24,8 %

C’est la part du temps de parole consacrée à François Bayrou et à ses soutiens sur TF1 du 1er au 29 décembre 2006, contre 21,5% à Nicolas Sarkozy (et ses soutiens), 14,3% à Ségolène Royal (et ses soutiens), 2,6% à Jean-Marie Le Pen, et 0 à Yves Aubry. Si, Yves Aubry est candidat, je l’ai lu sur le tableau du CSA consacré audit sujet.

En termes de temps d’antenne, et toujours pour TF1, cela donne 18,9% pour Bayrou, 24,6% pour Royal et 21,4% pour Sarkozy. Ne vous excitez toutefois pas trop sur cette honteuse différence entre Bayrou et Sarkozy : en valeur absolue, la différence n’est que de deux minutes, sur un mois.

Cela n’a pourtant pas empêché François Bayrou de consacrer le tiers de son intervention (selon l’AFP) pour ses voeux à la presse à dénoncer la manipulation médiatique des élections par les médias, n’hésitant pas même à se faire lyrique : « Mais nous, Français, sommes un peuple de citoyens : nous ne cèderons pas à votre matraquage« …

La réalité est plus prosaïque, en tout cas en ce qui concerne sa tête de turc favorite, puisque symbolique, TF1 (l’écart est net en revanche sur France2 et M6). François Bayrou a trouvé une stratégie originale et habile : s’emplafonner les médias lui permet non seulement de se poser en victime et d’accréditer la geste du béarnais mais surtout de les forcer à l’inviter pour ne pas se voir ensuite reprocher leur partialité.

Cela dit, il n’a pas complètement tort : au vu des scores de 2002, on devrait voir davantage Le Pen. C’est bien, de sa part, de le souligner.

Billets à peu près similaires

19 comments

  • Tu as inversé temps de parole et temps d’antenne pour tout le monde : Bayrou c’est 24,8% temps de parole et 18,9% temps d’antenne etc… Ce qui ne change rien au fond. (commentaire à jeter après usage)

  • Pourquoi le temps de parole de Chirac est-il presque nul sur leurs tableaux? On en parle jamais à la télé? (J’ai pas la télé chez moi, mais ça m’étonne un poil).

  • Le tableau ne mentionne que « les candidats déclarés ou présumés qui ont fait l’objet d’au moins une mention à l’antenne« . Chirac, à ce jour, n’entre dans aucune de ces deux catégories.

  • Ce billet est intéressant, mais les chiffres annoncés ne sont pas des reflets très fidèles du matraquage incessant dont nous sommes victimes avec Sarkolène : journaux, émissions, magazines, etc. Les JT ne sont pas tout !

  • Take Another Pill tiens à mon avis quelque chose d’intéressant : il y a une différence entre le temps de parole de quelqu’un, et le temps qui est consacré à parler de lui dans l’ensemble des média, pas forcément pour parler de politique, et qui pourrait expliquer le décalage entre le ressentit de certains (à prendre avec des pincettes), et les chiffres.

    Bon, ceci n’est pas complètement valable, car le temps d’antenne semble essayer de tenir compte de cela (au moins pour les émissions d’information), mais je ne suis pas sur de comprendre la définition du csa :

    Le temps de parole comprend toutes les interventions liées à l’actualité électorale d’un candidat et de ses soutiens. Le temps d’antenne comprend le temps de parole et l’ensemble des éléments éditoriaux consacrés à un candidat et à ses soutiens. »

    Je comprend ici que le temps de parole est le temps à l’antenne pendant lequel la personne politique et son équipe interviens, et le temps d’antenne est l’ensemble du temps pendant lequel n’importe qui parle de cette personne. Le matraquage concernant Ségolène Royal serait donc du temps d’antenne ? Bon, et sa correspondrait assez bien avec son temps de parole proportionnellement assez faible, et son temps d’antenne majoritaire. Reste à mesurer la représentation sur l’ensemble des média 😉

    PS : si M. X parle (sur son temps de parole donc) de son adversaire M. Y, est-ce du temps d’antenne pour M. Y ?

  • Concernant le temps de parole de SR il me revient à l’esprit cette phrase d’Abraham Lincoln :

    « Mieux vaut rester silencieux et passer pour un imbécile que parler et n’en laisser aucun doute. »

    Plus sérieusement il est vain de prétendre que l’on ne parle globalement pas plus de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal. Comme l’a dit PPDA hier matin chez Fogiel sur RTL, ce sont les représentants des deux premières forces politiques constituées en France (excluant ainsi le premier partie de France : les pêcheurs à la ligne). Quant à Bayrou je trouve succulente la façon dont PPDA a rappelé qu’il avait fait péniblement 6.84% en 2002……

  • Autre question que ne soulève pas ce tableau, la fréquence des passages. A mon avis , mais ce n’est que mon avis, 10 fois 30 secondes sont plus « efficaces » que 1 fois 5 min…

    Ces chiffres en eux même ne veulent donc pas dire grand chose tant que l’on ne connait pas la structure..

    Mais au moins on sait que FR3 adore nicolas (32% du temps d’antenne dans les émissions d’info !! pfiouuu)..

  • En effet la répartition du temps d’antenne et de parole est un paramètre important.

    Et M6 roule pour Ségolène 🙂 ==> 53.7% du temps d’antenne !

  • Koz, tu as vu le tableau, non plus en comparant les pourcentages mais les temps: sur TF1, Bayrou est devant les autres, mais pour des durées ridicules. Si tu regardes les autres chaines, Bayrou a raison en temps d’antenne. Le plus cocasse étant toutefois que les puissances médiatiques qu’il pourfend sont… publiques. Donc la collusion Sarkozy-média (et notamment TF1) ne tient pas la route. Pour Le Pen, c’est à se demander ce que fait le CSA…

  • Sur France 2 et M6, il a effectivement raison : il y a un net décalage. Mais ce que je sous-entend, avec mon allusion à Le Pen, c’est qu’il paraît difficile d’accorder à tous un temps de parole strictement égal (d’ailleurs, si j’ai bien compris, les chaînes ne sont aujourd’hui tenues qu’à accorder un temps de parole « équitable »). Ou alors, il faut donner à Yves Aubry le même temps de parole qu’à Bayrou.

    Le fait que Bayrou s’emplafonne systématiquement TF1 alors qu’il a obtenu davantage de temps de parole et d’antenne que les autres est spécialement intéressant en ce qu’il démontre le caractère avant tout victimaire de sa stratégie.

    ajoute :

    «  »Les règles, on les respecte, elles sont complexes. N’utilisez pas les médias ou ne lancez pas de fausses polémiques pour obtenir du temps d’antenne » »

    Arlette Chabot

  • Le CSA n’a pas comptabilisé les 3 heure de SarkoShow sur TF1 la veille du début du décompte… Ils omettent de compter toutes les apparitions de Sarkozy comme ministre-de-l’intérieur-candidat sans qu’aucune distinction ne soit faite entre toutes ces casquettes… surtout lorsque les propos tenus tiennent plus de la propagande électoraliste que les simples propos d’un ministre de l’intérieur…

    La liste serait longue

    A lire…

    http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/politique/elysee_2007/20070109.OBS6228/les_critiques_du_csavisaient_france_2_et_m6.html

  • C’est l’avantage d’une campagne négative: on utilise son temps de parole à augmenter le temps d’antenne des autres, ce qui permet de jouer les victimes.

    Je suis assez déçu par le bon François en ce début de campagne…

  • On peut aussi voir ce temps de parole relativement important de Bayrou comme une correction des média incréminés pour démontrer qu’il a tort. Les chaines se sont faites tellement critiquer qu’elles ont été obligées de donner la parole à FB? Mais que disent les chiffres sur les 3 ou 6 derniers mois de l’année ? Des données mensuelles ne sont pas forcément représentatives. Mais ces données n’existent pas…..

  • Pingback: Diner's room

  • au pif (mais les indicateurs se multiplient), Bayrou = environ 5-6% de la couverture télé jusqu’à fin novembre, 3% en novembre, 8-9 en décembre ; 3-4% de la couverture presse (et presque uniquement, selon presse2007, quand lui-même cite SR ou NS) ; 3% de la couverture radio (un peu plus sur France Info, 2% sur RTL). Entre 0 et 2 journalistes présents lors de ses discours-programmes sur différents sujets de 2005-2006.

    Le Pen = environ 2% de la couverture télé, 4-5% de la couverture presse.

    Evidemment que c’est aberrant (en tout cas si l’une des finalités de l’information est d’aider les citoyens à s’informer avant de voter). Même si c’est le produit d’un système qui fonctionne de façon cohérente avec son jeu de règles : une boucle quasi-fermée audimat->sondages->audimat. Rien à voir avec une démocratie délibérative.

  • Tiens, je me suis fendu d’une estimation par médias (à partir des chiffres du CSA, en pondérant par les audiences des chaînes et stations) :

    En décembre : Télévision : Bayrou 9% (soit 6 minutes par Français), Le Pen 5% Radio : Bayrou 5% (soit 1 minute par Français), Le Pen 10% Ecrit (à partir de la 1ère courbe, « news », du tendançologue RTGI) : Bayrou 7%, Le Pen 5%

  • Pingback: r y

Les commentaires sont fermés