A (bien) voté

Un politique, au sortir du bureau de vote, vous dira qu’il a voté en pleine confiance. Il sourira. Il sera détendu. Je ne suis pas un politique. Et c’est très certainement parce que je ne me suis jamais senti aussi pris dans une campagne – sauf, peut-être, celle du TCE, dont le résultat a suscité l’ouverture de ce blog – que je dois l’avouer : c’est dans un p… d’état de tension que j’ai voté. Exactement comme pour un matin d’examen.

Que voulez-vous… Je ne suis pas un cynique, pas un simple observateur. La politique, je l’ai – malheureusement pour ma tranquillité – dans les tripes. Et elles se resserrent face à l’enjeu.

N’étant pas spécialement indécis, je n’ai pas eu l’occasion de tester l’accompagnement, ni d’être intimidé par la présence physique d’un accompagnateur royaliste.

C’est donc au final sans trop de difficulté que je suis parvenu à viser l’urne. « A voté« .

Il semble déjà qu’une forte participation soit constatée. C’était annoncée et, à en juger par l’affluence dans mon bureau de vote, ce sera vérifié.

La suite ? Je me vois contraint de bosser un peu. Ce qui m’occupera l’esprit. Après, je rejoindrai la Salle Gaveau, où l’UMP organise sa soirée électorale, à laquelle j’ai été convié. Je rejoindrai après la République des blogs et passerai peut-être alors poursuivre la rédaction de ce billet, au vu des résultats. Pas avant 21h, probablement…

D’ici là, je vous remercie d’éviter de traduire votre propre tension par de l’agressivité dans vos commentaires, comme cela peut être le cas sous un autre billet.

Je vous remercie aussi de respecter ma volonté de ne pas publier d’estimations avant l’heure. Ceux qui le souhaiteront n’auront guère de difficultés à en trouver. Gardez-les. En ce qui me concerne, je ne suis pas dans la logique qui consiste à penser que, parce que c’est possible, c’est souhaitable. Outre le fait que ce soit illégal, sanctionné pénalement. Vous ne m’en voudrez pas, je l’espère, d’ailleurs, au cas où l’on vienne rechercher ma responsabilité à cause d’un commentateur indélicat, de fournir tout élément d’identification. Ne sous-estimez donc pas votre propre responsabilité.

Ceci étant dit, afin de limiter le risque et de vous protéger, y compris contre vous-mêmes, pour cet après-midi, tout commentaire comportant un lien sera automatiquement dirigé vers ma liste de modération (dans l’attente de mon approbation) et je vais de ce pas prévoir une liste de « mots suspects« . Evidemment, la technique est faillible. Elle est imparfaite, aussi, puisque des commentaires tout à fait recevables seront, également, pris dans les filets. Je préfère cela, toutefois, à la fermeture totale des commentaires.

Voilà. Je ne pourrai pas repasser d’ici à ce que les résultats soient donnés. Advienne que pourra.Le 22 avril 2007 sera-t-il le troisième séisme de la démocratie française de ce début de siècle ?

En espérant que le résultat favorise mes convictions. Et que, si tel n’est pas le cas, je me sois trompé dans mes analyses, et que le choix des français soit le meilleur pour notre pays.

22h00 : je suis enfin de retour…

Arrivé à 19h00 salle Gaveau. Comme un peu partout surement la terre entière semble avoir l’oreille collée au portable. On me confirme l’ordre du résultat… Mais passons directement aux résultats ! In-es-pé-rés ! Obtenir 30,5% avec 85 % de participation, c’est une performance incroyable ! Et je dois avouer une chose : avec une telle campagne, agressive, dans laquelle les mots les pires ont été employés à l’encontre d’un candidat… allez, soyons modestes… c’est assez exceptionnel.

Deuxième motif de satisfaction : le score de Jean-Marie Le Pen. La stratégie de Nicolas Sarkozy était délicate. Si Jean-Marie Le Pen avait réitéré un score fort, c’eût été une déception. Nicolas Sarkoz, cette fois, a obtenu un score rare. Jean-Marie Le Pen aurait perdu près de 1 000 000 de voix.

Nicolas Sarkozy a eu les mots justes. Respect, protection, et nouveau rêve français. Plus d’une heure après, Ségolène Royal a tenu un discours similaire, le respect de l’adversaire en moins. Ordre juste et sécurité durable… Il ne nous a plus manqué que la participativité pour que l’intégralité du jargon royaliste ne nous soit servi dans un discours long et que de moins engagés que moi ont trouvé également soporifique.

Avec nous, pavillon Baltard, un américain, démocrate. Le moins que l’on puisse dire est que les invocations des puissances boursières, des puissances de l’argent, par Ségolène Royal, lui ont paru… décalées. Décalées, et je dirais : anachroniques.

Oui, dans quinze jours, un choix clair est proposé aux français et je m’en réjouis… si je puis me permettre.

L’un comme l’autre ont évoqué la protection des plus faibles. L’une envisage toujours cette protection par le partage du travail, le partage de l’existant. L’autre, par la création, par le dynamisme, par l’allant. Croyons-nous vraiment que ce soit par le verrouillage du pays que celui-ci peut avancer ?

Je l’ai écrit ailleurs : la France vit depuis trop longtemps dans la naphtaline. Je ne crois pas une seconde que la France donnera la pleine mesure de ses capacités avec Ségolène Royal. Il suffit de l’écouter, et vous l’avez probablement fait comme moi.

Nicolas Sarkozy n’est à l’évidence pas assuré de la victoire dans quinze jours. Il y a une inconnue majeure : les reports de voix de François Bayrou. Lui affirme qu’il se déterminera en fonction des propositions. Cela laisse le temps au temps, et aux discussions.

Pour autant, Nicolas Sarkozy a su, depuis si longtemps qu’il a annoncé son intention, imposer sa voie. Imposer sa stratégie. Il a su parler à tous. Il saura probablement le faire encore. Il a su parler à l’électorat populaire. Il saura le faire encore.

Allez… Je vais rejoindre mon épouse. Il y a des valeurs intangibles en ce monde !

A plus tard pour une réaction à froid.

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

69 comments

  • Je confirme la très forte participation, de nombreuses commmunes vont dépasser les 80%, étant déjà à plus de 75% à la minute où je laisse ce commentaire.

    Cette élection va marquer un tournant dans la vie politique française. Inconsciemment, chacun le sent.

  • La participation semble très forte à Dublin aussi. Je suis allé à l’ambassade ce matin et ai dû faire la queue une bonne heure avant de pouvoir entrer dans l’isoloir… Et quand je suis sorti, la queue était encore plus longue ! C’est déjà une première bonne nouvelle.

  • Forte participation à Bruxelles également, dans les 22 bureaux de vote que compte la ville (sur les 41 ouverts en Belgique). la belgique compte 48 000 expatriés et bi-nationaux inscrits sur les listes électorales.

  • 15.5% d’abstention seulement et je confirme une grande mobilisation des Français de Belgique. (Ma grand-mère de 85 ans a fait le déplacement jusqu’aux urnes, chose qu’elle n’avait plus faite depuis des années).

    Grande mobilisation à Clichy (Je viens de l’entendre sur une chaîne belge).

  • Bon ben pour un bisounours comme moi le choix va être ardu au second tour :/ Va falloir que y’en à un qui se gauchise ou une autre qui se droitise (au moins un peu). Mais j’espère qu’on transformera l’essai aux législatives !

  • En tout cas arriver au second tour n’a pas l’air de faire faire des progrès en lecture de discours, et encore moins en maitrise de la grammaire et de la rhétorique. Des phrases de 35 mots, les yeux dans le papier, et l’impression qu’il faut que je prenne mon stylo-plume pour la dictée. « Venez, serrons nous les coudes! »

  • @gzavier : elle raide c’est dingue ! elle est au second tour merde, elle pourrait montrer un peu d’enthousiasme.

  • Mouais, coté débats tv, ca ne vole pas très haut. Heureusement que nos 2 candidats, eux, se sont bien placés à la hauteur de l’enjeu à venir.

    On nous prend clairement pour des naïfs (pour peu qu’on ne soit pas dans les électeurs de Ségo-Sarko) : la seule préoccupation des médias et de leurs invités, c’est « quelle est votre consigne ».

    Comme si les français déplacés à 85% ne savaient pas réfléchir et juger pour le 2e tour tout autant que pour le premier…

    Je suis plutot fier de mon vote d’aujourd’hui. Le discours et le tempérament de N. ce soir me confortent dans mon choix. Le fait qu’il passe en premier puis se se fasse plagier par Ségo n’est pas pour me déplaire non plus.

    Cher Koz, bonnes 2-semaines à venir. A.

  • S.Royal est libre. – Libre de refuser les interviews pour éviter de débattre du fond. – Libre de faire sa déclaration à une heure tardive pour se caller sur les différentes déclarations des principaux autres candidats. – Libre de faire attendre toute la nuit ses militants réunis au Siège pour recevoir d’elle un discours dédié (vont elles seulement la voir ?). – Libre d’appeler au vote contre N.Sarkozy plutôt que de proposer un programme. – Libre de vilipender ses sarcasmes et ses exagérations verbales en utilisant des mots comme « brutal », « dangereux », « effrayant », « ignoble », « menteur » … – Libre d’insulter les électeurs de droite en appelant à être « intelligent » et de voter pour elle et en assimilant leur candidat à l’extrême droite … – Libre de mépriser ses électeurs en ayant cette attitude hautaine pendant sa déclaration : réglage du volume à deux mains au début, visage sombre et grave, aucun sourire si ce n’est en intro et conclusion (n’a t’elle pas fait 25% ? ) et ce verbiage soporifique et semblant donner la dictée … – Libre de ne pas donner d’idée claire sur qui l’accompagnerait en cas de victoire dans son gouvernement (son équipe rapprochée rassemble des personnes que nous n’avons quasiment jamais vu pendant cette campagne).

    Mais E.Besson et B.Tapie son libres aussi. – Libres de révéler le rejet unanime en privé de la part des cadres du PS pour cette candidate narcissique. – Libres de dénoncer le manque de programme et les errances de S.Royal. – Libres d’appeler à voter pour N.Sarkozy.

    Mais surtout, N.Sarkozy est libre. – Libre d’aborder tous les sujets sans discrimination, sans honte, sans nier que certains ont été négligés par la droite jusque là et sans laisser la gauche revendiquer l’exclusivité de certains thèmes. – Libre de parler à tous les français sans faire des alliances de partis. – Libre de parler du fond. – Libre de témoigner de ses compétences acquises dans la pratique de nombreuses responsabilités locales et ministérielles. – Libre de respecter sa concurrente même si ce n’est pas réciproque. – Et France3 vient de l’annoncer : il est libre de gagner la présidence à 54 contre 46 au deuxième tour !

  • Avec une campagne de premier tour très à droite, spécialement dédicacée à « la France exaspérée » Sarko a siphonné entre un quart et un tiers de l’électorat du Front national. Il obtient ainsi (à quel prix sur le plan des valeurs !) l’un des scores les plus élevés d’un candidat de droite au 1er tour de la présidentielle sous la Ve République. C’est la fête à la salle Gaveau !

    Mais après avoir opposé sans relâche les Français entre eux et distillé sans cesse des messages très ciblés, le voilà désormais obligé d’entamer sa campagne de second tour en rassembleur sur fond de « rêve français » d’une « France fraternelle » qui « ne laisse personne sur le bord de la route », ni les « accidentés de la vie », ni les « handicapés », ni « les immigrés », ni les « ouvriers », ni les « artisans », sans oublier personne, ni « tous ceux qui souffrent ». Question : ce grand écart, ce large ratissage, ce virage à 180° du jour au lendemain, sont-ils crédibles ? Les électeurs de Bayrou, entre autres, jugeront.

    L’évolution vers une campagne de second tour est beaucoup plus naturelle pour Ségolène Royal, désormais candidate de toute la gauche rassemblée et seule alternative à Sarkozy.

    Le rapport de forces et le premier sondage portant sur le second tour, opportunément délivré dans la foulée des résultats du premier, restent a priori largement favorables au candidat de l’UMP. Mais la dynamique, la cohérence, et surtout l’espoir, me semblent être du côté de Ségolène Royal.

    Va pour le débat d’idées, projet contre projet ! Sans oublier de considérer également avec attention les deux personnalités en présence. C’est aussi une donnée sur laquelle on ne peut faire l’impasse quand il s’agit de désigner le chef de l’Etat, avec tous les pouvoirs que lui confère la Ve République…

  • Sans parler des deux victorieux, on peut déjà parler de victoire de la démocratie.

    85% de participation à mes dernière nouvelles, les extrêmes qui se sont pris une rouste maison (Le pen à 10%, 2002 est loin, besancenot à moins de 5% et je parle pas des moins de 1%…). C’est ptet con à dire, c’est ptet un gros cliché mais je m’en fout. Pour une fois qu’on peut pas dire que la démocratie est malade de son abstentionnisme…

  • Ayant voté Francois Bayrou, quelques remarques :

    • je refuse de voter pour un nationaliste ultralibéral et d’être dans le même parti que 60% des électeurs de lepen (estimation sofres des intentions de vote au 2nd tour, faite après les résultats).

    • L’UDF est un parti de réforme, pas de rupture, de conciliation, pas de divisions, d’impartialité, pas de copinage avec le medef, tf1 et compagnie.

    • je préfère une alliance centre-gauche, à une alliance avec le parti unique, qui a déjà gobé 2/3 des membres de l’UDF en 2002 tout en affichant son mépris pour Francois Bayrou.

    • le centre-gauche a été la politique menée sous Chirac/Jospin et bien que les deux me sont antipathiques, personne n’a contesté les résultats de cette politique tant au niveau économique que social…

    • au PS, il y a un centre-gauche, représenté par Rocard, Delors et Straus-Kahn…Des mecs de valeur, qui ont fait leur preuves, qui ont tendu la main à l’UDF.

    • rien ne m’empêche de voter UDF aux législatives, me garantissant une bonne représentation à l’assemblée, me permettant d’être un allié de poids et d’importance pour un gouvernement PS (en tous cas, passage obligé pour faire passer une loi), me garantissant des ministres, me permettant de démontrer en pratique les théories de conciliation appellées par Francois Bayrou.

  • Lecteur assidu, voire quotidien, mais premier com…

    @Jeff

    Ok Sarko a siffoné une partie des frontistes… Quid de Hollande dans certaines émissions (chez chabot il y a un mois ou deux de mémoire) qui était près à « agiter le hochet »TM (cf Koz Inc.) d’un certain Olivier, facteur de son état, et même quid de tous les partis, SANS exception, à gauche, voire à gauche de la gauche, ou même encore plus à gauche, qui appelle, dans les 10 minutes, à voter Royal? Je ne considère donc pas que Ségo ait eu plus de mérite à rassembler « la gauche », qu’un Sarko à essayer de « faire revenir dans le giron Républicain » des électeurs mécontents qui « se seraient égarés au FN »… Les extrêmes sont les extrêmes, il n’en existe pas un meilleur que l’autre. Si on peut les faire diminuer, je prends…

    Quant à l’évolution « naturelle » pour le second tour de Ségo, elle ne me parait pas aller plus de soi que celle de Sarko…

    Hormis son regard de merlan à moitié frit, alors qu’elle était pourtant portée par ses admirateurs, et qu’elle se retrouve au deuxième tour (ce qui n’était pas forcément gagné d’avance), hormis sa dictée tout sauf consensuelle, plutôt énervante, ou dans le meilleur des cas, soporifique, Mme Hollande (ah non, Mme Lang..euh Drey…euh enfin tu vois quoi…) n’a non seulement pas fait vibrer les foules avec son discours, sauf peut-être les drogués au Royalisme, mais n’a pas permis de faire band** pour la fameuse « personnalité en présence », très légère selon moi (et ce n’est que moi…).

    On a juste pu y sentir un peu d’autoritarisme (gestes d’accalmie insistants -genre laissez-moi causer), et une stature « balais dans le c** » assez peu flateuse, le tout sans la moindre émotion -positive en tous cas-, sauf un sourire « de début » et un sourire « de fin ».

    Peu convaincant, même pour un (ex-)hésitant comme moi.

    Et quant à insinuer à demi-mot « attention, Sarko a une gueule qui fait peur, et en plus y connait du monde partout: média, finances, Conseil Constitutionel, Sénat, réunion Tuperware…, il VOUS FAIT PEUR, surtout ne votez pas pour lui », je trouve que, finalement, on reste dans le style de la campagne dans ces trois dernières semaines…

    @F.,

    Expliquez-moi s’il vous plait le qualificatif, d’après des sources officielles, de « nationaliste ultralibéral » décrivant Sarkozy. Si possible, incluez-y ce que vous trouvez de si nauséabond à être « nationaliste » ou « Libéral » (j’enlève volontairement le -Ultra- pour le rendre à la Gauche de la Gauche de la Gauche…etc), surtout par rapport à vos propres attentes pour notre pays et notre économie…

    Plus de libéralisme??? Plus d’esprit de la nation??? Qu’y a-t-il de mal tant que ça permets de souder un peu la population, et de donner envie d’avancer TOUS ensemble? Qu’est-ce qui vous choque?

    Je suis un Européen convaincu, loin d’être raciste, ni sectaire, mais j’aime bien qu’on m’explique ces termes si « emportés » qui nous font avoir honte de vibrer sur la Marseillaise, ou d’ê-tre fier de notre drapeau, de nos conquêtes (idéologiques ou morales), voire de notre Histoire (bien que, nous serons tous d’accords, certaines choses ne méritent pas de stelles…). Sans parler d’une certaine part de bienfait de l’économie de marché (on mange -à peu près- tous à notre faim). Aussi j’ai parfois du mal à suivre des raisonnements tels que celui que vous exposez.

    Car bien que vous souteniez Bayrou (total respect, comme aux autres, même si je ne le montre pas forcément), si j’ai bien compris, pour vous, « personne n’a contesté les résultats de [la] politique [de Jospin et de Chirac] tant au niveau économique que social »…

    Si vous en êtes si heureux, pourquoi avoir voté pour le candidat « anti-système », qui de la gauche comme de la droite, ne voulait qu’en sortir une espèce de « substantifique moelle », plus substantifique que moelle, par ailleurs, tellement beaucoup de monde peine à ressentir sa colonne vibrer quand il parle; et en tous cas, pourquoi voter pour quelqu’un qui veut s’éloigner des deux partis habituels, quand vous trouvez le bilan Jospin-Chirac si acceptable…

    Quant à savoir si les ralliés de dernière minute, dégoutés par Ségolène, pourrait aider une telle formation, il y a matière à réflexion…

    Enfin, pour les législatives, j’en suis -partiellement- désolé, mais la proportionnelle stricte ne s’applique pas… Donc là encore, il faudra copiner avec un ou des partis..

    Lequel?

    C’est là que réside une partie de la réponse au deuxième tour…

    Bref!

    Nous avons tous eu raison de voter comme bon nous semblait.

    Place maintenant au débat d’IDEES. Chacun y trouvera -j’espère- son compte.

    On choisira en fonction…

    +++

  • Victoire de la démocratie ? Victoire de l’infantilisation de la population qui a été menée ces 30 dernières années oui ! Ce « grand mouvement républicain et démocratique » est essentiellement basé sur la peur, la peur de le pen, la peur de royal, la peur de sarkozy,… la liste est longue.

    Koz, vous devez vous réjouir aujourd’hui… je n’en ferai pas tant a votre place. Doit-on se réjouir d’un peuple qui a placé une personne aussi médiocre (niveau CM2 à tout casser) au second tour de l’élection présidentielle ? Doit-on se réjouir d’un peuple qui a apporté un plébiscite à une personne qui en plus de tout ce que l’on a vu durant la campagne se l’est joué chef de clan hier avec sa femme, ses gosses et son chien ?

    OUI, je suis amer, extrêmement amer, car je vis dans un pays que j’affectionne mais dont je ne tolère plus les écarts. 2007 était un étape décisive, cela restera dans l’histoire comme au mieux une vaste blague et au pire la mise à mort de l’état et des valeurs de la France. 2012 ne permettra qu’au mieux de sauver les meubles.

    Amer car je sais que moi qui suis jeune, mon avenir ne se trouve sûrement pas en France. Dommage, j’aurai préféré.

    Ce n’est pas un discours exagéré ou manquant de recul (un peu sûrement quand même mais bon..) que vous lisez là, c’est un discours amer et désespéré.

    Vous avez gagné. Les 2 grands partis se retrouvent confortés avec une telle participation. Vu leur pitoyable état je ne sais pas si c’est finalement pas la pire chose qui pouvait leur arriver.

    Vous avez gagné ? Et après ?

  • Panglosss a parfaitement raison : la première des bonnes nouvelles d’hier soir, c’est la victoire de la démocratie. La politique n’intéresse plus les français ? Avec un tel taux de participation, les résultats obtenus – tous les résultats obtenus – ont une légitimité rare : tant celui de NS que ce lui de SR, que ce lui de FB, que celui de Le Pen… que celui de la gauche de la gauche. Etonnament presque déçu pour Buffet, qui aurait mérité de distancer davantage un Bové qui apparait bien opportuniste.

    Deuxième chose : on veut nous refaire le coup, pour le second tour, des thèmes du premier avec, peut-être, un peu d’intox. Le commentaire de F., ci-dessus, ressemble tant à un argumentaire PS à destination du centre.

    Ainsi de l' »ultra-libéral ». Il faut vraiment avoir les yeux scellés et les esgourdes ensablées pour voir en NS un ultra-libéral.

    Mais passons…

    Les interventions comparées de Royal et de Sarkozy parlent d’elles-mêmes.

    [quote comment= »14886″]On nous prend clairement pour des naïfs (pour peu qu’on ne soit pas dans les électeurs de Ségo-Sarko) : la seule préoccupation des médias et de leurs invités, c’est « quelle est votre consigne ».

    Comme si les français déplacés à 85% ne savaient pas réfléchir et juger pour le 2e tour tout autant que pour le premier…

    Je suis plutot fier de mon vote d’aujourd’hui. Le discours et le tempérament de N. ce soir me confortent dans mon choix. Le fait qu’il passe en premier puisse se fasse plagier par Ségo n’est pas pour me déplaire non plus.

    Cher Koz, bonnes 2-semaines à venir. A.[/quote]

    Entièrement d’accord avec toi. Il y a certes des indécis mais tout de même, on peut penser que les français choisiront d’eux-mêmes.

    Ma tendre épouse, pourtant peu politisée, a été frappée comme toi et a employé le même terme : plagiat, pour qualifier l’intervention de Royal.

    Difficile, pour la gauche, ‘admettre que des solutions de droite puissent être protectrices. Et pourtant, de cela non plus, elle n’a pas le monopole.

    [quote comment= »14969″] Victoire de l’infantilisation de la population qui a été menée ces 30 dernières années oui ! [/quote]

    Allez, on gardera une petite place pour une autre hypothèse : les électeurs ont exprimé leur volonté en conscience. Volonté d’un choix clair. Volonté de pourvoir choisir, et volonté de clarté. Une petite place pour considérer que, peut-être, avec 85% de participation, cela révèle une véritable volonté du peuple français.

  • [quote comment= »14969″]Doit-on se réjouir d’un peuple qui a placé une personne aussi médiocre (niveau CM2 à tout casser) au second tour de l’élection présidentielle ? [/quote]

    Eh oh, inutile d’être insultant envers Ségolène Royal ! Certes, son discours d’hier était raté, en plus d’être tardif, mais ce n’est pas pour ça qu’il faut la prendre de haut pour autant.

  • Je relève pour ma part la nouvelle démonstration de, au mieux l’impréparation, au pire l’incompétence de Ségolène Royal qui devait faire un discours à 20h30 et n’a été prête qu’après 21h30. Et cela alors que les résultats étaient connus dès 18h et qu’il lui aurait été si simple de préparer à l’avance un discours. Et bien non.. dernier moment, amateurisme et compagnie. Indépendamment de toute considération sur le fond, ce n’est pas rassurant et l’on se demande ce qu’il en serait si l’évènment était imprévu..

  • @loin d’ici

    Je pense que le problème était plus profond (raison du retard), je crois qu’ils ont du en coulisse se faire une guerre interne intense pour savoir quelle position adopter pour pouvoir gagner les élections présidentielles et LEGISLATIVES et ont finis par adopter sous diktat des éléphants et manque de poids de SG (face à son concubin (qui à force de hurler sur Ségolène en a perdu la voix) et autres mammouths) la position du  »combat » à bras le corps et de péchouyer délicatement les votes Bayrou (libre, libre, …) en pensant que ceux-ci se ralieront quand même  »naturellement » car dans le fond ils n’ont pas de projet d’avenir et ils ont peur de perdre les anciennes alliances avec la gôche aux futurs législatives et communales auquels les communistes et trokystes sont toujours organisés de manière stalinienne…

  • Pour ma part, à l’instar de Koz et de pangloss notamment, je vois 3 raisons de me réjouir du résultat :

    • Une victoire sans équivoque de Nicolas Sarkozy dont le score démontre qu’il est bien le seul capable de rassembler les Français autour de valeurs au mieux ignorées (au pire méprisées par la Gauche).

    • Un score historiquement bas du FN qui démontre bien que ses électeurs ont compris que les réponses apportées par Le Pen ne sont pas les bonnes et une partie de l’électorat de 2002 est revenu grâce à Nicolas Sarkozy dans la famille Républicaine.

    • Un taux de participation record qui, combiné au score de Nicolas Sarkozy, montre bien l’adhésion massive des Français à cette campagne et plus particulièrement à celle du vainqueur car l’analyse montre bien que les Français ont cette fois-ci voté POUR et non CONTRE (autre motif de satisfaction).

    Maintenant cap sur le 6 mai et je dois avouer que l’entrain et la fougue de Mme Royal lors de son discours-camomille me donnent confiance.

  • Autant commencé avec du positif : bravo pour les deux finalistes, la partie est loin d’être gagnée et j’espère qu’elle se placera au dessus des « petites phrase » ou nouvelles « boules puantes ». En tout cas, merci à la participation record !!!!!!!!

    Pour François Bayrou, son discours a été bon et vous voulez que je vous dises ? Il a été beau joueur. Pas d’attaque et que des choses positives. Je pense qu’il parviendra à créer son nouveau parti (son score lui en donne la légitimité; reste à espérer pour lui qu’il conservera en son giron ceux qui ont cru en lui de gauche comme de droite). Définitivement, je le vois mal donner une consigne de vote.

    Pour Nicolas Sarkozy, son discours était fédérateur, enthousiaste, j’ai apprécié (bon là vous avez le droit de me faire un procès pour non objectivité, mais c’est mon chouchou bordel !!). Surtout qu’il a rendu hommage à son adversaire du second tour. C’est classe.

    Pour Ségolène Royal, une petite anecdote. Hier, j’étais au péril de ma vie le seul sarkozyste face à 4 ségolénistes. Bon, j’ai ramassé sévère (« dangereux », »dictateur », etc…). Mais celle qui a ramassé encore plus, c’est Ségolène Royal après son discours (alors que moi paradoxalement je voulais pas rentrer sur ce terrain, j’avais oublié ma veste en kevlar) : « mais retire ton balais », « mais elle veut gagner ou pas ? » « P… on se fait chier » « Non mais regarde elle est en train de leur dire de fermer leur g… avec ses mains ». Bon, ceci dit, il reste deux semaines et elle peut gagner en enthousiasme et son envie de gagner. Rien n’est joué, même si Nicolas Sarkozy a une légère avance.

    Voilà ma version des événements, à vous les studios !

  • moi aussi j’ai aimé la position et l’attitude de François Bayrou, total respect, regard vers l’avenir, non critique des concurrents et surtout une vraie satisfaction (malgré le fait qu’il aurait aimé être au second tour) que la France s’est mobilisée et que la société française est en train d’évoluer.

  • [quote comment= »14996″]@loin d’ici

    Je pense que le problème était plus profond (raison du retard), je crois qu’ils ont du en coulisse se faire une guerre interne intense pour savoir quelle position adopter pour pouvoir gagner les élections présidentielles et LEGISLATIVES[/quote]

    Que ce soit cela la raison où autre chose, peu importe, était-il si difficile dans les dernières semaines d’envisager parmi d’autres scénarios celui de l’arrivée en 2ème place derrière NS et avec FB derrière mais avec un bon score ?

    C’est à 18h le jour du scrutin que l’on doit préparer cette hypothèse ? C’est au moment où les caméras sont déjà là que le débat doit se faire ??

    Franchement, j’espère que non, que ce scénario de l’impréparation n’est qu’une divagation de mon neurone trituré… car si c’est le cas et qu’elle gagne, cela vous promet bien du plaisir chers voisins …

  • [quote comment= »14998″]j’espère qu’elle se placera au dessus des « petites phrase » ou nouvelles « boules puantes ». [/quote]

    Vous rêvez, la clé sera le débat de l’entre deux tours, donc c’est LA petite phrase qui fera basculer les indécis, lepénistes et bayrouistes déçus. Royal part avec une grosse longueur de retard, c’est clair, mais il suffit d’une phrase bien placée pour renverser les choses…

    [quote comment= »14997″] une partie de l’électorat de 2002 est revenu grâce à Nicolas Sarkozy dans la famille Républicaine. [/quote]

    Parcequ’ils en étaient sortis ?

    [quote comment= »14952″] Les extrêmes sont les extrêmes, il n’en existe pas un meilleur que l’autre. Si on peut les faire diminuer, je prends… [/quote]

    Ah, parceque le Pen aurait des relents totalitaires aussi dangereux que la LCR ?

    Vous rigolez, j’espère ?

    Quant à moi, je crois que je vais m’abstenir, parcequ’entre la peste et le choléra, je refuse de choisir….

    Tiens, je sens que je vais rejoindre les roycos. 😀

  • Je suis bien d’accord avec toi Naja et cette allocution démontre une fois de plus l’improvisation permanente au PS et l’absence total de soutien du parti pour SR qui d’ailleurs se déclare elle-même libre de toute attache !! D’ailleurs Beranrd Tapie n’a pas hésité à balancer sévère sur ses ex-copains qui ne l’ont pas démenti……

    @alex et london : contrairement à vous je ne félicite pas François Bayrou. Pas en raison de son discours d’hier qui était clairement destiné à ne pas blesser ni le PS ni l’UMP, mais en raison de ses attaques virulentes tout au long de la campagne. Il ne vaut pas mieux que Besancenot et consorts qui après nosu avoir expliqué que le PS était à la botte du kapital appellent à voter Royal.

  • Oui, Polydamas, j’avoue ma naïveté toute républicaine (ou de jeune républicain ?). Mais j’ai tellement l’impression que ce débat va être énorme (deux grandes conceptions de la politique, de l’économie et du social) que ces campagnes caniveaux me sembleraient inutiles. Ceci dit, comme vous le rappelez justement, ça s’est souvent joué à une petite phrase… Qui vivra…

    Sinon, Alex, oui Bayrou a fait campagne parfois de façon « virulente » mais il n’empêche que son discours hier m’a plu. Après de là à avoir apprécier certaines de ses attaques pendant la campagne du premier tour, bon…

  • [quote comment= »15003″] Que ce soit cela la raison où autre chose, peu importe, était-il si difficile dans les dernières semaines d’envisager parmi d’autres scénarios celui de l’arrivée en 2ème place derrière NS et avec FB derrière mais avec un bon score ?

    C’est à 18h le jour du scrutin que l’on doit préparer cette hypothèse ? C’est au moment où les caméras sont déjà là que le débat doit se faire ?? [/quote]

    je suis tout à fait d’accord avec toi pour dire que ce n’est pas à la dernière minute que l’on décide et que cela révèle des problèmes internes, une non-préparation et un manque de consensus au sein du PS qui a choisi de suivre les mammouths.

    [quote comment= »15003″] Franchement, j’espère que non, que ce scénario de l’impréparation n’est qu’une divagation de mon neurone trituré… car si c’est le cas et qu’elle gagne, cela vous promet bien du plaisir chers voisins …[/quote]

    c’est pire que de l’impréparation cela réflète un manque d’idées nouvelles, de projet d’avenir pour la société, de solutions viables à long terme et une analyse politique rétrograde d’une autre époque qui domine toujours au PS.

  • Il me semble important de distinguer la nature des scores atteints par Nicolas Sarkozy et par la candidate socialiste. En effet, avec plus de 31% des voix au terme d’une campagne au cours de laquelle il a été diabolisé, le candidat UMP a fait l’objet d’un vote d’adhésion. Adhésion à un projet, à une vision de la France, et il a su rassembler autour de ce « rêve français » qu’il dessine, malgré tout ce que ses adversaires pourront dire afin de la présenter en diviseur.

    Au contraire, Ségolène Royal a joué à fond la carte du vote utile, du tout sauf Sarko, et je ne pense pas que son électorat dans son intégralité adhère à son projet. Pour preuve, les faibles scores de la gauche de la gauche, encore très critiques au soir des résultats, mais appelant au report de voix, afin de faire barrage à Sarkozy, et non par soutien à l’Immaculée Conception.

    Enfin, le score de François Bayrou me laisse perplexe et déçu. Perplexe, car malgré les tractations préssenties afin de s’attirer, d’un côté et de l’autre, les faveurs du candidat UDF, je pense que cette base électorale, de par sa nature, sera peu sensible à une éventuelle consigne de vote. Et j’espère que chacun se tournera vers sa « famille » le 6 mai prochain.

    N’étant pas bloggueur politique, je n’ai eu l’occasion de m’exprimer sur la chimère esquissée par François Bayrou. Je veux juste rappeler que les coalitions allemandes ou autrichiennes n’ont pas été un choix, et que celles-ci ont été mises en place après des mois de négociations, pour s’accorder à réformer à minima. Je rappelle aussi que la tentation de gouverner en dépit des couleurs politiques s’est déjà fait, avec l’UDF au coeur de ce système: les élections régionales de 1998. Bien sûr, l’heure n’est plus à la polémique puisque que chacun désire maintenant s’attirer les faveurs des quelques 7 millions d’électeurs Bayrouistes.

    Mais j’ose espérer que Sarkozy s’adressera aux électeurs, et non aux appareils, puisqu’il suscite l’adhésion. Et la campagne pour le second tour s’annonce passionante, puisque la principale question est: Ségolène Royal va-t-elle jouer la carte du projet, ou du TSS?

  • Finalement, personne ne devrait être surpris par le duel Sarko-Sego. C’est la France schizophrène, bipolaire droite-gauche qui se retrouve dans ce résultat. Et le très fort taux de participation montre que c’est bien toute la France qui a voté, pas seulement les agités de la politique.

    La France ce sont à la fois des entreprises hyper-dynamiques, des créatifs et des entrepreneurs recherchés dans le monde entier – et des romantiques apeurés qui rèvent encore de Jaurès et d’égalitarisme forcé. Ceux qui ont voté Bayrou sont pour la plupart des gauchistes déçus par Ségolène-balai-dans le-derrière ou des centre-droit angoissés par Sarko-le-vilain-petit-canard. Droite-gauche donc. La France reste la France.

    Notez que ni Sarko, ni évidemment Sego ne sont des libéraux. Tous deux sont pour une omniprésence de l’Etat-nounou. La différence, c’est que le socialisme et ses « aquis sociaux » (35 heures, code du travail pléthorique, trou de la sécu béant, etc.) sont la cause du chômage et de la chute du pouvoir d’achat en France. La droite molle de Chiraq essaie d’en tempérer les effets, sans succès, depuis le départ de Jospin. Sarkozy au pouvoir tempérera un peu plus, mais sans doute pas de façon radicale, parce que la France reste la France et qu’on ne peut pas gouverner contre l’autre moitié schyzophrène du pays.

    Et quand même, vous avez vu le discours de Ségolène ? Focalisons nous juste sur la compétence de la personne, prise individuellement. Vous voulez-vraiment mettre « ça » au pouvoir ?

  • Ben disons que c’est sans doute le plus mauvais discours de fin de premier tour que j’ai pu entendre. Et moi ma question c’est : souhaite elle vraiment gagner ? Pourquoi avoir était aussi longue à intervenir : était ce calculé pour créer des réactions d’énervement chez ses adversaires et exploitables dans l’entre deux tours ? Créer de l’envie ?Y a t’il eu un pépin dans l’organisation (la lumière qui s’éteint en plein milieu de l’allocution, le « je sors je sors pas » derrière la porte) ? A t’elle eu peur ? ou … ?

    En fait, tout ça est bien mystérieux…qu’est ce qui se trame ? honnêtement, je peux pas imaginer de l’impréparation…J’aurais bien voulu être derrière le rideau moi ! Quelqu’un aurait il des infos ?

  • pour réagir sur le commentaire de London, j’ai suivi son discours sur France 2, qui a réalisé queques plans de coupe de François Hollande, qui avait, il me semble, un air assez grave. Et si le réalisateur s’est permis ces plans, c’est bien qu’il y avait une tension palpable au moment de cette élocution. Car, quand même, le premier secrétaire devait bien avoir connaissance de la teneur de celle-ci. A moins que le retard ne s’explique par une profonde réécriture. Ou la tension de Hollande par les piètres qualités d’oratrice de sa candidate.

  • @ london

    tu la crois assez fine politicienne pour organiser une défaite du PS aux présidentielles et même aux législatives pour pouvoir organiser la chasse aux mammouths peut-être tu as un peu raison maintenant que j’y pense, elle a encore une carrière politique à venir d’une vingtaine d’années ce qui lui permet à elle de ne pas avoir de problème personnel avec une défaite ou deux…

  • Je ne peux qu’etre entierement d’accord avec Aurelien et London, malheureusement pour notre democratie…Segolene a-t-elle « vraiment  » envie d’etre presidente, de gagner? S’attendait-elle a passer le 1er tour malgre tous les « sondages »? Bref, on est en droit de se (re)poser de vraies question quand a sa capacite d’anticipation et de reaction face au public. Hollande l’a TRES bien compris hier soir, a son grand dam…Sego est une femme LIBRE et se permet de faire poiroter ses « partisans », bof, bof. Que se trame t-il? Forcement quelque chose de pas tres sain a mon sens et donc pas tres honnete! Comme c’est surprenant…tiens donc! Attention, quand les masques vont tomber, des verites vont eclater! Mais une chose est sure et certaine, si les Francais se rendent compte qu’on les a spolie, meme durant les elections, les reactions ne se feront pas attendre. On a deja TOUS fait l’affligeant constat face a une Sego, hier soir, incapable de faire une phrase digne de ce nom (pour un personnage politique) d’etre un minimum spontanee ou meme tout simplement contente….! Elle a peur et cela se voit…Attention , une place de candidat a peut etre ete gachee, attention…Soyons patient, attendons les debats qui s’annoncent deja TRES TRES interessants…;)

  • [quote comment= »15020″]@ london

    tu la crois assez fine politicienne pour organiser une défaite du PS aux présidentielles et même aux législatives pour pouvoir organiser la chasse aux mammouths peut-être tu as un peu raison maintenant que j’y pense, elle a encore une carrière politique à venir d’une vingtaine d’années ce qui lui permet à elle de ne pas avoir de problème personnel avec une défaite ou deux…[/quote]

    Je sais pas trop…je t’avoue que je suis perplexe…Honnêtement, si tu savais que t’as une chance sur deux de décrocher le jackpot, t’as pas envie de rire, de chanter, de crier ta joie ? Effectivement, l’idée d’une chasse aux éléphants est possible…Mais DSK doit quand même être en embuscade, je le vois venir de loin (tu me diras, un éléphant)…Elle joue très gros Ségo à ne pas avoir rassembler son propre camp avant le premier tour …

    P.S : je viens de me rendre compte qu’il y a un commentaire dont je t’ai fait destinataire et où la personne concernée était Nsi (à propos des coups de boutoirs de Bayrou pendant la campagne). Donc désolé. Je pars me fouetter en silence. Car en fait j’étais tout à fait d’accord avec tes commentaires 🙂

  • Dites, une petite question d’ordre général par rapport au premier tour dans vos élections présidentielles.

    Si, par hasard, un candidat recueille plus de 50% des voix au premier tour, vos lois prévoient-elles son élection directe sans deuxième tour ?

    @Koz: si trop HS, n’hésite pas à sortir la tronçonneuse.

  • Pas trop HS est la réponse est oui. Le système est le même – sauf erreur – que pour les législatives. Et aux législatives, le cas se présente souvent.

  • [quote comment= »15026″] Je sais pas trop…je t’avoue que je suis perplexe…Honnêtement, si tu savais que t’as une chance sur deux de décrocher le jackpot, t’as pas envie de rire, de chanter, de crier ta joie ? Effectivement, l’idée d’une chasse aux éléphants est possible…Mais DSK doit quand même être en embuscade, je le vois venir de loin (tu me diras, un éléphant)…Elle joue très gros Ségo à ne pas avoir rassembler son propre camp avant le premier tour …

    [/quote]

    Oui sans doute qu’elle joue gros mais vexée et frustrée de devoir suivre les diktats du politbureau elle s’est dit je vais la jouer leur mascarade que je réprouve en mon sein intérieur car c’est par une défaite de leur conception que je vais pouvoir imposer mon point de vue sur l’ensemble du parti et elle l’a jouer dans le meilleur des cas crispée, tendue, forcée pour montrer que l’idée ne vient pas de moi ou c’est simplement comme je croyait avant ta remarque le résultat du stress provoqué par ces luttes intestines…

    [quote comment= »15026″] P.S : je viens de me rendre compte qu’il y a un commentaire dont je t’ai fait destinataire et où la personne concernée était Nsi (à propos des coups de boutoirs de Bayrou pendant la campagne). Donc désolé. Je pars me fouetter en silence. Car en fait j’étais tout à fait d’accord avec tes commentaires :-)[/quote]

    je l’avais remarqué et pour ne pas polluer cette discussion je n’ai pas réagi sachant bien que ce n’était qu’une erreur de lecture

  • J’ai fait un rapide tour des blogs : ça chauffe pour Ségo par rapport à ses soutiens ! Ca balance sur son discours d’hier et de son organisation…

    Le plus intéressant, c’est le blog de Daniel Schneidermann. Et lire aussi le billet de Abitker. Il y a comme une desepérance…Entre le premier qui crache sur Sarko (avec une mauvaise foi qui transcende tous les billets que j’ai pu lire de lui) comme pour conjurer le sort et Abitker qui se demande où est ce qu’il en est…

    Bref, au boulot Ségo (hey ho hey ho).

  • On remarquera tout de même trois choses.

    José Bové fait 1%.

    Comparez ce score avec l’omniprésence du personnage sur la scène médiatique, la cote de popularité dont il dispose parmi les intellectuels ou présumés tels, le crédit qui est accordé à ses actes et à ses paroles, son image à la fois sympathique et sérieuse.

    José Bové est d’extrême-gauche.

    Gérard Schivardi fait zéro pour cent virgule quelque chose.

    Chiffre parfaitement conforme à son score dans les sondages où il n’a jamais décollé de son insignifiance absolue.

    Or Gérard Schivardi a obtenu les 500 signatures nécessaires à sa candidature, sans le moindre problème, et en avance par rapport à la date limite.

    Il appartient à un parti dont personne n’a jamais entendu parler, mais qui présente la particularité d’être trotskyste.

    Jean-Marie Le Pen fait 10%.

    Et encore, après s’être fait piquer une dizaine de points par Nicolas Sarkozy, selon l’estimation du Figaro.

    Il a eu le plus grand mal à avoir ses signatures. Il est diabolisé par l’ensemble de la classe politique.

    Il est d’extrême-droite.

    La réunion de ces trois faits montre clairement qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans la vie politique française.

    Que les élites sont à gauche, alors que le peuple est à droite.

  • Plutôt que de vous demander si la nullité du discours de Ségolène hier soir cachait une stratégie à 15 bandes, il ne vous est pas venu à l’idée que la candidate du PS est tout simplement INCOMPETENTE ?

    Ses conseillers politiques ont du avoir la même idée puisque Ségo a plus ou moins disparu de la circulation pendant 3 semaines avant le scrutin, ce qui l’a ipso facto fait remonter dans les sondages.

  • [quote comment= »15041″]Plutôt que de vous demander si la nullité du discours de Ségolène hier soi cachait une stratégie à 15 bandes, il ne vous est pas venu à l’idée que la candidate du PS est tout simplement INCOMPETENTE ?

    Ses conseillers politiques ont du avoir la même idée puisque Ségo a plus ou moins disparu de la circulation pendant 3 semaines avant le scrutin, ce qui l’a ipso facto fait remonter dans les sondages.[/quote]

    Si chaque fois que je la vois ou l’entends mais je préfère avoir une stratégie à 20 bandes avec 40 points de contrôle, cela m’aide à dormir plus tranquillement et à employer mon cerveau quand je ne dors pas.

  • N. Sarkozy a fait seul,cette première campagne. Les autres aboyaient derrière même Bayrou ce fat qui parle de lui à la 3eme personne (cf les confidences de N. Hulot).

    Mais les journalistes veulent aussi jouer un rôle alors pariez qu’ils ne vont parler que de lui…

    Le regard « presqu »heureux mais à l’intérieur de Sarkozy en disait long sur ce qu’il prévoit comme luttes à venir. Il sait qu’en fait, il est seul.

    Il faut gagner Nicolas tu le sais ! Hier tu étais en « tête à tête » avec la France, ton discours tu l’avais préparé (toi) cela te permettait d’être déjà plus loin, notre pays se sent encore chloroformé, mais tous ceux qui l’aiment savent que tu vas donner l’élan … à nous de le transformer après le 6 mai !

  • Je crois que les pseudo-procès en incompétence et en « mauvaise campagne » n’ont plus vraiment leur place avec les résultats du premier tour. Personnellement, j’ai trouvé l’intervention de Ségolène Royal très bonne sur le fond, grave et solennelle dans la forme, ce qui m’a paru adapté aux circonstances, qui n’étaient pas propices à l’improvisation (oui, elle lisait un texte écrit au préalable, donc). Je trouve qu’elle a mieux réussi son entrée en campagne de second tour que Sarko, contraint de jouer soudainement et de manière peu crédible l’air du grand rassemblement « sans laisser personne sur le bord de la route », après des années de politique de classe et de stigmatisation (des immigrés, des juges, des chômeurs, des fonctionnaires, des jeunes, etc.).

    Quant à son timing, elle en est maître. Et j’ai trouvé assez bien joué de prendre son temps, de se faire un peu attendre et d’apparaître calme et consciente de l’enjeu. Il est vrai que d’autres à sa place, plus nerveux, plus pressés, plus instables (sans doute prédéterminés génétiquement) ont plutôt tendance à réagir au quart de tour quitte à se laisser un peu emporter et parfois à dire ou à faire de grosses conneries, mais c’est une autre histoire. A côté de la « France qui se lève tôt », que votre candidat invoque à tout bout de champ, souffrez également qu’il existe une France qui se couche tard (c’est parfois la même mais le dire ne serait pas assez simpliste pour un électeur du Front national) et qui faisait la fête rue de Solferino en attendant Ségolène (mais vous deviez être déjà couchés…).

    Quant aux petits rigolos qui pensent que cette énarque dotée de 25 ans d’expérience de la politique à tous les niveaux n’est pas capable d’aligner deux phrases, rendez-vous le 2 mai pour le débat. J’en connais qui vont être surpris s’ils pensent vraiment ce qu’ils disent. Attendez-vous d’ores et déjà à avoir votre petit Nicolas malmené, dans les cordes, sinon vous risquez d’avoir un choc…

    Et au-delà de tous nos commentaires, n’oubliez pas une chose : dans la mesure où la gauche de la gauche va se reporter massivement sur Ségolène Royal et que les électeurs du Front national ont bien compris les messages répétés de votre champion, ce sont les électeurs de Bayrou qui vont décider du vainqueur.

    Compte tenu du rapport de forces du premier tour, la clé de l’élection peut à mon avis se résumer à cette équation simplifiée : si plus de 60% des électeurs de Bayrou se reportent sur Ségolène Royal, elle gagne. Sinon, elle perd et nous voilà partis pour cinq ans dans l’inquiétante aventure du Sarkozysme…

  • @Jeff

    Quelle inquiétante aventure du sarkozysme ? Au Ministère de l’Intérieur, son succès est indéniable – et pour autant je n’ai pas vraiment l’impression de vivre en dictature. Et les banlieues n’ont pas eu besoin de lui pour flamber – vu le chômage et la crise du pouvoir d’achat engendré par le système pseudo-égalitariste dans lequel nous vivons.

    La gauche reproche à Sarko de jouer sur la peur et pourtant elle tente la même chose avec Sarkozy-le vilain-méchant. Heureusement, la gauche caviar parisienne – qui se lève tard 🙂 – est la seule à y croire.

    Ségolène est certes une « énarque dotée de 25 ans d’expérience de la politique  » comme vous le dites, mais cela rend d’autant plus flagrante la nullité de ses prestations. En tout état de cause, si vous connaissiez un peu sciences-po-ENA et autres grandes écoles, vous sauriez qu’il suffit de bachoter correctement pour y entrer. Et si vous pensez que les individus qui gravitent au sommet des partis politiques (mais la même chose vaut pour toute organisation humaine) sont tous compétents, vous vous faites de sacrées illusions !

    Quant à ses 25%, Ségolène a de la chance d’avoir choisi le bon parti. Les socialistes finissent toujours par voter socialiste, souvent par romantisme ou pseudo-idéologie, contre le méchant capital (qui les nourrit pourtant). Aussi, de nombreux socialo-Bayroutistes on finalement avalé leur chapeau et voté Ségolène le jour venu. Pour ne pas causer l’explosion du PS.

  • Jeff, je crois personnellement que ta candidate s’en sortira lors du débat avec Nicolas sarkozy. Il reste, néanmoins, que hier dans son discours et dans son organisation « fantaisiste » elle n’a pas convaincu.

    Mais, et je le répéterai jusqu’au second tour, même si contre performance à l’exercice du 2 mai, rien n’est joué d’avance car si le TSS chez les électeurs de Bayrou marche, ça fera pas un pli. On ne sera plus dans la rationalité au second tour de toute façon. Et je crois que Nicolas Sarkozy en mesure le risque.

    En fait, les deux candidats vont tout faire pour corriger le tir : Ségo montrer qu’elle est vraiment compétente, Sarko qu’il aime vraiment les gens.

  • Personnellement je me fiche de savoir si NS m’aime ou pas, même s’il prononce désormais le mot « amour » dans chaque discours. L’incompétence de Ségolène et des vieux c…s qui l’entourent (Lang, Fabius, etc. beerk), ça me pose plus de problèmes.

    Ceci dit c’est vrai que rien n’est joué. Le « peuple de gauche » votera à gauche même s’il a en partie voté Bayrou. Les électeurs FN et MPF voteront majoritairement NS, car il a la stature d’un chef et ils exècrent Ségolène.

    Résultat: une fois de plus, 50% de français seront nécessairement très décus par le résultat. Ce qui est quand même un problème.

  • Comment peut-on avoir aimé le discours de SR hier ? Le fanatisme à ses limites. Parfois, il est bon de critiquer ses champions pour qu’ils s’améliorent, sinon, cela en fait des gourous !

    Même si le discours de NS était trop « je fait plaisir à tout le monde et du coup je deviens au final un peu moins crédible », celui de SR était intenable. J’ai du me faire violence pour l’écouter jusqu’au bout ! Elle devrait se détendre un peu !!!

  • [quote comment= »15068″] Résultat: une fois de plus, 50% de français seront nécessairement très décus par le résultat. Ce qui est quand même un problème.[/quote]

    Ça s’appelle la démocratie.

    Pour remplacer, je proposerais bien une monarchie mais vous risqueriez de ne pas être d’accord… 😀

  • On élit ces jours un président ou une présidente de la république.

    Au-delà des pouvoirs dont cette fonction dispose, le pays sera mené par le gouvernement, établi directement en fonction de la composition du parlement.

    De Mme Royal et M Sarkozy, qui a une stature présidentielle? Qui peut représenter la France? Qui peut insuffler des idées? Qui peut, par son discours, dynamiser ses auditeurs, leur donner envie d’avancer? Pour moi, la candidate socialiste ne le peut pas. Strauss-Kahn aurait pu, elle non.

    J’ai voté pour M Bayrou au premier tour, je voterai pour M Sarkozy au second. Si Bayrou avait été élu, si assez de français avaient osé faire confiance à un renouveau du fonctionnement politique au-delà du clivage usuel, j’aurais fait de mon mieux pour que le parti de M Bayrou obtienne ensuite une majorité pour gouverner. Comme ce parti, en l’état actuel, ne pourra gouverner, comme je crois que celui de M Sarkozy pourra faire avancer le pays dans une direction pas aussi mauvaise que celui de Mme Royal, lors des prochaines élections législatives, je ferai mon possible pour donner une majorité au parti de M Sarkozy.

    Et ce, quel que soit le résultat du 6 mai. Hors de question de donner le pouvoir à un parti qui choisit Mme Royal pour la représenter aux élections présidentielles. Hors de question aussi de voter pour un parti qui a généré les 35h. Un parti qui n’a pas laissé « dégraisser le mammouth » par quelqu’un qui maintenant fait campagne pour Hillary Clinton. Un parti qui oublie trop souvent que pour qu’il y ait des salariés heureux, des salariés tout court, il faut qu’il y ait des entrepreneurs qui se sentent bien dans leur pays, et non montrés du doigt. Un parti qui a institutionnalisé le nivellement par le bas plutôt que l’émulation.

    Et vous, comment fonctionne votre vote?

  • [quote comment= »14997″] une partie de l’électorat [de Le Pen] de 2002 est revenu grâce à Nicolas Sarkozy dans la famille Républicaine. [/quote]

    On peut présenter les choses ainsi . Mais :

    • D’une part , c’est au prix de contorsions verbales qui « abiment » beaucoup son image est restreignent ses possibilités d’action futures.
    • D’autre part rien ne dit que cet électorat restera ainsi -les frontistes ne sont pas tous dupes- .

    @ Koz « Il y a une inconnue majeure : les reports de voix de François Bayrou. …. Cela laisse le temps au temps, et aux discussions. »

    => « Discussions » ? : Voilà un étrange langage d’un point de vue des principes. Mais bien conforme au réalisme du tank ump et de ses militants. Ceci étant Nicolas peut reprendre des propositions de François!

    => « Inconnu » ? : il n’y a pas d’inconnu, les voix de Bayrou se répartissent à 85 % de façon égale dans chaque camp. Les 15 % se determirenont suivant une intuition personnelle ou suivant un pari ‘pascalien’ sur lesquels Sarko a peu de prise à présent. Probablement à 50/50 , également.

    Bayrou ne tranchera pas, ne penchera pas . Restons simple et clair. Ce n’est ni dans son tempérament, ni dans ses possibilités, ni son interet -soyons réaliste- .

    Rien à glaner au centre, mais tout à redouter d’un FN bléssé dans le dernier combat de son grand chef. Il y a paut-être une facture à payer pour migration d’électeurs ? Car après tout seule la proportionnelle permettrait à l’extrême droite de s’implanter vraiment …

    Nicolas est à la merci d’un mouvement d’humeur de Jean-Marie . A la merci d’ un trait d’humour bien calibré … et Jean-Marie sait être opportuniste et inventif. En tout cas je le souhaite pas.

    Ce serait bien méchant de dire que Nicolas l’a bien cherché.

    PS / Bon tout ceci mérite reflexion … Comme je suis sérieux , je vais refaire comparatif , quizz et banc d’essai divers pour savoir comment me situer . 😉 Et qui choisir dans une alternative importante mais sans grand sens pour moi.

  • Je comprends que vous soyez fan, mais quand meme.

    N’etant pas un admirateur de Sarko, et encore moins de Royal, j’ai presque eu besoin d’un seau pour vomir quand j’ai entendu le discours du 1er.

    C’est fou, on est tous des indigents en France? On souffre tous ? Incroyable. Cette compassion sonnait tellement faut.

    Royal, on sait ce que ca donne, il n’y a pas besoin de regarder pour le savoir d’avance.

    Le probleme de Sarko, c’est que sorti de ses admirateurs, il tend a braquer plus qu’autre chose. Je crains une victoire de Royal a cause de ca.

  • C’est un plaisir de lire certains commentateurs !

    Je suis entièrement d’accord avec AC et cela fait écho à une discussion que j’ai eu – avec un de mes boss, en plus : il s’agit de po-li-ti-que. Les politiques ne sont pas éditorialistes, ils ne sont pas des théoriciens des idées. Leur boulot, c’est de travailler sur le réel, l’humain, le concret. Les grandes velléités, les Grands Soirs de droite et de gauche sont utiles à titre de témoignage mais il faut rendre les choses possibles. Je crois que nous avons sur ce blog deux libéraux réalistes. Nicolas Sarkozy n’est pas un libéral, loin de là. Mais, (i) c’est le plus libéral des candidats (avec toutefois quelques discussions sur bayrou) et (ii) on ne peut pas à ce jour appliquer une politique pleinement libérale au pays. En ce qui me concerne, je suis très en phase avec sa position : « je crois à la force créatrice du marché mais je ne crois pas que le marché ait toujours raison« .

    Quant au discours de Ségolène Royal, je prends le risque que l’on me taxe de partialité crasse, mais j’y vais : je l’ai trouvé affligeant. Dans la forme, évidemment : j’ai rarement entendu un discours aussi laborieux. Comment compte-t-elle susciter l’adhésion, l’envie, l’enthousiasme ? Mais aussi sur le fond : elle en est toujours à utiliser une rhétorique de gauche de la gauche ! Et à dénoncer des chimères : non, Ségolène, Nicolas Sarkozy n’est certainement pas un ultra-libéral. Et il l’a encore montré dans son intervention. Et oui, il propose une solution bien plus crédible que la tienne pour l’avenir du pays et pour contrer les logiques purement spéculatives : bosse donc le chapitre « la morale du capitalisme de son bouquin. C’est pas super compliqué, ce n’est jamais que de la vulgarisation, mais cela évite de dire des âneries à son égard.

    Tout à fait d’accord aussi avec Aurélien : sa stratégie de second tour, c’est un vote de rejet, alors qu’en face, il y a un vote d’adhésion. Ce n’est pas du tout la même perspective et je ne suis pas certain du tout que les français veuillent une présidente par défaut.

    Enfin, je vois un avantage au commentaire de Jeff, qui a tant aimé le discours de Ségolène : s’il est cohérent, il ne viendra plus jamais me reprocher un manque d’objectivité.

    [quote comment= »15077″]=> « Inconnu » ? : il n’y a pas d’inconnu, les voix de Bayrou se répartissent à 85 % de façon égale dans chaque camp.[/quote]

    Dites, Oppossum, à l’heure actuelle, il n’est plus très difficile d’accéder à une information un peu fiable. Il faudrait vous y mettre.

  • [quote comment= »15074″] Et vous, comment fonctionne votre vote?[/quote]

    J’hésite entre le pile ou face, la courte paille, le discours de le Pen, la couleur de robe de Royal, la couleur de cravate de Sarko, l’évolution du Cac 40, de mon portefeuille de bourse, mon humeur, le pied avec lequel je me lèverais, le temps qu’il fera, et j’en passe.

    Chais pas pourquoi, je me sens en verve aujourd’hui.

    Sinon, si jamais Sarko est élu, il a intérêt à être bon, parcequ’à mon avis, certains sauront retrouver le chemin du vote FN…

  • en ce qui concerne le centre , je pense qu’il faut raison garder , l’ensemble des etudes d’opinion realisée sur ce dernier mois confirme les reports suivants : vote bayrou : 45 % SR , 45 % NS , 10 % abstention indecis blanc vote lepen : 75 % NS , 25 % abstention indecis blanc au vu de cela , NS n’as aucun interet a inflechir sa position sachant qu’en l’etat il a l’adhesion de la moitié des electeurs UDF , reste juste a offrir quelques sieges de deputées a l’UDF pour eviter un petit coup de poignard dans le dos de plus bayrou n’a egalement aucun interet a se positionner pour Melle marie segolene royal , car le PS ne lui laissera pas la place aux legislatives , ces parlementaires risqueraient d’etre decu .

    @ jeff laisser donc tranquille les jeunes , les immigrées ou bien les ouvriers , c’est bien la gauche qui nous stigmatise en nous prennant pour des moutons debilitées .

    je terminerai sur une reflexion qui me brulait les levres , hier soir , en regardant la moustache de mamere a la télé a la question de D Pujadas : » l’ecologie a t’elle payé le prix du vote utile  » mamere de repondre fierement : » oui … » peut on envisager a paris , que beaucoup de francais adherent a une ecologie differente de celles proposé par les pasteques ? parce qu’ en province , l’ecologie , c’est autre chose qu’un bobo qui roule en velo , quid des reductions d’impots de 50% sur les chauffe eaux solaires , les panneaux photovoltaique , les systemes de recuperation d’eau pluie pour l’eau non potable , l’isolation thermique .

    battons nous pour nous idées car la france , ca n’est pas que les banlieues , les sans papiers et les films d’auteurs !

  • [quote comment= »15086″] Dites, Oppossum, à l’heure actuelle, il n’est plus très difficile d’accéder à une information un peu fiable. Il faudrait vous y mettre.[/quote]

    Ravi de votre lecture mais donnez moi l’info plutôt , ça serait plus sympa et simple.

    J’ai entendu (Radio Europe1, aujourd’hui) que les électeurs du centre se répartissaient de façon égale sur sarko et ségo. C’est faux ?

  • La perspective de voir des électeurs centristes informés et réalistes souhaiter une alliance avec un PS gauche plurielle dirigé par une SR entouré de conseillers proche de l’extrême gauche et du PS archaïque me semble relever de l’utopie.

    Si SR avait vraiment voulu tendre vers la social-démocratie elle aurait constitué une équipe rapprochée solide avec des gens compétents comme DSK, Rocard, Kouchner, Bockel etc. en tournant le dos résolument à l’extrême gauche.

    Depuis le départ je n’ai jamais cru à son inclination sociale-démocrate. En fait je pense que de nombreux signes indiquent qu’elle essaie (influencée par ses conseillers ?) de mener plutôt une campagne avec des méthodes sud-américaines, d’extrême gauche populiste, religieusement idolâtre et autoritaire. Ceux des socialistes sincères qui l’ont suffisamment approché pour prendre conscience du danger que représente une telle dérive l’ont dénoncé d’une façon plus ou moins claires. D’autres ne savent pas comment sauver le PS tout en s’opposant à ce danger, d’autres encore pensent qu’ils pourront diriger SR, s’en servir sans la laisser totalement libre. Les « cafouillages » et la valse d’hésitations témoignent de ce malaise et de cette lutte interne.

    Eric Besson a fini par prendre conscience du danger de cette situation au point de soutenir tous ceux (NS ou FB, peu importe) qui représentent l’espoir d’arriver à empêcher la main mise à travers SR de l’extrême gauche sur le pouvoir .

    Le ralliement immédiat et sans conditions de toute l’extrême gauche me semble bien être une preuve supplémentaire d’une certaine entente souterraine…

  • [quote comment= »15103″] Ravi de votre lecture mais donnez moi l’info plutôt , ça serait plus sympa et simple. C’est faux ?[/quote]

    Feignasse…

  • C’est moi qui me suis planté, Oppossum. Bien fait pour ma g… J’avais mal compris votre « à 85% de façon égale ». Mes excuses.


    Si l’on en croit l’analyse d’un prof de sciences-po (en fin de dépêche), il y aurait une certaine probabilité pour que, sans le dire, il fasse une déclaration qui « favorise objectivement » Royal…

  • Le « Tout sauf Sarkozy » a commencé.

    J’ai pris en marche, cet après-midi, l’ineffable émission « Là-bas si j’y suis » de Daniel Mermet sur France-Inter.

    Vous savez, celle qu’il est interdit de déplacer de quelques heures seulement sur la grille de programmes, sous peine d’annoncer le déferlement des hordes nazies sur les Champs-Elysées. Ce musée de slogans communistes qu’on n’ose plus proférer depuis 1965, mais qui ont encore cours chaque jour à heure fixe sur une station d’Etat française financée par les impôts de tous.

    Sur le fameux « répondeur » de l’émission, alimenté par des auditeurs anonymes — et toujours résolument d’extrême-gauche, je n’ai jamais entendu une seule voix discordante dans ce festival d’expression prétendument libre et spontanée — , j’ai eu la stupeur d’entendre, pendant plusieurs longues minutes, un festival d’insultes anti-Sarkozy, sous la forme de saynètes censées être drôles, et supposées préfigurer la présidence de Sarkozy.

    En vrac, car je n’ai hélas pas tout entendu: Sarkozy caricaturé en dictateur castriste vieillissant et mettant son frère Raoul au pouvoir (Ignacio Ramonet est un pote à Sarko, c’est bien connu…), Sarko devenant obèse à force de forcer sur les frais de bouche élyséens, se faisant faire de la chirurgie esthétique en Suisse pour corriger sa petite taille, se faisant greffer un cerveau de hyène mais échouant à se faire greffer de l’intelligence, etc.

    Tout ça, je le répète, pas sur Radio Rouge, pas sur Radio Bové, pas sur Radio LCR, pas sur Radio Ado Pipi-Caca, mais sur France-Inter.

    Et l’animateur de l’émission de complimenter l’auteur de cette interminable enfilade de « messages » anonymes en le qualifiant, lui-même, de « corbeau ».

    Ce qui en dit long sur l’abîme d’ignominie où la gauche est tombée.

    Mais ce sont toujours ces gens-là qui nous donnent des leçons de morale, du haut de leurs perchoirs médiatiques, syndicaux, politiques et universitaires…

  • « Faire triompher la République du respect, parce que nous savons qu’il n’y a pas de liberté sans justice, ni d’efficacité économique sans progrès social »… « Une France neuve, à la fois protectrice et dynamique, fraternelle et conquérante, permettant à chacun de construire et de réussir sa vie »… « réformer la France sans la brutaliser, faire passer les valeurs humaines avant les valeurs boursières, mettre fin aux insécurités et aux précarités qui se sont creusées au cours des dernières années »… « le pari de l’intelligence des Français, le refus de cultiver les peurs »… « mettre la priorité sur l’emploi et l’éducation, consolider les familles, épauler les plus fragiles »… « instaurer des règles justes dans la mondialisation, maintenir en France nos centres de décision, refuser la régression sociale »… « des entreprises performantes, qui respectent les salariés grâce à une démocratie sociale rénovée »… « n’être l’otage d’aucun clan, d’aucun groupe de pression, d’aucune puissance financière »… « refuser une France dominée par la loi du plus fort ou du plus brutal, verrouillée par les puissances de l’argent, où tous les pouvoirs sont concentrés entre très peu de mains »… « une France qui renoue avec l’idéal de la République des lumières, des droits de l’homme et de la femme et de la citoyenneté »… « rendre le sourire à notre pays, conjurer les mauvais démons de la déprime et du déclin… mettre ses idées au service de la France et des Français, de la paix civile et de l’harmonie sociale… audace et générosité »…

    Désolé, mais moi je trouve ça plutôt bien, ça me parle, c’est une bonne entrée dans la campagne de second tour… Et même si l’autre peut aujourd’hui dire des choses semblables en essayant de se recentrer d’un coup d’un seul (admirez l’artiste) et de ratisser plus large que large après avoir ciblé « la France exaspérée » qui votre FN, tout cela n’est à mon avis pas très crédible. Les électeurs de Bayrou jugeront. Je rappelle que si 60% d’entre eux votent Ségolène, elle gagne : c’est l’équation simplifiée de ce second tour.

    Ce projet positif d’une France apaisée, réconciliée avec elle-même dans sa diversité, dynamisant les entreprises et rassurant les salariés, de Français tirant dans le même sens dans le cadre d’un pacte social partagé et d’objectifs de réforme faisant consensus, aujourd’hui seule Ségolène Royal peut le porter. Et une bonne partie des électeurs de Bayrou doivent y être sensibles…

    Que vous le vouliez ou non, et c’est la rançon de sa stratégie à succès de premier tour, Sarko apparaît avant tout comme un diviseur, qui exploite les peurs et considère toujours les problèmes en termes de défi, de tensions, d’affrontements. Que vous le vouliez ou non, il provoque une peur, un rejet, une inquiétude dans une bonne partie de l’opinion. Et de ce point de vue, Ségolène et le PS n’ont vraiment pas besoin d’en rajouter. C’est Sarkozy lui-même qui est le meilleur catalyseur de la mayonnaise anti-sarko…

  • La gauche ne sait vraiment plus quoi inventer pour torpiller Sarkozy.

    Comme ça devient difficile d’argumenter face à lui sur l’économie, le social, l’éducation, l’immigration, la politique étrangère, Daniel Schneidermann, chroniqueur à Liébration, a gratté au fin fond de ses tiroirs dialectiques et a trouvé ça.

    Sarkozy, hier soir, a mis le coude à la portière de sa voiture.

    C’est bien la preuve que cet homme est dangereux.

    Je n’invente rien.

    Lisez.

    http://www.bigbangblog.net/article.php3?id_article=600#forum60217

Les commentaires sont fermés