Le pire tout pire

J’ai bien réfléchi, depuis la dernière fois. Je crois que « pire » est, avec « mieux » et « meilleur« , l’un des très rares mots qui ne peuvent pas être des euphémismes. « Tout pire« , ça ne compte pas vraiment. Même si l’on est en plein dans le tout pire, avec le PS. Valerio Motta, Hamoniste éminent, disait récemment que le meilleur pari possible, pour le PS, était de parier sur le pire à chaque nouvelle étape. Je pensais à l’hypothèse d’une égalité parfaite à l’issue de la commission de récolement, mais c’était juste par esprit taquin. Daniel Vaillant – l’un des fidèles de celui qui a traité Ségolène Royal de néo-nazie – ne laisserait pas faire ça. Il l’a d’ailleurs dit : ils ne vont pas « refaire les totaux« , ils ne sont « pas là en comptables« . Je serais comptable, je commencerais un peu à en avoir plein les bottes qu’on me prenne systématiquement en exemple du métier le plus emmerdant qu’on puisse faire. Mais je ne suis pas comptable. Faut pas déconner.

Bref, ils vont juste vérifier que le total des PV qui ont été magouillés avant d’être envoyés est exact. Et à la fin, ils vont rendre un rapport disant que, grosso modo, l’un dans l’autre, au final, bon, Martine Aubry a gagné. Peut-être même avec encore davantage d’avance. Comme quoi ils ont rudement bien fait de recompter. T’imagines, on aurait pu contester le résultat. Ce soir, ils vont réunir le Conseil National, avec à peu près 70% de gens qui ne veulent pas de Ségolène Royal, pour décider de manière impartiale que c’est Martine Aubry qui a gagné.

Ségolène Royal, elle, « fait confiance » à la commission de récolement. Elle l’a dit. On n’a donc aucune raison de ne pas la croire. Même si le fait que sa sérénité ne se communique à aucun de ses lieutenants pourrait porter les plus incrédules à imaginer que la confiance n’est que de façade. François (non pas lui, l’autre) est plus tâtillon. Il n’a rien contre les comptables, lui, bien au contraire. Il veut même « voir les chèques [des] nouveaux adhérents » lillois. Autant dire qu’il est bien décidé à n’accorder aucun crédit aux travaux de la commission à laquelle la patronne fait confiance. Car si sa demande était acceptée, on peut imaginer que les aubrystes veuillent voir les chèques des nouveaux adhérents marseillais et montpellierains. Avec une grande inconnue : les fédérations font-elles une photocopie systématique des chèques des adhérents avant de les encaisser ? Si tel n’est pas le cas, alors, il faudra adresser la liste des nouveaux adhérents à leurs banques respectives (après les avoir triés) pour leur demander d’en retrouver la trace. Autant dire qu’on n’a pas fini de récoler.

La commission a jusqu’à 14 heures pour lui donner raison. Après cela, les royalistes feront la révolution : une première dans l’Histoire de France.

Ils appelleront à manifester devant les grilles de Solférino. Même si le Conseil National est à la Mutualité. Autant dire que Solfé risque d’être vide, tous les aubrystes étant réunis là-bas. Des conditions idéales pour une prise du parti. D’autant que, si la manifestation dure un peu, je devrais pouvoir la rejoindre (souvenez-vous, ce ne serait pas ma première incursion en royalie) et, fort de mon passé d’agitateur, je pourrais bien en convaincre quelques-uns de forcer les grilles. D’autant que l’ultra-gauche serait bien inspirée de venir ajouter un peu au bordel et que l’on pourrait donc assister à quelques débordements. Riche idée de François et Ségolène, décidément.

Quand la démocratie est en danger, remarquez, il ne reste plus que la révolution (et/ou les tribunaux, mais bon, commençons par la révolution, c’est plus marrant). Et figurez-vous qu’elle l’est. L’homonyme du footballeur rappelait que la démocratie repose sur trois conditions dont l’une est la reconnaissance, par le perdant, de sa défaite. Dans le cas contraire, cela donne une contestation dans la rue, comme dans les républiques bananières. Et au parti socialiste. Or, il m’est revenue que l’amie Ségolène a, tout de même, une certaine difficulté personnelle quant à la reconnaissance de la défaite. Souvenez-vous : au balcon de Solfé, déjà, dans une mise en scène qui ressemblait presque à la prise du parti, au soir d’une défaite somme toute conséquente, elle promettait de conduire les socialistes « vers d’autres victoires« . Et voilà que Fraise des Bois et la Nouvelle République exhument un épisode oublié de tous : l’annulation, par Ségolène Royal elle-même, du vote qui avait désigné son rival comme candidat socialiste à la mairie de Niort. C’était pour sept voix d’écart. Alors, s’il n’y en a plus que quatre

Ces développements sont à proprement parler ahurissants. Dominique Reynié a certainement raison de dire que « les socialistes sont devenus irréconciliables« . S’il n’y a pas de scission effective du parti, il est évident qu’il y aura une scission de fait. Comment imaginer que, après un éventuel appel à manifester, après une potentielle saisine des tribunaux, l’un des camps travaille sincèrement à la victoire de l’autre en 2012, et ce d’autant plus que la désignation du candidat interviendra certainement à l’automne 2011, ce qui ne laisse que 2 ans 1/2 à la future Première Secrétaire pour apaiser les relations ?

L’esprit de responsabilité oblige à dire que ceci ne bénéficiera pas au gouvernement et à Nicolas Sarkozy. Il oblige à ne pas avoir l’air de se réjouir. Lefebvre, Brunel et Alliot-Marie n’ont pas ces subtilités. Et puis, il est effectivement vrai que ce bordel, de surcroît au cours d’une des plus graves crises économiques que l’on puisse connaître, fera le jeu de l’extrème-gauche, voire de l’ultra-gauche. On pourrait voir resurgir, sur le terreau de l’impuissance du PS, des actions violentes, voire armées. C’est Jean-Marc qui va enrager de rater ça. Cela dit, mai 68 n’a-t-il pas donné lieu à l’une des plus grandes manifs de droite que l’on ait vue, sur les Champs ? Que ça pète, et l’ensemble des légitimistes feront corps derrière Nicolas Sarkozy, le seul au demeurant à pouvoir garanti la sécurité. C’est pas François (non, pas celui-là, pas celui-là, celui-là) qui le pourrait. Enfin, c’est en tout cas ce que se diront les français. Après avoir dit le contraire, l’esprit de réalisme m’oblige à dire que si, cela pourrait tout à fait profiter à Sarkozy.

Alors voilà. Le parti socialiste s’enfonce dans la politique du pire ou la pire des politiques, je sais pas, en tout cas dans le pire. Et l’on se frotte les yeux de constater que personne ne parvient pas, ne peut parvenir, à arrêter ça.

[credit bidouillage toshop : nuesblog]

Également en ligne sur

119 commentaires

  • Pingback: Toi aussi, comme Ségolène, fait pêter le PS ! : :: Nues Blog par Nicolas Voisin ::

  • Koz, à la manif de Solfé, faudra pas oublier le mot de passe des conjurés — FRAAAA-TEEEER-NIIII-TÉÉÉ —

    Mais dites moi, Fraternité , ça veut bien dire « tous frères (et soeurs) » ?

  • Un petit témoignage sur le vote dans les Bouches du Rhone, qui relativise quelque peu les soit-disant « 4 voix seulement d’écart » (libé.fr – commentaires – c’est clair, et je le confirme, ce n’est pas une source vérifiée, mais bon, il faut lire et se faire une idée ) :

    « Extraits du compte-rendu
    Le compte-rendu, reproduit ci-dessous plusieurs extraits, a été réalisé à partir de ce que ce militant dit avoir observé dans la section 314 du PS de Marseille, celle où est élue la député Sylvie Andrieux(pro segolène)
    « Primo, je rappelle que les Bouches-du-Rhône sont une grosse fédération “promise” à la Motion E (Royal). On nous avait aussi averti d’un accord avec une autre motion pour “couvrir” ces méfaits, contre un certain pourcentage de voix.
    Arrivé ce jeudi en début d’après-midi, on nous informe de cela! L’élu et leader local de la motion E (je ne le citerai pas ici… mais c’est facile de savoir qui il est), apprenant que plusieurs votes dans des sections du coin seront donc contrôlés sur la base des règles communes et autres circulaires adoptés en Bureau national, nous propose carrément « 30 à 50 voix de plus pour vous dans certaine sections », si finalement on abandonnait ces contrôles sur place (refus total, of course, de notre part!): belle mise en bouche, n’est-ce pas? (…)
    Dans cette section importante dans Marseille (plus de 350 militants potentiels sur le fichier « Rosam » de la section!) que je surveillais très officiellement comme « scrutateur national », voici quelques choses constatées: (…)
    aucun isoloir ou coin un tant soit peu clos ou isolé pour voter (ce fut même constaté par un huissier envoyé par la motion E dans toutes les sections, un brin étonné…);
    une urne « artisanale » non transparente, contrairement à ce qui est a priori demandé;
    à peine 10% des gens qui sont venus ont présenté une pièce d’identité, ceci a été présenté -sans appel- comme un acte de confiance et de convivialité;
    un responsable local surpris à plusieurs reprises en train de signer en douce, au feutre noir, en lieu et place de militants du fichier (…);
    une personne âgée, sans doute vraiment une honnête militante, a voté alors qu’elle n’était pas sur le fichier (non transférée);
    je ne compte pas les fois où on m’a fortement incité à quitter la pièce pour manger un morceau, boire un coup ou prendre l’air… J’ai juste pu, entre 16h50 et 23h15 (fin du dépouillement et du comptage), une minute chrono, grâce à la présence furtive d’une fille de la motion C, pu aller… faire pipi une fois!(…);
    un mode de dépouillement un peu baroque (…);
    de nombreux votants (j’en ai compté un nombre certain…) arrivent sans dire bonjour ou saluer quiconque, vouvoient les gens qui tiennent le bureau, ne savent pas qu’on doit cocher quelque chose, ne plient pas leur bulletin pour tenter de le glisser (laissant leur choix de vote à la vue de tous), ne savent pas qu’on doit signer quand on a voté… bref, des gens sans doute braves mais qui ne connaissent rien du PS: ce ne sont pas de vrais “militants”, c’est très manifeste;
    débarquement subit et simultané d’une douzaine de gamins (16 à 19 ans maxi?) en tenue de foot (crampons avec de la terre…) qui vont vers l’urne très très “drivés”: on leur donne le bulletin, on leur montre où cocher -à la chaîne- et enfin, chose que je n’aurais même pas osé imaginer, on annonce haut et bien fort « Toi, M. Bidule Truc, là, allez tu votes », les gamins hilares se succédant pour apposer un vague gribouillis, grimant difficilement leur nom d’emprunt… J’ai testé quelques-uns, ils ne répondaient pas à leurs prétendus “prénoms”…
    Est-il besoin de mentionner qu’ils étaient presque tous beurs ou blacks de ce quartier populaire et que, comme par magie, leurs noms et prénoms du moment étaient tous très “européens”. Des membres du PS local -de tous âges- nous ont simplement dit dans la nuit, presque blasés: ces jeunes ont tout simplement gagné « 50 euros en liquide » en venant à la section ce soir.
    Attention: je ne saurais pas jurer que ce fut bien le cas -puisque c’était à l’abri de mon regard déjà fort occupé- mais c’est une des explications très plausibles pour expliquer cet afflux et cette motivation à voter pour autrui en ricanant…
    Je ne compte plus les « petites gens » (femmes de ménage, fonctionnaires et syndicalistes locaux, ouvriers en tenue de sécurité, de chantier, de cuistot…) qui sont passé voter très très vite sans manifestement ne connaître aucun militant, ni aucune des procédures de vote interne (…) faisant finalement leur choix de « case » au vu et au su de tou-te-s, après index dûment posé là où il faut par les gens du cru… »

    Voilà.

  • C’est grandiose , kolossal !

    Et il faut avouer que Ségo, toute cruche qu’elle soit, en a … si vous voyiez ce que je veux dire,
    … car à elle toute seule elle , avec 3 ou 4 petits lieutenants dont 2 seulement ont une certaine ‘densité’ , elle dynamite le PS à son profit quelque soit l’issue.

    La givrée initie la rénovation du PS toute seule et sans attendre : l’appareil du PS est ringardisé et en slip devant l’opinion.

    Mais j’ai beaucoup de peine, vraiment , pour mes amis personnels qui sont socialistes.

    « Le pire tout pire » !!! : Koz est un pince-sans-rire-sans-pitié.

  • Koz a écrit:

    Olivier, Epo, Philo : accessoirement, c’était en lien dans le billet sous “marseillais”

    Euh… cough, cough… hum… bon… voilà, voilà… c’est pas le tout, mais j’ai du boulot, euh… à plus.

  • « il m’est revenue que l’amie Ségolène a, tout de même, une certaine difficulté personnelle quant à la reconnaissance de la défaite »

    Koz, la question n’est pas là … ce que Ségolène n’admet pas , c’est que Martine ait davantage triché qu’elle même.

    Et on la comprend.
    Car à triche égale, la démocratie triomphe à nouveau.

  • Koz a écrit:

    Olivier, Epo, Philo : accessoirement, c’était en lien dans le billet sous “marseillais”

    Je demande – j’exige – la ré-écriture de ce billet, il comporte les lettres « marseillais » en trop et qui ne sauraient être comptabilisées car en redondance avec ce qui se dit dans les commentaires. Non mais .

  • Koz a écrit:

    Olivier, Epo, Philo : accessoirement, c’était en lien dans le billet sous “marseillais”

    Eponymus a écrit:

    Euh… cough, cough… hum… bon… voilà, voilà… c’est pas le tout, mais j’ai du boulot, euh… à plus.

    Allons, allons… abondance de biens ne nuit pas!

    Là au moins, on est sûr que personne ne passera à côté de l’info (bon, c’est vrai, on aurait pu mieux lire 🙂 )

    Oppossum a écrit:

    Koz, la question n’est pas là … ce que Ségolène n’admet pas , c’est que Martine ait davantage triché qu’elle même.

    Ca me rappelle une phrase célèbre du film « l’arnaque » (The sting): « je ne peux quand même pas l’accuser de tricher mieux que moi » (scène du train). Ben Ségolène, elle peut.

    C’était la minute culturelle, amis de la boxe et de la poésie, bonsoir.

  • Olivier a écrit:

    Je demande – j’exige – la ré-écriture de ce billet, il comporte les lettres “marseillais” en trop et qui ne sauraient être comptabilisées car en redondance avec ce qui se dit dans les commentaires. Non mais .

    Viens donc manifester si tu l’oses.

    Oppossum a écrit:

    Koz, la question n’est pas là … ce que Ségolène n’admet pas , c’est que Martine ait davantage triché qu’elle même.

    Je n’ai pas dit que l’un était exclusif de l’autre, mais il y a tout de même une constante certaine chez elle, et le coup de la présidentielle laisse tout de même penser qu’elle a une faculté d’occultation un peu perturbante.

  • Sous ses airs de victime innocente j’ai toujours ressenti SR comme une populiste de la pire espèce. Je vous garantis que si elle arrive au pouvoir du PS les futurs résultats seront stalinien avec des magouilles bien pires que celles supposées aujourd’hui.
    Il suffit de penser à Frêche, Guerini, Menucci …
    Les journaleux par leur course au scoop et à l’image pourraient un jour s’en mordre les doigts d’avoir si honteusement favorisé l’image à la place d’enquêtes réfléchies. Une république façon Chavez … c’est ce qu’ils risquent de nous préparer avec leur hystérie.
    Rien que de voir tous les anciens collaborateurs de SR réunis pour mener un combat désespéré pour l’empêcher d’arriver au pouvoir devrait faire réfléchir ces faux analystes, spécialistes d’images !

  • @margit
    chavez comme modéle d’élections truquées?
    tu as noté que dans le dernier crutin il y a 3 jours, il avait perdu certaines régioins et gagné d’autres?
    qu’il a accepté sansbroncher une courte majoritéde « no » à son référendum?
    je pense que le mugabe de notre hôte est plus pertinent!

    je trolle beaucoup…
    et la loi sur l’audiovisuel, cela n’intéresse personne?
    plus de coupures pub sur TF1 et M6…
    moins de sous pour france télévision…
    je pense que dans cette affaire aussi, malheureusement,
    le pire est probable, quasi certain
    je me ferai un plaisir de vous en dire plus,
    sur invitation…

  • Pfffffff……

    On ne peut pas partir cinq minutes et on se prend un billet de retard avec des liens partout et 18 commentaires…

    Olivier a écrit:

    Koz, à la manif de Solfé, faudra pas oublier le mot de passe des conjurés — FRAAAA-TEEEER-NIIII-TÉÉÉ –

    Mais dites moi, Fraternité , ça veut bien dire “tous frères (et soeurs)” ?

    L’année dernière, Ségolène avait fait le coup de  » sororité  » mais ça vous a un petit côté éructation discrète qui nuit à la reprise massive par les manifestants…

    Hier soir, sur le plateau de Mots Croisés, il n’y avait aucune tension perceptible entre Peillon et Cambadelis, voire même une certaine complicité.

    D.Reynié et Koz ont peut-être raison de croire à l’irréparable, je n’arrive pas à y croire pour ma part.

  • En fait, il y a quelque chose d’encore plus fondamental que l’on a tendance à oublier : le Conseil National du PS est nommé au prorata des motions… et en l’occurrence, de façon parfaitement démocratique, qu’elle soit secrétaire nationale ou pas, Ségolène Royal y est minoritaire.

    Elle pourra faire tout ce qu’elle veut, mais elle ne pourra jamais passer une réforme sans l’emporter avec ses 29% du Conseil National contre les 71% restant. Si ils décident de voter contre, c’est fini. En fait, on pourrait bien assister à un blocage complet du Parti même si SR arrive à se faire élire. Le PS ne fonctionne pas avec un droit de véto de la part du Secrétaire National si je ne me trompe pas et donc, chaque décision de sa part pourra être invalidée par les autres courants.

    Le grand bémol dans la stratégie de conquête du PS par Royal, c’est bel et bien le résultat des votes sur les motions qui, je le rappelle, a été obtenu par une consultation directe des militants. Contrairement à 2006, les militants ne lui ont donné que 29%.

    A partir de là, même si, pour la forme, Aubry, Hamon et Delanoë s’étaient « rangés » derrière la motion E et qu’elle ait obtenu un score stalinien au poste de Secrétaire général, le parti aurait été tout aussi ingouvernable. Ou plus exactement, elle se serait contentée d’un poste potiche pour un parti en fait gouverné par le Conseil National. Certes, divisé lui-même, certes balkanisé même, mais uni par une certaine conception du Parti.

    En fait, ça commence déjà, puisque même sa nomination devra être approuvé par le conseil national qui est contre elle, mais qui lui, est, incontestablement élu.

    Et ça, on peut le retourner dans tous les sens, à moins de remettre en cause le vote sur les motions par la découverte de tricheries diverses et variées, c’est une situation qui a été pleinement décidée par les militants et pas (ou pas seulement) par les apparatchiks.

    Le parti n’est pas seulement divisé au niveau de ses dirigeants – il n’est pas seulement balkanisé par les petits barons avides de leurs petits pouvoirs, il l’est aussi par les militants eux-mêmes. Il l’est de façon, non seulement en termes de leadership, de soumission à telle ou telle personnalité, mais également sur un plan idéologique. Qu’est ce que Hamon a encore à voir avec un DSK président du FMI ? Qu’est ce que Aubry a à voir avec Fabius ? Qu’est ce que Royal, au fond a à voir avec n’importe lequel d’entre eux ? De moins en moins de choses.

  • “Le pire tout pire” !!! : Koz est un pince-sans-rire-sans-pitié.

    Non, il est schakespearien, car en effet « tout pire or not tout pire », telle est la question…

  • @ carredas,
    hier soir, à mots croisés,
    j’ai senti de la tension,
    entre peillon et cambadelis, un peu

    entre laure adler, philippe tesson, bien peu impartial

    même yves calvi s’y est mis à être sujectif et provocateur
    et cambadelis, wieworka, sur la défensive…

  • Eponymus a écrit:

    Qu’est ce que Hamon a encore à voir avec un DSK président du FMI ? Qu’est ce que Aubry a à voir avec Fabius ? Qu’est ce que Royal, au fond a à voir avec n’importe lequel d’entre eux ?

    La « marque » PS et le trésor de guerre, seuls moyens d’aller faire risette à Sarkozy en 2012 (désolée, je m’auto-lie 😳 )

    Au passage, Aubry est royale link

  • Bon, voilà, il est 14h22, l’instant T de l’ultimatum est passé depuis 22 minutes, et pas une plainte, pas une manifestounette, pas une lettre, pas un coup de fil, pas un SMS, rien…

    Moi je dis, pour emprunter une expression fort prisée dans le 16eme arrondissement, « les royalistes, c’est que d’la gueule ! »

  • Ceci est un début d’ébauche d’autant plus que cet évènement historique n’a qu’à peine commencé:

    La Bataille de Solférino n°2

    La bataille de Solférino n°2 a eu lieu en novembre 2008 durant la période précédant l’explosion du Parti Socialiste français. Plus de 140.000 militants socialistes encartés ont combattu dans cette bataille ce qui est moins des 190.000 soldats français et sardes qui ont combattu lors de la première bataille de Solférino, mais plus si l’on compte également le nombre de militants et simpathisants qui n’ont pas pu participer au prélude de cette bataille faute d’avoir régularisé leurs cotisations. Au moment où le coup d’envoi de la manif a ét

  • Philo a écrit:

    La “marque” PS et le trésor de guerre, seuls moyens d’aller faire risette à Sarkozy en 2012 (désolée, je m’auto-lie 😳 )

    Tu as bien fait de t’auto-lier, j’avais pas lu. Parfaitement d’accord en fait.

    Pour la faire échouer, il faudrait un leader de sa propre « opposition » qui soit travailleur, opiniâtre, tacticien, sans aile-gauche néo-marxiste pour venir l’emmerder sans cesse, prêt à utiliser les mêmes armes, prêt à tout déballer aussi sans langue de bois – mais existe-t-il/elle ?

  • « … ils ne vont pas “refaire les totaux, … »

    C’ est vrai quoi ! Y vont quand même pas se chercher des poux dans la tête ?!

  • L’accroche de ton billet, excellent comme toujours, me rappelle soudain l’encore plus excellent ouvrage de P. Bon et M. Burnier: « Que le meilleur perde ». Il date un peu mais la situation au PS montre que derrière l’humour des auteurs, il reste une référence en matière de sciences politiques.

  • Liberal a écrit:

    J’ai une confiance absolue dans la sagesse des dirigeants du PS et dans leur sens de l’intérêt général.

    d’autant qu’en plus ils annoncent déjà la couleur:
    http://www.dailymotion.com/Ptite_Mule/video/x7iavw_ps-un-arbitre-qui-a-dj-son-avis_news

    ici aussi (via dss):
    http://www.dailymotion.com/ZappeurLePost/video/x7i9qk_daniel-vaillant-juge-et-parti-pris_news

    on comprend mieux la déclaration d’Aubry : « «Quel que soit le résultat, je l’accepterai» (« d’autant plus que je le connais déjà » aurait elle pu ajouter)

  • Diantre ! (moi aussi je sors les vieux mots) Fallait bien un mignon Mignard pour pondre ce truc. Je n’ai pas tout lu en détail mais c’est fourni…

    Me vient à l’esprit que si ce vote était si pourri, pas de raison qu’il en soit différemment du 1er tour et aussi du vote des motions…

    Donc, zou … faut TOUT REFAIRE !

    Bah oui ce serait rigolo de voir Delanoë revenir avec une motion à 32%¨par exemple… hihihi…

  • Eponymus a écrit:

    Elle pourra faire tout ce qu’elle veut, mais elle ne pourra jamais passer une réforme sans l’emporter avec ses 29% du Conseil National contre les 71% restant. Si ils décident de voter contre, c’est fini. En fait, on pourrait bien assister à un blocage complet du Parti même si SR arrive à se faire élire.

    c’est oublier un peu vite les « ni,ni »

  • Bonjour,

    Koz a écrit:

    Morbleu, Liberal, tu as raison, je me range à tes arguments.

    Sinon, en passant : je ne l’ai pas encore lu mais Laurent de Boissieu a publié le mémoire de “protestation électorale” de Royal.

    Il est amusant de lire ce lien. L’argumentaire repose sur le fait que la loi électorale française s’impose à tous les votes, y compris de partis, d’associations, d’assemblée de copropriétaires, etc..

    Notamment, tous les votes doivent être secrets, avec listes d’émargements, isoloirs, etc.

    Heureux de voir qu’il faut ABSOLUMENT élire Marie-Ségolène Royal à la présidence, pour avoir les syndicats faisant des vrais votes pour les préavis de grève et les reconductions, les lycéens et étudiants ne bloquant plus les établissement avec des approbations à main levée, etc. 😆

    Je n’ose parler des représentants de groupes dont le nombre de militants n’est pas connu (Joseph Bové, Réseau d’éducation sans frontière, Reporter sans frontière, etc.) dont dorénavant toute action sera précédée d’un vote dans les règles de l’art.

    Quand je pense au tollé de la proposition d’avoir des votes secrets dans les syndicats pour les grèves, je ne comprends pas comment ces mêmes personnes peuvent supporter cette telle dictatrice ! 🙂

    Luc

  • gasper a écrit:

    c’est oublier un peu vite les “ni,ni”

    C’est sur… et à l’occasion de chaque vote, il faudrat recompter entre les ni ni et les non non et les oui oui.

  • Eponymus a écrit:

    C’est sur… et à l’occasion de chaque vote, il faudrat recompter entre les ni ni et les non non et les oui oui.

    je trouve que vos terminologies sont tout à fait adaptées

  • Tiens on l’avait oublier :

    «Puisque vous n’en pouvez plus du PS, venez chez nous!» Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat aux Anciens combattants, issu du Parti socialiste, appelle les déçus du PS à rejoindre La Gauche Moderne (GM) qui tiendra son congrès fondateur ce week-end à Suresnes (Hauts-de-Seine). «Comme dans une tragédie grecque, estime-t-il à propos de la crise au PS, tous les protagonistes savent, depuis le début, que ça va mal se terminer et, malgré tout, ça se termine mal».

    http://www.liberation.fr/politiques/0101268574-peillon-seulement-quatre-voix-d-ecart-entre-royal-et-aubry

  • Philo a écrit:

    La “marque” PS et le trésor de guerre, seuls moyens d’aller faire risette à Sarkozy en 2012 (désolée, je m’auto-lie )

    Le com auto-lié est très bien vu. Mais le soutien apporté à Royal par plusieurs grands barons locaux est difficilement conciliable avec cette théorie. Ils ne souhaitent certainement pas la casse de leur appareil local. A moins que Royal n’envisage le ménage qu’au sommet ? Il est difficile de circonscrire une révolution de la structure à seulement une partie de celle-ci. Comment refermer la boîte de Pandore, dont sont déjà sorties pas mal d’histoires peu reluisantes (l’impressionnant mémoire de protestation, et plus encore le compte-rendu marseillais cité plus haut) ?

  • Olivier a écrit:

    Diantre ! (moi aussi je sors les vieux mots) Fallait bien un mignon Mignard pour pondre ce truc. Je n’ai pas tout lu en détail mais c’est fourni…

    Palsembleu Olivier… quelle belle allitération !

    Robert Badinter propose de revoter uniquement là où il y a eu litige… et François Hollande appelle au  » sursaut « 

  • Mosco lui dit qu’avec 50% tu ne peux pas gouverner… En fait, ils ne peuvent pas s’empêcher de parler à la presse, d’y aller de leur petit commentaire même si ça nuit à leur image globale et ajoute à la confusion. C’est une maladie universelle chez l’homme politique de ne pas pouvoir s’empêcher de balancer SA petite phrase. Si il y a une partie qui baise les pieds de Royal, de ses amis comme de ses ennemis, c’est la presse. Hier, aujourd’hui et demain.

  • Koz a écrit:

    A prendre avec précaution : selon Nicolas Voisin, qui serait sur place, des bruits de couloir donnent Royal gagnante.

    Bon, le même jeudi soir, avait donné Royal à 53%. Si ses sources sont les mêmes…

    A prendre avec encore plus de précaution depuis qu’Epo a publie ceci dans la chatbox.

    A compléter avec cela : grâce à Ségo, ils ont pu retrouver 60 voix de Martine.

  • Journaliste pas journaliste autodidacte.
    Pour le croc de boucher, laisse, j’ai un copain qui fait ça très bien. Et en toute légalité.

    ps : j’ai un doute sur l’heure de l’info du Monde. S’ils l’avaient eu à 17h47, tous les sites auraient enchaîné. Et puis, l’article est mis à jour à 18h05. Ce n’est qu’un indice mais ce serait plus crédible.

  • Je sais bien que c’est le sujet du billet mais je ne peux pas me retenir de penser (et d’écrire) que ces querelles stupides pour occuper un perchoir semblent terriblement dérisoires alors qu’on vient d’annoncer que le DAL était attaqué.
    Voilà ce qui devrait faire réagir la gauche … et les chrétiens que vous êtes.
    Mes excuses, mais je trouve cela tellement révoltant !

  • @ Claudius

    Vous avez oublié le mot « Sarkozy » dans votre commentaire.

    Sinon, Koz, comme tu dis, c’est quand même impayable après toutes ces accusations, menaces, rapports, études, « milliers de contestations » que Aubry retrouve 60 voix de PLUS…

  • monik a écrit:

    Rue 89…102 voix d’écart en faveur de Martine Aubry….J’adore ce grand cinéma…

    Il faut reconnaître que ce petit retournement de situation qui ne diminue pas l’écart initial mais l’augmente est un joli coup qui met SR en situation de mauvaise perdante limite mauvaise foi genre  » tel est pris qui croyait prendre… « 

    Mais François Hollande appelait au  » sursaut « … elle va réagir !

  • robert badinter propose de revoter là où il y litige…
    pourquoi pas, mais j’irais plus loin: annuler là où il y a tricherie…

    mais ce qui serait vraiment amusant,
    en fait le pire du pire, et non du rire,
    ce serait que la commission de recolement trouve que ségo a,par exemple, 42 voix d’avance…
    elle a dit qu’elle ferait alors revoter
    et martine a dit qu’elle accepterait ce résultat…
    donc le conseil national propose ségo vainqueur
    elle refuse, demande à martine de prendre les rênes
    elle refuse…

    et hamon sort du chapeau,
    ou hollande joue les prolongations!

  • carredas a écrit:

    Il faut reconnaître que ce petit retournement de situation qui ne diminue pas l’écart initial mais l’augmente est un joli coup

    Je veux pas être taquin, ce n’est pas mon genre…. mais quand même, ça voudrait donc dire qu’il y avait plus de fraude dans le camp de Royal ?

  • Bien d’accord avec Claudius.

    Voir 135000 socialistes préférer filer 20 euros chacun au PS pour participer à cette mascarade plutôt que de donner ces 2,7 millions au DAL est particulièrement révoltant.

    Ségolène devrait annoncer que si elle est élue, elle utilisera l’argent perdu par Kerviel pour rembourser les amendes de toutes les associations de gentils qui violent la loi pour être gentils.

  • Bon. Voilà, donc. Et, au final, reste la question de savoir si la situation déplaît tant aux royalistes. Ils auront décrédibilisé autant que possible Martine Aubry (je parie sur le fait que l’opinion retiendra surtout que le scrutin a été entâché d’irrégularités). C’est elle qui s’usera à la tête du PS. Et pendant ce temps, ils pourront se délecter à être doublement dans l’opposition, et à ne rien assumer.

  • Eponymus a écrit:

    Sinon, Koz, comme tu dis, c’est quand même impayable après toutes ces accusations, menaces, rapports, études, “milliers de contestations” que Aubry retrouve 60 voix de PLUS…

    La décision de nommer Martine Aubry avec 102 voix d’avance s’est faite (je cite) « sans consensus » … et comme je doute que la commission de recollement publie officiellement le rapport… on ne saura jamais ou se trouve le litige…

  • Eponymus a écrit:

    Pour le détail en langage que tout le monde peut comprendre :

    Pour Martine : OUI OUI : 159 Contre Martine : NON NON : 76 Savent pas bien : NI NI : 2

    haha! c’est dingue j’allais faire l’exact même commentaire 😉 soit 67% pour les Non Non, 32% pour les Oui-Oui et les ni-ni représentent un écrasant 1%

  • Je crois rêver,Ségolène va vers la justice de…l’homme et non pas de Dieu…Elle perd ses reperts…Dans tous les cas elle perd les pédales.

  • C’est sur que la dernière campagne éclair des royalistes n’était pas brillante… c’est d’autant plus dommage, puisque jusqu’à Reims, elle l’avait été, brillante, la campagne.

    Sans pour autant excuser leur dernières erreurs d’appréciation, il faut reconnaitre qu’il en fallait de l’énergie et du bruit pour bousculer l’appareil du parti… la chape de plomb est retombée, une fois de plus, pile poil à sa place. back in 2002.

  • En ce jour d’élection, n’oublions pas que l’UMP doit beaucoup à Martine Aubry. En 2012, alors qu’elle aura dirigé l’économie française pendant 10 ans sans discontinuité, l’UMP évoquera sans doute encore les 35 heures pour expliquer ses contreperformances…

  • Haaa..! voilà longtemps qu’il n’était pas question de l’UMP et de N.Sarkozy !

    Eponymus a écrit:

    Et il y en a un qui a vite compris que l’aventure c’est bien jolie, mais que la tête de la Fédération, c’est encore mieux, c’est un fidèle soutient et oh combien intègre de Royal, j’ai nommé : Jean Noël Guerini. qui rejoint le nouveau camp des OUI NON.

    lefigaro.fr/flash-actu/2008/11…

    Oui, et M.Collomb était déjà rentré discrètement à Lyon…

    Ségolène Royal appelle au rassemblement et à l’unité, tout rentre dans l’ordre, on range les couteaux… pour le moment

    Il y a encore Manuel Valls qui veut saisir des tribunaux mais il est un peu seul…

  • Eponymus a écrit:

    Et il y en a un qui a vite compris que l’aventure c’est bien jolie, mais que la tête de la Fédération, c’est encore mieux, c’est un fidèle soutient et oh combien intègre de Royal, j’ai nommé : Jean Noël Guerini. qui rejoint le nouveau camp des OUI NON. lefigaro.fr/flash-actu/2008/11…

    je n’ai pas compris ce qui laissait entendre dans l’article que Guerini reniait son camp….

  • Le Congrès de Rennes a toujours été considéré comme désatreux. C’est ce qui se disait déjà à l’époque, mais quand je vois les journaux ou les JT de l’époque, ça ne me paraît pas si horrible que ça. Le Congrès de Reims aussi d’ailleurs n’a rien donné, mais ne semble pas être aussi apocalyptique que ce qui a pu être dit. Pour les derniers votes, en revanche, j’avoue que tout ce qui s’est passé depuis la nuit de vendredi dernier est vraiment désastreux pour le PS.

    Eh bien même avec cela je ne suis pas persuadé que cela signifie des échecs électoraux pour le PS. La vie politique française est pleine de ces comebacks gagnants qu’adorent chroniquer les journalistes. Actuellement, la droite n’a ni plus ni moins de problèmes avec la gauche qu’elle n’en a eu depuis 2002. Cela ne l’a pas empêché de perdre les élections européenne et régionales, et cela pourrait recommencer à nouveau. Etre dans l’opposition est bien peu exigeant : au pire il suffit d’attendre que les électeurs se lassent de la majorité (je parle ici en enjeux politiciens, pas pour l’intérêt général évidemment).

  • Dans Libé :

    « Si elle n’a pas évoqué un éventuel recours en justice, comme l’ont fait certains de ses proches après l’élection de Mme Aubry, elle n’a pas non plus reconnu explicitement la victoire du maire de Lille. »

    Ca te rappelle rien Koz ?

  • Bon bon, en conclusion, Guillaume Bachelay, l’âme damnée de Laurent Fabius, avait fait preuve d’une clairvoyance (suspecte ?) il y a quelques mois en conseillant pour préparer le Congrès de Reims « un GPS pour s’y retrouver, et un sac à vomi parce que ça va tanguer ».

    Maintenant que le second ustensile a fait la preuve de son utilité, on espère que le premier va réussir à guider ce gentil attelage entre strauss-khistes et fabiusiens, Jospin et Montebourg, Hamon et Moscovici, … Martine, bonne chance quand même.

  • @Koz: C’est du lourd! Je suis obligé de faire suivre!
    Koz, tu peux passer titreur au Canard! Ou Libé c’est un peu moins recherché…

  • Tout a été dit sur ce congrès et son contraire…

    Géante rouge ou naine blanche le PS explose ou implose, Ségolène Royal a gagné, Ségolène Royal a perdu, les militants se désintéressent du scrutin, les militants sont en colère, la scission est en vue, le vieux parti en a vu d’autres, il faut revoter, il ne faut pas revoter, il faut revoter là où il y a litige, le camp Royal va saisir les tribunaux pour déni de justice, Ségolène Royal appelle à l’unité et au rassemblement…

    Je suis convaincue que SR escomptait une manifestation spontanée de ses partisans, et derrière JL Bianco hier soir quelques personnes trop rares et trop calmes portaient une petite affiche illisible ( les militants veulent un nouveau vote ) après tout ce tapage, c’était presque pathétique.

    SR n’a pas cédé pour mieux gagner demain, elle s’incline avec un peu de mal devant un vote qu’elle a contesté pour fraude et tricherie quand il s’avère au bout du compte qu’elle avait elle-même bénéficié de telles « erreurs « 

    SR n’a pas été suivie par l’opinion en général, ni par la gauche dans son combat de tranchée et ses généraux Guérini et Collomb ont regagné leur province.

    Il lui reste encore une grosse erreur à faire, attaquer en justice.

    Elle a sans doute » très envie « d’y aller, mais tactiquement elle aurait tout intérêt à laisser Manuel Valls se ridiculiser tout seul et intervenir pour annoncer qu’elle ne souhaite pas compliquer la tâche du parti et préfère travailler de l’intérieur pour changer ces méthodes  » d’un autre âge « 

  • carredas a écrit:

    SR n’a pas cédé pour mieux gagner demain, elle s’incline avec un peu de mal devant un vote qu’elle a contesté pour fraude et tricherie quand il s’avère au bout du compte qu’elle avait elle-même bénéficié de telles “erreurs “

    Ah tiens, vous avez l’air bien informée, vos sources m’intéressent… la seule chose que l’on sache c’est que l’écart a été validé à une large majorité au CN et que cette décision de commission s’est faite « sans consensus ».

    Je n’ai pour ma part toujours pas pu mettre la main sur les chiffres définitifs de l’élection* (section par section/ Fédération par fédération) pas plus qu’un document officiel émanant de la commission de récolement qui indique la nature des rectifications qui permettent d’obtenir ce nouveau résultat… dommage quand même non? après tout ce foin, le « Politburo » aurait pu faire un petit effort de transparence… déjà qu’il ne s’est pas trouvé grand monde au niveau de la direction pour déplorer les usages frauduleux (mais vraiment personne), je m’étonne qu’ils n’aient pas estimé utile, indispensable, urgent, impératif de clarifier cette situation bien trouble

  • Au XXIème siècle, à l’heure de l’informatique, ils en sont à contester un vote ! l’ère du boulier et des boulets…

  • @gasper

    C’est ainsi que se termine l’histoire officielle, celle que chacun peut lire…

    Je ne parle pas de la Vérité des chiffres qui m’échappe autant qu’à vous.

  • En fait, je ne suis pas sûr que Ségolène Royal tenait tant à devenir 1ère secrétaire. Là, elle a fait son job, elle a pris date, elle reste en force avec 50 % du parti (militants), elle ne vas pas avoir à assumer ni la gestion quotidienne pesante, ni le poids des querelles à maitriser, ni à devoir écrire le programme du PS.

    Elle a montré à tous, Aubry en tête, qu’elle est là et bien là prête à bondir et à mordre, bien à l’abri dans sa niche.

    Elle aura beau jeu, au moindre bordel ambiant de dire «  »Voyez donc… avec moi ça n’aurait pas eu lieu » ».

    Bref, elle va pouvoir, sans contraintes, user et abuser de son faciès « victime de tous ». Et pourra, why not, ressortir dans deux ans les preuves des magouilles 2008 pour mieux assoir sa légitimité.

    Dans 3-4 ans, en 2011/12 elle sera libre, pas fatiguée, pas fourbue des charges du PS, pas en responsabilité du projet du PS (s’il y en a un) … et pourra, comme en 2007, s’en amender voire s’en affranchir sans vergogne.

    La seule chose qu’elle a à faire dans les 3 années qui viennent c’est de bien entretenir ses adeptes … les fidéliser encore. Deux-trois meetings par an et le tour est joué.

    Elle a gagné la partie de 2012.

  • Hello les gens,

    Finalement, votre titre était le bon, Koz. J’ai hésité pendant un moment ; jusqu’au dénouement, en fait ; maintenant, ma conclusion est la même, pour des raisons différentes.
    Les micmacs électoraux de cette dernière semaine ne sont qu’un épiphénomène que ni l’histoire (on s’en doutait) ni la mémoire à moyen terme de l’électeur ne retiendront. Ils n’ont aucune importance sinon celle, temporaire, que les médias ont bien voulu leur donner, ce qui, bien évidemment et conformément à la loi du moindre effort, la loi suprême de l’univers, du langage et de l’humanité en particulier, fut plus ou moins savamment exploité par les partis en présence. Bref. Seul compte le résultat : Martine Aubry est élue sur la plus petite base possible en ayant pourtant reçu le soutien de l’ensemble des motions importantes, celle de Royal exceptée.
    Aubry, épouvantail idéologique de la droite, se retrouve donc avec une autorité discutée à la tête d’une coalition pas vraiment homoclite (oui, je tuerai même ma propre langue pour un euphémisme habile), situation formidable dans un régime parlementaire (pas de chef, pas de bruit de bottines, que des idées !) et désastreuse ici (pas de chef, pas de président). Si le PS poussait un peu la logique culturelle qui l’anime et qu’on pourrait résumer par la maxime d’inspiration romaine « un leader est en vue : tuons-le », il devrait se rallier derrière Montebourg et sa C6R (dont on entend plus parler depuis qu’Arnaud avait rejoint… un leader potentiel en 2006) et plaider pour un changement de constitution. Ce qu’il ne fera jamais, la logique étant apparemment une science tout à fait contraire à ses idées.

    Il manque un leader au PS depuis des lustres (1,2 lustres très exactement, le pluriel est techniquement justifié). Seule Royale aurait pu l’être (elle aurait été, par ailleurs et à mon humble avis, un mauvais leader, mais ce n’est pas le sujet : dans un régime présidentiel, mieux vaut un mauvais Bayrou qu’un bon Hollande.) La coalition qui lui fit face ne s’est construite que dans la réjouissante perspective d’un tyrannicide commun. Fort bien. Et maintenant ?

    Je comprends qu’on tape sur Royal, elle le mérite souvent. Surtout quand on est du camp d’en face. C’est même parfois réjouissant, et puis ça dédramatise, et puis la politique, sans les attaques, ce serait chiant. Je comprends qu’on veuille la suivre, c’est la logique de la victoire. Je comprends même qu’on veuille l’abattre jusque dans son camp, c’est la logique de résistance à la démagogie du tyran. Mais je ne comprends pas qu’on veuille l’abattre et en rester là, sans tenter de changer les règles, sans pousser la logique jusqu’au bout. Bref, je ne comprends pas que le PS s’enferme dans une logique politique qui ne lui permettra jamais de prendre le pouvoir, donc d’imposer ses idées.

    J’ajoute qu’en plus de tout ça, Royal va pouvoir continuer de creuser son filon de victime, de l’appareil, des médias, des pouvoirs en place sur l’air de Fight the power that be (si seulement), ce qui n’a rien de réjouissant.

  • Olivier a écrit:

    En fait, je ne suis pas sûr que Ségolène Royal tenait tant à devenir 1ère secrétaire.

    Dans mon premier billet sur le sujet (Peillon serait le meilleur, tablons sur Rebsamen), je commençais pas poser la question de savoir si Royal avait vraiment intérêt à s’encombrer du parti ?

    Là, comme tu le dis, non seulement elle pourra se poser en victime, mais elle pourra prolonger l’idée qu’elle incarne le renouvellement. Au demeurant, l’un appuie l’autre : c’est parce que j’incarne le renouvellement que l’on me barre la route.

    Par la même occasion, elle a démontré qu’en fin de compte, elle pèse la moitié du PS, et insinué l’idée qu’elle pèse peut-être même davantage, mais qu’on lui a volé la victoire.

    Elle bénéficiera pendant le temps qui nous sépare de la désignation du candidat d’une position d’opposant, voire de recours, pendant que Martine Aubry devra gérer un parti dont Royal aura tout loisir de gêner le fonctionnement.

    tcheni a écrit:

    Mais je ne comprends pas qu’on veuille l’abattre et en rester là, sans tenter de changer les règles, sans pousser la logique jusqu’au bout.

    Cela serait effectivement difficilement compréhensible mais ne pensez-vous pas que Martine Aubry aura l’intelligence de s’en rendre compte, et d’associer de nouveaux visages ? Si tel n’est pas le cas alors, effectivement, il faudra s’inquiéter. Mais ils l’auront mérité.

    Sinon, ça y est, ils sont en train de lâcher Valls, le marginaliser, le faire passer pour un extrémiste, un jusqu’au boutiste, un excité, alors qu’il a nécessairement agi sur instructions. Il va servir de bouc émissaire, sacrifié pour la réconciliation. Etonnant qu’il se soit prêté à ce jeu-là. N’a-t-il rien vu venir ?

  • @Olivier

    ça, c’est ce que vont faire croire ses fidèles qui regardent avec elle vers 2012 mais bien sûr qu’elle voulait succéder à François Hollande… bien sûr !

    mais je le dis tout de suite à gasper, je n’ai pas de sources à citer !

    ça ne va pas être facile pour M.Aubry mais pour S.Royal, F.Hollande, B.Delanoë non plus !

    Au moins M.Aubry n’a pas de visée présidentielle… aujourd’hui…!

    @tcheni

    Ségolène Royal est devenue beaucoup moins victime ces derniers jours.

    Elle, et elle seule,( pas M.Aubry qui n’en avait pas besoin ) a attaqué sans relâche, son image a changé elle devrait d’ailleurs en faire un atout si elle renonce à son côté  » femme blessée mais debout « 

  • Eponymus a écrit:

    @ Claudius
    Vous avez oublié le mot “Sarkozy” dans votre commentaire.

    Non, parce que je ne pense pas qu’il en soit à donner des instructions dans ce sens, enfin je l’espère.

    C’est tout simplement que ça donne une idée de l’air du temps qui fait qu’on se préoccupe de choses dérisoires comme la bataille de deux ego, alors que des « saloperies » se commettent sous notre nez.

    Koz, tu as voulu quoi en mettant un lien sur mon blog ? J’ai 20 visiteurs journaliers (généralement la famille d’ailleurs); je n’aurais pas l’outrecuidance de croire que j’ai une petite influence, enfin si cette influence existe elle n’a rien de commun avec la tienne et celle des gens qui font des commentaires chez toi.

    Ma bataille je la mène ailleurs que sur mon blog trop confidentiel et léger pour ça.

    Mes excuses pour l’intrusion.

  • Claudius a écrit:

    Koz, tu as voulu quoi en mettant un lien sur mon blog ?

    Tu as très bien compris, Claudius. Plutôt que de donner aux autres quelques leçons faciles, et si ces évènements te révulsent à un tel point, je me serais attendu à ce que tu y dédies quelques lignes sur ton propre blog. Tu vois, comme d’autres, il te reste du temps à consacrer à autre chose, et même à des futilités. Ce qui ne m’amène pas pour autant à te donner des leçons.

    Au demeurant, j’ignore certes tes activités extérieures, mais il se trouve que tu ignores également tout des miennes et de celles des commentateurs du blog.

  • carredas a écrit:

    mais je le dis tout de suite à gasper, je n’ai pas de sources à citer !

    c’est bête, cette fois vous en aviez plein sous la main des sources 😉

  • Pas sûr que la position de Royal soit si confortable que ça. La posture victimaire, ça impressionne les gens jusqu’à ce qu’ils se retrouvent du mauvais coté du procédé. Après ils sont vaccinés.

    L’épisode que nous venons de voir a permis à Royal de renforcer, si c’était encore possible, la détermination de ses soutiens (ce qui ne sert à rien); au prix de l’aliénation durable d’une bonne partie des sympatisants du PS (ce qui lui coûtera cher).

    Avoir un comportement indigne à l’égard de Sarkozy était toléré dès lors qu’on avait convaincu assez de monde qu’il était l’incarnation du mal. Mais généraliser cette attitude envers 3/4 des dirigeants du PS ne passera pas.

  • segolene royal aura dans le PS la position qu’avait sarko avant de prendre la tête de l’UMP fin 2004: un pied dedans pour bénéficier de la logistique, les moyens, la caisse de résonance, un pied dehors pour pouvoir s’exprimer librement en faisant sentir sa différence…
    , cela ne lui a pas trop mal réussi…

    martine serait plutôt dans le rôle difficile de DDV, clairstream en moins….

  • Ségolène a de la ressource, et elle ne devrait pas manquer de nous surprendre dans les prochaines années. Au rythme où va Sarko, elle pourrait même faire une échappée sur sa droite !

    Koz, tu as du courage de descendre dans Rue89 ! C’est toujours très sportif.

  • gasper a écrit:

    après tout ce foin, le “Politburo” aurait pu faire un petit effort de transparence… déjà qu’il ne s’est pas trouvé grand monde au niveau de la direction pour déplorer les usages frauduleux (mais vraiment personne), je m’étonne qu’ils n’aient pas estimé utile, indispensable, urgent, impératif de clarifier cette situation bien trouble

    Vraiment ? Que ceux des membres de la direction qui ont intérêt à cette clarification de lèvent le doigt… Ah. C’est bien ce que je pensais…

    Liberal a écrit:

    L’épisode que nous venons de voir a permis à Royal de renforcer, si c’était encore possible, la détermination de ses soutiens (ce qui ne sert à rien); au prix de l’aliénation durable d’une bonne partie des sympatisants du PS (ce qui lui coûtera cher).

    Pas d’accord. Cela lui a permis de compter ses soutiens, à savoir la moitié du parti. Et de discréditer tous ses adversaires en les renvoyant dans un camp Tout Sauf Ségolène, désuni, à peine majoritaire, et dont les voix sont suspectes (le fait que les voix de Royal soient tout aussi suspectes est moins important, puisqu’elle a perdu). A chaque fois qu’ils voudront s’opposer à elle, ils devront d’abord se mettre d’accord entre eux. Ceci signifie qu’elle aura presque toujours l’initiative. Cela fait beaucoup de bonnes cartes dans son jeu.

  • Ce que tu appelles la moitié du parti, c’est la moitié des 135000 militants qui ont voté. Elle est passé en 1 an et demi de 17 millions de Français à 67000 socialistes. Pas brillant. Parmi les 16,9 millions de gens qui ont voté pour elle en mai 2007 et pas en novembre 2008, combien y en a-t-il qui ont été exaspéré par son comportement, par ses jérémiades, par ses sous-entendus?

    Tu dis qu’elle aura l’initiative, peut-être, mais saura-t-elle en tirer profit? Elle est une opposante née, elle ne fonctionne qu’en réaction, elle se situe dans le registre de la critique systématique. La grande faiblesse de sa campagne présidentielle a été son projet, creux, flou, sans conviction; sa force en revanche résidait dans l’agressivité de sa critique de Sarkozy. La direction du parti ne s’opposera pas à elle car il n’y aura rien contre quoi s’opposer, de la même façon que Sarkozy n’a pas eu à s’opposer à elle depuis le début de son mandat.

    Sa position favorite de franc-tireur sera très difficile à assumer car ses piques seront essentiellement dirigées contre son propre camp et seront très mal perçues par beaucoup de sympathisants. On voit qu’elle a déjà commencé à bâtir sa réalité alternative avec des phrases comme « et sans doute un peu plus ».

    Il eût bien mieux valu pour elle qu’elle soit première secrétaire. Elle aurait transformé le PS en machine à harceler Sarkozy en muselant toute voix discordante à coup d’ordre juste et à l’aide de son armée de clones.

    Maintenant, elle va être obligée de devenir la mouche du coche du PS au lieu de celle du gouvernement. Et les gens ne tolèrent les mouches du coche que quand ils ne les subissent pas.

  • @ Olivier, @ Gwynfrid et autres

    Désolé de venir avec mon commentaire de commère de quartier.

    Ségolène Royal avait envie de devenir première secrétaire nationale du PS pour différentes raisons personnelles, mais n’avait pas envie de faire le travail nécessaire pour diriger le parti, faire un programme pour le parti, mettre le parti sur les rails. Elle est de toutes façons complètement incompétente pour faire ce travail.

    Elle voulait certainement 1) devenir première secrétaire pour le panache que représente l’étiquette de premier secrétaire du parti socialiste français. 2) Etre le chef suprême du PS et donner des ordres à tout le monde dans l’organisation. Elle a goûté à ce pouvoir pendant qu’elle était candidate en 2007. 3) Régler un complexe d’infériorité vis à vis de François Hollande et autres problèmes d’ego personnel. 4) Avoir la voie libre pour faire n’importe quoi pour se mettre en avant et devenir la candidate de la gauche pour 2012. 5) Faire payer par le PS ses shows au Zénith. 6) Toucher un joli salaire à la fin du mois.

    Elle a dit ce qu’elle compte faire maintenant. Pour commencer, intriguer avec « ses » fédérations pour généraliser l’adhésion à 20 € dans ces fédérations. Elle part du principe que tout adhérant à 20 € est acquis à sa cause. Je ne sais pas comment elle va faire pour trier les bons et les mauvais adhérents à 20 €. Elle dit qu’elle a au moins 50% des ayant droit à voter dans sa poche. Peut-être, mais elle a au moins 50% des militants et 70% de l’appareil du parti contre elle. Ce n’est pas le cas de Martine Aubry, les militants ne la haïssent pas comme elle haïssent Mme Royal. Une fois que Royal aura son armée de militants à 20 balles, elle pense être invincible. C’est encore à prouver.

    Ségolène Royal va sans doute rebondir là où on l’attend pas et prendre de cours un ou deux politologues professionnels. C’est sûr qu’elle sera présente, mais une fois que les gens petit à petit ne pourront plus la voir, seulement quelques uns reviendront à sa cause, le moment venu. Elle va finir par s’enfoncer dans un vide qu’elle va créer autour d’elle et ça ne va pas être réjouissant à voir. Je ne veux pas trop vivre ce moment là parce que j’aurai trop pitié d’elle.

  • Liberal a écrit:

    Ce que tu appelles la moitié du parti, c’est la moitié des 135000 militants qui ont voté. Elle est passé en 1 an et demi de 17 millions de Français à 67000 socialistes. Pas brillant. Parmi les 16,9 millions de gens qui ont voté pour elle en mai 2007 et pas en novembre 2008, combien y en a-t-il qui ont été exaspéré par son comportement, par ses jérémiades, par ses sous-entendus?

    celle là, même Emanuelli n’avait pas osé la faire!! 😉

  • Pepito a écrit:

    Ce n’est pas le cas de Martine Aubry, les militants ne la haïssent pas comme elle haïssent Mme Royal.

    ça c’est vous qui le dites.
    On dit, à tord ou a raison, que les 50,03% d’Aubry sont principalement constitué de TSS. Parallèlement, on néglige la part du « tout sauf les anciens » des 49,97% de Royal.

  • gasper a écrit:

    ça c’est vous qui le dites. On dit, à tord ou a raison, que les 50,03% d’Aubry sont principalement constitué de TSS. Parallèlement, on néglige la part du “tout sauf les anciens” des 49,97% de Royal.

    Tout à fait. Et d’ailleurs, le coup des militants à 20 euros (ce qui est d’ailleurs moins une question d’argent que d’avoir des militants qui sont de véritables militants, tractant pour le PS et pas seulement pour DA, assistant aux réunions, même si Royal n’y est pas, n’étant pas là que quand il y a des élections internes ou un référendum, etc.) peut être séduisant sur la possibilité « d’ouvrir » le parti au « peuple » pour résumer, mais cela laisse la possibilité de ce qui est sous-estimé le plus souvent : l’entrisme.

    Et par entrisme, je ne veux pas dire forcement des gens « de droite » (genre un UMP/sympathisant UMP qui s’amuserait à adhérer, mêmes si selon certaines rumeurs bcp l’ont fait) mais à une autre forme d’entrisme ; celui des électeurs, pas très concernés par la culture socialiste dans la tradition de Jaurès et qui se rassemblent principalement sous l’idée d’un anti-sarkosisme et d’idées disons un peu populistes.

    Le « tout sauf les anciens » semble incroyablement populaire chez les royalistes d’après ma lecture des divers forums et autres courriers de lecteurs pro-royal – cela va du « plus à gauche que le « vieux » PS » à (en majorité) « faut virer ces marxiste une bonne fois pour toute » en passant par « du balais tous les éléphants ».

    A noter, que si effectivement, Royal devait se débarrasser de tous les éléphants on aurait un PS assez méconnaissable qu’il serait assez difficile d’appeler encore PS (TM) indeed. Une sorte de MODSOC, peut être ?

  • gasper a écrit:

    celle là, même Emanuelli n’avait pas osé la faire!!

    Je suis assez d’accord avec Lib et je vois pas ce qu’il y a d’emanuelliste dans sa remarque. C’est même une telle évidence que Royal ulcère épidermiquement un gros gros nombre de ceux qui ont voté pour elle (souvent par défaut) qu’il n’est nul besoin d’en faire des tonnes dessus. Par contre c’est sur que ça fait partie du problème dans sa globalité et pas qu’un peu !

  • Eponymus a écrit:

    Je suis assez d’accord avec Lib et je vois pas ce qu’il y a d’emanuelliste dans sa remarque.

    ah tiens… je vais vous surprendre si je vous avoue que cela ne m’étonne qu’à moitié?

    Eponymus a écrit:

    C’est même une telle évidence que Royal ulcère épidermiquement un gros gros nombre de ceux qui ont voté pour elle (souvent par défaut) qu’il n’est nul besoin d’en faire des tonnes dessus. Par contre c’est sur que ça fait partie du problème dans sa globalité et pas qu’un peu !

    c’est marrant, quand il se trouve une majorité de français pour rejeter Sarkozy, on appelle ça de l’anti sarkozysme primaire, quand il s’agit de Royal, on en déduit qu’en fait le problème c’est elle et qu’il vaudrait mieux qu’elle s’efface… marrant…

    Eponymus a écrit:

    t d’ailleurs, le coup des militants à 20 euros (ce qui est d’ailleurs moins une question d’argent que d’avoir des militants qui sont de véritables militants, tractant pour le PS et pas seulement pour DA, assistant aux réunions, même si Royal n’y est pas, n’étant pas là que quand il y a des élections internes ou un référendum, etc.)

    auriez vous eu une expérience difficile avec un(e) 20 balles?

  • @ Gasper

    « c’est marrant, quand il se trouve une majorité de français pour rejeter Sarkozy, on appelle ça de l’anti sarkozysme primaire, quand il s’agit de Royal, on en déduit qu’en fait le problème c’est elle et qu’il vaudrait mieux qu’elle s’efface… marrant… »

    Là, où vous vous trompez, c’est que je ne parle pas de moi, que je ne souhaite pas qu’elle s’efface, etc. (quoique je puisse en penser à titre perso). En fait, je ne parle absolument pas de ma propre opinion dans ce commentaire. J’évoque ce que j’entends en provenance de ces cercles.

    Il se trouve que le PS est un parti que je connais plutôt pas mal et que j’ai encore quelques contacts. Je ne prétends pas pour autant à une infaillibilité, parce que mes sources ne constituent pas forcement un panel exactement représentatif. Mais ces informations ajoutées à ma sagacité que l’on sait légendaire (j’ai souvent senti que quelque chose s’était levé lorsque je donnais mon opinion et que les français savent que je serais toujours là pour les mener vers plus de compréhension) me permettent de nourrir mes analyses et d’affirmer certaines choses que je pense être vraies. En d’autres termes, mes « taupes » ne sont pas des modèles parfaits – ce ne sont pas des taupes modèles – mais elles font leur office.

  • La preuve, je dirais, que ses initiatives peuvent même taper sur les nerfs d’un de ses multiples « bras droits » :

    PS: Peillon tacle Royal
    AFP
    27/11/2008 | Mise à jour : 09:20 |
    .
    L’eurodéputé Vincent Peillon a estimé ce matin que « l’objet » des jours et des mois qui viennent pour le PS « ce n’est pas 2012 », prenant le contre-pied de Ségolène Royal, dont il est le bras droit, qui la veille a affirmé clairement ses ambitions pour la prochaine présidentielle.

    « L’objet des dix jours qui viennent et des mois qui viennent ce n’est pas 2012, c’est d’abord de rassembler le Parti socialiste, de lui donner une cohérence et, si nous le pouvons, d’accomplir sa rénovation », a déclaré M. Peillon sur Europe 1.

    La démarche de Ségolène Royal est « certainement légitime puisqu’elle a été notre candidate à la dernière élection (présidentielle) mais ceux qui la soutiennent, dont je suis, et ceux qui dans ce congrès se sont engagés à côté d’elle n’ont pas d’abord cette préoccupation à l’esprit », a insisté M. Peillon.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/11/27/01011-20081127FILWWW00456-ps-peillon-tacle-royal.php

  • excellent!

    vous direz à vos taupes pas modèle que rien ne ressemble moins à un 20 balles qu’un autre 20 balles, et qu’on a bien tord d’essayer de stigmatiser une population aussi hétérogène que celle là.

    dans ma section, la candidate aux cantonales était une vingt balles, elle vient d’être élue secrétaire de section, elle soutenait… Aubry depuis le début du congrès. fou non? elle s’est entourée d’un conseil (les militants considérés comme étant les plus actifs de la section) composé de plus de 50% de « 20 balles » bien la motion E ne représente que 32% des voix exprimées localement.

    notre candidat à la députation était un « full-fare-de-longue-date » qui s’est démené pour Royal dans la dernière campagne.

    On nous annonçait un TSS à 71%, on nous disais que les électeurs de Hamon ne pourraient jamais se reporter sur un vote Royal, on a vu que les choses étaient bien plus compliquées et que les lignes avaient bougées… je compte sur votre sagacité légendaire pour informer vos taupes (à qui vous transmettrez mes amitiés socialistes) que les choses ne sont pas aussi caricaturales qu’elles veulent bien le présenter…

  • @ avec 20 balles tu n’as plus grand chose

    Merci, merci…

    Je ne suis pas en désaccord avec ce que vous dites, ce qui devrait vous faire penser que vous n’avez pas bien saisi mon propos. Ce que je voulais souligner c’est que beaucoup au PS pensent de cette façon. Mais c’est clair, je transmettrais à mes taupes pas modèles vos observations qu’ils apprécieront sans doute.

    Plus sérieusement, toutes généralités du type « adhérents à 20 balles » portent un défaut intrinsèque qui est de nourrir de multiples exceptions en son sein, bien entendu. Il ne s’agit pas de stigmatiser à proprement parler de toute façon.

    Il s’agit beaucoup plus d’analyser les différences de culture politique, de comprendre pourquoi pour Royal (qui, elle, fait fait clairement la différence entre un adhérant à 20 balles et un autre), c’est une des deux SEULES conditions lors de la cordiale discussion d’hier qu’elle a proposé à Aubry pour considérer qu’elle pourra apporter son soutient aux travaux du PS sous la nouvelle secrétaire générale et enfin, de comprendre pourquoi pour beaucoup de cadres du PS, c’est une proposition clairement inacceptable.

    De plus, il faut s’entendre sur ce qu’est un adhérant à 20 balles. Ce n’est pas le montant de la cotisation qui compte, elle pourrait être d’un euro symbolique que ça serait la même chose – il s’agit d’engagement, d’implication et de culture politique. Votre chef de section sur ce plan, peut avoir payé 20 ou même moins, elle ne correspond pas à cette définition de l’adhérent à 20 balles, ni même certains des militants parmi les plus acharnés de DA.

    Pourquoi certains au PS pensent qu’il s’agit d’un sujet clivant ? D’après, donc, mes taupes, il s’agit d’une transformation extrêmement profonde du PS. Ils n’auraient aucun problème à ce que cette adhésion soit descendu à 2 euros voire même une simple signature, pourvu que ces nouveaux militants passent par un engagement progressif, pourvu qu’ils acquièrent une culture politique suffisante, pourvu qu’ils s’impliquent pour l’ensemble du Parti. Pour eux, un simple adhérent ne doit pas être stigmatisé mais ils considèrent qu’il est en général moins fidèle, plus versatile et ressemble à l’électorat : très difficile à contrôler depuis l’intérieur du parti, mais plus influençable quand les moyens de communication passent pas la presse ou Internet.

    En d’autres termes, même si ces classifications sont encore des généralités imparfaites, la peur c’est que le gros des troupes du PS soit composé, non plus de militants, mais de simples adhérents, qui ne connaissent le PS que pour ce qu’ils en ont lu sur Libé, qui n’entendent pas plus s’impliquer que de participer aux votes décisifs, qui se contrefoutent d’aller ou pas à un meeting en interne, etc. et qui, selon eux, ne disposent pas d’une culture politique suffisante pour décrypter les discours, les lignes, les postures, (pour les mesurer aux dogmes – ça c’est moi qui rajoute), etc.

    C’est de cette forme « d’entrisme » dont ils ont peur. L’entrisme d’une cohorte de gens qui ne sont pas des militants chevronnés mais de simples supporters comme cela a été dit de nombreuses fois. Et également, l’entrisme de la part d’adhérents de DA à qui il ne serait jamais venu à l’idée d’adhérer réellement au PS si Royal n’avait jamais existé.

    Je pense, ils pensent, nous pensons, que Royal pense pouvoir obtenir suffisamment plus de soutient de la part des « adhérents » (on va dire) que de la part des « militants » pour pouvoir renverser le rapport de force au sein du PS. Et ces taupes pensent ou craignent qu’elle ait raison. Et je serais plutôt d’accord avec eux sur ce point.

  • Ce qui est en jeu avec les adhérents à 20 € ou les primaires « ouvertes », c’est la conception même d’un parti politique « moderne ». C’était d’ailleurs quasiment la seule différence de fond entre les deux candidates du PS et leurs partisans respectifs.

    L’élection présidentielle se joue dans les médias et en particulier à la télévision, unique mode d’information de la majorité des Français. Dans ce contexte, émergent des personnalités du type de Sarkozy ou Royal, pas forcément les plus intelligentes, les plus compétentes, les plus subtiles, les plus sages, mais les plus « médiatiques », les plus « tacticiennes » et les plus déterminées (avec un énorme ego).

    L’UMP, comme le RPR avant lui, est un parti politique qui a vocation à faciliter l’accession au pouvoir de son chef (Chirac hier, Sarkozy aujourd’hui), un parti de « supporters » comme disent les soutiens de Martine Aubry (il est très facile d’adhérer à l’UMP). Et l’on est obligé de constater que ça marche pour accéder au pouvoir.

    Ce que veulent faire Royal et ses partisans, c’est se rapprocher de ce modèle, faire basculer le PS d’un parti qui, par culture, a toujours privilégié le collectif et s’est toujours méfié de la notion même de « chef » (le candidat ou le premier secrétaire n’étant que le représentant du parti, celui qui porte ses idées) à un parti de masse, plus ouvert sur la société (aujourd’hui la moitié des militants du PS sont des élus) et plus soudé derrière son candidat.

    Ségolène Royal peut être très agaçante (autant que Nicolas Sarkozy ?), c’est assurément une personnalité très « clivante » (autant que Nicolas Sarkozy ?), et pour tout vous dire, ce n’est pas forcément ma tasse de thé… Mais on est obligé de reconnaître que depuis trois ans, c’est elle qui fait « bouger les lignes au PS » (sur le fond et dans la forme) et qui porte l’idée de rénovation. Et c’est aussi elle qui, jusqu’à preuve du contraire, est la plus « populaire » (ayant notamment fait revenir dans l’électorat du PS à l’occasion de la dernière présidentielle des ouvriers, des employés et des jeunes, qui avaient déserté le « trop intellectuel » Jospin). C’est encore elle qui a déjà participé à l’élection présidentielle, réalisant un score honorable (17 millions d’électeurs pour une première tentative) et qui a pu tirer les leçons de cette défaite. Et même si le faible nombre de votants et les forts soupçons d’irrégularités relativisent le vote interne au PS, elle a quand même réussi à attirer 50% des militants avec tout le parti artificiellement uni contre elle (je rappelle que les pronostics initiaux donnaient Delanoë largement gagnant).

    C’est cette analyse qui explique le soutien de gens comme Peillon ou Valls. Ceci étant dit, rien n’est figé. Et l’émergence d’un Vincent Peillon d’ici 2012, si elle est plus qu’incertaine, compte tenu du nombre d’ambitions rivales en présence (Royal, Aubry, Strauss-Kahn, Fabius, Delanoë, Hollande…), ne serait pas pour me déplaire…

    Dernière remarque : c’est bien une crise de leadership que connaît le PS depuis le retrait de Jospin en 2002 et c’est bien le choc des ambitions qui explique le triste spectacle du congrès de Reims (et la question n’est toujours pas tranchée). On peut tout à fait imaginer que l’après-Sarkozy, qui commencera vraiment disons vers 2015 (à deux ans de la fin de son 2e mandat), donnera lieu aussi à une âpre bataille de succession à droite…

  • il me semble qu’on pourrait résumer les deux posts, très justes, d’eponymus et jeff ainsi: un parti de supporters est construit pour gagner l’élection présidentielle: on y adhère en fonction de la personnalité du leader, on le soutient, on le promeut (même trois ans en avance),un parti de mliliatnts s’intéresse plus aux idées, aux projets qu’il faut bâtir, faire partager, avant de penser aux victoire collectives (législatives, régionales, départementales) voire municipales(mais ici la personnalité du maire compte beaucoup..)
    etre supporter ne coûte pas cher, c’est le prolongement naturel du bulletin de vote pour celui que cela motive, être militant prend plus de temps, d’engagement, etc…

    ces deux conceptions sont apparues très « clivantes » ces derniers jours (je pense à un « mots croisés » lundi soir dernier) et expliquent beaucoup la vigueur de la confrontation au PS, au delà des strictes querelles d’égos

    il est vrai qu’il y a derrière une crise deleadership ouverte depuis 2002 à laquelle a échappé le parti majoritaire pas le heureux hasard d’une affaire judiciaire et d’un maladresse gouvernementale…
    mais la question reviendra, bien avant 2017!

  • Jeff a écrit:

    c’est bien une crise de leadership que connaît le PS depuis le retrait de Jospin en 2002

    francis a écrit:

    il est vrai qu’il y a derrière une crise deleadership ouverte depuis 2002

    Euh…c’est volontairement que vous oubliez les trois points essentiels du mal du PS ?

    • 1 le vide sidéral de projet politique. Pas une idée neuve, que des recettes obsolètes.
    • 2 les divergences idéologiques marquées au sein des courants, qui en fait un parti flasque depuis 25 ans ; pire un parti rétrograde et hors-temps depuis 40 ans.
    • 3 une absence de réalisme du monde tel qu’il est au 21° siècle.

    Tout cela allant bien sûr ensemble.

    Alors leadership, Ok c’est vrai … mais, comme on dit chez moi, … faut qu’il enlèvent la peau de saucisson qu’ils ont sur les yeux !

  • Je reviens sur cet aspect des adhérents (décidément c’est un thème obsessionnel aussi bien pour moi que pour Royal et vous allez comprendre pourquoi). Merci à Epo d’avoir déjà expliqué la différence entre un vrai militant et un touriste militant. J’ajouterais qu’il ne faut pas oublier que les militants désignent aussi les candidats socialistes à chaque élection.

    D’après Wikipédia, en décembre 2005 le PS revendiquait 150 000 adhérents, en décembre 2006 il revendiquait 280 000, ce qui représente pratiquement un doublement en une année. Ce sont des chiffres ronds, mais ça veut dire qu’il y a eu 130 000 adhérents à 20 balles. Tout ça c’est un peu trop pifométrique. Il y a plus précis, mais on ne sait jamais avec les chiffres du PS. Attention les vélos.

    En novembre 2006, d’après les articles de l’époque, 218 771 militants ont été convoqués aux urnes pour le vote des primaires entre SR, DSK et LF. Les résultats des primaires donnent 176 230 suffrages exprimés, soit 81% de participation.

    Selon Wikipédia, le Canard enchaîné a révélé que le PS comptait 133 831 adhérents (si j’ai bien compris fin 2005) et 161 404 en mars 2008. On fait l’opération 218 771 – 133 831 = 84 940 adhérents originaux à 20 balles. Entre novembre 2006 et mars 2008, le PS a perdu 218 771 – 161 404 = 57 367 adhérents à 20 balles.

    Le chiffre arrêté au 30 septembre 2008 pour le vote du Congrès de Reims, en novembre 2008, était de 232 511 adhérents. Je dirais que c’est le nombre total d’adhérents à jour de cotisation plus une nébuleuse de noms théoriquement éligibles pour voter à condition de se mettre à jour avec la cotisation. On ne sait pas combien de gens se sont mis à jour juste avant le vote. L’unique chose qu’on sait c’est que pour le deuxième tour de l’élection du premier secrétaire national du vendredi 19 novembre 2008, 134 800 adhérents ont voté. Donc, entre les primaires du PS en novembre 2006 et l’élection du Premier en novembre 2008, il y a eu une perte sèche de 176 230 – 134 800 = 14 430 électeurs. C’est un chiffre tout de même très important. Cela fait sans doute 14 430 touristes militants à 20 balles qui ont voté pour Ségo aux primaires de 2006.

    Je rappelle les règles d’adhésion au PS. Il est toujours possible d’adhérer au PS pour 20 € à condition de n’avoir jamais adhéré au PS avant. Ce discount est valable une année, après pour renouveler son membership il faut payer plein pot. Les montants des cotisations sont fixées par la section. Il paraît que c’est un peu n’importe quoi à ce niveau là, mais la règle, ô combien socialiste, veut que ce soit proportionnel aux revenus nets de l’intéressé.

    Vous voyez maintenant le désarroi de Royal, 14 430 votes qui sont passés à la trappe, de quoi se faire élire à la tête du PS. C’est là où ç’a merdé !

  • @ Pepito

    14 400… et dire, qu’il lui en aurait suffit que de 103 de plus.

    Brillante analyse chiffrée que bien d’autres dans les deux camps ont du faire…

    Cela rejoint un de mes post pendant cette campagne sur un billet précédent, qui soulignait que Royal en parlant de « milliers de contestations » parlaient plutôt d’adhérents qui n’avaient pas pu voter plutôt que de tricheries caractérisées dans les urnes opaques.

    Tiens Pepito, toi qui pense en termes de chiffres à cette occasion, pourquoi demander absolument un re-vote ? Un va-tout ? Une posture victimaire à plus longs termes ? Un positionnement marketing « victime contre tricheurs » en espérant un élan de sympathie de la part des militants ? Ou un truc plus subtil que j’aurais loupé ?

  • Ce n’est pas 14430 mais bien 41430, et ça ne remet pas votre analyse en cause, bien au contraire.

    La déperdition est due à la chute de la participation autant qu’à la baisse du nombre d’adhérents. Faut-il pour autant croire que ce que vous appelez les « touristes militants » (censés être pro-Royal) représentent le gros de la baisse ? Ce n’est pas si sûr. Il faut aussi compter avec ceux que la campagne de 2007 a pu écoeurer pour une raison ou pour une autre (je peux imaginer tout un tas de raisons) et qui sont allés soit planter leurs choux, soit voir du côté de Besancenot, ou à l’inverse du côté de Bayrou.

  • @Epo

    Je reviens un instant sur le 1er discours de Royal à Reims. La seconde partie de son discours, plus précisément, ou elle parle, entre autres, de « passeport de moralité socialiste ». Ces mots ne sont pas des vains mots, ils tendent à dénoncer une certaine dérive sectaire au sein du PS. Les hommes seraient égaux, mais le socialiste lui serait légèrement supérieur, parce que lui, le socialiste à la chance d’être né avec une bonne conscience, une bonne instruction et une hauteur de vue qui supplante toutes les autres. Je trouve le débat militants/supporters assez révélateur de cet état d’esprit.

    Étant consciente que ces considérations sont purement subjectives, je vais citer Francois Hollande, plus neutre sur la question et expert du Parti Socialiste :

    « Je suis conscient des atouts considérables que recèle cette formation politique : le dévouement de ses militants, la densité de son réseau d’élus, la crédibilité dans son exercice du pouvoir – local comme national. Mais je suis lucide sur ses fragilités : individualisme des comportements au sommet, étroitesse sociologique de sa base, vulnérabilité de son assise électorale. »

    Quoi qu’on dise, quoi qu’on pense, il y a la nécessaire « diversification sociologique » d’un parti composé d’élus (1/4), de collaborateurs d’élus (1/3) et ou se trouvent sur représentées certaines catégories sociales. et c’est la que la défense « d’une culture socialiste » prend des airs de corporatisme inassumée.

    Maintenant, l’idéal serait, en effet, que le parti soit composé exclusivement de militants actifs, représentatifs de la diversité de notre pays, connaissant Jaurès, Leroux et Mitterrand dans le texte, contributeurs zélés aux débats locaux et nationaux. Un parti qui serait la somme des centaines de milliers de cerveaux qui le compose. Ce serait en effet un idéal, qui malheureusement, ne s’est pas vérifié dans le passé, et dont je doute qu’il se réalise à l’avenir.

  • Eponymus a écrit:

    Cela rejoint un de mes post pendant cette campagne sur un billet précédent, qui soulignait que Royal en parlant de “milliers de contestations” parlaient plutôt d’adhérents qui n’avaient pas pu voter plutôt que de tricheries caractérisées dans les urnes opaques.

    difficile de ne pas voir de la tricherie caractérisée dans le trafic des listes d’émargement…

  • @ Gwynfrid

    Zut, j’ai inversé le 4 et le 1, c’est bien 41 430.

    Le score de Royal aux primaires de 2006 était très conséquent. Je vous répondrai plus en détail, mais je dois filer à un RDV.

  • C’est fascinant en fait ce que les gens du PS peuvent avouer dans certaines conditions – lorsqu’ils ne sont pas sur la défensive ou lorsqu’ils se critiquent entre eux – alors qu’ils vous auraient soutenu l’exact contraire même soumis aux pires menaces :

    « et où se trouvent sur représentées certaines catégories sociales. et c’est la que la défense « d’une culture socialiste » prend des airs de corporatisme inassumée. »

    Remplacez « une culture socialiste » par « une certaine idée de la france » – « une certaine idée de faire de la politique » – « une certaine façon de se comporter en tant qu’opposant », etc. et effectivement c’est bien ce qu’est devenu le PS au fil des ans (!) 🙂

  • vous avez raison de m’épingler, la colère m’égare… j’en suis réduite à répéter bêtement les arguments les plus excessifs exprimés contre le PS…

  • Gasper je suis ironique, mais en fait c’est beaucoup plus sain de venir ici, de débattre comme nous le faisons avec toute votre sincérité et sans langue de bois… donc respect et sans ironie.

  • @ Gwynfrid

    Les résultats de la primaire socialiste de novembre 2006 donnaient le nombre de suffrages suivant : SR 106 839, DSK 36 714 et LF 32 677.

    Les suffrages du 2ème tour de l’élection du premier secrétaire : SR 67 349, MA 67 451.

    Si l’on regarde DSK + LF en 2006 c’est 36 714 + 32 677 = 69 391 ce qui est du même ordre de grandeur que les 67 451 de Martine Aubry.

    Du côté Royal, les 106 839 (de 2006) – 41 430 (touristes qui n’ont pas renouvelé leur coti) = 65 409 ce qui comparé à 67 349 des suffrages du deuxième tour de Royal en 2008, c’est du même ordre de grandeur donc, bingo ! le compte est bon. Bien sûr que c’est légèrement plus compliqué que ça, mais c’est déjà une bonne hypothèse de travail.

    Une donnée qu’on n’a pas c’est le nombre d’adhérents encartés en règle aujourd’hui. A mon avis ce n’est pas les 232 511 adhérents avec lesquels on calcule le taux de participation. Je pense qu’entre 80 et 90% des encartés à jour ont voté, ce qui veut dire qu’il y a entre 150 000 et 170 000 adhérents au PS aujourd’hui.

    @ Epo

    La logique du camp Royal pour revoter est la suivante (ça n’engage que moi, bien sûr)

    1) Le camp Royal a demandé de revoter rapidement, c’est-à-dire aujourd’hui, afin de bénéficier de l’effet Royal. L’effet Royal c’est que les gens se mettent à rêver et après tout aiment voter pour quelqu’un qui a une dynamique favorable et qui a une bonne chance de gagner. Avec le faible écart entre les votes SR et MA, un petit coup de pouce à l’effet Royal et elle passe. Avec le temps, les gens ont le temps de réfléchir la tête reposée et l’effet Royal peut s’estomper et le résultat est moins sûr. La menace de procédure judiciaire, de manif devant les grilles du siège du PS et autres déclarations concernant les milliers de contestations servent à maintenir les gens et les médias en état d’excitation ce qui est favorable à l’effet Royal et ne donne pas le temps de réfléchir la tête reposée.

    2) Demander de revoter permet également d’essayer d’intervenir au niveau des anciens militants à 20 balles qui n’ont pas pu voter ou qu’on pourrait motiver à voter avec la promesse d’un remboursement de coti après le scrutin ou d’une régularisation après coup ou d’une dose d’assouplissement des règles.

    3) On a rien à perdre d’essayer.

  • Eponymus a écrit:

    mais en fait c’est beaucoup plus sain de venir ici…

    … plutôt que d’aller gonfler les rangs de l’ultra-gauche… oui c’est vrai 😉 merci de votre geste amical

  • Très intéressante remarque de gwy et très intéressant billet de jules, où l’on reparle, en quelques sortes des adhérents à 20 balles http://dinersroom.free.fr/index.php?2008/11/28/1008-retour-sur-le-parti-socialiste-la-surestimation-de-segolene-royal :

    « Philo: précisément sur ce sujet, voir ce billet de Jules. Si les intérêts des Guérini, Collomb, etc, ne coïncident plus avec sa stratégie, alors Royal est en moins bonne posture que je ne le pensais au premier abord. »

    Dans ce billet Jules décrypte la position, avant, pendant et après le vote des grandes fédérations ayant soutenues Royal. Il remarque que leur soutient initial s’était affadit depuis mais en provoquant la question suivante : pourquoi les ces grands barons, qui ne viseraient qu’à la protection de leur position dans ces fédérations locales, avaient soutenu Royal qui justement pronait un changement des modes de fonctionnement du PS qui risquaient à terme de leur nuire.

    Et c’est là, que Jules sort un truc qui m’avait totalement échappé qui se trouvait dans le doc de travail proposé aux autres motions :

    « Des responsabilités seront décentralisées aux fédérations pour que le parti fonctionne de façon ascendante en s’appuyant sur notre action concrète dans les régions, les départements et les communes. Des dotations financières plus importantes seront attribuées aux fédérations. »

    Et voilà, comment controler les adhérents à 20 balles qui sauraient la soutenir dans les grands votes d’envergure nationale aurait pu être cependant bien controlés : en se servant des Fédération comme filtres. Et comme le dit Jules dans un de ces commentaires, « c’est autre chose que de rendre le pouvoir aux militants. »

    On savait que pendant que Delanoë contemplait avec satisfaction sa cote de popularité qui necessait de progresser pour arriver dans les 60% y compris chez les sympathisants socialistes, Royal faisait un travail en profondeur en organisant de grands meetings dans certaines régions, rencontrait directement les leaders de certaines fédérations. Et qui disait renocntres, disait tractations, gages et promesses.

    On a vu ce que le vote pour les motions a donné. Une énorme disparité entre les sondages et les votes. On pouvait penser que les sondeurs avaient cherché à truquer le débat – sauf que les sondages se trompent parfois de quelques points, JAMAIS de plus de 19 (!) même si les individus sondés n’étaient pas précisemment des militants encartés.

    On a vu aussi que certaines fédérations tenaient les militants au point de pouvoir infléchir un vote, on a vu aussi que d’autres pouvaient gonfler les urnes en faisant voter des équipes de foot. Et ces explications sont bien plus crédibles qu’une éventuelle conspiration des sondeurs manipulés par les « caciques » du parti. Autrement dit, on ne peut pas accorder plus de crédit aux 29% de Royal – ou plus exactement de la motion E (et il y a d’ailleur un important distingo entre les deux) qu’aux 102 voix d’avance de Martine Aubry.

    Enfin, il est toujours intéressant de voir ce à quoi correspond l’ouverture des « portes et des fenêtres » pour Royal. La création d’un grand parti populaire… dont le peuple est soigneusement filtré par une décentralisation des pouvoirs renforcés des grosses fédés. C’est édifiant, indeed.

  • Article dans lequel on apprend des choses : http://www.lefigaro.fr/politique/2008/12/08/01002-20081208ARTFIG00256-aubry-royal-guerre-ouverte-au-ps-.php

    Par exemple, en parlant des « royalistes » :

    « La député de Paris Sandrine Mazetier, nommée secrétaire nationale à l’immigration, s’agace : «Ils déploient contre le parti des techniques que nous déployons contre le gouvernement. La minorité, ce n’est pas l’opposition.» »

    Sans plus de commentaires.

  • La stratégie de Royal est plutôt simple et claire : 1) recréer les mêmes conditions qui lui ont permis de gagner en 2006 les primaires pour être investie candidate présidentielle du PS dès le premier tour grâce au vote des adhérents à 20 € et 2) gagner la présidentielle avec les votes du MoDem. Les anti-royalistes veulent éviter cela et veillent par tous les moyens à ne pas accepter des « innovations » qui rendraient cela possible.

    Le rêve de Bayrou c’est d’éliminer le PS lors du premier tour de la présidentielle pour rester dans un duel Bayrou vs Sarkozy au deuxième tour. Il sait que dans ces conditions il obtiendrait automatiquement tous les votes du PS et de l’extrême gauche ce qui lui permettrait de gagner sans rien promettre à la gauche.

    Sans l’adhésion à 20 €, il n’y a pas d’adéquation entre sondages et vote des militants du PS. C’est donc très difficile pour le camp Royal de savoir quel est le support réel des militants du PS et celui de l’électorat français.

    Le pire scénario pour le PS serait que Royal, ne pouvant pas être désignée candidate officielle du PS, elle se lance comme candidate présidentielle indépendante au premier tour.

    En fin de comptes, les choses peuvent devenir assez compliquées d’ici 2012.

Les commentaires sont fermés