Dignité

On se fout un peu de mon sentiment sur le sujet, certes. Mais en lisant cette dépêche, j’ai eu envie de saluer la dignité du père des deux enfants qui ont été retrouvés : « Je suis soulagé, mais il faut aussi comprendre que Ludovic, la personne qui était avec, c’est quelqu’un en qui j’avais une certaine confiance (…) Je n’ai aucun reproche à lui faire, ses parents, je les connais, donc je tiens à ce que ça soit dit. Je n’ai aucun reproche, aucune animosité envers eux. Ils sont dans le même cas que moi, dans une souffrance, une angoisse pas possible, inimaginable, que personne ne doit connaître« .

On souligne suffisamment les propos haineux, les réactions barbares, les meurtres gratuits, pour ne pas s’arrêter un instant sur la capacité de cet homme à se soucier, au moment de faire une déclaration aux médias après qu’on ait retrouvé ses enfants, de son ravisseur, de ses parents, et de leur propre souffrance. C’est simple, digne, pas ostentatoire, mais formidable. L’humanité n’est pas perdue, avec des gens comme ça.

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

7 comments

  • Tu fais bien Koz ! Connaître le ravisseur et sa famille accroît certainement son empathie. Il n’empêche que ce père est formidable.

  • Oui, parce qu’il aurait, aussi, pu leur en vouloir justement parce qu’il faisait confiance au fils, parce que c’était des proches etc… ou simplement se taire et ne penser qu’à lui et à sa propre souffrance, ce qui n’aurait pas non plus été illégitime, mais moins notable.

  • J’ai entendu ce père et eu la même réaction que toi. Que d’humanité dans ses propos. Cela ressemble plus à une bêtise commise par 3 enfants qu’à un enlèvement. Chapeau bas M.Barella.

  • Mouai… Chais pas… Je vais venir briser ce beau consensus larmoyant. Certes, c’est propre de sa part. Mais, effectivement, il connaissait le ravisseur et sa famille et ses enfants vont bien. Qu’a-t-il pensé en revanche pendant les 24 heures de recherche ? C’est assez facile, une fois les choses rentrées dans l’ordre de revenir à l’idée première « non, lui, il ne pouvait pas leur faire de mal. S’il a fait ça, c’est parce qu’il a une case en moins. Et ses parents n’y sont pour rien ». Bref, oui, c’est digne. Mais de là à s’extasier ?

  • Bah oui. Si je m’écoutais, je subodorerais qu’on a testé la procédure « alerte générale » sur un cas où la famille et la police jugeaient les risques faibles … afin d’éviter de traumatiser la France avec une première expérience tragique de ce dispositif … et si c’est le choix fait, il est judicieux.

  • Je vois pas trop de raison de briser le consensus… Peut-être a-t-il eu les boules pendant les 24h de la recherche… Mais ce qui compte c’est sa réaction à la fin, visible de tous. Ou plutôt de tous ceux qui en ont eu connaissance, dont je ne faisais pas partie avant de lire cette brève (merci mon Kozounet).

Les commentaires sont fermés