Sollicitude nippone

L’avantage de la situation présente est qu’elle force au ressourcement, au recentrage, sur l’essentiel, loin de l’écume frénétique des jours ordinaires. Qu’ils organisent des rencontres inattendues sur les institutions, qu’ils refondent leur site internet, vous voilà plus haut, serein et altier, reléguant ces épisodes à rien de plus qu’un échauffement de cellules, un activisme moléculaire, des insurrections compulsives.

La grenouille japonaise m’a interpellé. Elle a interpellé qui ? Moi. Donc interpellé, é. Pas de e. Cherchez pas.

Des chercheurs japonais ont mis au point, par manipulations génétiques, une grenouille transparente, lisais-je. Ah ? J’imaginais l’ébahissement suscité par mon entrée, dans une soirée mondaine, ma grenouille transparente sur l’épaule.

Superficiel.

Car ces chercheurs japonais ne visaient pas la seule performance. La découverte est utile : elle permet d’éviter la vivisection lors des expériences scientifiques sur les grenouilles. Voilà qui touchait mon cœur sensible. Et touche le vôtre, j’en suis certain. Car avouez-le, vous aussi, vous trouvez que la vivisection, c’est moche. Même pratiquée par des japonais. Ou surtout pratiquée par des japonais. Enfin : ému, j’étais.

La performance a d’autres intérêts : elle permet d’observer la croissance des organes à travers la peau, ce qui évite d’ouvrir les grenouilles à chaque fois. On préfèrera car la grenouille a ceci d’ingrat qu’elle est fort difficile à recoudre. Elle glisse et, en plus, à force de la recoudre, des fois, elle craque.

Cela permet, surtout, nous dit le professeur Masayuki Sumida de l’Institut de biologie des amphibiens de l’Université d’Hiroshima (mon amour)… d’observer la progression d’un cancer, ou la manière dont les toxines affectent différemment les organes, les uns après les autres, ou les uns plus que les autres, ou les uns, et pas les autres. La prochaine grenouille projetée s’illuminerait, même, lorsqu’elle serait atteinte d’un cancer. Alors peut-être, bientôt, après l’illumination, une alerte pop-up, un mail, un message twitter : « le cancer du foie d’irina169 est prêt ». Irina169 s’illuminerait et Masayuki et Miromini, son assistante, pourraient alors égayer leurs ébats de laboratoire d’autant de complices éclats de grenouilles métastasées.

Plus besoin de tuer la grenouille pour voir la progression du cancer, ce qui revient un peu à rater la fin du film. On peut laisser le cancer s’en charger, sans rien perdre du spectacle.

Sollicitude nippone.

Il me semblait important de nous en entretenir.

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

14 comments

  • [quote post= »477″]La prochaine grenouille projetée s’illuminerait, même, lorsqu’elle serait atteinte d’un cancer[/quote] À l’heure des énergies renouvelables, voilà qui est du plus haut intérêt. On pourrait lancer des élevages de grenouilles sur le site de Tchernobyl. Quand les tumeurs atteindraient 25 W (50 W s’il y a des métastases), on pourrait les commercialiser dans les magasins de luminaires.

  • Ca me rappelle un récit de science-fiction dans le Pilote de la grande époque (Mâtin quel journal !) où des explorateurs terriens débarquaient sur une planète habitée par des êtres en tout point semblables à nous et vivant nus. Particularité : ces autochtones avaient la peau transparente et étaient susceptibles. Développement : un grand festin de bienvenue était organisé en l’honneur des astronautes. Chute et gag : les terriens, à la vue du processus digestif se déroulant sous leurs yeux, vomissaient en plein banquet et se faisaient massacrer pour avoir manqué de respect à leurs hôtes …

  • A votre avis, ces études permettront de développer des traitements seulement pour les humains transparents ou ça marchera aussi pour les gens normalement opaques?

  • Tous les jours des dizaine de milliers d’animaux de laboratoires (du ver de terre aux grenouilles en passant par les mouches) sont évidemment sacrifiés à des fins de recherche. Les animaux sont en général euthanasiés lorsque l’expérience est terminée. Les chercheurs essaient de faire cela le plus « humainement » possible : il y a même des papiers et des colloques sur les méthodes pour sacrifier les animaux sans qu’ils ne souffrent; pour les grenouilles, elles sont je crois immergées dans une solution concentrée en alcool, ce qui les endort avant de les tuer. C’est toujours plus humain que ce qui se passe quotidiennement dans nos abattoirs. Pour la recherche sur le cancer, je pense que c’est très important de comprendre la dynamique des tumeurs, pour savoir par exemple comment les métastases se forment. Il me semble par exemple que les tumeurs du cerveau ont une croissance très particulière, qu’on comprend assez mal. Voir « en temps réel » cette croissance sur un animal pourrait je pense vraiment aider.

  • [quote comment= »48951″]A votre avis, ces études permettront de développer des traitements seulement pour les humains transparents ou ça marchera aussi pour les gens normalement opaques?[/quote]

    Disons que l’avantage, si tu es transparent, c’est qu’à poil, on pourra suivre la progression de ton cancer. Pratique pour ton médecin, moins marrant pour ta femme.

    D’ailleurs, sans même être malade, ça signifie qu’à poil, on pourra suivre ta digestion…

    [quote comment= »48977″]serait-ce aplicable a nos politiciens, qui tous ne jurent que par la transparence ?[/quote]

    On pourrait au moins s’assurer qu’ils aient un coeur. A décliner avec les banquiers, les avocats…

  • …les pdg, les procureurs…

    Pour les avocat c’est pas la peine, nous savons bien qu’ils vendent leur conscience lorsqu’ils prêtent serment.

  • Toutes ces expériences sont effectivement très malheureuses pour ces pauvres petites grenouilles (transparentes ou non) que, j’imagine, les chercheurs (nippons ou autres) ne prennent aucun plaisir à faire souffrir et à sacrifier, mais c’est aussi à partir de ce type de recherches que la médecine progresse. L’expérimentation sur l’animal est indispensable et celle sur l’homme – qui serait encore plus utile – est heureusement interdite. Et pourtant, l’homme est un animal (me dit-elle). Oui, mais c’est ainsi et c’est bien comme ça. Même si le débat peut se corser dès qu’on aborde les cellules souches…

  • [quote comment= »49115″]Pour les avocat c’est pas la peine, nous savons bien qu’ils vendent leur conscience lorsqu’ils prêtent serment.[/quote]

    Aux dernières nouvelles, on ne la vend même pas. En tout cas, moi, on ne me l’a pas payée.

    [quote comment= »49116″]Toutes ces expériences sont effectivement très malheureuses pour ces pauvres petites grenouilles (transparentes ou non) que, j’imagine, les chercheurs (nippons ou autres) ne prennent aucun plaisir à faire souffrir et à sacrifier, mais c’est aussi à partir de ce type de recherches que la médecine progresse.[/quote]

    Le nippon est pervers. C’est un axiome. Regarde les mangas.

  • Vous allez peut-etre trouvez cela etrange, mais je trouve cet annonce represente un progres remarquable pour la science, l’humanite etc.

  • L’avantage, cependant, quand on ouvre la grenouillet, c’est qu’on peut tâter les organes. C’est important aussi, de tâter. ça permet de mieux prendre conscience de la chose, de sa forme…

  • [quote comment= »49132″]Vous allez peut-etre trouvez cela etrange, mais je trouve cet annonce represente un progres remarquable pour la science, l’humanite etc.[/quote]

    Certes, certes, je ne le conteste pas. C’est le déroulé de l’annonce qui m’a amusé. En lisant la dépêche, on se dit « ah, c’est pour éviter la vivsection » et au final, ben, c’est surtout pour pouvoir observer la progression du cancer. Je ne conteste pas que ces expérimentations soient malgré tout bien utiles, vous inquiétez pas.

Les commentaires sont fermés