Une question de pivot ?

François Bayrou nous dit être favorable à l’ouverture, à un gouvernement d’union. Il est prêt à gouverner avec le PS, comme avec l’UMP. Il nous dit aussi que la situation de la France est grave, urgente. Alors je m’interroge : n’y a-t-il pas eu deux gouvernements dans lesquels l’esprit de responsabilité eût justifié que lui-même soit présent, ou d’autres membres de sa formation ?

Les gouvernements Raffarin puis Villepin ne pouvaient-ils pas être gouvernements d’ouverture ?

François Bayrou répondait lundi sur TF1 qu’il eût été plus facile d’accepter les ministères ? Le pense-t-il vraiment ?

Après le 21 avril 2002, la situation du pays ne rendait-elle pas nécessaire et responsable une participation au gouvernement ?

Après le 29 mai 2005, et de plus fort pour un européen convaincu, la situation ne rendait-elle pas nécessaire et responsable une participation au gouvernement du pays ?

L’esprit de responsabilité commandait-il de se réfugier dans l’opposition ?

Quelle incompatibilité programmatique fondamentale trouve-t-on entre le programme de « social-économie » avancé par François Bayrou et l’esprit de ce qui a été mis en œuvre ?

Ou l’union ne vaut-elle que si l’UDF en est le pivot ?

Les réponses à ces questions sont peut-être négatives. Mais elles me semblent au moins devoir être posées.

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

30 commentaires

  • Pour être tout à fait honnête (dans la mesure où, par ailleurs) je ne comprends pas le positionnement de Bayrou), la participation de l’UDF au gouvernement était effectivement impossible dans la mesure où l’UMP n’avait pas pour ambition l’ouverture, mais la fusion-acquisition des autres forces traditionnellement alliées au RPR.
    Il y a tout de même différents courants constitutifs de la droite de gouvernement en France, et l’UMP a eu comme effet de vouloir interdire toute opinion minoritaire. Accepter d’intégrer la machine UMP pour l’UDF, c’était à très court terme disparaitre (dans la mesure où l’UMP n’avait pas besoin de l’UDF à l’assemblée nationale).

    Par contre, autant j’aime l’idée de gouvernement d’ouverture, autant je n’aime pas ce que nous en présente Bayrou.
    Un gouvernement d’ouverture, pour moi, c’est un gouvernement qui a globalement une ligne claire, puis qui s’ouvre a des personnalité qui pensent pouvoir s’intégrer à cette vision en l’enrichissant de leurs différences. C’était le cas du gouvernement d’ouverture de Rocard qui était fondamentalement PS même si des personnalités d’autres courants de pensée avaient été invitées à enrichir le débat au sein même du gouvernement.
    Bayrou ne propose en fait pas l’ouverture, mais le flou, on ne sait pas à partir de quel point il veut ouvrir, ni de quel côté il pense le faire…. et on se dit que la seule ouverture qu’il peut prévoir s’il passe le premier tour, ce sera vers la gauche en cas de duel avec Sarkozy ou, indifféremment vers la droite en cas de duel avec Royal…. des ‘convictions’ avec des vrais morceau d’opportunisme dedans à mon avis.

  • effectivement, le vote bayrou est à plus d’un titre une supercherie. ses électeurs croient voter contre la bulle alors qu’ils votent pour la pensée unique. ils croient voter pour le pragamatisme, le bon sens et le concret, alors que sa priorité c’est la recombinaison partisane. ils croient voter pour le changement alors qu’il appelle à la reconduite de la moitié des gouvernements de droite avec borloo voire juppé.

    à ce propos:
    http://sauce.over-blog.org/article-10013869.html

  • Ah mais des membres de sa formation ont participé à ces gouvernements. Bon, on ne peut pas dire que Bayrou ait applaudi des deux mains…

    Il y a un autre défaut de raisonnement.

    Bayrou semble dire que le gouvernement d’union est rendu nécessaire par la situation urgente et grave de la France. S’appuyant sur de glorieux aînés, il répond ainsi aux critiques qui dénoncent que non, vraiment, sérieusement, on n’est pas en guerre, allons.

    Donc la situation est grave. Au moins aussi grave que durant la guerre d’Algérie, la guerre d’Indochine ou la reconstruction post-seconde guerre mondiale. J’en doute personnellement, mais soit.

    Là où ça pêche, c’est qu’en de telles circonstances, le gouvernement d’union nationale est donc une mobilisation générale visant à régler ces problèmes. Qu’advient-il une fois que le problème est résorbé, sinon résolu ? L’union nationale s’étiole, il se lasse, et s’auto-déchire. C’est constitutif de sa propre nature.

  • Je trouve ta remarque sur la non participation de FB aux derniers gouvernements assez savoureuse quand on voit la réponse que vous faites à l’objection sur le fait que NS est comptable du bilan de ces mêmes gouvernements.
    Quand vous justifiez la position de NS vis à vis de ce bilan par sa position au sein du même gouvernement alors qu’il en était le n°2 et le président du parti majoritaire, donc avec un certain controle de son groupe parlementaire, reprochez à FB de ne pas y avoir participer alors qu’il ne se reconnaissait pas dans la ligne directrice et qu’il l’a prouvé par son attitude à l’assemblée, des votes pour et des votes contre, est difficilement compréhensible pour moi…
    Oui sa proposition est ambigue. Mais comme je l’ai déjà dit par ailleurs, elle est en droite ligne avec l’esprit de l’élection présidentielle au suffrage universel. On élit un homme avec sa vision et celui-ci ensuite demande à la nation les moyens legislatifs pour appliquer sa vision. Ensuite soit il les a et gouverne, soit il les a pas et cohabite, au risque de devenir un président « potiche », ou se démet et donc quitte la politique. Ainsi en a fait le premier président de a Vème.
    Vous trouvez cela moins enthousiasmant que les listes d’actions gouvernementales aussi incomplètes que non consistantes ? Car les listes des deux « principaux » candidats sont largement incomplètes et non consistantes…

  • Je ne dis pas que sa position soit inexplicable. Ce n’est pas noir et blanc, comme souvent.

    Je trouve seulement pas d’une évidente et incontestable cohérence sa position actuelle et ses positions passées.

    Etait-il absolument impossible de participer à un gouvernement tout en gardant une certaine liberté de ton ?

  • FB a expliqué plusieurs fois qu’il avait rencontré Chirac à la suite du 21 avril et qu’ils étaient en profond désaccord sur la ce qu’il allait faire en étant élu à 80%. Chirac voulant créer un parti majoritaire unique alors que FB demandait à ce que soient pris en compte les voix de toutes les sensibilités, il me semble que Chirac qui était clairement contre l’ouverture…

  • On peut reprocher a Bayrou de n’avoir rien fait les annees passees (y compris quand il etait ministre de l’education, d’ailleurs).

    Je suis quand meme un peu ebranle par les jugements positifs sur son programme economique, tels qu’ils sont portes par des economistes de renom. Et meme si ma preference va encore a NS, j’ai un doute sur son programme economique et sa volonte de reellement traiter la question, a mon avis critique, du surendettement de la France.

    Comme quoi, clarte de la position et sens des responsabilites peut ne pas rimer avec bon programme.

  • [quote comment= »6184″]FB a expliqué plusieurs fois qu’il avait rencontré Chirac à la suite du 21 avril et qu’ils étaient en profond désaccord sur la ce qu’il allait faire en étant élu à 80%. Chirac voulant créer un parti majoritaire unique alors que FB demandait à ce que soient pris en compte les voix de toutes les sensibilités, il me semble que Chirac qui était clairement contre l’ouverture…[/quote]
    Oui, sauf que… Bayrou fait très exactement ce qu’il reprochait à Chirac:
    Au lendemain de son élection, il fait élire des députés sur une étiquette commune « Majorité Présidentielle » . Cette idée est très exactement celle qu’il condamne et qui a conduit à la création de l’UMP au lendemain de 2002 après l’élection de Chirac: au lieu du RPR, créer un parti rassemblant toutes les tendances de la majorité présidentielle dans une même dénomination: l’Union pour une Majorité Présidentielle afin de donner, aux élections législatives une majorité cohérente au Président de la République. Peut-on m’expliquer en quoi cette union de 2002 que Bayrou a condamné est très différente de celle qu’il veut aujourd’hui construire autour de son nom?

  • koz,

    la réponse est simple.

    Toute l’imposture de la posture de l’UDF réside en ce qu’il confond sciemment « bi-partisianisme » et « bi-polarisation ».

    La bi-polarisation crée par l’élection majoritaire uninominale de l’Assemblée Nationale, c’est un des seuls points forts de la détestable constitution gaullienne, mais un de taille : elle force les partis à se déclarer comme aspirant à former une coalition gouvernementale AVANT les élections. Et non pas : chaque parti fait campagne dans son coin en disant je ferais ça c’est formidable, et puis ensuite magouille post-électorale et on fait tout autre chose.

    La bi-polarisation est donc quelquechose d’extrêmement positif pour les électeurs, de très démocratique.

    Ce système n’est pas figé : en 97, il y avait une coalition PS-Verts-PC contre RPR-UDF, il serait tout à fait de l’ordre du possible qu’il y ait en 2007 deux coalitions UMP contre PS-Verts-UDF comme l’a proposé Cohn-Bendit.

    Bayrou ce qui l’ennuie vraiment, c’est le bi-partisianisme. Ce n’est pas la même chose !

    Bayrou, ce qui le gène c’est plus précisément la création de l’UMP à la suite des présidentielles qui a été une machine de guerre anti-UDF, et on comprend tout à fait que Bayrou n’ait pas rallié le quarteron de notables qui lui était resté fidèle à l’UMP, ce qui aurait signé sa marginalisation définitive.

    A gauche, les Verts et le PCF défendent pied à pied leur autonomnie face au PS. Ils ne peuvent rien faire sans le PS, certes, mais réciproquement le PS ne peut gagner sans eux. Il y a là un équilibre à conserver que Bayrou a complètement perdu ce jour là, ce dont il porte l’entière responsabilité, il a joué comme un looser.

    Alors qu’il ait du ressentiment contre la création de l’UMP c’est compréhensible, ce qui ne l’est pas serait que les français le laissent porter ses coups de boutoir contre la bi-polarisation, qui encore une fois est une avancée démocratique ; ils doivent exiger de Bayrou de dire sur quelle coalition il compte reposer à l’Assemblée Nationale. Rester dans le flou serait extrêmement grave !

  • Les questions sont pertinentes. Quant au titre, il est excellent! Pour François Bayrou, « l’union nationale » et « le Gouvernement de rassemblement » n’ont de sens que s’il en est le pivot, tel un enfant capricieux devant un mécano.

    A force de s’y voir, F. Bayrou devient un bonimenteur. Qui peut croire qu’une fois élu Président de la République, il soit en mesure de créer un parti (drôle d’idée pour un pivot-rassembleur) capable de délivrer des investitures aux législatives sans que l’UMP et le PS réagissent? Ca donnera des négociations de couloirs, des conciliabules et des tractations en tout genre sur le dos des français. Quant aux partis extrêmistes, ils auront de quoi s’étendre et prospérer.

  • [quote comment= »6189″]http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],[email protected],0.html

    C’est ce que j’imaginais….
    Bayrou réinvente l’UMP qu’il a tant décrié.[/quote]

    Je dois aller bosser (ben ouais) mais effectivement, la notion de « grand parti démocrate » m’interpelle pour le moins. Mais je n’ai lu que le titre de l’article pour le moment…

  • il reste que FB est plus sympathique, moins arriviste que SR et NS, que ça changerait s’avoir un prof éleveur de chevaux,
    au lieu d’une énarque ou d’un avocat…
    que ses propositions sont de bon sens et vont dans le bon sens
    que demander de plus?
    il se constituera une majorité
    ou cohabitera avec les députés qui auront été élus…
    je le vois bien dans ce dernier cas soumettre à référendum une modification du mode d’élection pour introduire une dose de proportionnelle, rendre le sénat plus proche des français,
    qui sait diminuer le niombre de parlementaires?
    et gagner ainsi une bonne légitimité…

    et de toutes, façons,
    aprés la cohabitation droite-gauche cela nous permettrait de tester de nouvelles variantes de la constitution de la V eme…

    coolkoz …il y a kholkoze aussi??

  • Oui il prévoit de créer un grand parti démocrate, oui il ressemble sur le papier à l’UMP, oui la position est ambiguë. Mais la différence est que pour lui ce parti n’est pas une fin en soit. Contrairement à l’UMP.
    On peu légitimement estimer que s’il est élu, l’UMP et le PS vont s’effondrer pour l’un, s’affaisser pour l’autre et beaucoup de monde se tournera vers Bayrou. Or l’UDF telle qu’elle est n’est pas un grand parti. Mais le changement serait en fait plus qymbolique qu’autre chose.

    Mais vouloir assimiler le voeux de Bayrou à celui qui à engendré l’UMP, c’est faire preuve d’une mauvaise foi certaine. l’UMP, bâtie pour cadenasser l’aile droite de l’assemblée.La nouvelle UDF pour rassembler des idées divergentes dans une entité leur garantissant leur liberté et leur expression… Bayrou n’a jamais caché ses différences avec De Robien mais ca ne l’empêche pas d’être toujours à l’UDF.

    Enfin, je vous fais confiance, y’en aura toujours qui ne voudront pas comprendre, évoquant le flou, l’imposture ou encore la naïveté.

    N’est ce pas naïf de croire qu’un ministre peut agir librement dans un gouvernement tel que ceux de Villepin ou Raffarin ?

  • [quote comment= »6198″]il reste que FB est plus sympathique, moins arriviste que SR et NS, que ça changerait s’avoir un prof éleveur de chevaux,
    au lieu d’une énarque ou d’un avocat…[/quote]

    Bayrou, ça reste un normalien. Et niveau ambition personnelle, je trouve qu’il est largement au niveau des autres dans la mesure où en 2002 il a préféré bosser pour sa pomme plutôt que pour la France, contrairement à des gens comme Jean-Louis Borloo qui ont préféré travailler au plus tôt à mettre en place les mesures qu’ils estimaient nécessaires. Son opposition au parti unique de la droite vient surtout que ce n’était pas lui qui en était le dirigeant, son hostilité au gouvernement ne vient pas du fait qu’il a été ignoré (il avoue lui même qu’on lui a proposé d’y prendre part) mais provient du fait qu’il voulait prendre le moins de risques possibles pour faciliter sa candidature de 2007.
    Donc Bayrou est bien un arriviste, mais qui ne s’assume pas en tant que tel. Personnellement ça ne me le rend pas forcément sympathique.

  • Je remarque aussi que c’est le seul qui ai eu le courage d’évoquer la suppression des départements (voir son itv du monde ce matin) ?
    Certes il n’a pas exposé l’idée de manière aussi claire mais il faut reconnaître qu’il sait aborder les vrais sujets…
    Ca m’a d’ailleurs surpris parce qu’il n’avait pas répondu à la question lundi soir sur TF1.

  • [quote comment= »6199″]
    Mais vouloir assimiler le voeux de Bayrou à celui qui à engendré l’UMP, c’est faire preuve d’une mauvaise foi certaine. l’UMP, bâtie pour cadenasser l’aile droite de l’assemblée.La nouvelle UDF pour rassembler des idées divergentes dans une entité leur garantissant leur liberté et leur expression… [/quote]
    Comme dirait Bayrou : mon oeil.
    Robien a été suspendu des instances dirigeantes de l’UDF pour avoir été en désaccord avec le patron, Santini est suspendu de l’UDF tout court, et Jean-Christophe Baguet a été lui exclu du groupe UDF. Si ça ce n’est pas du cadenassage…
    Il n’y a aucune liberté d’expression à l’UDF, et ce n’est pas en augmentant la taille de ce parti que ça changera.

  • que des élusd’un parti s’étant choisi un candidat allant soutenir le leader du parti voisin soient suspendus ne me paraît qu’une simple logique politique…
    pour moins que ça dupont aignan a été sorti de l’UMP,
    et je suis bien certain que si un député ump annonçait qu’il vote NDA, ou bayrou, ou autres, il serait vite fait débarqué…

    je pense bayrou, peut être par obligation , qui sait par caractère moins « perso », défendant mieux la diversité dans la majorité…

  • Francis,
    NDA n’a pas été sorti de l’UMP comme vous dites. Il s’est retiré tout seul.
    Je n’aime pas la posture de FB. Et pour tout dire je la sentais venir depuis longtemps, depuis le moment où il a refusé de rentrer au gouvernement. Il avait préparé sa stratégie depuis longtemps. J’espère qu’il ne sera pas au 2ème tour. Car ne nous y trompons pas, son grand parti ne marchera pas, les élus PS et UMP ne voudront pas y venir.

  • Il ne faut pas aussi négliger une explication toutes simple que j’appelerai « Effet Ego » (et non Ségo! 😉 ).
    Cet effet a pour règle que FB comme tout leader qui se respecte veut bien participer à un gouvernement d’ouverture, mais que si c’est lui le chef!
    Faut pas déconner non plus, on va pas sacrifier ses propres ambitions pour le bien commun et puis quoi encore!!
    Ceci dis je ne lui jette pas la pierre qui fera cet acte indédit politiquement?
    Ah si le roi Beaudoin qui a mis son abdication sur la balance en Belgique lors d’une discussion de loi qui lui tenait a coeur en conscience!
    Mais bon c’était un conservateur catholique alors çà compte pas! 😉

  • Le pire c’est de penser que des gens de gauche puissent voter pour Bayrou, dont le programme est tout sauf de gauche :

    * emplois sans cotisations : bonjour les déficits et effets d’aubaine : 5K€ sans cotisations, y’aura plus qu’à créer des boites bidons et voilà… super profit sans cotisations -> si ça c’est une idée de gauche…
    * on ne touche pas aux niches fiscales : super aubaine pour les CSP++ : s’ils ont crée des boites à 2 emplois, youpla boum.
    * Small business act dont ne sait pas ce qu’il y aura dedans.
    * TVA sociale => moins de pouvoir d’achat pour les salariés.

  • [quote comment= »6189″]http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],[email protected],0.html

    C’est ce que j’imaginais….
    Bayrou réinvente l’UMP qu’il a tant décrié.[/quote]

    Bon. J’ai lu l’entretien. Aucune précision.

    « Cela vous amènera-t-il à créer un nouveau parti ?

    Oui, je crois que ce sera une nécessité. Pour porter ce nouvel espoir et cette grande responsabilité, l’UDF dans sa forme actuelle ne suffira pas. Il faudra un grand parti démocrate pour la France. »

    Pourquoi et comment en arrive-t-il à cette conclusion ? En quoi l’Union pour la Démocratie Française ne peut-elle le réceptacle de ce grand parti Démocrate pour la France ? Ce parti serait-il autre chose qu’une UMMP (Union pour Ma Majorité Présidentielle) ? Mystères.

    Pas plus de précision sur Bayrou.fr, qui l’invoque pourtant.

  • Merci de dénoncer l’arnaque de l’union nationale !

    La crise de la France actuelle est profonde est intérieure. Il ne s’agit pas de reveir à la libération. Qui peut croire que nos hommes politiques seront capables de taire leurs dissensions ? Déjà qu’ils n’arrivent pas à la faire à l’intérieur d’un même parti alors …

    La politique c’est le choix, c’est la volonté. Les gouvernements de coalition ont toujours du mal à avancer à force de compromis et d’absence de vision, de direction (cf. la IVème République).

    On le voit bien au niveau de l’Europe. Il n’y a pas de direction. Du coup c’est la technostructure qui décide. Si nous voulons avancer il faudra choisir !

  • « On le voit bien au niveau de l’Europe. Il n’y a pas de direction. Du coup c’est la technostructure qui décide. »

    Lu il y’a 2mn sur le blog de Versac, écrit par un certain Eric…

    C’est dans un des « outils de campagne » du PS ?

    Voilà au moins un sujet ou les 2 partis-guignols vont dans le même sens, Bayrou.

  • J’y comprends rien à vos balises Koz…
    Ce qui devait être en citation est la phrase suivante:

    On le voit bien au niveau de l’Europe. Il n’y a pas de direction. Du coup c’est la technostructure qui décide.

  • POURQUOI BAYROU PEUT REUSSIR

    Bayrou a toutes les chances de l’emporter au premier tour sur Mme Royal , pour la simple raison que ni cette dernière, ni Mr Sarkozy , ne s’attaquent frontalement au programme Bayrou

    Certes , nous sommes tous bien d’accord pour combattre et dénoncer la supercherie Royal , pour autant doit on prendre le risque de réussir à éliminer cette dernière dès le premier tour…si cela doit conduire à voir le PS revenir par la petite porte aux côtés d’un éventuel gouvernement Bayrou ?
    ( Avec le véritable retour des elephants du PS cette fois ) .

    Je ne peux en effet m’empêcher de penser au conte du lièvre et de la tortue…celle ci ( la tortue Bayrou donc ) continue son chemin , à son rythme , sans embûches , sans attaques , car tout le monde la laisse tranquille , personnes ne s’interresse à elle .

    Cherchez une analyse critique ou comparative entre le programme de Bayrou et celui des autres candidats…vous n’en trouverez pas !

    En attendant Bayrou progresse , et s’il élimine (comme j’en suis sûr à 90 %) Mme Royal au premier tour , alors , et c’est le plus grave : le PS soutiendra la candidature de Bayrou au second tour contre celle de Sarkozy . D’ailleurs Bayrou la affirmé lui même : s’il passe , il prendra un premier ministre de gauche ! ( Ce qu’il fera car Bayrou faut-il le rappeler n’a aucune équipe avec lui , apte à gouverner )

    Il n’est pas sûr dès lors , que les reports du FN contrebalanceront l’effet du  » report  » des voix du PS …

    Ainsi même battue , la gauche trouverait le moyen de participer au gouvernement Bayrou ( sans Ségolène certes , mais avec le retour… » pour de bon cette fois  » , des éléphants… ! Et re-belote ! ) .

    Il n’y a qu’un moyen d’éviter ce scénario catastrophe : combattre le programme Bayrou avec la même virulence que nous nous employons à combattre celui de Mme Royal . ( si celui-ci doit permettre à la gauche de gouverner , même battue ).

    C’est ce qu’il faut entreprendre dans les jours prochains . Une analyse comparative critique du programme Bayrou par rapport à celui des autres candidats , sans état d’âme .

  • [quote comment= »6224″]J’y comprends rien à vos balises Koz…
    [/quote]

    Effectivement, il n’est pas précisé qu’une balise s’ouvre, puis se ferme Ce qui est indiqué, c’est le mode d’ouverture. La balise de citation se ferme avec un « / » avant le « blockquote », entouré d’un « < " et d'un ">« .

  • Quand vous déménagez pour habiter dans une plus grande maison, vous êtes toujours aussi nombreux dedans mais vous avez plus de place.
    Bayrou, il a déjà fait de la place dans l’UDF en virant la moitié des effectifs. Alors quel besoin de vouloir faire un plus grand parti ?
    Comment fait on un grand parti quand les effectifs du petit parti diminuent ?

    Revenons à la notion de pivot … Si vous avez fait un peu de mécanique vous devez connaître la notion de pivot glissant. C’est tout à fait la représentation de Bayrou. Un coup à gauche un coup à droite mais IL reste le Centre.

    Personne ne critique son programme … Erreur ! Tout le monde critique son programme … puisqu’il pioche un coup au PS et un coup à l’UMP pour le faire. Alors un coup c’est l’UMP et un coup c’est le PS qui critique. De la sorte, tout le monde est contre et tout le monde est pour !! Ca s’appelle le non choix.

    Je vous rappelle que lorsque FB rencontrait JC en avril 2002 s’était pour négocier la place de premier ministre et rien d’autre … il ne s’en cachait pas. Môsieur ne veut plus de strapontin. Môsieur veut être au centre … LE Centre !

    Comme cela est dit dans un des commentaires plus haut, si jamais FB se retrouve au deuxième tour il sera forcé de choisir un premier ministre du bord opposé de son concurrent. C’est plus du pivot c’est de la pirouette.
    La toupie s’affole et nous tourne la tête.
    Même la boussole n’est plus à la fête.
    L’ejecter il nous faut par la force Centripète !

    Ouaou … j’suis en forme ce soir !!

    ilovekoz … ouai !

  • Ah la la… Bien obligée d’admettre que vos remarques sont largement fondées quand vous touchez à l’avenir de l’UDF. Oui pour le moment c’est flou, oui on ne sait pas comment il va faire.
    En même temps, moi c’est précisément le genre de chose qui me fait voter pour lui : il faut que ça change, ça ne changera que si on modifie les règles du jeu, les règles que François Bayrou proposent me conviennent, et oui, c’est un pari. Comme tout ce qui bouge.
    J’admets qu’on puisse ne pas souhaiter voter pour ce pari. C’est à ça que sert une présidentielle, c’est ça l’enjeu de sa candidature.

    Vous savez ce que je prévois ?
    – Ségolène élue : aucune politique claire, atermoiements à l’Assemblée entre les tendances inconciliables de la gauche. Le problème c’est qu’elle risque de ne pas avoir de vraie majorité : sur l’Europe comme sur les retraites, la sécu ou la politique économique, le PS est divisé…

    – Sarkozy élu : regain de confiance des chiraquiens au cours de la législature et chausses-trappes à répétition. C’est un peu une boule de cristal, mais on vote sur des convictions non? Ce dont je suis sûre : IMPUISSANCE. Sarkozy est détesté, sauf par les gens qui votent pour lui, c’est à dire au mieux 30% de la population.
    Or ceux qui le détestent sont précisément ceux qui ont les moyens de bloquer la France. Ce que Chirac n’a pas pu faire après 2002, dans un contexte hyper favorable, Sarkozy ne pourra pas le faire. Je rappelle que sous Chirac, en 5 ans d’Assemblée à la majorité UMP absolue, on a eu deux ministres, trois gouvernements, l’échec d’une réforme entamée sous Jospin (évaluation des fonctionnaires), le recul sur les retraites (pas touché aux régimes spéciaux) après des mois de grève, une loi « promulguée mais pas appliquée » sur fonds de facs barricadées. Et je ne parle même pas des émeutes en banlieues, car elles ne dépendent pas directement d’une opposition de gauche. En revanche, je reviens rapidement sur le positionnement au conseil de sécurité de l’ONU en 2003, qui fut une belle réussite historique de Chirac… et regretté par NS en son temps…

    Sarkozy a réussi l’exploit de rallier à lui une droite qui aurait été perdue après le chiraquisme, et il l’a fait de façon cohérente (plus qu’à gauche en tout cas). En revanche, dans le même temps, il a réussi à incarner l’image même du mal pour une bonne partie des français. Ne connaissant pas cet homme personnellement, je n’ai aucun avis sur la question. Je remarque juste qu’il a commis les plus belles bourdes du quinquennat (entre le Kärcher et les racailles, la bravitude ça fait petit joueur!). Et surtout j’écoute les gens parler de lui. C’est vraiment de la haine.

    Ce gars-là est capable de mettre un boxon monstrueux en France, et surtout totalement inefficace. Il continue à dire « je veux » dans ses discours (cf J. Véronis). S’il est élu, c’est cela même qui l’aura fait élire qui le perdra : son volontarisme.

    La vision que Bayrou a de la France et de l’état des forces politiques en présence me semble beaucoup plus juste. Les valeurs qu’il met en avant me conviennent. Les mesures concrètes qu’il proposent sur les domaines que je connais me paraissent utiles.
    Bref, j’adhère à sa vision de l’avenir, et je ne suis pas la seule…

Les commentaires sont fermés