Ils veillent. Qu’est-ce qui les fait marcher ?

Veillée du 31 août; place de la Concorde - Photo : Koz

La nouvelle vigueur de jeunes catholiques interpelle. On les préfére dans le rôle qu’on leur avait assigné : obéissants, compassés et vaguement complexés. On ne cesse de vouloir les renvoyer hors du débat public. Et on les découvre résolus et déterminés. Prêts, parmi les Veilleurs, à aller à pied à la rencontre des Français pendant l’été. Prêts à imposer leur choix et leur volonté, à se jouer d’une interdiction préfectorale, à braver un déploiement outrancier de forces de l’ordre pour aller, malgré les intimidations, veiller dans la paix.

Veiller. Comme on veille un malade. Veiller comme on prépare l’aurore, le jour nouveau. Veiller, comme veille la sentinelle, vigilante et protectrice.

Cette Veillée du 31 août, frappée d’interdiction, j’y étais, après avoir brièvement rejoint la Marche cet été. Comme l’a dit Gaultier, « les Veilleurs avaient dit qu’ils marcheraient du parvis de La Défense jusqu’à la place de la Concorde, ils ont marché du parvis de La Défense jusqu’à la place de la Concorde ». Ils ont remporté leur « Grand Paris« . Les cortèges de CRS, les cars de police croisant les cars de gendarmerie, sirènes hurlantes, les policiers en civil déployés en nombre sur le trajet, la fermeture de tous les accès des stations Champs-Elysées et Concorde jusqu’à la fin du service trahissaient une fébrilité risible qui contrastait ardemment avec la paisible détermination des Veilleurs.

Leurs opposants ont glosé sur leur refus de déclarer l’évènement de samedi. Eux se fient à leur conscience, invoquent la liberté et assument cet acte de désobéissance civile qu’ils qualifient eux-mêmes de « modeste transgression ». Ils refusent de considérer que la lecture publique d’Albert Camus, Robert Desnos, Hanna Arendt, l’exécution d’une symphonie de Beethoven, la reprise en choeur du Canon de la paix (« Ecoutez, le temps viendra, les Hommes un jour sauront la vérité (…) la paix sera notre combat, faites que ce temps vienne ») même entrecoupés de témoignages engagés puissent constituer une manifestation. Ils s’amusent ou s’agacent qu’un trouble à l’ordre public puisse être invoqué, alors que depuis avril plus de 200 veillées ont été organisées sans jamais le plus petit incident, ce que l’Etat n’ignore pas, pour avoir dépêché quotidiennement la DCRI sur place.

Non, les Veilleurs ne demandent ni la bénédiction ni l’assentiment du pouvoir. Et seuls les naïfs, les timorés, ou trop légitimistes continueront de croire que la préfecture de police serait un organe neutre, garant de l’ordre public et des libertés publiques. Elle est la courroie de transmission de Manuel Valls, dont la répression en mars a fait éclore les Veilleurs. Ainsi, de même qu’elle avait proposé pour la manifestation du 24 mars des itinéraires aussi ubuesques qu’un départ depuis le Marais ou un passage par l’étroite rue Saint-Denis (comme me l’a confié samedi l’un des négociateurs de la Manif Pour Tous), elle avait résolu d’interdire cette paisible Veillée. C’est donc sans demander la permission de Manuel Valls que nous avons veillé notre société, entre l’Assemblée Nationale et l’Elysée.

Ainsi cette jeunesse que l’on voudrait bien rangée refuse le système. Leur maturité et leur résolution sereine forcent l’admiration. Là où tant d’autres ont versé dans la violence, ils ont versé dans la culture et le dialogue. Et, alors que la violence s’épuise, leur mouvement s’enracine. Nés de l’opposition à la loi Taubira, leur attention se porte désormais sur une approche plus globale de notre société défigurée, déprimée, sans projet ni vision, dans un esprit assez proche de l’écologie humaine. Gaultier insistait, sur les plages de Vendée, sur le fait qu’il n’ya pas de mouvement durable qui puisse exister dans la seule opposition. C’est d’autant plus vrai que riposter, c’est toujours agir trop tard.

Les Veilleurs sont aconfessionnels. Contrairement au mythe que font circuler des esprits embrumés, aucune prière n’est jamais formulée au cours des Veillées si ce n’est peut-être dans le secret des coeurs. Chacun peut ainsi les rejoindre et les Veilleurs veillent aussi à cette ouverture.

Il n’empêche que leur inspiration est très majoritairement chrétienne. Et puisque la question est posée, deux pistes peuvent contribuer à expliquer cette inhabituelle mobilisation de jeunes catholiques : l’urgence et la transcendance. Forte de sa foi, d’un horizon qui porte au-delà de la mort, cette jeunesse est plus indépendante, plus structurée que d’autres. Elle n’appartient pas au monde, à ce monde, médiatique et politique, elle ne lui obéit pas, elle prend le risque de la dissidence intérieure. Cette jeunesse a saisi qu’aujourd’hui notre société n’est plus naturellement irriguée de valeurs chrétiennes, même laïcisées, qu’elles sont en passe d’être chassées et qu’il est urgent de les proposer de nouveau pour le bien de tous – ce qu’elle appelle le bien commun. Elle a saisi que nous avons passé depuis longtemps la croisée des chemins et que nos routes se séparent dangereusement, tandis que le chemin pris ne produit qu’une société éclatée d’individualisme, déprimée, versée dans la médiocrité et déshumanisée par son oubli des plus faibles. Elle a saisi qu’il y a urgence à porter haut et clair le christianisme, dont notre société et notre culture française ont tant profité jusque-là… et dont nul n’épuisera jamais les bienfaits.

 

 

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore

De la splendeur du jour et de tous ses présents.

Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore

Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent.

Robert Desnos

 

 

photo : Koz

Auteur

Monoépoux, multipère, fidèle à plus d’un titre.

Avocat (associé fondateur BeLeM Avocats), auteur de Ca ira mieux demain (Sept. 2015) et de Identitaire – Le mauvais génie du christianisme (Janv. 2017)

25 commentaires

  • Comme je l’entendais récemment à la radio, triste que la loi soit passée mais merci Mme Taubira sans qui ce grand mouvement ne serait peut-être pas né. Un grand merci Koz pour ce blog découvert récemment ! Vous faites bouger les lignes c’est évident !

  • J’attendais le billet post-veillée… Il n’a pas mis trop longtemps, merci pour l’effort !
    Et le résultat traduit bien la façon dont je vois moi aussi le mouvement. Quant à l’espoir qu’il soit effectivement assez fécond pour que beaucoup de gens – je ne dis pas une majorité, une chose à la fois, mais au moins, suffisamment pour éveiller des consciences au-delà des membres actifs – beaucoup de gens, disais-je, voient la réalité du mouvement ; voient qu’il s’agit bien de choix de civilisation ; voient au-delà de la caricature de catho confit et fermé au monde que trop de médias dépeignent ; cet espoir là, je l’avoue humblement, n’est pas immense chez moi, mais il existe. Ce qui est suffisant pour continuer.
    Merci Koz de le faire vivre vous aussi.

  • Phénomène de société cette mobilisation intelligente , tranquille et determinée de la jeunesse . Reconfortant pour l’avenir . L’espoir d’un retour aux vraies valeurs se profile , la dictature de la pensée unique a du souci à se faire

  • Il est probable qu’à la prochaine veillée Valls nous décrète l’état d’urgence ; Camus, c’est du lourd, faut pas plaisanter avec ça !
    D’un autre coté, ça peut pas faire de mal aux forces de l’ordres de participer aussi aux veillées. S’ils doivent compter sur leur préfet pour entendre des choses intelligentes – ah, quel métier…

  • J’ai surtout l’impression que la mobilisation retombe. On est bien loin du million de personnes faisant office de baroud d’honneur d’il y a quelques moi.

    Après consultation de ma boule de cristal : dans un an, une minorité se sera engagée politiquement en rejoignant majoritairement les partis politiques bien établis et le reste retournera à la messe le dimanche comme seul engagment politique/philosophique/spirituel (rayer les mentions inutiles). En résumé, pas de quoi fouetter un chat.

  • Pingback: Deux prophéties pour la France | Jésus prem's

  • Paul a écrit ::

    Vous faites bouger les lignes c’est évident !

    Si vous le dîtes, je ne voudrais pas vous l’enlever 😉

    @ Humpty-Dumpty : la réussite ne nous appartient pas, et certains resteront dans leurs a priori, dans leur conviction bien ancrée que, même si nous sommes pacifiques, même si nous leur parlons comme à tout autre, même si nous les accueillons, la vérité, c’est que nous sommes haineux. D’autres, progressivement, accepteront de constater que cette non-violence persistante depuis 5 mois est suffisamment pérenne pour ne pas être factice et, peut-être, se demanderont-ils si c’est bien cohérent avec la haine que nous prêtent, comme on accuse un chien de la rage. Et puis, il y a tous les fruits intérieurs : la possibilité d’un mouvement original de protestation basé sur une éthique chrétienne (sans agressivité, mais avec constance), la possibilité d’une désobéissance bien dimensionnée etc.

    @ azerty 2 : l’Histoire connait des cycles, des époques de puritanisme et des époques débridées voire décadentes. Ni les unes ni les autres ne sont enviables mais ce serait une erreur de croire que l’Histoire ets linéaire. Rien n’est gravé dans le marbre. Pour ce qui est de l’Eglise, elle en a vu d’autres.

    @ Pablito : je ne suis pas très vieux, mais au milieu de ces jeunes gens de 25 ans, je commençais à me sentir un peu sur le retour. Et notez que je me suis efforcé de caser du « chrétien » dans mon billet, pour ne pas limiter aux catholiques, même si les dynamiques des deux frères du christianisme que sont le cahtolicisme et le protestantisme sont difficilement comparables.

    @ Courtlaïus : c’est vrai qu’à tout prendre, les CRS / gendarmes qui entouraient la Veillée n’avaient pas la mission la plus désagréable. Je suis certain que, parmi eux, un bon nombre doit être assez sévère sur ce déploiement de force si excessif.

    Au final, nous avons juste fait ce que les Veilleurs avaient dit, sans causer le moindre trouble et sans que les forces de l’ordre soient de la moindre utilité. La Veillée se serait déroulée au même endroit, de la même manière. Au lieu des dizaines de CRS mobilisés (regardez les vidéos dans mon Pearltree), une dizaine au cas où pour écarter des excistés aurait suffi.

    Et ils le savaient. Gaultier, avec lequel j’ai marché cet été, était en contact téléphonique tous les jours avec un gars du SDIG (sous-direction de la DCRI). Il avait lui-même prévenu que la marche ne serait pas un défilé, tout simplement parce que ce n’est pas l’esprit des Veillées, que l’on marcherait par petits groupes. Dans ses communiqués de presse ridicules, la préfecture se vante d’avoir obtenu que l’on marche par petits groupes.

    Le père Guitton, qui a marché une semaine avec eux, me disait que, tous les soirs, le directeur départemental local de la DCRI était présent. Ils savent donc parfaitement comment cela se déroulerait, d’autant plus que c’est conforme à plus de 200 expériences précédentes.

    Au final, nous n’avons fait qu’exercer une forme de liberté, certes en contradiction avec le régime légal applicable en France, mais en conformité avec cette idée-là de la liberté, et en refusant de demander s’il vous plaît au pouvoir. Cet épisode et les discussions que j’ai eues sur le trajet m’ont aussi un peu ouvert les yeux sur le rapport à la préfecture. Il y a les textes, que je connais, et la réalité politique.

  • « Ils veillent. Qu’est-ce qui les fait marcher ? »

    Pour certaines familles, c’est l’absence d’un toit.

    http://www.20minutes.fr/societe/1217371-20130903-clermont-ferrand-eglise-occupee-sans-papiers-faute-hebergement-urgence

    200 personnes sont dans un gymnase. Les Veilleurs sont une association loi 1901. ils peuvent recueillir des fonds, récolter des dons, appeler à des accueils…Il s’agit de familles.
    Ne serait il pas temps de faire autre chose que lire de grands textes devant des bougies ? Je me place dans l’hypothèse où Sanao aurait tort.

  • Je suis très favorablement impressionné par le mouvement des Veilleurs.

    Je note avec satisfaction que le mariage et l’adoption homo ne sont absolument pas (plus?) un sujet central pour eux. Tel que je le perçois, la loi Taubira a été un catalyseur. La violence des débats et la démesure de la répression ont allumé l’étincelle d’un mouvement complètement novateur.

    Ce mouvement est spontané. Il est né seul, de citoyens ordinaires qui ont eu envie de redonner du sens à leur vie et celle de la cité. Il est dirigé par des gamins (aucune connotation péjorative) sans le moindre lien avec une organisation politique qui les guiderait ou les manipulerait.

    Ce mouvement est non-violent, libre et inclusif. Les Veilleurs n’agressent pas, ils lisent des poèmes et des textes philosophiques et chantent.

    Ce mouvement est non-revendicatif. Cela m’a frappé en allant voir leur site web. Qui nous sommes? Qu’est ce qui nous anime? Les textes… Mais rien sur ce que nous voulons/demandons/exigeons. Que ce soit sur leur site ou dans les veillées, les Veilleurs ne réclament même pas l’abrogation de la loi Taubira.

    C’est ce dernier point qui est le plus révolutionnaire et subversif. Tous les autres manifestants revendiquent. Ils demandent à la force publique d’user de son pouvoir pour imposer leur volonté à la société. Cela a deux importants corollaires implicites : ces manifestants se soumettent à l’autorité de l’Etat et ils ont confiance dans sa capacité à faire le bien. En lui demandant l’aumône, ils le placent au milieu du jeu.

    Rien de tel chez les Veilleurs. Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark et ils prennent sur eux de reconstruire. Ils ne demandent rien, ils font. Ils ne s’adressent pas à l’Etat mais à leurs concitoyens. En démontrant que ce sont les citoyens eux-mêmes qui doivent et peuvent construire la cité, ils court-circuitent totalement l’Etat.

    Là est l’émancipation réelle. La femme battue cesse de supplier son mari de lui laisser quelques sous ; elle fait ses valises et reconstruit sa vie.

    Peut-être est-ce l’intuition de cette menace existentielle sur leur pouvoir qui amène les étatistes à surréagir de la sorte. Le dernier billet d’Authueil est un monument dans le genre.

  • J’ai beaucoup de sympathie pour les Veilleurs d’autant plus que c’est une démarche originale et purement française et non pas une imitation de quelque chose venue d’ailleurs.

    Même si je suis plus âgé que Koz, je marcherais volontiers avec les veilleurs et je suis sûr que je m’entendrais à merveille avec eux. Je devrai sans doute donner une explication à mon entourage pour partir en balade toute une journée pendant les vacances. Je dirai que c’est parce que j’appuie une jeunesse qui s’oppose aux mauvaises lois de la gauche et à une pensée unique dont je ne suis pas d’accord.

  • Lib a écrit ::

    Je suis très favorablement impressionné par le mouvement des Veilleurs.

    De même. Ils essayent d’élever le débat, ce qui est rare par les temps qui courent. Bon, prétendre qu’un rassemblement ce n’est pas une manifestation, c’était une petite provoc un brin gamine, mais c’est mineur. Sur le fond, l’approche est nouvelle et intéressante.

    Lib a écrit ::

    Je note avec satisfaction que le mariage et l’adoption homo ne sont absolument pas (plus?) un sujet central pour eux.

    +1. Il est heureux qu’on parvienne à dépasser le blocage, type, « on ne lâche rien », pour passer à quelque chose de positif et de constructif. Le bien commun, voilà un idéal bien plus valable que l’opposition butée à une quelconque loi.

    Par contre, comme souvent, tes développements sur l’État me laissent un peu plus froid. Mais tu nous as habitués à voir midi à ta porte 🙂

  • Bonjour;
    bien que vos amis « veilleurs cherchent à se faire passer pour des pacifistes, je trouve que l’idéologie qui les sous tend à savoir se mobiliser contre leur prochain à savoir les homosexuels est moche, je trouve triste que des gens arrivent à se mobiliser contre les autres au motif que cela, si j’ai bien compris votre dernier paragraphe pourrit la société…
    Votre texte me fait penser à une citation de Gary Potter; président de « Catholics For Christian Political Action » dans les années 2000, qui dit a peu près la même chose que vous, langue de bois en moins. C’est Richard Dawkins qui rapporte son propos:
     » Quand la majorité chrétienne aura le dessus dans ce pays, il n’y aura pas d’églises sataniques, plus distributions gratuites d’ouvrages pornographiques, plus de discussions sur les droits des homosexuels. Une fois la majorité chrétienne au pouvoir, le pluralisme sera considéré comme immoral et néfaste et l’état ne permettra à personne de faire le mal. »
    Richard Dawkins « Pour en finir avec Dieu » ed: Robert Lafont P302.
    Votre appel à rechristianiser la France, à comparer le reste de la société comme étant malade font échos aux idées de monsieur Potter car une société ne marche jamais d’un seul homme, vous désignez donc ceux qui ne pensent pas comme vous comme étant des ennemis, des gens coupables à vos yeux de propager leurs idées comme on propage une maladie.
    On peut être pacifique dans la forme et avoir des idées violentes, les opposants au projet d’aéroport de Notre Dame Des Landes ne s’y sont pas trompé lorsqu’ils ont accueillis les veilleurs au cris de « Ni Vinci, ni veilleurs!!! »
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/08/30/mariage-gay-la-marche-des-veilleurs-n-a-pas-tenu-toutes-ses-promesses_3469114_3224.html
    Force est de constater que ce mouvement est loin, très loin d’avoir fait le plein, seul 3 marcheurs selon « Le Monde » ont fait tous le périple…
    Bonne journée.

  • Gaultier, avec lequel j’ai marché cet été, était en contact téléphonique tous les jours avec un gars du SDIG (sous-direction de la DCRI)

    Surréaliste. On se perd en conjecture sur un tel manque de discernement. Je vois qqs hypothèses :

    1° Si on a pas une « culture » chrétienne, il est très difficile de comprendre le mouvement des veilleurs. Il n’y a qu’à lire le blog de l’énergumène qui parle de « théocratie ». Complètement à l’ouest. Cela est peut-être du au fait que jusqu’à présent, les mouvements de la base étaient vus surtout sous le prisme de la dialectique marxiste : il s’agissait de renverser le pouvoir en place pour changer les structures selon une logique de lutte des classes (d’où les reproches de mouvements bourgeois etc. à l’encontre des veilleurs) ; bref ça raisonne sur l’idée de pouvoir tel que le monde l’entend. Çà n’est évidemment pas du tout le programme des veilleurs (cf Jean 18,36).

    2° Suppression des RG, prenant acte de la « fin de l’histoire » et de la disparition des groupuscules politiques ultra-violents, en mettant toutes les ressources disponibles sur le terrorisme islamiste. Il résulte que le pouvoir est devenu aveugle et sourd aux nouvelles formes d’actions politiques émergeant de la base ; on connait tous les prêches des imam de France le vendredi soir, mais il n’y a plus de fonctionnaires capables d’analyser puis de synthétiser un nouveau phénomène, et qui, en plus d’être difficile à comprendre, ne rentre pas dans leurs grilles périmées. Or, sans fiche de synthèse l’énarque est nu comme à sa naissance ; l’énarque est comme ces vieux ordinateurs qui ne pouvaient fonctionner qu’en ingurgitant force cartes perforées.

    3° Tout ça se conjugue avec Internet, caisse de résonance inégalée. Avec cet outil, il est devenu extrêmement difficile pour le pouvoir d’anticiper quoi que que ce soit (cf les flash mob, hantise des pouvoirs publics). A partir d’une simple annonce sur un site web, comment savoir si les veilleurs seront 10, 100 ou 10000 ? Il y a trop de paramètres, et pas de fonctionnaires sachant analyser proprement. D’où un pouvoir qui sur-réagit.

    Ceci étant dit, j’ai travaillé quelques années à deux pas (plutôt trois en fait) de l’Elysée ; à peu-près tous les mois avait lieu une manifestation de sans-papiers, évidemment non-déclarée, rue la Boétie, rassemblant 1000 à 2000 personnes. Il ne fallait pas 15mn à la préfecture pour rameuter qqs cars de CRS et bloquer les rues adhoc. Les veilleurs ont parfaitement eu raison (et l’habileté) de ne pas se laisser intimider par le zélé préfet de Paris, dont il faudra bien s’interroger d’ailleurs sur la compétence plus que la malveillance.

    Au final sur cette veillée de samedi dernier, j’ai trouvé que passé un certain flottement (sans doute dû au triptyque usuel « ordre-contreordre-désordre » de leurs supérieurs), les crs étaient plutôt détendus et affables, bcp fort intéressés d’ailleurs par les interventions sur Hélie de Saint Marc. A bon entendeur pour les prochaines veillées 🙂

  • Dans les années 70 les hippies proposaient des valeurs assez proches de ces « veilleurs » mais c’était sans doute plus vivant et bien plus attractif, la musique et une sexualité libérée en plus. Ceux-ci sont très lisses, trop probablement

  • @ Haglund : le reproche est facile, et lassant. Vous devriez peut-être assumer plus clairement votre hostilité aux Veilleurs plutôt que d’emprunter ce type de biais.

    Vous ignorez tout des engagements personnels des Veilleurs. Ces gars-là sont les mêmes qui s’investissent dans des actions solidaires alors, s’il vous plaît arrêtez les procès d’intention. Faites-vous seulement le dixième de ce que vous recommandez ? Où est votre appel à lutter contre la pauvreté ? Votre appel à ouvrir des accueils ?

    Et oui, je suis de ceux qui considèrent que la destrcturation de la société est un problème qui arrive déjà en amont du problème de la pauvreté, et qui le nourrit.

    @ Lib : oui, il y a une autonomie dans ce mouvement, et une responsabilité, assez rares. Il est vrai qu’ils sont / que nous sommes très fortement aidés par le fait que nous ne pouvons pas imaginer une seule seconde solliciter quoi que ce soit de l’Etat tel qu’il est aujourd’hui représenté.

    Gwynfrid a écrit ::

    Bon, prétendre qu’un rassemblement ce n’est pas une manifestation, c’était une petite provoc un brin gamine, mais c’est mineur.

    Pas tant que ça. Ils ont certes des côtés parfis un peu romanesques mais ils sont aussi allés s’en prendre plein la gueule, se faire expulser violemment par des CRS, supporter la violence des militants LGBT comme à Couëron ou à Nantes. C’est beaucoup, pour une gaminerie. Et le débat sur la qualification de l’évènement est effectivement mineur. La raison est politique, parce que ce régime légal est une fiction. Nous n’avons pas des institutions impartiales veillant au respect du pluralisme. C’est ce qui devrait se passer mais ce n’est aps le cas. La préfecture est partisane, le préfet nommé et révocable par Manuel Valls. Je ne l’ai pas précisé dans mon texte, mais le même négociateur m’a rapporté aussi la réaction de Valls à Mariton qui lui demandait d’assurer le bon déroulement de la manif du 24 : « ils n’ont qu’à manifester entre Evry et Corbeil-Essone ! » (ce ne sont pas les bonnes villes mais c’était entre deux villes d’Essone). Alors, d’une certaine manière, une fiction répond à une autre fiction. Il s’agit d’un rapport de force politique plus que le bon fonctionnement d’un Etat de droit.

    Gwynfrid a écrit ::

    +1. Il est heureux qu’on parvienne à dépasser le blocage, type, « on ne lâche rien », pour passer à quelque chose de positif et de constructif. Le bien commun, voilà un idéal bien plus valable que l’opposition butée à une quelconque loi.

    En effet. Parce que la loi Taubira n’est pas arrivée comme ça, sur rien, mais sur un long travail de préparation. Je ne parle pas de quelque chose d’insidieux ou d’un complot, mais de personnes qui ont des convictions et font en sorte de les faire avancer dans la société. Nous aussi, et pas les mêmes, mais il faut proposer quelque chose de global et constructif.

    @ Dites-moi donc… : on ne répond pas aux fantasmes, on les psychanalyse. Et ce n’est pas mon job. Sur la société malade, je vous renvoie à l’avant-dernier rapport du Médiateur de la République. C’était Jean-Paul Delevoye, vous savez le président du CESE…

    Quant aux gens de NNDL, vous vous décridibilisez en leur apportant votre soutien, eux qui se sont montrés misérablement violents, grossiers et vulgaires contre les Veilleurs.

    @ Courtlaius : je pense tout simplement que c’est dans l’intérêt du gouvernement de faire passer les Veilleurs pour une menace. Ils sont parfaitement informés et conscients que ce n’est pas le cas mais ils font comme si ça l’était. Après, parmi les CRS, il y a de tout et, effectivement, une fois qu’ils n’ont plus l’ordre d’évacuer, ils peuvent constater par eux-mêmes de quoi il s’agit.

  • @ basilic : les Veilleurs ne sont effectivement pas emballés par une société dans laquelle le cul devient une balise, comme en témoigne votre commentaire. il ne faut psa s’étonner dans ce cas que la tête raisonne moins bien.

  • J’ai beaucoup d’admiration et de sympathie pour les veilleurs. Même si ces manifestations ne sont pas impressionnantes (encore que le déploiement policier est ubuesque, totalement risible), en nombre, en bruit, en résonance politico-médiatique, il ne faut pas sous-estimer la puissance et les effets de la prière qui agît par des canaux indicibles.
    Je crois que le plus éclatant est la beauté de ces veillées.

  • C’est certain, mais le principe de la Veillée n’est pas non plus de rameuter un nombre particulier de personnes. Il n’y a eu ni affichage ni mailing. Pour ma part, je considère que 1.500 personnes pacifiques qui décident de se rendre malgré tout à un évènement frappé d’interdiction par la préfecture, cela donne une idée de la détermination. Qu’en aurait-il été sans interdiction ?

  • @ Koz:`

    Je ne pense pas que le nombre soit en soi important : le principale est qu’il y ait eu au moins une personne qui continue à espérer… Et on ne voit pas le nombre de personnes questionnées, et peut-être changées intérieurement, par tant de détermination !

Les commentaires sont fermés