Une aide pour « Isabelle »

Nombre d’entre vous m’ont demandé des nouvelles d' »Isabelle » et de sa fille, dont je vous avais parlé ici il y a deux mois. Celles-ci sont très mitigées. La procédure d’appel suit son très long cours, « Isabelle » n’en ayant pour ainsi dire aucune nouvelle, et sa fille est toujours en foyer. Isabelle me dit que sa fille a traversé un « épisode dépressif » important, avec une somatisation. Autant pour l’équilibre restauré par la mesure éducative. Fort heureusement me dit-elle, sa fille est aidée par une psy « formidable ».

« Isabelle » a réussi à obtenir de garder sa fille du 24 décembre au 2 janvier, alors qu’ils envisageaient initialement de la reprendre entre Noël et le Nouvel An. Heureusement, le foyer semble avoir une bonne opinion d' »Isabelle », disant qu’ils apprécient vraiment son comportement et sa collaboration. Il faut espérer qu’ils transmettent cette bonne impression au juge.

Il faut dire un mot de la petite demande qu’elle avait faite, pour soutenir un peu le moral de sa fille : recevoir des cartes de dessins animés Carrefour. Certains lui en ont adressé. Par ailleurs, à ma demande, Carrefour lui a aimablement et rapidement adressé cartes et albums. « Isabelle » a également reçu de nombreuses marques de soutiens, qui l’ont bien aidée.

Sa situation n’est toutefois pas brillante aujourd’hui, et c’est la raison essentielle pour laquelle j’y reviens. En effet, même si je reste persuadé qu’elle a besoin de solutions « structurelles » – ce qu’il est peut-être un peu facile de penser, d’ailleurs – elle a aussi besoin d’un soutien financier ponctuel. Cela rassurera ceux qui pensent que les aides sont accordées sans contrôle : en raison de vérifications en cours, le RSA ne lui a pas été versé depuis deux mois. Elle se trouve donc dans une situation financière très juste et n’aura, notamment, rien pour préparer Noël.


C’est la raison pour laquelle vous trouvez le bouton ci-contre. Il renvoie directement au compte paypal d’«Isabelle ». Pour ceux qui l’ignorent, Paypal est un système de paiement sécurisé. Vous pouvez, par ce moyen, lui apporter une petite aide ponctuelle et contribuer notamment à ce qu' »Isabelle » et sa fille puissent fêter Noël.

Auteur

Monoépoux, multipère, fidèle à plus d’un titre.

Avocat (associé fondateur BeLeM Avocats), auteur de Ca ira mieux demain (Sept. 2015) et de Identitaire – Le mauvais génie du christianisme (Janv. 2017)

Billets à peu près similaires

13 commentaires

  • Je n’ai pas hélas les moyens de faire un grand don, ayant moi-même peu de revenus, mais j’espère qu’avec plusieurs petites sommes comme celle que je viens de verser, Isabelle parviendra à avoir de quoi préparer Noël pour sa fille et elle-même.
    Je leur souhaite de tout coeur une amélioration de leur situation, et j’espère qu’elles réussiront à passer malgré tout des fêtes de fin d’année heureuses.

  • Pingback: Les tweets qui mentionnent Une aide pour « Isabelle » -- Topsy.com

  • Quelle lamentable histoire ! Un psy pour réparer des dégâts qui auraient pu être évités sans l’intervention de la Police maternelle infantile…

  • Merci à tous pour elle.

    Clémence, quel que soit le don, je pense qu’elle sera sensible à l’attention. Et au-delà de l’attention, puisque j’imagine bien que vous voulez vraiment aider, oui, je pense précisément que plusieurs petites sommes seront de nature à l’aider. Je crois qu’on ne se rend pas compte du nombre d’obstacles qui se dressent quand on n’a pas d’argent. Je parle évidemment pour moi également, puisque je ne peux qu’en deviner certains.

    @ Saurel: je comprends tout à fait votre indignation. Je crois aussi qu’il y a un dysfonctionnement dans cette affaire car, même si « Isabelle » doit peut-être changer des choses, ce à quoi je crois comprendre qu’elle se consacre, je n’ai rien vu pour autant dans tout cela qui justifie d’enlever un enfant à sa mère. Ou, si ce que je comprends de cette affaire suffit à le faire, alors il faudrait retirer leurs enfants à bon nombre de mères. Cela étant, essayons de rester dans une perspective constructive. Certains ont déjà témoigné sur koztoujours du travail sincère fait par d’autres éducateurs ou assistantes sociales (et « Isabelle » en a également rencontré au moins une). Ne les jetons pas avec l’eau du bain.

  • Voilà qui est fait.
    Merci beaucoup Koz de nous avoir rendu possible ce petit geste, en particulier au moment de Noël.
    Je suis sidérée, et scandalisée, de voir les difficultés qu’ « Isabelle » rencontre pour obtenir le RSA. Du coup, je suppose qu’elle n’a pas droit non plus à la « Prime de Noël »…

  • Merci pour ce billet, et pour le renvoi au billet d’octobre, qui m’avait échappé. J’envoie ce commentaire pour réagir sur un mot que vous employez plus haut : « dysfonctionnement ». S’il s’agit manifestement d’un dysfonctionnement, et j’espère relativement rare, je peux témoigner qu’il n’est pas exceptionnel.

    J’ai longtemps collaboré comme bénévole à l’action d’ATD Quart Monde et d’une autre association proche. Il n’est pas exceptionnel de voir des décisions de placement d’enfants pour pures raisons économiques, en l’absence de tout problème éducatif ou psychologique de la part des parents (ou du parent, le plus souvent la mère, quand ce parent élève seul les enfants). Ces raisons économiques sont bien sûr le chômage ou l’emploi à temps partiel, mais peuvent être rendues critiques par un retard dans la perceptions d’aides ou d’allocations auxquelles la famille a droit, ou à l’attribution d’un logement HLM auquel la famille a droit : j’ai vu des attentes de plusieurs années pour l’obtention d’un logement adéquat. C’est cette situation critique qui entraîne le placement.

    Un placement est toujours dramatique. Il peut, exceptionnellement, être un moindre mal. Mais ces placements pour pures raisons financières sont des scandales. Ils sont en outre financièrement absurdes pour l’État : le placement est bien plus cher que le coût d’un logement HLM, et infiniment plus que le versement d’une allocation. Les familles touchées n’ont cependant aucun accès médiatique pour faire connaître leur sort. Il est heureux qu’Isabelle puisse, à travers vous, trouver des soutiens.

  • Pingback: Revue de Blog : C’est Noël ! « Lemessin

  • Venir chercher la petite à l’école sans qu’elle puisse revoir sa mère, cela me scandalise ! Un enfant a avant tout besoin de sa mère, et non d’un psy, et si jamais il fallait vraiment les séparer (ce qui semble plus que douteux), c’est sa mère qui aurait été la plus à même de l’y préparer. En plus, dans ces histoires, on ne tient jamais compte du point de vue de l’enfant qui, en tant que mineur, n’est pas digne de confiance dans ses jugements, n’est-ce pas… Si Jésus était venu au monde aujourd’hui, la PMI aurait jailli tou de suite de derrière les fagots : pensez donc, une étable ! Sa mère était forcément indigne !

  • En cette veille de Noël, je voulais vous remercier
    tous pour le soutien moral et matériel que vous m’avez apporté sans
    compter. Grâce à vous tous et à Koz le premier, non seulement je
    n’ai pas sombré lorsque ma fille m’a été enlevée, mais j’ai la
    force de me battre.

    Notre Noël va être
    magnifique, ma fille a déjà les yeux illuminés à l’idée des cadeaux
    qui l’attendront sous le sapin demain matin. Ce bonheur, je vous le
    dois et je ne saurais jamais vous en remercier suffisamment. Que
    Dieu veille sur vous, merci infiniment !

Les commentaires sont fermés