Déclaration de vos droits, et surtout des miens

droits_homme_3L’auteur de ce blog, lorsqu’il était encore facétieux et bien disposé (en 2006) avait publié les textes ci-dessous afin d’expliciter l’esprit de ce blog sans froisser quiconque. Dans la crainte que tous ne lisent pas intégralement ces développements, il convient d’en résumer succinctement l’esprit. Cette page tient lieu de conditions d’utilisation de Koztoujours, que vous vous engagez à respecter dès lors que vous publiez un commentaire.

En résumé, donc : ce site est le mien, j’en suis moralement et juridiquement responsable. Il ne s’agit pas d’un espace de liberté d’expression. Ce site est soumis à la ligne éditoriale que je décide et est ouvert au débat, mais dans les limites que je suis seul à fixer.

En particulier, je me réserve le droit de modifier, supprimer ou retarder la publication de tout commentaire publié pour quelque raison que ce soit et en particulier pour créer les conditions d’un débat correct (hors prise à partie, insultes, dérives, déviations du sujet de débat, flooding etc., cette liste étant non limitative) et ce, sans avoir à avancer de motif.

Notez également, pour la bonne interprétation de cette charte que je suis, également, imperméable à toute dénonciation d’un comportement autoritaire.

La version plus amène figure ci-dessous.

*

L’ Auteur de ce Blog (ci-après « Moi« , « l’Auteur » ou « Je« ), Souverain Assez Absolu ici, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris de Mes droits – et des droits éventuellement concédés aux Commentateurs (ci-après « Vous » ou « les Commentateurs« ) – sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption de ce Blog, a résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle et universelle, ses droits naturels, inaliénables et sacrés, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Commentateurs, leur rappelle sans cesse leurs quelques droits et l’intégralité de leurs devoirs ; afin que Ses actes en soient plus respectés ; afin que les réclamations des Commentateurs, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de l’intégrité de ce Blog et de la mienne, et au bonheur de tous.

En conséquence, Je reconnais et déclare, en Ma présence et sous Mes auspices, les droits et devoirs suivants de Vous et de Moi.

Article 1

Vous et Moi sommes nés libres et égaux, et les seules distinctions reconnues tiennent à la pertinence des propos échangés. Pour autant, Je est ici chez Moi, où Je est heureux de Vous inviter. En conséquence de quoi, le Commentateur reconnaît la primauté de Ma subjectivité quant à l’interprétation des règles issues de la présente Déclaration.

Article 2

Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement en Moi. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément. Il est toutefois tout aussi expressément reconnu la primauté des dispositions constitutionnelles, législatives et réglementaires françaises.

Article 3

La fréquentation de ce Blog est soumise aux règles simples de la vie en société – et notamment de courtoisie, délicatesse et politesse – que chaque Commentateur est présumé avoir acquises, que ce soit par l’éducation reçue de ses parents, ou par l’observation attentive chez les autres des usages habituellement considérés comme policés.

Article 4

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux du Commentateur : Vous peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par Moi-même.

Article 5

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque Commentateur n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Commentateurs la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par les Principes et la Loi de ce Blog, hors les cas exceptionnels dans lesquels il s’avérerait utile à Moi, en tant qu’essence de toute souveraineté sur ce Koztoujours, d’agir arbitrairement, sans préjudice néanmoins du respect dû aux dispositions constitutionnelles, législatives et règlementaires applicables sur le territoire français.

Article 6

En théorie, nul Commentateur ne peut être rappelé à l’ordre, modéré ou exclu que dans les cas déterminés par le présent texte, et selon les formes qu’il a prescrit. En pratique, on se réfèrera aux articles 1 et 2 sur la primauté de Ma subjectivité et sur l’essence de toute souveraineté (Moi) pour apprécier le bien-fondé de Ma décision, ainsi que sur le préambule du présent texte posant en principe supérieur la préservation de l’intégrité du présent Blog et de son Auteur.

Article 7

Je est censé prendre que des décisions strictement et évidemment nécessaires, et nul n’est censé pouvoir être puni qu’en vertu d’une règle établie et promulguée antérieurement au comportement déplaisant constaté. En pratique, on se réfèrera aux articles 1 et 2 sur la primauté de Ma subjectivité et sur l’essence de toute souveraineté (Moi) pour apprécier le bien-fondé de Ma décision, ainsi que sur le préambule du présent texte posant en principe supérieur la préservation de l’intégrité du présent Blog et de son Auteur.

En conséquence de quoi, tout comportement susceptible de consister une menace aux Principes Supérieurs de Mon Blog pourra faire l’objet d’une action préventive, éventuellement suivie d’une traduction législative.

Article 8

Je est susceptible de faire preuve de tolérance. De manière totalement arbitraire.

Sur une idée originale de quelques députés du Tiers Etat, la DDHC.


Loi n°2006.06.07 du 7 juin 2006 relative au bon usage de koztoujours

 Article 1

L’Auteur respecte les Commentateurs, qui respectent l’Auteur et les autres Commentateurs dans une émouvante chaîne fraternelle.

Il est rappelé que l’écrit, en ce qu’il prive les débatteurs des expressions faciales de leurs interlocuteurs, comme de leurs intonations, est générateur de confusions. Avant de s’emporter, il est recommandé – et l’Auteur tente de se l’appliquer lui-même, avec un succès inégal – de lire un même commentaire sur un ton humoristique afin de s’assurer de ne pas mal interpréter les propos d’un autre Commentateur.

Toute invective ou, pire, insulte à l’égard des Commentateurs ou de personnes extérieures à ce Blog – et notamment des personnes publiques – fera l’objet de la réaction appropriée de la part de l’Auteur.

Article 2

Il est ici expressément précisé que l’Auteur de ce blog est susceptible de connaître les adresses IP des commentateurs et, donc, d’effectuer tout recoupement nécessaire.

Si par extraordinaire, un Commentateur contrevenait aux règles fixées par ma Loi, la Déclaration Universelle de vos droits et surtout des miens, ainsi que les dispositions réglementaires, législatives et constitutionnelles applicables sur le territoire français, l’Auteur peut :

(i) modifier un commentaire, pour en supprimer les éléments incriminés; (ii) placer le Commentateur en liste de modération, temporairement ou définitivement, ce qui signifie que ne seront publiés que ses commentaires approuvés par l’Auteur; (iii) bannir le Commentateur, ce qui signifie que l’Auteur en a tellement sa claque de celui-là qu’il ne veut même pas s’interroger sur l’approbation ou non de ses commentaires, et qu’il ne lui offre aucune possibilité de rémission. C’est donc super grave.

Article 3

L’Auteur s’efforce de respecter les règles de l’orthographe, de la grammaire et de la ponctuation. De la même manière, le Commentateur a à coeur de chanter ainsi les louanges de la grande tradition littéraire française.

S’il n’est nul besoin de s’inspirer directement du style des Grands Auteurs pour gratifier l’Auteur du commentaire qu’il appelle fébrilement de ses voeux, le Commentateur s’interdit farouchement de recourir au style connu sous le nom de « SMS« .

Le Commentateur s’abstient de tout comportement assimilable à celui d’un correcteur d’orthographe. A défaut, il s’engage à contribuer financièrement à la rémunération d’un Secrétaire de la Rédaction.

Article 4

Le Commentateur se reconnaît deux finalités essentielles : Commenter & Discuter. Il s’efforce d’accorder aux Billets un peu de considération et, donc, d’en prendre connaissance.

En conséquence de quoi, il reconnaît que le formulaire de commentaires n’est pas un espace libre de publication sur Internet et ne l’utilise pas pour relayer des appels, pétitions ou autres déclarations sans rapport étroit avec le sujet du billet.

Le Commentateur s’efforce également de ne pas utiliser le formulaire de commentaires pour y copier-coller ses propres billets.

Les auteurs de blogs utiliseront plutôt la fonction « rétrolien« , aussi appelée « trackback« , ou « url pisteuse« , en s’efforçant d’en respecter l’esprit, qui consiste à n’être utilisés que lorsque l’on fait référence au billet « lié« .

 

Article 5

Si l’Auteur reconnaît une tendance occasionnelle à la provocation, il se voit contraint aussi d’en accepter l’usage par les Commentateurs. Pour autant, cet usage ne peut se faire que dans le respect de la Déclaraiton de vos droits et surtout des miens, et en particulier dans l’exercice de ma subjectivité et de mon arbitraire. Les Commentateurs  s’efforcent en tout état de cause de ne pas y faire un recours systématique. Ils s’efforcent aussi de ne pas entraîner, de cette manière, les autres Commentateurs sur de faux débats.

En outre, chacun s’efforce, compte tenu du thème d’ores et déjà sensible du présent blog, de modérer autant que possible son propos afin de le rendre compatible avec une discussion agréable, même animée. Ceci ne saurait exclure, dans une juste mesure, les inévitables « piques » et propos ironiques que peuvent susciter le débat politique.

Article 6

Chaque Commentateur s’efforce de ne pas choisir, le cas échéant, de pseudonymes prêtant à confusion sur son identité. Il s’interdit formellement d’utiliser le pseudonyme d’une autre Commentateur. Il s’efforce de n’utiliser qu’un seul pseudonyme.

Article 7

Il est rappelé aux Commentateurs ou Visiteurs qu’un formulaire de contact est à leur disposition. En cas de difficultés constatées sur le Blog (message modéré par l’Auteur, invective ou insulte, propos tombant sous le coup des dispositions de la loi ou des règlements français…) ou dans l’hypothèse où certains voudraient porter une initiative à l’attention de Moi, son usage est vivement encouragé.