PS : Le pire est encore possible

Un manque de direction. La synthèse molle, ça ne donne pas de direction. Alors, quand il s’agit de « se mettre en ordre de bataille« , c’est la méprise. Le parti socialiste détestant l' »ordre« , l’aile gauche détestant par-dessus tout l' »ordre juste« , ils n’ont retenu que la « bataille« . L’épisode de cette nuit conduit à s’interroger encore sur la gestion d’un parti. Car, si je louais la semaine dernière la transparence et la vigueur démocratique du parti socialiste, ces nouveaux développements ajoutent à ma perplexité.

Bien sûr, on peut se satisfaire de slogans, façon « il ne faut jamais désespérer de la démocratie« . Mais le fait est que les partis les plus démocratiques ne sont pas les plus efficaces. Prenez le FN, par exemple : efficace, le FN. Prenez la LCR-NPA : ça marche. Le Modem, aussi. L’UMP idem. Maintenant, voyez Les Verts, et voyez, désormais, le PS. On ne peut pas leur faire grief d’avoir permis une expression des différentes sensibilités, même si l’on ne peut pas non plus affirmer que l’expression des idées – et d’idées renouvelées – ait vraiment prévalu dans les discours du dernier Congrès.

A ce jour, le Parti Socialiste se trouve donc dans la plus mauvaise situation démocratiquement possible pour un parti. Il semble bien peu probable que le nouveau vote réclamé par Ségolène Royal intervienne. Les « troisièmes tours« , quand on ne les promet pas dans la rue, ne s’obtienne que sur invalidation du vote : le Parti Socialiste peut-il ajouter encore à la confusion régnante la caractérisation de fraudes électorales au sein de ses fédérations ?

Outre le fait que ce serait politiquement suicidaire – mais puisque le PS se suicide à petit feu… – quelle garantie existe-t-il qu’un nouveau tour offrirait un résultat plus clair que celui-ci ? Manuel Valls réclame un « deuxième tour, un deuxième vote » en affirmant que « la fracture sera durable si on ne revote pas« . Mais si l’on compte le vote sur les mentions, ce serait plutôt un quatrième tour qu’un deuxième. Et que fera le PS si ce nouveau vote aboutit au même constat : le parti est coupé en deux ? Quelle décision prendre alors ? Croit-il que cela pourra véritablement déboucher sur la reconnaissance du résultat démocratiquement obtenu auquel le camp royaliste se refuse aujourd’hui ? Une semaine de campagne de plus, de petites phrases supplémentaires, d’accusations réciproques de fraude (et Valls parle déjà de « tricherie organisée« ) et, hop, on ressoude le parti ?

Il ne semble donc ni possible ni souhaitable d’envisager une autre solution que la validation des résultats par le Conseil National mercredi, comme annoncé par François Hollande. Martine Aubry sera une Première Secrétaire à la légitimité constamment contestée. L’affrontement va perdurer. Chaque décision donnera lieu à des accusations d’arrière-pensée partisane et de coups-fourrés.

Mais cette situation n’est pas encore la pire situation envisageable, et l’hypothèse d’une scission se crédibilise.

On sait Ségolène Royal procédurière. Et la dame des « autres victoires » au soir des défaites semble aussi doté d’une solide capacité à nier les faits, en même temps que de croire à son destin, voire à sa vocation. Et comment ne pas voir un signe dans le fait que ce soit Jean-Pierre Mignard qui soit chargé de déclarations ciselées comme une lettre d’avocat ? On se croit en pleine stratégie (pré)contentieuse. Pour un peu, Jean-Pierre y serait allé d’un « à défaut, ma cliente m’a d’ores et déjà donné pour instruction d’engager toute voie de droit nécessaire« . Et l’on peut croire, au vu des tensions existantes, que Ségolène Royal soit déterminée à saisir la Justice, ce que son avocat aurait d’ailleurs déjà annoncé1.

Là, le PS touchera le fond. Cela signifiera non seulement que les affaires du PS se règlent par voie judiciaire, ce qui aura un effet politique désastreux. Cela signifiera aussi qu’il sera ingouvernable pendant plusieurs semaines, voire quelques mois si un appel est interjeté. Au final, pourquoi ne pas envisager un arbitrage sans appel, ou de recourir à un des ces modes alternatifs de résolution des différends (ou, parce que leur inventeur n’avait pas le sens des acronymes : les MARD), et notamment la médiation ? Mais les parties sont-elles seulement capables de s’entendre sur un tel principe ?

On a beaucoup dit que « la synthèse » n’avait fait que masquer les fractures du Parti Socialiste. On a appelé à un congrès de la clarification. On a ensuite loué ce processus démocratique qu’est le vote des militants comme ouvrant effectivement la voie à cette clarification nécessaire. Mais ce matin, il faut bien se rendre à l’évidence : même le recours au suffrage universel des militants n’a pas permis cette clarification.

Comme le souligne à juste titre Jean-Pascal Picy, passé le premier mouvement d’amusement ironique, le gouvernement et la majorité ne peuvent pas se satisfaire d’une situation qui va profiter au Modem et au NPA, et qui renforcera probablement une ultra-gauche prospérant sur l’absence de contestation démocratique crédible.

Evoquer l’implosion du Parti Socialiste est devenue une tarte à la crème. Et il faut certes compter sur le sens du réalisme de ceux qui savent qu’un parti est indispensable à la victoire. Mais l’hypothèse d’une scission – au demeurant aléatoire, car qui franchira effectivement le Rubicon avec Ségolène Royal ? – paraît aujourd’hui crédible. Ségolène Royal a la psychologie adéquate, la rancune vivace. Et elle a monté, depuis bientôt deux ans, une structure qui pourrait parfaitement servir de plate-forme de lancement au nouveau mouvement.


  1. « mes sources » confirmant mon intuition []

Billets à peu près similaires

157 commentaires

  • D’un côté, Ségolène Royal est une personnalité qui suscite visiblement soit l’adoration, soit le rejet total, y compris au sein du Parti Socialiste. Ses partisans ne semblent pas s’en émeuvoir. De l’autre, chez Martine Aubry on chante l’Internationale à l’annonce de la victoire, ce à quoi je ne m’attendais pas du tout. J’ai tendance à penser que ces problèmes ne sont pas que des histoires d’éléphants, mais proviennent de l’ensemble des militants du PS qui créent ou permettent de telles situations. Ne risquent-ils pas d’en venir aux mains ?

  • C’est vrai ça « ils ont chanté l’internationale » ? … Pas vu ça mais ça m’en bouche un angle… 🙂

    Mélenchon, reviens voter avec tous tes potes !! Ainsi l’écart de 42 serait plus ample et là, moins de contestations…

    Bref, c’est Bayrou le grand vainqueur pour l’instant, et ça … c’est point fait pour me plaire.

    Question subsidiaire : Aubry aurait-elle demandé un autre vote si les 42 voix étaient dans l’autre sens ?

    Sur le fichier des résultats que j’avais mis en lien dans le chat ( http://www.box.net/shared/static/17m6tbj7i7.pdf ) on lit bien un écart de 42 voix [ 67.413 contre 67.371 ] mais il manque 3 fédérations (Polynésie, Wallis et Nelle-Calédonie) qui ont 101 inscrits. Apparemment, les dom-tom votent massivement pour Royal. Est-ce à dire que l’écart, avec ces 3 fédérations, sera encore plus faible que 42, voire même inversé ?

    Si quelqu’un a la réponse…

  • Et dire que certains ici s’étonnaient quand j’avais témoigné qu’on chantait l’internationale en réunion de section…
    Je ne suis pas fâchée d’avoir quitté le PS…

  • juste une idée comme ça, fortement improbable: et si, comme à Rennes, Hollande était reconduit pour mettre fin à la « crise »?

    bon, sinon, si on reste dans le domaine des possibles, Aubry excluant tout nouveau vote, tout semble indiquer qu’elle est la nouvelle secrétaire du PS. J’espère que le conseil permettra d’entériner sa « victoire », et que Royal n’ira pas jusqu’à aller contester les résultats devant les tribunaux. Ce serait ouvrir une boite de pandore qui pourrait être fatale pour le PS. mais le pire, c’est vrai, reste encore possible.

    Sinon, si la victoire d’Aubry est entérinée, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle aura été poussive, sans envergure, sans fond, sans gloire… si en plus elle est contestée, je souhaite bien du courage à Martine…

  • Koz a dit :

    « Et elle a monté, depuis bientôt deux ans, une structure qui pourrait parfaitement servir de plate-forme de lancement au nouveau mouvement. »

    Le problème dans ce cas, c’est le financement. Les millionnaires qui la soutiennent à la marge du PS vont peut être se lasser. De plus, les élus « PS, avec les voix du PS, par le PS » qui feraient scission auraient quelques problèmes de « conscience » à quitter une structure qui les nourrit et qui assure leur gagne pain. Besson a démissionné de ses mandats – ça ne serait pas forcement facile pour certains. On pourrait aussi imaginer des partielles très difficiles pour les deux camps. Voire même la perte de sièges au profit de la droite ou du Modem.

    Un autre écueil serait la guerre au sein du clan Royal… Peillon, Valls pour ne citer qu’eux ne sont pas des ségolatres d’une part et d’autre part, leur alliance avec Royal était conjoncturelle dans le cadre d’une motion en vue d’une future direction du PS – pas de Désir d’Avenir. On imagine bien Valls avec la liberté de ton qu’on lui connait, contester à son tour beaucoup des déclarations et des méthodes Royal.

    Koz a dit :

    « On se croit en pleine stratégie (pré)contentieuse. Pour un peu, Jean-Pierre y serait allé d’un “à défaut, ma cliente m’a d’ores et déjà donné pour instruction d’engager toute voie de droit nécessaire“. Et l’on peut croire, au vu des tensions existantes, que Ségolène Royal soit déterminée à saisir la Justice, ce que son avocat aurait d’ailleurs déjà annoncé. »

    Excellent… seulement là, ça deviendrait une situation qui se situerait largement beaucoup plus profond que même le fond du trou. Imaginons, un juge d’instruction se saisir de l’affaire – parce que on peut aussi porter l’affaire au pénal au motif de fraudes – avec perquisitions, saisies des bulletins, des listes, etc. Sans compter, que bien sur, le camp Aubry ne resterait pas les deux pieds dans le même sabot. Il suffit de consulter les résultats du vote dans la fédération de l’Heraut, de celle des Bouches du Rhône, ou de la Guadeloupe, dépouillée après la victoire annoncée du camp Aubry. Imaginons, le grand déballage… Pas sur que Royal en ressorte gagnante.

    De plus, lorsque l’on parle du « camp Aubry » on parle de 70% du PS (pas des militants visiblement mais des élus ou des cadres on va dire). Quand on en arrive à porter plainte contre 70% d’une structure, on la quitte. Ca me rappelle la blague de Dubosqu dans Camping : « tu t’appelles Chirac ? » – « Oui… Patrick Chirac… » – « Tu n’as jamais pensé à changer de nom ? » – « Non… il a qu’à le faire, Lui ! » On ne peut pas non plus, prétendre diriger une structure que l’on accuse, contre qui on este.

    La situation est sacrément coincée moi je dis…

    En fait, la très grande faute de Royal, c’est de ne pas avoir envoyé Peillon contre Aubry. Il aurait rassemblé les 3/4 des militants. Mais il serait devenu le prochain présidentiable, sans le moindre doute, Royal apparaissant plus comme un boulet qu’autre chose avec le temps. Si elle était désintéressée, si elle ne croyait pas à son sacerdoce, elle l’aurait fait en prenant ce risque voire même en intronisant Peillon. Mais les « si » avec Royal, hein…

  • Epo : De plus, lorsque l’on parle du “camp Aubry” on parle de 70% du PS (pas des militants visiblement mais des élus ou des cadres on va dire)

    Euh non, parce que le « camp Aubry » n’est qu’un ralliement de fractions (de Michel Rocard à Gérard Filoche en passant par Fabius et DSK) qui ont en commun de savoir qu’individuellement qu’elles ne font pas le poids face à Royal (et enragent de ce fait vu qu’ils ne l’avaient jamais considéré comme faisant partie des cooptés à jouer dans la cour des grands)

    Si Royal venait à être élimiéne, on verrait au sein du « camp Aubry » les Cambadélis, Bartolone, … tenter d’organiser le bordel au prodit des DSK, Fabius, ..

    Epo : En fait, la très grande faute de Royal, c’est de ne pas avoir envoyé Peillon contre Aubry

    Petite info, on peut lire ceci dans le Canard Enchaîné de la semaine :

    LE BAL DES FAUX CULS

    Pour montrer la duplicité de sa rivale Marinte Aubry, Ségolène Royal a raconté lundi à des jouranlistes leur dernier entretien téléphonique. Selon elle, Aubry l’a appelée le 7 novembre, lendemain du vote des militants, pour la féliciter d’être arrivée en tête.

    «  » C’est toi qui as la légitimité » », aurait ajouté Martine. «  »Si tu es personellement candidate au poste de premier secrétaire, je ne me présenterai pas contre toi. Mais si tu présentes quelqu’un d’autre à ce poste, alors j’irai » ».

    On connait la suite.

  • jmfayard a écrit:

    Petite info

    Tu appelles ça une info ??? Royal qui raconte une communication téléphonique au Canard ? « Pour montrer la duplicité de Martine Aubry » ? Effectivement, jouer à ça avec la presse, c’est de la belle, de la grande démocratie. C’est pas du caniveau. Chapeau. Je m’incline.

    De plus ça ne tient pas debout cette histoire, Aubry aurait soutenu Hamon dans ce cas ? Parce que l’on l’imagine mal soutenir Royal surtout sans contre partie publique et fermement annoncée. Et si Peillon s’était présenté même contre Aubry, il aurait été plus rassembleur que Royal et avait toutes ses chances, voire même plus que Royal. C’était évident qu’Aubry allait se maintenir. Non, ça tient pas debout. C’est de la bave de crapaud et ce n’est même pas sur, que Royal a effectivement fait cette déclaration à « la presse ».

    Enfin, quand bien même la coalition Aubry, serait basée sur un Tout sauf Royal, c’est une motivation comme une autre. le PS a bien fonctionné que sur la base d’un Tout Sauf Sarko depuis trois ans. Le Tout sauf Royal ne repose pas que sur une lubie. Elle est motivée et argumentée. Et porte sur plusieurs points totalement clé de leur point de vue : « système des adhérents à 20 euros ce qui change la culture du PS en le faisant passer d’un parti constitué de militants politiquement éduqués et impliqués à un parti de supporters qui n’interviennent qu’au moments des votes » – « assurance d’une candidature aux prochaines présidentielles de SR » – « alliance électorale nationale avec le modem décidé uniquement sur la base du principe par les militants » – « critique de démocratie représentative au profit de la démocratie participative transposée à un niveau national », « personnalité contestée, starisation, utilisation des moyens médiatiques people, dérive « sectaire », versatilité », etc.

  • S’il ne s’agissait que du partage d’un gâteau, d’une nouvelle orientation politique ou d’une lutte d’égos …

    Ce que les journalistes appellent stupidement une lutte des anciens contre les jeunes ou une lutte d’égos n’est pour moi en réalité qu’une bataille de ceux qui connaissent bien SR et qui s’en méfient terriblement.

    Ceux qui suivent un peu la politique se sont aperçus depuis longtemps que les plus virulents adversaires de SR sont ceux qui ont travaillé avec elle et la connaissent donc bien mieux que ceux qui ne suivent que le battage médiatique ou ne suivent que leurs plans de carrière en se disant qu’ils pourront toujours maitriser la situation après coup. Le pourront-ils ?

    J’ai toujours éprouvé un grand malaise en écoutant SR, au point que n’importe qui, même la dame des 35 heures me semble plus adéquate … cela n’a donc rien à voir avec ma tendance politique, ni avec des calculs électoraux futurs. Pourquoi ?

    Et si en fait la personnalité de SR était la cause des difficultés du PS et non pas les vieux sages qui ne la connaissent que trop bien ?

  • Mosco appuie l’idée d’une gouvernance collective avancée par Royal (Aubry 1er Sec et Peillon sec. délégué): « Ils doivent, impérativement, se reparler, passer par dessus leurs préventions réciproques, définir une gouvernance collective, au moins jusqu’aux élections européennes »

  • Et Valls, pendant ce temps là :

    « Ségolène Royal contestera le résultat de l’élection au PS par « tous les moyens politiques, juridiques et judiciaires », a averti samedi sur France 2 Manuel Valls, l’un de ses principaux lieutenants. « Nous sommes très déterminés à ne pas nous laisser voler cette victoire », a-t-il lancé.
    « J’appelle à une révolte des militants », a encore dit Valls, pour qui « il n’y a pas de victoire de Martine Aubry » et qui a renouvelé son exigence d’un nouveau vote. »

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/11/22/01011-20081122FILWWW00516-royal-contestera-par-tous-les-moyens.php

  • Au vu de la contestation antérieure des résultats des votes des motions, il me semble qu’une enquête sérieuse sur les conditions du vote de cette semaine ne pourrait que bénéficier à Aubry ! Si triche il y a…

    D’où l’empressement à demander un deuxième vote !

    Quel culot.

    Bien à vous.

  • Epo : Le Tout sauf Royal ne repose pas que sur une lubie. Elle est motivée et argumentée

    Bien sûr qu’elle a sa cohérence – celle d’un politbüro qui veut conserver le pouvoir.

  • La situation actuelle m’amuse pas mal : hier, Najat Belkacem, soutien de Royal et invitée de Comme un vendredi (France 3), annonçait (alors que la thèse du 53%/47% commençait à s’effriter), qu’en cas de défaite, le camp Royal se rangerait derrière Aubry.

    L’innocence de la jeunesse…

  • L’accusation de triche n’est pas du tout risquée. J’entendais l’autre jour dire que la triche au niveau des sections du PS existe à tous les scrutins. Il me semble qu’il y a même une procédure pour régler les problèmes de fraude. Le hic c’est qu’avec la différence epsilonienne de voix entre Royal et Aubry, à chaque vérification, la victoire va faire yoyo entre les deux candidates. Si le camp Royal arrive à faire revoter dans une ou deux sections, sous surveillance de huissier de justice et tout le tralala, il semble extrêmement facile de récupérer les 43 voix manquantes, mais le résultat sera le même bordel.

    C’est évident que pour le camp de Ségolène la meilleure solution c’est de faire revoter toute la France et rapidement. Dans le court terme, l’effet Royal va probablement s’amplifier. L’effet Royal c’est quand les gens (et les militants) voyant que Royal peut gagner ils se laissent tenter par ce vote. L’effet Royal est à son plus haut niveau en ce moment. Avec le temps, l’effet Royal va s’estomper et plus elle gueulera comme un putois du Poitu-Charrentes, plus les gens et les militants en auront ras le bol et voudront se débarrasser d’elle. Pendant tout ce temps un chaos indescriptible régnera au sein du PS.

    C’est quand même dingue comment un parti peu se détruire lui-même tout seul. Buvons à notre santé. Cul sec !

  • margit a écrit:

    Et si en fait la personnalité de SR était la cause des difficultés du PS et non pas les vieux sages qui ne la connaissent que trop bien ?

    Oui, mais elle a obtenu 49,98% des voix. Tout le problème est là.

    La liste des erreurs à ne pas faire a été respectée: pas de procès en incompétence, pas de TSS, pas de diabolisation, etc. (ils n’ont retenu comme attaque que l’alliance avec le MoDem), et pourtant ils n’ont réussi à battre l’outsider que de justesse.

  • Pingback: nickcarraway.fr » Blog Archive » Le faux-nez de la fraude

  • Je ne sais pas si quelqu’un a une influence sur SR pour infléchir sa décision mais je parie qu’elle est prête à aller en justice.

    Il y a donc 20% des militants de plus( par rapport au premier vote des motions ) qui ont voté SR.

    D’où viennent-ils ? en partie des votes Delanoë mais il y a aussi une partie des votes Hamon, obligé…

    Si les militants pro-Hamon ont voté pour SR juste pour emm… Martine Aubry, ils ont le parti qu’ils méritent.

    C’est François Hollande qui doit être embêté… alors qu’après un premier faux-pas de B.Delanoë tout semblait replâtré pour permettre l’élection de M.Aubry, voilà que Ségolène a failli l’emporter tout de bon et qu’elle n’aura de cesse maintenant de lui pourrir la vie et mettre en cause une défaite qu’elle compte bien transformer en victoire ( déjà avec 5 points d’écart elle avait du mal à se voir perdante, alors 0,02 points…!! )

  • la pire situation…
    à vous dégoûter de la démocratie
    nous, les militants PS, n’avons vraiment pas de chance…
    le pire du pire serait une contestation sans fin,
    y compris devant les tribunaux…
    peut-être y échapperons nous si nos dirigeants
    sont véritablement intelligents,
    capable d’un compromis
    du type martine, avec peillon, et hamon/mosco
    en comité politique…
    sinon…hollande pour 6 mois,
    le temps de remettre à plat adhésions, cotisations…
    en tout cas, un qui a, à mon sens, gâché une bonne partie de son avenir politique par ses déclarations incendiaires, c’est manuel valls

  • @ Pepito

    Vous analysez parfaitement …

    « Oui, mais elle a obtenu 49,98% des voix. Tout le problème est là. »

    « L’effet Royal c’est quand les gens (et les militants) voyant que Royal peut gagner ils se laissent tenter par ce vote. »

    PS :
    http://www.rtl.fr/fiche/2527262/ps-les-analyses-de-jean-michel-aphatie-et-alain-duhamel.html

    Va-t-on assister à une grande lessive généralisée ? Je n’y crois absolument pas, pour la simple raison que personne n’y a intérêt …

  • [mode HS] (encore que…) Spécial clin d’oeil 😉 à Koz en vertu de son amour pour Alain Carignon… :

    Voila : Grenoble et l’Isère ont décidé de virer Carignon du paysage politique du département. Les électeurs UMP ont voté contre lui en mettant largement en tête des élections internes les listes de Michel Savin. Ouf! Enfin! Il ne devrait plus être président de l’UMP38 dans un mois.

    Si je me permets de mettre ce hors-sujet en com’ ici c’est parce qu’il a régné comme des airs de votes pourris et magouilles en gros, bourrages d’urnes, faux adhérents (ont été dénombrés quelques dizaines (pères-mères-amis…) pro-Carignon n’habitant même pas le département , etc (comme sait si bien organiser Carignon)… avec demandes de recours, huissiers en pagaille, etc…

    Cf. http://www.grenews.com/actu/politique/ump38-a-minuit-l-equipe-savin-commencait-a-esperer.html et http://www.grenews.com/actu/politique/ump38-michel-savin-a-battu-alain-carignon.html

    Bref comme au PS (peut-être) c’est la fête du tu l’aura quand je l’aurai plus !

    Bonne retraite mister Carignon, et partez au loin…

    [fin mode HS]

  • Manuel Valls ? Il a été du côté qui lui semblait le plus porteur pour son avenir … je comprends son cheminement … sauf qu’il se trompe à mon avis totalement sur SR.
    Jamais elle ne laissera une place prépondérante à ceux qui risquent de lui faire de l’ombre et s’il croit pouvoir maitriser la situation une fois SR au pouvoir du PS, il fait une grave erreur de jugement. N’auront une place que ceux qui se prosternent.

    Oui, son dépit exagéré montre bien à quel point il se fourvoie … oui, c’est une grande déception …

  • 42, ou 0 c’est pareil
    la pseudo gagnante ne manque pas de culot dans ce bal des cocus
    Avec les 23 % de mr Hamon ,elle devait arithmetiquement l’emporter haut la main. Il s’est donc trouvé plus de 40% de socio soit disant à gauche de la gauche pour refuser le retour de la gauche archaique ,belle victoire en vérité.
    Organiser un traquenard aussi grotesque pour parvenir a exclure celle qui dérange l’appareil va forcement provoquer des vagues et je rejoins tous ceux qui pensent que l’éclatement du PS est inscrit dans les faits
    De toute façon Ségolene élue avec 50,…. n’aurait pas plus fait avancer le schmilbic, la situation est parfaitement ingérable et je ne vois aucun recours providentiel pour sortir le PS de ce bourbier.En fait ce parti souffre tout simplement d’un déficit abyssin de réponse aux intérrogations de notre monde

  • francis a écrit:

    en tout cas, un qui a, à mon sens, gâché une bonne partie de son avenir politique par ses déclarations incendiaires, c’est manuel valls

    Complètement d’accord, surtout que sur le plan de la logique déductive, ses accusations sont douteuses. En Seine Maritime comme dans le Nord, les observateurs royalistes ont approuvé les votes. Elle y progresse de trois points alors qu’il a déclaré qu’elle ne progressait pas du tout dans un premier temps. Il n’a jamais mentionné d’incidents précis. Juste une analyse de la progression des votes. Il s’agit du fief de Fabius comme du fief d’Aubry.

    Pourquoi ne pas jeter la suspicion sur l’héraut, les bouches du Rhône, les départements de la Charente, et le pire sur la… Gouadeloupe qui connait à partir de 3 heures du mat heure française (lorsque la victoire d’Aubry a été annoncée) une progression de la participation qui se monte à 80% et clairement en faveur de Royal, au point de ramener l’avance des 1000 voix d’Aubry à pas plus de 42. S’il y a une suspicion à avoir c’est effectivement largement autant sur ces faits là.

    Donc, de la part de Royal, ça ne m’étonne pas personnellement, de la part de Valls, j’en reste abasourdi. C’est un mélange de mauvaise foi, de théorie de la conspiration, de « Sarko a cambriolé mon appartement »… etc. En fait, j’en reste tout autant abasourdi de constater que ça se passe au PS. Au FN ça ne me surprendrait pas, ils nous ont habitués à ces guerres de succession âpres car entièrement axées sur la personnalité du chef. Mais au PS comme Koz, je suis totalement perplexe.

    J’ose à peine imaginer les déclarations de Royal si la situation était inversée et qu’Aubry souhaitait recourir à la justice. Manoeuvre de mauvaise perdante, manipulation, refus de constater la volonté populaire, destruction du PS, tout en annonçant son bonheur de se voir confier les clés du pouvoir, etc… Je pourrais écrire les communiqués.

    En fait, JF Khan déclare que Ségolène Royal rend fou. Fou d’adhésion comme fou de haine. Même s’il semble voir des fous partout à part ceux qui adoptent ses propres opinions, il faut avouer que là, pour un peu, il me ferait douter.

  • Philo a écrit:

    Royal se paye le 20h de TF1

    Ou comment passer en force…

    Arf j’avais pas vu ! Je serais partisan d’Aubry je trouverais ça bizarre que TF1 invite en tout premier lieu la perdante et pas la gagnante de ces élections. C’est presque un camouflet… 😉

  • Tout à fait d’accord avec les commentateurs précédents sur l’attitude de Valls.
    Elle me semble suicidaire, ou en tout cas susceptible de ruiner tout ce qu’il a patiemment construit de réputation d’honnêteté et de mesure. Franchement déprimant.
    De toute façon, quoique le PS décide, la moitié hait et haïra l’autre moitié. Qu’Aubry ou Royal obtienne le poste n’y change pas grand chose.
    Valls comparait la situation à l’élection de Bush en 2000, mais bon sang, il s’agit là d’une élection au sein du même parti.
    Aucune perdante ne sera perdante. Aucune gagnante ne sera gagnante.
    Quand bien même un nouveau vote serait organisé, qu’au lieu de 42 (ou 18) votes d’écart, on en obtenait 60 (dans un sens ou dans l’autre), qu’est-ce que cela changerait au fond ? 60 voix d’écart imposeraient quel respect ?
    En revanche, nous plongeons tous dans la suspicion de la régularité des votes. Le PS sait-il organiser régulièrement des élections internes ?
    Aujourd’hui, je pense que non. Jamais cette idée ne m’avait effleuré l’esprit auparavant.
    Ce qu’on gardera, en tout cas, ce que je garderai en mémoire, c’est que la démocratie n’est pas garantie dans ce parti. Voire que c’est particulièrement un parti de magouilleurs.

    Et je ne peux m’empêcher de penser à deux problèmes supplémentaires mais en aucun cas accessoires.
    L’image de marque, la crédibilité des femmes en politique.
    Bayrou, qui n’en fout pas une, qui ne réussit rien, ne propose rien, n’oppose rien de conséquent et qui pourrait rafler la mise, simplement parce qu’on cherche, instinctivement, pauvres cons de démocrates que nous sommes, une opposition au pouvoir en place.

  • On se croirait revenu au temps de la SFIO et de la quatrième République avec ses magouilles, ses haines, ses combines. Le moins que l’on puisse dire est que l’image de marque du PS n’en sort ni grandie ni modernisée. Mais pouvait-il en être autrement avec un parti déjà moribond en 1971 et devenu la chose d’un François Mitterrand qui n’avait jamais été socialiste, pouvait-il en être autrement avec un parti dont une grande moitié des militants se disent toujours marxistes, pouvait-il en être autrement pour un parti dont les caciques refusent toute évolution réaliste, notamment sur la question de l’économie?

  • « un parti dont les caciques refusent toute évolution réaliste, notamment sur la question de l’économie »

    Dang, au fond, ce que vous attendez c’est que ce parti devine de droite.

    A mon avis, vous n’allez pas attendre longtemps 🙂

  • cilia a écrit:

    En revanche, nous plongeons tous dans la suspicion de la régularité des votes. Le PS sait-il organiser régulièrement des élections internes ?

    En fait, je pense avoir une réponse à tout cela. Je pense que le PS est capable d’organiser des votes bien entendu. Je pense également qu’il y a eu du bourrage probablement dans les deux camps. Je pense même qu’il y a eu plus de bourrages dans le camp Royal au vue des scores « soviétiques » obtenus par cette candidate dans les DOM/TOM (une fois la victoire de M. Aubry annoncée à Paris). Je pense que dans n’importe quel parti, il y aurait eu plus ou moins du bourrage d’urnes. La certitude d’avoir raison, les fortes convictions, une certaine culture révolutionnaire qui fait penser que la fin justifie parfois les moyens pour le bien du plus grand nombre, fait qu’il y a certainement eu des irrégularités ça et là. Ca arrive dans tous les camps y compris pendant les élections nationales.

    En général, les choses s’équilibrent et on en reste là, un peu à la manière de Al Gore et Kerry qui ont finalement laissé tomber contre Bush. Peut être que le souci est d’éviter un grand déballage, peut être aussi, à un moment, ces gens laissent leur égo de côté et se disent qu’il est plus important que le pays se remette en marche que de provoquer une crise qui risque de porter un coup à la démocratie elle-même.

    Royal n’a pas choisi cette voie, pour l’instant. En fait, Royal a bien réfléchie et a décidé de jouer son va tout. Il est intéressant de noter qu’elle ne demande pas de recomptage et d’examen de chaque vote qui pourrait même la refaire passer devant mais sans plus de légitimité d’une part et ouvrant la contestation de Aubry qui ira fouiller dans les poubelles des fédérations de l’Herault et des Bouches du Rhône et des DOM/TOM. Elle exige juste un nouveau vote – et vite (jeudi prochain si je me souviens bien).

    Bien entendu, Royal ne peut pas quitter le PS ! Quitter le PS, pourrait être un succès politique pour elle, sauf sur un point : les moyens financiers. D’abord peu de gens oseraient faire de même dans le Parti et souvenons nous de ce qui s’est passé avec Bayrou. Recomptons le nombre d’élus qui lui reste. Comptons ceux du nouveau centre. Et considérons que le PS c’est pas un UDF déjà moribond qui n’existait plus que par Bayrou et quelques autres. Royal ferait un nouveau parti beau sur le papier mais totalement sans ressources et bien petit par rapport à la formidable machine de Solferino.

    En demandant très vite un nouveau vote, elle veut et peut éventuellement bénéficier de cette dynamique qui fait que les gens se disent, oh allez, après tout faisons fi de nos réticences et votons Royal, au moins on y verra plus clair après quitte à avoir une explosion. Si, elle tarde trop, les militants peuvent se lasser des jérémiades et progressivement se faire à l’idée que Martine Aubry, ça ira bien jusqu’aux prochaines européennes au moins. De fait, si Aubry est déclaré vainqueur, gageons qu’elle tendra des mains, fera quelques nominations un peu partout, et le PS aura l’impression d’une reprise en main et d’une mise en route. Face à ce semblant d’ordre, Royal ne fera plus le poids. Bien sur, Royal n’est pas sur de gagner même dans l’hypothèse d’un nouveau vote, mais c’est juste la seule chose qui lui reste.

    Considérons maintenant les accusations de Royal contre « l’appareil » et les votes. C’est ciselé. Elle (et ses nouveaux lieutenants) ont parlé « d’irrégularité », de « mauvais comptes », de militants qui avaient été empêchés de voter, d’appréciation globales sur les progressions qui ont l’air « normales » et ceux qui ne l’ont pas – le plus souvent que de points dont la conséquence serait de faire revoter le parti. Chez Aubry on pourrait rétorquer la même chose dans l’autre camps. Mais s’ils ont le malheur de le faire trop haut, Royal pourra répondre : soit, il y a eu des irrégularités partout… donc procédons à un nouveau vote. C’est imparable. Elle a le beau rôle. Celui d’accusatrice, seule face aux magouilleurs, aux escrocs. Ses adversaires, même avec les mêmes atouts en main (des fraudes possibles) ne peuvent même pas les utiliser.

    Dans le camp Aubry, la seule chance c’est de pourrir la situation. De balancer des généralités comme quoi, des erreurs il y en a eu dans les deux sens et que donc ça s’équilibre. De laisser trainer la suspicion comme quoi sans le comportement étrange des DOM TOM, Aubry n’avait pas 42 voix d’avance mais quelques milliers. D’obtenir l’aval du Bureau National et de faire tout pour donner l’impression que ceux qui veulent se mettre « au travail » sont en train de le faire. De nommer des jeunes un peu partout y compris ceux du camp Royal. De changer les rideaux, de s’installer. Ensuite, il y aura une sorte de légitimité de fait. Royal passera pour une excitée de plus en plus car les gens se lassent vite des feuilletons. La presse deviendra moins complaisante avec les messages de la Madone. Comme d’hab ça va se tasser.

    Jusqu’à la prochaine crise… en espérant que ce soit quelqu’un d’un autre calibre que Royal qui la provoque.

  • « En général, les choses s’équilibrent et on en reste là, un peu à la manière de Al Gore et Kerry qui ont finalement laissé tomber contre Bush. « 

    Enfin, il ne faut pas récrire l’histoire non plus. On a recompté les votes un bout de temps en Floride en 2000, Gore a justement porté l’affaire devant la justice, et on a attendu un mois (une éternité !) avant que la cour suprême US ne tranche . En réalité, la seule solution viable pour le PS c’est la codirection, car on ne saura jamais qui a vraiment gagné. C’est en fait cela le vrai problème de la démocratie : lorsque le vainqueur est élu avec 50% plus une voix, on en est réduit à choisir au pile ou face ou à laisser les media décider (comme dans le cas de l’élection US de 2000 en réalité).

  • @ Olivier » Tu trouveras sur mon site (clic !) un tableau Excel à jour (suite à l’erratum mosellan) modifiable à souhait avec tous les résultats « officiels » à ce jour.

    J’adhère pleinement à l’essentiel de ce qui a été dit dans cette colonne, tant pour la note que pour les commentaires. Pas grand chose à ajouter, et pas assez connaisseur des rouages du parti pour prédire quoi que ce soit (même si la confirmation de la victoire de Martine Aubry me semble la plus vraisemblable, attendu qu’elle aura une majorité supposée de 70 % de cadres [A+B+D+F] derrière elle).

  • Je crois que ton analyse est très juste eponymus.
    Mais quand tu dis de Royal qu’un nouveau vote est la seule chose qui lui reste, pas tout à fait. Il lui reste la possibilité de co-diriger avec Aubry …
    Mais, il est vrai qu’elle ne semble guère de nature négociatrice (Royal pas Aubry).

  • A mon avis, Royal ne va pas lâcher le morceau. Elle va aller jusqu’au bout, elle voudra avoir raison à tout prix. De son point de vue strictement personnel, elle n’a rien à perdre, elle a déjà gagné 50% du parti socialiste toute seule, c’est un tour de force incroyable.

    Bien sûr qu’elle n’est pas toute seule, elle a Peillon, Coullomb, etc. Je crois qu’elle est assez correcte avec eux et qu’elle les respecte et que leur soutien est sincère. Je crois que Royal apprécie beaucoup les gens qu’elle considère intègres, elle doit aussi avoir d’autres critères pour apprécier les gens mais je ne les connais pas. Sans doute, il y a aussi des gens dans son entourage qu’elle utilise parce que ça l’arrange, mais qui peuvent sauter à n’importe quel moment. Toutefois, les choses peuvent changer rapidement, il suffit qu’elle revienne en arrière sur quelque chose qui a été convenu avec ses partenaires, sans les prévenir, et à ce moment là certains vont la quitter avec éclat.

    Le match psychologique qui s’annonce entre Martine Aubry et Ségolène Royal dans les jours et semaines à venir va être quelque chose de passionnant. La faiblesse de Martine c’est qu’elle est raisonnable, qu’elle n’a pas un ego de la taille du Stade de France, qu’elle va peut-être donner un doigt et Ségolène lui prendra le bras. La méchante c’est Ségolène, pas Martine. Par contre, Martine a plus de méchants dans son camp que Ségolène dans le sien. Et quand je dis plus, c’est 90% des méchants du PS.

    J’ai toujours pensé que la prise de contrôle du PS par Ségolène Royal (dans les faits, en ce moment elle tient le PS par la barbichette) était une bombe à retardement qui pouvait sauter d’un instant à l’autre, mais je pense maintenant que SR sait arrêter la minuterie 15 secondes avant.

  • Le déroulement du »feuilleton » laisse à penser que SR décide et exige…

    Elle prend la place de victime bien sûr, elle y excelle, et elle condamne rend le verdict et décide de la date d’une nouvelle élection « à l’impression » comme d’une évidence dont elle prend le bon peuple de TF1 à témoin.

    Comme dit Epo, c’est tactique et la mollesse de la riposte en face dans le camp Aubry l’est sans doute autant.

    La commission de récolement du PS est saisie et devrait éxaminer les différents recours, et le camp Aubry a les siens ( -41 pour Royal en Gironde, +19 pour Aubry Français à l’étranger…)

    Reste à voir si au vu de la confirmation éventuelle du résultat par la commission, SR continuera d’attaquer, et son côté procédurier laisse à penser que oui…

    Une question : pourquoi 40% des militants du PS se sont désintéressés de cette élection, évènement majeur de leur parti ?

  • On pourrait aussi parler de la façon dont les résultats de la primaire du 16 novembre 2006 ont été subtilement « arrangés » : officiellement les résultats étaient un peu plus de 60% pour l’une, un peu plus de 20% pour le deuxième, presque 20% pour le troisième ; en réalité l’un des 3 candidats ayant fait un score que Solférino avait jugé indigne de son rang d’ex-premier ministre, le score des deux autres avait dû être revu un peu à la baisse pour rendre son score plus « présentable ».

    Ce qui rend le PS français structurellement vulnérable à ces petites pratiques ? Cette fameuse « conception du parti » dont se gargarisent certains et qui parait si mystérieuses à tous les autres. En fait il s’agit de cette idée que le PS doit être un « entre-soi » constituté d’un petit noyau d’adhérents (1/3 d’élus, 1/3 de collaborateurs d’élus, et 1/3 qui ne sont que de passages tant ils s’ennuient dans les réunions de section). Olivier Duhamel m’apprend même que le PS français a moins de militants que le PS wallon (!). Dans ces conditions, le moindre petit caïd de l’Hérault ou du Nord qui a quelques milliers de « cartes » en mains pèse d’un poids complètement démesuré et crisallise toutes les tensions.

    Phénomènes qui seraient radicalement noyées dans la masse si le PS devenait un véritable parti de masse comme le SPD en Allemagne. Mais ça nécessiterait de heurter les habitudes des subtiles arrangements entre courants, bref la « conception du parti ».

    Olivier Duhamel – le zèbre socialiste

  • Une erreur en Gironde fait chuter Royal de 41 voix.

    Rejoignez le groupe Facebook « Pour l’envoi d’observateurs de l’OSCE au Parti Socialiste ».

    Un manifeste :

    Le Parti se trouve aujourd’hui dans une situation critique connue de tous. Les contestations s’additionnent. Chacun dénonce la corruption, la prévarication, le népotisme, les trafics d’influence à tous les étages.

    La madone réclame un nouveau vote « cette fois incontestable ». Revendication inextricable. Le dernier scrutin est-il contestable parce que l’écart actuel est trop faible, et qu’il le restera, que la tendance s’inverse ou non ? Parce que les irrégularités se sont multipliées ? Un nouveau vote pourrait-il seulement garantir que l’écart soit plus large ? Pourrait-il éviter la reproduction des irrégularités ?

    L’OSCE « emploie quelque 3000 personnes au sein de 19 missions et activités de terrain réparties en Europe de l’Est, du Sud-Est, dans le Caucase et en Asie centrale. Le personnel de l’OSCE travaille « sur le terrain » pour faciliter les processus politiques, prévenir ou régler les conflits et promouvoir la société civile et l’Etat de droit ».

    L’OSCE a connu l’Ossétie, l’Azerbaïdjan, le Tajikistan. Elle est pleinement qualifiée pour assurer la régularité de ce troisième scrutin (en exceptant le vote sur les motions, dont la régularité n’a d’ailleurs pas été examinée).

    Dans l’hypothèse où ce nouveau scrutin « cette fois incontestable » ne permettrait pas de dégager une direction pour le PS, il pourrait être fait appel à l’ONU qui su par le passé envoyer un haut représentant impartial pour administrer le Kosovo.

    ps : je reviendrai lir eplus posément vos commentaires

  • @jmfayard

    Peut-être n’êtes-vous pas socialiste et encore moins militant socialiste, mais avez vous un avis sur ce qui amène 40% des militants du PS à ne pas participer à l’élection de leur premier secrétaire ?

    Le nombre des militants PS est effectivement réduit, mais on pourrait croire qu’ils sont d’autant plus actifs et impliqués dans la vie de leur parti.

    C’est leur abstention qui est en fait l’évènement essentiel de ce scrutin ( s’il s’avère nettement plus élevé que pour les élections précédentes, ce que j’ignore…)

  • à carredas :

    Bonne question.

    Tout d’abord il faut comprendre que ces 40% ne représentent pas que les abstentionnistes, mais la somme des abstentionnistes PLUS le nombre de militants ayant quitté le parti au cours des 3 dernières années
    Voir http://pire-racaille.blogspot.com/2008/11/sur-l-des-militants-ps.html

    La question devient : pourquoi le PS a t’il connu une telle désertion depuis 3 ans ? Si vous jetez un coup d’oeil sur la façon dont les « vingt neurones » (sic) ont été accueillis, et plus globalement sur le rôle qui est dévolu à ceux qui n’ont pas vingt ans de maison, sur les pratiques féodales qui ont cours au niveau local, sur l’habitude de prendre les décisions à quelques-uns (la fameuse « commission des conciliations » par exemple) au niveau national, vous trouverez facilement quelques indices.

  • Très intéressant lien jm ! Et vu ainsi, aussi difficile que ce soit pour moi de le dire, je préfère pour la démocratie, le courant Royal à celui d’Aubry.

    Mais est-ce Frêche que tu qualifies de petit caïd de l’Hérault ? Il est un peu plus que ça je crois !
    Royal le croit aussi d’ailleurs 😉

  • Maintenant que l’opposition est en pièce, il est temps que notre président fasse une vraie politique pour les gens qui l’a élu : suppression de l’isf, privatisation de la sncf et de la poste, suppression ferme des 35 heures, laissez la liberté aux gens de travailler le dimanche, la nuit, le samedi, tout le temps etc..
    La crise est aussi du pain béni pour reformer enfin durement ce pays et pas mollement façon Chirac comme actuellement.
    Les pauvres ne peuvent plus faire grève, ils n’ont déjà pas de pognon pour vivre normalement (enfin, pour acheter un lecteur blue ray, les fonctionnaires ont toujours assez d’argent), alors agissons et vite.

  • carredas a écrit:

    Une question : pourquoi 40% des militants du PS se sont désintéressés de cette élection, évènement majeur de leur parti ?

    bonne question. Mais le taux de participation ne permet pas vraiment de tirer de conclusions éclairantes en soit. J’en veux pour preuve la désignation de Sarkozy à la tête de l’UMP.
    Quelqu’un se souvient il du niveau de participation lors de son élection? (réponse en signature) il ne me semble pas qu’à l’époque quelqu’un se soit ému du peu d’intérêt des militants UMP pour leur parti…

  • -recompter, oui, et tout doit être clair…
    -revoter, non, j’y vois deux dangers: 1) un résultat serré, quel qu’il soit, sera l’objet de contestations de tous genres et manquera de légitimité: devrait -t-on revoter encore si l’écart est inférieur à 130 voix (1 pour mille)?
    2 un climat de tension tel qu’il aggrave les divisions, voire aboutisse localement à des pugilats dégradant encore plus l’image du parti…
    de toutes façons si les difficultés sont dans les listes électorales, il faudra plus de 3 jours pour en venir à bout…
    enfin, le plus important pour moi, militant de base n’est pas tant la personne du premier secrétaire mais le projet que nous avons à imaginer, populariser devant la droite…

    alors arrêtons le combat des chefs, des cheftaines,
    si on ne sait faire mieux tirons au sort notre premier Premier Secrétaire National ( c’est une forme de démocratie qui s’apparente aux jurys citoyens), donnons le salaire de PSN aux deux candidates ( à propos, elle est intéressante, cumulable avec les indemnités d’élu?), nommons des porte parole qui passent bien dans les médias, donnons tout le pouvoir au BN, traitons chacun avec respect,
    et préparons sereinement le choix de notre candidat en 2012 avec une primaire « de qualité » en juillet 2011!!

  • @jmfayard

    Si j’ai bien compris, seuls les militants à jour de leurs cotisations pouvaient voter ( ce qui n’était pas le cas avant )

    Il faudrait savoir ce que représentaient les cotisants à 20 euros sur le nombre total d’inscrits, savoir aussi combien d’entre eux n’ont pas voté car n’étant pas à jour de leur cotisation… et combien parmi les autres, les anciens n’ont pas voté par désenchantement (?)

    Le PS a des pratiques féodales dites-vous, je le crois sans peine.

    Comme vous le disiez plus haut, ce n’est pas un parti de masse comme le SPD en Allemagne, c’est plus en fait un parti élitiste d’intellectuels et l’arrivée des fameux militants à 20 euros a modifié la donne.

    Ce qui me parait bizarre, c’est que si ces adhérents à 20 euros n’ont pas pu voter parce que pas à jour de leur cotisation, c’est SR qui aurait du en pâtir dans la mesure où ils lui étaient plutôt favorable…

    Le résultat laisse penser que l’explication est plus complexe.

    Je ne suis pas objective par rapport à SR, je renacle à croire que son but soit de  » moderniser  » le vieux PS en introduisant des jeunes militants qui vont amener de l’air frais, je pense que son ambition est essentiellement personnelle, peu importe le prix que paiera le parti.

    Je croyais naïvement que cette notion de modernité ( à définir ) d’ouverture du parti sur une base plus large, de réflexion sur le socialisme dans le monde aujourd’hui, que tout cela faisait partie du travail que les socialistes promettent d’accomplir depuis 2002 en gros…

    Pensez-vous que les  » anciens  » du parti ne sont pas capable d’un tel travail et que SR l’est ?

  • Une discussion très intéressante chez Tom Roud http://tomroud.com/2008/11/22/marge-derreur-socialiste/ sur le sujet. Extraits :

    « Le résultat du vote est une mesure physique du nombre de bulletins, et comme toute mesure physique, elle a une marge d’erreur, ici d’origine humaine. Proclamer une victoire à 42 voix près, cela revient à choisir son premier secrétaire à pile ou face. Mon opinion en tant que citoyen est que la seule solution viable est la co-direction dans ce cas puisqu’on a clairement du 50-50. »

    « Peut-on arriver à un calcul réellement mathématique de la marge d’erreur d’un vote, sans risquer de tomber dans le déni de démocratie ? Une différence de 0,1 % me semble une sérieuse hypothèse de travail (mais très arbitraire). »

    « Ce scénario catastrophe du PS devrait faire réfléchir. Si un tel vote se produisait au niveau national, ce ne serait pas l’implosion d’un parti qui serait en jeu, mais une guerre civile… »

  • @ carredas » C’est justement parce qu’elle suppose les adhérents à 20 € acquis à sa cause (ce qui doit être probablement majoritairement le cas) que Ségolène a multiplié les appels (démagos, à mon avis !) pour « permettre à ceux qui n’en ont pas les moyens de se voir rembourser leurs arriérés de consultation », et autres méthodes de rabattage.
    Être à jour de ses cotisations pour voter au PS, c’est le cas depuis des lustres (enfin, je suis un adhérent à 20 €, je ne saurais pas dire depuis quand !). Pour voter, on doit être à jour de ses procurations, avoir été présenté en AG, et les procurations sont interdites. Dispositions plutôt pertinentes, je pense, pour éviter ou du moins limiter les manipulations de scrutin.

  • @Jerôme

    Si on suit le lien donné par jm, le % d’abstention concerne aussi bien ceux qui ont choisi de ne pas voter que ceux qui, inscrits mais pas à jour de leur cotisation, ne pouvaient pas voter.

    Un des commentateur donne sa section en exemple, sur 192 inscrits 65 étaient à jour de leur cotisation et 54 ont voté.

    Si les adhérents à 20 euros n’ont pas régularisé massivement et au dernier moment leur cotisation, d’où viennent les reports dont a bénéficié SR entre les deux tours ?

    Elle a nécessairement des voix initialement portées sur B.Hamon et c’est peu compréhensible, pour moi du moins…

    @gasper

    Au cas présent, ce qui est significatif est l’évolution de l’abstention au PS- objet de notre attention- pas l’évolution de l’abstention dans les partis politiques en général.

  • Pour le PS, remettre au gout du jour le diction «  »le linge sale se lave en famille » » devrait être une impériosité…

    Car là, vraiment, ils passent pitoyablement pour des tartuffes et des bouffons, perdant peut-être durablement leur potentiel populaire de gouvernants potentiels.
    Valls et consorts en tête…

    Pathétiques, tous.

  • Un petit rappel du droit sous le contrôle du Maître, bien entendu :

    « Il convient de signaler que le faux commis dans une écriture publique ou authentique ou l’usage de faux est puni de dix ans d’emprisonnement et d’une amende de 150000 euros, ces peines étant portées à quinze ans de réclusion criminelle et à 225000 euros d’amende lorsque le faux ou l’usage de faux sont commis par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public agissant dans l’exercice de ses fonctions ou de sa mission (C. pén., art. 441-4. – V. Rép. min : JOAN Q, 27 janv. 1997, p. 412. – J.-Cl. Notarial Formulaire V° Notariat, Fasc. 22), étant observé qu’il avait été jugé, sous l’empire des articles 145 et 146 de l’ancien Code pénal, que pour qu’il y ait crime de faux et usage de faux, la loi n’exigeait pas que le préjudice soit consommé ou inévitable, il suffisait d’une simple éventualité ou possibilité de préjudice. »

    10 ans d’emprisonnement, c’est l’artillerie lourde… c’est le marteau pilon pour casser une noix, ça fait pas dans le dentelé et la fioriture. C’est du pénal, du gros, l’aéronavale… si avec ça, ils arrivent pas à obliger le PS à refaire un vote…

    C’est la marque Royal ™, oser faire ce que personne n’aurait oser faire avant elle… c’est faire exploser le PS… c’est jouer le « après ça, le déluge »… C’est la guerre d’usure à coup de bombes à retardement car une procédure judiciaire est facile à déclencher mais on ne sait jamais comment les balles lancées en l’air vont exactement retomber. Si le juge d’instruction est Aubryiste ? Ou Royaliste ? Ou de droite, tiens ? Qui va vouloir de cette patate chaude au TGI où la plainte va être déposée ? Je suis juge d’instruction, je me délocalise avec mes gosses sous le bras.

    C’est surtout ne pas attendre que les recours internes soient épuisés, mais c’est y aller de suite, avant les réunions en commission pour bien peser sur les esprits. Ca ne force la main à personne dans le plus grand respect des règles internes d’une organisation.

  • @ carredas » J’espère ne pas dire de conneries parce que je ne connais pas à fond le fonctionnement du parti mais, d’après ce que je sais, la liste des personnes habilitées à voter est fourni par « le national ». Dans cette liste, il y a des gens qui ne sont pas à jour de leur cotisation (je ne sais pas au bout de combien de temps ils sont radiés). Ceux-là font donc partie du corps électoral mais ne pourront effectivement voter qu’en payant leur arriéré de cotisation. Il y a donc dans le corps électoral un nombre important d’adhérents (à 20 € ou pas) qui ne militent plus et se sont détachés du PS.
    Dans ma section, il y a eu un cas bizarre concernant 4 personnes à jour de leur cotisation selon le « local » mais ne figurant pas sur la liste nationale. Ils ont voté mais leur vote a été mis dans une enveloppe à part (sans dépouillement) accompagnés d’une réclamation vers la Fédération. Je n’ai aucune idée sur qui ça concernait. Je n’y vois pas une tentative de fraude mais une erreur administrative comme il y en a ailleurs. Néanmoins, j’imagine que ce genre de situation ne sont pas unique, de quoi produire des écarts de voix potentiellement significatifs dans une situation comme celle-ci.

    Par ailleurs, concernant le mauvais report des voix de Benoît Hamon, j’ai émis quelques hypothèses dans la note que j’ai pondue sur le sujet (lien sur mon pseudo). Je résume : déficit d’image de renouvellement pour Aubry + abstention de la partie radicale de la gauche du PS.

    @ Eponymus » Ouais ! C’est con, le dimanche, le tribunal est fermé. Pauvre Valls, il doit piétiner devant le Palais de Justice (sous la pluie en plus). À moins qu’il ne soit allé déposé une main courante au commissariat : « Ouais, m’sieur, la bande de ch’tis-59 m’a piqué ma Première Secrétaire toute neuve (et tunée en plus). » Au secours !

  • Eponymus a écrit:

    Bon, on y est, le pire est arrivé – “TADAAAAAM”

    “Manuel Valls, lieutenant de Ségolène Royal, a annoncé sur Canal + qu’une plainte serait déposée pour “faux en écriture” contre un décompte de voix de militants socialistes à Lille, bastion de Martine Aubry, arrivée en tête du second tour du vote PS vendredi.”

    lefigaro.fr/flash-actu/2008/11…

    et le PS riposte par une plainte en diffamation contre M.Valls…

    à quoi joue-t-il M.Valls ?

  • Est-ce qu’un de nos amis socialistes pourrait nous dire à combien était la cotisation avant la coti à 20€ pour le militant de base non élu et sans mandat du PS? J’ai beau chercher par Internet, mais je ne trouve pas.

  • @pepito: environ €62.

    je viens de tomber sur la déclaration de Valls… j’arrive pas a y croire… c’est complètement fou… ils ont littéralement pétés les plombs

  • carredas a écrit:

    le PS riposte par une plainte en diffamation contre M.Valls

    Du PS ? ou du camp de Aubry ?
    Parce que le PS, porter plainte contre l’un de ces membres je ne vois pas. Au contraire, se porter partie civile pour éclaircir l’affaire aurait été plus judicieux. Là, ça montre bien que les dirigeants du PS sont acquis à Aubry.

  • @ Bob

    Non, ce n’est pas le PS, ils sont pas fous à ce point là (quoique), mais c’est Gilles Pignon – non pardon – Pargneaux, Premier Secrétaire de la Fédé du Nord qui est implicitement mis en cause par Valls.

  • Olivier a écrit:

    Ca va Valser

    Ce serait un faux pas, à mon avis c’est de l’intox, il n’y a pas d’urgence à déposer plainte pénale. Dans cette situation très tendue, celui qui perdra le premier son sang froid risque de s’enfoncer jusqu’au cou dans les sables mouvantes du PS.

  • @ pepito & gasper » C’est pas très simple ; de ce que je sais, le montant « minimal » est fixé par chaque fédération, et ensuite il y a des grilles pour des proposition de montant en fonction de ses revenus. Dans ma section, on n’a jamais demandé une feuille d’imposition pour vérifier, et j’espère que c’est la pratique générale. Il me semble que dans le 92, c’est 49 €.
    Les cotisations pour les partis donnent droit à un crédit d’impôt de 66 %. Un adhérent à 50 € (imposable) payerait donc « réellement » 17 € (moins de 2 €/mois, c’est pas la ruine).
    Il me semble avoir entendu parler qu’à 20 €, le parti perdait de l’argent (entre l’envoi de l’hebdomadaire du PS et toutes sortes de frais de gestion), sans compter que la section ne touche pas un kopeck pour les adhérents à 20 €.
    La question du prix de la cotisation est une question intéressante, je pense que ce serait intéressant de la traiter sereinement.

  • En partant d’une cotisation moyenne de €63, l’adhérant à €20 de 2006 pour pouvoir voter aux récents scrutins devait s’acquitter de 2007 et 2008, soit en moyenne €126. C’est bon à savoir.

  • francis a écrit:

    alors arrêtons le combat des chefs, des cheftaines, si on ne sait faire mieux tirons au sort notre premier Premier Secrétaire National ( c’est une forme de démocratie qui s’apparente aux jurys citoyens), donnons le salaire de PSN aux deux candidates ( à propos, elle est intéressante, cumulable avec les indemnités d’élu?), nommons des porte parole qui passent bien dans les médias, donnons tout le pouvoir au BN, traitons chacun avec respect, et préparons sereinement le choix de notre candidat en 2012 avec une primaire “de qualité” en juillet 2011!!

    Francis, j’ai mieux comme solution. Puisque personne ne le dit nul part, je me vois bien forcé de m’y coller. Donc voici ce que je ferais si j’étais Aubry :

    1. Je fais entériner mon élection par le bureau national sur la base que des incidents de décomptes des voix existent partout et de toute façon s’équilibrent.

    2. Une fois mon élection confirmée, je démissionne en déclarant que ne disposant que d’une majorité faible et non représentative de la composition du PS, il n’est plus adapté de fonctionner sous les mêmes règles antérieures avec un(e) secrétaire général(e). Je déclare qu’un nouveau vote ne reproduirait peu ou prou que la même situation. Que la seule évidence qui s’impose c’est que le poste de secrétaire général ne peux plus exister en l’état.

    3. Avant de démissionner, j’instaure par vote d’un comité restreint du Bureau National, le règlement intérieur de fonctionnement du Parti suivant :

    a. Le poste de Secrétaire Général du parti n’existe plus.

    b. Il est remplacé par un arbitre garant du respect du présent règlement. Cet arbitre n’a aucun pouvoir sauf a faire respecter le présent règlement, n’a le droit de faire aucune déclaration publique. Il est nommé par la motion arrivée en tête.

    c. Le PS est gouverné par une assemblée constituée par les leaders des courants ayant déposés une motion de la façon suivante :

    • Chaque motion est représentée sauf les motions ayant obtenues moins de 5%.
    • Chaque auteur d’une motion doit être le chef de la motion concernée. Cette présence est obligatoire. En cas de refus, une exclusion du Parti doit être prononcée contre le contrevenant.
    • Le déposant nomme ensuite au prorata du vote des militants de base des assistants, soit :

    Motion Royal : 6
    Motion Delanoë : 5
    Motion Aubry : 5
    Motion Hamon : 3

    Motion X : 2

    (La motion X : Il est prévu un poste chargé de représenter les motions ayant obtenues moins de 5% ou quiconque déciderait d’être indépendant des motions.)

    d. Toute décision qui pouvait être prise par un Secrétaire Général sera désormais prise par l’assemblée des motions. Chaque membre de cette assemblée dispose d’un vote.

    e. L’Assemblée des Motions peut recourir à un référendum auprès des militants dans le cas où les grandes orientations du Parti sont en jeux.

    f. L’assemblée est renouvelable par un processus de vote des motions à un tour chaque année.

    g. Les chefs de file des motions peuvent faire des déclarations publiques concernant tels ou tels projets soumis au vote de l’assemblée des motions. Mais une fois que ces projets ont été approuvées ou désapprouvées, les déclarations devront se ranger derrière la majorité.

    Voilà. Bon, on passe à autre chose maintenant ?

  • En faisant voter ses militants pour élire le premier secrétaire, le PS commet une erreur politique fondamentale, il tombe dans l’ « hyper-démocratie ».

    Le suffrage universel est le système le plus juste, car chaque citoyen y a un poids égal, mais rien n’indique qu’il soit le plus judicieux.

    Il n’est pas certain que le suffrage universel assure l’élection du plus apte à gouverner.

    Il convient donc que les partis politiques fassent une sélection préalable afin que, même si c’est le moins apte des candidats qui est élu, on sache tout de même qu’il a un minimum d’aptitudes.

    Généralement, la méthode de sélection choisie par les partis est la lutte féroce en coulisses, qui permet de vérifier quelques qualités politiques (ténacité, férocité, intelligence, anticipation, etc …).

    Mais, si, par aberration, un parti politique choisit comme méthode de sélection de ses dirigeants le suffrage universel, il reporte un cran plus haut l’incertitude qui pèse sur la qualité du choix au suffrage universel.

    C’est évidemment l’erreur majeure que vient de commettre le PS.

    Autrement dit, laisser les éléphants du PS s’entretuer jusqu’à ce qu’il se dégage un leader puis faire entériner le résultat de l’hécatombe par les militants avec un score stalinien aurait sans doute paru moins démocratique mais aurait sans doute été plus conforme au rôle des partis politiques.

  • Manuel Valls ne fait que remplir le rôle qui lui est assigné par Ségolène Royal. Il le remplit toutefois avec un entrain regrettable, d’autant qu’on aurait préféré ne pas le voir s’afficher à ce point avec elle.

    Le fait est que le titre de mon billet était un doux euphémisme. Le PS est en train de se vautrer dans le pire. Valls et Mignard ont donc bien évoqué la solution judiciaire, Mignard évoquant un jury de médiation. Mais une médiation est-elle encore vraiment imaginable quand l’une des parties diligente des actions pénales contre l’autre (car la plainte qu’annonce Valls, je doute que ce soit en son nom propre) ?

    Peut-on imaginer ensuite une quelconque collaboration entre les uns et les autres alors qu’une instruction pénale est en cours (si tel est le cas, car la plainte n’est pas déposée) ?

    Quant à Valls, c’est un drôle de quitte ou double auquel il joue, et dont il devrait se méfier. Sa situation n’est susceptible de s’améliorer que si Royal est désignée Première Secrétaire ou s’il y a scission. Dans le cas contraire, s’il y a rapprochement ou conciliation, il doit déjà savoir qu’il sera celui que l’on sacrifiera, après l’avoir envoyé faire les pires déclarations. Le risque d’une telle stratégie est évident pour lui, il est aussi que Valls a de plus en plus intérêt à éviter toute conciliation.

    Obtiendront-ils leur nouveau vote ? Sauf cas de fraude caractérisée, telle que celle qu’ils essaient de mettre au jour dans le Nord, je ne vois pas pourquoi les instances accepteraient cette revendication. Pour préserver l’unité ? Mais quelle unité ? Divisé pour divisé, ils ont tout intérêt à garder le pouvoir. Par ailleurs, une telle fraude ne sera évidemment pas caractérisée de façon incontestable pour mercredi. Il ne pourra y avoir que des accusations de plus en plus virulentes jusqu’à mercredi, validation par le Conseil National, et feuilleton judiciaire qui pourrira le PS pendant des mois.

    Ceci étant dit, je ne donne pas cher de leur peau en vue de 2012. A une précision près : y’a un socialiste, en ce moment, qui n’en revient pas d’avoir une idée aussi intelligente en allant prendre un peu de hauteur à Washington…

    Tout ceci ne résout pas ma question existentielle d’origine sur l’organisation optimale d’un parti : démocratie élective, ou non ? Peut-être le fait d’analyser ceci sous l’angle du plus ou moins de démocratie est-il un biais inutile (ce qui serait infiniment rassurant) : quel que soit le système, deux parties décidées à s’entretuer y parviennent…

  • Juste avant de prendre le train (si les grévistes me le permettent, ce que j’espère ,la grève s’annonçant légère)pour aller travailler, je me pose quelques questions en voyant la tragicomédie du PS.

    Et si ça avait été à l’UMP? Et si il y avait eu un combat de chefs équivalent au niveau de la droite?
    Qu’auraient titré les médias en tous genre?
    Parce que, finalement, elle est assez gentille la presse, non ? Elle va même jusqu’à tenter de détourner l’attention du bon peuple sur la bague de Rachida.
    (je n’ai pas passé le « point Sarko », j’espère… 😉

    Mais il est vrai, qu’au PS, c’est  » la vraie démocratie »
    élective ou non je ne sais pas vraiment déterminer, mais démocratie, ça c’est sûr!
    les candidats chefs acceptent tous la décision du peuple et se rangent tous aux résultats du scrutin, pour le plus grand bien de tous, dans la plus parfaite harmonie, sans autre préoccupation que le peuple, et surtout sans penser au coussin du Calife.

    Tout se passe dans la plus grande transparence : un vrai plaisir, ce congrès.

  • Une bonne nouvelle pour les aubrystes, ségolénistes, delanoïstes, socialistes, umpistes, modemistes, pour les humains en général surtout ceux à venir, il y a de grands lacs glacés souterrains sur Mars.

    Quand les hommes partiront un jour pour de lointains voyages, Mars pourra servir de base relais…

  • allez, encore 5 jours comme ça, et c’est à genoux que les militants réclameront le retour de François Hollande… de Michel Rocard… de Lionel Jospin… rendez vous compte… Lionel Jospin… finalement… on a pas encore tout à fait touché le fond

  • gasper a écrit:

    allez, encore 5 jours comme ça, et c’est à genoux que les militants réclameront le retour de François Hollande… de Michel Rocard… de Lionel Jospin… rendez vous compte… Lionel Jospin… on a pas encore tout à fait touché le fond

    Mais non, de DSK, le grand sauveur de l’économie mondiale !

  • Bob a écrit:

    Mais non, de DSK, le grand sauveur de l’économie mondiale !

    oui, DSK bien sur, Jean Paul huchon, Arnaud Montebourg… n’importe qui pourvu qu’on sorte de l’impasse…

  • Bon, il est temps également de se dire que heureusement, nous ne sommes pas gouvernés par ce Parti et encore moins par Royal…

    Sinon, il faut voir ou revoir (ce que j’ai fait) l’intervention de Royal sur TF1 hier. Pas terrible terrible, mais quand même calme, posée, mesurée, digne, ne voulant que le bien de tous les français dans le respect de la démocratie et de son bon fonctionnement… et ensuite comparer cette attitude avec l’hyper-zèle de Valls, son omniprésence médiatique depuis deux jours et sa virulence, l’escalade des annonces, la hargne.

    Comme nous savons tous que Valls agit pour Royal sur ordre, cela donne une bonne idée de la duplicité de cette femme. Et dire qu’elle parlait des porte-flingues de Sarkozy. Pour moi ça dit tout. Je suis comme beaucoup ici, à choisir entre les pires, certainement beaucoup plus proche de Royal que d’Aubry, Hamon et Fabius… mais franchement, je ne souhaite pourtant qu’une chose, qu’Aubry l’emporte.

    Il y a un moment où « l’habileté » politicienne qui est vue par certains comme une grande qualité, franchit une ligne jaune de ma tolérance et finit par me dégouter, me faire vomir et me faire finalement préférer un opposant qui possède au moins une once de sincérité. Je me dis qu’un homme ou une femme ayant fait preuve de ces si belles qualités tactiques lui permettant d’emberlificoter tout le monde pour arriver au sommet, n’hésitera pas à en user une fois au pouvoir non pas contre ses collègues mais contre les citoyens.

    Je ne nie pas qu’un peu de tactique est parfois nécessaire dans ce monde imparfait si l’on a un tant soit peu d’ambition, je dis juste qu’il y a des limites et que Royal les franchit dans cesse. Je me dis enfin, qu’il existe aussi des formes de totalitarismes mous, basés sur la ruse, l’exclusion, et d’autres méthodes subtiles et je ne suis pas sur que Royal ne recèle pas un danger à cet égard.

  • « efficace, le FN. Prenez la LCR-NPA : ça marche. Le Modem, aussi. L’UMP idem. Maintenant, voyez Les Verts, et voyez, désormais, le PS »

    C’est une blague?
    Le FN est en pleine déroute. Certes ils ont un chef, indéboulonnable et qui a déjà désigné son sucesseur: sa fille et personne d’autres. Les autres pseudos intellectuels du FN comme Martinez, Lang et le félons de Rachinel peuvent aller se rhabiller. Qu’ils regardent Bruno Mégret où ça l’a mené: à l’étranger!

    Le modem? Il se connecte et se déconnecte. Inaudible car seul, le Bayrou philosophe papote en coulisse dans son coin.
    C’est pas du niveau du flan à lunettes de Hollande mais on s’en rapproche question « énergies intérieures ».
    Seul Baladur les bat à plat de couture.

    L’UMP. Disons que le PS connaitra sa mue avant l’UMP.
    Mais quand l’UMP changera, car le Sarkozy est clairement démontable de l’étagère pour la prochaine élection à la seule vue de sa popularité, cela fera très mal.
    Nul doute qu’il n’y aura pas une mais plusieurs nuits des longs couteaux quand l’heure de la prochaine présidentielle arrivera:
    – villepin s’il n’a pas dû s’extrader entre-temps
    – xavier bertrand, plus faux cul que lui tu meurs
    – mam, plus tueuse à gage, tu meurs également
    A côté le PS, c’est la foire du trône. L’UMP ça sera Verdun.

    Les Verts? Ou ça? A part proposer d’interdire les chauffage au gaz au terrasse des cafés, difficile de dire ce qu’ils veulent: des couloirs de bus, des éoliennes et des capteurs solaires partout. Quel programme! Quel parti!

    Et si le PS n’était pas si mal que ça. L’abcès vient d’exploser, ça fait mal sur le coup. Mais ensuite ça ne pourra qu’aller mieux.
    Mais si, un bisou antiseptique et hop…

  • je viens d’entendre qu’un sondage indique qu’un majorité de français,
    63% serait déforable à un nouveau scrutin…
    moi aussi

    manuel valls, avec ses déclarations incendiaires, prononçant le mot de tricherie, non: les conflits et contestations , il y a une commission pour cela…
    il aurait pu/du dire à mon sens samedi matin tôt: « à l’heure actuelle les résultats sont trop serrés pour pouvoir donner des résultats autre que provisoires, nous allons vérifier tout cela durant le wikende, puis nous validerons le résultat définitif lundi et mardi »…
    manuel, j’aurais aimé qu il succéde en 2010 à JP Huchon en IDF, mais là, avec ce qu’il a dit, ce sera difficile…
    en tout cas, quelle que soit la premiere secrétaire (mal) élue son mandat devrait être raccourci à 2 ans, pour permettre fin 2010 de choisir enfin, correctement, un candidat à la présidentielle et son programme en même temps…

  • emachedé a écrit:

    C’est une blague? Le FN est en pleine déroute.

    Allons… Après avoir fonctionné presqu’un quart de siècle…

    emachedé a écrit:

    Le modem ?

    Le Modem a son leader incontesté.

    emachedé a écrit:

    L’UMP ça sera Verdun.

    Allons (bis). L’UMP n’est pas menacé par la compétition des talents, à cette heure. Quant à Sarkozy, sa popularité va mieux, et l’on pourrait discuter de celle de Mitterrand en 88. Le pb du PS, c’est qu’il ne manque de volontaires, mais que c’est une compétition de médiocres.

    emachedé a écrit:

    Les Verts? Ou ça?

    Là, me vient l’idée que vous n’avez simplement pas cherché à comprendre ce que je voulais dire. Précisément, Les Verts ont un fonctionnement somme toute assez démocratique. Et c’est le bordel.

    manquait plus que ça a écrit:

    Contre l’UMP et le PS, Dupont-Aignan crée son parti

    Tout le monde en frémit.

  • Si j’étais François Hollande, compte tenu des exactions manifestes des deux finalistes, et de leur profond déchirement, je proposerais le poste de premier secrétaire à Benoît Hamon, au final assurément le plus honnête et le plus sincère des quatre candidats sur la ligne de départ.

  • @Michel B.

    Il y a des règles de fonctionnement au PS, des commissions, des recours etc…

    Avant de parler de fraudes, de faux en écritures, de plaintes, les membres d’un parti sont censés respecter leurs propres règles non ?

    Avec Ségolène Royal et son poisson-pilote Mignard qui occupent tout l’espace médiatique, Martine Aubry qui fait profil bas en attendant l’avis de la commission de récolement, il ne manquerait plus que l’ancien premier secrétaire vienne proposer le poste à celui qui est arrivé troisième, en raison de sa plus grande honnêteté… 🙂

  • carredas a écrit:

    il ne manquerait plus que l’ancien premier secrétaire vienne proposer le poste à celui qui est arrivé troisième, en raison de sa plus grande honnêteté…

    Mon évocation du premier secrétaire est effectivement maladroite. Disons que je trouve qu’il y a matière à donner à chaque finaliste au moins deux cartons jaunes. Je suis ça de l’extérieur, mais à bien y réfléchir, à partir des discours des uns et des autres, il me semble qu’Hamon serait une synthèse convenable et apaisante entre le renouveau revendiqué par l’une et la ligne de gauche vantée par l’autre. Mais bon, ils font ce qu’ils veulent, hein !

  • Je suis assez d’accord avec Carredas, d’autant que, sans vouloir être désagréable à son encontre, je ne suis pas certain que le bon comportement de Hamon soit vraiment autre chose qu’un manque d’occasion de faire autrement. Lorsque l’on évoque, ci-dessus, le tempérament « révolutionnaire » prêt à considérer que la fin justifie les moyens, il me semble que cela pourrait tout à fait s’appliquer à ce camp également.

    Par ailleurs, si Hamon peut, aussi, incarner un renouveau, à l’instar de ce que veut incarner Royal, lui filer le job serait vraiment consacrer la prédominance des questions de personnes. Car le renouveau, pour l’un et l’autre, s’applique dans des directions totalement opposées.

    A vrai dire, si l’on va par là, Delanoë serait plus indiqué. Ou Moscovici. Mais je ne vois pas les uns et les autres accepter qu’une personne dont le nom n’a pas été soumis aux militants devienne premier secrétaire. Ce serait « un peu » illogique.

    Pour le reste, je suis d’accord. Il y a des cartons jaunes à distribuer des deux côtés.

  • Ségolène Royal nous offre un petit prodige de rhétorique :

    « Qui a peur du vote des militants? Si certains prétendent avoir gagné cette élection, pourquoi ont-ils peur de retourner devant les militants »

    On est vraiment sur la ligne cour de récréation : « t’as peur, hein, c’est ça, t’as peur !« 

  • « Bon, il est temps également de se dire que heureusement, nous ne sommes pas gouvernés par ce Parti »

    Mouais… Nous sommes gouvernés par un parti dans lequel un ancien premier ministre et trainé en justice par l’actuel président. Je ne pense pas qu’il soit utile de rappeller non plus tous les coups tordus de Chirac pour éliminer ses rivaux. A côté de çà les socialistes passeraient presque pour des bisounours.

    « Pour le reste, je suis d’accord. Il y a des cartons jaunes à distribuer des deux côtés. »

    J’entends parler de « haine » réciproque et autres douceurs dans les blogs et les médias. Mais que reproche t’on à Martine Aubry exactement, dans la situation présente? Je ne suis pas dans la confidence, mais ce que j’entends venant de sa part ne me semble pas haineux.
    Si pensez pouvoir faire mieux et que vous connaissez une méthode pour rabattre le caquet de Ségolène Royal, je pense que le PS pourrait être intéressé.

  • “Qui a peur du vote des militants? Si certains prétendent avoir gagné cette élection, pourquoi ont-ils peur de retourner devant les militants”

    Effectivement, on touche le fond, depuis un moment.

    Pour ma part, j’ai entendu la porte parole de Royal demander un deuxième vote pour que puisse s’exprimer une majorité claire. Elle n’a pas précisé pour qui la « majorité claire » devait voter. Il est vrai que si elle avait dit franchement « nous revoterons jusqu’à ce que Ségolène soit élue », ça aurait pu éveiller quelques soupçons…

  • Ah oui, vraiment sœur sourire… Et elle sera au Grand journal de canal+ ce soir. Décidément, tous ses fidèles lui ouvrent leurs portes… Entend-on Aubry autant ? … pas sûr.

  • Déclaration de Mignard de ce matin :

    « Avant de se rendre à la commission, Jean-Pierre Mignard évoque les «irrégularités» dans les votes. «Ségolène Royal est vraisemblablement victorieuse en chiffres à l’heure où je vous parle» affirme sur Europe 1 cet avocat et proche de l’ancienne candidate à la présidentielle. «Si nous y sommes contraints, nous irons en justice» ajoute-t-il, rejetant l’idée de quitter le parti pour en fonder un autre. »

    http://www.lefigaro.fr/politique/2008/11/24/01002-20081124ARTFIG00271-royal-est-vraisemblablement-victorieuse-.php

    En fait, Royal d’un côté déclare faire confiance à la commission de recolement et Mignard de dire que s’ils n’obtiennent pas satisfaction ils iront en justice. En fait, le gentil et le méchant flic. Ou. Si on gagne, la commission a bien fait son travail, si on perd c’est un complot que l’on mettra à jour devant les tribunaux.

    Bon, il m’est venu une idée saugrenue. Oh je ne dis pas qu’elle est probable, ni même possible, tellement c’est saugrenue, comme idée.

    Mais bon, je la livre quand même, on ne sait jamais :

    Et si les dévellopement judiciaires promis, ne visaient finalement à préparer une scission en portant sur le terrain judiciaire avec des dévelloppement civils, la question de la « propriété » du PS. En d’autres termes, si deux camps clairement opposés se constituaient (un peu à la manière de ce qui c’est fait entre l’UDF et le Nouveau Centre), il se poserait la question de la propriété du label PS ™ et, bien sur, de façon encore plus importante, de ses subsides. On se souvient de l’âpreté des batailles autour de cette question lorsque le nouveau centre s’est constitué.

    Cela permettrait à Royal, d’opérer cette scission qui apparait comme inévitable quelque part (quand bien même elle gagnerait en obtenant un second vote, comment pourrait-elle rassembler les deux camps, comment pourrait-elle changer le réglement sans rencontrer une opposition plus que vive, comment se réglerait au sein du même parti dirigé par elle les procédures en cours, etc…) mais sans perdre les subventions gouvernementales du Parti. Elle se réclamerait du « vrai » PS. Et le jouerait sur le terrain civil en réclamant une bonne part ou la totalité de ce que le PS a gagné étant donné qu’elle en était la candidate, qu’elle s’est vu refusé le poste de dirigeante par les instances internes malgré sa victoire réelle, qu’elle est victime d’une machination mise en oeuvre par une MINORITE, etc…

    Mais je suis certainement fou… Royal rend fou il parait, je suis peut être touché…

  • Merci Koz pour cette vidéo.

    En résumé, l’ancienne ministre de Mitterand explique découvrir aujourd’hui les procédures internes du PS pour les élections. Un peu tard? Oui mais elle a une bonne excuse : elle n’est pas membre du bureau national.
    Mais… attendez… qui a été élue par les militants pour les dernières présidentielles? N’est-ce pas la même? Elle ne sait pas quelles procédures lui ont permis d’être candidate??

    Une chose semble relever de l’idée fixe chez elle : faire tout ce qui est possible pour faciliter un encartement massif à la veille des scrutins internes.
    Ceci est en lien avec votre questionnement sur la démocratie au sein des partis et les risques associés, car nous sommes il me semble devant un cas d’entrisme caractérisé.

    « Il est exact que les déclarations boute-feu viennent du camp Royal. Côté Aubry, on peut avoir quelques doutes sur les pratiques réelles au moment du vote. »

    Quelques doutes, en effet, mais rien de plus, et on peut avoir les mêmes doutes (voir un peu plus, car sous l’effet de l’exaltation on peut facilement tricher pour la bonne cause) sur les pratiques des fédérations acquises à Royal.

  • Pas sûr. Parce qu’en l’occurrence, à l’heure actuelle, il n’y a que chez elle que l’hypothèse scission est envisagée. Les autres, ils veulent rester. Ils sont le PS « Canal Historique », les éléphants, les dinosaures. Pourquoi le quitteraient-ils ?

  • @Olivier

    Eric Dupin a son avis sur la question :
    http://ericdupin.blogs.com/murmures/2008/11/s%C3%A9gol%C3%A8ne-candidate-des-m%C3%A9dias.html

    « Certaines prises de positions s’expliquent sans doute par des calculs partisans. « Le Figaro » sarkozyste a intérêt à faire la publicité de cette opposante rêvée tandis que « Marianne » sert les intérêts de François Bayrou. Mais l’essentiel est sans doute ailleurs. « Ségolène » est surtout une excellente cliente pour les médias. Elle leur permet de raconter de belles histoires: celle d’une femme libre brimée par de méchants apparatchiks, celle d’une star pleine de fantaisie en butte à des rites démocratiques d’un autre âge… »

  • Martine Aubry n’a pas intérêt à trop se montrer elle, il lui faut attendre simplement d’être confirmée dans sa fonction.

    Ségolène Royal ne joue pas du même registre, elle en appelle pratiquement au peuple pour la soutenir dans sa demande de nouveau vote, tout en faisant confiance à la commission et tout en maintenant sa volonté de contester le résultat si l’écart n’est pas suffisant…

    Les médias rapportent l’évènement et en même temps influent sur l’évènement.

    Ségolène Royal qui s’épanouit devant les caméras peut aussi lasser si elle est omniprésente et perdre son statut de victime si elle est trop revendicative…

    Les pro-Aubry/anti-ségo espèrent peut-être qu’elle joue un jeu de dupes à tiroirs et lui laissent toute la place nécessaire pour devenir  » gonflante  »
    alors qu’eux-mêmes restent mesurés et soucieux de rassemblement et veulent se mettre au travail et tout et tout…

  • Oui, bien sur, mais mon hypothèse, totalement farfelue, ça serait qu’elle fasse scission mais en réclamant le label PS qui lui serait « légitimement » du…

  • Dans l’hypothèse de scission du PS, concernant l’appellation ™, il me semble que c’est Manuel Valls qui, il n’y a pas si longtemps, voulait changer le nom du parti. On lui tend la perche !

  • « Ceci étant dit, je ne donne pas cher de leur peau en vue de 2012. A une précision près : y’a un socialiste, en ce moment, qui n’en revient pas d’avoir une idée aussi intelligente en allant prendre un peu de hauteur à Washington… »

    Hé oui, Koz ! Il baise tout ce qu’ il peut, y compris ses camarades de parti.

  • @Epo, t’es sans doute pas fou, la folie n’est pas contagieuse. Je sais que l’attente est longue, mais il n’y a pas de mal à réfléchir. En plus, Koz pense qu’on a rien à dire et on est à 99 coms.

    Ségolène était assez prudente ce matin. Après tout elle se rend compte que la triche a eu lieu des deux côtés et qu’Aubry peut toujours gagner. On sait ce que Royal compte faire si elle gagne. On connaît son plan dans un sens mais pas dans l’autre. Si le PS a besoin d’idées, demandez à Epo, et ce n’est pas le seul…

    Par ailleurs, Ségolène dit que pour être adhérent il n’est pas marqué dans les textes qu’il faut aller à une réunion. Jugez par vous-mêmes d’après cet article des statuts du PS :

    Art. 2.1.4 : Présentation en section
    Tout candidat à l’adhésion est invité à se présenter personnellement devant la section lors de la réunion qui suit la réception de sa demande d’adhésion par le secrétaire de section.

    S’il n’a pu être physiquement présent à la réunion qui suit immédiatement la réception de sa demande, il est convoqué à nouveau pour se présenter lors de réunions suivantes.
    La date d’adhésion au Parti est la date de la demande d’adhésion. Les cotisations doivent être réglées à compter de cette date. La demande d’adhésion est considérée comme caduque si le demandeur, régulièrement convoqué, ne participe pas à la première réunion au cours de laquelle il doit être présenté dans un délai de six mois.

    En cas d’opposition motivée d’un membre de la section, l’adhésion ne peut être refusée qu’après audition de l’intéressé et par une majorité des trois-quarts des présents votant à bulletin secret.
    Les mêmes dispositions s’appliquent aux mutations d’une section à une autre.

    Si elle a pu bénéficier de l’adhésion à €20 en 2006 pour les primaires, elle ne pouvait plus en bénéficier en 2008, car cette adhésion était une offre promotionnelle spécial élections présidentielles et que pour les années suivantes, ces nouveaux membres, après avoir expérimenté le bonheur d’être socialistes, devaient les années suivantes s’acquitter de leur cotisations plein pot, comme le reste des militants. Depuis les présidentielles, ces adhérents ont eu assez de temps pour régulariser leur situation. Ce que beaucoup de ces nouveaux adhérents ne savaient pas c’est que la coti est proportionnelle aux revenus. Si le jour du scrutin, vous vous pointez pour régulariser votre situation en retard de 2 ans, avec €20 dans votre poche, ça ne va pas suffire. Le chef de section peut vous balancer l’article 2.1.4 et vous exiger votre feuille d’impôts!

    Royal découvre le jour où elle peut devenir première secrétaire nationale du PS le fonctionnement du parti…

    Voici un lien sur le sujet : http://www.rue89.com/tribune-vaticinateur/2008/11/22/42-voix-decart-si-ca-se-trouve-jaurais-pu-faire-gagner-royal

  • @PMB : si être favorable à l’économie de marché signifie être de droite, alors tous les partis socialistes européens sont de droite à l’exception du parti socialiste français.

  • Mais Dang, je n’ai jamais dit que j’étais contre l’économie de marché !

    Je souhaite juste qu’il y ait des garde-fous (c’est le mot) qui ont cruellement manqué aux USA et qui font qu’on en est là, au début d’une crise longue et majeure.

    Le marché n’est ni de droite ni de gauche. C’est la façon dont on le traite qui est de droite ou de gauche.

    Bon mais là, j’ai l’impression de recommencer une conversation qui a eu lieu en vain depuis des lustres. Donc j’arrête 🙂

  • Pepito a écrit:

    Par ailleurs, Ségolène dit que pour être adhérent il n’est pas marqué dans les textes qu’il faut aller à une réunion.

    ce n’est pas tout à fait ce qu’elle dit. Elle dénonçait le fait que certains militants avaient été mis à l’écart de certaines réunions de section.

    Pepito a écrit:

    Ce que beaucoup de ces nouveaux adhérents ne savaient pas c’est que la coti est proportionnelle aux revenus.

    j’entends un peu partout que la cotisation serait calculée en proportion des revenus: dans le cas précis de ma section, ce n’est pas le cas. Pour avoir entendu Delanoé débattre autour de cette question, lui même ne semble pas connaitre cette règle de « progressivité ».

    Koz a écrit:

    Bon, sinon, pour les fans, attention, voici Sœur Sourire

    je suis sure qu’elle fait ça juste pour emmerder Aphatie (qui le lui rend bien dans sa note du jour);-)

    Gatien a écrit:

    Mais l’essentiel est sans doute ailleurs. “Ségolène” est surtout une excellente cliente pour les médias

    ah… ça! c’est sur. Sarko et Royal sont les deux faces d’une même pièce. Vous voulez vous débarrasser de Royal? Virez Sarko!! (en plus Bayrou devrait suivre dans la foulée)

  • Pepito a écrit:

    Voici un lien sur le sujet : rue89.com/tribune-vaticinateur…

    Pas facile de bien comprendre ce qui c’est passé dans le cas de Hugues. Nous avons vécu dans notre département une situation assez similaire, bien que rien ne prouve que les mêmes causes aient produit les mêmes effets.

    En bref, pour apparaitre sur les listes d’émargement, il fallait être adhérent PS ou « à jour de cotisation » après le 31 mars 2006. Règle nationale.
    Pour voter, il fallait apparaitre sur les listes d’émargement et s’acquitter des cotisations 2007 et 2008 pour ceux qui n’étaient pas à jour.
    Au niveau de « ma » fédération, la main du secrétaire à ripé sur la date butoir. Il a décalé cette date du 31 mars au 1er Juillet… et aura malencontreusement exclu des listes d’émargement tous ceux qui ont adhéré en 2006, entre mars et Juillet dans l’espoir de désigner le candidat socialiste en Novembre, cette période d’avant primaire ayant été celle d’un pic d’adhésion des « 20balles ». Le déplacement de curseur fédéral a provoqué de facto l’impossibilité pour ces « 20 balles » de pouvoir voter, même si ceux ci étaient prêt à s’acquitter de 2 années de cotisation…

  • Pepito a écrit:

    En plus, Koz pense qu’on a rien à dire et on est à 99 coms.

    Was ?

    gasper a écrit:

    Au niveau de “ma” fédération, la main du secrétaire à ripé sur la date butoir. Il a décalé cette date du 31 mars au 1er Juillet…

    Ca, c’est pas d’bol !
    Laisse-moi deviner, le secrétaire, il a pas voté ségolène, c’est ça ?

  • gasper a écrit:

    j’entends un peu partout que la cotisation serait calculée en proportion des revenus: dans le cas précis de ma section, ce n’est pas le cas. Pour avoir entendu Delanoé débattre autour de cette question, lui même ne semble pas connaitre cette règle de “progressivité”.

    Voici un lien que j’ai finalement trouvé: http://blog.psmeudon.fr/a-propos/cotisations-2007-pour-notre-section-de-meudon/

    Ceux qui touchent les gros salaires de maire de grande ville ou président de région doivent quand même être au courant, non?

  • Euh… Koz ? As-tu vu mon com’ sur Carignon ? parce que je pense qu’en fouillant bien , des tricheries, on va en trouver un peu partout … quand les périodes sont « chaudes »…

  • gasper a écrit:

    ce n’est pas tout à fait ce qu’elle dit. Elle dénonçait le fait que certains militants avaient été mis à l’écart de certaines réunions de section.

    Voici ce qu’elle a dit :

    « … qu’il y a beaucoup qui sont venus pour voter, qui ont régularisé leurs contributions et qui n’ont pas pu voter parce qu’ils n’étaient pas inscrits sur les listes ou tout simplement, qu’avec des règles fantaisistes, qui n’avaient pas pu assister à une réunion de section, par exemple, ce qui n’est absolument pas prévu par les textes. »

  • Olivier, je ne me fais aucune illusion sur la vertu au sein de l’ensemble des partis, et pas spécialement au sein de l’UMP. Mais je trouve juste « savoureux » que l’on affirme que la tricherie est « généralisée » au sein du PS. Voilà, tout de même, globalement, la bonne image qu’ils donnent. Il est plus délicat de faire valoir ensuite son républicanisme lorsque tout le monde a en tête que la fraude est une pratique que nombre de cadres affectionnent.

  • Koz a écrit:

    Christine Guérin affirme tout de go que “la tricherie paraît généralisée dans ce parti“

    Oui, mais qui est la Chevalière Blanche qui profite de cet état de fait semble-t-il pour le dénoncer et demander un nouveau vote clair et incontestable et « sans tricherie » cette fois ???

    Ce qui est terrible dans cette histoire, c’est qu’une pratique généralisée, qui peut tout aussi bien avoir fait gonfler le score de la motion E par exemple (comme le contraire), est maintenant dénoncée par la « victime » se plaignant des « magouilleurs », des gens contre qui « on entend porter plainte éventuellement si nous n’obtenons pas satisfaction », des gens « autoproclamés vainqueurs » (on emploie cette expression pour des dictateurs généralement).

    Ce simple fait, d’ors et déjà, entache la crédibilité d’un deuxième vote que Royal ou même Aubry l’emporte. Si Aubry gagne, Royal a pu finir par gonfler les militants avec ses jérémiades et renforcer son image de diviseuse (même si il est possible qu’elle soit effectivement dans son bon droit finalement). Pour Royal, sa posture lui donne automatiquement le beau rôle, celle qui veut changer « ces pratiques d’un autre age » (des heures les plus sombres ?), etc.

    Bref, il y a des choses comme ça, qui ne peuvent être refaites. Je ne parle même pas d’un revote qui donnerait de nouveau quelques centaines de voix d’écart.

    je pense aussi que Pepito a raison. Beaucoup de choses tournent autour des adhésions. Les chefs des fédés aubryistes ont du recevoir des consignes pour faire appliquer de façon stricte les règlements en matières d’adhésion afin d’écrémer au max les adhérents à 20 balles. Et les Fédés royalistes, des consignes inverses en « aidant » ici et là, des militants à se mettre à jour de leurs cotisations.

    Je réalise en fait que j’ai sous estimé la déclaration publique de Royal qui promettait le remboursement des cotisations aux plus démunis. On pouvait se gausser de cet achat de votes pour le moins bizarre. En fait, ça cachait un enjeu véritable. Royal avait du avoir eu vent des consignes de strict respect du règlement et tentait un peu tard de trouver une parade afin que les « siens » puissent voter. Dans certaines Fédés, certains ont du même « avancer » les cotisation dans les petites sections ou certains ont du ne pas être trop regardant sur les chèques reçus ou les dates. Dans d’autres, une virgule manquante suffisait certainement à vous voir exclure du vote.

    C’est plutôt de ça dont parle Royal lorsqu’elle dit avoir « reçu des milliers de contestation ». Parce que la constatation de tricherie caractérisées par des milliers d’adhérents serait complètement contradictoire avec le faits que la plupart des scrutateurs royalistes ont bel et bien contresigné les bordereaux. Mais évidement, elle évite soigneusement de préciser de quoi elle parle. Encore une fois, cette omniprésence dans les médias visant à réclamer un vote « mais cette fois honnête et incontestable », c’est déjà fausser le vote futur.

  • cotisations: le post de pepito de 16h21 donne un lien sur meudon qui indique les modalités dans le 92, cela peut varier légèrement d’une fédé à un autre…

    en général, il n’y a pas de contrôle sur les revenus, les trésoriers font confiance, d’autant que le cas de couples de militants, la situation familiale, le fait de cotiser à un syndicat, donne des éléments de contexte, d’appréciation…

  • Pepito a écrit:

    voici un lien que j’ai finalement trouvé: blog.psmeudon.fr/a-propos/coti…

    merci pour le lien. De toutes évidences, à Meudon la progressivité s’applique. Apparemment les règles diffèrent d’une fédération à l’autre.

    Koz a écrit:

    Ca, c’est pas d’bol ! Laisse-moi deviner, le secrétaire, il a pas voté ségolène, c’est ça ?

    ben non, le pauvre, là aussi il avait ripé.

    Pepito a écrit:

    « … qu’il y a beaucoup qui sont venus pour voter, qui ont régularisé leurs contributions et qui n’ont pas pu voter parce qu’ils n’étaient pas inscrits sur les listes ou tout simplement, qu’avec des règles fantaisistes, qui n’avaient pas pu assister à une réunion de section, par exemple, ce qui n’est absolument pas prévu par les textes. »

    merci pour la retranscription, mais c’est le « PU » de « qui n’avaient pas pu » qui me fait dire qu’elle sous entend, mis à l’écart. Mais votre lecture est surement la bonne.

  • Pepito a écrit:

    « … qu’il y a beaucoup qui sont venus pour voter, qui ont régularisé leurs contributions et qui n’ont pas pu voter parce qu’ils n’étaient pas inscrits sur les listes ou tout simplement, qu’avec des règles fantaisistes, qui n’avaient pas pu assister à une réunion de section, par exemple, ce qui n’est absolument pas prévu par les textes. »

    Ceci dit, c’est assez bizarre de présenter ça comme un argument en sa faveur, en toute logique. Si des militants n’ont pas pu voter c’est qu’il ne pouvaient pas voter, point barre. Ce n’est pas qu’ils ne pouvaient pas voter Royal. En quoi, normalement cela entacherait le résultat. Sauf à dire qu’ils se baladaient avec une inscription sur le front, je vais voter Royal ? Ou alors, il y a d’autres raisons, qu’en effet, elle se garde bien d’expliquer.

  • Bob a écrit:

    @Epo, parce que les militants à 20€ sont le plus souvent des militants pro-Royal ?

    Bien sur, mais je ne comprendrais jamais les journalistes qui ne relèvent pas ce genre de choses en la poussant à dire les choses clairement.

  • Que de dissonances :

    17h44. Vote «incontestable» dans presque toutes les férédations ? C’est ce qu’affirme Bruno Le Roux, secrétaire national aux élections, qui affirme qu’au vu des travaux de la commission de récolement ce matin, «dans la grande majorité des fédérations, pour ne pas dire la quasi-totalité, le vote s’est passé de façon incontestable». Un écho sensiblement différent de ce qu’affirmaient les pro-Royal présents dans cette même commission.

    http://www.lefigaro.fr/politique/2008/11/24/01002-20081124ARTFIG00271-royal-est-vraisemblablement-victorieuse-.php

  • Eponymus a écrit:

    Bien sur, mais je ne comprendrais jamais les journalistes qui ne relèvent pas ce genre de choses en la poussant à dire les choses clairement.

    c’est vrai que ce doit être le secret le mieux gardé de la République (après le nom du père de l’enfant de rachida Dati, j’veux dire)

  • gasper a écrit:

    c’est vrai que ce doit être le secret le mieux gardé de la République (après le nom du père de l’enfant de rachida Dati, j’veux dire)

    Je ris… Je sens que vous vous gaussez. Tout en sachant très bien ce que je sous-entends par ma remarque, camarade.

  • Eponymus a écrit:

    C’est ce qu’affirme Bruno Le Roux, secrétaire national aux élections, qui affirme qu’au vu des travaux de la commission de récolement ce matin, «dans la grande majorité des fédérations, pour ne pas dire la quasi-totalité, le vote s’est passé de façon incontestable»

    De toutes façons, ce processus n’a pas grand sens : Daniel Vaillant a bien précisé qu’ils ne « refont pas les totaux ». Ils ne font qu’examiner les PV, mais s’il y a une discordance entre les bulletins et les PV, bah, ils ne la verront pas. Quelle que soit la réalité du scrutin, et même si Aubry est effectivement en tête, comment espèrent-ils faire accepter une chose pareille aux royalistes ? Surtout qu’après, c’est le Conseil National, où ils n’ont que 29% qui est chargé de valider le rapport de la commission de récolement… La seule issue serait que les royalistes disent qu’en fin de compte, ils ont crié trop vite et que les contestations sont purgées. Peu probable.

    S’il y a quelque chose à attendre des prochaines heures / prochains jours, ce ne peut être que quelque chose qui interviendrait parallèlement au processus, dans des discussions entre dirigeants.

  • Eponymus a écrit:

    Je ris… Je sens que vous vous gaussez. Tout en sachant très bien ce que je sous-entends par ma remarque, camarade.

    oui je comprends, et je partage votre avis, les médias sont trop cool avec Royal… en ce moment.
    Avant ça, ils ricanaient, puis avant encore, ils la déclaraient morte, finie, encore un peu avant ils la lynchaient, après l’avoir lâchée en pleine campagne présidentielle et juste après l’avoir adoré* dans la période précédente… ne vous inquiétez pas, la roue ne va pas tarder à tourner…

    *je me suis permis d’adapter la formule

  • Je suis bluffée…

    Sur tous les plateaux, dans les commentaires (celui de Reynié le Figaro.fr)
    Ségolène Royal représente maintenant la moitié du PS, moitié caractérisée par un rapprochement avec le centre…

    De quelle moitié est-il question ?

    A quel moment a-t-elle explicité ce que pourrait être un tel rapprochement ?

    Jamais… tout cela est d’une généralité confondante, un flou total, mais ça marche… un mot jeté comme ça, une idée en l’air qu’elle se garde bien de creuser car il faudrait passer la pelle à F.Bayrou et la voilà aujourd’hui représentative du PS moderne.

    Eponymus a déjà fait un commentaire sur ce remarquable tour de prestidigitation ségolien…

  • De quelle moitié est-il question ?

    Elle a fait 50% des voix +/- la marger d’erreur
    Ca fait la moitié non ?

    moitié caractérisée par un rapprochement avec le centre…

    ça effectivement, c’est un bobard de première.

    Mais pour monter une alliance de Gérard Filoche à Michel Rocard, c’est ce que les apparatchiks Cambadélis, Bartolone, Hamon & cie ont trouvé de mieux.

  • @ Carre

    C’est de ça que tu parles ?

    « Ségolène Royal a jugé ce soir sur Canal + qu’il était « bien dommage » que la commission de récolement du Parti socialiste chargée de passer au crible les litiges du vote interne du 21 novembre, ait suspendu ses travaux et elle a renouvelé son appel à un nouveau vote.

    « Ce qui m’étonne, c’est que ses travaux soient suspendus et reprennent à 14H00, c’est un peu embêtant », a déclaré la présidente de Poitou-Charentes, alors que la commission présidée par l’ex-ministre Daniel Vaillant a annoncé qu’elle se réunirait à nouveau demain à 14H00. »

    C’est un peu embêtant en effet. Ils auraient repris leurs travaux vers 10h15, voire même 10h17 à l’extrême rigueur, ça aurait été moins « embêtant ».

    Voilà les news, voilà la déclaration de Royal ce soir… non « challengée », non « discutée » par la presse… C’est comme ça, c’est embêtant.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/11/24/01011-20081124FILWWW00586-ps-royal-veut-toujours-un-nouveau-vote.php

    @ Gasper

    Réponse facile. Vous savez très bien qu’il y a une énorme différence entre attaquer et brocarder quelqu’un et lui demander d’être explicite, de clarifier, de cesser la langue de bois juste 5 minutes et de s’expliquer vraiment.

  • si j’ai bien compris, la commission s’est fait communiquer les 3000 PV des votes dans les sections, et doit « simplement » les additionner et voir comment traiter les éventuelles remarques qui y sont apposées…

    dans la mesure où chaque candidate a des délégués qui ont pu travailler (ou faire remarquer les difficultés…)
    c’est suffisant, il n’y a pas besoin des bulletins

    c’est le même processus que dans les élections nationales normales…

  • Interrogé sur les déclarations du camp Royal qui assure que 40 fédérations posent problème (voir plus bas), Daniel Vaillant, président de la commission de récolement, a sobrement répondu «non». Alors qu’il quittait la réunion pour cause d’«obligations municipales», l’ancien ministre de l’Intérieur a commenté: «C’est un travail studieux, respectueux, il n’y a aucun drame. On n’a pas refait les totaux, on n’est pas là en comptables»

    Je suis assez d’accord avec vous Epo, mais que fait la presse???

    sinon, j’ai une bonne nouvelle, vous avez une majorité de français de votre coté:

    Une forte majorité de Français (71%) et de sympathisants socialistes (66%) estiment que Ségolène Royal a tort de ne pas reconnaître sa défaite, selon un sondage BVA France Inter publié lundi. 71% des personnes interrogées donnent «tort» à Royal, tandis que 21% estiment qu’elle «a raison de refuser de se laisser faire». 8% ne se prononcent pas.

    je reste du mien.

  • conclusion de l’étude BVA:

    « Cette perception, qui confirme une autre étude publiée ce matin dans le Figaro (et qui montre que les Français veulent que l’on accepte le résultat tel qu’il est) est partagée à plus de 60% par toutes les catégories de population.

    Si elle était aussi celle des adhérents socialistes (ce que nous ne pouvons pas savoir à travers ce sondage), déjà appelés trois fois aux urnes en l’espace d’une semaine, accepter l’idée d’un nouveau vote serait presque tactiquement habile pour le camp de Martine Aubry. Surtout si la commission de demain mardi valide sa nomination. Elle bénéficierait ainsi d’une forme de double victoire et de double légitimité qui lui permettrait de ne pas avoir à partager un peu du pouvoir avec son adversaire. Mais ce pari est sans doute très/trop risqué pour que la Maire de Lille ne le prenne ».

  • Incroyable, je suis tout à fait d’accord avec Jean-Michel Apathie ! (signe que c’est vraiment le bordel en ce moment…)

    Il faudrait, pour tenter de comprendre la scène, repérer les origines de la débâcle de ce grand parti. On pourrait, arbitrairement, les localiser à l’été 2002. J’ai encore en mémoire la chape de plomb qu’avait installé les dirigeants d’alors (Hollande, Fabius, Strauss-Kahn, Delanoë, Aubry et tous les autres) pour éviter de scruter les raisons de la raclée reçue au printemps précédent, lors de l’élimination de Lionel dès le premier tour de l’élection présidentielle. Refusant d’analyser les causes de la défaite, ces dirigeants là prenaient le risque de se couper de leurs électeurs, de comprendre leur message. Ils le firent, à l’époque, pour la plus mauvaise des raisons; Il s’agissait, surtout, de repousser le plus loin possible le débat sur le leadership. Jospin parti, qui pouvait le remplacer? Tous les barons du PS s’entendirent pour laisser François Hollande à la place qui étaient la sienne, premier secrétaire du plus petit dénominateur commun d’un parti qui, depuis ce moment, n’a plus produit d’analyse pertinente et réaliste de l’évolution e la société française.

    http://blogs.rtl.fr/aphatie/index.php/post/2008/11/24/Elle-et-elle-ont-perdu-24/11

  • Ce qui est le plus incroyable c’est que je suis aussi d’accord avec toi et avec apathie… c’est une constatation qui a été faite mille et une fois et qui amène directement à la situation présente avec un point qui n’était pas prévu, la personnalité de SR.

  • gasper a écrit:

    je reste du mien.

    Vous êtes pas royaliste au moins ?

    gasper a écrit:

    Je suis assez d’accord avec vous Epo, mais que fait la presse???

    En effet, d’ailleurs :

    « 21h06 : Les «royalistes» haussent le ton. Les partisans de Ségolène Royal menacent de «saisir la justice» et d’«appeler à une manifestation devant» la rue de Solférino -où est situé le siège du PS – si la commission de récolement ne prend pas en compte leurs requêtes, annonce François Rebsamen, numéro 2 sortant du PS et soutien de Royal.

    Dénonçant des «manipulations», le maire de Dijon a exigé que cette commission se saisisse du cas des scrutins à Lille et en Guadeloupe, dans une déclaration à l’Agence France-Presse. «Nous [lui]donnons jusqu’à mardi 14h [ndlr : heure de la prochaine réunion de la commission] pour prendre en compte nos remarques», écrit-il. «Faute de quoi nous saisirons la justice et appellerons à une manifestation» devant le siège du parti à Paris. »

    http://www.lefigaro.fr/politique/2008/11/24/01002-20081124ARTFIG00271-royal-est-vraisemblablement-victorieuse-.php

    C’est quoi cette histoire des 14 heures ? Ca porte malheur 14 Heures ? C’est quoi ces pressions ? C’est quoi ce cirque ???

    Comme cette plainte déposée à Lille par une militante royaliste contre X (mais visant la fédération du Nord) pour une erreur d’une seule voix en défaveur de Royal – une seule ???

  • Décidément, j’avais bien choisi mon titre. Pour un peu, ils prendraient d’assaut le PS ! Reynié disait, dans Le Figaro, que les socialistes étaient devenus irréconciliables. Comment pourraient-ils aujourd’hui travailler ensemble après que certains aient appelé à manifester contre leurs propres « camarades » ? Ca devient ahurissant.

  • Koz a écrit:

    Décidément, j’avais bien choisi mon titre.

    Je soupçonnerais presque l’éditorialiste du Fig de s’être inspiré de ton billet…

    Alors franchement, personnellement, je m’attendais un peu au pire, du moins à la menace du pire (ce qui est déjà pas mal) mais lancer un ultimatum dans ces conditions, c’est une provocation inouïe.

    Si, j’ai bien suivi le fil, la commission interromps ses travaux vers 17 h 15 et avec l’accord de tout le monde (y compris avec l’accord des royalistes présents) et décide de se réunir le lendemain à 14 H. No big deal. Tout le monde sort et y va de sa déclaration. Bruno Leroux semble malgré tout minimiser les « problèmes » : «dans la grande majorité des fédérations, pour ne pas dire la quasi-totalité, le vote s’est passé de façon incontestable». Bref. Tout le monde se quitte et rendez-vous à 14 H pour le lendemain.

    Ensuite SR trouve ça « embêtant » sur Canal +…

    Et là, un… ultimatum prononcé par Rebsamen le placide en personne (je dois me pincer) avec les deux pires moyens : manif et recours judiciaires. Une manifestation devant le siège de Solférino !!! Il vont en venir aux mains… ? Non là, juste pour la sauvegarde de ma santé mentale j’aimerais comprendre pourquoi AVANT 14 heures… Please, Gasper, quelqu’un…. Allo… Help…

  • Rha, Epo: 14*3=……. 42!

    Pourquoi 3? pour 3ème tour, off course.

    Le « big deal », c’est que pour tous ceux qui sont dans le soupçon permanent du « vol » de l’élection, tout retard est un signe de plus que les instances en charge ne prennent pas la mesure de l’énormité du sacrilège. Travailler, jour et nuit, compiler chiffres, listings, signatures, interroger les chefs de sections, les responsables de bureaux, les adhérents… c’est le minimum qu’est en droit d’attendre tout camarade qui se sent trahi par le parti des mains blanches et des cœurs purs.

  • Oui Philo, certes, dans l’esprit c’est quelque chose comme ça… mais, c’est l’énormité du remède qui va tuer le malade qui me laisse perplexe comparé à la relative faiblesse de l’exigence. Je veux dire, c’est forcement tactique. Ca ne peut pas être un simple coup de tête.

    J’aurais compris si la déclaration avait été : « la commission refuse de prendre en compte telle et telle remarque de notre part », sortir en claquant la porte et faire ce genre de déclaration…
    Ou alors après que la Commission ait rendu son rapport final qui serait défavorable à Royal. Ca serait fou, mais plus jouable et justifiée. Même si Royal n’a eu de cesse de proclamer qu’elle faisait entièrement confiance à la Commission. mais soit…

    Mais là… tout est fait après coup – des heures après la fin de session à l’issue de laquelle tout le monde se quitte sur un rendez-vous pour le lendemain pour finir le boulot. C’est ça qui touche à l’absurde. Ca donne l’impression d’un gros brainstorming de plusieurs heures sur « comment reprendre la main et faire exploser le truc »… puis, sur le coup de 20 H un plan média avec Canal d’abord, et ensuite la déclaration encore plus dure de Rebsamen : la manif, l’arme ultime pire que la justice, le troisième tour dans la rue façon Besancenot un lendemain d’élection de Sarkozy… Les pavés, la plage dessous, les banderolles et tout… Je vois d’ici Solferino appeler MAM pour lui demander un cordon de CRS. Je comprends mal ce suicide.

    Je serais Vaillant, je sortirais un truc absurde du genre : « suite aux protestations de M. Rebsamen (tjrs n° 2 du PS dans l’histoire (!)), nous allons commencer nos travaux à 13h45. » J’examinerais les requêtes et tout sur le même rythme, avec le même sérieux. Et puis quoi ? L’ultimatum serait passé et alors quoi ?

    Franchement, soit ils sont idiots et je les surestime, soit ils ont un plan que pour une fois j’arrive pas à cerner tellement il est fin et recherché.

  • jmfayard a écrit:

    De quelle moitié est-il question ?

    Elle a fait 50% des voix +/- la marger d’erreur Ca fait la moitié non ?

    J’avais saisi le côté mathématique de l’histoire mais c’est un peu comme les 17 millions de voix que SR remet régulièrement sur le tapis…

    Elle ne représente pas 47% des français !

    Je ne vois pas en quoi le score à pratiquement 50/50 diviserait politiquement et durablement le PS en deux camps irréconciliables,les alliances internes du PS ne sont pas gravées dans le marbre.

    Ce qui est nouveau, c’est la manière dont SR conteste le fonctionnement du parti dont elle veut prendre la tête, jusqu’à brandir les plaintes et les appels à manifestation.

    Curieusement, ce fonctionnement  » d’un autre âge  » ne lui posait pas problème avant, au temps des François…

    Ce même parti n’était il pas formidable quand elle a été désignée candidate à la présidentielle, qui oserait dire que la fraude y sévissait ?

    Le PS n’est pas plus divisé qu’avant, mais SR joue d’abord son jeu et selon ses règles, elle dénonce, elle suspecte, elle condamne…

    Dans l’émission  » Mots croisés  » hier soir, Olivier Duhamel, des trémolos dans la voix, faisait appel à la responsabilité des dirigeants socialistes au moment où la future loi sur l’audiovisuel va mettre en péril le service public…!

    Pour remotiver les troupes rien de tel que de sortir les banderoles et défiler pour défendre le service public !

  • J’ai consulté mon homonyme le Dr Pepito, voici ce qu’il recommande :

    « Mme Royal doit continuer à prendre le diazépam, commercialisé sous la marque Valium® par un laboratoire suisse, c’est encore aujourd’hui un des tranquillisants les plus utilisés au monde.

    Si l’oubli de diazépam date de moins de 2 heures, elle doit prendre la dose habituelle. Au-delà de 2 heures, il convient d’attendre la prochaine prise.

    Attention : Ne pas doubler la dose! “

  • Eponymus a écrit:

    Franchement, soit ils sont idiots et je les surestime, soit ils ont un plan que pour une fois j’arrive pas à cerner tellement il est fin et recherché.

    Je pense que le plan est le même depuis le début: montrer que le parti est contre Ségolène Royal, c’est à dire contre le renouveau et in fine contre les braves camarades militants (sans mentionner l’avenir de la Frraaance). Et pour ce faire, il faut dévoiler toute la vieille machine et les vieilles machinations des instances dirigeantes quelles qu’elles soient (i.e.: toutes sans exception y compris les cellules locales (sauf celles qui penchent pour Royal))

    Extrait d’un article du Figaro paru le 25/11, mis à jour à 7h40 (je graisse):

    Elle les reprendra mardi à 14 heures et, à leur issue, transmettra un rapport au conseil national du PS qui se réunit mardi soir à 18 heures à la salle de la Mutualité à Paris. Un vote tranchera, d’aucuns espèrent définitivement, entre la validation de l’élection de Martine Aubry et l’organisation d’un nouveau scrutin auprès des militants.

    Dans ce conseil national, Ségolène Royal n’est pas majoritaire. Elle est soutenue par 31 patrons de fédération contre 21 pour Martine Aubry, mais qui peut compter sur les 15 de Benoît Hamon et une partie des 34 de Bertrand Delanoë. La présidente de Poitou-Charentes a d’ores et déjà assuré lundi soir que «le conseil national, dans l’état actuel des choses, ne peut pas statuer», tout en s’étonnant de la suspension des travaux. Un membre explique : « Si nous les avons suspendus, c’est bien qu’il n’y a pas grand chose. Si nous avions dû recompter les voix, nous y serions encore. » Côté aubrystes, on estime que même en annulant le scrutin dans les fédérations litigieuses, la maire de Lille reste en tête.

    Et le remarquable Vincent:

    «Si la commission de récolement et le conseil national refusent de refaire un vote, ce sera un passage en force, un coup d’État», a prévenu Vincent Peillon, le bras droit de Ségolène Royal.

    Donc, reprendre à 14h, c’est indiquer au Conseil National de 18h: « circulez, y a rien à voir ». Hors, il y a forcément à voir puisque Ségolène n’a pas gagné (elle n’a évidemment pas perdu). En fait, Royal et ses sujets prennent un temps d’avance pour décrédibiliser ce qui sortira du Conseil. Sauf (j’insiste sauf) si d’ici là eux-même et personne d’autre lancent une nouvelle direction pour sortir de la crise.

    Ségolène se retrouverait à la fois dans la rôle de la victime du parti (et non des personnes, tout le monde s’aime), de l’instigatrice de l’aggravation de la crise en sous-marin tout en gardant les main propres (merci Valls, Mignard, Peillon et maintenant Rebsamen), et finalement si elle apporte une solution, elle serait la salvatrice, qui pourrait éventuellement ne pas prendre la tête du parti mais celui-ci devrait alors lui en être éternellement reconnaissant (par, entre autres, la nomination dans un fauteuil pour 2012).

    En gros, elle a réussi à faire qu’elle soit la seule à pouvoir apporter une solution à la crise qu’elle a elle-même orchestrée, grâce à une triple menace d’effondrement du parti: l’opinion publique à travers les médias, la rébellion des militants et l’appel à la Justice.

    Hors Elle, point de salut.

  • Bon, moi je propose la solution suivante :

    On trouve un champ bien plat et suffisamment boueux. Et on demande à chacun des deux camps de choisir leurs 25 plus costauds. On définit un point Zéro sur le champ, et une limite à 10 mètres de part et d’autre.

    Enfin, on leur donne une bonne grosse corde de bucheron ; Et hop, les 25 de chaque coté et … chaque équipe tire sur la corde de son coté. On attend de voir qui va gagner…

    Maintenant, faut choisir qui mettre dans les équipes ! 🙂

    Et ainsi, on sera sûr que le plus fort sera gagnant…

    ps : faudra faire gaffe que Bayrou ne vienne pas trafiquer la corde hein !

  • à Carredas,

    Ce mauvais fonctionnement du PS n’est pas nouveau du tout, juste mis sur la place publique.

    Vous évoquez l’investiture de 2007 ; j’en parlais justement plus haut : lors de cette élection interne, les dirigeants actuels du parti socialiste avaient, dans leur grande sagesse, réajusté à la hausse le score décevant de Laurent Fabius pour ménager son avenir politique (cf une enquête du Point qui avaient mis à jour ces pratiques).

    Evidemment l’influence de ces archaïsmes n’est pas la même quand il y a des écart de l’ordre de 42% des voix (entre Fabius et Royal) ou de 42 voix (entre Aubry ou Royal).

    Mais il y a une constante dans tout ça, qui est qu’un parti, qui n’a de sens que s’il peut contribuer à approfondir la démocratie dans ce pays, a l’impératif catégorique de commencer par faire le ménage chez lui. Donc tant mieux si ces pratiques sont mises au grand jour, même si c’est évidement très pénible sur le moment. Après tout, on organise régulièrement des élections sans heurts avec des dizaines de millions de français, il doit donc être possible en passant quelques mois à travailler dessus de le faire pour une centaine de milliers de militants.

  • @jmfayard

    Vous connaissez le PS moi non.

    Si vous pensez que ces règlements de comptes peuvent amener une mise à plat de pratiques douteuses, alors à quelque chose malheur sera bon…

    Mais la probité, la transparence, le désir de simplifier et de garantir les votes au PS devrait venir des militants, pas d’une candidate déçue.

    Or il semble que les militants, relativement peu nombreux, soient souvent  » bénéficiaires  » du système, ou j’ai mal compris ?

  • Tiens, tiens. Nouvel article, AFP (je graisse):

    Vincent Peillon, bras droit de Ségolène Royal, a affirmé mardi qu’il n’y avait plus que « quatre voix d’écart » entre Martine Aubry et Ségolène Royal au moment où la commission de récolement du PS a suspendu ses travaux lundi en fin d’après-midi.

    […]

    M. Peillon a regretté que la commission de récolement, chargée d’examiner les litiges sur le vote des militants pour l’élection du nouveau premier secrétaire, se soit « interrompue bizarrement à 17H00 » alors même « qu’il y a encore des suspicions sur plusieurs centaines ou milliers de voix ».

    […]

    Pour M. Peillon, « il n’y aura pas de solution arithmétique » au contentieux entre les deux candidates. « Il faut donc renoncer à proclamer ce soir une nouvelle premier secrétaire » et « construire ensemble une procédure qui permette de revoter dans des conditions qui assureront la légitimité de celle qui sera désignée par ce vote », a-t-il expliqué. Le PS doit « respecter l’Etat de droit et si ce n’est pas le cas nous nous adresserons à la justice républicaine », a-t-il prévenu. « Ce n’est pas une République bannière et ce n’est pas le mensonge médiatique organisé par quelques malfaisants qui va faire plier ceux qui considèrent que la rénovation et le vote doivent être respectés », a-t-il dit.

    Qui organise le « mensonge médiatique »?

    Dixit la commission qui n’a rien rendu d’officiel: «On n’a pas refait les totaux, on n’est pas là en comptables». Elles viennent d’où les 4 voix? De Rome? (Toutes les voies… 😉 )

  • Philo a écrit:

    Dixit la commission qui n’a rien rendu d’officiel: «On n’a pas refait les totaux, on n’est pas là en comptables».

    Sans accorder plus de crédit aux propos de Peillon, je trouve assez surprenant qu’une commission dont l’objectif affiché en début de semaine était, selon François Hollande le suivant:

    « S’il doit y avoir des contestations, des rectifications », elles seront « enregistrées dans le cadre d’une commission qui se réunira dès lundi », a dit le Premier secrétaire sortant. « Elle reprendra tous les procès-verbaux venus de toutes les fédérations (…) pour éviter la moindre réserve, la moindre contestation ».
    Ensuite, « le Conseil national mardi soir » pourra « se prononcer sur le résultat et finalement valider ou ne pas valider » les résultats annoncés tôt samedi matin. « Il y a sans doute des corrections à faire. Elles seront enregistrées », a-t-il promis.

    Pourquoi ne pas mener ce travail de recomptage?

  • @ Philo

    Ah maintenant je comprends mieux… ça laisse plus de questions supplémentaires que ça ne donne de réponses, mais c’est plus compréhensible malgré tout. Ceci dit, pourquoi tout allait bien à 17 et plus à 20, c’est encore une autre question.

  • Eponymus a écrit:

    Vous êtes pas royaliste au moins ?

    vous posez sérieusement la question?

    Eponymus a écrit:

    Comme cette plainte déposée à Lille par une militante royaliste contre X (mais visant la fédération du Nord) pour une erreur d’une seule voix en défaveur de Royal – une seule ???

    Il s’agit en fait d’une Pro-Aubryiste qui avait annoncé les résultats locaux en signalant 1 vote blanc. Lorsque les chiffres sont remontés au niveau fédéral, le vote blanc avait été transformé en vote Aubry. Elle a envoyé un mail à la fédération pour demander le rectificatif, sans réponse de leur part. Elle a déposé une plainte. Quelques minutes plus tard, elle était informée par mail que la rectification avait été prise en compte.

    Eponymus a écrit:

    Et là, un… ultimatum prononcé par Rebsamen le placide en personne (je dois me pincer) avec les deux pires moyens : manif et recours judiciaires. Une manifestation devant le siège de Solférino !!! Il vont en venir aux mains… ? Non là, juste pour la sauvegarde de ma santé mentale j’aimerais comprendre pourquoi AVANT 14 heures… Please, Gasper, quelqu’un…. Allo… Help…

    je suis aussi perplexe que vous quant à la stratégie des pro-Royal… pas la moindre idée de ce vers quoi mène la guerre médiatique qu’ils sont en train de livrer

  • @Philo

    Sans doute une question de mauvais esprit, mais je vois mal SR dans une stratégie aussi élaborée qui implique renoncer maintenant pour mieux gagner demain…

    Cela nécessiterait une souplesse qu’elle n’a pas selon moi, mais faut voir…

  • Un post chez Diner’s Room qui indique pourquoi le Conseil National de ce soir peut être invalidé car il ne peut statutairement délibérer sur la légitimité du Premier Secrétaire. Pour nourrir le débat…

  • Pingback: Koztoujours, tu m’intéresses ! » Le pire tout pire

  • gasper a écrit:

    je suis aussi perplexe que vous quant à la stratégie des pro-Royal… pas la moindre idée de ce vers quoi mène la guerre médiatique qu’ils sont en train de livrer

    Ma petite théorie perso: qu’est-ce que le PS? Une marque, un trésor de guerre qui va avec et un appareil. Ségolène Royal sait bien que pour gagner l’élection présidentielle (seul objectif valable), elle doit s’appuyer sur un « grand » parti (comprendre riche). Donc, elle cherche à prendre au PS la marque, le magot mais il y a un hic et pas des moindres: l’appareil.

    En effet, non seulement la composition du PS gène Ségolène Royal parce que dans la lutte des courants, elle n’est pas majoritaire et dans les luttes de pouvoir, à tous les étages, ceux qui ont intérêt à ce qu’elle se casse la gueule sont plus nombreux que ceux qui misent sur elle. Par ailleurs, la structure même du PS, jusque dans ses ramifications locales ne correspond pas (plus) à sa vision de la politique: cotisation à 20€, débats participatifs, déménagement du siège (etc) sont autant d’éléments qui ne peuvent être mis en place pour façonner le parti tant que le PS garde sa machinerie du 20ème siècle.

    Donc, pour avoir un parti à sa main (comme on fait un outil à sa main), il fallait absolument que l’appareil saute, tout en se préservant de la scission qui risque de faire perdre la marque et diminuer les subsides. Tout le remue-ménage médiatique ne sert qu’à ça. Déshabiller complètement le PS, exposer chaque cassure, fêlure, point de rouille, de façon à ce que tout retour en arrière soit impossible (le sujet est trop juteux pour les médias pour qu’ils laissent le PS retourner à ses petites affaires).

    La seule possibilité pour sortir de la crise, c’est donc la fuite en avant, la reconstruction, le renouveau, la résurrection. Qui s’est présentée comme la championne d’un ordre juste dans un parti renouvelé? Le Sauveur ne peut être que Ségolène. Et le pire (ou le mieux pour elle), c’est qu’elle n’a même pas besoin qu’on lui donne les clefs ce soir, ni dans un mois. Elle en a juste besoin en 2011 et d’ici là, soit le parti est à Elle, et elle le refaçonne complètement (qui pourrait encore lui tenir tête si on lui donne raison dans les jours qui viennent); soit le réflexe de survie fonctionne à plein chez les éléphants et c’est Aubry qui s’y colle. Attendons-nous à un travail de sape permanent de Royal pour mettre en place SA structure du PS (débats et autres) en usant les sections les unes après les autres pour enfin arriver auréolée de son statut d’unique rédemptrice face à Nicolas Sarkozy en 2012.

    carredas a écrit:

    Sans doute une question de mauvais esprit, mais je vois mal SR dans une stratégie aussi élaborée qui implique renoncer maintenant pour mieux gagner demain…

    Elle joue gagnant-gagnant. Soit elle a la PS tout de suite, soit elle le rôti petit à petit pour qu’il soit cuit en 2011.

  • revoter au PS?
    le vote du 21??
    ah non demandera benoît, celui du 20!
    ah non demandera bertrand celui du 6!
    si c’était pas fiable le 21, c’était pas mieux avant!!
    alors on rembobine le film, on recommence tout,
    on revient 6 mois en arrière?
    avec une nouvelle campagne…
    et des mois de débat…
    pendant ce temps là, NS engrange…
    bayrou prépare sa campagne européenne…
    et les médias soufflent les feux de la discorde…

  • Philo a écrit:

    Qui organise le “mensonge médiatique”?

    Sur ce sujet, j’ai entendu dire que c’était le camp Royal qui avait, le premier jour de travail de la commission de récolation, demandé à ce que l’on commence par examiner leurs réclamations. Arrivé à ce faible écart en fin de journée, ils auraient demandé la suspension des travaux.
    Du coup, forcément, le lendemain, le camp Aubry balance ses réclamations, et le compteur rebascule dans l’autre sens (au « 102 voix » final).

    De ce grand déballage pathétique, on peut espérer effectivement qu’il en sorte quelque chose de bon, une prise en compte plus démocratique du vote de la base, mais ça me paraît très très optimiste.

    Moi, j’ai l’impression que l’enjeu de la bataille est de savoir qui triche le mieux.
    Magouilles à tous les étages, hélas. Comme le disait un commentateur plus haut, ce qui n’était pas prévu, c’est qu’un score si serré révèle au grand jour toutes ces pratiques.
    Malheureusement, je pense que la chose politique nourrit les ambitions, et que pour le pouvoir (du secrétaire de section au Premier Secrétaire Présidentiable), de nombreuses personnes sont prêtes à mettre la probité de côté. Ce constat, je ne le fais pas aujourd’hui. Il m’en faudra un peu plus pour me dégoûter de la politique. Mais je ne suis pas fier de mon parti aujourd’hui.

  • Philo a écrit:

    Donc, pour avoir un parti à sa main (comme on fait un outil à sa main), il fallait absolument que l’appareil saute, tout en se préservant de la scission qui risque de faire perdre la marque et diminuer les subsides. Tout le remue-ménage médiatique ne sert qu’à ça. Déshabiller complètement le PS, exposer chaque cassure, fêlure, point de rouille, de façon à ce que tout retour en arrière soit impossible (le sujet est trop juteux pour les médias pour qu’ils laissent le PS retourner à ses petites affaires).

    Plus j’y pense et plus je me dis que cette théorie est audacieuse mais crédible. Sauf qu’il s’agit là d’objectifs que peut poursuivre Ségolène Royal, mais pas les barons locaux qui la soutiennent. De ce point de vue, il est significatif que le premier partisan de Royal à avoir sifflé la fin de la récréation soit J.N.Guérini. Il a dû trouver que le grand déballage sur les bidouilles du vote allait trop vite et trop loin à son goût.

  • Gwynfrid a écrit:

    Sauf qu’il s’agit là d’objectifs que peut poursuivre Ségolène Royal, mais pas les barons locaux qui la soutiennent.

    Gwynfrid a écrit dans « Le pire tout pire »:

    Mais le soutien apporté à Royal par plusieurs grands barons locaux est difficilement conciliable avec cette théorie. Ils ne souhaitent certainement pas la casse de leur appareil local.

    Ma théorie se plaçait effectivement uniquement du point de vue de Royal. La nouvelle vidéo de Royal (citée par Koz dans pire tout pire) semble aller dans ce sens. L’article du JDD sur cette même vidéo est intéressant.

    Un nouveau courant au PS? On pourrait presque parler d’un Etat dans l’Etat. « La transformation, le changement, nous allons le faire là où nous sommes implantés », prévient Ségolène Royal qui compte s’investir « à fond ».

    Le travail de sape commence.

    Quant aux barons, la mise à nu du PS n’était sans doute ni leur objectif, ni leur intérêt mais, en plus d’avoir choisi de soutenir une candidate dont ils pensaient qu’elle pourrait être la prochaine présidentiable (et donc distribuer les portefeuille en cas de victoire), ils se sont peut-être faits avoir par la technique de sous-marin pré congrès de Royal: pas de motion à son nom (elle a phagocyté celle de Collomb), une candidature mise « au frigidaire » (un frigidaire, ça s’ouvre et se referme à volonté, même pas besoin d’attendre la décongélation).

    Le résultat si serré et les errements qui ont suivis étaient difficilement prévisibles. Je n’irais d’ailleurs pas jusqu’à dire que tout ceci était planifié depuis le début par Royal et ses intimes (dont les barons ne sont pas). Elle a vu une opportunité pour son jeu de 2012, elle a foncé. C’est là où elle a peut-être été sous-estimée par quelques uns: ils pensaient certainement que, ayant besoin du parti pour 2012, elle le préserverait en l’état. Hors elle veut le parti à sa main.

    Les barons qui ont pensé miser sur le bon cheval, n’ont pas perdu (au contraire d’un Valls). Guerini ou Collomb n’ont pas besoin de Royal pour exister, connaissant parfaitement l’appareil et ayant un pouvoir local important, ça va redevenir « business as usual » hors et dans le PS.

  • Philo: précisément sur ce sujet, voir ce billet de Jules. Si les intérêts des Guérini, Collomb, etc, ne coïncident plus avec sa stratégie, alors Royal est en moins bonne posture que je ne le pensais au premier abord.

  • Gwynfrid, merci pour le lien. Effectivement, les soutiens de poids dans le parti vont peut-être venir à manquer pour Ségolène. Pour le moment, elle a encore les médias pour exister et un certain capital de sympathie dans la population. Je pense qu’elle va concentrer ses efforts sur les militants-adhérents (suivant la distinction d’Epo), ce qu’elle semble indiquer dans sa vidéo. Moins elle aura de soutien en haut, plus elle aura besoin de soutien en bas. Ça fait beaucoup de travail à fournir en perspective.

    Est-ce que ça sera suffisant pour 2012? A suivre…

  • Philo a écrit:

    Est-ce que ça sera suffisant pour 2012? A suivre…

    Ce sera probablement suffisant si Aubry premiersecrétairera le PS aussi mollement que Hollande.
    Je n’arrive pas trop à croire au retour de DSK. C’est le favori « des Français » selon les sondages, mais du tout celui des sympathisants.
    Je n’arrive pas à en repérer un, dans la bande des quadra, qui me paraisse avoir la carrure pour s’imposer au premier plan.

  • Pingback: Fraudes au parti s(adoma)socialiste « Pensées d’outre-politique

  • Si le PS saute, le scénario est clair: l’aile gauche se ralliera à Besancenot, l’aile droite au Modem.
    Au premier tour de l’élection présidentielle, le modem, sans concurrent sérieux, arriverait au second tour et rermporterait l’élection. Au cas contraire, j’ignore qui l’emporterait entre NS et besancenot. probablement sarko.

Les commentaires sont fermés