Ah, demain

haldela Le dimanche soir m’angoisse. A moins que le dimanche soir ne fasse qu’injustement pâtir de la réputation pourrie du lundi matin. Ce soir m’angoisse plus que d’autres. C’est que c’est la journée de la femme et que je n’ai plus guère de temps pour trouver l’indispensable connerie symbolique. Que je puisse dignement retrouver le club des vrais

Les citations de Sacha Guitry ? Recuites. Gémir que si je dispose d’aussi peu de temps, c’est que je dois repasser moi-même ma chemise, tâche dont je vais m’acquitter d’autant plus de mauvaise grâce ce soir que c’était précisément sa journée, et qu’elle aurait donc pu s’en charger ? C’est fait. Analyser sérieusement le Parlons Net de cette fois1, et les propos de la sociologue militante Christine Fauré ? Ça me renvoie à mon incursion dans ce recueil supplétif à l’inspiration : « C’est si rare maintenant quand une femme a du tempérament, que quand une femme en a, on dit que c’est de l’hystérie » (Barbey d’Aurevilly). Mais ce n’est plus si rare et Christine Fauré est une pure hystérique. Me gausser de la distinction attribuée par des chiennes à l’archevêque de Paris ? D’autres ont mieux écrit que moi ce que j’aurais pu penser. Pointer qu’en ce jour de la Sainte Femme2, Carla Bruni leur a joué un bien vilain tour, en dévalorisant leur maternité glorieuse ?

Précisément. Ce serait reprendre cette discussion qui a vu la conjonction inédite d’une participation féminine massive et de la pure déraison, quand je voulais tourner cette page. Alors, demain, oui, demain, je t’attends. Qu’on retrouve le sens commun3.

le badge ci-dessus est disponible en ligne

  1. dans lequel nous retrouvons Hypos []
  2. je recase les vannes des autres []
  3. J’ai pensé que l’on pouvait tous se montrer goujats envers les femmes en général mais que peu d’entre nous se montreraient goujats envers des femmes identifiées. []

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

45 commentaires

  • Ah Barbey, auteur à nul autre pareil. Il faut lire son recueil de nouvelles, les Diaboliques, livre qui décrit la perversité féminine mieux que tout autre… 🙂

    PS: Je sais pas pourquoi, je sens que je ne vais pas me faire d’amies.

  • Pour ce qui est de la perversité, il s’y entend : cette citation l’est assez, tout de même. On a du mal à savoir à quel point elle est favorable/défavorable aux femmes.

  • Allez savoir pourquoi, il y a des déclics qui font qu’on ose intervenir sur un blog un jour, et d’autres qui font sentir qu’on n’y a plus sa place.

    Lire les billets de Koz, participer parfois aux échanges, tout cela m’a beaucoup apporté, ne serait-ce que essayer d’ argumenter sans agresser.

    Contrairement à d’autres, j’ai besoin de me sentir globalement en phase avec l’esprit du blog et du blogueur en chef, l’esprit et non la lettre, et ce n’est plus le cas.

    Sous le billet précédent, il y a eu ce commentaire d’Aristote :

     » aimer un enfant et aimer sa Rolex ce n’est pas la même chose.

    Notre société met en place une législation sur la consommation d’alccol des enfants, mais se refuse à remettre en cause la dérive du modèle familial qui conduit ces mêmes enfants à chercher dans l’alcool une consolation à leur abandon par des adultes qui, une fois assouvi leur « désir d’enfant » passent à l’assouvissement du désir suivant « 

    et ce commentaire de Christine :

    « …évidemment que Carla se prononce ici contre « les lois »( quelle horreur ) de la famille et de la nature…et on peut la comprendre la pauvre Carla d’avoir quelque répugnance à concevoir et à porter l’enfant de sa moitié.
    Peut-être qu’avec son beau-fils ce serait plus agréable et après elle pourrait en faire une chanson. »

    Tu n’as pas jugé nécessaire de recadrer ou de répondre là-dessus alors que tu as promptement réagi sur d’autres comme celui de Addis.
    Ce n’est pas anodin.

    J’ai un peu de mal à lire des propos parfois haineux et limite injurieux de la part de personnes qui par ailleurs se réclament d’une religion d’amour.

    Depuis quelques mois, tes billets sont centrés sur la religion et
    je te sens de plus en plus dans les certitudes et la vérité, tes certitudes et ta vérité, et moins dans l’écoute, le doute, l’ouverture, l’autocritique.

    C’est du ressenti, donc subjectif.

    Alors, comme Gainsbourg je suis venue te dire que je m’en vais même si je continuerai à passer ici.

    Bonne route à toi et à tous ceux que j’ai appris à connaître un peu au fil du temps.

    Carredas

  • carredas a écrit:

    Tu n’as pas jugé nécessaire de recadrer ou de répondre là-dessus alors que tu as promptement réagi sur d’autres comme celui de Addis. Ce n’est pas anodin.

    On peut trouver d’autres raisons à mes réactions différentes.

    En ce qui concerne Aristote, par exemple, c’est que je ne suis pas fondamentalement choqué par son propos. Je n’y vois pas de haine et, si le propos n’est pas forcément extrêmement amène, je n’y vois pas d’injure. Je l’aurais peut-être exprimé différemment, et encore.

    En ce qui concerne Christine, j’avoue ne pas y avoir prêté une grande attention.

    Et pour ce qui concerne Addis, eh bien, disons qu’il m’était directement adressé et qu’il m’imputait en outre des idées que je n’ai absolument pas. Ca me semblait nécessiter une réaction.

    Pour ce qui est de ta décision, je la regrette parce que j’apprécie ta participation, mais malheureusement je crains que ma réponse ne renforce tes préventions à mon égard.

    Pour ce qui est de mes prétendues certitudes, dans lesquelles je m’enfermerais, le fait de ne pas changer d’avis n’est pas nécessairement une preuve de sectarisme, tu sais. Même s’il peut m’arriver de reconsidérer une position (par exemple, même si je n’ai pas pris le temps de l’écrire, sur le baptême, à la réflexion, j’aurais écrit les choses différemment), j’écris rarement un billet à la légère, sans y avoir suffisamment pensé pour maintenir ma position. Quel sens cela aurait-il, sinon ? En outre, en l’occurrence, je reste sur ma position, et tant pis si elle ne convient pas aux sarkozystes, ou à ceux qui sont dans le procès d’intentions religieuses.

    Il est, à cet égard, un peu facile de me reprocher d’être dans « [mes]certitudes, [mes]vérités, et moins dans l’écoute, le doute, l’ouverture, l’autocritique« . Je crains d’ailleurs d’y voir un reproche un peu stéréotypé, induit par le fait que j’ai des convictions religieuses. Il est tellement facile de prétendre qu’une personne qui a des convictions religieuses serait dogmatique, sectaire. Je crains qu’il ne te soit plus difficile de trouver des exemples.

    Je ne pense pas, au demeurant, faire preuve de moins d’écoute ou d’ouverture qu’auparavant et, in fine, si le questionnement est utile, je ne survalorise pas la doute et l’autocritique.

  • carredas a écrit:

    Depuis quelques mois, tes billets sont centrés sur la religion et je te sens de plus en plus dans les certitudes et la vérité, tes certitudes et ta vérité, et moins dans l’écoute, le doute, l’ouverture, l’autocritique.

    Ouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff

    Je sais que ce n’est pas sympa de rigoler, que ça pourrait être déplacé, mais enfin tout de même.

    Oh flute alors, Koz n’est pas un communiste adepte de l’auto-critique publique. C’est effectivement bien dommage, d’autant que je ne crois pas avoir lu chez Carredas un quelconque propos de ce type… 🙂

    Rah, cette manie d’expliquer à tous les raisons officielles du pourquoi de son départ, comme s’il fallait mettre ses sentiments sur la place publique, genre les commentateurs ont un quelconque droit par rapport au blogueur. Ce n’est pas parce qu’on lit Koz, qu’on aime ou pas ses billets, qu’on a un quelconque commentaire à porter sur ses attitudes, comme si on était en droit d’attendre que Koz fasse ci ou ça. M’énerve cette attitude d’appropriation du blogueur par le lecteur, comme si ce dernier avait des droits, uniquement pas sa lecture.

  • So long Carredas, vous me manquerez aussi. J’espère néanmoins que la très honorable réponse de Koz vous permettra de revoir votre position.

    gasper alias zeyesnidzeno alias…

  • Poly a écrit : « M’énerve cette attitude d’appropriation du blogueur par le lecteur, comme si ce dernier avait des droits, uniquement pas sa lecture »
    Ouafffff d’un autre côté avec quelqu’un comme toi qui sait être casse bonbon quelquefois il vaut mieux s’être approprié ta personne (t’as vu jusqu’où je vais !) avant pour mieux te connaître et ne pas fuir 🙂

    @carredas : oh non !j’apprécie beaucoup tes interventions.:)

    @Koz « conjonction inédite d’une participation féminine massive et de la pure déraison, » c’est vraiment leur journée, tu as raison ! 🙂
    Ce qui se passe souvent c’est qu’entre le ton ironique et tes véritables pensées c’est toujours dur de s’y repérer ! Mais je dois lire un billet sur deux ( pas forcément tous les coms, c’est trop long)et à force (cela fait deux ans que je te lis)je commence à distinguer.
    Dis donc j’espère qu’après tout ce que tu nous as dit sur la maternité le troisième va arriver ! Non mais ! (et là je comprendrais mieux certaines choses 🙂

  • Pour faire le lien avec le précédent billet, les féministes sont loin de constituer un groupe homogène. L’une d’entre elles, qui est décédée il y a deux ans, a écrit un essai où l’on trouve des pages superbes sur la maternité. Il s’agit d’Annie Leclerc ( Paroles de Femmes ) . J’ai souvent offert ce livre a des amies qui allaient accoucher pour contrebalancer toutes les pages horribles dont la littérature nous gratifiait sur l’événement.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Leclerc

    @ Carredas,

    Moi aussi,j’aimais beaucoup vous lire.

  • carredas, à chacune de mes lectures ici, je cherchais vos commentaires. Ils allaient forcément dire ce que je ressentais, mais en tellement mieux !!

    Est-il possible de vous lire ailleurs ? J’aimerais que Koz vous donne mon adresse mail afin que vous m’en informiez. Le voulez-vous, et est-ce possible ?

  • @ carredas:

    C’est dommage. J’apprécie vos commentaires, pour leur bon sens et la modération de leur expression, entre autres.

    C’est un point de détail, mais il semble être important pour vous : vous reprochez à Koz une réactivité insuffisante sur certains commentaires. Je trouve cela un peu excessif. Koz se montre généralement attentif: « Le conservateur », par exemple, a été promptement recadré. Mais on ne peut pas exiger de lui qu’il « fasse la police » à chaque instant, surtout alors qu’aucun autre commentateur n’avait relevé les remarques qui vous ont choquée.

    Plus généralement:

    carredas a écrit:

    Depuis quelques mois, tes billets sont centrés sur la religion et je te sens de plus en plus dans les certitudes et la vérité, tes certitudes et ta vérité, et moins dans l’écoute, le doute, l’ouverture, l’autocritique.

    Je n’ai pas perçu une telle évolution. Aussi loin que je m’en souvienne, le style de Koz a toujours été caractérisé par des convictions très affirmées, une expression vigoureuse, volontiers provocante, parfois même péremptoire, et ce d’autant plus qu’on le contredit. Il change très rarement de point de vue sur un sujet, même sur un point de détail. D’autres commentateurs avant vous ont trouvé cela désagréable et ont déclaré ne pas vouloir revenir (c’étaient en général des commentateurs venus de la gauche). Si votre ressenti a changé, n’est-ce pas surtout parce que vous êtes en désaccord sur le fond avec Koz sur beaucoup des sujets de ces derniers mois ?

    J’espère encore, pour ma part, avoir le plaisir de vous lire.

    Polydamas a écrit:

    Ouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff

    Je sais que ce n’est pas sympa de rigoler, que ça pourrait être déplacé, mais enfin tout de même.

    Pas sympa, oui. Pas super drôle non plus.

    « Genre les commentateurs ont un quelconque droit par rapport au blogueur », ben oui, ils ont le droit de donner leur avis, genre c’est pour ça que les commentaires sont ouverts. Carredas a parfaitement le droit de dire pourquoi elle n’a plus envie de venir, et en tant que commentatrice de longue date, ce qu’elle écrit peut avoir un intérêt pour les autres commentateurs, ainsi bien sûr que pour le blogueur.

  • @ Carré

    Non non… fais pas ça… et puis, franchement, j’en ai lus, et Koz est probablement un des blogs où la contradiction est la plus acceptée. Dans ce monde de « peut être » où le doute est érigé en fausse valeur sainte, ou le concensus ou le politiquement correct sert de guide à la plupart des « experts » qui n’ont finalement aucun avis perso, faut pas lui reprocher d’avoir des opinions tranchées, et surtout pas si elles défrisent. Je me souviens de ce prêtre donné en lien par Tara qui dans le cadre du débat sur la FSSPX et dans sa lettre ouverte à Benoit XVI disait « celui qui pense détenir la vérité commence à être dangereux ». Le pauvre doit avoir un problème avec son sacerdoce et pas seulement avec celui-ci à mon humble avis. Ne serait-ce qu’avec la logique puisque le concept s’applique à sa propre phrase.

    En fait, il faudrait qu’il médite un peu et peut être il lui viendrait peut être à l’idée que le problème ce n’est pas de penser détenir la vérité mais l’imposer aux autres par la force. Par contre, si on enlève aux homme la possibilité de penser que quelque chose est juste et vrai et que l’on fait tout pour qu’ils ne l’expriment pas, j’ai bien peur que nous ayons à faire face à beaucoup d’errance dans ce bas monde.

  • Gwynfrid a écrit:

    Pas sympa, oui. Pas super drôle non plus. “Genre les commentateurs ont un quelconque droit par rapport au blogueur”, ben oui, ils ont le droit de donner leur avis, genre c’est pour ça que les commentaires sont ouverts. Carredas a parfaitement le droit de dire pourquoi elle n’a plus envie de venir, et en tant que commentatrice de longue date, ce qu’elle écrit peut avoir un intérêt pour les autres commentateurs, ainsi bien sûr que pour le blogueur.

    Ils ont le droit de donner leur avis, pas de faire comme si le blogueur devait obéir à leurs injonctions, pas comme s’ils avaient le droit de voir le blogueur évoluer selon tel ou tel penchant.

    Et puis exiger de l’autocritique, alors que c’est limite si Koz ne s’excuse pas de demander pardon pour ce qu’il affirme, c’est quand même fort. Je sais que je suis biaisé, mais enfin tout de même…

  • ressenti strictement identique à celui de Carredas.
    Blog jadis stimulant devenu depuis quelques semaines pétrifié et plein de chemises à repasser

    Je ne reviendrai pas avant quelques semaines, espérant que fin mars apportera un peu d’air frais

  • Ah y’a un bureau des réclamations qui a ouvert ? Chouette !

    Alors moi je trouve que ça parle pas assez de rock ni de sexe. Et puis il faudrait une rubrique horoscope, et des pronostics sur la Star’Ac où on pourrait vraiment débattre.
    Koz, nous comptons sur vous !

  • Oui, oui, Yogui, ici, c’est le bureau des pleurs. J’avoue ma surprise, ne me trouvant guère moins con et borné qu’il y a quelques semaines mais, puisqu’il est précisé qu’il s’agit de ressentis, j’imagine que je ne dois pas y attacher trop d’importance. D’ailleurs, menfin précise bien qu’elle a besoin d’aller s’aérer. C’est cet hiver qui se prolonge aussi, ça attaque les nerfs.

    Tes (je vais arrêter le vous, ça donnera un petit côté funkie à ce blog) commentaires étant précis, ne doute pas que je les prendrai en considération.

    Pour le prochain billet, je m’efforcerai de choisir une position stupide, afin d’avoir l’occasion d’en changer en cours de débat. Ca me permettra de donner des gages d’ouverture à mes lecteurs. Ce sera chouette.

    Ou alors je fermerai les commentaires. Tiens, ça pourrait être marrant, ça, aussi, de fermer les commentaires. Ca serait funky, ça aussi.

  • Koz a écrit:

    Pour le prochain billet, je m’efforcerai de choisir une position stupide, afin d’avoir l’occasion d’en changer en cours de débat.

    Yo, man ! Il est encore temps pour le débat sur la pureté 🙂 !

  • Bon, ben, ça sent le claquage de porte, un petit fumet de fronde? C’est bon ça! N’est-ce pas le meilleur signe de la pleine santé de ce blog? J’ai toujours considéré que cette exigence (du blogueur, comme des visiteurs) des lecteurs était le symptome d’un blog vivifiant.

    Ciao Koz et merci pour ton boulot

  • « Il y a une chose pire que de ne pas être critiqué, c’est de ne pas s’exposer aux critiques » Carla Bruni

    « Il est plus facile de critiquer que d’imiter » Zeuxis

  • carredas a écrit:

    Sous le billet précédent, il y a eu ce commentaire d’Aristote :

    ” aimer un enfant et aimer sa Rolex ce n’est pas la même chose.

    Notre société met en place une législation sur la consommation d’alccol des enfants, mais se refuse à remettre en cause la dérive du modèle familial qui conduit ces mêmes enfants à chercher dans l’alcool une consolation à leur abandon par des adultes qui, une fois assouvi leur “désir d’enfant” passent à l’assouvissement du désir suivant “

    @ Carredas

    J’admets volontiers avoir le style un peu polémique, mais il n’y a là que l’expression de mon effarement devant les contradictions mortifères de ces temps qui sont les nôtres. J’ai voté Sarkozy à la présidentielle, il est donc difficile de conclure de mon commentaire à une attaque personnelle.

    Je serais désolé d’avoir contribué à votre départ de ce blog.

    Bien à vous.

  • S’acharner sur une maladresse verbale totalement anodine de CBS est-ce l’arbre qui essaie de cacher la forêt ? La forêt catholique semble dériver actuellement vers un « intégrisme » totalement incompréhensible et inquiétant. Koz veut-il suivre ce mouvement et durcir ses positions ?

    A écouter ce matin cette histoire http://www.rtl.fr/fiche/3767317/un-acte-de-cruaute-de-l-eglise-catholique.html on se félicite d’avoir quitté cette jungle religieuse depuis des lustres.

    Je rejoins Carredas dans son sentiment d’assister à un changement de « ligne éditoriale » et à le regretter …

  • Je n’ai pas commenté les deux derniers billets pour ne pas risquer d’être pris dans une tourmente.

    En plus, j’ai une amie qui hésite de rejoindre ce blog avec le pseudo Quinte Flush et pour avatar un chien à longues oreilles. Je lui est dit que ce n’était pas vraiment le bon moment, en tout cas, pas tout de suite. Cela créerait un monstre incident diplomatique.

  • J’appréciais beaucoup les commentaires de Carredas dans les quels, souvent je me retrouvais.

    Il est vrai que dans le post précédent, j’ai cru entre apercevoir comme une supposition – est ce assez diplomatique? 😉 – que mon étude de texte était guidée par un soutien sans faille à tout ce qui touche N Sarkosy.

    En ce qui me concerne, non. J’admire beaucoup de ses actions, mais pas toutes et je le trouve un peu laxiste en ce moment, virant un peu sur le socialisme (du à Carla BS?)

    j’ai simplement lu des idées différentes de celles de notre hôte au travers des mêmes mots et des mêmes phrases.
    c’est ainsi.

    Est ce du à notre langue, à notre mentalité? (je ne me sens absolument pas bobo, mais après tout, il va falloir que j’y réfléchisse) A nos croyances (même si je ne suis pas catholique, je suis chrétienne, donc en convergence sur la majorité des points avec les catholiques)?

    A notre personnalité aussi?

    Rien n’est vraiment objectif, tout est relatif, c’est ce que m’ont appris mes amis bouddhistes. Là encore, cela s’avère sensé.

    Que voulez vous, pour moi « pur » s’apparente à « pur esprit », donc détaché de la matière… Et ainsi d’admirer ces femmes qui adoptent et aiment ces enfants comme étant issus de leur propre chair.

    Ce qui ne m’empêche pas d’avoir vécu mes grossesses (et même mes accouchements) comme les périodes les plus heureuses de ma vie.
    Et surtout, je ne nie pas le côté « animal » de la naissance d’un mammifère, eut il une âme! Ce côté viscéral provoque un attachement tout autre!
    Pas moins pur selon la définition de Koz, c’est évident, mais de ce fait, pas seulement spirituel, puisque attaché viscéralement à la mère. Et ce point de vue de CBS sur « le plus pur »(certes basé sur du médical rationnel), pour moi en tous cas, ne dévalorise pas le statut de mère glorieuse – ou de glorieuse mère? 😉

    Bref, je ne vais pas me relancer dans la polémique!

    Et je continuerai, si Koz le permet, à commenter ses billets, toujours très intéressants parce que confrontant les idées, si notre hôte accepte que je donne parfois un avis différent.
    Je suis convaincue de son ouverture et n’espère de toute façon pas changer sa position. On peut se changer soi même (et c’est un travail de longue haleine), mais on ne peut pas changer les autres! (et qui plus est de quel droit?)

    Koz a écrit:

    la conjonction inédite d’une participation féminine massive et de la pure déraison.

    Peut être aussi faudrait il s’interroger, non pas sur la déraison de la gent féminine (je sens là poindre comme un soupçon d’humour en cette période des « journées de la femme »), mais sur la participation massive de la gent féminine?

    Pourquoi y a t il eu une participation féminine massive, et pourquoi leurs sentiments seraient ils plus déraisonnables que ceux de nos chers mâles, oh combien adorés et sans lesquels nous ne pourrions rien!

    Et ce dans de nombreux domaines autres que celui dont il est fait mention dans ces deux billets!
    Tiens, par exemple, sans mon mari, que ferais je pour ouvrir un pot de moutarde, changer une ampoule, une rondelle de robinet, sortir les poubelles,sortir le chien, pousser le chariot dans les super marchés… hein? Tâches oh combien pures et spirituelles de l’homme, sans lesquelles une femme ne peut s’épanouir dans son couple! 😉

  • ben dis donc… qui aurait cru qu’un écart de langage de la belle Carla puisse produire un tel « cataclysme » (oui bon, disons qq remous) dans les pages de ce blog. J’avoue de pas bien comprendre… en particulier cette volonté un peu panurgique (désolée) de déclarer haut et fort qu’on ne souhaite plus consulter/commenter les pages de ce blog me laisse pantoise… y aurait il des débats qu’il conviendrait d’éviter?

  • « Tiens, par exemple, sans mon mari, que ferais je pour ouvrir un pot de moutarde, changer une ampoule, une rondelle de robinet, sortir les poubelles,sortir le chien, pousser le chariot dans les super marchés… hein? Tâches oh combien pures et spirituelles de l’homme, sans lesquelles une femme ne peut s’épanouir dans son couple! »
    🙂 Âme soeur, dans mes bras !

  • Margit, vous me pardonnerez ma franchise, ou non. Les autres commentateurs aviseront, également. Mais, si les commentateurs peuvent certes avoir le droit d’exprimer leur ressenti, comme le pense Gwynfrid, je ne leur reconnais pas le droit de prendre l’auteur du blog pour un punching-ball.

    En l’occurrence, soyons clair, je trouve votre commentaire à la fois assez minable et assez ridicule. Minable, car utiliser le cas dramatique de cette fillette au Brésil ici n’a véritablement aucun sens, et est totalement déplacé. Ridicule, parce que j’aimerais comprendre en quoi les derniers billets, consacrés à des sujets religieux, auraient marqué un alignement quelconque sur une tendance ultra-conservatrice de l’Eglise. Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué – mais vous ne l’avez pas remarqué, normal, c’est les œillères, hein, c’est pas fait pour ça – ladite tendance « ultra-conservatrice » m’aurait volontiers catalogué chez les « progressistes ».

    Par ailleurs, j’ai bien saisi que toute critique de Nicolas Sarkozy, de son gouvernement, ou de ses proches, caractérisait pour vous un véritable sacrilège. On a les fidélités qu’on peut. Personnellement, je n’entends pas accepter n’importe quoi de sa part, étant au demeurant observé que je suis loin d’être le plus critique. C’est dire si vous et d’autres, comme Addis, attendez (vainement) un alignement absolu. Cela ne m’intéresse pas. Pour ça, si vous le souhaitez vraiment, vous avez le blog de l’UMP. Je ne doute pas non plus que Christian Estrosi, Frédéric Lefebvre ou Nadine Morano disposent de sites internet.

    En ce qui me concerne, figurez-vous qu’en plus de tout ça, en fin de compte, je modère mes critiques, en raison du déchaînement souvent irrationnel qui caractérise nombre d’autres blogs. Mais pour des personnes telles que vous, ce ne sera jamais suffisant. Je devrais être un petit soldat, un petit militant, obéissant, et simple porte-voix.

    De façon générale, vous me permettrez de souligner que tenir un blog, lorsque l’on essaie de produire des billets argumentés, ce n’est pas seulement une source de satisfaction. C’est une activité totalement bénévole, qui ne me rapporte que de quoi couvrir ses frais. Cela me demande beaucoup de temps, cela m’occupe l’esprit, cela me préoccupe parfois, au point que je peux être d’une compagnie, disons, perfectible, quand je suis préoccupé par un sujet, ou la tournure que prend un débat. Je vois certes le nom de mon blog et mon pseudo cités dans quelques medias, mais la satisfaction que cela procure est assez éphémère. Dans ma vie quotidienne, cela ne m’apporte aucune considération particulière. Inversement, cela m’est reproché par mes proches et cela peut mettre en danger ma vie professionnelle.

    A cela s’ajoutent les commentaires parfois désagréables des commentateurs. C’est – parfois – le jeu. Et je ne suis pas naïf : si mes billets sont vigoureux, il est logique qu’ils suscitent des réponses vigoureuses. Il y a aussi les commentaires de ceux qui vous disent que vous auriez dû traiter tel sujet, ou que vous n’auriez pas dû, que vraiment vous attachez trop d’importance à ça, qu’ils en ont marre de tel sujet.

    Figurez-vous que, pour bloguer, il faut y trouver un peu de plaisir. Le jour où les désagréments dépasseront le plaisir – et parfois nous en sommes proches – ce blog fermera. Il est possible que je n’en meure pas.

    Alors, les commentateurs ont-ils des « droits » sur ce blog ? Non. Leur avis est sollicité, et apprécié. Mais pour ce qui est d’avoir des droits (opposables, hein, tant qu’on y est) sur le blog, non, sorry, bezef, que dalle. Que les choses soient claires, aussi désagréables soient-elles à entendre, et aussi malvenu cela soit-il de les dire à ses commentateurs : un commentateur ne consacre pas le 1/10° (le 1/100° ?) de l’investissement que consacre le blogueur, et il ne s’expose jamais comme s’expose (même sous pseudo) le blogueur . Alors, des droits sur le blog… Je sais que c’est très vilain ce que je dis, et je devrais plutôt dérouler le tapis, mettre une jolie musique d’ambiance, faire un sondage pour demander quels sont les sujets que je devrais traiter et sous quels angles. Mais dans quel but ? Que, surtout, surtout, surtout, mes statistiques ne flanchent pas ? Que ma marche inexorable vers la gloire républicaine ne soit pas entravée ? Je préfère être lu, c’est certain, mais je préfère encore plus être certain que ce blog soit pour moi un plaisir.

  • Carredas ne veut plus écrire, je regretterais bien sur ses points de vue si elle maintient cette décision, et, puisqu’on est en phase d’outing, je vous le dis solennellement, moi aussi , plus de commentaires chez koz…
    je crains que ceux qui se réjouissent ne soient plus nombreux que ceux que cela traumatise…
    mais, je vais les décevoir : uniquement durant la fin de la semaine sainte.

    Habituellement, du jeudi saint au samedi saint, je me privais de viande, de vin, de café, voire de télé avec mes enfants, cette année j’ai décidé d’y adjoindre les blogs…
    Quel effort pour faire pénitence ? J’en parlais avec des jeunes du groupe d’aumônerie que j’anime…ils avaient un peu de mal à se situer dans cette logique du sacrifice personnel…
    J’aimerais, si cet échange vous intéresse, si ce troll est accepté, avoir votre point de vue sur les modes de pénitence précédant Pâques…

  • zeyesnidzeno a écrit:

    ben dis donc… qui aurait cru qu’un écart de langage de la belle Carla puisse produire un tel “cataclysme” (oui bon, disons qq remous) dans les pages de ce blog.

    Cela participe effectivement de ce à quoi je souhaitais répondre. Si un tel sujet doit provoquer départs et menaces de départs, à vrai dire…

  • C’est clair qu’un blog peut rendre les gens susceptibles, mais je crois que Koz est le blogueur le plus respectueux de ses commentateurs que je connaisse. Je trouve un peu incroyable qu’un commentateur reproche à son hôte pourquoi il n’a pas réagi à tel commentaire plutôt qu’à un autre. Koz a l’habitude, non seulement de lire tous les commentaires, mais de répondre à la plupart des commentaires qui disent quelque chose de pertinent, qui ajoutent de la valeur au débat. Je sais que Koz est rapide au clavier, manie très vite son interface et qu’il écrit super bien, mais cela prend un temps fou (ceci sans compter le temps à virer les spams, débloquer les bugs, et autres aléas que les commentateurs ne s’imaginent même pas). Le commentateur lambda a le choix de lire le billet et de suivre attentivement le débat. Koz n’est pas à la retraite et il n’a pas que ça à faire. Ce blog, je le trouve remarquable ainsi que ses commentaires et ce n’est pas un hasard s’il est cité et apprécié ailleurs que dans le virtuel. En fait, je me suis rendu compte, qu’à part les blogs où les liens des billets de Koztoujours m’envoient de temps en temps, je n’ai pas besoin de bloguer ailleurs. Je trouve le choix des sujets excellent et généralement je suis assez d’accord avec sa façon de voir les choses et heureusement que sur ce blog on ne doit pas se farcir le genre d’âneries qu’on peut lire dans les dizaines et dizaines de commentaires que génèrent les sites des journaux ou des personnalités politiques. Je crois que Koz a la carapace dure et j’espère qu’il ne se fasse pas trop de mauvais sang. Je lui souhaite beaucoup de plaisir avec ce blog. Oui, je cire ses pompes au cas où il fermerait les commentaires…

  • mon commentaire précédent était écrit avant celui de koz, publié après, il est ainsi décalé

    moi aussi je rends grâce à koz pour la qualité de son blog, l’intérêt et la variété des sujets, et serais bien malheureux que les comments soient fermés…

    et je lui dédie admiration , pour le temps et l’énergie, l’intelligence qu’il y met,

    et félicitations pour cette réussite
    qu’est koztoujours

  • Polydamas a écrit:

    Ils ont le droit de donner leur avis, pas de faire comme si le blogueur devait obéir à leurs injonctions, pas comme s’ils avaient le droit de voir le blogueur évoluer selon tel ou tel penchant.

    D’accord sur ce point. Mais je ne pense pas que ce soit le cas de Carredas.

    Koz a écrit:

    Mais, si les commentateurs peuvent certes avoir le droit d’exprimer leur ressenti, comme le pense Gwynfrid, je ne leur reconnais pas le droit de prendre l’auteur du blog pour un punching-ball.

    Absolument d’accord. Et pour être tout à fait clair: le commentaire de margit, lui, passe largement les bornes.

    Ce n’est pas, non plus, comme si les commentateurs étaient pris par surprise: leurs droits sont uniquement ceux que leur concède le blogueur, comme cela est fort bien expliqué ici.

    Quand à savoir pourquoi la discussion du précédent billet a tourné à ce point à l’acrimonie, j’avoue avoir du mal à comprendre. Je sais bien que le mot « pur » est chargé, et que le personnage de Mme Sarkozy éveille des sentiments très divers, mais tout de même. Son propos (dont je maintiens qu’il était vraiment creux) méritait-il un tel étripage ?

    Pepito a écrit:

    Ce blog, je le trouve remarquable ainsi que ses commentaires et ce n’est pas un hasard s’il est cité et apprécié ailleurs que dans le virtuel.

    D’accord sans réserve avec votre commentaire en général et cette phrase en particulier. Et si c’est du cirage de pompes, tant pis, j’assume.

  • Pour les droits et les devoirs des commentateurs, je propose une version simplifiée :

    • Le commentateur a tous les droits, y compris de dire qu’il refuse des droits aux autres commentateurs, comme Polymadas.
    • L’auteur a tous les droits, y compris de censure.

    C’est pas beau la liberté?

    Sans être expert en blog, je remarque que Koz est un auteur particulièrement impliqué dans les commentaires. C’est assez rare il me semble, la plupart des auteurs évitant de s’impliquer directement dans les petites controverses entre commentateurs.
    De ce fait je n’ai aucun mal à l’imaginer pensif lors du repas du dimanche avec les beaux parents…

    Peut-être les sentiments des blogueurs sont-ils parfois comparables à ceux d’une foule. L’illusion d’une compatibilité des points de vue, une fraternité, une espérance de changement, peuvent naître – généralement en lien avec des évènements politiques.
    L’euphorie dure le temps que dure une bulle financière.

    Puis, chacun retrouve ses habitudes, les illusions s’écroulent, se l’on met à trouver les autres, finalement, un peu sectaires.

    On déclare qu’on ne mangera plus de ce pain là.
    Mais à la prochaine occasion…

  • francis a écrit:

    J’aimerais, si cet échange vous intéresse, si ce troll est accepté, avoir votre point de vue sur les modes de pénitence précédant Pâques…

    Ce serait volontiers, mais je crois le moment mal choisi pour lancer un hors sujet.

  • @ Koz,
    « Figurez-vous que, pour bloguer, il faut y trouver un peu de plaisir. Le jour où les désagréments dépasseront le plaisir – et parfois nous en sommes proches – ce blog fermera »

    Non, ne fermez pas Koz, tenez, pour vous faire plaisir !

    http://laurent.despeyroux.free.fr/gimp/vache-2002-12-22.html

    Peut-être la forme la plus pure de la vache? Mais pas supérieure à la vôtre, si dodue et si expressive ! 🙂

    Plus sérieusement, je ne fréquente pas beaucoup de blogs mais le vôtre me manquerait beaucoup s’il fermait. Je suis agnostique, je viens de la gauche, je ne partage pas toutes vos convictions mais j’aime votre intelligence, votre humour et je suis admirative du travail que vous faites pour faire vivre cet espace.

  • Pepito a écrit:

    En plus, j’ai une amie qui hésite de rejoindre ce blog avec le pseudo Quinte Flush et pour avatar un chien à longues oreilles. Je lui est dit que ce n’était pas vraiment le bon moment, en tout cas, pas tout de suite. Cela créerait un monstre incident diplomatique.

    @ Koz

    Moi je trouve qu’une phrase comme celle là compense tous les désagréments du bloggueur. Non ?

    zeyesnidzeno a écrit:

    J’avoue de pas bien comprendre… en particulier cette volonté un peu panurgique (désolée) de déclarer haut et fort qu’on ne souhaite plus consulter/commenter les pages de ce blog me laisse pantoise…

    Et bien, autant je peux apprécier le côté carré de Carré, autant je suis d’accord avec zeyes sur ce point. Le côté « si c’est comme ça, j’annonce à tout le monde que je viens plus » – ou « si vous continuez à écrire des articles comme ci comme ça, je me désabonne » posté sur un forum, m’ont toujours laissé pantois moi aussi. Il faut toujours se méfier des réactions apostasiques… elles sont souvent entachées d’excès.

  • Salut Koz. Vu ton twitt. J’admire la retenue de ton message, a ta place je serais depuis longtemps passé aux insultes, ce qui m’arrive parfois. Mais au fond, le plus souvent, on arrête de répondre et ça calme les trolls et les donneurs de leçons. Tiens je me demande ce que serait le web sans les donneurs de leçons, dont nous sommes évidemment, mais alors encore tellement moins que beaucoup de commentateurs !

    Bref.

  • Mauvaise foi !

    Puis-je vous rappeler mon commentaire sur le précédent fil :

    « Koz a dit : “j’ai, chez moi, le premier album de Carla Bruni en CD, et le deuxième en mp3. Quand je l’entends chanter, ça me fait des ouh la la coupables”

    Margit a répondu : « Mais ne laissons pas notre oreille musicale influencer le reste de nos considérations. CBS n’est pas une vieille routière de la politique et n’a pas le charisme inné, c’est le moins que l’on puisse dire. Entre des défilés de mode, pousser la chansonnette et tenir des discours sur tout il y a du chemin à faire… »

    Contrairement à vous et malgré mon « sarkozysme exacerbé » je n’ai pas été jusqu’à acheter les albums de CBS …

    Alors m’estampiller de sarkozyste béate … 🙂

    Comme si s’acharner sur une petite phrase de la femme du président constituait une preuve significative d’une critique de la politique de son mari 🙂

    Et puis je vous ai interpellé sur l’histoire de la petite fille brésilienne, un sujet autrement plus grave et déroutant que de couper les cheveux en quatre sur quelques mots prononcés par une jeune femme peu habituée à la politique et ses chausse-trapes verbaux.

  • Carredas,

    Moi aussi je trouve que Koz n’a pas été très bon dans le billet consacré à Carla Bruni-Sarkozy. J’ai trouvé qu’il surréagissait à une phrase tirée de son contexte, qu’il généralisait sur une dérive un peu théorique et que ses arguments étaient moins convaincants qu’à l’accoutumée. Pour reprendre une belle expression qu’il m’a fait découvrir, je regrette qu’il n’ait pas fait à CBS le crédit de la bienveillance sans lequel il n’y a pas de compréhension possible.

    Ce n’est pas faire injure à mon amitié ou mon respect envers lui ; on n’est exigeant qu’envers ceux qu’on admire.

    Maintenant, il y a mille façons de réagir face à ça. La principale consiste bien sur à argumenter, à contredire, à contester. On est sur un blog, c’est justement l’intérêt du truc : on discute, on se confronte, on essaie de comprendre et de s’exprimer.

    Après, il faut intégrer un élément qui a l’air de vous échapper totalement. Koz est juste un être humain. Et si vous aviez pris soin de lire entre les lignes (et même sur les lignes) ses interventions depuis quelques mois, vous auriez identifié chez lui une certaine forme de lassitude, de fatigue.

    Il me faut 2 mois pour pondre un billet, il en écrit un par jour. Vous n’avez pas l’air de réaliser l’énergie et l’intelligence qui sont nécessaires pour cela.

    Alors, vous partez, j’en suis désolé, je vous regretterai. Mais je m’en remettrai plus facilement que si Koz décidait de raccrocher.

  • Reprocher à Koztoujours d’être Koztoujours, voilà qui me laisse pensif …

    Mais en tous cas même en étant régulièrement en désaccord avec lui, la qualité et la fréquence de ses posts, la clarté (à défaut, parfois, de la pureté) de ses arguments, sa tolérance et son implication dans les fils de commentaires forcent le respect.

  • Ma courte expérience des blogs me fait penser que les lecteurs et commentateurs d’un blog ont des attentes complètement différentes par rapport au blog :
    * les commentateurs occasionnels spécialisés dans un sujet qui attendent un plus
    * les militants de service qui obéissent
    * les isolés qui attendent absolument une réponse quel que soit le sujet
    * les athés qui règlent leur compte avec l’Eglise ou leur passé
    * Ceux qui ont peu de temps à consacrer à la lecture des blogs mais qui y trouvent quelques infos non traitées dans les médias
    * ceux qui ont besoin d’être maternés ou écoutés
    * les chercheurs de liens
    * les plaisantins et trolls
    * ceux qui ont besoin de se lacher sur un sujet
    * ceux qui cherchent l’âme soeur
    * ceux qui aiment débattre plus pour la forme que pour le fond.
    * ETC.

    Bref, un concentré de tout ce monde là se retrouve chez Koz, comment voulez-vous qu’il contente tout le monde ?
    Il faut lui reconnaître :
    – qu’il répond très souvent aux coms
    – qu’il modère suffisamment pour que ne règne pas l' »insulte
    – qu’il affirme ses opinions politiques en réfléchissant sur les faits et actes sans suivre béatement un mentor.
    – qu’il fait état de ses convictions religieuses qui ne sont pas franchement en adéquation avec l’esprit actuel de la société
    – qu’il est ouvert à nombre de contradicteurs

    Même s’il m’a heurtée quelquefois, il ne me serait pas venue à l’esprit de le lui dire en pleurant car :
    – je sais que c’est un travail titanesque de rédiger, chercher les liens, lire le maximum de choses pour se faire une idée de la question traitée
    – que sachant qu’il a un boulot et une famille (et c’est à mon sens prioritaire) ainsi que des engagements (super important je trouve aussi), il est malvenu de lui exposer mes petites peines (et puis incapacité de l’exprimer sur la forme et un peu de pudeur sur ce lieu public)
    -Et j’estime de toutes façons qu’il est chez lui et qu’il fait et dit ce qu’il veut avec ses défauts et ses nombreuses qualités.
    Et finalement j’ai plus été remontée par la dureté de certains commentateurs.

    Allez je me joins à Tara et dit que même une kozette qui ne commente pas beaucoup te lit avec avidité 🙂

  • Liberal a écrit:

    Alors, vous partez, j’en suis désolé, je vous regretterai. Mais je m’en remettrai plus facilement que si Koz décidait de raccrocher.

    Et vous aurez bien raison…

    Je viens faire une mise au point parce que je suis surprise, et le mot est faible, du retentissement de mon commentaire.

    Avant de l’écrire, j’avais pensé plutôt écrire directement à Koz sur le mail qu’il met à disposition, et réflexion faite, c’est ce que j’aurais du faire, ou bien ne rien dire à personne et simplement ne plus intervenir.

    Mais voilà, ce blog je le fréquente depuis deux ans, et même si je n’ai jamais rencontré aucun intervenant j’ai l’impression de les connaître un peu.

    C’est comme si j’avais été reçue dans une maison pendant des années de façon régulière et que je décidais de ne plus y venir sans prévenir personne.

    Il n’y avait pas de recherche d’effet d’aucune sorte, ni de fronde ou je ne sais quel mouvement de libération des commentateurs.

    Koz tient son blog comme il l’entend et n’a de compte à rendre à personne, je ne crois pas avoir dit le contraire.

    Liberal a écrit:

    Après, il faut intégrer un élément qui a l’air de vous échapper totalement. Koz est juste un être humain.

    Et moi donc…

    Liberal a écrit:

    Il me faut 2 mois pour pondre un billet, il en écrit un par jour. Vous n’avez pas l’air de réaliser l’énergie et l’intelligence qui sont nécessaires pour cela.

    Vous avez tort, je le réalise, mais ce n’est pas le sujet.

    Pourquoi croyez-vous que je n’ai pas tenté l’aventure moi aussi alors que je n’ai pas des troupeaux de gnous ou autres bestioles qui déboulent dans mes pieds à tout bout de champ…?

    Je serais navrée d’être à l’origine d’une décision de Koz d’arrêter quoi que ce soit même si je ne me sens pas particulièrement responsable de sa compréhensible lassitude.

    Par contre, si mes mots ont pu le blesser, j’en suis sincèrement désolée et je souhaitais le lui dire.

Les commentaires sont fermés