Vers l'aventure. En tracteur

Il y a quelque chose de l’ordre du pari dans le soutien des Bayrouistes à leur candidat. Pour ceux qui connaissent son programme économique et social, ils ne savent pas quel programme sera effectivement appliqué s’il était élu.

Ils ignorent s’il se positionnera à gauche, ou à droite. Ils ignorent s’il disposera d’une majorité et de quelle couleur elle sera.

Dans 95,7 % des circonscriptions, ils ignorent même probablement tout du candidat qui se présenterait à eux aux législatives. Certains comptent sur un label « Majorité Présidentielle » (sans U, donc). Mais ils ignorent si les candidats non-UDF souhaiteront s’en prévaloir.

Mais ce n’est pas grave.

Ce n’est pas grave, parce que la plupart d’entre eux se foutent comme d’une guigne de son programme. J’ai rarement entendu motiver un soutien à Bayrou par son programme économique et social1. Dans le pire des cas, ils disent merde aux deux autres. Dans le meilleur des cas, ils aspirent à un Grand Soir (centriste). Le tout avec une sorte de joie adolescente à l’idée d’être, enfin, rebelles.

On évoquait en commentaires, hier, le précédent de l’élection de François Mitterrand, et la vague rose de 81. C’est faire un parallèle audacieux. Parier sur la vague… Mais François Bayrou, compagnon de 25 ans de la droite, marque-t-il la même alternance que François Mitterrand, arrivé après 25 ans de droite ?

Mais peu leur chaud. Incertitude pour incertitude, ils font le pari que ce sera possible. Quitte à ce que les attentes soient un peu irrationnelles. Et probablement irréalistes.

C’est l’aventure… Mais attention, l’aventurisme politique en tracteur.

Car François Bayrou se montre extrêmement habile en cette campagne. Battre la campagne en tracteur, avouez que ça se pose là. Il s’est donc trouvé un symbole, à l’image des pommes – symbole involontaire, pour le coup – de Chirac. Et, comme avec Chirac, c’est vers la terre qu’on se tourne, cette fameuse « terre qui ne ment pas« , vers le bon sens paysan. Un type sur un tracteur, hein, ça va pas vous brusquer…

Parce qu’il est conscient, François Bayrou, de l’inconnu dans lequel il entraîne les français. Alors, tant pis si le tracteur, au XXIème siècle, et au vu des défis qui attendent le futur président, n’est pas vraiment le symbole le plus évident de la France de demain2, au moins il rassure. Et occulte l’aventurisme.

Rassurer… Comme l’alpha et l’omega des campagnes présidentielles. Un parallèle avec 81, disait-on ? Oui, peut-être : c’était la Force Tranquille. Après l’héritage de Chirac, celui de Mitterrand ?

1981… Le début de vingt-cinq années de naphtaline.


  1. Faites le test autour de vous… []
  2. Sans vouloir être désobligeant avec les agriculteurs, qui reconnaitront en ma bannière un ami de la campagne, hein []

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

75 commentaires

  • Koz, tu es sympa, mais ce billet est plein de choses fausses …

    Les candidats UDF aux législatives sont déjà investis dans la majorité des circonscriptions … (on peut certes ignorer qui sera son candidat si on ne lit pas la presse locale ou qu’on n’a pas vu son tract, mais d’où peut venir le 95,7% ?)

    L’argument de fond le plus souvent cité pour soutenir François Bayrou est que son programme (économique et social) est, contrairement aux trois autres, « raisonnable », crédible, car il tient compte de l’état des finances publiques. Super sexy, ou pas, comme argument, ça me semble assez valable et indépendant de la couleur du tracteur.

    Et pour le coup, l’aventurisme … c’est les autres.

  • C’est marrant, je me méfie toujours des commentaires qui commencent par « mon cher koz » ou « t’es sympa« . Ca traduit généralement plutôt l’agacement.

    95,7% ? 25 députés sortants sur 577, ça fait 25 députés connus. Pour les autres…

    Son programme économique et social ? Avec qui le fera-t-il ? Se positionnera-t-il à droite, ou à gauche ? Tout ça dépendra de son adversaire du second tour, ce qui laisse un goût un peu amer quant à la vérité du positionnement. Et pourra-t-il seulement le mener ?

    Tout fonctionne sur un pari : les autres me rejoindront. Mais quels autres ? On l’ignore encore. De quelle envergure ? De quelle qualité ? A un mois du 1er tour, Bayrou en est toujours à dire qu’il est « convaincu » que des membres du PS le rejoindront. En nous demandant de le croire sur parole.

    Enfin bon, ça ne fait jamais, selon toi, que deux choses fausses.

  • [quote comment= »7201″]L’argument de fond le plus souvent cité pour soutenir François Bayrou est que son programme (économique et social) est, contrairement aux trois autres, « raisonnable », crédible, car il tient compte de l’état des finances publiques. Super sexy, ou pas, comme argument, ça me semble assez valable et indépendant de la couleur du tracteur.[/quote]

    Au fait, Bayrou changera quoi à la France ? J’admets le fait que son programme soit peu coûteux car peu ambitieux, mais il se passera quoi, s’il est élu, à part le truc sur les institutions, qui pour ma part me semble loin d’être fondamental ?

  • @FredericLN: si les candidats UDF sont déjà investis dans la majorité des circonscriptions à quio sert le label « Majorité Présidentielle »?

    Soit Bayrou s’apprêtent à faire une belle volée de cocus parmis ces candidats investis, soit ce sont les électeurs qu’ils trompent en annonçant un label qui ne sera qu’un sous-titre en dessous de « UDF » et qui ne rassemblera pas des personnalités de droite et de gauche comme annoncé partout.

    Enfin, coté Bayrou, on n’est plus à une contradiction pret!

  • J’avoue trouver pénible, si ce n’est agaçant, voire même gonflant ces (intentions de) votes soit disant rebel(le)s.

    Un jour on vote non à l’Europe pour dire f*** à la mondialisation et aux élites françaises. Puis on vote pour un candidat ‘impossible’ pour dire f*** aux candidats de chaque camp.

    Et tant pis pour les conséquences, je m’en fiche: en tant qu’individu, ça m’affectera peu; au niveau de la nation, je n’aurais qu’à changer d’avis aux législatives et puis la nation, le long terme…hein c’est comme la dette publique, je suis pas prêt d’en voir le bout.

    Par contre, attention, comptez pas sur moi pour vous filer un jour de mes congés pour les ptits vieux; assurez moi la retraite à 60 ans à 100% et puis régler moi le pb de l’immigration et des banlieues rapidement et gentiment s’il vous plait (en légalisant tous les sans papiers, à cause d’Emmanuelle Béart).
    Et puis, pour finir, quand vous aurez essayé de faire tout cela, je vous virerai à la prochaine élection parce que le taux de chômage est encore vraiment élevé. Et oui fallait que vous pensiez à régler le problème de la mondialisation!

  • [quote post= »191″]Alors, tant pis si le tracteur, au XXIème siècle, et au vu des défis qui attendent le futur président, n’est pas vraiment le symbole le plus évident de la France de demain[/quote]

    Détrompe-toi Koz … tout ami de la terre que tu es, tu ignore donc que les agriculteurs sont les précurseurs de la France de demain.
    Et ça, François, lui, il l’a bien compris.
    Un mien patron qui a commis un rapport sur l’économie de l’innovation, estime, pour faire court, que notre capacité à produire de l’innovation est le défi majeur qui attend notre pays en ce début de XXIe siècle.
    Or, l’agriculture est le lieu fertile en la matière. Grâce à l’innovation, on parle désormais, ici, de « tracteurs intelligents » d’utilisation extrêmement simplifiée et garants d’une productivité exceptionnelle. Par ailleurs, le palmarès de l’innovation du Mondial 2007 des fournisseurs de l’agriculture a notamment récompensé le Dispositif d’optimisation intraparcellaire des apports d’engrais granulés par gestion spatiale qui permet, entre autres de limiter les impacts environnementaux.
    La boucle est bouclée, on rejoint Bayrou et son bus au colza.

    Tu vois, en cherchant bien, on comprend vite que c’est décidément un homme visionnaire 🙂

  • Dans les raisons qui peuvent pousser certains à pencher pour Bayrou, j’en note une qui, même si elle, tout du moins je le souhaite, largement minoritaire et en rien emblèmatique de son électorat, m’a été citée à deux reprises récemment lors d’un déplacement professionnel en province. Je vous la livre tout à trac et sans prendre de gant, telle que je l’ai entendue par deux fois, à peu près dans les mêmes termes : « Il n’est pas juif lui au moins… » J’avoue avoir mis tout d’abord cet argument au compte de la connerie humaine, et puis voilà que j’apprends que Bayrou se déplace en banlieue et y fait un tabac… Ce qui ne manque pas de m’étonner dans un premier temps : le tracteur me semblant un moyen de locomotion peu prisé dans le 9-3 et la notion de centre, même ouvert, peu attractive pour un jeune des cités, je voyais mal ce qui dans le discours de Bayrou pouvait déclencher une telle passion en zone d’éducation prioritaire… et puis voilà que je repense à ces conneries entendues en province, et là, cela change un peu l’éclairage de la scène banlieusarde… Alors bien sûr, je ne ferai pas l’affront à ces électeurs de réduire la candidature de Bayrou à celle de l’antisémistisme, mais il me semble y avoir là un léger problème, dont je vous avoue ne pas bien savoir quelle conclusion tirer… Ni s’il faut en tirer une.

  • 😆 Quelle culture, Gabriel. En ce qui me concerne, ce n’est qu’une question de symbole. Je sais aussi qu’il existe des tracteurs Lamborghini mais, spontanément, lorsque l’on songe au tracteur, on ne pense pas à une bête de course.

    Et que l’agriculture soit un gisement d’innovation, ça m’plaît.

  • Ce qui me fait penser : arrête de me soûler à chaque république des blogs en me décortiquant le programme économique et social de Sarkozy ; déjà que Guillermo me récite celui de Ségolène Royal…

    Sérieux, tu crois qu’il n’y a que les partisans de Bayrou qui se tamponnent du programme et privilégient l’attitude du candidat ? Je te recommande l’électorat lepéniste, boviste, ou les chasseurs, alors.

  • [quote comment= »7233″]Sérieux, tu crois qu’il n’y a que les partisans de Bayrou qui se tamponnent du programme et privilégient l’attitude du candidat ? [/quote]

    Non bien évidemment. Y’a même, je crois, des électeurs de Sarko et de Royal qui se cognent de leurs programmes. Mais, lorsque j’ai posé la question aux quelques personnes qui m’ont dit vouloir voter Bayrou – et tout en sachant que mon échantillon n’est pas représentatif – c’est avant tout la thématique « système » qui sort.

    Ceci étant dit, je te laisse la paternité du parallèle entre les motivations de l’électorat de Bayou, celui de Bové et de celui de Le Pen. 😉

  • [quote comment= »7206″]C’est marrant, je me méfie toujours des commentaires qui commencent par « mon cher koz » ou « t’es sympa« . Ca traduit généralement plutôt l’agacement.

    95,7% ? 25 députés sortants sur 577, ça fait 25 députés connus. Pour les autres…

    Son programme économique et social ? Avec qui le fera-t-il ? Se positionnera-t-il à droite, ou à gauche ? Tout ça dépendra de son adversaire du second tour, ce qui laisse un goût un peu amer quant à la vérité du positionnement. Et pourra-t-il seulement le mener ?

    Tout fonctionne sur un pari : les autres me rejoindront. Mais quels autres ? On l’ignore encore. De quelle envergure ? De quelle qualité ? A un mois du 1er tour, Bayrou en est toujours à dire qu’il est « convaincu » que des membres du PS le rejoindront. En nous demandant de le croire sur parole.

    Enfin bon, ça ne fait jamais, selon toi, que deux choses fausses.[/quote]

    Si je comprends bien, pour toi, quand on est député sortant on est forcément candidat à sa succession. vive le renouvellement !!!

  • Pardon Koz pour ce léger hors sujet mais une question me taraude a propos du tracteur, j’aimerais bien que quelqu’un m’explique comment ce tracteur et tout ce qui va avec (20 ha, élevage de chevaux pur-sang) peut être considéré comme « outil de travail » d’un député, conseiller général, chef de parti, enseignant-fonctionnaire et accessoirement écrivain …

  • Ben, c’est simple. C’est exactement le même phénomène qui a porté la vague en faveur de Notre Sainte Mère du Poitou, avant qu’elle ne nous révèle les 100 propositions que lui avait confiées Notre Père Mitterrand, version 2.0, avant d’être rappelé au paradis socialiste.

    Quand on disait, alors, aux illuminés poitevins: mais elle ne propose rien! elle n’a pas de programme! Les plus nombreux répondaient: et alors? et les plus atteints rétorquaient: justement! on en a marre des programmes! de toutes façons personne ne tient ses promesses! C’est pour Elle qu’on vote, pas pour un programme!

    Bayrou, pareil.

    Evidemment, un tel truc de prestidigitateur de noces et banquets ne dure qu’un temps. Le tractoriste du Béarn a eu l’astuce de faire sa manip’ après tout le monde.

    Pourra-t-il durer jusqu’à l’élection sans en dire plus, et donc, forcément, commencer à décevoir? Combien de baratin contient le réservoir d’un tracteur? Combien ce dernier consomme-t-il par journée de campagne? Bayrou devra avoir le pied léger s’il veut tenir comme ça jusqu’au bout.

    Après tout, les Français ont peut-être décidé de voter Lecanuet. Ce n’est pas totalement, totalement exclu. Au point où on en est…

    Si on réfléchit bien, Bayrou est quand même le candidat idéal pour les Français: révolutionnaire en paroles, mais décidé à ne pas faire grand’chose. En tous cas, rien de risqué. Rien qui menace qui que ce soit. Et avec ça, plein de qualités: compassionnel, sympathique, modeste, en empathie avec les gens…

    Un bon roi de France, en fait.

  • Bayrou : une vision d’avenir :
    C’est une réelle vision que défend François Bayrou. Il choisit, il tranche, il trace un sillon, à l’image du tracteur la

  • Une vision d’avenir :

    C’est une réelle vision d’avenir que défend François Bayrou. Il choisit, il tranche, il trace un sillon, à l’image du tracteur labourant un champ. etc…etc…

    Présenter un avenir aux Français :

    Sa vision se veut à lont terme. Il souhaite un cercle vertueux. Il s’agit de regarder et de prévenir les dégâts provoqués par la mauvaise gestion du dossier des retraites. etc…etc…

    Des gens debout

    La défense des exploitations familiales est notamment abordée par François Bayrou, Béarnais lui-même enraciné dans ces valeurs terriennes. etc…etc…

    Ce projet est donc une vision politique pour la France, un projet qu’il veut mener en concertation avec les Français. L’idée d’une réforme des retraites à présenter à l’approbation des Français sous forme de référendum est un exemple de la démarche de co-responsabilité voulue par François Bayrou au cours du processus de décision. idem pour la constitution européenne, l’élargissement de l’Europe, pour redonner au peuple le pouvoir trop longtemps concentré dans les mains de quesques-uns.

    Qu’entend-t-il par quelques-uns, il en a fait parti à une certaine période.

    Et comme programme, cela plait au Français, il ne révolutionne rien, c’est calme, terrien à souhait, ce n’est pas le genre de programme qui va bousculer les vieilles habitudes de l’immobilisme à la française, car nous aimons les réformes…surtout lorsqu’elles ne nous concernent pas où qu’elles se passent dans d’autres pays que la France.

    Nous vivons depuis 25 ans avec le ni-ni de Mitterrand et la peur de la rue de Chirac, avec Bayrou nous prenons pour 5 ans de stagnation et la mondialisation, dans tout cela, on en fait quoi ???

    La dette, il en parle beaucoup, mais que propose-t-il comme solution pour l’enrayer…un budget en équilibre, c’est un peu mince, il va falloir rogner dans certains budgets, qui seront différents si il gouverne avec une majorité de gauche ou avec une majorité de droite, un beau bordel en perspective, excusez-moi pour l’expression…

    Il a dit hier sur France 3 qu’il avait déjà 600 candidats pour les législatives, mais qu’il laissait tout de même la porte ouverte, si quelques uns, d’autres formations étaient intéressés. C’est cela la politique, vous êtes investi, mais rien ne prouve que vous y restiez longtemps…

    Pourtant Bayrou, je pensais que c’était un homme à qui on pouvait faire confiance !!!…

    Il serait comme les autres, intéressé …???

  • Il est certain qu’entre un candidat qui cite Guy Moquet le matin et veut créer un grand ministère de l’identité nationale, de l’immigration et des chemins de fer le soir, et une candidate socialiste qui veut mettre des policiers dans les classes, on a deux exemples de candidats qui, eux, savent ce qu’ils veulent.

    mon cher koz, t’es sympa mais tu vas pas nous refaire le coup des nonistes qui n’ont rien compris au film mais veulent vomir leur rage peu constructive.

  • c’est vers la terre qu’on se tourne, cette fameuse “terre qui ne ment pas“, vers le bon sens paysan. Un type sur un tracteur, hein, ça va pas vous brusquer…

    Etant provinciale depuis 5 ans, je note que la principale péoccupation des personnes quand on les écoute sur le marché, à la sortie de l’école, au travail, au café… : avoir un travail cool, avoir du temps pour retourner la terre et pouvoir planter à temps et surtout, quoi planter, la gastro du petit dernier et le dernier truc pour décorer la maison.
    Tout tourne autour de la famille et de la maison.
    FB et son tracteur incarne le mieux cette vision du cocon qui rassure. (c’est pas pour cela que je vais voter pour lui). Peu importe les propositions plus ou moins cohérentes. Chacun ne retient que celle ou celles qui l’interessent et ceci est vrai pour tous les candidats.
    J’avais moins ce sentiment (la maison avant tout) quand j’habitais la région parisienne. Je me trompe peut-être mais le plus grand brassage de population fait que l’on parle plus de problèmes économiques, d’expériences à l’étranger etc.. De plus dans la région parisienne, c’est plus difficile d’être en maison.
    La « Femme  » ne semble plus l’avenir de la Nation (même si les enfants sont importants…) non parce qu’elle est femme mais parce qu’elle est peut-être bien « roulée »(c’est pas moi qui l’est dit) mais légère…
    Quant à NS il fait encore un peu peur malheureusement pour certains, heureusement pour d’autres…

  • [quote comment= »7254″]mon cher koz, t’es sympa[/quote]

    Two points !

    Pour ce qui est de la cohérence, edgar, vous me permettrez de ne pas donner trop de crédit à votre appréciation, vous qui consacrez une catégorie entière de votre blog à des propos anti-européens (catégorie intitulée « Europe : stop ! ») et vous apprêtez semble-t-il à voter Bayrou.

    Allez, un petit tour en 2005 ?

    Ici

    On a donc bien ici, expliqué crûment, le fond du projet européen : il s’agit d’une construction entièrement volontariste, qui, depuis presque cinquante ans, ne s’est pas imposée, et continuera à susciter des résistances énormes. A se demander si ce rêve de technocrate ne mérite pas d’être gentiment et progressivement oublié…

    Que le rêve européen s’estompe n’est pas si grave, l’essentiel est que nous continuions à porter le rêve de liberté, d’égalité et de fraternité partout dans le monde. La démonstration peut paraître cruelle pour ces anciens accrochés à un rêve, mais, comme l’écrivit Beaudelaire, c’est le temps qui est cruel.

    Et encore n’ai-je pas parcouru les 79 billets anti-européens que vous avez produits.

    Alors, non, edgar, je ne recevrai pas de leçons de cohérence de votre part.

    Avouez qu’il y a une permanence un peu réductrice dans votre positionnement : faire péter la baraque. Avec l’oeil jouisseur de l’adolescent enfin rebelle.

  • Koz t’es sympa (acte 3).

    Mais sincèrement j’attendais plus de choses d’un billet de ta part analysant les volontés de vote pour FB. J’ai l’impression que ton désarroi à ne point pouvoir convaincre les partisans d’un autre candidat à se rallier à Nicolas Sarkosy te mène à les railler sur leur éventuelle inconsistance.

    Je voterai Bayrou, il est vrai, mais j’ai pris le temps de lire les deux autres programmes du PS et de l’UMP. A mon goût si l’un fait office d’inventaire à la Prévert, l’autre au-délà des discours habilement modelés, ne fournit pas non plus de projet de société. Je n’aurai pas l’affront de dire que le programme de François Bayrou marque une différence sur ce point. Tout ne me convient pas par ailleurs dans les mesures annoncées (notamment une certaine béatitude vis à vis de l’Europe à 27).

    Cependant les arguments qu’avancent la plupart des gloseurs de ce site m’interpellent quelque part car ils reprennent une partie de mon ressenti. Or les uns iront voter pour Nicolas Sarkosy, et les autres pour François Bayrou. Voter Bayrou représente pour moi la foi dans le fait de mettre un homme aux commandes obligeant les partis à transcender leurs traditionnels clivages pour s’atteler à résoudre des problèmes trop présents. S’atteler par le biais du compromis, et non dans la dogmatique relative à chaque alternance. D’ailleurs la cohabitation, n’est-ce pas en cela une façon pour le peuple français que de mettre les deux partis majoritaires face à leur contradiction ?

    Ne sois donc pas inquiet : Nicolas Sarosy sera au second tour. Toute la question est de savoir qui sera face à lui. En cela je donne assez facilement le PS vainqueur. D’où une élection sans souci de Nicolas Sarkosy au deuxième tour.

  • Impossible de lire tous les commentaires. J’imagine que je serai un peu redondant :
    – Vu l’état des finances du pays, Bayrou me paraît le plus raisonnable en s’interdisant une baisse des impôts (Sarkozy) ou une augmentation des salaires et des dépenses de l’Etat (Royal).
    – Le tracteur n’est après tout qu’un symbole, du marketing politique dans cette histoire. Mais il ne me paraît pas contradictoire avec une France dynamique. D’ailleurs la France s’est à moult reprises montrée dynamique par l’agriculture (en Normandie et dans la Beauce notamment). Même si les champs d’activité (sans jeu de mots) sont aujourd’hui différents, l’idée d’un président qui sait où il met ses roues (toujours dans le registre symbolique, on n’a que cela pour juger Bayrou et les autres candidats) a tendance à me séduire quand, à l’inverse, Sarkozy et Royal me paraissent davantage « Hausmanniens ».

    N’oublions jamais qu’à travers tous ses présidents élus au suffrage universel, ce pays a fonctionné dans un rapport à la terre. De Gaulle (Colombey) ; Pompidou (Auvergne) ; Giscard (Auvergne) ; Mitterand (Charentes et Nivernais) ; Chirac (Correze).
    Certes, tous ces hommes étaient avant tout des hommes de salons (y compris le grand Charles excepté en 14-18).

    Il n’empêche qu’ils ne viennent pas de nulle part et qu’ils n’ont jamais oublié que la France est un pays de paysans dont les descendants aujourd’hui, même s’ils bossent dans la banque, mangent encore le poulet frites le dimanche. Je sais c’est cliché, mais je ne crois pas me tromper complètement si l’on s’avance au-delà du périph’.

    En définitive, Sarkozy est clairement handicapé par Neuilly ville éminemment antipathique (j’y ai vécu huit ans) qu’il a conquise à la hussarde, et Royal n’est autre que la duchesse autocélébrée du Poitou (elle ne se départira jamais d’une image de parachutée) : on n’aime pas les arrivistes dans ce pays.

  • au parti socialiste, les deux ex-candidats ne sont déjà pas d’accord :

    « Les socialistes sont divisés sur les moyens de contrer la vague Bayrou.

    La réunion du bureau politique mardi soir a mis en exergue deux stratégies,
    – l’une, prônée par Laurent Fabius, appelle à un virage à gauche
    – l’autre, défendue par Dominique Strauss-Kahn, invite François Bayrou à rejoindre le pacte présidentiel de Ségolène Royal, pour prouver qu’il a vraiment rompu avec la droite

    Evoquant cette rupture, DSK a expliqué sa position mercredi matin sur Europe 1. « Je pense qu’il aura du mal à la faire et le fait qu’il ait du mal à le faire montre qu’il n’y a pas de rupture et donc, au bout du bout, qu’il y a bien deux candidats qui représentent les idées de la droite », a-t-il dit. »

  • [quote comment= »7234″][quote comment= »7233″]Sérieux, tu crois qu’il n’y a que les partisans de Bayrou qui se tamponnent du programme et privilégient l’attitude du candidat ? [/quote]

    Non bien évidemment. Y’a même, je crois, des électeurs de Sarko et de Royal qui se cognent de leurs programmes. Mais, lorsque j’ai posé la question aux quelques personnes qui m’ont dit vouloir voter Bayrou – et tout en sachant que mon échantillon n’est pas représentatif – c’est avant tout la thématique « système » qui sort.

    Ceci étant dit, je te laisse la paternité du parallèle entre les motivations de l’électorat de Bayou, celui de Bové et de celui de Le Pen. ;-)[/quote]

    « Casser le système », c’est justement d’abord casser le système de la 5e République qui fait que l’élection principale se fait sur des questions de personnes et sans poser aucune des vraies questions pour l’avenir.

    Après Chérèque, Bayrou est le seul à évoquer des questions fondamentales pour l’avenir que sont l’avenir des systèmes de protection sociale, le seul à parler de la dette, de financer les programmes. Il évoque la TVA sociale, est clair sur la taxe carbone, rentre un minimum dans le sujet du nouveau système de retraites
    Bref il a un discours cohérent de ce point de vue.
    Et les gens à qui je parle et qui vont voter Bayrou me disent la même chose.

    Les autres ? Sarko veut baisser les prélèvements obligatoires drastiquement sans dire ce qu’il met en face comme réformes.
    Royal ne fait que des promesses instantanées.

    La cohérence, l’avenir niet. Alors est-ce Bayrou le saut dans l’inconnu ?

    Il parle de la réforme de l’enseignement supérieur, de l’activité des seniors. Il veut plus de mixité sociale, avec 25% de logements sociaux dans les nouvelles constructions. Bref il parle des directions qui me semblent les plus souhaitables et raisonnables de ce point de vue.

    C’est clair qu’il se nourrit des faiblesses des autres et que c’est grave, mais ça montre justement qu’il faut « casser le système ». La 5e République n’est plus du tout adaptée au monde moderne, il serait temps de passer à autre chose. Le saut dans l’inconnu, il est vrai pour les 3 candidats : les 3 sont susceptibles de devoir gérer une cohabitation, mais ça se passerait sans doute beaucoup plus mal avec eux qu’avec Bayrou ! Royal n’arriverait même pas à cohabiter avec son propre parti !

  • Koz, allez … (Je rebondis ça et là sur quelques assertions)

    -Combien d’électeur de gauche ignorent tout du ‘programme’ de Ségo – s’il y en à un- et s’il est vraiment de gauche ou pas ?

    -Ca veut dire quoi connaitre son candidat , pour un électeur de droite . Avoir vu sa photo et jeté sa publicité à la poubelle ?

    L’électeur de Bayrou serait le seul a se foutre du programme de son candidat. Les autres lisent , réfléchissent et argumentent (!).
    Je te rapelle que l’électeur de Bayrou votait auparavant pour la droite/gauche classique. Mais en penchant pour Bayrou il devient subutement d’une autre nature …
    J’ai l’impression en tout cas que l’électeur de Bayrou a bien le programme de Nicolas et Ségolène …

    Voter Bayrou relèverait d’un « penchant d’adolescent rebelle » … (franchement … et à gauche et extrême gauche …) . Voter Bayrou procederait de l ‘irréalisme’ et ‘irrationnalité’ … (Parce que le vote à droite/gauche lui n’aurait rien d’incantatoire …)
    On a du mal à cerner le tracteur avec des concepts aussi ténus …

    Franchement, Bayrou ou » l’aventurisme politique » . Tu ne peux convaincre personne avec ce ‘concept’. Parlons tout au plus d’incertitude quand a la possibilité de dégager une majorité parlementaire , ok. Encore que les institutions de la V ième, le réalisme et l’opportunisme des hommes -politiques- ouvrent bien le jeu. Mais c’est vrai il y a une folle audace là dedans … (!)

    Arrivons au tracteur.
    Comme d’autres ‘bloghistes’ un peu vexés au fond de n’avoir pas vu , ni compris ce phénomène (c’est humain …) , on se rattape et justifie en créditant à présent Bayrou d’une suprême ‘habileté’ et ‘conscience’ tacticienne. Il y aurait un coup du tracteur, d’une kolossale finesse .

    Cela nous change des derniers arguments de la sphère raisonneuse et cartésienne qui fait preuve d’un grand scepticisme et aura décidement essayé toute les pistes … (Désespérément expl ‘Bayrou bénéficierait d’une complaisance antisémite … commentaire de heautontimoroumenos)

    Ce que tu dis me parait très bien vu mais soit valable pour tous les électeurs tous les candidats, soit un peu gratuit/exagéré .

    Oui ça fonctionne bien comme tu le dis, mais de façon plus large et ça fonctionne tout seul … et pour des raisons complètement autres .

    Bayrou ? Seul sa placidité peut nous donner l’illusion qu’il a ‘comploté’ son succès.
    Je te renvoie à l’excellent commentaire ici, de Robert Marchenoir ,ci dessus, pas très flatteur pout Bayrou . A une réserve près : Bayrou n’est pas Lecanuet-les-dents-blanches, un peu plus costaud quand même.
    Plutôt genre Kirikou en fin de compte.

  • Ségolène Royal reprend les éléphants qui auraient des idées contraires à celles du troupeau (voir plus haut) :

    Alors que les socialistes divergent sur la ligne politique à adopter pour contenir la montée de François Bayrou, Ségolène Royal rappelle qui est la patronne.

    « La ligne, c’est moi qui la trace. Je suis moi même, je regarde la réalité de la France telle qu’elle est, je propose des solutions efficaces en expérimentant ce qui mérite de l’être, sans être prisonnière d’aucun dogme », affirme la candidate PS

    Non mais, qui c’est qui commande ici…

    On voit tout de suite l’ambiance d’une cohabitation PS/UDF pour gouverner !!!…

  • « Dans 95,7 % des circonscriptions, ils ignorent même probablement tout du candidat qui se présenterait à eux aux législatives. »

    D’où sort ce chiffre ? Si vous ne connaissez pas les candidats de votre circonscription aux législatives, c’est que ne vous intéressez pas suffisamment à la politique locale à mon avis.

    Néanmoins pour ma part, bien que votant à l’UDF depuis que j’en ai l’âge requis (pas par rejet du PS ou de l’UMP comme vous semblez le considérez), je vous confirme bien que son programme économique est assez navrant (enfin pas plus fameux que les autres).

  • Ségolène Royal considère que François Bayrou n’a pas de programme :

    « Attaquant une nouvelle fois François Bayrou, elle affirme qu’il n’a pas de programme et il s’en vante ».

    « Son -on ne dépense rien- me paraît très dangereux. Seule une nation qui investit dans les capacités d’avenir – université, recherche, innovation – peut affronter la mondialisation et préparer son avenir »

    Elle a un certains nombre de conseillers qui sont des experts dans beaucoup de domaines, donc ce doit être vrai que François Bayrou n’a pas de programme.

  • Ah Koz, m’a démasqué. L’adolescent enfin rebelle, j’accepte, pourquoi pas. J’ai été longtemps un enfant sage j’admets.

    Pour la cohérence cependant, il ne t’aura pas échappé que ni Sarko ni Ségo n’ont voté non.

    J’ai ré-adhéré au PS pour investir Fabius l’an dernier, c’est Ségo qui est sortie, qu’y puis-je ?

    J’ai en effet une catégorie entière qui s’appelle europe-stop, et dont je suis assez fier, pas tellement comme adolescent attardé mais comme blogueur attentif à un sujet sur lequel beaucoup de questions de principes sont discutées sans grande attention aux faits.

    Il ne t’as pas échappé qu’il s’agissait là non d’une élection européenne mais de celle du Pdt(e) de la république ; qu’entre trois ouistes je choisis le moins pire, le plus à gauche à mon sens.

    Que tu choisisses Sarko et son ministère de l’identité nationale et de l’immigration, tout cela au nom de Guy Moquet, Georges Mandel et Jean Jaurès c’est ton problème, pas le mien.

  • Baser son programme sur la seule réduction de la dette , c’est simpkle, voire simpliste, donc ça passe bien; les médias ont fait monter la sauce, involontairement, avec le rapport Pébereau.
    C’est une bonne chose, sauf que cela a permis une nouvelle démagogie de la dette.
    Nous ne osmmes pas en faillite, il faut s’occuper du problème sans pour autant tomber dans l’immobilisme, l’absnce d’ambition. C’est surtout un message facile, économiquement proche de l’absurde dans ses excès.

    Attention à la dette. Attention à l’utilisation politicienne et centro-démagogique de celle-ci !

  • [quote comment= »7276″]J’ai ré-adhéré au PS pour investir Fabius l’an dernier, c’est Ségo qui est sortie, qu’y puis-je ?[/quote]

    Ah ben voter Bayrou. Ca s’impose. De Fabius à Bayrou, pas de souci de cohérence. C’est sûr, ça permet de donner des leçons aux autres.

  • Bayrou changera quoi à la France ?

    Il évitera qu’on instaure un ministère de l’immigration et de l’identité nationale avec tout le cortège de ses sous secrétariats à la question noire, aux affaires arabes et j’en passe…

    Avoue que c’est déjà pas mal !

    Voter Bayrou c’est le « conservatisme » des valeurs de la France que se plait à chahuter JM Le Pen et à gentiment bousculer, Sarkozy comme si de rien n’était !

    Et pour donner une idée de notre état d’esprit dans cette aventure auprès de Bayrou, j’affirme que si d’aventure une fois élu il ne gouvernait qu’avec des UDF en reprenant le même schéma classique des copains et des amis appliqué par l’UMP ou le PS, de nombreux UDF déchireraient leur carte !

    On ne veux plus de ce mode de fonctionnement qui place des pions ou met invariablement un assureur à la tête du ministère de la santé ou un médecin aux affaires étrangères (et j’en passe, la liste est longue !)

    Sinon pour information, toutes les circonscriptions ont déjà leurs (candidats pressentis ou déclarés) pour les législatives. J’en suis un et potentiellement candidat dans l’Oise. Mais à la différence des autres, ne sommes pas dans une logique de parti mais pour défendre cette idée d’équité et de rassemblement et l’appliquer… Contrairement à ce qu’on pourrait penser ce n’est pas aussi difficile à réaliser.

    Et je suis sûr que si un candidat d’un autre bord soutenant l’idéal que défend Bayrou est plus « compétent » que moi pour le faire je lui céderais la place sans me contorsionner dans tous les sens ou me poser la question du bord d’où il vient…

    On ne se pose d’ailleurs plus cette question dans les comités locaux de soutien à Bayrou puisqu’il y a aussi bien des UMP déçus de la dérive Sarkoziste que des Socialistes déçus de Ségolène Royal.

    Une page est en train de se tourner, il serait stupide de ne pas le remarquer…

    Pour le reste avant de mettre en avant des programmes aussi inconsistants des uns et des autres car basés sur des promesses illusoires qui ne seront certainement pas tenus mieux vaut un programme sobre et surtout une ligne directrice définissant des limites infranchissables plutôt qu’une aventure décomplexée à la Sarkozy ou hasardeuse à la Ségolène Royal qui peut nous mener n’importe où !

    Avec Bayrou les choses sont claires !

  • Je suis assez d’accord avec cette analyse lue sur http://patriot.blogspirit.com/
    (et illustrée entre autres par des paroles entendues dans la dernière émission Arrêt sur Images sur la façon dont certains sondeurs ont donné un « coup de pouce » à Bayrou).

    Extrait :
    « Jusqu’à peu, ils nous ont vendu le produit Royal, celui-ci n’ayant pu cacher suffisamment longtemps avant les élections sa vraie nature bien commode pour la préservation de ce statu quo, d’inconsistance et d’incompétence, et bien ils nous vendent leur produit de substitution, le centriste mou François Bayrou. Bayrou n’est assurément pas de gauche, mais à défaut d’un candidat vendable de ce côté, les rédactions à la solde du pouvoir syndical nous vendent à la va vite le moins dangereux pour la préservation du système bananier. Bayrou, n’a jamais fait preuve de volonté aux affaires, personne n’est d’ailleurs capable de citer une décision courageuse de sa part, Bayrou durant ses années de présence à l’éducation nationale n’a rien fait, et a juste cogéré avec les syndicats Monique Vuaillat du SNES et autres réactionnaires notoires en tête. »

  • [quote comment= »7274″]« Dans 95,7 % des circonscriptions, ils ignorent même probablement tout du candidat qui se présenterait à eux aux législatives. »[/quote]

    C’est un chiffre de pifomètre, aucunement scientifique, basé sur l’idée que, mis à part les 25 députés sortants UDF, à ce jour, je doute que beaucoup connaissent le nom du candidat UDF de leur circonscription (557 – ((25/577)*100)).

    [quote comment= »7282″]Et pour donner une idée de notre état d’esprit dans cette aventure auprès de Bayrou, j’affirme que si d’aventure une fois élu il ne gouvernait qu’avec des UDF en reprenant le même schéma classique des copains et des amis appliqué par l’UMP ou le PS, de nombreux UDF déchireraient leur carte ![/quote]

    J’affirme que j’en doute, et que la célébration de la pureté nouvelle en politique me laisse profondément sceptique.

    [quote comment= »7282″]On ne veux plus de ce mode de fonctionnement qui place des pions ou met invariablement un assureur à la tête du ministère de la santé ou un médecin aux affaires étrangères (et j’en passe, la liste est longue !)[/quote]

    Mortecouille, mais vous avez raison. Je n’ai plus le choix alors, faut que je vote Bayrou. Il n’y a que lui qui pense cela.

    [quote comment= »7282″]Et je suis sûr que si un candidat d’un autre bord soutenant l’idéal que défend Bayrou est plus « compétent » que moi pour le faire je lui céderais la place sans me contorsionner dans tous les sens ou me poser la question du bord d’où il vient…[/quote]

    Vous pensez convaincre ?

    [quote comment= »7282″]Avec Bayrou les choses sont claires ![/quote]

    Ca, c’est de la méthode Coué. Bayrou ne parle que d’institutions, il ne parle que du système, que de la méthode et pourtant, il refuse obstinément de répondre aux questions qui lui sont posées à cet égard. Regrettable.

  • Ben mon gars, c’est toi qui a décidé que Fabius puis Bayrou c’est pas cohérent.

    Politiquement et tactiquement, ça ne l’est pas : Fabius tape sur DSK qui serait tenté par Bayrou, mais c’est uniquement parce que Fabius, lui, sait qu’il n’a aucune chance d’être le Pm de Bayrou.

    Sur le fond, Fabius avait l’avantage de ne pas trop céder à la mode néo-libérale et d’être noniste, Bayrou n’a que le premier avantage, mais aucun des candidats n’a le deuxième.

    Donc je ne vois pas trop d’incohérence dans ma position, mais peut-être que du côté de ceux qui aiment Jean Jaurès et le ministère de l’immigration et de l’identité nationale, on a des talents supérieurs en la matière…

  • C’est très réducteur pour la chambre basse de considérer qu’elle se doit de porter systématiquement une majorité présidentielle. C’est à se demander pourquoi il y a deux élections à la suite, si l’on exige du président qu’il soit coloré politiquement et systématiquement du même ton que l’assemblée.
    C’est par ailleurs assez en décalage avec le principe de séparation des pouvoirs et l’esprit de la Vème. Aussi j’aimerais mettre en perspective le spectacle en continuel recommencement de la rue depuis deux décénies : Les majorités écrasantes à l’assemblée font du parlement la basse-courre d’un gouvernement aux mains libres pendant 5 ans et l’absence de débat et d’esprit de consensus qui en découle décale fatalement l’expression des opinions dans la rue.
    Malgré François Bayrou, il y a quelque chose de sain dans l’éléction d’un président centriste ou plutôt « sorti des partis ». Je ne pense pas qu’il cherche une majorité UDF, l’argument (ou plutôt l’automatisme) de la majorité parlementaire est de fait désué dans cette perspective, on parle de majorités objectives effectivement.

    A propos de ce qu’il ferait, puisque nous sommes sur un blog dédié à NS, j’aimerais signifier ce que ferait NS : à peu près rien. Il ne rassemblera pas, il a cristallisé sur sa personne bien trop de rancoeur. S’il est élu tout le monde l’attendra au tournant. Au moindre mouvement toute la gauche se fera un plaisir de bloquer le pays. Et on a pu noter le courage politique dont il a fait preuve sur le CPE…
    Peut-être que si l’assemblée tenait son rôle plus clairement en y faisant véritablement entrer le débat la rue en perdrait en légitimité et le pays serait réformable.

    En ce qui concerne le programme. Il s’est évidemment démarqué par une bonhomie budgétaire : assez finement joué quand les deux écuries sortaient les miliards en dépense budgétaires ou fiscales qu’on soit de gauche ou de droite. Il ne fait pas de doutes qu’il est libéral économiquement mais pas insensible socialement.
    Maintenant l’énumération jusqu’à parfois des nombres à 3 voir 4 chiffres des propositions concrètes est une habitude des vieilles maisons politiques qui ne vaut pas grand chose une fois passé le second tour, personne ne s’y attache vraiment d’autant qu’il s’agit essentiellement de nouvelles idées pour dépenser de l’argent.

  • [quote comment= »7289″]C’est très réducteur pour la chambre basse de considérer qu’elle se doit de porter systématiquement une majorité présidentielle. [/quote]

    C’est vrai, c’est assez réducteur. Il s’agit davantage d’une majorité gouvernementale. De sorte que François Bayrou, s’il ne parvient pas à passer de 25 députés UDF à une majorité au Parlement, risque fort de se retrouver en cohabitation, avec un gouvernement PS ou UMP, si l’un ou l’autre a une majorité suffisante.

    [quote comment= »7289″]A propos de ce qu’il ferait, puisque nous sommes sur un blog dédié à NS[/quote]

    Ce genre de propos réducteurs, pour le coup, vous évitez, merci. Je suis bon, mais ça ne s’écrit pas avec un « c », comme dirait je sais plus qui.

    [quote post= »191″]Et on a pu noter le courage politique dont il a fait preuve sur le CPE…[/quote]

    Il était Premier Ministre ? Ca m’a échappé. Le CPE, ça a été l’affaire d’un Villepin qui a voulu susciter la fronde pour damer le puion à Sarkozy, montrer qu’il en avait, et qui a fait tout ce qu’il a pu pour braquer ses interlocuteurs, jusqu’à annoncer le résultat d’une réunion de négociation avant la réunion. Sarkozy a aidé à mettre fin au sketch, et de façon plutôt habile.

  • [quote comment= »7282″]
    Voter Bayrou c’est le « conservatisme » des valeurs de la France [/quote]

    Vous voulez dire le conservatisme de l’identité nationale ? parce que je n’entends rien d’autre, là, que la même chose que ce que vous critiquez trois mots avant.

    Bon ! ça à part, je suis loin d’être calée en politique et loin s’en faut ! mais du coup j’ai une question qui peut vous paraître bête, voire même très bête. J’espère que quelqu’un voudra bien y répondre sans se moquer.

    Voilà : Dans plusieurs circonscriptions, l’ump n’a pas présenté de candidat pour laisser la place à un candidat udf…

    Alors maintenant que les choses en sont là où elles sont, l’ump va-t-elle changer son fusil d’épaule et présenter des candidats partout ? ce serait logique…

    Merci d’éclairer ma lanterne.

  • Je suis assez d’accord avec cette analyse lue sur http://patriot.blogspirit.com/
    Extrait :
    « Jusqu’à peu, ils nous ont vendu le produit Royal, celui-ci n’ayant pu cacher suffisamment longtemps avant les élections sa vraie nature bien commode pour la préservation de ce statu quo, d’inconsistance et d’incompétence, et bien ils nous vendent leur produit de substitution, le centriste mou François Bayrou. Bayrou n’est assurément pas de gauche, mais à défaut d’un candidat vendable de ce côté, les rédactions à la solde du pouvoir syndical nous vendent à la va vite le moins dangereux pour la préservation du système bananier.»

    Depuis longtemps je suis convaincue que nous assistons en fait en ce moment à une lutte de deux camps : ceux qui veulent en finir avec le pouvoir de ces corporatismes qui se cramponnent à leurs privilèges, et ceux, une minorité, mais avec un pouvoir de nuisance considérable, qui défendent leur multiples avantages acquis.

  • Pourquoi se moquerait-on, isabelle ? En ce qui me concerne, je suis incapable de répondre à cette question. Quelqu’un d’autre le pourra peut-être. Il faudrait connaître, aussi, les délais pour présenter des candidatures. Si Bayrou est élu, l’UMP risque de ne pas apprécier « l’enfant dans le dos ». Et, pour peser, elle sera bien obligée d’en présenter partout. A charge pour les électeurs de valider ou invalider sa position.

    D’ici là, je pense que Sarkozy est gêné aux entournures, ne voulant pas rompre trop fortement avec Bayrou.

    A part ça, sur Jaurès… Henri Guaino apporte une réponse dans Le Monde, et notamment une citation dudit Jaurès, bien méconnu de ses héritiers auto-proclamés, apparemment :

    « La nation, c’est le seul bien des pauvres« 

  • Je suis d’accord avec vous dans le sens ou je doute de la capacité à réussir de Bayrou.
    Mais ce doute finit par peser bien peu face à la médiocrité des 2 autres candidats. 2 candidats aux programmes vraiment irréalistes (2,5% de croissance alors que ca fait quelques années qu’on galère pour avoir 2% malgré le dynamisme de l’économie mondiale..), aux ambitions vraiment personnelles, et aux bilans, s’ils sont élus, vraiment identiques a celui que l’on dresse aujourd’hui. L’immobilisme n’est pas la où on pense.

    Mais je comprends également votre choix pour Sarkozy, qui m’a longtemps donné cet espoir que je trouve aujourd’hui chez Bayrou.

  • [quote comment= »7292″]
    C’est vrai, c’est assez réducteur. Il s’agit davantage d’une majorité gouvernementale. De sorte que François Bayrou, s’il ne parvient pas à passer de 25 députés UDF à une majorité au Parlement, risque fort de se retrouver en cohabitation, avec un gouvernement PS ou UMP, si l’un ou l’autre a une majorité suffisante.[/quote]

    Il se présente à l’éléction présidentielle; sa démarche ne s’inscrit pas dans la recherche d’une majorité de son bord à l’assemblée, mais dans celle de majorités objectives consensuelles. L’application du principe du parti présidentiel est désué dans cette perspective.
    Par ailleurs, si d’aventure une majorité PS ou UMP se dégageait elle ne pourrait poltiquement pas bypasser le vote des français deux mois plus tôt.

    [quote comment= »7292″]
    Ce genre de propos réducteurs, pour le coup, vous évitez, merci. Je suis bon, mais ça ne s’écrit pas avec un « c », comme dirait je sais plus qui.[/quote]

    Je trouve ça dommage que le ton soit comme ça ici maintenant. C’était d’avantage bon enfant avant, aujourd’hui on dégaine l’ad hominem au quart de tour.

    [quote comment= »7292″]Il était Premier Ministre ? Ca m’a échappé. Le CPE, ça a été l’affaire d’un Villepin qui a voulu susciter la fronde pour damer le puion à Sarkozy, montrer qu’il en avait, et qui a fait tout ce qu’il a pu pour braquer ses interlocuteurs, jusqu’à annoncer le résultat d’une réunion de négociation avant la réunion. Sarkozy a aidé à mettre fin au sketch, et de façon plutôt habile.[/quote]

    Le CPE est inévitablement une idée libérale en soit plus proche de la politique de Sarkozy que de la politique Gaulliste. Nuls doutes que le fin stratège qu’il a n’a fait qu’une bouchée de pain de l’apprenti politicien qu’était Villepin, mais qu’il ne soutienne pas une idée qui lui est proche parce que la rue a crié plus fort ou pour des raisons de cuisine politique ne dit rien qui vaille sur les conflits sociaux qui l’attendent quand il voudra réformer le pays.

  • [quote comment= »7299″]Il se présente à l’éléction présidentielle; sa démarche ne s’inscrit pas dans la recherche d’une majorité de son bord à l’assemblée, mais dans celle de majorités objectives consensuelles. L’application du principe du parti présidentiel est désué dans cette perspective.
    Par ailleurs, si d’aventure une majorité PS ou UMP se dégageait elle ne pourrait poltiquement pas bypasser le vote des français deux mois plus tôt.[/quote]

    Dont acte. Mais, comme le gouvernement est responsable devant l’Assemblée et que vous admettez le fait que Bayrou n’ait pas de majorité stable, comment fait-on ?

    [quote comment= »7292″]Je trouve ça dommage que le ton soit comme ça ici maintenant. C’était d’avantage bon enfant avant, aujourd’hui on dégaine l’ad hominem au quart de tour.[/quote]

    Vous êtes-vous seulement relu ?

    [quote comment= »7292″]Le CPE est inévitablement une idée libérale en soit plus proche de la politique de Sarkozy que de la politique Gaulliste. Nuls doutes que le fin stratège qu’il a n’a fait qu’une bouchée de pain de l’apprenti politicien qu’était Villepin, mais qu’il ne soutienne pas une idée qui lui est proche parce que la rue a crié plus fort ou pour des raisons de cuisine politique ne dit rien qui vaille sur les conflits sociaux qui l’attendent quand il voudra réformer le pays.[/quote]

    Pour des raisons de réalisme politique : quand on a réussi à braquer les syndicats de salariés comme les syndicats patronaux, que l’on a négligé sa majorité parlementaire, etc… bref, que l’on reste seul comme Villepin en sa tour d’ivoire, à un moment donné, il faut comprendre qu’on a merdé grave. Et que quelle que soit l’appréciation que l’on a de la mesure, son sort en est jeté.

  • [quote comment= »7292″]De sorte que François Bayrou, s’il ne parvient pas à passer de 25 députés UDF à une majorité au Parlement, risque fort de se retrouver en cohabitation, avec un gouvernement PS ou UMP, si l’un ou l’autre a une majorité suffisante.[/quote]

    T’es sympa Koz.

    Non, sincèrement, t’es sympa. Enfin je pense, on se connaît pas. Donc je ne peux que conjecturer.

    Je pense que Bayrou, dans l’hypothèse où il ne rêverait pas d’une vague orange (celui de la révolution démocratique, comme en Ukraine. Les codes couleur, c’est important) sur l’Assemblée doit espérer secrètement empêcher le PS et l’UMP d’avoir une majorité parlementaire au nom de la légende de l’électeur responsable. Auquel cas le gouvernement ne pourrait se faire sans l’UDF, donc c’est l’UDF qui décide. Même avec moins de députés. C’est ça, la magie de la IVème république.

  • jpe a écrit plus haut :

    Auquel cas le gouvernement ne pourrait se faire sans l’UDF, donc c’est l’UDF qui décide. Même avec moins de députés. C’est ça, la magie de la IVème république.

    c’est cela aussi la magie du gouvernement de Romano Prodi, en Italie

    une première partie de 9 mois pour accoucher d’une démission,

    remis en selle par le Président Italien, pour combien de temps

    Vive les coalitions …

  • [quote comment= »7293″]Vous voulez dire le conservatisme de l’identité nationale ? parce que je n’entends rien d’autre, là, que la même chose que ce que vous critiquez trois mots avant.

    Voilà : Dans plusieurs circonscriptions, l’ump n’a pas présenté de candidat pour laisser la place à un candidat udf…

    Alors maintenant que les choses en sont là où elles sont, l’ump va-t-elle changer son fusil d’épaule et présenter des candidats partout ? ce serait logique…

    Merci d’éclairer ma lanterne.[/quote]

    J’ai mis volontairement « conservatisme » entre guillemets parce qu’on me l’a sorti pour parler de l’attitude de Bayrou (?!).

    Il y a évidemment une différence notable et Chirac l’a rappelé entre ceux qui préservent des valeurs pour unir et ceux qui s’en servent pour diviser… je vous laisse mettre Sarkozy et Bayrou dans les cases que cette réflexion pourrait vous inspirer…

    Pour le calcul politicien… il faut savoir que les candidats UDF qui ont été élus en 2002 l’ont été au nez et à la barbe de Juppé et de toute l’intelligensia UMP qui a voulu laminer l’UDF. Ils sont extrêmement difficile à battre par un UMP en 2007. Sarkozy ne veux pas non plus envoyer au casse pipe ses lieutenants… Imaginez le score d’un candidat UMP face à Lagarde ou Maurice Leroy… !

    Non s’il n’y a pas de candidat UMP dans certaines circonscriptions c’est qu’ils espère que l’UDF fera de même pour d’autres en retour or il n’en sera rien…!

    Pour Koz qui dit « Vous pensez convaincre ? », je doute que je ne puisse le convaicre… quoi que je dise vu sa qualité à retourner les mots à sa guise. Exercice que je maitrise beaucoup moins bien que lui !

  • Bayrou est un vote contestataire. Avant, il y avait Le Pen, maintenant il y a Bayrou. En plus, il donne bonne conscience… contrairement à l’autre.

  • @ Koz
    Suis-je interdit d’antenne ? J’ai posté ce matin un commentaire : pas publié, j’ai fait un second essai avec un commentaire légèrement modifié : pas publié…

  • [quote comment= »7276″]…entre trois ouistes je choisis le moins pire, le plus à gauche à mon sens.
    [/quote]
    Le plus ouiste, européiste, fédéraliste des 3…

  • Je crois, Koz, que vous vous égarez en essayant d’analyser le « pourquoi » de l’intention de vote FB.
    Je trouve également l’idée du « pari » contre productive. J’aurai plutot tendance, comme vous présenter les choses, à tenter le « pari »; sans doute mon coté Pascalien…
    Sur les programmes, il faut bien avouer que les 3 principaux prétendants ne font pas vraiment dans l’original, il essaient bien, les uns et les autres de mettre en avant telle ou telle singularité, risquant en cela une surenchere dangereuse (cf le coup du ministere), mais l’état de notre pays restreint considerablement les marges de manoeuvre.

    Ce qui pour moi fera la différence entre les différents candidats ce sera la volonté et la capacité, que j’espère deceler chez eux avant le premier tour, à refformer vraiment ce pays.

    Je dois dire que pour le moment celui qui me donne la moins mauvaise impression en ce sens est Sarko, mais je ne suis pas du tout convaincu qu’un autre ne vienne pas d’ici un mois, prendre la place de favori dans la course à MON bulletin de vote.

    Les raisons qui pour moi disqualifient, pour l’instant en tout cas, FB, c’est une très faible lisibilité de sa conviction et de sa volonté, un doute monumental sur les capacités que lui donnera les législatives, et le flou total sur le sens de son action en tant que président.

    Faisons un peu de politique fiction et admettons que tout se passe bien pour FB: Il est élu avec disons 25% au premier tour et 52% au second. Les députés libellés UDF ou majorité du Président – car il aura du évidemment s’ouvrir à des personnalité non UDF pour montrer sa volonté d’ouverture et mettre en oeuvre son projet de Parti Démocrate – obtiennent 220 sieges sur 577. Les autres sieges se répartissent à 180 pour l’UMP, 150 pour le PS, 10 pour les verts, 17 pour le PC.

    Il lui faut choisir un gouvernement pour mettre en oeuvre le programme pour lequel il a été élu…

    Il se tournera évidement vers la sensibilité la plus présente chez ces ralliés mettant un premier coup de canif dans son bel attelage du coté opposé.

    Ademettons que cela se passe bien pour la présentation de son gouvernement au nouveau parlement.

    Quelle sera son premier chantier? comment le traitera t il? s’attaquera t il seulement aux dossier les plus lourd et malheureusement les plus urgent?

    par exemple, quand s’occupera t il des retraites? Dans quel sens? Mettra t il a plat les regimes spéciaux? assurera t il le paiement de retraites par une augmentation de la CSG ou décidera t il de lancer les fonds de retraites privés? comment réagira t il à une contradiction au seins de son gouvernement?

    En regle générale s’appuiera t il sur l’UMP ou le PS pour avancer ou cherchera t il des majorités de circonstance au grès des projets? Comment réagira t il à la fronde permanente des 2 groupes à l’assemblée? Bref acceptera t il de dévier son projet constitutionnel vers un régime présidentiel et non parlementaire comme il prétend le faire?

    Pour toutes ces questions pour l’instant, pas de réponses, pas de pistes, pas meme de direction.

    Je crains que le brillant Béarnais ne puisse pas mener sa barque et soit contraint à l’immobilisme pour assurer une stabilité institutionnelle. Je crains qu’il n’ai pas ce qu’il faut pour transformer notre 5eme république en une 6eme clairement Présidentielle. Bref je crains que son mandat soit une nouvelle perte de temps.

  • [quote comment= »7307″]…il faut savoir que les candidats UDF qui ont été élus en 2002 l’ont été au nez et à la barbe de Juppé et de toute l’intelligensia UMP qui a voulu laminer l’UDF. Ils sont extrêmement difficile à battre par un UMP en 2007. Sarkozy ne veux pas non plus envoyer au casse pipe ses lieutenants… Imaginez le score d’un candidat UMP face à Lagarde ou Maurice Leroy… !
    [/quote]

    Drole de facon de ré écrire l’histoire. En 2002 il y avait une entente dans la grande majorité des circonscriptions et bien peu des députés UDF ont eu à croiser le fer avec des candidats UMP. Lorsque ca l’a été c’etait pour des raisons locales bien particulieres.

    Quand Lagarde, je ne mettrai pas beaucoup d’argent sur lui aux prochaine législatives. De toute facon je ne l’aime pas… (« encore?! mais vous n’aimez personne » me direz vous si vous avez suivit certains de mes post) Ben oui, je ne l’aime pas c’est comme ca. J’ai généralement peu d’estime pour les politiques qui n’ont jamais travaillé de leur vie.

  • [quote comment= »7300″]Dont acte. Mais, comme le gouvernement est responsable devant l’Assemblée et que vous admettez le fait que Bayrou n’ait pas de majorité stable, comment fait-on ?[/quote]

    La situation issue de l’éléction d’un président hors bi-partisme réduirait la propension qu’aurait une majorité partisane a voter des motions de censure. Les majorités objectives se composeraient d’éléments de modérés des deux camps, plus ou moins à gauche certaines fois, plus ou moins à droite d’autres fois.
    Effectivement une réforme difficile et un rejet de l’assemblée pourrait conduire à une censure du gouvernement: mais n’est-ce pas la logique même du mécanisme parlementaire ? Souhaitez-vous abandonner la gestion de ces désaccords et crises à la vox populi et l’émotion de la rue comme on le fait depuis des décénies ?
    C’est bien à ça que sert l’assemblée, c’est bien pour ça qu’elle peut voter la censure, pas uniquement pour le symbole ou pour que l’opposition prenne ses 30% d’audience CSA.
    La constitution organise à l’assemblée le débat démocratique mais l’appareil des partis, en l’automatisant par le biais de criantes majorités de moutons de pânurges élus de Marseille à Nouméa en passant par la Corse mais tous soudés derrière des sièges de partis parisiens, dénature le principe legislatif même en organisant le blanc et le noir pour les cinq années à venir.

    [quote comment= »7300″]Vous êtes-vous seulement relu ?[/quote]

    Je sais bien que ce blog ne parle pas que de politique; dois-je considérer qu’à ce sujet vous trouvez réducteur de signifier, comme je l’ai fait, qu’il est dédié à Nicolas Sarkozy ?

    [quote comment= »7300″]
    Pour des raisons de réalisme politique : quand on a réussi à braquer les syndicats de salariés comme les syndicats patronaux, que l’on a négligé sa majorité parlementaire, etc… bref, que l’on reste seul comme Villepin en sa tour d’ivoire, à un moment donné, il faut comprendre qu’on a merdé grave. Et que quelle que soit l’appréciation que l’on a de la mesure, son sort en est jeté.[/quote]

    C’est tout naturel en France que les syndicats de salariés se braquent quand ils sentent que la protestation étudiante est mûre, en revanche pour ce qui est des syndicats patronaux et de la majorité parlementaire on sait bien qu’ils étaient d’avantage attentifs au positionnement de Nicolas Sarkozy qu’à n’importe quel autre, et vous concèderait que c’est pour des raisons politiques qu’il a ressenti la nécéssité de ne pas laisser trop de billes dans cette affaire et d’abandonner son concurrent direct de l’époque à son funeste sort.

  • [quote comment= »7309″]@ Koz
    Suis-je interdit d’antenne ? J’ai posté ce matin un commentaire : pas publié, j’ai fait un second essai avec un commentaire légèrement modifié : pas publié…[/quote]

    Margit, seriez-vous parano ? 😉
    Si vous étiez interdite d’antenne, vous le sauriez. Non, vous vous êtes simplement retrouvée dans ma liste anti-spam, probablement parce que d’autres vous auront identifié comme spam ou que le lien que vous donniez l’a été aussi par le propriétaire du blog et qu’il a été identifié comme spammeur.

    [quote comment= »7308″]Bayrou est un vote contestataire. Avant, il y avait Le Pen, maintenant il y a Bayrou. En plus, il donne bonne conscience… contrairement à l’autre.[/quote]

    Oui, effectivement. Je lisais ce midi une interview de Bourlanges à matin Plus, qui disait que Bayrou rassemblait les mécontents qui pouvaient s’exprimer sans jouer les extrêmes.

    Mais à un moment donné, il faut dépasser ça. Quant à ambitionner d’être le réceptacle des mécontentements, je trouve ça limité.

    [quote comment= »7312″]Il se tournera évidement vers la sensibilité la plus présente chez ces ralliés mettant un premier coup de canif dans son bel attelage du coté opposé.[/quote]

    Bayrou dit : « je parlerai avec qui voudra mais ma ligne ne changera pas ». Je ne le crois pas. Pour une première raison : sa ligne a déjà changé par la nécessité dans laquelle il se trouvait de se démarquer de l’UMP. D’où son discours plus à gauche.

    Et sa ligne changera, en fonction de l’alliance qu’il devra nouer. S’il se retrouve face à Sarkozy, il est évident, on ne peut plus évident, qu’il gauchira son discours. Et dans l’hypothèse où il se retrouverait face à Royal, il le droitisera. Question de jambe d’appui. Et de différenciation.

    [quote comment= »7315″]Je sais bien que ce blog ne parle pas que de politique; dois-je considérer qu’à ce sujet vous trouvez réducteur de signifier, comme je l’ai fait, qu’il est dédié à Nicolas Sarkozy ?[/quote]

    Je vois qu’on se comprend, donc. Ce blog n’est dédié qu’à mes opinions. Il se trouve que j’ai une préférence raisonnée pour Nicolas Sarkozy – j’ai déjà, à deux reprises, marqué certains désaccords, ce que je ne trouve guère sur d’autres blogs – mais c’est tout.

  • [quote comment= »7300″]
    [quote comment= »7292″]Le CPE est inévitablement une idée libérale en soit plus proche de la politique de Sarkozy que de la politique Gaulliste. Nuls doutes que le fin stratège qu’il a n’a fait qu’une bouchée de pain de l’apprenti politicien qu’était Villepin, mais qu’il ne soutienne pas une idée qui lui est proche parce que la rue a crié plus fort ou pour des raisons de cuisine politique ne dit rien qui vaille sur les conflits sociaux qui l’attendent quand il voudra réformer le pays.[/quote]

    Pour des raisons de réalisme politique : quand on a réussi à braquer les syndicats de salariés comme les syndicats patronaux, que l’on a négligé sa majorité parlementaire, etc… bref, que l’on reste seul comme Villepin en sa tour d’ivoire, à un moment donné, il faut comprendre qu’on a merdé grave. Et que quelle que soit l’appréciation que l’on a de la mesure, son sort en est jeté.[/quote]
    Je ne me rappelle plus le timing, mais la majorité du parlement, « controlée » par qui vous savez, ne pouvait elle pas refuser le texte au lieu d’aller au bout et de forcer cette « fausse promulgation » ?
    Quand on voit qu’on a merdé, et bien on agit pour réparer, on ne laisse pas pourrir et les autres nettoyer quand on a la possibilité d’éviter que cela eclabousse partout.
    Alos, l’habileté politique de NS …

  • Que de commentaires, je ne serais sans doute pas lue. Mais les amalgames me font réagir!
    Je lis que Koz reproche à Bayrou de ne parler que d’institutions, et se demande où est la révolution. Ben… là… dans la réforme des institutions. Proportionnelle aux législatives, responsabilité du chef de l’Etat (mais toujours élu au suffrage universel et avec un premier ministre pour faire tampon, donc pas de parlementarisme), le Parlement a l’initiative de son agenda, et peut demander des référendums, reconnaissance du vote blanc…
    Sur le territoire aussi : il propose de travailler (sans jurer qu’il va y arriver de la seule force de la volonté, ce qui serait débile) à une réforme de l’organisation du territoire. Régions plus grandes, moins de communes, éventuellement plus de départements.

    Alors oui, il y a du pari dans le soutien à Bayrou. Parce qu’on ne sait pas ce que ça peut donner, et que la réforme du territoire, de Gaulle s’est cassé le nez dessus en 69. Pourtant, c’est indispensable si on veut vraiment dégager des économies (les collectivités, c’est le premier budget de l’Etat). Et aussi, si on veut dynamiser notre société, en limitant la paperasse et en identifiant clairement les responsabilités.

    Personne n’est obligé de penser que c’est une bonne chose, ou bien que c’est réalisable. Pour moi c’est un espoir, et c’est ce que je veux pour mon pays. Je pense qu’il sera élu, et qu’il mènera sa politique. Je ne comprends rien à cette histoire de législatives, et je ne vois pas du tout pourquoi un parti dont le chef serait élu président, et qui dores et déjà est capable de présenter un candidat dans toutes les circonscriptions ne pourrait pas obtenir une majorité à l’Assemblée, un seul petit mois après. Chirac il a fait que 19% en 2002, et il a eu une majorité phénoménale. Dont il ne s’est pas servi comme il aurait dû.

    De mon côté, je ne vois plus la cohérence ni du PS, ni de l’UMP. Moi je vote pour les européens, prêts à défendre une sorte de position spéciale de la France dans le monde, et, globalement, un modèle social solidaire et unitaire, laissant sa place à l’entreprise. Je crois qu’on trouve des gens comme ça au PS comme à l’UMP et que ces gens-là ne sont pas très heureux de la façon dont leurs candidats mènent leur campagne. A l’Assemblée, il faudra les museler?

    De toute façon, on vote pour un président aujourd’hui. Pour u projet, oui, et non un programme. Pour des garanties sur l’essentiel : pas de hausse des impôts, réduction de la dette, éducation et recherche, petits salaires et entreprise.

    Le reste, c’est des bêtises.
    Ca fait deux mois que j’ai rejoint l’UDF. A cause de ces idées-là. Je suis pas la seule.

    Et d’une façon générale, il ne me semble pas judicieux de traiter d’inconséquents les gens qui ne font pas le même choix que vous… Votre choix est raisonné… d’autres peuvent l’être aussi. A la fin, on a tous le même président de la République. Une et indivisible.
    Yep.

    Des grands mots?

  • Au fait, je voulais te dire, Koz…
    A propos de choix raisonné. Figures-toi que pour moi aussi, le désir de « faire quelque chose » en politique, de m’exprimer et d’agir, vient du coup de massue reçu en mai 2005. Après le 21 avril 2002, bien sûr. C’est la suite de ces deux soirs terribles que j’ai décidé de faire tout ce que je pouvais pour défendre mes idées ou mes convictions quand j’en avais.
    Qu’ensuite nous fassions des choix différents, pour moi c’est secondaire par rapport au désir de « ne pas laisser faire ». Et je suis sûre que parmi les soutiens de Ségolène on pourra trouver la même envie.
    Tout ça est dynamique et constructif non?
    Ce qui ne m’empêche pas de me sentir incapable de voter Sarkozy ou Royal si Bayrou n’est pas au second tour! Parce que je ne suis pas en accord avec leur projet de société, ou bien n’arrive pas à le discerner.

  • @ carolus :

    le plus ouiste des 3, c’est pas sûr.

    1. il n’a pas raconté, comme ségolène, que les cantines allaient être privatisées en cas de victoire du non

    2. il est moins libéralo-atlantiste que sarko, et la constitution c’est aussi tout ça.

    3. il a clairement annoncé qu’il y aurait un réf. sur le nouveau traité, ce que sarko refuse et ce que ségo n’a accpeté qu’après avoir annoncé l’inverse.

    ergo, il me va bien mieux que les deux autres, y compris dans le domaine européen.

  • [quote comment= »7335″]Parce que je ne suis pas en accord avec leur projet de société, ou bien n’arrive pas à le discerner.[/quote]

    😆 Mais c’est le petit bréviaire du Bayrouisme, ça… Je l’ai entendu sur RTL, je le lis dans le Nouvel Obs’, ou est-ce l’Express ? On a bien compris que le but était de se positionner face à Sarko, en ménageant l’électeur socialiste, sous prétexte de ne pas parvenir à discerner son projet de société. Pratique…

  • Lisette, votre intention de vote ne semble pas être celle d’une contestatrice. Et, heureusement, Bayrou a aussi une base stable, qui ne vit pas que pour renvoyer Sarko et Ségo dos à dos.

    De mon côté, je ne crois pas dans la sincérité du positionnement de Bayrou, ni dans sa possibilité de gouverner efficacement s’il est élu.

    Bien entendu, c’est une position indémontrable, tout comme la position inverse d’ailleurs. On parle d’un sentiment, que l’on peut bien entendu étayé de faits.

    Peut-être faudrait-il être plus ouvert/rêveur (au choix) et croire que Bayrou pourrait rassembler un gouvernement stable, rassembler un peuple et engager des réformes importantes jusqu’à leur terme.

    Je préfère ne pas prendre de paris. Je souhaite voir une France plus compétitive, flexible, dynamique et valider que ma retraite n’est pas un gros point d’interrogation.
    Or je pense que Bayrou nous ferait perdre beaucoup de temps (dans les ajustements politiques) à une période où nous n’en avons pas besoin.

  • [quote comment= »7312″]
    Ademettons que cela se passe bien pour la présentation de son gouvernement au nouveau parlement.

    Quelle sera son premier chantier? comment le traitera t il? s’attaquera t il seulement aux dossier les plus lourd et malheureusement les plus urgent?

    par exemple, quand s’occupera t il des retraites? Dans quel sens? Mettra t il a plat les regimes spéciaux? assurera t il le paiement de retraites par une augmentation de la CSG ou décidera t il de lancer les fonds de retraites privés? comment réagira t il à une contradiction au seins de son gouvernement?
    [/quote]

    Sur les retraites, Bayrou passera par un référendum.
    Il est clair que ce référendum sera crucial pour son gouvernement.
    S’il rate, c’est fini : à mon avis, il démissionne, s’il ne le faisait pas, de toute façon ça ne pourrait plus marcher.
    Hé bien ça serait peut-être mieux comme ça … plutôt qu’un Chirac qui perd un référendum et ensuite se retrouve avec un gouvernement sans légitimité incapable de passer une grande réforme.

    Mais si il réussit quelle légitimité !!
    Je suis persuadé que sur le sujet des retraites, un projet peut mettre d’accord le parti de Bayrou et la majorité du PS ou de l’UMP.

    De toute façon ce sera mieux que la guerre aux syndicats que nous promet Sarkozy.

  • @Lisette : et vous allez voter pour un candidat qui n’a fait que s’opposer depuis 5 ans, qui n’a rien fait quand il était aux affaires (avec la droite au passage) et qui n’a pas été, c’est le moins que l’on puisse dire, une force de proposition depuis son éviction dudit gouvernement. Il a passé ces dernières années terré dans sa campagne, sans aucunes responsabilités, au lieu d’intégrer l’UMP et d’y faire vivre son courant. Et le voilà sans projet clair, argumentant sans relache sur un ni-ni dont on a vu les effets avec Miterrand et sans personne pour gouverner. Je crains fort que votre soif (que je pense sincère) pour l’action, le mouvement et le changement ne soit pas rassasiée avec FB….

  • @nsi J’ai l’opinion exactement inverse (en doutiez-vous?)… Au sein de cette fédération qu’était l’UDF, complètement liée à la droite, il a su faire exister le centrisme, lui donner une légitimité. QUand il était aux affaires, il a :
    1. simplifié la loi lang sur le bac
    2. tenté de faire passer une révision de la loi Falloux qui avait fait l’objet d’une proposition parlementaire (pas à son initiative, donc) et contre laquelle la gauche entière s’est mobilisée, à la fois parce que le terrain avait été mal préparé, et parce que c’était l’occasion pour elle de se rassembler après la défaite cuisante des législatives précédentes
    3. modifié complètement le bac en 95, instaurant les séries L, ES et S. Ouvrant aux littéraires la possibilité de passer des concours ou d’accéder à des filières qui leur étaient autrefois interdites (écoles de commerce, par exemple)
    4. Réformé le premier cycle de l’enseignement supérieur : monitorat étudiant, possibilité de changement d’orientation au terme du premier semestre, semestrialisation (!!), soutien méthodologique…

    Ce n’est pas parce qu’il n’a pas pris tout le monde à contre-pied qu’il n’a rien fait. Ce fut un excellent ministre de l’éducation nationale.

    Quand à sa famille politique… s’il n’est pas rentré à l’UMP, c’est que ce n’est pas vraiment sa famille politique. Depuis les européennes de 99, il a montré qu’il pouvait exister sans le RPR de l’époque. Je ne suis pas convaincue que les mouvement peuvent vivre au sein de l’UMP, voyez-vous! Que deviennent les chiraquiens en ce moment? Le PR de Borloo?

    Son projet me semble clair sur les points qui m’importent. J’ai l’impression qu’en guise de projet, beaucoup d’entre vous estiment qu’un présidentiable doit annoncer de nouvelles mesures un peu partout. Je crois que c’est assez largement illusoire. Notre PIB ne va pas augmenter miraculeusement. Les taux d’intérêt ne peuvent quasiment que remonter, rendant plus difficile le service de la dette.
    Un candidat qui annonce que la marge de manoeuvre est faible, qui la chiffre à partir de sources d’économies possibles, et qui annonce sur quoi il va concentrer ses efforts dans un premier temps pour relancer l’économie, ça me semble tout à fait clair. Dans ce cadre-là, il se concentre sur : l’entreprise (2 emplois sans charge, small business act, 35% de plus sans charge pour les heures supplémentaires), les minima sociaux (revalorisation des petites retraites à 90% du SMIC, possibilité pour les RMIstes d’augmenter leurs revenus par une proposition d’activité universelle), la cohésion nationale (service civique), et enfin l’éducation (moyens garantis) et la recherche (augmentation de 5% pas an)
    Par ailleurs, j’ai besoin d’un président qui soit limpide sur ses convictions européenne, qui ne joue plus le « c’est la faute à Bruxelles » dès qu’on a une difficulté franco-française. Et qui soit crédible quand il annonce un dialogue sur les retraites. Crédible parce qu’il a déjà prouvé qu’il était un homme de dialogue. Ce genre de truc ne passe pas à la simple volonté. Crédible aussi quand il dit ce qu’il veut obtenir : égalité de traitement (fin des régimes spéciaux, peu à peu), retraite à points.
    J’ai aussi besoin d’un président qui réforme l’état. Parfois, je me demande si on est encore en démocratie, à la fin du septennat de J. Chirac. Le parlement n’est plus qu’une chambre d’enregistrement. Le débat se passe uniquement dans la rue quand il y en a un.

    Tout ça, ce sont mes convictions, et je veux leur donner leur chance! Europe, territoire, gestion rigoureuse du budget, vertus du dialogue et de la démocratie. Réformes institutionnelles.

    Je suis désolée de vous le dire, mais l’UMP n’est pas ma famille politique à moi. En écoutant les uns et les autres, je me sens plus proche de Ségolène Royal. Le problème, c’est que je ne comprends rien à son parti, ni à ses rapports avec lui. Mais sur le fond, je me trouve plus de points d’accord avec elle. Tout ceux qui pensaient que l’UMP était leur famille politique ont rejoint Nicolas Sarkozy, et c’est tant mieux s’ils sont contents. Les militants et le peu de députés qui restent ont une autre vision des choses…

  • Tu as raison sur de nombreux points.

    1) Bayrou Président = gouvernement de coalition ! Je me demande si les français ont mesurés ce que cela veut dire… Le retour au régime des partis, à la 4ème République. Je te donne un ministère, tu me donne ton soutient à l’assemblée nationale… Au mieux, crise de régime, au pire éclatement de la 5ème république…

    2) Bayrou Président = immobilisme. Dans une coalition, lorsque l’on n’est pas d’accord avec une mesure à prendre, il suffit de dire : « si tu fais ça je te retire mon soutient à l’assemblée » et la mesure est retiré ou la majorité éclate… et c’est la crise de régime. De toute manière la mesure en projet ne peut pas être réalisée. Ainsi, sur l’immigration, sur les 35h, sur la réforme des impôts, sur les retraites (régimes spéciaux notamment), sur le financement de la sécu, sur la politique étrangère (plus précisément sur le traité constitutionnel), sur le 2ème porte avion (etc.), il y aura opposition frontale entre au moins deux des trois partis de la coalition. Autrement dit, les sujets les plus importants seront fatalement bloqués. Au mieux 5 ans de perdus, au pire le déclin de la France par rapport à ses partenaires et / ou concurrents.

    Qu’en pensez-vous ?

    Sylvain.

  • Il se concentre sur : l’entreprise (2 emplois sans charge, small business act, 35% de plus sans charge pour les heures supplémentaires), les minima sociaux (revalorisation des petites retraites à 90% du SMIC, possibilité pour les RMIstes d’augmenter leurs revenus par une proposition d’activité universelle), la cohésion nationale (service civique), et enfin l’éducation (moyens garantis) et la recherche (augmentation de 5% pas an) …/… J’ai aussi besoin d’un président qui réforme l’état. Parfois, je me demande si on est encore en démocratie, à la fin du septennat de J. Chirac. Le parlement n’est plus qu’une chambre d’enregistrement. Le débat se passe uniquement dans la rue quand il y en a un.

    ___________________________________________________

    Vous oubliez juste que Bayrou ne pourra absolument pas mettre en œuvre les réformes que vous indiquez et celles que vous ne citez pas, s’il n’a pas une majorité à l’assemblée ! Et il est très peut probable que l’UDF ait plus de 50 % des élus… Autant dire que tout ce qu’il peut recompter dans son programme n’est que du blabla. C’est peut être regrettable, mais c’est un fait ! Etant donné votre oignon et ce que vous indiquez, je pense que vous devriez voter dès le premier tour pour le programme de Madame Royal.

    Sylvain.

  • [quote comment= »7419″] Et il est très peut probable que l’UDF ait plus de 50 % des élus… [/quote]

    Juste une observation que j’ai lue récemment : il n’a pas besoin de 50%. Un bon tiers peut lui suffire, dans la mesure où des alliances PS/UMP sont assez peu probables. Mais, même cela, ça signifie avoir plus de 190 députés. Soit 165 de plus qu’aujourd’hui.

  • Bayrou surfe sur la vague médiatique grace à quelques sondages qui ne reposent sur rien.

    Il profite aussi d’une certaine amnésie et du flou qu’il entretient sur son programme.

    Le Pen est hélàs sous évalué et tous ceux à gauche qui affirment voter pour Bayrou préparent un boulevard pour Le Pen…

    Mais si Bayrou était élu, il se retrouverait vite l’otage de l’UMP…

  • [quote comment= »7500″]Mais si Bayrou était élu, il se retrouverait vite l’otage de l’UMP…[/quote]

    Salauds de l’UMP. C’est pas avec l’PS qu’il risquerait ça.

  • [quote comment= »7293″]Dans plusieurs circonscriptions, l’ump n’a pas présenté de candidat pour laisser la place à un candidat udf…

    Alors maintenant que les choses en sont là où elles sont, l’ump va-t-elle changer son fusil d’épaule et présenter des candidats partout ? ce serait logique…[/quote]

    [quote comment= »7307″]
    Non s’il n’y a pas de candidat UMP dans certaines circonscriptions c’est qu’ils espère que l’UDF fera de même pour d’autres en retour or il n’en sera rien…![/quote]

    [quote comment= »7296″] En ce qui me concerne, je suis incapable de répondre à cette question. Quelqu’un d’autre le pourra peut-être. Il faudrait connaître, aussi, les délais pour présenter des candidatures. Si Bayrou est élu, l’UMP risque de ne pas apprécier « l’enfant dans le dos ». Et, pour peser, elle sera bien obligée d’en présenter partout. A charge pour les électeurs de valider ou invalider sa position.[/quote]

    Koz !!!! j’ai ma réponse !!

    ici :

    http://www.dailymotion.com/group/35874/video/x1gmvy_impasse-bayrou-pdousteblazy-070307

    En fait, si Bayrou est élu le 6 mai, l’UMP présentera un candidat dans chaque circonscription.

    Je suis ravie que ma question ne fut pas aussi bête que je la pensais au départ.

  • Concernant la majorité avec laquelle F. Bayrou pourra gouverner, et l’allusion constante aux quelques députés qui lui restent à l’Assemblée Nationale.
    Je vais être obligée de répondre par un poncif à un autre poncif : Le lendemain de son élection, Mitterrand a dissout l’Assemblée nationale où il n’avait pas de majorité. Et il a eu sa majorité. Il se trouve que le calendrier est ainsi fait que les élections législatives sont déjà prévues pour un mois après les élections.

    Prendre en compte l’état actuel des forces à l’Assemblée Nationale n’a donc AUCUN INTERET. Le parlement actuel a été élu après le choc du 21 avril 2002, et l’élection à l’arrache de J. Chirac. Il s’agissait de donner au président élu les moyens de gouverner.
    C’est aussi (pardon) stupide que de dire que le PS devra nécessairmenet gouverner avec ses 141 membres, et que l’UMP gardera ad vitam eternam ses 350 membres.

    Nous prétendons qu’il se passerait la même chose si F. Bayrou était élu. A partir du moment où on peut présenter un candidat dans chaque circonscription, et où en plus nous acceptons les ralliements sur la base du programme de FB, cette position est tenable.

    L’état des forces politiques ne changera pas en un mois. Si FB est élu, l’UDF partira avec la même base électorale que lui au premier tour, et sans doute plus, car dans ce cas-là le choix est : « je vote pour l’opposition » ou »je vote pour une majorité de soutien ».

  • En effet Lisette l’argument est bon. Le seul bémol est que François Bayrou ratisse large et prétend rassembler des personnalités qui clament haut et fort qu’elles ne le souhaitent pas. Mais peut-être parie-t-il sur le gout du pouvoir et l’opportunisme de certains, ce qui me parait un poil court pour un projet présidentiel…

  • Pas tout à fait,
    1 Au parlemenet européen il n’y a pas de majorités, les lois passent par consensus
    2 Sur les grands sujets , les « camps » se rassembleront
    3 lorsque le Peuple aura placé Bayrou président, les élus se rallieront.
    4 il y peut etre deja des tracatations avec l UDF mais jamais un PS ou un UMP pur et dur ne l’admettrait pendant la campagne.

    A+
    Gile

  • Pingback: cleaning golf balls

Les commentaires sont fermés