Week-End pourri

Tous. Ils ont tous la gueule de bois. Le moral en berne. Le menton qui tremblotte. Le noeud dans l’estomac. Dégoûtés, desespérés. Tant d’années d’investissement en politique, de confiance dans le dialogue avec les citoyens, de pédagogie, pour en arriver . Putain… A solfé, dans les fédés, ça déprime. Et moi, je veux leur dire : camarades, ne baissez pas les bras. Vous le savez, nous n’avons pas précisément les mêmes idées. Mais, lorsque vous étiez en difficulté, en panne de fond, j’étais là pour vous. Comme dit le générique : I’ll be there for you. Et comme dit le cantique : même le plus noir nuage a toujours sa frange d’or.

Billets à peu près similaires

62 comments

  • Message de Ségolène : très bon billet, Koz, je partage pleinement ton avis. Encore une fois, ton analyse est très fine. Tu me subjugues.Et si j’étais une femme libre, je pourrais t’offrir mon corps.

  • C’est parfait ! Je n’attends que ça pour 2012. Que Séglène soit désignée « démocratiquement » par le PS pour candider aux présidentielles. Au moins on aura encore 5 ans de répit pour essayer d’effacer les c****ries socialistes. Franchement, à force de l’entendre à la radio (volontairement on n’a pas la télé à la maison) débitant ses platoures avec bravitude, je me dis que c’est (encore) un boulevard qui s’ouvrira devant la droite. Bien joué, zyva Ségo’ !!! Encore un peu et ils vont ressusciter Thorez, ensuite Lénine et Marx pour leur demander de l’aide.

  • C’est sûr que pour la Sarkozie, Ségolène était et reste la meilleure candidate qui soit.

    Ne pas oublier que la dame fut la Madonne des sondages (allez savoir pourquoi, moi j’écris toujours la Maldonne des sondages), sondages tétanisant l’appareil et les militants du PS qui en firent leur bouée de sauvetage.

    Et qui possède les instituts de sondages ? Qui commande ces sondages ? Qui publie ces sondages ? Aux amis de quel PR appartiennent la majorité des médias qui publient ces sondages ?

    (Je n’ai donc pas voté pour Ségolène, et n’aurais voté pour aucun de ses rivaux – en fait, j’ai voté Bayrou.)

  • Ah oui, le complot, c’est vrai. Je m’épargne cette recherche mais, avec un peu de bonne volonté, tu trouveras le nom du patron d’institut qui conseillait Ségolène Royal pendant la campagne.

  • Vous savez, Koz, ce patron aussi avait intérêt à ce que la dame soit candidate.

    Et dites, vous connaissez des gens qui commandent des sondages à leur désavantage ?

    Par ailleurs, je ne suis pas un grand consommateur des théories du complot genre reopen 9-11, c’est juste que ici, ça me fait rire.

    Bon, pas autant que le beau coup de pub de Ryanair. On pensait que ce couple avait atteint le fond de la piscine du ridicule, là on découvre qu’ils creusent.

    Plus exactement, le Nicolas s’est piégé tout seul avec sa surexposition narcisso-dérivative.

  • Celà devient cocasse. Grâce à ses propos (au sujet des 7 mlds € qu’il « faut rendre aux plus démunis, etc etc », elle me fait penser à une blague que voici :

    Quand le bon Dieu créa l’espèce humaine, il leur donna trois qualités : honnêteté, intelligence et communisme. Suite au pêché que l’on sait, il leur dit : Maintenant c’est fini ! Vos qualités vous seront enlevées. Toutefois, après reflexion, il leur laissa quand même le choix pour seulement deux de ces trois qualités. Ce qui fait :

    • qu’on peut être honnête et communiste – mais on n’est pas intelligent

    -qu’on peut être intelligent et communiste – mais on n’est pas honnête

    -qu’on peut être intelligent et honnête – mais …….

    Je pense (en toute honnêteté 🙂 qu’on peut remplacer le communisme par le socialisme sans pour autant nuire à la blague …

  • « Invitée hier de l’émission Vivement dimanche sur France 2, l’ex-candidate à l’élection présiden­tielle a commencé par régler ses comptes avec Hollande. «C’est vrai qu’être trompée, et quand ça dure pendant une période comme celle-là, c’est extrêmement difficile (…) ce qui est horrible, c’est le manque de vérité, le mensonge», a-t-elle confié, avant d’ajouter : «À un moment, quand on ne partage plus la même conception de la fidélité et de la famille, il faut aussi se sauver au sens de garder son intégrité et regarder vers l’avenir.»

    «J’ai assumé, je suis libérée de ça, je n’ai aucune rancœur, aucune rancune. Mes enfants sont debout, je suis debout, François est debout», poursuit Royal, qui l’assure : «Aujourd’hui, ça y est, c’est cicatrisé.» « 

    Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, elle confirme que ça y est cette histoire est maintenant terminée, qu’elle n’en parlera plus, là cette fois c’est bon, c’est sur. Elle est debout, elle regarde vers l’avenir, inutile de ressasser mille fois les errements du passé. C’est sur que « le manque de vérité » doublé du « mensonge » c’est horrible mais bon, faisons table rase de tout ça. Repartons de l’avant, n’y pensons plus. Comme elle l’a promis maintes et maintes fois, à l’avenir, elle se taira.

  • Elle l’a promis dès le grand soir des législatives. Depuis, elle ne cesse effectivement de réaffirmer que, par pudeur, elle n’en parlera plus. Jusqu’à la prochaine fois.

    Je me souviens d’un extrait de La femme fatale, dans lequel Bacqué et Chemin racontait qu’elle avait menacé Hollande de ne plus voir ses enfants s’il lui collait Jospin dans les pattes. Plusieurs mois après la sortie du livre, il semble que le pronostic de l’époque se soit confirmé : on annonce une procédure pour faire les gros bras, et on laisse tranquillement dormir tout ça ensuite. Mais le fait est que j’ai du mal à voir en elle la pauvre petite femme trompée et dépourvue de défenses.

    Je ne suis pas certain que le plus pudique des deux soit celle qui affirme sans cesse sa pudeur, plutôt que celui qui n’en a pas parlé une seule fois depuis l’annonce de leur séparation.

  • @ PMB

    • Sont-ce les sondeurs manipulés par le diable qui ont fait adhérer 120.000 jeunes au PS à 20 € ?
    • Sont-ce ces mêmes sondeurs qui ont ensuite pris par la main ces 120.000 pour qu’ils mettent leur bulletin SR dans l’urne du PS et faire élire SR avec 56 % face à Fabius et DSK et au premier tour s’iouplait ?

    Très fort ce diable alors !

    Bientôt on viendra nous dire que c’est ce diable qui aura été mettre une femme dans le lit de Hollande pour mieux ensuite déstabiliser the candidate 🙂

    Vous n’avez récolté que ce que vous aviez vous même semé … cessez donc de tout mettre sur le dos des autres.

  • Enfin il y en a un autre qui a dit en septembre ou octobre, plus jamais je ne parlerai de ma vie privée et deux mois après… Il aurait besoin d’un bon rateau public, ça ne lui ferait pas de mal. Je m’attache plus à la crédibilité des paroles de celui qui est actuellement élu ! plutôt qu’à une opposante lamda

  • On est d’accord Thaïs : Sarko sur le sujet n’est pas un modèle de vertu. Mais le manque de vertu des uns n’a jamais dispensé les autres d’en faire preuve, surtout lorsqu’ils lui reprochent d’en manquer.

    Et ton opposante lambda est tout de même l’ancienne candidate à la présidentielle, potentiellement la prochaine, et peut-être le futur premier secrétaire du PS. La crédibilité de ses propos n’est pas non plus anecdotique.

  • Yes lamda c’est mon souhait, c’est tout ! car on a l’impression qu’elle est prête à s’autoproclamer premier secrétaire !

  • @ Thais

    Ce que je ne comprends pas, mais tu as peut être des infos exclusives, c’est que dans cette phrase par laquelle elle indique qu’elle ne rechignerait pas à s’offrir à Koz : « Et si j’étais une femme libre, je pourrais t’offrir mon corps. », elle semble indiquer qu’elle ne serait pas disponible. As-tu plus d’infos ?

  • oui mais ici ce n’est pas Gala ! Mais je peux penser que Koz a des affinités avec ces magazines car j’ai connu son site dans la salle d’attente de mon médecin en lisant Gala, Paris-Match ou les magazines féminins. C’est le seul endroit où je les lis pour me mettre au parfum des potins !

  • Ca n’a pas plu a Guigou non plus cette histoire :

    « La députée PS Elisabeth Guigou a accusé lundi Ségolène Royal d’être allée «sur le terrain» de Nicolas Sarkozy en évoquant sa rupture avec François Hollande lors d’une émission de Michel Drucker. «Je ne suis pas d’accord avec le fait de revenir sur un certain déballage de sa vie privée. Les Français méritent mieux. La politique, ce n’est pas « Les Feux de l’Amour », a dit l’ancienne ministre interrogée par la chaîne Public Sénat. Pour la gauche, courir sur ce terrain-là derrière Nicolas Sarkozy n’est pas très mali. Je pense que nous aurions intérêt plutôt à prendre l’exact contrepied, y compris sur le style». »

    En Une de Libé.fr ! Pas moins !

  • Guigou est bien naïve. Le fond de commerce de Royal, c’est les sentiments. Elle ne risque pas de s’arrêter de sitôt !

  • Dans la famille Royal, on ne s’assoit jamais ; ils sont tous DEBOUT : « les enfants sont debout, je suis debout, François est debout ! » Ouf…. après de tels malheurs… Lorsque Madame Royal s’épanche chez Drucker sur sa souffrance de femme trompée (« je ne souhaite celà à personne », comme si elle était la seule !), la presse parle de franchise, de dignité ; on croit rêver !!! Pour moi, elle est dans le people et l’exhibitionisme. Je n’apprécie pas Hollande, mais j’ai eu une pensée pour lui ; je trouve vraiment cruel ce qu’elle dit de lui, devant des milliers de téléspectateurs. C’est même blessant pour ses enfants. S’est-elle posée la question de savoir, pourquoi il la trompait ? Non, bien sûr, c’est forcément sa faute à lui.

    D’autre part, si elle avait été élue à la fonction suprême, comment celà se serait-il passé ? Croyez-vous que nous aurions su ? je ne pense pas… elle était à bonne école avec Mitterrand.

    Alors, Madame Royal, taisez-vous, arrêtez de dénigrer Nicolas Sarkozy, car dans le genre people, vous faîtes bien pire.

    Et prenez quelques cours d’économie, d’analyse financière et bancaire, ça vous évitera de dire des conneries plus grosses que vous dans l’affaire société générale !

    Dernièrement, dans l’émission de Taddéi, un invité disait de vous : »S. Royal, elle est peut-être bien gentille, mais… » il fut coupé net par Michel Charasse qui répliqua vertement « elle est tout sauf gentille !!!!! »

  • Olivier, je ne comprends pas le procès que vous me faites (« vous récoltez ce que vous avez semé »). Je ne suis pas au PS et n’ai pas voté PS.

    Les 120 000 jeunes arrivés avec leur 20 euros sont parait-il presque tous repartis. J’en suis tellement triste que je n’ai plus de mouchoirs pour pouvoir continuer à pleurer.

    Koz parle avec justesse de la « pudeur » de la Dame Blanche. Celle qui a exhibé ses gosses comme un vulgaire sarkozy a tout pour se taire.

  • PMB, je ne vous fais aucun procès mais c’est bien vous qui avez parlé des sondages soi-disant « possédés » et « commandés »… Or ceux qui soi-disant possèdent et commandent ces sondages NE SONT PAS ceux qui ont porté SR au pinacle à l’intérieur même du PS . C’est juste ce grand écart que je vous montrais du doigt…

    Autre chose, dans la continuité de notre SR nationale : elle continue son Ouin-Ouin et se pose encore et toujours en éternelle « victime » : http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-12010.html

    Et coté « pipole » est-ce utile de rappeler l’épisode de sa grossesse où nous avons à 1 heure près ( 🙂 ) échappé au direct-live au journal de France2 depuis la salle d’accouchement … sic… On a juste eu droit à la chambre et presque la tétée ! Elle était alors Ministre de la République en poste .

    Mais bon, qu’elle continue donc… ça a déjà bien fonctionné l’an dernier non ?

  • Tiens, après Elisabeth, c’est François qui n’a pas apprécié, et qui le dit enfin :

    « Le premier secrétaire du PS François Hollande a rappelé mardi 29 janvier « une règle simple » qui est de ne « pas mélanger, confondre la vie politique et la vie personnelle », après les déclarations de son ex-compagne Ségolène Royal sur leur séparation. « Je pense que sur ces questions qui sont de l’ordre de l’intime, il faut avoir une règle simple, au-delà de la douleur de la séparation. La règle simple c’est que nous ne pouvons pas mélanger, confondre, la vie politique et la vie personnelle« , a déclaré François Hollande sur Europe 1. « Moi j’ai toujours répondu de la même manière à toutes les questions qui pouvaient nous être posées« 

    Au temps pour l’opposante la plus crédible…

  • Il me semble déjà avoir vécu cette scène 🙂

    En ce qui concerne FH, effectivement il a toujours botté en touche sur les questions d’ordre privé. Il a sans doute des défauts mais pas celui de l’inconstance et du manque de décence, ce qui en fait un homme politique plus complexe qu’il n’y parait souvent…

  • En tous cas, les têtes chercheuses de koztoujours sont au point : sans faire le moindre effort on est tenu au courant du moindre détail (puis des réactions, puis des réactions sur les réactions, …), et ce avec une célérité impressionante 😉 C’est un exemple académique d’effet loupe, on en oublierait presque qu’elle n’a fait que répondre à une question qui lui a été posée, que l’épisode a durée 3 minutes sur deux heures d’intervention, et que ce n’est qu’une intervention sur trente ou quarante qu’elle a fait depuis deux-trois mois 😉 Et qu’il y a d’autres sujets dans l’actualité qui mériteraient un traitement au moins équivalent.

    Bon ceci dit, je ne la dédouane pas totalement, à partir du moment où on va dans des émissions à la con du style de celle de Drucker (tiens ça me rappele pourquoi j’ai complètement arrêté du jour au lendemain de regarder la télévicon), il est à peu près inévitable de devoir jouer à ce jeu narcissique. D’un autre côté, le marigot médiatique est ainsi fait que si on ne va pas dans les émissions à la con, on existe tout simplement pas. Dilemne. Qu’à peu près tout le monde tranche dans le même sens, y compris les purs et durs de la LCR (pour qui Libé est un torchon blairiste qu’il faut boycotter, ne parlons même pas des autres médias) qui ont fait du joufflu Olivier Besancenot leur émissaire permanent dans le petit monde télévisuel.

  • Le lien est réparé.

    J’aime beaucoup ton ironie, jm, ainsi que la position du « il faudrait regarder ailleurs ». Je te croyais sensible à l’instrumentalisation de la vie privée. Je me serais trompé.

  • @ jm

    « et que ce n’est qu’une intervention sur trente ou quarante qu’elle a fait depuis deux-trois mois Et qu’il y a d’autres sujets dans l’actualité qui mériteraient un traitement au moins équivalent. »

    Tu veux sans doute parler des interventions de SR dans lesquelles elle déclarait à propos de NS :

    • que du fait de sa liaison photographié avec Carla Bruni, il était un président « exhibitioniste » ?

    • ou celle par laquelle elle dénonçait « la dérive vers une politique spectacle de l’actuel président »

    • ou bien quand elle est intervenue pour déclarer « que les gens en avaient assez de l’hyper présidentalisation de Nicolas Sarkozy » ?

  • à Koz

    Oh je n’ordonne pas de regarder ailleurs, je constate simplement que pour apprécier le paysage économique et social, plutôt qu’une caméra grand angle, on choisit de prendre un microscope et qu’on le braque là plutôt qu’ailleurs. S’il y a un consensus pour dire qu’il y en a marre qu’on en fasse des tonnes là dessus, tant mieux. Reste une question : entre celui qui accouche d’une souris et celui qui de cette souris fait une montagne, qui est le plus responsable ? Le plus probable est que chacun se renverra la balle mais c’est aussi la solution la moins efficace. Personellement, je serais plutôt sur la position « Guigou » d’assécher l’offre de manière unilatérale. Je ne suis cependant pas naïf : la demande (à la fois des médias et de ceux qui les consomment c’est à dire : nous) est là et se trouvera une autre souris à gonfler jusqu’à ce qu’elle soit plus grosse que le boeuf. Pour trouver un autre équilibre durable, il faudrait assécher à la fois l’offre et la demande. Mais au moins à court terme, la solution unilatérale me permet de m’en laver les mains.

  • Assez d’accord avec jm ! Chacun profite de la médiatisation, alors faire les vierges éffarouchés me semble de la dernière des bigotteries. Si on veut moins de sarko show ou de pipolitique dans les journaux, que les journalistes arrêtent d’en tartiner leurs torchons : ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui tient les appareils photos et la plume.

    D’une certaine manière, je trouve que la presse a un gros complexe d’infériorité : qu’elle déteste ou qu’elle soit fasciné par les péripéties de Royal ou de Sarkozy, elle est comme un lapin devant les phares…

  • Je n’avais pas compris que ton propos était général, jm. J’avais cru, en te lisant que tu évoquais « les têtes chercheuses de koztoujours », ce qui m’a amené à penser que tu évoquais le choix des sujets sur ce blog. Je suis trop bête.

    Maintenant, s’il s’agit de constater que la presse s’est focalisée sur cette petite intervention, il reste à Ségolène Royal une possibilité pour l’éviter : faire comme François Hollande, refuser de s’étendre. Il serait plus difficile aux medias de focaliser sur un silence. Si elle en parle, je crains que ce soit parce qu’elle sait très précisément ce qu’elle fait.

    Je te concède que cette façon d’attirer l’attention sur les medias plutôt que sur le vide de ses idées est terriblement insatisfaisante.

    😉

  • « faire comme François Hollande, refuser de s’étendre »

    Bon, plus sérieusement, il faut aussi avouer une chose. C’est que Hollande a fait une conférence de presse pour signifier qu’il fallait arrêter de s’étendre. Il aurait pu lui passer un simple coup de fil pour le lui dire…

    Tant de la part de Guigou que de celle de Hollande, j’y vois comme une manoeuvre consistant à faire perdre des points à SR qu’elle a gagné inévitablement en termes de sympathie après un passage chez Drucker. Peut être aussi une façon de répondre à certains sondages. Peut être encore un nouvel angle afin de lui signifier que prendre la tête du PS ne se fera pas dans la facilité et l’approbation générale.

  • Olivier dit en riant avec raison : « On a juste eu droit à la chambre ».

    Le hic (qui moi ne m’a pas fait rigoler) c’est qu’on a eu droit au contenu de la chambre, plus exactement aux autres enfants, dont je reverrai toujours les petites têtes gênées.

    Ceux qui parmi nous ont des enfants savent ce que réprésente, en bien ou en mal, une nouvelle naissance, et que cet évènement se vit en famille, point.

    J’ai fréquenté professionnellement des milliers d’enfants. L’immense majorité d’entre eux était pudique, et avait à juste titre beaucoup de mal avec le regard des inconnus. Imaginez ceux-là, scotchés aux murs par les flashs de paparazzi. Mes enfants étaient comme ça, mes petits enfants sont comme ça.

    Les mettre à l’encan comme cette dame (ou le couple Sarko-Bruni avec le jeune A…, ses pauvres yeux masqués par obligation légale mais aussi sans doute par pudeur ou honte) quelle infamie de famille.

  •  » …ou le couple Sarko-Bruni avec le jeune A…, ses pauvres yeux masqués par obligation légale mais aussi sans doute par pudeur ou honte … quelle infamie de famille. »

    C’est beau comme du Delly

    Je me demandais quand N.Sarkozy allait revenir au centre du débat, car pour PMB, N.Sarkozy est partout, il tient la presse, les instituts de sondage, il se vautre dans le ridicule et la surexposition narcisso-dérivative. De plus, il oblige les enfants à se flouter les yeux par pudeur…

    Mais, heureusement Ségolène est debout, blessée-cicatrisée-intègre et tournée vers l’avenir.

  • Juste pour info, et pour vous faire rire aussi:

    Ségolène Royal

    “choquée par le scandale de la Société générale”, a demandé vendredi à Chartres “que les 7 milliards d’euros soient remboursés aux familles qui sont plongées dans l’endettement”.

    « Je veux que l’Etat recadre les banques, réglemente leurs activités pour qu’elles fassent ce pourquoi elles sont payées, c’est-à-dire prêter de l’argent aux ménages, aider les entreprises pour qu’elles créent des emplois ».

    « Ségolène Royal s’est dite choquée que la démission du PDG de la société générale n’ait pas été acceptée par le conseil d’administration réuni en urgence. Est-ce parce que Daniel Bouton est l’ancien directeur de cabinet d’Alain Juppé? », s’est-elle interrogée.

    http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=sinformer_actualites&actu=2076

    [popopop : on se contentera d’un « c’est inacceptable. Koz]

  • Oui. Dans le genre populiste elle aurait pu s’interroger : »Est ce parce que Daniel Bouton est énarque? »

    Je ne sais pas pourquoi, elle a préféré retenir ses liens avec Juppé. Vous avez une idée vous?

  • Elle remet ca dans Libération:

    «Il faut arrêter avec toutes ces taxes nouvelles, il faut que M. Sarkozy, Monsieur taxes, arrête avec tout cela, baisse la TVA, rende l’argent de la Société générale aux petits et aux moyens épargnants qui paient pour les gros. Ca suffit, ce règne de l’argent fou d’un côté et la diminution du pouvoir d’achat de l’autre», a déclaré l’ex-candidate socialiste à la présidentielle.

    Puis elle rajoute:

    «Non seulement, (M. Sarkozy) nous dit que les caisses sont vides – on sait que c’est lui qui les a vidées – mais en plus, c’est Monsieur taxes, Monsieur taxes tous azimuts», a insisté la dirigeante socialiste.

    http://www.liberation.fr/actualite/politiques/307050.FR.php

    Qui lui a donné un acide a la [dame] ?

  • J’aime sépcialement le « il faut que Nicolas Sarkozy rende l’argent de la Société Générale » : on a déjà vu que c’était des pertes, difficiles à rendre mais en plus de ça, on se demande comment l’Etat pourrait rendre l’argent d’une entreprise privée…

    Elle donne vraiment dans la démagogie la plus totale pour gagner Solférino.

    Duhamel disait, lundi ou mardi, qu’elle suivait la stratégie de Mitterrand : à gauche toute et opposition frontale…

    ps : même s’il s’agit de personnes qui nous escagassent, merci d’éviter toute insulte. C’est la deuxième fois que je modifie l’un de vos com’.

  • Au moins un point positif, à la suite de l’article de libé, les commentaires sont unanimes sur le non-sens et la démagogie des propos de SR.

  • Pour confirmer, alors que je lis régulièrement Libe.fr (site particulièrement complaisant avec la madone en général), c’est la première fois depuis que le site donne la parole aux lecteurs que je lis une telle unanimité pour dénoncer ses propos. Je dois me pincer pour y croire…

    Comme quoi il ne faut pas désespérer parfois.

  • je ne sais pas s’il ne faut pas desespérer, mais le discours de Melle Royal ça marche : moins 8 points pour Sarkosy, qui arrive à 41% avec comme première motivation : « quand va t il donc faire remonter le pouvoir d’achat ? »  » lui qui vit avec un argent fou et qui a vidé les caisses de l’état » ? « lui qu’on peut nommer « monsieur taxes »? Lorsqu’on lit les commentaires de nombreux forums – et même lorsqu’on discute avec les gens sur un quai de gare, dans une salle d’attente ou une file d’attente, ce que j’ai fait la semaine passée, c’est à peu près ce qu’on peut y voir et entendre. je suis quasiment certaine que pour nombre de gens, c’est de la faute à Sarko si « les petits épargnants payent pour les gros « (? = je n’ai pas vraiment compris le raisonnement) Comme quoi, sa méthode, à ségolène, elle marche !

  • à cilia :

    Comment veux-tu que les gens ne réagissent pas, surtout quand c’est des commentaires à fleur de peau (et inutiles en général) comme ceux en bas des articles de journaux, de la façon qui a été scénarisée par les déformateurs de propos qui sont à l’oeuvre comme au plus beau de la campagne présidentielle ? Ben oui, tout le monde est d’accord pour dire que les éxécutions sommaires de la justice chinoise c’est pas bien. Surtout si on fait payer la balle à la famille de la victime, comme on ajoutera pour frapper les esprits. La réaction est bonne, c’est l’info (intox devrais-je dire) qui pose problème. Au moins celle sur la justice chinoise était joliment tournée par la journaliste du Figaro qui a lancé l' »affaire », et qui, ce n’est que justice, a été ensuite embauchée au cabinet de François Fillon.

    Mais celle-là, pfff, rien à foutre, j’ai même pas envie de faire de l’explication de texte sur ce qu’elle a vraiment voulu dire. A un moment donné chacun doit décider de lui-même s’il préfère hurler avec les loups ou réfléchir calmement sans se laisser polluer.

    Quid de la déclaration de Sarkozy d’attribuer un tiers des bénéfices des entreprises (Total par exemple, 12 milliards d’euros en 2006) à ses salariés ? C’est peut-être moins sexy comme déclaration (quoique) mais comme c’est lui qui a tous les pouvoirs, ça a plus de répercussions sur la vie des gens.

  • @jm, Ne mélangeons pas tout.

    (i) n’étant pas maso, je lis tous les 36 du mois les commentaires des articles de journaux. Il se trouve que les propos cités de SR sur ce sujet me sont tellement incompréhensibles que j’ai voulu lire les arguments de ceux qui la soutiennent. Je constate qu’il y a unanimité pour en constater l’absurdité.

    (ii) tu me croiras ou pas, je ne juge pas SR sur les petites phrases et autres néologismes. Le folklore politique est une chose que je serais ravie de voir s’atténuer. Cependant, je considère que dire, « il faut rendre ces sept milliards aux ménages endettés », ça n’a aucun sens. Veux-tu m’expliquer en quoi c’est hurler avec les loups ?

    (iii) tu mets en lien une video. Je l’ai écoutée. Je ne suis pas, mais alors pas du tout fan des excès du capitalisme financier d’aujourd’hui. Quand SR parle du coût qui peut être prohibitif (surtout au regard des bénéfices) des découverts des personnes, ou des ménages peu argentés, je l’entends et je ne trouve pas cela absurde. D’autre part, qu’une banque gagne de l’argent sur ce qu’elle prête me semble aussi être censé. Alors, lancer l’idée de travailler sur de nouveaux équilibres, entièrement d’accord. Mais en y réfléchissant calmement, sans me laisser polluer, je ne vois toujours pas une once de sens au ‘il faut rendre les 7 milliards’.

    (iv) la question du maintien en poste de Bouton est, de ce que j’ai entendu et compris, justifiée comme une étape intermédiaire pour maîtriser la gestion de la crise. Il serait cependant très encadré et son départ ne serait que partie remise. Je me scandaliserai si l’avenir prouve qu’il passe entre les mailles du filet et que ses revenus (salaires mais surtout primes) ne souffrent pas de cette gigantesque perte. A ce jour, ma préoccupation première n’est pas de savoir s’il reste encore quelques semaines ou pas, mais que les enquêtes aboutissent, que leurs conclusions soient assorties des ‘punitions’ adéquates et que le système général tire les leçons de ce scandale.

    (v) l’état, donc nous, va perdre beaucoup en impôts avec cette histoire. Et SR nous propose d’y rajouter 7 milliards prélevés à des millions de français et des milliers d’entreprises qui n’ont strictement rien à voir avec l’affaire de la Générale pour les redistribuer aux gens dans le besoin.

    Alors, très calmement je te demande : elle nous prend pour des imbéciles ou…elle nous prend pour des imbéciles ?

  • Hé jmfayard, je t’ai connu plus pertinent.

    Se contenter de rappeler que Bouton a dirigé le cabinet de Juppé pour accuser de connivence est tout simplement de la calomnie.

    Juppé est il au gouvernement? Est il un proche de Sarkozy? Le CA de la SocGen est il composé exclusivement de personnes vendues à Sarkozy? Le président de la république peut il et doit il nommer les dirigeants des grandes entreprises françaises? Sarkozy protège-t-il Bouton pour faire plaisir à son super pote Juppé?

    Qu’a-t-elle voulu dire? Est elle capable de sortir du registre de l’insinuation pour prendre des positions précises et courageuses?

    J’ai cliqué sur le lien que tu as donné et écouté Royal. C’est effrayant. Elle attise la haine. La haine du banquier, la haine du patron. En se cachant derrière des arguments de l’homme de paille.

    Si pour une banque comme la SG, perdre 7 milliards ce n’est rien… Personne ne dit que 7 milliards ne sont rien. Tout le monde au contraire souligne la gravité de cet événement.

    Et tout le monde fait comme si tout allait bien… Personne ne dit que tout va bien. Bouton a remis sa démission. Tout le monde dit que la banque traverse une grave crise.

    Le couplet sur les pénalités de découvert etc… Elle présente les choses comme si les banques dégageait l’essentiel de leurs profits en « matraquant » les endettés, comme si les 8 milliards de profits que réalisait la SG avant de perdre ces 7 milliards avaient été pris aux pauvres.

    Je ne sais pas pourquoi Besancenot s’emmerde à créer un grand parti anti-capitaliste. Il existe déjà et son (futur) premier secrétaire s’appelle Ségolène Royal.

  • à cilia

    (i) n’étant pas maso, je lis tous les 36 du mois les commentaires des articles de journaux. Il se trouve que les propos cités de SR sur ce sujet me sont tellement incompréhensibles que j’ai voulu lire les arguments de ceux qui la soutiennent. Je constate qu’il y a unanimité pour en constater l’absurdité.

    Et pour cause, ses propos sont présentés de manière incompréhensibles ! Moi non plus je n’ai pas compris le sens de l’article de libé et autres à part l’explication commune : « Ségolène = demeurée ».

    (iii) tu mets en lien une video. Je l’ai écoutée. Je ne suis pas, mais alors pas du tout fan des excès du capitalisme financier d’aujourd’hui.Quand SR parle du coût qui peut être prohibitif (surtout au regard des bénéfices) des découverts des personnes, ou des ménages peu argentés, je l’entends et je ne trouve pas cela absurde. D’autre part, qu’une banque gagne de l’argent sur ce qu’elle prête me semble aussi être censé.

    Voilà, bravo !

    Contrairement à 90% des gens, tu as compris quel était le thème de son intervention : les petits frais qui s’accumulent et les agios impitoyables qu’au moindre découvert de quelques centaines ou quelques milliers d’euros est sommée de payer rubis sur l’ongle la populace. Et qui ne jouent pas un petit rôle pour enfoncer les plus faibles dans le surendettement.

    A ce recadrage de base, on rajoute son angle d’attaque : souligner le deux poids deux mesures indécent entre le « pas de pitié pour les lampistes ! » qui prévaut dans leurs cas et la souplesse de gentleman avec laquelle certains accueillent l’affaire Kerviel-Botton. Un trader lambda joue avec 20% du budget qu’à à gérer Christine Lagarde avec des milliers de fonctionnaiers pour 60 millions de français ? Personne ne voit rien ? La SG, au lieu d’un petit découvert de quelques centaines d’euros, subit des pertes de 5 milliards en quelques jours. Et on en voit certains relativiser l’affaire, on en viendrait presque à croire que si la société générale avait gagné 5 milliards d’euros en quelques jours, elle s’en portrait moins bien aujourd’hui…

    Le « pas de pitié pour les lampistes » qui se voient appliqués des règles dont les puissants qui ont un carnet d’adresse s’affranchissent, s’illustre aussi par le fait que la hiérarchie de Kerviel a été aussitôt débarquée tandis que Bouton, au lieu d’être trainé illico au pénal – une réforme que « Sarko l’américain » aurait été pour une fois avisé d’importer ici -, « propose sa démission au conseil d’aministration », « qui la rejette » et rebelote hier.

    Un certain Dominique résume très bien le problème en commentaire. Il ne s’agit pas d’une théorie du complot simplement que : « Ce ne sont pas tant les amitiés entre Alain Juppé et Daniel Bouton qui expliquent la protection dont il a bénéficié quasi spontanément mais plutôt ses origines corporatistes : énarque, inspecteur des finances, il est en quelque sorte l’archétype de cette « élite » de l’administration qui ayant dévoyée la fonction initiale de l’Ecole Nationale d’Administration s’en sont aller monnayé leur carnet d’adresse dans le secteur privé, et notamment les banques. Un carnet d’adresses n’a jamais fait un bon manageur. Ces énarques ne s’y sont pas trompés puisque au-delà des clivages politiques, Daniel Bouton a tout de suite reçu l’appui d’autres « pantouflards » célèbres comme Jean Peyrelevade, ancien des cabinets ministériels, ancien banquier et par ailleurs actuel candidat aux municipales dans le 16° arrondissement. Les mésaventures de Monsieur Bouton sont une preuve, s’il en était encore besoin, qu’un bon énarque (et c’est un bon énarque) fait rarement un bon entrepreneur. Ces parachutages coûtent finalement plus cher à l’économie que les rigueurs budgétaires que ces bons apôtres veulent imposer à la fonction publique »


    Quand on a compris tout ça – certes les article de Libé et d’autres (y compris celui de DA qui était assez éxécrable pour être honnête) ne permettaient pas de le comprendre pour quelqu’un d’intelligence moyenne comme moi. Quand a compris tout ça, si on est un peu honnête, on trouve tout seul le sens du « rendez l’argent » : ça fait référence, comme c’est dit explicitement au début de la vidéo, aux frais banquaires et autres agios qu’ont payés hier et que payeront demain le bas peuple. Frais écrasants mais dérisoires par rapport aux 5 milliards qui eux ne sont que pécadilles pour les as nullissimes de la finance. C’est pas que, bien conne, elle n’a pas compris que la société générale ne possédait plus ces milliards.


    Pff, ça me tue ces polémiquettes langagières. C’est sûr qu’elle devrait faire des phrase : Sujet + Verbe + Complément. Histoire d’être sure d’être bien comprise de ceux qui ont intérêt à que ce ne soit pas le cas, ou bien plus souvent perpétuent le « téléphone arabe » tout simplement parce que c’est la solution la moins fatiguante.

    En même temps, je ne suis pas sûr que ça suffise.

    Récemment, en parcourant Wikipédia, je suis tombé sur cette phrase de son Traité-Théologico-Politique : « Rien ne peut être dit si droitement (recte) qu’on ne puisse le corrompre en l’interprétant mal. »

    Ceci en… 1663. Le problème ne date pas d’hier !

    J’en reviens donc à ce que je disais plus haut qu’in fine, que c’était in fine à chacun de voir s’il n’était pas plus intéressant de partir du principe que celui avec qui on n’est pas d’accord est tout de même intelligent – ce que je fais personellement avec Sarkozy, même si certaines décisions (quotas de pêche, …) pourraient semer le doute chez moi, je trouve à la longue plus reposant de partir de ce postulat.

  • @jm

    Eh oui, il existe bel et bien une différence entre une bourde tactique consistant à ne pas lacher une phrase qui pourrait être mal interprétée devant un parterre de journaliste et un discours démagogique et populiste dont pratiquement pas une seule phrase ne pourrait être pleinement assumée par son auteur.

    Et il y a une différence dans la vidéo dont tu donnes le lien et d’autres vidéos dans laquelle elle affirme clairement et de façon réitérée ‘qu’il faut rendre les 7 milliards aux petits et moyens épargnants ». Il existe même un texte publié directement sur désir d’avenir dans laquelle elle le réaffirme mot à mot. Les 7 milliards font référence clairement aux 5 milliards de pertes du fait des errements du trader et aux 2 milliards de perte estimés de la SG du fait de la crise des subprimes.

    Il existe une différence entre une maladresse ponctuelle et un slogan de campagne qu’elle ne cesse de répéter depuis une semaine lors de chaque meeting de soutient aux municipales en utilisant strictement les mêmes mots.

    La vérité, au regard de l’évolution de son discours entre le début de cette crise et le dernier article de Libération, c’est qu’elle a vu dans cette affaire une brèche dans laquelle un discours populiste et démago ferait illusion au moins auprès de l’électeur de « base » et son discours en a été infléchi dans un stupide crescendo.

    Je ne vais pas reprendre les observations de Liberal ou de Cilia, qui sont frappées du sceau de l’évidence, mais encore une fois, il existe une différence nette entre contester certaines pratiques de facturation d’une banque de guichet et surtout leurs montants visant à pénaliser les découverts ou autres incidents bancaires et déclarer qu’il faut que « Sarkozy rende les 7 milliards aux petits et moyens épargnants ». Il existe une différence également entre dénoncer les crédits d’aide à la consommation ou certains mécanismes des prêts revolving et proposer l’annulation rétroactive des abus de ces pratiques (ou de l’inconscience de ceux qui y ont recours) en « rendant ces 7 milliards » et en vilipendant les « banquiers » comme elle le fait.

    L’utilisation de raccourcis « juppé-bouton » et « sarkozy-7milliards volés » est vraiment un procédé abject et clairement populiste par définition.

    D’ailleurs, il serait peut être bon à ce stade de rappeler comment se définit le populisme :

    « Le populisme est un courant idéologique critiquant l’élite ou des petits groupes d’intérêt particulier de la société. Ces groupes trahiraient les intérêts de la plus grande partie de la population ; les populistes proposent donc de retirer l’appareil d’État des mains de cette élite égoïste, voire criminelle, pour le « mettre au service du peuple ».

    Afin de remédier à cette situation, le leader populiste propose des solutions simplistes, mais ignore complètement les réalités de la décision politique (notamment le fait qu’elles doivent être inscrites dans un agenda, qu’elles doivent tenir compte des avis parfois contradictoires de la société civile), comme la complexité des situations décrites. Ces solutions sont présentées comme applicables tout de suite et émanent d’une opinion publique présentée comme monolithique.

    Les populistes critiquent généralement les milieux d’argent ou une minorité quelconque (ethnique, politique, administrative etc.), censée avoir accaparé le pouvoir ; ils leur opposent une majorité postulée, qu’ils courtisent. S’ils accèdent au pouvoir, il peut leur arriver de supprimer les formes traditionnelles de la démocratie, au profit d’institutions autoritaires, présentées comme servant plus authentiquement « le peuple ».

    Toutes ressemblances avec les jury populaires, la démocratie participative, ses déclarations récentes, etc… ne sont absolument pas des coïncidence.

  • Intéressant ce lien, jm, et ces citations de Spinoza :

    « L’argument de l’intérêt (…) est la force et la vie de toutes les actions humaines » (ch.XVII, §25) »

    « finis Reipublicae libertas est » (« la limite de la république est la liberté ou le « but de la république est la liberté », bref la liberté comme horizon…)

    Rafraichissantes paroles ! (même si je ne suis pas forcement sur le billet sur le libéralisme)

  • Jmfayard, vous plaisantez j’espère ! «  »Pff, ça me tue ces polémiquettes langagières. C’est sûr qu’elle devrait faire des phrase : Sujet Verbe Complément. Histoire d’être sure d’être bien comprise«  » Justement non, elle fait exprès de causer comme cela. Ca fait peuple bien comme on dit…Pour bien établir un lien douteux, insinuer du sulfureux, fausser le jugement. Cela s’appelle du pur populisme. De hauteur d’intelligence similaire aux mêmes mécanismes chez un LePen des grands jours… Avec du sujet-verbe-complément (ie un texte lisible clair et intelligible), l’art est beaucoup plus difficile…

    Parce qu’en plus d’être douteux, c’est faux – et vous le savez bien – car si ces 5 Mds n’avaient été perdus ils auraient été dans les bénéfices, donc dans les dividendes, donc PAS aux petits clients royalement maltraités. Il ‘y a donc AUCUN lien de cause à effet ni d’effet à cause !

    Il s’agit là à l’évidence d’un MENSONGE délibéré, d’un raccourci fallacieux comme elle en fait un par semaine;

    L’avant dernier, passé inaperçu, entendu il y a 8 jours : «  »Depuis que je suis présidente, la région Poitou-Charente a créé 5.000 entreprises »… Sous-entendant «  »les autres n’ont rien fait .. suis la championne, l’unique la best dame… etc etc… » » Faux : il s’agit seulement d’entités qui ont obtenu de leur région une aide, la plupart du temps de l’ordre de 1.000 euros, dans le cadre des subventions aux créateurs d’entreprises; Comme cela se passe partout en France, et par quasiment toutes les strates des collectivités. Seulement, partout ailleurs personne ne pense à s’approprier et dévier une chose comme ça pour un usage politicien personnel erroné.

    En aucun cas la région PC n’aura créé 5.000 entreprises par elle seule, elle a juste un peu aidé. Pour parler proprement, cela se nomme du Foutage-de-gueule » ni plus ni moins !

    Mais on a l’habitude …

  • Mais on a très bien compris jmfayard. Et je pense que Royal sait très bien ce qu’elle fait.

    Elle choisit délibérément de faire un amalgame entre deux choses qui n’ont rien à voir, ni en nature ni en ampleur. D’une part les agios et pénalités sur découverts, et d’autre part la perte extraordinaire de 7 milliards.

    En utilisant le fort potentiel émotionnel du problème du surendettement, elle cherche à court-circuiter la capacité de raisonnement de son auditoire. Parallèlement, en jouant sur les bas instincts (envie, jalousie, haine du riche…) elle transforme la victime (la SG) en coupable et surtout se donne le beau rôle du redresseur de torts.

    Dire qu’il faut rendre les 7 milliards aux pauvres juste après le couplet larmoyant sur le surendettement, c’est laisser entendre que la SG a fait 7 milliards de profits sur les surendettés alors que la réalité est que les banques perdent de l’argent sur ces comptes-là, c’est pour ça que la réglementation bancaire les force à accepter tous les clients.

    Si Mme Royal a des propositions constructives à faire pour résoudre le problème du surendettement, on sera ravi de les entendre. Mais il n’y a rien de tel dans ces déclarations. Ca se situe au niveau du service public de raccompagnage des femmes fonctionnaires ou de la fausse colère sur la scolarisation des handicapés. Loin de consacrer son énergie, son talent et son influence à aider les pauvres, Royal exploite leur misère pour marquer des points politiques puis les oublie immédiatement.

    Le reste est à l’avenant. Le culot de cette femme est hallucinant.

    Il y aurait matière à parler de la consanguinité des élites françaises. Même si ça dérive vite dans la démagogie, il y a un sujet. Oui Daniel Bouton est énarque comme beaucoup de grands patrons, de hauts fonctionnaires ou de politiques. Royal aurait pu critiquer cela, mais elle ne l’a pas fait. Pourquoi? Parce qu’étant énarque elle aussi, elle se tirerait une balle dans le pied. Et surtout, Sarkozy ne l’est pas. Il ne fait pas partie de cette élite-là. Une telle critique ne cadrerait pas avec le costard d’homme du sérail qu’on essaie de lui faire porter. Alors elle parle de Juppé. C’est habile, il est énarque aussi. Celui qui cherche à la défendre peut se convaincre qu’elle a voulu parler de consanguinité des élites. Mais ce qu’elle a fait vraiment c’est une vulgaire récupération pour essayer de salir ses adversaires politiques.

    De même, le fait que Bouton porte la responsabilité de cette histoire n’est remis en cause par personne. Il a lui-même proposé sa démission, Sarkozy a rappelé que quand on a son poste et sa rémunération on est responsable. Maintenant si les gens concernés (administrateurs, actionnaires, salariés de la SG) jugent que dans les circonstances et compte tenu du bilan global des dix années de présidence de Daniel Bouton, ils préfèrent le garder à la tête de la boîte pour le moment, qui sommes nous pour dire qu’ils ont tort?

    Ségolène Royal est elle donc incapable d’imaginer une situation où un leader échouerait mais serait néanmoins reconduit à la tête de ses troupes? Ou faut il comprendre que selon elle, seul un leader qui nierait toute responsabilité pourrait être reconduit?

  • @ Olivier

    « Mais on a l’habitude … »

    C’est bien le problème…

    Quand l’auto proclamé leader de la gauche joue avec ces cartes là, tape dans ce registre, pond et réitère un discours qui, s’il avait été prononcé mot pour mot par Le Pen, aurait été accueilli par un haussement d’épaules offusqué et relégué à une dépêche à la page 10 de la moindre feuille, il y a un certain danger car sa véritable nature n’est pas identifiée comme telle.

    Non Il ne faut pas s’y habituer.

  • @jm,

    Je prends Royal pour ce qu’elle est, ex-candidate des présidentielles, probablement future candidate au sec gal du PS, et probablement future candidate en 2012. Alors, s’il te plaît, ne me fais pas le procès d’intention de la prendre d’emblée pour une demeurée. Si les mêmes propos étaient venus d’un quidam interrogé en micro-trottoir, je n’y aurais pas réfléchi plus que ça. Mais nous parlons là de la personne la plus emblématique d’un des deux grands partis du pays ainsi que de sommes d’argent colossales. Nous sommes donc dans le domaine du sérieux. Si à ce niveau, la qualité de l’expression n’est qu’un détail pour toi, pour moi ce n’est pas le cas. « Il faut rendre ces sept milliards », c’est bien sujet, verbe complément. Et comme le dit epo, elle l’a suffisamment redit pour ne pas évoquer l’argument de la maladresse, ou de la ‘polémiquette langagière’.

    D’autre part, tu prétends qu’il y aurait comme un « bof, c’est pas bien grave » ambiant. Je crois me souvenir que tu n’as pas la télé. Personnellement, j’ai regardé plusieurs émissions sur le sujet, et des économistes ou des politiques qui prétendaient que ce n’était rien, je n’en ai pas entendu un seul. A moins que tu ne fasses référence à ce que j’appelle moi du sang-froid ? C’est-à-dire des propos de personnes responsables qui expliquent que non, c’est pas 29, non, les milliers de clients lambda de la socgen ne vont pas être dépouillés de l’argent de leurs comptes, non, la socgen n’est pas en faillite, non il ne faut pas paniquer et vendre tout à n’importe quel prix.

  • Liberal, « Ou faut il comprendre que selon elle, seul un leader qui nierait toute responsabilité pourrait être reconduit? »

    Ne serait-ce pas elle, défaite de présidentielle en poche (et ce n’est pas un p’tit village de 15 habitants hein!), qui vient là, glorieuse et grandiloquente au soir de sa défaite sur son balcon… ? La même qui faisant reposer cette défaite sur tout le monde sauf elle, en fait maintenant un argument majeur (« sa responsabilité d’ancienne candidate ») pour vouloir prendre la direction de son parti le PS ?

    C’est rigolo quand même tout ça. Mais ce n’est pas rassurant… ou peut-être que si 😉 … je ne sais dire.

  • « Dire qu’il faut rendre les 7 milliards aux pauvres juste après le couplet larmoyant sur le surendettement, c’est laisser entendre que la SG a fait 7 milliards de profits sur les surendettés alors que la réalité est que les banques perdent de l’argent sur ces comptes-là, c’est pour ça que la réglementation bancaire les force à accepter tous les clients. »

    Imparrable et absolument juste. Dans le jargon interne au niveau guichet, ils ne sont même pas considéré comme des clients. Un client c’est un compte + des produits financiers qui travaillent.

  • Pour Olivier :

    Je rectifie : elle n’a pas dit : « la région Poitou Charente a crée..

    C’est bien pire : elle a dit exactement : »J’AI CREE 5000 entreprises en Poitou-Charente »

    Ce qui a valu cette remarque de Roland Cayrol du CSA : « là, elle ne manque pas d’air ! »

    A méditer…

Les commentaires sont fermés