Onction

Ben ouais. Fallait bien que je fasse l’original. Sacre, intronisation, c’est déjà pris. Soutien, c’est mou-mou. Investiture, c’est tout aussi administratif. Alors je fais « onction« . Sarkozy a été oint.

Trouble onction en ce qui me concerne, car il ne vous a pas échappé, à la lecture de mon précédent billet qu’un propos tenu jeudi m’a poussé dans des abîmes de questionnement ce, d’autant plus que ma lecture actuelle, « la pauvreté en héritage » en provoque d’autres… Bref, je doute donc je suis. Mais nom d’un chien, je suis densément, ces temps-ci.

Aussi, dimanche matin, me tâtai-je encore. Entre rester en famille et consacrer une part (une part seulement) de mon dimanche à l’onction de Nicolas Sarkozy, mon âme balançait. Frrrt frrrrt. Et puis, j’y suis allé.

Mais j’y suis allé dans un état quelque parallèle. Obnubilé par cette question. Et peu enclin à accorder une attention excessive au propos fédérateur d’un discours d’investiture, destiné avant tout à rassembler, et galvaniser. Eh oui, moi…

De fait, arrivé dans l’enceinte du Congrès, étant pourvu du badge adéquat, je suis allé jouer au photographe, pour fixer ce que l’on qualifiera peut-être, dans trente ans, de jour historique. Ce qui, de fait, quelle que soit la suite de cette campagne, est un jour historique : qu’il soit président ou non, la décision des adhérents de l’UMP aura une influence sur l’avenir de la France.

oups Bref, je suis parvenu à nous installer moi, mon appareil, et mon pied, sur l’estrade des photographes.

On s’en fout un peu, oui, mais c’est rigolo.

Rigolo, mais, d’un point de vue photographique, guère bouleversant : allez sortir un cliché original lorsque vous êtes placé au même endroit, même niveau que quarante de vos confrères. En ce qui me concerne, quoique doté d’un appareil respectable, je n’ai pas eu, une seconde, l’idée de rivaliser… surtout au vu de l’équipement de certains, évidemment plus adapté aux circonstances.

C’est donc en tentant de jongler entre mon oeil et mes oreilles que j’ai suivi les interventions de Michèle Alliot-Marie – non pas applaudie, mais acclamée – de Jean-Pierre Raffarin, et d’Alain Juppé.

Raffarin et Mama

Raffarin et Mama

Je ne m’en suis pas trop voulu d’avoir manqué celle de Philippe Douste-Blazy, et j’ai presque goûté le « ridicule » d’entendre un rallié de la dernière heure hurler « Sarkozy » plus fort que tous, à la tribune.

* * *

C’est dans les mêmes conditions que l’on a enchaîné, après un compte à rebours « citoyens », sur le discours de Nicolas Sarkozy et que je l’ai entendu évoquer Jaurès, Simone Veil, Georges Mandel… J’avoue que j’ai globalement apprécié cette partie de son discours, axé sur la France, et sur ses fondamentaux, parmi lesquels des résistants français et, spécialement, Jacques Chaban-Delmas, « général à 29 ans« , dont la femme était présente, et particulièrement émue.

Sarkozy et Madame Chaban-Delmas

J’ai été d’abord étonné, puis intéressé, et peut-être touché par l’évocation de Christian de Chergé.

« J’ai changé quand j’ai lu à Tibhirine le testament bouleversant de frère Christian, enlevé puis égorgé par des fanatiques avec six autres moines de son monastère. Le GIA avait prévenu : « nous égorgerons ». On retrouva les sept têtes des moines suppliciés sans leurs corps. Deux ans auparavant cet homme de charité avait par avance pardonné à son assassin : « s’il m’arrivait un jour d’être victime du terrorisme, (…). Voici que je pourrai, s’il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père pour contempler avec lui les enfants de l’Islam tels qu’il les voit (…). Et toi aussi l’ami de la dernière minute, qui n’aura pas su ce que tu faisais. Oui pour toi aussi je le veux, ce Merci, cet « ADieu » (…). Et qu’il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis s’il plaît à Dieu notre Père à tous deux ! » Par son humanité immense, par sa volonté de rassembler les hommes le frère Christian fait honneur à la France laïque et républicaine. A Tibhirine j’ai compris ce qu’est la force invincible de l’amour et le sens véritable du mot « tolérance ». A Tibhirine le frère Christian m’a enseigné, par-delà la mort, que ce que les grandes religions peuvent engendrer de meilleur est plus grand ce qu’elles peuvent engendrer de pire, que les extrémismes et les intégrismes ne doivent jamais être confondus avec le sentiment religieux qui porte une part de l’espérance humaine. Opposer ce sentiment religieux à la morale laïque serait absurde. Nous sommes les héritiers de deux mille ans de chrétienté et d’un patrimoine de valeurs spirituelles que la morale laïque a incorporé. La laïcité à laquelle je crois, ce n’est pas le combat contre la religion. C’est le respect de toutes les religions. »

Je ne me leurre pas sur ce qu’un discours de campagne comporte de signaux adressés aux uns et aux autres. Mais je crois pouvoir penser que Nicolas Sarkozy fait preuve sur ce sujet-là d’une constance remarquable. Et, quoiqu’en diront les contempteurs des religions, je partage pleinement sa conception de la laïcité. Etat et religions doivent être séparés, c’est certain. Mais au nom de quoi les sentiments profonds de millions de français devraient-ils être méprisés ?

Enfin, tout en restant prudent sur l’éventuel appel du pied que peut constituer un tel passage, je relève néanmoins que, dans une France dont un sondage nous a dit récemment qu’elle n’était plus catholique, il y a un certain courage dans une telle évocation.

J’ai eu l’occasion d’interroger Christine Boutin à ce sujet et vous laisse écouter…

Il m’a semblé qu’elle se trompait sur mon sentiment à cet égard, justifiant le fait que Nicolas Sarkozy ait cité Jaurès ce qui, n’étant pourtant pas socialiste, ne me gêne pas le moins du monde, bien au contraire. L’interview se termine en eau de boudin, lorsque je me suis aperçu que ma question devenait d’une longueur épouvantable et qu’au lieu de l’interviewer, je me mettais à exposer mes propres opinions…

Sarko

Sarko

Sarko

    • *

Mais, disons-le : j’avais surtout l’espoir d’avancer sur la question qui me tarabustait.

Je me suis donc mis en tête de l’évoquer avec chaque représentant de l’UMP que j’ai pu croiser. Que ce soit Vincent, de Lavande et Coquelicots et, surtout de l’UMP des Bouches-du-Rhône, ou de membres du service internet.

Surtout, je l’ai évoqué comme prévu avec des responsables de l’UMP, dans l’espoir, non d’obtenir – évidemment – de propos définifs et fermes, mais à tout le moins de les sensibiliser au fait que, pour des électeurs potentiels, plutôt favorables, le fait de traiter différement français et étrangers en situation régulière pouvait « gêner« .

J’ai interrogé Christine Boutin à cet égard, et vous livre sa réaction :

Revenant vers la salle de presse, je trouvais Luc Chatel (porte-parole de l’UMP, pour ceux qui l’ignorent) :

Je ne vous dirai pas que je suis extrèmement satisfait des réponses. Il était évidemment difficile à l’un comme à l’autre de revenir sur des propos tenus par Nicolas Sarkozy jeudi. Luc Chatel est très évasif sur la question, répondant peut-être davantage à la question qu’il a voulu entendre qu’à celle que je lui ai posée. Et je ne suis pas tout à fait certain, à propos de la réponse apportée par Christine Boutin, de trouver bienvenu de « rassurer » ceux qui s’inquiéteraient d’un afflux d’étrangers, qu’il me semble possible de réguler autrement.

Pour autant, c’est certes maigre, mais je retire un point positif de ces échanges : une telle position ne m’a pas semblé faire partie du corpus central de l’UMP. Elle était même assurément ignorée de certains de mes interlocuteurs.

En tout état de cause, j’espère avoir pu, de cette manière, attiré leur attention sur ce point. C’était l’un de mes objectifs en me rendant à ce congrès.

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

36 comments

  • « La laïcité à laquelle je crois, ce n’est pas le combat contre la religion. C’est le respect de toutes les religions. »

    Alors que beaucoup confondent laïcité et athéisme, ce propos ne peut qu’être le bienvenu !

  • La laicité c’est effectivement le respect de toute les religions mais AUSSI le refus de voir le champ religieux interférer avec la sphère publique.

    Nous apportons nécessairement, dans la sphère publique, à chaque fois qu’il nous est donné de partager avec d’autres, nos valeurs, notre culture et notre éducation. Et bien évidement ce capital social est parfois teinté de valeurs religieuses mais il faut AUSSI savoir réduire cet apport à la sphère publique au minimum commun. Faute de quoi certaines religions, certaines conceptions et certaines personnes se sentiront « oppréssées » et tendront à clamer leurs valeurs quitte à les apporter dans la sphère publique.

    Dur équilibre que celui à trouver entre religion et espace publique. Parfois je pense sincèrement que NS va juste un peu trop loin, pas de beaucoup mais quand même. On peut être catholique et éviter toutes ces références, en se contentant de promouvoir des valeurs désormais universelles et transreligieuses..enfin je crois.

  • qu’elles n’interférent pas dans la sphère publique ne veut pas forcément dire qu’elles en sont bannies, les croyances ont été « incorporées », sécularisée (certains diraient « dissoutes »). Et justement cette vision de la laïcité est appliquée dans son discours,

  • Il en va de la religion comme de l’orientation sexuelle. on s’en fout ! Ce qui importe c’est l’opinion d’un quelconque qui peut être débattue, contredite, acceptée, valorisée, combattue, enfin le cursus normal d’un échange entre personnes sensées quelle que soit l’origine de ses certitudes.

    Ce qui caractérise un homme ou une femme ce ne sont pas ses certitudes, mais sa capacité à apprendre, comprende, raisonner et échanger.

    PS : la laicité symbole de la compréhension de toutes les religions ! oui mais surtout symbole de la liberté de chacun et chacune de n’avoir aucune chapelle et pourtant être un être complet et respectable, libre.

  • « Ce qui caractérise un homme ou une femme ce ne sont pas ses certitudes, mais sa capacité à apprendre, comprende, raisonner et échanger. »

    euh t’es bien sûr de ton fait, là? que ça définisse un être humain, pourquoi pas…mais un homme ou une femme, ça va te permettre de les distinguer beaucoup entre eux!

  • c’est l’heure du fils d’immigré, Sarkozy! Il est temps qu’on mette à l’Elysée, quelqu’un d’origine étrangère, quelqu’un qui travaille dure et qui est ouvert aux autres et au monde. Ce quelqu’un est Sarkozy!

    C’est avec lui, que les français d’origine étrangère, blanc, noir, asiatique ou arabe, ont la possibilité d’avoir leur place dans cette société, jusqu’à maintenant agréssivement blanche.

    Il est temps, qu’on ait des ministres, diplomates, magistrats ou présentateurs noirs dans ce pays. IL est temps qu’on ait une France de tous, blancs, noirs et autres couleurs… José Bouquinhas

  • Maigre, en effet… Mais curieusement, en dehors de l’article du Monde, d’un communiqué de la LCR et de quelques réflexions sur des médias indépendants, on voit peu de réactions (et peu d’attaques) pour l’instant sur ce sujet, pourtant important sur le plan des principes, qu’il est tout à votre honneur d’avoir évoqué.

    On en vient à souhaiter (au cas où il serait élu) que les convictions chrétiennes de Nicolas Sarkozy ne servent pas seulement à des fins électorales ou idéologiques mais débouchent plutôt sur une approche plus humaine des problèmes concrets (à l’image de la vôtre).

    Plus généralement, le contrôle et la sanction des fraudeurs, des tricheurs et des profiteurs du système (il y en a quelques-uns) ne doivent pas occulter (même si cela constitue un thème porteur auprès d’une certaine frange de l’électorat) le fait que l’immense majorité des bénéficiaires de tous ces droits sociaux de base sont avant tout de « pauvres gens ». Qui a déjà mis les pieds à l’ANPE ou à la Sécurité sociale et a des yeux pour voir le sait bien… D’autant que toutes les études des spécialistes sur le sujet confirment cette perception.

  • On s’en fout, on s’en fout… oui et non.

    Il ne s’agit évidemment pas que le Président de la République se voit réservé tel ou tel traitement en fonction de sa religion. Il ne s’agit pas non plus qu’il invoque ses convictions religieuses à l’appui de son action politique – l’exemple d’un Georges Bush enrôlant implicitement Dieu dans ses réunions est néfaste. Il s’agit simplement de ne pas nier ni, a fortiori combattre, la conviction fondamentale de milliers – millions – de nos concitoyens. Ils ont autant droit à la considération de l’Etat que tel club de natation ou de foot.

    Il devient assez absurde d’adopter vis-à-vis des religions le même comportement qu’en 1905. Si l’Eglise ne renonce pas à prendre part au débat, il serait temps que tout le monde se rende compte qu’elle ne cherche pas à prendre le pouvoir en France.

    [quote comment= »618″]Ce qui caractérise un homme ou une femme ce ne sont pas ses certitudes, mais sa capacité à apprendre, comprende, raisonner et échanger.[/quote]

    Si je peux me permettre, la foi est rarement une certitude

    [quote comment= »618″]PS : la laicité symbole de la compréhension de toutes les religions ! oui mais surtout symbole de la liberté de chacun et chacune de n’avoir aucune chapelle et pourtant être un être complet et respectable, libre.[/quote]

    Certes. Mais qui le nie ?

    [quote comment= »622″]Plus généralement, le contrôle et la sanction des fraudeurs, des tricheurs et des profiteurs du système (il y en a quelques-uns) ne doivent pas occulter (même si cela constitue un thème porteur auprès d’une certaine frange de l’électorat) le fait que l’immense majorité des bénéficiaires de tous ces droits sociaux de base sont avant tout de « pauvres gens ». Qui a déjà mis les pieds à l’ANPE ou à la Sécurité sociale et a des yeux pour voir le sait bien… D’autant que toutes les études des spécialistes sur le sujet confirment cette perception.[/quote]

    Je crois que nous sommes assez d’accord. En ajoutant toutefois qu’une grande vigilance sur le contrôle permettrait de dissiper d’autant plus ce sentiment flottant que les fraudeurs sont legion, et asseoir davantage la légitimité des aides qui sont apportées.

  • Koz écrit

    « … En ajoutant toutefois qu’une grande vigilance sur le contrôle permettrait de dissiper d’autant plus ce sentiment flottant que les fraudeurs sont legion, et asseoir davantage la légitimité des aides qui sont apportées. »

    300% d’ accord mais cela va supposer un changement « moral et culturel » chez tant de gens, fonctionnaires et syndiqués, pour qui le contrôle des prestations sociales, ASSEDIC, RMI et j’ en passe, c’ est du flicage et de la persécution du faible et du malheureux. Sans compter la modernisation des systèmes informatiques …

  • [quote post= »62″]Si je peux me permettre, la foi est rarement une certitude[/quote]

    Ah bon !?

    Mais qu’est-ce que c’est, alors ? Une hypothèse ?

  • [quote comment= »619″] »Ce qui caractérise un homme ou une femme ce ne sont pas ses certitudes, mais sa capacité à apprendre, comprende, raisonner et échanger. »

    euh t’es bien sûr de ton fait, là? que ça définisse un être humain, pourquoi pas…mais un homme ou une femme, ça va te permettre de les distinguer beaucoup entre eux![/quote] Pardon mais il est indiqué « Ce qui caractérise un homme ou une femme… » et pas un homme d’une femme. La nuance est importante et nul neprétend distinguer une femme d’un homme sur les critères énoncés.

  • Ah çà ! Quand même, je n’aurais pas crû qu’on pourrait me toucher avec un reportage sur l’intronisation de Nicolas Sarkozy.

    Pour ce qui est de l’épanouissement des religions dans la laïcité, il n’y a aucun problème, tant on trouve des pratiquants de chacune des grandes religions aussi bien à droite qu’à gauche.

  • [quote comment= »626″][quote post= »62″]Si je peux me permettre, la foi est rarement une certitude[/quote]

    Ah bon !?

    Mais qu’est-ce que c’est, alors ? Une hypothèse ?[/quote]

    Une espérance ?

    [quote comment= »632″]Ah çà ! Quand même, je n’aurais pas crû qu’on pourrait me toucher avec un reportage sur l’intronisation de Nicolas Sarkozy.[/quote]

    Hein, la vie n’est-elle pas surprenante ?!

  • La réponse que j’avais envie de faire au précédent billet, et que je vais donc faire pour celui-ci c’est qu’il n y a pas de débat. Et lorsque tu demandes « était-il vraiment utile d’initier un tel débat ? », je suis surpris, car il n’y a bien qu’ici que je vois le débat s’initier. En l’occurrence, en lisant l’article du Monde, je vois que Sarkozy regrette qu’il y ait des étrangers dont la présence ne se justifie que pour les allocations. Du coup, il leur demande de s’intégrer, d’où cette histoire de résidence de 10 ans en France. J’ai du mal à voir là la préférence nationale, puisqu’il faut comprendre qu’il s’agit de ton inquiétude.

    Mais si tu es venu à ce Congrès avec cette question à l’esprit, peut être que l’intervention de Rama Yade (toujours visible sur le site de l’UMP) t’aurais rassuré sur son approche de ce genre de chose : intégration plutôt que rejet lorsqu’on est en situation régulière.

  • Je n’ai pas trouvé l’intervention de Rama Yade sur le site de l’UMP mais tout comme je l’ai dit sur ce billet je ne vois pas de débat sur la question des 10 ans nécessaires pour la mise en oeuvre de ce droit opposable. Il ne s’agit nullement de préférence nationale et d’ailleurs même la Gauche ne l’a pas relevé (elle est pourtant peu avare de basses attaques personnelles ces derniers temps…).

  • J’ai relu l’article du Monde.

    Dire « préférence nationale » est effectivement peut-être un peu exagéré dans la mesure où, si l’on est vraiment rigoureux sur les principes, il faut aussi relever que ce n’est pas français : oui, étrangers : non. Mais étrangers à peine débarqués : non, étrangers intégrés : oui.

    Ce n’est donc pas, en soi, le seul fait d’être étranger qui « coince ».

    Mais, il ne s’agit pas, tout de même, que d’une réflexion en l’air : Thierry Mariani a annoncé vouloir déposer un amendement.

    Il est au demeurant assez possible que, comme le dit Christine Boutin, le propos ne soit destiné qu’à rassurer « certains ».

    Que certains étrangers s’installent sur le territoire à seule fin de toucher des allocations et de bénéficier des droits sociaux français, sans fournir une véritable contrepartie, me dérange aussi, dans son principe. Dans sa réalité, j’aimerais être certain de l’ampleur du phénomène, comme du fait que l’on trouverait vraiment des personnes pour venir se placer en situation de mal-logement durant un délai suffisant pour bénéficier d’un droit au logement, qui ne semble pas exclure le fait de devoir verser un loyer…

    Au final, je préfère la proposition qui consiste à prendre en compte, pour l’entrée sur le territoire, les perspectives des entrants, sans pour autant non plus empêcher celui qui aurait plein d’allant de tenter sa chance, comme certains ont été heureux de pouvoir le faire dans un pays, les Etats-Unis qui, s’il est restrictif en matière d’immigration, n’a pas toujours eu à se plaindre de ses apports étrangers.

    Surtout, je n’aime pas le fait de se focaliser sur les étrangers. Les étrangers, ça passe comme une lettre à la poste quand la croissance est là. Soudainement, la question paraît moins d’actualité. Il n’y a que lorsque le pays va mal qu’il se découvre un problème avec ses étrangers. Alors, la priorité, elle est là : rétablir la croissance, rendre l’économie dynamique. Et c’est bien davantage ce Sarkozy-là, susceptible, il me semble, de « libérer des énergies », de bousculer un certain ronronnement économique français, qui m’intéresse, pas un Sarkozy frileux…

    NSI, je n’ai pas fini de lire son discours. C’est un beau discours, beaucoup de choses dites m’ont vraiment plu – au premier rang desquelles celle que j’ai citée, puisqu’elle me semble assez courageuse – mais c’est toujours un discours de campagne. De quelque candidat que cela vienne, il faut faire la part du propos à finalité électorale.

    Même si cela peut renseigner tout de même dans la mesure où la célébration du mélange, de l’ouverture, de la rencontre est, c’est certain, un discours que l’on trouve peu dans la bouche d’un Le Pen ou d’un Mégret.

    Le pari est de penser que c’est bien là la vraie nature de Sarkozy. Jusqu’à maintenant, j’ai eu tendance à le penser. Il est vrai que, dans une campagne électorale, on a tendance à naviguer pour ne s’aliéner personne – Boutin et Chatel ne paraissaient d’ailleurs pas spécialement « à l’aise », ou convaincus, sur la question – Mais, au final, cela brouille un peu le personnage. J’aime autant signaler que ce petit « coup de barre », pour le coup, pourrait lui aliéner d’autres personnes.

  • Ce que j’ai retenu des reportages télé entrevu sur cette « faîte » comme il est dit dans le « tour de gaule », c’est de vouloir faire augmenter les rémunérations des salariés en baissant les charges. IL serait temps que l’on dise la vérité aux français, à tous et de manière claire : La rémunération d’un salarié est composée grosso modo en deux parties : une qu’il touche directement : le salaire net une qu’il touche de manière différée et selon ses besoins : les charges sociales tant dite salariale que patronale. Ce n’est pas en baissant ces dernières que le pouvoir d’achat augmentera. Nous ne ferons pas l’économie d’une reflexion et d’une remise a plat de la solidarité dans notre pays. Quand on vois la grande réussite d’une rémunération indirecte non mutualisée au niveau national, cf les USA, vouloir la détruire chez nous me semble jouer avec le feu. Donc bravo M Sarkozi pour votre discours energique, mais déroulez votre description de la société de manière globale et non petit morceau par petit morceau de mabière a satisfaire chacun et a cacher les incohérences qu’il peut exister entre les différentes promesses. De toutes façons, les promesses politiques, jusqu’à preuve du contraire, n’engagent que ceux qui y croient…

  • [quote comment= »638″] NSI, je n’ai pas fini de lire son discours. C’est un beau discours, beaucoup de choses dites m’ont vraiment plu – au premier rang desquelles celle que j’ai citée, puisqu’elle me semble assez courageuse – mais c’est toujours un discours de campagne. De quelque candidat que cela vienne, il faut faire la part du propos à finalité électorale.

    Même si cela peut renseigner tout de même dans la mesure où la célébration du mélange, de l’ouverture, de la rencontre est, c’est certain, un discours que l’on trouve peu dans la bouche d’un Le Pen ou d’un Mégret.

    Le pari est de penser que c’est bien là la vraie nature de Sarkozy. Jusqu’à maintenant, j’ai eu tendance à le penser. Il est vrai que, dans une campagne électorale, on a tendance à naviguer pour ne s’aliéner personne – Boutin et Chatel ne paraissaient d’ailleurs pas spécialement « à l’aise », ou convaincus, sur la question – Mais, au final, cela brouille un peu le personnage. J’aime autant signaler que ce petit « coup de barre », pour le coup, pourrait lui aliéner d’autres personnes.[/quote] Certes nous sommes entrés en campagne et il faut trier mais Nicolas Sarkozy n’a jamais été dans le camp des xénophobes ou plus largement des ennemis de l’Etranger. Il est clair que cela brouille l’image d’un certain point de vue mais la clarifie d’un autre en ce sens qu’il ne dit surtout pas qu’en France tout le monde est le bienvenu et sera logé comme un Pape, ce qui serait immédiatement dénoncé par l’extrème-droite et la Gauche en coeur (les uns invoquant la mort de la France les autres la démagogie). En résumé il me semble que Nicolas Sarkozy met en oeuvre un de ses engagements : être honnête. Et nous savons qu’en politique ce n’est pas toujours facile….

  • [quote comment= »636″]Quand je lis dans le discours de Nicolas Sarkozy :

    « Je veux être le Président d’une France qui aura compris que la création demain sera dans le mélange, dans l’ouverture, dans la rencontre. »

    je n’ai plus aucun doute.[/quote]

    Le doute est quand même permis quand on confronte les idéaux louables et même humanistes de cette déclaration et le traitement de la question de l’immigration irrégulière, ou même régulière.

    Si l’immigration à baissé ces dernières années c’est principalement en raison de la diminution des entrées d’étudiants étrangers et de la baisse des demandes d’asile politique.

    Pour partager encore faut-il avoir les moyens de rencontrer, ce qui s’avère semble t-il aujourd’hui un peu compromis.

    Vous me direz qu’avec l’immigration choisie ça va bien se passer.

  • [quote comment= »638″]Au final, je préfère la proposition qui consiste à prendre en compte, pour l’entrée sur le territoire, les perspectives des entrants, sans pour autant non plus empêcher celui qui aurait plein d’allant de tenter sa chance, comme certains ont été heureux de pouvoir le faire dans un pays, les Etats-Unis qui, s’il est restrictif en matière d’immigration, n’a pas toujours eu à se plaindre de ses apports étrangers.[/quote] Mais n’est-ce pas justement la logique de l’immigration choisie ? Que les étrangers présents en France aient le maximum de chance d’être intégrés et d’avoir de bonnes conditions ?

    Alors après on peut faire du spin autant qu’on veut sur ses déclarations, donner dans le concert « Sarko me fait peur », « Sarko m’inquiète », lorsque ce n’est pas « Sarko facho » pour le faire passer pour ce qu’il n’est pas, mais autant admettre tout de suite que la campagne se fera sur des bases douteuses.

    Car si on veut casser du sucre sur le dos de Sarkozy, je pense qu’on peut trouver dans son programme plusieurs points discutables sans qu’on ait besoin de lui faire un procès d’intention : il n’y ni focalisation sur les étrangers, ni coup de barre vers l’extrémisme.

  • [quote comment= »627″][quote comment= »619″] »Ce qui caractérise un homme ou une femme ce ne sont pas ses certitudes, mais sa capacité à apprendre, comprende, raisonner et échanger. »

    euh t’es bien sûr de ton fait, là? que ça définisse un être humain, pourquoi pas…mais un homme ou une femme, ça va te permettre de les distinguer beaucoup entre eux![/quote] Pardon mais il est indiqué « Ce qui caractérise un homme ou une femme… » et pas un homme d’une femme. La nuance est importante et nul neprétend distinguer une femme d’un homme sur les critères énoncés.[/quote]

    NSI, je me suis mal exprimé (j’ai même oublié un mot). Je parlais de la distinction entre un être humain et un homme/femme en tant qu’individu. Et bien entendu, pas la distinction entre homme et femme (interdit de parler sur ce blog à vocation politique :-)). Et pour préciser mon commentaire, la capacité à apprendre, comprendre, raisonner et échanger peut être considéré comme le propre de l’être humain. Les certitudes (convictions) de chacun définissent en partie l’individualité de chacun/chacune. Je ne rejoins donc pas Mr La Vieille qui pose comme définition que les certitudes individuelles ne caractérisent pas un homme.

  • J’ai bien aimé cette chronique du Monde… On reste dans la religion…

    Le Fils de l’homme sur TF1, par Dominique Dhombres LE MONDE | 15.01.07 | 13h46

    Avez-vous vu les stigmates ? Le Fils de l’homme, humble et pantelant, souffrait devant nous, avec nous et pour nous sur l’écran.

    (…)

    Je coupe : pas de copier-coller. Pour plusieurs raisons : (i) un lien, c’est plus pratique, (ii) les copier-coller me donnent de l’uritcaire, (iii) les droits d’auteur. Ceux qui veulent retrouver cette chronique ont le titre, et le média

  • Bon basta, c’était un moment magnifique et émouvant.

    C’est tellement rare de voir la droite rassemblée en grand nombre autour d’un projet et d’un homme que tout le monde a été surpris. C’est cela qui compte. Je ne chipoterai pas sur des détails de tournures de phrases et de leurs interprétations possibles.

    Koz vous me gâchez ma joie d’avoir enfin prouvé aux gens de gauche qui passent leur temps à faire des fêtes de l’humanité et des congrès que la droite aussi est capable de se réunir en grande assemblée populaire, avec des adhérents qui ne rasent plus les murs.

    NS nous a libéré de cette maladie honteuse que la gauche a su nous instiller en quelques décennies. Je le constate autour de moi, les langues se délient et les gens osent enfin se dire fièrement de droite. C’est cela qui est important et non pas les quelques détails d’interprétation d’un discours.

    Maintenant NS aura à rassembler et ce rassemblement devrait aussi inclure les gens qui se sont égarés du côté de Le Pen, De Villiers et autres Chevènementistes.

    N’a-t-il pas conclu son discours avec ces paroles :

    « Je demande à mes amis qui m’ont accompagné jusqu’ici de me laisser libre, libre d’aller vers les autres, vers celui qui n’a jamais été mon ami, qui n’a jamais appartenu à notre camp, à notre famille politique qui parfois nous a combattu. »

  • 🙂 Et oui, je le disais plus haut, les gens ont été surpris que l’on puisse à droite aussi s’enthousiasmer pour une cause et pour un homme. Cela m’a rappelé le grand rassemblement de la droite pour défendre l’école privée. Nous nous rassemblons rarement, seulement quand le sujet nous semble vraiment important.

  • “J’ai changé quand j’ai lu à Tibhirine le testament bouleversant de frère Christian, enlevé puis égorgé par des fanatiques avec six autres moines de son monastère. […] Par son humanité immense, par sa volonté de rassembler les hommes le frère Christian fait honneur à la France laïque et républicaine.” Je connais Bellefontaine et j’ai suivi ces évènements auprès des frères de l’Abbaye. Les novices sont revenus, par obéissance, et les martyrs, témoins de leur foi, ont vécu simplement selon leurs vœux. Maintenant, quand un “enfant de l’immigration” évoque la mémoire d’un moine égorgé par des musulmans, fanatiques, certes, cela n’est pas innocent. Ce n’est pas non plus étonnant. Des candidats à l’élection présidentielle vont-ils déclarer, l’un, que des religieux en moins, c’est toujours mieux pour la république, l’autre, passant ses fins de semaine à la campagne, où elle vient à la rencontre de “la France qui gagne”, qui gagne “parce qu’elle est intelligente”, qu’elle en appelle à “la France qui perd”, “celle des cons” ? La bataille fait rage, on est sur le théâtre des opérations, on est sur la scène préférée de Coluche. Et tant qu’il y a des spectateurs… “Les montagnes sont hautes, les océans sont larges” (Hsueh tou, 980-1052).

  • [quote comment= »644″][quote comment= »638″]Au final, je préfère la proposition qui consiste à prendre en compte, pour l’entrée sur le territoire, les perspectives des entrants, sans pour autant non plus empêcher celui qui aurait plein d’allant de tenter sa chance, comme certains ont été heureux de pouvoir le faire dans un pays, les Etats-Unis qui, s’il est restrictif en matière d’immigration, n’a pas toujours eu à se plaindre de ses apports étrangers.[/quote]

    Mais n’est-ce pas justement la logique de l’immigration choisie ? Que les étrangers présents en France aient le maximum de chance d’être intégrés et d’avoir de bonnes conditions ?[/quote]

    Si. Et c’est précisément à cela que je fais allusion. La politique d’immigration choisie ne me paraît pas problématique en elle-même (il faut seulement veiller à ses modalités), et ce que j’ai écrit, c’est ce que Sarko dit. C’est pour ça que je trouve inutile et malvenu d’aller plus loin.

    [quote comment= »647″]Koz vous me gâchez ma joie d’avoir enfin prouvé aux gens de gauche qui passent leur temps à faire des fêtes de l’humanité et des congrès que la droite aussi est capable de se réunir en grande assemblée populaire, avec des adhérents qui ne rasent plus les murs.[/quote]

    Oui, ben moi, ça m’a aussi « gâché ma joie« . J’ai hésité à publier le précédent billet, et celui-ci, à la rigueur, dans la foulée, mais je ne veux pas tenir un blog univoque. Je donne mes sentiments, et j’aurais eu du mal à respecter ma démarche si j’avais tu mes questionnements dans une optique purement électorale.

    Il y a par ailleurs de nombreux points que j’ai apprécié dans ce discours, bien évidemment. Mais c’est simplement la vérité : j’y suis allé préoccupé par cette question.

  • Et moi? Moi le petit ouvrier dans les entrailles de l’industrie moi celui sans voix et droit a la parole moi le brave professeur, ingenieur ou cadre moi le grain de sable dans la foule silencieuse j’ai aussi le droit a la parole. Et pas seulement aux elections. On n’est plus les veaux de la Republique. Le peuple n’avalera pas les promesses a tou-va de nos candidats interesses a faire de la com et etudier les sondages, organiser des rencontres bidons avec le peuple faire des simulacres de discutions dans laquelles le candidat choisi lui meme les questions qui doit etre pose et les reponses connus d’avance. Cette mascarade au iz de dictature communiste doit cesser. Les gens de bon sens doivent se revolter et ne pas accepter cette meprise a l’echele nationale. Qui peut croire aujourdhui que tout va bien et que le promesses de nos stars fabriques par la com et les medias peuvent etre tenu? Les discours a la Fidel, la demagogie et le fast insultant pour les milions des smicards des RMI-stes et des enfants pauvres de notre pays les promesse iresponsable meme anti patriotiques des socialistes qui prometent l’Eden social en sachant que la dette siderale asphixie notre pays rendrant la clase moyene ou niveau de la classe ouvriere et l’ouvrier a la place du SDF, de l’assiste eternel en le devalorisant et lui interdissent toute ascension sociale, ont montre ou est arrivée notre pauvre France. Vous le politiques profesionistes de droite comme de gauche vous ettes le cancer que notre pays souffre. Le peuple ignorant est plus eveille come jamais. Et il va choisir son president. Un president come lui qui connait le prix de la sueur et qui a mis sa cariere en danger pour sauver la Republique. Vous svez tous qu’il est. S’est Francois Bayrou .S’est lui qui va donner l’espoir pour tous les francais de droite du centre de gauche et des extremes. L’espoir au pauvres ou au riches au bienportants et au malades aux ouvriers et a ceux laissé pour compte. Et sans des congreses de tip bolchevique ou des grand paroles vide de sens. Mais avec de reunions au coeur du pays d’ou il viennt avec les citoyens lambda sans des cammeras se des microphons. REVEILLEZ TOI PEUPLE DE FRANCE !!!! LE TEMPS DU THIERS ETAT EST ARRIVEE!!!

  • [quote comment= »675″] REVEILLEZ TOI PEUPLE DE FRANCE !!!! LE TEMPS DU THIERS ETAT EST ARRIVEE!!![/quote]

    Simbad, merci de ce commentaire, où manquent quelques accents, où quelques lettres sont de trop, peut-être…

    “Votre constant désir de parvenir à l’éveil séance tenante vous dupe, aussi il est essentiel que vous abandonniez cette attitude et demeuriez juste dans l’absence de discrimination et de compréhension. Ne déplorez pas l’émergence de pensées et n’arrêtez pas les pensées émergentes. Réalisez simplement que votre esprit originel, depuis le début, est au-delà de la pensée, de sorte que vous ne vous impliquez plus avec les pensées quelles qu’elles soient. Eveillez cet esprit originel, aucune autre compréhension n’est nécessaire. ” (Bankei, 1622-1693).

  • Je n’aurai pas utilisé le terme onction car il a une connotation religieuse du fait qu’il émane d’un terme de la liturgie de la haute antiquité. Mais c’est vrai qu’il est pas mal et que ça change des autres termes. Mais nous sommes en europe dans une laïcité herité de la chrétienté.

  • C’est de plébiscite soviétoïde, avec la dimension de sacralisation post-moderne de la politique que cela implique (et qui coûte (pour UN SEUL congrès de l’UMP) 4 millions d’euros au contribuable… Tout le monde trouve-t-il cela normal ? Cela doit être comme de subventionner l’art contemporain abscons, le plus souvent abject, antichrétien et antihumain, scatologique, limite pédophile. Bref.), qu’il faudrait parler, avec 98 % des voix grâce à l’élimination (ou l’imposition du silence) des opposants (plus d’un tiers des militants n’a pas voté…). Quant à la référence religieuse, quand on descend dans l’abjection au point de faire applaudir une loi qui a fait sept millions de victimes innocentes sans défense, en reprenant en passant le mensonge des 300 000 avortements d’avant la loi Weil (55 000 d’après l’INED récemment), je préfère que celui qui donc descend dans une telle abjection ne déshonore pas le christianisme en s’y référant.

    Mes respects. Olivier.

  • Pour information : pour la deuxième fois – dans un discours puis dans « Ensemble » – il n’est évoqué, pour la restriction du droit au logement opposable que les étrangers en situation irrégulière. « Dont acte ».

    (oui, je sais, c’est le même commentaire que sur l’autre billet)

Les commentaires sont fermés