Ségolène Royal dévisse dans les sondages

Oui, oui, oui, oui, oui. Je vous vois venir. C’est que je commence à vous connaître. Vous allez me dire que ce ne serait pas l’information principale de cette nouvelle batterie de sondages. Vous allez sortir les mots qui fâchent, me dire « mauvaise foi« , me dire « aveuglement« , me dire « partialité« . Moi ? Bon. Admettons. J’envisage d’ailleurs d’écrire à Nicolas, à ce sujet. Mais tout de même, Danette dévisse.

On dit qu’une cure d’opposition vous ragaillardit une popularité. On pense qu’après avoir incarné l’espoir de tout un peuple de gauche, une femme debout devrait mieux se porter que celui qui s’érode. Foin de tout cela. Si 52% des personnes interrogées souhaitaient la voir jour un rôle important dans les années à venir en mai-juin dernier, ils ne sont plus que 42% aujourd’hui. Et elle a perdu 5 points depuis le mois dernier.

Donc, hein. Bon.

Tout de même.

Maintenant, on peut passer un bon week-end.

Billets à peu près similaires

43 comments

  • oui mais on m’a toujours appris que ce qui compte c’est le trend ! et quand on regarde les phases cycliques de la courbe on voit que le trend est à la hausse ! Bon WE quand même ! 🙂

  • Oui mais alors là, Thaïs, il faut s’accorder sur le point de départ du trend. Il y a 11 ans, elle était à 52. Donc là aussi, elle baisse. Apparemment, elle est morte entretemps, en octobre 2003 (il faudrait rechercher ce qui a bien pu se passer à cette date) pour ressusciter brusquement en octobre 2005.

    Liberal : je me suis réjouis ? Si je l’ai fait, c’était pas exprès, alors.

    Plus sérieusement, tout de même, je trouve que ce n’est pas complètement anodin, même si l’intérêt est relatif. Elle a tout de même DSK et Delanoë devant elle…

    En plus, j’ai même pas parlé de Bayrou. – 19.

  • Le plus grave, c’est que Besancenot soit à 39. Quand nos medias cesseront ils de présenter ce dangereux extrémiste comme un mec sympa? Et quand le PS cessera-t-il de le crédibiliser?

  • Bonne idée, de london. Cessons d’utiliser ces anglo-saxons smileys, préférons-leur les didascalies (didascalie indicative : koz cligne de l’oeil droit)

  • Oui mais elle va dire qu’elle est avec ses 17 millions de voix, non mais alors ! « On ne me les enlèvera jamais jamais jamais… »

  • C’est dans C-dans-l’air d’il y a 3-4 jours que Cairol (je crois) disais que les sondages de votes entre Sarkozy-Royal donneraient toujours 53/47 si on votait dimanche prochain en simulation de présidentielle…

  • Ah non, c’est glauque ça, Effigy ! Et ce n’était vraiment pas à l’honneur de son auteur… si tant est qu’il en ait jamais eu pendant sa carrière de girouette obsessionnelle…

    Mais, non, les femmes battues, pour un féministe comme moi, ça craint. Alors les blagues dessus, c’est un peu le haut le coeur. Fais pénitence, jeune mécréant !

    (Didascalie indicative : london a un air mauvais, un regard de travers)

  • (didascalie indicative : eponymus en aparté, au public)

    Je crois bien que ce baromètre indique tout autant la présence des personnes dans les médias que de leur vraie popularité. Par exemple la courbe de du très discret Seguin (depuis qu’il a quitté la scène politique) comparée à celle de Besancenot. Or, je suis persuadé qu’un duel électoral présidentiel Besancenot Seguin donnerait invariablement Seguin gagnant.

    (didascalie indicative : eponymus sourit en se dirigeant d’un pas léger vers la porte de sortie côté jardin)

  • ok, ok… alors en fait si, london a un air mitigé car il veut pas que effigy prenne ça pour une agression mais il est ultra sensible sur la cause des femmes. Il a à présent un regard shakespearien : to beat or not to beat ?

  • (Pepito avec l’index décrivant des cercles au niveau de la tempe, c’est-à-dire à côté de la fosse temporale du crâne )

  • Euh…to beat (porter des coups) ou to bite (mordre)… les deux feraient l’affaire… Quelle est ta question, Koz ?

    (london imite pepito avec application)

  • a london, c’est bien pour en fustiger l’auteur, que je l’ai cité, quoique…… Didascalie indicative : effigy rigole comme d’hab.

  • Ca a l’air bête mais je commençais à culpabiliser… donc merci beaucoup effigy pour avoir clarifié la situation ! Bon we à toi !

    (didascalie indicative (ben je sais pas… c’est vrai que la simple parenthèse pourrait suffire… je crois qu’il faut absolument que le conseil Kozien se réunisse pour trancher cette évolution décisive) : london éprouve un vif soulagement)

    [EDIT pour Thais en dessous : ben non c’est un mec qui fait des nunchakus !!]

    [EDIT pour Koz un peu plus bas : london en pleure encore !]

  • London, ton lien ça évoque une majorette ? et puis attention moi je vais le protéger notre Effigy !

    Koz : tes dida quelque chose c’est pas pour les feignants et pourquoi Danette ? Tu te lèves pour elle ?

  • Moi pas. Mais quand elle dit, dimanche dernier : je suis debout, François est debout, les enfants sont debout, ça me donne une irrépressible envie de leur filer des danette.

    (didascalie indicative : Koz se gausse)

  • Je suggère D.I., mais c’est très moche.

    (D.I.: Pepito pensant avoir trouvé un compromis, mais pense que c’est moche)

  • (Didascalie indicative : Koz dresse un index impératif. Son visage courroucé s’empourpre d’une légitime colère)

    Ah non. Une didascalie, c’est une indication de mise en scène. « Pepito pensant avoir trouvé un compromisé », tu parles d’une indication de mise en scène ! Bon, je reconnais avoir moi-même un peu dérapé : « se gausser » n’est pas, à proprement parler, une attitude physique. Mais mes errements ne sauraient servir d’excuse à un quelconque laxisme ultérieur dans l’usage de la didascalie !

    (Didascalie indicative : Koz rabat les pans de son manteau, et d’un mouvement ample, tourne le dos et quitte la pièce)

  • (didascalie indicative : eponymus en aparté, au public)

    Vous qui passez ici pour la première fois, prenez le temps de lire d’autres billets et d’autres commentaires. Vous verrez que l’intiateur de ce blog ainsi que la plupart des commentateurs ne boivent pas en général au point d’être ronds comme des queues de pelle déjà à cette heure de la journée.

    (didascalie indicative : eponymus réprime un hoquet)

  • Meerci Eplo…Ebdo…Eponymus….. t’es un copain ! On y laissera pas dire aux zot’, les gauchos, les cocos, les écocolos… laissez moi, j’vais très bien, besoin de personne !! vous pensez que vous avez raison mais en fait vous avez tort et le tort tue, les mecs !

    (didascalie approximative : london parvient à finalement stabiliser sa position et affiche un sourire satisfait)

  • c’est l’effet kiss cool de la RDB ?

    bon allez, aux 500 ! AUx 500 !

    D. I.: dis-je en buvant ma tisane

    [de Koz :en prime, j’ai transformé ton lien en image… (didascalie indicative : prononcé avec la magnanimité du maître souverain)]

  • (didascalie: Pepito prend le petit Robert et regarde la définition du mot didascalie, après quelques secondes de réflexion devient rouge au visage, tape quelque chose au clavier, clicke sur « Envoyer! », puis éteint son ordinateur)

    Cheers!

  • Fais le malin Koz, y a pas d’mal à s’faire du bien. De l’autre côté de la rive, d’autres se réjouissent avec des sondages tout aussi médiocres… et mérités ! Le président de tous les français et du pouvoir d’achat (20% d’augmentation des retraites sur 5 ans, mort de rire comme on dit sur le web !), le défenseur des valeurs de la République (la laïcité par exemple)… ben il continue de se casser la gueule lui aussi !

    Je devrais pas me réjouir comme ça, il y va tout de même de la bonne santé du pays. Mais bon, il reste quelques années et donc de l’espoir !

    (Ségo, euh, qu’elle dévisse, il n’y a pas de relève pour l’instant, mais peut-être que… quoi ? ah oui : mort de rire sur ce coup-là aussi.)

  •  » je suis debout, François est debout, les enfants sont debout. »

    Que de phallus dans le jardin de Blanche-Neige !

    ( TDB éberluée )

  • http://www.marianne2.fr/PS-Royal-au-dessus-de-la-melee_a82941.html

    Je ne sais pas si le lien fonctionnera, au cas contraire, il faut consulter l’éditorial de Nicolas Domenach du 15/01/2008 sur Marianne2.fr

    C’est en cherchant des infos sur les différents sondages parus récemment que j’ai lu cet article Entre les questions qui portent sur la crédibilité de X ou Y en tant que dirigeant du PS, sur qui serait le meilleur adversaire de N.Sarkozy, sur qui a le plus d’opinions positives, les questions ne sont pas les mêmes et les réponses ne peuvent pas se comparer. Ces sondages à répétitions font le bonheur des instituts de sondage et de la presse, à part ça, je n’y vois aucun intérêt à titre d’information.

    Et donc, au hasard de mes recherches, je suis tombée sur cet article de Nicolas Domenach dont je découvre la quasi-dévotion pour Ségolène Royal…

    « … les gens accourent à nouveau pour la voir, la toucher, la photographier, quel spectacle ! On vient lui faire quasiment bénir un handicapé, on lui confie ses malheurs qu’elle soulage d’un regard doux. Elle évite les bourbiers partisans et elle lévite. « 

    Il n’y a pas que Ségolène qui lévite, les journalistes de Marianne s’élèvent avec elle dans un grand élan mystique ! Où est François Bayrou ? je croyais que Marianne roulait pour lui. Est-ce l’annonce d’un prochain rapprochement Ségolène Royal et François Bayrou qui n’avait pu trouver de dénouement heureux au deuxième tour des élections ?

    Ségolène Royal se paie un petit troisième tour en allant soutenir des candidats PS pour les municipales ce qui lui permet d’asséner des jugements sur N.S., de dire des énormités sur la S.G, et le PS que fait-il ? Quelle est la stratégie du PS ? y a-t-il une stratégie ? y a-t-il encore un parti socialiste ? Ce que j’ai découvert de Ségolène Royal au moment de l’élection présidentielle est un mélange d’approximation, d’autoritarisme et d’obstination avec en prime un côté idole-victimaire, je n’ai pas changé d’avis.

  • Il est sûr qu’après quelques mois pendant lesquels notre président a réussi à faire la course en tête, poursuivi par les medias qui avaient perdu la domination ; ceux-ci recommencent à se lécher les babines. Ces politiques avaient osé leur prendre le pouvoir au nom du peuple qui les avaient élus (en 1ere, 2eme ou 3eme position) Pas question, l’on va continuer le petit jeu habituel des réélections permanentes ! Elus pour 5 ans , pour l’un ; dans l’opposition pour 5 ans pour les autres avec au moins la possibilité qu’on les laisse tranquilles, foutaise, au pied, soyez soumis aux sondages !

  • (Je continue sur la méta-discussion, d’où les parenthèses. Ce que je ne comprends pas, c’est, si la trouvaille est bonne, et que je ris beaucoup dès la premère apparition de ces inserts, ainsi que du « rire bonhomme » que posa London, pourquoi cette tautologie ? Une didascalie n’est-elle pas, par essence, indicative ? Gzavier, qui se craint pédant tout à coup.)

    (Dans le même temps, on arguera que le fait d’indiquer la présence de ces didascalies, en soi, est déjà quasi tautologique.)

  • Moins 13% pour notre président. Soit une chute nettement plus conséquente que celle de Miss Charentaises ensablées.

    Aarrggh !! Il fait toujours tout mieux que les autres, lui !

  • Et ce pauvre Mr Sarkozy ? Dans ce même sondage, passé de 63 à 41% pendant la même période (juin 2007-février 2008)… 22% de chute ! Question dévissage, Mme Royal est largement battue ! La chute de Bayrou est similaire à celle de Royal (de 56 à 46 pour l’un, de 52 à 42 pour l’autre) tandis que Fillon passait de 60 à 43… (-17%). Il vaut mieux être dans l’opposition que dans la majorité ces derniers temps.

  • Vous avez raison, Koz, Ségolène Royal dévisse grave. Ce n’est plus un trou d’air, c’est une chute libre. Quand les sondeurs commencent à dire que tout se passe comme si nous assistions à la révélation d’une « imposture » au sommet de l’Etat, ça devient effectivement préoccupant. Et on ne peut assurément pas se réjouir d’avoir à la tête du pays une personne dont aujourd’hui une nette majorité de Français doute fortement qu’elle soit vraiment taillée pour la fonction.

    Ceci étant dit, personnellement, je ne souhaite vraiment pas que la chute s’accentue et que ce soit la curée. Je n’ai pas choisi cette personne, je ne suis pas surpris de ce qu’il lui arrive, mais elle est là encore pour quatre ans. Alors qu’elle fasse son job du mieux possible et qu’elle se concentre un peu en arrêtant de papillonner partout. Maintenant, les coups, c’est fini, ça ne marchera plus. Il n’y a pas qu’en amour que « c’est du sérieux ». Qu’elle fasse au moins cela, et peut-être sa cote remontera… Peut-être pas « travailler plus », mais « travailler mieux ».

  • Simplement quelques remarques : – L’année dernière, au premier tour des présidentielles (sondage grandeur nature ),N Sarkosy a réalisé un score de 36%, je crois me souvenir, devant tous les autres hommes politiques ( et aussi les femmes ) – au second tour, il a réalisé 53% des voix, mais n’avait plus qu’un seul ( pardon, une seule ) concurrant(e)

    Maintenant les sondages le créditent de 41% , alors qu’il a, à nouveau, maints opposants .

    Ne pourrait on pas en conclure que, malgré le lynchage médiatique qui continue, comme Carredas, Marie et d’autres le démontrent si bien dans « Grognard inconséquent « http://www.koztoujours.fr/?p=592 que finalement, les français sont plus nombreux qu’au premier tour à apprécier notre Président?

    Ma démonstration n’est pas plus tirée par les cheveux que celles nombreuses des opposants de tous bords qui essaient de nous montrer que la situation est la plus dramatique jamais rencontrée dans l’histoire de la république !

  • Bien joué, Tara, on se console comme on peut. Mais non, elle n’est pas tirée par les cheveux votre démonstration ! Qui a dit ça ?

    Considérons avec vous que NS a obtenu 36% des voix au 1er tour. Un excellent score pour un candidat UMP ou RPR (rappelons-nous qu’à une certaine époque, Chirac faisait à peine 20%). NS a réussi parfaitement à rassembler son camp (et même sans doute au-delà) dès le 1er tour. L’élection était d’ailleurs déjà gagnée ce soir-là.

    Arrive quand même le 2nd tour, celui où effectivement « on élimine ». Il l’emporte largement avec 53% des voix. A ce moment-là, il est élu et il représente ces 53% de Français, et même au-delà comme il l’a dit lui-même avec insistance le soir de son élection.

    Au cours des premières semaines de son mandat, c’est d’ailleurs le classique état de grâce, plutôt plus fort que d’habitude puisque NS atteindra durant l’été jusqu’à 75% d’opinions favorables dans certains sondages. L’ouverture, la rupture, le volontarisme, l’activité mises au crédit du nouveau président suscitent l’espoir bien au-delà des 53% des voix du second tour, et y compris chez certains électeurs de SR au 2nd tour (qui ont envie d’y croire parce qu’ils sont d’un naturel plutôt optimiste et constructif).

    Puis vient la confrontation de la promesse avec la réalité. Et sur le pouvoir d’achat, les Français sont plus de 80% à estimer qu’il n’y a pas le compte. Peut-être ont-ils mal compris la promesse, peut-être les a-t-on aider à mal la comprendre… Toujours est-il qu’il y a au minimum un énorme malentendu. A ce facteur, s’en ajoute un autre, lié à ce qu’on peut appeler, par euphémisme et neutralité bienveillante, le « style personnel » du président, disons son côté un peu « too much ». Et là, ça coince aussi, en particulier dans l’électorat « traditionnel » de droite et chez les seniors, qui ont voté à plus de 65% pour NS.

    Une indéniable déception, mesurée de manière difficilement contestable par les chiffres, est là aujourd’hui. On en est en gros à 40% d’opinions favorables, voire parfois un peu moins dans certains sondages.

    La prochaine question est (et c’est là que je vous rejoins complètement, Tara) : va-t-il descendre (on n’en est plus très loin) jusqu’aux 36% du 1er tour de manière durable (sur plusieurs mois) ? Auquel cas, on pourra estimer que NS n’est plus réellement soutenu que par le noyau dur de son électorat (celui du 1er tour). Ce qui évidemment ne le rendra pas illégitime pour autant mais jouera nécessairement sur sa marge de manœuvre pour gouverner (sans parler de ses problèmes d’ego). Il ne faudrait pas en tout cas qu’il descende en dessous de ces 36% (pire, imaginez un instant que vous-même ne fassiez plus partie de ses derniers soutiens…).

    Il existe à mon avis un premier moyen simple en termes de com pour remonter un peu, quasi mécaniquement : juste un peu de discrétion. Tant dans la mise en scène de son activité professionnelle que dans celle de sa vie personnelle. Le show perpétuel commence à lasser, surtout si l’on estime que les résultats ne sont pas au rendez-vous. Un divorce dans les trois mois n’est par exemple pas conseillé (même si « comme tous les Français, il a droit au bonheur », et même si « comme cela peut arriver à tous les Français, son couple connaissait des difficultés »). Un peu de cohérence et de concentration sur l’essentiel seraient par contre bienvenus.

Les commentaires sont fermés