[Grèves] Fais tourner, citoyen !

Si toi aussi, tu es de ceux qui pensent que le pays n’a pas besoin d’une grève corporatiste de plus, fais tourner.

Si toi non plus, tu ne supportes plus l’idée que des groupuscules d’extrème-gauche (de SUD à la CNT) entravent ta liberté, bafouent la démocratie, et fassent la politique de notre pays, fais tourner.

Si toi aussi, tu en as marre de ces interviews de voyageurs que tu ne rencontres pourtant jamais et qui affirment systématiquement comprendre l’action de ceux qui t’empêchent de vivre, fais tourner.

Si l’idée d’avoir payé durant des années les privilèges de certains et d’être, comme si ça ne suffisait pas, sommé de les soutenir pour la conservation de leurs privilèges, coincé sur le quai d’une gare, au détour d’une avenue, ou dans le wagon d’un train à l’arrêt sous un tunnel, t’insupporte également, fais tourner !

Texte de Gérard Mermet. Cool, un sociologue

Sous divers prétextes, les bénéficiaires des régimes spéciaux défendent le maintien de ce que l’on doit appeler, en toute objectivité, des privilèges . A tous ceux qui s’efforcent de regarder la société sans prisme idéologique ou politique , mais en se réclamant du bon sens, de l’équité, de la solidarité, de la responsabilité , leur attitude paraît irresponsable, voire indécente. Rappels :

– Les bénéficiaires des 128 régimes concernés partent à la retraite bien avant ceux du régime général. Exemples : 50 ans pour les agents de conduite SNCF ou RATP; 53 ans pour les sénateurs, 55 pour les députés qui auraient dû montrer l’exemple…;

– La durée moyenne de leur retraite est pour beaucoup supérieure à celle de leur vie active et ils percevront ainsi plus de pensions qu’ils n’ont reçu de salaires !

– Le montant de leur retraite est calculé sur les 6 derniers mois de salaire (comme pour les fonctionnaires, qui bénéficient encore à ce titre d’un régime spécial), soit un écart considérable par rapport aux 25 années du régime général. Leur taux de cotisation est en outre souvent inférieur (7,8% contre 10 à 11%);

– La plupart bénéficient par ailleurs d’un autre privilège important : la garantie de l’emploi ;

– Dans l’immense majorité des cas, l’existence de ces « exceptions » n’est plus justifiée par une pénibilité particulière du travail;

– Le coût de ces régimes (qui concernent 1,2 million de retraités pour seulement 560 000 actifs) représente 15 milliards d’euros pour 2007, dont la moitié payée par la collectivité .

– La France est le seul pays développé au monde où demeurent de telles inégalités;

La réforme de ces régimes est souhaitée par 82% des Français (sondage Metro/Ifop, 11 octobre 2007), y compris par une majorité des agents de la Fonction publique;

– On estime à 300 milliards d’euros les engagements de retraite des sept principaux régimes spéciaux au cours des six prochaines décennies : une charge injuste et insupportable pour les générations futures.

Un constat semblable peut être fait pour les autres réformes jugées nécessaires par la grande majorité des experts : université; recherche; fonction publique; système de santé; droit du travail; justice; dialogue social… Réalisées dans les autres pays depuis des années, elles sont chez nous sans cesse bloquées par des minorités fortement politisées, incapables d’appréhender la réalité du monde et la nécessité de s’y adapter (ce qui n’interdit pas de chercher à l’améliorer).

La réforme des régimes spéciaux était a priori la plus  » facile  » et consensuelle , d’autant qu’elle a été comme d’habitude proposée aux intéressés avec des aménagements et un étalement dans le temps. Un recul du gouvernement rendrait donc quasiment impossible la mise en œuvre des réformes plus « difficiles ». Il démontrerait une fois encore que des individus et organisations se réclamant des principes d’ égalité et de solidarité défendent en réalité des corporatismes , des égoïsmes, des privilèges injustifiables ou un statu quo insupportable . Comme en 1995, ils peuvent (souhaitent peut-être, pour certains) paralyser le pays et l’enfoncer un peu plus dans la crise économique et morale.

Cette attitude est irresponsable et dangereuse . De plus, la conjoncture économique actuelle ne permet pas de différer plus longtemps les réformes, sous peine d’un nouveau décrochage national, avec de graves conséquences sur le pouvoir d’achat, la cohésion sociale, la place de la France dans le monde. Rappelons enfin que les grèves occasionnent une gêne considérable pour les particuliers, coûtent très cher à la collectivité (150 millions d’euros pour celle du 18 octobre dans les transports pour la seule région Ile-de-France), affectent la compétitivité déjà réduite de la France, son attractivité et son image à l’extérieur, donc son avenir .

Face à cette situation, les citoyens inquiets et en colère ne peuvent rester silencieux. Pour leur propre dignité, pour l’avenir de leurs enfants et du pays, ils ne doivent pas laisser le monopole de l’expression à ceux qui refusent l’adaptation. C’est pourquoi je vous propose de :

– Relayer cet appel aux personnes figurant dans votre carnet d’adresse (avec ou sans mention de l’auteur, qui ne signe ce texte que par souci de transparence);

– L’envoyer aux médias pour qu’ils rendent davantage compte de votre avis;

– Le mentionner (en tout ou partie) sur les forums , blogs et sites internet que vous animez ou fréquentez;

– Imaginer et proposer des  » manifestations virtuelles  » (ou réelles) originales, aussi visibles et efficaces que les grèves;

– Me faire part de vos commentaires et suggestions à cette adresse.

Nous ne pouvons accepter que le pouvoir de nuisance de quelques-uns mette en péril notre avenir commun.

Nous ne pouvons accepter que le pouvoir de nuisance de quelques-uns mette en péril notre avenir commun.

Une chose toutefois. Sois sympa, citoyen : maintenant, tu peux me retirer de la boucle.

*

PS : ah oui, en prime, allez lire le billet du social-traître !

Billets à peu près similaires

69 commentaires

  • Ah non Koz désolé, je ne crois que les sondages commandés par l’Humanité, tu comprends ils ont l’art de poser les questions pour avoir les bonnes réponses et les bons chiffres.

    Et puis tant qu’on y est, je voudrais dire que je suis outré par cette habitude qu’a prit le Figaro de donner l’intégralité d’une étude, je veux que l’on ne m’extrait que les chiffres qui vont avec l’idéologie marxiste.

  • Effectivement, qu’est ce que c’est ces personnes qui refusent que les contre parties du contrat qu’elles ont signé avec leur employeur ne soient pas respectées ne même remplacées.
    Oui, il faut cesser de se laisser pourrir la vie par ces gens qui voudraient que leur contrat soit totalement respecté du début à la fin de son applicabilité.
    QU’a partir d’ajourd’hui ce soit la règle. Tout contrat liant puissant et faible soit amendable à la volonté du puissant sans risque pour lui.
    Je ne crois pas que les instances représentatives demandent autre chose, quoiqu’en disent les rapporteurs d’information.
    Mais chacun ici connait mon biais idéologique ;-))

  • Oui. Et d’aucuns ont déjà répondu que tous les français ont « signé un contrat ». Tous les français pensaient partir à la retraite à 60 ans. Et tous ont dû consentir les sacrifices nécessaires, non par plaisir, mais par réalisme.

  • Dans mon contrat de travail, il n’est pas dit que je partirai à la retraite à 60 ans. Dans celui qui me lit avec la caisse de retraite, oui et cela a été changé. J’aurai pu changer de moyen de retraite, mais je ne l’ai pas envisagé. Il ne faut pas tout mélanger, Koz. Même si l’essai est probant.
    Dans le privé, la retraite n’ai pas liée au contrat de travail, mais dans les régimes spéciaux oui. Comme aux USA, et on voit comment cela réussi !!! Donc vive la retraite par répartition générale.
    Et cela ne coûte rien au gouvernement de faire la table ronde demandée par les syndicats et de communiquer sur les tenants et aboutissants des discussions. C’est ce qu’il fait en catimini en essayant de « casser » le front syndical. La FGAAC n’est déjà plus dans le conflit.
    A si, cela « casse » son image de « raideur » et de force face à la « chienlit ».
    C’est avec tristesse que je vois arriver les prochains jours…

  • Pingback: CariBlog

  • egdltp, mais il ne s’agit pas de modification unilatérale de contrat entre les cheminots et leurs caisses de retraites, il s’agit de définir les conditions selon lesquelles l’Etat pourrait venir au secours desdites caisses de retraites.

    Si les cheminots refusent de payer la retraite de leurs anciens, c’est leur droit. Qui suis-je pour juger ou critiquer ou leur dire ce qu’ils ont à faire?

    Maintenant si à la suite de cette décision des cheminots, leur caisse de retraite fait faillite et n’est plus en mesure de payer les retraites de leurs anciens, ce sera terrible pour ces derniers qui auront eu le tort de fonder leur retraite sur la solidarité de leurs jeunes.

    Apparemment, les cheminots qui refusent d’être solidaires avec leurs anciens exigent que le reste des français le soient à leur place. Et comme ils sont en position de force grâce à leur monopole et leur emploi garanti, ils estiment avoir de bonne chance d’y arriver.

    Habiller cette simple histoire d’égoïsme brut en défense du faible contre une modification unilatérale de contrat est particulièrement créatif. Quant à présenter l’Etat qui propose d’éponger pendant des décennies les déficits des caisses de retraites en l’échange de concessions mineures (et notoirement insuffisantes pour retrouver l’équilibre financier) comme un provocateur ultra-rigide, les mots me manquent.

    Une position de négociation équilibrée aurait consisté à menacer de cesser de combler le trou (et arrêter de payer les retraites) le 1er novembre si les syndicats ne font pas des concessions permettant le retour à l’équilibre en moins de 10 ans.

    Une position provocatrice eut été de demander le remboursement des sommes versées par l’Etat depuis que ces régimes de retraites sont déficitaires.

  • Merci Koz, je viens de signaler ce texte sur ma page Facebook, où je viens de trouver un groupe contre cette grève. (j’en profite pour tester ce que Facebook peut apporter dans ce cas – on verra ).
    Apparemment, il y a une manifestation pro-réforme ce dimanche à 15h, à Paris. L’endroit de départ sera donné dans la semaine.
    Evidemment, si la grève des transports continue, ce sera dur d’y aller, mais je vais faire l’effort.
    Je ne vois pas pourquoi je laisserais aux gens de SUD le monopole de parler au nom du bien commun des Français.

  • Ah malheur,
    si seulement vous métiez autant d’entrain à combattre les privilèges (bien plus couteux) qu’on s’autorise en haut lieu dans les ministères et les hautes sphères de l’économie, on pourrait appeller ça du courage.

    Mais cogner sur plus petit que soit c’est tellement plus facile.

    Un exemple : les députés et les sénateurs ont un régime spécial de retraite ? ça coute cher aussi… Mais ça ne vous révolte pas autant !
    Un deuxième : les grands patrons se sucrent sur les « stocks options » et sans payer de charges sociales, mais cela ne vous semble pas choquant.
    Un troisième : les comptes publics sont au plus faible, mais on allège l’impot des plus riches ? C’est bien, c’est de la justice sociale ça..

    D’accord pour parler des privilèges, mais remettons les tous sur la table alors. La Justice ne vaut pas que pour la « france d’en-bas » et la situation de déficit de la Sécu (régimes de retraite, d’assurance maladie, etc) , c’est aussi et surtout à nos élites qu’on la doit…

    D’accord, il y a des blocages innaceptables du côté des grêvistes qui consistent à interdir aux autres de travailler. Ok la liberté de travailler est une belle liberté en France.
    Mais arrêtons les clichés, le camp de la justice n’est pas celui du gouvernement dans ce conflit social, je n’ai pas entendu le moindre argument sérieux à l’appui de cette affirmation objectivement infondée. On fait cette réforme pour faire rentrer des sous, et puis les dépenser de manière pas plus intelligente derrière, soyons honnête.

  • [quote comment= »56821″]Ah non Koz désolé, je ne crois que les sondages commandés par l’Humanité, tu comprends ils ont l’art de poser les questions pour avoir les bonnes réponses et les bons chiffres.[/quote]

    Ah mais pardon ! Je suis allé voir le fameux sondage qu’ils citent, et ils n’ont même pas mis en couverture le véritable résultat :

    Cf. http://parfonium.free.fr/index/blog/58 (Sans vouloir faire de la pub pour mon blog, bien sur 🙂 Mais bon je ne vais pas copier-coller ce que j’ai écrit là bas, ici.)

  • Je fais tourner. Car du fin fond de ma province, je ne puis faire grand chose d’autre. D’autant que je ne pourrais pas me déplacer le 18.
    Je pensais être une personne assez paisible.
    je me rends compte que la colère me traverse continuellement !
    je ne supporte plus ces interviews d’usagers bidons de la SNCF, qui soit disant soutiennent les cheminots ( continuellement dans le train, je n’en ai pas rencontré un seul ! Auraient ils peur de moi ? )
    Je ne supporte plus ces groupuscules de gauche qui ne savent pas ce qu’est la démocratie.
    Je ne supporte plus ceux qui se disent sociaux et qui font payer leurs avantages par les autres
    je ne supporte plus ceux pour qui négociations veut dire :  » fais ce que je veux ou je te tape dessus  »
    je ne supporte plus ces faux étudiants attardés qui passent leur temps à faire de la politique de bas étage au lieu de bosser.
    Je ne supporte plus ces gens qui ,frustrés d’avoir perdu les élections, essaient de bloquer la majorité de ceux qui n’ont pas voté comme eux. ( en prétendant que 53% de 85% d’électeurs, ce n’est pas représentatif )
    je suis lasse de leurs arguments débiles, lasse de cette manipulation mentale à longueurs de journaux.
    Je suis lasse de constater la lâcheté de la presse et de la télévision qui préfère couvrir les minorités agressives plutôt que la majorité qui travaille.

    bon voilà, ma colère est vidée, ça va mieux !

    Heureusement que je trouve sur ce blog moults sujets bien plus enrichissants – merci Koz – que ces polémiques lues dans les journaux, destinées à nous arnaquer et nous abrutir à cause du désir de pouvoir, de puissance et d’argent d’une « certaine catégorie de personnel » qui se dit « social » qui plus est.
    merci de m’avoir lue.
    Je n’interviendrais plus sur ce sujet qui me donne des boutons ;-(-

  • Ah, Filoche. Faut-y pas que le PS soit désespéré pour aller recruter du bon trotsko comme ça. C’est le gars qui n’a pas hésité à accuser le Medef d’être coupable de l’assassinat de ses deux collègues à l’inspection du travail.

    J’ai réussi à écouter le premier quand même. De la bonne rhétorique trotsko, où on noie le poisson en mélangeant allègrement le vrai, le moins vrai et le franc mensonge.

  • Libé devrait publier ce sondage demain :

    Les Français, à une majorité de 59%, soutiennent la position de l’exécutif face aux grèves déclenchées contre la réforme des régimes spéciaux de retraite, si l’on en croit un sondage LH2 pour Libération.

    Concernant le mouvement de grève des cheminots de la SNCF et à la RATP, qui sera lancé à partir de mardi soir et mercredi et en principe reconductible, 59% des personnes interrogées se disent « du côté de Nicolas Sarkozy et du gouvernement » et 35% approuvent « grévistes et manifestants ».

    S’agissant des fonctionnaires, dont les syndicats ont appelé à une journée d’action le 20 novembre au nom de la défense des effectifs et des salaires, 52% des sondés se rangent du côté du gouvernement

    Ils sont en revanche à 49% pour le mouvement étudiant, 38% étant du côté du gvmt. Le bénéfice de la jeunesse ?

    En totu cas, j’ai hâte de voir l’interprétation maison de Libé.

  • Moi non plus je ne comprends pas bien ces gens à qui on propose de travailler plus pour gagner moins.

    Ils ne savent pas qu’ils pourront déduire jusqu’à 50 000 euros pour leurs investissements dans des startups ? Et bénéficier d’un bouclier fiscal flambant neuf ? Pour léguer à leurs enfants leur livret d’épargne en franchise d’impôts ?

    Que d’archaïsmes en effet Marie-Charlotte, retournons à Coblence.

  • [quote comment= »56823″]Effectivement, qu’est ce que c’est ces personnes qui refusent que les contre parties du contrat qu’elles ont signé avec leur employeur ne soient pas respectées ne même remplacées.
    Oui, il faut cesser de se laisser pourrir la vie par ces gens qui voudraient que leur contrat soit totalement respecté du début à la fin de son applicabilité.
    QU’a partir d’ajourd’hui ce soit la règle. Tout contrat liant puissant et faible soit amendable à la volonté du puissant sans risque pour lui.
    Je ne crois pas que les instances représentatives demandent autre chose, quoiqu’en disent les rapporteurs d’information.
    Mais chacun ici connait mon biais idéologique ;-))[/quote]

    On a tous « signé » un contrat avec la collectivité. Le mien est bafoué tous les jours.

    Expliquez moi ceçi: mon ancienne postière m’a expliqué que elle voulait partir à 55 parce que postière comme boulot c’était trop dure (à Paris ça laisse rêveur, à pied dans les Pyrénées je veux bien, mais à Paris?). Elle a je pense 10 ans de plus que moi. J’ai commencé à travaillé à 19 ans, donc pour l’instant je prendrai ma retraite à 62. Ma postière aurait été à la retraite depuis 20 ans quand j’arriverai. Or, elle a seulement 10 ans de plus que moi.

    Ou est la justice sociale? Moi qui aie ni jours payés de vacances, ni sécurité de l’emploi, et un salaire moindre que elle?

  • [quote comment= »56900″]Moi non plus je ne comprends pas bien ces gens à qui on propose de travailler plus pour gagner moins.

    Ils ne savent pas qu’ils pourront déduire jusqu’à 50 000 euros pour leurs investissements dans des startups ? Et bénéficier d’un bouclier fiscal flambant neuf ? Pour léguer à leurs enfants leur livret d’épargne en franchise d’impôts ?

    Que d’archaïsmes en effet Marie-Charlotte, retournons à Coblence.[/quote]

    C’est vrai que les start ups ne servent à rien … à part donner du travail aux gens.

    Mais je crois malheureusement qu’il y beaucoup de gens en France qui ne le veulent pas travailler justement.

  • sue ce blog, il y a pile 2 mois, j’expliquais sous quelles cinq conditions je pouvais soutenir la réforme des régimes spéciaux…
    http://www.koztoujours.fr/?p=464
    bien que l’enjeu financier soit beaucoup moins important que celui cité ci dessus par ce monsieur mermet, sociologue…
    aucune n’ été remplie…
    alors, je comprends les grévistes…faute de mieux

    1 la négociation est rompue par xavier bertrand qui ne veut plus recevoir la CGT et renvoie dans les entreprises…
    2 ni le régime des parlementaires (en dépit d’un peu de gesticulation) ni celui des militaires, qui coûte plus cher que les régimes spéciaux
    3 les négociations sur la pénibilité, ouvertes en 2003 sont toujours au point mort, et notre agité n’a pas l’air pressé
    4 pas de mesure claire pour faciliter la transition pour les agents les plus proches de la retraite
    5 aucune disposition de compensation pour les bas revenus: ni revalorisation des petites retraites, ni plancher d’imposition , ni pénalisation des « retraites chapeau »…

    le président triple son traitement,
    l’épreuve de force est recherchée par le gouvernement …
    il récolte la tempête qu’il a semé…
    je ne ferai pas passer!

  • [quote comment= »56854″]
    Un exemple : les députés et les sénateurs ont un régime spécial de retraite ? ça coute cher aussi… Mais ça ne vous révolte pas autant !
    [/quote]

    Si… Mais 577 députés même avec des conditions démentes ne coutent pas grand chose à chaque salarié…

    [quote comment= »56854″]
    Un deuxième : les grands patrons se sucrent sur les « stocks options » et sans payer de charges sociales, mais cela ne vous semble pas choquant.
    [/quote]

    Non. Cela n’est pas choquant. Il ne s’agit pas de salaires mais de gains en capitaux. Ces gains sont souvent disproportionnés vues les conditions d’attribution et d’exercice de ces stock options. Mais ça ne regarde que les actionnaires des dites entreprises. Donc des « sales bourgeois capitalistes » 😉

    [quote comment= »56854″]
    Un troisième : les comptes publics sont au plus faible, mais on allège l’impot des plus riches ? C’est bien, c’est de la justice sociale ça..
    [/quote]

    La tranche marginale est à 40% pour les « riches » et les pauvres ne payent pas d’impôts sur le revenu… Les « riches » en question sont aussi soumis à l’ISF, pas les pauvres… bref c’est bien l’injustice sociale… mais contre les riches qui, en proportion payent beaucoup, beaucoup plus que les pauvres… redistributions, me direz vous, mais a-t-on jamais demandé aux riches s’ils voulaient bien ? au moins avant de les traiter de vilains alors qu’ils payent directement ou indirectement la personne qui veut leur faire rendre gorge…

    [quote comment= »56854″]
    D’accord pour parler des privilèges, mais remettons les tous sur la table alors. La Justice ne vaut pas que pour la « france d’en-bas » et la situation de déficit de la Sécu (régimes de retraite, d’assurance maladie, etc) , c’est aussi et surtout à nos élites qu’on la doit…
    [/quote]

    Bien sûr mon cher… Instaurons donc une flat tax totale… 20% d’imposition sur TOUS les revenus, quels qu’ils soient et quelle que soit la personne physique ou morale qui les perçoit. Et ainsi de suite pour la sécu, la SNCF, l’armée etc. remise à plat totale et fin des privilèges (très libérale d’ailleurs cette proposition… shocking 😉 )

    Nous verrons bien à qui cela profitera (je peux vous le dire tout de suite, les riches, les « presque riches », les entreprises…. et les finances publiques)

  • @francis: 1. D’accord
    2. amendement adopté supprimant la partie la plus contreversé du régime des député, la double cotisation. Pour le reste je ne sais pas ce qui a de différent entre le régime des député et le régime « lambda » donc je ne m’aventurerai pas sur ce terrain
    3. Pas mieux.
    4. C’est sur que ce n’est pas en sucrant les recettes qu’on pourra financer la fin des privilèges.
    5. Euh je vois pas le problème.

    Pour Sarkozy qui triple sont traitement, la question que je te pose sera : Tu préfère qu’il se paye le triple de son traitement officiel sous le contrôle futur de la cour des comptes ou alors qu’il utilise les fonds de l’Élysée pour son compte personnel et paye ses collaborateurs au noir comme l’ont fait ses prédécesseurs ? Et puis si je me souviens bien il y a aussi une « cummulation » des revenus qui est supprimé, on triple le salaire, mais au final le cumul des revenus dut aux diverses fonction élective de Nicolas Sarkozy faisait que cela revenait globalement au même.

  • @esurnir
    pour le parlementaires, l’amendeament que tu cites ne traite pas le point principal: au bout de 3 mandats, (15 ans!), un député part en retraite à taux plein , une retraite à plus de 5000 euros par mois, qu’il cumule allègrement avec d’autres reatrites gagnées ailleurs…
    pour les militaires rien!
    pour la pénibilité, rien!

    pour le traitement du président ce n’est pas l’objet de ce post et je ne voudrais pas troptroller…
    le traitement est triplé c’est clair, sarko touchera 20 000 euros
    par mois en étant logé, nourri, véhiculé, invité (contrairement à ses homologues des pays du nord de l’ europe.
    J’aimerais savoir d’ailleurs sur quelle base il est imposable, et note que celui qui annonce « faire ce qu’il a promis » avait oublié de parler de ce point.

    sur la grève elle-même je pense que le « reconductible adlibitum » pose problème…deux jours, voire trois par semaine pendant plusieurs semaines seraient sans doute plus efficaces et mieux compris….

    en fait ce mouvement en développant vélo et marche à pied participe à la campagne menée par le gouvernement pour améliorer l’hygiéne de vie et donc la santé, en même temps qu’il fait mieux comprendre qu’un borloo à grenelle combien il est absurde de mettre les boulots si loin des dodos…

  • OK francis, tant que tout n’est pas parfaitement égal, ne changeons rien.

    Je suppose donc que tu proposes un alignement du statut des cheminots sur celui des militaires : suppression du droit de grève. C’est ça?

    Et les employés administratifs de la SNCF, dont le job est exactement aussi pénible que celui de leurs homologues du privé doivent voir leur traitement aligné sur celui de ces derniers : 42,5 années de cotisations et retraite calculée sur les 20 dernières années et revalorisation indexée sur l’inflation plutôt que sur les salaires. C’est ça?

    Et comment on fait pour les gens qui ont bossé 10 ans à l’étranger sous d’autres régimes de retraite que le notre et qui doivent donc travailler 52,5 années pour bénéficier de leur retraite à taux plein? Tant que leur cas particulier n’est pas solutionné, on ne touche à rien d’autre?

  • @libéral : vous m’otez les mots de la bouche. L’Etat employeur a décider d’utiliser le régime général pour boucher le trou des régimes particuliers qu’il a mis en place et qu’il ne peut soutenir par faute d’évolution démographique et de la base de cotisation. Le nombre de cheminot a bien diminué ces dernières années.
    Donc il s’abrite derrière les usagers pour ne pas assumer ses choix ou plutôt ses non choix des années précédentes.
    Ok, que l’employeur et les salariés règles leur comptes, les clients s’organiseront le temps du conflit. On ne peut avoir tout à la fois : l’universalité du service mais la gestion de l’offre comme une parmis plusieurs.
    Le service férroviaire est vu comme une offre de déplacement parmis d’autre avec privatisation, mise en concurrence etc. Laissons le marché régler ce problème. Ces choix ne sont pas ceux de 1936 et 1945, alors assumons leurs conséquences.
    Merci à Francis d’avoir rappeler ce que voulaient voir sur la table les syndicats et ce qu’y a mis le gvt et le patronat. Je rigole, jaune, en entendant notre président dire que la table des négociations est ouverte alors que le ministre refuse de recevoir les syndicats, même pas une date plus loin si son agenda est actuellement plein !!!
    Ce quoi sur compte la classe politique de la majorité actuelle c’est que tous les petits pris en otage hurlent pour « tuer » cette opposition. Ainsi plus aucune resistance à leur programme ne se mettra en place . Et cela sera trop tard pour lutter contre les franchises médicales et les autres attaques contre le modèle hérité du CNR.
    Oui ce modèle à besoin d’une redéfinission, mais on ne voit pas par quoi notre répsident veut le replacer. Le modèle américain ? Celui qui veut mettre en place une couverture sociale universelle ?
    Merci de vos avis. Et pleurons tous sur notre situation que nous avons mise dans les mains de gribouille.

  • il n’est pas facile, il ne nous vient pas à l’idée, que nous pourrions nous faire entendre, nous l’immense majorité …silencieuse.mais en ce mois de novembre 2007, çà vaudrait peut être la peine de s’organiser , sans plus tarder, afin d’unir nos voix, une fois n’est pas coutume .
    je rejoins Tara, comme elle du fin fond de ma province et espère que même en dehors de Paris, un mot d’ordre, une façon de témoigner plus que notre lassitude, notre volonté de voire les réformes commencer à se faire , sera déterminé. je reste attentive .

  • Je me demande pourquoi je suis venu lire ce billet : faire tourner des banalités aussi basses du front est tout de même assez navrant… Il y a quand même mieux à dire que çà sur le sujet.

    Tout y est :
    – les « privilèges », en toute « objectivité », bien entendu !
    – la modification du sens des mots : « bon sens, de l’équité, de la solidarité, de la responsabilité ».
    – la caricature : « ils percevront ainsi plus de pensions qu’ils n’ont reçu de salaires ! »
    – l’envie d’avoir autant et de ne pas le pouvoir : »6 derniers mois de salaire », « garantie de l’emploi », très représentative de l’état d’esprit des pourfendeurs de fonctionnaires : vous ne supportez pas ces « privilèges » d’un autre temps ? Est-ce pour le bien public ou parce que vous n’en disposez pas pour vous-même ? Croyez bien que j’aimerais être convaincu que vous ne souhaitez que plus d’ « équité » quand vous demandez de niveller par le bas…

    – « le coût de ces régimes (qui concernent 1,2 million de retraités pour seulement 560 000 actifs) représente 15 milliards d’euros pour 2007, dont la moitié payée par la collectivité » : 15 milliards divisés par 1,2 millions = 12500 € par an et par retraité ! C’est vrai que ce pactole est insupportablement élevé et que ces salauds devraient payer de leur santé ce vol inqualifiable ! Des fois que cet argent ne serait pas immédiatement et complètement remis dans l’économie…

    – « La France est le seul pays développé au monde où demeurent de telles inégalités » : c’est terrible que la France soit à ce point inégalitaire… Pensons à ces dizaines de pays où l’idée même d’une retraite est une utopie et voyons un peu si le raisonnement tient encore. Ah, tiens ? Non, en fait c’est juste une énormité.

    – « La réforme de ces régimes est souhaitée par 82% des Français (sondage Metro/Ifop, 11 octobre 2007), y compris par une majorité des agents de la Fonction publique » cela demande t’il vraiment un commentaire ? Le sondage magique et opportun a ses limites.

    – « On estime à 300 milliards d’euros les engagements de retraite des sept principaux régimes spéciaux au cours des six prochaines décennies : une charge injuste et insupportable pour les générations futures. » : Calimero est de retour : c’est vraiment trop injuste. Les 60 prochaines années, vous dites ? C’est à dire que vous anticipez sur les pensions de gens qui ne seront embauchés que dans 20 ans ? Ai-je le droit de dire que c’est n’importe quoi ? Oui, allez, je le dis.

    Les derniers paragraphes sur la nécessaire adaptation au monde « moderne » (donc forcément sans « privilèges », donc supprimons en passant la loi TEPA qui en recrée quelques-uns qu’on croyait disparus) et refusée par des minorités, le grave péril menaçant l’économie française et son rang mondial, etc, ne sont que des appels creux. Et demander du soutien pour un texte aussi creux, c’est manquer de respect à ses lecteurs.

    Non, la France ne sera pas mise en faillite parce que quelques centaines de milliers de personnes auront encore droit à partir plus tôt que les autres en retraite. La France continue de s’enrichir depuis des dizaines d’années, malgré les gouvernement de gauche et les syndicats voraces et dilapidateurs, et aussi parce qu’il y a des conducteurs de TGV qui permettent d’arriver à l’heure et d’engranger des bénéfices à la SNCF et par là même de vendre ces mêmes TGV à l’étranger…

    Non, la France ne sera pas « sauvée » parce que ces mêmes centaines de milliers de personnes seront sommées de rester quelques années de plus au boulot. D’abord parce qu’elle n’a pas à être « sauvée », ensuite parce que l’ « équité » prônée ici n’est pas celle prônée dans les rapports entre salariés et employeurs, en matière de salaires, de formation professionnelles, de contrats de travail, de flexibilité, etc. Si les salariés du privé sont énervés contre ceux du public, dans une mise en scène soigneusement orchestrée, c’est aussi parce que ces salariés du privé ont de plus en plus de mal à supporter ce qu’on leur demande pour « moderniser » le travail dans le cadre de « la nécessaire adaptation »…

    Alors, plutôt que d’appeler à casser du gauchiste (qui parfois méritent quelques claques, il est vrai), appelez à réformer sans parti pris. Voyez comme la France peut continuer d’être riche tout en donnant à tous de bonnes conditions de travail et donc de retraite (et de chômage, et de santé, et d’éducation, etc). Mais on est très loin de ces considérations dans ces vomissures et ces appels à l’étripage de fonctionnaire…

    Une fois de plus, je regrette ma venue sur ce blog. Je m’énerve et je perds mon temps. Pour rien, puisque personne ici ne partagera mon agacement. Sur ce, bon courage aux parisiens. Et riez bien de mon commentaire, surtout, ne vous privez pas ! Qu’au moins cela serve à cela…

  • Les arguments pour ou contre sont toujours compliqués, donc simplifions la Loi :

    Art 1:
    Pour tout régime hors ARCO ou AGIRC, la contribution cumulée de l’entreprise, de l’institution et de l’état sera alignée sur et ne pourra dépasser celle des entreprises privées aux régimes ARCO et AGIRC. (et que les syndicats et salariés concernés gèrent leur futur sans taxer le contribuable ou l’usager).

    Art 2:
    Tous les citoyens peuvent cotiser aux régimes par capitalisation de leur choix en franchise d’impôt dans la limite du plafond accordé aux fonctionnaires pour le régime PREFON (c’est curieux, leur site a l’air fermé en ce moment ! mais on peut retrouver de l’information sur http://www.lemoneymag.fr/v4/dossier/s_Dossier_v4/0,5352,13277,00.html.
    )

    Art 3 :
    Aucun régime indemnisant la perte d’emploi ne peut prévoir des modalités d’indemnisation supérieures à celle en vigueur à l’Assedic.

    Art 5:
    Les régimes de retraites ou de chômage du corps législatif et de l’executif ne peuvent déroger aux Art. ci dessus.

    Art 6:
    Aucune hausse des traitements et indemnités concernant les corps legislatifs et exécutifs ne peut excéder l’augmentation moyenne des salaires en France. Toute hausse de ces éléments ou modification des modes de financement des partis décidée au cours d’une mandature ne peut s’appliquer qu’à partir de la mandature suivante.

    Art 7:
    Le calcul des droits à retraite de l’ensemble des français est effectué en fonction du nombre d’annuités indépendamment de l’age.

    Art 8:
    Aucun remboursement de frais ne peut s’effectuer de façon forfaitaire, ni aucun avantage en nature être accordé en dehors des règles fixées par l’URSSAF.

    Art 9:
    Toute infraction pénale commise dans le cadre d’un mouvement de protestation (dégradations, entrave au travail, arraisonnement de bateaux…) devra être sytématiquement poursuivie devant les juridictions et instances compétentes. L’éxécution du jugement devra être obligatoirement mise en oeuvre par le gouvernement.

  • YR (que j’accuserai d’être sans doute mauvais lecteur)

    [quote comment= »57033″] l’envie d’avoir autant et de ne pas le pouvoir : »6 derniers mois de salaire », « garantie de l’emploi », très représentative de l’état d’esprit des pourfendeurs de fonctionnaires : vous ne supportez pas ces « privilèges » d’un autre temps ? Est-ce pour le bien public ou parce que vous n’en disposez pas pour vous-même ? Croyez bien que j’aimerais être convaincu que vous ne souhaitez que plus d’ « équité » quand vous demandez de niveller par le bas…
    [/quote]

    Quelle nivellement par le haut si on est obligé de cotiser davantage dans le privé pour équiliber les comptes des régimes spéciaux ? Vous plaisantez, ami cégétiste ? Et si on faisait un emploi garanti à vie payé sur nos impots où on dirait qu’ils ne payeraient jamais aucun impot : sûr que l’alignement serait vers la haut si on généralisait, non ? Ca n’a pas de sens de dire « vers le haut » quand on ne le peut pas. Vous êtes 20 sur une cagette et malgré vos encouragements, la cagette ne peut pas accueillir plus de monde.

    [quote comment= »57033″]
    – « le coût de ces régimes (qui concernent 1,2 million de retraités pour seulement 560 000 actifs) représente 15 milliards d’euros pour 2007, dont la moitié payée par la collectivité » : 15 milliards divisés par 1,2 millions = 12500 € par an et par retraité ! C’est vrai que ce pactole est insupportablement élevé et que ces salauds devraient payer de leur santé ce vol inqualifiable ! Des fois que cet argent ne serait pas immédiatement et complètement remis dans l’économie…
    [/quote]

    J’imagine qu’il est inutile que je te demande si c’est normal qu’à métier égal certains partiront avec une retraite encore moins élevée, car ils auront cotisé avec les règles du privé ? Le coût de « ça va être remis dans l’économie », c’est mignon, sauf que c’est effectivement de l’argent que l’on vole quand il n’y a pas d’équité. C’est ça d’ailleurs la lutte des classes.

    Juste une intuition, en passant : fonctionnaire ? Non parce le coût des salariés du privé qui sont énervés à cause de la « modernisation » de leur travail et pas parce qu’ils payent pour les autres, j’en ai avalé mon café de travers. Tu as une vision bien particulière des difficultés en entreprises 🙂

  • [quote comment= »57038″]
    Ca n’a pas de sens de dire « vers le haut » quand on ne le peut pas.[/quote]

    Cà n’a pas de sens de dire « on ne peut pas » quand on ne veut pas pouvoir…

    [quote]qu’à métier égal certains partiront avec une retraite encore moins élevée[/quote]

    Je crains de ne pas comprendre : qui a un métier « égal » à un conducteur de train ? Personne : il n’y a pas à ma connaissance de conducteurs de trains autres que ceux de la SNCF. Et si pour des raisons d’ « équité », au moment où le rail français s’ouvrira à la concurrence, il faut « moderniser » en aligant les salaires et les conventions collectives sur celles des conducteurs de train portugais, je crains de ne pas devoir vous suivre dans ce raisonnement.

    [quote]
    Juste une intuition, en passant : fonctionnaire ? Non parce le coût des salariés du privé qui sont énervés à cause de la « modernisation » de leur travail et pas parce qu’ils payent pour les autres, j’en ai avalé mon café de travers. Tu as une vision bien particulière des difficultés en entreprises :-)[/quote]

    De quelles difficultés parlons-nous ?

    Ce serait donc parce que je paye pour « les autres » qu’il faut que leur cracher dessus comme le fait ce Mermet ci ?

    Les difficultés que je connais dans mon entreprise ne me semblent pas d’emblée liées au nivau de retraite des agents SNCF, mais plutôt à ma convention collective foireuse. Mais comme je risque ma place à demander mieux et qu’il n’y a pas de syndicat dans ma boîte, je crains que la « nécessaire modernisation » ne se fasse encore sans qu’on me demande mon avis…

    Bon café !

  • Les régimes spéciaux ne sont pas uniquement dans la fonction publique:
    – les notaires ont un régime spécial
    – les marins pêcheurs ont un régime spécial
    – les agriculteurs ont un régime spécial
    – les ministres des cultes et des membres des congrégations et collectivités religieuses ont un régime spécial
    – les salariés des mines ont un régime spécial

    Et après la réforme, les agents SNCF et tous les autres auront toujours un régime spécial.

    PS: un billet qui relativise un peu l’évidence de la réforme
    http://www.leconomiste-notes.fr/dotclear/index.php?2007/11/12/73-regimes-speciaux-des-retraites-sncf

  • Baudry,

    Il n’y a pas que le public et la SNCF qui transporte des gens : il y a les compagnies de bus privés (qui sont en concurrence avec la RATP). Et merci pour le café 😉

    Su la nécessité de syndicats et de représentants du personnel, je ne peux qu’acquiescer.

    @ JaK : mais alors si je comprend bien le raisonnement de l’économiste sur ton lien, vu que les conditions de retraites sont plus avantageuses pour le privé, les gars des régimes spéciaux devraient saisir cette opportunité au plus vite ! Non ?

    Au mieux, je suis d’accord qu’une fois qu’on a réformé les régimes spéciaux, on a bougé le schmilblick que d’un millimètre. Sur l’insuffisance des cotisation idem. Et on passe à côté du problème des salaires, du déroulement de la carrière (oubliez pas non plus que les conducteurs de TGV continue, grâce à des accords entre compagnies européennes, en réalité à travailler à l’étranger après 55 ans, et pas pour des clopinettes… mais ça, chut ! motus et bouche cousu je vous ai rien dit !). Mais cela, ce n’est pas le problème de l’Etat, c’est de la négo avec la SNCF qui pour l’instant se repose, sans doute trop, sur le dit Etat.

  • [quote comment= »57054″]Les régimes spéciaux ne sont pas uniquement dans la fonction publique:
    – les notaires ont un régime spécial
    – les marins pêcheurs ont un régime spécial
    – les agriculteurs ont un régime spécial
    – les ministres des cultes et des membres des congrégations et collectivités religieuses ont un régime spécial
    – les salariés des mines ont un régime spécial

    Et après la réforme, les agents SNCF et tous les autres auront toujours un régime spécial.

    PS: un billet qui relativise un peu l’évidence de la réforme
    http://www.leconomiste-notes.fr/dotclear/index.php?2007/11/12/73-regimes-speciaux-des-retraites-sncf%5B/quote%5D

    Jak, il ne suffit pas de déterminer si certaines catégories ont un régime spécial ou non. Il faut encore savoir s’il est plus favorable. Si les notaires sont comme les avocats, oui, on leur réserve un régime spécial : ils se font spécialement en…

  • Même si je suis favorable à la réforme des régimes spéciaux, je trouve le texte de Mermet profondement pompeux et à mourir de rire : la place de la France dans le monde, le décrochage etc…
    Je n’ai jamais aimé la secte de Déclinologie dont nous avons là un apotre.
    Je n’ai pas trouvé le CV de ce Mermet sur wikipedia mais il m’a tout l’air d’être lui même un ponctionnaire de la pire espèce.

  • @koz
    je suis surpris de voir ici plaindre les notaires , qui ont des revenus particulierement élevés et se battent pour maintenir monopole et priviléges….
    je ne pense pas qu’ils aient beaucoup de souci de pension,
    je serais intéressé à savoir quel est la patrimoine moyen d’un notaire qui prend sa retraite…

    par ailleurs la prpoposition de DRH mériterait d’être étudiée,
    même si le numéro neuf me paraît peu justifiable au pland du droit…l’opportunité des poursuites appartient au procureur…

  • J’ai dit « si les notaires sont comme les avocats ». Apparemment, ce n’est pas le cas. En revanche, moi, en tant qu’avocat, j’adorerais qu’on m’aligne sur le régime général.

  • C’est quoi tous ces gens qui ralent contre le libéralisme économique dés que ne n’est plus eux qui en profitent !
    En régime de libre concurence, l’avantage reviens à celui qui a la plus forte capacité de nuisance !

    Si çà ne vous conviens pas que les salariés des transports publics soient mieux placés que vous, circulez à vélo !

    Et pour l’égalitarisme à tout crin, il y a le communisme.

    Fallait voter Marie-Georges, elle, elle est contre les privilèges.

  • Excellent, ce billet du dénommé Gérard Mermet (j’ai bien ri) : la doxa libérale dans tout son dogmatisme, poussé jusqu’à la caricature. Génial, le « fais tourner », très mai 68 à l’envers. Passe à ton voisin : les idées de droite, avec Sarko, c’est chébran, yo !

  • @Koz
    (Ironie inside)

    1/ Corporatisme quand tu nous tiens…

    Il y a une petite rumeur de tentative de négo de la retraite des avocats à 55 ans aussi, non?
    cf le Monde: http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-971076,0.html?xtor=RSS-3224

    Amusant…

    2/ Citation rigolote

    « La ministre de la justice, Rachida Dati, devait recevoir, vendredi 26 octobre, le président du Conseil national des barreaux (CNB), Paul-Albert Iweins, et une délégation d’avocats, pour discuter des compensations à donner aux barreaux des tribunaux supprimés par la réforme de la carte judiciaire. »

    Comme quoi…

    3/ Si les avocats n’arrivent pas à défendre leurs droits à la retraite… c’est à desespérer.

    4/ Pour ceux que les chiffres intéressent:

    … Et pour résumer les avocats de la façon dont on résume les cheminots:

    http://www.cnb.avocat.fr/ObservatoireProfessionAvocat/Conseilnational.php#3

    Il y a 8 avocats actifs pour 1 retraité.

    Le revenu annuel moyen de la profession s’est établi à 67 477 € (en € courants) au niveau national.
    Le revenu annuel moyen a progressé en dix ans de 33,6 % en euros courants ce qui correspond à une augmentation de 14,4 % en euros constants.
    A Paris, le revenu annuel moyen était de 85.322 €.

    J’ai pas de statistiques sur les retraites mais au vu des revenus… je suis partant pour me faire en* au même niveau (si je dois choisir entre une retraite d’avocat ou une retraite d’agent SCNF… je ne suis pas certain d’hésiter bien longtemps).

  • Khazan, je te propose un truc : tu te chopes, dans ce cas, la charge de travail moyenne de l’avocat (rien qu’hier, j’ai fait une journée de 13h, avec 1/2 h pour le déjeuner, et il n’est pas rare que l’on soit contraint de travailler le WE), ainsi que le stress, l’insécurité, l’absence d’indemnités de licenciement (le cas échéant), l’absence d’assedic.

    Et sans vouloir faire preuve d’un mépris quelconque pour l’agent SNCF, il me semble qu’il est plus facile à un avocat de devenir agent sncf que l’inverse et quelque peu logique que la plus grande qualification emporte une meilleure rémunération… 6 ans d’études nécessaires (plus une dans mon cas) post-bac pour être avocat.

    Par ailleurs, le revenu moyen parisien n’est pas très pertinent, dans la mesure où le barreau parisien concentre très certainement les plus hautes rémunérations du pays. Restons-en à la moyen nationale : 67 477 €, soit 5 623 € mensuels pour un avocat (charges comprises ou non ? Si oui, tu retires près de 40%)…

    Pour finir, précisément, tu n’as pas les chiffres des retraites. Et c’est un peu là que tu te prends un coup de massue.

  • Contrairement à ce que j’écrivais hier je reprends la parole !
    Bigre, 67 000€/an de moyenne en France, 85000 € à Paris !
    L’une de mes enfants, avocat dans un cabinet parisien serait surpris !
    ( il est vrai qu’il n’a que trois ans d’ancienneté dans la profession )
    je peux vous dire que les fins de mois sont difficiles, malgré un train de vie plus que réduit !
    Il ne se plaint pas, merci , malgré les 50 heures de travail hebdo car il aime son travail. Il n’empêche que les comptes de Khazan risqueraient fort de le surprendre !

  • [quote comment= »57150″]Contrairement à ce que j’écrivais hier je reprends la parole !
    Bigre, 67 000€/an de moyenne en France, 85000 € à Paris !
    L’une de mes enfants, avocat dans un cabinet parisien serait surpris !
    ( il est vrai qu’il n’a que trois ans d’ancienneté dans la profession )
    je peux vous dire que les fins de mois sont difficiles, malgré un train de vie plus que réduit !
    Il ne se plaint pas, merci , malgré les 50 heures de travail hebdo car il aime son travail. Il n’empêche que les comptes de Khazan risqueraient fort de le surprendre ![/quote]
    Il fallait suivre le lien: ce ne sont pas les chiffres de Khazan, mais ceux du Conseil National des Barreaux.

    Sinon, sur la retraite des avocats (toujours par le Conseil National des Barreaux):
    http://www.cnb.avocat.fr/PDF/2007-09-14_retraite.pdf
    [quote]Pour conclure, et au-delà des chiffres et des avantages matériels, si
    notre régime de retraite appartient à notre patrimoine économique, il est
    également un élément de notre patrimoine culturel.
    C’est le symbole d’abord de notre indépendance, de notre
    responsabilité, de notre capacité à créer des choses durables.[/quote]

  • [quote comment= »57021″]@esurnir
    pour le parlementaires, l’amendeament que tu cites ne traite pas le point principal: au bout de 3 mandats, (15 ans!), un député part en retraite à taux plein , une retraite à plus de 5000 euros par mois, qu’il cumule allègrement avec d’autres reatrites gagnées ailleurs…
    pour les militaires rien!
    pour la pénibilité, rien!

    pour le traitement du président ce n’est pas l’objet de ce post et je ne voudrais pas troptroller…
    le traitement est triplé c’est clair, sarko touchera 20 000 euros
    par mois en étant logé, nourri, véhiculé, invité (contrairement à ses homologues des pays du nord de l’ europe.
    J’aimerais savoir d’ailleurs sur quelle base il est imposable, et note que celui qui annonce « faire ce qu’il a promis » avait oublié de parler de ce point.

    sur la grève elle-même je pense que le « reconductible adlibitum » pose problème…deux jours, voire trois par semaine pendant plusieurs semaines seraient sans doute plus efficaces et mieux compris….

    en fait ce mouvement en développant vélo et marche à pied participe à la campagne menée par le gouvernement pour améliorer l’hygiéne de vie et donc la santé, en même temps qu’il fait mieux comprendre qu’un borloo à grenelle combien il est absurde de mettre les boulots si loin des dodos…[/quote]
    Qu’il ne cummule plus sachant que si il part en retraite il arrette de cotiser a deux regimes. A part commencer sa « carriere » de depute a 60 ans ca me parrait difficile de gagner deux retraites.

  • tu te trompes, avec 22,2 annuités ils ont une retraite à taux plein,
    avec 15 annuités, ils ont 75% de leur retraite, ce qui fait plus de 4000€ par mois, ça va ils peuvent cumuler avec autre chose, sans compter les retraites de maire, de conseiller général, de ….par exemple cope qui, comme il bosse « à côté » aura sa retraite d’avocat à taux plein….
    pour info, notre ancien PR, JC, émarge semble til pour sa retraite à 23000€, à ce prix là , prêcher la modération aux autres est un vrai sacerdoce…

  • [quote comment= »57031″]@libéral : vous m’otez les mots de la bouche. L’Etat employeur a décider d’utiliser le régime général pour boucher le trou des régimes particuliers qu’il a mis en place et qu’il ne peut soutenir par faute d’évolution démographique et de la base de cotisation. Le nombre de cheminot a bien diminué ces dernières années.
    Donc il s’abrite derrière les usagers pour ne pas assumer ses choix ou plutôt ses non choix des années précédentes.[/quote]
    Pas certain de saisir votre point. Si c’est de dire que depuis des décennies l’Etat, par incompétence, lâcheté ou intérêt a fait des concessions exorbitantes aux cheminots, on est d’accord. Mais dans ce cas, je ne comprends pas pourquoi vous semblez vous opposer à un changement de cap.

    [quote comment= »57031″]On ne peut avoir tout à la fois : l’universalité du service mais la gestion de l’offre comme une parmis plusieurs.
    Le service férroviaire est vu comme une offre de déplacement parmis d’autre avec privatisation, mise en concurrence etc. Laissons le marché régler ce problème. Ces choix ne sont pas ceux de 1936 et 1945, alors assumons leurs conséquences.

    Oui ce modèle à besoin d’une redéfinission, mais on ne voit pas par quoi notre répsident veut le replacer. Le modèle américain ? Celui qui veut mettre en place une couverture sociale universelle ?[/quote]
    Pardon, mais ce que vous faites là est une magnifique illustration de l’argument de l’homme de paille. Vous caricaturez les positions alternatives au statu quo pour faire croire que la moindre évolution serait catastrophique.

    Personne, à ma connaissance, ne parle de mettre en concurrence le business de la SNCF.
    Ma position personnelle serait de garder un monopole public tout en mettant en place les dispositif permettant de garantir l’intérêt général contre les risques d’abus de monopole par les opérateurs. Cela passerait par le transfert des agents de la SNCF au statut de CDI privé et des restrictions à leur droit de grève comme en Allemagne. A ma connaissance, cette position est très minoritaire. En tous cas, je n’ai jamais entendu un responsable politique majeur ou un journaliste mainstream la défendre.
    Une position moins ambitieuses serait de conserver le statut actuel (monopole, emploi à vie, primes diverses, grèves multiples) et d’uniquement aligner le régime de retraites sur le régime général. Là encore, personne n’envisage une telle position.
    Le projet du gouvernement accomplit moins de 20% du chemin qui mènerait à l’harmonisation des régimes. On passe à 40 annuités mais les retraites restent calculées sur les 6 derniers mois (et non 20 ans) et indexées sur les salaires (et non l’inflation). De plus la décote si on n’accomplit pas les 40 annuités paraît très faible.

    Les demandes du gouvernement sont extraordinairement modérées par rapport à l’ampleur de l’écart entre régimes spéciaux et régime général. Présenter le gouvernement comme intransigeant et ultrarigide face à des syndicats disposés à négocier n’est pas raisonnable.

    [quote comment= »57033″]- les « privilèges », en toute « objectivité », bien entendu !
    – la modification du sens des mots : « bon sens, de l’équité, de la solidarité, de la responsabilité ».[/quote]
    J’aimerais connaître votre définition de « privilège ». J’aimerais aussi connaître quel sens du mot « équité » permet de considérer que les régimes spéciaux de retraite sont une forme d’équité.

    [quote comment= »57033″]- l’envie d’avoir autant et de ne pas le pouvoir : »6 derniers mois de salaire », « garantie de l’emploi », très représentative de l’état d’esprit des pourfendeurs de fonctionnaires : vous ne supportez pas ces « privilèges » d’un autre temps ? Est-ce pour le bien public ou parce que vous n’en disposez pas pour vous-même ? Croyez bien que j’aimerais être convaincu que vous ne souhaitez que plus d’ « équité » quand vous demandez de niveller par le bas…[/quote]
    Je n’ai pas décelé beaucoup d’envie ou de jalousie chez ceux qui prônent l’harmonisation des régimes de retraite. Par exemple, il ne me semble pas avoir entendu qui que ce soit réclamer que les salariés du secteur privé bénéficient des régimes spéciaux. En revanche, je vois beaucoup d’envie et de jalousie chez ceux qui exigent de faire payer les riches et les patrons. Peut être en connaissez vous?

    [quote comment= »57033″]- « le coût de ces régimes (qui concernent 1,2 million de retraités pour seulement 560 000 actifs) représente 15 milliards d’euros pour 2007, dont la moitié payée par la collectivité » : 15 milliards divisés par 1,2 millions = 12500 € par an et par retraité ! C’est vrai que ce pactole est insupportablement élevé et que ces salauds devraient payer de leur santé ce vol inqualifiable ! Des fois que cet argent ne serait pas immédiatement et complètement remis dans l’économie…[/quote]
    La question n’est pas l’importance des sommes en jeu mais le fait qu’elles soient réservées à une caste et payées par tout le monde. A suivre votre raisonnement, vous seriez favorables à augmenter les retraites de tous les Français de 5000€ par an en prélevant ces somme sur les feuilles de paie des seuls fonctionnaires?

    [quote comment= »57033″]- « La France est le seul pays développé au monde où demeurent de telles inégalités » : c’est terrible que la France soit à ce point inégalitaire… Pensons à ces dizaines de pays où l’idée même d’une retraite est une utopie et voyons un peu si le raisonnement tient encore. Ah, tiens ? Non, en fait c’est juste une énormité.[/quote]
    Merci de me citer UN pays développé où l’idée même d’une retraite est une utopie. Je suis sympa, je ne vous en demande pas des dizaines, un seul.

    [quote comment= »57033″]- « On estime à 300 milliards d’euros les engagements de retraite des sept principaux régimes spéciaux au cours des six prochaines décennies : une charge injuste et insupportable pour les générations futures. » : Calimero est de retour : c’est vraiment trop injuste. Les 60 prochaines années, vous dites ? C’est à dire que vous anticipez sur les pensions de gens qui ne seront embauchés que dans 20 ans ? Ai-je le droit de dire que c’est n’importe quoi ? Oui, allez, je le dis.[/quote]
    Nul doute qu’avant de parsemer votre post d’amabilité telles que « bas du front », « vomissures » ou « étriper du fonctionnaire », vous vous êtes documenté sur le sujet des retraites. Un détail d’importance vous a apparemment échappé. Les retraites sont généralement versées jusqu’à la mort du pensionné. Ainsi, un salarié de 20 ans récemment embauché à la SNCF partira à la retraite dans 30 ans à l’âge de 50 ans et vivra (on lui souhaite tous) jusqu’à 80 ans. La SNCF a donc aujourd’hui des engagements jusqu’à un horizon de 60 ans et plus.

    [quote comment= »57033″]- La France continue de s’enrichir depuis des dizaines d’années, malgré les gouvernement de gauche et les syndicats voraces et dilapidateurs, et aussi parce qu’il y a des conducteurs de TGV qui permettent d’arriver à l’heure et d’engranger des bénéfices à la SNCF et par là même de vendre ces mêmes TGV à l’étranger…[/quote]
    Les « bénéfices » de la SNCF proviennent du fait qu’on a planqué la dette dans RFF et que la SNCF reçoit des subventions publiques massives (supérieures au produit de vente des billets). Je suis ravi que les TGV arrivent à l’heure, mais si on devait donner à toutes les boites qui font convenablement leur boulot des subventions supérieures à leur chiffre d’affaires, il y a longtemps qu’on aurait cessé de s’enrichir. Accessoirement, ce n’est pas la SNCF qui fabrique ou vend le TGV.

    [quote comment= »57033″]- Alors, plutôt que d’appeler à casser du gauchiste (qui parfois méritent quelques claques, il est vrai), appelez à réformer sans parti pris. Voyez comme la France peut continuer d’être riche tout en donnant à tous de bonnes conditions de travail et donc de retraite (et de chômage, et de santé, et d’éducation, etc). Mais on est très loin de ces considérations dans ces vomissures et ces appels à l’étripage de fonctionnaire…[/quote]
    Personne ne veut casser du gauchiste ou du fonctionnaire, quittez votre vocabulaire guerrier. La plupart des contributeurs de ce site souhaitent sincèrement que la France se dote d’un modèle social juste et performant. Maintenant, quand je regarde les quelques pays voisins qui peuvent servir d’exemple (Danemark, Allemagne, Canada…) aucun n’a sanctuarisé les employés de services publics comme on l’a fait en France. Etes vous prêt à envisager de réformer sans parti pris?

    [quote comment= »57114″]C’est quoi tous ces gens qui ralent contre le libéralisme économique dés que ne n’est plus eux qui en profitent !
    En régime de libre concurence, l’avantage reviens à celui qui a la plus forte capacité de nuisance ![/quote]
    Vous êtes mal renseigné, en libre concurrence l’avantage revient à celui qui a la plus forte capacité de bienfaisance. Vous confondez avec le socialisme.
    En régime de libre concurrence, la SNCF aurait fait faillite depuis bien longtemps et ni les retraites des cheminots ni leur capacité de nuisance ne seraient un sujet d’intérêt.
    Malheureusement, il est très malaisé d’organiser la libre concurrence dans une industrie comme le transport par rail. Nous devons donc subir les conséquences d’un monopole et voir démontré une nouvelle fois que ce mode d’organisation encourage les acteurs à développer leur capacité de nuisance.

    [quote comment= »57142″]Khazan, je te propose un truc : tu te chopes, dans ce cas, la charge de travail moyenne de l’avocat (rien qu’hier, j’ai fait une journée de 13h, avec 1/2 h pour le déjeuner, et il n’est pas rare que l’on soit contraint de travailler le WE), ainsi que le stress, l’insécurité, l’absence d’indemnités de licenciement (le cas échéant), l’absence d’assedic.[/quote]
    Le jour où les avocats exigeront par la force qu’on leur paie telle ou telle indemnité, on pourra s’interroger sur leur mérite. Mais tel n’est pas le cas. Les avocats que je fais travailler méritent chaque euro qu’ils me facturent et je me fous complètement de savoir combien ils gagnent et combien ils travaillent.

    A ma connaissance, ils gagnent plus que ce que mentionne Khazan et travaillent autant que le mentionne Koz. Tant mieux pour eux. Encore un exemple de personnes plongés dans la libre concurrence et qui sont encouragés à rendre les meilleurs services possibles, pas à augmenter leur capacité de nuisance.

  • @Koz

    Ne vous inquiétez pas pour ma charge de travail 🙂

    J’ai vu souvent le soleil se lever sur les immeubles de bureau qui m’entourent, y compris les week end, et bien souvent pour une rémunération plus basse que la moyenne des avocats.

    Je suis certain qu’il est plus facile pour un avocat de devenir agent SNCF que le contraire… mais je suis bien certain que l’envie de le faire n’y est pas forcément (alors que dans le cas contraire…)… Il doit bien y avoir une raison 🙂

    « Khazan, je te propose un truc : tu te chopes, dans ce cas, la charge de travail moyenne de l’avocat (rien qu’hier, j’ai fait une journée de 13h, avec 1/2 h pour le déjeuner, et il n’est pas rare que l’on soit contraint de travailler le WE), ainsi que le stress, l’insécurité, l’absence d’indemnités de licenciement (le cas échéant), l’absence d’assedic. »

    travailler le soir tard et les WE (assez fréquemment)… c’était aussi le cas de mon père… fonctionnaire de police… et pour une compensation financière qui vous ferait sans doute mourir de rire. Stress, insécurité c’est aussi le lot commun de beaucoup de salariés du secteur privé… et sans plus de compensation financière. En ce qui me concerne, que je travail 8 heures par jours ou 20 heures (c’est arrivé), mon salaire à la fin du mois reste le même. C’est ce qu’on appel être un cadre 😀

    Je vous concède le « ni chomage, ni assédics »… Mais là… deux possibilités:

    1- avocat juriste d’entreprise (assez bien payé et salarié
    2- Que les avocats demandent en masse une modification du fonctionnement des cabinets et de leurs règles de réversion/association… Pour accéder au status de salarié et au régime général des retraites 🙂

    Le coup de massue, on peut avoir des informations? Ou alors par soucis de transparence, les avocats n’en fournissent pas?

    Parce que c’est intéressant de voir toute la France décortiquer les régimes des agents SNCF… mais quand il s’agit de savoir ce que les autres ont alors… c’est plus compliqué de trouver des informations.

    @Tara
    Une moyenne… c’est une moyenne… ca donne une idée. Mais le chiffre provient du CNB donc ca semble assez sérieux. Vous pouvez trouver sur leur site une étude plus dértaillée Paris/Province et en fonction de l’expérience.

    Les quelques uns que je connais s’y retrouve assez bien (plusieurs largement au dessus, un légèrement en dessous)

    @Koz again
    Je suppose que c’est une rémunération « avant impots » mais après charges patronales et TVA… puisque la moyenne en question doit recouvrir les avocats en libérale et le salariés. C’est donc plutot un « brut » annuel.

    … Je suppose hein 🙂
    En tant qui’avocat, vous avez sans doute plus d’acointance que moi avec le CNB et son site web.

  • @Liberal (essentiellement)

    « A ma connaissance, ils gagnent plus que ce que mentionne Khazan et travaillent autant que le mentionne Koz. Tant mieux pour eux. Encore un exemple de personnes plongés dans la libre concurrence et qui sont encouragés à rendre les meilleurs services possibles, pas à augmenter leur capacité de nuisance. »

    Encore une fois ce ne sont pas mes chiffres mais ceux du CNB 🙂
    Tant mieux pour vous (et eux) si ceux que vous connaissez gagnent encore plus, donnez l’adresse à Tara, elle pourra peut être s’en servir pour l’un de ses enfants.

    Je pense aussi que vous allez un peu vite en besogne et je ne suis pas certain que Koz vous suivra sur le chemin de « l’avocat plongé dans la libre concurence »

    😀

    Quelques pistes: Monopole de la représentation judiciaire, exclusivité territoriale, detention du capital par des non avocats, interdiction de la publicité, instance disciplinaire professionelle en première instance, directive Bolkenstein…

    … je ne sais pas hein… j’ai juste l’impression que certains le sont, libéral, et d’autre prétendent l’être ou le sont pour les autres. Quand a bloquer qui que ce soit ou quoi que ce soit… les avocats ont d’autre moyens de pression que de descendre dans la rue 🙂 ne soyons pas naïfs non plus (quand même).

  • Tout ça étant dit, reste que la grève est une liberté fondamentale. A tel point que, pour ceux qui ne l’ont pas compris, les camarades organisent des sessions à vocations pédagogiques pour que chaque employé comprenne bien l’aspect civique de cet exercice pour la bonne marche de l’entreprise et de la société en général : http://www.lefigaro.fr/politique/2007/11/14/01002-20071114ARTFIG00012-si-tu-ne-fais-pas-greveon-va-te-peter-ta-bagnole-.php

    Je ne sais pas si c’est une impression, mais entre la dénonciation des AG étudiantes, les systèmes de financement et autres compromissions des principales centrales et les pressions syndicales totalement crapuleuses dans certains milieux qui sortent dans la presse ces jours ci, il y aurait, comme dit Diams « Comme un goût de boulette-boulette sur les ondes »…

  • En tous cas, moi je suis venu bosser ce matin en métro, comme tous les jours. Il y avait une rame sur 4, j’ai attendu 5mn plutôt que 2. On était plus serrés que d’habitude mais rien d’insupportable.

    Un grand merci du fond du coeur aux employés de la RATP qui ont choisi de travailler aujourd’hui pour le service public.

  • Oui, apparemment, la grève est bien moins suivie que les syndicats ne le pensaient. Le trafic était censé être quasi-nul sur ma ligne, c’est en fait une rame sur 5. Et le métro est très diversement perturbé.

  • [quote comment= »57317″]Tout ça étant dit, reste que la grève est une liberté fondamentale.
    ………..
    Je ne sais pas si c’est une impression, mais entre la dénonciation des AG étudiantes, les systèmes de financement et autres compromissions des principales centrales et les pressions syndicales totalement crapuleuses dans certains milieux qui sortent dans la presse ces jours ci, il y aurait, comme dit Diams « Comme un goût de boulette-boulette sur les ondes »…[/quote]

    Certes la grève est une liberté fondamentale. Pour les salariés à la merci de leur employeur, de façon à rééquilibrer le rapport de force. Pour des salariés (directs ou indirects) de l’Etat qui ont la sécurité de l’emploi et un employeur (le seul) susceptible, si l’envie l’en prenait, de résister aussi longtemps qu’il le veut à une grève totale, c’est au contraire choquant.

    A ma connaissance, dans le monde civilisé les fonctionnaires et assimilés ont soit le droit de grève, mais un statut identique à celui du privé, soit la sécurité de l’emploi et un statut protégé, mais pas de droit de grève. Les étudiants n’étant pas salariés ou quoi que ce soit de ce genre n’ont évidement nulle part de « droit de grève » ou plutôt partout, dans le sens où une « vraie » grève d’étudiants (sans piquets et blocages) ne gène jamais qu’eux.

    Les militaires n’ont pas le droit de grève… D’ailleurs, puisqu’on parlait de leurs « privilèges » de retraite… ils ont le droit d’aller se faire tuer là où l’Etat le veut, mais en silence… La promotion de St Cyr dont était issu mon grand-père avait perdu plus de la moitié de ses membres quand l’âge moyen était de 40 ans… Qu’on compare cela avec le métier « pénible » de conducteur de train… C’est sûr qu’à la SNCF on va faire la guerre dans les jungles, les déserts… s’interposer entre des guérilléros sur-excités et des forces armées sous-entrainées dans les coins les plus paumés de la terre… bien sûr 😉 . Les militaire n’ont pas le droit de grève donc. Et ça ne me choque pas.

    Je suis fonctionnaire, dans l’enseignement supérieur, et je ne serais pas du tout choqué si je n’avais pas non plus le droit de grève. D’ailleurs ce droit n’est pratiquement jamais utilisé par mes collègues et moi même (quoi qu’on puisse entendre dans les média, en général j’apprends les grèves d’enseignants chercheurs après coup… D’abord dans les journaux, puis ensuite par des mails internes demandant aux grévistes, s’il y en a eu de se déclarer comme tels au service du personnel enseignant, pour calculer les retenues sur salaire 😉 ). Et pourtant (ou alors y a-t-il un lien de causalité) nous sommes les fonctionnaires les plus mal payés à diplôme constant.

  • franz écrit, à propos des militaires, en me répondant:
    D’ailleurs, puisqu’on parlait de leurs “privilèges” de retraite… ils ont le droit d’aller se faire tuer là où l’Etat le veut, mais en silence… La promotion de St Cyr dont était issu mon grand-père avait perdu plus de la moitié de ses membres quand l’âge moyen était de 40 ans…
    il n’ y a, heureusement, plus beaucoup de militaires tués au combat, et le chiffres de leur espérance de vie montre qu’elle est identique à celle des civils.
    la retraite après 15 ans de service des sous officiers, après 25 ans pour les officiers me paraît d’autant plus anormale, voire scandaleuse, que la très grande majorité d’entre eux n’a jamais participé, ni de près ni de loin, à un combat: rappellons que, dans les guerres modernes, il y a 1 homme au front pour 9 en support…
    le seul argument rationnel que j’aie entendu pour justifier cette retraite priviligiée est qu’elle est indispensable pour recruter: le même qu’à la SNCF…
    pour l’absence de droit de grève des militaires, fin 2001, les gendarmes se mirent « en grève », sans que le chef de l’état, chef des amées, qui pensait plutôt à 2002, s’en émeuve…nous verrons si ceci constitue désormais un « précédent »….

  • Hummm

    La grève des gendarmes de 2001 c’était assez spécial… Les gendarmes, donc, continuent à bosser comme si de rien n’était et leurs femmes/copines/compagnes/enfants/amis vont manifester pour eux…

    Si seulement les « cheminots » faisaient pareil 😉

  • Par ailleurs, pour avoir, aussi, un frère gendarme, je ne connais pas beaucoup d’autres professions, à part marin (surtout militaire là aussi) susceptible de travailler pendant 3 mois, 7 jours sur 7 et potentiellement 24h sur 24… y compris à Noël, y compris le jours du mariage de son frère, y compris le jours de l’accouchement de sa femme…

    Mais bon… C’est pire à la RATP, tout le monde sait ça (enfin c’est juste parce qu’ils votent plus à gauche que les militaires, si c’était l’inverse…)

  • donc…
    gendarme, cheminot, conducteur de métro, même situation?
    propose aux « régimes spéciaux » la retraite des mili,
    ils signent des deux mains…
    je n’avais pas remarqué que les gendarmes avaient continué à bosser en 2001, il me semble en avoir même vu manifester avec ou sans uniforme…
    mais il est vrai que, pendant ce temps là ils étaient payés,
    pusqu’ils ne pouvaient être en grève,
    c’est ça la différence entre une manif de gendarmes et de cheminots?

  • donc…
    gendarme, cheminot, conducteur de métro, même situation?
    propose aux « régimes spéciaux » la retraite des mili,
    ils signent des deux mains…
    je n’avais pas remarqué que les gendarmes avaient continué à bosser en 2001, il me semble en avoir même vu manifester avec ou sans uniforme…
    mais il est vrai que, pendant ce temps là ils étaient payés,
    pusqu’ils ne pouvaient être en grève,
    c’est ça la différence entre une manif de gendarmes et de cheminots?

  • [quote comment= »57384″]donc…
    gendarme, cheminot, conducteur de métro, même situation?
    propose aux « régimes spéciaux » la retraite des mili,
    ils signent des deux mains…
    je n’avais pas remarqué que les gendarmes avaient continué à bosser en 2001, il me semble en avoir même vu manifester avec ou sans uniforme…
    mais il est vrai que, pendant ce temps là ils étaient payés, pusqu’ils ne pouvaient être en grève,
    c’est ça la différence entre une manif de gendarmes et de cheminots?[/quote]

    Un gendarme pris à manifester risque beaucoup… Et pas seulement des retenues sur sa solde…

    OK, on leur propose la retraite des gendarmes, mais
    1° suppression du droit de grève et du droit de s’exprimer comme ils veulent (devoir de réserve). Suppression du droit de se syndiquer aussi, bien sûr.
    2° On s’aligne aussi sur les horaires de travail des gendarmes (pour mon frère, ça peut aller jusqu’à 80h par semaine), pas payées en heures supplémentaires, bien sûr…
    3° On rajoute des jours d’astreinte, des congés à date bloquées qui sautent du jours au lendemain ou sont approuvée seulement la veille du départ.

    Et la prochaine fois qu’il y a émeut ou manif c’est eux qui vont se prendre des pavés, des PC des barrières en métal sur la tête, des coups de batte de baseball, et s’ils se défendent un peu trop la presse leur tombe dessus… 😀

    Allez, c’est sûr gendarme c’est mieux que cheminot, hein 😉

  • tout cela justifie t il de partir en retraite, payée immédiatement, au bout de quinze ans?
    y compris pour ceux qui restent derriere leurs bureaux?

  • L’un de mes amis vient de passer deux ans à Cayenne, et ce n’était pas ce qu’on fait de plus fun, ce qui éloigne tout le monde (femme et enfants compris) de leur famille et de leurs amis (j’ai découvert à cette occasion que l’armée ne finançait même pas un A-R annuel et, vu la solde d’un militaire, ce n’est pas lui qui pourra se l’offrir).

    Auparavant, il a passé deux mois en Afghanistan. Et il n’est qu’en début de carrière.

    On ajoute aussi à cela les déménagements : à 32 ans, c’est la quatrième fois qu’il déménage sa famille pour raisons professionnelles.

    Et non, on ne peut pas passer totalement sous silence le risque de se faire descendre, y compris lorsque l’on n’est pas commando. Les soldats français morts à Bouaké pouvaient eux aussi penser qu’il y avait peu de risques de se trouver engagés dans un conflit.

    Il n’y a pas beaucoup de professions dans lesquelles ce risque existe, me semble-t-il.

    Ces sacrifices sont acceptés mais rendent un peu plus légitimes, oui, un traitement plus favorable qu’un conducteur de rame de métro.

    Enfin, on pourra peut-être changer de sujet quand chacun aura pris la peine de lire cette brochure plutôt que les sites de propagande de gauche qui s’en prennent, ô surprise, aux militaires.

    « Si vous avez accompli au moins 15 ans de services civils et militaires, vous pourrez obtenir une pension à la date à laquelle vous remplirez la condition d’âge, c’est-à-dire :
    – en règle générale, à 60 ans ;
    – à 55 ans, si vous avez accompli 15 ans de services dans un emploi classé dans la catégorie active* même si, dans ce cas, vous terminez votre carrière dans un emploi sédentaire ;
    – au plus tard, à la date à laquelle vous avez atteint votre limite d’âge ou à la date de la fin de votre maintien en activité au-delà de la limite d’âge. »

    Bref, non, francis, les militaires ne partent pas à la retraite à 32 ans. Un peu d’observation aurait probablement permis d’éviter de sortir une ineptie. Et affirmer que la retraite est payée immédiatement après quinze ans de service est un mensonge.

    Bon alors, on en était où, sur les cheminots ? Y compris sur ceux qui restent derrière leur bureau, pour reprendre les termes de francis ?

  • pas d’accord du tout, koz,
    beaucoup partent à 15 ans de carrière, d’autres à 25 ans, 90% avant l’échéance normale
    le rapport de la cour des comptes de 2004 décrit bien le mécanisme des pensions miliatires qui partent tôt, vers 45 ans, avec à peu près 25 ans de service en moyenne, et une pension immédiate dont le taux de remplacement n’est pas mauvais…
    http://www.ccomptes.fr/CC/documents/RPA/PensionsRetraites.pdf
    les 5 ou 6 premières pages suffisent…

    oui, les militaires, comme les fonctionnaires, peuvent être nommés outre-mer et ont une indemnisation correspondante et, me semble t il consequente…

    pour les risques professionnels, je note dans le rapport du COR, p 154, que l’espérance de vie des miliatires est supérieure à celle des agents de la RATP et d’EDF/GDF
    (alors qu’ils sont majoritairement masculins…)
    http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-723.pdf
    je ne suis pas persuadé, qu’à part quelques unités d’élite, les risques soient véritablement élevés…bouaké reste exceptionnel, heureusement.
    je terminerais bien sur la blague de coluche:
    en 14-18 il y eut dix fois plus de morts militaires que civils, en 40-45, autant, la prochaine guerre, je sais ce que j’ai à faire…
    (malheureusement, il avit raison: en irak il y aplus de morts civils que mili, chez les irakiens, bien sûr, qui sont les plus touchés par le conflit…)
    et si on passait au régime des parlementaires….
    encore des gens qui, au bout de 15 ans de travail harrassant, ont 75% de leur retraite acquise….
    au canada, qu’on nous montre souvent en exemple, les parlementaires et ministres ont commencé leur réforme en diminuant leurs émoluments et non en les conservant, voire les triplant…

  • [quote comment= »57369″]le seul argument rationnel que j’aie entendu pour justifier cette retraite priviligiée est qu’elle est indispensable pour recruter: le même qu’à la SNCF…[/quote]
    Merde, j’ignorais totalement que la SNCF peinait à ce point pour recruter. C’est vrai que les conditions sont vraiment dégueulasses. Bientôt, on va nous apprendre que les cheminots démissionnent massivement pour rejoindre le privé. On se demande d’ailleurs pourquoi le gouvernement s’emmerde à réformer les régimes spéciaux; tous les cheminots auront quitté la SNCF bien avant leur retraite.

  • Sans entrer dans le détail de qui qu’est le plus privilégié, entre un avocat militaire de 36 ans et demi ou un cheminot député de 15 ans de carrière, il me semble qu’effectivement, et même si ç’avait été juste symbolique (forcément symbolique : il y a quoi ? Mille députés à la retraite, deux mille ?), les parlementaires auraient pu réévaluer à la baisse leurs indemnités, ainsi que leurs retraites.
    Et le gouvernement tout autant (passons charitablement sur notre président, je le crois indéfendable, pour le coup).

    Je sais bien que ça ne changerait rien aux aspects comptables du « problème des retraites », mais ça aurait donné un peu plus de crédibilité aux discours selon lesquels il faut « se serrer la ceinture ». Et les symboles, lorsque l’on parle à un peuple, ça n’est pas rien (et ce n’est pas l’instigateur de « la lecture de La Lettre blablabla… » qui me démentira).

    Une diminution drastique des « salaires » versés aux ministres, secrétaires d’état, parlementaires ? C’est « poujadiste » ?
    Moui, sans doute.
    Mais une augmentation, drastique elle aussi, c’est quoi ? Une provocation ?

  • Et que pensez-vous de ceci:
    TRANSPORTS
    La gratuité plutôt que la grève ? Oui mais…
    Crédit Photo : TF1
    . Pourquoi les agents SNCF ou RATP n’imposent pas
    la gratuité lors des grèves plutôt que de supprimer
    les trains ?
    . A moins que la France s’adapte à une jurisprudence
    européenne, cela serait considéré comme une « faute
    professionnelle ».
    – le 12/11/2007 – 16h22
    Ouvrez, ouvrez les portillons, les barrières au péage, faites la grève des contrôleurs mais pas des trains ! Voilà la supplique de
    nombre d’utilisateurs de transports en commun qui exhortent les grévistes à rendre les transports gratuits plutôt que de faire
    grève. L’opération aurait « l’avantage » de pénaliser l’entreprise au même titre qu’une grève sans provoquer la pagaille chez les
    utilisateurs.
    Mais voilà, c’est impossible. Pour le moment en tout cas. en La question a été posée il y a quelques jours par Sud-Rail et la
    Fédération des usagers des transports et des services publics (FUT-SP), qui ont réclamé « une table ronde Etat-entreprises de
    transport-syndicats-usagers » pour faire reconnaître une telle forme de grève. Les deux organisations s’appuient sur un arrêt de
    la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) du 17 juillet dernier, selon lequel « le ralentissement de travail » d’agents de
    péage turcs ayant le statut de fonctionnaires, qui avaient quitté leur poste et permis aux automobilistes de passer sans payer,
    « pourrait être considéré comme une action collective d’ordre général dans le contexte de l’exercice des droits syndicaux ».
    Considéré comme une faute professionnelle
    Cependant, la SNCF ne fait pas la même analyse de ce qu’elle juge comme un « cas d’espèce ». « Cela n’est pas qu’un problème
    juridique », précise Jean-Pierre Menanteau, directeur des finances et des affaires juridiques de l’entreprise. Lors d’une « grève de
    la pince » en 1989, alors que les contrôleurs avaient refusé en masse de vérifier les billets, la direction de la SNCF avait prévenu
    que cela constituait « une véritable remise en cause des obligations même du contrat de travail », c’est-à-dire « une faute
    professionnelle ».
    Selon Sud-Rail, « les grévistes qui ont intenté des recours juridiques contre leurs sanctions ont été désavoués, ce qui a été un
    frein à ce type d’expérience ». « On comprend bien pourquoi la direction SNCF est hostile à cette forme de grève qui serait au
    contraire particulièrement bien accueillie par les usagers », estiment le syndicat et la FUT-SP.

  • [quote comment= »57989″]Rôôô… Un sociologue de droite? Cela existe donc?[/quote]
    C’est amusant comme réflexion… « vous »* voulez dire que vous allez arrêter d’affirmer que les sciences sociales sont inutiles, que les sociologues sont de branleurs qui coutent cher… etc…

    Ce vous est adressé à un collectifs de commentateurs ‘dits de droite’ sur ce blog.

Les commentaires sont fermés