Sarkozy et le "Mobile Vulgus"

J’ai entendu hier sur Europe 1 une électrice de Bayrou dire qu’elle penchait plutôt à droite mais qu’elle ne voterait pas Sarko par crainte de voir les banlieues exploser dès le soir du deuxième tour.

Cet argument me laisse pantois tant il sous-entend le peu de cas que l’on fait du choix des électeurs. Ainsi donc la démocratie devrait s’effacer devant le « mobile vulgus ».

« Mobile Vulgus » donne en anglais le mot « mob » : la foule incontrôlable, la populace. On dirait aujourd’hui les casseurs. La crainte de cette frange désignée par le substantif « mob » hanta les nuits de plus d’un Lord-Maire de Londres au XVIIIe siècle.

Pour des raisons légitimes ou farfelues, sur la foi de rumeurs plus ou moins fondées, voire totalement inventées, la populace se déchaîna souvent dans la capitale du Royaume-Uni.

Une année les autorités avaient essayé de taxer plus lourdement le gin afin de protéger les classes populaires de l’alcoolisme. La « mob » se mit en route soudainement, cassant tout sur son passage. Des dizaines de maisons furent saccagées, incendiées.

En l’absence de forces de police dignes de ce nom on fit intervenir les marins de la Navy et les régiments de dragons constitués de mercenaires étrangers. Leur action se révéla aussi néfaste que celle des casseurs.

Ces derniers récidivèrent souvent comme lorsqu’une rumeur (avérée) fit état de l’intention des directeurs de théâtres de supprimer le tarif réduit pour les spectateurs arrivant après l’entracte.

En quelques heures le quartier de Covent Garden fut transformé en un vaste champ de bataille. Les théâtres furent incendiés ou gravement endommagés. Certains émeutiers allèrent jusqu’à scier les piliers en bois qui soutenaient les balcons sans se rendre compte que leur chute allait les écraser…

Les débordements de la populace ne sont pas l’apanage de nos voisins d’Outre-Manche. Il s’en faut.

Combien y avait-il d’authentiques révolutionnaires et combien de casseurs dans les rues de Paris le 14 juillet 1789 ? Combien de pochardes, de poissardes, de prostituées se trouvaient parmi les femmes qui se rendirent à Versailles pour ramener le boulanger, la boulangère et le petit mitron ?

Plus près de nous on assiste vers la fin des années 50 à un spectacle ahurissant à Stockholm. Sans raison apparente des milliers de jeunes se livrent à une bataille rangée toute une nuit avec la police. Une seule explication sera livrée aux tribunaux : « on s’ennuyait ».

Au début des années 60 à Paris le traditionnel monôme du bac doit être interdit. Ce défilé bon enfant et cocasse qui clôt la dernière journée d’épreuves a fini par mal tourner. Des voitures ont été renversées, des vitrines brisées, des passants molestés. Un policier a été grièvement blessé.

On retrouve les casseurs en Mai 68. Ils abattent à la tronçonneuse les platanes du Boulevard St Michel. Surnommés les « katangais » ils occupent la Sorbonne qu’ils laissent dans un état indescriptible.

Le même phénomène se retrouve dans tous les pays du monde. Même derrière le rideau de fer on a du mal à venir à bout des « hooligans » dans les années 1970. A la même époque à New-York de jeunes voyous noirs s’en prennent aux commerçants et aux travailleurs sociaux juifs. Lors des émeutes raciales de Rochester puis plus tard à L.A on ne compte pas les pillages et destructions en tous genres.

Tout récemment à Copenhague, la fermeture d’une « maison des jeunes » déclencha une guérilla urbaine à laquelle la police danoise n’était pas du tout préparée.

L’explosion des banlieues n’a donc qu’un rapport bien lointain avec la personnalité de Sarkozy ou la politique du gouvernement.

Il y a toujours eu des casseurs. Sous Mitterrand ils avaient mis à sac le centre commercial de la gare Montparnasse. Tout récemment ils s’en sont pris aux lycéens. On les a vus à l’œuvre au milieu des manifestations contre le CPE.

Ils se déchaînent à Strasbourg chaque samedi soir.

Les casseurs ne sont ni de droite ni de gauche, ni blacks, ni blancs, ni beurs. Ils appartiennent à tous les milieux, à toutes les nations. Ils aiment casser, c’est tout.

Leur rage nihiliste inquiète d’autant plus les habitants des quartiers concernés qu’ils ne risquent pas de très lourdes sanctions.

A Rochester la police tirait sur les pillards. Heureusement nous n’en sommes pas là ici.

Il faudra tout de même se décider à punir plus sévèrement les individus qui lancent des cocktails molotov sur la police (la volonté homicide est évidente) ou qui brûlent des voitures. Quand on sait que très peu de peines de prison inférieures à un an sont exécutées on comprend le sentiment d’impunité qui les anime.

Je ne sais pas si Sarkozy a l’intention de ressortir la loi anti-casseurs, je ne sais pas si les voyous mettront les banlieues à feu et à sang le 6 mai au soir en cas d’élection du candidat de droite.

Ce qui est certain c’est que la crainte du « mobile vulgus » ne me fera pas renoncer à voter pour lui. Au contraire.

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

52 comments

  • Tu oublies tout de même un point fondamental, Dang : François Mitterrand faisait peur, il inquiétait. Sa personnalité n’est pas pour rien dans le saccage du centre commercial que tu évoques. Comme pour les émeutes de 1991 (là, c’était Rocard, surement).

    Cet argument traîne depuis quelque temps. Nouvelle façon pour les socialistes d’en appeler à autre chose qu’à la confrontation de projets pour influencer le vote des électeurs.

    On va finir par croire qu’ils en ont peur.

    On se souvient aussi de la curiosité malséante de ceux-là, et des journalistes lors de l' »anniversaire » des émeutes de 2005 : alors, ça va péter, ça va péter ? Ca pète pas ? Ooooh. Tant pis.

    Bref, dans l’hypothèse où les bandes de banlieue n’auraient pas eu cette idée eux-mêmes, voilà qu’elle leur est bien soufflée. C’est donc sous la menace que l’on veut faire voter Royal ? Quelle pitié…

    Tes illustrations historiques sont assez réjouissantes. De fait, ce phénomène a toujours exister, il existera toujours. Je ne crois pas que cela « pètera » mais si tel doit être le cas et bien, tant pis… Ce n’est pas ce qui dictera mon vote (au demeurant, 11 000 000 de français ont semble-t-il été assez insensibles à l’argument, dimanche dernier).

    Je ne suis d’ailleurs pas certain que les socialistes devraient trop jouer avec un tel argument. Généralement, agiter un risque d’insécurité bénéficie à la droite. Et la « chienlit » avait provoqué la plus belle des manifestations de soutien au général De Gaulle.

  • sarkosy et le mobile virgus….

    j’ai fait mai 68 et suis encore capable de me mobiliser, nous n’allons pas nous laisser faire, on est encore en Démocratie, eh oui, il y a encore des personnes bien pensantes et sensées qui ont participé par leur effort quotidien à la richesse de la France. alors, nos sacrifices n’ont servi à rien????? évidemment, on voudrait nous voir gâteux, privilégiés alors que,nous participons à la vie de la Nation.

  • Sarkozy n’est pas inquiétant.

    Ce qui est inquiétant, c’est que Ségolène Royal puisse tranquillement dire, dans ses discours, qu’il ne faut pas voter Sarkozy, parce que, sinon, il y aura des émeutes en banlieue.

    Et ce qui est encore plus inquiétant, c’est que personne ne réagit. Tout le monde trouve cela parfaitement normal, comme argument démocratique, le chantage à l’émeute.

  • Cher Moninajolly,

    Biensur que oui votre participation aux « évènements » de mai 68 à servit à quelque chose;

    Mai 68 à durablement tué toute possibilité de réforme en France, Mai 68 à durablement tué toute idée d’autorité en France, Mai 68 à durablement réduit à néant la qualité de l’éducation en France etc…

    Vos Sacrifices? je reve… Votre génération n’a sacrifié qu’une chose: l’Avenir des générations future!

    On est encore en démocratie effectivement c’est pourquoi on s’interdit de prétendre que l’un des candidats au deuxieme tour de l’élection Présidentiel empeche la tenue d’un débat de l’autre candidat lorsqu’on en a pas de preuve.

    La démocratie c’est le respect du suffrage exprimé, le respect du choix des electeurs, ce n’est pas la menace de greve (Besancenot) d’emeute (Drai) si son champion n’est pas élu!!

    Bon sang mais qu’attendent les socialistes pour tourner la page du collectivisme? Le rapprochement avec l’UDF est un pas en avant mais à la seule condition que dans le meme temps, le PS tourne officiellement et définitivement le dos aux Communistes, aux Trotskistes !! les non-démocrates, c’est eux! Partout ou leur idées ont été apppliquées la démocratie a disparu!

    Mai68ard, Réveillez vous!! Vous n’avez rien fait de bon pour ce pays, RIEN!

  • [quote comment= »17323″]les raisons d’un choix lisez c’est très argumentés : http://poly-tics.over-blog.com/%5B/quote%5D

    « Argumenté » ?…vous vous faites plaisir là. Je ne savais pas que la peur, la paranoïa, la désinformation (ex l’inné et l’acquis mais là ça devient lassant) pouvaient tenir lieu d’ argument.

    J’aurais choisi « démagogique, populiste ». Ou alors « convenu ». Ce qui est en réalité bien au dessus de ce que je pense de ton blog.

  • réponse à LUDOVIC

    navrée, je me suis battue pour la famille gaulliste à laquelle j’appartenais et à laquelle je suis toujours fidèle depuis 57. en 68 on savait ce qu’il allait se passer et on a décidé de passer à l’offensive. point d’angoisse; uniquement de la détermination malgré les propos de Mitterand. on allait la nuit à toutes les réunions, menacés physiquement mais, on n’ a jamais lâché et j’en suis fière… on a collé, distribué, peu dormi malgré le travail, la vie familiale, on en voulait et nous ne sommes pas encore disparus, la chienlit ne nous fait pas peur à nous cette pourrie de majorité silencieuse comme dirait certains. fidéles on a été fidèles nous resterons….

  • Effectivement Koz tu as entièrement raison. La diabolisation de Sarkozy est digne des plus belles pages du stalinisme qui malheureusement est encore relativement latent chez nous. Quant à la peur que les médias et certains politiques distillent à longueur d’antennes et de papiers, c’est non seulement indigne de la démocratie mais aussi de leur personne. La candidate socialiste n’ayant aucune des qualités requises pour le poste visé, ceci étant maintenant connu de tout le monde, le seul argument qui lui reste est d’instiller la peur de l’émeute ou la diabolisation de Sarko. Avec l’aide du perdant qui s’accroche comme un morpion … Bayrou. Si l’on devait avoir la peur d’un candidat ce serait plutôt de Ségolène Royal dont la vacuité des propositions, l’impréparation du personnage, l’intolérance , l’androphobie, la « bouletitude », j’en passe et des meilleures, devrait inciter les électeurs à réfléchir avant de déposer pour elle leur bulletin dans l’urne. C’est pour cela que SANS AUCUNE HÉSITATION je voterais le 6 mai pour Nicolas Sarkozy.

  • [quote comment= »17323″]les raisons d’un choix lisez c’est très argumentés : http://.over-blog.com/%5B/quote%5D

    Vous appelez ca argumenté? Ma fille de 8 mois argumente mieux que vous!

    [quote comment= »17337″]navrée, je me suis battue pour la famille gaulliste à laquelle j’appartenais et à laquelle je suis toujours fidèle depuis 57. en 68 on savait ce qu’il allait se passer et on a décidé de passer à l’offensive. …[/quote]

    Désolé, je n’avais pas compris que vous étiez de ce coté… Ceci dit, et pour ceux qui ne le saurait pas encore, je n’aime pas de Gaulle!

  • [quote post= »275″]Cet argument me laisse pantois tant il sous-entend le peu de cas que l’on fait du choix des électeurs. [/quote]

    C’est un argument étrange que le tien : elle explique les raisons de son choix. C’est une électrice il me semble. A toi de respecter son choix, comme elle respectera (j’imagine) celui qui sortira des urnes. En attendant, on lui demande son avis d’électrice lambda, elle le donne.

    Sarko donne probablement à tort à certains une impression d’agitateur sans scrupule et de provocateur. Mais s’il la donne (et malgré les 30% du premier tour), c’est de sa faute. Je n’étais pas loin de penser comme elle jusqu’à ce que je voie les résultats du premier tour. Un gars qui fait 30% ne peut pas être aussi impopulaire que je le croyais. N’empêche, sa personnalité ne laisse pas indifférent, on l’aime ou on l’exècre. Et ça je suis désolée mais c’est sa politique de communication. Personne ici n’a pris le petit déj avec lui, personne ne sait comment il est quand il est fatigué ou quand il est content. Alors on juge sur ce qu’on met à notre disposition : de l’image, du média. C’est un excellent politique, il sait se créer et gérer son image, et il sait très bien que les gens votent en fonction de ça.

    Si jamais N. Sarkozy perd ce sera à cause de ça. Mais si jamais il gagne ce sera à cause de ça aussi, or il est plus probable qu’il gagnera. Alors arrêtez de vous jouer les victimes. Ca ne marche pas.

  • Ludovic, votre commentaire perd un peu de sa raison d’être : j’ai supprimé le commentaire auquel ill faisait référence. Non seulement, il n’y avait guère d’argumentation (une grosse photo de Sarkozy surmontée d’un « menteur !!! » en sidebar, trop top) mais je supprime aussi les commentaires qui n’ont pour seul but que de donner le lien d’un site sarkozyste.

    Sinon, quiproquo amusant entre vous et moninajolly.

    Enfin, dernière chose : je ne sais pas si Burgonde répond au billet ou à mon commentaire, mais je reprécise au cas où que le billet est de Dang.

  • Par ailleurs, il faudrait voir à cesser de vous préoccuper de Bayrou. On a perdu. Youhou, réveillez-vous. C’est Royal que vous avez en face de vous.

    Si elle veut « débattre » avec Bayrou, ça la regarde, c’est son droit le plus strict d’utiliser son temps de parole à parler avec un vaincu. Et je ne vois pas au nom de quoi Bayrou refuserait. Elle se débrouille avec ses électeurs, débrouillez-vous avec les votres.

    Mais il faut cesser de prétendre que c’est anticonstitutionnel ou je ne sais quelle ânerie.

  • [quote comment= »17357″]Ludovic, votre commentaire perd un peu de sa raison d’être : j’ai supprimé le commentaire auquel ill faisait référence. Non seulement, il n’y avait guère d’argumentation (une grosse photo de Sarkozy surmontée d’un « menteur !!! » en sidebar, trop top) mais je supprime aussi les commentaires qui n’ont pour seul but que de donner le lien d’un site sarkozyste.

    Sinon, quiproquo amusant entre vous et moninajolly.

    Enfin, dernière chose : je ne sais pas si Burgonde répond au billet ou à mon commentaire, mais je reprécise au cas où que le billet est de Dang.[/quote] Effectivement le billet est de Dang, mais ta réponse me convient aussi. Mais ça ne change en rien mon analyse de la situation et l’approbation de ces deux textes, celui de Dang et le tien. Burgonde

  • [quote comment= »17361″] Mais il faut cesser de prétendre que c’est anticonstitutionnel ou je ne sais quelle ânerie.[/quote]

    Mais Lisette, qu’il fasse ce qu’il veut avec qui il veut, qu’il débatte aussi avec Besançenot et Bové dans la foulée! Mais s’il n’arrive pas à l’organiser, parce ce que les conditions d’une campagne de 2nd tour impose certaines contraintes aux médias, qu’il ne vienne pas nous expliquer que c’est la faute à Sarkozy!

  • On a le choix entre une personne qui ne semble pas avoir la carrure mais qui a a sa disposition une équipe qui a fait ses preuves, en bien ou en mal suivant la propre opinion de chacun, et une personne qui a des idées, un discour mobilisateur mais d’où tout provient et qui n’a pas laissé de trace probante dans sa pratique du pouvoir tant local que national. Le prochain mandat est vraiment un tournant. Malheur à celui qui ne répond pas aux grandes attentes des citoyens…

  • Je ne croyais pas que ce billet parlait du débat Royal / Bayrou, lisette. Peut-être peut-on évoquer d’autres sujets, dans ce billet-ci du moins ?

    Burgonde, c’était vraiment « à toutes fins utiles », du fait des confusions qui ont précédé, sous d’autres billets.

  • Au delà des casseurs, ce qui est inquiétant avec Sarkozy c’est les blocages qui vont apparaître à peine aura-t-il ouvert la bouche pour lancer une réforme. C’est injuste, mais tout le monde l’attend au tournant prêt à s’indigner au moindre mouvement de sa part. J’ai le sentiment que même avec une large majorité il ne pourra pas faire grand chose tant il y a de ressentiment. Il peut profiter de sa légitimité électorale pendant quoi… 6 mois ? Après c’est la rentrée et on sait ce qu’il s’est passé en 1995…

  • C’est vrai que certains font courir le bruit que si Sarkozy est élu, les banlieues vont s’emflammer le soir du 6 mai.

    Lu sur Agoravox (l’homme au chapeau)

    Si même cela était le cas, doit-on laisser influencer son vote par la peur que la racaille et les voyous cassent ou brûlent.

    Il est désolant de voir un certaine frange de la population délivrer des messages seulement basés sur la peur de l’autre, notamment des immigrés, tous les immigrés et loin s’en faut, ne sont pas des racailles et des voyous.

    Ceux qui, en général, provoquent les émeutes en banlieues sont toujours les mêmes, de petits caïds qui envoient leurs petits frères mineurs au casse pipe, car ils savent qu’ils ne risquent pas grand chose.

    Doit-on, pour avoir la paix dans ces endroits, voter Ségolène Royal, non, car cette paix serait toute relative, ce serait la paix pour les dealers, voleurs violeurs, incendiaires etc..etc…pas pour les honnêtes habitants, immigrés ou pas, de ces quartiers.

  • hum, exact Koz, désolée. J’ai focalisé sur le fait que Dang prenait l’exemple d’une bayrouiste. Je maintiens sur le fait que Sarko est responsable de son image, et que c’est un élément important de détermination du vote, dans la population.

    damocles : moyennement convainquant, mais je répondrai sous ton commentaire sur Veil, histoire de pas polluer.

  • [quote comment= »17370″]Au delà des casseurs, ce qui est inquiétant avec Sarkozy c’est les blocages qui vont apparaître à peine aura-t-il ouvert la bouche pour lancer une réforme. C’est injuste, mais tout le monde l’attend au tournant prêt à s’indigner au moindre mouvement de sa part. J’ai le sentiment que même avec une large majorité il ne pourra pas faire grand chose tant il y a de ressentiment. Il peut profiter de sa légitimité électorale pendant quoi… 6 mois ? Après c’est la rentrée et on sait ce qu’il s’est passé en 1995…[/quote]

    Trois choses :

    1. Je suis pantois devant les qualités stratégiques de Nicolas Sarkozy. Quand on se remémore toutes les critiques, toutes les attaques, tous les bâtons dans les roues, et qu’on voit où il est aujourd’hui… Bref, je pense que ce type a un sens politique exceptionnel. Ce que tu dis, il en a certainement conscience et je pense qu’il saura s’y prendre.

    2. On ne va tout de même pas choisir exprès quelqu’un qui ne fera rien d’impopulaire parce qu’une minorité de français voudrait imposer à une majorité (on est dans l’hypothèse dans laquelle Sarkozy est élu) sa propre volonté. Un jour ou l’autre, tant pis, il faut y aller.

    3. Tu verras, les critiques vont s’estomper. Comme pour De Gaulle et le coup d’Etat permanent, comme pour les chars soviétiques sur les champs-elysées en 81, comme pour Chirac le facho. La campagne cristallise, les gens s’excitent, s’énervent, on dramatise, on emploie les mots les plus durs mais, s’ils continueront à s’opposer, ça se calmera.

    Au final, tu constateras que, là aussi, l’argument de campagne utilisé n’est pas : votez pour Ségolène Royal et son projet, ils sont bons pour la France. Mais : bouh si vous votez Sarko, ça va être terrible, pouvez même pas imaginer. La grippe aviaire, à côté… On verra ce que décideront les français, mais ça me ferait ch… qu’ils se décident sur une peur millénariste.

  • Je vais vous dire mon sentiment, si jamais une des réformes de NS devait rencontrer une opposition dans la rue, je serais prêt à participer avec joie à une contre-manifestation pour montrer, si NS est élu, qu’il y a des gens qui espèrent ses réformes et que le pouvoir n’est pas dans la rue !

    J’ai connu les grèves de 1995, j’ai commencé à travailler cette année là. Pendant un mois, j’ai fait de l’auto-stop tous les jours entre porte de vincennes et porte de st cloud. Et j’en garde de bons souvenirs car les gens se parlaient et s’aidaient. Par contre je ne cautionnais nullement cette prise en otages des gens qui étaient obligés d’aller travailler et se tapaient plusieurs heures par jour en transports divers et variés.

    Si la situation devait se reproduire, je ne veux pas que le nouveau gouvernenement, démocratiquement élu, cède à une minorité de blocage, toujours la même !

  • Lisette a écrit : [quote post= »275″]C’est un argument étrange que le tien : elle explique les raisons de son choix. C’est une électrice il me semble. A toi de respecter son choix, comme elle respectera (j’imagine) celui qui sortira des urnes. En attendant, on lui demande son avis d’électrice lambda, elle le donne[/quote]

    Bien sûr que je respecte son choix. Ce que je déplore c’est qu’il est inspiré par la peur de la rue, peur entretenue par la gauche. Je pense que si on ne vote pas par crainte des casseurs la démocratie n’en sort pas grandie.

  • Pour une majorité silencieuse, je vous trouve bien bavards 😉

    (c’était juste un clin d’oeil à ce terme si bien marketé et ciselé de Sarko)

  • [quote comment= »17387″]Je vais vous dire mon sentiment, si jamais une des réformes de NS devait rencontrer une opposition dans la rue, je serais prêt à participer avec joie à une contre-manifestation pour montrer, si NS est élu, qu’il y a des gens qui espèrent ses réformes et que le pouvoir n’est pas dans la rue !

    J’ai connu les grèves de 1995, j’ai commencé à travailler cette année là. Pendant un mois, j’ai fait de l’auto-stop tous les jours entre porte de vincennes et porte de st cloud. Et j’en garde de bons souvenirs car les gens se parlaient et s’aidaient. Par contre je ne cautionnais nullement cette prise en otages des gens qui étaient obligés d’aller travailler et se tapaient plusieurs heures par jour en transports divers et variés.

    Si la situation devait se reproduire, je ne veux pas que le nouveau gouvernenement, démocratiquement élu, cède à une minorité de blocage, toujours la même ![/quote] BRAVO ET MERCI JE PRENDRAI MA CANNE(rires) ET MARCHERAI ENCORE POUR DEFENDRE LA DEMOCRATIE. OUI J’AI CONNU CELA AVANT VOUS,QUE DE MERVEILLEUX MOMENTS D’ENTRAIDE QUAND ON HABITE EN BANLIEUE…

  • Tu as raison de dire que ce genre de considérations ne doit absolument pas interférer. A ce compte, autant ne pas voter Sarkozy par crainte d’Al Qaëda. Et autant ne pas voter Royal pour la même raison… Tu as tort de considérer que la situation est comparable à certaines de celles que tu décris. Ici, les casseurs ont en plus un mobile, aussi inadmissible soit-il. Or, ce mobile peut ameuter, avec une probabilité que je ne m’amuserais pas à évaluer, tant cela me semble spéculatif. Dire les casseurs sont des casseurs ne règle pas le problème. Tu as, enfin, tort de faire boullir la marmite. Ne sois pas étonné si tu retrouves certaines de tes lignes détournées par de funestes agitateurs. Pour finir, j’ai vu une vidéo qui tourne en ce moment sur « la France d’après ». Et je dois dire qu’elle m’a déplu souverainement. Les mêmes qui encensaient Moore pour sa critique de la politique de la peur se réjouissent de voir la même chose faite contre Sarkozy. C’est douteux, même si Sarkozy n’est pas en reste dans le registre.

  • YES ! MOI AUSSI ! UNE FOIS POUR TOUTE IL FAUT MODERNISER NOTRE PAYS ET SI NOUS ÉLISONS NS IL FAUDRA LE SOUTENIR JUSQU’AU BOUT… MEME QUAND UNE CERTAINE MINORITE SERA DANS LES RUES NOUS Y SERONS POUR LEUR RAPPELER QUE C’EST LA VOLONTÉ DU PEUPLE. POINT.

  • Guifts, merci d’éviter les majuscules.

    SM > effectivement, Dang prend le risque (et moi avec) que ces lignes soient détournées. Mais franchement, cet « argument » est suffisamment colporté pur que globalement, tout le monde soit au courant. J’ai hésité à ce que l’on publie ce billet mais je me dis que l’inverse, ce serait faire l’autruche.

    Autant dire clairement ce que l’on en pense.

  • @Dang: « Ils se déchaînent à Strasbourg chaque samedi soir. »

    De quel Strasboug parlez-vous ? J’avoue ne pas passer tous mes week-ends au centre ville, mais, si l’on excepte le troupeau d’idiots en mal de reconnaissance médiatique qui s’occupe comme il peut à la Saint-Sylvestre, je ne pense pas qu’il y ait des scenes de pillages hebdomadaires, non ?

  • Je n’ai jamais manifesté de ma vie, et j’ai 48 ans… le 10 mai prochain! Le 10 mai 81 je les ai vu danser dans le métro et j’avais la molaire… J’ai toujours respecté le verdict des urnes : c’est çà la démocratie… Et c’est pas d’invectiver ses adversaires à la chambre (comme on l’a entendu en 81!) en disant : « vous avez tort car vous êtes minoritaires »! Authentique! Et si Sarko perd (je croise les doigts!), je l’accepterai, peut-être avec encore plus d’amertume qu’alors, mais je l’accepterai! Et il faudra qu’il reste pour poursuivre le combat et qu’il ne se décourage pas comme le premier trotskiste venu (suivez mon regard!)… Mais si il gagne et que j’entends des bêtises comme la désobeissance citoyenne ou autre alors oui, je descendrai aussi dans la rue, pacifiquement et sans haine, mais déterminé. Comme le peuple français est descendu dans la rue après la grande récré de 68 pour dire : c’est fini! Les minorités agissantes ont la plupart du temps le dessus sur les majorités silencieuses, sauf certains cas exceptionnels…. Et ce sera le cas!

  • Globalement d’accord.

    Peut-être l’analyse est-elle hâtive entre ce que l’on appelle les « casseurs » et ce que l’on pourrait appeller les « révolutionnaires violents ». Les raisons de l’action ne sont pas les mêmes, même si les résultats sons similaires.

    Ainsi, concernant la prise de la Bastille le 14 juillet 1789.

    Contrairement aux idées reçues, l’idée des « révolutionnaires » n’étaient pas d’investir la prison et encore moins d’assassiner monsieur de Launay, le gouverneur si mes souvenirs sont exacts. Ils voulaient de la poudre.

    Contrairement à d’autres idées reçues, les 661 insurgés (reconnus comme tels et décorés pour cela) étaient, assez étonnamment, représentatifs de la populations parisienne : ouvriers, artisans, bourgeois et même quelques militaires, se trouvaient dans le lot.

    En revanche, il est vrai que tout a basculé dans la sauvagerie (même Gracchus Baboeuf, révolutionnaire radical était choqué par la relation des faits) lorsque monsieur de Launay s’est physiquement opposé aux révolutionnaires.

    Il fut transpercé de coups de baïonnettes, éventré avec un pistolet puis égorgé par je-ne-sais-plus-qui (un boucher je crois) avant que sa tête ne termine sur une pique.

    Pour en revenir à ta note, la question de l’arrivée de Sarkozy au pouvoir me fait justement penser à celle (toute proportion gardée) de Napoléon après les errements et les violences révolutionnaires.

    En l’occurrence, si quelqu’un a peur de la « mobile vulgus » en élisant Sarkozy, c’est que justement celle-ci est déjà en germe ; et que face à un tel phénomène, ce n’est pas fuir qu’il faut : c’est réagir. Celui-ci qui ne vote pas Sarkozy en croyant se préserver des désordres fait sans doute un calcul hasardeux qui rend, au fond, service aux brutes.

    Mais ce n’est pas parce que Sarkozy peut réprimer, que Royal serait innefficace aussi. Pas si simple. Je crois que de toute façon l’époque, au-delà des politiques, acceptera de moins en moins la casse.

  • [quote comment= »17492″]Je n’ai jamais manifesté de ma vie, et j’ai 48 ans… le 10 mai prochain! Le 10 mai 81 je les ai vu danser dans le métro et j’avais la molaire… J’ai toujours respecté le verdict des urnes : c’est çà la démocratie… Et c’est pas d’invectiver ses adversaires à la chambre (comme on l’a entendu en 81!) en disant : « vous avez tort car vous êtes minoritaires »! Authentique! Et si Sarko perd (je croise les doigts!), je l’accepterai, peut-être avec encore plus d’amertume qu’alors, mais je l’accepterai! Et il faudra qu’il reste pour poursuivre le combat et qu’il ne se décourage pas comme le premier trotskiste venu (suivez mon regard!)… Mais si il gagne et que j’entends des bêtises comme la désobeissance citoyenne ou autre alors oui, je descendrai aussi dans la rue, pacifiquement et sans haine, mais déterminé. Comme le peuple français est descendu dans la rue après la grande récré de 68 pour dire : c’est fini! Les minorités agissantes ont la plupart du temps le dessus sur les majorités silencieuses, sauf certains cas exceptionnels…. Et ce sera le cas![/quote] merci pour votre billet je pense comme je l’ai dit plus haut que notre génération d’avant-guerre a beaucoup lutté pour permettre à la démocratie d’exister quelque soit le choix des urnes… je l’ai toujours respecté mais demande si jamais Sarkosy est élu qu’il en soit de même et dans un souci d’apaisement m’abstiendrai de tout commentaire concernant Mr Bayrou à l’exception d’un seul fait que vous pourrez aisementvérifier. il a entraîné plusieurs personnes dont Mmme Weil et Sarkosy en 1995 dans la campagne Balladurienne pour mieux les laisser tomber au 2eme tour, il a tout gagné à l’epoque en raliant Chirac tandis que Nicolas faisait sa traversée du désert.. alors? comment croire cet homme????

  • moi le mot UTILE ne me plaisait déjà pas beaucoup car depuis les philosophes grecs il est opposé à honnête mais je commence à comprendre les raisons idéoligiques et historiques de ce terme anti-démocratique que les anti-tout n’arrête pas de scander en phase avec Mlle S2haine qui rappe ce mot en boucle.

    Un bref rappel historique sur le sens du mot utile vu par la gauche

    http://en.wikipedia.org/wiki/Useful_idiot

    on comprend bien mieux la portée et l’ampleur du report des voix communistes sur Mlle RoSe après cette petite analyse.

    Amis centristes c’est aussi pour vous…

  • Ils parlent de tolérence et ils promettent des émeutes si N.Sarkozy est élu.

    Ils parlent de respect et justifient les comportements des casseurs.

    Ils parlent de démocratie et insultent et refusent les choix des électeurs du candidat concurrent du leur.

    Ils parlent de république et ils se comportent comme des anarchistes.

    Les socialistes, les communistes, les révolutionnaires et autres antimondialistes sont des intolérants, irrespecteux, antidémocrate et contre la république.

    Ils sont dangereux. Tout en hurlant exactement cette crainte à l’égard de N.Sarokozy, ils se comportent comme les plus insupportables supporter de la dictature.

    Dimanche à Bercy 14h N.Sarkozy veut organiser le plus grand rassemblement de la campagne.

    Et pourquoi pas un record ? Il faut remplir la salle, le parvis et tout le quartier …

    Pour le moment, c’est ça la meilleur façon de manifester notre soutien.

  • L’argument des émeutes on l’a beaucoup entendu. Qu’on en soit rendu à ce qu’une poignée de délinquants décident du sort de la France ça me fait sérieusement chier et après ça on agite fièrement l’étendard de la démocratie ?!

    Plutôt que de faire du chantage à l’émeute et d’attiser les peurs, ils feraient bien mieux de s’occuper à recoller les morceaux.

  • [quote comment= »17596″]Ils parlent de tolérence et ils promettent des émeutes si N.Sarkozy est élu.

    Ils parlent de respect et justifient les comportements des casseurs.

    Ils parlent de démocratie et insultent et refusent les choix des électeurs du candidat concurrent du leur.

    Ils parlent de république et ils se comportent comme des anarchistes.

    Les socialistes, les communistes, les révolutionnaires et autres antimondialistes sont des intolérants, irrespecteux, antidémocrate et contre la république.

    Ils sont dangereux. Tout en hurlant exactement cette crainte à l’égard de N.Sarokozy, ils se comportent comme les plus insupportables supporter de la dictature.

    Dimanche à Bercy 14h N.Sarkozy veut organiser le plus grand rassemblement de la campagne.

    Et pourquoi pas un record ? Il faut remplir la salle, le parvis et tout le quartier …

    Pour le moment, c’est ça la meilleur façon de manifester notre soutien.[/quote] pour ceux qui ne pourront se déplacer, pourquoi pas des pancartes de nos régions pour rappeler notre présence dans l’absence. ce n’est pas difficile à faire et ce serait que du bonheur que de pouvoir voir que nous continuons à le soutenir… merci de voir si vous pouvez faire quelque chose.

  • Les banlieues n’ont à voir qu’avec la diabolisation qu’en fait madame Royal , qui appelle elle même à l’émeute dans ses discours de haine anti Sarko . Les françaises et les Français apprécieront le procédé . Mais l’expérience montre que lorsqu’on arrête une dizaine de dealers ou de voyous , les choses entrent d’elles même dans l’ordre .

    Ce n’est certainement pas en allant fleurir la tombe de délinquants comme le fait madame Royal , ou en régularisant 1000 000 de sans papiers pour mieux asseoir une éventuelle réelection en 2012 ( si cette dernière était élue en 2007 ) , que sera résolu le problème des violences urbaines , au contraire .

    La fermeté , mais aussi la justice doivent prévaloir …sinon c’est accepter de laisser la France sombrer dans la délinquance et le traffic . C’est laisser se développer des zones de non droit…c’est enfin prendre le risque avec madame Royal , bien réel celui là , de s’aventurer sur un chemin miné , et sans retour !

    C’est abandonner nos citoyens vivant dans ces banlieues , et réellement soucieux de leur avenir , aux mains des chefs de bandes , ce qui est indigne d’une République démocratique telle que la notre , et dont madame Royal ne partage pas les valeurs .

    Non , Sarkozy ne doit pas vous faire peur , le danger , le vrai , c’est la grande braderie annoncée par la candidate , et de nos valeurs Républicaines , et de nos intérêts de citoyens , et de notre sécurité .

    Le 6 mai , nous aurons à faire le choix d’un vote responsable . Nous aurons l’avenir pour lequel nous aurons voté .

  • koz, je ne peux m’empêcher de réagir. Vous avez écrit:

    « Les débordements de la populace ne sont pas l’apanage de nos voisins d’Outre-Manche. Il s’en faut. »

    « Combien de pochardes, de poissardes, de prostituées se trouvaient parmi les femmes qui se rendirent à Versailles pour ramener le boulanger, la boulangère et le petit mitron ?

    Votre choix des termes (« populace », « poissardes », « prostituées ») est sidérant de mépris. Mais dans quel monde vivez-vous, koz? Pensez-vous réellement que l’on peut analyser les problèmes, réels, d' »émeutes » et de « guérilla urbaine » en opposant d’un côté une honnête et travailleuse majorité silencieuse, et de l’autre, une « populace » constituée de « voyous (noirs) », des « poissardes » et j’en passe? Votre relecture des mouvements de révolte populaires en omet les causes profondes:

    1. La Révolution française a été déclenchée par la famine et la pauvreté. Ne l’oublions pas. Et votre analyse de la Révolution est fort curieuse: la regretteriez-vous, au fond, cette révolution?

    2. Les émeutes urbaines aux Etats-Unis sont le fait d’une politique ouvertement raciale et discriminatoire. Ou pensez-vous sérieusement que les ghettos se sont constitués tout seuls?

    3. Mai 68 a été une révolte à la fois ouvrière et estudiantine, les premiers se soulevant contre leurs conditions de travail, les autres contre l’ordre moral en vigueur. Je rappelle quand même, pour ceux qui ne s’en souviennent plus, qu’à l’époque la contraception, le concubinage, l’homosexualité, l’avortement étaient considérées comme des atteintes profondes à la morale. Si c’est réellement ce que vous pensez, alors autant le dire ouvertement.

    4. Oui, les émeutes dans les banlieues en 2005 sont le fruit du chômage, de la répression policière et de la discrimination au quotidien (difficultés à trouver un travail, un logement, contrôles d’identité au quotidien). En ce sens, il y a bien un lien à faire entre la personne de Nicolas Sarkozy et des émeutes éventuelles, car Nicolas Sarkozy ne semble pas vouloir revenir sur cette politique, bien au contraire.

    5. Votre analyse rejoint au fond celle de ceux qui, après le drame de Virginia Tech, ont eu pour seule idée celle d’équiper tous les étudiants en armes à feu… Est-ce réellement ce monde-là que vous voulez, koz? Un monde ou tous se baladent avec un flingue à la ceinture, en crevant de trouille à chaque rencontre?

    6. Vous oubliez tout simplement de poser une question fondamentale: pourquoi, alors que tous les individus naissent égaux, les uns deviennent-ils des « voyous », des « prostituées », de la « populace », des « poissardes », des « casseurs », et d’autres non? Pourquoi de plus en plus d’enfants deviennent-ils des voyous? Pourquoi la part de population carcérale est-elle en augmentation régulière dans notre société (et ce n’est pas prêt de s’arrêter)? Pourquoi la violence est-elle de plus en plus présente? Et tout cela, alors même que nous sommes le pays d’Europe qui a, tenez-vous bien, le plus fort taux de policiers par habitant? Est-ce que cela pourrait dire que le creusement des inégalités et la croissance des moyens de répression est en lien direct avec l’augmentation des violences? Oh non, quelle idée folle et absurde, n’est-ce pas, koz! Tout le monde, et Nicolas Sarkozy en premier, sait SI BIEN que les moyens qu’il propose sont les SEULS pour mettre fin aux violences. Il le sait tellement bien que la publication du rapport sur la délinquance qu’il avait demandé en tant que ministre de l’Intérieur, et qui devait paraître dans l’entre-deux tours, a été repoussée aux calendes grecques!

    7. (c’est méchant, mais je ne peux pas m’empêcher) Votre carte du FN, vous la prenez quand?

  • Christine. Je vais vous répondre à propos du point 3 que je crois connaître un peu plus que les autres… Mai 68 n’a JAMAIS été une révolte ouvrière!!! Historiquement, les partis de gauche ont systématiquement condamnés au début dumoins, les jeunes petit-bourgeois qui descendaient dans la rue… Après avoir compris ce qu’il se passait, les mêmes partis de gauche (PC en tête) ont essayé de récupérer le mouvement… les forces de progrès étaient un peu à la traîne… Pour le point 6 : les individus ne naissent pas égaux! C’est un mensonge socialiste qui veut faire croire que tout le monde il est beau tout le monde il est gentil… Les individus naissent égaux en DROITS!!! C’est une énorme différence! NS ajoute simplement qu’ils naissent aussi égaux en devoirs (c’est effectivement dommage d’avoir à le rappeller, la simple responsabilité individuelle devrait suffire!). Je suis désolé de vous le dire, mais il existe des méchants et des pas bons qui ne sont pas forcément dans les banlieues d’ailleurs. Et allez, même un peu plus loin, chacun de nous a un peu de méchant de raciste et de xénophobe… Pas trop dur à avaler ? Elle est pas belle la vie ? Pour aller au fond des choses, il y a eu une démission totale des parents, du système éducatif et du système associatif vis à vis des jeunes. Il faut les aimer! Mais sans complaisance… Et pour les éduquer à devenir des femmes et des hommes responsables, il faut passer du temps avec eux! Et pas les laisser liver à eux-mêmes, c’est là qu’est le problème! Je sais pas pour Koz (mais je suis pas inquièt), pour ma part je ne prendrai jamais la carte du FN! L’homme n’est pas foncièrement bon, hélas comme pouvais le croire JJ Rousseau (fustigé d’ailleurs à l’époque par Voltaire, un vrai humaniste à ne pas confondre avec socialiste!) et malgré toute leur bonne volonté, les socialistes ne pourront pas en faire un être parfait! Quand ils auront compris çà, ils redeviendront peut-être aussi des humanistes. A la prochaine.

  • @vétéran Mai 68. Faux, il y a bien eu un vaste mouvement ouvrier. Le fait que la révolte ouvrière ait été parasitée et récupérée par la révolte estudiantine (qui était effectivement « petite-bourgeoise », comme la Révolution française d’ailleurs, vous avez raison de le souligner) est une autre affaire.

    Point 6. Votre remarque montre que vous n’avez pas compris la question que j’ai soulevée. Il n’est pas question de dire que « tout le monde il est beau et tout le monde il est gentil » (qui dit ça, d’ailleurs? Personne!). Mais de s’interroger sur les raisons collectives, et pas seulement individuelles qui mènent à la violence. Et, en conséquence, de s’interroger sur les raisons sociales qui font que la part de violence est collectivement plus grande dans la population défavorisée que chez les autres d’une part, et pourquoi l’augmentation de la violence et celle de la répression suivent des courbes parallèles, et non inversées comme cela devrait être le cas si la logique du « tout sur la répression » fonctionnait réellement. Ce qui ouvre quand même sur des réponses et des solutions plus nuancées, et beaucoup plus intéressantes que « il y a des méchants, c’est comme ça et il n’y a rien à faire ».

    Totalement d’accord avec ce que vous dites par la suite. Il faut lier étroitement « sanction » et « éducation », le tout sans aucune complaisance. Question bête: laquelle des deux candidats propose cela? (et autre question bête: quel est le gouvernement, déjà, qui a drastiquement réduit les budgets du système associatif et éducatif? Et quel est le candidat qui propose de les réduire encore plus?)

    L’homme n’est pas foncièrement bon? Evidemment! Il n’est pas non plus foncièrement mauvais, comme vous semblez le suggérer. « Bon » et « mauvais » sont des concepts très relatifs. Je dirais plutôt que nous sommes tous dans une espèce d’incertitude ou nous essayons de concilier au mieux nos égoïsmes et nos intérêts avec ceux des autres. Pas grand chose à voir avec la bonté, ou la méchanceté.

    Le coup de la carte du FN à koz était une pique un peu méchante, mais la vérité est que les idées développées dans son billet m’ont fait penser aux discours développés au sein d’une droite très dure… et très extrême.

  • Et je viens de m’apercevoir que le billet était rédigé par dang… Toutes mes excuses à koz.

    Je rectifie donc: mon commentaire s’adresse bien à dang, et non à koz (et ça me rassure, je commençais à vraiment m’étonner. Ca m’apprendra à me lancer dans des diatribes enflammées sans faire attention).

  • Chère Christine. D’abord merci de représenter enfin dignement des idées et non une image d’Epinal (elle a fait peur à personne SR lors de son discours au soir du 22?)! Et merci aussi de respecter le candidat que j’ai choisi et non de le diaboliser. Je persiste! Bien qu’on ne puisse nier l’ampleur du mouvement ouvrier, il est bel et bien apparu en récupération des grèves étudiantes… Passons. L’éducation n’est pas un problème de budget! Il faut un minimum de moyens donnés aux professionnles de l’éductation, bien sûr, mais il faut un consensus général parents, enseignants, éducateurs et … citoyens pour prendre le temps d’éduquer (je n’étais pas contre le fait de demander aux enseignants de passer un temps minimum (à déterminer) au collège ou au lycée). Le problème ne date pas d’aujourd’hui… c’est un problème d’évolution de société (mai 68 ?!): la maturité plus précoce des jeunes, l’accession des femmes (des mères) au travail, l’intégration de générations d’immigrés n’ont pas été pris en compte à l’aune de leur importance. C’est une richesse pour un pays. Mais les enfants et petits enfants d’immigrés peuvent tourner à la « racaille » si ils sont laissés en « jachère » et ne sont pas EDUQUES « correctement » (non non, je n’ai pas adhéré au PC chinois), c’est à dire en futures femmes et hommes responsables! On ne doit bien sûr pas jeter la pierre à leurs parents… Je ne sais pas si on doit parler de génération perdue… Mais il faut s’occuper en priorité de celle qui peut encore être éduquée et « récupérer » ce qui est récupérable de l’autre. Gauche et droite sont aussi responsables dans ce gachis. Pour ce que j’en crois, NS propose des mesures concrètes dans ce domaine, où il replace d’ailleurs l’église au millieu du village, en disant que la repression est un volet de l’éducation, comme la prévention. Je ne trouve pas ce programme brutal mais objectif, par contre je trouve SR trop « bienveillante » et « complaisante » à l’adresse des jeunes. Et quand elle a une bonne idée (voir plus haut) c’est de suite démenti par son état major ou le PS! Elle se dit une femme libre. Aujourd’hui ce n’est pas le cas et il faut espérer qu’elle le sera si elle est élue. Il faut aider fortement les jeunes, mais non les assister ou les considérer maternellement… SR a été ministre déléguée en matière d’éducation, allez voir ce qu’en pense ses propres collaborateurs et son ministre de tutelle de l’époque (http://www.paslesroyal.com/spip.php?article143). Et je serai intéressé de savoir où ses enfants ont effectué leur scolarité… comme çà, un caprice! Je ne pense pas être rétrograde, ni même conservateur, au contraire… Les conservateurs ne sont-ils pas les Besancenot et autres Buffet qui chantent l’internationale le poing levé, en s’arcqueboutant sur des privilèges d’un autre temps, et en méprisant le petit plombier polonais ou l’ouvrière chinoise ? Ils sont pourtant des peut-être futurs alliés à une nouvelle et plus large majorité plurielle… Les moeurs ont évolué, je pense que NS a bien pris ce fait en compte dans son programme. Il dit des vérités qui dérangent les pseudos « forces de progrès » qui sont devenus les vrais conservateurs! Je ne suis pas raciste (mon chien est noir!)… C’est pas vrai, j’ai même pas de chien … et j’ai jamais tué de chats (même ceux qui sentaient pas bon). Je diverge un peu, avec l’ami Brel… que j’écoute en écrivant ces qq lignes (« Ces gens là! »). Je vais donc m’arrêter là pour aujourd’hui et attendre avec délectation le (vrai) débat qui nous attend. Mes meilleurs respects à Christine, parce que je le pense sincèrement et… parce qu’elle le vaut bien (pub!).

  • @Christine :

    Merci d’avoir finalement vu que c’était moi (Dang) et non pas Koz l’auteur de ce billet. C’est donc bien à moi que s’adresse votre diatribe que je voudrais reprendre point par point. Pour ce qui est de la présence des pochardes et des prostituées dans le cortège des femmes qui allèrent chercher le roi à Versailles, c’est avéré.J’ai même omis de parler d’hommes déguisés en femmes. Tous les historiens sérieux reconnaissent que ce n’était pas un cortège spontané d’honnêtes femmes mais un ramassis de femmes de mauvaise vie et d’agitateurs en tous genres des deux sexes.

    1) vous insinuez que je regrette la révolution. Oui je regrette les excès de la révolution. Je regrette le lynchage de M. de Launay décrit ci-dessus par Laurent Javault. Je regrette la terreur. Je regrette surtout la confiscation du pouvoir par les élites bourgeoises qui ne laissèrent que des miettes au peuple. Vous donnez comme cause de la révolution la famine et la pauvreté. C’est une vision courte, dépassée, romanesque et totalement erronée. Pour un peu vous me diriez que le peuple a trouvé 300 prisonniers à la Bastille. Les causes furent multiples. La famine fut un élément déclencheur, parmi d’autres. Les causes véritables sont plutôt à rechercher dans les frustrations de la bourgeoisie et l’attitude figée des magistrats formant les parlements. Vous aurez en tout cas du mal à prouver que c’est le petit peuple qui a pris le pouvoir. 2) je n’ai jamais fait allusion aux causes des émeutes raciales aux USA. J’ai simplement noté que les casseurs s’en étaient donné à coeur joie. 3) comment pouvez-vous affirmer qu’il n’y avait que des étudiants ou des ouvriers en mai 68? Toutes les études montrent la présence de casseurs n’ayant rien à voir avec le mouvement. Vous n’avez donc jamais entendu parler des « katangais » de la Sorbonne? La rue est même, au début du mouvement, largement investie par l’extrême-droite qui se mêle aux « enragés » pour déstabiliser De Gaulle, tous les travaux récents le montrent. Quant à dire que mai 68 fut autant une révolte ouvrière qu’étudiante, Vétéran vous a répondu là-dessus. J’abonde dans son sens et je redis avec force que c’est totalement inexact. Reprenez simplement les éphémérides des événements et vous comprendrez que les deux mouvements n’ont rien à voir l’un avec l’autre. 4) pour vous les émeutes dans les banlieues sont une conséquence du chômage. L’explication est faible. Il n’y a pas eu des centaines de milliers de jeunes dans la rue. Quelques milliers tout au plus et pour la plupart des voyous, des casseurs sans grande conscience sociale. Pourriez-vous affirmer que les jeunes qui ont dépouillé d’autres jeunes (ou qui les ont frappé) lors des manifs contre le CPE étaient de pauvres chômeurs en mal de reconnaissance? Pour moi c’était des voyous. 5) votre argument sur le drame du Virginia Tech est tellement outré qu’il en est insignifiant. 6) Vous ne m’avez pas bien lu. Je dis que les casseurs appartiennent à tous les milieux, à toutes les nations. J’ai déjà vu des casseurs à Neuilly : un chahut de lendemain de bac se transforma en une mini-émeute avec intervention de la police, vitrines cassées, commerces saccagés etc… Je le répète, les auteurs étaient des représentants de la bonne société de Neuilly. Nombre de casseurs arrêtés sont des gens qui ne sont pas au chômage. Relisez les rapports de police. A force de donner dans l’angélisme vous perdez toute crédibilité, mais je ne doute pas un seul instant de votre sincérité et de la noblesse des sentiments qui vous animent. Je déplore seulement votre aveuglement idéologique. 7) l’insulte suprême qui consiste à me parler de carte du FN n’est même pas méchante, elle est grotesque. J’entendais me situer à un meilleur niveau de discussion.

  • Laurent Javault a écrit : [quote post= »275″]Je crois que de toute façon l’époque, au-delà des politiques, acceptera de moins en moins la casse.[/quote] Tout à fait d’accord avec toi.

  • [quote post= »275″]De quel Strasboug parlez-vous ? J’avoue ne pas passer tous mes week-ends au centre ville, mais, si l’on excepte le troupeau d’idiots en mal de reconnaissance médiatique qui s’occupe comme il peut à la Saint-Sylvestre, je ne pense pas qu’il y ait des scenes de pillages hebdomadaires, non ?[/quote]

    Les rapports de police indiquent que des voitures sont incendiées tous les week-ends à Strasbourg, comme dans toutes les grandes villes françaises d’ailleurs. C’est à cela que je faisais allusion. J’aurais pu écrire Marseille à la place de Strasbourg. Simplement ces débordements réguliers dans une ville aussi calme et disciplinée que Strasbourg illustrent mon propos, à savoir que les casseurs sont partout.

  • [quote comment= »18671″]Pour ce qui est de la présence des pochardes et des prostituées dans le cortège des femmes qui allèrent chercher le roi à Versailles, c’est avéré.J’ai même omis de parler d’hommes déguisés en femmes. Tous les historiens sérieux reconnaissent que ce n’était pas un cortège spontané d’honnêtes femmes mais un ramassis de femmes de mauvaise vie et d’agitateurs en tous genres des deux sexes.[/quote]

    Mince alors, j’avais décidé il y a 2 mois de commencer à combler mon inculture crasse en Histoire, et lu « La Révolution française » de Jean-Paul Bertaud, qui ne présente pas cette marche sous cet angle. Afin d’avoir un autre éclairage sur cette période, quel ouvrage conseilleriez-vous ?

  • @HipHop : désolé HipHop, je suis en vacances et je n’ai pas accès à ma bibliothèque. Mes sources viennent entre autres d’ouvrages américains qui ont voulu s’écarter de la description faite par Maillard qui, étant partie prenante, n’est pas un témoin impartial. Je ne connais pas le livre de Bertaud mais de mémoire je crois que Petitfils fait allusion aux femmes de mauvaise vie du 6 octobre. Wikipédia en langue anglaise les décrit ainsi : « a angry mob of burly knife-wielding fishwives and their husbands », ce qui est assez loin de la description « image d’Epinal » de Maillard.

  • @HipHop : sur les causes de la révolution et les blocages de la fin de l’ancien régime, je trouve le « Louis XVI » de J.Ch. Petitfils très bien. Ni hagiographe ni procureur, il fait une synthèse très nuancée.

  • Pingback: » Sanity Check

Les commentaires sont fermés