Non, pas de résultats avant 20 heures.

Peut-être cette bulle polémique vous a-t-elle échappé. Il en serait de celle-ci comme de nombreuses polémiques qui agitent les blogueurs et laissent de marbre la communauté citoyenne qui, en fin de compte, ne s’en portent pas plus mal. Seulement voilà, celle-ci prend un peu d’ampleur, déborde dans les medias traditionnels et me semble, de plus, symbolique de conceptions citoyennes divergentes.

Deux blogueurs – s’il faut les appeler ainsi – dont je tairai le nom, ont affirmé haut et fort avoir l’intention de communiquer les résultats sortis des urnes dimanche soir (et le 6 mai également) avant 20 heures.

Versac s’y oppose. Et a même proposé d’agrémenter l’austère interface de nos blogs d’un petit logo, qui orne le mien depuis quelques jours, marquant notre volonté de ne pas nous associer à cette démarche.

Il faut dire aussi que certains articles de presse ont le don de mettre en pétard les blogueurs que nous sommes. Ainsi « des blogueurs » auraient annoncé leur volonté de communiquer les résultats avant 20 h. Ce qui fit bondir Autheuil, rejoint dans son bond par Versac. Et je bondis à leur suite. Faut-il les appeler de « faux blogueurs« , ces journalistes, éditeurs, chroniqueurs ? Toujours est-il qu’ils n’ont pas « émergé » depuis Internet. Ils ont acquis leur notoriété par d’autres activités, polémiques pour l’un comme pour l’autre, et ont ensuite ouvert un blog. Un chef d’entreprise qui écrit un livre devient-il pour autant un écrivain ? Richard Virenque est-il cycliste ou écrivain ? Le débat n’est que de peu d’intérêt et chacun comprendra bien que le sens de la démarche n’est pas précisément le même.

D’où l’ire qui saisit le blogueur : messieurs des medias, ne prenez pas l’initiative de deux aparatchiks de la société du spectacle pour celle « des blogueurs » !

Et si vous crevez d’envie d’afficher vous-mêmes sur vos sites les résultats avant l’heure, assumez vos turpitudes et ne vous cachez pas derrière les blogueurs. Versac a dénoncé à plusieurs reprises cette tentation horripilante des medias de se saisir des frémissements de la blogosphère pour s’autoriser à divulguer ce que cette foutue déontologie, et cette saloperie de souci de crédibilité, leur interdit d’annoncer les premiers.

Une fois de plus : non, ce n’est pas l’initiative « des blogueurs« , au demeurant si divers qu’il est vraiment vain de distinguer une volonté commune. C’est l’initiative de deux professionnels des medias actifs sur le Net qui pédalent sec pour trouver de hautes motivations à leur quête de notoriété. Eh oui, les mecs, ils sont des vôtres !

Versac est, ce matin, sur Europe 1, pour porter la voix de ceux qui ne s’associent pas à cette tartufferie. Et je vous conseille son billet, fort bien balancé.

Quant à moi, vous le savez probablement, je suis avocat. La loi, je la fréquente au quotidien. Je sais ses faiblesses, je sais ses imperfections, je sais ses volontés mal traduites, je sais ses objectifs inatteignables et je connais aussi l’inévitable temps d’adaptation qui est le sien.

Et je sais, aussi1, distinguer la lettre de l’esprit du texte.

Alors, non, ne nous cachons pas derrière son inadaptation. Ne nous cachons pas derrière les sites belges et suisses qui, eux, n’y sont pas soumis. Ne nous cachons pas derrière la prétendue « stupidité » de la loi. Gardons en tête son esprit : avant 20 heures, les bureaux de vote ne sont pas fermés. Il n’y a aucune raison de perturber les opérations de vote en rompant ainsi l’égalité des électeurs devant l’isoloir. La beauté du vote, c’est de se décider en fonction de ses convictions. Les sondages permanents la souillent déjà. Il est inutile d’ajouter ces « résultats sortis des urnes« .

Deux heures de patience, c’est vraiment trop demander au regard de l’enjeu démocratique ?

Le fait de ne pas m’y associer n’aura probablement pas d’impact sur le comportement de ces deux ____2. Mais, voilà, c’est juste un fait : je ne m’y associerai pas.

Et l’on concluera, paix et fraternité, en citant Pierre-Luc Séguillon, autre journaliste blogueur :

« Certains « journalistes » bloger, au nom du droit à l’information, ont déjà annoncé qu’ils ne respecteraient par ces règles et livreraient, dès 18 heures, rumeurs, approximations puis estimations sur leur site. Je me refuse à le faire sur ce blog. Tout simplement parce que j’estime que l’information que le journaliste à fonction de délivrer n’a de sens que si elle est au service de la démocratie. Elle n’a pas raison d’être si, au contraire, elle en pervertit objectivement le fonctionnement. « 

Ou encore, Didier Pillet, Directeur de l’information de Ouest-France, dans un billet au titre signifiant, un embargo qui nous respecte :

« Quel intérêt pour la démocratie ? Aucun, évidemment. Cette précipitation ne vise qu’à attirer l’attention sur tel ou tel site à des fins purement commerciales. À faire « un coup ». L’annonce prématurée de l’issue du scrutin peut-elle influencer les derniers votants ? Cela pourrait advenir. À la marge, sans doute, mais lorsque celle-ci est étroite, voire très étroite, le résultat peut en être modifié. Elle est surtout inacceptable par le mépris de l’électeur qu’elle inspire : donner les résultats avant la fermeture des bureaux de vote c’est, au fond, dire aux derniers votants que leurs voix ne comptent pas, que les jeux sont déjà faits, qu’ils auraient mieux fait de ne pas se déplacer… »

  1. enfin, c’est un peu présomptueux, ça : je m’y efforce, dira-t-on []
  2. je n’ose plus les qualifier, moi []

Billets à peu près similaires

13 comments

  • Je me suis déjà rallié à Versac dans un billet où je pointe le comportement intéressé de l’animateur « M » et de l’éditeur « B »; « adeptes » du blog. Ce que je trouve scandaleux dans cette démarche, au-delà de son aspect démagogique, c’est le non respect de l’électeur qui se voit amputé dans l’exercice de son droit.

    Par ailleurs (cela fera l’objet de mon prochain billet) , je trouve également scandaleux la source du problème : en l’occurrence le comportement de médias belges (Public, avec la RTBF !) et suisses qui s’autorisent la publication d’estimations de sortie des urnes concernant les suffrages d’un pays étranger !

    Que ne dirait-on si des médias français s’autorisaient ce genre de pratique vis-à-vis de pays voisins (je dis cela sans certitude : à vérifier)

    Je crois qu’au-delà des deux traîne-blogs qui cristallisent les positions, il faut regarder par delà les Alpes et le Quiévrain et interpeller ces médias.

  • donc les sondages ne pervertissent pas la democratie, mais les resultats au fil de l’eau si ? si on accepte que les gens se aussi determinent en fonction des autres dans les sondages, je ne vois pas pourquoi on aurait pas le droit de le savoir pendant qu’on vote.

    Pourquoi pas un panneau electronique avec les votes en temps reél à coté de l’isoloir ?

  • [quote comment= »14019″]donc les sondages ne pervertissent pas la democratie, mais les resultats au fil de l’eau si ? si on accepte que les gens se aussi determinent en fonction des autres dans les sondages, je ne vois pas pourquoi on aurait pas le droit de le savoir pendant qu’on vote.

    Pourquoi pas un panneau electronique avec les votes en temps reél à coté de l’isoloir ?[/quote]

    parce que le but du vote individuel et démocratique est de donner son vote pas de voter dans un mouvement grégaire…

    sinon passons à un système à l’américaine avec des grands électeurs qui élisent le président…

  • Là-dessus, je suis assez en ligne avec Laurent. Ils sont libres, rien ne leur interdit de le faire. Ok. Mais je trouve tout de même étonnant de se permettre ça vis-à-vis d’un pays étranger.

  • Bon, le statut de B et de M, c’est une chose, on peut ne pas les aimer, critiquer leurs arrières-pensées, mais je ne vous suis pas, ni vous, ni Autheuil, ni Versac sur les effets de ce faux-scoop.

    D’une part, il y a des tas de pays ou les résultats de régions vivant sous d’autres faisceaux horaires sont connus avant la fin des opérations de vote dans d’autres parties du pays, et aucune étude ne montre qu’il y aurait un effet quelconque sur le résultat final.

    C’est une objection majeur à l’argument démocratique que vous agitez tous sans l’étayer.

    Par ailleurs, si en 2002, on avait pu savoir à 18h00 que Le Pen rsiquait de passer devant Jospin, certaines personnes restées dans leur jardin, persuadées que tout était déjà joué, se seraient peut-être bougées le derrière, et le résultat aurait été plus conforme à l’état de l’opinion politique générale du pays, et donc plus démocratique.

    Quand le Directeur de l’information de Ouest-France dit que « donner les résultats avant la fermeture des bureaux de vote c’est, au fond, dire aux derniers votants que leurs voix ne comptent pas, que les jeux sont déjà faits, qu’ils auraient mieux fait de ne pas se déplacer…”, c’est consternant de bêtise, puisque c’est tout le contraire.

    Le seul point sur lequel je suis d’accord avec vous, c’est l’inégalité que cela crée entre les urbains, qui peuvent voter jusqu’à 20 heures, et les autres. Mais cela peut-être facilement réglé en uniformisant à nouveau les horaires de fermeture des bureaux de vote, dans un sens ou dans l’autre.

    Maintenant, ma question un petit peu naïve, c’est pourquoi diable les instituts de sondage et/ou les autorité possédant les premiers décomptes n’arriveraient-ils pas à garder pour eux jusqu’à 19H55? Après tout, c’est eux qui doivent être responsables, si leurs études arrivent chez « n’importe qui ». Rien n’empêche TNS Sofres (au hasard) de donner ses chiffres au tout dernier moment à TF1, LCI et RTL. Ou alors, ils peuvent ne les remettre en main propre qu’au directeur de l’information du média, qui sera responsable si ces chiffres arrivent chez des gens qui ne sont quand même pas au coeur des rédactions comme B ou M.

  • [quote comment= »14062″]Maintenant, ma question un petit peu naïve, c’est pourquoi diable les instituts de sondage et/ou les autorité possédant les premiers décomptes n’arriveraient-ils pas à garder pour eux jusqu’à 19H55? [/quote]

    Pour laisser à Jospin le temps de préparer sa déclaration ? Tu imagines qu’il l’apprenne en live ?

    Bon, cela dit, on pourrait repousser la soirée électorale à 21h.

  • Ou repousser la soirée électorale au lendemain matin au réveil, genre réveillon de Noël, avec des beaux chifres bétonsportant sur 100% des bulletins !

  • C’est horrible cette attente…Je sais que c’est mal…mais je crois que j’irais faire un tour sur le net vers 18 h Dimanche.

    En fait, j’ai l’impression de redevenir un gamin qui attend sa note et trépigne en voyant les copies dans la main du prof…

  • [quote comment= »14079″]Yves Jégo propose une heure unique de fermeture des bureaux de vote…[/quote] Ah non! les journées sont longues dans un bureau de vote. Les européennes ont déjà une fermeture retardée et c’est très long. … enfin, si Paris veut bien fermer à 18 heures… je ne suis ni pour ni contre. Mais, dans mon (petit) bureau de vote (provincial et provençal), 8h – 18h c’est (me semble-t-il) suffisant pour permettre à tous de voter. N’oublions pas que lorsque le bureau ferme, il y a encore beaucoup à faire pour les différents personnels qui travaillent pour le déroulement des élections*.

    • je n’ai jamais travaillé dans le cadre d’une élection (j’ai toujours été un bénévole désigné par son parti pour assister en tant qu’assesseur… ce qui me permet de finir dès la fin du dépouillement vers 18h30 (ou 18h45 au pire) mais je n’oublie pas qu’il reste encore pas mal de boulot pour les autres…
  • [quote comment= »14162″]… enfin, si Paris veut bien fermer à 18 heures… [/quote]

    Bah, je ne crois pas que sa proposition l’exclue. En 2002, j’avais voté à Paris et il n’y avait pas foule à l’isoloir. Les opérations de vote devraient pouvoir supporter une légère concentration. Mais dans ce cas, il faudrait peut-être avancer un peu la soirée électorale sinon, on aura encore de grands démocrates pour considérer que la loi est inadaptée, et donner les résultats à 19h.

Les commentaires sont fermés