Je vous appelle à voter en faveur de…

Imaginons, un instant de raison, que François Bayrou soit absent du second tour. Quelle sera la teneur de son intervention demain soir ? Une intervention qu’il prendra soin de faire le plus tardivement possible, pour souligner l’intense réflexion qu’une situation si inattendue aura nécessité. Donnera-t-il seulement une consigne de vote ?

« Consigne« , je doute. De toutes manières, on ne donne guère plus de « consignes« . Mais appellera-t-il à voter pour un candidat quelconque ?

Pour être pleinement cohérent avec le positionnement qui a été le sien, il devrait s’abstenir de tout appel à voter pour l’une ou pour l’autre. Bien évidemment, la situation serait différente en cas de présence de Le Pen, après avoir imputé sa présence au système bipolaire et aux puissances médiatiques, comme il se doit.

Les élus UDF qui l’entourent lui feront-ils passer le message qu’il serait bon qu’il ne leur compliquât point trop encore la réélection ? Car si, à l’UDF, on extrapole beaucoup sur le nouvel électorat que Bayrou aurait désormais conquis (ce que seul l’avenir pourra confirmer ou infirmer), il est un fait que le gauchissement de son discours – en décalage d’ailleurs avec son programme – aura décontenancé une bonne partie de son électorat antérieur.

Comment pourrait-il toutefois appeler à voter Sarkozy ? Cela paraitrait certainement étonnant, après tout ce qu’il a proclamé à son encontre… Et cela ne sonnerait-il pas comme une condamnation de sa stratégie ? Cela ne la ferait-il pas apparaître comme totalement insincère aux yeux de certains ? « Le centre rejoint toujours la droite…« 

Mais peut-il faire abstraction de la position de ses élus ? Si ceux-ci venaient à le quitter, ou à ne pas être réélus, ne pas avoir de groupe parlementaire, ce serait perdre beaucoup d’audience…

Je m’aperçois, en rédigeant ce billet, que je ne l’imagine pas appeler à voter pour Ségolène Royal. D’une part, parce que je doute que le PS, dans l’hypothèse où sa candidate serait au second tour, trouverait un grand intérêt à s’allier avec Bayrou. Si, bien sûr, j’appelle de mes voeux une modernisation de notre parti socialiste, ce serait se couper définitivement de toute son aile gauche, pour un gain aléatoire. D’autre part, parce que le Rubicon est, tout de même, large. Cela dit, les dernières péripéties de campagne pourraient me détromper : je ne crois pas à une initiative totalement spontanée de Rocard.

Au final, bien évidemment, beaucoup va dépendre de son score. Par hypothèse, je n’ai pas envisagé sa qualification qui est parfaitement possible. Mais, comme le soulignait une analyse de L’Express, toute surprise est encore possible. A +/- 4 points, Bayrou peut se retrouver à 24%… ou à 11 (si l’on prend les hypothèses maximum et minimum dernièrement relevées), éventuellement même derrière Le Pen (hypothèse d’un dernier sondage, du CSA, à relativiser, le CSA étant apparemment spécialisé dans les sondages « fracassants« ). A 24%, peut-il prendre le risque, par une « consigne » de vote, d’invalider ses discours ? A 11, et derrière Le Pen, quelle influence garderait-il à l’UDF ?

Bref. Selon Koz-Irma, dans l’hypothèse, donc, d’une non-qualification, le plus probable est l’absence de consigne de vote, Bayrou brodant sur le « parti libre« … ses élus – sauf Lagarde et Morin – appelant à voter Sarko dès lundi… à titres personnels.

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

37 comments

  • C’est ce que je trouve le plus passionnant avec Bayrou c’est qu’on va pouvoir s’amuser en vérifiant sa crédibilité.

    Si LePen n’est pas au second tour.

    Face à Royal ou Sarkozy, va il faire appel aux voies de l’éliminé ?

    Dans le cas d’un second tour Royal / Sarkozy, que va t il dire ?

    Et aux législatives, comment vont se passer les alliances ?

    Bref on va s’amuser.

  • L’idée que Bayrou appelle à voter pour quelqu’un ne m’avait même pas effleurer l’esprit. Quand bien même son positionnement des derniers mois ne serait qu’une posture, il serait bien idîot de l’abandonner tant elle lui a rapporté gros electoralement (enfin les sondages…).

  • Eh oui. Pour l’instant, nous n’en sommes qu’au stade des sondages. Si, tout en n’étant pas qualifié, il est au plus haut de ce que les sondages lui permettent d’espérer, il n’appellera certainement à voter pour personne. En-dessous…

  • , le CSA étant apparemment spécialisé dans les sondages “fracassants“

    Ha, je ne suis donc pas le seul à trouver que les sondages les plus rock’n’roll viennent souvent du CSA !

  • En fait, j’avais entendu Alain Duhamel le dire dans un « On refait le monde » sur RTL. Je n’y avais pas prêté attention jusque là mais quand on le sait, ça se vérifie pratiquement à chaque fois.

  • Bayrou ne peut pas appeler à voter Sarkozy sauf à se couvrir de pipi. Il ne peut appeler à voter Royal que dans le cas d’un accord de gouvernement entre les deux tours. Peu probable. Par contre, s’il est logique et cohérent avec lui-même, il doit continuer à dire que Nicolas Sarkozy n’est pas la solution pour notre pays, lequel a besoin d’être rassemblé derrière des objectifs justes et consensuels.

    Mais au-delà de la posture du chef, ce qui est important, c’est ce que feront les nouveaux électeurs de Bayrou au second tour. Les sondages nous disent qu’ils se reporteront en plus grand nombre sur Ségolène Royal que sur Nicolas Sarkozy. C’est indispensable car on sait que Sarko s’est assuré (à quel prix !) un excellent report des voix d’extrême droite.

    Si Ségolène Royal arrive devant Sarkozy au premier tour ou quasiment à égalité, la dynamique sera de son côté. C’est une condition quasi-indispensable à sa victoire. Les faux procès en incompétence et les critiques sur une soi-disant « mauvaise campagne » auront alors de plus en plus de mal à passer dans l’opinion. Ensuite, sur fond de référendum anti-Sarkozy, l’inversion du rapport de force sera à portée de main. C’est en tout cas ce que l’on peut souhaiter pour notre pays.

    Viendra ensuite le temps de législatives où Bayrou sera alors obligé de conclure une alliance (de préférence avec la candidate victorieuse de gauche s’il ne veut pas retrouner au bercail, la queue basse), sous peine d’envoyer ses élus au casse-pipe.

  • le coup de génie politique serait en effet une « alliance » PS-UDF, la victoire de Ségo, et une majorité centre-gauche à l’assemblée.

  • En parlant de sondages:

    [le fait est que, compte tenu de ce qu’ils ont annoncé, je ne souhaite pas que soient donnés de liens vers ces medias étrangers]

    Je ne sais pas si c’est légal ce lien… Koz jugera.

  • Je n’attends que ça que la gauche du PS soit lachée aux coco et que le PS accomplisse sa mutation…vers une sociale-démocratie n’ayant plus peur d’ouvrir les yeux sur le monde et prenant le tuyau en mains pour arroser les arroseurs, au lieu de se lamenter de l’absence de l’Etat papa salvateur et miraculeux ! Si Bayrou peut y contribuer bon gré mal gré tant mieux …

    Sinon pour le cas envisagé (Royal-Sarkozy au second tour), je pense donc comme toi Koz à savoir que lui va prôner l’abstention et la liberté sera donnée à chacun, certains de ses lieutenants pouvant pencher vers la droite à titre personnel…

    En tout cas je l’annonce haut et fort, si Sego passe je me casse (j’attendrai un an ou deux, mais comme tous les socialo-copains malins seront au pouvoir) … la Californie me tend les bras ! Enjoy Capitalism !

  • Je te rappelle que tout commentaire sur les sondages est interdit 😉

    « La veille de chaque tour de scrutin ainsi que le jour de celui-ci, sont interdits, par quelque moyen que ce soit, la publication, la diffusion et le commentaire de tout sondage tel que de?fini a? l’article 1er. Cette interdiction est e?galement applicable aux sondages ayant fait l’objet d’une publication, d’une diffusion ou d’un commentaire avant la veille de chaque tour de scrutin ».

  • @Koz, vous oubliez une donnée importante. Ce ne sont pas 30 députés sortants qui souffleraient aux oreilles de Bayrou, mais 577 candidats issus du centre droit, du centre et du centre gauche. Quant on parle de renouveau insufflé par Bayrou, il faut regarder devant et pas derrière (c’est le propre du renouveau), les futurs représentants du parti de Bayrou auront des profils différents de ceux sortant.

    Par contre il est certain que Bayrou ne donnerait aucune consigne de vote, cela n’aurait aucun sens, dans le cas peu probable où il ne serait pas au second tour.

    @Jeff, les études d’opinion que j’ai lu disent que les repports de voix des électeurs Bayrou sont équitablement réparti entre Sarkozy et Royal.

  • La mode est au suicide sur son lieu de travail mais donner une consigne de vote serait, selon moi, un suicide politique, hormis si, et seulement si, un des 2 candidats est près à revoir profondément son programme ET à créer un gouvernement ouvert.

    J’ajouterai que les appels du pied lancés à la gauche pour l’entrée au gouvernement seraient dans tous les cas sur la base du programme de FB.

    Enfin, les vieux ronds de cuir de l’UDF n’auront pas grand chose à dire je pense… Au niveau local, tout reste ouvert.

  • Un élu UDF (maire d’Arras) disant à JF Copé que si Bayrou n’était pas au 2ème tour il n’y aurait pas de consigne de vote.

    Après je vois mal les élus UDF se la jouer ni-ni, ils dépendent trop de l’UMP

    Voilà bien à vous

  • [quote comment= »14582″]le coup de génie politique serait en effet une « alliance » PS-UDF, la victoire de Ségo, et une majorité centre-gauche à l’assemblée.[/quote] Et la gaffe politique du millénaire serait que : (i) Bayrou offre la présidence à Royal; (ii) la vague rose aux législative apporte une majorité absolue au PS; (iii) comme d’hab, Royal décide tout toute seule avec ses courtisans; (iv) Bayrou se retrouve comme un con dans l’opposition avec ses 50 députés et 5 ans d’errance autocratique sur la conscience.

    Quand on voit comment Royal traite le PS alors qu’elle n’a pas de pouvoir, on frémit à imaginer comment elle traiterait l’UDF si elle était présidente.

  • [quote post= »260″]je pense donc comme toi Koz à savoir que lui va prôner l’abstention [/quote] Je n’ai pas lu que Koz ait dit ça. Il a dit :[quote post= »260″]dans l’hypothèse, donc, d’une non-qualification, le plus probable est l’absence de consigne de vote, Bayrou brodant sur le “parti libre“…[/quote]

  • J’en parlais justement avec mes amis hier.

    D’après les Bayrouïstes constituant la majorité de ma « tribue », en cas d’absence de leur candidat au 2e tour, ils seraient extrêmement déçus s’il donnait une quelconque consigne de vote que ce soit pour Sarkozy ou pour Royal. Toujours d’après eux, s’il incite ses partisans à voter pour la gauche ou la droite, il perdrait sa crédibilité de centriste et serait grillé pour les prochaines présidentielles de 2012.

    Nous avons tous été d’accord pour dire qu’il devra la jouer très subtil en cas d’absence au 2nd tour pour assurer son avenir politique lors des législatives.

    Et dernier point, si Bayrou n’est pas présent au 2nd tour, ils seraient plus tenté par l’abstention que par une autre prise de position (sauf si Lepen passe).

  • Je ne lis pas les commentaires, et te demande pardon de mettre en fin au suspens. Bayrou ne donnera pas de consigne de vote, si jamais il n’est pas au second tour.

    Je rappelle qu’on a plus rien à perdre. Qu’on a déjà beaucoup gagné, en faisant la campagne que nous avons faite avec les moyens que nous avions.

    Je rappelle également que les voix UDF ne sont plus des voix de droite depuis belle lurette. Prenons simplement les dernières régionales. Les reports de voix UDF>UMP ne se sont faites que partiellement, environ la moitié des voix se reportent sur la gauche. Ce fut mon cas, ce fut le cas d’autres gens. Les seuls reports de voix massifs que peut espérer l’UMP sont ceux du FN.

    Et donc? Que va-t-il se passer, crois-tu? La campagne va se jouer au centre, pour gagner notre électorat.

  • [quote comment= »14582″]le coup de génie politique serait en effet une « alliance » PS-UDF, la victoire de Ségo, et une majorité centre-gauche à l’assemblée.[/quote]

    Coup de génie ? Faudra expliquer ça à ses 30 députés élus à droite qui seront sacrifiés sur l’autel de cette nouvelle alliance..

  • Ou m’emmène F. Bayrou? C’est la question que ses électeurs potentiels devraient se poser ce soir (la nuit porte conseil). Il ira du côté ou ça penche. Prôner l’abstention en cas de duel Ségo-Sarko, serait montrer une faiblesse indigne pour un homme d’Etat. Dans des négociations triviales d’arrière boutique, il se ralliera donc au candidat qui lui permettra de sauver son groupe parlementaire et d’obtenir des postes ministériels. Dimache soir, dans le cadre d’une déclaration empruntée au tragique, il présentera ses exigences, un espèce de pacte fumeux sur quelques promesses (la dette, 2 emplois sans charge, la proportionnelle aux législatives…) avant de déclarer son choix dans les jours à venir, le temps de faire monter les enchères. Se faisant, il rentrera dans le rang du fonctionnement des institutions de la Vème avec une élection présidentielle suivie d’une élection législative. La seule novation (et par la même la preuve de son honnêteté intellectuelle) serait qu’il puisse soutenir S.Royal contre N.Sarkozy. L’autre solution, c’est le retour à la terre selon la formule consacrée: « …en me retirant de la vie politique! ». Pour cela faut-il encore que F. Bayrou ne soit pas présent au second tour…. Bon vote à toutes et à tous.

  • Taratata, gtab. Bayrou dit la même chose depuis 10 ans à propos du positionnement du centre. il l’a dit en récupérant l’UDF au nez et à la barbe de Giscard qui le déteste depuis. Le centre est indépendant. Pas de consigne de vote.

  • Ce qui intéresse F.Bayrou désormais ce n’est pas un poste de premier ministre de cohabitation c’est la présidence de la république. Et tout autre choix ne serait pas logique.

    L’opposition quasi systématique à l’UMP et aux partis de gauche ainsi que les bons points distribués d’un côté ou de l’autre pendant la législature qui se termine sont ce qui a fait monter la popularité de F.Bayrou pendant 5 ans en se distinguant de l’UMP comme du PS.

    Si d’aventure Ségolène et le PS passaient au pouvoir, que l’UDF face partie d’un gouvernement d’alliance ou non, F.Bayrou n’aura personnellement plus aucune chance pour 2012 car si l’UDF est dans l’opposition c’est l’UMP qui se renforcera dans l’opposition. Le vote utile sera de mise. Et si l’UDF est au gouvernement avec le PS ils partageront le même bilan … => F.Bayrou n’a donc aucun intérêt à ce que S.Royal soit élue.

    Si N.Sarkozy et l’UMP sont au pouvoir, F.Bayrou pourra persister dans sa position et même rassembler dans son parti quelques transfuges du PS quitte à en perdre certain vers l’UMP (G.de Robien, A.Santini, S.Veille, …). Il conserve et renforce ainsi toutes ses chances pour 2012 quelque soit le nombre de députés en démontrant qu’il affiche une réelle opposition en rassemblant des gens de gauches, du centre et de droite. => F.Bayrou a donc intérêt à ce que N.Sarkozy soit élu.

    Cependant, compte tenu de son positionnement, il ne peut donner de consigne de vote claire vers N.Sarkozy sous peine de se confondre avec la droite.

    Une bonne intervention alambiquée devrait donc conclure la campagne ballotante de F.Bayrou.

    Tout le monde essaiera de comprendre ce qui l’intéresse entre les lignes de ces déclarations. Et la campagne d’entre deux tours sera sur ce point aussi importante que les scores de F.Bayrou et JM.Le Pen ainsi que l’écart entre les scores de N.Sarkozy et S.Roayl seront élevés.

  • Ma parole, il vous passionne le François.

    Faut dire que ça vous a bluffé cette montée spectaculaire d’un mec dont on a pu dire qu’il avait le charisme d’un tabouret.

    Mais qu’est-ce que les gens lui trouvent? Il n’est ni socialiste, ni UMP, il ne fait donc pas de politique ou quoi? Comment imaginer une seconde que les français puissent désirer autre chose qu’un affrontement PS/UMP dans leur forme actuelle?

    Vous n’avez pas compris. Quel que soit le résultat final, personne n’a compris encore que ce signifiait l’ascension de F. Bayrou.

    Et c’est dur de ne pas comprendre. Alors on fait des analyses à deux francs à longueur de forum ou de blog. On se dit que ouais mais que quand même à un moment on finira bien par savoir s’il est de gauche ou de droite.

    Pas de consigne de vote dimanche soir entre Ségo et Sarko.

  • @Lisette

    [quote post= »260″]Mais qu’est-ce que les gens lui trouvent? Il n’est ni socialiste, ni UMP, il ne fait donc pas de politique ou quoi? [/quote]

    Bah justement, on se demande !

    [quote post= »260″]Vous n’avez pas compris. Quel que soit le résultat final, personne n’a compris encore que ce signifiait l’ascension de F. Bayrou. [/quote]

    Ca on ne le saura que demain soir !

    [quote post= »260″]Pas de consigne de vote dimanche soir entre Ségo et Sarko.[/quote]

    Va t’il seulement dire pour qui il va voter ?

  • @Boun : Non! Il ne dira pas pour qui il va voter. Inutile de s’être affranchit de la droit pour tomber sous la coupe du PS! En revanche, aux législatives puis aux municipales, on verra quelles alliances on peut construire. Inutile d’attendre la fin de l’élection : A supposer même qu’il ne fasse que 14%, il a déjà doublé son score de 2002, et il fera probablement beaucoup plus.

    Notre pays avait presque oublié qu’il existe un courant modéré et réformateur, porteur de grandes réformes et de projets d’avenir (je rappelle à toutes fins utiles que l’Europe, c’est nous). Ne se réclamant que de lui-même et non pas de la gauche ou de la droite.

    C’est Bayrou qui l’a ressuscité.

  • je dirais pas de consigne de vote (sauf si le Pen au second tour) sinon il n’a plus aucune crédibilité à une prochaine présidentielle, et début de la préparation aux législatives en expliquant à tous que quel que soit le-la président(e) c’est l’occasion d’influencer quand même la politique du pays en assurant une assise la plus large possible à l’UDF en obligeant ainsi quand même l’élu à former une coalition avec les centristes. Une manière de s’assurer une place et par la même occasion d’éviter l’érosion de son assise principalement de gauche en promettant de rester ouvert qu’elle que soit le(la) présidente entre les deux tours. Cela reviendrait à offrir un gouvernement de centre gauche (victoire SR) ou plus subtil droite-centre-gauche (victoire NS) car l’UDF pourrait revendiquer en étant du centre être le représentant de la nouvelle gauche social-démocrate qui n’est pas possible avec le PS et continuer à prôner être l’élément rassembleur de la nation pour ne pas perdre ces voix de gauche. En résumant un comportement moralement pas très défendable (car c’est son intérêt personnel qu’il voit) caché par un supposé intérêt supérieur de la nation (comme dans le cas d’un vote anti Le Pen).

  • @Lisette [quote post= »260″]A supposer même qu’il ne fasse que 14%, il a déjà doublé son score de 2002, et il fera probablement beaucoup plus.[/quote] Suppositions … attendons ce soir.

    [quote post= »260″]Notre pays avait presque oublié qu’il existe un courant modéré et réformateur, porteur de grandes réformes et de projets d’avenir [/quote] L’UMP et le PS n’ont pas oublier de défendre la même position modérée et réformatrice porteuse de projets d’avenir !!! Ils n’ont jamais attendu l’UDF pour ça.

    [quote post= »260″]je rappelle à toutes fins utiles que l’Europe, c’est nous[/quote] Je ne savais pas que Schuman, De Gaulle, Pompidou, Mittérand, Chirac étaient UDF ! Ok pour Giscard mais il soutien Sarkozy ! Sinon, il est vrai que l’UDF a présidé le PEE principal rassemblement politique de l’assemblée Européene. Et pendant ce temps on a continuer à multiplier les rélgementations débiles au lieu d’instituer une vraie constitution adaptée à l’élargissement, ou au lieu de faire une vraie politique monétaire autour de l’Euro …

  • on pouvait effectivement le prédire avec une bonne chance de succès : n’arriver que troisième n’a pas changé d’un poil les convictions et les intentions de François Bayrou.

    Et en ce qui me concerne, bien que mon candidat soit éiminé du prochain tour, j’espère qu’on pourra continuer à faire progresser nos idées et notre projet aux deux autres tours, ceux de juin. Parce que ma conviction sur ce dont la France a besoin était la même en 2002, le 22 avril 2007 à 19h59 et à 20h01 !

  • après avoir entendu FH qui appelle à un vote de gauche solidaire en se basant sur la gauche (premier score pour Besancenot=troksyste prônant la révolution prolétarienne équivalant à la somme de tous les autres scores des gauchistes) je révise ma position sur FB et l’UDF et pense qu’il a peut-être raison en voulant donner un nouveau souffle, une nouvelle vision à la politique française, et un centre gauche moderne du type Blair ou SPD serait le bien venu pour permettre aux électeurs de gauche qui veulent vraiment un progrès de la vie politique et réelle d’avoir une alternative constructive. Et laisser ce PS à un parti obscurantiste d’une autre époque.

  • Content du score de FB et tout à fait d’accord avec Lisette : les voix du centre ne sont pas attachés à un côté politique spécifique. En écoutant les caciques hier soir, j’étais sidéré par cette tentation d’expliquer ci et là qu’historiquement l’UDF est plus ci et moins cela, et que donc ses agneaux (l’âne c’est pour le premier tour) d’électeurs devaient voter avec leur sabots droits, ou leurs oreilles gauches.

    Mon candidat a perdu, et je n’ai plus le choix qu’entre deux options qui me paraissent toutes deux excessives. Je n’irai donc pas voter le 6 mais prochain. J’aurai préféré une transhumance et nous aurons le droit à l’électro-choc de Monsieur Sarkosy (Toujours plus profitable que la non-prise de conscience des réalités économiques de la part du PS).

    Seulement à voir si dans 5 ans, la véritable alternative ne sera justement la voix du centre. L’exercice du pouvoir use, en plus de corrompre….

    J’attends les législatives avec amusement afin de voir si cette prise de conscience collective n’est qu’une fanfaronnade, ou quelque chose de plus profond.

    En tout cas félicitations pour votre campagne cause (du moins au premier tour). Je n’ai pas lu que de bonnes choses sur votre blog, tant l’intolérance affleurait quand FB montait dans les sondages. Je suppose que le ton redeviendra plus courtois désormais.

  • Irul, j’aime bien les histoires de sabots droits et d’oreille gauche 😉

    Boun, il faut relire tes livres d’histoire. Et comprendre que l’Europe a été voulue et espérée par certains (Schumann le démocrate chrétien), puis construite par des gens qui s’y sont résignés en se méfiant un peu (De Gaulle s’en méfiait beaucoup pour le coup, Chirac a voté contre Maastricht il me semble). C’est la raison pour laquelle ses compétences sont restées très limitées, et que des traités purement économiques se sont enchaînés, sans gouvernance politique forte.

    Je le répète : l’histoire du centre n’est pas celle de l’UDF. Ca a commencé bien avant. Ca continuera bien après. L’UDF, c’est une partie de notre histoire, qui s’achève ces jours-ci. Et Giscard déteste Bayrou pour lui avoir piqué l’UDF… sur un projet d’indépendance à l’égard de la droite. C’est l’UDF qui a voté cette indépendance en choisissant Bayrou comme président. Giscard a beau jeu de se réclamer de cela. C’est comme si je vous disais que Sarko va faire la même chose que Chirac au pouvoir, c’est à dire rien, vu que l’UMP c’est Chirac qui l’a créée, et que Sarko il est président de l’UMP maintenant.

  • [quote comment= »15501″]Boun, il faut relire tes livres d’histoire. Et comprendre que l’Europe a été voulue et espérée par certains (Schumann le démocrate chrétien), puis construite par des gens qui s’y sont résignés en se méfiant un peu (De Gaulle s’en méfiait beaucoup pour le coup, Chirac a voté contre Maastricht il me semble). [/quote]

    Il vous semble mal, c’est bien grace à Chirac que le traité de Maastricht a été adopté. Il s’était engagé fortement pour que ça passe, alors que ce n’était pas évident pour son camp.

    Et « l’Europe c’est nous » me trouble un peu. Cela veut dire que c’est pas moi, ou que la construction européenne est à mettre au crédit que d’un seul « camp » ? J’ai une vision plus fédératrice de la construction européenne.

  • Au demeurant, « vous » c’est qui ? Parce que si l’Europe, c’est l’UDF, ce n’est pas nécessairement la « nouvelle » UDF. Parmi les constructeurs de l’Europe, on en retrouve un paquet à l’UMP…

  • Il y a beaucoup de gens à l’UMP, Koz, dont beaucoup si j’ai bien compris défendent Sarkozy d’abord pour ses qualités d’homme de droite qui sait mobiliser ses troupes, plus que pour ses convictions ou son discours européen ou économique. Voire même, pour les deux auxquels tu penses, pour cette immense qualité qu’a Sarkozy de n’être pas Bayrou, que les deux en question détestent pour des raisons différentes. Ils pensent que le meilleur moyen de faire avancer leur courant, c’est de travailler au sein de la droite. Je pense qu’au sein de l’UMP, comme au sein du RPR autrefois, on est derrière le chef ou on n’est pas. Et que nos idées ne seront jamais si audible que si nous restons indépendants. Mais on ne force personne nous. On fait pas pression sur les gens, on ne menace pas :). On ne pourrait pas d’ailleurs.

    « Nous » c’est notre famille d’idée (les radicaux, les chrétiens-démocrates, les sociaux-démocrates, quelques libéraux « à l’ancienne »), qui reste dispersée, mais dont F. Bayrou est en train de recréer les conditions du rassemblement sur notre socle commun.

  • OK pour Chirac xerbias, je vérifierai. Je ne sais pas à quel moment exactement il a fait ce choix.

    Je n’ai pas voulu dire que l’Europe ce n’était pas « vous ». J’ai voulu dire que c’est une des réalisations qui vient de notre famille d’idées, et sur laquelle nous nous rassemblons. Ca fait partie de notre socle d’accord, c’est une des raisons majeures d’adhésion à l’UDF d’aujourd’hui. Les choses ne sont pas si claires ailleurs.

    L’Europe c’est nous, comme la Vè et le président élu au suffrage universel c’est le gaullisme, et comme les congés payés c’est la gauche. Toutes ces choses font ensuite partie du patrimoine commun, mais elles font partie de la mystique du camp qui les a vu naître, et fondent leur identité.

Les commentaires sont fermés