People

Oui, je fais dans le people mais je ne résiste pas. C’est vrai qu’elle est belle et que ça les emmerde. Ceux qui l’écoutaient hier quand elle soutenait Royal disent aujourd’hui qu’elle n’a pas de voix. Mais elle feule. Gracile.

Pendant quelques heures, « ça » va tourner autour de L’interview. La première de la nouvelle Première Dame, dans un contexte difficile.

Parce qu’elle est plutôt bonne, l’interview, c’est sur cette phrase choc que se concentreront les réactions, à propos du Nouvel Observateur :

Si ce genre de sites avait existé pendant la guerre, qu’en aurait-il été des dénonciations de juifs ?

Le Directeur de la Rédaction du Nouvel Obs a qualifié cette phrase de « parfaitement hallucinante, assez incroyable et pathétique« , au final, de « parfaitement imbécile« .

Carla Bruni-Sarkozy s’est excusée.

L’Express me consacre une longue interview, au cours de laquelle j’ai comparé, à tort, les méthodes employées dans les sites Internet avec celles employées par la presse collaborationiste. Si j’ai pu blesser quelqu’un, j’en suis extrêmement désolée. J’ai juste voulu dire tout le mal que je pense de ces attaques ad hominem, qui dégradent l’information. Et le danger potentiel qu’elles représentent

Pourtant, elle l’a voulu, cette phrase. Et Michel Labro a plutôt raison. Cette phrase est assez pathétique. Mais, tout de même…

Et d’une, vous me permettrez de penser qu’effectivement, si le Net avait existé, la dénonciation des juifs aurait certainement pris une autre ampleur. Ce n’est pas à une italienne que l’on apprendra qu’une publication de près de 200 noms de professeurs juifs en Italie a scandalisé le pays entier la semaine dernière.

Et de deux : on ne se sépare pas du jour au lendemain des réflexes crétins de la gauche politiquement correcte. Carla Bruni en a été le compagnon de route, il est normal qu’il lui en reste quelques séquelles, comme les renvois déplacés à la collaboration et à Pétain. C’est un autre effet de l’ouverture, qui ne peut non plus opérer un tri trop terriblement drastique. Cela s’estompera probablement, au contact d’un homme dont elle dit qu’elle a « découvert sa souplesse d’esprit, qui vient peut-être du fait qu’il est sûr de son identité, de ses valeurs. C’est pourquoi il est capable de changer d’avis. Moins on sait qui on est, plus on est dogmatique et sectaire » ce que, faute de le connaître, je pense probable.

*

Elle dit d’autres choses, qui montrent une certaine capacité à reconnaître ses torts, comme pour cette image de son fils, se cachant le visage, dont je n’avais même pas eu connaissance, une lucidité sur le système médiatique, qu’elle fréquente depuis suffisamment longtemps, et une certaine humilité sur les questions politiques.

Sur ce dernier point, je fais référence à cette réponse :

Y a-t-il des figures politiques que vous admirez ? Je ne connais pas assez ce sujet pour dire autre chose que des évidences: Charles de Gaulle pour son action pendant la guerre, François Mitterrand pour avoir supprimé la peine de mort, Winston Churchill pour son courage et son humour, Kennedy…

A la ligne qui suit, elle évoque tout de même « l’agapê des hommes politiques », ce qui n’est pas à la portée du premier mannequin venu. Mais elle a raison, elle énonce des évidences. Au moins, à la différence de certains, elle en est consciente.

Sur le système médiatique…

J’imaginais bien qu’en politique il n’y aurait plus aucune mesure, mais je croyais que cet univers était respecté. Or, il est logé à la même enseigne que celui du spectacle. La politique suscite des pulsions primitives, alors que l’art et l’image déclenchent des pulsions plus subtiles, plus raffinées, plus civilisées.

Reste aussi ce propos, sur lequel certains voudront disserter, concernant la discrétion de leur mariage. Pourquoi cette discrétion ?

Parce que tout ce qui n’est pas caché est considéré comme « mis en scène ». J’avais envie d’épouser l’homme que j’aime au moment que nous avions choisi. Peu importe le décorum, ce fut un vrai mariage, un mariage à nous. Nous nous sommes dit oui, tout était ensoleillé. Le lendemain, nous avons hésité à sortir à cause des photographes, mais il faisait beau… Mon voyage de noces fut une promenade de vingt minutes dans le parc du château de Versailles… Merveilleux voyage de noces tout de même.

J’aime assez l’habileté de cette réponse, et l’amertume qu’elle exprime. Je ne sais pas s’ils ont effectivement hésité ou non à sortir à cause des photographes. Ce que j’imagine, c’est que, quel que soit l’endroit choisi, ils auraient été entourés d’une nuée d’objectifs. En l’occurrence, ils se sont promenés 20 minutes dans le parc du château de Versailles, et certains ont crié au scandale…

Billets à peu près similaires

110 comments

  • Oui elle est très belle ! (sauf la 1ere photo un peu masque de cire) Je ne comprends pas ce qu’elle veut dire quand elle dit « comme je suis fière d’avoir épousé Nicolas ». que l’on soit fière de son mari, je le comprends cela va dans le sens d’admirer. Mais fière de soi parce que on a épousé quelqu’un ? on a l’impression qu’elle s’est dépassée pour obtenir cela, qu’elle a fait quelque chose d’extraordinaire. Or elle parle dans cet interview de manière tres touchante de son immédiateté, de l’évidence de sa relation avec NS. Je ne vois pas en quoi alors on peut alors en retirer une fierté.

  • Je trouve absolument hilarant les réactions effarouchées des bien-pensants qui ont prouvé par leurs publications récentes le niveau de bassesse qu’ils étaient capable de mettre en œuvre.

    Elle ne devrait pas s’excuser. Je jubile quand je vois que des arguments tant lus et entendus contre NS, venant toujours des mêmes bien-pensants sont pour une fois employés à juste titre contre ces tartuffes moralistes.

    Mais ce raffut est peut-être organisé pour occulter qu’elle projette de verser les gains de son futur disque à des associations … Et je pense que vu sa célébrité actuelle les sommes seront bien supérieures à celles versées il y a peu au restos du cœur…

  • Thais > Je pense qu’elle parle de sa fierté en réponse à certains qui lui ont demandé si elle n’avait pas honte d’avoir épousé Sarkozy. J’ai lu des réactions de lecteurs et quelques billets de blogs qui posaient clairement la question.

    Première interview et la voila déjà traitée d’imbécile. Bienvenue du mauvais coté du TSS…

  • « C’est vrai qu’elle est belle et que ça les emmerde. »

    C’est pas pour ça, c’est plus que c’est une traitre à la cause. Une de plus.

    Mais il est vrai que l’on voit bien les réflexes rhétoriques de la gauche à cette première interview. Car le point Godwin, il fallait le faire…

  • Elle est belle, intelligente, cultivée. C’est merveilleux, j’adore ça. Vive la mariée! (et en plus, elle sait répondre aux questions. Elle avait envie de sortir, elle a un peu hésité pour les journalistes… genre elle était enfermée à la Lanterne dont le jardin est comme chacun sait sous le feu des caméras http://www.politique.net/2008020501-la-lanterne-a-versailles-residence-de-nicolas-sarkozy.htm … mais c’est pas grave, c’est le jeu, vas-y Carla)

  • Le premier voyage officiel du couple, à Londres semble-t-il, devrait être médiatiquement intéressant. Son intervention lui ressemble à mon avis, mesurée et élégante, et puis elle reconnait ses erreurs sans problème, elle ne doit pas avoir de problème d’égo. Et puis oui, elle est belle…

  • Phrase de trop ?! Comme vous le dites Koz, elle l’a voulue cette phrase; et ce n’était pas un direct oral où là en effet quand c’est dit, ben c’est dit… Non là c’est de l’écrit, et bien pensé, au calme quoi ! Avec probablement possibilité de raturer si besoin… de donner le coup de fil au pote Barbier lui dire que ben « enlève moi une phrase stp… ».

    Alors phrase maladroite ?! Avec une demande d’excuse venue TRÈS rapidement. Presque avant le tumulte (!!!)…

    Que nenni… phrase volontaire, avec son excuse dans la foulée directe pour éteindre un feu encore faible.

    L’essentiel est là : le message induit EST PASSÉ ! Du grand art moi je dis…

  • Assez d’accord avec Olivier…

    Elle n’a pas prononcé cette phrase au hasard dans la spontanéité d’une interview filmée, elle voulait faire passer le message très clairement. Quite en effet, à reconnaître que ses propos étaient excessifs ensuite.

    Par contre, pour un article qui relève clairement d’une forme de délation publique sur un thème qui fait appel au voyeurisme populiste, qui déshonnore la presse, qui vise à détruire l’homme, qui plus que probablement s’appuie sur une fausse rumeur, qui, dans une certaine mesure, dégrade la fonction présidentielle – pour un article hallucinant, assez incroyable, parfaitement imbécile et pathétique – je n’ai pas entendu d’excuses de la part du Nouvel Obs.

  • Belle et habile interview, je suis bien d’accord. Celle-ci étant malgré tout « virtuelle » (réalisée sur plusieurs jours, avec nombreux aller-retours sur le texte final), j’espère simplement qu’elle est bien de C.Bruni et non le pur fruit d’un thinktank de spin-doctors élyséens. On devrait voir ça lors de ses futures interventions en direct.

  • Là on atteint des sommets dans la dialectique, l’intérprétation, le sophisme et la subjectivité.

    Vos maîtres (?) jésuites doivent être admiratifs. Vous me laissez sans voix (ce qui aura le don de vous rejouir je n’en doute pas)

  • Il est effectivement assez savoureux de voir les réactions choquées à son point Godwin…les arroseurs arrosés qui visiblement détestent être mouillés ! Hormis cet excès, elle clôt avec humilité et sincérité les chapitres d’une relative inconscience. Apaisant.

  • le nouvel obs n’avait pas à publier ce ragot, cette info, qu’elle soit vraie ou fausse,

    mais CB en gagnant un point godwin d’emblée a fait oublier tout ce qu’elle avit pu dire par ailleurs…

    cela étant moins elle parle, moins j’en entends parler, mieux je me porte

  • Le seul regret que cette phrase montée en épingle puisse susciter, c’est qu’elle occulte toute l’interview. On n’entendra parler que de la bêtise de cette phrase. On n’entendra aucun commentaire sur l’intelligence du reste.

  • Momo, ) quoi ça sert qu’on se décarcasse à vous dire que cette phrase n’est point si bête que vous l’entendez … loin s’en faut !

  • @Lisette

    Carla se fait traiter d’imbécile parce qu’elle le mérite en ce qui concerne sa phrase sur les juifs. Quel rapport? ET il est facile de fustiger internet alors qu’en réalité, il s’agissait de l’éditoin web du nouvel obs’!

    Reste que labro ne répond pas à la critique juste de la première dame : que fait ce genre d’info niveau caniveau dans un journal réputé sérieux? Ils obnt perdu la tête, ou quoi?

  • « Ce ne fut pas rapide, ce fut immédiat ».

    Comme je suis un indécrottable romantique et que j’aime bien les figures de style, je préfère retenir cette réponse-là.

  • Oh mais que non, mon Abelichoucheri, cela ne me fait aucun plaisir de vous voir sans voix, même si je dois concéder que le fait d’étouffer quelques gauchistes m’a bien fait marrer en rédigeant ce billet.

    Sinon, non, pas de maîtres jésuites. Pas de maîtres cathos du tout d’ailleurs. Possible même que ça m’ait manqué. Mais la vie n’est pas finie. Je vais me rattrapper.

    Sinon, Olivier a peut-être bien raison, il y a peut-être encore une habileté supérieure dans le fait d’avoir publier si vite le rectificatif. A vrai dire, je m’en fiche pas mal. Ce n’est pas l’essentiel et tt ça, c’est le cirque médiatique. Que le Nouvel Obs’ se prenne ça dans la … après leur bassesse du sms, ça me réjouit. Même si cela me désole de la part d’un hebdo qui emploie notamment un type comme Askolovitch, que j’estime assez.

    Y’a encore un passage que je n’ai pas souligné et, pourtant, il m’avait pas mal plu parce que je le crois assez vrai :

    « Je ne pense pas que le bonheur d’un homme nuise à son efficacité; j’espère donner du bonheur à Nicolas. Je pense que c’est l’exhibition de ce bonheur en tant que président qui nuit à son image. Nous avons donné ensemble, et je le regrette, l’impression d’une vie presque normale, avec des loisirs. Ce n’était que quelques heures de vacances, mais elles ont duré des semaines et des mois en image. Les gens considèrent, à juste titre, que le travail d’un président doit s’effectuer vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Je vous confirme qu’il en est ainsi. Il a pourtant besoin d’une part, même minuscule, de vie normale, comme nous tous. Ce qui est saisissant pour moi, qui vois tout ça de près, c’est le contraste entre le peu de temps libre dont il dispose et l’impression scandaleuse que cela provoque. C’est ainsi que des journaux « sérieux » me confondent avec le pouvoir d’achat… »

    Top, Carla. Elle est belle, elle feule et, en plus, elle est habile. Elle fait la naïve, elle bat sa coulpe et des paupières, mais elle fait passer le message qu’il faut. Hum, ‘like it…


    A ne pas oublier : le cochon guinéen est romantique.

  • Bonjour,

    Je rejoins aussi Olivier. Phrase trop violente, dans un texte relu et pesé. Attaque agressive violente ad nominem avec excuses quasi immédiates pour montrer à l’auteur de l’article la bassesse et la dureté de ce genre de propos, et l’intelligence de le reconnaître et de s’en excuser après.

    Là, pour moi, Carla 1, Nouvel Obs 0.

    Enfin, c’est juste mon avis !

    Luc

  • Et encore, il y en a d’autres !

    « Première dame jusqu’à la fin du mandat et son épouse jusqu’à la mort », c’est beau comme l’Antique disait l’autre.

    Ca doit être la saison, ou la date de sortie de l’Express, mais je suis d’humeur à préférer l’utopie niaise au soupçon de machiavélisme.

    « Ce ne fut pas rapide, ce fut immédiat. Donc pour nous, ce fut en somme assez lent », j’aurais aimé l’inventer, celle-là. Ca aurait sans doute amadoué plus facilement mes jolis-parents.

    Mais c’est vrai que l’interview est à la fois habile et intelligente. Je savais que Carla Bruni n’était pas une idiote, mais de surcroît, je ne suis pas loin de penser qu’à petites touches de cet accabit, les élèves vont finir par être tous amoureux de la maîtresse.

    Autant je pensais que Cecilia était une épine dans l’auguste talon présidentiel, autant je me plais à croire que Carla peut être un atout maître.

  • Je n’ ai pas lu l’ interview et je ne le lirai pas (esprit de contradiction). J’ ai toujours bien aimé Carla Bruni 1) pour une raison bêtement (?) masculine : elle est belle et 2) parceque quelqu’ un qui a écrit une chanson comme « Tout le monde » ne peut pas être mauvais. Cela me suffit et je me fiche des considérations « politiques ». Enfin, pas tout à fait : sa sortie contre le N.O., même excessive, me fait assez plaisir. Les roquets n’ aiment pas qu’ on leur botte le train.

  • c’est étonnant comme une bévue, bêtise, bourde de la femme du président, d’ailleurs par elle reconnue, se transforme ici en « haro sur les gauchistes », avec une esprit revanchard, voire haineux… non, je ne dirai pas que cela nous rappelle de tristes temps… je n’ai pas lu l’interview, je ne la lirai pas , j’ai déjà commenté le manque de discrétion sur sa vie privée de NS (le seul moment qui doit être public, le mariage, il le cache, le surlendemain il parle des joies de la coopération franco italienne chez Alstom, comme un ado qui fait le fier,…) je réagis au passage cité par koz sur le temps libre du chef de l’état: on pourrait d’abord y voir la perception d’une femme amoureuse qui n’est pas débordée, qui trouve que son homme est bien peu disponible….on peut aussi percevoir un message plus « politique »: il agit en permanence pour la France…. c’est vari que ce n’est pas l’impression qu’il donne: il me semble avoir ses we moins chargés que les miens, des congés (y compris le lendemain de son changement de job), etc… à quand la publication des congés et des RTT du président, dans le cadre de la transparence?

  • C’est aussi très habile en termes de redressement d’image, de faire parler quelqu’un d’autre pour vous défendre.

    Comme l’attaque au départ vise à vous faire perdre toute crédibilité – il est ensuite vain d’essayer de corriger sa propre image, tout semble tomber à plat du fait même de la décrédibilisation.

    En plus, il ne s’agit pas d’une interview people (ce qui n’aurait pas manquer d’être fustigé), mais presque d’une sorte de droit de réponse adressé à l’ensemble des accusations ou des fausses infos qui ont déformé l’image ces derniers temps (comme le confirme ses « mots de trop »). Mots de trop qui, au passage, font qu’absolument tout le monde parle de cette interview…

    Et en une phrase, comme le dit, the pig of india : “Ce ne fut pas rapide, ce fut immédiat. Donc pour nous, ce fut en somme assez lent”, elle dit beaucoup de choses. Un juste équilibre entre assumer sans avoir à fournir d’explication ce qui est la marque de l’innocence et une explication subtile malgré tout pour en atténuer le mystère et donc le fantasme.

    En fait comme le dit Cilia ci-dessus, c’est apaisant. Comparé à l’odeur de caniveau qui s’exhale des colonnes du Nouvel Obs, c’est même rafraichissant.

    Et puis c’est vrai, elle feule mieux qu’Anemone Giscard d’Estaing…

  • Il faudrait commencer par être exact, francis, les vacances, ce n’était pas au lendemain de son changement de job, c’était au lendemain de son élection, alors qu’il n’était pas encore investi.

    Et je m’étonne que tu descendes aussi bas que tu viennes reprocher à un type qui vient de se faire plusieurs mois de campagne présidentielle de prendre 5 jours de repos.

    Quant aux week-end moins chargés que les tiens, il est vrai que je ne connais pas ton emploi du temps de week-end. Mais s’il est dans la moyenne, ton propos n’est tout simplement pas crédible.

    ps, epo : c’était Anne-Aymone. Mais de ttes façons, ça ne changeait rien. Anne-Aymone ne feulait pas.

  • @Francis

    Sommet de mauvaise foi! Je ne vous souahite pas d’avoir le même agenda que lui. ce n’ets pas pour plaindre le président, mais franchement, ce ne sont pas des métiers qu’on fait pour être peinards. Le pouvoir c’ets bien, c’est attirant, mais c’est aussi du boulot. NE racontons pas n’importe quoi. J’ia un jour couvert en tant que journalistre un déplacement de sarkozy, il était le matin à un bout de la france, le midi chez moi, et l’après-midi à un autre endroit. ça ne s’appelle pas de la glande, ça. Remarque, ça peut faire du coup trois sujets au 20 h… 😉

  • ça réagit fort dès qu’on dit que le président n’est peut-être aps aussi suroccuppé qu’on veut bien le dire…. tu as raison koz, il n’était pas encore président sur le paloma, il bossait pour qui?…mais je vais pousser plus loin: dans les bôites, les premiers congés c’est au bout d’un an de présence… personnellement, je me méfie toujours des personnes qui se dsent suroccupées pour ne pas avoir à être plus précises… il a des journées de cadre sup, je veux bien le croire, mais j’ai cru observer que pour les we, ça va… allez j’arrête sur ce thème, c’est nul mais ce n’est pas moi qui ai commencé

  • Franchement, francis, je t’ai connu plus en forme. Les congés, dans les boîtes, c’est au bout d’un an ? Mais quel est le rapport entre le statut de Sarko et le statut d’un salarié ? Si tu veux aller dans ce sens, je te dirai que le salarié, tant qu’il est engagé mais qu’il n’est pas entré dans l’entreprise, il fait ce qu’il veut. Tu vois, ça n’a pas de sens…

    Quant aux WE, franchement, qu’est-ce que tu as bien pu observer ?

    Alors, « ça » réagit, peut-être. Comme à chaque fois qu’une argumentation est d’une mauvaise foi un peu trop patente.

  • Publié sur le site internet et non dans l’hebdomadaire, dit-il… Mais l’auteur de l’info publiée sur le site est Rédacteur en Chef dans l’hebdomadaire, non ? Cela rend l’explication encore plus faux-cul (laissons donc les jésuites en dehors de tout ça).

  • Airy Routier : Allez donc voir son CV de journaliste d’investigation… Cf Wiki; Quasiment que sur des affaires vénéneuses à souhait, généralement toutes penchant du même coté comme de bien entendu, souvent contenant du « monté en caramel » voire du bidonné, etc… Il a aussi pondu quelques bouquins, dont un sur le permis de conduire sans permis, que je n’ai pas lu, mais à voir les échos ça donne l’impression qu’il appelle à la désobéissance civile ! voir un avis ici : http://www.securite-routiere.org/publicites/airyroutier.htm

    Ce mec là, à l’évidence, ne recule devant pas grand chose pour faire dans l’insinuation…

  • A lire ceci, et les explications, et l’article de Bakchich à propos du « lobbyiste » (on dit pas langue de p*** en français?), j’ai l’impression qu’on a affaire à quelque chose d’énorme. Airy Routier a l’air d’être bien connu, et sûr de lui quand il avance une info. Par ailleurs, Bakchich parle d’une pipelette qui se répand dans les salons parisiens à propos de la correspondance pas interrompue entre NS et son ex. Et Jean Daniel parle d’une « information » dont lui se serait détourné. Ca ressemble à une manipulation, quoi… sauf que c’est A. Routier, et qu’il a dû faire un minimum de vérifications avant d’avancer une bombe pareille dans un journal comme le sien. Site internet ou pas. Tout ça ressemble de plus en plus à : « Cécilia vous fait savoir qu’elle ressent pour son ex mari qqch qui s’approche de la haine ». Il reste l’option très très grosse erreur de Airy Routier, et l’option de la vérité, mais qui me paraissent moins probable. Et A. Routier aurait dû se détourner, ça c’est sûr. Et s’excuser aujourd’hui, c’est sûr aussi. Carla fait ça très bien elle, avec grâce en plus! Sortir exprès une horreur et puis dire après qu’on est désolée!

  • « Et d’une, vous me permettrez de penser qu’effectivement, si le Net avait existé, la dénonciation des juifs aurait certainement pris une autre ampleur »

    La moitié des juifs vivant dans la zone d’influence des nazis massacrés, c’est quand même assez difficile à dépasser, comme ampleur. D’autant plus que ce qui a provoqué la shoah, c’est la main mise sur une administration et l’utilisation dévoyée des moyens techniques, matériels, militaires de l’Allemagne par les nazis, raison pour laquelle ils firent beaucoup plus de mort que les antisémites d’aujourd’hui qui se croient malin en exprimant leurs pulsions meurtrière derrière l’anonymat relatif du net.

    Donc, franchement, je ne crois pas que net ou pas net fasse une différences dans les histoires de génocide.

    Reste qu’il est intéressant de voir certaines réactions faîtes ici par rapport au franchissement du point Godwin: de un, Koz commence en disant que c’est un « réflexe crétin de la gauche politiquement correcte », puis des personnes (Margit qui trouve que ça a été employé « à juste titre », Cilia qui trouve « savoureuse » les réactions des personnes visées, Koz qui revient à la charge en trouvant toute cette histoire « réjouissante ») viennent commenter en disant qu’elles sont bien contentes que cette phrase ai été lancée.

    On peut donc poser la question suivante: « est-il moralement acceptable de se réjouir d’un réflexe crétin » (Vous avez deux heures, l’argumentaire doit compter au moins 1.500 mots).

    À mon sens, cette sortie est surtout révélatrice sur le fonctionnement de nos sociétés si modernes et des individus qui la composent. Ce point Godwin était sans aucun doute voulu, son auteur étant parfaitement consciente de l’insulte, de même que le prompt mea culpa était parfaitement préparé et totalement dénué de sincérité. C’est ainsi: on a là un joli exemple d’insulte très blessante (personne n’aime être comparé à un collabo) suivie d’une fausse excuse assez prompte pour que la personne ainsi injuriée se retrouve sans possibilité de répondre.

    Et dans le même temps, les réactions des visiteurs de ce blog montrent que cette insulte a beaucoup plu à certains, tout simplement parce qu’elle prenait pour cible quelqu’un envers lequel ils éprouvaient de l’antipathie, pour ne pas dire de l’hostilité: « je n’aime pas machin, donc si truc tape sur machin je suis content et j’aime truc »: réaction somme toute très instinctive en ces temps de « politique de civilisation ».

    Bien sûr on me rétorquera que l’article du SMS était déplaisant (encore que j’aurai tendance à croire le journaliste sincère, c’est à dire croyant vraiment à l’authenticité de son histoire), mais en remontant quelques années en arrière, quand une bonne partie des futures électeurs sarkozystes se repaissait avec un plaisir certain et visible des articles sur Mazarine Pingeot, j’en viens à me poser une question: l’hostilité exprimée ici envers Airy Routier provient du type de l’article, ou de la cible de l’article?

  • Je me garderai bien d’intervenir sur l’affaire du SMS, sur la sincérité de cette itw dont le Barbier de Servile de l’Express a accepté qu’elle soit relue et corrigée plusieurs fois, sans doute ne sait-il pas écrire. Je m’en tiendrai à ce qu’elle y dit de l’art, qui relève moins de la Pléïade que de la Collection Harlequin :

    « C’est un monde (ndi : le monde de la politique) de questions fondamentales pour l’existence même, alors que l’art et la mode le sont pour l’âme, le cœur, la douceur de vivre, le plaisir »

    Exclure l’art des questions fondamentales, le limiter à la douceur de vivre ! Ah il n’aurait pas fallu dire devant le sculpteur du Beau Dieu d’Amiens, Jean-Sébastien Bach ou Vincent Van Gogh ! C’est quoi cette idéologie de midinette ? Qui peut lui apprendre que l’art dit tout du monde dans sa complexité, le blanc comme le noir, la douceur comme la douleur, l’amour comme la mort ! Ce n’est pas parce qu’on lui a parlé des Arts Déco qu’elle doit limiter l’art à la déco !

    Quant à son talent de chanteuse. Je suis certes nul en économie. Je suis certes un impie qui n’a aucune voix au chapitre en matière théologique. Mais la chanson, c’est une de mes passions depuis, allez, un demi-siècle. Petit choriste au juvénat et au lycée. Organisateur d’un des premiers concerts d’Alan Stivell en 1969. Membre pendant cinq ans d’une association organisatrice de concerts (j’en ai vu des centaines), animateur pendant cinq autres années d’une émission consacrée à la chanson française, lecteur acharné de livres et de revues spécialisées, collectionneur (environ 1000 vinyls/CD/K7 dont des pièces rares). Et je continue à m’y intéresser, malgré que le théâtre et l’écriture me prennent davantage.

    Eh bien Mme Sarkozy III, c’est une jolie bulle surévaluée, c’est de la chansonnette narcisso-branchouille qui fond dans l’oreille comme dans le cerveau. Il y a des chansons que j’emmènerais sur une île déserte (Orly, de Brel, Si tu savais, de Paul Barrault), qui me font vraiment frissonner dès les premières notes (Maria-Suzanna, de Michèle Bernard). Les minauderies brunâtres : rien ou presque, de la chanson-kleenex. Clara n’est pas Barbara. Vous voulez de la chanteuse actuelle ? Ecoutez Jeanne Cherhal, ou Juliette. Ah, évidemment ; Juliette n’a pas le glamour mannequiné… En cinquante ans, j’ai suffisamment entendu des vedettes-du-jour voir du mois voir de l’année tombées depuis dans un oubli juste et bon pour ne pas marcher sans barguigner au canon médiatique et toc. Allez hop, là, un coup de Marianne Faithfull pour écouter de la chanson qui secoue, pas de la cretonne qui décore.

    (Et je ne dis pas ça parce qu’elle aurait quitté la gauche pour son bel Adonis de 53 ans : 1/ J’avais déjà mon opinion sur son talent : pschitt, 2/Qu’elle fût de gauche ne m’avait pas sauté aux yeux. En tout cas, pas de la mienne, qui ne connaît du caviar qu la forme de sa boite – et s’en tape le coquillard)

  • Nous voilà édifiés sur tes goûts musicaux, PMB. Très intéressant. Vraiment.

    Laurent Weppe, tu fais assez bien de parler de Mazarine Pingeot, car tu n’auras pas oublié la différence de nature de ses deux cas. Pour Mazarine Pingeot, il apparaissait que François Mitterrand avait fait vivre aux frais de la République, pendant des années, sa maîtresse et sa fille naturelle. Difficile d’affirmer qu’il se serait agi de vie privée… Et pourtant, on ne se souvient pas que le Nouvel Obs’ ait rapporté l’info, que le microcosme connaissait pourtant.

    Ca en dit long sur l’évolution de la presse.

    Quant à la sortie de Madame Bruni-Sarkozy, je maintiens qu’il y a quelque chose de réjouissant à voir « la gauche » se prendre dans la face une assimilation bien rapide dont elle est coutumière (combien de fois a-t-elle évoqué le pétainisme vis-à-vis de Nicolas Sarkozy ? Sans parler de la dernière sortie de Guigou…).

    Mais on se réjouit aussi de constater que la gauche aussi peut se lever d’un bond contre des assimilations déplacées. On imagine bien qu’elle ne perdra pas cette bonne habitude.

    (ps : lisette, je ne voudrais pas accuser sans preuve mais, précisément, ce que l’on peut lire sur Airy Routier ne milite pas véritablement en faveur de sa grande intégrité morale)

  • Koz, on a perdu la possibilité de se relire : est-ce un bug, ou un nouveau paramétrage de votre blogue ?

    Je dis ça parce que j’ai laissé passer des fautes, et que je tiens à ma réputation de rigueur d’écriture 😉

    « Eh bien Mme Sarkozy III, c’est une jolie bulle surévaluée, c’est de la chansonnette narcisso-branchouille qui fond dans l’oreille comme dans le cerveau. Il y a des chansons que j’emmènerais sur une île déserte (Orly, de Brel, Si tu savais, de Paul Barrault), qui me font vraiment frissonner dès les premières notes (Maria-Suzanna, de Michèle Bernard). Les minauderies brunâtres : rien ou presque, de la chanson-kleenex. Clara n’est pas Barbara. Vous voulez de la chanteuse actuelle ? Ecoutez Jeanne Cherhal, ou Juliette. Ah, évidemment, Juliette n’a pas le glamour mannequiné… En cinquante ans, j’ai suffisamment entendu des vedettes-du-jour voire du mois voire de l’année tombées depuis dans un oubli juste et bon pour ne pas marcher sans barguigner au canon médiatique et toc. Allez hop, là, un coup de Marianne Faithfull pour écouter de la chanson qui secoue, pas de la cretonne qui décore »

  • Sauf que la question de faire vivre la fille du président et sa mère aux frais de la République, comme l’histoires des écoutes de l’Élysée liées à leur existence m’a toujours fait l’effet de tenir lieu de « verni rationnel », c’est à dire que bien souvent, j’ai vu chez les personnes qui hurlaient au scandale que le côté adultérin de l’histoire était dans leur esprit infiniment plus important que tout le reste. Ceci dit, quand on sait que Octave a retourné l’opinion des Romains à son avantage en décrivant dans le détail les mœurs de Marc-Antoine en Égypte, on se dit qu’il n’y a vraiment rien de nouveau sous le soleil et que l’utilisation des affaires de cœur comme d’une arme politique n’a rien de récent.

  • « Nous voilà édifiés sur tes goûts musicaux, PMB. Très intéressant. Vraiment. »

    Quelque chose me dit, Koz, que vous avez instillé un chouia d’ironie dans ces trois phrases d’orfèvre. Voilà qui ne me touche guère. Juste une déception si, par je ne sais quel préjugé sur moi, vous vous interdisiez d’aller voir de quoi il retourne sur les noms cités.

    J’ajoute que vous n’avez là qu’un faible aperçu de mes « goûts musicaux », qui incluent aussi bien (entre autres) le blues, le folk, l’afro-cubain que le musette, le raï, le jazz manouche, le classique et la musique sacrée : je vous conseille tout particulièrement le Miserere d’Allegri avec ornementations baroques par A Sei Voci.

    Vous savez, je suis plus ouvert qu’il n’y paraît. Pas autant que vous, mais presque 😉

  • Koz, Sur Mazarine on peut faire aussi le parallèle entre un SMS pas garanti pur beurre du tout et des milliers d’heures d’écoutes téléphoniques – au frais de l’état qui plus est – de dizaines de personnes… Question viol de vie privée, je crains qu’il n’y ait pas photo ! Qui peut le plus peut le moins…

  • PMB : oui, on l’a perdue. Et félicitations pour la détection du chouya.

    Laurent Weppe : wow, c’est joli, ça. En fait, les salauds, ce sont qui n’aurait pas accepté cette histoire parce que ce serait des petit-bourgeois coincés réactionnaires qui n’ont pas accepté l’adultère du président. Après, bon, que François Mitterrand ait fait vivre sa maîtresse et sa famille aux frais des français, c’est pas si grave… Pas comme le SMS supposé de Sarkozy. Ca, purée, c’est du lourd.

    Olivier : Laurent a eu une riche idée de nous citer Mitterrand. Une référence inégalée en termes de moralité privée/publique !

  • Pour en revenir à l’Edito de Jean Daniel, il passe deux pages à dire que la vie privée c’est sacrée, et que si elle a été évoquée à tort (et en réaffirmant que l’info (!) est vraie) c’est parce que Sarkozy a commencé exhibé sa vie privée comme personne auparavant et que donc il soutient SON journaliste.

    Le problème, en dehors que le côté faux cul n’échappe à personne, que les excuses ne sont toujours pas là, que l’argument ne tient pas, qu’il est en partie subjectif et faux, qu’il faudrait faire une vraie étude pour savoir qui a vraiment « commencé », que c’est pas pour autant qu’il faut tomber dans l’abject, mais surtout… surtout… dans sa tentative, il est lui-même totalement en porte à faux avec Ayry Routier qui déclarait pour se justifier :

    « Sa qualité de vie n’est pas de même nature et NE JUSTIFIE PAS la même protection de la vie privée que tout à chacun. En revanche, d’autres confrères placent le respect de la vie privée comme une valeur supérieure à toutes les autres. C’est estimable, mais DEPASSE. »

    Oui, comme dit Routier, le respect c’est du vieux journalisme, à l’ancienne, fait à la main, quand les journalistes artisans utilisaient encore des plumes d’oie véritables, au temps de l’encrier et des taches involontaires. Mais non, c’est ringard, ça fait plouc. Il tiendrait pas une semaine dans une salle de rédac aujourd’hui le vieux avec son écriture tremblée et ses prétentions éthiques surannées. Il serait même capable de nous faire la morale avec ses histoires de preuves alors que ma source est sure, puisque c’est la soeur du cousin du chauffeur dont l’ami d’enfance travaille chez.. qui me l’a confirmé trois fois.

    Maintenant le journalisme moderne, le nouveau, le tout beau, tout chaud, le high tech c’est le ramassis de rumeurs, c’est prétendre que Voici est une presse politique d’opinion et qu’Entrevue pèse sur le futur du monde, c’est l’analyse des culottes portées façon Les Experts avec le microscope et l’analyseur de spectre et leur revente sur Ebay, c’est le fracas de la chasse deau utilisée comme jingle, c’est faire passer le bruit de la capote que l’on enlève pour de l’art contemporain, c’est jouer à la baisse ou à la hausse avec les réputations, c’est placer plus haut que tout l’opinion politique en demandant aux lecteurs de se faire une idée en lui faisant renifler les égoûts, c’est le character assassination comme base de revenus, c’est pas se faire chier avec la morale surtout qu’elle n’a rien faire dans une partie de Texas Holdem quand tu fais tapis avec avec une dame de pique et un dix de trèfle pour toute main.

    Mais à mon avis, le journaliste moderne à force de mettre des caméras cachées dans les toilettes risque un jour de se faire prendre le pantalon baissé.

  • Je penche de plus en plus vers l’explication de bakchich. Depuis le départ je m’interroge sur les communications cryptés que le président et tous ceux qui l’entourent doivent utiliser. Je ne pense pas qu’on puisse intercepter et décrypter facilement ses messages.

    Je ne crois pas à la vengeance de C. parce que ce couple battait de l’aile depuis bien longtemps, que le divorce s’est fait à l’amiable et que le petit Louis a assisté au mariage NS/CB.

    Non, vraiment, je pense qu’il s’agit d’une sale rumeur lancée pour nuire, sans aucune preuve, qu’un fouille m…. a jugé utile de publier pour participer à la chasse, pour faire parler de lui et de son canard en pensant que comme par le passé, il y avait des chances de rester impuni.

    En somme certains journalistes se comportent comme les racailles de banlieue, si à chaque récidive on reste impuni, pourquoi se priver d’en rajouter une couche.

  • « Laurent a eu une riche idée de nous citer Mitterrand. Une référence inégalée en termes de moralité privée/publique ! »

    Si j’avais mauvais esprit, je dirais que l’un a eu quatorze ans pour s’adonner à ses mauvaises habitudes alors que NS n’en n’est pas encore à un an de mandat…

    Pour en revenir au mariage de Nicolas et de Carla, je souhaite aux jeunes mariés tout le bonheur du monde, mais j’oserai quand même une suggestion : si notre nouvelle first lady est destinée à avoir un rôle politique allant au-delà des fonctions habituelles de représentations, autant l’officialiser en nous indiquant sur quels dossiers elle va s’investir. Si tel n’est pas le cas, il serait bien que nos jeunes mariés gardent leur bonheur pour eux : cela fera sans doute beaucoup de bien à leur couple, cela nous épargnera ces histoires de SMS et permettra au débat public de revenir sur des thèmes peut-être plus importants pour l’avenir du pays.

  • Résumé des faits par Laurent Weppe :

    Carla Bruni-Sarkozy a délibérément insulté de façon blessante un journaliste en le traitant de collabo, alors que celui-ci était sincère et croyait à l’authenticité de son histoire de sms envoyé par le président à son ex-épouse.

    Vous avez le temps que vous voulez, partant de ce canevas, pour imaginer des scénarios différents selon votre sensibilité politique…

  • Sébastien, vous confondez : ça, c’était la polémique lancée contre Cecilia Sarkozy, il y a plusieurs mois. Là, on a changé de politique et, manifestement, Carla Bruni-Sarkozy n’entend pas avoir d’action politique.

    Quant à son interview, vous retrouverez certainement sans difficulté celles de Danielle Mitterrand et de Bernadette Chirac, parlant de leurs maris, sans que quiconque ne les sommes de se taire.

  • Trop c’est trop. 3 articles de suite sur des sujets « pipole » pour nous bourrer le mou et en défendant contre vents et marées l’indéfendable. Il faudrait qu’il fasse quoi de plus le Sarko pour que vous lui reconnaissiez quelques défauts ?

    Je suis abasourdi par tant d’aveuglement partisan. Même mais collègues de bureau (qui eux aussi me traitent de gauchistes) reconnaissent que là, ça mérdouille largement et que le Sarko (pour qui ils ont tous voté par conviction) n’est pas à la hauteur.

    Revenez sur terre, enlevez (ou remettez) vos lunettes et essayez de retrouver un peu de conscience critique qui faisait l’intérêt de ce blog à l’époque où il n’était pas encore devenu une officine de propagande Sarkozyste !

  • Arrête ton char, mon abelicoucheri, ça fait bientôt un an que je suis accusé d’être une officine de propagande sarkozyste. Et plusieurs que mes lecteurs de gauche m’expliquent que c’était mieux avant, quand je ne l’étais pas.

    Faut apprendre à accepter les points de vue différents, vous savez.

    Allez hop, une verveine pour l’Emir.

  • Je ne peux résister au plaisir de citer ce passage d’un article de S.Faubert : « Que resterait-il de Sarkozy dans les manuels si l’aventure s’arrêtait maintenant ? Son zizi, sa quéquette, son roudoudou…Car de Cécilia à Carla, en passant par les autres, il semble que la libido de cet homme ait du mal à s’investir dans autre chose que la chair. » 😉

    Pour tous ceux (nombreux sur ce blog) qui souhaitent lire l’intégralité, c’est ici : http://faubert.blog.20minutes.fr/archive/2008/02/12/avec-sarko-neuilly-c-est-bling-bling-ba-da-boum.html

  • Tiens pour faire écho à mon commentaire, un petit extrait de l’oeuvre de Routier tout frais sorti du Nouvel Obs d’il y a quelques jours qui montre très bien que le Nouvel Obs, il est pas DEPASSE, il est « de progrès », intègre et que Routier lui-même respecte ses propres alibis à la lettre :

    « La présence d’un Coran dans l’appartement de Jérôme Kerviel les intrigue. L’enfant de Pont l’Abbé envisageait-il une conversion ? Les deux hommes ont-ils été manipulés, et par qui ? C’est une piste, parmi d’autres, que suivent les enquêteurs. Airy Routier »

    Si selon Routier, c’est « normal » de tartiner la vie privée d’un président, c’est pas le genre de truc qu’il ferait vis à vis d’une autre personnalité, bien sûr. On a trouvé un Coran chez JK (!) Wow ! JK n’en avait pas reçu assez sur le coin du nez depuis le début de l’affaire. L’enfant de Pont l’Abbé, vous vous rendez compte, un breton pur souche, tu peux même pas faire plus breton qu’à Pont l’Abbé, rien que d’entendre le nom tu fais un signe de croix et tu te resserts un chouchen… alors trouver un Coran chez lui !

    Il était pote avec un arabe en plus… ahhhh ben alors, il envisageait peut être une conversion. Si des arabes osent fréquenter les enfants de Pont l’Abbé, c’est déjà la Vendée et le Puy du Fou qui est en danger.

    En plus, qui dit arabe, qui dit Coran, dit oui… ce que vous n’osez penser, Airy vous le susurre à l’oreille… Une unité secrète de XXXXX à Pont l’Abbé ! La main invisible remplacée par la serre du terrorisme islamiste.

    Mais attention, il y aurait manipulation. Ouf ! On avait tous commencé à penser que JK avait perpétré un attentat contre notre économie de son plein gré. Ben non, pas un enfant de Pont l’Abbé ! Ca sent la manipulation terroriste, sinon tu penses bien que…

    Dernière question, et oui, Airy n’oublie pas l’essentiel, « par qui ? » En effet, qui dans la mouvance terroriste islamique aurait donc manipulé JK pour lancer cette attaque contre un fleuron irréprochable de notre système bancaire et ce, depuis des années (enfin au moins depuis l’affaire des frégates on va dire). Qui a fait tout ça ? Hein ?

    Vraiment le Nouvel Obs est un journal de progrès. C’est l’intégrité de la gauche ! C’est propre ! Ya rien à en dire. Ca fait pas dans la délation et le raccourci (coran=ami arabe=conversion manipulée=attentat économique).

    Tout de suite, il y aura des effrontés (les tenants du journalisme à l’ancienne, les « dépassés ») qui vont faire remarquer que JK, il est pas président lui. Que de parler de ça avant que les enquêteurs aient conclu quoi que ce soit de sérieux, ça relève de sa vie privée (surtout que pour le Nouvel Obs, la religion c’est vraiment le domaine de l’intime). Que c’est racoleur en diable. Que les sous entendus sur les liens musulmans, ça commence franchement à évoquer une délation, que puisque cette info porte sur un lien religieux et ethnique, ça commence à vraiment sentir mauvais son histoire. Qu’on aurait assez bien vu un tel papier dans Minute il y a quelques années. Que peut être même, le mec qui lui a fuité l’info, faisait assez peser de doutes sur le bonhomme pour justifier de sa mise en préventive. C’est JK dans sa cellule qui doit être content d’avoir réussi son « coup médiatique ».

    Et bien désolé, toutes ces objections ne sont que groupies de chansonniers, parce que, comme Jean Daniel le révélera peut être dans un prochain édito, c’est JK qu’avait pas à commencer !

  • Koz, arrête, laisse tomber, ça ne prend plus. Tu ne te rends pas compte. Même les collègues de bureau de l’émir confirment ses pensées. Alors, hein, tes analyses, tes remarques et tes critiques, c’est mort, on arrête tout. Si les collègues de bureau de l’émir confirment, on ne peut pas lutter.

    L’autre jour, en regardant une photo du couple Sarkozy-Bruni, mon boucher m’a dit : « Sacré bonhomme, notre Sarko ! Il en fait des choses et il arrive encore à séduire un beau petit lot comme ça ! »

    Mais mon boucher, il vaut quoi ? Un 1/10e de collègue de bureau de l’émir ? Moins ?

  • Koz écrit à ce maso d’Emir Abdel : « Faut apprendre à accepter les points de vue différents, vous savez. »

    Si c’est vous qui le dites, on ne peut que vous croire !

    Une rumeur en valant une autre, il se dit que l’affaire serait partie en fait d’une officine sarkozyste ayant voulu (et réussi à) piéger le Nobs pour a/ d’une part les discréditer (c’est fait) et redonner à NS la blanche tunique de la Victime (ça va être plus dur).

    Ce qui est sûr, quand on lit les diverses réactions venant de ce médium, c’est qu’ils sont super-emmaverdavés. Il y aurait du licenciement que ça ne m’étonnerait pas.

    (Eponymus, merci, le coup routard du Coran chez Kerviel, c’est de la bonne ! J’ai chez moi deux beaux livres consacrés à l’art roman et à l’art gothique, et une trentaine de CD/vinyls de Bach : vite, direction la benne, des fois qu’on croirait que je suis croyant !)

  • @Delphine C’est quoi cette ridicule échelle de valeur entre un boucher et un employé de bureau ? Quel mépris !

    Alors donc d’après votre boucher (dont vous partagez l’avis si je vous comprends bien) on a un super président parce qu’il se tape un « beau petit lot ». Je comprends mieux pourquoi nous avons des « divergences ». Vous pensez visiblement que le rôle du président est principalement de se taper un mannequin et moi je pense que son devoir est de gouverner la France…

    Je suis curieux de savoir ce que les gens du coin de ce blog pensent de ce propos stupéfiant de Guéant reconnaissant que les problèmes personnels (sic) de Sarkozy l’ont empêché de se consacre pleinement à sa fonction. Je trouve ça surréaliste. Mais j’imagine que les intervenants de ce blog vont se précipiter pour m’expliquer combien tout cela est révolutionnaire est bon pour le pays ;(

  • « Les réflexes crétins de la gauche politiquement correcte. » : Ah bon, le point Godwin, c’est un réflexe gauchiste. Marrant, j’avais pas lu ça avant.

    Donc elle serait brillante, feuline et belle en plus. Ah ?

    Mais elle a quand même épousé le plus mauvais président de la Veme République. Un type grossier, Mégalomane et Agressif. Donc Brillante, Feuline, tout ça…

    Elle a laissé son jeune fils souffrir le martyr devant une nuée de photographes sur les épaules d’un type qu’il ne connaît pas. Un type qui, ce jour-là, pérorait en montrant à son ex-femme comment il s’éclatait avec plus jeune qu’elle dans un endroit privilégié pour leurs couple.

    Un type qui secoue les épaules comme une dinde qui fait du monokini en braillant sur la place publique « Avec CArlllaaaa, c’est du sérieuuuux » juste avant d’annoncer béatement la fin de la durée de travail légal. Sauf que non, enfin si, enfin peut être que quelqu’un sait ?

    Pauvre spectacle, tiens. J’vois vraiment pas ce qui vous donne l’énergie pour le défendre.

  • @ Laurent Weppe,

    Je n’écrirai pas 1500 mots sur le pourquoi le franchissement du point Godwin m’est insupportable en soi car ce serait hors-sujet du billet. Donc sans développer, effectivement, je trouve que l’utilisation du point Godwin, pour rester le plus soft possible, dénote au minimum au moment où il est franchi, une paresse intellectuelle désespérante. En outre, dans la vie politique, l’espace bloguesque et la vraie vie tout court, il ne me vient aucun exemple où il ne s’agissait pas d’une exagération éhontée de la situation. Et tout ceci quelle que soit la personne qui le dépasse et quelles que soient les personnes à qui il est adressé. Mon précédent commentaire ne portait donc pas sur une quelconque réjouissance de l’utilisation par CBS de cette technique que je méprise.

    Mais il se trouve, Laurent, qu’à entendre si fréquemment, de pseudos-belles âmes et/ou de pseudo-esprits forts qui se proclament garants de la vigilance envers le Mal absolu qui rôde recourir à cette technique, et à constater l’impuissance relative des personnes ainsi attaquées, jugées et condamnées à faire entendre leur demande de mesure et de respect de l’échange, on finit… pardon… je finis par prendre cinq minutes pour me réjouir de constater que quand la situation est inversée, les nouvelles victimes de l’exagération délirante sont tout aussi sonnées par l’absurdité et la gravité des arguments foireux qui leur sont opposés.

    Au-delà de ces cinq minutes, je pense que c’est une erreur de communication de la part de CBS d’avoir exprimer cela, alors que par ailleurs, elle a trouvé les mots qu’il fallait pour détendre la situation.

    Et pour répondre à vos dernières assimilations peu sympathiques, je ne suis pas une lectrice assidue du NO mais je vais parfois y faire un saut sur le net sans en repartir avec haine ou mépris. Votre accusation de revanche sur ce journal, en ce qui me concerne, est simplement hors de la réalité. Quant à Mitterand et sa fille, la seule dimension qui me heurte véritablement dans toute l’histoire, ce sont les écoutes téléphoniques. Ces écoutes constituant pour moi une atteinte gravissime et disproportionnée à la liberté des personnes en France au XXème siècle.

    Alors pour conclure, effectivement, moi qui, de cet entretien CBS-Barbier retient essentiellement l’exercice réussi d’établir un lien avec les français, un commencement de lisibilité, de compréhension, une réponse calme et humble au tumulte, c’est vrai, j’aurais été mieux inspirée de taire ce petit plaisir, de constater que je ne suis pas folle, que m’a procuré cette inversion des rôles.

  • @ Tom Hagen,

    Vous vous permettez donc d’écrire publiquement qu’elle a épousé une raclure ? Et sur l’épisode Petra avec son fils, ou vous n’avez pas lu l’interview et votre partialité est d’une cruauté implacable de juger en des termes si extrêmes ce que vous n’avez fait que constater de l’extérieur, ou vous l’avez lue, et vous faites le choix de vous maintenir dans un jugement haineux et très grave parce qu’il convient mieux à vos opinions politiques !?

  • Tom Hagen > « le pire président de la Vème république » ??? Vous lisez dans les boules de cristal ou c’est juste mai 2007 qui n’est toujours pas passé ? « Un type grossier, Mégalomane et Agressif. » Vous l’avez rencontré personnellement ?

    Quand je vois comme vous intégrez les informations données par Carla Bruni-Sarkozy concernant son fils, je me dis que vos analyses doivent reposer sur un fond qui n’a rien à voir avec la réalité, ce qui leur enlève toute valeur.

    Ou alors c’est une bonne vieille grosse jalousie : mais qu’est-ce qu’il a donc de plus que vous pour qu’Elle l’ait choisi et pas vous ? : )

  • La seule chose que je puisse voir en lisant tous vos posts ce matin, et quelques forums sous les articles relatant l’interview est que, si les « supporters de Sarkosy » effectivement le défendent , ils utilisent des mots softs – et présentent leurs excuses lorsqu’ils leur paraît qu’ils ont quelque peu débordés – même si elles sont un peu préparées. Tandis que les opposants se permettent des mots violents, agressifs, voire orduriers vis à vis de sarkosy et son épouse, et cela leur paraît tout à fait normal.Même leurs excuses n’en sont pas vraiment , puisque c’est de la faute des autres s’ils ont été mal élevés dans leurs propos !

    cela va me faire réfléchir un peu plus sur la façon de se comporter des uns et des autres – sans généralisation toutefois : heureusement tous ne sont pas ainsi dans les opposants, c’est rassurant !

  • Tom, je vous dirais que l’un des éléments qui me donnent non pas l’énergie de « le défendre » mais plutôt de répondre à ses détracteurs, c’est l’agressivité brute de leurs propos, c’est le caractère outrancier de leurs attaques, et c’est aussi le point godwin permanent qui a caractérisé la campagne contre Sarkozy.

    Ce n’est pas un motif suffisant, je vous l’accorde. On ne défend pas un type uniquement parce que ses opposants sont des dindes. Mais la chair est faible, et il est possible que mon petit côté « avocat » soit exaspéré par la mauvaise foi des attaques.

    Tiens, à propos de mauvaise foi, je vous invite à relire votre commentaire, à faire une pause au moment où vous expliquez qu’il est agressif, puis à reprendre encore votre commentaire. Peut-être comprendrez-vous que « ce gros connard est agressif et en plus il est malpoli », c’est modérément convaincant.

  • Cher Koz, vraiment, je me délecte de votre site. J’y écris trés peu souvent tant je ne me sens pas à la hauteur de ceux qui le font. J’ai l’impression que vous mettez en mot ce que j’ai en pensée.

  • Paix et Amour, c’est la fête des fleuristes.

    Juste en 4 points.

    1/ La sortie de Carla Bruni est une bêtise. C’est sûr. Il y a des comparaisons et assimilations qu’on ne peut pas se permettre de faire.

    2/ Elle s’est excusée. Bon. Dont acte. C’est faire amende honorable, même si je suis persuadé, contrairement à ce qu’elle dit, qu’elle cherchait évidemment à blesser. D’ailleurs c’est réussi, mais c’est une autre part de bêtise: une bête blessée est toujours plus féroce.

    3/ Je rejoins néanmoins Koz (et Gérard Carreyrou, ce qui fait un peu plus mal à mon orgueil) quand il donne raison -sur un plan intellectuel, au fait qu’Internet aurait été un outil bien malheureux durant l’Occupation. Il ne faut pas se voiler la face. Cela étant, on y trouve également sa part de Justes. Pour reprendre ce qu’écrit Carreyrou (aïe): « Internet devient le véhicule idéal pour les mensonges, les ragots et les vilenies, le dépotoir de l’infâme, en même temps que la bibliothèque universelle du savoir et de l’intelligence humaine »

    4/ Sans tomber dans le « c’est pas moi qu’ai commencé », on peut néanmoins constater que le positionnement de chacun concernant Sarkozy est pour le moins bipolaire. Conséquence évidente d’une campagne extrêmement clivante (finalement, c’est encore assez proche), mais surtout d’un déballage dont la violence n’a encore rien à envier à ce que d’aucuns dénoncent dans les campagnes d’outre-Atlantique. A tel point que la mayonnaise a pris. Sarkozy est nécessairement agressif, violent, grossier et mégalo -et vous m’ajouterez un « en plus il ne fout rien » pour faire bonne mesure. (De l’autre côté du ring, je rappelle que Royal est obligatoirement nunuche, gaffeuse et incontrôlable). C’est plus facile d’avoir des tiroirs bien propres, ça aide à aller plus vite au but en soirée.

  • Sur le 3/, je rajouterai un élément : la presse s’abrite aussi assez facilement derrière Internet et les blogueurs pour excuser ses propres débordements, façon, sur Internet, de nombreux sites disent que Sarko n’a qu’une couille. C’est pas eux qui l’ont dit, hein, ils font juste que rapporter un fait qui en soi est intéressant puisque bon, apparemment, y’a des gens qui croient que…

    Et merci Pauline. Ca fait plaisir ce genre de coms.

  • Carla Bruni manque d’expérience.

    Dans le monde courageux et digne de la presse française, on ne dit pas « juif » ou « nazi ». On dit « heures les plus noires de notre histoire » ou « passé qu’on espérait ne plus voir remonter à la surface ».

  • Puisque sur ce blogue il est conseillé (à raison) d’« apprendre à accepter les points de vue différents », voici celui d’André Gunthert, de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) :

    http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/02/12/630-pourquoi-carla-pese-lecon-sur-le-style

    (Guinea pig (clin d’oeil à EP Jacobs ?) moi je suis monopolaire : Sarkozy est agressif, violent, grossier et mégalo, Royal est nunuche, gaffeuse et incontrôlable – bon, j’enlève nunuche : la Maldonne des Sondages est tout sauf naïve. Et j’ajoute : inquiétante)

  • Le commentaire de Tom Haggen (13.02.08 22h51) est hallucinant de bêtise. « elle a laissé son fils souffrir le martyr »…. Monsieur Haggen ne doit pas avoir d’enfants, ou n’a pas dû beaucoup souffrir dans sa vie.. Non, Monsieur un enfant ne souffre pas le martyr, lorsqu’on lui demande de mettre ses mains sur son visage pour se cacher ; il le prend comme un jeu… (je sais de quoi je parle).

    S’il a bien lu l’interview, Mr Haggen a pu apprendre que 600 « charognards » attendaient…. Bien sûr, Mr Mitterrand, lui, avait fait fermer le site de Pétra pour s’y promener tranquillement (dixit Laurent Cayrol) ; j’imagine les commentaires si Sarkozy avait fait cela !

    « sur les épaules d’un type qu’il ne connaît pas »… alors ça c’est d’une bêtise…. parce que tous les papas et toutes les mamans veufs ou divorcés, qui ont tout de même le droit de refaire leur vie, sont dans ce cas…. mais, on explique, Monsieur, et un petit enfant est heureux lorsque son père ou sa mère est heureux… Apparemment, vous, vous n’êtes pas prêt à donner de l’amour à l’enfant d’un autre…. Je me souviens de ma petite belle-fille, qui à 5 ans, cherchait une épouse pour son papa ; ce fût moi, et elle-même, qui au premier jour de notre rencontre (sur la plage), a pris nos deux mains pour les joindre. Votre réaction est triste, pathétique, je n’irai pas jusqu’à dire… socialiste !

  • Mary, vous faites bien de ne pas avoir dit… socialiste, on aurait pu vous retourner le compliment que vous faites à Tom Hagen au début de votre post. Laissez-lui, s’il vous plaît, le monopole de l’outrance.

    Nul n’est à la place de cet enfant pour savoir s’il est « martyr », mot excessif. Ce qu’on sait seulement, c’est que sa mère a eu des relations sexuelles avec son père (scuz l’évidence) mais d’abord avec son grand-père (bonjour la clarté du schéma familial).

    Quant à votre argument sur « tous les papas et toutes les mamans veufs ou divorcés (…) sont dans ce cas », ne généralisez pas. Mon métier d’enseignant m’a fait rencontrer tous les cas de figure, mais je peux vous dire que le tableau idyllique que vous avez vécu (et c’est tant mieux pour vous et surtout cet enfant) n’était pas le plus répandu. Il fallait le plus souvent un long apprivoisement, qui parfois n’arrivait jamais. J’jaoute à titre personnel que je suis pour le lent apprivoisement, comme le si touchant et si juste renard du « Petit Prince ». Je le pratique bien avec mes propres petits enfants, pourquoi notre perpétuel « homme pressé » ne le ferait-il pas avec les enfants des autres.

    Mes deux enfants n’ont jamais fait ça avec les hommes qui se sont succédés chez leur mère. Mon fils, même, n’a jamais voulu les voir. Bon, je ne vais pas moi aussi en tirer une généralité 😉

  • Non, c’est mieux. D’autant que l’on ne va peut-être pas se livrer à des extrapolations sur la façon dont Nicolas Sarkozy doit gérer ses relations avec le fils de sa nouvelle femme. Je sais que le billet est « people » mais, pour ces développements, il y a des blogs plus adaptés.

    J’aurais pensé que les autres propos de Carla Bruni-Sarkozy susciteraient les commentaires. Plus que de savoir quel était l’état d’esprit du fils de Carla Bruni lorsqu’il était sur les épaules de Nicolas Sarkozy.

  • Libéral a écrit : »Carla Bruni manque d’expérience » Quand on a écrit, lu et relu et rerelu à la virgule près un texte (la spontanéité et la fraicheur du texte en patissent), et qu’on a un ami (C. Barbier) dans la presse qui connaît les arcanes du métier et le pouvoir cataclismique de certains mots, le manque d’expérience ne passe pas…c’est voulu par CB (elle)ou CB ( lui) n’est pas un ami !

  • En fait, histoire de donner la parole à ceux qui sont concernés, Barbier a apporté pas mal de précisions sur la façon dont a été réalisée cette interview hier chez Morandini.

    1. Barbier confirme qu’il est un ami de CB et de ce fait, il a un à priori favorable. Une approche évidement pas hostile.
    2. L’interview n’était pas préparée et les questions ont été posées les unes à la suite des autres en une fois.
    3. Les réponses, une fois mises en forme par Barbier ont été revues et corrigées et resoumises de nombreuses fois par CB.
    4. NS n’a eu connaissance de l’interview qu’une fois celle-ci publiée. Et donc, le contenu n’est pas piloté par l’Elysées.
    5. C’est elle qui a souhaité aborder le sujet du SMS.
    6. Il lui a fait remarquer la dureté des mots mais elle a confirmé.
    7. Par contre, il affirme que les propos visaient une certaines utilisation d’internet et non spécifiquement le Nouvel Obs. Et ceci explique ses excuses rapides.
    8. Il la classe dans le cadre d’une interview politique dans le sens où la femme du Président de la République a de fait, un statut particulier, même si ce statut ne se traduit pas en règles et en actes politiques plus concrets.
  • koz, à voir le succès de ton billet, au niveau du volume de commentaires on comprends mieux pourquoi la presse en général se tourne aussi du coté du people, de quoi augmenter sérieusement les tirages, et sortir cette profession du marasme économique qui la ronge depuis si longtemps.

  • Au fait, il n’y aurait y pas derrière ça une certaine concurrence entre sites d’informations (de gauche) ? – acrimed, – arrêtsurimage – nvobs – le site de plenel – rue89 – etc…

    Ca fait beaucoup de sites, avec financement ?? et sur une population somme toute limitée…

    Je vois donc une course à l’audience. Ce qui a marché pour Marianne est repris par cent sur le net.

  • Je t’avouerai que le fait de tenir un blog facilite la compréhension de certains réflexes de la presse. Quand tu vois effectivement tes stats qui augmentent joyeusement lorsque tu abordes un sujet un peu people, tu te dis que la tentation doit être élevée lorsqu’il y a des enjeux financiers (et d’emplois) derrière.

    Si j’avais voulu optimiser, j’aurais même mis « bruni » ou « sarkozy » dans le titre. J’ai déjà remarqué que le seul fait de mentionner « sarkozy » attirait du monde. Tu ne te demandes pas, après, pourquoi ils en parlent tout le temps…

    Pour info, sur ce billet, je suis passé dans une sorte de revue de blogs. Si tu jettes un oeil aux stats (toujours accessible en cliquant sur le compteur), tu verras que ça draine du monde.

    Mais c’est pas avec des billets du genre « comment je suis redevenu chrétien » que je peux y passer… Cela dit, il a eu sons « succès » aussi.

    @ Epo : je ne comprends pas pourquoi Barbier se justifie, sur ce coup-là. Ils en ont fait un peu beaucoup, certes : je ne vois pas la nécessité de sortir l’Express un jour plus tôt. Mais sinon, il y a bien eu des interviews de Bernadette Chiracv ou de Danielle Mitterrand…

    A propos de Barbier, une petit vidéo « hilarante » : le making-off de l’interview. La vidéo n’a strictement aucun intérêt et Barbier se met en scène d’une façon assez grotesque. La touche finale valant son pesant de cacahuètes, lorsqu’il tourne la tête face au mur.

  • @Koz

    Non mais la grosse difference c’est que la presse de gauche ne s’interesse pas aux people, leurs lecteurs non plus d’ailleurs. Le monde politique de gauche non plus (sauf peut-être Noah, Renaud, Diams, Lavillier, Ruquier, etc.).

    Ma compagne me faisait remarquer l’autre fois le nombre de commentaires sur la page d’accueil de Libé.fr, un matin, soit 3 ou 4 heures après sa publication :

    Moyen Orient : 15 coms Traité européen : 20 coms Un fait-divers : 5 coms Un sujet éco : 2 coms Sarko-Bruni : 290 coms Reste : 0 com

    Concernant Barbier, c’est clair, c’est le jack pot. Peut être que l’exercice difficile de l’auto-interview implique une contorsion intellectuelle qui se symbolise dans l’orientation du fauteuil ?

  • Je ne sais pas si Libé a modifié son site mais il n’y a pas très longtemps j’ai voulu réagir à un article concernant le Rwanda, mon com n’est jamais passé, problèmes sur le site (il n’y en avait d’ailleurs que deux je crois)… Etant tenace, j’ai récidivé quelques jours après, il n’est toujours pas passé. (même blabla). Mon com était pourtant très soft (comme il se doit avec moi, tu me connais !); J’ai envoyé alors un com à la con sur un sujet à la con (je ne me souviens même plus du sujet) et là c’est passé à la suite des multiples coms ! J’ai tout de suite envoyé un mail pour me plaindre et demander à Libé s’il ne faisait pas une sélection des coms en fonction du sujet évoqué. J’ai eu le droit à une réponse quelques heures après ; bien sur que non pas de sélection, uniquement des problèmes informatiques !

  • Emir Abel > J’avais loupé le délicieux commentaire que vous m’adressez. Je comprends beaucoup mieux la nature de vos propos maintenant que je vois comment vous me faites dire des choses que je n’ai absolument pas dites.

    « Alors donc d’après votre boucher (dont vous partagez l’avis si je vous comprends bien) on a un super président parce qu’il se tape un “beau petit lot”. « 

    Mon boucher (dont je n’ai pas dit que je partageais l’avis, c’est votre déduction, pas un fait) ne dit pas que parce qu’il a épousé Carla Bruni, Sarkozy est un super président. Il dit que, avec le peu de temps libre qu’il a et tout ce qu’on dit de lui, Sarkozy a quand même réussi à séduire Carla Bruni. C’est extrêmement différent de votre interprétation.

    Si vous n’arrivez pas à lire ce qui est écrit sans ajouter ou interpréter, je comprends que tant de choses vous échappent.

  • Effigy > Vous avez dû louper de nombreux billets de Koz qui n’ont rien à voir avec le people et qui ont entraîné de très, très nombreux commentaires. Je me souviens en particulier de discussions passionnantes sur la religion.

    Mais peut-être est-ce vous qui ne lisez que les billets people et en faites des déductions hâtives ?

  • Thaïs, hier, j’ai envoyé un com sur un article de Libé qui évoquait les commentaires des internautes sur leur article à propos du sms … en leur demandant s’ils envisageaient ensuite de commenter les commentaires des internautes commentant l’article sur les commentaires des internautes sur l’article relatif au sms. Bah, c’est pas passé.

  • sur NO mes coms passent quels que soient les sujets ! mais j’en envoie rarement et les questions sur les forums passent aussi…

  • Thaïs > Un problème de mémoire sélective chez Effigy, alors ? ; )

    Sur le Nouvel Obs, mes coms s’enregistrent sans problème mais disparaissent dans les heures qui viennent. Pourtant, je n’y mets pas de date de péremption.

    J’ai fait plusieurs copies d’écran de mes commentaires enregistrés pour prouver que je n’avais pas tenu de propos incorrects et je les ai envoyées à la rédaction. On ne m’a jamais répondu sauf une fois où on a évoqué un « problème informatique ». Il a bon dos, le problème informatique ! :’D

  • Je suis assez surpris par vos expériences sur le site de Libé.fr par exemple. Moi j’ai souvent posté des commentaires pourtant pas très intéressants du genre « excellent article. vous avez tout à fait raison » ou « NS c’est vraiment un nabot » et ils sont passés sans problème. Comme quoi ils ne modèrent pas trop.

  • Delphine, je vais réessayer car je n’ai as eu de problème mais ça fait un moment !

    epo beh nous sommes d’accord pour les trucs où on se défoule ou il n’y a rien à dire ils ne modèrent pas…

  • Koz,

    Bien d’acord avec le fait de ne pas continuer à s’écarter du point de départ d’une note, même si c’est dû au fait qu’on réagit (on = pas spécialement moi ou un tel ou une telle) souvent au post qui précède.

    La modération des commentaires sur libe.fr me paraît souvent faite au doigt mouillé. Il m’est arrivé moi même de ne pas « passer » alors que mon post n’incendait personne (oui, je peux faire) et était mieux rédigé que plus d’un. Eponymus dit « Comme quoi ils ne modèrent pas trop ». Moi je dirais : n’importe comemnt.

    Mais c’est bien pire sur nouvelobs.com, où ça peut tourner au catch dans la boue.

    Sur « les autres propos de Carla Bruni-Sarkozy », je peux commenter ce qu’il a dit au CRIF sur le projet de charger chaque enfant de la mémoire d’un petit juif français mort dans les camps : pour la dictature obscène de l’émotionnel, c’est reparti pour un tour. Bon, j’attendrai de voir si vous en faites une note…

  • Voilà, c’est ça, vous n’avez qu’à attendre, ou utiliser le chat, prévu pour les hors sujets compulsifs.

    Bon sinon, la vraie raison de ma venue, c’est le billet de mes cousins plus talentueux, de causeur.fr, qui appuie notre cousinage sur un billet que je ne renierais pas (si bien sûr, j’avais le talent, hein) :

    « Et pourtant, répétons-le, elle a des excuses. Après tout, il y a à peine trois mois, mademoiselle Bruni était au Zénith avec toute l’intelligentsia “antifasciste” pour protester contre l’amendement scélérat. Et on l’imagine volontiers défilant, non seulement pour Armani ou Prada, mais aussi contre les expulsions de sans-papiers que nombre de ses copains qualifient subtilement de déportations. Bref, elle s’est contentée de servir aux journalistes la référence qu’ils balancent régulièrement dans les gencives de ceux qui leur déplaisent, le genre “ça nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire”. Normal : culturellement, elle vient de leur monde. Elle fréquente peut-être la droite bling-bling, elle n’en est pas moins une enfant chérie de la gauche bobo. »
  • @ PMB Autant que j’ai pu en entendre aujourd’hui et à ma grande surprise F.Holland serait favorable à cette proposition au CRIF … 🙂 Alors avant de fourbir vos couteaux de gauche faut peut-être se renseigner 🙂

  • Excellent ce billet sur causeur.fr,vraiment… merci pour le lien Koz Il y a matière à reflexion pour tout le monde, si on se pose deux minutes pour réfléchir au lieu de commencer à avoir un avis sur le prochain sujet de contreverse.

  • @Koz, je n’avais pas vu l’existence de ce chat. Il faut dire que votre affichage, chez moi en tout cas, est le plus petit de tous les blogues que je fréquente. Bah, on s’y fait.

    @Margit, moi aussi je suis surpris. Et indigné de plus en plus par ce projet malsain (pas taper, Koz, j’arrête). Mais je vais à mon tout vous surprendre en vous disant que FH n’est pas du tout ma tasse de caviar. Puis-je par ailleurs vous inviter à penser qu’être de gauche ne signifie (pas plus qu’être de droite, d’ailleurs) adhérer à tout et à tous ?

    Alors avant de fourbir vos couteaux contre moi faut peut-être réfléchir 😉

  • Mille excuses, cher PMB, j’avais oublié que la gôôôche est un sacre panier de crabes d’opinions plus ou moins contraires et opposés qui ne tient ensemble que par un fil, le TSS 🙂

  • J’assume entièrement mon mépris pour un homme qui en huit mois, a insulté voire tourné au ridicule la conception de mon pays à Chypre, à Dakar, à Lisbonne, au Vatican, à Bucarest et surtout à Riyad (Ce qu’il a dit aux dirigeants saoudiens, sérieusement ça me…)

    Que sa nouvelle femme ramène la shoah dans ce débat après cet article – indéfendable – de l’obs’ ne fait que conforter mon mépris et l’élargir au couple présidentiel.

    Koz, j’ai été plus haut accuser de ne pas pouvoir donner d’amour à un enfant. Attaque étrange mais bizarrement assez blessante.Je ne répondrai pas à ça. Mais j’espère juste que ce commentaire vous a échappé. J’en appelle au sage modérateur que vous êtes et que vous avez été lors de mes attaques passées qui visaient trop durement certains commentateurs.

    Ceci dit :

    « c’est aussi le point godwin permanent qui a caractérisé la campagne contre Sarkozy. » j’aurais une nuance sur ce « permanent », mais je vous l’accorde volontiers.

    Reste que cette présidence, Cher Koz, Chère Delphine, est à mon humble avis, d’ores et déjà, une page très vilaine de l’histoire de mon pays.

    Cilia, j’ai lu l’interview après mon commentaire. Je reconnais que j’ai été, sur ce point, d’une extrême violence avec la nouvelle première dame de France. Quand à l’homme qui était sous l’enfant ce jour là et à qui 53% des français ont cru reconnaître un certain talent d’anticipation… Bon, j’en ai assez causé.

  • Chère (?) Margit, vous avez aussi oublié ce que Koz a dit fort justement plus haut : “Faut apprendre à accepter les points de vue différents, vous savez.”

    J’ajoute (mais je ne vais pas vous convaincre – pas grave) que ma vie ne se passe pas qu’à faire du TSS 😉

  • pmb pour les problemes de vue on ne pas t’aider, par contre sur firefox un petit programme permet d’ajuster la taille du texte : No Squint.

  • @effigy : votre sollicitude pour le 3° âge me touche 😉 mais je peux agir (en bas à droite – oui, je peux aller à droite) sur Modifier le niveau de zoom. Seul inconvénient : ça

  • Seul inconvénient, ça ralentit (un chouya, comme dit Koz) la vitesse.

    En tout cas, merci de vouloir que je ne m’esQuint pas les yeux !

  • Je viens de le faire, pour découvrir que la plate-forme de ce blogue propose un « mèl » néologisme (pourquoi pas) mais dont la graphie n’est pas pertinente en français. On devrait écrire mel comme sel, ciel, missel, rituel, graduel, etc.

    Ben oui, chui p’têt un affreux gauchiss’, mais je suis pour qu’on respecte les bases de notre orthographe.

    Oui, bon, je sors.

  • Koz, pardonne-moi de faire un hors-sujet qui n’en est pas totalement un. Depuis quelques semaines, je suis mal à l’aise par rapport à ce qu’il m’est donné de percevoir de NS et de son action. Dans le même temps, sa cote de popularité a régulièrement baissé et toutes les analyses, disons jusqu’à une semaine environ, que j’ai pu entendre ou lire des politologues, des opposants et des journalistes s’accordaient pour dire que le pouvoir d’achat était LA cause du mal. Au début du processus, les catégories sus-nommées en étaient même à nier toute influence de la vie privée du président, ou en tout cas la perception qu’on pouvait en avoir, sur l’évolution négative de sa popularité. Au fur et à mesure, leurs argumentaires ont accordé une part croissante aux effets de la vie privée. Et aujourd’hui, le Figaro le dit enfin : « La vie privée, principal reproche fait à Sarkozy ». http://www.lefigaro.fr/politique/2008/02/14/01002-20080214ARTFIG00604-la-vie-privee-principal-reproche-fait-a-sarkozy.php

    Et dans le détail de l’enquête d’Opinion Way, page 6, à la question de quoi parlent les français cette semaine : 20% les municipales à Neuilly 10% la relation Sarko/Bruni 9% la présence médiatique de NS 8% le décès de Salvador 7% le pouvoir d’achat

    Alors, sans vouloir faire de raccourci facile, je me pose une question. Se pourrait-il qu’au nom d’un certain orgueil, nous ayons volontairement fait l’autruche face à un problème assez simple à identifier mais peu noble à reconnaître ? Les uns, préservant leur fierté à ne pas s’abaisser à être perméables à de si personnelles considérations, et luttant pour nier le problème et préserver les qualités politiques de leur candidat. Les autres, tout aussi fiers et pour les mêmes raisons, s’engouffrant dans la brêche servie sur un plateau, et donnant un motif bien plus respectable à défendre : le pouvoir d’achat.

  • @Delphine : moi il a mis plusieurs heures à apparaïtre ! 🙂 mais le soir et la nuit je ne suis pas devant mon écran…je vais surveiller… ciao (j’arrête là pour ne pas énerver Koz)

  • Cilia, c’est là où l’on finira par voir ce qui comptait le plus dans la candidature de NS : – sa personnalité, avec ses qualités d’énergie, d’homme d’action, les valeurs personnelles qu’il mettait en avant – son programme, et dans son programme, la cohérence entre les objectifs affichés et l’action effective (choix opérés et moyens mis en oeuvre)

    Il est normal que pendant une présidentielle, on se focalise énormément sur la personnalité d’un candidat, et d’autant plus dans le cas de Sarkozy qui a souhaité placer en partie le débat sur ce terrain. Je me souviens, il y a quelque mois, avoir dit ici que la personnalité de NS était ou serait un problème, ou au moins une question, étant donné les choix de communication autour de sa candidature. On pouvait trouver que beaucoup d’attaques étaient outrancières (et je le pensais également), mais le terrain choisi n’était pas complètement hors-sujet. il était pertinent de se demander qui était au fond vraiment cet homme, qui étaient ses amis et son entourage. Bref. C’est normal qu’il y ait une désillusion, au moins pour une partie de l’électorat. Ca fait partie des suites naturelles d’une élection 🙂 Ce qui reste, c’est le programme, les choix qu’il fait, et éventuellement le décalage entre ce qu’on avait compris de sa campagne et ce qui est réellement mis en oeuvre.

  • Minable cette affaire du sms, minable cette petite phrase de Carla Bruni, minable que ces intérêts déplacés pour la vie privée des hommes et femmes politiques. Mais bon sang que cette évolution m’agace et bon sang qu’un homme comme NS en est responsable !… Il l’a voulu, il l’aura : un jour cela va se retourner contre lui, c’est peut-être en train de se produire maintenant. Mais est-ce que l’on a envie de pleurer sur le sort de NS qui a toujours utilisé la presse ? Non, on a envie de pleurer sur la presse que l’on a et qui en est réduite à ces conneries. Vivement que l’on retourne un peu au fond et que cesse cette mise en scène permanente de la vie privée sur le modèle américain.

  • Ceux qui se précipitent pour critiquer l’action de NS devrait réfléchir un tantinet honnêtement. Je sais nous sommes en période de campagne électorale, c’est difficile, cela obscurcit pas mal l’horizon … 🙂 C’est la première fois dans ma vie que j’ai accordé ma voix à un politique et son programme sans me sentir obligée de le faire. Cela ne m’empêche pas, bien au contraire, de suivre de près d’un œil critique le déroulement et la mise en place du programme et la façon dont il procède.

    Beaucoup parmi vous ont du mal à voir la méthode bien à lui de pratiquer les réformes. Il faut avoir suivi son parcours de près pour se rendre compte que tout est construit, programmé et parfois volontairement provocateur pour secouer les vieilles inerties.

    Alors ne vous arrêtez pas à la loi TEPA, car NS procède pas petites touches, les mesures vont s’enchainer de tous les côtés au même temps. Non, NS n’est pas un NS-Thatcher qui mettra le pays à feu et à sang, comme certains le prédisaient. Mais il reviendra aussi souvent qu’il faudra sur les mêmes sujets jusqu’à ce que la totalité de la reforme soit passée. Il a été élu pour 5 ans et non pas pour 9 mois. Où est-ce que vous voyez des promesses pour 9 mois dans ses discours ? Allons, un peu honnêteté !

    Quant à sa vie privée, elle nous regarde aussi peu que du temps des autres présidents… Je trouve au contraire assez honnête de ne pas jouer au saint en façade comme certains dans le passé. Ce n’est pas NS qui s’affiche, c’est les journaleux qui pratiquent le voyeurisme pour faire des affaires sur son dos. NS provoque la curiosité parce qu’il est différent des vieux croutons hypocrites du passé, et maintenant avec cette si jolie femme à ses côtés, les journaleux en profitent jusqu’à l’hystérie et ce n’est surement pas fini. Quel rôle difficile pour cette jeune femme qui doit non seulement tenter de se faire accepter à la place d’une autre mais au même temps assumer son propre vécu traîné dans la boue par des fouilles m…. ignobles.

  • Décidément, au Nouvel Obs.fr ils semblent avoir un problème avec la façon dont l’information est traitée visiblement comme je le soulignais plus haut : ( http://www.koztoujours.fr/?p=599#comment-70061 )

    On apprend aujourd’hui qu’une autre personne « décide de lutter contre la liberté de la presse » en portant plainte lui aussi pour faux contre le même journal et contre le même auteur pour l’article que je mentionnais. L’avocat de la personne présentée dans l’article comme un complice possible de JK, déclare que :

    « Ces déclarations qui suggèrent que le courtier, salarié de la Fimat, filiale de la Société Générale, pourrait avoir eu connaissance des agissements de Jérôme Kerviel, n’ont aucun fondement, assène le défenseur de Moussa Bakir. L’avocat dénonce « une altération frauduleuse de la vérité » et regrette des dialogues tronqués et des répliques «volontairement attribuées à Moussa Bakir» alors qu’elles ont été écrites par Jérôme Kerviel. Enfin d’après Jean-David Scemama, les horaires d’envoi des messages ont été modifiés et les smileys retirés des extraits parus dans la presse alors qu’ils figurent sur les originaux versés au dossier d’instruction, qui représentent environ 1.600 pages de conversations. »

    Bon, c’est pas pour autant que ce genre d’article « rappelle les heures les plus sombres de notre histoire » mais il ne rappelle pas non plus ses « heures les plus claires ».

  • margit: si la vie privée de NS ne nous regarde pas, qu’il reste discret, c’est tout ce qu’on lui demande… qu’il laisse plutôt son mariage public et évite de parler de CB ou d’ faire allusion à tout bout de champ… ceci pour l’aspect people, pour les points politiques il y a d’autres posts…

  • « Airy Routier a déclaré ne pas être certain de la date d’émission du SMS incriminé et ne pas l’avoir vu. On le lui aurait simplement lu : « J’ai seulement fait confiance à des sources verbales et fiables », a-t-il indiqué aux policiers. Il n’a pas tenté de confirmer son « information » auprès de Nicolas Sarkozy et de son ex-épouse, se contentant d’affirmer : « J’ai fait ce que font tous les journalistes ». « Toute information sur la psychologie du président mérite d’être publiée si elle est juste », a-t-il déclaré au Monde. »

    On récapitule :

    1) il n’a pas vu le sms 2) il ne sait pas quand il aurait été envoyé

    mais

    3) ça ne l’a pas empêché d’écrire que Nicolas Sarkozy l’avait envoyé, et d’une, huit jours avant son mariage, et de deux…

    La thèse bakchich gagne chaque jour en crédit.

  • Et il ne sait même pas s’il existe ou s’il s’est fait éventuellement manipulé…

    Koz, parler de crédit pour bakchich quand même 🙂

  • « la psychologie du président… »

    Je ne voudrais pas succomber à la tentation d’y voir un complot mais force est de constater que l’idée lancée par JFK pendant les élections présidentielles semble séduire certains journaleux.

    Sachant que les journaleux parisiens sont pour beaucoup à gauche et se fréquentent dans les salons et sur tous les plateaux de tv il me vient l’idée qu’il pourrait bien s’agir d’un petit groupe qui a décidé par tous les moyens, même les plus abjects de creuser ce créneau qui cherche à occulter les actions réussies de NS, à le faire juger irresponsable.

    JFK à la tête d’un petit groupe de conjurés politiques et journaleux malveillants ? Vu le personnage cela me semble possible …

Les commentaires sont fermés