JMJ : des pèlerins « enracinés en Christ »

Vous n'avez pas vécu les mêmes JMJ qu'eux, sur place. La lecture des dépêches AFP et des medias généralistes vous aura amplement renseignés sur ce marronnier, certes plus vivace cette année, du coût des JMJ (en fait, 160 millions d'euros de bénéfices pour l'économie locale). Vendredi, vous aurez suivi les aventures de 150 manifestants en home des sites d'infos les plus réputés, quand les pèlerins étaient 1.500.000 (soit un rapport de 1 à 10.000) mais pourtant ignorés. Qu'importe : ils ont poursuivi leur pèlerinage, ils ont fêté leur foi.

Plus encore : samedi soir, ils ont splendidement illustré le thème de ces JMJ, "enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi". A l'aéroport Cuatro Vientos le bien nommé, sous un orage dantesque, qui a même fait écrouler deux chapelles, il fallait avoir de bonnes racines pour continuer à sourire, chanter, sauter, scander le nom du Pape, avant d'offrir un moment d'un exceptionnel silence lors de l'adoration présidée par Benoît XVI.

"Affermis tes frères dans la foi", c'est la mission de Benoît XVI. Il n'est pas "charismatique" comme Jean-Paul II ? Lui, on ne l'accusera pas de susciter des élans de sensiblerie : son charisme, c'est la catéchèse. Sa touche, sa patte, c'est l'enseignement et ce sont les silences. Ces silences sont toujours aussi impressionnants lorsqu'ils sont respectés par des centaines de milliers de personnes, que ce soit aux Invalides en octobre 2008 ou avant-hier, à Madrid. Mais que ce calme, cette paix, survienne après la tempête - qui fut comme calmée lors de l'exposition du Saint-Sacrement - voilà qui était plus fort encore.

Pendant quatre jours, le pape et, en de multitudes d'endroits, autant d'évêques que l'Eglise peut en fournir, ont enseigné ces milliers de jeunes de tous les continents. Ils ont parlé à ces jeunes qui ont de bonnes raisons d'envisager l'avenir avec inquiétude, comme les "indignés" l'ont souligné. Le Pape l'a d'ailleurs rappelé simplement dès jeudi. Pourtant, ces jeunes manifestent encore la joie. C'est que le Pape leur demande de s'enraciner pour une vie, au-delà des aléas de la croissance, au-delà des tendances de la mode. Il leur demande, avec une exigence bienveillante, de fonder leur vie "sur le roc", sur la Vérité qui, a-t-il dit, "n’est pas une idée, une idéologie ou un slogan, mais une Personne, le Christ, Dieu Lui-même venu parmi les hommes !".

Cette exigence, ces jeunes catholiques la reçoivent parfaitement. Comme le soulignait une enquête de la Vie, ces "cathoplus » sont certes moins nombreux qu'au « temps jadis » (le fameux temps jadis durant lequel tout était si bien, d'après vos grand-parents) mais ils sont ardents et certainement plus disposés encore à témoigner de leur foi « avec simplicité et sincérité » après l'envoi par le Pape lors de son homélie de dimanche.

Encore tout ceci est-il désincarné. Les JMJ, ça se vit. Pour faire mieux connaissance avec l'évènement, il faut plonger dans la foule avec Jean Mercier, qui vous promet « du sens, de la sueur et des larmes », ou lire ces douze lettres adressées par des jeunes JMJistes à leurs amis, leurs parents.

Ces JMJ se sont closes sur une lecture. Pas une lecture choisie exprès, juste la lecture du jour, coïncidence providentielle.

Jeudi, le Pape a accueilli les jeunes sur cette parole : « N’ayez pas honte du Seigneur ! ». Nul doute nombre d'entre eux s'apprêtent à témoigner "avec simplicité et sincérité » - comme le pape les y a appelés - de leur réponse à cette question que le Christ pose à ses disciples dans l'évangile : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? ».

*

Et Dernière minute : Certains entendent d'ailleurs répondre à l'exhortation du Pape - " N’ayez pas peur d’être catholiques, d’en témoigner toujours autour de vous avec simplicité et sincérité !" - en commençant par là : être 1.000.000 sur cette page. Juste un petit million. "Même pas peur". | Et pour ma part, je vous donne rendez-vous ce soir sur Europe1, à 20h45 (l'émission commence à 20h00) pour parler de ces JMJ.

Egalement sur Atlantico



Author

Tête de pont ®, résolument à mon compte, quand j'y réfléchis bien.

39 comments

  • Il ne s’agit pas d’un commentaire de votre billet, Koz. Dans leplus.nouvelobs.com/, je vien sde lire un article » Benoît XVI et l’avortement, un pape moins réactionnaire que sa caricature. Je n’ai trouvé nulle part dans La Croix les informations qui sont données. Merci de votre aide pour un « décryptage ».

  • Oui, j’ai lu. La seule erreur que fait Bruno Roger-Petit, c’est que l’excommunication attachée à l’avortement a toujours pu être levée. La seule chose est qu’en temps ordinaire, du fait de la gravité de l’acte, elle ne peut l’être que par l’évêque. Celui-ci peut, en revanche, sous certaines conditions, autoriser un prêtre à la lever directement. Le pape l’a permis pour les JMJ. Ce n’est donc pas en soi totalement nouveau, mais c’est assez important qu’il ait souhaité le faire à cette occasion.

    Pour le reste, je souscris au propos sans le limiter à l’avortement : le Pape est bien éloigné de sa caricature. Je l’ai dit souvent : je n’étais pas heureux de son élection. Je me suis dit qu’on avait choisi le plus rigide, qu’on allait en prendre plein la fiole. Aujourd’hui, je suis derrière lui sans complexe, sans crainte, avec admiration et je dirais presque une certaine fierté.

  • Comment ça ? Europe 1 invite qq’un d’autre que M. Lenoir pour parler religion ? Diable, toute ma théorie à réviser :-)

    Bon courage pour l’émission ; je crois que vous êtes en effet la personne idéale pour parler de cette jeunesse catholique dont les contours ne font de plus en plus précis, prémices et augures tout à fait encourageantes.

    Pour revenir au media, je crois qu’il y a eu comme souvent une dichotomie entre les journalistes sur le terrain, plutôt bluffés, et les salles de rédactions engoncées dans leurs vieux réflexes. Au final, lisant les divers comptes rendus, il semble que la vision des journalistes de terrain ait fini par prévaloir globalement. Tiens, même la BBC mange son chapeau : Support for the Catholic Church ‘on the increase’

    En attendant la prochaine bourrasque, profitons de cet instant de grâce ^^ – ça ne durera pas longtemps.

  • Ouais, 1.500 000 millions de personnes qui louent sous la pluie puis que se taisent en adoration, c’est fort. Et la nuit qui a suivie aussi. Petit billet sympa. Pas loin de quelqu’un qui en revient.

  • Merci pour cette analyse.

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre 1er paragraphe, que je trouve un peu naivement optimiste. Dans une société déchristianisée, où l’Eglise Catholique est sujet de moqueries la plupart du temps, et façonnée par les médias, on ne peut pas admettre que les médias français aient volontairement passé sous silence les 1.5 M de jeunes au profit du coût des JMJ ou des manifestants anti-JMJ. Bien sûr qu’on va avoir les revenus des JMJ, bien supérieurs aux coûts. Mais depuis il y a la Libye, DSK, et plein d’autres bonnes raisons pour ne pas parler ce ce chiffre-là. Bien sûr le Pape a un discours aussi révolté contre les excès de la finance et pour la justice par ce temps de crise que les Indignados (dont je partage par ailleurs la révolte), mais ça on ne le dira pas.

    Et au final tout ce que les millions de français déconnectés de l’Eglise incarnée garderont comme image et opinion de l’Eglise, c’est qu’un vieil homme se fait payer un bain de foule en Espagne pour répandre un discours déconnectés de la réalité. Et j’ai beau être une modérée et comme vous pas très fan de Benoit XVI (même maintenant), je trouve ça injuste, révoltant et grave.

  • Bravo pour ton intervention sur Europe1, tu as dis ce qu’il fallait avec le ton qu’il fallait. Merci d’avoir été présent ! (enfin je met une voix sur Koz !) Pour en revenir aux JMJ et aux médias, malheureusement resté en France, j’ai bien senti une nette différence entre les journalistes présents à Madrid (optimisme, joie) et ceux de Paris: les opposants systématiquement (radio France et rtl).

    Bonne continuation

  • J’ai écouté l’émission d’Europe I. Des clics et des claques. Je me suis demandé ce que vous étiez allé faire dans cette galère. Un point positif: avoir mis les JMJ au programme. Le reste: des questions en rafale, des invités qu’on interroge mais qu’on coupe sans cesse, une insistance sur des détails pour refuser de voir l’essentiel. Comme cette ,comment l’appeler « présentatrice », journaliste, ? qui insiste sur le fait que des jeunes étaient nus. Mais il faisait chaud à Madrid…On s’arrosait sans doute.. Emission pour tourner en dérision, faire du buzz. Tout est fait pour mettre en valeur des présentateurs et vendre un concept. Vous avez eu du courage Koz…..!

  • Koz, je te trouve un peu dur avec les journalistes : les JMJ ont bénéficié d’une couverture large ( http://jmj2011madrid.fr/ils-parlent-des-jmj ), qui à part quelques médias (cf. le carton jaune de Bernard Lecomte http://lecomte-est-bon.blogspirit.com/archive/2011/08/21/a-mes-amis-et-confreres-du-monde.html ) a été bien au-delà de la question du coût.

    On a ainsi pu voir dans nos JT des jeunes parler de réconciliation, de vocation, de leur réception de l’enseignement de l’Eglise (en nuances), de leur manière de pratiquer, de leurs aspirations, de leur rapport à la souffrance du monde, etc.

    Nombre de journalistes ont fait un travail remarquable, dans un esprit d’indépendance et dans une vraie quête de compréhension de la recherche humaine et spirituelle qui sous-tend la participation aux JMJ.

    Je partage le reste de ta lecture :)

  • @ Paul:

    Ce que vous écrivez est partiellement juste. Que les journalistes fassent leur travail, c’est, somme toute, normal, non ? Mais un journaliste n’est pas un électron libre. Il travaille dans un journal qui suit une ligne….. Prenons « Libération », quotidien de gauche incontestablement et déclaré comme tel (écouter entretien sur RMC à 12h30 hier lundi avec DEMORAND). Voilà un quotidien qui a une audience: UN seul article sur les JMJ le 18 août pour centrer toute l’info sur Benoît XVI et l’avortement. Ah! eh bien, ils auront été bien informés les citoyens de gauche sur les JMJ avec « Libé » ! La tonalité générale des média en France, hormis les média catholiques évidemment, sur l’information concernant les catholiques est la plupart du temps tendancieuse pour rester modéré. Et l’émission sur Europe I que j’ai entendue hier soir me conforte dans cette appréciation. Alors, Paul, ah oui dans les statistiques on va bien voir qu’on a parlé des JMJ sur Europe I le lundi 22 août à 20h46. Le tout est de savoir comment. Et votre longue liste que vous présentez en lien ne dit rien là-dessus. Merci Paul de votre attention

  • @ Lili:

    Bon, déjà, sur l’aspect économique, I respectfully dissent. D’une part, les estimations des retombées sont difficiles à estimer, de même d’ailleurs que les coûts. Par exemple, sur la valeur que l’on peut accorder au fait d’héberger un tel événement, certains pouvant l’estimer nulle et d’autres au contraire l’estimer importante. Surtout, sur les coûts liés à la sécurité, aux transports, aux coûts liés à la gêne pour les usagers du métro, les taxis etc… Ceci dit, ce type d’évaluation n’est ni moins ni plus problématique pour les JMJ que pour (plus grand) les jeux olympiques ou (plus petit) Paris plage…

    Après, je trouve que l’église espagnole est de plus en plus contestée en Espagne, d’où peut-être des manifestations qui n’auraient probablement pas eu lieu il y a 20 ans (et certainement pas il y en a 40 !). Les difficultés liées à l’apostasie sont un peu plus que ponctuelles (j’ai personnellement dans mon entourage qqn qui demande à être rayé des registres de l’Eglise, et qui n’arrive pas à l’obtenir). De même, le fait que l’Etat collecte l’impôt (sur une base volontaire, certes) au profit de l’Eglise commence également à être contesté. Bref il se passe qqch en Espagne sur le front religieux, et je pense que les affrontements font ressurgir de vieux conflits.

    Après, très sincèrement, j’ai l’impression que l’Eglise espagnole est, après tout, le reflet des contradictions et tensions de l’Espagne : une hiérarchie (Mgr Rouco Varela) très droitière et « espagnoliste » (il suffit d’écouter la cope, la radio de la conférence épiscopale), mais des clergés basque et catalan plus autonomistes. Un peu comme en France, où penser que l’Eglise est un bloc uniforme est une erreur, mais les tensions en plus…

  • @ Lili @ Paul : loin de moi l’idée de sombrer dans le relativisme, mais peut-on penser que la vérité n’est pas loin d’être entre vos deux positions ?

    Il est vrai qu’il y a eu de bons reportages. J’ai en particulier vu ceux de France2 dimanche à 13h et 20h qui, tout en mentionnant encore les contestations, étaient très positifs.

    Mais pour ceux qui, comme moi, sont passés par les sites d’infos nationaux, non, le traitement n’était pas correct. Pas une dépêche sans rappeler la question du « coût des JMJ » pendant deux jours (samedi, j’étais un peu plus off) : « AFP – Le pape se lève | Il y a une polémique sur le coût des JMJ », « AFP – Le Pape se brosse les dents | Le coût des JMJ fait polémique ». Et tout ceci repris en boucle, sans qu’aucun media ne songe à essayer d’éclairer le débat. Pourtant, est-il si difficile d’imaginer que ce type d’évènements a des retombées sur la ville ? Je me suis mal exprimé, sur Europe 1, hier, mais quand j’ai parlé de la Coupe du monde de foot et des JO, ce que je voulais dire, c’est qu’on se bat pour les avoir précisément au nom des retombées que l’on espère. Et je ne suis même pas certain qu’ils rassemblent 2.000.000 de personnes.

    Bref, tout cela pour dire que ces polémiques nous ont éloigné de l’essentiel, ce que je me suis appliqué à ne pas reproduire dans mon billet. Mais, regardez – et je le dis sans critique aucune, mais juste pour observation – bien que je n’ai consacré qu’un paragaphe à cette question sur l’ensemble du billet, de quoi parle-t-on au final ?

    Peut-être faut-il y voir aussi une pente malheureuse de l’Homme.

    Alors, pour ne pas nous laisser reprendre, on visionnera la vidéo proposée par Yves : Retour sur la veillée de prière des JMJ par KTOTV

  • Malheureusement, tant que ce seront des bourgeois nantis qui représenteront le catholicisme dans les médias, il ne sera pas différencié par l’auditoire, du reste de la bourgeoisie oligarchique. Et j’ai beau regarder les JMJ dans tous les sens possible, il m’est difficile d’y voir autre chose qu’un happening festif dont la modernité a le secret. Un genre d’apéro facebouk entrecoupé d’une messe.

    Ceux qui vivent au contact de la précarité et de la jeunesse pauvre, savent qu’ils sont loin du catholicisme, à de rares exceptions prêt. Non pas qu’ils ne soient pas réceptifs à l’évangile, mais personne, et surtout pas les « cathos » français, ne leur propose.

  • @ hélios:

    En fait, la situation est plus compliquée (full disclosure : j’étais responsable de la com des JMJ) : si certaines rédactions sont clairement hostiles, l’absence de couverture pour d’autres s’explique.. C’est le cas de Libé, dont le poste de journaliste « religion » est en train d’être réaffecté. Ca peut être aussi bête que ça !

    On a pu voir tous les cas de figures : des rédactions positives et déterminées à montrer la réalité, aux journalistes très pros ; des journalistes volontaires, mais téléguidés par des rédactions pas favorables (c’est aussi frustrant pour eux que pour nous !) ; des rédactions n’ayant pas envoyé de journalistes, et donc réduites à relayer l’AFP… chaque cas est particulier.

    @Koz, tu cites BFM dans #dcdc Regarde leur couverture http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/recherche/recherche.php?word=jmj&order=2&actu=1&x=0&y=0 tu verras une majorité de reportages positifs, dont deux excellents (chemin de croix et pardon, page 2)

  • @ Paul:

    Merci, Paul, de vos précisions très utiles et très intéressantes qui permettent de saisir la complexité de la réalité et d’aller au fond des choses.

    Ceci dit, dans l’ensemble, le fait religieux n’est pas très bien traité dans les média ou est traité superficiellement. La formation des journalistes, je suppose, est peut-être déficiente sur ce plan.

  • @ hélios: Effectivement, le « fait religieux » est mal connu : à nous d’exprimer clairement et simplement ce que vivent les jeunes !

    J’ai trouvé intéressant de constater que les journalistes jouent au début la facilité en traitant l’événement et ses grandes manifestations sous un angle politique ou avec un regard amusé.. et qu’ensuite, au fur et à mesure de leur rencontre avec les jeunes, ils se posent la question importante : que viennent-ils chercher ici ? que trouvent-ils ? Eux aussi ont besoin de temps (et de rencontres !) pour rentrer dans les JMJ ! De ce point de vue, le mercredi est intéressant, car sans événement majeur : ça force à creuser un peu !

  • @ Paul:

    Je trouve que votre analyse est très éclairante.

    Il est vrai, sans doute en partie, que les journalistes peuvent être désemparés pour commenter un évènement qu’ils ne comprennent pas sauf si eux-même sont animés par la foi. Ils se raccrochent donc à tous les épiphénomènes qui leur « parlent » davantage : le coût des JMJ, par exemple…ça, c’est de l’économique, c’est du solide, on a des repères. Mais la foi ? C’est une partie de l’explication sans doute.

  • @ Koz: J’arrive au bout d’une revue complète de tous les reportages diffusés la semaine dernière.. A la réflexion, le contraste entre les rédactions est saisissant et je comprends qu’en ayant regardé certaines chaînes, ou à certaines heures, tu aies pu avoir ce sentiment.

    Je vais essayer de proposer dans les prochaines semaines une analyse aussi complète que possible de la couverture de l’événement :)

  • Il convient de centrer les commentaires sur la signification des JMJ par rapport à la foi de ces jeunes. C’est-à-dire aller à l’essentiel. Le billet de Koz porte sur l’essentiel, une fois réponse faite aux questions périphériques (coût des JMJ, oppositions etc)

    Alors qu’il y avait tous ces jeunes dimanche à la messe de clôture à MADRID, moi, je constatais qu’à la messe de ma collégiale, il y en avait très peu et il y en a toujours très peu. C’est donc avec juste raison que BENOIT XVI a exhorté les jeunes à aller dans les églises et y prendre leur place.

    Maintenant, est-ce que nous faisons une place aux jeunes dans les paroisses ? Dans le concret des choses, beaucoup de paroisses fonctionnent avec des « cadres » de plus de 60 ans. Les prières universelles, par exemple, sont écrites par des fidèles qui font partie de la même tranche d’âge, dans un langage ampoulé, compassé et inaudible alors que le pape est capable de parler simplement. Dans les chorales, dominent les plus de 65 ans et dès qu’on propose de modifier les horaires des répétitions pour que les jeunes puissent y participer on se heurte aux résistances des habitudes. Personne ne veut rien changer parce que chacun est installé dans un confort qui le satisfait…

    Donc, la suite des JMJ, c’est cela, un travail dans les paroisses pour changer les choses et donner une place aux jeunes, échanger avec eux pour comprendre l’expression de leur foi.

  • Christopher Johnson a écrit : :

    Malheureusement, tant que ce seront des bourgeois nantis qui représenteront le catholicisme dans les médias, il ne sera pas différencié par l’auditoire, du reste de la bourgeoisie oligarchique. . Ceux qui vivent au contact de la précarité et de la jeunesse pauvre, savent qu’ils sont loin du catholicisme, à de rares exceptions prêt. Non pas qu’ils ne soient pas réceptifs à l’évangile, mais personne, et surtout pas les « cathos » français, ne leur propose.

    Merci pour cette analyse que je partage complètement. Je fais partie des bourgeois nantis cathos (vous oubliez « ultra-intellos », ça compte aussi dans votre questionnement) , et je l’avoue : on est mauvais pour aller vers les jeunes en galère, et on est pas vendeurs médiatiquement, ça c’est sûr…

    Le pire c’est que j’ai l’impression que l’Eglise en tant qu’institution s’en fiche complètement, et les paroissiens en tant qu’individus sont quelque part entre « on s’en fiche, on veut pas le voir, on le voit mais on ne sait pas quoi faire, on le sait et justement on ne veut pas se mélanger, c’est valorisant de se retrouver entre gens bien sous tout rapport ». Mais c’est un autre débat, sauf que personne ne le lance, ce qui est dramatique.

  • @ Lili:

    Attention, Chère Lili, jamais je n’ai parlé de  » bourgeois nantis » ni d’ « ultra intellos ». Je n’ai pas du tout parlé des catégories sociales. Je ne jette l’anathème sur personne. Ne peut-on pas avoir une réflexion dans l’Eglise comme vous semblez le souhaiter. Merci beaucoup de votre attention Lili.

  • @ Lili:

    Pardonnez-moi, Lili, je me suis trompé dans le destinataire. Mon analyse va dans le même sens que Christopher avec l’aspect social en moins. Je ne suis pas certain qu’il faille « socialiser » le débat. La pyramide des âges des catholiques pratiquants serait très intéressante à étudier……Donc c’est une analyse plus fine qu’il faut faire. L’exhortation du pape aux jeunes va dans le sens de ce que nous disons.

  • @ Lili:

    Vos propos percutants interrogent. Autrefois l’abbé Pierre, Sœur Emmanuelle, des prêtres ouvriers offraient dans les média une image différente de l’Eglise qui apparaissait moins intellectuelle, moins typée sociologiquement et ayant beaucoup plus « les mains dans le cambouis ».

    Pour autant, affirmer que « l’Eglise en tant qu’institution s’en fiche complètement » me semble excessif. Je crois simplement que l’institution fait ce qu’elle peut avec des moyens qui s’effilochent.

  • Bonsoir Koz,

    le chiffre des bénéfices des JMJ pour Madrid est sans doute discutable: beaucoup y vont dans des voyages de type « routard » qui génèrent peu d’activité économique, et ces évènements déplacement aussi l’activité habituelle: il y a par exemple probablement eu des annulations de congrès (qui eux rapportent vraiment de l’argent à une ville) ce week-end là. Et même pour les JO et autres grands évènements (qui rassemblent des gens au pouvoir d’achat plus élevé), les dernières recherches tendent à prouver que leur impact économique est a peu près nul voir négatif dans les grandes métropoles.

    La question se pose aussi plus pour l’Espagne, un pays dans une grave crise économique, et aussi un des pays les plus injustes, avec des « insiders » très protégés (réseaux, emploi à vie…), et d’autres « hors-système », dont beaucoup de jeunes, qui souffrent (et qui s’expriment dans les « Indignés ». Certains considèrent peut-être les JMJ comme une nouvelle « fleur » faite par l’état à un de ces groupes d’insiders, la bourgeoisie traditionnelle.

    Au sujet de la couverture médiatique, je suis convaincu qu’il y a encore en France un groupe assez unique de « gauche bornée » pour qui entreprises, armée, police, église et toutes autres institutions « traditionnelles » sont le grand satan, et qui déploient des efforts de propagande constants sans chercher à comprendre. Il y a probablement dans ces groupes des relents de 68, et peut-être des restes de l’extraordinaire machine de communication communiste déployée de 1945 à 1980 en France. L’épicentre de ce groupe me semble maintenant situé chez Les verts, et très représenté dans les medias. Ces gens m’horripilent aussi au plus haut point, et j’ai l’impression que l’on ne peut rien en tirer.

    Mais il me semble réducteur de limiter l’hostilité à l’église catholique à ce groupe-là. Il y a aussi à mon avis des personnes assez nombreuses qui viennent d’un milieu traditionnellement favorable à l’église catholique, mais qui s’en sont écarté à un moment donné, et je vois trois raisons principales à cela.

    Il y a d’abord une incompatibilité d’humeur avec la « bourgeoisie traditionnelle » française (pour prendre un raccourci, Le Chesnay), plutôt présente dans l’église catholique. Certains amis étrangers ayant beaucoup voyagé m’ont dit qu’ils trouvaient cette classe sociale la plus prétentieuse et auto-suffisante de celles qu’ils ont fréquenté (plus que les vieilles familles de la Nouvelle Angleterre, ce qui n’est pas peu dire). Evidemment, c’est une généralité, et comme toutes les généralités, c’est une tendance, pas une vérité absolue pour chaque individu, et j’ai souvent vu que les familles se divisent en deux camps, les « tradis » et les « autres ».

    Il peut aussi y avoir l’impression que l’église ne supporte pas bien son statut actuel d’une « institution parmi d’autres » dans nos sociétés modernes qui peut proposer mais pas imposer: on peut penser par exemple aux manoeuvres lors des débats sur la bioéthique pour interdire certaines pratiques, notamment de procréation assistée, qui font pourtant l’objet d’un large consensus dans l’opinion. L’église n’est certes pas la seule à faire cela.

    Et il y a finalement le constat pour beaucoup que l’église catholique offre peu de réponses intéressantes pour le monde moderne dans deux domaines importants: les moeurs, dans lesquelles elle s’accroche à un idéal qui ne concernera jamais qu’une minorité, et qui n’est même probablement pas optimal dans la société actuelle (par exemple sur le divorce), et l’économie, pour laquelle on peut penser que la position de l’église est un consensus mou centriste qui n’apporte pas grand chose.

  • Je n’avais pas vraiment l’intention de participer à ce forum sur les JMJ car « malaise » …Ce sont deux commentaires qui m’ont décidée. J’approuve celui de Christopher Johnson 23 août 19h37 et en partie celui de Joyeux Acier 24 août 22h09 , en particulier ses trois raisons d’ »hostilité à l’Eglise catholique »,deuxième paragraphe. Je me demande pourquoi moi, milieu bourgeois plutôt traditionnel, catholique pratiquante ( messe tous les dimanches ou en semaine, retraites diverses, études de théologie, engagée en paroisse depuis trente – ce qui veut dire qu’au début de mes engagements, j’avais une petite trentaine d’années , j’étais pratiquement la seule ‘jeune’ , moyenne d’âge à ce moment des autres paroissiens 50 à 80 ans -), je suis « agacée  » par le phénomène JMJ et je ne m’y retrouve pas . Ce n’est pas une question de génération, je côtoie de nombreux jeunes, ai l’esprit très ouvert…Mais, sincèrement, tous ces jeunes gens « électrisés » par la figure paternelle du Pape pourraient m’inquiéter. Epris d’obéissance ou d’absolu? Pour ce qui concerne l’absolu, ils ne sont pas les seuls. Nombreux sont les jeunes qui ont besoin de donner du sens à leur vie, généreux, humains et qui savent où ils vont et n’attendent pas les conseils ou leçons des JMjistes. Je suis désolée de dire cela… Bien sûr, je ne nie pas au niveau individuel , sincérité et ferveur au sein des JMJistes, mais l’ensemble donne un je-ne-sais-quoi de triomphant qui ne porte pas forcément au témoignage. La critique faite par les médias du coût de ces JMJ est peut-être une façon ( maladroite) de dire un malaise qu’ils ne peuvent définir? Tout cela dit dans un esprit amical…

  • En ce qui concerne l’attitude des jeunes, vous pourriez aller voir le lien vers l’article de Jean Mercier, que je vous indiqué. Jean Mercier, journaliste à La Vie, connu comme l’hebdo des cathos de gauche, n’est pas l’archétype du catho électrisé par les JMJ. Son article vous en dira davantage sur ces jeunes et la distance qu’ils savent prendre.

    Par ailleurs, tant la personnalité du Pape que sa volonté ostensible d’orienter visiblement les jeunes vers le Christ et non sa personne, via l’adoration, qu’il a introduite à Cologne, ne me parait pas compatible avec la critique de jeunes papolâtres. Qu’ils soient ravis d’avoir une figure est une chose, qu’ils prient le pape au lieu du Christ…

    Que l’Eglise ait du mal dans certains milieux populaires et « ouvriers », c’est possible, mais ce n’est pas nouveau. Il faut relire « l’affrontement chrétien », d’Emmanuel Mounier, écrit en 43, dont j’avais dit quelques mots dans deux billets. Qu’elle en soit absente, qu’elle n’agissent pas concrètement dans ces milieux, en revanche, c’est faux. Les initiatives sont multiples.

  • Je dois aussi ajouter que tout le monde n’est évidemment pas forcé d’apprécier les JMJ. Ça ne fait pas partie du dogme et l’on peut légitimement ne pas aimer les grands rassemblements. Chacun sa spiritualité, son caractère… il ne faut pas croire qu’il y ait des voies imposées, uniques etc.

  • Félicitations, Koz

    J’ai écouté l’émission d’Europe1. Vous avez eu la parole pendant 2mn20s et vous vous en êtes très bien sorti. Vous avez exprimé la disproportion sur BFM entre les 80% du temps pour les quelques centaines de manifestants anti-pape et les 20% pour le 1,5 millions de cathos. Vous avez réussi à dire que la Chambre de commerce d’Espagne estimait à 160 millions de bénéfices les retombées économiques des JMJ. Ensuite quand la journaliste a voulu vous faire dire que vous ne placiez les JMJ que sur un terrain commercial, vous avez bien répondu en disant vous répliquiez aussi sur le terrain économique car c’est sur ce terrain-là que les opposants aux JMJ voulaient critiquer les JMJ. C’est bien difficile de dialoguer avec des personnes de mauvaise foi et malhonnête intellectuellement.

    Dimanche 21 août, à 12h30, je me suis dépêché de rentrer de la messe pour regarder les infos de 12h30 sur France 24, mais ils n’en ont pas dit un seul mot. Il est vrai que les JMJ étaient finies depuis 20 à 30 secondes. Ils avaient choisi de ne pas informer sur cet évènement passé depuis de nombreuses secondes.

  • @ elkana: J’enfonce le clou : tapez « JMJ » sur le site de BFMTV et vous verrez que (contrairement à France 24) ils ont été plutôt neutres et pros dans la couverture de l’événement.

  • Je ne voulais pas intervenir et laisser de commentaire parce que je ne suis jamais allé aux JMJ et à la fête de l’Huma, parce que je n’ai pas envie de faire du négatif, du pisse-vinaigre jamais content de rien et de tout. Comparer la fête de l’Huma et les JMJ ça n’a pas de sens bien entendu mais vu de l’extérieur, à travers les médias, à travers les témoignages de celles et ceux qui y participent on trouve les mêmes réactions d’enthousiasme, de passions, de raisons d’y aller, de s’engager. Les JMJ comme les fêtes de l’Huma c’est toujours un succès, un succès réel à tous les points de vue. Ensuite dans notre vie de tous les jours, dans les réalités quotidiennes, la présence catholique ou communiste, la lisibilité, la crédibilité communiste ou catholique est plus difficile à voir, entendre, percevoir. Ensuite je suis étonné que vous soyez étonnés des réactions des médias. Mais les médias ils ont des propriétaires, marchands d’armes, hommes d’affaires, états, etc…etc… qui n’ont pas les états d’âme des catholiques, pourquoi mettraient-ils en valeur les cathos et leurs états d’âme?

  • Je ne suis pas spécialement fan des JMJ, mais je n’ai pas trop d’interrogation face à cette manifestation.

    Le malaise ressenti devant les JMJ, c’est parce qu’on devient vieux, ou qu’on est tout simplement anti-cléricaux : on n’aime pas voir des jeunes s’enthousiasmer pour la vie qui s’annonce, et [i]déborder[/i] un peu dans la joie de l’évangile (que les pasteurs veillent à re-cadrer, pas de crainte). On s’étonne de la foi des « commençants », ou qu’elle ne soit pas chimiquement pure chez des jeunes de 20 ans, qui devraient avoir la sagesse d’un comportement plus raisonné, cadré, puisque nous (les croyants) nous l’avons déjà atteint, et n’avons pas besoin de nous rassembler festivement sous le soleil. Enfin quoi, ils pourraient vivre comme nous, et manifester leur foi un peu plus sérieusement, ces jeunes, mince.

    Sur le coût de la manifestation: il n’y a pas eu perte, mais transfert d’argent contre prestations (de déplacement, d’hébergement, d’organisation…) Et de l’argent qui circule, c’est [i]très[/i] bon pour tout le monde, et surtout pour ceux en bas de l’échelle qui bossent.

    La société espagnole ne devrait pas supporter une petite partie de cette manifestation (si toutefois elle en supporte quelque chose)??? mais quand elle a alimenté volontairement, largement, et dans des proportions bien supérieures, la bulle spéculative immobilière, c’était plus justifié, peut-être ? 300 Milliards d’euros d’excès de bulle immobilière, qui vont s’évaporer dans la nature, pour rien, contre quelques dizaines de million d’euros pour les JMJ (dont la majorité est supportée par les participants et des sponsors privés) qui sont la contrepartie de prestations réelles, il faudrait savoir de quoi on parle. Je ressens comme des indignations sélectives, là ^^

    Enfin , Joyeux Acier, le Chesnay, c’est quelques km carrès ; et sur la bioéthique et la fidélité, je trouve ça très bien que des personnes plutôt sages s’expriment à ce sujet ; ça ne va pas dans le sens de l’opinion générale ? Oui.

  • Lili a écrit :

    Christopher Johnson a écrit : « Malheureusement, tant que ce seront des bourgeois nantis qui représenteront le catholicisme dans les médias, il ne sera pas différencié par l’auditoire, du reste de la bourgeoisie oligarchique. . Ceux qui vivent au contact de la précarité et de la jeunesse pauvre, savent qu’ils sont loin du catholicisme, à de rares exceptions prêt. Non pas qu’ils ne soient pas réceptifs à l’évangile, mais personne, et surtout pas les « cathos » français, ne leur propose.
    Merci pour cette analyse que je partage complètement. Je fais partie des bourgeois nantis cathos (vous oubliez « ultra-intellos », ça compte aussi dans votre questionnement) , et je l’avoue : on est mauvais pour aller vers les jeunes en galère, et on est pas vendeurs médiatiquement, ça c’est sûr… Le pire c’est que j’ai l’impression que l’Eglise en tant qu’institution s’en fiche complètement, et les paroissiens en tant qu’individus sont quelque part entre « on s’en fiche, on veut pas le voir, on le voit mais on ne sait pas quoi faire, on le sait et justement on ne veut pas se mélanger, c’est valorisant de se retrouver entre gens bien sous tout rapport ». Mais c’est un autre débat, sauf que personne ne le lance, ce qui est dramatique.

    Sauf un Abbé Pierre, une Mère Térésa, une Soeur Emmanuelle, un Père Guy Gilbert, et tout un tas d’évêques, peut-être ? Ah, sans compter un certain Benoît XVI, dont la dernière encyclique pose sérieusement la question des inégalités sociales… Croyez-vous vraiment que tout ça, c’est pour n’avoir que des paroisses de cathos nantis qui reste entre eux ? Pour ce qui est des cathos bourgeois nantis intellos pas du tout au contact de la précarité et de la jeunesse pauvre, je veux bien croire que c’est l’image représentative du catho générique dans certains médias. Maintenant, venez aux JMJ, ou dans des aumôneries catholiques (pas seulement celles de Versailles, des beaux arrondissements de Paris ou des quartiers chics de Lyon, Bordeaux…) : vous y verrez une majorité de jeunes qui galèrent dans leur vie économique et matérielle au moins autant que dans leur vie spirituelle. Pour ne parler que des pèlerins français, sur tous ceux que j’ai rencontré, entre les enfants de familles nombreuses à faible revenu et les étudiants « j’me débrouille comme je peux, mes parents ont pas les moyens de me payer mes études », je n’ai croisé que quelques cathos bourgeois nantis intellos et tout. Ne parlons pas des quelques 80 jeunes du Soudan, des Gabonais, des Togolais… Le fond de solidarité des JMJ, c’est pour les jeunes ‘nantis’ l’occasion de donner les moyens à d’autres de venir aussi aux JMJ… Et donc aussi l’occasion de les rencontrer et de vivre la Foi avec eux. Oh, et c’est pas seulement « l’effet JMJ », tout ponctuel et ‘feu de paille’, hein ! Rien que dans ma paroisse, les fonctionnaires cotoient les cadres d’entreprises, qui fréquentent les étudiants plus ou moins matériellement à l’aise, qui accueillent les familles défavorisées, qui discutent avec des retraités qui ont à peine de quoi subvenir à leurs besoins, ou d’autres qui peuvent se payer des vacances à l’autre bout du monde… Des jeunes qui se payent sans hésiter le billet pour Sydney, et d’autres qui demandent des aides pour le ticket vers Madrid… Des étudiants qui rament en Licence, d’autres qui sont de brillants doctorants, d’autres qui bossent déjà, comme cadres dans des grosses entreprises, en alternance dans l’enseignement technique ou comme boulanger ou coiffeur avec un CAP. C’est clair, dans l’ensemble, les familles que je croise dans les paroisses du coin ne sont pas ‘sur la paille’, mais pour la majorité d’entre elles, la question qui se pose à l’heure actuelle, c’est : « Est-ce que nous sommes sûrs que nous allons pouvoir payer les études des plus grands, les quelques activités extra-scolaires des petits, et à manger pour tout le monde ? Et si il y avait des travaux urgents à réaliser, ou s’il fallait remplacer la voiture ? Est-ce qu’il ne va pas falloir renoncer à tel ou tel projet ? ». Pas tellement des interrogations de « nantis », il me semble. Et pourtant, ce sont eux qui sont les plus engagés dans les activités paroissiales. Plus que les ‘nantis’ qui, eux, ont leur tennis, ou leur WE voile, ou leur soirée rallye… Comme Il disait, l’Autre : « Venez et voyez ! ». Croyez-moi, à env. 2 millions de jeunes à Cuatro Vientos, la diversité, elle nous sautait aux yeux !

  • C.S. Indhal a écrit : :

    Croyez-vous vraiment que tout ça, c’est pour n’avoir que des paroisses de cathos nantis qui reste entre eux ? Pour ce qui est des cathos bourgeois nantis intellos pas du tout au contact de la précarité et de la jeunesse pauvre, je veux bien croire que c’est l’image représentative du catho générique dans certains médias.

    Bonsoir,

    Il y a des sujets dont je parle ici et que je ne connais que par les medias. Sur ce coup-là en revanche, j’ai une quinzaine d’années de vécu direct.

    je ne sais pas si l’église catholique choisit vraiment son public, et en particulier celui d’une certaine bourgeoisie traditionnelle. Il ne s’agit pas toujours de gens extrêmement aisés, et même souvent de familles sur le « déclin » social: j’ai l’impression que plus la peur du déclassement est forte, plus on peut tomber dans une bigoterie bruyante un peu janséniste qui permet de se dire que si certains ont mieux réussi, nous, au moins, « nous faisons les choses comme elles doivent être faites » (citation d’un discours plein de suffisance entendu lors d’un mariage « tradi »).

    Alors il est vrai que ce n’est pas le seul public de l’église, peut-être même pas le plus nombreux mais c’est peut-être le public le plus bruyant, et sans aucun doute, celui le plus représenté dans l’élite (faites un tour dans les aumoneries de grandes écoles). Et il me semble que si l’église doit être à moitié ravie d’être associée à tout cela, il y a quand même une certaine résonance entre les orientations « politiques » actuelles de l’église et le « catholicisme sans le sourire » de nos vieilles élites.

  • @ C.S. Indhal

    et bien tant mieux si vous trouvez cette diversité dans votre paroisse !! Car je ne la trouve pas dans les dernières paroisses que j’ai fréquentées…

    Et je partage totalement votre avis sur le brassage que sont les JMJ avec l’effet extraordinaire d’ouverture aux autres, de diversité et de soutient pour ceux qui galèrent.

    J’ai aussi été JMJistes, et j’y ai aussi vu et adoré ce mélange. Mais l’enquête de La Vie sur « qui sont les français qui vont aux JMJ de Madrid » m’a un peu refroidie…. Et dans les médias les journalistes ont plutôt choisi le profil « intello bien sous tout rapport » (ce qui n’a pas forcément de lien avec l’aisance matérielle).

    Et pour ma part je ne ferai pas de lien, contrairement à Joyeux Acier, avec les positions « politiques » de l’Eglise, d’autant plus que, comme le souligne C.S. Indhal, les discours du Pape sur la crise économique et la finance sont assez loin de options traditionnelles de la bourgeoisie.

    Sauf que, C.S., Indhal, les médias n’en parlent pas, ou peu. On préfère ressasser les discours sur les moeurs que sur l’économie, parce que dire haut et fort que l’Eglise catholique romaine se positionne contre les dérives de la finance, on ne sait jamais, ça pourrait la rendre sympathique. Et ça, c’est pas bien, pour un journaliste…

  • Lili a écrit : :

    dire haut et fort que l’Eglise catholique romaine se positionne contre les dérives de la finance

    Sur ce sujet-là, je reste un sur ma faim. Et les positions pas forcément libérales de l’église sur ce point résonnent d’ailleurs assez bien avec les valeurs d’une certains partie de la bourgeoisie et de la droite française, qui n’ont jamais été extrêmement favorables à l’économie de marché.

  • Les origines sociales des jeunes des JMJ sont beaucoup plus diverses que celles de certaines paroisses. Pourquoi, tout simplement parce que si la fréquentation régulière des paroisses diminue, en revanche, il existe encore beaucoup d’enfants puis d’ados dans tous les milieux qui « font » leur profession de foi et les JMJ concernant des jeunes à partir de 16 ans ils n’ont pas encore complètement « lâché » et sont heureux de se retrouver entre copains avec l’assentiment, en principe, des parents ! Quelqu’un faisait une comparaison entre l’enthousiasme ressenti à la fête de l’Huma et aux JMJ, j’ai le sentiment que c’est un peu « historique » en ce qui concerne l’Huma ! Il existe de nombreuses associations caritatives , il y en a de nombreuses qui sont chrétiennes et beaucoup de ceux qui sont engagés dans ce genre d »associations, chrétiennes ou pas, sont souvent chrétiens aussi même s’ils ne portent pas leur générosité en bandoulière ! L’église n’est pas composée que de bourges indifférents au sort des autres loin de là ! Mais il est sûr que la générosité cathodique est plus visible ! Je suis, en revanche d’accord sur le fait que les « vieux » ne laissent pas assez la place aux jeunes dans les paroisses, je l’ai souvent exprimé. Une des raisons avancée est que les jeunes répugnent à engager leur emploi du temps à l’avance ce qu’acceptent de faire les « vieux ». C’est sans doute vrais mais quand l’on voit plein de jeunes ménages dans une église (comme celle que je fréquente) et pas de jeunes intervenir, c’est rageant ! Enfin, il y avait pour la retransmission de la messe de clôture des JMJ un décalage sur Antenne 2 parce que la messe commençait à 9h30 et la partie catho du Jour du Seigneur, ne commence qu’à 10 h. Après KTO, je passais donc sur l’A2 et j’ai pu constater que littéralement à l’ « Ite misa est » la pub reprenait ses droits sans possibilité d’un commentaire quelconque. Désagréable impression : St Pognon, priez pour nous !!!! N…

Comments are closed.

La publication d'un commentaire implique l'acceptation des conditions d'utilisation