Brûler le Coran : des boutefeux comme s’il en pleuvait

« L’Islam est satanique. Apprenez les vérités spirituelles qui ramèneront l’église chrétienne à la position révélée par Dieu ». La traduction est libre, le sens aléatoire, et il n’est pas certain que la version originale soit plus sensée. L’auteur de ces lignes nuancées est le taquin pasteur Terry Jones, fondateur dans son salon d’une église protestante. Taquin, parce que si le pasteur fout les choquottes quand il parle avec un fond sonore qui fait vouhououhou vouhouhou avec un petit rappel mélodique de Mission, il a aussi appelé son église « the Dove World Outreach Center » soit, grosso modo, « Pour Atteindre un Monde de Paix », ce qui ne peut être qu’une marque d’autodérision.

On ne devrait pas créer d’églises dans son salon. Ca vous a un petit côté personnel et égocentré inconvenant. Comme un manque d’ouverture aux autres.

Et l’on ne sera pas surpris de constater le pasteur Terry Jones s’est taillé un succès mondial en proposant un International Burn a Koran Day le 11 septembre prochain. Un truc de oufs. A plein d’égards.

Truc de oufs parce que l’on a beau chercher, on ne voit pas bien ce qui, dans la foi chrétienne, justifie une telle action. Certes, la Dove Church en a une perception un peu particulière : la Dove Church, c’est la foi, avec des couilles.

« We, as the church, need to stand up for righteousness and for the truth of the Bible. That truth is not only love, healing and prosperity, but it is also about getting up. »

Ok ?! La vérité de la Bible, ce n’est pas seulement l’amour, la consolation et la prospérité, c’est aussi de se lever. Enfourcher sa monture. Et, les rênes dans une main, la Winch’ dans l’autre, l’imperméable au vent – vouhouhou vouhouhou – quand le soleil descend sur la plaine et éclaire le fier pays de nos pères, allumer un avorteur, une pédale, un arabe.

Inutile de détailler la contrariété de ces délires avec la foi chrétienne. L’Association Nationale des Evangéliques (US) l’a fait, en partie, en citant la Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens1 et en exigeant de ce groupe l’annulation de son autodafé.

Il aurait également du être inutile de consacrer du temps à cette initiative.

Las, s’il est un boutefeux, Terry Jones n’est peut-être pas le seul. On peut s’interroger sur le rôle des medias, qui ont largement relayé cette initiative. Qui connaissait le Dove World Outreach Center ? Qui connaissait le pasteur Terry Jones ? Qui pouvait situer Gainsville, Floride ? Où sont donc passés l’esprit critique et le discernement de nos medias ? La mise en perspective ?

Les Etats-Unis regorgent de pseudo-églises protestantes, créées dans leur salon par quelques enragés de l’interprétation solitaire des Ecritures au fin fond du bayou. C’est l’église baptiste de Westboro au très explicite site GodHatesFags.com, « DieuHaitlesPédés.com« . Ce sont les incomparables assassins au-nom-de-la-Vie. C’était encore cette église, qui se revendiquait chrétienne, et adorait les serpents, qui prenaient une part centrale à l’office. Si l’information peut avoir un intérêt sociologique, faut-il la mettre en avant comme elle l’a été ?

Les medias peuvent-ils retransmettre n’importe quel discours, au nom de l’information ? Leur rôle n’est-il pas, au minimum, de pratiquer une hiérarchisation de l’information et, dans le cas présent, la hiérarchisation adéquate n’aurait-elle pas du être le classement vertical de la dépêche de l’AFP ?

La mondialisation de l’information fait aussi la globalisation de la connerie. Il est tout à fait surréaliste de constater l’ampleur prise par la provocation balourde d’un petit groupe sectaire d’une ville inconnue.

Car pendant que Terry se paluche au coin du feu en comptant les dépêches, des groupes chrétiens tentent désespérément d’endiguer les flots de haine que lui n’aura pas à subir (comme en témoigne ce courrier de lecteur au Pakistan Christian Post). En Indonésie, des religieux musulmans, protestants, catholiques, bouddhistes se sont réunis pour condamner cet évènement. En Inde, des militants chrétiens des droits de l’homme condamnent l’initiative, rappelant que « l’insulte à quelque livre religieux que ce soit est une insulte au christianisme ». Car c’est dans ces pays, où la cohabitation entre les communautés religieuses est instable, et non à Gainsville, Floride, que des hommes, des femmes, des enfants pourront avoir à subir les conséquences de cette action irresponsable et stupide. Nos médias entendent-ils se faire l’écho de la moindre provocation isolée, et lui donner l’ampleur qu’elle espère ?

Soit dit en passant, s’il ne s’agissait que de se faire les relais neutres des évènements, que n’ont-ils relayé les initiatives indiennes, indonésiennes, la condamnation de l’association nationale évangélique américaine ? En soulignant l’une et en ignorant les autres, ne font-ils pas un choix ?

Et quitte à relayer des journées internationales, on aimerait les entendre sur les persécutions subies notamment par les chrétiens au Pakistan, sous le couvert de la loi anti-blasphème2, et du « Black Day » que les chrétiens pakistanais observeront dans deux jours pour protester contre la violation des droits et les persécutions dont les minorités sont victimes, dont le Pakistan Christian Post se fait largement l’écho.

Ces évènements sont-ils moins dignes d’intérêt ? Sur ce sujet-là, le silence est de mise, pour ne pas dire volontaire.

La hiérarchisation de l’information prend parfois des tours surprenants.


  1. « Prenez garde que personne ne rende le mal pour le mal, mais recherchez toujours ce qui est bien, entre vous et avec tout le monde » []
  2. n’hésitez pas à signer la pétition pour son abolition []

Auteur

Monoépoux, multipère, fidèle à plus d’un titre.

Avocat (associé fondateur BeLeM Avocats), auteur de Ca ira mieux demain (Sept. 2015) et de Identitaire – Le mauvais génie du christianisme (Janv. 2017)

51 commentaires

  • Pingback: Les tweets qui mentionnent Brûler le Coran : des boutefeux comme s’il en pleuvait | Koztoujours -- Topsy.com

  • T’as vu ? Apparemment, les mots « Brûler le Coran » ont généré une pub « Visiter Israël, vous ne serez plus jamais le même. » !

  • Je te lis au fin fond de l’Arizona… et cette information m’avait échappé.

    Il y a pas mal de barjots ici, je confirme. Ils ne sont en général jamais sortis des US, ni d’ailleurs de leur État. Et vu le rôle de la religion dans la société, la meilleure manière de diffuser un discours d’extrême-droite ici c’est de créer une église. Au nom de la séparation entre religion et État et de la liberté d’expression, on peut raconter n’importe quoi en se cachant derrière la religion, depuis le fag bashing jusqu’à la scientologie. C’est au public de trier et idéalement on attendrait que les média trient, mais les média préfèrent le spectaculaire.

    Mais bien évidemment, si le Dove World Outreach Center réussit à faire parler de lui ainsi, c’est la faute à internet.

  • hipparkhos a écrit : :

    C’est au public de trier et idéalement on attendrait que les média trient, mais les média préfèrent le spectaculaire.

    On peut, à la rigueur, espérer de la population américaine qu’elle fasse le tri, parce qu’elle connaît le contexte local. Et encore, c’est optimiste. Mais lorsqu’une telle information est retransmise, diffusée sans recul ni mise en contexte, au point d’être connue en Indonésie, en Inde, au Pakistan, là où les chrétiens sont vraiment menacés, on ne peut pas se contenter d’attendre de ces populations qu’elle fasse preuve du discernement nécessaire. Lorsqu’en plus ces conneries sont présentées comme une initiative chrétienne, le média me paraît presque aussi responsable que le « pasteur ».

  • J’ai cotoyé de près certains groupes évangélistes, même si je n’ai certainement pas la prétention d’avoir un apercu global de ce qu’est cette mouvance où une chatte n’y retrouverait pas ces petits. Je ne doute pas un instant de la sincérité de la condamnation du joyeux happening de notre ami Jones par l’Association Nationale Evangélique.

    Par contre, je ne suis pas sûr que voir l’Islam comme « un système satanique » soit si marginal que cela au sein de la mouvance évangélique. J’ai entendu ces mots précis dans la bouche d’un pasteur que j’ai pu croiser. C’est même une conception parfaitement logique si l’on a une vision exclusive de la notion de Salut. Si le musulman est condamné à subir les flammes de l’Enfer par son « refus » du message du Christ, il est logique de considérer sa religion qui l’éloigne encore plus de la conversion au christianisme comme un système satanique.

    Je suis donc bien sûr contre la publicité donnée à l’initiative de Jones qui détone par son caractère outrancier, mais je refuse de la considérer comme une simple curiosité sociologique. Certaines conceptions théologiques posent un terrain particulièrement fertile pour le bourgeonnement de plein de petits Jones… Et l’opposition de certains évangéliques que j’ai croisé à cette initiative porteraient en fait plus sur la forme (bruler le Coran est contre-productif) que sur le fond (L’Islam est satanique et doit être combattu).

    Je suis bien sûr cordialement ouvert au débat avec tout évangélique de passage sur ce blog.

  • Qui connaissait le pasteur Terry Jones avant ce billet ?

    Pas moi et je ne suis pas certain que cela soit très malin de révéler son existence, même ici. Ceci dit, l’islam n’est pas particulièrement ouvert au dialogue avec les chrétiens de par le monde, si ce n’est musclé. Qu’il y ait des zozos chez nous ne doit pas nous faire oublier que les kouffar n’ont pas bonne presse.

  • A partir du moment où vous avez une dépêche AFP, diffusée notamment sur 20Minutes, Libération, sur des centaines de sites de par le monde et où des organisations réagissent en Indonésie, en Inde et au Pakistan, je crois qu’on peut s’épargner le couplet sur le fait que j’ai révélé quoi que ce soit ici. N’hésitez pas à utiliser Google.

  • De toute façon, le fond de ce billet est le problème posé par le traitement de l’information des médias: les personnes fréquentant koztoujours sont dans leur ensemble assezintelligentes pour savoir remettre en perspective…
    Mais j’avoue que le niveau de connerie des médias est à despérer… perso j’en suis à me dire: c’est dans le journal donc il ne faut pas le croire.

  • « Qui connaissait le pasteur Terry Jones avant ce billet ? »

    Moi non plus, ce qui veut soit dire que mes sources d’informations ont su faire la part des choses, soit que la polémique est encore suffisamment faible pour qu’elle puisse encore s’apaiser. Jusqu’à présent, Paul le poulpe a jusqu’à présent fait davantage de ramdam médiatique. Heureusement ? 🙂

  • Les media font-ils finalement autre chose qu’obéir à la loi du marché, de répondre à la demande, ou bien de créer une demande pour pouvoir fournir une offre supplémentaire ?

    On voit bien leur intérêt à dramatiser un tel fait a priori sans intérêt. Faire monter la sauce va permettre d’autres dépêches sur les réactions au Pakistan ou en Indonésie. Leurs dépêches sont et seront massivement citées.

    On pourrait souhaiter que l’éthique prenne le dessus et qu’on fasse donc plus de pub aux communiqués de la NAE qu’aux délires de ce genre de pasteur, mais ce n’est clairement pas le cas.

    Je m’étais donc fourvoyé dans mon précédent commentaire. Le responsable n’est pas internet, mais le capitalisme et le marché 🙂

    Il est cependant fort probable que la diffusion de cette nouvelle ait été limitée et se tarisse rapidement. Le marché n’est peut-être pas si bête.

  • Sur la diffusion de cette information, ne soyez pas trop ethno-centrés. Ce n’est pas parce qu’elle ne fait pas la Une de vos journaux qu’elle n’est pas rapportée. J’ai indiqué les liens qui devraient vous permettre de trouver les sources correspondantes. Mais tout simplement, le fait qu’elle déclenche des réactions en Inde, en Indonésie, au Pakistan constitue un « indice » suffisant – oui, c’est un euphémisme. Je ne crois pas (mais vous le détromperez si mon analyse défaillante) que les responsables des diverses religions en Indonésie se soient réunis dans l’idée d’assurer la promotion d’une initiative inconnue.

    Quant à la réaction des médias, outre le syndrome des trains en retard, je n’exclurais pas si vite le rôle du Net. La rapidité de l’info, la nécessité de renouveler régulièrement une page web peuvent inciter à considérer toute information comme bonne à diffuser. Sans compter une application éventuelle du syndrome de « regardez ces vilaines religions qui sèment la haine » ou, à tout le moins, l’absence du garde-fou inverse incitant à ne promouvoir la connerie humaine fardée de sentiment religieux.

  • Merci koz. Vous êtes parmi les très (trop) rares personnes à souligner l’assourdissant silence des medias sur les persécutions et les assassinats de chrétiens (et en particulier au Pakistan actuellement).

    Quant aux media qui relaient les propos de ce pasteur (un fou furieux à mon avis), c’est criminel. Soit ils n’ont pas conscience des conséquences possibles, et dans ce cas ils sont journalistes comme moi je suis évêque, ou bien ils en ont conscience mais se moquent de ce que cela peut susciter comme réactions : c’est un scoop qui fait parler d’eux, cela leur suffit. Criminel et pervers !

  • Je ne lis plus la presse, je n’écoute plus la radio – à part Courtoisie de temps en temps -, ma télévision ne me sert qu’à visionner des films et documentaires. A part le bouche à oreille et quelques blogs, dont le vôtre, je ne cherche plus à m’informer. Les médias ont perdu toute crédibilité. Entre le désir de ne pas trop courroucer le pouvoir qui les arrose de substantielles subventions puisque contrairement à ce que certains semblent croire, le marché justement ne joue pas son rôle – sinon la presse hexagonale serait réduite au mieux à 2 titres – et la recherche du sensationnel, la simple relation des faits a disparu.

  • Vivien,

    Merci pour votre réaction. Je suis, en fait, protestant évangélique (et non évangéliSTE – il s’agit d’une faute courante : on ne dit pas « les évangélistes », mais « les évangéliques »). Pour répondre à votre question, je n’ai jamais entendu dire à la chaire, un dimanche matin, que l’Islam était un système satanique. Jamais.

    Par contre, dans la théologie évangélique, et ici, je vous rejoins sur le fait que la mouvance évangélique est diverse et donc je ne parle que pour moi; il est clair que tout ce qui n’invite pas à rejoindre le vrai Dieu (celui de la Bible, selon les évangéliques), tout ce qui éloigne du vrai Dieu et donc du Salut éternel offert à tous, est une œuvre du « prince de ce monde » (Satan si vous voulez).

    De là à conclure que l’Islam est satanique, je ne le ferai pas. On trouvera des témoignages de musulmans convertis au christianisme qui ont découvert le « vrai » Dieu (selon les évangéliques), le Dieu de la Bible, en lisant le Coran.

    J’espère que je réponds à vos questions.

    @ Vivien:

  • Aïe, je me suis un peu avancé sur twitter : la religion est tellement loin de mes préoccupations que je ne lis jamais rien la concernant. Bon, j’ai lu la Bible en couleurs à une époque, mais c’est loin. Tout ce que je connais de la religion, c’est surtout sa critique marxiste et sociologique (Durkheim notamment dans Les formes élémentaires de la vie religieuse). Ensuite, j’ai bien quelques idées sur l’absurdité de l’existence et le besoin de lui donner une dimension transcendantale, mais je doute que cela rentre dans le sujet de ton billet.

    Je comprends ce que tu veux dire : le relais de ce type d’actualité dans la presse rabaissent et dévient l’esprit religieux (ce que tu considères l’essence de la religion, ton interprétation). D’ailleurs, je dois t’avouer que cela me donne, à moi mécréant, une bien piètre vision de la religion. Et ne me donne pas plus envie de creuser de ce côté-là.

    Par contre, voyons le bon côté des choses, je ne suis même pas au courant de cette énième démonstration de la (parfois) abyssale profondeur de la connerie humaine.

    (Voilà, tu vois, je suis viendu : même en août tu es lu !)

  • Harald a écrit : :

    je ne cherche plus à m’informer

    Voilà qui relativise grandement ceci.
    Harald a écrit : :

    Qui connaissait le pasteur Terry Jones avant ce billet ?

    Pas moi et je ne suis pas certain que cela soit très malin de révéler son existence, même ici

    A part ça, vous avez raison de n’écouter que Radio Courtoisie. Elle dispose d’une grâce inexpliquée qui lui permet d’éviter tous les travers de la presse, pour fournir une information fiable, argumentée et non biaisée.

    Praxis a écrit : :

    Je comprends ce que tu veux dire : le relais de ce type d’actualité dans la presse rabaissent et dévient l’esprit religieux (ce que tu considères l’essence de la religion, ton interprétation).

    Je suis assez ouvert à l’idée que mon opinion puisse n’être qu’une opinion. Mais sur ces sujets, je le suis assez peu. Lorsqu’une initiative vient directement en contradiction avec la foi chrétienne, elle ne peut pas se prévaloir d’une quelconque inspiration chrétienne, et l’aspect religieux n’est utilisé – sciemment ou non – que pour fournir une base de respectabilité à des opinions politiques ou « sociétales » très personnelles.

    De même, lorsque l’on propose de faire la guerre au nom d’une foi qui prône l’amour du prochain et qui veut suivre l’exemple d’hommes (le Christ, Saint Etienne, Saint Pierre) qui n’ont pas résisté à leur martyre, cela me hérisse fortement. Les bases du conflit se trouvent toujours ailleurs. Je me demande d’ailleurs si, s’il le croisait aujourd’hui, le pasteur Terry Jones n’aurait pas un peu tendance à penser que le Christ est une lopette.

  • Excellente idée, l’oracle Paul le poulpe : on lui propose le Coran ou l’évangile, et , par la vertu de ses pronostics infaillibles, on saura enfin quel livre il faut brûler sur une base vraiment objective ^^
    C’est tout de même surréaliste l’effet loupe que la presse peut avoir : penser qu’un parfait inconnu dans son salon puisse provoquer ainsi des remous au fin fond de la planète… Il y a comme une théorie du chaos chez les media à explorer.

  • Merci pour cet article, et les liens

    « on ne peut pas se contenter d’attendre de ces populations qu’elle fasse preuve du discernement nécessaire »
    Le discernement des populations, c’est pas très crédible effectivement, mais c’est pourtant sans doute la seule solution. Il y aura toujours un quelconque provocateur, religieux ou non, dans le monde occidental, et avec le net l’information circulera toujours.
    Le vrai problème, c’est que dans ces pays, on « attend » la faute pour taper sur le voisin/l’étranger et que du coup on finira toujours par trouver quelque chose. Les gouvernements qui exploitent la religion et/ou les conflits à l’étrangers pour détourner l’attention des gens des « vrais problèmes » ont leur part de responsabilité, mais la haine est profondément enracinée. Et l’idéologie occidentale a plutôt chercher à justifier et légitimer cette haine qu’à lutter contre.

  • @ ti02

    Merci pour votre réaction.
    Désolé pour la confusion évangéliste-évangélique, j’ai beau être au courant, mes doigts ont fourché.

    Je suis heureux de votre témoignage qui me rassure comme m’avait déjà rassuré la tempérance du communiqué de la NAE. La vrai question (hors-sujet je pense sous ce billet) est bien de savoir si l’Islam éloigne du Dieu de la Bible. C’est bien dans le cadre d’une réfléxion de ce type que j’avais entendu cette expression qui m’avait choqué: « système satanique ». Et ce n’était pas un dimanche matin mais dans le contexte plus restreint (et plus controlable) d’un enseignement en marge d’un travail de mission en Angleterre. Mes amis évangéliques avaient accepté de m’y acceuillir malgré nos divergences de confessions.

    Dans ce cas précis, l’expression révélait aussi une vision exclusive et brutale du Salut que je n’ai jamais pu accepter, et me paraissait très inadaptée à l’humilité avec laquelle il convient d’aborder ces questions. J’en avais gardé une profonde amertume, et une réserve, peut être immérité, à l’égard de l’ensemble du courant évangélique.

    Cette expression était certainement faite pour me choquer et me faire bouger, mais là est sans doute le problème : cette technique, appréciée par mes amis évangéliques, peut bien aider à progresser dans sa foi mais donne aussi les allumettes à un pasteur Jones.

  • @ Corto: je suis tout à fait d’accord que la solution véritable, la seule satisfaisante, serait l’éducation, l’instruction, seules à même de libérer nombre de populations de l’emprise des fanatiques, et de leur permettre de faire la distinction elles-mêmes entre ce qui mérite une réaction et ce qui est de l’ordre du méprisable. Malheureusement, on n’en est pas là aujourd’hui. Il nous faut donc vivre et agir avec cette réalité. Et, avec cette réalité, donner du relief à une initiative qui n’aurait pas du sortir du cercle restreint de Gainsville et des quelques adeptes de ce qui constitue in fine une secte, c’est totalement irresponsable.

    Ce qui est odieux, c’est de voir candidement répéter qu’il s’agit d’une initiative de « chrétiens ». Odieux pour nous, chrétiens, et surtout pour les chrétiens sur place, qui n’ont vraiment pas besoin de se voir assimilés à ces délires.

    Quant à la culture occidentale, oui, en effet, on peut lui reprocher tout à la fois d’avoir justifié et accepté cette haine en battant excessivement sa coulpe… et d’avoir donné quelques raisons de la haïr également (sans pour autant que cela justifie les formes sanglantes prises par le « ressentiment »).

  • +1 @ Cardabelle:
    @ Harald:
    @ Corto:

    et pour compléter @ hipparkhos:, oui, c’est la faute au capitalisme qui oblige les pôvres journalistes (que je fuis moi aussi maintenant), mais au final, c’est quand même ceux qui achètent un journal titrant sur des corans brûlés qui en sont responsables, donc nous.

    Pour moi, même si dans son agonie il délire complètement, la mort du journalisme traditionnel est une source de soulagement: maintenant (pour combien de temps, c’est à voir), tout le monde peut choisir un blog ou un site qui informe sans verser dans cette infection, et le jour où ce ne seront plus les médias qui choisiront l’information, mais chacun de nous qui choisira son relai d’information, ce sera vraiment de notre faute si de telles annonces font encore recette.

    De même que Renaud Veeckman ( http://www.laprovence.com/article/region/la-marque-hadopi-propriete-dun-vauclusien ) cherche à montrer que les artistes gagneraient à une diffusion par internet car ils ne seraient plus tributaires des producteurs, je crois que l’information de qualité a elle aussi tout à y gagner: la preuve: combien de « danses des canards » ont fait un tabac sur internet?

  • Bonjour,

    C’est triste mais vrai que dans une grande partie de l’opinion, ce que les médias titrent comme quelque chose de « chrétien » sera amalgamé systématiquement avec les catholiques, avec l’Eglise, ou d’une manière plus générale avec le bouc émissaire religieux de son choix du moment qu’il fait référence à Jésus et qu’il fait suffisamment parti de la culture ambiante.

    Récemment, pendant l’affaire du Hellfest à Clisson, alors qu’il était question d’expliquer aux festivaliers la position de l’Eglise (bienveillante et prudente à la fois) à l’égard de certaines prestations de musique métal, il se trouve que RJ Dio, légende du genre, est mort. Et très vite la presse a fait savoir qu’un groupe de chrétiens comptait se rendre à ses obsèques avec des pancartes chargées de malédictions du type « Va en enfer ! » et d’autres messages très charitables du même genre. Quelqu’un d’averti par la position de l’Eglise que je relayais sur le Hellfest m’a alors demandé si l’Eglise pouvait, par l’intermédiaire d’un évêque ou d’une quelconque autorité, faire quelque chose pour que ne soient pas perturbées les obsèques du chanteur. Après une rapide recherche, le « groupe de chrétiens » en question n’était autre que la Westboro Baptist Church, autre groupe extrémiste proche du KKK, il me semble et bien connue pour ses actions coup de poing. Ce mouvement a beau être une secte condamndée de toutes parts, il n’en reste pas moins, on le voit bien, que si nous sommes chrétiens, nous sommes tous un peu associés à leurs abominations.

    On aimerait tant qu’il soit impossible de se servir du Christ comme d’une arme du mal, mais malheureusement, cela suppose toute une éducation du monde à refaire. Et ce qui est certain, c’est que les médias n’y contribuent pas, loin de là.

    A part ça, Koz a dit :

    je suis tout à fait d’accord que la solution véritable, la seule satisfaisante, serait l’éducation, l’instruction, seules à même de libérer nombre de populations de l’emprise des fanatiques, et de leur permettre de faire la distinction elles-mêmes entre ce qui mérite une réaction et ce qui est de l’ordre du méprisable. Malheureusement, on n’en est pas là aujourd’hui. Il nous faut donc vivre et agir avec cette réalité.

    D’où je crois que vivre et agir avec cette réalité signifie s’investir sans relâche dans l’éducation. Me semble d’ailleurs que je ne fais là que paraphraser Benoit XVI.

  • en effet la mondialisation médiatique c’est parfois la globalisation de la connerie. Comme si une intiative loufoque au coin d’une cheminée pouvait nuire a une religion millenaire. Mais les relais sont bient là pour donner de la consistance à cette mayonnaise. Mais au final, ce serait encore un pet dans l’eau !

  • « Quant à la culture occidentale, oui, en effet, on peut lui reprocher tout à la fois d’avoir justifié et accepté cette haine en battant excessivement sa coulpe… et d’avoir donné quelques raisons de la haïr également »

    Oui, mais justement. Dirait-on d’une culture d’un pays en voie de dévelopement qu’elle nous a « donné des raisons de la haïr » ? Par exemple, le wahabisme, Ben Laden, sont-t-ils des raisons (en admettant qu’ils ont des torts, ce qui ne ferait pas encore l’unanimité chez nous…) de haïr la culture saoudienne ou islamique en général ? Ou ne considérons-t-on pas (avec raison) que notre haine contre une autre culture est par essence injustifiable ?

    Et j’ai parfois l’impression qu’on « nous » demande d’assumer 2000 ans d’histoire, quand « les autres » ne sont même pas tenus responsables de leurs actes personnels. Et le fait d’être conduit à parler de « nous » et des « autres » n’est pas la moindre conséquence de cet état d’esprit…

  • @ Koz Vous dites : « Je me demande d’ailleurs si, s’il le croisait aujourd’hui, le pasteur Terry Jones n’aurait pas un peu tendance à penser que le Christ est une lopette ».

    Oui, il y a de fortes chances. Personnellement, si je replace ce pasteur 2000 ans en arrière je le verrais bien d’une part soutenir Judas et d’autre part demander avec les zélotes et leurs partisans la libération de Barrabas, un vrai dur, lui…
    Cela étant, vous savez comme moi que ce pasteur – et ceux qui lui ressemblent – ont hélas des soutiens affirmés sur cette douce terre de France ! Et qui se disent chrétiens.
    Rendre le bien pour le mal, aimer ses ennemis, tendre la joue gauche, tout cela est horriblement difficile (voire impossible parfois), mais on peut toujours essayer. Un « chrétien » qui non seulement n’agit pas ainsi mais fait exactement le contraire, en « surmultiplié » qui plus est, ne peut en aucun cas se réclamer du Christ.

  • « Le choc de civilisations », c’est la garantie de vendre du papier, de créer un « buzz » permanent. Une dépêche sur un groupuscule de fanatiques US déclenche des violences inter-religieuses au Pakistan ? Tant mieux ! Plus de buzz !

    Mais si ça déclenche une rencontre inter-religieuse pour réaffirmer une volonté de vivre ensemble, le soufflé va retomber, ça n’a aucun intérêt. On n’en parlera donc pas.

    Ce que les médias attendent de ce genre « d’information », c’est qu’un groupe de fanatiques « musulmans » (ça commence à faire beaucoup de guillemets) lance son propre appel à brûler des bibles. Du buzz, encore du buzz.

    Toute tentative de soulever la question de la responsabilité des médias se heurte invariablement à la même réponse de la part des dits médias : devoir d’information. Si possible dit avec le plus d’emphase et de gravité possible. Et là, le débat est clos. Un gros « poing » Godwin dans la tronche.

    Si on critique le traitement de l’information, alors on s’en prend au devoir d’information, et là le journaliste occidental vous balance sous le nez le dernier rapport de Reporters sans Frontières, comme si sa situation et celle des journalistes tunisiens (au hasard) était comparable. Comme s’ils faisaient le même métier…
    Si on critique, c’est qu’on se fait complice de ceux qui musèlent la presse dans le monde. C’est imparable. Personne n’a envie de passer pour le facho de service.

  • Pingback: Chrétiens du Pakistan : Ne les laissons pas tuer en silence ! | Tout ça, le magazine qui touche à tous

  • Bonsoir Koz,

    je suis d’accord avec ton diagnostic sur l’initiative de ce pasteur autoproclamé. Mais je tire des conclusions peut-être différentes des tiennes:

    – Je pense que laisser s’exprimer des originaux est un prix nécessaire à payer pour que les anticonformistes de talent puissent aussi s’exprimer. Ainsi Koz, si certaines associations militantes avaient des pouvoirs de police politique (et certaines aimeraient peut-être bien), nous serions peut-être tous les deux en prison pour ce que nous avons écrit sur Internet.

    – Cet épisode est à mon avis une péripétie mineure qui ne change rien du tout dans les relations difficiles entre pays de culture musulmane et occidentaux ces dernières décennies. Il est très malheureux, mais à mon avis complètement inévitable, que les chrétiens des pays musulmans en soient parfois les victimes. Pour changer cet état de fait, il faut à mon avis s’attaquer aux vraies causes de ces relations difficiles, parmi lesquelles il y a forcément le soutien de l’occident à Israël, et des interventions maladroites avec souvent un relent de pétrole dans la politique intérieure de beaucoup d’états de la région. Notre pasteur original, ou le caricaturiste danois ne changent à mon avis pas grand chose.

    – Je pense que l’initiative du pasteur est une manifestation extrême d’une opinion assez répandue sur la supériorité de l’occident chrétien (pour simplifier) sur le reste du monde. Cette opinion est exprimée de façon plus ou moins élaborée et polie, mais le fond reste le même, et cela ne contribue pas à ce que l’occident soit apprécié dans les autres pays. J’ai personnellement l’opinion contraire: je n’oublie pas par exemple que les pays arabes ont été à la pointe de la civilisation pendant environ 5 siècles, ou que la Chine aurait pu connaitre sa renaissance au 13è siècle si elle n’avait pas été mise en coupe réglée par les mongols à cette époque (quelques années avant la conquête mongols, les explorateurs chinois étaient arrivés au Kenya). C’est à mon avis un point sur lequel, sans tomber dans le relativisme culturel, on pourrait mieux éduquer. Qu’en penses-tu ?

  • Je suis d’accord que cette église est complètement mineure et sans intérêt. Il n’empêche, je trouve on ne peut plus significatif que Koz demande à ces individus de se taire sous prétexte que des chrétiens pourraient se faire massacrer du fait de leur propos en Inde ou ailleurs. C’est oublier une légère et petite partie du problème.
    Parce que sans aller dans les conneries de ce protestant, on peut tout de même relever un témoignage comme celui de Fadelle, irakien converti au christianisme, qui ne laisse guère place à l’interprétation. Et l’entretien est fait par Radio ND, pas une officine d’extrême droite.

    http://www.dailymotion.com/video/xcrlli_temoignage-d-un-irakien-converti-au_webcam?start=3#from=embed

    @ Uchumuzu :
    La civilisation arabe à la pointe du monde pendant cinq siècles ? Mais bien sûr…

  • Petite claque à Terry Jones et autres pasteurs de pacotille / Obama vient d’autoriser la construction d’une mosquée a quelques metres des lieux du Word center, là ou devait se dresser le bucher pour bruler le Coran.

  • @ Polydamas : Joseph Fadelle, auteur de « Le prix à payer », fait un carton en librairie. C’est très bien, son témoignage est bouleversant.
    Mais pourquoi faut-il que certains se l’approprient en renchérissant, « voyez comme l’Islam est dangereux, depuis le temps qu’on le dit ! donc votez pour Untel » ? Et vous dites que « cela ne laisse guère place à l’interprétation » ? Cette récupération me hérisse.
    Cessez de prendre les gens pour des andouilles : personne ici ne nie que l’Islam pose des problèmes. Et veuillez remballer ce ciflard et cette bouteille de mauvais pif, vous êtes ridicule.

  • aladin a écrit : :

    Petite claque à Terry Jones et autres pasteurs de pacotille / Obama vient d’autoriser la construction d’une mosquée a quelques metres des lieux du Word center, là ou devait se dresser le bucher pour bruler le Coran.

    Obama donne donc raison à Ben Laden et ses avions kamikazes : n’avait-t-il pas ordonné aux Américains de se convertir ou périr ? Et les voilà qui obtempèrent sagement – joli triomphe pour sa méthode : détruisez des tours, ils construiront des mosquées ! Affaire à suivre.

    Il est certes parfaitement inutile de brûler le Coran – il se brûlera bien tout seul. Il est encore plus inutile de faire preuve de naïveté envers cette religion : ce serait même presque un péché capital, en tout cas fatal.

  • uchimizu a écrit : :

    une opinion assez répandue sur la supériorité de l’occident chrétien (pour simplifier) sur le reste du monde. […]. J’ai personnellement l’opinion contraire: je n’oublie pas par exemple que les pays arabes ont été à la pointe de la civilisation pendant environ 5 siècles

    Il me semble que dire que le monde arabe était supérieur au monde européen au moyen-age revient implicitement à dire qu’il ne l’est plus aujourd’hui… En tout cas, je ne vois pas l' »opinion contraire » : on légitime l’idée que certaines cultures sont supérieures aux autres, même si le classement évoluerait dans le temps.

    uchimizu a écrit : :

    Pour changer cet état de fait, il faut à mon avis s’attaquer aux vraies causes de ces relations difficiles, parmi lesquelles il y a forcément le soutien de l’occident à Israël, et des interventions maladroites avec souvent un relent de pétrole dans la politique intérieure de beaucoup d’états de la région.

    C’est au fond un bon exemple de ce que je dénonçais dans mes commentaires : les appréciations diverses des politiques américaines ou israeliennes ne justifient en rien des violences dans des pays tiers contre des personnes tiers, comme il ne viendrait à personne en France l’idée de justifier une ratonade par l’action du président soudanais (parmis de multiples exemples). Le discours politique commun en occident le fait pourtant, et fournit par ailleurs tout un bagage politique (l’age d’or perdu, le « sentiment de supériorité » des blancs, le « vol » de pétrole…) prompt à démultiplier la frustation de sociétés avant tout confrontées à des problématiques internes, mais qui déchargent leur resentiment sur des sujets extérieurs.

  • Bonsoir Corto et Polydamas,

    que certains pays soient à un moment donné plus évolués que d’autres (dans les techniques, les arts et l’organisation politique) est pour moi une évidence. Il me semble que les cycles sont de quelques siècles, avec peut-être une accélération depuis la révolution industrielle. Je pense que cela est beaucoup dû à la chance, et en particulier à la fortune au combat, mais aussi à un mouvement de balancier qui fait que les civilisations prospères s’endorment sur leurs lauriers au bout d’un moment. Certains mentionnent aussi les changements climatiques (sans volcan islandais, pas de révolution française…)

    Ainsi, si nous regardons le monde d’il y a environ 1100 ans, on y voit un califat arabe qui s’étend du Pakistan à la Tunisie, une Espagne andalouse d’une incroyable richesse culturelle, et de l’autre côté du monde un empire chinois des Tangs qui s’étend de la Corée à la Caspienne. Les deux grands empires sont incontestablement à la pointe des techniques, alors que l’Europe de l’ouest est une agglomération de royaumes presque barbares, à l’exception peut-être de Venise et de Gênes, qui avaient alors des comptoirs au coeur de l’Orient. Il est très amusant qu’il existe des récits horrifiés de voyageurs arabes sur la saleté, la rudesse des manières, et la « médecine de grand-mère » des européens qui ressemble à s’y méprendre aux récits des colonisateurs européens 1000 ans plus tard.

    bref, la roue de la fortune tourne, il me semble donc déplacé de tirer des conclusion hâtives sur la supériorité de telle ou telle ethnie, religion ou culture alors qu’on les retrouve, à quelques siècles d’écart, les mêmes peuples tour à tout seigneurs ou esclaves.

  • Ah ! Le mythe de la si féconde civilisation arabo-andalouse, cette Espagne féconde sous la domination maure. Bien sûr on évacue les déportations des minorités sous les almohavides et terminées par les almohades. La réalité, c’est que juifs et chrétiens étaient bien des dhimmis avec tout ce que cela implique d’obligations humiliantes : paiement de l’impôt (djizzya) en échange de la vie sauve, interdiction de monter à cheval et de porter une arme, obligation de porter des vêtements et signes distinctifs, leurs témoignages ne sont pas recevables devant un tribunal. l’Espagne où les trois religions auraient cohabité sous la tendre férule musulmane est un mythe né au XIXème siècle sous la plume des historiens juifs appartenant courant de la Science du Judaïsme (Wissenschaft der Juddentum), en Allemagne d’abord puis lentement dans toute l’Europe occidentale. Il fallait, à une époque où la conscience juive prenait corps pour déboucher ensuite sur le sionisme, tenter de gommer la collaboration des sépharades avec les conquérants d’Hasdaï Ibn Shaprut à la lignée des Nagrela, ils furent nombreux à offrir leurs services aux califes. On oublie également de dire que les chrétiens représentaient de 10% à 20% de la population d’Al Andalus. Pourquoi fuir un pays où les conquérants seraient si bons et justes pour aller se réfugier dans les terres du nord plus rudes ? On oublie également de mentionner les nombreuses destructions d’églises, les décapitations de prêtres ou de chrétiens refusant la conversion forcée, etc.

  • panouf a écrit :
    9 août 2010 à 22 h 54 min
     » De toute façon, le fond de ce billet est le problème posé par le traitement de l’information des médias: les personnes fréquentant koztoujours sont dans leur ensemble assezintelligentes pour savoir remettre en perspective… Mais j’avoue que le niveau de connerie des médias est à despérer… perso j’en suis à me dire: c’est dans le journal donc il ne faut pas le croire. »

    Bien dit: Je suis d’accord avec vous. Quand est-ce que les gens vont comprendre cela ? Vous voyez, quand c’est l’Eglise, on croit tout de suite, mais lorsque c’est une autre institution on pense qu’il y a de la désinformation et qu’il faut faire sa propre analyse des choses. On est souvent injuste envers l’Eglise catholique.

  • Si je vous comprend bien, l’occident chétien est supérieur au reste du monde aujourd’hui, mais cela n’a pas toujours été le cas, et cela ne sera pas toujours le cas. Et alors ? Il n’en reste pas moins que la supériorité est là…
    Sur la situation il ya 1100 ans, oui ça devait ressembler à ça, même si il ne faut pas non plus exagérer, encore moins en faire un enjeu politique. La culture ne concernait au mieux qu’une infime minorité de la population dans les deux cas. Et 900, si mes souvenirs d’histoire sont bons, c’est la pire période de trouble de l’occident (invasions…).

    Ce qui me gène dans cette présentation, c’est qu’on ethnise l’évolution des idées et des techniques. Ce ne sont pas les arabes qui sont supérieurs aux blancs en l’année 900, mais la pensée scientifique à la superstition, la medecine rationelle à la théorie des humeurs… Si on ramène à la situation d’aujourd’hui, l’état de droit et la liberté de parole (par exemple) sont supérieures à ce qui prévaut dans certaines parties du monde, mais ça n’a rien à voir avec une histoire de race. Présenter ces évolutions comme un « truc de blanc », c’est justement l’astuce de certains obscurantistes…

  • Corto, la civilisation chrétienne est supérieure à la civilisation islamique parce qu’elle est fondée sur l’amour, le pardon et le libre arbitre alors que le Coran n’enseigne qu’une seule chose : la soumission. Autre chose, l’islam comme l’a dit Tariq ramadan est un englobant, il règle non seulement la vie religieuse mais également la vie sociale, politique, etc. Le christianisme fait la différence entre ce qui relève du spirituel et du séculier.

  • Pingback: Chrétiens du Pakistan : Ne les laissons pas tuer en silence !

  • Comme invité par Koz, je suis allé signer la pétition pour l’abrogation de la loi anti-blasphème au Pakistan. À part cela, aucun problème avec le Coran bien sûr.

    L’Islam, c’est comme le marxisme-léninisme. Dans les années 50, plus de 20 % des Français votaient pour le « parti des fusillés ». Dans leur grande majorité, de très braves gens. Et parmi les militants du parti, combien d’idéalistes révoltés par les injustices du capitalisme ? Parmi les musulmans convaincus, combien d’hommes pieux révoltés par l’hédonisme décadent de l’Occident ?

    Et pourtant le marxisme-léninisme était une idéologie totalitaire qu’il fallait combattre, tout comme l’Islam l’est en tant que doctrine. Et le Coran ne vaut pas mieux que les écrits de Trotsky.

    Le brûler en public n’est pas la bonne façon de s’y opposer, pour toutes les bonnes raisons exposées par Koz. Mais non, le Coran n’est pas un écrit « spirituel » inoffensif…

  • Pingback: Frère Christophe | Koztoujours

    • C’est la même chose qu’en Floride : le monsieur très fâché évoque un rassemblement organisé sur « le réseau social, Facebook » et bon, ils sont quoi, 25 ? C’est plutôt rassurant, en fin de compte.

  • Vu sous l’angle du nombre c’est en effet rassurant. Mais si on regarde sous l’angle du chaos c’est plutôt très inquiétant : un pékin excentrique perdu dans son village des amériques parvient à provoquer des manifestations de dizaines de milliers de personnes au milieu du Pakistan, et menace ni plus ni moins la tranquillité du monde…

    Les évènements ont certes toujours été le plus souvent imprévisibles, mais de plus en plus ils tiennent de la théorie du chaos, et plus personne ne peut en maîtriser les effets de bords – dans ce domaine Internet a clairement changé la donne. Le politique avait déjà du mal à maîtriser une chaîne d’évènements, mais c’était le plus souvent un problème de volonté (la guerre de 1870 ne doit rien au hasard ; si le détonateur de celle de 1914 est « chaotique », le reste de ses enchaînements restent dans les mains des politiques) . A présent ils sont dans l’impuissance. Ils ne peuvent que supplier un pasteur aliéné de ne pas poster sur Youtube son autodafé.

Les commentaires sont fermés