Démerde-toi… camarade

montreC’est la crise. Tout le monde est touché. Julien Dray le premier : ses montres se transforment en casseroles. Remarquez, en courant vite, ça fait bling-bling aussi, une casserole.

Et l’on regarde, depuis vendredi, Juju le chef de bande, Juju le trotskyste se débattre avec l’accusation d’avoir piqué dans les caisses de SOS-Racisme et de la FIDL pour se payer des objets de luxe, en l’occurrence vraisemblablement des montres. Et je vais vous dire, je n’en ris qu’avec modération. Julien Dray a, parfois, un petit côté rond qui suscite l’affection. Et puis, si l’on s’est penché sur le timing de l’affaire, on a oublié une dimension : ceux qui ont organisé les fuites lui ont foutu en l’air son Noël. C’est petit. Et c’est sans compter la tronche qu’a tiré celui qui avait prévu, pour se faire bien voir, de lui offrir une montre.

D’ailleurs, ce pauvre Julien ne pourra plus jamais les regarder sans que son cœur ne se serre, ses montres. Il avait une passion, on lui a salopé. Moi, d’ailleurs, ça me touche presque – surtout quand je veux faire mon catho – lorsque Julien Dray explique, dans ce vieil article :

«Ma passion des montres est connue de tous depuis mon adolescence, confie-t-il. C’est ma vie privée. Cette montre, j’en rêvais comme d’autres rêvent d’un tableau ou d’une voiture. Je me suis expliqué sur son achat en fournissant tous les détails et les précisions nécessaires»

C’était à l’occasion d’une précédente affaire, en 1999. Et moi, je me dis : voilà un type qui n’a pas une vie facile – la politique, c’est sauvage – et qui se permet un petit péché de socialiste, aimer les montres à 25 SMIC. Pour le reste, ça se trouve, il est réglo. Il n’est qu’un homme. Mais il est de gauche.

C’est triste… mais je ne vais pas pleurer

Maintenant, voyez-vous, qu’il se fasse choper sur une histoire de montre de luxe (l’avenir dira si l’origine des fonds prête également à commentaires), ça ne me satisfait guère. Si l’on devait interroger le bonhomme, j’aurais préféré qu’on le fasse sur ses rapports effectifs avec les organisations lycéennes, dont la FIDL, que l’homme envoie dans la rue ou rappelle à volonté, pendant que l’ensemble de la gauche se récrie, offusquée, lorsque l’on évoque cette évidence que les lycéens sont manipulés.

Voyez, dans cette affaire, si j’ai trouvé plaisante l’idée que l’un des grands contempteurs de notre président bling-bling collectionne les montres à 25 SMIC, j’ai été davantage intéressé par ce que l’on a pu lire au détour d’un article :

« Inscrite sous un statut d’association, elle s’est structurée dans le giron de SOS-Racisme, tandis que les permanents étaient, selon un ancien, « nommés par Ju­lien Dray ». La plupart des membres du bureau national ap­partenaient d’ailleurs à son courant, la Gauche socialiste, jusqu’à sa dissolution en 2002. »

Voilà qui conforte cet autre enseignement parental : toujours se méfier de ceux qui revendiquent leur caractère démocratique. A l’époque, on parlait des « démocraties populaires » et de la « république démocratique allemande« . Mais il faut tout de même relever que la FIDL est la Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne. Quand les permanents du syndicat sont (i) nommés (ii) par un cadre du Parti Socialiste, l’indépendance et la démocratie, ça fait sourire…

Le silence du PS, une stratégie à haut risque

Mais la question du jour tient davantage dans le silence du Parti Socialiste. A part quelques francs-tireur qui se risquent à la camaraderie, le Parti fait silence. Pas, comme a pu le prétendre Cambadélis sur France Inter, parce « qu’elle n’était pas là« , mais parce que c’est la stratégie choisie. « C’est une affaire privée, elle ne concerne pas le parti socialiste« . De Julliard à (encore) Cambadélis, jusqu’aux militants, le discours est répercuté. L’affaire « ne concerne en rien le parti socialiste« . Julien Dray, porte-parole du PS il y a seulement quelques semaines ? Connait pas. D’ailleurs, qui connaît Julien Dray ?

Martine Aubry et le Parti Socialiste ont-ils tort, et tout cela n’est-il qu’un règlement de comptes interne, fomenté ou seulement opportunément exploité pour cramer celui qui dénonçait il y a seulement quinze jours Bartolone et Cambadélis comme responsables de la crise au PS ?

Pas manifestement. L’affaire est effectivement privée. Elle ne met pas en jeu les comptes du PS (cette fois). Les filiales citées seraient, si les faits sont avérés, des victimes. Alors, fallait-il monter en ligne pour défendre Julien Dray sur une affaire dont les responsables du Parti ignorent – normalement – les tenants et aboutissants et qui relève de l’usage privé des fonds ? Après tout, même Ségolène Royal a choisi de s’abstenir de toute marque publique de soutien à l’un de ses principaux… soutiens !

Il reste tout de même que le Parti Socialiste joue un jeu délicat. Peut-il feindre d’ignorer que ça la fout mal qu’un membre éminent du Parti soit soupçonné de piquer dans la caisse d’organisations syndicales ? Peuvent-ils feindre d’ignorer que ça craint du boudin qu’un tel haut responsable soit inquiété pour une passion rien moins que sociale ? Peuvent-ils sérieusement imaginer que, dans l’esprit des français, « cette affaire ne concerne en rien le parti socialiste » ?

Si le PS a peut-être raison de ne pas accoler indûment son nom à une affaire judiciaire gênante, il reste qu’il donne une fois de plus une image édifiante de la solidarité et de la camaraderie en son sein. Au premier soupçon, on coupe la branche pourrie. Après un compagnonnage de trente ans, pendant lequel le goût de Juju pour les montres de luxe n’a pu échapper à personne, le lâchage est brutal.

N’était-il pas possible d’émettre un message de soutien ?

Cette affaire est une affaire privée qui ne concerne en rien le Parti Socialiste. Toutefois, nous tenons à rappeler chacune et chacun au respect de la présomption d’innocence. Nous souhaitons que la Justice fasse toute la lumière sur cette affaire, le plus vite possible. Tant que la Justice n’aura pas établi les faits, Julien Dray reste un camarade que nous assurons de nos pensées.

Bon, la fin est peut-être risquée, dans l’hypothèse où Julien Dray finisse à Fresnes. Je n’ai, pour autant, pas qualifié les pensées. Ni cordiales, ni affectueuses. Cela laisse chacun libre d’avoir des pensées assassines. Du coup, le communiqué me semble bien pesé. Et puis, rien n’oblige à s’attarder. Hop, communiqué furtif, hop, on passe à autre chose. Même Frédéric Lefebvre s’est cru obligé de montrer l’exemple. Et cela aurait permis à la direction du PS de se donner le beau rôle en faisant preuve d’une certaine noblesse d’âme.

Non, le silence souligne le climat irrespirable au sein du PS, et ne peut être interprété qu’ainsi par l’opinion publique. Il crédibilise les doutes sur les fuiteurs. On peut chercher du côté de la majorité. Après tout, Julien Dray déclarait, le 13 décembre : « toutes les conditions sont en train de se réunir pour des confrontations sociales très violentes« . Venant de la part de celui qui nomme les permanents de la FIDL, la menace ne pouvait être négligée.

Une autre hypothèse est toutefois envisageable, que l’attitude de la direction vient crédibiliser. C’est le 8 décembre dernier que Julien Dray déclarait au Figaro :

« Je tiens pour responsables de la situation deux camarades qui avaient le devoir par leur histoire de rassembler le PS. Je parle de Jean-Christophe Cambadélis et de Claude Bartolone. »

drayblingDeux jours après, le parquet lance les opérations. Quelques jours après, les infos sont dans la presse. Dans laquelle on lit aussi ce genre de déclarations, de la part d’un dirigeant du PS : « Rappelons-nous  que les éléments déclencheurs de l’affaire Urba comme celle de la MNEF provenaient de l’intérieur du PS« .

Même si je ne suis pas d’accord avec sa conclusion, Le Chafouin a raison de souligner que le crime est susceptible de profiter à tant de personnes… Auxquelles je rajouterais un nom :  Patek Philippe. Etre la marque qui fait craquer un ancien trotskyste, à quelques jours de Noël, c’est une publicité inespérée.

42 comments

  • Et puis, si l’on s’est penché sur le timing de l’affaire, on a oublié une dimension : ceux qui ont organisé les fuites lui ont foutu en l’air son Noël. C’est petit.

    Avec Marc Cohen de Causeur, you make my day… 🙂

    Et on n’oubliera pas Frédéric Lefebvre, très justement relevé par Authueil.

  • A propos de Causeur, on lira aussi Haro sur le beau Dray, qui évoque aussi le rôle de Dray vis-à-vis des organisations syndicales :

    Dans le microcosme politique parisien, ce qui arrive aujourd’hui à Julien Dray ne surprend pas grand-monde : l’homme est depuis des décennies un bricoleur de génie en matière de création et de contrôle d’associations destinées à encadrer des mouvements plus ou moins spontanés surgissant dans les facs, lycées et quartiers difficiles.

    etc.

  • Je t’interdis d’insinuer que les lycéens puissent être manipulés par le PS.

    Que Bruno Julliard ait rejoint les listes municipales de Delanoë avant même d’avoir quitté l’UNEF et qu’il soit devenu secrétaire national du PS à l’éducation en moins d’un an démontre seulement son immense talent et la proverbiale ouverture de ce parti.

  • « Toujours se méfier de ceux qui revendiquent leur caractère démocratique. »

    Ça me rappelle l’UNEF-ID, indépendante et démocratique. À la fac, j’adorais aller faire enrager les rouges de l’UNEF en leur disant « Han, vous savez, en face, ils disent que vous êtes ni indépendants ni démocratiques. » Au bout de quelques minutes de récriminations, je leur disais « Non, mais rassurez-vous, je n’ai jamais cru qu’ils l’étaient eux non plus. »

    C’est marrant, les jours d’élection, ils me foutaient la paix.

  • Ouais. C’est comme le MoDem. Certains disent qu’ils ne sont ni en mouvement, ni démocrate. Mais ceux qui le disent prétendent être populaires.

  • @Koz : Excusez le hors sujet, mais je découvre Causeur et Luc Rosenzweig par votre lien.

    Celui-ci est donc l’auteur de « personnellement, je n’ai pour les générations futures aucune sympathie ni inimitié, pour la bonne raison que je n’en connais aucun représentant me permettant de me forger une opinion à son sujet », ceci dans « Merde aux générations futures », l’article le plus irresponsable et le plus abject que j’aie lu depuis longtemps.

  • Si vous découvrez Causeur, vous vous habituerez à leur style. Ils se font une spécialité d’être rentre-dedans. Faut pas se formaliser pour si peu, la pensée est encore libre.

  • Juste deux remarques : 1. Je trouve injuste de reprocher à quelqu’un de se payer un objet qui a de la valeur parce qu’il est de gauche. Etre de gauche condamne-t-il a vivre de façon spartiate ? Je note que c’est le même reproche qui est fait parfois au pape à propos de ses souliers ou de ses autres vêtements… C’est petit. JD achète une montre très cher mais comme il le dit d’autres achètent des tableaux d’une plus grande valeur ou se payent des vacances dont personne n’a connaissance. Dans une démocratie on doit être libre de dépenser son argent comme on l’entend. Est-ce donc un « péché » d’avoir de l’argent ? 2. Le sous-entendu selon lequel les lycéens sont manipulés par le PS reste à prouver. Je rappelle que le ministre avait réuni il y a quelques semaines les représentants des lycéens qui étaient restés sur leur faim, aigris d’avoir été utilisés à des fins médiatiques mais trop peu écoutés. La frustration de ces jeunes est une réalité. Ensuite, la plupart des lycéens sont trop heureux de sécher des heures de cours, peu importe le motif du mécontentement. D’autant que le ministre avait décidé le dimanche d’avant d’alourdir l’horaire élève qui était porté à 31h30 par semaine (alors que le schéma initial était de 27h maxi). La réforme était mal engagée.

  • Je vous rassure, scandal, je trouve cela tout aussi injuste que vous. On a le droit d’être pour la justice sociale, de fustiger un président bling-bling et de collectionner les montres à 25 SMIC. Compte tenu des ambitions sociales de la gauche, que vous le vouliez ou non, cela fait tâche dans le décor. Et je suis bien d’accord avec vous, c’est dégueulasse de le reprocher aux gens de gauche parce qu’ils affichent des ambitions sociales. CE serait une prime à ne pas en avoir. C’est un peu comme pour les cathos, on est d’accord. Mais on ne peut rien contre ça.

    Quant au sous-entendu, ce n’est pas un sous-entendu, c’est une affirmation. Au cas où vous l’ayez mal lu, Julien Dray nomme les permanents de la fédération indépendante et démocratique… La FIDL est donc tributaire de l’agenda socialiste. Et comme vous le relevez si bien, il est tellement facile de mettre les lycéens dans la rue…

  • Pingback: Victoire au poing » Blog Archive » Dray’s anatomy.

  • Cette affaire est une affaire privée qui ne concerne en rien le Parti Socialiste. Toutefois, nous tenons à rappeler chacune et chacun au respect de la présomption d’innocence. Nous souhaitons que la Justice fasse toute la lumière sur cette affaire, le plus vite possible. Tant que la Justice n’aura pas établi les faits, Julien Dray reste un camarade que nous assurons de nos pensées.

    Et pourquoi ils l’assureraient pas de leurs prières ?

  • Très très bon résumé Koz ! En ce qui me concerne et d’une façon totalement primaire je dois dire que toute cette histoire ne fait que renforcer mon sentiment d’une ressemblance certaine de JD (volontairement accentuée par une barbiche ?) et Trotsky/Lénine …y compris un certain degré de folie (d’acheteur compulsif 🙂 … et des rondeurs physiques cachant bien des tendances sinistres et manipulatrices (les associations marionnettes pompes à fric ou le job d’un futur ministre de l’intérieur de SR) 🙂 Quand on accentue de telle façon une ressemblance avec des personnages abjects de l’histoire il ne faut pas s’étonner que certains soient soulagés par cette fumée orchestrée ou pas.

  • Pingback: Promenade sur la toile (24/12/08) | e-deo

  • Christine a écrit:

    Et pourquoi ils l’assureraient pas de leurs prières ?

    Je n’ai pas l’ambition de faire prier Martine Aubry et Benoît Hamon.

    margit a écrit:

    Quand on accentue de telle façon une ressemblance avec des personnages abjects de l’histoire il ne faut pas s’étonner que certains soient soulagés par cette fumée orchestrée ou pas.

    Si Lénine et Trostky avaient seulement pu se contenter d’acheter des montres….


    Bon, sinon, ça ne s’arrange pas pour Julien Dray. Et les enquêteurs s’interrogent sur d’autres versements, dont un versement à l’attachée de presse de… Ségolène Royaaaaal.

    Si les faits sont exacts, il sera tout de même difficile de soutenir que ce détournement de fonds quasi-publics (SOS-Racisme et, peut-être, la FIDL, touchant des subventions, l’argent détourné est d’origine publique) généralisé ne concerne en rien le PS.

    On apprend aussi, au détour de cet article, que l’attachée de presse de Julien Dray et le directeur administratif et financier de SOS-Racisme sont mandataires de ladite Fédération indépendante et démocratique. Et ça, ce ne sont pas des faits soumis à vérification de la part de la Justice.

  • Dites, c’est moi ou le mot abject est balancé un peu à la légère dans ce fil ?

    (Oh et laissons la justice faire son travail, puis attendons la grâce.)

  • Bravo pour ce billet, qui m’a bien fait rigoler. Ce n’est pas très charitable de tirer sur une ambulance sans attendre qu’elle se transforme en fourgon cellulaire, mais ça m’a bien fait rigoler quand même.

    Juste une remarque pour ceux qui ont la comprenote difficile: à supposer qu’il soit normal d’avoir des comportements de ploutocrate quand on se prétend de gauche, il reste qu’on ne reproche pas à Dray de s’être payé des colifichets avec ses sous à lui, mais bien avec des sous qu’il aurait piqués dans la caisse; il est présumé innocent, certes, mais pas au point qu’on ne comprenne pas de quoi il est accusé. Etre un ploutocrate bling-bling, c’est une chose; être un voleur, c’en est une autre. Et l’affaire n’est pas privée du tout: la FIDL et SOS-Racisme ne sont pas, que je sache, des éléments de vie privée. Au surplus, Dray n’est pas un pékin moyen, c’est un élu; et moi, électeur lambda, ça m’intéresse bougrement de savoir si mon élu est honnête ou pas.

  • Nous découvrons à travers cette affaire la puissance de TRACFIN, cellule du Ministère des Finances, qui traque les mouvements suspects, y compris le suivi des flux (A verse à B, qui verse à C). Un article, dans le Parisien du 24/12, donne des détails sur le prétendu modus operandi. C’est assez incroyable que les journaux puissent se procurer de telles informations alors qu’une information a été ouverte il y a moins de quinze jours. Qui parle ?

    Au passage, cela donne raison à l’UIMM, les retraits d’espèces, c’est nettement plus discret.

    Une pensée pour Julien Dray, en ce jour de Noël, qui ne doit pas être le plus gai qu’il ait connu.

  • Koz a écrit:

    Je crains que ce ne soit pas toi. Mais j’ai des scrupules à le dire, parce que le com’ commençait par “très bon résumé, koz“.

    Héhé, et comment qualifier ce comportement dolent qui cède ainsi devant la flatterie infime, hmmm ?

    En plus, tu aurais pu t’insurger pour dire que ton post n’est pas du tout un résumé de l’affaire mais bien un résumé de ce qui précisément, pour toi, manque dans l’affaire. Et puis s’insurger, ça aurait été dans le ton ; le champs lexical de la révolution russe est si coloré.

    Cela dit, pour tout de même dire deux mots dans le sujet (je me sens obligé maintenant, c’est malin), que Dray se fasse choper par le portefeuille plutôt que pour ses amours inconstantes qui l’ont connu FIDL, n’est-ce pas dans l’ordre des choses (je ne sais pas, je demande, mais cette parenthèse éloigne d’autant le point d’interrogation qui aurait dû conclure, du coup, je précise) ? Le délit de déni de démocratie en bande organisée n’est pas inscrit dans la loi (qui par là prouve qu’elle ne se laisse pas impressionner par une belle allitération). Piquer dans la caisse, si.

  • Cette affaire arrive en prime trop tard pour bénéficier de l’amnistie de Noël. Il n’a pas de bol, Drey, il lui faudra attendre un an voire plus puisque les amnisties sont exceptionnelles étant donné que notre président est contre. Il l’a rappelé assez lors de son élection triomphale.

    Espérons que nos députés qui ont quand même fait une minute de silence pour un assassin (Demange) se montrent aussi solidaires pour un vulgaire bandit amateur de montres. On a entendu que le pauvre Démange était malade d’avoir perdu sa mairie, il était la victime de ce système électoral injuste. On peut aussi penser que Drey a craqué en ayant perdu avec Ségolène et qu’il se soit mis à voler …. ils sont fragiles nos élus.

    Joyeux Noel.

  • tcheni a écrit:

    En plus, tu aurais pu t’insurger pour dire que ton post n’est pas du tout un résumé de l’affaire mais bien un résumé de ce qui précisément, pour toi, manque dans l’affaire. Et puis s’insurger, ça aurait été dans le ton ; le champs lexical de la révolution russe est si coloré.

    C’est la léthargie de fin d’année. Je m’en repends.

    tcheni a écrit:

    Cela dit, pour tout de même dire deux mots dans le sujet (…), que Dray se fasse choper par le portefeuille plutôt que pour ses amours inconstantes qui l’ont connu FIDL, n’est-ce pas dans l’ordre des choses (…) ?

    On peut se faire choper politiquement, médiatiquement. Je ne pensais pas uniquement au chopage judiciaire.

    Poulpo a écrit:

    Cette affaire arrive en prime trop tard pour bénéficier de l’amnistie de Noël. blablabla marchiani blablabla demange blablabla

    C’est un très mauvaise réflexe que de défendre une position en disant : y’a pas que nous qui soyons des salauds, en face aussi. Sérieusement, d’un point de vue stratégique, c’est pas le meilleur choix que vous ayez pu faire.

  • @ tcheni « le champs lexical de la révolution russe est si coloré »

    ahhh oui, en rouge: au sens propre comme au figuré! Cela vous choque, mon cher, que certains puissent appeler ce « champs coloré » « d’abject » ? Pas moi, car je l’ai vu de près …

  • Koz a écrit:

    On peut se faire choper politiquement, médiatiquement. Je ne pensais pas uniquement au chopage judiciaire.

    Fair enough.

    margit a écrit:

    ahhh oui, en rouge: au sens propre comme au figuré! Cela vous choque, mon cher, que certains puissent appeler ce “champs coloré” “d’abject” ? Pas moi, car je l’ai vu de près.

    Pas de trop près j’espère grand-père ? (Ne le prenez pas mal, si la loi, elle, sait résister, j’ai moi-même bien du mal.) Lequel de nos deux barbichus avez-vous donc pu juger de vos yeux vus ?

    Je m’étonne que vous ayez si bien compris mon allusion chromatique, si mal le reste de ma pensée. D’abord, vous n’êtes pas le seul à avoir utilisé ce mot dans le fil. Ensuite, ce n’est pas la révolution ni même le bolchévisme que vous qualifiiez d’abject, mais bien Lénine et Trostky. Enfin, rien ne pourrait moins me choquer, je vous assure, juré rrhhh pttt, que d’aucuns puissent, en cherchant bien, débusquer quelques motifs à grief dans la vie de ces deux illustres. C’est juste que j’accorde une grande importance au langage et décidément, « abject » ne me convenait pas. Abject, c’est bas, c’est vil et c’est sans morale. J’aurais moi-même tendance à dire qu’ils n’en avaient que trop, et puis plutôt mauvaise, à base de fins qui justifient tout par-dessus le marché (héhé (c’est moi qui souligne ; c’est que je sens qu’on me comprend mal ou alors à moitié)). Mais bref. Je doute que Koz eût souhaité que nous nous lançassions des épithètes à la figure, fussent-ils très colorés, et plus encore qu’on détourne une badinerie sur une baderne en relecture circonstanciée de l’histoire contemporaine, même correctement subjonctivée. Alors cessons.

  • margit a écrit:

    Pas moi, car je l’ai vu de près …

    Ce n’est pas une excuse pour écrire des énormités du genre « Dray a une barbiche, c’est donc la réincarnation de Lénine ». Même dans les brumes léthargiques de Noël (que je vous souhaite joyeux néammoins).

  • (Ah oui tiens, j’en oublie l’essentiel mais gwynfrid est là qui veille : l’argument du type « il se laisse ressembler à Lénine et mérite donc sa croix » me paraissait bien léger.)

  • @ Gwynfrid Personne n’a parlé de réincarnation! Je ne suis pas la seule à penser à cette ressemblance révolutionnaire à chaque fois que je le vois depuis qu’il s’est laissé pousser la barbe … Et puis zut, vous avez du sauter mes :-)s.

    @ tcheni Suis pas assez vieille pour avoir connu les deux cités ci-dessus, mais j’ai connu de près les suites de leurs théories fumeuses et leurs applications concrètes …

  • margit a écrit:

    Suis pas assez vieille pour avoir connu les deux cités ci-dessus, mais j’ai connu de près les suites de leurs théories fumeuses et leurs applications concrètes …

    Aïe, c’est que vous ruinez là mon genre de grammaire, grand-mère ;).

    Oui, c’est bien ce qu’il me semblait, d’où ma réticence à voir ainsi qualifiés d’abjects nos pré-cités barbichus. Sans rentrer dans le détail et la fumisterie commune de la belle idée pervertie tout en cherchant à rapidement clore ce débat hors sujet, il me paraît nécessaire, lorsqu’on veut être péremptoire, 1. de ne pas raccourcir outre mesure nos jugements et de réserver le maniement de l’amalgame aux seuls dentistes et 2. de conserver précieusement le poids des mots, faute de quoi nous risquerions bien de ne plus pouvoir décrire grand’chose.

    Un bien joyeux Noël à vous. Mes grands-parents me manqueront spécialement.

  • Il faut bien sûr verifier la réalité du delit mais je n’ai aucune sympathie pour ce monsieur qui s’était piquer par un micro non éteint, a dire à son grand ami Jack « il faut mettre les lyceens dans la rue  » . Tres belle exemple d’irresponsabilité et de démocratie à la trotsky. Michel Audiard aurait dit  » c’est un nuisible »

  • Il faut bien sûr verifier la réalité du delit mais je n’ai aucune sympathie pour ce monsieur qui s’était fait piquer par un micro non éteint, a dire à son grand ami Jack « il faut mettre les lyceens dans la rue  » . Tres belle exemple d’irresponsabilité et de démocratie à la trotsky. Michel Audiard aurait dit  » c’est un nuisible »

  • « C’est un très mauvaise réflexe que de défendre une position en disant : y’a pas que nous qui soyons des salauds, en face aussi. Sérieusement, d’un point de vue stratégique, c’est pas le meilleur choix que vous ayez pu faire. »

    Pour un blog qui traite de l’actualité, il n’y a qu’un seul type de scandale qui vous hérisse le poil, c’est assez marrant. Puisque vous parlez de camp, le votre est un peu trop voyant 🙂 De mon côté, je pense que la classe politique est quelque peu corrompue mais j’ai certainement trop écouté les Clash.

  • Koz,

    ce compte-rendu est à mon avis un des meilleurs que j’ai lu sur cette affaire.

    Je pense qu’elle n’est pas facile à gérer pour le parti socialiste, car cela lui rappelle qu’il est avant tout le parti d’une certaine classe moyenne (fonctionnaires, enseignants) qui s’oppose au parti d’une autre classe moyenne pas forcément plus aisée (médecins, commerçants, cadres d’entreprises), et non pas, comme la réthorique le laisse parfois penser, le parti des pauvres et des démunis opposé à celui des puissants.

  • « l’un des grands contempteurs de notre président bling-bling* »

    C’est vrai.

    Presqu’aussi grand qu’Eric Besson qui contemptait à donf NS avant que, douloureusement déçu de la non-reconnaissance de son talent par la bande à Ségo, il vienne contempler le nouveau président avec des larmes dans les yeux et des trémolos dans la voix.

    Entre temps il avait promis, blessé par tant de méchanceté de la part de ses frères en conviction, d’abandonner la politique – mais hé, hé, ho, pourquoi serais-je le seul à ne pouvoir retourner sa veste ?

    A part ça, c’est vrai que la sobriété du soutien du PS à Juju, à côté de celui de l’UMP à Marchiani, ça fait petit bras !

    Ma foi, comme disait mon père, « j’en prendrais pas un pour taper sur l’autre ».

    • Si grand qu’on les dit amis, que NS lui avait déjà proposé de se couchnériser. Vais-je trop loin si je dis que cette affaire, qui éclate au mépris du secret de l’instruction, est un coup de billard à trois bandes pour, entre autres effets collatéraux, faire tomber une carte des mains de NS ?

    PS Par ailleurs, je n’ai aucune espèce de sympathie pour JD et ses faux-frères. Et ma seule montre de collection est une Zénith achetée 150F en 1966, d’un design très épuré, aux antipodes de ce qu’on appelle le bling-bling.

  • Totalement fascinant ce rapport. Je n’imaginais pas le trotskisme sous cet angle. Mais, enlevez moi un doute… c’est quoi ce paiement fin octobre de 15 000 € au Zenith de Paris ?

  • Whaouh… j’ai pas encore tout lu mais ça donne plein pot !

    Mais dites … faut être un très couillon pour faire tout ça par chèques et CB… Même le plus bête des ânes sait que ça laisse des traces pendant des décennies…

    Enfin, Dray pourra se dire que c’est pas son heure 🙂

  • Certes. Quand tu vois que, pendant une période donnée, Dray ne fait plus de retrait de son propre compte, mais du compte de l’une des assoces (SOS Racisme ou Touche pas à mon pote, je ne sais plus), ça décoiffe.

  • Pepito a écrit:

    Peut-être une confusion avec ceci: zenith-watches.com/scripts/get…

    Ben oui mais sur leur pub il est écrit, Zenith Watch, Port Royal. Il y a un rapport ou c’est encore une de ces coïncidences funestes de l’histoire ?

  • @ Eponymus

    La montre Zenith Port Royal Open, boitier en titane et bracelet en fibre de carbone coûte 14400 €. Comme tu dis, une simple coïncidence funeste de l’histoire 🙂

Les commentaires sont fermés