Aidons le Club de l'Humour Politique

Sans vouloir concurrencer Petites Phrases, partageons joyeusement deux moments d’humour involontaire de nos anciens frères très ennemis, Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy. Le premier, dont j’ai failli trouver remarquable le geste consistant à ne pas escompter de saisine de la Cour de Justice de la République avant d’en comprendre mieux les ressorts, a fait un retour critique ces derniers jours.

Piquant, dit-il… Et c’est bien le mot. Car voici ce dont ce coquin de Villepin tente de nous convaincre :

« Je trouve quelque peu piquant qu’aujourd’hui on veuille me présenter comme quelqu’un qui a voulu éliminer un soi-disant rival, sachant justement que je n’ai jamais fait preuve d’ambition personnelle en matière politique »

Il est vrai qu’il l’avait déjà affirmé l’an dernier, après l’épisode du CPE, toutefois… Et je m’en veux de n’être toujours pas persuadé.

Quant à Nicolas Sarkozy, c’est grâce à Eolas que j’ai trouvé cette occasion de sourire. Au-delà du débat mené par Eolas, à savoir l’opportunité de ne plus utiliser le terme de « non-lieu » ou, au contraire, de s’efforcer, par une pédagogie appropriée et sans cesse renouvelée, d’éclairer nos concitoyens les moins avertis, même lorsqu’ils se trouvent dans la plus grande affliction, je lisais cette explication, fournie par notre Président :

« Je ne suis pas sûr que le mot non-lieu soit parfaitement compréhensible pour un mari dont on a égorgé la femme ou par une sœur dont on a décapité la tête »

En ce qui me concerne, je serais allé encore plus loin. Car la capacité de compréhension d’une soeur dont on a tranché la tête me paraît des plus limitées. Et que dire de la présence d’esprit de celle dont on a poussé le vice jusqu’à lui décapiter… la tête !?

Ce billet me fait réaliser que je n’ai même plus de catégorie où ranger Villepin : ni UMP, ni Gouvernement… Allez, va pour Politique Intérieure Générale !

Billets à peu près similaires

7 comments

Les commentaires sont fermés