Somme(s)

Dune

* **

Dune

* **

Dune

Week-end en baie de Somme (cliquez sur les photos pour de plus grandes versions)

* **

A propos de sommes, ce week-end a aussi été celui de la mort de Le Pen.

J’étais avenue Percier, à l’arrière de la 607 aux vitres fumées de Jean-Marie Le Pen. Le chauffeur et le garde du corps sont sortis, pour nous laisser. Et je lui rappelle son programme. Il est penché en avant, concentré, les lunettes fines penchées sur le document que je tiens d’une main. Je tourne quelques pages, insistant sur certains points précis. Sans commentaires de sa part. Je m’approche un peu de son visage. Appliquant ma paume sur son front, je le pousse un peu en arrière, sans réaction. Et sa tête retombe. Je sors de la voiture et j’avise un motard, dans le prolongement du commissariat d’en face. J’essaie de lui faire comprendre la situation mais je suis tellement paniqué intérieurement que je n’arrive pas à parler. Ca bloque au niveau de la gorge. Alors, je lui montre mon portable et les chiffres 1 et 8 et puis, du pouce, je lui montre l’arrière de la voiture et articule seulement : « crise cardiaque ».

Sa fille est en train de se rhabiller, dans la salle de fitness d’à côté. J’essaie d’expliquer la mort de son père à Caroline. Elle avance et double la voiture arrêtée. J’essaie de lui dire : « mort en relisant son programme, c’est peut-être sa meilleur mort ». Mais elle ne veut pas m’entendre.

Je suis boulevard Haussmann. Je pense que ça va peut-être arranger les affaires de Ségolène et de Nicolas. Ou peut-être pas. Il faut que j’appelle mes parents pour leur dire. Je redescends devant le commissariat. Des centaines de personnes attendent. C’est idiot, le corps n’y est pas. Des jeunes filles au foulard blanc, version catho royaliste. Un crâne rasé bombers.

Et voilà.

C’était samedi matin, peu avant mon réveil, vers 8h00. Commencer un week-end de la sorte a quelque chose de profondément « interpellant ».

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

19 comments

  • Ton nez a bonne vue !

    Je n’ai pas séjourné au Crotoy mais j’y suis passé plusieurs fois. Les photos du dessus ont été prises sur l’incroyable immensité de plage juste au Nord du parc du Marquenterre. Et encore avons-nous raté de très peu une photo exceptionnelle : trois sangliers qui avaient jailli de la forêt, ont fait trempette (juste les sabots) et sont repartis dans les dunes. Nous n’avons vu que trois silhouettes.

    [quote comment= »5952″]Dire que la vie d’un homme ne tenait qu’à ce que tu te lèves plus tôt !!

    :-)[/quote]

    Eh oui, et à vrai dire, maintenant, quand je rêve à Ségolène Royal ou Nicolas Sarkozy, je prends bien garde à ne pas me réveiller de façon malvenue.

    [quote comment= »5953″]Bravo, magnifiques photos ;-)[/quote]

    Merci !

  • magnifiques photos, avec un ciel si gris qu’un Le Pen s’est pendu? OU est ce l’air marin avec un peu d’herbe qui déclenche de tels rêves

  • Oui, mais j’ai pas de mérite, j’y ai passé toutes les vacances de mon enfance, ma grand-mère habitait dans le coin, le parc du Marquenterre est un coin fantastique.

    Tiens, c’est marrant, Koz y avait aussi fait le déplacement récemment… Vous vous êtes donné le mot? 😉

  • Pfiouuu cette campagne commence sérieusement à peser sur ton psychisme dis moi…

    Ouaf ? dans le truc anti-spam? ça se confirme…

    Y a t-il un médecin dans la nombreuse assistance?

  • Comme le dit Frednetick, vos blogueries semblent peser sur le psychisme. Quand vous verrez Arlette apparaitre dans les nuées de la lumière du frigo, prenez des vacances (= TRÈS grosse fatigue).

  • Koz, nhésitez pas à lire aussi >Court serpent, de bernard du boucheron, sur la chute des vikings chretiens du groenland . férocement romancé, mais passionnement credible.

  • C’est un article inattendu et profondément intime.

    Curieuse coïncidence j’ai terminé ce week end un roman qui se déroule en Sicile avant, pendant et après l’épisode fasciste : « l’Art de la joie » de Goliarda Sapienza. Je doute qu’il soit apprécié par tes lecteurs parce qu’il est marqué par les idées féministes, anarchistes et par la psychanalyse. Par ailleurs le personnage principal transgresse plusieurs tabous. Cela reste toutefois un chef d’œuvre de la littérature contemporaine italienne.

    En outre j’ai discuté longuement dans la rue avec un artisan de Mulhouse qui manifestement était un sympathisant de Le Pen… tenté par Bayrou. Cela me laisse songeur. On notera que les songes à gauche sont quand même plus pacifistes que les rêves de droite !

  • C’est tout à fait le temps (climat, moment) pour aller en baie de Somme. C’est froid et encore un peu mouillé, le soleil est là pur éclairer, mais il y a des nuages décoratifs. Bon bon, va falloir y faire un tour, aussi.

  • Si j’ai été un peu déçu par le dernier Eric-Emmanuel Schmitt, il y a une nouvelle qui m’a bien plu : « un beau jour de pluie » (en somme, sur la capacité au bonheur). Je suis certain que cette plage magnifique et impressionnante est belle sous le soleil. Mais avec ce temps nuageux, c’était splendide et, pour les photos, c’est évidemment incomparable.

  • Pingback: » 10, 11, 12, ils seront tout rouge

Les commentaires sont fermés