Télescopage Royal

royalmarbellaRendez grâce à la dame des « saines colères » : pleinement d’accord avec Nick quant au dérisoire engagement politico-promotionnel de Cali, je séchais sur l’accroche du billet que je projetais. Ségolène Royal vous a évités des jeux de mots et calembours dont ma femme m’assure qu’ils ne font décidément rire que moi. Je commençais bien à me décider pour « Calimatias« , mais avec un vrai regret pour « Cali pète« , que je trouvais terriblement spirituel mais que je peinais à raccrocher au sujet.

Mais à vrai dire, Ségolène Royal et Cali ne se retrouvent-ils pas parce qu’ils sont le miroir l’un de l’autre ? Lui, le chanteur people qui tente la politique, et elle, la politique qui fait du people. Et ne trouve-t-on pas chez eux une même imposture ?

Lui, d’abord, le « rebellocrate »1 qui invoque la « résistance » à un Etat oppressif, mais sur la chaîne publique, et dont la sortie sert avant tout à assurer sa présence dans les medias en dépit d’une absence de récompense.

Elle…  Après l’investiture de Barack Obama, après le forum social au Brésil, Ségolène Royal pratique le « tourisme électoral »2 permanent. La voici en Guadeloupe, où selon le mail que  Jean-Pierre Mignard m’adresse comme à tous les amis de Désirs d’Avenir, elle aurait parlé « de paix et de dialogue« . Afin de parler de paix et de dialogue, elle y aura rencontré celui qui est peut-être le véritable meurtrier de Jacques Bino : Elie Domota, sans s’interroger sur la responsabilité de celui qui a fait monter le pression en Guadeloupe, celui qui avait précisément décider de relâcher ses « troupes« , ce jour-là. Cet homme dont un préfet peut dire qu’il n’a pas mis en jeu la sécurité de son interlocuteur du Medef… parce que « trois hommes du RAID [rien que ça] se sont interposés« . Rien sur la rhétorique de cet homme qui flirte avec le racisme. Un homme ouvertement indépendantiste même si, comme le note Alexis Brézet, il « fait des prodiges pour ne pas prononcer » ce mot.

Jean-Pierre me dit qu' »il faut être quand même un esprit obtus pour ne pas saluer la présence d’une personnalité politique nationale de premier plan« . Peut-être peut-on imaginer qu’une personnalité républicaine, une personnalité politique nationale de premier plan aurait pu avoir un mot sur le discours de celui qui mise sur la division et l’éclatement de la Nation, de la République ?

Le mardi 17 février 2009, alors que Jacques Bino était tué d’une balle, Ségolène Royal était à Marbella. Paris-Match y a consacré un reportage, qui n’a pas été de son goût. « Ça arrive en plus à un moment où il y a eu des événements graves en Guadeloupe et ça fait un peu télescopage« , a-t-elle dit, avec une grande finesse d’analyse. Mais un télescopage directement dû à son propre emploi du temps. Car, quelques jours avant d’aller assurer les guadeloupéens qui manifestent pour leur pouvoir d’achat de son soutien, celle qui fustigeait les vacances de François Fillon et de Nicolas Sarkozy prenait un avion pour passer trois jours dans cette station-balnéaire jet-set d’Andalousie, descendant au même hôtel que Gad Elmaleh… Effectivement, il a comme un télescopage, comme une incohérence, qu’il valait mieux qu’elle soulève elle-même.

Y compris dans cette affaire de « photos volées« , dont des spécialistes doutent, donc, qu’elles aient été effectivement volées. Se promène-t-on main dans la main dans un lieu public, dans cette station jet-set, territoire paparazzi, lorsque l’on a un tel souci de sa vie privée ? L’un des paparazzi interrogés évoque même un « rendez-vous marqué » et précise l’évidence :

« Les photographes qui planquent à Marbella ont la liste des passagers avant même qu’ils n’atterrissent. Et en plus, Ségolène Royal est descendue dans le même hôtel que Gad Elmaleh qui avait des paparazzis à ses trousses. Un photographe qui était sur place l’a vue. Il a tout de suite prévenu son agence qui a envoyé 3 photographes de Paris. Si tu ne veux pas te ‘faire déglinguer’ tu ne vas ni à Marbella, ni à Saint-Barth, ni à Saint-Martin, ni aux Maldives. Dès que tu mets le pied sur le tarmac, tu es shooté. »

Et Ségolène Royal de jouer sur tous les tableaux. On la harcèle. C’est un coup politique. Parce qu’elle se serait exprimée « de manière significative« , comme veut le croire Jean-Pierre Mignard. Jean-Pierre Mignard qui n’hésite pas à convoquer la mysoginie, le nazisme et le stalinisme pour défendre sa cliente et « patronne », avant d’affirmer « se situer sur le plan du droit« .

Au final, ce télescopage honteux révèle le goût de l’instrumentalisation à des fins de mise en avant personnelle. Instrumentalisation de la presse et de ses adversaires politiques, mais on s’en fout. Instrumentalisation de la Guadeloupe, aussi, ce qui est plus ennuyeux.


  1. selon le mot bienvenu de Lionel Naulleau []
  2. selon le mot bienvenu d’Yves Thréard []

Billets à peu près similaires

91 commentaires

  • Birenbaum cite ce passage de son livre :
    « Pour gagner une prochaine fois, il faudra le soutien de tout un parti et d’un compagnon amoureux, à fond avec la candidate. »
    http://www.lepost.fr/article/2009/02/27/1438341_segolene-royal.html#xtor=RSS-37

    Tjs à propos des peoples, je note que des gens très célèbres comme Goldman ou Zidane ne sont pas de grands clients de Voichie et autres… Preuve que quand on veut se cacher…

    Mais bon, à part ça, je m’en contrefous de la vie sexuelle de Royal.

  • « Rebellocrate » vient d’une personne que Naulleau cite dans la vidéo, dont je ne me rappelle plus du nom.

    Bien vu le coup de la critique qu’elle aurait dû faire de Domota.

  • Sur la question du télescopage entre son action politique et sa vie personnelle, je partage totalement ton avis. Elle a joué trop longtemps sur les deux tableaux pour venir se plaindre aujourd’hui de la confusion qu’entraine ce type de double exposition. Il y a de fortes chances que la loi donne raison à Royal si elle décide en effet de trainer PM devant les tribunaux, n’empêche que sur le plan de la cohérence, elle part battue d’avance.

    Sur la question Guadeloupéenne, je suis moins d’accord. Royal a tjs mis en avant des liens très forts avec les Antilles. Si il y avait une personnalité « de premier plan » légitime sur place, c’était bien elle. D’ailleurs, les Guadeloupéens ne s’y sont pas trompé et n’ont pas vu la récupération dénoncée en Métropole, sa présence étant vécue comme la continuité logique d’un engagement affiché de longue date.

  • Toutes les enquêtes publiées montrent une perte de vitesse de l’ex-candidate à l’élection présidentielle dans les sondages. En cause: la traversée du désert et la stratégie de S. Royal. Le fameux feeling dont se gargarise cette dame semble toujours être accompagné dans ses démarches réelles par des dérapages verbaux qui détruisent totalement l’effet souhaité. En somme rien n’a changé depuis la campagne présidentielle …
    Mais en regardant ce matin la photo de la « fine équipe » de M. Aubry je me dis que S. Royal a encore ses chances …

    http://www.lefigaro.fr/politique/2009/03/02/01002-20090302ARTFIG00311-europeennes-le-ps-choisit-ses-candidats-dans-la-douleur-.php

  • décidement, il y a quelques semaines, tu arrivais à faire un billet sur elle sans propos ou actes de sa part et ici, au retour des congés bien mérités, un nouveau post su SR et les couv’de Match…

    heureusement pour l’activité de ce blog que SR est là pour ne pas parloter sur la guadeloupe, les antilles, la brillante action du gvt sur ce dossier, le faiblard sommet européen, les Bourses qui déclinent…
    enfin, on se console avec le chat vivant, et parfois vif!

  • zeyesnidzeno a écrit:

    Sur la question Guadeloupéenne, je suis moins d’accord. Royal a tjs mis en avant des liens très forts avec les Antilles. Si il y avait une personnalité “de premier plan” légitime sur place, c’était bien elle. D’ailleurs, les Guadeloupéens ne s’y sont pas trompé et n’ont pas vu la récupération dénoncée en Métropole, sa présence étant vécue comme la continuité logique d’un engagement affiché de longue date.

    En es-tu absolument certain ? C’est ce qu’elle met en avant, mais est-ce exact ?

    Par ailleurs, si elle a un lien si fort avec les Antilles, alors elle peut éventuellement imaginer d’avoir aussi un discours responsable.

    Comme tu l’auras remarqué, pour moi, les deux sujets vont ensemble : quitter Marbella, la cité jet-set pour aller se montrer extrêmement concernée par les problèmes de pouvoir d’achat des guadeloupéens, c’est assez risible. Et lorsque l’on pense aux critiques formulées contre François Fillon prenant une semaine de vacances en Egypte, ou Nicolas Sarkozy prenant une semaine au Brésil, parce que en pleine crise économique, c’est pathétique.

  • Koz a écrit:

    En es-tu absolument certain ? C’est ce qu’elle met en avant, mais est-ce exact ?

    Absolument, sa campagne sur la France métissée, dont les thèmes ont été particulièrement développés aux Antilles , sa proximité avec Aimé Césaire, son dernière livre entretien dont le titre est une traduction directe du créole « fanm doubout », jusqu’a Martine Aubry qui, bien qu’opposée à son séjour aux Antilles, reconnait que Royal est fine connaisseuse des dossiers Martiniquais et Guadeloupéens.

    Koz a écrit:

    Par ailleurs, si elle a un lien si fort avec les Antilles, alors elle peut éventuellement imaginer d’avoir aussi un discours responsable.

    Les propos tenus par Royal avaient surtout pour objectif de dénoncer une situation particulièrement tendue qui s’alimentait principalement de l’indifférence, voire du mépris, d’un pouvoir qui a multiplié les fautes dans la gestion de ce dossier. Ou étaient les ministres? Ou était MAM (qui en appelle ce matin a la responsabilité du MEDEF pour résoudre cette crise)? Ou était Sarko? Ou était Fillon? N’y avait il pas en Guadeloupe, puis en Martinique toutes les raisons réunies pour mobiliser le plus haut des échelons de notre exécutif? En ce sens, Royal s’est fait une porte parole efficace face a un gvt d’autiste. Y avait il derrière cette sortie une arrière pensée politicienne? Certainement. Peut on pour autant dire qu’elle a déservi les intérêts des deux département d’outre mer? je ne le crois pas.

  • Si l’on suit Ségolène à la dérive, on va dériver nous aussi !

    J’ai entendu Benoît Hamon hier soir au grand jury RTL. Il a de la moelle ce garçon. Par exemple, il a démoli Bayrou en soulignant combien sa proposition de constitutionaliser l’interdiction de faire des déficits serait décalée aujourd’hui, ou encore en pointant l’incohérence de son positionnement d’opposant en France et de participant à la majorité PPE libérale en Europe. Deux directs du gauche, visant bien là où ça fait mal pour Bayrou.

    C’est à des gens comme Hamon qu’il faut s’intéresser maintenant. Il y a une réflexion de fond à avoir sur le rapport droite – gauche face à la crise. Cette réflexion va s’amorcer à gauche, et le PS fait un vrai effort autour de sa nouvelle direction.

    La social démocratie est en crise, c’est vrai. Pour l’instant les premiers éléments de réponse que l’on entend à gauche sont fondés sur (i) plus d’Etat providence, (ii) plus de haine sociale (le retour de la lutte des classes) et (iii) quelques nationalisations pour faire bon poids.

    Le plan de relance par l’investissement est la seule réponse qui fasse du sens. Sarkozy a aussi raison de vouloir moraliser le capitalisme. Il a eu les intuitions qu’il fallait dès la campagne présidentielle, et les mots pour fustiger les coupables, il les a prononcés dès septembre 08 à New York. Son volontarisme industriel est juste (quoique un peu trop tonitruant vu de l’étranger).

    C’est infiniment plus solide que tout ce que popose la gauche. Mais la gauche peut surfer sur les inquiétudes sociales. Ce n’est pas le moment de les sous-estimer.

  • La présence de SR aux obsèques de jacques binot ne m’a pas paru du tout irresponsable….
    ses déclarations invitant le gouvernement à un peu plus d’ouverture, d’écoute, me semblent logiques , bien dans son rôle d’opposante aidant le pouvoir à mieux gérer la crise, et, dans cette affaire, il semblerait qu’il aie pu être plus habile…

  • Entendre S.Royal aux Antilles évoquer, entre autres, la révolution de 1789 n’est même plus pathétique … c’est pitoyable, c’est dangereux, c’est malsain, c’est irresponsable.

    Quant à l’affaire Marbella, on reconnait là une Nième fois la méthode Royal : le double effet Kiss-Cool … on fait parler de soi une première fois avec la photo, puis on fait parler de soi une deuxième fois sous la forme de victimisation ; méthode très chère et habituelle chez Ségo.

    De plus, il n’y a qu’à analyser techniquement la photo (profondeur de champ, absence de flou etc…) : c’est avec un objectif assez classique qu’elle est prise, pas un téléobjectif posé à 500 mètres… On est loin de la photo volée ; suis convaincu que le photographe était en visu directe et évidente de Ségo…

    Faut vraiment qu’elle arrête de nous prendre pour des …

  • @zeyesnidzeno : si à chaque fois qu’il y a un problème dans un département français le premier ministre et le président de la République sont obligés de monter au créneau, ils n’auront plus beaucoup de temps pour gérer les affaires du reste de la France. Il y a des préfets pour régler ce genre de situation. D’autant plus qu’aux Antilles la vie chère, le désir d’une plus grande autonomie, sont des problèmes récurrents. Je n’ai pas le souvenir qu’à l’époque où les socialistes étaient au pouvoir ils aient tenté de régler le mal à sa source. Quel socialiste a proposé de subventionner le transport des marchandises vers les Antilles plutôt que d’allouer une prime de vie chère aux seuls fonctionnaires (cause de bien des maux)? Pas Ségolène Royal en tout cas, et pourtant ce serait la seule solution.

  • marie-ségolène vs paris match, il y a de quoi rire lorsque l’on se souvient qu’elle les avait si cordialement invités pour la naissance de son petit dernier.

  • Oui, et qu’elle est un peu la seule personnalité politique dont on ait annoncé la séparation en pleine soirée électorale (prétendument contre son gré), qu’elle aborde complaisamment sa vie privée dans ses livres, et surtout qu’à part les Champs-Elysées un samedi après-midi, il n’y a probablement pas moins discret pour une personne publique que les rues de Marbella. Bref, si télescopage il y a, elle ne peut que l’assumer car il est à son image.

    Dang a écrit:

    Quel socialiste a proposé de subventionner le transport des marchandises vers les Antilles plutôt que d’allouer une prime de vie chère aux seuls fonctionnaires (cause de bien des maux)? Pas Ségolène Royal en tout cas, et pourtant ce serait la seule solution.

    Oui, on peut effectivement souligner le vide de son propos. Qu’a-t-elle fait ? Qu’a-t-elle proposé en Guadeloupe ? A part dire que « si elle était en responsabilité » (‘m’étonne toujours, l’usage de cette périphrase), ça ne se passerait pas comme ça ?

    zeyesnidzeno a écrit:

    Koz a écrit:

    En es-tu absolument certain ? C’est ce qu’elle met en avant, mais est-ce exact ?

    Absolument, sa campagne sur la France métissée, dont les thèmes ont été particulièrement développés aux Antilles , sa proximité avec Aimé Césaire, son dernière livre entretien dont le titre est une traduction directe du créole “fanm doubout”, jusqu’a Martine Aubry qui, bien qu’opposée à son séjour aux Antilles, reconnait que Royal est fine connaisseuse des dossiers Martiniquais et Guadeloupéens.

    Je visais plutôt le fait que sa présence n’est absolument pas été perçue comme une récupération.

  • @Dang

    Votre témoignage illustre parfaitement le décalage entre ce que les Antilles ont vécu ces dernières semaines et la perception a partir de la métropole.

    Il ne s’agit pas « d’un problème d’un département français », mais d’un véritable soulèvement populaire, qui a bloqué l’ensemble des économies locales, a donné lieu à des débordements qui ont justifié le redéploiement de forces supplémentaires dans les iles, et qui, comme vous ne l’ignorez pas, a couté la vie à Jacques Bino. Essayez juste un instant de transposer ces événements à un département de métropole… vous comprendrez peut être mieux le sentiment des Guadeloupéens.

  • Koz a écrit:

    Je visais plutôt le fait que sa présence n’est absolument pas été perçue comme une récupération.

    Voici, par exemple, le courrier du Maire de Pointe à Pitre, Jacques Bangou à propos de la polémique Royal:

    « Au terme d’une visite de trois jours en Guadeloupe de Ségolène Royal venue rendre hommage au syndicaliste Jacques Bino tué en plein cœur de la crise sociale que traverse notre pays, je tiens à saluer le courage de sa présence.

    J’ai dit, et je le répète, que je préfère des politiques solidaires des Guadeloupéens quelle que soit leur étiquette, qu’ils soient José Bové, Olivier Besancenot, Taubira Delanon ou Ségolène Royal que le silence méprisant et l’absence sur le terrain de ceux qui nous gouvernent.

    Si certains se posent des questions, la population, elle a tranché. Partout des témoignages spontanés expriment à Ségolène Royal de la reconnaissance pour sa présence. »

  • Le Figaro rapporte aussi cette bannière, vue lors des obsèques : « «Nous étions en marche, pas soutenus, écrivant notre histoire. Pas de récupération politique.». Tu me diras que c’est Le Figaro. Je te dirai que Bangou est divers gauche.

    Pour autant, c’est plus un sentiment général : quand cette visite en Guadeloupe se télescope avec son « rendez-vous marqué » à Marbella, il y a comme une superposition d’impressions. Elle s’est exposée, en Guadeloupe, comme à Washington, à Rio et à Marbella. Tu me diras que chaque homme/femme politique se montre, certes, mais là, Marbella infuse dans Pointe-à-Pitre. Et fait tourner le second à la farce.

  • Koz a écrit:

    Pour autant, c’est plus un sentiment général : quand cette visite en Guadeloupe se télescope avec son “rendez-vous marqué” à Marbella, il y a comme une superposition d’impressions. Elle s’est exposée, en Guadeloupe, comme à Washington, à Rio et à Marbella. Tu me diras que chaque homme/femme politique se montre, certes, mais là, Marbella infuse dans Pointe-à-Pitre. Et fait tourner le second à la farce.

    Je crois en effet que c’était l’effet recherché, tourner à la farce son intervention aux Antilles. Mais comme tu l’as relevé, elle est la première responsable de cette collusion. Si elle n’avait jamais joué sur les deux tableaux, elle pourrait, légitimement crier au tour de passe-passe médiatico-politique. Mais là, pour le coup, elle a, elle même, donné à ses adversaires les armes permettant de brouiller son image de femme publique. Paris Match a fait mouche sur Royal. Fort heureusement, pas de victimes collatérales à déplorer en Guadeloupe ou en Martinique.

  • @zeyesnidzeno : certes les revendications, courantes dans un DOM, en tout cas au départ, ont débouché sur une situation grave. Je vous l’accorde. Mais quand il y a des émeutes dans le 9-3 ou une quelconque jacquerie viticole dans le sud-ouest, le président de la République ne se déplace pas forcément. Il gère avec ses conseillers depuis l’Elysée et le premier ministre depuis Matignon. Pourquoi en irait-il autrement pour un DOM? Une visite de Sarkozy en Guadeloupe n’aurait fait qu’exacerber les positions et aurait peut-être engendré une sanglante émeute .La mort tragique de Jacques Bino montre bien que des éléments incontrôlables sont prêts à tout pour semer le désordre.

  • Bien vu, l’aveugle!

    Je n’avais pas vu les choses sous cet angle mais ma foi, c’est assez convaincant!

    je crois que le fond de tout ça, c’ets qu’il n’existe pas de notion objective de la « vie privée ». Ce mot est un mot juridique, et son ampleur, ses forntières, dépendent de chaque personne. Ma vie privée sera bien plus large que celle de Ségolène Royal, quoi qu’il arrive. Mais celle de Royal est plus restreinte que celle d’Aubry : tout dépend de l’attitude de chacun. On en peut pas convoquer les médias à la maternité, et quelques années plus tard, s’indigner lorsque ceux-ci prennent une photo de vous avec un type que personne ne connaît!

  • le chafouin a écrit:

    je crois que le fond de tout ça, c’ets qu’il n’existe pas de notion objective de la “vie privée”. Ce mot est un mot juridique, et son ampleur, ses forntières, dépendent de chaque personne.

    La jurisprudence tient d’ailleurs compte de l’attitude des personnes concernées. Elle tient compte de leur « publicité », d’une part, ce qui fait qu’une photo de toi faisant ton marché sera davantage susceptible de constituer une atteinte à ta vie privée qu’une photo d’un personnage public. Et elle tient compte de la façon dont la personne gère sa vie privée, afin que les tribunaux ne servent pas de moyen de vengeance contre un titre plutôt qu’un autre. Enfin, elle tient évidemment compte des circonstances.

    Je suis prêt à parier un dîner que cette affaire-ci ne passera jamais devant un tribunal, de crainte, pour SR, (i) d’être déboutée et (ii) que la lumière soit faite sur les conditions du reportage. Et pourtant, je suis radin.

  • Oui bien vu…

    Autre point dans les déclarations de Royal à propos des Antilles et son soutient aux revendications : pas un mot sur les flics blessés par balles sur lesquels certains émeutiers ont tirés. Pas un mot non plus sur les milliers de PME sur le point de fermer du fait du type d’actions choisi par le LKP, mais là c’est peut être un peu trop demander à Royal.

    Quant à la présence du gouvernement français en dehors d’Yves Jego, autrement dit, Fillon ou Sarkozy, en Guadeloupe, il est totalement évident que c’était bien sur la dernière chose à faire et s’y rendre, dans ce contexte compte tenu des déclarations du leader du LKP, aurait été une erreur grave dont les conséquences auraient pu être dramatique pour ces départements.

    Quand on sait qu’il a fallu l’intervention de trois policiers du RAID pour empêcher l’agression du représentant du MEDEF lors des négociations par le leader du LKP comme le soulignait Lib dans le chat, et comme le suggère Koz plus haut, la venue du Président ou du PM aurait été une occasion de hurler à la provocation et de faire réagir les troupes en conséquences. Et inutile de dire que la gauche comme un seul homme aurait reproché exactement le contraire de ses présentes déclarations au chef de l’état.

  • à dang: OK, une visite de NS au milieu de la crise aurait sans doute exacerbé les passions , créé des attentes, puis des frustrations…

    de là à oublier la Guadeloupe dans son intervention du 5 février, alors que le mouvement durait depuis plus de deux semaines et à ne réunir les « représentants politiques » que le 19 février, à nouveau deux semaines plus tard, il ya un pas que certains, avec leur sensibilité locale, peuvent voir comme une forme de dédain, de mépris,…on intervient plus vite sur une autoroute bloquée que sur un DOM en difficulté…et MAM absente, le voyage tardif du secrétaire d’état…les hésitations ou mésententes, cela fait beaucoup!

    la venue de SR était, de ce point de vue, responsable, montrant le lien de compassion de la métropole pour la population de cette île…

    et subventionner les transports vers les DOM? mais que va dire Nelly? ne vaudrait il pas mieux implanter un circuit d’approvisionnement public à partir des ressources locales pour agir sur les prix…je suis comme les libéraux, en symétrique: si le marché ne fait pas bien le boulot, complétons le par un « service de référence » public…

  • francis a écrit:

    et subventionner les transports vers les DOM? mais que va dire Nelly?

    Il y a des dispositions spécifiques en droit de la concurrence pour ce genre de territoires, et même des fonds structurels européens.

  • @francis : bien sûr qu’il serait souhaitable que les DOM puisent dans leurs ressources locales, mais à part le poisson (ressource fort mal utilisée, c’est vrai) je doute que la Guadeloupe puisse fournir assez de produits pour la consommation locale. On pourrait certainement produire davantage sur place si tout un chacun n’aspirait pas à devenir fonctionnaire, postes offrant de bien meilleures rémunérations et la garantie de l’emploi. L’erreur fut de transformer la prime d’éloignement des focntionnaires métropolitains nommés dans les DOM en prime de vie chère. Les fonctionnaires locaux demandèrent tout naturellement à en bénéficier (« si c’est cher pour lui, c’est cher pour moi »)d’où la désorganisation actuelle des activités de production. Avant de changer en profondeur les structures des îles, je ne vois pas d’autre solution que de subventionner le transport des marchandises et de commencer à rogner sur les primes de vie chère au fur et à mesure de la baisse des prix. L’idée est peut-être stupide mais je ne lis aucune proposition plus concrète dans ce qu’a dit Royal, qui d’ailleurs n’était pas mandatée par son parti.

  • @ Dang

    Toi qui a l’air de bien connaître, n’y-a-t-il pas une taxe type « octroi de mer » aux Antilles qui, de fait, majore sérieusement les prix des produits importés dans l’île ? Ca a un sens encore aujourd’hui ?

  • @Eponymus : Il y a en effet des taxes sur les marchandises importées, y compris de métropole, qui constituent une part importante des ressources fiscales de la région-département. La subvention à laquelle je pense pourrait commencer par abolir ces taxes et les remplacer par une aide supplémentaire de l’état aux collectivités locales. Dans les DOM comme dans les TOM, et aussi dans les collectivités territoriales de Mayotte et Saint-Pierre et Miquelon on a préféré obtenir la paix sociale par la multiplication du nombre de fonctionnaires. On voit le résultat de cette politique aujourd’hui.

  • @Dang

    C’est ce qui me semblait. Pour le peu que j’ai exporté aux Antilles, je me souviens que dans le processus de pricing les prix au détail était systématiquement majorés d’environ 30% du fait de cette taxe. En fait, répercutée systématiquement sur la population. Cela revient à dire, qu’en ce qui concerne les produits importés, les antillais payent une sorte de super TVA de 30 au lieu de 19,6. Compte tenu du budget 12 milliards d’euros des dépenses budgétaires et fiscales déjà consacré à l’outre mer, un peu plus un peu moins… Sait-on aussi la proportion de fonctionnaires aux Antilles comparée à la totalité de la population ?

  • la solution la plus logique passe par la géographie:
    au lieu de laisser importateurs, transitaires et autres affréteurs
    faire leur beurre sur le parcours métropole/DOM, il faut chercher les fournisseurs locaux et régionaux, cela ne me paraît pas impossible mais crée quelques crispations eu égard aux rentes de situation….
    mais je suis d’accord avec Dang: le sursalaire permanent des fonctionnaires, au départ limité dans le temps et réservé aux « métro » venus sur place n’est pas sain…
    il faudra faire preuve d’imagination pour contrôler les prix et les faire baisser…je ne suis pas certain que subventionner le transport ne soit pas un cautère sur une jambe de bois….

    je crois que l' »octroi de mer » est beaucoup plus bas que 30%
    mais le mécanisme de formation des prix est loin d’être transparent!

  • @Francis

    C’est 10, 20 et 30 en fonction des produits. Dans la formation des prix il faut compter aussi le transport par mer qui est loin d’être gratuit. Donc pour les produits de catégorie 30, c’est carrément 40% frais inclus que les produits coûtent au final. En l’occurrence, dans l’exemple lié à mes souvenirs il s’agissait d’un importateurs guadeloupéen « de souche » si j’ose dire, qui essayait juste de faire une marge. Je n’ai pas de souvenirs que les affréteurs étaient particulièrement chérots (mais c’est déjà loin) comparé à d’autres destinations avec une distance similaire. L’expression « faire leur beurre » n’est peut être pas tout à fait appropriée. J’aurais juste dit « bosser » moi.

  • Il y a d’autres éléments qui expliquent le coût élevé des importations : http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/la-vie-de-nabab-des-dockers-de-fort-de-france_114590.html

    Ce qui est navrant dans cette histoire, c’est que finalement j’ai l’impression qu’on n’est pas si loin de francis dans les analyses des raisons fondamentales du problème et des solutions envisageables. Problème de concurrence insuffisante, de fiscalité inadaptée, de poids excessif de la fonction publique, d’inégalités à de multiples niveaux…

    Domota, en se focalisant sur une augmentation de 200€ (qui va finir dans les poches des monopolistes de tout poil) ou même Royal (en limitant comme d’habitude son intervention au Sarko-bashing) sont contreproductifs. Ils éloignent le débat des sujets importants et empêchent l’élaboration d’une solution à long terme.

    Comme je le disais, si rien n’est fait pour modifier les conditions de concurrence sur l’île, les 200€ d’augmentation vont se retrouver dans les prix (googlez « incidence fiscale » si vous voulez comprendre pourquoi). Bref, dans 2, 3 ou 5 ans, ça va péter à nouveau. Et les Français comprendront de moins en moins pourquoi il faut toujours payer plus pour les DOM-TOM.

  • Encore un billet sur Royal?…

    C’est la première fois que je lis une charge aussi virulente contre Domota, et j’avoue ne pas très bien comprendre ce qui vous révolte à ce point.

    Sans avoir suivi tout çà de très près, j’ai effectivement entendu que ses discours étaient très virulents, mais s’il est aussi suivi c’est à priori qu’il exprime un sentiment largement partagé, non? Pourquoi le rendre responsable de tout, jusqu’à la mort d’un syndicaliste? Domota responsable de la délinquance aux Antilles?

    Ca donne un peu l’impression que vous attaquez Domota pour ne pas entendre les antillais.

    Pour vous l’idéal serait peut-être que les manifestations s’arrêtent et que chacun rentre chez soi. Mais voilà, les antillais pensent autrement…

  • Je précise :

    « Rien sur la rhétorique de cet homme qui flirte avec le racisme. »

    Un exemple serait bienvenu. Pour connaître un peu le contexte, il me semble que seul une grande méconnaissance peut conduire à voir du racisme dans la situation actuelle.

    « Un homme ouvertement indépendantiste même si, comme le note Alexis Brézet, il “fait des prodiges pour ne pas prononcer” ce mot. »

    « Indépendantiste », un grave défaut ou une opinion politique?

  • @Eponymus et Francis: Eponymus, quand tu situes l’octroi de mer à 30% du prix, tu n’es pas loin de la réalité puisque je crois que la moyenne est de 20%, mais il peut aller jusqu’à 50%, ce qui est considérable. Par ailleurs il serait tout de même plus judicieux d’importer dans la zone caraïbe, cela coûterait moins cher, ne serait-ce qu’en transport. On voit là toute l’inadaptation du statut de DOM qui impose les normes françaises et européennes aux produits et de ce fait rend les importations en zone caraïbe presque impossibles.
    Quant au pourcentage de fonctionnaires il doit se situer autour de 40% si on inclut la fonction publique territoriale.
    Francis ne croit pas à mon idée de subventionner le transport, il a peut-être raison, mais il faut bien commencer par quelque chose. L’idéal serait probablement, j’en conviens, de tout remettre à plat et d’imaginer un statut mieux adapté que celui de DOM, mais même dans ce cas il faudra évoluer progressivement et commencer par des mesures immédiatement perceptibles.
    Il faudra une génération pour changer un système basé sur l’assistanat.En attendant on fait quoi? Si toutefois on décide un jour de faire vraiment quelque chose, car c’est tellement plus facile de créer des postes de fonctionnaires bien payés ou d’envoyer des fonctionnaires métropolitains au gros pouvoir d’achat qui font vivre des prestataires de services…et flamber les prix. Tout ce qui a été fait jusqu’à maintenant dans les îles (pas seulement aux Antilles) consistait à avoir la paix pour 5 ans maximum.Aucune vision à très long terme depuis 1945. Cela ne peut durer éternellement.

  • Gatien a écrit:

    Sans avoir suivi tout çà de très près, j’ai effectivement entendu que ses discours étaient très virulents, mais s’il est aussi suivi c’est à priori qu’il exprime un sentiment largement partagé, non?

    Ceci dit, face un problème réel, qui sera le plus suivi ? Celui qui propose une solution de fond à longs termes en changeant les habitudes (le nombre de fonctionnaires, par exemple) ou celui qui va demander 200 € de plus pour tous en chantant « on est chez nous, vous n’êtes pas chez vous » ?

  • francis a écrit:

    décidement, il y a quelques semaines, tu arrivais à faire un billet sur elle sans propos ou actes de sa part et ici, au retour des congés bien mérités, un nouveau post su SR et les couv’de Match…

    Gatien a écrit:

    Encore un billet sur Royal?…

    Puis-je faire remarquer aux aimables sympathisants de gauche que les considérations des uns et des autres sur mes choix de sujet glissent sur moi comme l’eau sur les plumes du canard, qu’ils pourraient tout aussi bien s’enquérir de la monomanie sarkozyste de nombre de blogs et de medias, et que la consultation des articles taggés Royal vient sérieusement relativiser leur propos ? Ceci sans compter que le fait qu’il faut bien, parfois, accepter de lire des choses désagréables sur les personnes qu’on aime. C’est un peu comme ça, en politique.

    xerbias a écrit:

    Sur Royal, je me pose une question depuis des mois : met-elle encore les pieds en Poitou Charentes ?

    Ne sois pas de mauvaise foi : elle a dit qu’elle voulait s’occuper de l’international.

    Gatien a écrit:

    Sans avoir suivi tout çà de très près, j’ai effectivement entendu que ses discours étaient très virulents, mais s’il est aussi suivi c’est à priori qu’il exprime un sentiment largement partagé, non? Pourquoi le rendre responsable de tout, jusqu’à la mort d’un syndicaliste? Domota responsable de la délinquance aux Antilles?

    Avez-vous mal suivi la situation en Guadeloupe, ou mal lu mon billet ? Domota et le LKP ont consciencieusement fait monter la pression, chauffé à blanc la population, puis, pour mettre la pression sur le gouvernement, ont décidé de lâcher la bride. Dans les heures qui s’ensuivent, sur un barrage, un homme croyant apparemment faire feu sur une patrouille de la BAC en civile tue un syndicaliste. Vous seriez Elie Domota, n’auriez-vous pas, un peu, le sentiment d’y être pour quelque chose ?

    Sinon, Jean-Marie Le Pen arrive, lui aussi, à rassembler du monde. Je ne crois pas que ce soit un critère suffisant.

    Gatien a écrit:

    Pour vous l’idéal serait peut-être que les manifestations s’arrêtent et que chacun rentre chez soi. Mais voilà, les antillais pensent autrement…

    Non, vous n’y êtes pas. Ce que vous auriez dû écrire, c’est que je regrette le temps de l’esclavage, et que je suis certainement du côté des békés. Ca n’aurait pas de sens, et ça ne correspondrait pas à ce que j’ai écrit, mais bon, tant qu’on y est, autant se faire plaisir.

  • Koz a écrit:

    Ceci sans compter que le fait qu’il faut bien, parfois, accepter de lire des choses désagréables sur les personnes qu’on aime. C’est un peu comme ça, en politique.

    héhé… depuis un certain mois de mai 2007, vous (tous) forcez mon admiration, juste pour ça.

    Bon, sinon, je crois qu’on a fait le tour de la situation explosive Antillaise hein? Domota, ben c’est un peu Lepen de toutes façons. Royal: il aurait fallu qu’elle consacre son mandat poitevin à rectifier la situation ultra marine. Le peuple Antillais, ben lui, c’est pire, il est suffisamment stupide pour mettre sa sécurité et son économie en péril pour suivre des revendications même pas validées par Alexis Brezet.

    Reste surement un ou deux responsables à identifier dans cette histoire, mais bon, là, comme ça, ça me vient pas…

  • « Sur Royal, je me pose une question depuis des mois : met-elle encore les pieds en Poitou Charentes ? »

    Cette région serait dissoute sur la base du volontariat selon le rapport déjà enterré de Balladur.
    Et si on fusionnait le Guadeloupe avec le grand Paris ? Après tout, la région parisienne compte peut être plus de guadeloupéens qu’en Guadeloupe.
    Et que devient Bruno Gaccio ? L’auteur de ce blog a l’air bien rencardé sur la vie de Royal.
    Williamson cautionne t’il cette relation hors mariage ?

    Vous le saurez, en lisant le blog de Koztoujours.

  • En page d’accueil, lorsque le billet n’est pas encore commenté, il est écrit « ajouter votre commentaire« . Sous le billet, c’est « ajouter un commentaire« .

    Vous aurez remarqué que ce ne sont pas des impératifs.

  • Je suis totalement de votre avis Koz lorsque vous affirmez que Domota a sa part de responsabilité. j’ai été particulièrement écoeuré de l’entendre dire le lendemain du drame que l’état français était lui, directement responsable. Sa compassion à l’antenne d’une radio nationale pour le pauvre syndicaliste tué n’a duré que quelques microsecondes; suffisamment pour rebondir sur le thème de la Guadeloupe en colère que l’état assassine dorénavant. Quant à l’attitude de Royale la « sans vergogne » elle est tout bonnement inqualifiable, mais plus rien ne m’étonne venant d’elle. Elle serait de celles qui n’hésiteraient pas à couper des têtes juste pour arriver à leurs fins.

  • @Koz

    « Ceci sans compter que le fait qu’il faut bien, parfois, accepter de lire des choses désagréables sur les personnes qu’on aime. »

    Héhéhéhé…
    Moi, tout ce que j’en dis, c’est que lorsque vous suggériez qu’elle n’était peut-être pas vraiment digne d’intérêt, j’étais assez d’accord. Je suis juste étonné que vous ayez changé d’avis, surtout en revenant de vacances, supposées aérer l’esprit. 🙂

    « Domota et le LKP ont consciencieusement fait monter la pression, chauffé à blanc la population, »

    C’est là que je dis halte au raccourci. Le meurtre s’est passé dans un quartier dangereux. Même en temps normal les meurtres y sont fréquents. Assimiler cette affaire aux manifestations, c’est un premier raccourci.
    Ensuite, ce que dit Domota, je l’entends depuis des années, il ne fait qu’exprimer des sentiments profondément ancrés.
    Domota ou un autre, ce n’est pas vraiment la question. Quand les gens sont prêts à manifester, n’importe quel leader fait l’affaire. Prêter à un seul homme l’initiative d’un tel bazard en faisant abstraction complète du contexte dans lequel il se produit, c’est un deuxième raccourci.
    A part çà, ne me faite pas dire que les revendications du LKP sont intelligentes, ou constructives… Tous ce que je dis c’est que nous sommes en face d’un phénomène de société, pas juste d’une manipulation de foule par quelques excités.

    @Eponymus

    “on est chez nous, vous n’êtes pas chez vous”

    Question de contexte, et de malentendu autour de qui est « eux » et qui est « nous ».
    Supposons que des paysans d’Auvergne soient harcelés par des promoteurs de parc d’attractions véreux qui les exproprient un à un, et passent en trombe au milieu du village en voiture de sport.
    Supposons que ces paysans se mettent à manifester aux cris de “on est chez nous, vous n’êtes pas chez vous”. Direz vous, « racisme »?

    Que la situation antillaise soit équivalente ou pas, si on veut bien écouter les manifestants, on comprend que leur perception de la réalité se rapproche de cet exemple. Et il faut reconnaitre que des histoires d’entreprises qui dépassent les bornes, aux Antilles, ça ne manque pas.
    S’ajoute à çà la culture de l’esclavage qui est encore très très présente, et qui se transmet de grands parents en petits enfants.
    Coktail détonnant, qui se boit entre antillais, d’où l’importance qu’à pris le mot béquet dans les médias (qui, contrairement à ce qu’ont dis certains journalistes, ne désigne en aucun cas les métropolitains, mais les antillais maîtres).

    @Koz

    « Vous aurez remarqué que ce ne sont pas des impératifs. »

    Un peu dur quand même, non?

  • Quelle culot cette Ségo.

    PARIS (Reuters) – Ségolène Royal a assigné lundi en référé Paris Match à qui elle demande 50.000 euros de dommages et intérêts pour un reportage la montrant en compagnie d’un homme présenté comme son compagnon, annonce l’hebdomadaire.

    L’assignation, qui porte sur une « atteinte à l’intimité de la vie privée » a été déposée au tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine), précise Paris Match sur son site internet.

    « Ce sont des photos volées, ce ne serait pas dommage si on me laissait un peu tranquille », avait déclaré l’ancienne candidate socialiste à la présidentielle en annonçant qu’elle porterait plainte.

    La direction de Paris Match lui avait répondu en demandant d' »arrêter l’hypocrisie ».

  • Je lis avec toujours autant de plaisir votre blog et les conversations acharnés des commentateurs.
    Et n’en déplaise à certain, ça fait quand même plaisir d’avoir une vision différente de ce que peut nous servir les médias traditionnels.

  • elie domota tient des propos plus incendiaires que révolutionnaires
    mais le rendre responsable du tir par un excité me paraît légèrement exagéré…c’est comme si les ministres de l’intérieur qui incitent la police à être sans concession, étaient tenus pour responsables des bavures…

    mais, bon, passons!

    je note en tout cas que, en dépit de mes appels répétés, il n’y a personne ici pour défendre l’action, l’adresse du gouvernement dans la gestion de la crise guadeloupéenne…

    il y a plus de monde pour moquer SR, plus facile certainement…

    et marbella? marbella m’en fous. marbella pas concerné.marbella connais pas.

    [De Koz : Francis, puisque vous avez bien identifié le « troll », n’hésitez pas à vous en abstenir. Koztoujours n’est pas un site d’information destiné à couvrir l’ensemble de l’actualité politique et sociale. Je choisis mes sujets. Je n’apprécie pas spécialement les commentaires des uns et des autres qui croient pouvoir discuter de mes choix. A toutes fins utiles, je rappelle à ceux qui ne les apprécient pas, d’une part, que le Net est vaste et, d’autre part, qu’il n’y a rien de plus facile que d’ouvrir son propre blog. Ce jour-là, je n’irai pas chez vous, comme je ne le fais sur aucun blog, remettre en question le choix des sujets traités.]

  • gauchedecombat a écrit:

    alors le merle moqueur, toujours dans la facilité ?

    je te plains… et pourtant je n’iame guère les royalisytes en général, et la ségo en particulier…

    Oh. Mon Dieu. Monsieur de Combat trouve que je suis dans la facilité.
    Tout compte fait, je crois que je vais m’en remettre.

    Melkiore a écrit:

    Quelle culot cette Ségo.

    PARIS (Reuters) …

    Personne n’a relevé mon pari. J’en déduis d’ailleurs que personne n’est vraiment enthousiaste à l’idée de dîner avec moi.

    En revanche, je suis un peu étonné par cette assignation. Choisir le référé, c’est ajouter un risque à une action déjà incertaine. Le reportage est paru dans le dernier Paris-Match. Or, Paris-Match étant un hebdomadaire, le numéro concerné ne sera plus en vente au jour où le juge statuera.

    Vous avez deux cas d’ouverture du référé.

    L’article 808 :

    Dans tous les cas d’urgence, le président du tribunal de grande instance peut ordonner en référé toutes les mesures qui ne se heurtent à aucune contestation sérieuse ou que justifie l’existence d’un différend.

    L’article 809 :

    Le président peut toujours, même en présence d’une contestation sérieuse, prescrire en référé les mesures conservatoires ou de remise en état qui s’imposent, soit pour prévenir un dommage imminent, soit pour faire cesser un trouble manifestement illicite.

    Dans les cas où l’existence de l’obligation n’est pas sérieusement contestable, il peut accorder une provision au créancier, ou ordonner l’exécution de l’obligation même s’il s’agit d’une obligation de faire.

    En l’occurrence, il n’y a plus d’urgence, puisque l’hebdomadaire est en vente, et ne le sera plus au jour de l’audience. Et il n’y a pas de dommage imminent, pas plus que de trouble manifestement illicite à faire cesser, puisqu’il aura déjà cessé (sauf à viser le site Internet, dans les deux cas).

    Le résultat, c’est que le fond de l’action me paraît déjà très douteux – SR est une personnalité publique, qui a déjà exploité sa vie privée, elle se promène dans un lieu public dont l’une des particularités est d’être couru par la jet-set et les paparazzi qui vont avec – et que le choix procédural l’expose doublement à être déboutée.

    Faut-il voir par là une stratégie procédurale permettant d’engager une action comme promis, en s’efforçant de ne pas être débouté sur le fond mais de pouvoir invoquer un rejet basé sur de pures questions de procédure ?

    Gatien a écrit:

    Assimiler cette affaire aux manifestations, c’est un premier raccourci. Ensuite, ce que dit Domota, je l’entends depuis des années, il ne fait qu’exprimer des sentiments profondément ancrés. Domota ou un autre, ce n’est pas vraiment la question. Quand les gens sont prêts à manifester, n’importe quel leader fait l’affaire. Prêter à un seul homme l’initiative d’un tel bazard en faisant abstraction complète du contexte dans lequel il se produit, c’est un deuxième raccourci.

    Ce n’est pas ce qui se dit. Il se dit au contraire qu’Elie Domota fait preuve d’une grande habileté.

    Par ailleurs, recueuillir un sentiment largement répandu pour l’instrumentaliser, cela peut aussi s’appeler du populisme.

    Enfin, quel que soit le quartier, je maintiens qu’en chauffant à blanc la population, avant de lâcher soudainement la bride, pour mettre la pression sur le gouvernement, Domota assume une responsabilité dans la mort du syndicaliste. Le moindre organisateur de manifestation ressentirait une telle responsabilité. Chez certains, cela se traduira par des vitres cassées. Chez d’autres, par l’usage d’armes. Lorsque l’on est responsable, on ne peut pas manquer de prendre cela en considération. Et dans une stratégie que certains qualifient de révolutionnaire, il faut, encore, se demander si ce risque n’est pas assumé.

  • Koz a écrit:

    Faut-il voir par là une stratégie procédurale permettant d’engager une action comme promis, en s’efforçant de ne pas être débouté sur le fond mais de pouvoir invoquer un rejet basé sur de pures questions de procédure ?

    -> Si elle gagne elle pourra dire quelle aura été réellement victime.

    -> Si elle perd elle pourra dire que la justice est aux mains de Sarkozy et de ses copains gnagnagna tsétéra… et donc qu’elle est victime aussi.

  • Olivier a écrit:

    -> Si elle gagne elle pourra dire quelle aura été réellement victime.

    -> Si elle perd elle pourra dire que la justice est aux mains de Sarkozy et de ses copains gnagnagna tsétéra… et donc qu’elle est victime aussi.

    c’est sur, il y a des chances qu’elle sorte « gagnante » de la prochaine étape, même si elle a laissé quelques plumes dans la précédente. Si il est démontré que les photos ont été prises à l’insu de son plein gré, la position de Paris match va être difficile à tenir.

    D’ailleurs, ils font une erreur d’analyse en disant: « Pourquoi les photographes bienvenus pour couvrir (la) présence (de Ségolène Royal) à Pointe-à-pitre ne le seraient pas dans les rues de la station balnéaire espagnole ? ». ben justement du fait des limites imposées par la loi concernant la protection de la vie privée. Je crois savoir que dans le cadre de la vie publique, aucune autorisation n’est requise, dans le cadre de la vie privée, elle a un caractère obligatoire.

    Reste le débat sur la façon dont Royal entend contrôler son image dans les médias. Une stratégie qui, en effet, souffre de quelques incohérences…

  • zeyesnidzeno a écrit:

    D’ailleurs, ils font une erreur d’analyse en disant: « Pourquoi les photographes bienvenus pour couvrir (la) présence (de Ségolène Royal) à Pointe-à-pitre ne le seraient pas dans les rues de la station balnéaire espagnole ? ». ben justement du fait des limites imposées par la loi concernant la protection de la vie privée. Je crois savoir que dans le cadre de la vie publique, aucune autorisation n’est requise, dans le cadre de la vie privée, elle a un caractère obligatoire.

    La défense de Paris-Match sur ce point est effectivement mauvaise. On fait effectivement une première distinction selon que le personnage public agit dans le cadre de ses activités publiques, ou dans un cadre privé.

    Mais Mignard est assez mauvais aussi. D’après Paris-Match, il évoque Brigitte Bardot dans sa salle de bains et Catherine Deneuve dans sa cuisine. Outre le fait, comme le souligne Match, qu’il est amusant de prendre pour exemple des personnalités people et non des personnes politiques, juridiquement, il est évidemment très différent que la photo soit prise dans un lieu public ou non.

  • Elle a du appeler Genestar pour se plaindre, peut être.

    Sinon, vous semblez énervé après pourtant des vacances .. diantre, voilà qui est inquiétant. Ecrivez un billet sur bayrou, ça vous détendra. certes, on le voit peu à Marbella.

  • Koz a écrit:

    Outre le fait, comme le souligne Match, qu’il est amusant de prendre pour exemple des personnalités people et non des personnes politiques, juridiquement, il est évidemment très différent que la photo soit prise dans un lieu public ou non.

    oui, c’est vrai, et c’est sans doute là que ça va se jouer.

    Pour rappel la dernière condamnation de Match:

    L’hebdomadaire Paris-Match a été condamné par le juge des référés du TGI de Paris à verser 8.000 euros à S. Royal pour avoir publié des clichés montrant l’ancienne candidate socialiste à la présidentielle priant dans une église en Italie.

    La juge Anne-Marie Sauteraud a considéré que le magazine avait bien porté atteinte à la vie privée et au droit à l’image de Mme Royal, et l’a condamné à lui verser 6.000 euros de dommages et intérêts et 2.000 euros au titre des frais de justice. Elle relève que les clichés ont été « pris à l’insu » de Mme Royal et « publiés sans son consentement », alors que « cette visite était de nature exclusivement privée ».

    Il est vrai que Mme Royal « a acquis une notoriété particulière », relève la magistrate, et qu’elle « n’a jamais caché être issue d’une famille catholique », mais « il n’en résulte nullement qu’elle aurait accepté de renoncer à toute protection de sa vie privée ».

    est ce que la ballade sur les trottoirs de Marbella fera pencher la balance en faveur de Match cette fois ci? à suivre…

  • En fait, tout va dépendre de la perception des juges sur Marbella. Je ne pense pas qu’un juge ait jamais condamné un journal quelconque pour avoir pris en photo une célébrité se balladant dans les rues de St Trop, par exemple.

  • J’ai vraiment raté l’occasion de dîner avec Koz. Quand Koz a lancé son pari, j’étais absolument du même avis que lui, mais je n’étais pas suffisamment renseigné. Depuis trois ans Ségolène Royal a engagé quinze procédures contre la presse et gagné environ 30’000€ (2’000€ par ci, 6’000€ par là). Cette fois-ci elle demande 50’000€, elle a vraiment passé à la vitesse supérieure.

    Dans un sens, il y a de quoi être fâchée par cette photo. L’homme à côté d’elle ne présente pas vraiment très bien. On dirait que par rapport au cadre et au look de Ségolène Royal, le type fait plutôt body-guard ou chauffeur. Un autre petit détail qu’on voit sur la photo, SR a adopté les chaussures plates.

    Pourquoi avoir choisi Marbella ? C’est une des nombreuses questions que je me pose sur ce sujet. Marbella c’est indiscutablement un endroit fréquenté par la jet-set, même en hiver. C’est infesté de paparazzi. Quand on veut passer un week-end en amoureux, à l’hôtel, sans voir des gens qu’on connait et ne pas être repéré par les photographes, on ne va pas à Marbella (déjà il y a dans ce plan un petit côté parvenu et ridicule invraisemblable qu’il vaut même pas la peine d’élaborer). Et pourquoi passer seulement deux jours ? Est-ce que les vacances ont été écourtées à cause des événements à la Guadeloupe ? Ou bien, l’objectif était de se faire repérer par les photographes ? un peu comme on va à Eurodisney pour annoncer ses fiançailles. Une fois la mission accomplie, il n’y a plus de sens de rester plus longtemps. L’avenir nous dira si cet idylle est quelque chose de sérieux. Est-ce que Ségolène Royal est à ce point machiavélique d’utiliser l’atteinte à la vie privée comme source de revenu ?

    Je ne suis pas sûr non plus de la pertinence du voyage de SR à la Guadeloupe, car les récents déplacements lointains de SR n’ont pas été très convaincants.

    D’après Ségolène Royal, je cite, « Nicolas Sarkozy aurait mieux fait de « s’agiter » lui en Guadeloupe. » Faut-il prendre au sérieux cette recommandation parce que SR est une spécialiste des Antilles ?

    Quelle est vraiment cette histoire de connaissance approfondie du dossier des Antilles ? Elle a vécu Matnik-la entre l’âge de 7 et 10 ans, ce qui n’est pas significatif, et elle a fait un stage là en 1978, il y a 30 ans. D’après sa biographie, elle est sortie de l’ENA en 1980, donc je déduis que ce n’était pas un stage en préfecture de Martinique dans le cadre de l’ENA, même si je peux me tromper, cela ne fait pas d’elle une spécialiste des Antilles d’aujourd’hui. Elle n’a pas exercé de fonction liée aux Antilles. Elle n’a rien publié sur le sujet. Il y a certainement au parti socialiste des gens qui connaissent le sujet dix fois mieux qu’elle.

    La seule raison que je vois qui a un sens pour SR d’aller en Guadeloupe c’est de montrer une certaine reconnaissance au parti socialiste local pour le bourrage d’urnes dont elle a bénéficié. Il paraît qu’en créole on dit « on manman-kochon » quand on trouve plus de bulletins que de votans.

  • @ Gatien:
    et c’est aussi pour cela que circulent des pétitons en métropole pour demander l’indépendance de tous les DOM-TOM….

  • le bon sens du commentaire de Pepito met une fois de plus au jour les petites turpitudes et machinations de la dame.
    quelqu’un parlait ici de son « action politique ». faut-il avoir oublié l’essence et le sens de la politique pour attribuer à sa mesquine rapacité cette définition?
    presque plus personne n’est dupe, mais elle reste et s’impose dans notre champ comme un virus nécessaire, un poison dont nous ne savons pas trouver l’antidote…pauvre France!

  • @Danette

    Pas bien compris, c’est aussi pour « quoi »?

    L’idée d’accorder l’indépendance à toutes les îles a le mérite d’être originale et radicale.

    Ceci dit, comme l’expliquait un ancien ministre de Giscard l’autre jour à la radio (j’ai oublié son nom, quelqu’un qui était très au courant, et qui s’était occupé de l’indépendance de Djibouti, entre autres), la bonne logique est (ou fût) d’accorder l’indépendance aux populations qui le souhaitent.
    Or, si les africains ont voulu l’indépendance, si une minorité de corses la réclament, les antillais ne l’ont jamais vraiment revendiquée.

    Expulser un département de la République contre son gré, ce serait sans précédent, mais c’est vrai que les expulsions sont à la mode.

  • Pepito a écrit:

    Quelle est vraiment cette histoire de connaissance approfondie du dossier des Antilles ? Elle a vécu Matnik-la entre l’âge de 7 et 10 ans, ce qui n’est pas significatif, et elle a fait un stage là en 1978, il y a 30 ans. D’après sa biographie, elle est sortie de l’ENA en 1980, donc je déduis que ce n’était pas un stage en préfecture de Martinique dans le cadre de l’ENA, même si je peux me tromper, cela ne fait pas d’elle une spécialiste des Antilles d’aujourd’hui. Elle n’a pas exercé de fonction liée aux Antilles. Elle n’a rien publié sur le sujet. Il y a certainement au parti socialiste des gens qui connaissent le sujet dix fois mieux qu’elle.

    Pepito vraiment bien vu ! C’est là où je me pose des questions sur le travail journalistique jamais vraiment fait qui frise une étrange complaisance. C’est quand même fort de trouver cette analyse dans un blog et non pas dans les mainstream media.

  • Gatien a écrit:

    L’idée d’accorder l’indépendance à toutes les îles a le mérite d’être originale et radicale.

    C’est même l’opinion d’une majorité de français mais surtout à l’extrême droite cette fois… sur la base du (je résume ce que j’ai pu lire sur les forums) « Puisque Domota la réclame, puisqu’il parle de situation d’esclavage et d’apartheid, ces départements coûtent chers à la France et ne rapportent strictement rien à part les embrouilles des ces dernières semaines et donc qu’ils se démmerdent, bye bye ». Comme vous dites c’est original et en effet, radical.

  • Sur Royal, 2 choses.

    Ce n’est pas un élément isolé, elle n’a absolument aucun scrupule à exploiter un drame humain de la façon la plus basse possible pour nuire à Sarkozy. On se souvient du débat d’entre les 2 tours où elle avait carrément accusé Sarkozy d’être responsable du viol d’une femme policier en lui reprochant de ne pas avoir mis en place des dispositifs fantaisistes. Plus récemment, elle n’a pas hésité à se saisir du suicide de Joël Gamelin http://www.lepost.fr/article/2009/01/08/1378604_chantiers-gamelin-segolene-royal-denonce-les-banques-et-apporte-son-soutien.html pour critiquer Sarkozy. Aujourd’hui, c’est le cadavre de Jacques Bino qu’elle utilise comme tribune. Cette femme n’a absolument aucune décence. Aucune autre personnalité politique ne se permet ce genre de choses. Elle devrait lire ce billet de Koz http://www.koztoujours.fr/?p=533 pour réapprendre l’humanité et le respect.

    Pour ce qui est de la couverture de Match, c’est autre chose. Ce n’est pas parce que je t’ai invité 10 fois chez moi que tu peux venir sans invitation. Là dessus, je rejoins Aphatie http://blogs.rtl.fr/aphatie/index.php/post/2009/02/27/Le-journalisme-honneur-de-la-democratie-27/02 . Quel est l’intérêt journalistique de cette couverture? La liberté de la presse ne sert elle plus qu’à faire du people? Il y a une article remarquable d’Elizabeth Levy chez causeur sur la perversité de cette peopolisation http://www.causeur.fr/dura-lex-sed-rolex,2001.

    Ces « scoops » tirés de l’intimité des gens célèbres me répugnent et j’espère bien que Match sera à nouveau condamné. Je regrette seulement que, parmi ceux qui défendent Royal aujourd’hui, aucun n’ait reproché à Match d’avoir fait sa une, en pleine campagne présidentielle, sur le fait qu’un des principaux candidats était cocu. Ce genre de bassesses est criticable, même si ça tape sur un adversaire politique. Voir également Koz sur un sujet proche http://www.koztoujours.fr/?p=2961 .

  • La venue de Ségolène Royal en Guadeloupe est logique. La situation était pour le moins « sérieuse ». Et en tant que leader (parmi d’autres) de l’opposition de gauche, sa présence au côté d’une lutte sociale en faveur des bas salaires n’a vraiment rien de surprenant. Surtout quand on connaît les liens qu’elle a tissés depuis plusieurs années avec les Guadeloupéens (elle a dû faire 60% contre 40% à Sarko au second tour de la présidentielle et un score analogue voire supérieur face à Aubry auprès des militants). Quant à l’histoire du gouvernement de droite qui reproche à l’opposition de gauche de souffler sur les braises, elle est vieille comme le monde…

    Non, la question politique sur ce dossier, c’est surtout celle de l’absence (physique et mentale) de ceux qui nous gouvernent, Sarkozy et Fillon. Quelle autre « personnalité politique de premier plan » que Ségolène Royal a-t-on vu en Guadeloupe pour attester de la considération de l’élite métropolitaine pour ces questions d’outre-mer ? Yves Jégo ?

    Sur Paris-Match : no comment, je m’en fous. Que Ségolène Royal passe quelques jours de vacances à Marbella avec son nouvel ami, ça la regarde. Photo volée ou non ? La justice tranchera sur cette anecdote. Et j’avoue que je ne vois pas bien le « téléscopage » (le téléscopage entre le travail et les vacances ?).

    Tout en connaissant bien la règle du jeu (vous êtes naturellement, Koz, le seul maître du choix des sujets de votre blog, et si je ne suis pas content, je peux aller voir ailleurs sur la vaste Toile ou je peux même créer mon propre blog), je me permets néanmoins de vous suggérer deux sujets avant votre prochain billet sur l’inénarrable Mme Royal :

    1. Le partage des profits en trois tiers (investissement / salarié / actionnaire) suggéré par notre audacieux président (est-ce juste ? est-ce possible ? Sarkozy veut-il vraiment le mettre oeuvre ? qu’en pense le Medef et Libéral ?) ;
    2. La fin des paradis fiscaux (est-ce possible ? quel est l’enjeu ? l’occasion de la crise financière est-elle la bonne ? y a-t-il une réelle volonté politique ?).
  • Jeff a écrit:

    Tout en connaissant bien la règle du jeu (vous êtes naturellement, Koz, le seul maître du choix des sujets de votre blog, et si je ne suis pas content, je peux aller voir ailleurs sur la vaste Toile ou je peux même créer mon propre blog)

    Heureux de voir que je n’aurai pas besoin de me répéter. Reste plus qu’à intégrer pleinement la règle du jeu.

  • Y’a pas photo!

    je trouvais ce débat médiatique assez vain…mais il se poursuit, alors mon com’est indispensable, pour sûr!
    des photos de ségo, il y en a eu, en politique et en famille…pas toujours bienvenues à mon sens…
    mais il est vrai que « voler » un cliché d’une escapade sentimentale me paraît être d’une autre nature, attentatoire à la vie privée…
    des proches, de la famille ignoraient peut-être l’existence de cet homme…ils l’apprennent par la presse, c’est peu agréable, incorrect…

    il me semble que lorsque cecilia est partie, son mari se consola et la presse resta très discrète sur rumeur de la journaliste …
    de même qu’il y a un black out sur la vie sentimentale de la garde des sceaux… le principe d’une vie privée amoureuse réellement privée me paraît fort: d’ailleurs beaucoup de stars l’ont fait respecter par les journaux people qui ont été condamnés dans des cas analogues…
    j’espère que le juge confirmera ce droit et condamnera

    quant au commentaire toujours très partial de pepito, nous avons eu l’occasion de débattre ici: SR est venue aux Antilles représenter la République, avec une certaine dignité, ce que jusque là le pouvoir exécutif avait eu quelque peine à faire…
    et pourtant je ne suis pas un admirateur habituel de SR…

  • Francis, il faut une certaine dose de bonne volonté pour croire que Ségolène Royal a pu être surprise par ces photos. Elle va à Marbella, et d’une, elle descend dans le même hôtel que Gad Elmaleh, et de deux… Comme l’a relevé Liberal, au niveau discrétion, c’est un peu comme si Nicolas Sarkozy allait à Eurodisney avec Carla Bruni et belle-maman. D’ailleurs, lui, il n’a pas porté plainte.

    En ce qui concerne Rachida Dati, on peut penser que le respect de sa vie privée tient au fait qu’elle n’a jamais cherché à jouer sur sa grossesse, qu’elle s’est fermement tenue au silence sur l’identité du père, et qu’elle a manifestement pris garde de ne pas apparaître en des lieux trop publics.

  • elle a tout de même le droit, me semble t il, d’aller dans un hôtel à marbella sans vérifier qui y séjourne! aurait elle du sinon changer d’auberge? les people flashés à la plage avec une nouvelle conquête font aussi des procès pour atteinte…
    sa tenue, celle de son compagnon montrent plutôt une volonté de discrétion que de promotion…

    la comparaison avec NS est peu pertinente:il souhaitait manifestement rendre publique sa liaison avec carla….
    quant à RD, il me semble qu’elle a quand même mis un peu en scène sa grossesse: confidences à des journalistes, etc…la demande impérative de discrétion sur le nom du père a été ici respectée, elle est garde des sceaux…

  • Liberal a écrit:

    Je regrette seulement que, parmi ceux qui défendent Royal aujourd’hui, aucun n’ait reproché à Match d’avoir fait sa une, en pleine campagne présidentielle, sur le fait qu’un des principaux candidats était cocu.

    « lémédia » ne prennent pas vraiement la défense de Royal. Si on exclu Aphatie, je crois même que pas un seul éditorialiste ne se soit ému de son sort.

    Mais bon, c’est vrai, le climat n’est pas tout à fait le même autour des deux couv’ de Match.
    A l’époque de la « Une » avec cecilia, les yeux étaient alors rivés sur le siège de Genestar et les auteurs des photos avaient préféré ne pas signer leur « œuvre ». A gauche, on entendait: « bien fait! Fallait pas jouer avec ta vie privée » Comme on l’entend aujourd’hui concernant Royal et son droit à l’image à Marbella.
    Mais la presse, qu’en disait elle?: je n’ai pas de souvenir très précis de leur réaction de l’époque, en dehors de ce sentiment de crainte qu’inspirait Sarkozy. Cette crainte dénaturait tout. Au lieu de crier à la faute grâve contre Genestar, on attendait sa démission pour mieux la condamner.

    Comment expliquer ce traitement particulier?
    au clivage Droite/gauche et la prétendue bienveillance des médias pour la gauche/le pouvoir (rayer mention inutile selon)?

    ou est-ce du à la position de la cible, selon qu’elle occupe les plus hautes fonctions de l’état ou qu’elle est une figure de l’opposition?

  • Eponymus a écrit:

    C’est même l’opinion d’une majorité de français mais surtout à l’extrême droite cette fois… sur la base du (je résume ce que j’ai pu lire sur les forums) “Puisque Domota la réclame, puisqu’il parle de situation d’esclavage et d’apartheid, ces départements coûtent chers à la France et ne rapportent strictement rien à part les embrouilles des ces dernières semaines et donc qu’ils se démmerdent, bye bye”. Comme vous dites c’est original et en effet, radical.

    Faut aussi voir l’impression que peut donner ce mouvement ailleurs qu’aux Antilles. Si en métropole, le peuple se mettait à chanter « La France est à nous, la France est pas à eux » à destination des minorités visibles, n’hésitant à utiliser des menaces physiques pour obtenir l’ascendant sur elles, je sais ce qu’on dirait, et avec raison d’ailleurs.

  • francis a écrit:

    la comparaison avec NS est peu pertinente:il souhaitait manifestement rendre publique sa liaison avec carla…

    Et ce qui te laisse penser que tel n’est pas le cas de Ségolène Royal, c’est… ?

    Je te rappelerais volontiers qu’il y a probablement plus de paparazzi que d’habitant à Marbella, mais mon flair me laisse penser que nous tournons en rond.

  • @Xerbias

    Je vais me répéter – et on peut évidemment me contredire, mais c’est juste pour être sûr d’avoir été bien compris :

    « Faut aussi voir l’impression que peut donner ce mouvement ailleurs qu’aux Antilles. Si en métropole, le peuple se mettait à chanter “La France est à nous, la France est pas à eux” à destination des minorités visibles, »

    Je comprends bien l’impression que ça peut donner, mais la réalité est très éloignée de votre exemple.
    Aux antilles les gens manifestent contre ceux qui ont le pouvoir et l’argent, ça a peu à voir avec les minorités susceptibles d’être disciminées en France (sauf cas particulier de l’antisémitisme, d’après la légende…).

    Se demander comment ceci se transposerait en France, c’est intéressant. Encore faut-il transposer correctement. Les antillais ne manifestent pas contre des « minorités visibles », mais contre un système. C’est eux qui le disent, faisons leur confiance sur ce point!

  • Eponymus a écrit:

    C’est même l’opinion d’une majorité de français mais surtout à l’extrême droite cette fois… sur la base du (je résume ce que j’ai pu lire sur les forums) “Puisque Domota la réclame, puisqu’il parle de situation d’esclavage et d’apartheid, ces départements coûtent chers à la France et ne rapportent strictement rien à part les embrouilles des ces dernières semaines et donc qu’ils se démmerdent, bye bye”.

    J’ai voté dans une pétition pour demander un référendum sur l’indépendance de domtom, mais je ne suis pas d’extrême droite (ou tout du moins pas encore…)
    Je suis pour ce référendum, avec participation de la métropole, parce que c’est la métropole qui paie les pots cassés à chaque fois!

    La différence entre mon point de vue et celui de l’extrême droite est que je me fiche comme d’une guigne de la couleur et de la race de ces messieurs dames!

    C’est purement moral, à savoir basé sur l’égalité!
    – je ne vois pas pourquoi je paierais des impôts en plus pour des gens qui gagnent déjà 40% de plus de salaire (plus de la moitié sont fonctionnaires, paraît il?) alors que la vie est plus chère de 20%, avec une réduction de base imposable de 40%…
    – je ne vois pas pourquoi je paierai des impôts pour faire vivre des gens qui crient haut et fort qu’ils ne m’aiment pas!

    je sais qu’un chrétien doit tendre la joue gauche lorsqu’on lui frappe la droite! Eh bien, dans ce cas je suis au pire hérétique, au mieux absolument plus charitable…
    Mais je ne vois absolument pas de notion de racisme dans ces motivations!

    Quant à Ségolène, je me fiche comme de l’an 40 qu’elle sorte avec un type (super moche en plus! Elle aurait du trouver quelqu’un d’aussi beau que Obama, c’eut été plus Classe).
    Néanmoins, j’ai des doutes quant à sa sincérité d’anonymat!

  • @Jeff : oui à part Ségolène Royal et Yves Jégo (et Besancenot)personne n’est allé en Guadeloupe. Faut-il en conclure que la première secrétaire du parti socialiste se désintéresse des problèmes de ce département?

  • @Tara

    « je me fiche comme d’une guigne de la couleur et de la race de ces messieurs dames! […] des gens qui crient haut et fort qu’ils ne m’aiment pas! »

    Si vous ne faites pas attention à la couleur, qu’est ce qui vous fait penser que vous êtes dans le « vous » de « pas chez vous »?
    A part le fait que vous les voyez « noirs ».

    Regardez vous-même quels types d’organisations ont fondé LKP :
    http://www.lkp-gwa.org/qui.htm

    Des syndicats, des associations à buts écologiques ou culturels. Pas le profil typique de mouvements racistes.

    Lisez leurs revendications :
    http://www.lkp-gwa.org/LIYANNAJ_KONT_PWOFITASYON_PF_4_PAGES-1.pdf

    Pas franchement raciste non plus. Identitaire par moment, tout au plus (textes en créôle, demande de reconnaissance et réparation de massacres passés, affirmation d’une spécificité culturel). Des organisations bretonnes en font autant.

    Pour le reste, des revendications syndicales plutôt classiques, certaines carrément clientélistes, quelques unes pas complètement idiotes, voir humanistes (ex. « arrêt des abominations à l’encontre des travailleurs étrangers. » (?))

  • Gatien a écrit:

    Si vous ne faites pas attention à la couleur, qu’est ce qui vous fait penser que vous êtes dans le “vous” de “pas chez vous”? A part le fait que vous les voyez “noirs”.

    j’ai parlé ou écrit « noir »?
    j’ai dit quelque part que je les voyais noirs?

    Allons, relisez moi!
    A moins que vous lisiez entre les lignes!
    J’ai dit que je me fichais de la race, de la couleur (et de la culture) de ces gens là!
    Quand on dit qu’on se fiche de la race de quelqu’un, c’est toujours sous entendu qu’on se fiche qu’ils soient noirs ou qu’on les voit noirs?

    Il n’y a que deux races dans le monde? La noire et la blanche? Il va falloir que je me mette à re potasser mes cours sur les espèces, les familles et les races….

    ce qui veut dire que le « vous » et le « nous » s’adresse uniquement à ces deux races?
    Il n’y a pas de blancs qui se sentent « chez eux  » et estiment que nous ne sommes pas « chez nous » sur leur territoire? ou qui revendiquent le « chez eux »?

    C’est curieux comme raccourci!

    (par contre, j’ai une amie qui travaille là bas: elle me dit qu’une dame blanche a intérêt à ne pas sortir seule lors de certaines fêtes du pays. Est ce vrai? je la suppose franche!)

    NB : je suis pour l’indépendance de la Corse, l’indépendance du Tibet…quelque soit la couleur, la race et la religion de ces messieurs dames!

    Et ne supporte plus du tout les syndicalistes patentés, quelque soit leur race et leur couleur! (par contre, j’ai bien réalisé de quel bord politique ils étaient…. Du même bord que le LPK, non?)

  • @Tara

    « ce qui veut dire que le “vous” et le “nous” s’adresse uniquement à ces deux races? Il n’y a pas de blancs qui se sentent “chez eux ” et estiment que nous ne sommes pas “chez nous” sur leur territoire? ou qui revendiquent le “chez eux”?

    C’est curieux comme raccourci! »

    A la bonne heure! Ca va mieux en le disant.
    Mais ça ne répond pas à ma question : qu’est-ce qui vous fait dire que les manifestants ne « vous » aiment pas?

    A moins que vous ne reculiez pour mieux sauter :

    « une dame blanche a intérêt à ne pas sortir seule lors de certaines fêtes du pays »

    Troublant, pour le moins.

  • Gatien a écrit:

    “une dame blanche a intérêt à ne pas sortir seule lors de certaines fêtes du pays”

    Troublant, pour le moins.

    Oui, je vous l’accorde : troublant, mais véridique et qui explique mon sentiment qu’ils ne nous aiment pas!

    Afin de peaufiner ma réponse à Gatien, je voudrais ici redonner des informations essentielles, apprises en cours de biologie, mais que nous avons tous et toutes oubliées (moi la première, j’ai du rechercher des informations pour donner de bonnes précisions).

    Ceci dans le but de comprendre la différence entre racisme et génétique
    (en référence aux événements hors métropole)

    Classification de l’homme :
    – Règne: animal
    – Embranchement : vertébrés
    – Classe : mammifères
    – Ordre : primates
    – Famille : hominidae
    – Sous famille (ou tribu) : hominini
    – genre: homo
    -Espèce : sapiens sapiens

    Quant est il des races ?

    Il est admis aujourd’hui qu’il n’y a pas de races à proprement parler, contrairement à ce que les scientifiques croyaient à la fin du XIXeme siècle, début du XXeme , croyance qui amena aux abus que l’on connaît, à moins d’être négationniste !

    Néanmoins, nous voyons tous (à moins d’être aveugle –pardon, d’être « non voyant »-) qu’il y a des différences visibles entre les êtres humains, notamment la couleur de la peau.

    Quant est il génétiquement (oui je sais, « génétiquement » est un gros mot, mais nous l’utilisons encore en médecine, jusqu’au jour où on trouvera une périphrase genre « non voyant » ou « non entendant »)

    Vous savez que la génétique nous apprend que nous avons des chromosomes (23 paires de chromosomes) qui sont le support des informations génétiques dans chacune de nos cellules et que sur ces chromosomes il y a des gènes.

    Un gène est une partie d’un chromosome formant une unité d’information génétique. Un gène détermine la mise en place et la transmission d’un caractère observable
    Le génome est l’ensemble des gènes portés par les chromosomes d’une espèce.
    Le terme allèle (du grec allelos l’un, l’autre), désigne chacune des différentes formes ou versions possibles d’un même gène, relatives au même caractère.C’est une séquence d’ ADN située sur le même site chromosomique (Locus) et correspondant à différentes versions d’un même gène. Un gène qui ne possède qu’un seul allèle est dit monomorphe, un gène qui en possède plusieurs est polymorphe.

    La couleur de la peau dépend de l’abondance d’un pigment, la mélanine, dans les cellules de l’épiderme (= les cellules constitutives de la peau). Une peau blanche contient peu de mélanine, une peau noire, beaucoup, mais tous les humains en produisent (d’où le fait qu’il n’y a ait pas de races différentes dans le genre homo)

    Encore aujourd’hui, à ma connaissance, pour expliquer simplement l’origine génétique de la coloration de la peau, on admet qu’elle dépend de 4 gènes ( 3 pour wikipédia ?) situés sur des chromosomes différents. (mais cela peut changer au fur et à mesure de l’évolution des connaissances de la génétique)

    Chaque gène possède 2 allèles. L’intensité de la coloration de la peau dépend du nombre d’allèles dominants (A,B,C,D) et du nombre d’allèles non dominants (=récessif) (a,b,c,d).
    Ce qui signifie que tous les humains ont des allèles à expression plus ou moins marquée de ces trois (ou 4?) gènes.

    Selon Wiki :

    En 2008 la revue Science a publié l’étude génomique la plus complète jamais effectuée. Cette étude compare 650 000 nucléotides chez 938 individus appartenant à 51 ethnies. Les nombreux généticiens qui ont participé à ce travail herculéen ont conclu de leurs travaux qu’il existait sept groupes biologiques parmi les hommes : les Africains subsahariens, les Européens, les habitants du Moyen-Orient, les Asiatiques de l’Est, les Asiatiques de l’Ouest, les Océaniens et les Indiens d’Amérique

    On constate donc qu’il y a des différences…. Visibles, médicalement parlant!

    En conclusion, j’aimerai vous citer un morceau d’article qui me paraît intéressant, à propos de ces différences de production de mélanine : (c’est in extenso, hormis les fôtes d’ortografe que j’ai supprimées, je n’ai pas supprimé les fautes de grammaire).

    Il semblerait que parler de « groupe de populations » a meilleur sens dans la mesure où l’on retrouve des gènes proches qui eux ont une signification et une pertinence médicale.
    Du point de vue de la médecine il paraît plus judicieux de parler de descendance que de races (caucasiennes ou autres) ….car il y a longtemps que les populations de proximité ont pris le dessus en termes de gènes par rapport à une « race caucasienne imaginaire ».
    Pour finir il paraît évident et reconnu maintenant que la notion de races humaines sous toutes ses formes ont servi de prétexte à un racisme latent et pire que la religion elle est à l’origine des plus gros crimes qu’est connu l’humanité !!!!
    Le concept de races est une idéologie dont les fondements sont arbitraires, discriminantes dont l’objet est de justifier une différence culturelle par une différence physique soit dit en passant que cette différence culturelle peut être étalonnée, hiérarchisée et donc reconnaissance de la supériorité de certains individus sur d’autres par simple reconnaissance physique.
    http://www.convergencedescauses.com/content/view/16/46/

    Ce texte exprime bien combien la sociologie a pris un ascendant énorme dans notre culture où tout est allègrement mélangé : génétique, culture, différence physique, races, et religions…
    (je trouve le terme de « population » approprié, pourquoi pas…)

    (mon chien de race pékinoise a t il un QI supérieur au chihuahua de mon voisin ?)

    Encore que si un jour on trouve le chromosome de la c.., pardon, de la bêtise, il sera trouvé sur la grande majorité de l’espèce sapiens sapiens, et rassurez vous, il n’y aura là encore pas de notion de races , parce que, quelque soit l’expression plus ou moins marquée des allèles permettant la fabrication de la mélanine, tous les humains seront concernés!

    D’où le concept de racisme totalement idiot à la base, puisque basé sur une idéologie et non pas sur du scientifique…tout en sachant qu’au fur et à mesure des avancées techniques qui permettront une meilleure connaissance du génome, il pourra y avoir des changements de conception.
    Il faut savoir se remettre en cause !

    Donc être raciste cela veut dire : je trouve les homo (pas les homosexuels 😉 dont les allèles produisant la mélanine ont une expression plus marquée stupides et inférieurs aux homo dont les allèles produisant la mélanine sont récessifs ! C’est beau, hein !
    Et moi, je dis, en parlant des sympathisants du LPK: leurs allèles qu’ils soient dominants ou récessifs, je m’en fiche, ce que je ne veux pas c’est payer pour qu’ils me disent que je ne sers à rien d’autre qu’à payer des impôts pour tenter de rembourser les dégâts qu’ils ont fait dans leur pays !

    Et je trouve certains métropolitains, dont il est fait mention dans ce billet ayant les mêmes gènes et les mêmes allèles que moi,ont, comment dire, un QI un peu particulier!

    Pardon d’avoir trollé un peu, mais je suis un peu lasse de voir que tout est ramené au racisme!

  • “une dame blanche a intérêt à ne pas sortir seule lors de certaines fêtes du pays” Troublant, pour le moins.

    Oui, je vous l’accorde : troublant, mais véridique et qui explique mon sentiment qu’ils ne nous aiment pas!

    Oui, c’est ce qu’il me semblait.

    Les manifestants sont des noirs, ou du moins, pas des blancs.
    Or, une dame blanche a rencontré des antillais pas blancs et agressifs.
    Donc, les manifestants n’aiment pas les blancs.
    Vous êtes blanche, les manifestants antillais ne vous aime pas.

    Il me semble que nous répétons la même chose depuis le début. Je ne crois pas avoir trop travesti votre cheminement de pensée, si?

  • je généralisais le « nous » aux métropolitains.
    En soi, que quelqu’un m’aime ou ne m’aime pas dans un pays lointain (et même près) ne me gêne pas.
    Et j’assimilais « dame blanche » à « dame de métropole », dans la mesure où, autant que je sache, les habitants de métropole sont majoritairement possesseurs d’allèles ne permettant pas une grosse production de mélanine.
    Et dans la mesure où ce n’est pas une dame blanche mais les dames blanches qui ont ce genre de difficultés, d’après mon amie.

    Et je ne vois pas le rapport avec le niveau de QI et une éventuelle hierarchisation des homo sapiens sapiens selon leur couleur de peau!

    Mais bon, puisque vous restez sur vos positions et voulez absolument que je sois raciste, parce que j’ai le sentiment que la majorité des manifestants ne nous aiment pas, je ne vais pas m’éterniser là dessus. Je ne vous convaincrai pas et ça m’est égal. Je sais ce que je pense, je plonge dans mon inconscient régulièrement devant mon psy, sans que cela me donne de cauchemars et je suis sereine sur ce plan là.

  • Curieux raisonnement, Gatien.

    On a entendu « la gwadloup se a nou, la gwadloup se pas ta yo ». On a entendu les comparaisons du nombre de noirs et de blancs dans la haute fonction publique. On a entendu Domota présenter ce conflit comme celui des fils d’esclaves contre les flis d’esclavagistes. On l’entend parler systématiquement en Créole publiquement et refuser de s’exprimer en Français. On l’a entendu commenter l’arrivée sur l’île de forces de maintien de l’ordre par « comme d’habitude, la France envoie la police pour tuer des Guadeloupéens ». On l’a entendu déclarer que s’il n’obtenait pas entière satisfaction « il ne répondrait plus de rien ». On l’entend aujourd’hui déclarer que les entreprises signeront l’accord ou quitteront la Guadeloupe.

    Et après tout ça, vous demandez à une femme blanche et métropolitaine : « qu’est-ce qui vous fait dire que les manifestants ne “vous” aiment pas?. Vous insinuez qu’elle est raciste.

    D’après vous, ils sont racistes les maghrébins qui ont l’impression que les skins ne les aiments pas?

  • A verser au dossier, cette appréciation de Libération :

    « Soit ils appliqueront l’accord (prévoyant une augmentation salariale mensuelle de 200 euros), soit ils quitteront la Guadeloupe. Nous sommes très fermes sur cette question là. Nous ne laisserons pas une bande de békés rétablir l’esclavage», a ajouté le leader du LKP. Une référence directe aux descendants de colons blancs, accusés de monopoliser les richesses, qui ravive le spectre de tensions raciales dans une île à l’histoire marquée par l’esclavage. »

  • Je ne cherche à coller l’étiquette « raciste » à personne, j’essaie plutôt d’analyser des raisonnements.
    En matière d’étiquette, mes interventions tendent au contraire à décoller l’étiquette « raciste » que certains ici collent un peu vite sur les antillais.

    Je crois – en fait je suis sûr – qu’il y a une différence de perception entre le vous/nous prononcé et le vous/nous entendu par certains métropolitains s’exprimant ici.

    Le « nous » des manifestants est, globalement, un « nous » de gauche. Je comprends donc que ce ne soit pas évident pour des gens plutôt à droite. C’est « nous » les pauvres, les opprimés, les esclaves, et « eux » les méchants patrons qui ont le pouvoir et l’argent – et qui pour ne rien arranger sont les fils des esclavagistes (esclavagiste ne veut pas dire blanc!).

    Le dernier post de Koz va dans mon sens, même si certains auront l’impression qu’il va dans un autre. Domota vise les békés, les colons, pas les métropolitains ou les blancs d’une manière général.

    La différence ne vous semble peut-être pas évidente. Pourtant elle est immense.
    J’ai partagé quelques années de ma vie avec une antillaise afro-indienne. Jeune, tolérante, ouverte d’esprit – suffisament pour vivre avec un métropolitain blanc en tous cas.
    J’ai aussi quelques amis békés. Jeunes, tolérants, ouverts d’esprit, etc.

    Et bien figurez vous que, même en métropole, l’atmosphère pouvait se tendre s’ils se retrouvaient dans la même pièce. Des attitudes d’un autre âge, des complexes de part et d’autres, qui n’étaient dûs qu’à leur histoire commune, aucun d’eux n’accordant par ailleurs d’importance particulière à leur couleur de peau.

    Je crois que personne d’autre qu’eux ne peut comprendre çà, et c’est ce qui me désole quand je vois certains ramener çà à une question de noirs/blancs, ou d’insulaire/métro.
    Dans la perception des antillais, qu’ils soient métis ou békés, les divisions sont plutôt pauvre/riche, et descandant de maîtres / descendant d’esclaves. Il me semble que sur ces divisions on peut généraliser à tous les antillais sans être trop dans le faux.

    Sur le racisme anti-blanc, au contraire, il n’y a pas de généralisation possible. Vous trouverez facilement des antillais racistes, comme dans n’importe quelle population, mais vous en trouverez aussi beaucoup qui ne le sont pas.
    Vous aurez beaucoup plus de mal, en revanche, à trouver un antillais capable de franchir, dans un sens ou dans un autre, la barrière invisible qui sépare le monde des békés du monde des « autres ». Deux micro-sociétés dans la société francaise.

    Maintenant la question essentielle : pourquoi moi, qui suit un métropolitain blanc francais de souche, devrais-je m’identifier à l’un des côtés plutôt qu’à l’autre, comme le fait Tara?

    Il n’y a aucune raison. Nous sommes tous francais, mais je ne suis ni métis descendant d’esclave, ni béké. Et quand je vois des images des manifestants, je n’ai pas de réflexe d’identification à un groupe ou à un autre. Même si je comprends que d’autres puisse l’avoir. Affaire de vécu et de perception.

    @Liberal

    « D’après vous, ils sont racistes les maghrébins qui ont l’impression que les skins ne les aiments pas? »

    Vous faites la même erreur que Tara. « Les skins », ce ne sont pas « les francais blanc », ce sont « des francais blancs racistes ».

    Votre comparaison suppose une symétrie entre les populations métis des antilles d’une part, et les skins d’autre part. Symmétrie que je n’admets évidemment pas.

    La bonne question, symétrique, serait plutôt : « ils sont racistes les maghrébins qui ont l’impression que les blancs ne les aiment pas? »

    Réponse beaucoup moins évidente n’est-ce pas? Pour le moins, on peut dire qu’ils ont des préjugés racistes.

    Mais je répète coller l’étiquette « raciste » ne présente pas un grand intérêt à mes yeux. Chacun ayant sa propre petite définition personelle des mots « race » et « racisme » (avec mes définitions par exemple, celles du Larousse, les deux concepts ne sont pas liés), c’est le dialogue de sourd garanti.

  • Liberal a écrit:

    D’après vous, ils sont racistes les maghrébins qui ont l’impression que les skins ne les aiments pas?

    Je vous ai connu plus juste dans vos comparaisons et dans vos analyses. Les guadeloupéens seraient donc de dangeuereux extrémistes racistes et prompt à casser du blanc ?

    C’est intéressant de constater ce que chacun retient de ce conflit. Les déclarations que chacun aura choisi de piocher parmi les nombreuses prises de position.

    Il y a eu des propos, et pire, des actes irresponsables de la part de certain guadeloupéens qui ont préféré entretenir la confusion sur la nature exacte des revendications. Il y a en effet, au sein de la population gualdeloupéene certains courants privilégiant l’opposition noir/blanc, l’exarcebant même parfois, n’hésitant pas a faire leurs, des méthodes qu’ils condamnent quand elles sont utilisées par l’extreme droite. Il ne s’agit pas de les ignorer, seulement de leur laisser la place qui est la leur, celle d’une minorité, comme il en existe aussi en métrople.

    Reste que la vaste majorité des commentaires des élus, des citoyens étaient, quant à eux, constructifs revendiquant une plus grande justice sociale tout en affirmant leur attachement à la république. Même Domota (qui vient affaiblir la voix de cette vaste majorité avec son récent dérapage) n’a jamais pris le risque pendant les négociations, de mêler revendications identitaires et aux revendications sociales. Tout simplement parce qu’elle ne reflétait aucune majorité au sein du collectif, au sein de l’opinion et que de mettre en avant ce type de revendication c’était prendre le risque de l’éclatement.

  • Gatien a écrit:

    Votre comparaison suppose une symétrie entre les populations métis des antilles d’une part, et les skins d’autre part.

    Non. Cette comparaison suppose une symétrie entre les extrémistes à l’intérieur de la population des Antilles d’une part, et les skins d’autre part. C’est une assez bonne symétrie, à ceci près qu’en Guadeloupe les extrémistes en question trouvent en Domota un relais dont l’audience est désormais nationale.

    zeyesnidzeno a écrit:

    Les guadeloupéens seraient donc de dangeuereux extrémistes racistes et prompt à casser du blanc ?

    Non, pareil que pour Gatien. Certains guadeloupéens sont de dangereux extrémistes, sinon racistes, du moins suffisamment anti-békés pour menacer lesdits békés de les rejeter à la mer. Ce n’est pas la peine de le nier: ces sentiments s’expriment publiquement.

  • « Certains guadeloupéens sont de dangereux extrémistes, sinon racistes, du moins suffisamment anti-békés pour menacer lesdits békés de les rejeter à la mer. Ce n’est pas la peine de le nier: ces sentiments s’expriment publiquement. »

    Je suis d’accord sur çà aussi.

    J’ajouterais que certains francais sont de dangereux extrémistes, sinon racistes, du moins suffisament anti-antillais pour menacer lesdits antillais de les rejeter à la mer. Ce n’est pas la peine de le nier: ces sentiments s’expriment ici même, et aussi publiquement.

  • N’importe quoi, Royal n’est allé en Guadeloupe que parce qu’elle n’a rien d’autre à faire étant donné qu’elle a perdu et qu’elle n’est pas présidente. La vérité est que ces DOM sont à 6000 bornes et que tout le monde s’en fout. On leur balance des centaines de millions d’argent public en prestations sociales et en emplois publics fictifs par milliers pour qu’ils nous foutent la paix. Si elle était présidente elle aurait d’autres chats à fouetter et elle s’en foutrait de la Guadeloupe, mais comme elle est née la bas, qu’elle a rien d’autre à foutre et qu’elle veut faise sa belle démagogue genre « regardez moi j’y suis où et le président ? » elle y va bien en Guadeloupe mais avec quelles solutions pour ce peuple? Rien, que dalle, des clous, des nèfles, c’est de la comm à 2 balles comme elle sait très bien la faire mais c’est certainement pas elle qui a des solutions pour les guadeloupéens ou pour qui que ce soit d’ailleurs.

    http://haltalavacuite.unblog.fr

  • épilogue:

    paris match condamné pour non respect de la vie privée,

    amende ramenée de 50 K€ demandés à 16 K€, « du fait de l’exposition médiatique antérieure de SR »

    fermeté sur les principes, clarté dans la motivation, appréciation personnalisée dans la sanction,

    elle est pas belle la Justice de notre pays?

    sans qu’il soit nécessaire de virer le directeur du journal…

Les commentaires sont fermés