vous voulez. Mais le fait est que François Bayrou promet de gouverner avec des gens de tous horizons et que l’on ne voit rien venir, à l’horizon. Bref, dans la mesure où lui-même axe toute sa campagne sur cette nouvelle méthode, il est légitime que l’on s’interroge sur la faisabilité de la chose.

    Trouveriez-vous normal que, lorsque Bayrou dit qu’il veut gouverner avec des gens de gauche, aucun journaliste ne lui dise : « ok, mais qui ? » ? Vous pensez que ce serait un bon travail de journaliste ?

    [quote comment="7427"]Finalement est-ce que la conclusion n’est pas sque nous avons deux candidats présidentiels « à l’ancienne », et un candidat « president-premier-ministre-jack-of-all-trades »?[/quote]

    Il me semble que FB se place également sur le mode d’un Président engagé.

    [quote comment="7431"]Merci à Koz de me renvoyer à mes propres errements.[/quote]

    Ce ne sont pas des errements. C’est une situation naturelle. Nous avons tous nos préférences. J’ai simplement l’impression que vous cherchez ici ce que vous ne trouverez pas : je ne suis pas un observateur impartial. Je suis un citoyen et je fais état de mes opinions, de mes convictions.

    [quote comment="7431"]Voilà la cause de ma reticence face à NS et à l’UMP. Ce parti politique avait tout en mains pour faire passer ses réformes, et sa conscience de sa représentativité (?) a fait qu’il a reculé. Mais il n’a jamais cherché, selon ma perception de la legislature qui vient de s’achever, a trouver un concensus sur les problèmes de la France. Alors pourquoi 5 ans de plus de cette gestion du pays ? Pourquoi ne pas essayer quelqu’un qui propose de discuter puis d’agir ensuite et ce sans limitations partisanes ? PS plus de catcha ?[/quote]

    i) Vous occultez le fait que si, bien sûr, l’UMP doit assumer en grande partie le bilan de ce gouvernement, les relations entre son président et le Gouvernement et le Chef de l’Etat n’ont jamais été les meilleures. Que, notamment, si Nicolas Sarkozy est revenu au gouvernement en 2005, ce n’était pas pour le plus grand plaisir de Chirac qui l’avait forcé à démissionner de Bercy auparavant.

    Et oui, je pense qu’une même famille de pensée (grosso modo), menée par une personnalité différente, plus engagée, plus volontaire, peut produire un résultat différent de ce qu’elle a produit.

    ii) Vous oubliez que, sur un certain nombre de points, Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à faire des propositions que l’on aurait pas imaginé, spontanément, entendre de la bouche du président du principal parti de droite.

    ps : non, plus de captcha depuis que j’ai migré le site. Ca me faisait rigoler, mais ça n’avait visiblement pas d’efficacité sur le spam, que je continuais à voir tomber dans Akismet (outil anti-spam). En plus de ça, certains ont eu quelques problèmes avec. Alors s’il n’y a pas de bénéfices à en attendre et que ça ne génère que des emm… pour les commentateurs…

  • [quote comment="7422"]-encore que rien de très pratique et concret ne soit proposé- . Mais son ironie finale sur ‘… n’a fait que son devoir’ , son odieuse -ou lamentable plutôt- précision sèche qu’il ne « s’acharne » pas sur ces 2 infirmières, gâchent tout.[/quote]

    Allô ?

    Réveillez-vous !

    Vous êtes ici sur un blog. Un B L O G. Si vous cherchez une étude sans passion, sans opinion, merci de vous adressez aux organismes d’enquêtes et de recherches théoriques compétents. Si vous cherchez des propositions pour répondre à toutes les problématiques évoquées, envoyez une lettre à votre député

  • [quote comment="7426"] A titre personnel la france telle que je la vois par candidats:

    [...] [/quote]

    Belle caricature (y compris pour Sarkozy que j’ai du mal à supporter) !

    Comme on s’y perdrait à tout reprendre, juste un point sur Bayrou :

    VIeme république plus parlementaire mais gardant une approche majoritaire

    Comme c’était le but que la Convention pour la 6° république, il me parait légitime de lui demander d’évaluer son programme institutionnel, non ?

    Le projet de 6e République de l’UDF vu par Didier Blanc

    Le projet de Sixième république par l’UDF

    Le retour de l’orléanisme ou Louis-Philippe bègue

    [...]

    Conclusion

    Le projet UDF ressemble à un « dahu institutionnel », animal naît de l’allongement des pattes présidentielles et de l’amputation des pattes parlementaires et gouvernementales. Etrange animal en vérité, condensé des contradictions centristes. A force de modération, le projet UDF, loin d’apparaître comme un projet certes timoré, mais raisonnable, fait regretter l’actuel régime. Sa timidité, la confusion qu’il induit, son incohérence et pour tout dire sa dangerosité devraient condamner le projet de l’UDF à errer dans les limbes constitutionnelles. [...] Si la Sixième république n’est pas une marque déposée, la circulation de contrefaçon reste moralement et politiquement condamnable. Plutôt que d’élaborer de fumeux projet, l’UDF et les faux nez de la droite gagneraient à soutenir les ouvriers sincères d’une refondation constitutionnelle.

    En somme la nature du régime projeté par l’UDF ainsi être présentée : un zeste de régime parlementaire dans un grand verre de présidentialisme. Le texte de l’UDF ne fait que renforcer les doses d’un breuvage indigeste depuis 1958.

    En revanche, on peut aller regarder du côté des Verts :

    La réforme des institutions dans le programme présidentiel des Verts

    Indiscutablement, les propositions des Verts en matière institutionnelle sont, dans l’esprit, très proches des préoccupations portées par la C6R : il s’agit de « changer de constitution en instaurant un régime parlementaire primo-ministériel » et « d’inventer de nouveaux lieux de participation citoyenne ». Si le projet présente une vraie cohérence d’ensemble, il manque toutefois par endroit de substance précise pour le nourrir. Les propositions de la C6R sont là pour y suppléer !

    [...]

  • Koz Merci de vos commentaires. Bien sûr  » vous n’avez pas écrit  » ceci ou cela … mais je ‘glisse’ du côté de la pente . Le paragraphe sur la bouillie l’autorisait. Ailleurs c’est vrai que votre technique pointilliste et votre façon de ‘rapporter’ les propos vous permet de vous proteger : oui vous ne l’avez pas écrit. Ceci et Cela . Oui. Faux-cul ? Non.

    Enfin j’ assume et persiste : bien qu’ayant -un peu- débordé de la forme habituelle du débat d’idées, c’est votre ‘procédé’ que je critique , allons jusqu’ à, une (redoutable) tournure d’esprit, uniquement . (Bon là, je ne m’excuse plus !) Votre  » ps/  » me laisse dubitatif. Et confirme que la fin de tous vos ‘post-(s)’ … Mais, brisons là … sous la forme que vous avez choisie.

  • Koz, je cherche ici un lieu de débat, mais malheureusement celui-ci a beaucoup de mal à s’enclencher. Que pensez vous de mon interprétation du pragmatisme et de mon observation sur la manière dont vous reconnaissez cette qualité à NS ? Ce que je regrette c’est l’impression que j’ai que vous laissez de temps en temps de coté votre esprit d’analyse face aux actes et propos de votre « poulain ». Mais je reconnais que le temps est plus a resserer les rangs face à l’adversité qu’à débattre sur la place publique des divergeances dans son camps. Et si c’était cela que rejettaient les français ? Cette proportion qu’ont les partis à glisser sous le tapis leur problèmes internes avant de se présenter aux électeurs mais les étaler dans les journaux quand aucune échéance n’est proche, défaisant ainsi a un moment ce qu’ils essayent de construire a un autre, cf l’histoire du NPS qui a plus ou moins bien gérer le référendum sur le TCE et qui a éclaté pour la présidentielle. Finalement la création de l’UMP ayant réduit à sa plus simple expression l’UDF permet à ce parti et à son président de ne pas avoir a gérer la cohérence interne face aux électeurs. Mais il est vrai qu’il y a loin d’une construction « contre » à une proposition « pour ». A quel moment et pour quelles raisons NS n’a t il pu faire mettre en pratique par le parti qu’il dirigeait ses propositions ? Il a eu 2 ans et une crise assez grave pour agir. A moins que la « caporalisation » des partis et de l’assemblée soit une constante de notre régime. Si elle existe dans les faits, elle n’existe pas dans les textes ni dans leurs esprits, au contraire. Maintenant si cette organisation de nos institutions est celle que vous souhaitez, je comprends votre position et le crédit que vous donnez à votre champion.

  • Eh oui ! Et si le journal me retombe entre les mains et qu’il ya matière à le faire, je le referai. Si. Comme ça. ;-)

    Mais bon, plus précisément, tout de même, j’ai cité Bourlanges, dans Matin Plus.

  • [quote comment="7445"]A quel moment et pour quelles raisons NS n’a t il pu faire mettre en pratique par le parti qu’il dirigeait ses propositions ?[/quote]

    Euh, c’est une question piège ou quoi?

    La réponse est que le Président, un certain Jacques C. et le Premier Ministre, un certain Dominique de V. ne m’ont pas eu l’air de prendre leurs instructions auprès du président du parti. Je vous apprends quelque chose?

    Plus sérieusement, cettre stratégie qui consiste à feindre de croire que Sarkozy est, de fait, Président de la République depuis 5 ans est rien moins que grotesque. Sarkozy a été essentiellement ministre de l’Intérieur et passagèrement ministre des Finances, c’est tout.

    Royal a été ministre de Jospin pendant 5 ans alors que son conjoint présidait le PS. Faut il alors lui attribuer la responsabilité des 35h?

  • Vous ne faites que confirmer la suite de ce que je disais : l’assemblée et le parti ne sont pour vous que des courroies de transmission du gouvernement et du chef de l’Etat. Rien n’empechait l’UMP de trouver les propositions gouvernementales mauvaises et de ne pas les voter. La preuve c’est que le président du parti ne soutenait pas ces propositions. Oui il y aurait eu une crise, mais les différentes instances de la Répoblique aurait ainsi joué leur rôle. N’est ce pas ce qui c’est passé en 1969 ? Mais cela voulait dire que les élus étaient prêts à remettre en jeu leur mandat auprès des Français sur le respect de leur vision politique. Que de gros mots viens je de dire !!! Oui, si pour vous tout procède du président et du gouvernement qu’il a nommé, alors vous êtes dans la droite ligne de votre candidat. Mais cela n’est plus, pour moi, la République, quelque soit son numéro. Et on pourrait faire l’économie des législatives. Mais je ne vous raconte pas le dialogue politique qu’il y aura. D’où croyez vous que vienne la crise du politique actuelle ? De comportement comme celui qui vous permet d’affirmer que NS n’est pas comptable du bilan de la majorité actuelle car il n’en était que le n°3 de l’exécutif. Ou alors, il ne « tenait » pas ses troupes et croyez vous qu’il les tiendra mieux à l’avenir ? Toute la soit disante « rupture » du programme de l’UMP repose sur ce voile de fumée. Je ne demande qu’à être détrompé. Pour SR, oui et elle ne renie pas cette décision, elle reconnait simplement, a postériori et non avant la mise en application, qu’il faut chercher une renégociation des modalités d’application car il y a eu beaucoup trop de « perdant-perdant ». L’attitude des instances représentatives du patronat n’étant pas étrangères à cet état de fait. Comment ce fait il que le bilan des dispositifs dit « de Robien » 32h hebdomadaires contre une renégociation des conditions d’ouverture, notemment dans la banque, est il moins négatif ? Donc, pour répondre à votre question, oui, SR est comptable des 35heures et est prête a remettre le sujet sur la table des négociations autant que des négociateurs soient prêt à discuter. Mme Parisot, MM Chérèque, Thibaux et consort(e)s êtes vous disponibles ???

  • Je me suis souvent interrogée sur l’attitude parfois assez arrogante, fuyante ou incohérente de Bayrou et de SR vis-à-vis de certains journalistes ou adversaires politiques.

    Manque d’assurance ou manque de préparation, de connaissance des dossiers ? Conscience de n’être qu’un acteur interprétant un rôle et inquiétude d’être percée à jour ? Nécessité de cacher à l’électeur potentiel l’impossibilité de concilier des positions trop opposées ?

    Cela me rappelle une petite phrase de NS qui disait que la campagne électorale est un formidable révélateur des personnalités, des véritables convictions de chacun et de ses compétences, car au fil des semaines le candidat est épié et chaque attitude et parole décortiquée. Celui qui interprète avec plus ou moins de talent un rôle sans réelles convictions et préparation aura du mal à tenir la distance.

    FB et SR manquent terriblement d’honnêteté envers les électeurs. L’un et l’autre se défaussent en mettant en avant des hypothétiques majorités à construire, commissions et négociations à tenir, mises à plat, moratoires, référendums, bref « on verra ».

    Quand on prétend vouloir diriger la France le moins que l’on puisse demander à un candidat sérieux c’est d’avoir procédé dans l’ordre à savoir :

    • réflexion, convictions, programme adéquat,
    • réunir un groupe, puis un parti partageant ces convictions, en accord avec le programme et susceptible de recueillir un majorité pour gouverner

    Bref FB comme SR nous demandent de leur signer un chèque en blanc. L’un ne sait pas avec qui il pourra constituer un parti solide pour gouverner, et l’autre ne peut pas nous dire quelle tendance plus ou moins à gauche, plus ou moins réaliste l’emportera au sein de son groupe et de son gouvernement …

  • Car NS fort de la majorité actuelle reconduite pourra faire appliquer ses idées telle l’extension à une catégorie de population ce qui est la grande réussite pour une catégorie d’entreprise qu’est le contrat nouvelle embauche. Et fort du soutien de sa majorité et de la confiance que les français lui ont donnée, il ne se laissera pas dicter sa conduite par une minorité agissante et bruyante qui manifeste, encore plus si cette minorité n’est pas actrice de la vie politique car trop jeune d’un ou deux ans. J’approuve beaucoup des critiques que vous formulez sur les autres candidats. Mais permettez moi de croire que vous avez l’intélligence de reconnaitre qu’elles peuvent aussi s’appliquer à votre candidat. Ces critiques sont la formalisation de travers de notre vie politique depuis 86, date à laquelle malgrès un reniement par les urnes de sa feuille de route, le président a préféré cohabiter qu’en tirer une conclusion plus définitive. Oui SR me semble psychorigide et avide de pouvoir, mais je ne vois rien chez NS qui affirme son doux altruisme. Quand il remet l’amélioration de la condition des salariés dans les mains des managers des entreprises, permettez moi de douter de l’efficacité de cette mesure. Par contre certaines propositions issues du parti qui la soutient, par exemple sur le problème Airbus, me semble utile et réalisable. Oui FB reste dans le flou sur l’après 6 mai, mais j’ai la faiblesse de croire qu’il existe une majorité dans notre personnel politique pour que la méthode qu’il propose soit possible. Mais je ne suis peut être qu’un doux reveur. En tout cas, je ne vois personne parmis nos prétendants du niveau d’un Mendes France ou d’un De Gaulle, hommes qui ont su diriger la France hors de certaines de ses crises passées.

  • egdltp

    Vous êtes vachement gonflé.

    A vous lire, soit Sarkozy n’a pas d’idée ; soit il aurait dû déclencher une guerre civile au sein de l’UMP pour provoquer une dissolution ou renverser le gouvernement coupable de ne pas les appliquer.

    Vous avez une curieuse conception de la démocratie. Le Président de la République a été élu au suffrage universel, ce qui lui confère une légitimité certaine. Les députés ont été élus au suffrage universel qui a dégagé une majorité en faveur de l’UMP, un parti soutenant le Président. Plus tard, l’UMP désigne son président qui se trouve avoir quelques divergences de vues avec le Président de la République. Au nom de quelle légitimité Sarkozy aurait il fait tomber le gouvernement proposé par le Président (élu par le peuple souverain) et approuvé par l’Assemblée (élue par le peuple souverain) ?

    Le pouvoir législatif n’est pas, comme vous feignez de le croire, tout entier dans la main du président du parti majoritaire. Heureusement, d’ailleurs. La constitution prévoit également une séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif. Le fait que le patron du parti majoritaire ne puisse imposer ses vues au Président de la République ne signifie donc pas que « tout procède du président et du gouvernement qu’il a nommé » ou que « l’assemblée et le parti ne sont (…) que des courroies de transmission du gouvernement et du chef de l’Etat ». C’est juste qu’il y a une répartition des pouvoirs, ce qui force à la négociation et au compromis et empêche l’autocratie.

    Personne ne dit que Sarkozy n’a rien à voir avec la politique du gouvernement Villepin. Ce qu’il dit c’est qu’il a une vision pour la France, des idées et des propositions qu’il pourrait mettre en œuvre s’il est élu.

  • [quote comment="7412"]

    Un autre exemple, il veut réaliser 5 milliards d’économies dans le budget de l’Etat, combien d’emplois de fonctionnaires il va supprimer.

    Pour plus de précision : s’adresser au gouvernement … [/quote]

    Sarkozy, lui, se contente de dire :

    on ne va pas remplacer un fonctionnaire sur 2.

    Si tu veux que De Courson fasse un calcul de coin de table pour calculer combien de fonctionnaires ça fait 5 milliards à mon avis y a pas de problème.

    Je sais pas à combien il est le cours du fonctionnaire à la bourse, mais entre ces deux « monnaies », ça doit pas être bien difficile de faire une conversion.

    Si c’est la seule chose que tu veux pour trouver Bayrou aussi crédible que Sarko …

  • [quote comment="7426"]…

    Je n’attends pas non plus d’un président qu’il me sise d’avance quel sera son gouvernement: tiens à propos pose t’on la question a ségo ou sarko de qui ils prendront comme premier ministre ? DSK, Fillon … ben non la question ne concerne que FB … comme par hazard.

    Tiens à ce propos, SR a dit qu’elle se libérait du PS … mon dieu avec qui va t’elle gouverner ??? Sans PS .. le monde ne tourne plus …

    [/quote] tout à fait d’accord… et quant au découpage des différents condidats, leur séparation, leur différence (de culture, de méthode, d’argumentaire), je vous recommande les pages internet de Libé qui permet de bien prendre conscience de la singularité de chacun, au passage un coup de chapeau à Voynet pour ses argumentaires clairs, instruits, et pédagogiques : http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/241393.FR.php?rss=true

  • Pour moi, ce n’est pas a porter au crédit d’un « responsable » politique le vote « caporalisé » quand il y a divergeance entre exécutif et legislatif. Si les deux ont peur pour leur avenir, ils discutent ensembles et cherche une voie qui les rassemble. Mais on ne fait surtout pas tout et son contaire : allez jusqu’à se mettre hors la loi !!! Car c’est un déli d’appeler à ne pas respecter une loi, cf Eolas à l’époque !!! Je comprends tout a fait votre difficulté à valider cet exemple puisque le CPE était une idée de l’UMP que le gouvernement a préhempté dans l’espoir de vider de substence la « différence » du leader de cette formation. Mais cela a « explosé » au nez du gouvernement et le parti ne s’est pas distingué par sa gestion puisque il était à l’origine de l’idée… Alors citer cet exemple comme une preuve de la maturité politique du personnage, je pouffe. Si ce n’était ce permanent grand écart démagogique, je reconnais à NS son volontarisme. Malheureusement j’ai l’impression qu’il est plus, par ordre, au service de son parcours personnel puis de la France puisqu’il veut la magistrature suprème que dans l’ordre inverse : sinon il n’aurait pas reculé face à une idée qu’il soutenait et que ses « adversaires » essayaient de mettre en oeuvre. Pour lui, sa carrière était plus importante que ce que pouvait apporter le CPE à l’économie du pays. Il a préféré reculer face à l’action des opposants que de risquer de vérifier que ceux-ci étaient majoritaires dans le pays. Alors pourquoi proposer ce texte si il n’était pas si important puisqu’on savait qu’il allait faire grincer des dents ? Mais je demande peut être trop aux hommes politiques. Mais pour moi un JC est plus digne de « respect » qu’un AJ qui recule après avoir essayer d’imposer par la force une décision. Soit on discute avant et en dernier ressort on force la décision, soit on impose, mais une fois la décision prise, on s’y tient, laissant aux institutions la remise en cause de la disposition : non constitutionnelle, non respect d’engagements antérieurs, changement de majorité et abbrogation de la disposition… Ah, cela sera plus punchi, mais rien n’empêche de discuter avant. Tient il y a des candidats qui proposent de discuter avant de prendre des décisions… Maintenant j’ai peut être mal compris le positionnement de NS par rapport au bilan du gouvernement : il n’est pas mauvais, mais il fera encore mieux. Si c’est cela la « rupture ». Car pour moi, un responsable politique qui, par esprit partisan, n’essaye pas d’empecher de mauvaises décisions, n’est pas digne d’oeuvrer pour la communauté nationale. Merci de votre patience et de vos réponses…

  • [quote comment="7436"] Vous êtes ici sur un blog. Un B L O G. Si vous cherchez une étude sans passion, sans opinion, merci de vous adressez aux organismes d’enquêtes et de recherches théoriques compétents. Si vous cherchez des propositions pour répondre à toutes les problématiques évoquées, envoyez une lettre à votre député[/quote]

    @jpe Donc un blog . Merci jpe de votre sollicitude’ règlementaire’. Je fréquente les blog depuis peu, et effectivement les subtilités de l’ « etiquette » et du convenu m’échappent encore un peu. Je viens de comprendre l’usage de ‘Citer’ … Mais soit, effectivement pour quelques formulations hasardeuses.

    • Pour ce qui est de la passion, je suppose qu’elle n’est pas l’exclusitivé de Koz ? et qu’on peu aussi s’en prévaloir ? Les post doivent-il avoir le degré de sensibilité de l’annuaire téléphonique? Ou bien toujours proceder d’une complicité convergente satisfaite d’elle même ?

    En ce qui concerne ‘les propositions’ répondant à ‘des problématiques’ (tout de suite les grands mots!) il m’a semblé tout de même qu’ à bien des endroits les billets de ce blog vont au delà du constat commun et dépassent , avec et par un certain humour, la petite écume des choses. De plus il dispose, par ci par là, d’une qualité argumentative et informative certaine. Et donc que sur certains sujets , on peut peut-être,  » « en droit » « , d’ attendre une piste , une direction, sur laquelle réfléchir de rebonds en reponds.

    Ca peut éviter le nombrilo-bloguisme ou la variante plus sophistiquée où l’on regarde le nombril de l’autre qui comtemple le mien. Bon c’est juste pour répondre … (allo?)

  • Je ne sais pourquoi ce blog n’a toujours pas mis un bandeau de la France d’après à l’entrée. Au moins la couleur serait annoncée d’emblée… ce n’en serait que plus juste (me semble t’il).

    Mais bon il y a des fois si ce n’est souvent où c’est tellement caricatural que ça en devient superflu.

  • L’article est habile, mais bien entendu peu objectif, ce qui est normal quand on est partisan d’un autre candidat menacé par François Bayrou.

    Le principal reproche, au delà de l’aspect communication qui prête à sourire (comme si Mme Royal et Mr Sarkozy n’utilisaient pas de plan de com pour manipuler questions et réponses…), consiste à reprocher à Mr Bayrou de ne pas avoir réponse à tout. Certes, aussi ien Mr Sarkozy que Mme royal ont une réponse concrète pour chaque question, chaque catégorie socio-professionnelle etc… Et arrivent avec un catalogue de promesses intenables, d’un coût astronomique. Mais est-ce là le rôle d’un président de la république ?

    François Bayrou propose une série de priorités, illustrées par quelques propositions concrètes. Le reste est affaire pour le futur gouvernement, pour l’assemblée nationale, pour les négociations entre partenaires etc… Il me parait non seulement ridicule mais aussi choquant qu’un président ait avis sur tout, décide de tout, réponse à tout. Chacun doit rester dans son rôle et respecter les prérogatives des autres parties.

    Je me permets aussi de revenir sur votre article précédent; voyons cher Ko, un peu d’honnêteté ne ferait pas de mal. Nombre de candidats UDF pour les législatives ont été désigné. Dans notre ville de Rueil-Malmaison, il s’agit d’André Cros, maire-adjoint aux affaires économiques et à l’emploi (pour info, mon article sur ce sujet http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=20404). Mais dans la mesure où François Bayrou appelle à un large rassemblement, à la création d’un nouveau parti démocrate, il parait difficile d’investir 577 candidats alors que de nombreuses personalités de droite comme de gauche sont appellées à le rejoindre… Qelque soi le résultat de cette élection, il y ara recomposition du paysage politique français; Les élections législatives seront porteuses de cette recomposition, il est logique que la determination des candidats attende le résultat de la présidentielle, non ?

  • Chauffe marcel, chauffe !! Ca commence a chauffer, sur ce blog… On perd son calme, on s’attaque, c’est « droit de reponse » version blog ? Qu’est ce que cela sera dans quatre semaines ???

    Le partisanisme serait-il de retour, apres des annees ou il etait de bon ton de ne pas s’interesser a la politique et de la mepriser ?

    Serait-ce une bonne nouvelle ? (je crains toutefois que le vide ou l’archaisme de certains programmes ne le dementent…).

  • Je trouve que venir faire de la publicité pour votre blog ici, en l’absence de Koz’ est d’une impolitesse rare.

  • 1989 – 2007 : même chute ; l’une à Berlin, l’autre au PS. L’arrestation de Battisti et la défaite de Royal en seront les symboles.

  • Affirmer que mettre un lien sur un blog qui est l’essence de l’échange et de la confrontation d’idée est une ineptie rare aussi !

    Rajouter « en l’absence de Koz » ne fais que confirmer mon propos comment savoir s’il est là ou pas dans cet espace virtuel.

    Par ailleurs chacun peut mettre son nom, son mail et l’adresse de son blog en lien contrairement à vous dont on ne connais rien. J’aurais peut être du donner à la place de l’adresse de mon blog (ce qui est demandé quand on poste ici), le vers le lien direct vers ce billet.

    Allons nsi ne soyez pas plus bête que ce que vous laisser supposer… revenons dans le registre de la dérision et non de l’insulte. Et je vous dirais que je ne fais pas de la pub pour mon blog mais de la promotion pour « la France d’après » autant que lui fais la pub pour les tracteurs… !

  • Je vois que le niveau de votre réponse est à la « hauteur » de votre blog (l’article que vous mettez en lien en est une illustration).

    1 – Si vous lisiez ce blog attentivement vous auriez trouvé ce billet dans lequel Koz signale son absence.

    2 – Il est une différence entre mentionner son adresse en postant (ce que je ne fais pas car je n’ai pas de blog) et poster une phrase sybilline avec un lien vers son blog.

    3 – Je suis resté correct dans ma mise en cause, loin de l’insulte que vous semblez vouloir m’attribuer.

    J’arrête là cet échange inintéressant.

  • Je vous le concède l’échange est inintéressant !

    J’ai moi aussi fait un rapide survol de vos commentaires ici et ailleurs et comprend le pourquoi de votre « agression » caractérisée alorsqu’on ne vous a rien demandé: plus l’échange lui même c’est vous qui êtes il me semble inintéressant !

    Pour moi aussi l’échange est clos.

  • Pas une virgule à bouger à ce billet qui est moins une analyse qu’un sentiment diffus que beaucoup sentent… ou ne sentent pas !

    Surtout que quand on regarde ses propositions, à l’exception de ses mesures « institutionnelles, eh bien c’est quand même plus à droite qu’à gauche.

    Alors que dans le discours, on navigue à vue, avec ce désagréable sentiment de se faire balader.

  • KOZ : VAS Y ET BAS TOI CONTRE LA CENSURE

    Meme si tu n’es pas un Pro-Bayrou comme je le suis, au moins ton blog ne s’est pas fait fermé par le PS et tu m’as toujours laissé parler !!

    Ecoutez : Je reviensde Désirs d’avenir ou tous les messages legerement Pro Sarko, Pro Bayrou, Pro DSK se font censurer. Essayez vous verrez, c’est de la censure de folie, on dirait Staline !!!

    Continuez à Kozer, les gars, même contre nous, mais au moins le débat est ouvert.

    Gilles / UDF

  • Je lis avec un peu de retard votre commentaire sur Bayrou et son positionnemen d’agressivité vis à vis des medias. Comme vous le soulignez, je les trouve bien patients avec lui, ils ne le seraient pas autant avec d’autres ! Ceci dit, sans doute du fait qu’il soit présenté comme le 3e voire le 1er homme, les langues commencent à se délier. L’on dit entre autre qu’il aurait un « ego surdimentionné » et N. Hulot dans le Point de ce 22 mars de raconter qu’il avait demandé un r.v. à FB quand il était ministre de l’Education Nationale, parce qu’il souhaitait que l’on parle d’environnement aux élèves. FB l’avait fait attendre presqu’une heure pour lui préciser qu’il n’aurait que 10′ à lui accorder, soit. Mais ce qui avait frappé N. Hulot c’est que Bayrou, parlait de lui-même à la 3eme personne. Au début Hulot ne comprenait pas jusqu’à ce que FB termine par un « le ministre ne peut pas…. » ! Depuis FB a signé comme tout le monde le pacte de N. Hulot !

  • Non, je ne pense pas que la gauche soit au deuxième tour. Leur programme ne marche pas, il est plutôt poussiereux et quand ils disent qu’ils empêcheront les délocalisations et remettront de l’ordre dans l’Europe, je rigole. Madame Royal n’a aucune crédibilité en Europe et à l’international et nous avons besoin de leader et non d’un cloun pour mener à bien la politique. Pour moi le seul qui représente la France et ces valeurs, c’est Nicolas Sarkozy. Il fait peur à beaucoup, de part sa détermination et son côté  » Je prends les choses en main » et de ce fait, nous avons la trouille.

  • Muriel

    pas du tout ce n’est pas son coté volontaire qui nous font peur, mais la réalité des actions qu’il a mené depuis 5 ans.

    Et là on n’est pas dans le discours.

    Je cite en vrac..

    Volonté de promouvoir des peines planchers (ce qui ôte tout pouvoir d’appréciation de circonstance au juge et place de fait la police avant la justice)

    Prevention de la délinquance qui insinuait qu’un enfant de 3 ans pouvait être dépisté comme prédestiné à la délinquance, Déclaration sur la loi de 1905,

    Volonté d’opposer les français entre eux en pointant du doigt des « responsables »,

    Utilisation de mots qui sont inadmissible pour un ministre d’etat (karcher, racaille..) et qui laisse entendre qu’il y a des gens (qui je rappelle sont des citoyens) a nettoyer,

    Comportement outrecuidant vis à vis du président de la République (issu en outre d’une majorité auquel il appartient) au risque d’affaiblir la position française et au mépris des institutions et de l’intérêt du pays.

    Interférence avec l’indépendance de la presse (licenciement sur Europe 1 d’une journaliste qui l’avait critiqué la veille) nouvel épisode avec le recteur de la faculté de Lyon..

    et j’en passe…

    Non non ce n’es tpas son activisme qui fait peur mais ces actions…

  • Le seul capable à mes yeux d’incarner la France en Europe et dans le monde c’est bien Nicolas SARKOZY, je ne vois aucun ou aucune aillant sa trempe, son carisme et son discours..

    Les méthodes radicales font peur, j’en convient mais lui seul à la solution ou les solutions, il faut faire la place au travail, réduire le coût du travail dans le pays…

    Arrêtons de se voiler la face, il faut des remèdes de cheval pour rêgler les problèmes handicapant notre économie, c’est pas Ségolène qui veut généraliser les 35 heures avec le mal que ça a déjà fait, peu d’emploi créés, et de nombreuses boites en difficulté, sans parler des problèmede désorganisation dans les hopitaux et services publiques…

    « Ségolène ROYAL a une envergure régionnale » dixit un commissaire Européen lors d’une interview…

    La France mérite mieux que cela…

    Les sans papier ne doivent pas être régulariser systématiquement… Nicolas SARKOZY n’a pas froid aux yeux, il est très clair là dessus, ainsi que sur l’adhésion de la Turquie…

  • La candidate socialiste se vante de son bilan de ministre de Lionel Jospin « Quand j’étais ministre de la famille, j’avais mis en place un plan de création de crèches de 80.000 places *»

     Contrevérité : À son départ du ministère de la famille, le nombre de places en crèche atteignait péniblement les 5.000 places nouvelles, faute d’avoir prévu les crédits nécessaires pour le faire. Communiquer ne suffit pas, encore faut-il veiller aux conditions de mise en oeuvre des dossiers…

     Nicolas Sarkozy propose lui de rendre opposable le droit a l’accueil des enfants afin de permettre aux parents qui le souhaitent de pouvoir travailler.

    · La candidate socialiste ne connaît pas la réalité lorsqu’elle affirme « J’ai créé le plan Handiscol (…) et je suis choquée de voir aujourd’hui que les moyens ont été supprimés et que les enfants handicapés restent à la porte des écoles* »

     Contrevérité : depuis la grande loi sur le handicap du 11 février 2005, le nombre d’enfants handicapés scolarisés n’a cessé d’augmenter. Alors qu’ils n’étaient que 89.000 en 2002, ils sont aujourd’hui plus de 160.000. Là encore, il y a d’un côté ceux qui parlent et de l’autre ceux qui agissent.

     Nicolas Sarkozy propose lui de poursuivre cet effort et de garantir une place dans un établissement scolaire pour chaque enfant handicapé

    La candidate socialiste sur les énergies renouvelables : « si on m’avait écoutée, on n’aurait pas le retard qu’on a aujourd’hui* »  Contrevérité : La France est le premier producteur européen d’énergies renouvelables. L’actuel gouvernement a du reste multiplié par quatorze notre production d’électricité d’origine éolienne. La candidate socialiste annonce aussi vouloir souhaite diminuer notre production d’électricité d’origine nucléaire de 40%, ce qui conduirait à une explosion des gaz à effet de serre. Espérons que, là encore, on ne l’écoutera pas !

     Nicolas Sarkozy propose lui de diminuer les TVA sur les produits propres et de taxer les produits en fonction de leur impact sur notre environnement.

    · La candidate socialiste propose « Pendant six mois, nous paierons le salaire d’un jeune chercheur que l’on met à disposition d’une entreprise qui n’a pas dans un premier temps les moyens de recruter un cadre *».

    Approximation : C’est une très bonne idée, mais qui existe déjà depuis 25 ans : les bourses CIFRE du Ministère de la recherche (Conventions Industrielles de Formation par la Recherche) permettent en effet de placer de jeunes chercheurs en entreprise, pour une durée de trois ans, en contrepartie d’une aide.

    · La candidate socialiste annonce : « j’organiserai des états généraux de la santé »  Approximation : Après les « états généraux de l’éducation » et les « états généraux sur les revenus », la candidate socialiste a manifestement trouvé sa martingale : comme je n’ai rien de très précis à proposer sur des sujets complexes et qui risquent de fâcher du monde, je promets des « états généraux ». · Enfin dans la même phrase on peut entendre dans la bouche de la candidate socialiste : « on est dans un système où le progrès technologique détruit l’emploi (…) et pourtant il ne faut pas empêcher le progrès technologique qui lui-même est créateurd’emploi ».

    Comprenne qui pourra…

  • Sondage Ipsos/DELL pour le point , premier tour :

    N. Sarkozy : 30% S. Royal : 25,5% F. Bayrou : 19% JM. Le Pen : 13,5%

    1245 personnes interrogées par téléphone les 22, 23 et 24 mars, constituant un échantillon national représentatif de la population inscrite sur les listes électorales. Méthode des quotas. Les résultats des intentions de vote ne constituent pas un élément de prévision du résultat électoral mais donnent une indication significative du rapport de forces actuel. Ils doivent être lus en tenant compte des marges d’incertitude : plus ou moins 3 à 4 points pour les principaux candidats, plus ou moins 1 à 2 points pour les autres.

  • [quote comment="9432"]  Contrevérité : La France est le premier producteur européen d’énergies renouvelables. L’actuel gouvernement a du reste multiplié par quatorze notre production d’électricité d’origine éolienne. La candidate socialiste annonce aussi vouloir souhaite diminuer notre production d’électricité d’origine nucléaire de 40%, ce qui conduirait à une explosion des gaz à effet de serre. Espérons que, là encore, on ne l’écoutera pas ![/quote]

    QU’IL EST BEAU DE REVER!!!!!

    Non seulement en terme de production la france n’est pas première mais seconde derrière la Suède, mais en terme de part des énergies renouvelable, nous sommes 7ème…

    Je vois mal comment ce fabuleux gouvernement aurait pu multiplier par 14 la production d’énergie éolienne quand elle était de 299 GW/h en 2002 et de 1.3 GW (estimation ADEME) en 2007. L’effort est de plus implusé depuis 1996 avec le programme « Eole 2005 » relayé par la loi de modernisation et de développement du Service public de l’électricité (loi du 10 février 2000 – Oh le gvt jospin!!!)

    Ce qui est dommage c’est de décridibiliser un propos par manque de recherche.

    Remarquez encore que c’est facile d’augmenter une puissance installée lorsqu’elle est 18 fois inférieure à celle de l’allemagne.

    Vous voulez encore uen belle déclaration : le gouvernement jospin avait multiplié par 21 la puissance éolienne en France…passant de 14.7 GW à 299.4.. tout est toujours histoire de proportion…

    Ahhhh ces chiffres…

  • [quote comment="7894"]Je vous le concède l’échange est inintéressant !

    J’ai moi aussi fait un rapide survol de vos commentaires ici et ailleurs et comprend le pourquoi de votre « agression » caractérisée alorsqu’on ne vous a rien demandé: plus l’échange lui même c’est vous qui êtes il me semble inintéressant !

    Pour moi aussi l’échange est clos.[/quote]

    Eh bien. A parcourir rapidement mon blog et ses commentaires, je vois peu de dérapages. Voire aucun. Si ce n’est ceci.

    De la part d’un candidat aux législatives, c’est assez classe. Et « nouvelle politique ».

  • « Eh bien. A parcourir rapidement mon blog et ses commentaires, je vois peu de dérapages. Voire aucun. Si ce n’est ceci. »

    On aurait bien aimé avoir ton analyse sur les dérapages de ton candidat président face à des journalistes du service public plutot que de tergiverser sur de supposés mises en scène… ou pseudo dérapages (?!)

    http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias/medias__pouvoirs/20070321.OBS8191/quand_sarkozy_pique_une_colerecontre_la_direction_de_fr.html?idfx=RSS_notr

    Quand à ton ton moralisateur à 2 balles…

  • Tu as raison, Farid. Même si la campagne est éreintante, il faut savoir garder ses nerfs. A tous les niveaux. D’ailleurs, à cet égard, comme je l’ai dit souvent, je n’accepte pas les prises à parie personnelles sur mon blog et, si ça devait se reproduire, je te passerai en modération a priori.

  • Koz ? toujours à priori à consommer sans modération (moralisatrice demoralisante) ?

    Bon à quand un nouveau billet ? Svp.

  • [quote comment="10193"]Bon à quand un nouveau billet ? Svp.[/quote]

    Ne vous inquiétez pas, ça viendra, mais là, je préserve mon emploi. Avez-vous noté, sinon, la colonne du milieu, celle des minibillets ? Il y en a eu 2 hier.

  • « moi aussi, j’aime que l’Etat se montre humain. Mais si l’on veut vraiment se montrer à la hauteur d’une certaine conception de l’Etat, on n’oubliera pas non plus de relever que l’édiction de lois, de règles, et leur strict respect, c’est aussi le meilleur rempart contre un monstre : l’arbitraire. Celui du commissaire de police ou du préfet local. »

    Koz, je trouve ton commentaire particulièrement injuste envers l’arbitraire des préfets que tu qualifie de « monstrueux « . C’est en effet difficile pour eux de faire des choix quand personne ne voudrait les faire à leur place, mais c’est leur travail et ils assument dignement. Ils tentent de suivre justement les lois établies avec leur humanité. J’ai rarement vu un commissaire de police ou un préfet se plaindre. Je pense qu’on peut leur rendre hommage ….voilà c’était mon petit coup de gueule de la soirée …j’espère que tu ne m’en tiendra pas rigueur :) A+

  • Non ça va, I will survive. L’arbitraire n’est pas actuel mais potentiel. S’il n’y a pas de lois, le seul pouvoir qui vaille est le pouvoir local, sans règles ni contre-pouvoirs. Ce n’est pas, il me semble, la situation actuelle, donc je crois que l’honneur de nos commissaires et de nos préfets n’est pas trop durement entaché par mon billet.

Comments are closed.