Sauver Asia Bibi. Mais comment ?

Le 19 juin prochain marquera le deuxième anniversaire de l’incarcération d’Aasiya Noreen Bibi, Asia Bibi. Et chaque jour qui passe la rapproche de la mort. Par l’exécution de la sentence prononcée le 8 novembre 2010, par un assassinat dans sa cellule, comme fut assassinée Zarmina, la musulmane de la cellule voisine, ou à sa libération, comme furent abattus Rashid et Sajid. Deux ans à vivre dans ses excréments, deux ans dans une cellule sans fenêtre, deux ans à l’isolement pour sa sécurité, deux ans interdite de promenade. Et cela non pas du fait de quelques preneurs d’otages, mais sur décision de « justice ».

Deux ans ainsi et, au bout, la pendaison peut-être, pour avoir un jour relevé la tête, refusé d’être juste une « chienne de chrétienne », pour avoir une fois décidé de ne pas taire sa foi. Le 14 juin 2009, à la cueillette avec d’autres femmes, par 40 degrés, elle a bu de l’eau du puits et a replongé son gobelet. L’une de ces femmes a alors vociféré que l’eau était haram, souillée par la chrétienne. Le ton monte. L’autre assure que Jésus est un bâtard, la somme de se convertir.

« Je suis blessée de l’intérieur. Nous, les chrétiens, on s’est toujours tus, on a appris dès notre plus jeune âge à ne rien dire, à garder le silence parce que nous sommes une minorité. Mais j’ai aussi une forte tête et là, je veux réagir, défendre ma foi. Je ne veux pas laisser ces femmes attaquer ma religion de manière aussi injurieuse. Je prends une grande inspiration pour remplir mes poumons de courage. - Je ne veux pas me convertir, j’ai foi en ma religion et en Jésus-Christ qui s’est sacrifié sur la croix pour les péchés des hommes. Qu’a fait votre prophète Mahomet pour sauver les hommes ? Et pourquoi devrais-je me convertir et pas vous ? A ce moment-là, la haine jaillit de toutes parts. Les femmes se mettent à hurler autour de moi. » (Blasphème, Oh éditions, p.36)

5 jours après, Asia Bibi est arrachée aux siens par la foule, battue, traînée au commissariat, jetée dans un van. Sa vie rude et simple de jeune femme de la campagne, vivant de la cueillette des baies et de la garde des buffles, est terminée, quoi qu’il arrive. Innocente pourtant, elle devra au mieux quitter son pays avec sa famille. Au pire, elle sera exécutée. Trouvée morte un matin dans sa cellule. Assassinée après sa libération.

Malgré le soutien du gouverneur du Pendjab, malgré le soutien du ministre des minorités pakistanais, malgré le soutien du Pape, malgré les medias.

Parce qu’il est faux de dire, comme on le lit parfois, que les medias se sont désintéressés d’elle. Sans compter la presse chrétienne, Le Monde en parlé, Le Figaro en a parlé, Libé aussi. Mais Asia Bibi est devenue un symbole de la loi anti-blasphème, cette loi qui sert avant tout d’instrument d’oppression des minorités.

Et c’est dangereux d’être un symbole.

Salman Taseer, le gouverneur musulman du Pendjab, a été assassiné par son garde du corps le 4 janvier dernier, pour avoir pris la défense d’Asia Bibi. Shahbaz Bhatti, Ministre pakistanais des Minorités a été assassiné le 2 mars dernier parce qu’il défendait les minorités, et Asia Bibi en particulier (voir son entretien avec Anne-Isabelle Tollet, l’auteur de Blasphème, quinze jours avant son assassinat - spécialement à partir de 7’55).

« C’est Zénobia qui m’a parlé, par exemple, des nombreuses manifestations qui se sont déroulées à Lahore, Karachi et Islamabad. C’est effrayant d’imaginer ces milliers de gens descendre dans la rue pour crier ouvertement que je dois mourir, moi, pauvre fille insignifiante. Je suis devenue malgré moi l’emblème de la loi du blasphème. Ces manifestations sont donc dirigées contre moi pour le maintien acharné de cette loi devenue intouchable, semble-t-il, depuis le meurtre du gouverneur » (Blasphème)

Si Asia Bibi était libérée, elle sera assassinée. Comme le souligne Anne-Isabelle Tollet, « toutes les statistiques montrent que les personnes accusées de blasphème, quand elles sortent de prison, sont tuées dans les semaines qui viennent ».

Asia Bibi mourra probablement.

Elle ne mourra pas dans l’ignorance, elle mourra dans l’impuissance et dans l’oubli, otage de la haine et de la lâcheté. Dans l’oubli, parce que nous ne nous mobilisons qu’un temps. Nous nous mobilisons en septembre lorsque la sentence tombe. Nous nous mobilisons en juin quand vient l’anniversaire de son incarcération. Et puis, nous reprenons naturellement nos vies. Dans l’oubli, parce que la Cour de Lahore n’a pas fixé de calendrier pour l’examen du cas d’Asia Bibi. Recluse dans un cloaque, sans soins, cela en arrangerait certainement plus d’un qu’elle meure avant que la Cour n’ait à statuer sur son cas.

Alors, que faire ? Que faire de plus ? Pour l’aider concrètement, un premier pas consiste à acheter Blasphème, dont les droits d’auteur permettront aussi de subvenir aux besoins d’Asia Bibi et de sa famille, notamment en rémunérant son avocat. Peut-être aussi rester informé, pour ne pas oublier, via twitter en suivant le fil « Asia Bibi », ou facebook.

Un autre pas consisterait à signer la pétition de l’Aide à l’Eglise en détresse, contre la loi anti-blasphème. En un an, seulement 10.000 personnes ont marqué leur intérêt pour la défense des minorités au Pakistan. Pas plus de 10.000 personnes en France se sentiraient concernées par le sort de ces personnes que la justice pakistanaise exécute, ou que la foule assassine, pour un différend privé quelconque, pour un mot de trop, pour un regard, au prétexte d’un prétendu blasphème. Signer une pétition, ce n’est pourtant pas grand-chose, c’est la moindre des choses. La moindre, parce que son efficacité laisse malgré tout songeur. Sauf à signaler la préoccupation des Français à nos propres décideurs.

 

Quoi d’autre ? Ecrire à vos députés, pour qu’ils continuent d’interpeller le gouvernement. L’Elysée, peut-être, aussi. Par un message personnel, c’est mieux, ou éventuellement en reprenant le message ci-dessous, en note de bas de page1. Ecrire aussi à Amnesty International, qui se fout royalement du Pakistan et des minorités persécutées là-bas. Faudrait-il envisager de conditionner l’aide au Pakistan ?

Pourtant, on peut craindre que les initiatives venant des Occidentaux, encore perçus comme chrétiens, ne puissent faire obstacle aux fanatismes locaux, à la dévotion mal placée de la population, au plaisir de dominer les plus faibles. Une fois encore, le regard se tourne vers les musulmans. Une fois encore, il est probable que l’évolution ne puisse venir que d’eux seuls. Et il faudrait qu’elle vienne aussi des musulmans situés hors du Pakistan.

Parce qu’il serait également faux de croire qu’il s’agit là d’une affaire de chrétiens contre les musulmans, quoi qu’écrivent certains sites moins soucieux de défendre Asia Bibi que de servir leurs aigreurs. D’une part, parce que des musulmans sont également touchés par cette loi inique : depuis 1986, sur 1.061 inculpations, 456 concernaient des Ahmadis, 452 des Musulmans, 132 des chrétiens (soit, toutefois, près de 10% des condamnations, alors qu’ils représentent 1,5% de la population) et 21 des hindous (cf. Le Figaro). D’autre part, parce que des musulmans ont eu le grand courage de défendre les minorités au Pakistan malgré les menaces et les assassinats. Ce fut le cas de Salman Taseer, ou encore de Muhammad Aslam Khaki, ou Mohammad Farooq Kha (assassiné depuis), comme nous le rappelait Nystagmus. D’autres voix musulmanes se sont élevées. En France, la famille d’Asia Bibi a rencontré Dalil Boubakeur. Une fois encore, nous attendons beaucoup d’eux.

Voilà.

La lecture de ce billet vous a pris cinq minutes. Cinq minutes de plus pour Asia Bibi dans son cloaque. Cinq minutes sans voir sa famille. Cinq minutes sans voir la lumière du jour. Cinq minutes sans promenade. Cinq minutes seule, sans compagnie, à l’isolement. Cinq minutes sous l’oeil de Khalil, le geôlier qui la persécute. Cinq minutes de plus. Et quand nous ne penserons plus à elle, quand une actualité tragique ou dérisoire aura de nouveau effacé Asia Bibi de nos préoccupations, elle passera encore des heures, des jours, des semaines, témoin de la liberté impossible. Un jour peut-être, nous apprendrons qu’elle a été retrouvée morte. Elle sera une icône de plus, mais une icône morte. A moins que l’addition de nos pauvres initiatives puisse la sauver. Ne renoncez pas parce que vous croyez que ce serait dérisoire.

*


  1. Monsieur / Madame le Député / Monsieur le Président,

    Vous connaissez certainement le sort d’Aasiya Noreen Bibi – Asia Bibi – emprisonnée et condamnée à mort par un tribunal pakistanais pour un blasphème qu’elle n’a même pas commis. Depuis deux ans, elle croupit en prison dans une cellule infâme. Elle peut mourir à tout moment, par manque de soins, ou des mains d’un geôlier, comme d’autres avant elle. Si même elle était libérée, elle court le risque d’être assassinée dès sa sortie de prison, comme tant d’autres avant elle. Je vous demande de mettre en oeuvre tous les moyens possibles pour faire part systématiquement aux autorités pakistanaises de la préoccupation de la France et des Français – qui vous interpellent – pour Asia Bibi et pour toutes les victimes de cette loi d’oppression qu’est la loi anti-blasphème.

    Dans le meilleur des cas, Asia Bibi devra être arrachée au pays qu’elle aime, mais dans lequel elle ne pourra plus vivre. Asia Bibi et sa famille sont venus en visite à Paris, pour sensibiliser les Français à leur cas. C’est, aussi, un honneur, que les Français soient considérés comme des soutiens à rechercher. C’est le signe que la France reste, dans le monde, un symbole de la liberté. Nous devons être à la hauteur de cette attente. Je vous demande de faire en sorte qu’Asia Bibi et sa famille soient accueillis en France, dans les meilleures conditions.

    Je compte sur votre action et vous prie de recevoir Monsieur / Madame le Député / Monsieur le Président, l’expression de ma plus haute considération. []

Author

Tête de pont ®, résolument à mon compte, quand j'y réfléchis bien.

75 comments

  • Lorsque Ch. Cheneau et G. Malbrunot étaient otages, il paraît que les interventions de D. Boubakeur, Recteur de la Grande Mosquée de Paris et à l’époque président du CFCM, étaient écoutées par les ravisseurs. L’influence d’un responsable musulman était bien plus considérable que celle des médias ou des politiques.

    Pourquoi, aujourd’hui, ne demanderait-on pas au même Boubakeur et à son remplaçant à la tête du CFCM d’intervenir ? Je les trouve trop silencieux.

    Loin de moi l’idée de les accuser eux, ou de dire que l’Islam tout entier est coupable. Mais leur silence me gêne. Quand un prêtre a commis des actes répréhensibles, on demande même à l’Eglise de s’excuser et de prendre des mesures pour que cela ne puisse pas se reproduire. Alors dans le cas d’Asia Bibi, pourquoi ne demande-t-on pas aux responsables musulmans français d’intervenir, d’utiliser l’influence qu’ils ont peut-être auprès d’autres musulmans, pour que cette loi ne puisse plus faire de victimes.

    L’AED et l’ensemble des personnes qui se sentent concernées, voire même l’Eglise, ne pourrait-elles donc pas demander à ces instances d’intervenir publiquement, ou du moins d’intervenir auprès du Pakistan pour sauver Asia Bibi ? (peut-être l’Eglise l’a-t-elle déjà fait discrètement) Après tout, les évêques ont des liens réguliers, au niveau local ou national, avec les autorités musulmanes. Ne peuvent-ils pas leur demander, fraternellement, de prendre leurs responsabilités en dénonçant cette loi anti-blasphème ?

  • J’ai ajouté un point à mon billet : la rencontre entre la famille d’Asia Bibi et Dalil Boubakeur la semaine dernière. Mais effectivement, il faudrait que ça ne se limite pas à lui, et que d’autres représentants de l’islam, en France et à l’étranger, prennent la parole. Il y va aussi de la défense de leur foi, et du refus de la voir caricaturée par des fanatiques.

  • Pour aller dans ton sens concernant le fait que ce ne soit pas un affrontement chrétiens/musulmans, il y a eu des tas d’initiatives au Pakistan pour défendre Asia Bibi et demander l’abrogation de la loi anti-blasphème, et notamment émanant de musulmans. N’oublions pas que cette loi ne permet pas de martyriser seulement les chrétiens (d’après ce que j’ai lu, elle s’applique à eux en minorité), mais permet également et surtout des règlements de comptes au détriment de musulmans ainsi accusés d’être de « mauvais » musulmans.

    Et sinon, dans ce qu’on peut faire pour Asia Bibi, il y a aussi la prière.

  • Très beau billet Koz! je pense que les actions des pays occidentaux ne pourront mener à rien sans l’aide et le relais de pays musulmans choqués par le terrible sort d’Asia… Les médias sont également responsables par leur silence assourdissant (à part les journaux chrétiens, c’est bien, mais cela ne suffit pas!): on se gargarise à la place de non info et autres supputations/ l’affaire DSK: affligeant…

  • @Béatrice

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec vous, les médias ont abondamment parlé d’Asia Bibi. Vou sne pouvez pas reprocher aux journalistes de parler abondamment de DSK… L’un n’empêche pas l’autre. ET comme l’a rappelé Koz, une trop grande mobilisation des médias occidentaux peut être contreproductive.

  • bon, j’ai écrit à tous mes députés. mais je vais quand même jamais voter pour eux à cause de tout ce qu’ils font de pas bien. je m’adresse à leur conscience, mais je suis persuadée qu’ils ne l’ont jamais écoutée.

    Je crois que je vais plutôt aller faire un rosaire pour le geôlier de Asia Bibi, au fond.

  • le chafouin a écrit : :

    N’oublions pas que cette loi ne permet pas de martyriser seulement les chrétiens (d’après ce que j’ai lu, elle s’applique à eux en minorité)

    Les chiffres mentionnés par Le Figaro ne vont pas dans ce sens-là. Ils soulignent que les chrétiens ne sont pas les seuls concernés, et que même des musulmans sont poursuivis, mais ils montrent également que les chrétiens sont concernés par 10% des instructions, alors qu’ils ne représentent que 1,5% de la population, ce qui fait une sur-représentation manifeste.

    @ béatrice : je suis navré, sur un commentaire aimable, de devoir vous contredire. Mais je constate cette fois que la presse en a parlé. Une requête google actus l’illustre. Maintenant, ce n’est qu’un début. Il faudrait davantage de relais, et une forme de soutien populaire.

    do a écrit : :

    je m’adresse à leur conscience, mais je suis persuadée qu’ils ne l’ont jamais écoutée.

    Je ne serais certainement pas aussi négatif que vous.

  • Religion d’Amour de Tolérance et de Paix. Des trois grandes religions monothéistes pourquoi l’Islam est la seule à conserver un caractère aussi hostile et oppressif vis à vis des insoumis ? Certainement parce que, comme partout dans le monde, la religion est un outil qui permet aux puissants de contrôler les peuples, les brider et anéantir toute volonté d’émancipation. Ou est la spiritualité dans l’Islam ? Dans les interdits alimentaires, les ablutions, la polygamie, la pédophilie, la lapidation, l’étouffement des femmes, l’égorgement à vif … Honte à notre pays qui pense faire preuve de tolérance et de progrès en cautionnant ce que certain considères comme des traditions culturelles ou de la foi. Affranchissez les, grâce aux sciences, aux arts et à la culture, vous les aiderez d’autant plus à s’intégrer en occident, et vous éliminerez une importante cause de guerres, génocides, tortures, terrorismes, etc…

  • Post relayé sur FB, message envoyé à ma député et au président. Mais une fois cela fait il reste malgré tout la frustration de ne pas pouvoir en faire plus. L’on peut être un grain de sable mais on aimerait, parfois, être une montagne.

  • @ LFHB : j’ai hésité à valider votre commentaire, ambigu, contradictoire voire, même… abject. La spiritualité dans l’islam est dans la pédophilie ? Intéressant, comme propos. Vous vous souvenez des semaines que l’on a passées l’an dernier, sur la pédophilie des prêtres. A votre avis, un argument de ce genre résiste combien de temps ?

    LFHB a écrit : :

    Honte à notre pays qui pense faire preuve de tolérance et de progrès en cautionnant ce que certain considères comme des traditions culturelles ou de la foi.

    Soyez précis. La France cautionne quoi, dans les pratiques que vous mentionnez ? La polygamie ? Non. La pédophilie ? Non. La lapidation ? Non. L’étouffement des femmes ? Non. L’égorgement à vif ? Vous parlez des animaux ? Quant aux interdits alimentaires, aux ablutions, ça vous pose sincèrement un problème ?

    Et si, précisément, les sciences, l’art et la culture sont susceptibles de « les affranchir », peut-être tenez-vous une piste au travers de l’instruction et de la pauvreté. Peut-être l’islam est-il particulièrement touché en raison, certes d’un problème particulier avec la violence, mais surtout du fait que l’islam figure majoritairement dans des pays pauvres et peu instruits ? Je ne vois pas, au demeurant, ce que vient faire la question de l’intégration en Occident quand on parle des musulmans au Pakistan, si ce n’est souligner une lubie personnelle.

    Et pour reprendre mon billet, vous noterez d’une part que des musulmans ont été assassinés pour avoir défendu Asia Bibi. Mais ce sont probablement des mauvais musulmans… Notez aussi que cette loi est récente (20 ans) alors que le Pakistan n’était pas moins musulman en 1985 qu’en 1986. Peut-être ne faut-il pas chercher la cause uniquement dans l’islam ?

    Bref, comme vous pouvez le voir, je ne suis pas disposé à entretenir ici l’éternel procès de l’islam. Sachons défendre Asia Bibi sans attaquer les musulmans.

  • Merci Koz.

    J’ai relayé auprès du président, de ma députée et d’Amnesty international. J’ai signé la pétition. Et je vais m’efforcer de ne pas oublier Asia Bibi.

    Oui l’intolérance remonte partout, et le message de LFHB le montre aussi, sans user des idées les mieux choisies. Mais de là au sort fait à Asia Bibi et aux autres victimes de cette loi anti-blasphème et des autres persécutions perpétrées au nom de l’islam (remember Ben Laden ?), il y a une sacrée distance, et comme une urgence aussi.

    Bien d’accord pour demander aux musulmans de France de s’exprimer sur ces sujets. C’est important pour eux et pour nous.

  • Koz a écrit : :

    les chrétiens sont concernés par 10% des instructions, alors qu’ils ne représentent que 1,5% de la population, ce qui fait une sur-représentation manifeste.

    Oui oui, je suis parfaitement d’accord. Ce que je voulais dire, c’est que cette loi n’est pas uniquement dirigée contre les chrétiens, et qu’on ne peut résumer le problème de la loi anti-blasphème à une guerre musulmans-chrétiens.

  • Bonsoir,

    c’est très triste, mais cette femme se retrouve prise dans les tourments terribles de la société pakistanaise. C’est l’histoire d’une suite de gouvernements démagogiques discrédités soutenus par une élite « cosmopolite » que le peuple déteste et par l’occident qui n’est pas plus populaire, tout cela dans le contexte d’un naufrage économique et civique annoncé. Le peuple s’est parfois réfugié par dépit chez les islamistes, ce qui a conduit le gouvernement a renchérir sur le sujet pour garder une once de crédibilité. Ces gouvernements étaient de toute façon enclins à soutenir les mouvements islamiques, et en particulier les talibans, qui sont les ennemis de ses ennemis.

    Comme toujours dans ces cas-là, les minorités trinquent, c’est bien triste. Ce genre de situations peut aussi dégénérer en guerre, ce qui provoquerait des malheurs sur une autre échelle.

    Mais honnêtement, vu les enjeux en présence, je ne pense pas que les pétitions servent à grand chose.

  • Merci à vous, pulp, d’avoir pris le temps de relayer.

    En effet, l’intolérance progresse et je m’agace de voir ces crispations, cette volonté de réduire l’islam à la violence, comme de voir qu’en fin de compte nous finissons par offrir le même visage.

    Fabrice Hadjadj a un échange intéressant avec Jean Clair (de mémoire) sur le site de Famille Chrétienne à propos du blasphème. Il relève chez certains une sensibilité qui vire à la concurrence avec les musulmans : puisqu’ils exigent tant le respect de leur foi, et que la violence nous semble payer, alors nous nous mettons à adopter une conception du blasphème qui ne relève pas de notre culture et notre foi. Bref, nous changeons notre propre visage : quelle défaite !

    Je ne me dissimule pas que l’islam a un problème spécifique avec la violence, du fait de versets pour le moins ambigus du Coran. Je me dis aussi que, même si l’islam est plus récent et même si les pays européens se sont développés plus tôt, les musulmans pourraient prendre l’Histoire en marche, ou au moins progresser plus vite (ce qu’ils font peut-être d’ailleurs).

    Mais nous ne pouvons pas être dans une réaction qui consiste à trahir nos propres valeurs, à renvoyer l’intolérance à l’intolérance (même si vous avez raison de dire qu’il y a de la marge entre les mots d’un commentateur et les actes au Pakistan).

    Dans le cas présent, nous pouvons défendre Asia Bibi sans nous en prendre encore une fois à l’islam. Et dans la mesure où nous avons besoin des musulmans pour cela (le Pakistan paraissant totalement miné par l’islamisme, les voix occidentales risquent fort de ne pas porter), c’est même de bonne politique de ne pas les insulter au passage.

    Mais je crois que nous serons d’accord.

    @ Joyeux Acier : eh oui, c’est bien triste mais ainsi va le monde et on n’y peut rien alors ne tentons même pas.

  • Koz a écrit : :

    Il relève chez certains une sensibilité qui vire à la concurrence avec les musulmans : puisqu’ils exigent tant le respect de leur foi, et que la violence nous semble payer, alors nous nous mettons à adopter une conception du blasphème qui ne relève pas de notre culture et notre foi. Bref, nous changeons notre propre visage : quelle défaite !

    Tout juste. Ceci fait écho aux arguments entendus sur des sujets connexes: puisqu’on ne peut pas construire d’églises en Arabie Saoudite, nous avons bien le droit d’interdire les mosquées chez nous. Puisque le voile est obligatoire en Afghanistan, nous avons bien le droit de l’interdire chez nous.

    Ainsi peut-on parvenir, en se calquant sur l’exemple du pire, au nivellement par le bas de nos libertés.

  • Merci KOZ. J’ai signé la pétition et vais relayer auprès du député, d’ Amnesty et de l’Acat. J’apprécie vos réponses suite aux différents commentaires.

  • Bonjour,

    Je sais que je n’ai aucune légitimité particulière à dire cela, ni plus ni moins concerné par le sort d’Asia Bibi que toi, mais pourtant j’ai envie de te dire : Merci Koz, merci pour elle. Ton billet est très juste, très nécessaire aussi, et j’espère que ça fera beaucoup. Trop peu j’imagine, tu t’en doutes aussi, mais bon… je ne vois malheureusement quoi faire de plus.

    J’ai eu envie de relayer à mon tour, mais je ne sais pas si les blogs doivent doubler, tripler, quadrupler l’appel tel que tu le lances (ou à peu de choses près). Comme sur beaucoup de sujet, je me pose cette question… Je me demandais si je n’allais pas faire aussi un petit billet, peut-être beaucoup plus résumé, avec un lien vers le tien qui est très complet… Ca ne peut sans doute pas faire de mal, qu’en penses-tu ?

  • La seule réponse honnête et exacte aux questions du type « que pense l’islam de X, qu’enseigne l’islam sur Y ? » est : il est impossible de répondre, l’islam n’ayant pas de magistère. Ou plutôt n’en a plus (et encore : Mahomet et le très petit nombre de ses successeurs (califes) reconnus par l’ensemble de l’oumma représentaient-ils un « magistère »). Les musulmans les plus « progressistes » (pour faire court) et les islamistes les plus fondamentalistes ont tout autant de légitimité à prétendre représenter l’islam. C’est à dire aucune. Ils ne parlent tous qu’au nom de leur propre autorité puisque il n’existe aucune autorité supérieure capable de dire quelle conception de l’islam est vraie et quelle conception est fausse.

    Du reste, je m’en rends bien compte que je plaque des concepts catholiques sur l’islam, ce qui s’y prête très mal, mais mon argument reste correct. Il est possible de dire « le catholicisme dit que » puisque le catholicisme a un magistère, mais il est impossible de dire « l’islam dit que » puisque l’islam n’a pas de magistère.

    Qui représente le « vrai islam » entre les musulmans pakistanais héroïques qui défendent Asia Bibi au prix de leur vie, les représentants du CFCM qui pourraient se montrer un peu plus ferme, et les responsables de la loi anti-blasphème qui rendront compte devant Dieu pour leurs crimes ? Impossible à dire en vérité !

  • Koz a écrit : :

    Dans le cas présent, nous pouvons défendre Asia Bibi sans nous en prendre encore une fois à l’islam.

    Il est tout a fait légitime de se poser la question de l’islam à propos de ces lois anti-blasphèmes, puisque ces lois se réclament de l’islam – sinon on risque fort de ne soigner que le symptôme. Autre chose ce qu’il est efficace de faire, dire, ou prier, en vue d’obtenir la libération d’Asia Bibi dans de bonnes conditions – ce que nous pouvons en effet entendre à propos de « bonne politique ». J’entends donc bien la volonté de ne pas polluer cet objectif au nom de l’efficacité.

    Cela étant dit, poser un regard critique sur l’islam n’est pas insulter les musulmans ; de toute façon il faudra bien un jour considérer les musulmans commes des grandes personnes, capables de rendre compte de leur foi et de leur religion, faute de quoi dans vingt ans on continuera de signer des pétitions.

  • @Pneumatis non en effet, ça ne peut pas faire de mal. Et puis il n’est pas impossible que certains choses bougent (trop tôt, trop incertain pour en parler) : le fait que les blogueurs de mobilisent sera le reflet de l’opinion publique et pourra inciter certains à de bouger également.

  • non en effet, ça ne peut pas faire de mal. Et puis il n’est pas impossible que certains choses bougent (trop tôt, trop incertain pour en parler) : le fait que les blogueurs de mobilisent sera le reflet de l’opinion publique et pourra inciter certains à de bouger également.

    Il y a des choses qu’il faut répéter sans cesse…

    Pourtant, en démocratie, il devrait parraître évident à tout le monde que l’opinion PUBLIQUE compte, non?

    Allez, je signe.

  • @ Gatien:

    Certes mais au Pakistan, la démocratie française, on s’en moque un peu. Le débat est donc légitime.

    Ceci dit, pétition signée, mails envoyés, billet relayé sur FB. & prière programmée :-). On fait ce qu’on peut. En ce qui concerne les chrétiens, plus spécifiquement, si on cesse de faire ce qui paraît dérisoire parce que « de toute façon, ça ne changera rien », on peut tout de suite abandonner les notions de prière, d’Eglise et de communion des saints, ça nous chauffera moins les neurones et nous fera gagner du temps.

    @ Courtlaïus: Non, le cas d’Asia Bibi ne nécessite pas de faire le procès de l’islam.

    Il me semble même que, dans la lignée de ce que signalait Koz en parlant du danger d’en faire un symbole, le meilleur parti n’est pas de remettre systématiquement en cause le principe de la loi anti-blasphème quand on souhaite la défendre (ce que j’ai malheureusement fait en n’adaptant que peu le très bon modèle de lettre proposé par Koz) mais d’axer son argumentaire sur l’absence de blasphème dans son cas, et donc l’iniquité totale de sa condamnation.

    @ jean316:

    Votre parti me paraît dangereux. Magistère ou pas, il me paraît normal de rechercher ce que dit l’islam dans l’acception qu’en ont les représentants modérés et les intellectuels reconnus, davantage que dans les vociférations des extrêmistes. On y trouvera des désaccords, certes, mais on y trouvera aussi une racine commune.

    Comparons avec le christianisme (vu de l’extérieur) et non avec le catholicisme : point besoin de magistère unique pour se faire une idée de ce l’Evangile dit de manière générale, même si des divergences importantes subsistent : il me semble qu’il faut se référer aux sommités généralement écoutées dans chacune de ces Eglises. Nous diriez-vous que dans une telle démarche, il faudrait également écouter des pasteurs extrêmistes et des catholiques fascisants pour avoir une idée de ce que dit le Christ, sans donner de priorité à qui que ce soit? D’ailleurs, on peut considérer que le protestantisme est moins représenté par les diverses églises plus ou moins fantaisistes qui essaiment à sa marge que par les grands courants, non?

  • Erratum :

    Précisément, la lettre est plus axée sur le cas d’Asia Bibi que sur le principe de la loi. Je retire. :)

  • Koz a écrit : :

    Dans le cas présent, nous pouvons défendre Asia Bibi sans nous en prendre encore une fois à l’islam. Et dans la mesure où nous avons besoin des musulmans pour cela (le Pakistan paraissant totalement miné par l’islamisme, les voix occidentales risquent fort de ne pas porter), c’est même de bonne politique de ne pas les insulter au passage. Mais je crois que nous serons d’accord.

    J’aimerais bien être totalement d’accord avec vous. Et je ne veux insulter personne.

    Mais on doit bien dire quon défend ici une chrétienne en tant que chrétiens. On ne doit pas renoncer à utiliser nos forces, qui sont celles d’un pays occidental dont la voix compte lorsqu’il s’exprime sur la scène internationale (sinon pourquoi demander l’intervention du président ?). On ne peut pas seulement demander aux musulmans de France d’intercéder, comme si on devait leur déléguer les relations extérieures avec les musulmans du Monde.

    Si je comprends bien, vous Koz tout autant que LFHB tombez déjà sous le coup de la loi anti-blasphème. Asia Bibi a choisi de ne pas se taire. Vous non plus. Assumons ce que nous sommes.

    Je suis bien d’accord avec votre appel à rester mesurés et tolérants, mais le sujet n’est pas de savoir si nous sommes assez mesurés et tolérants en tant que Français et/ou chrétiens. Je déplore qu’une bonne partie des commentaires soit consacrée à ce sujet et masque l’essentiel.

    Merci encore d’avoir lancé cet appel qui fait réagir plusieurs personnes de sensibilités différentes. Restons groupés autour de ce qui nous unit.

  • Re,

    Juste une chose à ajouter, dont je me fais la remarque à commencer par moi-même qui relaye et invite à relayer… je pense à la remarque de l’archevêque de Lahore, cité par l’article du Figaro du 20/01/2011 :

    L’archevêque juge pour sa part que toute la publicité faite autour du «cas Asia Bibi» ne peut que porter préjudice à la jeune femme, et, au-delà, à tous les chrétiens pakistanais. Même les prises de position du pape demandant la libération d’Asia et l’abolition de la loi sur le blasphème le laissent sceptique. «Elles compliquent les choses pour nous. Elles remontent les mollahs et la population contre les chrétiens», confie-t-il.

    Du coup je me demande tardivement si on ne fait pas une connerie… Au départ je me dis qu’il est bon de se mobiliser, évidemment pas n’importe comment et pas en disant n’importe quoi (c’est pour ça que les réponses « ce n’est jamais inutile », j’ai envie de dire que ça dépend comment on le dit, hein… les versions à la f de souche, par exemple, bon…). Mais j’en viens même à me demander, sans doute à tort, je ne sais pas, si mobiliser l’opinion publique tout court, même sans y aller façon choc des civilisations, même à mobiliser les musulmans de France, etc… au final si là-bas ça ne sera de toute façon pas perçu comme une pression occidentale. Et les premiers qui en paieront le prix là-bas seront les minorités religieuses, en premier lieu la minorité chrétienne dont on sait qu’elle porte à tort le triste fardeau d’être amalgamée politiquement avec l’occident.

    C’est désespérant de le présenter comme ça, j’en conviens, parce que ça laisse entendre qu’il n’y a rien à faire… mais bon voilà, je ne sais plus trop quoi en penser.

  • L’agnostique que je suis vient de signer la pétition, parce que le texte de Koz est pondéré et fait appel à des sentiments humains qu’on peut parfaitement partager sans avoir besoin de les connecter à des références religieuses. Je voudrais quand même faire observer, dans l’espoir que ça sera entendu et surtout compris, que la page de pétition d’AED a de toute évidence été conçue sans réfléchir au fait que des non-chrétiens pouvaient se sentir concernés et même souhaiter exprimer une solidarité. Ca a du sens de demander à des chrétiens de « porter la croix » et de « laisser une prière », ça n’en a pas pour un agnostique comme moi, et pour tout dire ça me met carrément mal à l’aise. D’autant plus dans un contexte où une protestation non-confessionnelle aurait probablement un peu plus de chances d’être perçue comme neutre et non partisane. De toute évidence, les signatures qui auraient le plus de poids dans une telle protestation ne viendraient pas de chrétiens ni d’athées ni d’agnostiques, mais bien de musulmans — et il y a assurément des musulmans hostiles à la loi anti-blasphème. En revanche, leur demander de « porter leur croix », de prier en communion avec un prélat chrétien… non seulement je ne crois pas que ce soit les mots à employer, mais je pense que c’est très exactement ceux qu’il fallait éviter: ce n’est pas parce qu’un musulman est hostile à la contrainte en religion (comme beaucoup et même la plupart d’entre eux) qu’il a envie de donner prise à un soupçon d’apostasie. Bref, le texte de cette pétition aurait gagné à être un peu… laïcisé.

  • @Poil de lama : je suis assez d’accord sur le fond, c’est pour ça que je trouve l’article de Koz très bien, et que de mon côté j’insiste aussi sur la justification très laïque de la mobilisation. De mémoire la pétition de l’AED permettait de cocher des « options » (ou de ne pas les cocher) comme prier en communion avec l’évêque, etc… Mais en effet, on voit bien que ce qui a bridé la pétition de l’AED c’est bien le côté très « catho » de la mobilisation.

  • @ Poil de lama:

    En ce qui concerne la pétition AED, je m’étais fait exactement la même remarque. Pourquoi pas, plutôt, une pétition qui pourrait être signée par tous? Elle aurait davantage de poids, de moins autant qu’une pétition peut en avoir.

    Elle pourrait même être signée par des musulmans, dont la voix me paraît susceptible de porter davantage.

    On ne peut pas défendre Asia Bibi seulement « en tant que chrétien » pour la simple et bonne raison que des musulmans la soutiennent, et qu’il ne faudrait pas sacrifier cette cause qui nous réunit, la vie d’Asia Bibi, et les excès de la loi anti-blasphème, par excès de communautarisme. Notre qualité de chrétien peut nous mobiliser, certes, mais est-ce en son nom que nous devons parler?

    @ pulp: C’est parce qu’il y a eu quelques tentatives de déplacer le débat sur une appréciation de l’islam que d’autres commentaires ont appelé à une certaine mesure. Il ne s’agit pas de masquer le coeur du combat mais de le recentrer.

    pulp a écrit : :

    On ne peut pas seulement demander aux musulmans de France d’intercéder, comme si on devait leur déléguer les relations extérieures avec les musulmans du Monde.

    Non, certes. Mais quand, comme le souligne Pneumatis, on risque avec des efforts maladroits bourrés de bonnes intentions d’orner l’enfer de leurs effets catastrophiques, on se doit de réfléchir à la meilleure façon de faire passer le message.

  • @ Koz Bonjour. Je passe de temps en temps sur votre blog et vous écris pour la première fois. Je ne souhaite pas particulièrement être publiée mais je ne sais comment vous joindre autrement … D’autant plus que je serai hors sujet par rapport à votre texte sur Asia Bibi. Je ne suis pas en accord avec vous sur ce que vous dites au sujet de l’Islam. Je respecte les musulmans, ils sont aussi mes frères mais je ne pense pas que c’est les aider que de leur chercher toujours des excuses ou de les « protéger »…et de faire croire que ce n’est jamais la faute de l’Islam. Même en France ils refusent l’apostasie… Vous êtes avocat me semble-t-il. Je suppose que vous avez lu le Coran en tenant compte des versets abrogeants et abrogés selon l’Institut Al Aznar. Vous êtes certainement beaucoup plus au courant que moi des implications de la charia… Et peut être même connaissez-vous la Sunna ? Pour moi, c’est que rendre service à mes frères musulmans que leur dire la vérité à ce sujet car vous savez bien que nombreux parmi eux n’ont pas lu le Coran… Et puis certes il y a Asia Bibi mais encore 3 jeunes femmes ont été enlevées, récemment, au Pakistan par des musulmans. Farah Hatim, infirmière, Rebbecca Masih et Saima Masih ,2 sœurs… On les convertit de force à l’Islam pour les marier. (Allez sur agenzia Fides, entre autres…) Et il suffit de regarder ce qui se passe dans tous les pays où l’Islam est majoritaire…(les réfugiés d’Abyei…) Je ne sais pas ce qu’il faut faire pour toutes ces minorités en terre d’Islam : chrétiens, hindous ou même musulmans (ahmadis par exemple). Mais je ne pense pas que de continuer à dire que l’Islam n’est qu’une religion comme les autres soit vrai. Jésus lui-même avait prévenu qu’il y aurait de faux prophètes, non ? Vous écrivez : « Peut-être l’islam est-il particulièrement touché en raison, certes d’un problème particulier avec la violence, mais surtout du fait que l’islam figure majoritairement dans des pays pauvres et peu instruits ? » Et ne serait-ce pas justement parce que l’Islam n’est pas qu’une religion que ces pays se maintiennent dans la pauvreté car on met les enfants dans des mandrassas où ils n’apprennent que le Coran ? Les populations de ces pays souffrent aussi d’être sous l’Islam qui signifie « soumission » ! Voilà, je souffre avec toutes ces personnes et ne peux que les porter dans la prière. Mais s’il vous plaît, tant que les musulmans ne réformeront pas l’Islam et vu que le Coran est incréé, ils ne veulent pas le faire… ???, ne continuez pas à dire que ces violences n’ont rien à voir avec l’Islam… Je vous remercie d’avoir écrit au sujet d’Asia Bibi.

  • Courtlaïus a écrit : :

    Cela étant dit, poser un regard critique sur l’islam n’est pas insulter les musulmans ; de toute façon il faudra bien un jour considérer les musulmans commes des grandes personnes, capables de rendre compte de leur foi et de leur religion, faute de quoi dans vingt ans on continuera de signer des pétitions.

    Je suis d’accord avec ça. Je note d’ailleurs que Benoît XVI, à Ratisbonne, soulignait le fait que la violence posait un problème spécifique à l’islam. Non que l’islam soit intrinsèquement violent, mais que les ambiguïtés du Coran nécessitent pour le moins un travail. Et je note aussi que tout le monde lui est tombé sur le râble tant il était bon de se payer un pape. Et je note encore que Benoît XVI entretient également de bonnes relations avec des intellectuels et théologiens musulmans. Et ouais, chacun ses modèles. Mais, donc, pourquoi pas…

    @ Pneumatis: j’ai lu ça aussi, et j’ai hésité également. En ce qui concerne Asia Bibi, je ne crois pas que sa situation puisse être encore pire. Pour le reste, c’est aussi la raison pour laquelle je pense qu’il faut impérativement associer les musulmans. Non que j’accepte sans discuter l’idée que je ne serais pas légitime à prendre la parole, même en tant que chrétien occidental, mais simplement par souci d’efficacité, et pour ne pas nuire aux chrétiens sur place.

    Incidemment, cela m’a fait penser à un épisode connu de l’Histoire récente dans lequel on se demandait s’il fallait parler, ou se taire. Et où le choix d’un (très) relatif silence n’a pas spécialement convaincu a posteriori. Le choix n’est pas facile.

    Poil de lama a écrit : :

    Je voudrais quand même faire observer, dans l’espoir que ça sera entendu et surtout compris, que la page de pétition d’AED a de toute évidence été conçue sans réfléchir au fait que des non-chrétiens pouvaient se sentir concernés et même souhaiter exprimer une solidarité.

    Je le comprends très bien. Je ne suis pas sûr que l’Aide à l’Eglise en Détresse ait eu dans l’idée de faire une pétition universelle. Et je comprends les réticences de certains. Je vous en remercie d’autant plus d’avoir signé malgré cela.

    Cela dit, on peut inverser la question : pourquoi n’y a-t-il eu que des chrétiens pour réagir ? Il est légitime que les chrétiens se soient sentis spécialement concernés par la condamnation à mort d’une femme qui s’est contentée mais pourquoi les organisations non chrétiennes ne se sont-elles pas saisies de cette loi d’oppression des minorités ? N’y aurait-il pas un petit parfum de « les chrétiens n’ont qu’à faire leur boulot » ? Dans ce cas, l’AED aurait pu aussi s’efforcer de publier un texte dépourvu de références chrétiennes mais il finit par être compliqué de nous demander de ne pas réagir en tant que chrétiens, quand c’est notre essence même.

    Ceci dit juste pour vous faire part de mon sentiment, et en vous renouvelant mes remerciements d’avoir signé malgré vos réticences.

    pulp a écrit : :

    On ne peut pas seulement demander aux musulmans de France d’intercéder, comme si on devait leur déléguer les relations extérieures avec les musulmans du Monde.

    Certes. Mais quand je vois qu’un gouverneur musulman, que des intellectuels musulmans, ont été assassinés en raison de leurs positions sur la loi anti-blasphème, la question que je me pose est de savoir si une prise de position de pays occidentaux identifiés comme chrétiens ne risque pas surtout d’aggraver la situation des chrétiens au Pakistan. Du coup, sans renoncer à agir en tant que chrétien, parce qu’il faut aussi que les chrétiens persécutés dans le monde puisse ressentir notre solidarité, il me paraît impératif d’associer des musulmans.

  • Il est complètement faux de dire qu’Amnesty International « se fout royalement du Pakistan et des minorités persécutées là-bas » [www.amnesty.fr]

    Selon diverses estimations sérieuses, le nombre de victimes de torture dans le monde se compte par millions. Si les associations de défense des droits de l’homme se mobilisent pour quelques cas seulement, on en conclut qu’elles se foutent royalement des autres cas? D’ailleurs j’écris une fois par semaine une lettre à un gouvernement pour lui demander le respect des droits de l’homme, et ce sans distinction de religion. Ça veut dire que je me fous royalement de tous les autres cas pour lesquels je ne me mobilise pas?

    Vous n’avez pas mieux à faire que d’embêter Amnesty International?

  • Vous avez raison, ma formule est excessive. J’aurais du écrire qu’Amnesty est très préoccupée mais que, par pudeur, elle préfère que ça ne se sache pas trop, ce qui explique qu’on ne trouve sur son site qu’un unique et tardif communiqué, et aucune mention d’Asia Bibi. Il faut dire aussi qu’il y a des millions de morts dans le monde, alors il faut relativiser, tout de même !

  • Anne-Isabelle Tollet apporte des éléments intéressants dans cet entretien, notamment sur l’opportunité de la mobilisation, sur les actions entreprises, sur les positions françaises, et naturellement sur les faits.

  • Koz a écrit : :

    Incidemment, cela m’a fait penser à un épisode connu de l’Histoire récente dans lequel on se demandait s’il fallait parler, ou se taire. Et où le choix d’un (très) relatif silence n’a pas spécialement convaincu a posteriori. Le choix n’est pas facile.

    Oui, il y a un petit côté « dilemme de Pie XII » pas évident à trancher.

    Vaut-il mieux protester bruyamment au risque d’envenimer les choses (pas pour Asia Bibi, mais pour les autres) ou agir plus discrètement au risque de se faire traiter de collabo par Libé dans 30 ans ?

  • @pulp

    Vous écrivez:

    Merci encore d’avoir lancé cet appel qui fait réagir plusieurs personnes de sensibilités différentes. Restons groupés autour de ce qui nous unit.

    Fort bien. Sauf qu’un peu plus haut, vous écrivez aussi:

    Mais on doit bien dire quon défend ici une chrétienne en tant que chrétiens.

    Ah… Et bien dans ce cas vous pouvez compter sans moi. Je ne défends pas « une chrétienne », et je ne suis pas chrétien. Je retire ma signature?

  • @Lelfe

    Certes mais au Pakistan, la démocratie française, on s’en moque un peu. Le débat est donc légitime.

    Légitime peut-être. Naïf et à-quoi-bonniste quand même. Tout est affaire de rapports de force et de poids mis sur ceci où celà dans les négociations internationales.

    Pour faire simple: si les dirigeants occidentaux savent que s’afficher main dans la main avec les autorités pakistanaises sans piper mot des persécutions leur vaut une volée de bois vert de l’opinion publique, ça devient un élément dans les discussions (vous pouvez transposer à Chine/Tibet), que le Pakistan à son tour doit prendre en compte. Cet élement a un poids important, faible, ou très faible, ce n’est pas la question: cet éléments existe. Le plus sûr moyen d’affaiblir ce poids c’est le « à quoi bon », sur lequel compte en général nos dirigeants pour ne surtout pas se poser de question.

    Est-ce que ça va sauver Asia Bibi? La question n’est-elle pas dérisoire et court-termiste vu l’ampleur du problème?

  • Vous n’avez pas mieux à faire que d’embêter Amnesty International?

    Je n’osais pas l’écrire pour ne pas paraître grincheux, mais puisque Pierre Rénié m’a précédé…

    on ne trouve sur son site qu’un unique et tardif communiqué, et aucune mention d’Asia

    Recensons les gens dont le ni AED ni le Vatican n’ont jamais parlé? Chiche!

  • Il semble que l’impact de la mobilisation ne soit pas anodin.

    J’ai eu un entretien hier avec le député Jean Dionis du Séjour, qui me confirmait qu’il ne fallait pas du tout nier l’impact des mouvements d’opinion publique (notamment via blogs et réseaux sociaux).

    J’ai également eu un entretien ce matin avec l’éditeur du livre, qui m’a contacté après la lecture de ce billet : il semble que les autorités françaises se bougent, que les autorités pakistanaises n’ont pas immédiatement levé le bouclier.

    Bref, il y a des choses à faire et, à tout le moins, donner un « coup de collier » pour venir appuyer le mouvement par une mobilisation publique, qui pourrait d’ailleurs être européenne, le livre sortant très prochainement en Italie et en Allemagne.

    Des idées d’actions sont en cours. Je vous en ferai part dès que ce sera finalisé.

    @ Gatien : Amnesty a un vrai poids et une vraie organisation. Or, à l’exception de ce communiqué, je ne vois rien sur son site. S’il faut l’ « embêter » pour qu’elle se bouge, ça me va.

  • Gatien a écrit : :

    Ah… Et bien dans ce cas vous pouvez compter sans moi. Je ne défends pas « une chrétienne », et je ne suis pas chrétien. Je retire ma signature?

    vous faites comme vous voulez Gatien. Mais vous pouvez faire comme moi: signez la pétition en disant qui vous êtes et pourquoi vous le faites.

    Je répète ce que je disais plus haut: « Merci encore d’avoir lancé cet appel qui fait réagir plusieurs personnes de sensibilités différentes. Restons groupés autour de ce qui nous unit. »

    Cela n’exclut pas nos différences. Mais je serai heureux d’avoir trouvé un point de convergence avec vous.

  • @Pulp

    En résumé, vous êtes là avec votre pancarte « je suis chrétien! je défends une chrétienne! », et moi, juste à côté je dois m’efforcer de ne pas vous entendre et me concentrer sur ce qui nous unit. J’ai bon?

    A quoi sert donc la pancarte? Qu’est-ce qui nous unit? Quelquechose m’échappe…

    @Koz Amnesty: ok.

  • @ Gatien: Ou alors : et vous, vous venez avec une pancarte : « je suis une personne humaine, et je défends la vie d’une personne humaine » sans que cela soit incompatible, les deux porteurs de pancarte étant en revanche côte à côte et demandant la même chose, avec les mêmes slogans, sous peine d’être inaudibles.

  • Pingback: Revue de Blogs : Communication, blasphème, écologie,… et plein d’autres choses ! « Lemessin

  • @ Marie : je ne dis pas, à proprement parler, que ces violences n’ont rien à voir avec l’islam. Je constate qu’il existe de très nombreux musulmans qui considèrent que l’islam est une religion de paix, et citent le Coran à l’appui. Tout comme je constate qu’il y a de très nombreuses violences et horreurs commises au nom de l’islam, citations du Coran à l’appui. Je pourrais, peut-être, prendre pour résolution d’aller les évangéliser. Ce n’est pas ma façon d’être. Chacun sa place, chacun son action. Ce que je constate aussi, c’est que de nombreux chrétiens, et catholiques, prêchent la haine, tout en invoquant leur christianisme. La trahison n’est-elle pas pire encore ? Le pape a relevé lui-même, comme je l’ai dit plus haut, le problème spécifique que l’islam a avec la violence, et qu’il doit gérer. Ce ne l’empêche pas (i) de ne pas agresser les musulmans et (ii) d’entretenir le dialogue. Bref, j’essaie de tenir une ligne de crête parfois ardue, et sans garantie d’avoir raison. Mais si les chrétiens ne sont pas des « artisans de paix », alors n’est-ce pas aussi trahir leur vocation ?

    *
    En ce qui concerne les actions, nous avons ouvert un évènement facebook pour le 14 juin, deuxième anniversaire de son incarcération. L’idée n’est pas de faire une mobilisation spectaculaire mais simplement marquer sa solidarité.

  • Merci pour ce billet et pour vos actions. Prière pour Asia Bibi et les chrétiens du Pakistan. Je voulais aussi faire une petite remarque : ce n’est pas le 14 juin 2009 qu’Asia Bibi a été incarcérée mais le 19 juin. La première date est celle de l’altercation autour du puits, ce n’est que cinq jours plus tard qu’une véritable foule l’a poursuivie, l’a rouée de coups en présence de l’imam et du chef du village, et qu’elle a été jetée en prison. Le deuxième anniversaire de son incarcération sera donc dimanche 19.

  • bravo pour le combat, et espérons qu’il puisse porter des fruits. N’oublions pas au passage, que dans les pays fortement islamisées, les premiers à souffrir de l’idéologie politico-religieuse islamique (je n’ai pas trouvé d’autre manière de le dire, je ne cherche pas à être polémique) sont les musulmans (les musulmanes au premier plan).

    Pour une Asia Bibi, combien de filles mariées de forces, combien de libertés brimées, combien de droits élémentaires bafouées ? Un combat n’empêche pas un autre, et il faut soutenir Asia Bibi. Il faut soutenir toutes les minorités brimées par le totalitarisme. Quel que soit ce totalitarisme, et quelques soient les pseudo-justifications à ces atteintes aux droits humains.

    Cela ne doit pas nous empêcher de réfléchir aussi en terme de « civilisations » : la civilisation musulmane n’est pas la civilisation occidentale. Les points communs existent, les différences – lourdes – aussi. Peut-on faire changer une culture ? Sur quelle échelle de temps ? la priorité est-elle d’oeuvrer pour faire évoluer cette culture, ou de faire en sorte que les principes de la notre, avant d’être exporté, ont peut-être vocation à servir de règle intangible chez nous ? Je n’ai pas la réponse à ces questions ; mais elles me semblent importantes à creuser, en parallèle d’un soutien ferme et indéfectible cette malheureuse persécutée.

  • Je fais partie de ceux qui ne signeront pas de pétition, qui n’écriront pas à leur député. Parce que je ne crois pas à l’efficacité – même pas à l’effet goutte d’eau – ni surtout ne m’identifie à ce mode d’action ou d’expression.

    Reste l’impuissance, comme pour la majorité des fléaux. Je peux peut-être changer le monde en commençant en bas de mon immeuble, dans mon quartier, au bureau (là, je crois à l’effet goutte d’eau). Mais je ne peux rien contre les massacres lointains médiatisés ou non, les morts injustes. Je pourrais au mieux choisir un combat (celui pour Asia Bibi par exemple) et m’y donner corps et âme. Je crois que je suis content, d’ailleurs, que d’autres le fassent. Mais je ne peux m’empêcher de me dire que si je le faisais ce serait sans doute inefficace et, surtout, que cela ce ferait au dépend d’autres missions, de ce que j’aime appeler la vocation du quotidien. Cause moins dramatique, moins électrisante. Pas moins difficile, ni moins noble.

    Au final, je préfère la conclusion, très belle, du commentaire de do: « Je crois que je vais plutôt aller faire un rosaire pour le geôlier de Asia Bibi, au fond. »

  • Merci Koz d’avoir engagé ce combat. Contrairement à ce que dit Paul de F. je crois qu’il faut le mener et faire tout ce qu’il est possible de faire « tant qu’il fait jour » (Jn9), c’est tout de même mieux que de ne rien faire même si on peut avoir des doutes sur l’intérêt que les autorités pakistanaises porteront à nos suppliques. Tu dis également : « Ecrire aussi à Amnesty International, qui se fout royalement du Pakistan et des minorités persécutées là-bas »…Ah, si Asia Bibi était une prisonnière politique dans une quelconque dictature d’Amérique du sud ou d’ailleurs Amnesty se ferait entendre, et j’écouterais, mais Asia Bibi n’est qu’une chrétienne emprisonnée en vertu d’une loi inique et cela n’intéresse pas les grandes consciences internationales.Raison de plus pour se mobiliser.

  • Koz a écrit : :

    @ Marie : Mais si les chrétiens ne sont pas des « artisans de paix », alors n’est-ce pas aussi trahir leur vocation ?

    Je suis d’accord avec vous que nous devons être «artisan de Paix». La peur peut générer 2 attitudes opposées qui ne conduisent pas à la paix.

    1) le refus de permettre aux musulmans d’avoir des mosquées est contraire à la liberté religieuse. Cela alimente le communautarisme et le discours victimaire des musulmans nourrissant ainsi leur propre racisme. L’islamophobie est dénoncé quotidiennement par le politico-médiatique correct, donc je n’ai pas à en rajouter.

    2) se rassurer en faisant l’autruche devant la montée de l’islamisme en France et faire comme si l’immigration de centaines de milliers de musulmans tous les ans n’avait aucune conséquence sur l’avenir de nos enfants. Cet aveuglement tient au fait de l’ignorance des chiffres. Cela tient aussi au fait que tout ceux qui réclament une immigration maitrisée sont attaqués par les associations anti-racistes (MRAP, SOS Racisme, …) et par les islamistes pour racisme ou fascisme. Le fait de ne pas vouloir que nos enfants vivent sous domination musulmane serait du racisme. Pour eux, le choix se réduit à «pro-islamiste» ou «raciste».

    Sauf dans les situations de domination totale de l’islam où les non-musulmans sont très discriminés ou persécutés, il n’existe aucun pays au monde où il y ait une forte proportion de musulmans sans qu’il y ait une guerre civile à cause de l’influence contemporaine de l’islamo-fascisme dans l’islam. Même si nous pouvons espérer et accompagner une évolution de l’islam par le dialogue et l’octroi de bonnes conditions pour leurs pratiques religieuses, ce n’est pas nous qui déciderons de ce que sera l’islam.

    Si une personne m’avait fait mal plusieurs fois, ne serais-je pas en droit de me protéger même si un changement de cette personne reste possible.

    Etre «artisan de paix» aujourd’hui, c’est préparer la paix civile pour nos enfants. 90% des immigrés entrants en France sont musulmans. En plus des 200.000 légaux et des 80.000 illégaux, nous aurons pour cette année 2011, l’arrivée exceptionnelle de Tunisie. Il y a quelques mois, on parlait de 60.000 arrivées à Lampedusa. On peut donc compter au environ de 400.000 musulmans de plus dans notre pays cette année, une ville comme Toulouse. Même si la régulation de l’immigration musulmane decevra le projet des islamistes de dominer l’Europe d’ici quelques décennies et nous fera traiter d’islamophobe et de raciste, cela vaut mieux que les conséquences tragiques sur les générations futures de l’acceptation passive.

    Si l’islam générait des sociétés égalataires, il n’y aurait pas de problème, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui dans aucun pays à majorité musulmane, et cela n’a jamais été le cas depuis la naissance de l’islam. On peut donc raisonnablement donner de bonnes conditions de pratique religieuse aux musulmans de France, et en même temps réguler l’immigration entre musulman et non-musulman de manière équilibrée pour préserver la paix sociale.

    Comme vous Koz, je ne suis pas sûr d’avoir raison et je lis, je cherche et aujourd’hui, j’en suis là.

  • Déjeuner avant hier au Foyer de la Madeleine (que je vous recommande – situé en dessous de l’église de la Madeleine à Paris) en compagnie d’une personne d’origine algérienne qui mange du porc et boit du vin : « vous savez pourquoi l’Algérie n’est pas restée française ? parce que les français n’ont pas voulu se mélanger aux algériens « … S’en est suivi un échange sur ses convictions : lui qui ne se voyait ni musulman ni chrétien mais qui croyait en Dieu et était convaincu que nous étions tous appelés à être « bons » avec les autres. Son témoignage m’a touché. Que penser donc de la « menace » de l’arrivée d’un nombre croissant de musulmans sur « notre » sol ? Faudra t’il croiser une autre personne dans quelques dizaines d’années qui nous dira « vous savez pourquoi la France est devenue musulmane ? C’est parce que vous n’avez pas souhaité vivre avec eux, les accueillir tels qu’ils sont, les écouter, partager avec eux dans leur différence, vivre et témoigner de l’Espérance chrétienne qu’on attendait de vous « …

  • elkana a écrit : :

    il n’existe aucun pays au monde où il y ait une forte proportion de musulmans sans qu’il y ait une guerre civile à cause de l’influence contemporaine de l’islamo-fascisme dans l’islam.

    Bonjour,

    je ne veux pas dire de bêtises, mais il me semble que la Malaisie est à 60% Malais musulmane, et à 40% chinoise, et ne s’en sort pas trop mal. Il y a certes des tensions entre les malais qui détiennent le pouvoir politique et les chinois qui ont l’argent, mais certainement pas de guerre civile. Il ne me semble pas qu’il y ait eu de grosses guerres civiles ces derniers temps en Asie centrale (Mongolie, Kazakhstan…) malgré un mélange de russes orthodoxes, de mongols pagano-boudhistes et de turcs musulmans. Et il n’y a pas besoin de musulmans pour faire de la guerre civile, comme l’exemple du Sri-Lanka l’illustre bien: là-bas, ce sont les bouddhistes (oui, le même bouddha que dans les icônes « peace and love » pour bobos incultes) qui oppriment les tamils hindous. On sait faire aussi de la guerre civile en pleine union européenne entre anglicans et catholiques en Irlande du Nord, pas il y a trois cent ans, mais il y a quinze ans.

  • @ Joyeux acier

    Les musulmans étant dominant en Malaisie, il n’y a pas de guerre civile car les minorités acceptent d’être dominées mais cela ne signifie pas que les chrétiens ne soient pas attaqués. En janvier 2010 une série d’attaques a touché la communauté chrétienne à la suite d’une dispute entre le gouvernement et un journal catholique. Il était question de l’utilisation par les chrétiens du mot « Allah ». Neuf églises ont été vandalisées ou détruites.

    En ce qui concerne la Mongolie, il n’y existe pas une forte proportion de musulmans: Environ 50 % des Mongols sont bouddhistes tibétains, 40 % athées, 6 % chamanistes ou chrétiens, et 4 % musulmans. Par contre aux Philippines et en Thaïlande, les non-musulmans sont très persécutés dans les zones où ils sont minoritaires.

    En ce qui concerne, l’Asie centrale, les pays suivants sont majoritairement musulmans, et dire qu’il est facile d’être non-musulman est faux.

    http://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/profils-pays/ouzbekistan/ http://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/profils-pays/turkmenistan/ http://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/profils-pays/azerbaidjan/ http://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/profils-pays/tadjikistan/ http://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/profils-pays/kirghizistan/

    Vous pouvez aussi vous renseigner sur la situation des non-musulmans en Egypte, en Algérie, au Maroc, en Irak, en Afghanistan, au Pakistan, en Inde, en Indonésie, au Nigéria, en Somalie, en Erythrée, au Soudan, en Iran, en Ethiopie, en Arabie Saoudite,au Yémen et vous verrez que tout ne va pour le mieux.

    Par contre, il est vrai que le Kazhaktan, la forte minorité orthodoxe et la majorité musulmane vivent en paix, et cela est vraiment positif et un élément d’espoir. Mais il faut savoir que les extrémistes musulmans progressent aussi dans cette région et que la proximité russe motive l’état kazakh à combattre l’islamisme violent.

    http://www.europe-asia.org/cms/index.php/asie-centrale/kazakhstan/212-chretiens-en-asie-centrale-entre-liberte-theorique-et-controle-etatique

    En1936, le déni de la dangerosité du nazisme a facilité la tâche d’Hitler, et le petit bien acquis (quelques années de paix supplémentaires) par le déni des pacifistes a produit un énorme mal. Daladier et Chamberlain ont été « gentils » avec Hitler mais ont-ils été « artisan de paix »?

    Même Dalil Boubakeur et Mr Gaci (CRCM de Lyon) ont exprimé leurs craintes devant la montée des prêches radicaux dans les mosquées de France. Que proposez-vous? Le déni? Je pense que la dernière lettre de l’épiscopat apporte une partie des solutions pour l’accompagnement de l’islam en France, mais elle ne se positionne sur l’immigration.

    http://plunkett.hautetfort.com/archive/2011/06/09/musulmans-en-europe-l-eglise-catholique-reaffirme-sa-positio.html

    Et puis semble-t-il beaucoup de français désirent faire l’expérience d’une forte communauté musulmane et bien, pourquoi pas, peut-être nous faut-il expérimenter cela? Mais Joyeux Acier, je finis par cette phrase de Bossuet: « Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

  • @ Joyeux Acier : vous avez écrit : « On sait faire aussi de la guerre civile en pleine union européenne entre anglicans et catholiques en Irlande du Nord, pas il y a trois cent ans, mais il y a quinze ans. » Certes on ne prête qu’aux riches, mais pour une fois la guerre civile larvée en Irlande du nord n’est pas entre anglicans et catholiques mais entre protestants presbytériens et catholiques. Les anglicans sont même parfois considérés comme des néo-cathos par les presbytériens!… Ceci dit vous avez raison, les musulmans ne sont pas les seuls, il s’en faut, à nourrir des guerres civiles ou religieuses dans le monde, mais il faut admettre que là où les musulmans sont majoritaires la sitiuation des chrétiens n’est guère enviable. Et vous verrez qu’en Syrie si Bachar El-Assad tombe, les chrétiens seront le bouc émissaire idéal de la future majorité.

  • @ Joyeux Acier

    En ce qui concerne la Malaisie, les musulmans sont majoritaires et l’islam est religion d’état. Les minorités supportent leur situation sans revendiquer l’égalité des droits, donc, en effet, tout va bien. A part qu’en janvier 2010 une série d’attaques a touché la communauté chrétienne à la suite d’une dispute entre le gouvernement et un journal catholique. Il était question de l’utilisation par les chrétiens du mot « Allah ». Neuf églises ont été vandalisées ou détruites.

    En Mongolie, environ 50 % des Mongols sont bouddhistes tibétains, 40 % athées, 6 % chamanistes ou chrétiens, et 4 % musulmans. Donc, tout se passe bien en effet.

    Dans les pays d’Asie Centrale: l’islam est religion d’état, et les non-musulmans sont des citoyens de seconde zone.

    Mais c’est vrai que j’ai été excessif dans mes propos. Au Kazakhtan, il y a 60% de musulmans et 40% de russes orthodoxes et la cohabitation se passe bien. C’est donc quelque chose d’exceptionnel et un signe d’espoir. L’état kazakh veille énergiquement à contenir les mouvements extrémistes, car son voisin russe a pu parfois exprimer des réactions explosives, comme à Grosny.

    En Egypte, en Irak, au Pakistan, en Afghanistan, en Inde, en Iran, en Erythrée, au Soudan, au Nigéria, en Somalie, au Yémen, en Arabie saoudite, en Algérie, au Maroc, la situation des non-musulmans persécutés va de l’expulsion ou la prison jusqu’à l’assassinat.

    Des non-musulmans sont tués régulièrement dans des régions majoritairement musulmanes de pays très majoritairement non-musulmans comme les Philippines ou la Thaïlande. Dans ces pays, des mouvements musulmans demandent l’autonomie des territoires où ils sont majoritaires et ils pratiquent des crimes terribles sur les minoritaires afin de les faire fuir de ces régions.

    Quand la communauté musulmane arrivera en situation de pouvoir dominer et d’imposer la charia, que fera-t-elle? Je ne sais pas mais je pense qu’il est souhaitable de ne pas prendre le risque de le voir car il n’existe aucun pays au monde « sauf le Kazakhtan » où il y ait une forte proportion de musulmans sans qu’il y ait une guerre civile à cause de l’influence contemporaine de l’islamo-fascisme dans l’islam.

    L’islam évoluera peut-être bientôt, mais pour le moment, nous devons protéger nos enfants en veillant à ce que les musulmans ne deviennent pas majoritaires. Pour cela, il faut accueillir des musulmans certes à hauteur de 50%, mais aussi des africains chrétiens dans la même proportion. De plus, il est très légitime d’accueillir en France, nos frères d’Afrique qui ont accueilli notre foi et notre langue car ils sont plus proches de nous culturellement et que nous nous retrouvons dans nos paroisses.

    Bossuet a dit: «Dieu rit des gens qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes».

    Après tout, la France aura le destin que ses dirigeants politiques et médiatiques lui auront choisi.

    Je ne peux résister à écrire encore cette prophétie de Marthe Robin qui me fait du bien:

    « La France va descendre jusqu’au fond de l’abîme, jusqu’au point où l’on ne verra plus aucune solution humaine de relèvement. Elle restera toute seule, délaissée de toutes les autres nations qui se détourneront d’elle, après l’avoir conduite à sa perte. Elle ne restera pas longtemps dans cette extrémité. Elle sera sauvée, mais ni par les armes, ni par le génie des hommes, parce qu’il ne leur restera plus aucun moyen humain…La France sera sauvée, car le Bon Dieu interviendra par la Sainte Vierge. C’est Elle qui sauvera la France et le monde… Le Bon Dieu interviendra par la Sainte Vierge et par le Saint-Esprit: ce sera la nouvelle Pentecôte, le second « avènement » du Saint-Esprit. Ce sera une ère nouvelle et à partir de ce moment se réalisera la prophétie d’Isaïe sur l’union des coeurs et l’unité des peuples… Après le nouvel « avènement » du Saint-Esprit qui se manifestera plus particulièrement en France, celle-ci réalisera vraiment sa mission de fille aînée de l’Eglise, et l’épreuve, en la purifiant, lui rendra son titre perdu. »@ Koz:

  • J’aimerais, vraiment, que l’on cesse ces propos généralisateurs, sans parler du fantasme de la charia en France, qui n’est pas prête d’être instaurée mais dont la perspective fantasmagorique sert de prétexte aux débordements.

    Il y a un cas, en l’occurrence, celui d’Asia Bibi, et tous ces propos ne lui servent en rien.

    Utilisez plutôt votre énergie à lui venir en aide.

  • @ Paul de F.:

    J’admets volontiers votre point de vue, mais je remarque cependant que la simple rédaction de votre commentaire représente un effort plus grand que la signature d’une pétition en ligne. Pensez-vous que son effet soit plus grand ?

    @ Dang:

    Je ne crois pas très utile de cogner au passage sur Amnesty. Le site d’Amnesty comporte des dizaines et des dizaines de pétitions. Nul doute qu’il pourrait, hélas, en comporter des milliers, si l’objectif était de n’oublier aucun opprimé à la surface de la terre, mais je doute que cela puisse servir à quelque chose. Plutôt que de leur faire des procès d’intention, je préfère relever qu’Amnesty a le mérite de faire des pétitions pour des causes qui ne sont absolument pas médiatisées par ailleurs.

  • @ Koz: Je me permet de nuancer certains propos, sans généraliser. Pour l’instant la charia n’est pas compatible des lois françaises (ou la France n’est pas compatible de la charia, c’est selon). Cependant, depuis qq années, on introduit des éléments de lois coraniques dans notre quotidien et dans la loi française. Je prends pour exemple quelques cas : - le tout halal (pas de porc, sacrifice des animaux selon le rite musulman) à la cantine, vécu dans des écoles publiques des Yvelines et dans des grandes sociétés cotées au CAC40. - la volonté d’introduire dans le code civil des éléments de droit islamique comme la kafala (mode de recueil prévu par le Coran) dans les articles de loi traitant de l’adoption (article 21-12) par Alain Milon, sénateur UMP du Vaucluse. - l’adaptation de la réglementation et de la fiscalité françaises aux produits financiers islamiques par Christine Lagarde (http://www.marianne2.fr/Finance-islamique-Lagarde-tente-de-passer-en-loucede_a182518.html).

  • Obéron, je ne connais aucune école publique ni aucune société du CAC 40 dont les cantines soient tout-halal. Sans noms, ce ne sont que des fantasmes qu’on agite et des rumeurs qu’on répand. Je doute que ces peurs nous aident à vivre d’une quelconque manière mais, une fois encore, on s’éloigne d’Asia Bibi.

  • Je peux te citer des noms d’école et d’entreprise qui appliquent le halal mais sûrement pas de manière publique sur le web.

    Cela dit, la loi française est perméable aux concepts islamiques et à la charia (kafala, finances islamiques, etc.). Et alors ? A qui cela fait peur ?

    Pas à moi, qui considère que les musulmans en France sont une chance d’évangélisation. C’est ce dont parle Xavier Lemoine qui vit durement l’islam au quotidien dans sa ville de Montfermeil avec les préceptes Charles de Foucault en bandoulière. Ne pas en parler, se voiler la face, laisser la peur dominer, c’est faire le jeu du FN et des extrémismes. Et les premiers à en souffrir seront les musulmans modérés.

    OK, c’est clair, cela ne résout en rien le problème d’Asia Bibi :/

  • Voici qu’Amnesty International vient de m’envoyer:

    Madame, Nous nous préoccupons du sort d’A. Bibi et de bien d’autres personnes menacées par les terribles lois sur le blasphème. Nous agissons donc en sa faveur et réclamons l’abolition des lois en question. Bien à vous, G. Bellew

    Quand on cherche Amnesty International + Asia Bibi sur Google, on trouve des actions manifestants cette implication, mais elles sont noyées au milieu de nombreux billets de blogs prétendant le contraire. Nous pouvons faire suivre et contribuer à rectifier cette désinformation.

  • C’est ce que j’ai fait, c’est pour ça que j’ai râlé, et j’ai reçu le mail que j’ai fait suivre en réponse. Ils participent aux mobilisations mais ça ne doit pas être suffisamment vendeur pour eux en France de le dire.

  • Koz a écrit : :

    Demain, près de 1.600 personnes devraient participer à l’évènement facebook. Probablement davantage, en comptant les personnes qui n’ont pas répondu à l’invitation mais participeront néanmoins.

    Probablement, oui. Ou alors moins, car nombre de ceux qui ont répondu présent sur la page de l’évènement ne se sont pas connectés aujourd’hui ou ont oublié… Il y en a eu de nombreux parmi mes amis, qui avaient pourtant répondu « oui » en nombre! Incroyable, cette manie (perceptible même lors de l’organisation de dîners…) de se décommander implicitement ou d’oublier les RDV. J’ai l’impression que c’est pire qu’avant, avec les évènements facebook, comme si la facilité du geste nuisait à la capacité d’attention et de mémoire. Alors que ce pourrait être un formidable outil d’organisation.

    Bon, je suis déçue, mais j’espère que ceux qui ont un meilleur panel d’observation (vous, entre autres, et les media) me diront demain que vous aviez raison!

  • Avez-vous eu des retours? Je sais, je suis impatiente, mais je ne m’attends pas à une réponse dans la minute. J’aimerais tellement me dire que cela a eu au moins un peu d’audience!

  • Bonjour, pas encore de retours. 2.300 personnes ont répondu présentes. Près de 10.000 ont reçu une invitation, ce qui n’est pas négligeable : c’est, au moins, un petit signal allumé quelque part (sans compter ceux qui n’aiment pas forcément participer à ce genre d’évènements mais se mobilisent autrement).

    J’ai créé une page Comité Asia Bibi France avec l’accord d’Anne-Isabelle Tollet et de son éditeur – pour ne pas entrer en conflit avec d’autres initiatives. Je n’ai aucune intention de prendre la tête du moindre comité : j’ai juste suggérer à Philippe Robinet qu’il était opportun de profiter de cette mobilisation pour permettre aux gens de rejoindre une telle page et rester informés. Si un comité se crée physiquement, il pourra disposer de cette page.

  • Bonjour,

    C’est Jean-Paul, Schiltigheim, près de Strasbourg (capitale des droits de l’homme) (?), je vous ai connu sur la chaîne Information france 24, j’ai décidé de faire quelque chose à mon niveau, je ne possède rien, je n’ai rien, mais je parle de vous autour de moi, j’ai passé 300 coups de fils et parlé du livre à beaucoup de gens. Tenez le coup, je pense bien à vous. Même quand y a plus d’étoiles dans le ciel, la liberté est au bout du rêve. Quelqu’un pense à vous du fin fond du bout du monde, quelque part où il y a presque plus d’oiseaux dans le ciel. L’oppresion ne prend fin qu’avec un début de delivrance qui peut être une fin de vie d’un nouveau renouveau.

  • Pingback: Ne laissons pas tomber Asia Bibi | Pensées d'outre-politique

  • Pingback: Asia Bibi « Looking for something

Comments are closed.