La bataille d'Alger

Incroyable présentation du film « la bataille d’Alger » ce soir dans le JT de TF1. Evocation de la torture. Soit. Et puis, interview du chef du FLN du secteur d’Alger qui aurait (si j’ai bien saisi) réaliser le film et qui y joue son propre rôle. C’est lui, nous dit-on, qui a eu l’idée de recourir à des femmes pour aller poser des bombes dans des lieux fréquentés… On le voit ainsi dans un extrait distribuant des sacs à ces femmes, leur donnant les adresses des bars dans lesquels elles déposeront les bombes qui déchiquèteront femmes, enfants, hommes, tous civils innocents. Et le retrouver en gros plan, souriant, et expliquant qu’un mouvement comme le FLN n’a d’autre choix que de porter la contradiction au sein du « camp » opposé, et autres propos tendant à faire de lui un honnête résistant.

On atteint tout de même, en France, des summums ! La repentance n’était pas suffisante. Nous avions déjà – et certes il le fallait – admis l’utilisation de la torture. Oui il faut la condamner. Face à celui qui sait au milieu de quel café bondé de civils va exploser la prochaine, il faut rester humain, poli, civilisé et respectueux du Code de Procédure Pénale. Et ne pas le tutoyer.

De là à donner aujourd’hui la parole à l’ordure qui fit le choix de massacrer des civils pour qu’il puisse nous en offrir une souriante justification…

note de lecture

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

29 comments

  • Pour avoir vu l ‘interview dont vous parlez j’ai été totalement révoltée. Présenterait-on les poseurs de bombes du metro St Michel avec autant de complaisance !!! Les parents des victimes de la rue d’Isly ont dû apprécier, il faut dire que beaucoup sont morts aussi. Merci de montrer un peu d’intérêt pour eux !

  • jusqu’ou iront certains pour salir la France.Nous avions déja baisser le pantalon,et ça ne suffit pas .Ils doivent bien rire ces assassins.

  • Dites-moi si je suis à coté de la plaque, mais dans ce genre de cas, c’est à dire d’indignation devant un reportage « incroyable », et compte tenu du catalyseur ( oui, j’imagine que cela n’est pas votre but, mais .. ) que peut representer un blogue, vous est il venu àl’idée d’écrire à TF1 et d’en informer vos lecteurs ?

  • J’ai lu la lettre ouverte aux poseuses de bombes, lettre sans haine mais très émouvante, d’une femme qui buvait son lait fraise au milk bar d’Alger quand Djamila Boupacha et Djamila Bouhared posèrent leurs engins de mort. Elle disait en gros « vous êtes des héroïnes dans votre pays mais moi depuis l’âge de 14 ans je n’ai plus de jambes ». Que les deux dames soient considérées comme de grandes résistantes en Algérie passe encore, qu’on fasse d’elles ou de leur chef des gens formidables chez nous, cela devient incroyable.

  • J’essaye de récupérer la vidéo, je ne pense qu’il y a certains qui ne vont pas laisser passer cela.

    @ Mowgli:

    Vous suivez ce qui se passe sur la blogosphère? On ne compte plus le nombre d’interventions, de rectifications des grands médias du fait du buzz développé sur les blogs…

    Dernier exemple en date: la vidéo des snipers en Irak qui ne font en fait que shooter des marmottes au fin fond des States.

  • Quand la repentance ne suffit plus, il reste l’auto-flagellation…

    Il est vrai que le choix de la rédaction de TF1 de diffuser ce passage est plus que douteux, car cela m’étonnerait fort que l’interview n’ait duré que 10s (temps de son intervention). Alors qu’est-ce qui a été coupé au montage ? Le reste était-il encore pire ? Ce dont je doute. Ou est-ce que la rédaction a trouvé que c’était le passage le plus intéressant à diffuser ? Surement le plus probable.

    Outre ce que cela nous apprend sur la médiocrité de la rédaction de TF1, mais que le besoin légitime et nécessaire de s’excuser et de réparer le mal que la France à causé par le passé se transforme peu à peu en une passivité bienveillante à l’égard de ceux qui ont commis des crimes à notre encontre (je parle des français en général), là cela devient effrayant !

    Que ces gens soient considérés comme des héros en Algérie, c’est logique. Que ce soit le cas en France aussi, ça ne l’est pas. Et je rajouterais qu’en ce qui me concerne, s’en prendre à des civils innoncents (peut importe la nationalité ou la cause) ne peut en aucun cas rentrer dans la définition de ce que l’on nomme un héros. Le désespoir face à des injustices ou la noblesse d’une cause n’exonère en rien la responsabilité envers nos actes.

  • Choqué. j’avoue ne pas partager l’ironie du dernier paragraphe: « Face à celui qui sait au milieu de quel café bondé de civils va exploser la prochaine, il faut rester humain, poli, civilisé et respectueux du Code de Procédure Pénale, et ne pas le tutoyer » Soit je suis passé définitivement à côté de l’effet qu’était censé provoquer cette phrase (ce qui me parait probable), soit il s’agit de laisser entendre que fasse à certaines situation, tout compte fait, la procédure n’est qu’un détail face à la nécessiter de sauver des vies innocentes. Il y a moyen de condamner le FLN (c’est même facile) sans sous entendre de telles choses.

    Non, en fait, je ne suis pas choqué, c’est juste que je n’ai rien compris au billet.

    OUF!

  • Mais l’équipage d’un bombardier massacre aussi des civils. Est-ce que vous faites une différence entre celui qui sait dans quel café va exploser une bombe, et celui qui ne sait pas dans quels cafés exploseront les bombes?

    Simplement je me demande ce que deviendrait cet article si vous aviez autant de temps à y consacrer qu’au remarquable article sur le Rwanda.

  • [quote comment= »227″]Mais l’équipage d’un bombardier massacre aussi des civils. Est-ce que vous faites une différence entre celui qui sait dans quel café va exploser une bombe, et celui qui ne sait pas dans quels cafés exploseront les bombes?

    Simplement je me demande ce que deviendrait cet article si vous aviez autant de temps à y consacrer qu’au remarquable article sur le Rwanda.[/quote] Il y a une différence énorme. Un bombardier tue des civils si ils se trompent, il y a eu erreur. Ils voulaient tuer des militaires, et ce sont des civils qui meurent, mais ceux-ci ne sont pas visés. Les pertes civiles sont hélas inévitable mais les militaires cherchent à les diminuer au maximum si ce n’est à les supprimer totalement.

    Là, ils visent délibérément des civils, et font en sorte de tuer un maximum de monde. Ils tuent des personnes sans défense et sans rapport avec un quelconque objectif militaire.

    Quant à la notion de torture, on ne peut pas la tolérer. En aucune manière.

  • [quote comment= »225″]Soit je suis passé définitivement à côté de l’effet qu’était censé provoquer cette phrase (ce qui me parait probable), soit il s’agit de laisser entendre que fasse à certaines situation, tout compte fait, la procédure n’est qu’un détail face à la nécessiter de sauver des vies innocentes. Il y a moyen de condamner le FLN (c’est même facile) sans sous entendre de telles choses.[/quote]

    Disons qu’à ce sujet, je reste fidèle au principe de la condamnation de la torture, évidemment contraire à la dignité de la personne humaine, évidemment inacceptable. Avec un bémol : ce que dit à ce sujet Hélie Denoix de Saint-Marc, qui se « félicite » de ne pas avoir eu à devoir choisir, ce qui lui a permis de préserver sa conscience mais qui, à propos de consciences, justement, écrivait : « les bonnes consciences que l’on polit sur l’infamie des autres me font horreur« . Certains ont un peu trop tendance à s’estimer bons, généreux, irréprochables parce qu’ils auront condamné les erreurs des autres… sans jamais avoir été physiquement en position de choisir. Donc, oui, je suis opposé à l’usage de la torture mais sans me servir de cette condamnation pour me dessiner une auréole. Et en me demandant si j’aurais été fidèle à mes principes face à un homme qui refuserait de me dire dans quel café, au milieu de quels civils, va exploser la prochaine bombe.

    Concernant le paragraphe en question, tu as raison de souligner qu’il est ambigu. Je l’ai écrit, puis je me suis dit qu’il l’était, puis que je l’assumais. Et je me suis couché en y repensant.

    Ce qui me choque, ce sont les deux poids – deux mesures en termes d’exigence morale : une bonne mise en contexte pour montrer comme nous avons été des salopards, comme notre comportement était inacceptable, mais pas une seconde d’indignation, pas un mot pour réprouver le comportement terroriste de la personne interviewée.

    Son comportement était même quasiment présenté comme inventif : « c’est lui qui a eu l’idée d’avoir recours à des femmes pour poser des bombes« … Eh ben félicitations mon gars, t’es une ordure imaginative.

    Que l’on réprouve la torture est une chose, mais que l’on en vienne à s’excuser de s’être trouvé dans le café qui a explosé – et, en fin de compte, il y a de ça : pensez donc, nous étions les vilains colonisateurs, c’est bien de notre faute si nous étions – c’est une étape que je ne suis pas prêt à franchir.

  • La guerre d’Algérie est et demeure notre « sale guerre », notre Vietnam. Autant, les Américains lêchent et relêchent leur plaie, inondant leur culture d’oeuvres plus ou moins profitables pour la guérison, autant, nous, nous continuons à y voir une honte et à la cacher sous des pansements, la laissant se gangréner. Nous ne voulons pas savoir, nous ne voulons pas en parler.

    Pour briser le silence, il faut des extrêmes qui revendiquent la torture ou les attentats envers les civils. Ils ne reflètent pas toute la réalité, mais ils aggravent le malaise de « l’Algérie » (la guerre, pas le pays).

    Koz, je suis comme toi, je trouve cette valorisation d’un donneur d’ordres abject, réellement nauséabonde. Son seul mérite est de prouver qu’il est urgent que l’on soigne cette plaie.

    Aucun rapport, mais j’en profite pour te souhaiter une excellente année ainsi qu’à tes proches. 🙂

  • [quote comment= »228″][quote comment= »227″]Mais l’équipage d’un bombardier massacre aussi des civils. Est-ce que vous faites une différence entre celui qui sait dans quel café va exploser une bombe, et celui qui ne sait pas dans quels cafés exploseront les bombes?

    Simplement je me demande ce que deviendrait cet article si vous aviez autant de temps à y consacrer qu’au remarquable article sur le Rwanda.[/quote] Il y a une différence énorme. Un bombardier tue des civils si ils se trompent, il y a eu erreur. Ils voulaient tuer des militaires, et ce sont des civils qui meurent, mais ceux-ci ne sont pas visés. Les pertes civiles sont hélas inévitable mais les militaires cherchent à les diminuer au maximum si ce n’est à les supprimer totalement. [/quote] Mais bien sûr … Au hasard, rappelle nous ce qui s’est passé à Dresde … ?

  • Je fais peut-être erreur, Delphine et je suis peut-être pas représentatif de la population française. Mais je n’ai pas spécialement le sentiment que l’on passe sous silence l’usage de la torture. Cela a longtemps été le cas, certes, mais cela ne me semble plus vraiment l’être. Maintenant, certains ne s’arrêteront qu’au prix d’une déclaration officielle du Premier Ministre ou du Président de la République, le tout en chemise de lin et corde au cou.

    Je ne suis pas non plus certain qu’il faille, vraiment, qu’il y ait des extrèmes

    [quote comment= »227″]Simplement je me demande ce que deviendrait cet article si vous aviez autant de temps à y consacrer qu’au remarquable article sur le Rwanda.[/quote]

    Dans ce cas-là, il faudrait aussi envisager que je puisse vivre de cette activité. Le sujet mérite évidemment de longs développements mais je n’ai pas toujours ce temps-là, et puis, il s’agit d’une réaction ciblée, à ce JT, pas d’une volonté de faire quoi que ce soit de complet et définitif sur la torture et la guerre d’Algérie.


    Pour ceux qui souhaitent réagir, le mail à utiliser est [email protected] . Je vous proposerais bien quelques lignes, mais je pense que ce serait contre-productif d’envoyer des emails trop similaires.

  • [quote comment= »231″]Ce qui me choque, ce sont les deux poids – deux mesures en termes d’exigence morale : une bonne mise en contexte pour montrer comme nous avons été des salopards, comme notre comportement était inacceptable, mais pas une seconde d’indignation, pas un mot pour réprouver le comportement terroriste de la personne interviewée.[/quote]

    Il y a naturellement deux poids et deux mesures entre un état et une armée terroriste. Cela n’a rien de choquant.

    [quote comment= »231″][quote comment= »225″]Soit je suis passé définitivement à côté de l’effet qu’était censé provoquer cette phrase (ce qui me parait probable), soit il s’agit de laisser entendre que fasse à certaines situation, tout compte fait, la procédure n’est qu’un détail face à la nécessiter de sauver des vies innocentes. Il y a moyen de condamner le FLN (c’est même facile) sans sous entendre de telles choses.[/quote]

    Disons qu’à ce sujet, je reste fidèle au principe de la condamnation de la torture, évidemment contraire à la dignité de la personne humaine, évidemment inacceptable. Avec un bémol : ce que dit à ce sujet Hélie Denoix de Saint-Marc, qui se « félicite » de ne pas avoir eu à devoir choisir, ce qui lui a permis de préserver sa conscience mais qui, à propos de consciences, justement, écrivait : « les bonnes consciences que l’on polit sur l’infamie des autres me font horreur« . Certains ont un peu trop tendance à s’estimer bons, généreux, irréprochables parce qu’ils auront condamné les erreurs des autres… sans jamais avoir été physiquement en position de choisir. Donc, oui, je suis opposé à l’usage de la torture mais sans me servir de cette condamnation pour me dessiner une auréole. Et en me demandant si j’aurais été fidèle à mes principes face à un homme qui refuserait de me dire dans quel café, au milieu de quels civils, va exploser la prochaine bombe.[/quote]

    Mais le problème c’est que personne ne devrait avoir à choisir. Ce qui (pour moi) fait scandale, ce n’ai pas que des militaires aient torturé pour connaitre l’emplacement de la prochaine bombe: je ne sais pas moi non plus ce que j’aurais fait, je suis humain, je réagit forcément sans discernement dans bien des cas. Ce qui est scandaleux c’est qu’ils aient reçu l’ordre de le faire. Ce qui est scandaleux c’est qu’un Etat de droit ait institualisé une pratique indigne. Il ne s’agit donc pas de condamner des hommes mais une institution. Quand un terroriste pose une bombe c’est évidemment scandaleux, mais c’est un terroriste, il n’agit pas en mon nom, il ne représente que son groupuscule… etc. Quand un militaire accompli un acte de torture , il peut arriver fréquemment que cela soit un acte isolé, « du zèle » dira-t-on. Cela est évidemment condamnable mais reste ce que c’est: une personne qui fait mal son boulot (voir les cas de maltraitance dans les prisons irakiennes). Par contre quand un Etat institualise des procédures qui sont contraire à la dignité humaine, on est dans une autre échelle, et pour moi cela devient réellement scandaleux.

  • [quote comment= »239″]Il y a naturellement deux poids et deux mesures entre un état et une armée terroriste. Cela n’a rien de choquant.[/quote]

    Si l’on est d’accord pour dire qu’il s’agit d’une armée terroriste, on est d’accord.

    Je ne suis pas choqué dans l’absolu par le fait que l’on exige davantage d’un Etat que d’une armée terroriste, je suis choqué par le traitement réservé par TF1, qui virait à la célébration du génie stratégique du type qui « a eu l’idée d’avoir recours à des femmes » pour poser des bombes. Et, précisément, pas un mot pour souligner que ce type d’action est, précisément, une action terroriste, à la mesure de celles que commettent les teroristes du monde entier.

    [quote comment= »231″]Ce qui (pour moi) fait scandale, ce n’ai pas que des militaires aient torturé pour connaitre l’emplacement de la prochaine bombe: je ne sais pas moi non plus ce que j’aurais fait, je suis humain, je réagit forcément sans discernement dans bien des cas. Ce qui est scandaleux c’est qu’ils aient reçu l’ordre de le faire. Ce qui est scandaleux c’est qu’un Etat de droit ait institualisé une pratique indigne. Il ne s’agit donc pas de condamner des hommes mais une institution. (…) Par contre quand un Etat institualise des procédures qui sont contraire à la dignité humaine, on est dans une autre échelle, et pour moi cela devient réellement scandaleux.[/quote]

    Je crois que nous sommes d’accord là-dessus. Que le recours à la torture ait été encouragé par des personnes à l’abri dans leurs bureaux est effectivement d’une autre nature. Sans l' »excuse », même mauvaise, de l’urgence, et des « mains dans le cambouis ». C’est aussi un point qu’évoque Denoix de Saint-Marc, en disant qu’on se montre très exigeant vis-à-vis des militaires, des hommes, mais que ceux qui ont incité à l’usage de la torture n’ont jamais assumé leur responsabilité.

    Maintenant, aussi évidemment opposé que je sois à la torture, si demain, un attentat d’Al-Qaïda dans le RER parisien, dans lequel aurait pris place ma femme – par exemple – était déjoué par la police au prix de méthodes « non-conventionnelles », j’ai beau réprouver la torture, je ne suis pas certain que le respect de mes principes m’amènerait à réprouver le comportement de ceux qui auraient obtenu les infos nécessaires.

    Cela étant, sur un mode plus prosaïque, Denoix de Saint-Marc dit également que l’usage de la torture ne s’avère même pas spécialement efficace. Même si c’est trivial et prosaïque, c’est aussi un élément du débat à avoir en tête. Et, pour revenir là-dessus, il est évident qu’un Etat doit promouvoir toutes les méthodes d’investigation et d’interrogatoire qui permettent de ne pas y avoir recours.

  • Koz > Je ne parle pas que de la torture dans ce qui est passé sous silence. Au contraire, je crois que c’est l’un des rares aspects évoqués. Je parle de façon générale d’une sorte de « blanc » dans notre histoire. Je ne recherche aucune repentance et, même si l’idée de Villepin en liquette avait eu quelque attrait pour moi, ce qui n’est pas le cas, je ne crois pas en une demande de pardon officielle.

    Mais si on continue à laisser n’importe qui ré-écrire l’histoire, on ne retiendra que les versions les plus fantaisistes. J’aimerais juste qu’on arrête de nous présenter les « bons » et les « méchants » et qu’on rappelle les faits. 🙂

  • Dans une guerre une armée fait beaucoup plus de victimes civiles que les groupes de résistance. On honore, nos soldats, je ne suis pas choqué qu’on puisse montrer un résistant.

    La discussion achoppe sur le mot repentance. Il est possible qu’il soit connoté de façon religieuse, ou psychologique et que tout s’en complique d’autant. Que l’on raisonne de manière passionnée. On peut tout aussi bien considérer la repentance de manière dépassionnée, en regardant une page sombre de notre histoire ; en cherchant à ne pas reproduire les causes qui nous ont amené à ces situations. Si ce regard objectif a permis d’éviter une nouvelle guerre civile, par exemple en Nouvelle-Calédonie, tant mieux.

    A titre personnel je ne ressens aucune humiliation ou sentiment du même ordre parce que mon pays a tourné maintes pages sombres. Et aucune amertume, parce que la jeune nation algérienne n’a pas atteint le même niveau de prise de conscience des éventuelles pages sombres de son passé.

    Cela dit, merci pour votre article !

  • Azrael écrit : »au hasard rappelle-nous ce qui s’est passé à Dresde ». Sans même aller jusqu’à Dresde on peut parler des 40 000 ou 50 000 normands tués par les bombes américaines en juin/juillet 1944. On dit que Churchill s’était opposé à ces bombardements massifs mais les américains voulaient limiter leurs pertes. Deux points de vue donc qui s’opposent. On peut aussi parler d’Hiroshima. Sans la bombe atomique il y aurait eu au bas mot un million de morts de plus. La fin justifie-t-elle les moyens?

    Jak écrit : « quand un état institualise des procédures qui sont contraires à la dignité humaine ». Il ne faut quand même pas dire que la torture fut officiellement institualisée par les gouvernements de la IVe république. Je n’ai jamais entendu Guy Mollet justifier la torture devant des journalistes ou au parlement. Tout le monde savait qu’il y avait des tortures, leurs auteurs étaient couverts, on n’a rien fait pour mettre fin à ces agissements, mais on n’a pas été jusqu’à l’instituliser, quand même pas.

  • [quote comment= »244″]Dans une guerre une armée fait beaucoup plus de victimes civiles que les groupes de résistance. On honore, nos soldats, je ne suis pas choqué qu’on puisse montrer un résistant.

    (…)

    Cela dit, merci pour votre article ![/quote]

    Je commence par la fin : de rien, donc.

    Sur le début : je ne qualifie pas ce type de comportement de résistance. C’est un nom bien glorieux pour ce qui était une stratégie terroriste. En l’occurence, si les nazis appelaient aussi nos résistants des terroristes, je ne crois pas que les résistants français s’en soient pris à des civils (sauf des politiques impliqués dans la collaboration, bien sûr).

    Cet homme n’était pas un soldat. Ni un résistant.

  • [quote comment= »235″]Mais bien sûr … Au hasard, rappelle nous ce qui s’est passé à Dresde … ?[/quote]

    Et dans les bombardements pendant la seconde guerre mondiale en général.

    Et faut voir aussi ce qui s’est passé en Afghanistan.

  • [quote comment= »235″] Mais bien sûr … Au hasard, rappelle nous ce qui s’est passé à Dresde … ?[/quote] au hasard : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardement_de_Dresde objectif militaire. A l’époque, les militaires visaient pas très bien, donc ils « arrosaient » large. Ils savaient qu’ils allaient faire des morts civils, mais ce n’étaient pas l’objectif, loin de là. Et il faut remettre cela dans l’époque. Ils visaient des objectifs militaires & stratégiques en premier lieu. L’erreur est humaine, et désoler de vous apprendre que les militaires sont des être humains. Après, expliquer moi l’intérêt militaire ou l’intérêt tout cour d’une bombe dans un café… Je vous écoute sur ce point précis.

    [quote comment= »247″]Et dans les bombardements pendant la seconde guerre mondiale en général.

    Et faut voir aussi ce qui s’est passé en Afghanistan.[/quote] Idem : les bombardements visaient des positions militaires et stratégiques, mais les pilotes se faisant canardés par la flak, ils avaient du mal à viser. Il est vrai que cette envie de vivre des pilotes est vraiment décevantes. Et en afghanistan, les pilotes tiraient sur des objectifs « militaires » qui ne l’étaient pas à cause de mauvais renseignements. En aucun cas les militaires ne tiraient sur des civils délibérément. Et là aussi, expliquez moi l’intérêt de poser une bombe dans un resto?

    Allez, je vais être charitable, je vais donner des contre exemple de mes propos. Sinon vous n’allez jamais vous en sortir. *Les 2 bombes atomiques américaines visaient délibérément et sciemment des civils en ayant comme objectifs de faire un maximum de morts parmi les civils. *Le bombardement allemand sur Londres visaient délibérément et sciemment des civils en ayant comme objectifs de faire un maximum de morts parmi les civils.

  • La Bataille d’Alger est un film de Gillo Pontecorvo, d’ailleurs tout à fait remarquable notamment dans la rigueur et la distance dont fait preuve l’auteur, le film étant, rappelons-le, réalisé seulement quatre ans après les accords d’Evian. Militant communiste, ce pourquoi les camarades de l’Huma se chargent de sa nécrologie, il est également l’auteur de l’impressionant Quemada, avec un Marlon Brando au niveau de son interprétation dans le Dernier tango.

    Quant à l’histoire de « l’imprécision » des bombardements justifiant de toucher des cibles civiles durant la Seconde Guerre mondiale, au vu de l’état des principales villes allemandes après les opérations, on concluera que les bombardiers étaient spécialement sélectionnés pour leur mauvaise vue. Comme le dit pertinemment Dang, je me demande ce que les Havrais en pensent.

  • Je note que LCI a l’amabilité de me compter dans leur sélection de sites pour la campagne (après le Nouvel Obs de jeudi dernier, soit dit en passant parce que merde je peux fair eun peu d’auto-promo). La rédaction de TF1 me ferait-elle aussi l’amabilité de réagir sur ce sujet – pas nécessairement ici, hein, je préfèrerais que l’info soit rééquilibrée à l’antenne – ou de répondre au mail que je lui ai adressé ? 😉

  • Juste un témoignage en passant sur ce sujet qui me touche personnellement à coeur. Je suis né en Algérie (francaise), la 5eme génération de petits fonctionnaires qui avaient fui l’Alsace prussienne. Je dois probablement la vie a des militaires francais qui se sont salis pour que d’autres francais puissent vivre. Si un jour je me trouve dans la meme situation qu’eux j’aimerais avoir leur courage. Le terrorisme devrait être classé comme un crime imprescriptible contre l’humanité. La torture, on peut être philosophiquement contre jusqu’au moment ou il faut choisir entre ses principes et la vie de ses enfants, ou celle des enfants des autres.

  • bah voila finalement la guerre n’est pas encore fini… malheureusement ya tjs des cons pour raviver la haine, je suis algerien, j’ai connu des gens qui ont été torturé, j’avai oublié ma haine, et la… ce que je lis la justifiede nouveau, les vies n’ont pas les memes valeurs, personne ne parle des assassinats des paysants parce qu’un groupe de l’ALN qui je le rappele a libéré un pays, lui a redonné son independance apres le code de l’indigenat, les enfumades et autres atraucitées qui sont justifié par le fait que ceux qui les ont subi sont des arabes… donc on en fait ce qu’on veux… et bien disons que la guerre c’est ca… c a celui qui sera le plus cruel, sans regrets ni remords des 2 cotés, les gagnant a la fin, c’est ni le peuple algerien (vu que son independance a été aussi tot confisqué), ni les européens qui ont été deracinés, c’est quelques politiques qui ont envoyé vos enfants et les notres a la mort des duex cotés, et qu’on s’evertue a defendre vous et moi… qu’est ce qu’on est con nous les humains.

  • Je vais certainement me faire incendier (modère mon post Koz, n’hésite pas), mais je suis un fils et petit fils de pieds noirs. Mes grands parents ont eu la présence d’esprit d’envoyer mon père et ma tante en métropole dès que ca a commencer à fumer, et ils les ont suivit rapidement, le temps d’écouler un peu ce qu’ils avaient en Algérie.

    Mais les oncles et tantes d’une de mes … amies, n’ont pas eu cette chance et ont vu le quai qu’ils venaient de quitter exploser sous leurs propres yeux, quai sur lequel était resté leurs parents, qui devaient les rejoindre après.

    Il est vrai que l’ALN a libéré le pays en proposant du thé et des petits gateaux, et non en commettant des attentats tous plus sournois les uns que les autres.

    Les deux camps ont commis des atrocités pendant cette guerre …

    Je précise, à toutes fins utiles, que je ne suis nullement raciste, et qu’un des mes meilleurs potes est algérien 😉

Les commentaires sont fermés