Lâché par "les siens" ?

J’aime ces conjonctions. Un fait plus un autre qui, mis ensemble, prennent un certain sens. Voilà Ayrault, qui s’en prend aux « intellectuels ». Un « intellectuel » ne peut être que « de gauche » – certains soutiennent même sérieusement que c’est consubstantiel – ou alors c’est un vieux con.

Parallèlement, je reçois un communiqué de presse des Jeunes Populaires sur les intentions de vote des jeunes 18 à 29 ans. 32% pour Sarkozy, 26% pour Royal (-10 en un mois). 56 % estiment que Sarkozy fait une bonne campagne, 67 % que Royal en fait une mauvaise. 58 % que Sarkozy a un projet pour la France, 36 % pour Royal. 53 % que Sarkozy a la stature d’un Président de la République, 26 % pour Royal… Jeunes cons.

Il paraît que les profs se tâtent… Cons d’profs ?

Billets à peu près similaires

Aucun billet similaire (même à peu près).

33 comments

  • Les RG et la puissance de l’argent manipulent les sondages (je rappelle que certains dans l’entourage de sarkozy connaissent des gens qui travaillent dans les instituts de sondage)

  • >frigobus

    C’est pire que ça ! De toute façon, les sondeurs participent au grand complot médiatico-financier. Les termes exacts ont leur importance.

    Blague (?) à part, je remarque qu’Ayrault suit sagement la nouvelle ligne du parti: lui aussi appelle le passé à la rescousse pour taper sur les ennemis de l’intérieur.

  • Dans le sondage que tu cites, Koz, j’ajoutes que Bayrou recueille 15% des intentions de vote, en progression de 5 points, chez les 18-29 ans. Dommage que ce soit la population qui vote le moins !

  • Tu parlais des profs dans la fin de ton billet Koz. Je te le confirme car c’est ce que je vis tous les jours dans mon département (encore ce midi, où j’ai déjeuné avec un prof de fac de droit) : c’est vers François Bayrou que se portent une partie des profs déçus par la gauche.

  • Vous perdez le sens de la mesure. Ayrault ne s’en prend pas « aux intellectuels » mais à Glucksman et Finkielkraut.

    Encore que quand on lit des absurdités pareilles :

    [quote] Je vous rappelle ce lapsus fasciste qui qualifie Nicolas Sarkozy «néoconservateur américain à passeport français».

    Alain Finkielkraut [/quote]

    il est légitime de se demander si Finkielkraut est un intellectuel ou un trolleur Usenet de bas étage.

    Pour rappel, il y a une différence entre détester les américains (des gens dont le tort serait d’être nés dans une aire géographique donnée) et contester le néoconservatisme américain (une idéologie).

  • >jmfayard

    Vous remarquerez que c’est largement confondu dans le discours de la gauche, pour qui « atlantiste », c’est un « néoconservateur ultralibéral ». Bref, c’est pire qu’une insulte.

  • Ayrault n’a pas donné de nom…

    Et le fait est qu’un certain nombre d' »intellectuels » – une catégorie dont la droite se méfie tant on lui a râbaché qu’ils étaient nécessairement de gauche, un homme de droite ne pouvant être un « intellectuel » – classés à gauche s’en écartent.

    Maintenant, vous illustrez parfaitement la réaction de Jean-Marc Ayrault : s’ils s’écartent de la gauche, c’est qu’ils sont devenus vieux et/ou cons. Si jamais il leur prenait de retourner à gauche, alors il faudrait croire que la lumière est revenue… ou qu’ils ont rajeuni. Ce qui ne serait pas moins improbable que de soutenir un candidat de droite et se prétendre pourtant encore « intellectuel« .

    Ceci étant dit, je ne vous demande de vous poser la question en votre for intérieur (puisqu’ici jamais vous n’admettrez qu’elle puisse vous ébranler) : et si Finkielkraut n’était pas un « trolleur… », s’il était resté le même, un Finkielkraut, avec une certaine capacité d’analyse, bref, s’il avait raison… Ce serait terrible ?

    Mais bon, rassurons-nous : l’intelligence, la lumière, la raison, sont à gauche.

  • Faut pas le répéter : un ami chinois qui va souvent aux Etats Unis a appris que des amis financiers de Georges Bush et avaient des actions dans les instituts de sondage français et les quotidiens……………………… Peut-être que Berlusconi aussi ?

  • [quote comment= »2836″]Les RG et la puissance de l’argent manipulent les sondages (je rappelle que certains dans l’entourage de sarkozy connaissent des gens qui travaillent dans les instituts de sondage)[/quote] J’ai ri. 😀

  • [quote comment= »2890″]Oui, j’en ai entendu parler aussi. Il paraît que le capital a changé de mains aux alentours du 14 janvier.[/quote] Le capital de quelles sociétés ?

  • Je plaisantais. Le 14 janvier, c’était le congrès d’investiture de Sarko et, comme les sondages ont commencé à évoluer différemment à cette date, cela signifie nécessairement, a vu de ce que disait Blanc Cassis, que le capital avait changé de main.

  • ok. Ja parle d’expérience : le copinage est réel entre les politiciens et les dirigeants des principaux instituts de sondage … C’est pour ça que je n’ai pas saisi l’humour dans ton message et dans celui de frigobus 😉

  • A. Finkielkraut dit : « La gauche de gouvernement est intimidée par l’extrême gauche comme elle l’était autrefois par le Parti communiste. »

    Cela fait bien longtemps que je me pose des questions sur les réelles convictions de SR et sur les personnes qui gravitent autour d’elle. En l’observant et en écoutant cette candidate depuis plus d’un an mes sentiments à son égard se renforcent tous les jours davantage, mon malaise va en grandissant.

    Depuis le départ, contrairement à ce que certains croyaient, j’avais le sentiment qu’elle cachait derrière un sourire médiatique une tendance, parmi les pires pour moi, celle d’une populiste gauchiste/utopiste en tailleur Chanel. Contrairement à AF je ne la pense pas intimidée par cette gauche, mais plutôt consentante.

    Posez vous donc quelques questions sur son entourage proche, sur la composition de son staff, ses participations aux manifestations d’ATTAC, ses jurys populaires, les débats participatifs, l’encadrement des jeunes délinquants par des militaires, son attitude envers des personnes de l’opposition, sa réaction approbatrice d’un discours anti-américain, la réquisition d’un immeuble approuvée, le pamphlet Besson approuvé etc. et maintenant ce discours violent. Ce n’est pas un soudain virage à gauche, ce n’est que la continuation d’une longue liste d’indices qui me préoccupent depuis longtemps.

  • On est dans le niveau zéro de l’analyse : se précipiter sur un discours anecdotique de Ayrault qui concerne deux ou trois « intellectuels » médiatiques, et ne prendre qu’une partie pour en tirer des blagues et des conclusions de comptoir.

    Je réponds juste sur les sondages d’opinions. Ils n’ont strictement aucune valeur scientifique. C’est même tout le contraire d’une démarche scientifique. A la fin du sondage, on n’a aucune idée de la marge d’erreur du phénomène, et pour cause on ne sait trop ce que l’on a mesuré et l’on est même pas sûr d’avoir une vision fidèle… des personnes interrogées. La seule partie intéressante, c’est l’analyse qualitative qui a précédé l’enquête, quand elle n’a pas été bâclée, et cette partie n’en a connaissance que le client qui a commandé le sondage. De toutes façons elle ne donne que des tendances et pas des grandeurs.

    Si l’on remonte en arrière, à peu près au même stade de la campagne, Jospin, Balladur étaient présidents. On est dans l’intox, dont est dupe qui veut bien être dupe.

  • Désolé de ne pas avoir mérité votre satisfecit, Lucas. Je pense que vous percevrez mieux la chose si je vous avoue que sur ce blog, il y a des analyses, des billets d’humeur, des réactions, des coups de coeur, des coups de gueules, et parfois des aphorismes trop longs pour en être.

    Quant aux sondages, nous savons tous à quoi nous en tenir. Ceci étant dit, la marge d’erreur est explosée, dans celui-ci.

  • [quote comment= »2906″]Je réponds juste sur les sondages d’opinions. Ils n’ont strictement aucune valeur scientifique. C’est même tout le contraire d’une démarche scientifique.[/quote] Les sondages reposent sur des bases scientifiques et utilisent des méthodes statistiques solides. C’est la variable étudiée qui est complexe. Les sondeurs utilisent tout ce que la science dispose pour produire les résultats les plus justes possibles. C’est fou ce que l’on peut dire quand les sondages ne sont pas vaforables.

  • Finkelkraut, c’est pas le type qui parlait de l’équipe de France « Black-Black-Black » ?

    Ah non, j’ai dû confondre…

    Mais comme dit Koz, « et s’il avait gardé toute sa lucidité ? »

    Effectivement, la question mérite d’être posée !

  • [quote comment= »2906″]Je réponds juste sur les sondages d’opinions. Ils n’ont strictement aucune valeur scientifique. C’est même tout le contraire d’une démarche scientifique. [/quote]

    C’est drôle à lire, surtout quand on sait que les résultats donnés le soir des éléctions, qu’on sait fiables avec un très fine marge d’erreur sont… issus d’un sondage.

  • Ha non frigobus, Il s’agit de sondages sorties des urnes sur un échantillon je crois 10 ou 20 fois plus gros qu’un sondage normal. Et ca suffit pour avoir une marge d’erreur quasi nulle.

  • Ha non Thibs, il sont issus surtout des premiers dépouillements, la plus grande partie des bureaix fermant à 18 heures. Pondérés par un sondage sortie des urnes peut être, mais le vote Le Pen, par exemple, est tellement sous-déclaré qu’aucun sondage ne peut le mesurer précisément.

  • Linca, je doute que les résultats donnés a 20h ne prennent pas du tout en compte le vote parisien, ou tous les bureaux ferment à 20h par exemple.

  • Je rajoute : selon toi comment font les candidats pour connaitre le résultat en milieu d’après-midi ? J’imagine que la sous-declaration du vote le Pen est pondérée selon un indice relativement constant.

  • Pingback: blow job animations for the sims 1

Les commentaires sont fermés