Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

59 comments

  • Effectivement, à voir les annonces de S. Royal et F. Bayrou, on va enfin avoir le débat sur le projet qu’on aurait dû avoir avant le premier tour, au lieu de parler de « voter à gauche » ou de « ceux qui n’aiment pas la France peuvent la quitter ».

    C’est un changement qui me fait plaisir, malgré l’amertume – toute subjective – de le voir venir trop tard pour que les Français puisse identifier ce qui me semblait comme le meilleur projet.

    Mais il n’est jamais trop tard pour parler des choses sérieuses.

  • Il est vrai, Torofin, que ce n’est pas exactement de ceux-là que je voulais parler. A vouloir faire court, on n’est pas assez explicite. J’envisageais davantage les thèmes de « rejet du système », de « rejet du bipartisme » etc… sur lesquels on voudrait jouer les prolongations. Il me semblait qu’une prise en compte démocratique du vote des électeurs, si elle n’impose pas d’oublier ses idées, permettait d’escompter qu’on laisse se dérouler le débat souhaité par les français.

  • Pour ce que j’en ai retenu lors des débats et discours:

    -SMIC à 1.500 € Brut (et parfois Net, ça dépend des jours). -Le drapeau français dans tous les foyers. -L’ordre juste. -Les jeunes de banlieues ne sont pas un problème mais une partie de la solution. – C’est une femme et l’heure des femmes est venue. – Sarkozy est dangereux et menteur. – Elle a entendu tous les Français. – Elle est la représentante du changement et elle est libre.

    Mais cette campagne de premier tour a eu pour thème principal selon moi : anti-sarko.

  • Vous voulez dire que tout ce que les candidats ont raconté jusqu’à maintenant, tous les programmes, tous les discours, toutes les professions de foi envoyés aux électeurs, toutes les affiches, les séances de thérapie de groupe avec PPDA et Chabot, c’était du bidon ?

    Ce n’étaient que des boniments pour être au second tour ? On doit tout jeter à la poubelle, tout oublier ?

    On nous aurait menti ?

    Mais alors, ce que Sarkozy et Royal vont raconter entre les deux tours, comment savoir si ça n’est pas aussi du bidon ?

  • Je me compte dans ceux-là ! Ras-le-bol des tractations avec Bayrou et des insultes jetés à la face de Nicolas Sarkozy. M’a-t-on déjà vu voter pour un fou, un lepénisant, un anti-démocrate ?

  • Si jai bien compris le message de ce billet, cela veut dire que Bayrou a perdu l’élection présidentielle. Qu’il n’est pas arrivé au second tour. Qu’il était loin en terme de suffrages des deux premiers.

    Effectivement, il faudrait que quelqu’un lui transmette l’info plutôt que de se prendre pour l’intérêt de la France incarné.

  • Ça alors vous donner dans le Giesbert ! Alors comme ça parce que Bayrou n’est pas au second tour cela veut dire que tous les autres qui n’ont pas voté pour lui veulent du bipartisme ? Quel raisonnement extraordinaire vous avez là !

  • Eh bien, lorsque Bayrou nous parlait de la coalition allemande, il nous expliquait que les électeurs avaient exprimé, par leur vote, la volonté de porter au pouvoir ladite coalition. Réciproquement, on peut penser que les électeurs français ont exprimé une autre volonté, par leur vote. En tout état de cause 29 000 000 de français n’ont pas voté Bayrou. Alors, on peut faire toute la campagne de second tour sur son malheureux sort mais moi, j’aimerais que l’on respecte davantage mon vote. Et je fais le pari que je ne suis pas le seul.

    Quant à « donner dans le Giesbert », j’entendais dernièrement Askolovitch vanter son talent… Mais vous êtes probablement plus fin analyste que ce pauvre Giesbert.

  • Je dis donner dans le Giesbert car il a fait la même analyse que vous le soir de l’élection. Et vos raisonnements m’échappent, je n’ai pas voter Sarkozy mais cela ne veut pas dire que je ne partage pas certains points de son programme, je n’ai pas voter Royal mais cela ne veut pas dire que je n’en partage pas aussi, alors dire que tous les électeurs qui n’ont pas voter Bayrou sont pour la bipolarisation de la politique, je trouve ça fort de café !

  • Koz, vous rigolez ? Non franchement, oser dire que l’identité nationale et cie, c’était parler d’un vrai projet pour la France et en même temps dire qu’aborder les questions des retraites, des pme, de l’éducation, de la réforme des institutions, c’était du noyage de poisson… vous y allez très fort !!!!!!

    On en rigolera surement moins dans ne serait-ce que dans 6 mois…

  • Dire qu’ils sont favorables au projet de Bayrou ne le serait-il pas au moins tout autant ? Dire que, lorsque l’on est favorable au projet défendu par un candidat, la meilleur façon de le montrer est de voter pour lui n’est-il pas plutôt sensé ? Penser que, si ces 21 000 000 de français n’ont pas voté pour lui, c’est probablement entre autres parce qu’ils ont mis en priorité d’autres thèmes que ceux développés par Bayrou, c’est déplacé ?

    Cela ne signifie pas que Bayrou et les membres de l’UDF nouvellement renommée doivent abandonner leur stratégie. Mais cela signifie au moins qu’à ce jour un p… de paquet de millions de français ont peut-être envie d’entendre parler de ce que les deux seules personnes pour lesquelles ils seront amenés à voter le 6 mai ont à leur dire.

    Jb, j’ai lu le bouquin de Sarkozy, Ensemble. Et vous ? Vous pouvez caricaturer son propos, penser qu’il n’a pas abordé ces questions – alors même qu’il a dans son équipe le seule ministre qui ait fait une réforme des retraites – mais vous vous abusez.

    Et je ne pense pas avoir écrit ce que vous dites, en tout état de cause.

  • En quoi le fait de voter Sarko ou Ségo implique qu’on est pour le bipartisme ? Ni Ségo ni Sarko n’ont inscrit le bipartisme dans leur programme, me semble-t-il. Instituer le bipartisme, ça veut dire changer le mode de scrutin des législatives en scrutin majoritaire à un seul tour, comme chez nos amis britanniques. Et encore, ça ne marche pas tout à fait puisqu’ils ont trois partis. Quel que soit le résultat du second tour, nous continuerons à avoir une UMP, un PS, un PC, un vert, un FN, une LCR, une LO etc. L’UDF va probablement disparaitre car ceux qui n’iront pas au PD vont aller à l’UMP. Il y aura aussi bientôt un parti gaulliste, créé par Dupont Aignan.

    Même si, rêve de Colombani et cauchemar de Bayrou, l’assemblée de juin était bicolore, il ne faut pas oublier le parlement européen, les régions, les communes, les conseils généraux, et la rue…

    Que Bayrou se rassure, le bipartisme n’est pas pour demain.

  • Pour détendre l’atmosphère : Je viens d’entendre une réflexion assez drôle d’un ami écolo. Il va voter Sarko au second tour parce que la diminution drastique du parc automobile dans les banlieues qui en découlera inévitablement améliorera la qualité de l’air. Il plaisantait, évidemment. Du moins, je crois.

  • [quote comment= »16420″]Si jai bien compris le message de ce billet, cela veut dire que Bayrou a perdu l’élection présidentielle. Qu’il n’est pas arrivé au second tour. Qu’il était loin en terme de suffrages des deux premiers.

    Effectivement, il faudrait que quelqu’un lui transmette l’info plutôt que de se prendre pour l’intérêt de la France incarné.[/quote]

    Indeed. Et peut-être, également, envisager l’hypothèse que la création d’un nouveau Parti (vu son nom, il aurait pu lui préférer le Mouvement Démocrate, par exemple) n’est pas nécessairement la plus grande préoccupation des français. Surtout lorsque le parti n’a pas grand-chose de nouveau : mêmes idées, même stratégie, mêmes hommes. Il n’y a que le nom qui change.

    Comme le dit Raffarin, « avec François Bayrou, le diagnostic est grave, la réponse est politicienne« .

  • Je n’ai pas lu Ensemble, je le regrette plus que de n’avoir pas lu l’interview ELLE de « Maintenant ». Faute de temps, dira t’on.

    Je n’ai pas lu Ensemble comme une trés large majorité des français et des électeurs de Skz. En revanche j’ai suivi à l’heure près cette foutue campagne (vu le résultat, j’ai perdu du temps) et n’ai jamais vu Nicolas Sarkozy aborder les thèmes essentiels à l’avenir et la pérennité du pays.

    On a eu un campagne de communicants voire commerciale et ca, faudra bien vous y faire parce que j’ai l’impression que c’est pas la dernière vu l’efficacité de ce procédé. Le reprocherez vous à Bayrou ?

    Je ne comprends guère votre «  » » »haine » » » » de Bayrou, pas plus que je ne comprends pourquoi ce dernier a fait des sous-entendus foireux cet après midi sur le vote Royal. Les 2 guignols, s’il n’ont pas les mêmes défauts font preuve de la même médiocrité humaine et culturelle. Et si par faiblesse je vote skz le 6, c’est bien dans l’espoir de retrouver quelque chose à sauver sur le plan économique dans 5 ans. Pas plus.

    PS: Ouf, Bayrou me rassure à propos de Royal sur fr2.

  • Je n’ai aucune haine à l’encontre de Bayrou. Je ne partage pas ses opinions ni sa stratégie, que je ne considère pas adaptés à notre situation et comme constituant davantage une diversion qu’autre chose. Je considère aussi qu’à ce jour, l’esprit démocratique dont il se prévaut par le choix du nom de son parti devrait l’amener à laisser se dérouler sereinement (si je peux dire, vu ce que proposent les autres comme niveau de débat) la campagne de second tour.

    Quel que soit le bien-fondé de ses idées, ce n’est pas l’enjeu du 6 mai. Et j’aimerais entendre davantage évoquer la campagne des deux candidats à la présidentielle que d’entendre à nouveau parler de ces questions de rejet du système, et de création de parti.

    Ce ne sont pas pour moi les enjeux des 5 prochaines années et, quoiqu’en dise Bob, si les 21 000 000 de français qui ont voté Sarko ou Royal le pensent, ils ont une drôle de façon de l’exprimer.

    Bayrou veut jouer les prolongations pour être visible dans les medias. Il me semble que cette préoccupation stratégique n’est pas véritablement ce que l’on est en droit d’attendre.

    [quote comment= »16459″]Les 2 guignols, s’il n’ont pas les mêmes défauts font preuve de la même médiocrité humaine et culturelle.[/quote]

    Je ne crois pas avoir jamais tenu de mots de ce genre à l’encontre de François Bayrou. Et vous me parlez de « haine » ?

    Dernière chose : en ce qui me concerne, j’ai lu Projet d’Espoir, aussi. L’esprit d’ouverture, que voulez-vous…

  • J’ai lu Témoignage, j’ai pas eu les temps de lire Ensemble mais je pense aussi avoir donné en matière de littérature sarkozyste. Bref, là n’est pas le débat.

    Oui je ne vous cache pas ma « haine » envers Royal et Sarkozy et ce malgré le fait que, jeunesse aidant, je me suis longtemps retrouvé dans ce dernier. Je les « haït » au même titre que je haït, sans guillemets cette fois, certains aspects de notre société qui pousse à la médiocrité plutôt qu’au dépassement de soi et à la consommation plutôt qu’à l’accumulation de connaissances. Ils en sont pour moi les produits, j’en suis d’ailleurs également la victime, à cette différence près qu’eux s’en accommodent bien aisément.

    Un exemple ? http://www.dailymotion.com/video/x1p7y0_segolene-royal-message-flash-10-jou « principe contre heuuuuu principe » et vive le professionnalisme du réalisateur.

  • Cela dit, avec Témoignage, vous n’avez eu que le roman de plage, dans la « littérature sarkozyste ».

    Le reste, ce sont vos opinions. Que je ne partage pas, vous le savez.

  • Je profite de votre réactivité pour poser une question HS, quoique, ça peut avoir un rapport avec « Ensemble ».

    Que pensez vous du fait qu’Henri Guaino, la plume de Sarkozy, ai voté « non » au TCE ? Sarkozy lit des discours écrits par une personne aux idées fondamentalement différentes sur le sujet qui précisément vous a poussé à ouvrir ce blog. Ca ne vous gêne pas ?

    Vous croyez vraiment que Royal, qui en ce moment même reprend du jour au lendemain un discours, celui de Bayrou en l’occurrence, qu’elle a critiquée pendant 3 mois; fait, entre autres, de l’angélisme et , encore et toujours, de la démagogie mérite tout votre respect alors que le PS et Mme Royal se moquent éperdument de l’avenir du pays ?

    Quand je parlais de haine envers Bayrou, je voulais mettre en avant l’inégalité de traitement que vous faite entre Royal et Bayrou.

    Merci et bonne soirée

  • Suis je le seul à trouver que Bayrou est indécent lorsqu’il demande a) un débat avec chacun des deux finaliste b) un débat télévisé de surcroît.

    Mme Royal a fait une erreur en lui proposant un débat. Elle fait de lui le pivôt du second tour. Non pas que la démarche de FB ne vaille pas le coup d’être un sujet.

    Mais entre les 2 tours, le débat est entre les candidats. Le seul débat télévisé, c’est entre les deux candidats.

    Bayrou veut troubler le jeu, et Royal l’aide un peu à éviter la confrontation. Résultat, on aura perdu 1 semaine de débat avec des tractations politiciennes.

    Présidentiellement parlant, elle a grand tort

  • [quote comment= »16490″]

    Présidentiellement parlant, elle a grand tort[/quote]

    Tant qu’elle parle d’autre chose que de «  »son programme » » sa côte dans les pseudos-sondages monte pour maintenir une pseudo-tension comme ça on regarde leur pseudo débat et on lit leurs vraies feuilles de choux en se demandant (comme au premier tour ) si on est les seuls à voir la différence…

  • Oui mais les 18,6% de Bayrou vont être décisifs et constituent quand même la nouveauté de cette élection, alors Bayrou pèse, malgré sa défaite, et fort habilement d’ailleurs. L’enjeu du second tour, je le rappelle, étant que si Ségolène Royal attire 60% des voix de Bayrou, elle gagne (les autres reports de voix étant grosso modo connus).

    Je rappelle également, en passant, que malgré le siphonnage d’un quart des voix FN par le candidat UMP, celui-ci n’a pas atteint la majorité absolue dès le 1er tour : 31% ne sont pas 51% ! Favori certes, mais pas encore élu, donc.

    De plus, l’examen des points de convergence entre les valeurs, les programmes, les constats, les convictions, les personnalités, les approches, les méthodes, etc., des trois principaux candidats éclaire le choix des Français sur le fond pour le second tour. Et pour ma part, je souhaite que le débat « public » et « transparent » entre Royal et Bayrou puisse avoir lieu. Ca me paraît plus intéressant que de savoir, à l’occasion d’une nouvelle émission du genre « Face aux Français », si Mme Royal pourrait faire quelque chose pour le logement de la nièce de Mme Michu ou ce qu’elle pense de la situation des animaux de laboratoire.

    Bayrou ne donne pas de consigne de vote mais lâche quand même quelques signes… A vous de juger s’il s’agit de messages subliminaux ou d’appels de phares.

    • Sur le style et la personnalité de Sarkozy: « Par sa proximité avec les milieux d’affaires et les puissances médiatiques, par son goût de l’intimidation et de la menace, [il] va concentrer les pouvoirs comme jamais ils ne l’ont été (…) Par son tempérament et les thèmes qu’il a choisi d’attiser, il risque d’aggraver les déchirures du tissu social, notamment en conduisant une politique d’avantages aux plus riches (…) Je pense qu’il y a des ressemblances entre Berlusconi et Nicolas Sarkozy. »

    • Sur les débauchages de candidats UDF: « Cette manière de multiplier pressions, débauchages individuels, et de prétendre fabriquer de faux partis pour être dans sa majorité, ça ressemble assez à ce que j’ai appelé la manière de gouverner des Hauts-de-Seine (…) Une manière d’exercer le pouvoir qui ne ressemblait pas aux principes qui me paraissent être les principes élémentaires. »

    Sur son vote du 2e tour: « Si je sais pas ce que je ferai, je sais déjà ce que je ne ferai pas. (…) Je ne mets pas les deux choix sur un même plan. (…) Il y a des cas où on ne peut pas choisir, alors dans ces cas-là on a le choix entre le vote blanc et l’abstention (…) Vous votez pour quelqu’un quand vous considérez que c’est le bon choix ou le moins mauvais mais quand vous êtes incapables de départager les risques il peut vous arriver de vous abstenir. (…) Ce n’est pas ce que je recommande là. J’ai dit moi-même que je ne savais pas ce que je voterai. »

  • C’est vrai ça, les 21 000 000 d’électeurs qui ont voté pour Royal ou Sarkozy au 1er tour, comment ils vont faire pour se décider sur le 2nd tour si on leur parle de Bayrou ou de Schivardi, comme ça a encore été le cas ce soir à la télé ?

  • [quote comment= »16490″]Suis je le seul à trouver que Bayrou est indécent lorsqu’il demande a) un débat avec chacun des deux finaliste b) un débat télévisé de surcroît.[/quote]

    Non non, vous n’êtes pas le seul. Il est indécent et prétentieux.

    Mais plus grave, il ne respecte pas la règle du jeu, il ne respecte pas la démocratie, et avec la bénédiction des médias et de Royal.

  • N.Sarkozy et S.Royal font 56% des suffrages à eux deux. Une majorité des français a donc choisi que l’on ne parle pas d’autre chose que d’un débat entre deux candidats.

    F.Bayrou fait 18% et JM.Le Pen fait 11%. Les autres candidats sont en dessous de 5%. Leur point commun est qu’ils ont perdu l’élection et qu’ils doivent respecter le choix des français.

    Le débat des candidats retenus doit permettre aux français de faire leur choix entre ces deux là.

    Il n’est donc pas question de laisser F.Bayrou tenter d’imposer sa vision à tel ou tel des deux candidats puisque son programme et son discours ont été recalés en même temps que sa personne.

    Que N.Sarkozy et/ou S.Royal rassurent en précisant leurs programmes ou s’inclinent légèrement pour prendre en compte le vote des principaux candidats recalés sans trahir les électeurs du premier tour, c’est tout à fait normal. Et c’est cela que nous devons exiger d’eux.

    Aujourd’hui qu’avons nous ? D’un côté, N.Sarkozy répète et précise son programme pour convaincre le plus grand nombre de français et obtient le soutien non négocié de cadres UDF ou de personnalités diverses De l’autre côté, S.Royal fait applaudire A.Laguiller, MG.Buffet, J.Bové, O.Besancenot et G.Schivardi qui appellent à voter contre N.Sarkozy et déchire son entrejambe en essayant de raccrocher F.Bayrou. Elle oublie au passage de parler de son programme sauf pour en dire qu’elle est prête à le remettre en cause pour attraper F.Bayrou.

    Imaginez un instant que les scores soient les même mais que l’ordre soit inversé … Le Pen devant Bayrou … Je suis sûr que tout le monde crierait unanimement au scandale si ce type de comportement se produisait …

  • je trouve que madame royal dans ces discourds attaque toujour monsieur sarckozy et cela est trés pénible comment vouler vous faire confiance a une personne qui est toujour occuper a titiez sont adversaire dans ces discour elle ne fait que cela elle est trés fatiguante pour une personne qui dit quelle veut rassembler elle donne plutot l impression d une personne qui seéme la discordanse moi je crois qu elle voit plutot le profit du pouvoir

  • [quote comment= »16504″] Et pour ma part, je souhaite que le débat « public » et « transparent » entre Royal et Bayrou puisse avoir lieu. Ca me paraît plus intéressant que de savoir, à l’occasion d’une nouvelle émission du genre « Face aux Français », si Mme Royal pourrait faire quelque chose pour le logement de la nièce de Mme Michu ou ce qu’elle pense de la situation des animaux de laboratoire.[/quote]

    On ne vous connaissait pas cette lucidité sur votre candidate, Jeff.

    En ce qui me concerne, je serais intéressé de savoir si elle a une vision de l’avenir de la France, un projet, si elle est capable de s’élever au niveau de la fonction qu’elle brigue etc…

    Quant à ce débat, ce qui commence à ressembler à du militantisme de votre part vous pousse à adopter exactement les mêmes comportements que Royal. C’est que vous les aimez, vous les bichonnez, tous ces UDF honnis hier. Vous aimeriez tellement débattre avec eux, dont la démarche était pourtant « inopportune » et jusqu’à « ridicule » hier.

    Etonnant tout de même ce manque de confiance dans les capacités de celle que vous soutenez pour l’Elysée, qui vous fait préférer l’évitement du vrai débat de deuxième tour, et vous amène encore dans ce commentaire à parier sur le Tout Sauf Sarkozy. Elle est si peu enthousiasmante, cette candidate ? Je crains fort pour vous que les français ne le perçoivent.

  • FB a habilement, il faut le reconnaitre, commencé sa campagne du premier tour des legislatives de juin. Que ceux qui ne veulent pas la faire maintenant s’abstiennent de rentrer dans son jeu. Que ceux qui pensent qu’il faut la commencer jouent avec lui. SR a tellement confiance dans le 6 mai qu’elle pense que ce n’est pas inutile de jouer ce jeu. Car en gardant sa gauche en jouant le second tour, le débat SR-NS aura bien lieu, elle calcule que, de jouer le premier tour des legislatives maintenant, elle peut gagner le second tour des présidentielles. Reconnaissez que cela est habile et non un manquement à la démocratie. NS est dans la préparation du premier tour des présidentielle depuis pratiquement le 7 mai 2002. Personne n’a ralé contre ce fait. Alors pourquoi aujourd’hui ? Si SR préfère investir de son temps d’exposition dans les média pour préparer juin plutôt que pour assurer le second tour, c’est son problème. Ce qui défrise à l’UMP c’est qu’une bonne préparation de juin peut amener une victoire en mai. Sinon pour le programme, quand je regarde le passé, j’ai déjà vu la gauche mener une politique économique que l’on pourrait qualifier de « droite », mais, à ma connaissance, rarement la droite mener une politique sociale de « gauche ». Hors c’est ce que demandent, pour caricaturer, un grand nombre d’electeur de FB. Alors on va où ? Bien sur j’attend avec impatience, comme je l’ai dis dans de précedents commentaires, que les grands exégetes, non je plaisante, des actions de l’UMP ou simplement des actions de NS pointent le biais de ma mémoire et me donne des contre-exemples. Je fais commencer la période éligible pour les exemples à la participation aux responsabilités de NS, i.e. les années 80. Mais la politique sociale de Neuilly et des Hauts de Seine n’en sont pas riches. Alors, NS un homme politique qui tient 100% de ses promesses ? Dans ce cas, je n’ai aucun soucis, la France y gagnera que je vote pour lui ou non.

  • @ edgltp :

    C’est quoi une politique de « gauche » ? C’est quoi une politique de « droite » ? Et les droits de femme ? Et le droit à l’avortement ? Et la prime à l’emploi ? Gauche ou Droite ?

    C’est un peux poussiéreux comme débat à mon avis. Comme dirait mon chouchou Tony Blair, il n’y a pas de politique de droite ou de gauche, il y a seulement des méthodes qui marchent ou pas.

    Il y a deux programmes : celui de Mr Sarkozy et celui de Mme Royal. Ils ont chacun proposé des méthodes et des solutions.

    J’ai envie de dire que la politique française depuis 40 ans marchent sur un principe simple : la gauche au pouvoir fait souvent plus dans le libéralisme sans complexe que la droite n’ose le faire. C’est bizarre, mais c’est comme ça.

  • @london: Vous avez tout a fait raison de pointer mes raccourcis. Donc je vais reformuler pour être plus clair: Depuis les années 80 où le temps de gestion de la France c’est peu ou prou séparé à 50/50 entre les deux grandes familles politiques droite et gauche, j’ai plus vu la gauche mener une politique favorable aux entreprises représentées par des lobbys et ce de manière objective et non dogmatique, que la droite mener une politique favorable a la solidarité envers les faibles. Hors notre société est depuis 1945 basée sur ces deux piliers : – un environnement qui permettent aux entreprises de fonctionner, et ne me faite pas l’injure de croire aux « déclinistes », la France est une des destinations favorites des capitaux qui veulent s’investir dans la transformation et non dans la finance. – une attention aux plus faibles afin de les aider à participer à la société. Malheureusement, un manque chronique d’honnêteté, pour les un, tout acquis ne peut être remis en cause, pour les autres toute participation à la solidarité est un frein à la bonne évolution de leurs affaires, dans la gestion des évolutions imposées par la réalité à ce modèle nous a presque conduit à l’impasse. Sauf à rencontrer de fort soubressaut, je ne vois pas comment la France peut sortir de l’ornière sans respecter ces deux piliers. C’est ce que proposait FB, c’est ce que je crois SR et surtout son équipe, plus capable de faire que NS, et son équipe. Mais mon analyse du bilan de ces derniers est surement biaisé par mon regard partisan. Merci de me convaincre du contraire.

  • Pour moi il y a une différence de base entre la droite et la gauche, malgré tout.

    Une politique de droite au sens où l’entend Nicolas Sarkozy, c’est une politique qui met l’individu au centre de la société républicaine, en lui donnant les moyens, par son travail et ses efforts, d’acquérir une dignité et une situation et ce quelle que soit sa situation de départ.

    La caricature la plus commune, c’est de dire que la droite, c’est « quand on veut on peut », ou « on donne à celui qui a ». C’est faux, il s’agit seulement de responsabiliser chacun, en faisant en sorte que chaque acte, chaque travail, chaque métier et chaque initiative soient récompensés.

    Une politique de gauche au sens où l’entend Ségolène Royal c’est une politique qui part du principe que quel que soit le parcours d’un individu, et l’implication personnelle dont il a fait preuve dans son cheminement personnel, la société (donc l’Etat et les contribuables) doit pallier à ses manques et manquements par un soutien financier, et ce afin qu’il bénéficie des mêmes conditions de vie que ses concitoyens.

    La caricature la plus commune, c’est de dire que la gauche vient au secours des plus démunis. C’est faux, après s’être battue durant la première moitié du XXème siècle pour installer la République et les avantages sociaux (ce que je salue, au passage), la gauche a caricaturé (sous les influences trotskistes de mai 68) ses positions ces 30 dernières années, jusqu’à faire du travail des uns une option facultative, financé par celui des autres. Une société à deux vitesses est aujourd’hui en place, au bord de l’implosion.

    Qu’il y ait des convergences et des diagnostics possibles entre ces deux visions de la société, ce n’est pas exclu. Nous vivons quand même dans le même pays. Mais la gauche a perdu de vue le fondement de la République, l’égalité des chances et la valeur travail.

  • Royal accepte un débat devant la PQR, Bayrou exige que ce soit à la télé. Pour qui se prend-il? Le caractère exclusivement personnel de sa démarche est criant. Bayrou et le PD aux oubliettes, Bockel au gouvernement !

  • @ Koz,

    La proposition de Ségolène Royal à François Bayrou est dans la logique qualitative et quantitative de cette élection.

    Pour ce qui est de l’arithmétique, je répète qu’en gros, Ségolène ne peut gagner que si elle attire sur son nom au second tour 60% des électeurs de Bayrou. Si ce n’est pas le cas, elle perd. Donc, en réponse à votre question, je fais effectivement confiance à « ma candidate », en bonne miterrandienne, pour tirer les leçons politiques du premier tour et de tenter d’inverser le rapport de force apparemment favorable pour l’instant à Nicolas Sarkozy. D’ailleurs, vous qui la trouviez si lente à intervenir dimanche soir, vous aurez remarqué ce coup-ci la rapidité de son intitiative. Incontestablement, elle a pris la main et commence à grignoter quelques dixièmes de pourcent dans les sondages…

    Pour ce qui est du qualitatif, nous avons effectivement en face de nous deux projets de société.

    Celui de la droite « décomplexée » va être approuvé sans surprise au second tour par les électeurs de l’UMP et du FN, les villiéristes et les chasseurs. Votre candidat fait le plein à droite et à l’extrême-droite (c’est d’ailleurs dans ce sens qu’il a construit sa campagne), ses fans le voient en homme providentiel… Mais sa personnalité, son programme et ses méthodes suscitent aussi un rejet d’environ 50% des Français. Que vous essayiez de comprendre pourquoi ou non, c’est comme ça. Pour des millions de Français, les actes et les paroles de Sarko parlent d’eux-mêmes depuis plusieurs années, et nul besoin d’en rajouter dans la diabolisation.

    Le projet alternatif de la gauche, social-démocrate, porté par le PS, ne peut, semble-t-il, être majoritaire qu’avec une bonne partie des voix centristes. Et sur le fond, cela semble aussi être le sens de cette élection : les 18% de Bayrou poussent à l’évidence à saisir l’opportunité de construire enfin une vraie social-démocratie à la française, en modernisant notre modèle, en réformant dans le dialogue et le consensus, sans déchirer le tissu social. Et là, il s’agit d’un projet qui peut être majoritaire dans notre pays. Et surtout (c’est ma conviction) c’est la bonne solution pour la France aujourd’hui. L’espoir est donc là, et nulle part ailleurs. Plus que 10 jours…

    PS : Compte tenu du mode de scrutin aux législatives, la seule façon pour Bayrou, pour ses idées et pour ses électeurs, de peser sur la vie politique française d’ici 2012, sans revenir à la case départ de supplétif méprisé de l’UMP, est de s’allier au PS. C’est la seule fin possible de l’histoire. Et tout le monde sent bien que Bayrou pourrait aujourd’hui travailler plus facilement avec des personnes comme Royal, Hollande, DSK, Kouchner, Rocard, Delors, etc., qu’avec Nicolas Sarkozy (je crois qu’il le dit clairement lui-même). Alors pourquoi attendre ? Réfléchis vite et bien, François : 2012, c’est loin, et aléatoire (tu auras toujours un Sarko et un DSK en face de toi), surtout après cinq ans de sarkozysme, une forte rebipolarisation, et une traversée du désert avec un groupuscule de députés marginalisés…

  • T’oublies une chose, Jeff, dans ton nouvel essai de racolage : Bayrou, il préfère que ce soit Sarko qui soit élu. 5 ans dans l’opposition, ça ce serait tout benef pour lui et son PD. Il montrerait à quel point il n’est plus à droite, pourrait pourrir la vie de Sarko. Le grand pied, quoi…

  • [quote comment= »16650″]T’oublies une chose, Jeff, dans ton nouvel essai de racolage : Bayrou, il préfère que ce soit Sarko qui soit élu. 5 ans dans l’opposition, ça ce serait tout benef pour lui et son PD. Il montrerait à quel point il n’est plus à droite, pourrait pourrir la vie de Sarko. Le grand pied, quoi…[/quote]

    et que FB pourrait renvoyer et disloquer cette gauche qui n’est jamais parvenue à se dissocier de son attachement au trokystes, maoïstes d’extrèmes gauches et renvoie l’image d’un PS ringard toujours prêt à toute les compromissions et désaveux des valeurs démocratiques ( débat démocratique au sein du PS sur le TCE, vote démocratique au sein du PS en faveur du oui au TCE, pourtant certains de ses membres s’en foutent de la démocratie même interne du PS pour défendre le non ou pour prôner des idées sectaires et racistes contre les nouveaux pays membre (cfr mélenchon))

  • @ Piel,

    Je ne crois pas que pour Bayrou, la stratégie d’attendre 2012 sans alliance soit la bonne. Si Sarko est élu, le PS restera quoiqu’il arrive la principale force d’opposition. Bayrou n’aura qu’un petit bataillon de députés et ne pèsera pas. Dans un contexte de forte rebipolarisation (on peut compter sur le président Sarko), que restera-t-il dans cinq ans de ses 7 millions de voix ? Combien fera-t-il au 1er tour face à un Sarko sortant, ayant tout bien verrouillé, et un DSK (ou un autre) en leader d’une opposition gonflée à bloc par 5 ans de sarkozysme ?

    Non, non, la seule chance pour Bayrou de mettre en pratique les convictions qu’il a exprimées lors de la campagne et de donner un sens à ses 7 millions d’électeurs, est de faire gagner Ségolène Royal et de s’allier au PS avant les législatives.

  • Précision : si le PS éclatait après une éventuelle défaite de Ségolène Royal (ce que je ne crois pas), c’est de toute façon l’aile droite, majoritaire, social-démocrate, qui formerait rapidement le nouveau PS, l’aile gauche étant nécessairement marginalisée à très court terme. Et ce nouveau PS pèserait toujours plus que le parti démocrate de Bayrou. Et un DSK préfèrera toujours ce scénario à une allégeance à Bayrou, ne serait-ce que pour des questions d’ambition personnelle. Etre n°1 du parti n°1, pour faire avancer ses idées, c’est quand même mieux qu’être n°2 du parti n°2, non ?

  • Ca devient rigolo, cette histoire de débat. La PQR n’en veut pas. Royal se permet d’accuser Sarko de pressions. Ben oui, tous les coups sont permis. Dati réfute. Normal. Mais La PQR aussi… Bref, Royal sort des accusations infondées, comme ça, pour meubler. Et voilà ce qui tient lieu de campagne de second tour chez les socialistes. C’est vraiment pitoyable.

  • Bonjour Koz,

    C’est quand même un peu logique. Tu es un groupe de presse papier régional, tu invites les deux candidats à la suite le même jour pour préparer des articles, et l’un des deux se moque ouvertement de toi en transformant une entrevue en un débat devant télévision voire radio. Tu ne serais pas alors toi aussi un peu vexé ?

    Ce mépris des journalistes est à rapprocher de son annulation au dernier moment d’une invitation au journal de 20h00 préalablement acceptée, ou de son remplacement sans prévenir sur Europe1 au rendez-vous matinal de Jean-Pierre Elkabach par Jean-Pierre Chevènement.

    Mademoiselle Marie-Ségolène Royal est-elle vraiment digne de prétendre à la fonction suprème avec cette mentalité ?

    Ma réponse est bien évidemment non.

    Luc

  • sauf que tu sembles vouloir oublier Jeff que le moment est plutôt mal choisi pour la partie centriste du PS pour tirer sur les trotkystes et autres mammouths du parti car le PS ne peut ni se passer de leur soutien aux présidentielles et surtout aux législatives et pourrait permettre à François Bayrou de dénoncer tranquillement vos incohérences, vos compromissions, vos différents mensonges sans avoir de réponses intelligentes possibles de socialites progressistes bloqués par le politbureau…

  • Le débat Royal-Bayrou, c’est fixé : samedi 11 h sur Canal ! Un commentaire, Koz ?

    Mais comment diable ce débat avec un perdant du premier tour, dont soi-disant personne ne voulait, même pas celle qui le demandait et celui qui l’acceptait, va-t-il finalement avoir lieu ?

    Peut-être tout simplement parce que les Français l’attendent et que cela peut éclairer leur choix du 6 mai… Peut-être parce que les choses sont en train de changer… Peut-être parce qu’il existe une majorité potentielle pour ce projet novateur de social-démocratie à la française… Peut-être parce que beaucoup de gens sentent que l’espoir est là et seulement là…

  • Oui, effectivement, j’ai peut-être sous-estimé la nullité stratégique de Ségolène Royal. Ou la profondeur de son désespoir. Cela étant, peut-être François Bayrou va-t-il exiger de passer à 20h50 sur France2 et pas à 11h sur Canal, et d’avoir un tabouret plus haut que Ségolène Royal ?

    La saga qui passionne les français n’est peut-être pas finie.

    Au fait, si Bayrou remporte ce « débat » (ils vont y faire quoi ?), on fait quoi, le 6 mai, on vote pour lui ?

    J’aime beaucoup ce qu’écrit Askolovitch sur ce débat surnaturel :

    « Il distribue les mauvaises notes, renvoie Sarkozy à un enfer quasiment non-démocratique (*) et , en même temps, pourrit joyeusement la campagne de Ségolène Royal. Car pour l’instant, en somme, le centriste est le seul sujet dont on a parlé concernant la socialiste… Pour l’instant, là, maintenant, deux options. Ou bien Bayrou et Royal ont un accord, ou l’auront, un deal, un arrangement, une entente, une compréhension, et dans ce cas, leur affrontement est truqué, un match arrangé, un « fix » comme on dit chez les ricains, qui se terminera, façon Allemagne-Autriche lors du Mondial 82, par un score arrangé et une embrassade sur le dos du troisième larron (Sarkozy dans le rôle de l’Algérie de 1982, ça serait cocasse, nicht wahr?)… Les chemins du entre-gauche auront été saupoudré de poudre aux yeux, mais quimportera alors le flacon… Ou bien, il n’y pas d’entente. Et Bayrou, méthodiquement, essaye de tuer Royal, et le PS derrière, tout en prenant date pour l’après, s’installant par avance comme le premier, le seul, opposant au terrible Sarkozy… Imaginons un vrai débat Royal-Bayrou. Elle va disputer un championnat du monde quelques jours après. Lui ne risque rien. Il peut lâcher ses coups. Pas elle. Il souligne sa légèreté économique et fustige sa dépensolatrie, ses emplois subventionnés etc… Que fait-elle? Elle cogne Bayrou au nom du social, et se fâche avec les électeurs centristes? Ou elle plie le genou, reconnaît la supériorité de la pensée unique, et blesse ses ailes gauches? Elle gagne le débat et s’interdit donc l’ouverture au centre – ou elle le perd, et se ridiculise, et le populo anti-Sarko se dira qu’il a choisit le mauvais cheval… S’il y a accord, ils nous joueront une comédie façon Jacques Demy: « Ah tu as raison de te méfier de Sarko -ah oui, si tu savais dans les Hauts-de-seine -nous deux nos sauverons la démocratie… » Sinon… Pauvre socialiste pris à leur propre piège. ca l’idée d’un « débat public », lancé par Royal dans son offre d’ouverture, était aussi un piège. Si Bayrou refusait, il démontrait son manque de sérieux: « On lui a déjà pourrit ses législatives, il ne pourra plus se démarquer de nous », confiait l’autre jour un conseiller de Royal. Bayrou, en disant « chiche », a retourné le piège. Qui pourrit qui, désormais? »

    Si Royal ne se rend pas compte que, depuis le début de la semaine, si elle a contribué à ce que l’on n’entende guère Sarko, on n’entend parler d’elle qu’à l’occasion de ce débat… Enfin… Un dixième sondage consécutif donne Nicolas Sarkozy vainqueur, avec de 51 à 54%. Continuez comme ça, ce doit certainement être une bonne stratégie.

  • François va estropier Ségolène, et on n’aura plus aucun plaisir à assister à sa mise à mort mercredi par Nicolas, c’est lamentable de nous ôter ce plaisir, remboursez !

  • Non mais là on frôle la débilité. C’est quoi ce deuxième tour d’élection présidentielle ? Un pas en avant, un pas en arrière. J’ai la vague impression d’être une balle de tennis à Rolland Garros 🙁

    Si SR gagne… Non en fait je finis pas ma phrase ça me désespère qu’on en soit là.

  • Il ne s’agit pas de débat au sens affrontement de projet contre projet mais d’une rencontre afin de voir si une coopération est possible a terme. Enfin c’est ma compréhension des éléments mis en avant. FB est dans une logique de premier tour de legislative : voyons avec les gens qui semblent proches si on peut se mettre d’accord pour un desistement mutuel au second tour. SR est dans une logique de « rassemblement » des voix qui ont été portées sur FB. Si elle arrive a montrer que leur projets sont compatibles, il n’y a aucune raison que ceux qui soutiennent le projet de FB ne lui donnent pas leur voix, a eux de transformer l’essai dans le cadre des legislatives, elle acceptera de gouverner avec eux ensuite. Mais si elle ne passe pas, l’accord pour juin tombe à l’eau et que chacun se garde ensuite face au 3ème. Que cela énerve l’UMP je le comprend bien car ils ne sont pas en position de proposer quelque chose d’analogue : l’histoire des relation UDF / UMP l’interdit et les actions vers les individus qui continuent ne fond rien pour aider. Que FB joue une carte perso, je le crois, mais je suis sur que l’électorat UDF du 22 avril 2007 n’est pas celui d’avril 2002 ni celui de juin 2002. Et il est largement inconnu des « spécialistes » car pas assez étudié. Alors les analyses basées sur ces faits… Je pense que la meilleur chose qu’ont a faire NS et l’UMP est de traiter par le mépris ces éléments et d’expliquer et d’illustrer leur programme pour les 5 prochaines années. De détailler comment ils vont articuler la protection des plus faibles avec le soutien des plus dynamiques. Je rappelle qu’à ce jour il semble que, pour ce camp, la première découle mécaniquement de la seconde sans autre interventions de tiers que celles qui resteront après le « débridage » des énergies. Alors cessez de ratissioner et profitez du temps d’exposition pour le projet que donne SR en faisant maintenant et en public sa préparation des législatives en lieu et place de la promotion habituelle de son projet. Qui comme maintes fois souligné ici n’existe pas..

  • [quote comment= »16736″]Que cela énerve l’UMP je le comprend bien car ils ne sont pas en position de proposer quelque chose d’analogue : l’histoire des relation UDF / UMP l’interdit et les actions vers les individus qui continuent ne fond rien pour aider.[/quote]

    Ah oui ? Je me retenais de publier un billet maintenant mais…

    [edit : voilà…]

  • Je ne sais pas qui est et sera le chat ou la souris dans cette histoire, mais il y a une chose qui est certaine, raz la casquette de ces guignols qui n’ont pas su se préparer pour se présenter avec un ligne construite et claire devant les électeurs et qui continuent à jouer leur petit jeu au grand mépris des choix éffectués par les électeurs au 1er tour.

    Dans quelle république sommes nous ? Jamais je n’ai vu une telle cacophonie, un tel opportunisme, manque de convictions et impréparation lors d’une présidentielle et cerise sur le gâteau un tel journalisme de caniveau.

    Bel exemple aujourd’hui : la chronique de Aphatie de ce matin sur RTL … première fois que je lis des commentateurs sur son blog le traiter de foui…-mer… et d’autres joyeusetés…

  • J’adore la théorie du complot qui apparaît dans certains commentaires.

    François Bayrou est éliminé. Il dit le soir même que le combat continue et qu’il prendra des décisions « dans les prochains jours ». Il n’est pas le seul à réagir ainsi (Villiers …).

    Ségolène Royal lui propose un débat public sur son Pacte présidentiel (débat qui aurait certes pu avoir lieu avant le 1er tour entre tous les candidats si un certain Nicolas Sarkozy n’en avait pas décidé autrement).

    Il accepte, et précise au passage (il ne demande rien, contrairement à ce que prétendent plusieurs commentateurs ci-dessus) que si M. Sarkozy lui proposait le même débat public, il accepterait tout aussi volontiers.

    Il dit cela en conférence de presse où sont venus, paraît-il, 400 ou 500 journalistes – on ne les a pas payés pour venir.

    En quoi François Bayrou empêche-t-il de se dérouler ce qui serait « le débat voulu par les Français » ?

    En quoi est-il aberrant qu’un candidat éliminé, avant de déterminer son vote pour le second tour (qui aura évidemment un sens pour ceux qui lui ont fait confiance au premier) se rapproche de ses adversaires qualifiés, pour dialoguer avec eux ? Et ce non en coulisses, mais en public, avec la transparence qu’assurent les caméras ?

    En quoi cette acceptation du dialogue serait-elle étonnante, au regard de la campagne faite sur ce thème depuis 7 mois par François Bayrou ?

  • La presse aussi est circonspecte. Et cela crève les yeux que Bayrou fait cela pour continuer d’exister, pour occuper le terrain. Pourquoi cette exigence d’un débat télévisé, sinon ? Il faut nécessairement passer à la télé ? Ne pouvait-il échanger sur le fond avec Royal dans une réunion publique ou, précisément, devant la seule presse ?

  • Ce que j’en ai compris, c’est que François Bayrou exige que ce dialogue avec S. Royal (ou avec N. Sarkozy si celui-ci le propose) soit transparent, donc face aux caméras. De simples comptes-rendus de presse, où chaque journaliste retient et rapporte (à juste titre) ce qui lui semble le plus important, n’apporteraient pas aux électeurs la même garantie de transparence.

  • Tiens, j’en trouve confirmation à l’instant sur le BBBlog sous la plume de Daniel Schneidermann :

    (DS, à F. Bayrou) Et si vous ne trouvez pas de chaine de télévision ?

    (F. Bayrou) « Eh bien, je louerai un chapiteau sur le Champ de Mars, et on organisera le débat sous chapiteau, en disant qu’on ne peut pas le faire à la télévision française ».

    http://www.bigbangblog.net/article.php3?id_article=606

    Pas mal … j’imagine même un grand vélum sous la Tour Eiffel 🙂

  • Ce qui est extraordinaire dans cette histoire, c’est que ça vous indigne. Royal a le droit de parler avec qui elle veut. A mon avis, elle prend un risque gigantesque. Mais ça la regarde Bayrou peut se permettre de faire ce qu’il veut. Il n’a rien à perdre. A partir du moment où il déclarait son indépendance par rapport à l’UMP, il était virtuellement mort, étant déjà moribond depuis 2002.

    C’est un chien dans un jeu de quilles. La campagne s’est jouée sur le fait qu’au centre tout le monde était mou, qu’il n’y avait pas d’idée valable, et que seul le débat droite/gauche était démocratique (je ne suis pas revenue de cette affaire) On a jamais entendu plus distinctement ses idées que depuis qu’il a perdu. On a jamais trouvé autant de qualités à l’électorat centriste que depuis qu’il a perdu : la première de ses nouvelles qualités étant qu’il existe, et que ce n’est pas seulement un ramassis de déçus des uns ou des autres rassemblés par hasard.

    Ce qui angoisse Sarkozy, c’est qu’il a en face de lui des gens qui n’ont plus rien à perdre. Bayrou, parce que son parti est encore virtuel. Royal, parce que ses chances de gagner son minimes. Alors elle tente le tout pour le tout, sur des idées de rassemblement et d’ouverture. C’est risqué, et pas très convainquant. Les électeurs jugeront.

    Mais quand ils auront jugé, tout le monde s’inclinera.

    Au fait, il propose quoi Sarko? Parce que moi aussi je peux sortir ma calculette. D’après des sources officielles, environ 70% de la population n’a pas souhaité le voir au second tour. Il propose quoi à ceux-là? Ah oui, expliquer que S. Royal c’est le néant absolu, et qu’elle ne sait rien faire d’autre que taper sur Nicolas et parler à François…

  • Pingback: » Sanity Check

Les commentaires sont fermés