Grognard inconséquent

Me voilà, voyez-vous, fort aise de constater que je ne suis pas le seul à avoir conçu quelque étonnement à l’écoute de celui que seules la maladie ou la mort empêchera de dispenser son venin. Voyez-vous, puisqu’on en parlera bien un jour, il se trouve donc que notre Président a convolé en noces que l’on hésitera à qualifier de « justes » mais bon, mon bon monsieur, on sait où s’en vont les moeurs de nos jours et dans quel état est notre triste pays. Bon. Il a convolé, ok. On en pense ce que l’on veut et l’on n’est pas nécessairement forcés d’y voir une occasion spéciale de réjouissance.

Mais on le savait. Ah tout de même, hein, c’était dans les tuyaux depuis, à tout le moins, les voeux. L’idée est avancée, distillée, connue, de façon à ce qu’elle fasse bon an mal an son chemin. Que l’on grogne lorsqu’on nous l’annonce, soit. J’en connais qui ont grogné avant. Mais les circonstances de ce mariage se prêtent-elles à un rappel à l’ordre ? Pour seules images, une voiture officielle aux vitres opaques ramenant le maire du VIIIème chez lui et des journalistes commentant la nouvelle devant la porte de l’Elysée. Lorsque les journalistes en sont réduits à se filmer eux-mêmes, c’est qu’ils sont véritablement dépourvus d’images. Bref, ils se sont mariés et l’on peut penser que la discrétion de ce mariage est directement inspirée par la nécessité dans laquelle se trouve le chef de l’Etat d’en rabattre un peu de ce côté-là. D’autant que pendant ce temps-là, Deby a le cul qui chauffe.

Fallait-il donc que Droopy, se presse pour dire sur le plateau d’une radio, tout le mal qu’il en pense, et inflige une notion de bienséance à Nicolas Sarkozy ? Lui qui ne doit ses honneurs qu’à la constance qu’il a toujours mis à servir les basses manoeuvres de la chiraquie, qui ne doit son poste actuel qu’à un manifeste copinage ?

J’ai bien aimé les réponses concordantes qui lui ont été apportées. Vous me direz qu’émanant toutes de membres de l’UMP, elles étaient prévisibles. Mais elles ne sont pas moins que l’opinion de l’ancien soutier sur le nouveau chef d’Etat.

Ainsi de Nadine Morano, qui a regretté qu’il ne prenne pas la mesure de sa nouvelle fonction, et considéré qu’on ne pouvait  » donner des leçons de réserve et ne pas se les appliquer ».

Pas mal, aussi Guéant : « Le président du Conseil constitutionnel doit être à l’abri de tout soupçon de partialité. Il n’avait pas à dire ce qu’il a dit ». Le moins que l’on puisse dire est qu’il ne s’agit plus d’un soupçon, en ce qui concerne Jean-Louis Debré. Qui doute encore que Jean-Louis Debré soit résolu à user de ses prérogatives pour nuire aux projets présidentiels ?

Jean-Pierre Raffarin aussi fut assez fin en considérant que Debré avait raison « de penser que la fonction présidentielle ne doit pas être désacralisée mais (…) devrait respecter un certain devoir de réserve dû à sa fonction « . J’aurais fait sauter le « mais » et j’aurais peut-être généralisé plus expressément pour être certain que chacun saisisse : il y a des fonctions dans la République qui ne doivent pas être désacralisées, et Jean-Louis Debré devrait faire preuve de retenue.

Une prime, enfin, à Edouard Balladur, quoique sa mention d’une stricte obligation de réserve prévue dans la Constitution me laisse plus perplexe :

« J’ignorais que M. Debré était qualifié pour donner des leçons de retenue surtout lorsque je vois la façon dont il s’exprime alors que la Constitution impose au président du Conseil constitutionnel une totale réserve »

Goûtez, je vous prie, le « surtout », fort à propos.

Il est, clairement, un fait que, si l’on peut faire preuve de… réserve sur les affaires de coeur du Président, il n’est pas moins préoccupant, républicainement parlant, de constater que le Président du Conseil Constitutionnel voue au précité une haine si tenace qu’il ne parvient pas, sur un sujet finalement anecdotique, à faire preuve de (re)tenue…

Billets à peu près similaires

137 comments

  • Il y a quelques jours JFK avait demandé sur un plateau de télé, une fois n’est pas coutume, que la baisse de NS dans les sondages n’entraîne pas un lynchage généralisé. Il me semble qu’il avait raison de le craindre. Depuis une semaine on voit sortir du bois des loups qui attendait que « la bête soit affaiblie » pour commencer la curée entamée par une opposition sans idées et des journaleux en mal de lecteurs.

    Hier c’était Bayrou et Debré, ce matin un DDV sur BFM plein de perfidie…

    C’est fou comme certains découvrent soudain des vertues à la fauchtonnerie…

  • Je commence à avoir les oreilles qui chauffent à entendre depuis deux mois les politiques, les journalistes, et tout ce petit monde grenouillant des médias qui se prend pour l’intelligentsia française parler de l’étalage de la vie privée de N.Sarkozy. Qui étale quoi exactement ? La relation N.Sarkozy-Carla Bruni a été officialisée à Eurodisney ( ce que notre élite intellectuelle a encore en travers de la gorge, aller faire son Mickey comme dit Ségolène c’est d’une vulgarité… ) puis il y a eu le voyage en Egypte avec les journalistes en meute. Le reste, ce sont les commentaires qui se suivent, chacun y va de son couplet, les derniers en date étant ceux de J.L.Debré et F.Bayrou. Ce n’est pas N.Sarkozy qui s’étale partout avec sa compagne, ce sont les journalistes ou ses adversaires politiques qui s’étalent partout en parlant de lui. Il y a une droite chiraquienne qui déteste N.Sarkozy, c’est clair. Il y a un milieu politico-médiatique qui déteste N.Sarkozy, c’est clair aussi

    Le président divorce, le président s’affiche avec Carla Bruni, le président se marie. Et alors ? La  » désacralisation  » de la fonction présidentielle ? En quoi ? en divorçant ? en se remariant ? Ce n’est certainement pas là que je chargerais la fonction présidentielle de quoi que ce soit de sacré. Par contre, je rappellerais volontiers à un peu de retenue ( pour faire mon J.L.Debré ) ces présentateurs-animateurs- parfois journalistes qui répandent leurs opinions essentiellement anti-sarkozystes sur le premier plateau télé venu, sans gêne ni pudeur, comme si le monde entier devait nécessairement penser comme eux.

  • Bonjour,

    J’aimerais que l’un des deux juristes que je lis (Koz et Eolas) m’explique comment ce mariage a été possible.

    Il me semblait que le droit français impose :

    Euk, Koz… des bugs dans la reprise d’un commentaire ? la fin est perdue !

  • Désacralisation salutaire mais équilibre difficile : Je suis bien entendu d’accord pour dépoussiérer les protocoles désuets et les hypocrisies habituelles de notre République en ce qui concerne ses figures de proues habitants dans les palais de la République. (je me demande si on ne devrait pas bannir de tous ces plafonds les angelots qui incitent à des pensées oiseuses et non à un travail austère ! ;-)) ) Les exemples de nos voisins notamment du Nord pourraient nous inspirer.

    En revanche, il y a des comportements « publics/privés » qui sont dangereux quand il s’agit des représentants à la tête de l’Etat qui ont un grand pouvoir d’action. La vie de « people » que semble priser notre Président est soumise à des trépidations et des risques (notamment grâce aux média) qui peuvent la déséquilibrer soudainement et faire que l’irrationnel surgisse pour en amplifier le succès mais aussi la chute.

    Il est pour moi évident que ce genre de vie ne peut convenir à un chef d’Etat qui dirige, comme il le dit souvent, une des toutes premières puissance mondiale. Il faut donc lui demander instamment de mettre en musique un comportement non seulement dynamique mais réfléchi, dans lequel sa parole est non seulement « vrai » mais aussi « fiable » c’est à dire sans risque de se contredire (ou d’être contredit par les faits) quelques heures ou jours après une première déclaration. Il me semblerait tout à fait acceptable que face à un événement ou une décision grave, le chef de l’Etat demande aux journalistes et aux français un à deux jours de réflexion et de concertation avant de donner un avis qui sera celui de la France. C’est d’ailleurs ce qui se fait sur la plupart des dossiers mais qui devrait être la règle intangible pour tout.

    Unes autre réflexion : cinq années passent vite, pourquoi ne pas mettre sa vie privée en conformité avec des responsabilités qui nécessitent dans ce domaine équilibre, sérénité, constance, discrétion et raison … est-ce trop demander ? mais peut être que ce mariage en est un bon début ? who knows ?

    Quant aux fâcheux ou grincheux qui se précipitent à la curée, les aléas des mesures de confiance ou de défiance dans les sondages devraient leur suggérer d’être prudent… et de balayer devant leur porte en premier lieu ( je pense à notre Président du Conseil Constitutionnel qui ne me paraît guère avoir grandi en sagesse depuis sa nomination)

  • Bonjour,

    Un juriste (Koz, Eolas ou autre) pourrait-il me dire si ce mariage est valide, et comment ?

    Il me semble que le droit français impose : -> de se marier dans une mairie -> de laisser les portes ouvertes et rentrer toute personne qui le souhaite -> de publier des bans lisibles par tous deux semaines avant.

    Un journaliste a dit qu’un procureur avait donné une dérogation pour que le lieu ne soit pas une mairie. Des précisions sur les textes régissant le mariage et les dérogations possibles à ces textes ?

    Sinon, les commentaires politiques de ses amis ou ennemis sur ce point, cela ne me chaut guère, les résultats probants de sa politique durant les 5 ans de son mandat, voila sur quoi je veux le juger.

    Luc

  • En partie d’accord avec toi, carredas. En partie seulement parce que Sarko a profité de cet « affichage ». Mais les medias, ensuite, en redemandent. Il n’y a qu’à voir le nombre de Une consacrées à l’hypermédiatisation du Président… venant participer au phénomène qu’elles prétendent dénoncer.

    Dressou : la vie privée de Nicolas Sarkozy peut éventuellement prêter à discussion. Puisqu’il n’est plus d’époque de s’interroger sur le bien-fondé d’un troisième mariage, j’avoue simplement un peu de perplexité devant le risque évident qu’il court de se faire plaquer une seconde fois, vu le passé de la dame (c’est comme ça : à gauche, elles zont pas d’moralité).

    En revanche, la question est : le Président du Conseil Constitutionnel doit-il donner son avis sur la question ? Outre le fait que je ne crois pas spécialement que les circonstances de ce mariage soient caractéristiques d’un « manque de tenue », le fait que Debré (i) s’exprime et (ii) en ces termes, est un problème. Je ne me souviens pas d’avoir entendu son (ses) prédécesseur(s) commenter la vie politique. Et certainement pas sur un sujet qui, somme toute, n’est pas des plus essentiels.

    Comment ne pas, maintenant, lire les décisions du Conseil Constitutionnel, avec en tête le fait que, décidément, son Président hait le Président de la République ?

    Luc : je ne connais pas précisément les conditions de déroulement du mariage et ses exceptions. A vrai dire…. Je m’amuse de lire, au demeurant, sous certaines plumes (d’autres que la tienne), ce qui relève finalement d’une critique sur l’absence de publicité du mariage. Légalisme pur et dur, ou oppositionnite déclarée : puisqu’on ne peut pas fustiger un mariage fastueux, on dénonce un mariage privé… ?

  • Bonjour,

    Ce que m’inspire cette sortie de Jean-Louis Debré, c’est une certaine perplexité devant les conditions de désignation des juges constitutionnels : on reste dans un processus qui ressemble beaucoup au bon plaisir et qui, effectivement, affecte la crédibilité du Conseil constitutionnel.

    En étant optimiste, on pourrait espérer que ces chamailleries inciteront à suivre les préconisations de la commission Balladur (nomination après avis d’une commission parlementaire ; en plus, les anciens présidents de la République ne seraient plus membres de droit).

  • @Koz

    Il a profité de cet » affichage  » comment ? En popularité ? je ne pense pas… Mais peut-être va-t-il payer une certaine forme de liberté et de modernité revendiquée. Et encore… si les médias et autres sondeurs ne suggéraient pas sans cesse qu’il est normal et légitime d’être choqué par la vie privée de N.S. je pense que les gens y attacheraient peu d’importance. Un mot hors-sujet N.S., Ségolène a trouvé en Manuel Valls un homme qui va faire se lever la gauche et le PS !  » on se lève tous pour Danette… » ça lui va bien en fait ce petit nom…

  • Je pense que Debré n’a pas bien encore intégré sa nouvelle fonction ni saisi la portée de celle-ci. Il se croit encore sur les bancs de l’Assemblée, peut être. Presqu’aussi horripilant qu’un Villepin…

  • @Koz, le mariage et son contexte ne m’ont absolument pas choqué, j’en suis heureux pour lui en espérant que cela durera. Pour une fois il a fait dans la discrétion… dans son « palais élyséen » où il a pu être marié sans paparazzi… et bling bling.. dont acte.

    Peut être qu’avec la chute des sondages, une fois la curée lassée … pourra t’il vivre sa vie privée sans trop de tapage médiatique ? j’ai un peu peur que cela ne soit pas tout à fait compatible avec la vie d’une chanteuse et ses apparitions sur les plateaux de télé… qui vivra verra… souhaitons leur bonne chance et tout le bonheur possible…

  • Les inepties de Derbré ne sont-elles pas que le dernier avatar d’une politisation de plus en plus forte du rôle conseil constitionnel ?

    Le conseil constitutionnel partage avec la cour européenne des droits de l’homme d’être une des plus hautes auorités morales sans être constitué de personnalités élues. Tant qu’il restent dans un rôle juridique, qui est sensé être le leur, ce n’est pas forcément gênant. Mais dès lors qu’ils rentrent dans un rôle partisan, je ne vois pas quelle est leur légitimité.

    La cour de cassation évite partiellement cet éceuil en resterignant ses argumentations à des considération purement liées à la lettre du droit.

  • Oui la curée a bel et bien commencée mais ce qui est excessif finit toujours par provoquer une réaction contraire. Je ne suis pas trop inquiète surtout quand c’est Droopy qui dégaine ! Quand aux journalistes , ils n’en ratent pas une. Ce matin sur RTL Sarkosy s’était  » affiché » dans les jardins de Versailles ! Sans doute doit t’ il resté enfermé tous les week-end !

  • Ouais mais, quand même, quel conte de fées… Je suis la seule à trouver ça génial? Debré, il boude son plaisir à mon avis.

    Moi, on m’aurait dit qu’il me ferait tellement marrer, j’aurais peut-être voté pour lui. La succession de gags a un peu perdu de son intensité depuis cet été, mais on a gagné en épaisseur psychologique, je dois dire.

    Vous voulez le fonds de ma pensée? Soit c’est une excellente chose et elle le rendra très heureux… Soit c’est une très mauvaise chose elle le rendra très malheureux. Et on peut pas trop savoir à l’heure qu’il est ma pauvre dame, avec le temps qu’il fait et mes rhumatismes. Je défie quiconque d’aller plus loin dans l’analyse philosophico-politique.

  • Tu parles de l’intervention de Debré ?


    Anna, effectivement. A partir du moment où, en plus, il est marié, peut-être a-t-il le droit de se promener sans que cela constitue un affichage ?

  • oui Anna !! j’ai entendu ça aussi ce matin ! ça m’a fait bondir…

    « regardez, regardez… il s’est exibé dans son jardin, j’ai réussi à le filmer à travers les grilles et à travers les branches de l’arbre sur lequel je suis monté en cachette » (di = roulement désabusé de mes yeux)

    ça devient pathétique, et il est à souhaiter que cet excès ne soit plus vu que comme une caricature du « journalisme »

  • Pour ce qui est de la non-publication des bans, entendu à l’instant dans C dans l’air, il suffirait de demander une dérogation au procureur de la république qui l’accorderait sans difficulté dans ce genre de cas afin d’éviter des perturbations de l’ordre public.

  • Bon, s’il faut absolument évoquer cette question de mariage, je vous recolle ce que j’ai mis chez Eolas :

    «  »10. – Empêchement grave – Par exception l’article 75 du Code civil permet de célébrer le mariage au domicile ou à la résidence d’un des futur époux lorsqu’il existe un empêchement grave à leur déplacement à la mairie. La décision de se transporter n’appartient pas à l’officier de l’état civil qui doit en être préalablement requis par le procureur de la République. Cette notion de réquisition est éclairée par les travaux parlementaires. Le législateur n’a réglementé ce déplacement, déjà établi par la pratique (Circ. min. Justice, 15 oct. 1832) que par la loi du 9 août 1919 (DP 1919, législ. p. 275) et il a alors craint autant les abus des futurs époux que le refus injustifié de l’officier. La réquisition a donc pour objet d’autoriser et, au besoin, de contraindre le maire à se rendre auprès de la personne empêchée. L’IGEC n’envisage que deux sortes d’empêchement : l’incarcération et l’état de santé, dûment justifié par un certificat médical attestant de l’impossibilité de se rendre à la mairie (IGEC, n° 393). Mais d’autres circonstances peuvent entrer dans les prévisions de la loi : * danger pesant sur une personne menacée ; * impossibilité absolue et durable de s’absenter d’un lieu en raison des nécessités permanentes d’une activité professionnelle ; * trouble trop important que causerait la comparution à la mairie d’une personnalité célèbre. Toutefois la simple convenance personnelle serait insuffisante à constituer un empêchement grave. »

    Mais surtout,

    « Et si l’on veut être légaliste, soyons-le jusqu’au bout : quelle est la marge d’appréciation laissée au procureur ? Quel est la nature du contrôle porté sur la décision qu’il prend ? Si l’appréciation de la nature du trouble est à son entière discrétion, eh bien, disons qu’il aura eu une interprétation différente de la tienne. Quel est le préjudice causé ? Ce mariage a-t-il souffert d’une trop faible publicité, qui n’aurait pas permis à ceux qui en auraient eu une de faire valoir leur opposition ? Et combien de mariages se déroulent en province, dans la maison de famille, alors que l’on ne peut pas véritablement justifier d’un mois de présence continue ? Veut-on vraiment être si formalistes ? Je veux bien que l’on s’interroge, pour la beauté du droit. Mais quelle est la portée de l’interrogation ? »

    Je vois mal l’intérêt de ces petites controverses, sinon d’entretenir un climat de suspicion. Que ceux qui veulent absolument voir des irrégularités dans ce mariage fassent un recours ! Qu’ils expliquent aussi, comme je l’ai indiqué, quelle est la marge d’appréciation du procureur dans la dispense de l’autorisation, afin que l’on soit certain qu’ils ne se contente pas de jeter un soupçon facile, sans s’être donné la peine minimale de pousser l’interrogation jusqu’au bout. Et qu’ils finissent en nous expliquant ce qui les motive : le souci d’un quelconque intérêt public, ou le goût de la controverse vétilleuse ?

    J’avoue que, même concerné par le respect du droit, j’ai du mal à voir l’enjeu de ces discussions bien gauloises. Et même si l’on mettra évidemment en cause mon objectivité (à laquelle je n’ai jamais prétendu), je trouve plus préoccupante la situation de Debré. Il me semble que cette question-là a un peu plus de portée.

  • La sortie de Guéant est tout de même intéressante : “Le président du Conseil constitutionnel doit être à l’abri de tout soupçon de partialité. Il n’avait pas à dire ce qu’il a dit” Je conclus donc (hardiment ?) que l’on ne saurait critiquer « impartialement » Nicolas Sarkozy, que toute critique à son endroit devra être interprétée comme une manœuvre partisane, que qui n’est pas avec lui est contre lui, enfin. C’est un peu gros.

    Sinon, il faut reconnaitre que chez les vieux gaullistes qui se rappellent encore tante Yvonne, voir les fesses de la femme du président s’exhiber sur Internet constitue une pilule un peu amère.

    On me dira qu’au moins il n’y a plus d’hypocrisie comme au temps de Mitterrand et de ses maitresses. Mais moi je crois qu’assimiler les pudeurs à de l’hypocrisie (et les maitresses à des épouses) n’est pas un signe rassurant de l’état moral d’une société.

    Je vais me faire traiter d’irrécupérable réac,là, je sens.

  • simplement pour dire que je suis à 250% d’accord avec Carredas, que je suis aussi outrée qu’Anna! Ce soir encore, on polémique : sur le montant de la fortune des deux tourteraux et sur le contrat de mariage qu’ils auraient choisi ! La curée me dégoute ! je vais être qans doute quelques temps sans lire les journaux ni regarder la TV! je suis tellement saturée que je deviendrais facilement agressive !

  • @ pablo qui : « Je conclus donc (hardiment ?) que l’on ne saurait critiquer “impartialement” Nicolas Sarkozy »

    Vous pouvez, des ministres pourraient, des parlementaires pourraient

    MAIS justement PAS le président du Conseil Constitutionnel.

  • @Pablo

    Je ne saisis pas bien le parallèle entre la « pudeur » de F.Mitterand à cacher ses maîtresses et sa fille ( aux français uniquement car la presse savait ) et l’immoralité d’ une société présidée par un homme qui épouse la sienne ( de maîtresse )

    Ah, le bon temps de Tante Yvonne, du raccomodage sous la lampe en écoutant André Claveau à la radio, du ministère de l’information, des citroën puis des DS et de la PUDEUR…

    Pour info, moi qui ne suis que médiocrement intéressée par les fesses de Carla Bruni dont la vue ne provoquerait chez moi que basse jalousie, je n’ai jamais été chercher les photos en question sur internet, il faut le dire à ces vieux gaullistes, ils ne sont pas obligé de se faire du mal à regarder ça…

  • Entendons-nous bien : je trouve aussi que ces gens ont bien le droit de se promener tranquillou chez eux. En même temps, quand je lis ça dans le FIgaro, je me dis qu’en fait il y a quand même un soupçon d’affichage. Non? Mais qu’est-ce que c’est drôle… « FINIE la discrétion ! Un peu plus de vingt-quatre heures après leur mariage célébré dans la plus stricte intimité samedi matin dans un petit salon de l’Elysée, Nicolas Sarkozy et sa nouvelle épouse, Carla Bruni, se sont offert un minibain de foule, hier, dans les allées du château de Versailles (Yvelines). Le couple, qui a passé la nuit au pavillon de la Lanterne, après avoir dîné sur place pour fêter l’événement avec quelques intimes, ne se cache plus. Vers 13 heures, le président et son épouse se sont promenés le long du bassin du Trianon, à la grande surprise des touristes présents dans le parc.

    Les nouveaux époux ont signé quelques autographes avant de prendre un verre à la terrasse de la brasserie la Flottille : thé pour elle, café pour lui. « Ils avaient l’air très amoureux, raconte un témoin. Ils se sont embrassés devant tout le monde et marchaient main dans la main. Après trois quarts d’heure de balade, ils ont regagné la Lanterne. Puis sont repartis vers Paris avec le cortège officiel. » En route vers une nouvelle vie, officielle celle-là. » http://www.leparisien.fr/home/info/politique/articles.htm?articleid=296029020

  • Lisette,

    Pour vous, il fallait qu’ils restent cachés combien de temps ?

    Et le Président du Conseil Constitutionnel peut-il juger du comportement du Président ? car c’était là, le sujet de notre hôte…

  • Le président de la République se marie pour la troisième fois (2 mois seulement après son précédent divorce) avec une femme dont la liste officielle des amants est longue comme le bras (et comporte entre autre, un père et son fils)et cela ne vous pose pas de problème ? Et il y en a pour exiger que l’on distingue la vie privée de la vie publique. Mais la morale et la dignité ne s’arrêtent pas à ces limites artificielles. Si l’on est dissolu et amoral dans sa vie privée, il n’y a aucune raison que l’on ne le soit pas dans la vie publique. Et quand on est Président de la République, cela n’est pas indifférent. Vous n’y trouvez rien à redire, sinon critiquer sur la forme la seule voix qui fasse entendre une musique un peu différente pour réclamer un peu de décence, ce qui me parait pourtant être le minimum que l’on puisse espérer du chef de l’état. Vous manquez de la plus élémentaire objectivité en refusant de voir la réalité et en criant à la curée sous prétexte que l’on ose critiquer le président.

  • Bonjour finous! attention, j’ai bien dit que je trouvais qu’ils avaient le droit de se balader quand ils le veulent et comme ils le veulent. Et je me suis interrogée sur un soupçon d’affichage, après avoir lu l’article du Fig, cité plus haut, et seulement après. IL me semble que c’est mesuré 😉 J’ajoute que je n’ai pas critiqué, juste dit que tout ça m’amuse beaucoup. Sinon, sur Debré, j’ai pas grand’chose à dire de plus qu’à mon précédent commentaire : il ne devrait pas bouder son plaisir. Normalement, quand les gens se marient, on les félicite, zut, surtout si la mariée est belle! Et pour l’affichage de la vie privée, il y a eu suffisamment à faire au mois de décembre. Qu’on leur fiche la paix pour la suite.

    Bizarre quand même comme les journalistes sont toujours TOUS (pas un seul gros malin qui a eu son scoop) postés tout pile où il faut à l’heure où il faut. Trop forts les mecs. Méritent de gagner des tas de sous, vu comment ils bossent même le dimanche à aller se poster à l’affut à Versailles au cas où au lieu de rester chez eux comme des flemmards. Ils devrait pas taper sur le président, ça c’est sûr hein. Franchement, c’est pas comme si on leur donnait du gâteau.

    Ca me rassure pour Kerviel, en un sens hein. On finira par savoir, avec des journalistes aussi forts.

    Mais rassure-toi, je ne trouve ça pas « mal » en soi, de passer deux heures à donner aux journalistes. Après tout le monde est calmé, et pis chacun peut retourner chez soi vivre sa vie. Mais c’est de l’affichage, maîtrisé, compréhensible, patati et patata, mais de l’affichage et du plan de com’.

    PS : le Monde avait fait un article au sujet de la Lanterne comme un des endroits les plus secrets de France, que c’est même pour ça que Sarkozy l’a piqué vite fait au premier ministre, et a dégagé Villepin avant même son investiture. S’ils voulaient être tranquilles, c’est fait pour. Ils ont voulu sortir pour se montrer, je ne trouve pas que ce soit un mal en soi, après tout. Mais c’est fait exprès, qu’on ne vienne pas me dire le contraire.

  • C’est assez significatif, néanmoins, qu’à un billet relatif à la réserve que devrait observer le Président du Conseil Constitutionnel, on réponde en fin de compte sur la vie privée du Président. Finalement, c’est tout de même tel-le-ment plus intéressant.

    Pablo > Debré a toujours exécuté les basses oeuvres de Chirac, spécialement contre Sarkozy. Lorsque quelqu’un comme lui viole sa réserve pour s’exprimer sur un sujet aussi essentiel que la vie privée du président, oui, franchement, difficile de ne pas avoir un bon gros soupçon de partialité.

    Emir Abel > vous me faîtes rire. Le pays est donc devenu bien pudibond. Parce que tu te maries pour la troisième fois avec quelqu’un de pas très fidèle, t’es décidément auquel on ne peut pas faire confiance. En venir là… Quant à « la seule voix », c’est risible : vous ne voyez donc pas que les volontaires se pressent au portillon pour dénoncer la vie privée du président. Rien que dimanche, nous avions aussi notre publiquement vertueux bayrou qui venait donner des leçons de morale. Vous pouvez rajouter une bonne moitié de l’opposition. Et puis, un paquet de medias, les sondeurs qui expliquent sa baisse de popularité par « l’étalage de sa vie privée »… Franchement, voir en Debré une voix dissidente, c’est vraiment rester sur le bon schéma actuel de l’opposition : on veut nous faire taire ! C’est ridicule.

    Et précisément, Emir, lorsque l’on constate qu’une telle critique est si largement répandue, est-ce vraiment un motif pour le Président du Conseil Constitutionnel de sortir de sa réserve ? S’il ne l’avait pas fait, personne n’aurait fait cette critique ? Il y a donc un péril grave pour la démocratie ?

  • http://www.latribune.fr/info/Villepin–sous-Sarkozy–la-presidence–a-perdu-en-concentration-sur-l-essentiel–349-~-AP-SARKOZY-VILLEPIN-$Db=News/News.nsf-$Channel=Politique

    Curieux… J.L. Debré d’un côté et D.de Villepin de l’autre, le même jour… tentative de déstabilisation à l’UMP ? ( article dans la Tribune hier, je ne suis jamais certaine que les liens vont fonctionner…)

    A l’attention d’Emir et autres donneurs de leçon de morale:

    Carla Bruni est une femme belle, cultivée, douée, riche et de bonne famille. Et surtout, c’est une femme libre. Elle a eu des amants, dont « la presse » s’est empressée de donner une liste, qui est impudique ? Comme au XIXe siècle, la morale serait donc toujours liée au sexe ? et les femmes libres auraient une vie dissolue et amorale qui risque de contaminer leur partenaire comme une M.S.T. ? Ce qui me pose problème à moi, c’est qu’aujourd’hui encore en France, des hommes puissent considérer les femmes avec de telles oeillères.

  • Ben voilà, il est marié. Pour la troisième fois… Mais il reste chanoine… J’ai de plus en plus de mal à comprendre l’Eglise de Rome !

    Sinon, la belle-fille de celui « qui ne doit son poste actuel qu’à un manifeste copinage », elle le doit à quoi son poste au 7eme étage du 55 avenue Bosquet ?

  • Laissez donc l' »Eglise de Rome » tranquille. Il a été répété plus d’une fois que le titre de chanoine de Latran est purement honorifique, sans signification religieuse. Tout comme un docteur honoris causa n’est pas nécessairement un grand universitaire. Mais j’imagine qu’il ne sert à rien de le dire une nouvelle fois. Une fois de plus, on va expliquer aux catholiques comment fonctionne l’Eglise.

    Carredas > oui, c’est magnifique. Finalement, on devrait presque s’en réjouir : la gauche en revient au puritanisme. Voilà qu’on nous explique – peut-être pour s’exonérer de porter autant d’attention à la vie privée d’un homme – qu’un homme qui se marie trois fois avec une « femme libérée » n’est pas digne de confiance. On croyait qu’il n’y avait que la droite réac pour affirmer des choses pareilles. Mais non.

  • JL Debré a effectivement eu, en la matière, une remarque déplacée eu égard à sa fonction. Et le secrétaire de l’Elysée eut aussi été bien inspiré de ne pas répondre.

    Que l’opposition critique, tant que cette critique demeure dans certaines limites, est légitime, que la majorité réponde l’est aussi, mais on assiste de plus en plus souvent à des mélanges des genres qui nuisent à la République.

    A titre personnel, je trouve assez navrant que la vie personnelle du Président fasse l’objet de tant d’attention, et qu’il se remarie avec qui il souhaite ne me fait ni chaud ni froid, même s’il fallait s’attendre à des réactions de certains électeurs sur la rapidité d’un tel remariage après un divorce.

    Néanmoins, Nicolas Sarkozy ayant longtemps mis en scène sa relation avec sa précédente épouse, on pouvait s’attendre à un retour de bâton… difficile d’avoir le beurre et l’argent du beurre. Souhaitons que l’affaire soit rapidement close et que la pipôlisation de la politique ne soit plus le principal critère d’information des électeurs. Hélas, à voir les reportages sur certains membres du gouvernement, j’ai peur que cela ne soit que vaine espérance.

  • Certains commentaires sont atterrants d’intolérance et de mesquinerie. Pour les avoir beaucoup cotoyé, j’avais déjà remarqué chez les gens de gauche, ces deux défauts. Alors qu’ils prêchent à tout bout de champ la tolérance, ce n’est qu’un rideau de fumée et tout leur est prétexte à s’indigner. En vérité, je n’y vois que la jalousie : « Ils » n’auront jamais une si belle fille pour épouse et « elles » (qui, côté beauté ne lui arrive pas à la cheville) n’auront jamais un mari président de la République. En ce début de 21ème siècle, où les gens se pacsent, se dépacsent, se marient, divorcent, où les homosexuels ont le droit d’être enfin heureux, voila que certains font preuve de pudibonderie parce qu’un homme divorcé se remarie ; la façon aussi dont on parle de Carla Bruni est indigne.

    Je voudrais informer Gandalf, qu’en plus de « Chanoine de Latran » les présidents de la république française sont également « Prince d’Andorre. » Que va-t-il encore sortir de son esprit, pour s’offusquer de ce titre là ?

    Mme Royal n’était pas mariée ; elle a même eu quatre enfants hors mariage. Ca, c’est pas bien du tout…. N’y-a-t-il aucun gauchiste pour s’en émouvoir ?

    Deux poids, deux mesures.

  • Tout à fait d’accord avec Mary ! On sent beaucoup, beaucoup de jalousie derrière les critiques sur ce mariage.

    Carla Bruni, l’une des chouchoutes des médias, sent brusquement le poney parce qu’elle est tombée amoureuse du « psychopathe ».

    Ca m’amuse de voir les journalistes tellement énervés de ne pas avoir d’images du mariage. Enervés aussi, probablement, de l’avoir effectivement appris quand ça a été fait, comme le leur avait prédit Sarkozy.

    Je me demande ce qu’ils auraient dit s’il y avait eu quelques médias invités à la cérémonie et à la noce ? Etalage impudique ? Hyper-médiatisation ?

    Probablement aussi, sont-ils terriblement énervés d’être « trahis » par l’une de leurs mascottes.

    Je regrette cette précipitation, même si je comprends qu’elle doit répondre à de nombreux problèmes de protocole, mais j’approuve tout à fait cette discrétion. Superbe pied de nez aux paparazzi !

    Quant à Debré, je suis assez navrée de le voir, une fois de plus, jouer les roquets de Chirac. Il vaut mieux que ça. Il est temps qu’il tue le père, comme disent les psys.

    ( elle sort en lançant du riz sur les jeunes mariés )

  • @delphine… je n’ai pas vu de journalistes énervés de ne pas avoir été invités, j’ai appris le mariage sur france inter dimanche matin, c’était sobre, derrière les évènements du tchad… c’est un leitmotif de certains dans ce blog, et d’autres, de ne voir que des journaleux journalistes assoifés de sexe, de sang, de sensationnel et prêts à tout pour nuire au président…

    la discrétiondu couple présidentiel semble cependant limitée… si j’ai bien compris après 16 pages dans paris match la semaine dernière sur l’anniversaire du président, le PM sort en avance cette semaine avec des 20 pages… sur NS et CB..le mariage? je ne sais… j’aurais cependant préféré qu’ils se marient à la mairie, comme tous les citoyens, au lieu de bénéficier d’un petit privilège… tien, j’entends que carla bruni obtient 60 000€ de ryan air… l’euro symbolique ne suffisait pas? elle a besoin de cela?

    enfin, oui, jean-louis debré aurait mieux fait de s’appliquer à lui même le conseil de tenue qu’il donne aux autres… je siffle une deuxiéme fois quand j’apprends qu’il a tenu ses propos chez ardisson où il faisait la promo de son livre…. est-ce vraiment la place d’un président du CC?

  • C’est vrai quoi… ils auraient pu se marier à la mairie comme tout le monde, en toute discrétion, au lieu de bénéficier d’un privilège, petit certes, mais privilège tout de même.

    Et ces sommes scandaleuses demandées par Carla Bruni qui n’est pas dans le besoin… Bon, le couple Hollande-Royal au temps où ils étaient encore couple a demandé 150000 euros de dommages et intérêts aux auteurs du livre  » la femme fatale  » Closer a du verser 15000 euros à la compagne de François Hollande, et Ségolène Royal a demandé 20000 euros à l’éditeur du livre de Claude Allegre Mais je dois faire du mauvais esprit, comme pour ces gentils journalistes si sobres et corrects qui donnent la liste des amants de Carla Bruni, pure calomnie…

  • Bof, on a bien vu Sarkozy chez Druker.

    Dites donc , quand vous ne vous aimez pas à l’UMP, c’est aussi classe qu’au PS.

    Pour profiter pleinement de son mariage et pouvoir à l’envi consommer son amour, je pense que Nicolas Sarkozy devrait se démettre de ses fonctions et se retirer dans un anonymat qui lui permettrait de déguster (et peut-être de conserver) un si bel amour.

    Comment cela, ce serait un déni du suffrage universel ? Comme pour le traité constitutionnel européen alors ?

  • C’est vrai qu’elle n’est pas dans le besoin. Mais à la différence des politiques, l’utilisation de son image est une source de revenu. Doit-elle perdre son indépendance financière et abandonner l’utilisation de son image à des fins mercantiles parce qu’elle est l’épouse du président ? Qu’en pense Jean-Louis Debré, est-ce que ce serait d’une « bonne tenue » ?

  • Je me fous pas mal que tous ceux qui le veulent, baisent à droite et à gauche, avec des hommes, avec des femmes, à 2, à 3 , à plusieurs, par devant par derrière, …. C’est leur problème et pas le mien…. tant qu’ils ne sont pas président de la république.

    Pour lui c’est différent. Il représente la France et un certain nombre de valeurs auxquelles je crois et parmi lesquelles je place en bonne position la fidélité (au sens large) et l’importance de la famille qui est la base, la cellule primaire de la société. Ce ne sont à mon avis ni des valeurs de gauche ni des valeurs de droite, ce sont des valeurs universelles n’en déplaise à certains. Le président a donc, selon moi, le devoir de les respecter, d’en faire la promotion. Je considère son attitude actuelle comme la négation totale de ces valeurs. Il incarne en fait la décadence de notre société qui accepte tout au nom de la liberté des mœurs et de la jouissance immédiate et sans entrave. Qui a parlé de mai 68 ????

    Vous avez le droit de ne pas être d’accord mais épargnez moi les arguments du type jalousie, pudibonderie ou pseudo-féminisme mal placés qui ne vous servent qu’à évacuer le vrai débat.

  • @Claudius

    Le suffrage universel fait que nous avons élu des députés qui nous représentent au Parlement. Le fait qu’il n’y ait pas eu de référendum sur le traité européen n’est pas un déni de démocratie ; ce que vous dîtes par contre en est un ; tout le monde a bien compris que la gauche n’a pas accepté sa défaite et comme à chaque fois, bafoue le suffrage universel avec des procédés malhonnêtes, notamment avec la médisance et la critique permanente non pas d’une politique, mais des personnes

    Sur des problèmes aussi complexes, compliqués, sur des textes qui ne sont pas à portée de lecture de tout un chacun, c’est le parlement qui doit trancher.

    Le référendum ne vaut que s’il s’agit de répondre à une question, compréhensible par tous. (êtes-vous pour l’ouverture des services publics le dimanche, par exemple…..)

  • Emir Abel, nous louerons de concert votre sens des valeurs traditionnelles. Mais, si l’on se place sur ce plan, voulez-vous faire le compte de nos chefs de l’Etat vertueux ?

    Mary, ne tombez pas dans le panneau claudiusien. Son propos n’a guère de sens et je ne suis pas certain qu’il ait cherché à lui en donner. Faire un lien entre la vie privée de Nicolas Sarkozy et la ratification du Traité de Lisbonne, ça tangente le troll.

  • Mary, contrairement à ce que vous pensez, c’est la politique appliquée que je critique; il se trouve qu’elle est représentée actuellement par un seul personnage, Nicolas Sarkozy.

    Bien sûr que contredire la volonté du peuple en empruntant la voie parlementaire est un déni de démocratie. Je pense que pas mal d’entre vous le savent mais ne l’avoueront évidemment jamais, ne touchons pas à l’icône.

    Je ne suis pas persuadé que les députés soient plus doués que les votants (au moins une bonne partie d’entre eux) pour apprécier un texte compliqué. Je suis même persuadé que tous les députés n’ont pas lu le texte, empêtrés qu’ils sont, à droite comme à gauche, chez les « oui » comme chez les « non », dans les consignes ou les ordres de ceux qui les ont placés là, c’est à dire ceux qui distribuent les investitures.

    Pour votre exemple personnel de référendum sur l’ouverture des services publics le dimanche, je vous réponds oui (sous certaines conditions), un comble pour quelqu’un que vous cataloguez « à gauche ».

  • Oui et en plus, des gens qui, pour reprendre un cas de figure précis qui semble offusquer Emir Abel, « baisent… à 2…. par devant et par derrière » sont une très, très grosse majorité à mon humble avis et dans la limite de mes connaissances intuitives. J’ajouterais même que, sauf exception, ces pratiques précises sont probablement adoptées par une très grande majorité d’individus ayant accédé à la magistrature suprême dans le monde.

    Dans le cadre d’un très large renouvellement de la classe politique de notre pays, et tout particulièrement de ceux qui en sont issus et qui souhaitent accéder à la présidence française, je vous conseillerais donc de créer un mouvement (qui à mon avis rencontrera sans nul doute un vif succès) qui militera pour interdire l’accès à la candidature présidentielle tout homme ou femme qui aurait : « divorcé, conçu des enfants hors marriage, vivrait « à la colle », baiserait à droite, baiserait à gauche, à 3, à 4, voire avec un nombre de gens plus important, des hommes, des femmes, et surtout à ceux auraient l’idée saugrenue de tenter de se reproduire ou d’effectuer leur devoirs conjugaux en « baisant à 2, par devant ou par derrière ».

    Je suis persuadé que les prochaines présidentielles, pour peu que vos mesures soient adoptées, nous promettent une version tout à fait différente de ce que nous avons vécu jusqu’ici depuis la création de la première république.

  • @Koz La considération que j’ai pour votre blog fait que je ne crois pas une seconde que vous considériez votre dernier « argument » comme sérieux. Je ne polémiquerai donc pas plus sur le sujet.

  • Bien que de gauche (enfin, essayant de l’être) je ne suis pas vertueux.

    Le problème pour moi, n’est donc pas qu’il mène une vie de patachon, mais qu’il se soit fait élire en pourfendant l’hédonisme 68tard.

    Or s’il y a bien actuellement quelqu’un qui jouit sans entrave, c’est lui.

    Nous aussi on aimerait bien jouir sans entrave mais on en a une grosse (moi en tout cas) : le pouvoir d’achat, qu’il nous a vendu à longuer de campagne au prix de la poudre de perlimpinpin. D’où gadin dans l »opinion, et pas que ces vilains gauchisses qui font rien qu’à vouloir le malheur de la France.

    Arrivera-t-on un jour à comprendre le contraste quasi-permanent entre ses propos et ses actes ? Je me souviens ainsi de son sermon du Latran, où il souligne combien l’homme a besoin de Dieu pour rabaisser son orgueil – alors que pour lui, il faudrait au moins que deux Dieux s’attellent à la besogne.

    (Judith Bernard sur @si décrypte la panégyrique tressé par les employés de Lagardère à la « grande Carla » – vacherie bernardienne – dans Match. La salive du lèchage de cultop s’y pèse en tonnes)

  • @Eponymus Même argument que Koz. Je vais donc répondre 1) Le fait que dans le passé d’autres (pas tous) se soient comportés de façon critiquable ne justifie en aucune manière le comportement du président actuel. 2) Comme dans tout, il y a des degrés dans l’immoralité et nous atteignons là des sommets. 3) Malgré des efforts louables, vous n’êtes pas drôle.

  • @Koz C’est quand même extraordinaire que l’esprit partisan vous empêche de reconnaitre que vous partagez les valeurs que j’ai énoncées plus haut (au lieu de les traiter par la dérision) et que, quelque part, l’attitude de N.Sarkozy vous choque ou tout au moins vous déplait.

  • @ Emir Abel

    « 2) Comme dans tout, il y a des degrés dans l’immoralité et nous atteignons là des sommets. »

    C’est là où j’ai du mal à vous suivre… il faudrait déjà définir ce qui est moral et ce qui ne l’est pas.

    En se basant sur le fait que la moralité semble dans un premier temps le fait de respecter la loi, je ne vois pas en quoi, dans sa vie privée, le président l’aurait violé.

    D’autre part, même si l’on reprend les canons de la moralité dans ce qu’elle a de communément admise et qui se situe, dans le comportement sexuel, au delà des lois, on considère comme immoral de ne pas avoir d’aventures lorsque l’on est marié.

    Le fait d’être « mal marié », de subir de ce fait un ou deux divorces (qui d’ailleurs ne sont pas forcément le fait d’une décision bi latérale), de rencontrer quelqu’un d’autre et de se remarier, ne constitue pas un « summum d’immoralité » – désolé. Pour faire imagé, le comportement du président se situe à des années lumières d’un Clinton par exemple.

    Il serait même carrément ridicule de soutenir le contraire. C’était, (mais cela semble vous avoir échappé), l’essence même de mon précédent message.

    Que Koz où vous même (ou moi-même, peu importe), placent les standards de la moralité dans le comportement amoureux et sexuel, beaucoup plus haut est une chose.

    D’établir un jugement péremptoire comme vous le faites en accordant aux valeurs que vous définissez un caractère universel est tout simplement risible. De vouloir les imposer aux autres est pour le moins douteux.

    Je crains juste qu’un esprit partisan ait soudainement, ne serait-ce que très légèrement, déformé votre appréciation de ces valeurs.

    Je me demande d’ailleurs, avec une certaine crainte, ce que serait votre réaction si Bernard Delanoë était Président de la République.

    En fait, mon post visait bel et bien à vous faire préciser ce que NS a bien pu faire qui serait considéré comme « un summum d’immoralité » au lieu d’utiliser une énumération outrancière des différentes pratiques sexuelles qui ne le concerne en rien.

  • Oh! non Koz, ne jugez pas comme cela. Ca ne vous plaît pas, certes ; mais un jour, vous pouvez y être confronté. Personne ne sait de quoi demain sera fait. Je partage vos valeurs et pourtant parfois la famille se délite sans que l’on sache exactement pourquoi.

    Quand je lis les termes « immoralité », vie dissolue » et autres, cela veut dire que les gens ne pensent que sexe ; tous oublient les sentiments et l’envie de se reconstruire.

    Est-on immoral parce qu’on divorce deux fois ? mène-t-on une vie dissolue parce qu’on se remarie trop vite ?

    Alors, moi, c’est peut-être comme cela que les gens me voient… et pourtant !!!

    Le divorce et la solitude sont de grandes souffrances.

    Pourquoi serions nous égoïstes au point de ne pas vouloir qu’un président de la République, quel qu’il soit, se remarie. Trop vite peut-être dans le cas qui nous intéresse ? Je pense qu’il y était plus ou moins contraint.

    J’apprécie, néanmoins votre modération.

    PS :(post scriptum, je précise) Pour Claudius, je me suis moi-même laissée emporter ; mille excuses !

  • @Eponymus

    J’ai commencé à répondre à Emir, et puis j’ai renoncé, et puis j’ai lu votre dernier commentaire, j’ai bien fait de renoncer, vous avez tout dit.

  • Ah tiens, au fait, Emir : il se trouve que vous avez raté un lien au début de mon billet, dans lequel je disais ce que je pensais de l’escapade à Marne-la-Vallée. Et où je m’étais fait copieusement engueulé au demeurant. Donc, votre « esprit partisan », vous le prenez et vous le remettez dans votre …, non mais des fois. Et en prime, vous vous interrogerez sur votre amnésie à cet égard, qui vous permet de vous montrer si virulent dans cette réponse.

  • @Eponymus J’avoue que je ne sais pas trop par quoi commencer car vous mélangez tout.

    Une question peut-être : quelle valeur accordez vous au mariage, religieux ou pas ? En ce qui me concerne, cela représente un engagement sur le long terme (une vie ?) malgré les difficultés prévisibles et cela demande des efforts. Ce n’est pas toujours facile. Et puis il y a la famille, les enfants. On peut se tromper, faire un mauvais mariage. Doit-on nécessairement avoir des dommages collatéraux ? Doit-on systématiquement faire des enfants à chaque mariage ? Serions-nous rien d’autre que des lapins incapables de contrôler nos pulsions, obligés de donner la vie par pur égoïsme, pour exorciser notre peur de l’issue fatale ? Pour atteindre l’immortalité ?

    Je ne considère pas digne d’occuper la fonction présidentielle quelqu’un qui s’est déjà engagé 3 fois , a fait des enfants à 2 femmes différentes et considère donc visiblement que fidélité et famille ne sont pas des valeurs importantes qui méritent que l’on fasse des efforts pour les défendre.

    Cela n’a strictement rien à voir avec le sexe et les orientations sexuelles alors, une bonne fois pour toute, lâchez moi avec ça. Votre insinuation sur B.Delanoë est trop mesquine pour que j’y réponde.

    Voila où je place une certaine morale que je n’impose à personne contrairement à ce que vous prétendez mais que j’utilise personnellement comme grille de lecture des comportements humains avec d’autant moins d’indulgence quand il s’agit du Président de la République.

  • @Koz Vous me rassurez. Je me demandais quand est-ce que vous alliez me tomber dessus. 😉

    Malgré toute ma considération pour votre blog (je sais je me répète) je ne lis pas tout de façon exhaustive et de plus j’ai une mémoire défaillante qui fait que j’oublie beaucoup.

    Enfin je retrouve avec bonheur vos accents de mauvaise foi qui parsèment vos interventions quand vous êtes en colère : où ai-je été « si virulent » je vous prie ?

    PS : Faites quand même attention à ce que vous écrivez. Vous désespérez cette brave Mary 🙂

  • Vous êtes génial, Emir Abel. A encadrer. Vous me faites un joli procès d’intention en m’expliquant à quel point je suis partisan, à tort (eh oui, c’est que vous ne lisez pas tout et que ce que vous lisez, vous ne le retenez pas… pas mal comme explication), et vous revenez m’expliquer que je suis de mauvaise foi. C’est vrai qu’en fin de compte, vous faites un assez bon moraliste. Assez bon donneur de leçons. Rien ne vous arrête.

  • @Emir Abel

    « Je ne considère pas digne d’occuper la fonction présidentielle quelqu’un qui s’est déjà engagé 3 fois, a fait des enfants à 2 femmes différentes »

    Très bien Emir Abel, on y arrive !

    Voilà votre opinion, plus clairement exprimée. Au moins là c’est clair et délimité. Sur cette base, en effet, chacun est libre de se faire son idée en termes de moralité et d’immoralité et si un président doit être soumis à cette règle. Vous pensez donc que toute personne qui aurait été mariée deux fois et aurait fait des enfants à sa première et deuxième femme et qui se serait ensuite remarrié, ne peut pas accéder à la fonction présidentielle.

    Parce que pour le reste, le couplet (« Serions-nous rien d’autre que des lapins incapables de contrôler nos pulsions, obligés de donner la vie par pur égoïsme, pour exorciser notre peur de l’issue fatale ? Pour atteindre l’immortalité ? ») qui préjuge des dispositions d’esprit d’un homme que vous ne connaissez pas intimement sont pour le moins spéculatives pour rester poli.

    De même, votre appréciation (« et considère donc visiblement que fidélité et famille ne sont pas des valeurs importantes qui méritent que l’on fasse des efforts pour les défendre ») qui relève du même procédé peut se révéler totalement inexact dans la vie réelle. Il a très bien pu être quitté deux fois de suite, vous n’en savez strictement rien. (Bien que cela soit totalement hallucinant pour moi d’en arriver à expliquer ça, mais bon, il le faut bien pour la démonstration.)

    Je vais vous dire en truc en conclusion, votre opinion est tout à fait louable et je la respecte lorsqu’elle est dénuée d’extrapolations un tantinet acrimonieuses et pour le moins orientées.

    Concernant la morale, il est quand même important de rappeller que le critère de l’immoralité, puisque vous semblez vous situer sur un terrain laïque, c’est de savoir si un comportement est nuisible, à soi-même quelques fois mais surtout aux autres. Et oui, Bill Clinton, comme il l’a analysé lui même par la suite, a nui à la fois aux intérêts de sa famille, à lui-même, mais également à son pays dans l’affaire Levinsky. Mentalement, on ne ressort pas indéme de ce genre de délires. On ne peut pas vivre dans le mensonge à la fois privé et public sans prendre ses responsabilités comme il l’a fait et ne pas s’affaiblir. On ne peut pas s’affaiblir à ce point dans cette position.

    Inutile de réaffirmer que la vie est un processus complexe. D’autant plus lorsque que l’on se permet de juger de celle d’un autre sans en connaître les détails. Mais même si on adopte votre point de vue, il me semble incroyablement exagéré de parler encore une fois de « sommet de l’immoralité » dans le cas du remariage de NS. Clinton c’est quoi pour vous alors ?

    Votre avis est votre avis. Il n’a pas plus d’importance que ça. Pas plus que le mien non plus. Mais l’outrrance de certains de vos propos et surtout, la façon dont s’oriente vers les mêmes outrances le débat public dans la presse, dans l’opinion (comme on peut le lire dans les commentaires suivant des articles sur des sites d’informations), dans le monde politique (comme le souligne Koz ici), m’ont poussé à vous répondre de cette façon.

    Parce que ce genre de méthodes doivent être décryptées. Parce que la démagogie consistant à utiliser une forme de jalousie sociale, un vague sentiment moralisateur qui habite même ceux qui s’en défendent le plus, etc. doit être exposé pour ce que c’est. Point barre.

  • C’est surréaliste, ce débat. Très américain, Emir Abel, dans votre perception de la magistrature suprême.

    C’est curieux comme angle d’attaque, en tout cas. Je pense que ce qui explique la chute dans les sondages, ce n’est pas tellement l’immoralité (dont on se demande bien où elle est, il est divorcé, que je sache). C’est plutôt le fait que pour la première fois, on a un président avec des sentiments, et qui poursuit une vie sentimentale en même temps que sa fonction. Les gars qu’on a vus avant, ils mettaient leur vie sentimentale entre parenthèse, ils se farcissaient bobonne avec qui ils faisaient équipe depuis bien longtemps, et ils se tapaient tout ce qui bouge en coulisse.

    Je ne suis pas loin de penser qu’ils avaient quand même raison. Moi, un type qui vit une histoire d’amour en même temps qu’il gère le pays, ça m’inquiète un peu. Et jusqu’ici je n’ai jamais fait partie de ceux qui professent avoir peur du bonhomme.

  • Les noces et autres faits médiatiques: Il y a ceux , les consciences bien pensantes et éclairantes de la nation, merci à eux, qui sont « choqués » et font couler beaucoup d’encre, je ne vise personne ici, mais suivez mon regard, il y a ceux , peu nombreux certes, qui souhaitent « tout le bonheur du monde » avec une sobre sincérité et puis, il y a la majorité silencieuse du genre vivre et laisser vivre , qui reste finalement imperméable, détachée . S’agit-il d’un manque de conscience politique préoccupant, d’un abêtissement collectif ou d’un goût prononcé pour le libre arbitre?

  • Quand on a un peu l’expérience de la vie réelle, du pragmatisme et d’honnêteté on s’étonne …

    Qu’attendez-vous d’un homme, président ou pas, de 53 ans et d’une jolie femme de 39 ans ? Est-ce normal que l’on a « vécu » avant d’atteindre cet âge ? A-t-on le droit de continuer à « vivre » en tant que président ? Est-ce que la constitution interdit au président de se montrer heureux ? Est-ce que c’est « s’afficher », « s’exhiber » que de montrer son bonheur ?

    Si on suit les cris orfraie des uns et des autres on arrive à la conclusion que certains souhaitent un président austère, coincé et hypocrite, philosophe grandiloquent s’interrogeant (seulement) sur le sexe des anges, machiavélique tireur de ficelles dans l’ombre et extraordinairement machiste (des maitresses dans l’ombre, une potiche pour le décor et les lépreux)

    Ehhh oui, les vrais réacs ne sont pas là où on les croit … et les « pères de la nation » ont encore pas mal d’adeptes …

  • C’est une conversation extrêmement amusante. Non, vraiment, on a pas fini d’épuiser les joies de cette histoire… C’est quand même chouette les mariages hein, on s’y amuse toujours bien. Debré fait figure de vieux tonton grincheux un peu, et puis il y a les cousins qui ont trop bu et les cousines romantiques.

  • Et ce genre de choses, quand un hebdo, aveuglé par sa haine du personnage, se transforme en presse de caniveau, on dira que c’est Nicolas Sarkozy qui « étale » sa vie privée ? On passe du conditionnel dans le sous-titre, à l’indicatif dans le corps de l’article. On se mêle de ce qui ne nous regarde pas. Mais si, au final, ça peut détruire l’homme, tout est bon… Et c’est le même journal qui, le nez à peine sorti du caniveau, viendra donner des leçons de morale.

  • On pourrait dire que la presse touche le fond, mais en fait, je crains que ça ne soit même pas le cas. Mais de la part d’un des principaux magazine d’info politiques, alors là, je crois pas avoir lu aussi con. Non seulement sur le fond, mais également sur la forme. Parce que le montant d’intox qui a pu se glisser dans cette histoire est à peu près abyssal.

  • Tout à fait épo… C’est ignoble. J’attend avec impatience les éditos de ces gens de bonne conscience nous dire ce qu’est pour eux la décence virginale qui incombe au chef de l’Etat (d’après l’Edition Spéciale de canal plus, il s’agit d’une info donnée par un pilier du nouvelobs).

    Et j’y vais de mon info confidentielle qui vous donnera sans doute les clés pour la compréhension de sa politique, de la géopolitique pour 2008, et la position de la France : Nicolas Sarkozy pète au lit. Et il secoue les draps. Pervers.

  • Le Nouvel Obs m’a tellement déçue que je me suis désabonnée de leur newsletter, je n’ai gardé que les « Dernière Minute ». C’est ainsi que j’ai découvert ce pauvre ragot.

    Que l’article soit une pauvre chose écrite d’un derrière haineux, c’est incontestable. Qu’il salisse un peu plus l’image du journal et non celle du Président me parait tout aussi évident. Ni l’un, ni l’autre ne m’ont étonnée, juste profondément navrée.

    En revanche, que ce texte ait été retenu dans la sélection « Dernière Minute » au même titre que la mort de Benazir Bhutto ou les résultats du Super-Mardi, ça, ça m’atterre totalement.

    J’ai un peu lu les commentaires qui suivent, m’attendant aux habituels discours haineux des TSS. Il y en avait, bien sûr, mais aussi de la drague, des propos obscènes et des trolls en pagaille. A mon avis, le modérateur a fait partie de la charrette qui a emporté les journalistes du Nouvel Obs.

  • Et Libé s’est empressé de reprendre « l’info ». Du grand journalisme. Y’a plus rien dans les poubelles ni les caniveaux de Paris, nos journalistes ont ratissé large.

  • Vos réactions à la dernière pantalonnade par SMS interposé du Président me sidèrent. Vous tapez à bras raccourcis sur la presse qui se contente de rapporter des faits mais vous ne vous posez même pas la question de savoir si ce type d’attitude est acceptable de la part d’un Président. En gros il épouse la première venue pour essayer de récupérer son ex-femme et cela ne vous choque pas ??? Belle preuve de sincerité dans les sentiments !!! Nous n’avons décidément pas les mêmes valeurs et votre conception de la magistrature suprême et de ce qu’elle représente me terrifie, de même que je suis scandalisé par le fait que vous acceptiez sans réagir que l’on galvaude ainsi l’institution du mariage. Vous rendez vous compte que nous avons un homme totalement immature à la tête du pays et dont la principale préoccupation est de gérer sa vie sentimentale ? Cela vous convient peut-être, moi pas. Et contrairement à ce que certains prétendent ici je ne suis ni « rétrograde » ni « américain » mais bien plus moderne que beaucoup ici qui défendent des conceptions totalement décadentes, symptômes évidents de la fin d’un certain type de … civilisation.

  • Le meilleur passage, à mon sens, est celui-ci : <>

    Je n’arrive même pas à imaginer que le communiqué n’ait pas été préparé et approuvé bien longtemps avant, peut-être même à l’instant précis où il a été décidé de la date du mariage.

    On parle de l’Elysée et du Président, là, faudrait voir à être vraisemblables, les petits gars du Nouvel Obs…

  • Argh ! Les balises ont fait sauter la citation, la revoici, ce serait dommage de louper ça :

    Il était même particulièrement tendu lorsque Catherine Pégard, à l’issue de la cérémonie, lui a soumis un communiqué. Il l’a renvoyé dans les cordes : « Pas besoin de communiqué, tous ces cons, j’en ai rien à foutre » lui a-t-il lancé.

    (l’orthographe est d’origine, je n’ai pas osé corriger, c’est meilleur nature)

  • Morandini pose la bonne question : qui? http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-12272.html (un commentateur pense que c’est un stagiaire de chez Orange. Moi je dis, allons voir Jérôme K, au point où il en est)

    Et Le Post pose la bonne question bis : pourquoi? (suggère C elle-même, ce qui me paraît un peu gros et au moins aussi peu fondé que l’article du Nouvel Obs) http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-12272.html Mais heureusement, toujorus dans Le Post, une voyante intervient pour tout expliquer : http://www.lepost.fr/article/2008/02/06/1095199_sarkozy-marie-par-depit.html

    C’est hallucinant.

  • A propos de ce SMS.

    • Ou c’est un faux, un intox, et il faut porter plainte contre le Nobs et Libé*.

    • Ou c’est un vrai, et la haine chez ces gens se porte large. On a l’impression qu’ils n’ont pas digéré leur séparation. Etait-ce raisonnable alors de re-convoler aussi vite ? Le hic ici étant que l’un d’eux est en charge des intérêts de la France.

    • On s’intéresse trop à la vie privée de NS ; cela, notamment, éloigne des vrais problèmes. Certes. Mais qui a ouvert la boite de Pandore ?

    • Qui, quand ils publient des photos du couple présidentiel sur leurs sites, s’arrangent toujours pour qu’elle paraisse plus petite que lui, alors qu’elle le bat de 13cm sous la toise. Machisme pas mort…

  • puisqu’on est passé du grognard grognon chez ardisson, à la moralité du chef de l’état, je me permets de donner mon avis: comme à un ami qui me demanderait si faire étalage de sa femme et de sa vie de famille en juin, en juillet, divorcer en novembre, et se marier en février me paraissait une bonne idée…je lui dirais que c’est peu-être un peu rapide, que leurs amis, leurs familles auraient peut-être du mal à comprendre… mais NS n’est pas mon ami, qu’ils régularisent et soient heureux, j’espère seulement qu’on échappera au cycle de presse grotesque: grossesse, naissance,  » photos de famille et instrumentalisation à côté du petit louis, (bonne chance à mon papa…vous vous souvenez) » et sans doute divorce, remariage(s)…

  • Ah, les conseils d’Oncle Francis…

    sous prétexte de bons voeux de mariage, en remettre une petite couche sur l’étalage de la vie privée de N.S. l’été dernier ( étalée où et par qui ? ) pointer du doigt le peu de temps qui sépare le divorce du remariage pour les polyhandicapés sourds-aveugles-illettrés qui n’auraient pas fait le compte avec l’aide des médias, en conclure que tout ça n’était peut-être pas une bonne idée, c’est vrai… si tout ça était programmé sous cette forme depuis six mois, ce n’était peut-être pas une bonne idée, et finir par la prédiction de ce qui nous attend : grossesse instrumentalisation, naissance instrumentalisation, redivorce, remariage etc…

    Ah, c’est pas sous F.Mitterand qu’on aurait connu une telle immoralité, divorcer, se remarier, alors qu’on peut, tel un monarque du XVIIIe siècle avoir femme légitime, favorite, enfant adultérin et maîtresses occasionnelles…

  • D’après ce que j’en ai vu sur Wikio, le doute sur ce SMS est général. Il y a bien sûr les TSS qui marchent à fond et en profitent pour cracher encore un peu plus de venin, mais sinon, c’est plutôt l’incrédulité générale.

    L’incrédulité porte d’ailleurs autant sur la véracité de ce SMS que sur le fait que le Nouvel Obs publie ce genre de trucs.

  • Emir Abel, vous êtes, décidément, génial (façon pour moi de ne pas dire « pathétique ») : vous donnez de grandes leçons, dénoncez l’esprit partisan des autres, mais êtes incapables de réaliser à quel point vous l’êtes. Où avez-vous vu « un fait » ? Le Nouvel Obs rapporte au conditionnel une info qui aurait dû rester dans le domaine privé et, parce que ça vous va bien, vous lui attribuez le label « fait ». Vous avez raison : la gauche ne ment pas. Doit y avoir que la droite pour faire des trucs pareils.

    Le grognard, francis, c’était sur Radio J, pas chez Ardisson.

    Pour le reste, ceux qui évoqueront « l’étalage » devront désormais avoir cet exemple précis en tête. Peuvent-ils continuer à évoquer « l’étalage » fait par Nicolas Sarkozy, la séparation qu’il faudrait faire entre vie privée et vie publique, lorsque des journaux tels que Libé et le Nouvel Obs font ainsi le travail des plus pitoyables de nos paparazzi. Certains donnent comme source un « pilier du Nouvel Observateur ». C’est triste. Il faut donc considérer qu’un membre éminent de cet hebdomadaire a jugé utile de quitter le terrain de la politique pour tomber si bas. Ils n’auraient pas du mal à distinguer vie privée et vie publique, eux, des fois ? Ou s’agit-il seulement de vendre du papier et de l’espace pub, tout en dénonçant l' »hypermédiatisation » ?

    [une remarque : amusant, la pub qui orne ce billet, c’est désormais une pub pour Voici… J’en profite pou signaler que, si j’ai ajouté un espace là (à titre de test), j’en ai supprimé un dans la barre latérale, que je trouvais trop gros]

  • Heu, désolée Koz mais j’arrêterai de parler d’étalage quand il n’y aura plus d’étalage. Sur ce cas précis, le sms, je doute comme une bête de la véracité du fait, et quand bien même par extraordinaire ce serait vrai, c’est tellement triste que je ne pourrais souhaiter à personne ni d’être tombé si bas, ni surtout de voir de telles choses publiées. Si jamais c’est vrai, de plus, il y a derrière la révélation d’une chose aussi privée forcément tellement de haine que c’en serait confondant. Il existe également une possibilité que ce soit faux, mais que le « journaliste pilier » en question ait bien reçu une info d’une source « béton »… mais mensongère, ce qui révèlerait au moins autant de haine. Donc, je suis contre. Et puis de toute façon je ne pense pas que ça ait quoi que ce soit à voir avec sa capacité à gouverner la France.

    Mais c’est pas pour ça qu’il n’y a aucun étalage, ni aucun plan de comm, ni… Enfin, ce dérapage ne justifie rien rétrospectivement! Ni le petit Louis, ni le fils de Carla, ni le sentimentalisme du 14 juillet, ni les petites phrases, ni DisneyLand (un très grand moment pour moi j’ai beaucoup rit), ni le baiser devant tout le monde à la terrasse d’un café (enfin on a plus 15 ans quoi), ni les vacances au vu et au su, ni la petite balade en famille dans le parc public alors qu’on a un immense jardin pour soi tout seul, et où comme par hasard on croise tout un tas de journalistes. Nicolas Sarkozy a essayé d’instrumentaliser sa vie privée, et en ce moment ça ne lui réussit pas, alors que peut-être auparavant oui. J’ai suffisamment confiance en la sécurité de mon pays pour penser que si mon président voulait se passer un petit week-end peinard dans un coin ensoleillé, il y a moyen. Idem, on lui a prêté des tas d’histoires à Sarkozy, y compris quand Cécilia était partie. Bon, ben il faisait ses petites affaires tranquillement, comme tout le monde. On « officialise » quand on se connaît mieux, après une période de discernement. Perso au début d’une relation je mets pas la planète entière au courant, et la présentation aux parents c’est pas dans la semaine du premier baiser. Enfin voyons. Bref, le SMS bouh. Mais étalage quand même. Le seul moment un peu pudique là-dedans c’est le mariage, qui, paradoxalement, représente pour moi le moment où peut-être le public aurait pu jeter un oeil (c’est un engagement social, le mariage civil). Mais bon, vite fait bien fait comme on dit par cheux nous.

  • Vrai ou faux?? That is the question. Cela me parait tellement hallucinant qu’un journal tel que nobs puisse s’abaisser à de telles manoeuvres à fortiori si c’est faux. Une chose est sûre, c’est que nous sommes entrés dans un lynchage implacable où la cible sera psychologique et affective, celle qui blesse à tous les coups.A ce jeu que NS a cru maîtriser, il a maintenant lâché les charognards ivres de rancune…

  • D’accord avec Lisette. Sarko est un homme de com, il se sert des journalistes. La plupart du temps il est le plus fort. Mais bon pas toujours.

  • Allons Lisette, c’est tellement drôle tout ça non ? morts de rire, nous sommes tous morts de rire ! imaginer de la haine derrière tout ça, allons donc, juste de l’info allez…bouh le sms… Quand Koz a donné le lien un peu plus haut, vous avez tiqué, et puis maintenant finalement, tout ça n’est pas si grave il l’a bien cherché n’est-ce-pas… Alors, on oublie la presse poubelle haineuse et on continue de rire à gorge déployée… avec Morandini comme référence Le mariage est à portes fermées, c’est un privilège et puis vraiment là le public aurait pu jeter un coup d’oeil quand même ! autoriser des photos plus tard, c’est à nouveau de l’étalage… Et puis, le baiser, on a plus 15 ans voyons… Pourquoi faut-il que vos critères sur ce qui se fait ou non deviennent des références, vous n’êtes pas si loin d’Emir Abel en fait

    Consternant… je ne sais pas ce qui est le plus grave Ne pas vouloir sentir la puanteur des calomnies haineuses ou les répandre.

  • Oh, carredas.

    Relis mon com là. Je sais pas comment dire autrement que l’article du Nobs est très grave à mes yeux, ET (j’ajoute que je suis la première à le dire sur ce blog) qu’il y a nécessairement de la haine derrière tout ça, que ce soit vrai ou que ce soit faux. De la haine intime, odieuse. Je te demande un chouilla d’objectivité. Je n’ai pas voté Sarkozy, on me reposerait la question aujourd’hui, je ne revoterai pas pour lui, mais parce que je pense qu’il a tort et que son analyse de la société est erronnée. Sa personnalité m’est indifférente, même si certaines déclarations m’ont agacée ou indignée. Au mieux, il me fait beaucoup rire (quand il va à DisneyLand pour parler d’une nouvelle histoire, ça me fait rire, je suis désolée… je manque sûrement de conscience politique)

    C’est une chose de condamner de telles « révélations », et une autre de dire que ça ne change rien : exposition volontaire de la vie intime il y eut, assumée elle fut, et probablement dans plan de com’ elle rentra. Ca ne justifie en rien le « coup du sms ». Mais le « coup du sms » ne sanctifie pas non plus ce qui a précédé. Ce qui m’a fait rire l’autre jour, c’est l’humour outrancier de london. Morandini fait partie des gens qui doutent. Faut pas sauter sur tout ce qui bouge et qui n’est pas sarkozyste hein.

  • Quoi ????????? Qu’est ce que j’apprend ?????? J’ai un humour d’outrancier ??????? Moi ??????

    Ah ça me fout les boules ce que tu me dis Lisette, moi qui croyais que c’était la finesse (des draps) qui t’avais fait marré !!! Je suis déçu, mais alors, déçu 🙂

    (didascalie indescriptible ou je sais plus quoi là : london s’en va d’un pas sûr hors de la scène et prend un air de diva blessée)

    P.S : Carredas, je crois effectivement que Lisette est d’accord avec toi sur le Nouvelobs. Et c’est moi qui ait voulu joué le saltimbanque pour ne pas apensentir davantage sur la colère que nous avons tous pu ressentir à la lecture de ce torchon.

  • @koz le grognard est aussi passé chez ardisson, ce que je trouve tout à fait déplacé, mais tu as raison, c’est ailleurs qu’il a tenu ces propos « inappropriés »… je ne commente pas la suite des commentaires sur le pseudo SMS qui me paraît, elle aussi, inappropriée, à une « info » qui n’aurait pas dû avoir toute cette publicité….

  • Ah. J’ignorais, pour Ardisson. C’est vrai que, lorsque l’on veut, en parallèle, appeler les autres à la « retenue », ce n’est pas la meilleure émission à fréquenter pour un Président du Conseil Constitutionnel.

  • Ca fait bien longtemps que je interroge sur le courroux et l’ironie de certains au sujet de Disneyland. Qu’est ce qui vous fait rire à ce sujet, chère Lisette ? Qu’il n’a pas fait fermer le parc pour pouvoir y emmener sa future femme, future belle-mère et les enfants ? Qu’il y avait des photographes ? Quand on sait que certains journaleux passent leur vie à planquer devant le domicile des uns et des autres et les suivent à chaque pas … Ahhhh, vous pensez peut-être qu »il aurait fallu faire une réception à l’Elysée pour déclarer solennellement, en présence de parents et amis, les fiançailles, bague à l’appui, pour prouver la sérieusité de ses intentions :-))))))))))) ou seulement un petit communiqué de l’Elysée précisant que le président projetait de se remarier en rasant les murs ? Ahhhhh la vieille France … dans toutes les domaines …

  • Mais des fois je rie et il n’y a pas forcément de raison 🙂 On me demande mon sentiment en m’accusant d’animosité… je crois qu’il ne s’agit pas vraiment d’animosité. Il y a un côté spectacle dans tout ça, quand même, et moi je suis bon public (pas forcément de jugement de valeur entendons-nous bien : la politique est un spectacle, chacun joue une partition différente)(je rie mais je suis un peu cynique)

    Il y a toujours des raisons à tes rires Margit? Et quand tu ries c’est toujours que tu te moques?

    Moi je me demande pourquoi toi ou carredas voulez ab-so-lu-ment le défendre dans cet aspect là aussi (je m’interroge autant sur ce qui fait que des gens veulent ab-so-lu-ment en faire des casi bellorum, encore plus quand c’est Debré). Je veux dire, fondamentalement, on s’en f… non? Soit ça vous fait marrer (c’est mon cas, j’adore le spectacle, les histoires d’amour, les jolies femmes et les hommes de pouvoir je suis obligée de me retenir pour ne pas acheter de Barbara Cartland), soit ça vous hérisse. Bon, voilà. Je vous assure, tous, que je n’ai pas de haine envers Nicolas Sarkozy, ni envers Carla, ni Cécilia. En fait, mon confesseur pourra vous dire que je suis une nana qui a très peu de haine en elle, c’est fou comme j’ai peu de haine envers les gens. En revanche, on ne me fait pas prendre des vessies pour des lanternes, du spectacle pour de la sincérité, ou une scène préparée pour une agression papparazzesque. Et puis tu me feras pas facilement pleurer sur Sarkozy (encore que j’avoue que le coup du sms là franchement on est pas loin, c’est tellement lamentable, et hors de proportion avec ce qu’il a pu faire ou dire…)

    En quoi est-ce que tout cela peut avoir la moindre influence sur sa façon de gouverner? (vous inquiétez pas que si ça agace trop ça va changer presto et pis voilà on en parle plus, au-revoir les zoulies robes dans les beaux endroits) Je dois pas lire assez la presse people (ou le nouvel Obs) pour comprendre l’intérêt de ces questions, c’est sûrement ça. Cultive-toi ma fille.

  • Lisette

    En quoi est-ce que tout cela peut avoir la moindre influence sur sa façon de gouverner ?

    Claudius

    Lisette, je croi[s] que je t’aime.

    Nous prenons bonne note de ton assentiment.

    Mais Lisette, manifestement, certains tentent de faire passer l’idée contraire. Ou simplement de susciter le rejet de la personne, quelle que soit sa politique.

  • Comment dire, les attaques ad hominem en politique, c’est quand même chose courante et malheureusement partagée. Je ne m’en réjouis pas, évidemment. Et parfois on franchit la limite. Le coup du sms c’est au-delà de toute limite. Devedjian traitant Comparini de salope, pareil, dans un genre différent. Ou les insanités de Rocard (pourtant je le trouve intelligent) sur Royal. Pour ne prendre que quelques exemples. (ou alors tout le monde a raison sauf ceux qui critiquent Sarkozy et éventuellement ceux qui utilisent des gros mots?)

    Les critiques qui ont été formulées sur Royal mettent directement en cause son intelligence et ses compétences. Celles dont nous parlons ici sur Sarkozy, même quand elles franchissent la limite du dégueulasse, je ne vois pas bien ce que ça a à voir avec le schmilblick. (épargnez-moi le coup du : oh la la il pète un plomb vous vous rendez compte il a une déception sentimentale… ça va on l’a élu il s’était fait plaquer par sa femme un an avant, elle est revenue miraculeusement et a même pas fait l’effort de venir voter pour lui. Ca l’a pas empêcher de faire une campagne de feu – quel que soit le jugement sur le programme)

  • Non Lisette, tout ne vaut pas tout y compris dans les attaques personnelles.

    Quand P.Devedjian est filmé en train de qualifier A.M.Comparini de  » salope  » il est ensuite amené à présenter de plates excuses à plusieurs reprises. Il n’est pas question de savoir si le qualificatif avait une justification et laquelle.

    Quand M.Rocard émet des doutes sur les capacités de S.Royal à être présidente, il n’engage que lui, c’est son opinion pas celle de tous les socialistes ou de toute la gauche.

    Quand un hebdo de renom, relaie une information visant à faire passer N.S. pour un homme prêt à renoncer à son mariage si Cécilia le lui demande, il donne du chef de l’Etat l’image d’un homme obnubilé par sa vie personnelle, prêt à n’importe quoi pour plaire à une femme et un goujat fini par rapport à sa nouvelle compagne. Il ne s’agit pas de critiques directes mais d’attaques indirectes visant à discréditer. Tout ça, de façon anonyme, ce n’est pas X ou Y qui parle et n’engage que lui, c’est la presse et la presse de  » qualité  » pas Closer ou Gala, qui cautionne l’information.

    La tentation pour les adversaires de N.S. est de minimiser le procédé comme le font certains ici, en disant  » oui, mais c’est lui qui a commencé, c’est lui qui étale sa vie etc… » Or, le procédé ne se justifie pas par l’objet de la procédure si j’ose dire… Les grands hebdo cette semaine titrent tous sur N.S., il faut bien vivre, mais cette fois avec des unes :  » le Président qui fait pschitt  »  » pourquoi il déçoit  »  » ce qui cloche  » Et curieusement, J.F.K. de Marianne se démarque en condamnant le lynchage alors que c’est lui qui a initié des propos outranciers contre N.S. N.S. n’étant pas un doux agneau face à des loups hurlants, il lui appartient de réagir. Cette affaire souligne la violence des rapports de force en politique et entre les médias et la politique. Il y en a qui trouve cela génial et qui se frottent les mains, moi dans ces cas là, je rêve d’aller m’installer en Finlande parce que décidemment les français ne se remettent pas d’avoir fait la révolution il y a plus de deux siècles et d’avoir coupé la tête du roi, il en reste un fumet de violence sanguinaire qui monte à la tête des  » amis du peuple  » d’aujourd’hui.

  • carredas, alors les seules fois où des politiques franchissent la limite du dégueu, c’est quand ils touchent à Sarkozy? Vraiment? Je suis très déçue… Moi qui suis très gentille avec tout le monde, et y compris les gens qui ne sont pas mes amis politique, je trouve que la limite est parfois franchie, et qu’il n’y a aucune excuse possible, ni pour le sms, ni pour les insultes, ni pour certains mots prononcés par les éléphants du PS. A chaque fois on peut trouver des oui mais, bien sûr : oui mais Devedjian est un type vulgaire et il s’est excusé, oui mais Sarko il a exposé sa vie privée, oui mais Ségo elle a joué de sa féminité. N’empêche qu’il y a eu franchissement de limite, et qu’il y a des choses qui sont injustifiables, même en politique.

    pshiit : c’est les sondages, et le constat d’un « retour en arrière » par rapport à la campagne. Retour en arrière dicté par la réalité, dont il avait été pas mal fait abstraction en 2007. Perso j’ai plutôt tendance à m’en réjouir (du retour à la réalité hein, ce serait pas une bonne chose qu’on ait un président impopulaire). Un homme prêt à tout pour récupérer sa femme : je persiste, ça change quoi sur sa capacité à gouverner?

    Mais je vois que certains ici refusent d’admettre l’affichage de sa vie privée par le président. Enfin, c’est qqch qu’il assume lui-même très bien au nom de la modernité ou je sais pas quoi. Vous n’avez donc aucune confiance en lui pour penser qu’il ne puisse pas faire des choses en secret s’il le voulait? Vous pensez que le chef de l’Etat ne bénéficie d’aucune protection? Qu’on rentre à la Lanterne comme dans un moulin? Qu’il y a des journalistes derrière chaque colonne de l’Elysée? La vache, c’est flippant comme tout… à mon avis, Sarko il est juste en sursis alors dans ce cas. Il est une cible innocente tellement facile pour les terroristes et déséquilibrés de tout poil! Voilà ce que c’est que de mal s’entourer. Il ne devrait pas avoir tellement confiance dans le monde qui l’entoure, les gens sont tel-le-ment méchants. Voyez : on est président de la République, on va s’installer à la terrasse d’un café hyper fréquenté, après s’être baladé au milieu de la foule pendant une demi-heure, sous les flashes, en serrant des pognes… Et pis là, quand on est assis et qu’on se fait un bisou, imaginez-vous : les gens prennent une photo! Franchement, c’est inimaginable!!!!! C’est pas comme si on posait pour eux non plus.

    Ouais et puis moi si vous avez raison, je m’angoisse carrément pour le secret diplomatique et militaire. Voyez-vous,c ‘est tellement facile pour ces ordures de journalistes si malins d’intercepter toutes les communications, de savoir exactement toujours qui est où et qui fait quoi. C’est vrai quoi, il restent poser derrrière des colonnes bien cachés, et du coup ils peuvent tout savoir de ce qui se passe à l’intérieur du palais le mieux gardé de France, connaître par avance tous les déplacements du président. On est foutus je vous dis.

  • Je n’appelle pas la séance de la Lanterne, un « affichage ». Sarkozy s’est marié dans la plus extrême discrétion, ce qui a, au passage, fait enrager tous ceux qui avaient misé sur une noce « bling-bling ». Il n’y a pas eu d’images.

    Le lendemain, dans un jardin privé, il se plie à une séance photo et vous appelez ça de l’affichage ? Mais que n’aurait-on entendu s’il n’y avait pas consenti ?

    « Qu’a-t-il à cacher ? » « Pourquoi tant de mystères ? » « Révélations : ce que cache la nouvelle discrétion de Sarkozy » Etc…

    Même si je trouve ce mariage précipité (tout en en comprenant les raisons protocolaires), j’ai apprécié la discrétion avec laquelle il a été célébré. Je pensais que les médias anti-sarko auraient mis leur haine en veilleuse quelques temps, mais non ! Ils glosent sur la surexposition passée de Sarkozy et ironisent sur la future médiatisation d’une éventuelle naissance. Après s’être trompés à ce point sur la noce, ils n’ont toujours pas le moindre doute.

    Audiard avait vraiment raison quand ils disaient que les cons, ça ose tout.

  • Delphine, ce n’était pas un jardin privé, le jardin de Versailles 😉 Mais bon, on est bien d’accord, c’était une séance photo. Ouf! La France est sauvée! « Affichage », si le mot vous choque, je veux bien dire « séances photos ». Bon. Il y a donc eu des séries de séances photos depuis le mois de décembre, qui ont permis au président de communiquer sur sa vie privée de la façon qui lui convenait le mieux. Je dis depuis le début qu’il n’y a pas de quoi faire un plat de toute cette histoire. Si ça agace, ça agace, c’est à lui de gérer sa comm. Si ça amuse (comme moi), tant mieux. Si ça plaît, encore mieux. Et il n’y a vraiment pas raison de s’offusquer que certains s’offusquent. C’est une question de sensibilité à un style personnel. C’est au-delà du raisonnement. A Sarkozy d’assumer ses choix de style. Et à veiller à ce que le style ne prenne pas sur la politique de fond. (attention, on met bien à part le coup du sms)

  • Lisette, de vous à moi, la vie privée de Sarkozy, tant que c’est entre adultes consentants, je m’en fous royalement.

    Je sais que le people se vend bien en France, que les émissions de ce type marchent mieux que les émissions politiques. Je pense que Sarkozy a été bien finaud d’utiliser ce registre. Il a fait des erreurs (le petit Louis au congrés de l’UMP, par exemple), mais rien de gravissime à mon sens. Rien qui justifie ce qu’il subit comme attaques.

    Il a utilisé le people, oui, c’est indéniable, mais pas seulement. Je l’ai entendu discuter littérature, chez FOG par exemple, il tenait la route très convenablement. Dans les émissions politiques, également. Pourquoi n’en parle-t-on pas ? Ah ben oui ! Suis-je bête ! Les journaux vendront plus en s’attaquant à lui sur le plan personnel que sur le plan culturel ou politique. Tout ça n’est donc qu’une affaire de gros sous !

    Les médias ont bien raison de donner des leçons de morale.

  • @ Lisette

    Tu sembles affubler NS d’une sorte de péché originel : il aurait fait preuve d’un « affichage » de sa vie privée et aurait un « plan com ». Oh bien sur, ce n’est pas l’accusation franche et massive. Mais je ne peux m’empêcher de voir dans vos propos une petite pointe perfide cachée derrière une offuscation de bon aloi vis à vis des débordements odieux de la presse. Après tout, comme il a « commencé », faut pas qu’il se plaigne.

    Je ne vais pas me lancer dans une comparaison des similitudes entre ta façon de faire et celle de Bayrou qui a formulé les mêmes reproches finalement, parce que c’est sans doute qu’une coïncidence.

    Mais je vais plutôt te répondre sur ces accusations, sur ces fameux péchés d’affichage et de plan com.

    Il faut d’abord constater que les rapports entre la presse et la politique évoluent. Il existe une certaine américanisation de cette relation et tout en la dénonçant, on s’aperçoit que cette même presse y participe allégrement. Libération par exemple, le premier à critiqué l’hyper médiatisation et l’affichage de la vie privée, a été le premier quotidien à reprendre l’info du Nouvel Obs. SR qui accuse Nicolas Sarkozy « d’exhibitionnisme » a été jusqu’à mettre en scène dans un journal people, son accouchement et plus tard dans la campagne présidentielle, ses relations avec son compagnon.

    On pourrait penser que les politologues le déplorent également mais même ceux chargés d’analyser les performances dans les périodes électorales seront les premiers à constater que tel ou tel candidat en occultant « trop » sa vie personnelle, peut apparaître comme étant froid et technocratique ou manquer d’humanité. Et ce n’est même pas faux si on regarde bien. Qui n’a jamais lu une biographie ou une autobiographie d’un auteur ? Pourtant, qu’est ce que la vie privée d’un écrivain peut avoir à faire avec son œuvre ?

    Si la réponse à cette question est évidente dans le cas d’un écrivain, elle l’est déjà moins avec un peintre ou un musicien, et pourtant que serait l’œuvre d’un Lautrec sans une compréhension de sa vie privée. La relation est encore plus éloignée avec un homme politique me dirais-tu, sauf que la curiosité populaire (pas forcement malsaine) vise à mieux comprendre la partie humaine du personnage public et politique. Il s’agit de ressorts très similaires. On ne peut pas comprendre complètement Mitterrand si on oublie la partie humaine du personnage.

    Dans les faits, la presse court comme une meute pour ramasser ce genre d’informations. Le ressort dont je parle est exploité et bien souvent sur exploité. Autrement dit, lorsque l’on devient un personnage public on subit d’abord cette pression. On en est parfois légèrement bénéficiaire, mais le plus souvent on la subie. Et on a à faire à deux types de presse : les journalistes respectueux, mesurés qui peuvent parler de la vie privée d’un homme public sans systématiquement lui nuire et la presse tabloïd qui ne recule devant rien. On se retrouve un peu aussi, comme un avocat participant à un procès très médiatique. Il pourrait se contenter de refuser tout commentaire, mais il est bien souvent obligé dans l’intérêt même de son client de maîtriser ses rapports avec les médias.

    Le problème aujourd’hui, c’est que les deux types de presse tendent à se confondre. Et qu’à des fins partisanes, la presse d’opinion n’hésite plus à utiliser des méthodes qu’elle réprouvait chez certains confrères. Je n’ose imaginer comment l’existence d’une Mazarine serait traitée aujourd’hui. Je n’ose imaginer comment serait accueillit la nomination d’une ex-maîtresse illégitime comme Premier Ministre par la presse actuelle. Il faut voir comment Hollande à immédiatement parlé de censure insoutenable à propos de l’annulation par Bolloré d’un article sur « Sarkozy et les femmes ».

    Le point ici, c’est que ces évidences sont volontairement occultées par les commentateurs bien pensant qui ont beau jeu de critiquer au calme, derrière leur (tracteur) bureau provincial. Je serais curieux de savoir comme François Bayrou gèrerait un divorce dans la même position, ou même dans sa position actuelle. Péché originel ou pas, je crains fort que la meute se lancerait tout aussi vite attirée par le fumet de la curée.

    Pour en revenir à NS et à cette pression subie, aux problèmes d’image et de perception d’une personnalité par un électorat, il faut remonter aux débuts de son ambitions électorales. Le fait est que NS a épousé une femme belle, intelligente, qui connaît bien le domaine des relations publiques, l’opposé direct de ce que l’on appelle « une potiche ». Elle a été sa collaboratrice directe, elle a contribué en travaillant avec une grande efficacité à sa carrière politique, elle a été son chef de cab lorsqu’il occupait des fonctions ministérielles. Ce type de présence n’échappe à personne. Et il arrive à un moment, compte tenu des observations ci-dessus, que cette présence qui tient à la fois de la vie privée et publique, doit être gérée.

    Comment on le gère ? Avec un plan com. Sinon on en devient vite victime. C’est comme ça. C’est dans le manuel de nos jours. Certains le compose avec des grands conseillers comme SR, certains de manière beaucoup plus intuitive, certains avec leur staff rapproché, certains en suivant des cours intensif de média training. C’est le cas actuellement d’absolument tout le monde, y compris de Besancenot ou Bové. Pour ces deux derniers, les plans com sont même l’essentiel de leur politique si on regarde bien. Et sur les forums de la LCR, ils se posent beaucoup de questions sur comment gérer le fait que le facteur est marié à une éditrice bien connue dont le salaire mensuel est plus de dix fois supérieur au sien. Et pourtant, Besancenot n’est qu’un épiphénomène politique pour l’instant. Lorsqu’une personne est véritablement présidentiable et veut mettre toutes les chances de son côté, la présentation bien gérée de la partie humaine du personnage, fait partie du plan com.

    A en croire certains, Bayrou a.k.a « le vertueux » n’aurait pas de « plan-com ». Rien n’est plus faux bien évidemment. Et cela comprend bel et bien un affichage de sa vie personnelle. Il s’auto-absout d’ailleurs d’avance (bien qu’il n’ait pas tort sur le fond) en déclarant ; « Pendant très longtemps, je me suis beaucoup caché, mais l’élection présidentielle exige que vous acceptiez de livrer un peu de vous-même ». Alors bien sur, on parle de « Babeth » qui « aime bien que je sois viril, que j’assume ma place d’homme dans la maison ». Des enfants : « droits et honnêtes ». On parle de tracteurs, de chevaux, on se ballade sur ses terres avec ses « amis de toujours » – normal, pour un homme qui se définit lui même comme étant « le seul candidat issu du peuple ».

    Chacun fait avec ce qu’il a. On ne gère pas le plan com de Bayrou comme on gère celui d’un avocat d’affaires entré en politique et marié à un ex mannequin qui fut aussi son bras droit. On ne gère pas le plan com de la même façon quand on est presque président et qu’on se fait larguer. On ne gère pas le plan com et la partie privée d’un homme qui est dépeint comme quelqu’un d’inhumain, de froid et de calculateur à longueur de pages. On s’en sort aussi souvent comme on peut. On appelle même ça « gestion de crise » dans certains milieux. La presse n’aura pas la même indulgence non plus en fonction des personnages. La volonté de détruire ne sera pas la même. Qui s’amuserait ou perdrait son temps à essayer de diaboliser Bayrou même si la gauche à bien essayé en qualifiant ses attaques contre la presse de démagogie populiste. L’un est beaucoup plus délicat à gérer que l’autre et la position actuelle de NS beaucoup plus fragile sur ce plan là aujourd’hui.

    Désolé, mais c’est trop facile de nous ressortir « l’affichage », le « plan com » et les « c’est lui qui a commencé » surtout à la manière d’un péché originel. Le truc indélébile qui vous poursuit pendant des siècles, qu’il est facile de ressortir des années après pour insinuer un « oui mais » lorsque même lorsque les pires raclures de lieux d’aisance sont données en pâture au public.

  • Citation de Koz Claudius

    Lisette, je croi[s] que je t’aime.
    

    Fin de citation

    Il s’agissait du verbe croyer (du 1er groupe, d’où le « je croie ») qui signifie : y croire, mais pas complètement. Exemple : je croie que l’amour qui lie Carla et Nicolas sera éternel.

    Je suis plein d’admiration pour Eponymus qui tout en défendant son champion arrive à dézinguer dans un même élan Ségolène Royal (qui souffre, je suis d’accord, de la même maladie d’addiction aux média que Nicolas), François Hollande, François Bayrou, Olivier Besancenot et José Bové; c’est un splendide exercice.

    Comme certains l’ont précisé dans leurs commentaires, je me fiche également de la vie privée des uns et des autres tant qu’elle n’interfère pas dans la vie politique et tant qu’elle est en adéquation avec les déclarations des concernés. C’est pour cela que je reçois assez mal les leçons de morale de certains et que j’aimerais croire que Vincent Bolloré et les autres copains de Nicolas Sarkozy agissent de façon totalement désintéressée.

    Pour Ségolène et Nicolas, et c’est vrai aussi pour José Bové, il faut bien qu’ils comprennent que lorsqu’ils ou elle veulent utiliser un outil, celui-ci, surtout lorsqu’il est dépendant de la versatilité du public, peut se retourner contre eux. C’est un peu ce qui arrive à Nicolas Sarkozy. C’est raz du plancher, c’est vrai, mais le raz du plancher c’est ce qui plait au public (il n’y a qu’à voir le score de TF1 et les tirages de Voici, Match, Ici Paris et autres torchons); et cela, je pense que des « politiques » aguerris comme Sarkozy et Royal le savent.

    Nicolas Sarkozy a souvent laissé « échapper » des « off » qu’il n’a ensuite pas démenti parce que leur diffusion l’intéressait, mais même dans les « off » il faut avoir l’intelligence de faire le tri. En la matière, Sarkozy et Royal n’ont pas encore atteint la rouerie de Chirac et de Mitterrand. Pour d’autres choses, par contre, ils sont à la hauteur … hélas.

  • @Delphine : nous sommes d’accord. Et je sais qu’il est intelligent et capable d’apprécier la différence d’impact sur la population entre une photo people et une émission culturelle. C’est d’ailleurs plutôt à son honneur, car…

    @Eponymus : il s’agit précisément d’un point sur lequel je ne suis pas d’accord avec Bayrou. Bayrou s’offusque du plan de com’ sur la vie privée, trouve que ça fait amerloque et que franchement un président sa femme on s’en moque. De mon côté, je pense qu’il y a dans la politique une part de spectacle, et qu’il n’y a pas à porter de jugement de valeur là-dessus, c’est un fait à constater. Une partie de la réussite d’un homme politique vient de l’image qu’il transmet de lui-même au public. Il est responsable de son image autant que des conséquences de sa politique. Il est aidé pour gérer son image, conseillé. NS a choisi un positionnement intime, et je ne juge pas cela en soi en ce qui me concerne, seulement je le constate. Je ne veux pas qu’on me fasse croire que ce sont les journalistes qui lui courent après tout le temps en toute occasion. Ce positionnement « intime » est cohérent avec sa campagne de 2007 : d’autres ont assez souligné le nombre de « je veux » dans ses discours, l’importance dans son argumentation de ses qualités d’énergies personnelles, et la confiance qu’on pouvait lui accorder pour se consacrer totalement à son pays. A mon sens, c’est à la fois pour cette raison qu’il a gagné des voix, parce qu’il a gagné des confiances. Et ça, pour un homme politique, c’est bien. Je n’ai rien à dire là-dessus. En faisant cela, il courait un risque, celui de voir ses ennemis politiques s’attaquer préferentiellement à sa personnalité, plutôt qu’au fond de ses discours, puisque, parallèlement, il mettait lui-même en avant sa personnalité pour mieux montrer la crédibilité de son programme. Il savait aussi probablement que les gens qui s’attaqueraient à sa personnalité courraient le risque de se décrédibiliser à force d’outrance. (on est bien d’accord que le coup du sms c’est au-delà de tout) C’est d’ailleurs ce qui s’est passé. Combien êtes vous, ici, à vous être sentis renforcés dans votre souhait de voter Sarkozy à chaque fois que Marianne faisait une couv’ spéciale lynchage, ou que Besançenot se lâchait? Cela a même été plus loin : je constate que parfois toute critique de la politique de Nicolas Sarkozy, ou de ses choix de communication, sont assimilés à de la haine contre sa personne, et à du « TSS primaire ». « On est avec moi ou contre moi », disait-il. C’est une façon de rassembler, et diviser en même temps, mais qui donne une assise politique très importante. Par exemple, il suffit de dire ici : mais enfin, arrêtez, Versailles ou Disneyland, c’est un plan com’! Pour se retrouver mise au ban et accusée de haine odieuse. Il s’agit juste d’un fait, que je ne juge ni en bien ni en mal (du moment qu’on me laisse le droit d’en rire, et éventuellement de ragoter sur la rapidité de cette histoire avec mes copines à la machine à café) Donc il a choisit un positionnement « intime », centré sur sa personnalité. Cela l’a conduit à inclure dans son plan com’ des séances photos avec sa maîtresse, puis fiancée, et jusqu’à son mariage. Cela a moins plu, et c’est à lui d’en assumer les conséquences. Il a aussi voulu apparaître décomplexé dans ses rapports à l’argent, pour décoincer peut-être une mentalité assez française… cela ne plaît pas, c’est pareil, à lui d’en assumer les conséquences.

    L’une des critiques de Bayrou sur Sarkozy, je pense l’une des plus vraies, c’est : il n’a pas compris profondément ce que c’est que la France et le type de personnalité dont la France a besoin, les valeurs profondes de ce peuple (naturellement, il estime que lui a très bien compris, lol, reste qu’il n’a pas été élu donc il y a bien qqch qu’il n’a pas compris non plu). De mon côté, je ne me suis jamais reconnue dans le pays dont parlait Sarkozy dans ses discours de campagne. Limite j’avais l’impression qu’il parlait de qqn d’autre. Aujourd’hui, sur d’autres sujets, ce sentiment d’étrangeté s’accroît dans la population. Je ne pense pas que ce soit anodin. Mais c’est encore rattrapable (à la différence de certains choix économiques et politiques)

    Mais Bayrou aussi a un plan com’, évidemment. Quand il sort la douce et timide Babette dans son village du Béarn, avant d’aller poser auprès de son tracteur, évidemment qu’il soigne son image! Il veut paraître bon père de famille, homme simple à la mentalité paysanne. Ca ne veut pas dire qu’il l’est, je ne le connais pas. Mais c’est l’image qu’il veut transmettre de lui. C’est le positionnement médiatique qu’il a choisi. Il a également choisi de ne pas beaucoup parler de faits, mais énormément de valeurs, de dire peu « je » et beaucoup « nous », etc… A lui d’en assumer les conséquences quand on l’affuble d’un accent, ou quand on pense qu’il n’a pas l’envergure d’un chef d’Etat, etc, etc. S’il avait été élu, il y a fort à parier que le Canard aurait glosé sur sa femme, ses enfants, ses oreilles décollées, sa façon de pontifier parfois, sur tout ce qu’ils auraient pu attrapper. C’est évident! C’est ça aussi être président de la République.

  • Lisette > Je suis d’accord avec à peu près ce que vous dites.

    Mais je précise que, là où je sens un malaise, c’est que si Sarkozy dit « je » et pense « nous », ce que l’ouverture semble prouver, j’ai l’impression que Bayrou dit « nous » et pense « je », en témoigne sa valse-hésitation avec Royal et la grogne de ses représentants (dernier épisode en date : Michel Mercier).

    Pour la question de l’argent, Sarkozy en a, il a des amis riches, il le montre (et encore, son lieu de vacances n’avait rien de bling-bling), ça ne me dérange pas. Je détesterais une fausse simplicité du type de celle de Mitterrand qui jouait les bons pères de famille calmes mais n’hésitait pas à affréter un avion pour faire un pique-nique en Tunisie avec 200 potes, ou à manger des ortolans.

    Réhabiliter l’argent honnêtement gagné, je trouve que c’est bien, vraiment.

  • @Delphine Dumont Je suis désolé de m’immiscer dans la discussion mais : 1) comment définissez vous « l’argent honnêtement gagné » (quels sont les critères) ? 2) Comment savez-vous que l’argent des « amis* riches » de NS a été « honnêtement gagné » ? 3) Vous laissez entendre que F.Miterrand (que je n’apprécie pas spécialement – précision utile pour éviter toute polémique inutile) aurait utilisé de l’argent gagné non-honnêtement ?

    • PS : un des amis riches de NS et M.Bouygues. Je peux vous confirmer (de première main) que certains (sinon tous ?) contrats gagnés par l’entreprise Bouygues notamment à l’étranger font largement appel à la corruption des élites locales.
  • @ Claudius

    Merci pour tout. Je croie que l’on s’aime tous.

    Vous avez un peu raison d’ailleurs. A part sur la « petite phrase » de Hollande qui réclame la sortie d’un article people, le fait est que l’exercice pour tous ces politiques est difficile et porteur de paradoxes et de contradictions.

    Mais le pire, et là encore je vous rejoins, c’est bien l’inadéquation entre l’image servie et les actes – sur ce terrain par contre, désolé, mais NS est loin d’arriver en tête chez les fautifs.

    @ Lisette

    Assez bonne analyse sur le plan com en termes de médaille et de son revers. Ce que je voulais aussi souligner et ça doit entrer en ligne de compte lorsque l’on analyse l’évolution de sa communication, c’est qu’il est parti avec un sérieux handicap – non adoubé par Chirac, Villepin en embuscade et avec ce que l’on sait, tout en se trainant le positioning possible du sortant, image d’ambitieux sans epaisseur humaine, présence de sa femme à ses côtés, divorce, etc. Même l’histoire du SMS : il porte plainte pour faux contre cette daube, et, bien sur, on lui reproche de porter atteinte à la liberté d’expression. Je n’aimerais être à la place de son conseiller en communication.

    Ou alors peut être, pour lui dire de ne rien changer finalement… Tu dis que tu ne reconnais pas la France qu’il projette, ou que cette France qu’il projette risque de ne pas se retrouver… d’un autre côté, faut-il flatter la France qui se reconnaitrait dans les emplois jeunes, la gestion politique du chomage et les 35 heures ? Peut-être que cela vaut la perte de quelques points dans les sondages.

  • Delphine et Eponymus : effectivement, après, chacun fait ses choix en conscience en fonction de sa propre analyse des problèmes et des priorités. C’est là où je ne vous suis plus 🙂

    Je ne plaindrai jamais je crois aucun homme politique de s’être fait des ennemis dans son propre camp pour en gagner la tête. Ces têtes d’affiches sont dévorés d’une ambition qui m’est absolument étrangère, ça demande une rage intime, ça exclue totalement toute notion d’amitié vraie ou de confiance. Il faut vouloir toute sa vie plus que tout le pouvoir, et être prêt à tout sacrifier à cette ambition. Alors oui Sarko s’est fait des ennemis de Chirac et Villepin. Ségolène est maudite par tous les éléphants, et les anciens jeunes loups aussi. VGE et Simone Weil détestent Bayrou presque autant que Chirac, et ce n’est pas peu! Si tu ne veux pas avoir d’ennemis et qu’on ne te mette pas des bâtons dans les roues, ne fais pas de politique. Si ces trois-là doivent faire face à de tels obstacles, c’est précisément parce qu’ils sont bons dans leur domaine.

    Claudius : hélas, pour moi, pas d’excuse pour avoir ajouté un e intempestif.

  • @Emir > Vous ignorez visiblement beaucoup de choses sur Mitterrand. Effectivement, ses revenus étaient loin d’être tous honnêtes. Plongez-vous dans les centaines de livres sortis après la fin de ses mandats (et même quelques uns avant), vous serez instruit.

    Que je sache, l’argent de Sarkozy est honnêtement gagné. Si vous avez la preuve que non, vous êtes plus fort que tous les journalistes qui ont tenté en vain de prouver le contraire.

    Idem pour ses amis. Vous affirmez mais ne prouvez rien. Tiens ! Moi, je vais dire qu’Emir Abel est un gros malhonnête et pédophile de surcroît. Et comme vous m’y incitez par votre exemple, je vais m’auto-dispenser de prouver mes dires. C’est correct ?

    Bien sûr que non, ce n’est pas correct. Je n’ai même pas connaissance de votre véritable identité si bien déguisée derrière ce pseudo. De même que vous n’avez pas connaissance de la réalité des terrains que vous abordez avec tant de légèreté, mais il est si bon de hurler avec la meute et de répéter ce que vous avez entendu dire un jour, chez Ardisson ou sur Canal. Du moment que c’est anti-Sarko, c’est toujours bien, non ?

    Au fait, savez-vous que votre pseudo ne vous protège pas de l’accusation de diffamation ? J’espère que vous avez des dossiers en béton prouvant vos dires. A force de vous voir répandre vos crachats de ci, de là, un jour, quelqu’un sera peut-être tenté de vous demander de les essuyer.

  • J’ai pas mal voyagé dans ma vie et ne suis pas française de souche. La personnalité du président Sarkozy me semble plus proche des réalités européennes et mondiales, plan com ou pas.

    Excusez moi, mais Bayrou – terroir et Royal -évangéliste me semblent tellement, mais tellement éloignés de ce que demande le job à la tête d’un pays comme la France à notre époque. Sarkozy est de plein pied dans son siècle; je pense que c’est la France et pas mal de français qui ne le sont pas.

    Quant à Debré et Villepin, qui essayent avant tout d’assurer la promo de leurs bouquins, des politiciens largués, des journaleux en perte de vitesse qui essayent de camoufler leur ringardise, leurs esprits étriqués, leur manque d’idées sous une fausse pudeur et un sensationnalisme nauséabond.

  • @Delphine Dumont Que d’agressivité ! Je me contentais de poser des questions pour préciser la notion d’argent gagné honnêtement et vous me traitez de pédophile ??? Vous avez un problème dites-moi !

  • Emir > Oui, j’ai un problème. Les accusations gratuites me dérangent. Mais je ne vous accuse pas de pédophilie, je m’amuse simplement à tester votre réaction face à une accusation gratuite. Visiblement, ça fait plus que vous chatouiller et je suis ravie de voir que j’ai atteint mon but. : )

  • @Lisette

     » je ne veux pas qu’on me fasse croire que ce sont les journalistes qui lui courent après en toute occasion… »

    voilà un point intéressant qui explique en partie l’incompréhension entre nous : Pour vous, il n’est pas possible que les journalistes lui courent aux basques sans qu’il soit d’accord, voire l’organise lui-même. Il ne peut qu’être à l’initiative de ce qui est rapporté sur lui, et le fait qu’il soit un homme de communication vous conforte dans cette idée. Selon moi, en tant que président de la république ses plans de com pour utiliser votre expression, n’ont rien à voir avec ceux de ses ex-concurrents de la présidentielle. Ségolène Royal cherche les occasions de se faire entendre, parce que si elle ne fait pas d’annonces, les médias ne parlent pas d’elle. François Bayrou reste plus en retrait, une façon de se démarquer d’une politique-spectacle et de garder une image de provincial sensé qu’il n’hésitera pas à utiliser dans son plan de com personnel. Il suffit à N.S. de dire quelque chose, de faire quelque chose pour que les médias soient là, parce qu’ il est le personnage politique le plus important, parce qu’il s’expose, parce qu’il est contreversé. Nicolas Sarkozy fait vendre, les journaux sont donc amenés à parler de lui sans arrêt. Ce n’est pas nécessairement un cadeau car son image peut vite s’user, mais contrairement à vous, je pense qu’il ne peut rien faire ni pour ni contre, il fait avec. Dans la mesure ou il s’expose, il accepte ce  » jeu  » là, cette façon de faire de la politique est nouvelle, et, vous l’avez remarqué, critiquée.

    Il est inutile de discuter pendant des heures puisque nous divergeons sur des convictions et non sur des faits. Nous devrions nous retrouver sur la condamnation sans équivoque des ragots calomnieux sous couvert de liberté de la presse.

  • @ eponymus l’attaquesur la vie privée glissée sur Besancenot pour lui savonner la planche, le « casser » un peu dans on électorat ne vous honore pas… besancenot refuse d’évoquer sa vie privée dans les médias, et ceux-ci « font avec », ce qui n’empêche pas le net de bruisser de ragots…symétriquement rachida dati est la cible de rumeurs sur sa vir privée mais les « grands médias » la respectent… dans ce domaine, quand on veut la discrétion, on peut… sauf pour le président dont le conjoint jouit, de fait, d’un statut officiel…mais pas les enfants dont l’instrumentalisation (le petit louis…fut bien indécente).

  • carredas, eponymus, Delphine Dumont et margit : effectivement, j’ai fait un autre choix que le votre, et pour le moment rien ne me fait changer d’avis 😉 remarquez que je n’essaye pas de changer le votre!

    Pour ceux que ça intéresse, je viens d’avoir mon père au téléphone : il a voté Sarko, lui, aux présidentielles (2è tour), et il est par son métier, sa culture et son éducation tout ce qu’on peut s’imaginer d’un électorat de droite. Il se méfie comme de la peste des journalistes, ne lit jamais voici (ni le nouvel obs d’ailleurs). Il trouvait que Royal était effrayante, et a priori, pour faire des réformes et être rigoureux sur le budget, il faisait plutôt confiance à la droite.

    Là, il est effondré. Il pense carrément que Sarkozy est fou, pour se marier en 15 jours et se promener main dans la main partout comme un adolescent. J’essayais de le raisonner un peu (je ne pense pas encore que le président soit plus fou qu’avant _ il faut déjà avoir un sérieux grain pour souhaiter être président). Mais je n’ai pas réussi à le faire changer d’avis. « Il ne va vraiment pas bien cet homme ». Attention, je n’ai pas encore parlé à mon grand-père (qui lui a voté Sarko dès le premier tour!)

  • @Francis

    O.Besancenot est marié à une éditrice qui a de très bons revenus. Ce n’est pas une savonnette glissée subrepticement sous ses pieds par Eponymus pour le discréditer auprès de son électorat ( massivement fan de ce blog ) c’est un fait connu, et O.Besancenot doit réfléchir à la manière de communiquer sur le sujet au mieux de ses intérêts.

    @Lisette

    Je vois de qui vous tenez cet à-priori contre les adultes qui se tiennent par la main 🙂 Et je vous imagine tout à fait, face à votre père effondré, grand déçu du sarkozysme, en train d’essayer de le raisonner sans réussir à le faire changer d’avis 🙂 🙂

  • @ Lisette

    Les électeurs de droite, vraiment de droite, devrait réécouter les discours de NS à ses électeurs après son élection. Il a demandé qu’ils soient compréhensifs car un président doit tenir compte de tous les français et non pas seulement de ce que pense son clan. Je pense que c’est cela que les journaleux aussi ont oublié ou font semblant d’oublier, d’autant plus qu’ils ont dépeint un Sarkozy extrême droite … Pour ceux qui ont bien étudié les différentes propositions des candidats ils découvrent que le programme de Sarkozy se réalise petit à petit mais que l’on y glisse des éléments du programme de Bayrou et de Royal des bribes plus libérales et des bribes plus colbertistes. Ce que certains jugent un peu vite une politique brouillonne ou illisible. Je ne sais si NS a raison de pratiquer ainsi, mais il est évident que certains électeurs de la droite pure et dure doivent se poser des questions. NS est un pragmatique sans idéologie aucune, c’est peut-être cela qui désarçonne certains, qui voudraient qu’il applique une politique 100 % libérale ou très à droite et qui ne comprennent pas pourquoi il s’entend si bien avec des sociaux-libéraux 🙂 Les français ont été tellement gavé d’idéologie et de pensée unique qu’ils ont du mal à comprendre un pragmatique un tantinet trop sentimental sur les bords… 🙂

  • @ eponymus,

    Je suis tout à fait d’accord avec toi sur l’évolution de la presse, sur l’inévitable pression que les médias font peser sur les personnes publiques de premier plan, sur le plan com’ auquel aucun politique qui souhaite peser sur l’opinion ne peut plus échapper …

    Mais si tu trouves « un peu trop facile de ressortir l’affichage, le plan com’ et les c’est lui qui a commencé », je trouve, pour ma part, un peu trop facile aussi de tout justifier par l’hypocrisie des Mitterand/Chirac et la voracité malsaine des médias.

    Il y a presque une présentation de Sarko-victime, et je ne crois pas que ce soit conforme à la réalité.

    Le président est un animal politique. Il est doué, intelligent, doté d’une très grande énergie, il sait attirer et garder des intelligences autour de lui. La politique est son choix de carrière, choix judicieux d’ailleurs, et il occupe à présent la fonction la plus passionnante qui soit dans ce domaine. Il est aussi un homme de communication. Je crois sincèrement qu’il l’est, par nature et également par stratégie. Donc vraiment, non, le côté victime, pour moi, ça ne passe pas.

    Il ne s’agit pas de dire « c’est lui qui a commencé », on n’est plus à la maternelle. Mais justement parce qu’on n’est plus à la maternelle, il convient, me semble-t-il aussi, de tenir compte du fait qu’il utilise beaucoup et avec facilité l’outil communication. Rocard dernièrement disait que NS (et ce n’était pas un jugement négatif dans sa bouche) suivait la stratégie de Blair qui consistait à saturer les médias. Et je crois à la réalité de cette stratégie. De même, je suis assez encline à croire un journaliste qui relatait des propos de NS, alors ministre de l’intérieur, disant à peu près ceci : voyez, je suis à l’Intérieur, et on ne parle que de l’Intérieur. Si ça existait et que j’étais ministre des choux de Bruxelles, on parlerait tous les jours en France des choux de Bruxelles.

    Ca fait partie intégrante de sa personnalité, de sa forme d’esprit. Et je tiens à ajouter que dans le principe, ça ne me dérange pas plus que ça puisque je préfère dix fois un président dont le caractère ne me séduit pas totalement et qui réforme le pays à un président irréprochable dans le style qui prolonge de cinq ans l’immobilisme politique du dernier quart de siècle (et je n’ai pas repéré de combinaison idéale parmi les candidats à la dernière présidentielle).

    Cependant, deux choses :

    1. Je ne souhaite nullement solitude et triste célibat à Sarko mais je n’ai aucun scrupule à dire que l’efficacité de son quinquennat sur le pays m’importe largement plus. Je me souviens d’ailleurs du candidat s’engageant, pour ces quelques années, à supporter une quasi-ascèse dans sa vie privée si c’était nécessaire pour mieux se consacrer aux intérêts du pays. Alors, je ne lui en demande pas tant, ni ne suis plus assez naïve pour prendre chaque mot de campagne pour argent comptant. Mais si, étant politiquement favorable à NS, j’ai l’impression de ne plus le voir autrement qu’en extérieurs, ray-bans sur le nez, très tendrement avec CB, dans des moments de loisirs, sur des photos plus ou moins paparazzesques et ce depuis des semaines, alors que dans le même temps, plane comme une absence, une certaine mollesse de la majorité, si donc j’ai cette impression, je n’ose même pas imaginer ce que doivent percevoir nombre de ceux qui n’ont pas en sa politique une grande confiance.

    2. LA qualité de NS qui pour moi fait toute la différence, c’est cet « alliage » de pragmatisme, de nature et de talent de négociateur et de sa culture du compromis. Et cette qualité, en ce moment, dans le lien président/peuple français, je trouve qu’elle fait cruellement défaut. Pour ne parler que d’un passé très récent, NS épouse CB et vice et versa. Le président de la RF se marie en cours de mandat, quoiqu’on en pense, c’est un évènement. Pourtant, pas une seule photo officielle. En revanche, dès le lendemain des noces, des dizaines de clichés conformes à ma description citée plus haut.

    Le surlendemain des noces, le président se rend à Gandrange. Enfin, de la politique, de la vraie ! Va-t-on pouvoir discuter dans les medias de la décision économique et politique que prend NS dans cette histoire Arcelor-Mittal ? Eh ben non !

    ‘faut comprendre aussi, le traditionnel voyage de noces de Madame et Monsieur Tout le Monde ne peut pas se réaliser. C’est vrai, c’est pas drôle !

    Pour un peu, on s’excuserait de perturber le romantique cours des histoires de coeur d’un homme élu pour cinq ans à la tête de la, quoi ?, cinquième ou sixième puissance mondiale qu’il est urgentissime de réformer de fond en comble !

    Bon.. On pourrait redevenir sérieux deux minutes ?

  • D’accord avec Cilia, et Lisette.

    J’ajoute un truc, pour le débat ‘plan com contre média aggressifs’: NS est un professionnel qui a atteint le sommet dans son domaine. C’est donc, au minimum, un politicien compétent. Dans son job, la communication est un aspect essentiel, sans doute le plus important même. On peut le regretter mais c’est comme ça. Je suis certain que lui et son équipe y consacrent une grosse part de leur temps.

    Par conséquent, tout ce qu’il rend public, directement ou pas, fait partie de son boulot. Les journaux qui l’encensaient en septembre le critiquent durement en février ? C’est qu’il s’est planté quelque part. Lui, et personne d’autre. Le coup du SMS est infect et injustifiable, mais personne ne l’aurait osé s’il n’avait pas d’abord brouillé sa propre image. Même ceux qui le détestent reconnaissaient en lui le président démocratiquement élu. Aujourd’hui, personne ne comprend plus si on parle du président ou d’une quelconque star de télé-réalité.

    Je n’ai pas voté pour lui, mais j’espère qu’il arrivera à redresser la barre, parce que pendant ce temps, les vrais problèmes dont il a promis de s’occuper sont toujours là. Et nous n’avons pas de solution de rechange avant 2012.

  • Si « on » redevient sérieux deux minutes, « on » peut réfléchir à ce qu’a dit Lisette sur son père effondré. J’ai rencontré le mien – je vous en ai parlé dans un autre post – jeudi. Il est effondré, oui ….parce que lorsqu’il dit , au marché (coutume dans notre ville) son accord avec Sarkosy, on lui suggère qu’il a perdu la tête à cause de son grand âge et que, patati, patata, il ne peut quand même pas, lui qui a toujours su raisonner, cautionner un homme tel que ce Sarkosy, patati, patata , qui épouse une troisième femme, qui va au château de Versailles ( pensez, cher monsieur, patati, patata, Versailles, Louis XIV, Louis XVI, on lui a coupé la tête…), à Dysneyland (pensez Monsieur, Les américains….), etc…etc… Au point, qu’il ne sait plus quoi dire le samedi matin, au milieu de tous ses amis! Aucun des dits amis ne réalise que cette vie, elle existe chez eux…et chez lui ( l’ami de ma soeur en est à sa troisième épouse, la fille d’un de ses amis à son troisième mari, etc, etc…), sa petite fille a été à Disneyland avec son copain, son petit fils a épousé une américaine, une de ses grands mères étaient comtesse (ah, ça doit être ça le problème….) Au fait, à ce père effondré, ne lui avez vous pas expliqué plusieurs choses ? A savoir qu’il doit bien connaître dans son entourage des tas d’hommes et de femmes mariés plusieurs fois…C’est comme cela et ce n’est plus montré du doigt à notre époque ou 51% des bébés naissent hors mariage. Qu’il savait bien que NS et Cécilia, ce n’était pas le bonheur, qu’elle était partie avec un autre il y a deux ans et qu’en deux ans, on a le temps de faire son deuil, même si on espère toujours que ça va s’arranger… Qu’il sait bien, c’est dans les journaux(!) , que Cécilia va se remarier à la mi mars, donc seulement un mois après Nicolas… avec le monsieur avec qui elle était partie il y a deux ans. Que donc, ils avaient fait le deuil de leur mariage depuis longtemps, même s’ils essayaient de racommoder les morceaux, à la fois pour l’élection, (ça c’est le plan com, identique à celui du couple Hollande/Royal, d’ailleurs ) et à la fois pour leur petit Louis… ne pensez vous pas qu’en remettant les pendules à l’heure, votre pauvre père se redresserait après s’être effondré ? Car je suppose qu’il sait raisonner votre père, il n’est pas stupide et sait comprendre un discours logique, non ?

    Alors peut être que Sarkosy a un plan com, mais je ne pense pas que ce soit au point de manipuler les esprits afin de « dévisser dans les sondages » comme le titrent toutes les presses françaises ! J’y vois une transformation de faits, soit anodins : on a le droit, même président de la république d’aller où on veut le week end, fusse dans un endroit touristique ; soit privés et courants : que l’on compte le nombre de mariages, divorces, enfants de familles recomposées…

    D’autre part, que Sarkosy soit « tolérant » avec les racontars de sa vie privée, comme le dit son avocat dans une interview au figaro d’hier, OK, maintenant, je trouverais stupide d’aller à Versailles entouré d’un cordon de policiers ou bien d’interdire Versailles aux touristes durant sa visite. Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit ? Ne pas aller se ballader dans la foule le week end, ou alors sans son épouse légitime? Et surtout travailler aussi le week end, ne pas prendre de vacances, sinon, les pauvres français assistés trouvent que le Président ne s’occupe pas assez d’eux ?

    Tiens, hier soir j’ai regardé P Sébastien : les allusions à Sarkosy étaient tellement évidentes, et nauséabondes ( le nom de Sarkosy était prononcé, sans suite, à chaque fois qu’il y avait un illusionniste sur le plateau ) que j’ai failli fermer la TV ! Et ça, c’est le plan com de N Sarkosy ?

  • Tara > Bien vu ! Il y a une sorte de refus de la réalité. Notre président, quelqu’il soit, devrait être un genre de monarque à l’anglaise (« Never complain, never explain »), distant même lorsqu’il serre des mains.

  • cilia : Ok avec toi mais l’explication se nomme à mon sens « élection ». NS l’a sous-entendu quand il a dit quelque chose du genre nous prendrons les décisions après les életions électorales de « sang froid ».

  • @cilia

    Les rapports entre N.S. et les médias me semblent significatifs et poser question.

    Reporter sur N.S. l’entière responsabilité de ce qui est publié sur lui ne vous semble-t-il pas déresponsabilisant pour les médias ? Un peu comme ces jeunes gens qui vont justifier un viol par l’attitude selon eux aguichante d’une jeune fille. Bon, d’accord, comparer N.S. à une jeune fille aguichante est un peu osé mais tant pis…

    Quand la presse publie sans arrêt sur N.S. elle influe sur la perception que les lecteurs vont avoir du personnage, en le montrant partout avec des lunettes de soleil, elle donne de lui l’image d’un homme en loisirs perpétuels, vous le dites vous-même.

    Il n’est pas question de faire de N.S. une victime, mais de souligner que le jeu entre la presse, les médias, et le politique est un jeu sans règles du moins sans règles officielles. Le public assiste à un match sans règle du jeu et sans arbitre. Les spectateurs eux-mêmes portent leurs convictions, leurs choix politiques comme des verres correcteurs qui biaisent leur vision et tous ne voient pas le même match, et d’ailleurs quel est l’enjeu du match ?

    Le rôle de contre-pouvoir de la presse n’est pas de contester la légitimité du président en place mais d’apporter d’autres éclairages sur des mesures ou des propos que ceux des versions officielles. A mon avis, la presse en ce moment outrepasse ce rôle, le cas du Nouvel Obs est exemplaire, et je trouve important de le souligner, l’opinion n’a pas à gouverner le pays, les médias non plus.

  • Tiens, tiens, des rumeurs datant de plus d’un mois … nouvelle rumeur ou plutôt proche de la vérité ?

    « Un lobbyiste connu du tout-Paris Car loin d’être un scoop exclusif, la rumeur du fameux SMS circulait dans les dîners en ville et certaines rédactions parisiennes depuis plus d’un mois. A chaque fois, l’histoire du SMS est présentée comme provenant de l’entourage de Cécilia. Personne n’a jamais vu le message, mais tout le monde commence à en parler. Un lobbyiste à la langue bien pendue, très connu sur la place de Paris, se charge de populariser la rumeur en la chuchotant aux journalistes qu’il croise à longueur de journée. Mais sans jamais leur livrer la moindre preuve. Ce corbeau, qui a déjà eu maille à partir avec la justice, tremble maintenant à l’idée d’une convocation en bonne et due forme dans les locaux de la police judiciaire et de la garde-à-vue qui pourrait suivre.

    Les plumitifs qui ont refusé depuis un mois de publier « l’info » se félicitent bruyamment de leur prudence. Au Nouvel Obs, au contraire, certains ont des sueurs froides. Car l’info publiée sous la plume d’Airy Routier, l’un des nombreux rédacteurs en chef de l’hebdo de la gauche caviar, a été diffusé avec l’autorisation de la direction de la rédaction. Mais, semble-t-il, sans la moindre preuve. Bref, toute la hiérarchie de l’auguste journal de Jean Daniel risque d’être convié à des têtes-à-têtes désagréables avec les enquêteurs. Et pire encore, à voir leurs explications embarrassés couchées sur procès-verbal, largement diffusés par les colonnes de confrères bienveillants. En attendant ce grand déballage, comme l’a révélé Le Monde, l’ensemble des journalistes, dont beaucoup ont été choqués par cette immixtion incertaine dans les conversations téléphoniques du président, se réuniront lundi en assemblée générale. La réunion s’annonce quelque peu houleuse… »

    http://www.bakchich.info/article2613.html

  • @ Cilia

    Ton raisonnement tient sauf à un détail près.

    Ta perception même de ce que fais en ce moment le Président, ses horaires dans la journée, ses moments possibles de détente personnelle, la place effective qu’il accorde à sa vie sentimentale, la charge de travail qu’il est en train d’abattre, le nombre de dossiers traités à la fois, etc. est directement influencée (la mienne y compris, bien sûr) par ce que les médias en présentent.

    Tu parles d’une absence, mais ça me rappelle les attaques dont Fillon faisait l’objet encore récemment. Puisque comme on ne parlait pas de lui dans la presse, puisqu’il se montrait distant et discret avec les médias, il n’était qu’un Premier Ministre « potiche ».

    Les politique d’opposition (et la presse qui ont relayés ces angles de critiques) savaient bien évidement qu’il n’en était puisque nombres d’entre eux bossent comme des malades souvent 12/13 heures par jour entre leurs activités militantes et leurs circonscription, mais voilà, comme l’idée d’un PM inactif et dépassé ne pouvait que nuire au Président, cet angle fut exploité à outrance. Jusqu’à ce qu’autre chose soit trouvée…

    Concernant le côté victime, je ne pense pas que NS ait exploité cette posture, certainement beaucoup moins que d’autres…

    Mais c’est moi qui le dit. Les infos relayées par Margit ci-dessus, si jamais elles se vérifient montrent bien que l’on subit cette pression, qu’elle peut être même organisée par un lobbyste professionnel et ce n’est pas une histoire de complot, c’est juste la pratique relativement courante de nos jours dans ce milieu.

    Et à la réflexion, on s’aperçoit que beaucoup de reproches sont imputés à la victime alors qu’ils devraient l’être aux médias.

    Il est indéniable également que les médias sont aussi l’objet de tentatives de manipulations et de pressions diverses. L’utilisation de la presse pour relayer une propagande politique est l’ABC d’une certaine forme de militantisme. Le problème, c’est que les journalistes qui subissent ce genre de choses font de plus en plus oeuvre de complaisance et oublient de décrypter la méthode. Et ce, comme le montre par exemple le billet de Liberal sur les « 15 milliards », aux dépends des faits et de l’info.

    Les journaux se lisent de plus en plus comme des feuilles électorales/politiques d’un camp ou d’un autre, voire d’une faction ou d’une autre dans le même camp. Les explications de Roccard sur sa démission de la commission Pochard sont significatives à cet égard.

  • C’est intéressant. Finalement, la conclusion que je tire de cette brève conversation politique avec mon papa à moi, qui est un homme d’une grande sagesse, est la suivante : ce n’est peut-être pas tant le traitement journalistique de l’information sarkozienne qui est en cause dans la désaffection de certains. Ni les réactions politiciennes de vieux grognards. C’est peut-être plus simplement les faits bruts. Hors de toute théorie du complot.

  • @ carredas et eponymus,

    En fait, je ne suis pas certaine qu’on parle de la même chose.

    Il me semble, vous me détromperez si c’est inexact, que vous parlez du fond des choses. De la légitimité de NS à vivre sa vie amoureuse, des médias et de leur dérive. Mais ce n’est pas mon propos. Ce qui me préoccupe, c’est la ligne de com’ de NS et ses conséquences. La cote du président dégringole et d’autre part, on ne peut plus ouvrir un journal (je ne parle pas de presse people) sans avoir articles ou allusions à sa vie amoureuse. D’un autre côté, la pression des médias est inévitable. Alors avec tous ces ingrédients bien réels, que fait-on ?

    Est-ce que la solution, la réponse à tout consiste à dire que les médias sont des charognards et les français des c… de rétrogrades influençables ?

    Ce n’est pas mon avis. Je ne me fais aucune illusion sur les médias, et accessoirement, je suis plutôt satisfaite de la plainte déposée contre le Nouvel Obs. Mais je ne crois pas que les médias soient responsables de la difficulté qu’on peut avoir à trouver parfaitement normal, limite anodin qu’un homme passe d’un très grand amour à un autre très grand amour en quelques semaines, d’autant plus quand l’homme en question est le président de la république. Je ne crois pas non plus qu’ils soient responsables de mon gros soupir de lassitude, quand le samedi j’apprends avec soulagement que le mariage a été célébré, et discrètement célébré, et que le dimanche, j’apprends que le couple s’est baladé en public, main dans la main, bisous-bisous et signatures d’autographes le tout avec les photos qui vont bien.

    Je ne cherche pas à convaincre quiconque. Si je m’exprime sur le sujet, c’est précisément parce que je suis pro-sarko, et que pour moi comme beaucoup de monde, les divorces, remariages et autres familles recomposées ne constituent absolument pas matière à scandale.

    Je veux juste témoigner que malgré cette position favorable, je sature totalement de la vie privée de NS. Et que si il le voulait, il lui serait très facile de fermer complètement le robinet sur le sujet le temps de décrisper la situation. Et je ne pense pas qu’il est inhumain de souhaiter que pendant quelque temps, le couple, enfants et familles profitent de l’inviolabilité de certaines résidences qui n’ont rien de taudis exigus pour se détendre et s’aimer tranquillement, sans faire participer la France entière.

  • @ Cilia J’ai eu l’occasion il y a quelques jours de feuilleter dans une salle d’attente le dernier Paris Match que je n’achèterais jamais, étant allergique au ragots peoples. Les 3/4 des photos des 20 pages consacrées à NS et son mariage ont été pris au téléobjectif, pauvres images volées depuis l’extérieur de la propriété.

    Qu’on le veuille ou pas, NS n’est pas un vieux crouton, ni un moine, il a un parcours assez romanesque qui se prête aux phantasmes des adeptes de la littérature arlequin, tout comme l’était celui de Giscard au pouvoir, je me souviens de l’hystérie des journaux de l’époque.

    Mitterrand avait l’avantage d’avoir la majorité des journalistes de son côté politique et employait pour les autres des méthodes que nous avons découvertes plus tard. Chirac se cloitrait le plus possible, mais on sait aussi que son staff attrapait des sueurs froides les nuits, quand il fallait le trouver d’urgence et que seul son chauffeur personnel savait où le trouver, on lui a assez reproché sa « distance »…

    Je ne sais qu’elle méthode est la meilleure. Personnellement je préfère la franchise et la tentative de maîtriser cette hystérie journalistique de bas étage par des clichés « autorisés ». Ce n’est pas « s’afficher » c’est essayer de maîtriser quelque chose qu’on ne peut pas empêcher. C’est la rançon de la célébrité que je n’envie à personne.

  • « Je veux juste témoigner que malgré cette position favorable, je sature totalement de la vie privée de NS. »

    article de JM Apathie qui résume bien ma pensée. http://blogs.rtl.fr/aphatie/

    L’interréaction du privé et de la politique est inévitable. On y verra plus clair en avril ! Et dans un autre article lu ce WE (je ne sais plus où), un journaliste disait que ce qui se passe à titre privé au plus haut niveau est tellement inédit (divorce, mariage…) que forcément les journalistes se jetent dessus ! la nouveauté attire les journalistes et NS ne fait rien pour être tres discret. Ces deux éléments conjugués ne font qu’appater les uns et les autres en attente d’un énième sketche !

  • la curiosité pour la personnalité, la vie du président, des élites est inévitable, mais je préfèrerais un peu plus de discretion:

    pour protéger la vie privée s’en tenir au principe avéré:

    ni duplicité (ne rien cacher, ne pas mentir…) ni publicité (ne pas en parler, s’en servir…)

Les commentaires sont fermés