Tout peut devenir possible

A cette heure, après une soirée électorale sympathique mais point délirante, je ressens une satisfaction véritable et une certaine confiance. Sans triomphalisme de mauvais aloi, comme il se doit.

Il y a, à l’évidence, un certain plaisir à voir que le choix que l’on a fait, l’engagement que l’on a risqué, est partagé par une majorité de français. J’ai trop souvent été du côté des minoritaires pour ne pas confondre majorité et bien-fondé. Mais, précisément, j’ai un peu trop souvent désespéré devant le choix de mes compatriotes aimés pour m’interdire de goûter pleinement le plaisir d’être en phase avec la majorité. La vie est trop courte. Et je ne suis pas du genre pisse-froid.

Un certain plaisir aussi parce que, peut-être l’avez-vous remarqué, affirmer sa sympathie pour Nicolas Sarkozy sur le Net n’est pas toujours une sinécure. On est plus au chaud au centre. Je ne crois pas que l’on trouve 31,11 % de blogueurs et commentateurs ayant voté pour Nicolas Sarkozy. Et pourtant, ses électeurs sont là.

J’ai, notamment, ouvert ce blog, source de satisfaction mais aussi prise de risque, après avoir constaté, au lendemain du référendum sur le TCE que nombre d’internautes favorables au « Oui » étaient restés comme anesthésiés durant cette campagne. Alors, voilà : vous représentez 31,11 % des français, vous avez droit à la parole. Prenez la !

Une certaine satisfaction, car le même résultat avec un score Le Pen fort n’aurait pas eu la même signification. Depuis des mois, Nicolas Sarkozy répète qu’il veut « aller chercher les électeurs du Front national un par un ». Et ce n’est qu’au nom de cette stratégie que j’ai accepté d’être bousculé par sa campagne. Que dans l’optique de ramener ces électeurs vers un vote constructif et non un vote contestataire. Alors, bien évidemment, tous ceux qui oublient que c’est avec le peuple que l’on fait une élection, tous ceux qui en sont encore à une vision pyramidale de la politique – une certaine élite, vaguement bobo, diffusant la bonne parole – tous ceux là en sont pour leurs frais.

Hier, Jean-Marie Le Pen a obtenu 3 824 771 voix. C’est 979 942 voix de moins qu’en 2002, presqu’1 000 000. Même en considérant que la moindre participation de 2002 l’avantageait, il pouvait toutefois obtenir un score supérieur. Stratégie difficile, pari délicat, pari risqué, mais pari tenu… chapeau. Pour la suite, je n’ai pas d’inquiétudes. Je tiens toutes les caricatures et les outrances des adversaires de Nicolas Sarkozy pour ce qu’elles sont… Je note, au passage, que l’auteur de la plus fameuse formule anti-sarkozyste va désormais « coordonner » un pôle de gauche que va créer l’UMP.

Une certaine confiance, aussi. Non pas pour des raisons arithmétiques, mais pour des raisons de fond. Les français ont montré par le passé qu’ils n’aimaient guère que les jeux soient prétendument faits. Peut-être peut-on voir dans le résultat d’hier une confirmation : les « surprises » promises la semaine dernière par une partie notable de l’échiquier, de Bové à Begag, n’ont pas été celles que l’on attendait d’eux. Au contraire, la surprise est peut-être qu’ils aient encore davantage porté leurs voix sur Nicolas Sarkozy que les plus hauts sondages ne permettaient de l’escompter. Ceci étant, dit, donc, il faut relativiser l’arithmétique.

Je suis confiant pour des raisons de fond. Et la première est que Nicolas Sarkozy est à l’évidence plus qualifié que Ségolène Royal. Les tripes des ségolénistes se sont tordues à l’écoute de son intervention. Tous ceux qui ont passé la soirée avec des ségolénistes m’ont rapporté leur incrédulité. Les français l’ont vu, ils ont été juges. Un premier sondage donnait hier Nicolas Sarkozy gagnant. Il a été réalisé avant l’intervention de la candidate socialiste. Et j’ai dans l’idée que les indécis auront été édifiés.

Là aussi, on a assisté à un évènement rare. Parvenir à prononcer un discours de premier tour aussi peu mobilisateur ne s’était jamais vu.

Quelles que soient les polémiques entretenues, face à la délinquance, face au terrorisme, vous choisissez qui ? Quelles que soient les polémiques entretenues, face à cette intervention, pour représenter la France à l’international, vous choisissez qui ?

Si les socialistes veulent tant tabler sur un TSS, est-ce par lucidité sur l’incapacité de leur candidate à susciter l’envie ?

Précisément, le TSS est une autre raison de ma confiance. Paradoxal ? Aucunement. Au-delà des velléités stratégiques, il y a une constante de fond : on élit un président de la République sur un projet, pas sur un rejet. Les français, qui relativisent comme il se doit les procès en sorcellerie, ne voteront pas pour une coalition hétéroclite qui ne se fédère que sur le nom de son adversaire. Ils ne seront pas motivés par un vote par défaut.

Nicolas Sarkozy, à ce que j’en lis, n’a pas l’intention de modifier le ton de sa campagne pour les 13 jours à venir mais de dérouler son projet, d’être « pédagogue ». A raison (pour autant que je puisse me permettre). Non seulement parce qu’il pourra ainsi opposer son attitude à l’agressivité que ne vont pas manquer de déployer ses adversaires, mais aussi parce qu’il est dense, cohérent et majoritairement compatible avec celui de potentiels alliés centristes, comme on nous l’expliquait d’ailleurs ici même dernièrement. Mis à part incarner une totale séréni…tude (?), il n’a rien d’autre à faire.

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

94 comments

  • excellent! J’attendais ce billet ! A la hauteur des autres, je me régale ! Effectivement moins de la moitié de ses électeurs ont voté pour Mme Royal parce qu’ils étaient convaincus, les autres l’ont fait simplement pour avoir un représentant de la gauche au 2nd tour. Faible score pour quelqu’une qui imagine proposer un projet fédérateur. J’aime à penser que si 84% des français sont allés voter hier c’est parce qu’on sent enfin un renouveau sur la vie politique française que ni Royal, qui ne renouvelle pas les idées de la gauche française, ni Bayrou qui est là depuis un temps certain n’ont suscité, mais bien NS.

  • [quote post= »262″]on élit un président de la République sur un projet, pas sur un rejet[/quote]

    Je t’ai connu plus lucide. Pourtant il suffit de remonter 5 ans en arrière. C’est peu 5 ans. Mais c’est déjà si long, visiblement.

  • Nicolas Sarkosy est le pire danger que la V république aura à affronter, si (pas encore fait) il devait être élu au titre suprême de la présidence de la (notre) république. Inquiétant est le chiffre de 31,1% et de 10,8% (le FN), cela démontre une crise profonde dans notre pays démocratique (ce qu’il en reste), 40% des français approuvent des solutions violentes et radicales qui pousseront bonne partie d’entre-eux dans la fosse septique (pour ceux ne si trouvant pas déjà). Car malheuresement, une partie (peut-être majoritaire) des 31,1% ne sont pas des riches citoyens, mais à l’inverse des RMIstes, des SMICards. A vous, citoyens précarisés, ne tombés pas dans le piègedu vote Sarko, optez pour la tolérance et le changement sans brutalité proposé par le PS ! Votez Ségolène Royal afin de ne pas plonger le pays dans 5 années sombre pour notre démocratie et notre pays qui sinon ressemblera de plus en plus à un pays sinistré ( les riches d’un coté et les autres mis de coté).

  • Et sinon, Vincent, une raison d’adhérer au projet de Ségolène Royal où tout ce qui vous vient naturellement à l’esprit, c’est : pas l’autreeeee ?

    Frednetick : la lucidité, ce n’est pas nécessairement de partager tes opinions.

  • Koz, comme déjà dit sur ton autre billet, je confirme que les 4 ségolénistes autours de moi (pourtant majoritaires car on était que 5) étaient pour le moins dépités…et pas pour le résultat.

    J’ai peut être tort mais je reste confiant. Et le 6, rendez vous où tu sais….! Quite à venir en côte de maille car il y a des appels d’association d’extrême gauche et de blogueurs susceptible de venir troubler notre joie en cas de victoire (cf. AgoraVox)… « Il » est dangereux ? Vaste blague…

    Vincent, excuse moi, tu nous parlais du programme de Ségo non ? j’ai bon ? je brûle ?

  • Tu sembles oublier que villier a fait 830 000 voix, ce qui met l’extrême droite grosso modo au même nombre de voix qu’en 2002. Comme quoi, même en se positionnant très à droite, l’électorat nationaliste est resté.

    C’est donc au contraire le signe d’une défaite, à mon sens. Nicolas Sarkozy a amené des électeurs républicains à voter sur des valeurs qui flirtent avec l’extremisme, sans faire bouger une seule ligne de ce côté là (ha, si , on me dit dans l’oreillette 200 000 électeurs. impressionnant.).

    Triste jour, en vérité.

  • Si le résultat du premier tour peut apparaître satisfaisant, je n’ai aucune certitude sur le résultat, et les deux prochaines semaines devront être bien pleines pour rassembler le plus grand nombre de Français autour de Nicolas Sarkozy.

    Pour ma part, ce n’est certainement pas un vote de rejet, mais bien un vote d’adhésion, alors que je me considère comme de centre droit. En premier lieu, ses propositions quant à l’évolution de l’Union Européenne sont déterminantes à mes yeux : j’approuve sa volonté de traiter de façon urgente le problème en ayant déjà indiqué des voies à suivre, qui semblent d’ailleurs bien accueillies chez nos voisins. Mais je me retrouve également dans le souhait d’une Europe plus active, et qui aurait des frontières.

    Les apports de Jean-Louis Borloo et de Christian Blanc qui figurent en bonne place dans son programme me font aussi penser qu’il a de bonnes solutions pour la France, à la fois réalistes et efficaces. Nul danger en fait en dehors des caricatures, et la seule peur qui existe est celle que ressentent les partisans de la gauche vis-à-vis d’une éventuelle défaite, à laquelle le dernier discours de Ségolène Royal donne une certaine crédibilité, tant il fut désastreux. J’aurais préféré des votes d’adhésion d’un côté comme de l’autre…

  • Même si ton billet me rassure quelque peu, je ne peux m’empêcher d’être beaucoup moins sereine que toi.

    Pourtant hier soir après la soirée électorale, j’étais persuadée de la victoire de Sarkozy mais depuis cet aprés-midi, un doute m’assaille.

    En parcourant quelques forums et en discutant avec mes amis/collègues, il est en ressorti que pour beaucoup d’entre eux ce second tour se résume à un choix entre la peste et le choléra- sauf pour les sarkozystes et ségolistes convaincus-et dès lors, ils sont extrêmement tentés par le vote blanc ou l’abstention.

    J’ai également l’impression que le TSS aura plus de poids maintenant qu’il ne l’était au premier tour et qu’on en a pas fini avec les campagnes de diabolisation.

    J’espère me tromper, assister à une campagne moins bac à sable et surtout pouvoir me délecter d’un vrai débat projet contre projet.

  • london, je pensais à ce que tu disais, effectivement, sous mon autre billet. Et j’ai entendu la même chose de deux autres personnes. Hier soir, à la République des blogs, si, à part moi, personne n’avait le mauvais goût d’afficher sa désapprobation à voix haute, on ne peut pas dire que son intervention ait soulevé les foules. Un voisin de gauche, sur ma droite (si, si), assez attentif observateur, était plutôt circonspect.

    A lire David Abiker, le constat est suffisamment sans appel pour qu’il soit inutile de s’étendre : « Je ne commente pas le discours, ce n’est pas à mois de dire que c’était chiant comme la pluie.« 

    Mais bon, Jeff a aimé.

    C’est déjà ça.

  • [quote comment= »15095″]Nicolas Sarkosy est le pire danger que la V république aura à affronter, si (pas encore fait) il devait être élu au titre suprême de la présidence de la (notre) république. (…)cela démontre une crise profonde dans notre pays démocratique (ce qu’il en reste), (…) des solutions violentes et radicales qui pousseront bonne partie d’entre-eux dans la fosse septique (pour ceux ne si trouvant pas déjà). (…)plonger le pays dans 5 années sombre pour notre démocratie et notre pays qui sinon ressemblera de plus en plus à un pays sinistré ( les riches d’un coté et les autres mis de coté).[/quote] Bonjour Vincent,

    Je ne peux que te féliciter pour ton ton modéré, tes propos argumentés, justifiés et surtout pleins de fond.

    Je te propose la lecture du blogue d’un journaliste, Jean-Michel Aphatie, ancien adhérent au PS et reconnaissant lui même avoir le coeur à gauche sur ce même sujet (à partir du quatrième paragraphe).

    Ensuite, je fais confiance à ta réflexion, et à ton cri pour la démocratie, le respect du vote des urnes et des compétiteurs, aucun n’étant ignoble bien évidemment !

    Cordialement,

    Luc

  • Bonjour Koz,

    Je suis comme toi, je me garde de tout triomphalisme. Mais après ces dernières semaines, passées à écouter (ou à lutter contre) les calomnies les plus infâmes et les moins fondées sur Nicolas Sarkozy, j’avoue que 31,11% de français qui refusent le diktat de la désespérance, c’est LE PIED!

    Ajoute à cela une République doublement plébiscitée (85% de participation + extrêmes en berne), et ma joie est parfaite.

    Pour autant, rien n’est acquis sur le moyen terme, on est d’accord. Durant ces 15 jours, il va falloir résister à une gauche terrorisée, et donc prête à tous les excès, à l’idée de l’élection d’un candidat qui, c’est sûr, appliquera son programme.

    Mais à la différence de tous les partisans de Ségolène Royal que je croise, j’ai la sensation que nous, les soutiens de Nicolas Sarkozy, avons un avantage de taille : nous nous battons pour un candidat qui incarne nos idées, avec qui nous partageons une vision de la France… quand bien souvent au PS les forces en présence ressemblent à des mercenaires tenus d’aller au front pour une cause et une Reine qui n’est pas la leur. Cela se lit jusque dans leur stratégie, qui reste inexorablement le TSS.

  • [quote comment= »15113″]

    Mais à la différence de tous les partisans de Ségolène Royal que je croise, j’ai la sensation que nous, les soutiens de Nicolas Sarkozy, avons un avantage de taille : nous nous battons pour un candidat qui incarne nos idées, avec qui nous partageons une vision de la France.[/quote]

    Merci Damoclès, je crois que tout est dit. On s’est battu contre les boules puantes (à propos, radieuse la Cécilia hier au bureau de vote, non ?) semaines après semaines en refusant les Marianne et Cie et c’est vrai qu’on respire un peu plus aujourd’hui. Même si je partage les craintes ici ou là sur le résultat final.

  • « Frednetick : la lucidité, ce n’est pas nécessairement de partager tes opinions. »

    Monsieur Koz,

    Vous manquez effectivement de lucidité sur ce point et vous faites preuve d’un surprenant mépris.

    Le soleil tape fort..?

  • L’EXPLICATION DE L’ECHEC DE BAYROU

    BAYROU AVAIT TOUTES LES CHANCES DE REUSSIR…A CONDITION DE RESTER DANS LA MOUVANCE « CENTRE-DROIT » !

    Ce que n’a pas pardonné l ‘électorat de François Bayrou , c’est d’avoir eu le sentiment d’être trahis par leur candidat , par son alliance contre nature avec le parti de Ségolène Royal dans les dernièrs jours de la campagne de ce 1er tour des élections .

    De là à dire que Bayrou s’est comporté en Judas à l’encontre de son propre parti serait exagéré , bien sûr , mais nombre de ses électeurs traditionnels l’ont ressenti comme tel .

    La majorité des citoyens centristes , partageant les valeurs républicaines de la droite , les centristes attendent désormais que François Bayrou prenne clairement position en faveur de Nicolas Sarkozy . C’est la seule et dernière occasion laissée à François Bayrou de jouer le rôle d’arbitre auquel il aspire après les élections ,rôle qui est encore à la portée de l’ex candidat .

    Faute de quoi , un vote naturellement massif des centristes en faveur de Nicolas Sarkozy pour le second tour , ruinera définitivement cette fois ci la deuxième chance qui est donnée à François Bayrou et de récupérer son électorat , et de jouer un rôle déterminant dans l’avenir politique de la France .

    L’électorat centriste , ne comprendrait pas en effet un éventuel soutien de François Bayrou à Ségolène Royal , qu’il jugerait à juste titre contre nature , que ce soutien soit explicite ou implicite, soutien que l’ électorat centriste dans son immense majorité ne suivra pas dans le secret des isoloirs .

    La marge de manoeuvre de François Bayrou est étroite mais encore possible , à cette seule condition .

    La balle est désormais dans le camp de monsieur Bayrou qui jouera là son avenir politique , d’autant que d’autres centristes , authentiques ceux là , tels que monsieur De Robien pour ne citer que lui , ne tarderont pas à manifester leur désir de reprendre le parti centriste en mains !

  • Bonjour,

    Effectivement, ce jour le tout sauf Sarkozy semble prendre le dessus.

    Hier soir, peu après 20h00, l’intervention de F. Hollande a été de marteler inlassablement il est le candidat sortant porteur du bilan désastreux.

    Dans les deux cas, un vote de rejet donc, mais le second tentant d’être plus justifié que le premier.

    Reste à voir ce que va être la position du PS avant que Mlle Marie-Ségolène Royal n’en prenne brutalement une autre sans prévenir personne à son habitude, laissant ses acolytes ensuite expliquer et justifier péniblement à tous le pourquoi du comment, et ce qui a été mal compris, et ce qui aurait dû être compris. 😉

    Luc

  • @locke

    Vous avez malencontreusement oublié Mégret dans vos comparaisons avec 2002. Je suis sur qu’il s’agit là d’une omission totalement indépendante de votre volonté. Les adeptes du TSS nous ont effectivement habitué à un tel degré de rigueur et d’honnêteté intellectuelle qu’on vous donnera sans hésiter le bénéfice du doute.

    Par ailleurs, libre à vous de ne pas faire de différence entre Villiers et Le Pen; mais à ce compte-là, il faudrait également intégrer à la droite de la droite de 2002 le score de Christine Boutin et une bonne partie de celui de Jean Saint-Josse.

    Manifestement, vous êtes très déçu de voir l’ensemble FN/MNR perdre 1 600 000 électeurs et 9 points de pourcentage. Mais ce n’est pas en niant les faits que vous parviendrez à faire votre deuil.

  • [quote comment= »15120″]Vous avez malencontreusement oublié Mégret dans vos comparaisons avec 2002. Je suis sur qu’il s’agit là d’une omission totalement indépendante de votre volonté. [/quote]

    Et bien en fait… oui, c’est une omission involontaire.

    Pas pour Boutin qui, si elle est traditionnaliste sur les valeurs, tend à être plus « social » que Sarkozy, donc qui est intégrable à son résultat. Quant à Madelin, cela fait bien longtemps que la droite a oublié le sens (économique) du mot libéral, et Sarkozy ne l’est certainement pas, pas plus que Le Pen. C’est une idéologie qui n’est plus représentée en France.

    Pour Villier, hormis qu’il se réclame de culture de gouvernement (en n’appelant pas à voter Sarkozy, d’ailleurs), dites moi svp en quoi il n’est pas à l’extrême droite, ça m’intéresserais de savoir!

    Donc, pour en revenir à nos moutons, bien vivants dans la baignoire (je sais, c’est facile), il y a effectivement les voix mégret que l’on peut soustraire à l’extreme droite, ce qui porte à 800 000 le nombre d’électeurs ayant choisi Sarkozy après un vote extreme en 2002, les 800 000 autres étant chez Villier.

    Je maintiens donc que c’est très faible compte tenu du discours que la droite a été obligée de tenir pour aller les chercher. Les idées du FN se sont diffusées et je trouve cela vraiment triste, je ne vois pas qui peut s’en réjouir, même à des fins électoralistes.

  • Salut Koz!! On dirait que tu as raison d’être confiant. Un gros mea culpa : prise dans une atmosphère trop parisienne, sans doute, je ne pensais pas que Sarko ferait un aussi gros score. Je pensais que le risque pris par les provocations successives était trop important, et lui coûterait la victoire. Probablement pas. Il a su calculer habilement. Le chef du parti majoritaire à l’Assemblée a réussi à ne pas avoir l’air du « candidat sortant », c’est quasiment miraculeux. Bien joué, et bien joué pour le million de voix piqué à Le Pen Sur le pourcentage, en revanche, je remercie Bayrou à qui on doit la forte participation : c’est grâce au mouvement créé autour de sa candidature que les gens se sont dit que le jeu n’était pas joué, que leur voix comptait.

    Alors donc ils ont choisi. Ils ont choisi le duel annoncé. Mais un bon gros 7 millions, en trois mois seulement, a décidé de croire en une autre histoire. A partir du mois de mars, UMP comme PS ont attaché toute leur attention à renvoyer chacun à son camp, droite contre gauche, à réclamer des débats « clairs ». Ceux de droite ont donc voté à droite. Ceux de gauche ont donc voté à gauche.

    Restent 18.5%. Qui ont voté au centre, sur d’autres valeurs. Et qui maintenant vont se faire draguer. Le 6 mai, tout le monde va voter Bayrou. Le programme de Bayrou.

    Et là, je me marre quand je lis certains commentaires. Gold31, ben voyons. Comment peux-tu croire une seconde ce que tu écris?

  • Désolé, si j’énerve, mais j’aurais quelques questions…

    [quote post= »262″]J’ai trop souvent été du côté des minoritaires pour ne pas confondre majorité et bien-fondé.[/quote]

    A part le TCE, quand n’as tu pas été en phase ? 1997 ? Le Pacs ?

    Que je sache, tu ne te reconnais pas dans la France qui a tout perdu depuis 200 ans, de la France des guerres perdues, des loosers permanents, qui a non seulement perdu la bataille des idées, mais la bataille morale et politique ?

    Moi si.

    [quote post= »262″]Et ce n’est qu’au nom de cette stratégie que j’ai accepté d’être bousculé par sa campagne. [/quote]

    Parceque tu ne serais pas d’accord, avec certaines de ses idées ?

    J’ai plus l’impression que tu n’es pas d’accord avec sa manière de s’exprimer.

    Parceque sur les actes, on ne peut pas dire qu’il ait été très actif, entre ses propos sur lesquels ils disaient avoir régularisé autant de clandestins que Jospin, ses truquages sur les chiffres de voitures brûlées, ses propos sur l’accueil des femmes battues, etc, etc.

    J’ai vaguement l’impression que toutes les références aux traditions, que j’avais saluées à l’époque, ne recouvrent rien ou pas grand-chose, il l’avait affirmé à Villiers…

    En tout cas, sur d’autres sujets, on ne peut pas dire qu’il bouscule des masses, on va pas parler de sujet qui devraient chiffonner les catholiques…

    @ Vincent et Locke,

    Oui, le pays est en crise. Il serait temps de le découvrir.

    Ah oui, et il est également à droite, mais ne vous inquiétez pas, il ne cesse de se déporter à gauche, vous finirez par y arriver, comme d’hab, d’ailleurs.

    Et ne vous inquiétez pas pour les idées, c’est du vernis, au final, vous en serez très contents, vous verrez…

  • locke,

    Libre à vous d’entretenir le sempiternel mensonge selon lequel Sarkozy aurait diffusé les idées du FN. Il n’en reste pas moins que c’est faux.

    Les idées du FN exploitent des constats sociétaux (immigration, intégration, etc.) pour en déduire des solutions anti-républicaines, c’est à dire niant les valeurs de la République, dont je ne vous ferai pas l’affront de réciter la devise. Pensez vous que les électeurs du FN se tournent vers ce dernier à cause des solutions? Non, pas pour la majorité : c’est simplement par la formulation de ces constats qu’ils se sentent représentés. Les solutions sont ensuite envisagées comme une suite logique, puisque Le Pen a(vait) le monopole de l’argumentaire.

    Sarkozy a repris certains de ces constats sociétaux (qui sont des évidences pour tous, pardon de vous l’apprendre) tels que le communautarisme de certaines banlieues, les violences mysogines, etc., et y a apporté des solutions républicaines (plan Marshall 2). Le fait que vous assimiliez un constat lucide à des solutions extrémistes prouve seulement votre faculté de raccourci rhétorique, et votre aveuglement partisan.

  • [quote comment= »15118″]L’EXPLICATION DE L’ECHEC DE BAYROU

    BAYROU AVAIT TOUTES LES CHANCES DE REUSSIR…A CONDITION DE RESTER DANS LA MOUVANCE « CENTRE-DROIT » ![/quote] L’UDF « centre-droit » ça fait 6% (allez, ça aurait peut-être fait 2-3% de plus ce coup-ci), par 18 😉

  • [quote comment= »15131″]A part le TCE, quand n’as tu pas été en phase ? 1997 ? Le Pacs ?[/quote]

    La douleur vous égare.

    Depuis 97, municipales, régionales, TCE, quinquennat, les occasions d’être minoritaire ont été nombreuses.

  • Je ne suis pas d’accord. Les mots ont un sens, et quand on parle d’immigration choisie, on implique que le reste est subi. Quand on dit qu’on n’est pas du côté des fraudeurs, on dit que ceux qui ne pensent pas exactement pareil que soi le sont.

    Qui plus est, il faut voir les actes. Qui a respectabilisé l’UOIF? Nicolas Sarkozy. Qui a fait des charters vers la Roumanie jusqu’à la veille de l’entrée de la Roumanie dans Shengen, uniquement pour faire du chiffre et montrer aux extrêmes sa bonne (sic) volonté? Nicolas Sarkozy.

    On pourrait en citer nombre, des exemples, qui montrent qu’il flirte, au moins dans la rhétorique et dans l’affichage, avec les idées du FN.

    Qu’il soit républicain n’est pas ce que je remet en cause. C’est que la manière compte.

  • [quote comment= »15098″]Et sinon, Vincent, une raison d’adhérer au projet de Ségolène Royal où tout ce qui vous vient naturellement à l’esprit, c’est : pas l’autreeeee ?

    Frednetick : la lucidité, ce n’est pas nécessairement de partager tes opinions.[/quote]

    Parceque bien évidemment tu avais voté pour le projet de chirac. Bien évidemment. 82% pour un projet qui a fait date, soutenu par une approbation massive et un enthousiasme populaire sans faille. A tel point que des centaines de milliers de gens sont descendus dans la rue le soutenir entre les deux tours

    La lucidité ce n’est pas forcément tes opinions non plus.

    Par contre sur le coup, la mauvaise fois…

  • Je ne souhaite pas spécialement défendre Villiers, qui m’agace à bien des égards. Mais Villiers n’a jamais eu les « dérapages » de Le Pen, qui sont d’ailleurs des « dérapages » assumés. Il n’a jamais fricoté avec les tenants du négationnisme. Il ne comporte pas ni ne tolère, en son sein, d’éléments violents. De surcroît, il fait l’expérience des responsabilités. Et nombreux sont ceux qui pourraient s’inspirer de ses méthodes de gestion.

    Bref, je ne vote pas pour lui, et il m’agace avec certaines de ses obsessions. Mais je fais la différence avec Le Pen.

    [quote comment= »15129″]Qui ont voté au centre, sur d’autres valeurs. Et qui maintenant vont se faire draguer. Le 6 mai, tout le monde va voter Bayrou. Le programme de Bayrou.[/quote]

    Tu as raison, Lisette, garde la foi. Mais bon…

  • Encore une fois, ce n’est pas parce qu’il rejoint certains constats de Le Pen qu’il y apporte les mêmes conclusions. L’angélisme de la gauche et d’une partie de la droite durant 30 ans a contribué à laisser à Le Pen un boulevard, qu’hier Nicolas Sarkozy a transformé, seul, en impasse. Je suis fort aise de constater que vous voudriez le rouvrir.

    Concernant ses charters, je voudrais bien que vous m’apportiez la preuve qu’il a expulsé un seul ressortissant étranger en situation régulière. La France est un pays démocratique, à ce titre ses lois sont faites pour être appliquées. C’est le processus inverse qui serait inquiétant.

    En ce qui concerne l’UOIF, il me paraît là aussi sain que le ministre des Cultes veille à ce que chaque religion trouve sa place dans la République. Ce n’est qu’à partir de ce moment là qu’il est possible de demander des comptes en cas de dérive.

  • [quote comment= »15140″]

    La douleur vous égare.

    Depuis 97, municipales, régionales, TCE, quinquennat, les occasions d’être minoritaire ont été nombreuses.[/quote]

    J’entendais les grosses fractures, les grosses défaites à enjeu, et puis de toute façon les défaites de la droite étaient logiques vu leur refus de s’allier avec le FN, ils ne pouvaient s’en prendre qu’à eux-mêmes.

    Et je suis persuadé que dans quinze jours, vous me tiendrez compagnie dans la douleur… 😀

    Ça sera certainement beaucoup plus cruel que pour nous. Au moins, en ce qui nous concerne, nos idées ont circulé…

  • Le programme de Ségolène est bien réel et aussi pro que celui de Sarkosy. Le problème n’est pas là, ne soyez pas puérils. Il y a bien deux mondes qui se confrontes, deux façons de voir les choses, deux façons de réfléchir face à des problèmes de société important, qui doivent être pris à bras le corps. Voir le programme de Sarko de manière utopique comme vous le faites me fais vraiment peur ! Est-ce un manque d’intelligence ? Je ne pense pas (et ç’est ça l’effrayant).

    Koz j’aimerais bien te voir en vrai, voir ton statut, tes origines, ton environnement, pour comprendre….

    Tu es frustré ? Un rebeu t’as tapé au collège quand tu étais petit ? Plus sérieusement, Sarkosy est un homme dangereux dans le fait qu’il est avide de pouvoir, il change son comportement en fonction du pouvoir qu’il détient. C’est un homme qu’il ne connaît pas le dialogue, l’échange, il pense à la vérité unique… Cet homme est un danger pour la nation, c’est un BUSH numéro 2

  • Trois raisons de voter Nicolas Sarkozy au deuxième tour :

    1. D’abord parce qu’il porte des valeurs sûres. Sur la vision de la France, sur la revalorisation du travail et la liberté d’entreprendre, Sarkozy porte les principes qui font l’identité de la droite et même du centre-droit. On souligne trop peu combien sa victoire sonnerait aussi comme une victoire sur une certaine idéologie issue de mai 68 :

      • la victoire des valeurs sur le relativisme
      • de la liberté et de la responsabilité sur l’esprit d’assistance
      • de l’autorité sur l’absence totale d’interdit
      • du patriotisme sur la repentance.
    2. Ensuite parce que ses idées sont celles dont le pays a besoin. A force d’entendre tous les candidats se saisir de questions similaires, on a peut être oublié d’étudier dans le détail leurs propositions. Or sur la dette et la réforme de la fonction publique, sur les prélèvements obligatoires, sur l’emploi, sur la politique de défense, bref, sur l’essentiel des sujets qui engagent le pays, tout est dans son projet.

    3. Enfin parce qu’il a la capacité de diriger la France. Pour reprendre les mots de Nicolas Baverez, il est à la fois le mieux préparé et le plus construit des candidats, mais aussi celui qui offre les meilleures garanties de disposer d’un gouvernement et d’une majorité stable.

    Bayrou, lui ne pense qu’à une chose, maintenant, céer un troisième grand parti, il a pourtant bien dénigrer les deux autres grands partis.

    La seule chose qui compte; pour lui, à ce jour, c’est diviser pour essayer de régner !!!…

    En ce qui concerne le P.S., après le discours très…dynamique…de Ségolène, une femme libre, les 100 propositions se résument toujours à TSS, TSS, TSS etc…,etc…

    Mais attention, pour Nicolas Sarkozy ce n’est pas encore gagné, les gauches vont se réunirs pour taper encore plus fort sur lui, le dénigrer et faire en sorte d’essayer qu’il fasse encore plus peur par tous les moyens à leur disposition, il y a eu la Gare du Nord, attention aux suivantes, c’est le seule programme qu’ils aient…et en commun.

  • >Polydamas

    Peut-être, peut-être pas… Advienne que pourra.

    Et sinon, en guise de grosse facture, les municipales et les régionales se posaient là, pour les ptits gars de la droite. Et pour l’enjeu, le quinquennat et le TCE n’ont pas à rougir.

  • [quote comment= »15150″]Koz j’aimerais bien te voir en vrai, voir ton statut, tes origines, ton environnement, pour comprendre….

    Tu es frustré ? Un rebeu t’as tapé au collège quand tu étais petit ? [/quote]

    Je ne suis pas disposé à tout admettre ici. Sauf à illustrer l’esprit profondément républicain qui anime les partisans de Ségolène Royal…

  • Lisette, tu veux que je te dises ? Je crois que Bayrou doit se poiler comme pas permis ! Il est dans la (presque) meilleure position possible : en arbitre. En fait, c’est comme la coupe du monde de foot, mieux vaut gagner la petite finale que perdre en finale (bon, ok, mon image elle est toute pourrie).

    Tout le monde va lui faire les yeux doux :

    « Nico tu m’apportes le café ? On dit chef oui chef là ! Putain mais y a rien à en tirer de celui là » « Ségo, ségo, mais non mais là tu vois bien que tu t’es vautrée hier, non ? » « Bon allez popopop, on s’met au boulot là ! Quoi qu’est ce que tu dis Nico ? Comment j’crois qu’j’ai mal entendu ? Je suis un quoi ? Ségolène c’est pas beau de dénoncer ton petit camarade. Mais non il est pas caca boudin »

    Et toi Lisette, tu le sents comment le rôle d’arbitre de FB ? Sinon tu veux un café 🙂 ?

  • Paris est tellement loin de représenter la France profonde, il n’y a qu’à regarder les scores du réferendum sur le TCE. Il faudrait envoyer les journalistes (et les bloggeurs) à la campagne avant les élections.

    Le TSS est une stratégie stupide. Prétendre que NS serait une sorte de « danger » ça ne fait bander qu’une poignée de bobos qui regardent les guignols sur canal en fumant des pétards. Des pseudos-révolutionnaires en herbe qui, du fond de leur canapé, se croient investis d’une mission républicaine. Et j’allais oublier les étudiants encore tous frais – tous roses, qui changeront d’avis après 5 ans de boulot (ou de recherche de boulot).

    Sérieusement, Sarko devrait annoncer Borloo premier ministre, il rallierait à sa cause tous les bande-mous qui ont voté pour Bayrou. Et peut-être même que ce serait pas mal pour la France, vu le bilan délirant de Borloo à Valenciennes en quelques années (chômage divisé par deux, notamment).

  • Et Sarko en tête chez les moins de trente ans comme chez les nouveaux inscrits, c’est pas la nique à ceux qui fantasmaient sur les « mobile only » ou sur la haine anti-Sarko de la jeunesse ?

    Décidemment, les Français sont bien plus pragmatiques que ce qu’on veut faire croire. Bien moins conservateurs ou idéologues que les autoproclamés faiseurs d’opinions.

    Ils ont banané le TCE parce qu’on leur avait présenté un non choix. Là, ils ont saisi les véritables choix qui leur étaient proposés. C’est bien.

    J’espère une campagne de second tour sur les fondamentaux des projets, la compétence et la crédibilité.

    J’espère aussi, au-delà, une force démocrate constructive qui saura appuyer les nécessaires réformes, ambitieuses mais douloureuses, tout en sachant aussi tempérer certaines ardeurs excessives…

    Sans déraison, je suis content. Place à la dignité et à la mobilisation constructive.

  • [quote comment= »15154″]Il est dans la (presque) meilleure position possible : en arbitre.[/quote] Je pense que vous vous trompez complètement, Bayrou n’a aucun pouvoir d’arbitrage, ses électeurs ne sont pas des moutons qui attendent sagement une consigne de vote… A mon avis là il doit être en train de préparer les législatives 😮

    [quote comment= »15156″]il rallierait à sa cause tous les bande-mous qui ont voté pour Bayrou.[/quote] claaaaaaaasse ! vous êtes allé prendre des cours de rhétorique du coté de l’extrême gauche ou de l’extrême droite ?

  • Ouais… Je vais me faire draguer pendant 15 jours par des tas de militants PS et UMP, je pourrai choisir les plus beaux pour faire le ménage chez moi. Le pied!!

    Faut que j’en profite, avant que ce soit de nouveau le bordel.

    Koz me recommande de garder la foi, je ne sais pas s’il se rend compte à quel point cette expression est juste.

    Ma famille d’idées a survécu dispersée dans notre histoire politique réçente, mais elle s’est maintenue. François Bayrou, depuis le début, a la conviction que le centrisme, la démocratie sociale, appelez ça comme vous voulez, continue d’exister dans l’esprit d’une partie de la population qui ne se satisfait que partiellement de l’offre politique traditionnelle de la Vè. Il pense qu’on peut incarner cette famille de pensée dans un parti, pour lui donner les moyens de peser vraiment sur le destin de notre pays. Connaissez-vous une ambition plus noble que de croire en un idéal pour son pays? En avez-vous seulement une autre, gens de gauche comme de droite?

    L’idéal auquel je crois pour mon pays a été oublié si longtemps que beaucoup rient quand on parle de centrisme. Nous parlent d’échine dorsale, de « vrai choix » de « clarté » (alors oui, je ris quand je les vois tous converger vers le centre, et tenir le même discours)

    Bayrou, en trois mois, il n’a pas pu changer toute la vie politique de notre pays. C’était un pari de croire en ce que proposait cet homme, qui vient d’un parti traditionnellement affilié à la droite. L’indépendance, qui pouvait y croire? Plus de 6 millions de personnes, je vous prie.

    Je ne crois pas que Bayrou rigole en fait. Toute sa vie politique a été consacrée à la recomposition d’une famille politique. Il est en train d’y arriver. Ca ne va pas être simple dans les mois à venir, mais il nous a mené à un point que nous n’aurions jamais cru atteindre autrement. C’est désormais possible.

    Ce n’est pas de l’amusement, london. C’est une très grande, une immense émotion. Je viens d’une terre de l’ouest où on a jamais oublié ces idées-là. Nous sommes peu nombreux à porter une histoire familiale aussi liée au centrisme, mais pour des gens comme moi, il y a énormément de fierté dans tout cela, et le souvenir des anciens qui y ont cru. Ca vous fait peut-être sourire, vous ne pouvez pas vous rendre compte. J’ai un peu l’impression d’avoir détourné le cours du Couesnon, et enfin récupéré le Mont St Michel. « La politique ne sera jamais plus comme avant »

    Et moi… (alanguie dans le canapé) pfff… mais qu’est-ce que je vais faire… (pas trop sucré le café, merci)

  • Bon désolé Lisette, j’ai peut être été un gros lourd compte tenu de ton émotion (entre la joie et la fanfaronade il n’y a souvent qu’un pas). Donc mea culpa. En tout cas, comme il a été dit sur un autre billet de Koz, son discours a été classe hier. Et il a une bonne chance de peser sur la vie politique (n’était ce pas son objectif premier ?).

  • Lol, london, j’ai emmagasiné de la confiance (politique) pour longtemps je crois. Après un petit passage à vide hier soir, seule UDF dans mon bureau de vote, entourée d’UMP et de PS. 😀 J’ai été parfaitement digne!

  • Tout peut devenir possible, en effet : Sarkozy et Le Pen vont développer notre économie.

    Encore plus de rafles d’étrangers en situation irrégulières, les centres de rétention vont déborder, le trafic aérien pour Pekin, Bamako ou Kaboul exploser. Très bon pour Air France.

    Les peines planchers pour les récidivistes. Plus besoin de juges, il va falloir construire des centaines de nouvelles prisons. Très bon pour Vinci et Boygues.

    L’ADN de toute la population va être fiché. Excellent pour IBM.

    Plus de limitation de la semaine de travail, des heures sup en veux-tu en voilà, défiscalisées et sans cotisations. Là c’est tout les patrons qui applaudissent, ils n’auront même plus besoin d’embaucher !

    Privatisation de la poste, de la RATP, la SNCF, de GDF, EDF, la sécurité sociale, des routes. Un truc à nous envoyer le CAC40 à 10000, ça, monsieur. Jean Pierre Gaillard a les yeux qui brillent.

    Multiplication des cadeaux fiscaux pour l’embauche d’un emploi de service : femme de ménage, cours particulier, chauffeur, cuisinier. Les bourgeois de Neuilly vont pouvoir continuer à se faire payer leurs larbins par les smicards de Créteil. Si ça n’est pas de la solidarité, je ne m’y connais pas.

    Contrôle total par le ministre de l’intérieur des communications téléphoniques et internet. Finis les blogueurs irrespectueux, les logiciels libres, les forums de libre expression. Bonjour Loic Lemeur et Bill Gates.

    Mise en place d’une franchise sur les remboursements de sécurité sociale. 30% des Français ne seront plus remboursés. Les faibles revenus ne vont plus se soigner. Laissons la santé aux vrais professionnels : Axa, Allianz, Générale de Santé, Sanofi-Aventis.

    Réformer la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905. Parce qu’on sait bien que la croyances religieuses est un des meilleurs outils de contrôle des masses. Avec la télévision. Mais le contrôle de la TV par les amis de Sarko, c’est déjà fait.

    Tolérance zéro pour les crimes et délits (sauf pour prise illégale d’intérêt et corruption lors de l’achat d’un duplex sur l’île de la Jatte par le maire de Neuilly).

    UMP, UMP, 5 more years ! 5 more years !

  • Lisette, si vous avez sincèrement cru à la campagne de Bayrou, vous sentez bien que ce n’est pas un Sarkozy qui peut porter un tel projet de rassemblement et d’impartialité. Avec Ségolène, l’espoir reste permis. Réfléchissez bien…

    En plus, pour la chute de l’histoire, l’UDF force d’appoint de l’UMP, cela aurait quelque chose de réchauffé, peu en phase avec la « rupture » portée par Bayrou tout au long de la campagne. Avouez que ce serait quand même plus nouveau et plus moderne une UDF passant un contrat de gouvernement avec le PS après les législatives…

  • Bayrou s’est lui même dit à la fois de droite et de gauche (Cf son discours à Bercy). Il a ratissé tout ce qu’il a pu et beaucoup de gens l’ont cru, grand bien leur fasse. Pour moi Bayrou n’est qu’un opportuniste ambitieux qui a poursuivi une stratégie du centre-gauche pour piquer des voix à Ségolène, mais qui en a pas piqué assez.

    Nous ne sommes pas en Allemagne, pays du consensus, mais en France, pays binaire et anachronique dans lequel on croit encore à la lutte des classes. Il y a qu’a voir la véhémence des propos de part et d’autre. Les électeurs de Bayrou qui voulaient un changement de société iront donc chez Sarkozy, les électeurs de Bayrou qui appréciaient sa dérive à gauche iront chez Royal.

    Excuse moi, Jeff, mais tu trouve que Lang, Fabius, Chevènement et companie sont « modernes » ??? Au moins à l’UMP c’est pas le cimetiere des éléphants.

  • [quote comment= »15190″] Au moins à l’UMP c’est pas le cimetiere des éléphants.[/quote]

    avec le réchauffement climatique, j’aurais plutôt écrit le dégel des mammouths…

  • J’ai quand même l’impression que personne n’a expliqué comment le chef du parti au pouvoir depuis 5 ans, entouré d’une équipe qui a cumulé les leviers exécutifs et legislatifs, et dont certains membres sont magistrats, comment ces gens qui dirigent le pays depuis 5 ans (avec les résultats qu’on voit actuellement) vont tout à coup le diriger d’une manière différente pour les 5 ans à venir. La question semble n’avoir jamais été posée. Evacuée, même elle a été.

    Et koz n’y a jamais vraiment répondu…

  • @ boulu

    commence par nous expliquer le programme de « combat » de Mlle liberté (libre, libre, libre seulement de suivre les diktats du politbureau) compte mener avec les Trokystes Besancenot, laguiller, et le dernier il me tape trop sur le système après ses nombreux passages à la TV et les communistes de mme Buffet.

  • alex, je ne te demande pas de me parler de ça, bon sang, essaie de sortir de tes réparties de militant au rabais. J’ai posé une question simple pourtant.

    (Tout aussi stupide était le discours de Royal expliquant que son élection allait provoquer un souffle d’enthousiasme qui entraînerait la croissance, et tout le reste à sa suite.)

    Je reprends donc : Sarkozy est le président du parti au pouvoir depuis 5 ans en France, ceux qui l’entourent sont ministres ou ex-ministres, députés de l’actuelle majorité, qui gouvernent le pays depuis 5 ans, et il fera son gouvernement avec eux.

    Autrement dit, les gens qui dirige actuellement promettent que ça va changer, mais que ne l’ont-ils fait avant ? Et pourquoi feraient-ils maintenant ce qu’ils n’ont pas fait depuis 5 ans ?

    Je n’ai JAMAIS lu de réponse à cette simple question, ni ici, ni ailleurs, ni dans leurs propres discours (tout occupés qu’ils étaient à faire oublier qu’ils étaient les sortants).

  • Pfouou… Dieu sait que je n’aime pas les injonctions. Et que je doute que tu ais cherché attentivement. Comme je sais qu’une tentative de réponse sera de toute manière inutile. Mais (i) Nicolas Sarkozy n’était ni président ni premier ministre ces 5 dernières années, ni spécialement en odeur de sainteté à Matignon et à l’Elysée, (ii) la personnalité d’un homme peut changer beaucoup au travail d’une équipe, (iii) il n’a pas exactement les opinions du grand Jacques.

    Bon, maintenant, vous allez répondre alternativement (i) j’y crois pas, (ii) tu parles, il était responsable de tout et d’abord il avait le parti, (iii) la seule évolution vraie c’était José/Jean-Marie, (iv) Sarkozy c’est juste Chirac en plus jeune.

    Voyez, je crois que, même pas entamé, ce débat – mené plusieurs fois, mais que vous avez raté – me lasse déjà.

  • @boulu

    en voyant ton unique préoccupation actuelle je doute fortement que tu sois à même de comprendre que certaines politiques économiques mettent 4 ans ou plus à commencer à produire les effets positifs escomptés en passant par une phase négative, et ceci sans même aborder le problème que dans un parti démocratique cela passe au préalable par une reconnaissance et un mandat donné par la nation pour pouvoir donner un changement d’orientation important à des politiques sociales, économiques, sociétales.

  • Oui Koz, j’ai aussi l’impression d’avoir mené ce débat 500 fois. Mais il paraît que la pédagogie c’est 80% de répétition…

    Il est possible de rajouter que Nicolas Sarkozy a toujours eu une vision différente de la politique de Jacques Chirac (d’où son engagement balladurien de 95). Guaino confiait que Chirac avait une vision de la politique plutôt « passiviste », du genre « incitative », quand Sarkozy croit lui en l’action et à la construction directe.

    Le fait que Sarkozy ait accepté de travailler pour un gouvernement qui n’était pas exactement celui qu’il aurait aimer diriger prouve avant tout sa loyauté envers son camp, qu’il n’a pourtant jamais exprimé au détriment de sa liberté. Ce que Bayrou et Ségolène Royal n’ont jamais su concilier.

    Koz, as-tu entendu Besson ce soir à Dijon? Il a confié que la stratégie de diabolisation de Sarkozy remonte à l’automne 2006, car l’incapacité de SR à être crédible en tant que présidente crevait déjà les yeux de tous au PS…

  • [quote comment= »15215″]Koz, as-tu entendu Besson ce soir à Dijon? Il a confié que la stratégie de diabolisation de Sarkozy remonte à l’automne 2006, car l’incapacité de SR à être crédible en tant que présidente crevait déjà les yeux de tous au PS…[/quote]

    Utile transfuge. Mais non, je ne l’ai pas entendu. Encore au taf’ (si je puis dire). C’est passé où ?

    J’ai trouvé ça, cela dit, donc j’extraierais ceci :

    « Le député de la Drôme, qui a claqué la porte du PS fin février après un désaccord sur le chiffrage du projet de Ségolène Royal, a expliqué que son ralliement à M. Sarkozy n’était « pas accidentel ». Citant le discours qu’il avait prononcé le 19 novembre 2005 au congrès du PS au Mans, il a rappelé son attachement à la « notion fondamentale d’équilibre entre droits et devoirs ». »
  • En effet Koz, et en plus il va falloir s’habituer pour longtemps a etre dans la majorite car l’UMP va etre au pouvoir pour les 20 prochaines annees, et sarko pour probablement 10 ans (les presidents sortant sont reelus) :

    Le FN permettait a la gauche de gagner un grand nombre de sieges aux legislatives, sa disparition est desormais un severe handicape pour la gauche.

    il serait bien que la gauche cree un shadow minister, ca leur permettrai de rester dans le coup.

  • J’ai vu à l’instant Mr Hollande sur TF1, qui après la synthèse du Mans nous propose une synthèse de l’extrême gauche et du centre (droit), tout en affirmant qu’il n’appelle pas à un vote de rejet, tout en martelant la logique du TSS.

    Dans le même temps, Nicolas Sarkozy prône l’ouverture, non vers les appareils, mais vers le peuple français. Il manifeste le plus grand respect pour tous, et comme je l’espérais, il parle aux français face à face.

    Quant aux accusations de sympathies frontistes, je les balaye du revers de la main. Une preuve exemplaire: le ralliement de Benard Tapie, qui en son temps avait dit « Si Le Pen est un salaud, ceux qui votent Le Pen sont des salauds. » Et quid de la discrimination positive, du CFCM, du vote des étrangers aux élections locales? Sont-ce là des propositions frontistes?

    Il développe une idée de la Nation ouverte, généreuse, mais aussi exigeante.

    Il est dangereux? Il a rencontré George W. Bush? Lui n’a pas discuté, et acquiecé à leurs propos, les représentants du Hezbollah, qualifiés par Lionel Jospin lui-même de terroristes.

  • C’est dramatique de voir qu’après 5 années d’UMP, les français mécontents soient en transe devant le petit Nicolas, fils spirituel du Grand Jacques, qui nous promet un copier-coller. Une rupture ? Laquelle ? Fillon, Borloo, Bertrand – sans doute le pire ministre de la santé depuis un bon bout de temps, chouette idée de choisir un assureur ! – sans oublier l’innénarable Douste-Blaireau : c’est ça, la rupture ? La droite française a bon goût.

    La différence notable, cette fois-ci, c’est que Sarkozy a choisi pour se faire élire – comme le souligne Koz – de prendre des voix au Front National. Mais il n’a pas ramené le vote d’extrême droite vers une droite plus modérée – il a choisi de faire pratiquer à l’UMP un sévère virage à droite. Pas besoin de mentionner des exemples, je ne parlerai pas de baignoires, non … Lorsque le premier parti de France popularise volontairement ces idées nauséabondes à des seules fins électoralistes, il y a de quoi s’inquiéter. Ce phénomène du retour des idées extrêmistes touche toute l’Europe ; en France, la patrie des droits de l’homme comme on ne le cesse de le seriner, Nicolas Sarkozy a choisi de suivre le mouvement au lieu de chercher à le combattre. Pour le 2 mai, bien sûr, parce que c’est essentiel de transformer un « vote contestataire » en « vote constructif » …

    Pour finir, les militants droitteux adorent pointer du doigt la prétendue incompétence de Ségolène Royal, mais détestent s’intéresser au bilan de leur poulain. Pourtant, il y a de quoi dire, mais il parait que la gauche refuse le débat …

    Bref, écoeuré par cette campagne, par ce premier tour, par ce candidat grotesque qui fait passer tellement de mensonge qu’il fait passer à la mauvaise foi de ses militants une épreuve du feu. Si vous avez la foi en Nicolas, lisez le supplément dédié à Nicolas Sarkozy sorti dans Charlie Hebdo cette semaine. Ca ne vous posera aucun problème d’apprendre par exemple que Sarkozy a gelé les crédits du seul organisme indépendant de surveillance de la police. 3 €, argumenté ET drôle, pas cher, et comme le dit Val dans l’édito : le but du hors série « est clair : vous faire voter Sarkozy, mais en connaissance de cause. »

    De Koz ? Au passage, bravo pour votre blog – même si je ne partage pas vos idées – qui a pour qualités d’être bien écrit et documenté.

  • @Koz : Ouais, enfin on peut pas laisser de côté comme ça le fait que Sarko ait été président du parti majoritaire à l’Assemblée. Je sais bien que Chirac le déteste, n’empêche : pourquoi il a pas pris le pouvoir en 2004 Nicolas? L’UMP venait de se prendre une claque aux régionales, lui venait de gagner sa légitimité au parti…

    Il n’a pas voulu pour ne pas risquer de perdre cette année, et tant pis pour sa fameuse volonté de réformer la France. Quand il critique l’immobilisme de ces dernières années, ça me fait quand même un peu rigoler. (mais je suis bien contente qu’on soit pas allés en Irak donc heureusement que NS est un politicien retord)

    Non mais en fait ce qui me fait le plus marrer, c’est Juppé et Hollande ce soir sur TF1. Juppé avec le pôle centriste et le pôle de gauche de l’Assemblée. Même PPDA il a eu du mal y croire. Je croyais que ça pouvait pas marcher ce genre de chose en France? Juppé qui croit qu’on l’agresse sur la personnalité du candidat quand la question est tout à fait sur autre chose (parano?) Et Hollande, ah Hollande. Venu défendre l’idée que François Bayrou avait un putain de bon programme et qu’il devait venir défendre ses supers idées avec Ségolène. Pauvre Hollande. C’est dur.

    Bon, pour Jeff je vais poser les choses tout de suite parce que c’est pas dit que tout le monde aille lire mon blog ici : Je voterai pas Sarkozy, la seule question qui se pose est de savoir si je pourrai voter Royal. Parce que pour le moment, j’ai envie de voter blanc, mais ça ça veut dire Sarkozy, au final…

  • Chère Lisette, c’est toujours plaisant d’entendre des bayrouistes parler de parano, c’est un peu comme si Einstein parlait de relativité, en somme : ils sont en terrain connu 😉

    Que vouliez vous que fasse Sarkozy en 2004? Un coup d’Etat? Vous n’avez point souvenir du fameux « je propose, il exécute » de Chirac? N’auriez vous pas été la première à critiquer son manque de respect des institutions républicaines s’il avait ouvert sa bouche un peu trop fort?

  • @lisette

    désolé de vous rappeler que si l’UDF s’est retrouvé au bord du gouffre il y a quelques années, c’est suite aux alliances douteuses réalisées au terme des régionales de 1998. Constituer un executif au delà du clivage des partis? Beaucoup en ont déchiré leur carte.

    Sinon, les socialistes de Valence ont des efforts de cadrage à faire. A quand la coupure de courant? (cf retransmission du meeting de SR sur i-Télé). Je vais tenter de suivre sans sombrer…dans l’ennui ou un fou-rire.

  • Ah mais non, tu confonds, Damoclès! La parano, c’est quand il n’y a rien. Là, par exemple, PPDA il a pas agressé Sarkozy (surtout pas!), c’est Juppé qui s’est fait une petite flippe tout seul comme un grand. Alors que quand Bayrou gueule parce que Colombani trouve que le centre c’est pas démocratique vu que y’a que droite/gauche qui est démocratique, il a raison. Il y a eu attaque. S’pas. Mais ne revenons pas sur ces douloureux sujets, nous avons perdu, et maintenant Nicolas Sarkozy n’est pas à droite, il est à gauche avec Besson. Ce qui est d’une immense clarté politique, heureusement que la démocratie ça sert à ça hein.

    Oui j’aurais préféré que Sarkozy y aille « en force » en 2004. Tout le monde l’attendait. C’est pas un coup d’Etat, c’est ne pas voter la confiance, c’est prévu par les institutions. Je rappelle que l’UMP s’était pris une dégelée aux régionales, c’était tout à fait légitime de vouloir changer de premier ministre. C’est Chirac qui n’a pas respecté les institutions républicaines (ce fut un des signes d’agonie de la Vè, à mon avis)

    A cette époque, je pensais encore « il faut que quelqu’un fasse qqch ». Qui que ce soit, mais qqch. Je suis pas à droite, j’ai voté à droite aux législatives pour que qqn tente qqch dans mon pays. Bon, en 2004 j’ai compris que c’était pas comme ça qu’on allait y arriver.

  • @aurélien : attention à ne pas confondre, cher ami. Il va vous falloir réviser votre histoire. C’est précisément lors des régionales de 98 que Bayrou a commencé à se distinguer de gens comme Millon, par exemple.

    Les gens de l’UDF de l’époque sont maintenant… à l’UMP. Idem pour ceux des caisses noires, etc, etc… J’arrête là, sinon je vais parler de Tapie.

    Les alliances, nous on peut plus hein, on a perdu. Enfin je crois. C’est vous qui voulez faire des tas de pôle du centre et de gauche…

  • Si Sarkozy avait fait cela, Lisette, il aurait perdu toute chance de rassembler son camp. Il aurait divisé la droite, perdu Chirac, Villepin, MAM, Borloo, Juppé (qui aurait fait sa parano ce soir?), pour ne citer qu’eux. Et vous seriez bien entendu radieuse, parce que le 2nd tour opposerait Bayrou à Le Pen.

    Sinon ce n’est pas Sarkozy qui est à gauche, c’est Besson qui vote contre Royal, sur la base d’affinités en matière de conception politique de problèmes économiques majeurs avec Sarkozy. Nuance.

  • @lisette: il demeure que la logique reste la même, de même que le parti.

    En Autriche, gouvernée par une grande coalition, le modèle de Bayrou, durant ses négociations avec le SPO de Gusenbauer (socialistes), Schüssel (droite) s’est permis de rencontrer le leader du FPO (extrême-droite).

    Oui, c’est ça la logique de la coalition, prônée par Bayrou, et qui, je reste ferme là dessus, a amené aux executifs UDF soutenus par les élus du FN. Mais soit, tout celà est derrière nous puisque nous sommes au lendemain du premier tour de scrutin.

    Et surtout, Bayrou a passé plus de temps à fustiger les média qu’à parler d’Europe. Impardonnable pour un candidat UDF, selon moi.

  • [quote comment= »15142″]Je ne suis pas d’accord. Les mots ont un sens, et quand on parle d’immigration choisie, on implique que le reste est subi. Quand on dit qu’on n’est pas du côté des fraudeurs, on dit que ceux qui ne pensent pas exactement pareil que soi le sont. [/quote]

    Ce que tu oublies, c’est que pour ces gens là l’immigration EST subie. L’immigration de main d’oeuvre peu qualifié touche vraiment les plus bas de l’échelle. quand tu est maçon est on laisse venir quelqu’un de mois cher que toi, tu perds ton taffe.

    La droite, comme la gauche impose l’immigration sans débat démocratique depuis 40 ans, et celui qui dit « mais …  » se fait traiter de raciste. Si Sarko passe c’est la première fois qu’un dirigent aura un mandat pour l’immigration. Effectivement, ses gens là ont voté POUR l’immigration!

    Par ailleurs, étant de gauche, je trouve qu’il ne que juste et solidaire que les classes moyennes participe à l’effort d’acceuil de nouveaux habitants de la France. Jusqu’ici ils l’imposaient uniquement aux pauvres, tout en leur interdisant de se plaindre. Et après on s’étonne qu’il votaient Le Pen …

    Pource qui est des fraudeurs, le PS est tombé droit dans le panneau, il suffisait dire dire « Nous condamons fermement des comportements illegaux, mais nous disons que les arrestation doivent se faire dans le respect des personnes. Ils ne l’ont pas fait. Dray à dit que les mecs qui on jeté un pot de 40kg sur les flics étaient « des habitants en colère »

    Et j’avoue que j’ai plein d’amis à gauche qui trouvent parfaitement normal de frauder.

  • les médias ont tendance à oublier que les français sont des descendants d’Astérix…et que, quand on essaie de trop insister sur ce qu’ils doivent faire, en l’occurence, TSS,…ils font le contraire ! La lecture des blogs anti-sarko est dégoulinante de haine bien-pensante et c’est tout à l’honneur de ses partisans de ne pas tomber aussi bas ; chapeau à NS pour son message sur le respect, dès hier soir, mais sera-t-il entendu ? Je crains que non, en tous cas à gauche mais je ne suis pas sûre que cette stratégie leur réussisse mieux au second tour qu’au premier. En tous cas, je l’espère ! Il faut donc tenir bon sur les idées et le programme et laisser les diatribes aux adversaires…

  • @aurelien : Bayrou a parlé de l’Europe qu’il voulait à chacun de ses discours, chacun de ses meetings. Mais ce thème est resté inaudible. Chacun des sujets abordés par Bayrou se voyait au prisme d’un engagement européen de la France. Ne t’inquiète pas pour notre engagement européen.

    Pense plutôt au fait que ton candidat trouvait qu’il ne fallait pas faire de référendum sur le prochain traité (ce que Bayrou a martelé), et que maintenant il va devoir « changer d’avis ». Ou bien « évoluer ».

    Je parlais de coalition avec le PS, dans le cas IMPROBABLE où Ségo nous proposerait un poste de premier ministre. Improbable et impossible, tant que le PS ne s’est pas dégagé de ses alliances avec son extrême gauche archaïque. Inutile, quoi. Une certaine UDF s’est compromise avec le FN, au sein de coalitions de droite, effectivement. Certains en ont déchiré leurs cartes, et c’est là que se sont fait les premières scissions au sein de l’alliance UDF-RPR. L’UDF de Bayrou est sur une ligne d’indépendance, et de non compromission avec les extrêmes. C’est même le fait d’être indépendant, qui nous permet de proposer des alliances avec des gens de gauche et de droite modérées, sans avoir besoin d’aller vers les extrêmes. Les extrêmes, ce sont vos affaires à vous, qui êtes en finale.

    @damocles : tu as bien raison, et c’est bien ce que je dis : Sarkozy est un très habile politcien, c’est un compliment, c’est une qualité nécessaire à un président de la République. Néanmoins, à l’époque (tu es obligé de me croire sur parole) c’est la démocrate en moi qui a souffert de cette anomalie. Je n’ai pas dit non plus que Sarko est à gauche : je dis que Bayrou, quand il proposait des alliances avec des « personnalités » de droite et de gauche, Koz ici même trouvait que c’était à se plier en deux de rire, et tout le monde de même… Bon, je constate que ce n’était pas si drôle que ça. Et le coup du « pôle de gauche » et du « pôle centriste », c’est pas moi qui l’ai inventé ça. Encore une fois, quand on a fait campagne sur la clarté nécessaire à donner au clivage droite/gauche, ça me fait un peu rigoler. Et comme j’ai perdu, s’pas, je me prive pas de le dire un peu partout : je ne suis plus soupçonnée d’être partisane!

    Au passage, je comprends mal, ou vous venez de dire qu’un homme de gauche a des convergeances de vues économiques avec un candidat de la droite décomplexée? Qu’est-ce à dire? Que le clivage droite/gauche n’est plus si clair qu’il fut et relève de la propagande électorale, que l’on peut jeter aux oubliettes dès qu’on est élu? Que finalement, tout ça c’est des histoires de partis qui sont des machines à mettre des gens au pouvoir successivement, mais qui sont en fait constitués de gens qui sont très susceptibles de mener des politiques en commun?

    Mais alors… mais alors… Bayrou avait raison. (moi je suis contente hein ne vous méprenez pas, je ne joue pas un poste, je me bats pour mes idées. Je les vois monter dans l’opinion, je suis contente… enfin, ça va pas durer longtemps, vous allez pas tarder à vous tomber dessus les uns sur les autres)

  • [quote comment= »15161″]Ouais… Je vais me faire draguer pendant 15 jours par des tas de militants PS et UMP, je pourrai choisir les plus beaux pour faire le ménage chez moi. Le pied!!

    Faut que j’en profite, avant que ce soit de nouveau le bordel.

    Koz me recommande de garder la foi, je ne sais pas s’il se rend compte à quel point cette expression est juste.

    Ma famille d’idées a survécu dispersée dans notre histoire politique réçente, mais elle s’est maintenue. François Bayrou, depuis le début, a la conviction que le centrisme, la démocratie sociale, appelez ça comme vous voulez, continue d’exister dans l’esprit d’une partie de la population qui ne se satisfait que partiellement de l’offre politique traditionnelle de la Vè. Il pense qu’on peut incarner cette famille de pensée dans un parti, pour lui donner les moyens de peser vraiment sur le destin de notre pays. Connaissez-vous une ambition plus noble que de croire en un idéal pour son pays? En avez-vous seulement une autre, gens de gauche comme de droite?

    L’idéal auquel je crois pour mon pays a été oublié si longtemps que beaucoup rient quand on parle de centrisme. Nous parlent d’échine dorsale, de « vrai choix » de « clarté » (alors oui, je ris quand je les vois tous converger vers le centre, et tenir le même discours)

    Bayrou, en trois mois, il n’a pas pu changer toute la vie politique de notre pays. C’était un pari de croire en ce que proposait cet homme, qui vient d’un parti traditionnellement affilié à la droite. L’indépendance, qui pouvait y croire? Plus de 6 millions de personnes, je vous prie.

    Je ne crois pas que Bayrou rigole en fait. Toute sa vie politique a été consacrée à la recomposition d’une famille politique. Il est en train d’y arriver. Ca ne va pas être simple dans les mois à venir, mais il nous a mené à un point que nous n’aurions jamais cru atteindre autrement. C’est désormais possible.

    Ce n’est pas de l’amusement, london. C’est une très grande, une immense émotion. Je viens d’une terre de l’ouest où on a jamais oublié ces idées-là. Nous sommes peu nombreux à porter une histoire familiale aussi liée au centrisme, mais pour des gens comme moi, il y a énormément de fierté dans tout cela, et le souvenir des anciens qui y ont cru. Ca vous fait peut-être sourire, vous ne pouvez pas vous rendre compte. J’ai un peu l’impression d’avoir détourné le cours du Couesnon, et enfin récupéré le Mont St Michel. « La politique ne sera jamais plus comme avant »

    Et moi… (alanguie dans le canapé) pfff… mais qu’est-ce que je vais faire… (pas trop sucré le café, merci)[/quote]

    C’est magnifique, j’ai les larmes aux yeux.

    Je suis centriste de gauche, et si pour vous il y a peu d’espace, pour nous c’est encore pire. Il n’y a carrément pas de place pour nous. Si tu savait combien de fois on m’a dit « Vas chez Bayrou » au PS.

    Bayrou c’est un grand politicien et fait honneur à la France.

    C’est trop bon d’être arbitrer par des mecs comme lui.

    There’s a place for us, Somewhere a place for us. Peace and quiet and open air Wait for us Somewhere.

    There’s a time for us, Some day a time for us, Time together with time spare, Time to learn, time to care, Some day!

    Somewhere. We’ll find a new way of living, We’ll find a way of forgiving Somewhere . . .

    There’s a place for us, A time and place for us. Hold my hand and we’re halfway there. Hold my hand and I’ll take you there Somehow, Some day, Somewhere!

  • Wouahou, WeeMee et Bob! Ne vous inquiétez pas. On va le faire ce parti. On va la rénover la politique française.

    Il a toujours dit qu’il allait faire ça Bayrou. Il va pas nous laisser tomber. Il va mener sa barque. On a plus rien à perdre, nous autres démocrates. On est partis de rien, on les a tous fait tanguer, tout ce qui viendra en plus c’est juste du bonus. Des forces militantes, une crédibilité.

    Regardez ce qui est arrivé à Prodi aujourd’hui.

    Je me passe en boucle sur mon blog son discours d’hier « la politique française a changé, et elle ne sera plus jamais comme avant »

    Yeah.

  • @Lisette 1/ F.Bayrou a perdu. 2/ Ses électeur on gagné en faisant un vrai vote contestataire utile. – Utile parce qu’il participe à l’appauvrissement important des votes contestataires aux extrêmes qui radicalisent la politique. – Utile parce qu’il va obliger à apporter de la modération dans les discours. Ces deux points sont forcement bons pour ceux qui ont soit disant « peur ».

    Alors merci Lisette.

    Maintenant tu es libre de choisir le meilleur des deux candidats à ton point de vue. J’espère que tu seras convaincue et que tu ne penseras pas voter pour le moins pire des deux …

    2 semaines pour se faire un avis …

  • Je tiens à préciser que malgré ma virulence, j’apprécie énormément de pouvoir entrer dans un débat d’idées, en discutant en bonne intelligence. J’espère que ce sentiment est partagé.

    Intéressante analyse dans « C dans l’air » du rôle et des possibilités de Bayrou et de l’UDF, qui semble-t-il, et c’était mon analyse, est acculé à faire le pari Royal s’il veut vraiment prendre du poids dans l’optique des législatives, tandis qu’une large victoire de NS laisserait peu de place à des dissidents UDF.

    Mais alors, les parlementaires UDF prendraient-il le risque de soutenir SR, ou verrait-on une série de défection au profit du candidat UMP? Cette position d’arbitre n’est pas aisée.

    Alors qu’en sera-t-il des négociations avec les appareils? Si Sarkozy dit préférer s’adresser directement aux français, qu’en est-il de son entourage? Quelle distinction faut-il faire entre négociations politiciennes et dialogue raisonné, à l’image de l’échange hier soir entre Gilles de Robien et Maurice Leroy?

    Vraiment, cet entre deux tours s’annonce passionant, et donne envie de politique.

  • @ Lisette Le choix est désormais limité, l’heure n’est plus au candidat idéal. La seule question posée est désormais : qui de Nicolas Sarkozy ou de Ségolène Royal préférez-vous comme président de la République ? Ou encore, par défaut : laquelle de ces deux personnes vous ne voulez vraiment pas à la tête de l’Etat ? Voter blanc ou s’abstenir, c’est accepter de ne pas peser sur ce choix qui, à défaut de correspondre à votre idéal, a le mérite d’être le seul qui est posé, c’est laisser les autres décider. Voter blanc ou s’abstenir alors que l’on a une préférence (ou un rejet supérieur de l’autre), c’est en plus d’une certaine manière apporter sa voix à celui que l’on ne souhaite pas… Il faut donc choisir. Même Bayrou devra choisir, fût-ce dans le secret de l’isoloir…

    @ propos de Besson : « utile transfuge », dites-vous, Koz. « Pauvre Monsieur Besson », dirais-je pour ma part. Et vous comprendrez ce que je veux dire en imaginant une seule seconde ce que vous penseriez d’un second couteau qui aurait commencé dans l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy, se serait fait connaître du grand public en la quittant avec fracas, jurant qu’il abandonnait la politique, pour finalement s’achever dans les meetings de l’adversaire… Vous diriez (comme moi) : « pauvre Monsieur Besson ».

    « Utile transfuge », ce M. besson, dites-vous, Koz. Pour organiser le pôle de gauche de Nicolas Sarkozy. C’est quoi, le pôle de gauche de Nicolas Sarkozy ? Comment, tu connais pas le pôle de gauche de Nicolas Sarkozy ? C’est nouveau, ça vient de sortir. En signe d’ouverture. On pourra peut-être demander au million d’électeurs d’extrême droite qui ont rejoint Sarko de nous donner des explications sur les propositions de ce nouveau club, dont la crédibilité paraît déjà assurée…

  • Azouz Begag a dit en parlant de F.Bayrou : « Dans un match de foot la personne la plus importante c’est l’arbitre » Pour faire respecter la règle oui ! Pour orienter le score non ! Le plus important pour gagner au foot c’est une bonne équipe et surtout de bons supporters. Alors laissons le PS essayer de se payer les arbitres qu’ils soient au centre du terrain ou sur la ligne de touche ? Et laissons l’UMP faire grossir les rangs de ses supporters …

  • @Jeff

    Pourquoi cela interpellerait-il positivement les socialistes quand D.Strauss-Kahn ne se cache pas de son penchant pour Bayrou et de la possibilité de se rallier à lui sans le justifier clairement ? De même quand Rocard et Kouchner appellent à une alliance UDF-PS pour contrer N.Sarkozy.

    Pourquoi alors E.Besson serait un « pauvre monsieur Besson » quand il prend le temps d’expliquer clairement dans un premier temps pourquoi il quitte S.Royal, puis le PS et dans un deuxième temps son ralliement à N.Sarkozy ?

    Que pensez vous des derniers commentaires de l’ordre de la « révélation tout de ce qui se dit tout bas » que fait B.Tapie dont tout le monde apprécie son franc parlé en politique que l’on soit d’accord ou non ?

    Qu’auriez vous dit si Delors c’était présenté et aurait gagné le ralliement de personnalités de droite ?

  • Merci de vos conseils… Pour le moment, comme je l’ai dit ailleurs, j’en suis à blanc par incapacité de voter Royal. Mais vous avez raison, on verra bien. Ce n’est peut-être que temporaire. Je n’aimerais pas voter blanc, et j’ai l’habitude de voter pour, et jamais contre . J’ai la faiblesse d’avoir une grande confiance dans le candidat qui a mené si loin notre petit parti, en si peu de temps. Si loin que tout le monde est à présent suspendu à ses lèvres, après être aller voter en masses pour le scrutin auquel il a su redonner un intérêt, puisque grâce à lui « ce n’était pas gagné ».

    Alors j’attends mercredi.

    London, j’ai tellement aimé ton commentaire « caméra café » que je l’ai cité en entier. 🙂

    Jeff : je rappelle que je suis pour la reconnaissance du vote blanc. Voter blanc, c’est voter pour le vainqueur. Cela voudrait dire (si je le fais) que j’estime qu’aucun des deux candidats ne présente de danger ou de risque particulier pour mon pays, et qu’aucun des deux ne remporte une adhésion plus forte de ma part, et que par conséquent je laisse le choix à ceux qui ont une préférence. Cela ne signifie pas que je ne vois pas de différence. J’en vois autant que vous. Je vois plus de points d’accord avec une partie du projet de Ségolène Royal, et sur des points que j’estime essentiels pour l’avenir de mon pays. Mais je ne crois pas vraiment en ce projet, porté par un parti divisé et sans majorité, et pas financé. Le projet de N. Sarkozy n’est pas plus financé, et j’ai un peu de mal à me retrouver dans différentes déclarations. Je suis en désaccord profond sur des thèmes importants pour moi, et l’ordre des priorités n’est pas le même. Je suis opposée à l’idée qu’il se fait de la pratique du pouvoir.

    Et alors? Que faire?

  • Sinon, je voulais le redire, en réaction aux posts de Boun et d’Aurélien : le taux de participation, c’est à Bayrou qu’on le doit. Sans cela, si les gens n’avaient vu qu’un duel annoncé complètement stérile,ils ne seraient pas plus déplacés : à quoi bon. Et les part des extrêmes auraient mécaniquement été plus faibles.

    Ensuite, les choses ne sont plus comme avant. Le centre n’est plus à droite, et n’est pas pour autant à gauche. Nos voix ne sont pas à vendre, comme on vend des places à des élus, nos voix sont à convaincre. Et elles n’ont pas été convaincues par l’année entière de campagne acharnée qui vient de s’écouler, et les 20 millions d’euros dépensés par chaque candidat pour nous convaincre.

    Alors… il va falloir travailler. Et les recompositions vont se faire, quel que soit le vainqueur. C’est reparti pour 5 ans, mais la gauche ne sera plus la même, c’est moi qui vous le dit.

  • [quote comment= »15294″] C’est quoi, le pôle de gauche de Nicolas Sarkozy ? [/quote]

    Vous pourriez peut-être poser la question à tous les anciens électeurs du parti communiste qui ont rejoint Le Pen, aux électeurs de Le Pen qui prévoient de voter Ségolène Royal au second tour, et à tous les ouvriers — nombreux — qui ont voté pour Le Pen et pour Sarkozy.

  • [quote comment= »15313″]Alors… il va falloir travailler. Et les recompositions vont se faire, quel que soit le vainqueur. C’est reparti pour 5 ans, mais la gauche ne sera plus la même, c’est moi qui vous le dit.[/quote] Uniquement la gauche? Voyons, l’ambition me semble plus grande, à moins que celà ne révèle les tentations de construction d’un véritable parti social démocrate, avec une partie du PS.

  • hier soir LCI retransmettait les meeting de Sarko à Dijon et de Sego à Valence, à la suite.Quel contraste!!.En bonne énarque elle manie le verbe, nouveau, juste, changement, renouveau ,rejuste …,pour une France moderne,confiante ,rassurée….c était proprement affligeant.Comment peut elle envisager un seul instant de posséder la capacité de gouverner la France ?,c’est criant qu’elle n’en a pas l’étoffe, à part une soif de pouvoir et un Ego monstrueux et un culot invraisemblable

    N’a t elle pas été affirmer hier soir avec conviction , »partout le libéralisme a échoué » ?

    On peut regretter certains aspects négatifs du libéralisme ,qu’il faut s’attacher à corriger, mais dire qu’il a échouer c’est faire preuve d’une sérieuse cécité et inquiétant sur ses capacités d’analyse.

    En revanche elle doit bien sûr considérer que partout le socialisme archaÏque de notre gauche française a réussi !!!!!! ,C ‘est bien connu.

    Je pense qu’elle risque fort d’avoir un second tour douloureux. De nombreuses personnes de gauche ont voté pour elle au 1 er tour pour éviter une 2 eme humiliation apres mai 2002 mais se posent maintenant la question qui tue ,peut on porter à la présidence de la France, une personne aussi visiblement peu qualifiée ? A part ceux, pour qui le socialisme est une religion, il y a de quoi hesiter A Dijon il y avait le diable! et bien c’était diablement instructif.

    Il y a celui qui propose ,et celle dont le programme est fondamentalement, « je suis contre ».Dans un cas on nous parle des français, dans l’autre du peuple de gauche. Comment peut vouloir diriger un pays quand on refuse de saluer qqun qui n’est pas de son bord, ce sectarisme viscéral exprimé ouvertemment par qqun qui se sait observé est terriblemment inquiétant.C’est soit de la bétise primaire et il serait temps qu’elle devienne adulte soit c’est plus grave docteur

    Le débat du 2 mai promet d’être instructif, je ne pense pas que celui qui a survécu à l’entreprise de démolition Chirac ,l’une des plus performantes de ces dernieres années va se trouver tétanisé par la charmante vipère

  • Azer, vous dites : « …pas l’étoffe, à part une soif de pouvoir et un Ego monstrueux et un culot invraisemblable », c’est marrant, j’ai cru que vous parliez de Sarkozy… Le débat du 2 mai sera certes instructif, mais je doute que Ségolène Royal cherche ce soir-là à « tétaniser Sarkozy » comme le ferait une vipère, ce n’est pas son genre il me semble. Quant à moi, c’est votre champion que je vais guetter, tout gentil tout beau, doux comme un agneau, subitement soucieux des « plus fragiles » au sein de la société, qui va nous raconter en bon Français du peuple – pas « énarque », c’est sûr, lui c’est plutôt niveau télé-réalité – comme « il la sent bien », cette élection.

  • Que va faire François Bayrou de ses voix ?

    La cohérence par rapport à son positionnement lors de la campagne et le respect de ses près de 7 millions d’électeurs lui imposent de ne pas donner de consigne de vote, à moins d’un improbable accord de gouvernement entre les deux tours. Parallèlement, la nature humaine étant ainsi faite, environ la moitié de ses députés vont aller à la soupe et céder aux pressions de l’UMP pour assurer leur réélection.

    En l’absence d’alliance et allégé de la moitié de ses sortants (élus avec les voix UMP), le centre se présenterait donc logiquement aux législatives sous le seule bannière UDF pour tenter de constituer un groupe parlementaire. Avouons que cela ne manquerait pas de panache mais que cela serait aussi extrêmement casse-gueule. Si le rapport de forces du 1er tour de l’élection présidentielle s’appliquait à chaque circonscription, l’UDF n’aurait, dans un scrution majoritaire, aucun député… Et les voix de Bayrou à la présidentielle se seraient entièrement évaporées dans la nature… Son projet de réformer la vie politique française n’étant plus qu’un souvenir… Au moins jusqu’en 2012…

    En fait, le Centre, même avec 18% de l’électorat, n’a pas le choix. Ne pouvant constituer pour l’instant à lui seul une force majoritaire, il doit s’allier à l’une des deux principales forces politiques du pays. S’il choisit la droite, conformément à la tradition, c’est clairement un retour à la case départ. S’il y avait un accord de gouvernement avec le PS par contre, on entre dans quelque chose de nouveau qui pourrait ressembler à l’esquisse d’une vraie social-démocratie à la française. En tout cas, un projet vraiment intéressant à construire.

    Alors Lisette ? François ? Cinq ans (ou dix !) de Sarkozysme lepénisant ou l’espoir de construire une vraie social-démocratie à la française ?

  • Je voterai ségolène, et pourtant dieu sait qu’elle ne m’inspire pas. Mais je reste attaché à certaines idées et valeurs dites « de gauche », une certaine vision de la société. En outre, je n’ai pas confiance en N.Sarkozy pour appliquer son programme. Je l’ai trouvé très bon pour dire les choses qui dérangent, c’est vrai (et ça fait parfois du bien), pour mettre un coup de pied dans la fourmilière. Mais en tant que président ? Lorsqu’il devra concrètement agir, sur tous les fronts, face à de nombreux obstacles et sans possibilité de démissionner au bout de 8 mois ? En fait, N.Sarkozy me fait penser à mitterand et chirac : des « bêtes politiques », de fantastiques manipulateurs et stratèges dont le principal (unique ?) objectif semble être d’arriver au sommet… et d’y rester. Pas de vision, juste un discours. Aucune conviction ; juste de la communication. Tout ce que je j’espère, s’il est élu, c’est qu’il applique réellement son programme ! Que les choses bougent au moins, même dans le mauvais sens ! Sans mauvaises excuses et autres « gna gna gna, c’est la croissance qui veut pas… »

  • Oui Cédric, il appliquera son programme, de cela j’en suis certain. Mais la première chose à faire pour qu’il soit en mesure de l’appliquer, c’est encore de voter pour lui…

  • @Jeff : Notre projet, c’est une démocratie sociale en effet. Et Bayrou annoncera probablement un nouveau parti dans les prochains jours… Mais nous ne referons pas avec le PS la même erreur qu’autrefois avec l’UMP. Le PS d’aujourd’hui abandonnerait-il le pacte présidentiel? les alliances avec la gauche de la gauche? Laisserait-il tomber cette absurdité de contrat première chance ou je ne sais plus quel est son nom actuellement? Proposerait-il un retour à plus de réalisme budgétaire? Se pourrait-il que les éléphants acceptent que Bayrou devienne premier ministre d’une coalition égalitaire? Certains de gauche l’accepteront volontiers. L’appareil du PS non.

    Encore une fois, je fais confiance à mon candidat pour faire aboutir ce projet, et nous donner les moyens de peser (vraiment) sur le destin de notre pays. J’attends mercredi. Comme vous le savez, mon choix si j’en fait un se portera plutôt vers S. Royal, mais les appareils ne sont pas prêts à une vraie alliance .

  • Je ne vois pas beaucoup de faits dans le passé de responsabilité gouvernemental de NS qui militent pour la confiance dont vous faites preuve vis a vis de son respect de ses engagements. Mais ma lecture gauchiste de l’actualité a peut être déformé celle-ci. Aussi en appelè-je a votre aide. Merci beaucoup.

  • Je cherche l’explication de l’étonnant discours de Melle.

    1/ Royal n’a pas envie de gagner, seulement de faire une campagne centrée sur sa personne. Au moment où elle réalise que c’est vraiment sérieux, une onde d’accablement la submerge.

    2/ L’amateurisme de son équipe rapprochée. SR semblait comme absente, elle avait la tête ailleurs. Peut-être une engueulade en coulisse. Loin du QG parisien, elle s’est retrouvée isolée et a du faire un collé-copié rapide de ses redites désormais bien connues. Vraiment pas à hauteur des circonstances, pas si imprévues. Inaptitude à faire face. Régression brutale dans un état infantile, scolaire, qui semble être sa position naturelle de repli.

    3/ Effet Sarkozy. Elle était annoncée pour 20h30. Sarko parle – et comment ! – à 20h25. Alors, tétanisation.

  • editgp, j’espère que ce n’est pas à moi que vous posez la question (je m’interroge, car votre commentaire vient juste sous le mien). J’ai choisi Bayrou. En revanche, c’est vrai que je fais confiance à NS pour vouloir respecter ses engagements 😉 J’ai trois problèmes : 1. en aura-t-il les moyens économiques (on s’en fiche aujourd’hui, mais il va avoir des problèmes de financement si j’ai bien tout compris)? 2. en aura-t-il les moyens politiques (ie, avec quelle côte de désamour va-t-il prendre ses fonctions : j’ai évolué sur cette question au vu des résultats du premier tour. Reste que la droite a souvent un problème de manifs, quand elle fait ses réformes rapidement dans le mouvement d’une victoire électorale) 3. Je ne suis pas en accord avec le programme que Sarkozy veut appliquer et appliquera probablement.

    Je trouve que l’antisarkozysme est primaire, largement irrationnel, et évite de réfléchir. Je trouve que ce mouvement avantage beaucoup NS a qui ça évite de parler du fond, et qui peut faire de grandes envolées lyriques en rappelant qu’il est compétent. Pour faire le gentil centriste, il n’a qu’à aller visiter des vieilles dames avec S. Veil. (on atteint un peu le ridicule là, surtout avec la petite phrase lâchée par Simone la grande « il ne se rend pas compte de leur détresse »). Il y a un certain antisarkozysme, mais pas si fort que cela. Et pour la gauche, il serait contreproductif d’en rajouter.

  • Non ce commentaire était rédigé après celui de damocles et s’adressait à tous les supporters de NS présents sur ce blog. J’ai beau cherché, mais je le reconnais de manière fort partiale et parcellaire, je ne vois rien dans le passé de NS qui milite pour cette confiance. Autant que pour JC en 2002. Par contre les exemples d’ancrage dans la politique de caste, là il en a beaucoup. Mais chacun est libre de changer et l’expérience peut bonnifier l’homme. Je suis sur que le candidat fera tout pour atteindre son objectif qui est de s’installer à l’Elysée. Une fois là, je suis plus dubitatif sur ce qu’il fera avec ce pouvoir. Même un passage à vide du type Chirac ne me surprendra pas. Mais la société qu’il dessine me semble devoir être TRES dure avec les petits, tous les petits. Comme la PAC sous couvert de protection des agriculteurs a surtout profité aux gros céréaliers plutot qu’aux petits producteurs de lait montagnards. Mais nous allons avoir un débat programme contre programme. Oui les annonces de NS sont intéressantes, mais comme celle de SR. J’ai par contre du mal à situer le bilan du premier, alors que celui de l’équipe de la seconde en 97-02 me semble un peu plus positif. Sans savoir quelle est la part de la conjoncture et la part des actions politiques. A oui, j’avais oublié que l’équipe qui entoure NS n’est en rien comptable du bilan de ces 5 dernières années, ligotée qu’elle était par les tenants des leviers de l’Etat. Vivement le 2 mai et nous serrerons les fesses pour les 5 années qui suivrons… Encore que juin peut influer sur la suite.

  • Il y a des soutiens qui handicapent: la FSU, la CGT et le CE d’EDF, l’Unef, ex-Attac apportent leur soutien, à défaut de leur image, à Madame Royal. Tous ces gens rassemblent les blocages de la société françaises ! Quel encouragement !

  • j’ai voté au centre et je ne peut pas choisir entre l’enclume et le marteau… entre le boulet sego et le casseur sarko !!!

    Je n’irrai pas voter pour voir le taux de participation repasser à 50%.

    Et je conseil à l’ensemble des votants du centre de faire de même pour protester vivement et faire reconnaitre le vote blanc.

    Mais aux législative, les centristes doivent confirmer ses 18%.

    Laissont les deux finalistes avec leurs votants….

  • Koz, je me permets de réagir tardivement au titre de ce bulletin.

    En effet, et celà a été le slogan de campagne de Nicolas Sarkozy bien avant les résultats du premier tour, et il faut aujourd’hui le rappeler: car c’est bien ENSEMBLE que tout peut devenir possible.

    Oui, l’heure est au rassemblement des français, autour d’un projet. Mais celui-ci n’est pour certains – ceux-là même qui proposent aux appareils la synthèse des gauches et du centre, qui n’ont rien en commun – une évidence qu’à des fins électoralistes. Et de promettre d’ores et déjà des ministères, au terme de tractations d’appareil.

    Face à cette logique, un homme présenté en diviseur qui lui fait le choix de s’adresser au peuple pour mettre en avant l’unité de la République, autour d’une histoire commune, d’une culture commune, voire même d’une identité nationale.

  • [quote comment= »15689″]Il y a des soutiens qui handicapent: la FSU, la CGT et le CE d’EDF, l’Unef, ex-Attac apportent leur soutien, à défaut de leur image, à Madame Royal. Tous ces gens rassemblent les blocages de la société françaises ! Quel encouragement ![/quote]

    En quoi est-ce que des syndicats constituent un « blocage » de la société française-sans-s ? Par exemple, le soutien de Silvio Berlusconi à Monsieur Sarkozy est-il plus ou moins encourageant ? Peut-être pouvez vous m’expliquer, je suis avide de connaissance, monsieur Dauphin.

    Cordialement, nuitemment.

  • [quote post= »262″]Oui, l’heure est au rassemblement des français, autour d’un projet. Mais celui-ci n’est pour certains – ceux-là même qui proposent aux appareils la synthèse des gauches et du centre, qui n’ont rien en commun – une évidence qu’à des fins électoralistes. Et de promettre d’ores et déjà des ministères, au terme de tractations d’appareil.[/quote]

    Arrêtez de vous soucier du choix de F. Bayrou : il ne rentrera pas dans ces tractations. Pour le moment, Ségo lui offre une tribune inespérée, il saisit l’occasion. Mais il a bien expliqué hier qu’en gros son programme économique était aberrant et soumis au dogme de l’interventionnisme d’Etat. Ségolène et le PS ont tout à perdre dans cette élection, d’où leur attitude de désespérés. Bayrou, qui a déjà tout perdu pour garder son indépendance, à tout à gagner en la préservant. Mais c’est gentil de vouloir préserver notre moralité politique 😉

  • Pingback: Formule 1 N Mes Ouest

Les commentaires sont fermés